377

377

année 2020

Extraits de la revue
Partage international

février 2020 – No 377

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés. La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d’en mentionner la source (Partage international) et d’en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.


Les articles en lien sont consultables en ligne gratuitement.
Les autres articles sont réservés à nos abonnés.
> S’abonner

Sommaire

  • L'article du Maître
    • Un jour nouveau par le Maître –
    • S. O. P. — Save Our Planet ! par le Maître –
  • Article du Maître (ancienne version) Aucun article pour cette rubrique
  • Editorial Aucun article pour cette rubrique
  • Point de vue
    • Bataille pour des valeurs et des idéaux par Graham Peebles
  • Signes des temps
  • Tendances
    • Un programme d’intelligence artificielle détecte le cancer du sein par
    • Le Soudan abroge une loi répressive en matière d’ordre public par
    • Le plus vaste vaccin thérapeutique contre le HPV jamais testé par
  • Les priorités de Maitreya Aucun article pour cette rubrique
  • Les enseignements de Maitreya Aucun article pour cette rubrique
  • Le point de vue de Maitreya Aucun article pour cette rubrique
  • Faire le lien Aucun article pour cette rubrique
  • Faits et prévisions Aucun article pour cette rubrique
  • Brève Aucun article pour cette rubrique
  • Regard sur le monde Aucun article pour cette rubrique
  • Le respect de la loi Aucun article pour cette rubrique
  • Dossier Aucun article pour cette rubrique
  • Citation
    • Extrait du message n° 53 par Maitreya
  • Message de Maitreya Aucun article pour cette rubrique
  • La voix de la raison Aucun article pour cette rubrique
  • La voix des peuples
    • La voix des peuples se fait entendre chez les consommateurs par Alexandre Guibert
  • Environnement Aucun article pour cette rubrique
  • Les mensonges dévoilés Aucun article pour cette rubrique
  • Courrier des lecteurs
  • Esotérisme Aucun article pour cette rubrique
  • Compte rendu de lecture
  • Entretien Aucun article pour cette rubrique
  • Rayons Aucun article pour cette rubrique
  • Compilation
    • Croyance, foi et intuition par
  • S.O.P. — Sauvons notre planète Aucun article pour cette rubrique
  • Forum Partage Aucun article pour cette rubrique
  • L’Unité dans la diversité Aucun article pour cette rubrique
  • Fenêtre sur le monde Aucun article pour cette rubrique
  • L’humanité une Aucun article pour cette rubrique
  • Autre
    • Ce mois-ci dans Partage international par
    • Vent solaire (1964) par
    • De la nourriture en échange de déchets en plastique par
    • Au lieu de déplacer les villes, déplaçons l’argent ! par Jessica Corbett
    • Ecologie et spiritualité [Version complète] par Dominique Abdelnour
    • Ecologie et spiritualité [Extrait] par Dominique Abdelnour
    • Les qualités du disciple (2e partie) par Aart Jurriaanse
    • Cinq anges dans une lumière jaune, intense et douce [Version complète] par
    • Cinq anges dans une lumière jaune, intense et douce [Extrait] par
    • Dialogue avec l’Ange [Version complète] par Chantal Piganeau
    • Dialogue avec l’Ange [Extraits] par Chantal Piganeau
    • Le Prince de la Paix se manifeste dans le monde par
    • Maitreya dans les enseignements de l’Agni Yoga par
    • Gautama avait prédit la venue de Maitreya par
    • Eduquer pour combattre la désinformation par
    • Le bénévolat – antidote à un monde en mutation par Olivier Adam et Achim Steiner
    • Prenons les choses à cœur et agissons ! [Version complète] par Naoto Ozutsumi
    • Prenons les choses à cœur et agissons ! [Extraits] par Naoto Ozutsumi
    • La restitution d’œuvres d’art volées de Benjamin Creme attire l’attention internationale par
    • Présomptions de crimes de guerre en territoire palestinien par Jessica Corbett

L'article du Maître

Un jour nouveau [sommaire]

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme

Quand les hommes font le point sur l’état du monde, ils ne voient que des situations difficiles et traumatiques, des foyers de danger et de crise. Paralysés par la peur, ils ne font pas grand-chose pour surmonter l’inertie qu’engendre leur désespoir. Ils passent ainsi à côté des avancées qui résultent du meilleur de leurs efforts, et ne comprennent que rarement l’enchaînement des événements. Ils ne peuvent influer sur ces événements, ne saisissant guère les lois qui les sous-tendent. S’ils vivaient en fonction de ces lois invisibles, leur existence se déroulerait dans l’ordre et l’harmonie.

En dépit de leur ignorance et de leur crainte, les hommes sont parvenus à développer une nouvelle sensibilité aux forces qui les poussent sans relâche à aller de l’avant. Ils pressentent, fût-ce de manière fugitive, toute l’étendue de ce qu’ils ne comprennent guère et maîtrisent encore moins. Mais, petit à petit, ils commencent à percevoir un sens et un dessein plus vastes, une unité et une beauté plus grandes, à l’intérieur d’eux-mêmes comme dans ce qui les entoure. Quand nous, les Observateurs, considérons de la position qui est la nôtre les efforts que fait l’homme pour maîtriser son monde changeant, nous sommes heureux de constater chez lui une sensibilité accrue aux forces supérieures qui impactent sa vie. Nous attendons, dans la joie, une intensification de cette réponse et une utilisation plus bénéfique de ces forces.

Il est indéniable que nous assistons également à une escalade dans la haine et la cruauté, la barbarie et la guerre ; mais ces réactions, qui sont celles de la peur, s’estomperont et finiront par disparaître. Nous traversons actuellement une période de transition dont la difficulté ne fait aucun doute. Beaucoup se tournent vers l’avenir, aspirant au changement et cherchant de nouvelles réponses aux problèmes du monde. D’autres, mécontents face au déferlement du renouveau, cherchent à le contenir en se cramponnant au passé. Pour notre part, nous observons et attendons, certains que les hommes trouveront leur chemin.

Maitreya, le Maître des Maîtres, se tient prêt à entamer son émergence pour pouvoir œuvrer au grand jour parmi les hommes. Cela ne signifie en rien que le travail qu’il accomplit en coulisses cessera complètement. Beaucoup de ce qu’il fait dès à présent permet de soutenir des initiatives qui, sinon, seraient vouées à l’échec. Parmi les dirigeants éclairés, il en est plus d’un qui reçoit son aide et ses conseils, et bénéficie de sa protection.

Ceux qui veulent prouver leur force en menaçant le monde s’attaquent aussi à Maitreya. Derrière tous les gens de bonne volonté se tiennent Maitreya et son groupe ; ensemble ils forment un bouclier contre lequel toutes les flèches viennent se briser. Quand le Grand Seigneur émergera, hâtez-vous de le rejoindre. Ralliez-vous à son étendard de paix, de justice et de liberté, et aidez-le dans son œuvre titanesque. Un jour nouveau se lève dans la vie des hommes, un jour unique, comme jamais on n’en a vu auparavant.

Depuis le lancement de la revue Partage international, le Maître de Benjamin Creme a fourni de nombreux articles sur quantité de sujets. Les Maîtres de Sagesse écrivent de manière toujours pertinente et intemporelle, et nombre de ces articles semblent aussi actuels que lorsqu’ils ont été publiés initialement. L’article ci-dessous, écrit en 2002, annonce les thèmes abordés dans ce numéro et, surtout, indique les possibilités qui s’ouvrent à l’humanité à l’orée de cette nouvelle décennie.

Article du Maître (ancienne version)

Cette rubrique (non accessible au public) contient les traductions parues originalement dans la revue Partage international, entre septembre 1988 et décembre 2006.

Aucun article pour cette rubrique

Editorial

Aucun article pour cette rubrique

Point de vue

Signes des temps

Les « Signes des temps » présentés dans cette rubrique ont été confirmés par le passé par Benjamin Creme ou s’imposent d’eux-mêmes sur la base de l’espoir et de la foi qu’ils suscitent. Nous les soumettons à votre réflexion.

Soho, le 6 novembre 2019 [sommaire]

par

Nasa – Le 6 novembre 2019, l’observatoire solaire et héliosphérique de la Nasa a photographié un énorme objet en forme d’ange près du soleil.

Source : sohowww.nascom.nasa.gov

Photographie d’un objet aérien lumineux à Brooklyn (New York) [sommaire]

par

Etats-Unis – Dans la nuit du 19 décembre 2019, à Brooklyn (New York), un témoin a photographié un objet aérien lumineux aux multiples couleurs, planant à basse altitude. « Les couleurs étaient très brillantes », a-t-il déclaré.

Source : mufon.com

Photographie d’un objet brillant à San Marcos (Californie) [sommaire]

par

Etats-Unis – La nuit du 8 novembre 2019, à San Marcos (Californie), un témoin a photographié un objet brillant ressemblant à une étoile, qui planait à basse altitude au-dessus de la ville. Selon cette personne : « après être resté immobile un certain temps, l’objet est allé au-delà d’une colline, hors de ma vue, puis est réapparu, est devenu d’un blanc brillant, puis a disparu. »

Source : mufon.com

Tendances

Dans le monde actuel s’affirme une tendance de plus en plus prononcée à la synthèse, au partage, à la coopération, à de nouvelles approches et avancées technologiques pour la sauvegarde de la planète et le bien-être de l’humanité. Cette rubrique présente des événements et courants de pensée révélateurs d’une telle évolution.

Les priorités de Maitreya

« Pour aider les hommes dans leur tâche, Maitreya, l’Instructeur mondial, a formulé certaines priorités. Assurer à tous un approvisionnement correct en nourriture ; procurer à tous un logement convenable ; fournir à tous soins médicaux et éducation, désormais reconnus comme un droit universel. » Le Maître de Benjamin Creme, Partage international, janvier 1989. Dans cette rubrique, notre rédaction aborde les questions relatives aux priorités énoncées par Maitreya et présente des expériences orientées dans cette direction.

Aucun article pour cette rubrique

Les enseignements de Maitreya

Aucun article pour cette rubrique

Le point de vue de Maitreya

Aucun article pour cette rubrique

Faire le lien

Aucun article pour cette rubrique

Faits et prévisions

Au fil des années, Partage international a régulièrement publié des articles soulignant les attentes de Maitreya, telles qu'elles ont été présentées par l'un de ses collaborateurs vivant à Londres au sein de la même communauté, à propos d'un certain nombre de changements politiques, sociaux, écologiques et spirituels devant se produire dans le monde. Périodiquement, Benjamin Creme et son Maître ont également partagé leur point de vue sur les développements à venir. Dans cette rubrique intitulée « Faits et Prévisions » notre rédaction analyse les nouvelles, les événements et les déclarations ayant un rapport avec ces prévisions et points de vue.

Aucun article pour cette rubrique

Brève

Aucun article pour cette rubrique

Regard sur le monde

Dans cette rubrique, Partage international met en lumière certains problèmes urgents qui nécessimtent une nouvelle approche et des solutions durables.

Aucun article pour cette rubrique

Le respect de la loi

"Chaque fois qu’il y a affaiblissement de la loi […] et accroissement général du désordre, alors je me manifeste, » [Bhagavad Gita]. La promesse de Krishna, l’Avatar, de revenir lorsque dominera le désordre, semble particulièrement d’actualité. C’est pour tenir cette promesse que Maitreya, l’Avatar de notre ère, est présent dans le monde à une époque où le désordre est si répandu." "Lorsqu’une nation parvient à l’âge adulte, à la maturité, les relations qu’elle établit avec les autres changent du tout au tout. Elle commence à respecter l’autorité de la Loi qui unit toutes les nations, les liant dans leurs responsabilités et leurs besoins mutuels. Le développement vers la maturité se signale précisément par un tel respect des lois que les hommes ont estimées nécessaires pour vivre ensemble en paix. […] Lorsque, parmi les nations, l’on ignore l’autorité de la loi, c’est le monde entier qui en souffre." [Le Maître — PI, avril  2004] Actuellement, les traités et les résolutions de l’Onu sont méprisés, et les lois nationales et internationales sont bafouées. Dans ce contexte, nous présentons des brèves mettant en exergue la nécessité d’un respect renouvelé pour la loi.

Aucun article pour cette rubrique

Dossier

Aucun article pour cette rubrique

Citation

Message de Maitreya

Aucun article pour cette rubrique

La voix de la raison

Aucun article pour cette rubrique

La voix des peuples

Cette rubrique est consacrée à une force en plein développement dans le monde. La voix du peuple ne cessera de s’amplifier jusqu’à ce que, guidés par la sagesse de Maitreya, les peuples conduisent leurs gouvernements à créer une société juste dans laquelle seront respectés les droits et les besoins de tous.

Environnement

Aucun article pour cette rubrique

Les mensonges dévoilés

Le 15 février 2003, à Londres, Maitreya a été filmé sous les traits d’un Antillais, lors de la marche pour la paix (voir PI, avril 2003). « Je suis fier aujourd’hui d’entendre mes frères et mes soeurs dire la vérité et dénoncer les mensonges. C’est tellement magnifique ! » a-t-il déclaré. Depuis, les mensonges sont de plus en plus dénoncés.

Aucun article pour cette rubrique

Courrier des lecteurs

La rédaction de Partage international a reçu, au fil des années, un grand nombre de « Courriers des lecteurs » qui ont été traités et confirmés comme de véritables rencontres avec des Maîtres ou un « porte-parole » mais qui n’ont pas encore été publiés. D’autres courriers sont récents. Alors que nous ne pouvons plus confirmer ou indiquer qu’un Maître est impliqué, il se peut que l’expérience soit si forte qu’elle « parle d’elle-même » et apporte espoir, inspiration et réconfort.

Encouragement [sommaire]

par

Le lundi 18 novembre 2019, je discutais au téléphone avec un collègue qui s’interrogeait sur l’avenir du groupe. Et je me suis sentie très choquée par cette conversation. Après que nous eûmes raccroché, alors que j’étais assise sur mon canapé, je ressentis une vague d’énergie intense me submerger la tête. Elle a duré plus de 30 minutes, et était si forte que je ne pouvais bouger.

Par la suite, j’ai réalisé que c’était un encouragement à continuer le travail et un signal clair des Maîtres pour nous dire : « Nous sommes là. »

Identité non communiquée, France

 « Quand deux ou trois sont réunis… » [sommaire]

par

Le 3 novembre 2019, un de nos collaborateurs donna une conférence au Centre d’information d’Amsterdam ; plusieurs membres du groupe y assistaient et une conversation inspirante s’en est suivie. Le lendemain, alors que six d’entre nous se trouvaient au Centre, la conversation a porté sur le fait que les personnes présentes avaient ressenti une forte énergie lors de cette conférence de même que lors de la conférence du mois précédent, le 13 octobre, comme cela arrive souvent lors des conférences données par des membres du groupe dans le monde entier.

Nous avons évoqué l’importance d’être vigilants et attentifs aux énergies de sorte que les membres du groupe puissent transmettre de telles énergies lors de ce genre d’évènements. Nous avons relu ensemble une lettre qui venait de paraître dans le numéro de novembre de la revue (dont le titre était Travailler avec les Maîtres en toute circonstance). Dès le début de la conversation, les énergies ont afflué et ont semblé se renforcer au fur et à mesure de notre discussion. Ce qui est merveilleux avec cette « aventure » – l’existence de Maitreya, des Maîtres et de leur Emergence – c’est qu’elle est réelle, vraie, et que les événements, les expériences et les énergies le démontrent tous les jours. Nous venions de nous rappeler la phrase de la Bible : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là… », lorsque soudain, le jeune porte-parole du Maître Jésus (confirmé comme tel plusieurs fois au cours des années par le Maître de Benjamin Creme) se trouvait là devant la porte. On ne l’avait pas vu depuis plusieurs mois. Il n’est pas entré mais est resté sur sa bicyclette, lisant une affiche sur la porte. Puis il fit un grand sourire et de grands gestes (nous fîmes de même en retour), et il nous gratifia de son signe habituel, le pouce levé. Il partit aussi soudainement qu’il était venu.

Son apparition nous a confirmé une fois de plus que les Maîtres sont omniscients, qu’ils sont en lien avec les groupes, qu’ils nous soutiennent, nous guident, nous inspirent tous. Cette expérience nous a certainement confirmé leur présence et la nécessité de rester éveillés, alignés et attentifs aux différentes façons de servir.

Des collaborateurs du Centre d’information de Share Pays-Bas

Tant de bénédictions ! [sommaire]

par

Le dimanche 8 décembre 2019, le groupe néerlandais a organisé une journée nationale à laquelle participaient des membres du groupe de tout le pays. Elle s’est tenue au centre d’information d’Amsterdam : nous avons diffusé une vidéo enregistrée en 1988 aux Pays-Bas, intitulée La nature du mirage, l’une des premières conférences de Benjamin Creme, et avons participé à un « exercice spirituel » et à une bénédiction. L’exercice se basait sur un court extrait d’une vidéo de la conférence Le dépassement de la peur, dans laquelle Benjamin Creme invite le groupe à prononcer la Prière pour le nouvel âge et lui demande de se poser la question « Qui suis-je ? ».

Juste après cet « exercice » et la puissante bénédiction que nous avons tous ressentie, nous nous sommes levés, et en nous retournant pour rallumer les lumières, près de la porte d’entrée du centre, nous avons vu de nouveau le porte-parole très familier du Maître Jésus (confirmé par le Maître de B. Creme) qui nous rend visite depuis au moins sept ans. Nous sommes reconnaissants pour ce « cadeau » des Maîtres ; cela fut comme une nouvelle bénédiction. Il était apparu peu auparavant, le 4 novembre (voir le courrier : « Quand deux ou trois sont réunies… » (voir le courrier précédent).

Cette journée a également été l’occasion de célébrer la remarquable contribution au travail de groupe de l’un de ses membres très aimé et respecté, et de lui faire nos adieux, si bien que nous avons terminé cette journée et l’année par une fête très joyeuse mais douce-amère.

Des membres du groupe, Pays-Bas

Une bénédiction de roses [sommaire]

par

Le 21 septembre 2019, lors de la conférence de Patricia Pitchon à Londres, une collègue apporta de belles roses d’un rose intense, la couleur de Maitreya, pour décorer la pièce. Elle recherchait cette couleur en particulier et l’avait finalement trouvée dans un coin du magasin de fleurs. Plus tôt dans la journée, elle avait prié pour un signe d’unité.

Patricia a parlé des enseignements de Maitreya et de son expérience, mettant l’accent sur l’amour divin, et le public était fasciné par sa recherche de Maitreya au cours des premiers jours du travail de Benjamin Creme pour faire connaître l’émergence de Maitreya.

Pendant que j’écoutais son exposé, j’étais fascinée par le petit vase de roses que ma collègue avait placé sur le podium, car il me semblait briller d’une lumière dorée. Plus tard, j’entendis une autre collègue dire à quel point l’aura autour des roses était belle. Elle évoqua une lumière dorée très claire et brillante autour et à travers le vase et les fleurs. Elle expliqua que la lumière était telle qu’elle n’avait pu la fixer très longtemps. Lorsque nous comparâmes nos observations, nous fûmes ravies de constater que nous avions été témoins de la même chose. Cette journée a été un grand succès et nous avons tous eu le sentiment que Maitreya nous avait bénis de sa présence.

I. L. G., Londres, Royaume-Uni

Esotérisme

Aucun article pour cette rubrique

Compte rendu de lecture

Plan B pour la planète : le New Deal vert [Extrait] [sommaire]

Le dernier livre de Naomi Klein

par Elisa Graf

Le monde est en feu. D’énormes incendies ravagent des régions entières de l’Australie. La saison des feux de forêt n’a pas encore atteint son apogée que 10 millions d’hectares ont déjà brûlé, et que 100 incendies sont toujours actifs. Lorsque de telles informations nous parviennent, décrivant des catastrophes d’ampleur apocalyptique, il est facile de perdre tout espoir. Mais le nouveau livre de Naomi Klein, Plan B pour la planète : le New Deal vert, nous exhorte à garder l’espoir ; non, nous ne sommes pas condamnés à un destin funeste.

Le livre est une collection d’essais écrits au cours d’une dizaine d’années au fil de l’évolution du monde. Il retrace les propres efforts de N. Klein pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, et rejette la théorie bien connue selon laquelle les politiciens seraient piégés par les cycles électoraux à court terme, ou l’idée que le problème du changement climatique nous semble trop éloigné de notre quotidien ou trop coûteux à résoudre. Au contraire, elle parvient à trouver des réponses en reliant « des crises apparemment disparates (économique, sociale, écologique et démocratique) dans une histoire commune de changement de civilisation. »

Plan B pour la planète est un cri de ralliement pour un New Deal vert, un appel au courage de transformer ce monde de toute urgence pour résoudre ces crises, et il donne une vision de la façon dont nous pourrions vivre tout en respectant les limites de ce que la planète est capable de supporter.

A l’été 2018, la lycéenne suédoise Greta Thunberg a lancé les manifestations de Stockholm, déclenchant un mouvement mondial qui a vu rapidement un nombre sans précédent de jeunes descendre dans la rue, pour nous exhorter à agir au plus vite face au changement climatique. N. Klein nous rappelle que ces jeunes militants n’ont pas découvert cette crise dans des livres ou la presse ; beaucoup d’entre eux sont les témoins directs des sécheresses, ouragans, inondations, ils respirent l’air pollué des usines et la fumée noire des incendies de forêt. Elle écrit : « Où qu’ils vivent dans le monde, ces jeunes ont en commun d’être la première génération pour laquelle les perturbations climatiques à l’échelle planétaire ne sont pas une menace future, mais une réalité vécue. Et ce, pas seulement en quelques endroits malchanceux de la planète, mais sur tous les continents, et selon des scénarios qui évoluent beaucoup plus rapidement que ce que la plupart des modèles scientifiques avaient prévu. »

Klein, Naomi, 2019, Plan B pour la planète : le New Deal vert, Actes Sud éditions, France. ISBN-13: 978-2330127374

Entretien

Aucun article pour cette rubrique

Rayons

Aucun article pour cette rubrique

Compilation

Nous publions dans cette rubrique des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

S.O.P. — Sauvons notre planète

Hormis la guerre, rien ne compromet aussi gravement l’avenir de l’humanité que la pollution. Constatant qu’il en est ainsi, certains pays ont pris des mesures pour la réduire et pour limiter le réchauffement climatique. D’autres, parfois parmi les plus gros pollueurs, nient la réalité d’un tel réchauffement en dépit des preuves qui s’accumulent. A tout moment, dorénavant, les changements climatiques montrent sans l’ombre d’un doute que la planète est malade, qu’elle a besoin de soins immédiats et attentifs pour retrouver l’équilibre. Le temps nous est compté pour mettre fin aux ravages que subit quotidiennement la planète Terre. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant a son rôle à jouer dans sa restauration. Oui, le temps presse. Save Our Planet (S.O.P.), sauvons notre planète ! [Source : Le Maître de B. Creme, S.O.P. Sauvons notre planète, 8 septembre 2012]

Aucun article pour cette rubrique

Forum Partage

Aucun article pour cette rubrique

L’Unité dans la diversité

« Le but de notre vie, que nous en ayons pris conscience ou non, est l’instauration de l’unité, la manifestation de l’unité qui existe déjà. Chaque atome de l’univers est relié à tous les autres atomes. » Benjamin Creme, L’Unité dans la diversité.

Aucun article pour cette rubrique

Fenêtre sur le monde

Aucun article pour cette rubrique

L’humanité une

Lorsque l’homme acceptera vraiment le fait que l’humanité est une et que les hommes, entre eux, sont frères, quand il traduira ces vérités en actes, toutes choses pourront en toute sécurité lui appartenir. Son héritage l’attend. Ainsi les hommes devront-ils apporter la preuve qu’ils sont prêts pour la paix, prêts à pénétrer ensemble dans l’avenir, sans effusion de sang ni compétition. Ils devront se réjouir de partager et de travailler en harmonie pour le bien de tous. Quand les hommes, d’eux-mêmes, seront dans ces dispositions, ils en appelleront à Maitreya (quel que soit le nom sous lequel ils le connaîtront) pour leur montrer le chemin, les faire sortir du chaos, et les conduire vers une ère de paix. (L’héritage de l’homme, par le Maître de Benjamin Creme).

Aucun article pour cette rubrique

Autre

Ecologie et spiritualité [Extrait] [sommaire]

par Dominique Abdelnour

La spiritualité est souvent associée aux choses de l’esprit détachées de la réalité matérielle, tandis que l’écologie est associée à l’étude scientifique des relations entre l’homme et la nature. Etymologiquement, spiritualité provient de « spiritus », « pneuma » (le Souffle divin créateur de l’univers) et écologie provient de « oïkos » (la maison ou l’environnement) et « logos » (la science).

Cet article tend à montrer que l’écologie est une discipline spirituelle et que la spiritualité implique une démarche écologique.

Le Maître Djwal Khul a écrit deux phrases relatives à la spiritualité par l’entremise d’Alice Bailey : « Toute activité qui fait aller l’être humain de l’avant, vers quelque forme de développement – physique, émotionnel, intuitif, social – si elle est plus avancée que son état présent, est essentiellement de nature spirituelle1»

« Est spirituel tout ce qui tend à la compréhension, à la bonté, à ce qui engendre la beauté et peut conduire l’homme à une expression plus complète de ses potentialités divines2. »

Cela suggère que la spiritualité se rapporte à tous les domaines de la vie, dont l’écologie, les sciences, la politique et l’économie.

Matière morte ou vivante ?

L’approche scientifique traditionnelle suggère qu’il y a 13 milliards d’années, une soupe originelle de protons, neutrons et photons se sont agglomérés en étoiles pour former des atomes d’hydrogène, d’oxygène, de carbone. Ensuite, certaines étoiles explosant en supernovae ont formé les atomes plus lourds tels le cuivre, zinc, or, plomb – tout cela par hasard. Ensuite par le jeu du hasard et la loi de la sélection naturelle, le vivant et l’intelligence seraient apparus. La pensée serait donc le produit du cerveau.

Cependant, des scientifiques de plus en plus nombreux remettent en cause ce modèle et évoquent la conscience comme source de la matière, se rapprochant ainsi de la doctrine des ésotéristes pour qui « la Vie Une crée, vitalise, anime l’univers ». Pour l’ésotériste, l’Esprit amène la conscience à la matière et un des buts du plan divin est l’évolution de la conscience et l’élévation des vibrations de la matière.

L’ésotériste russe H. Blavatsky a formulé ces principes de façon synthétique : « La Nature n’est pas un concours fortuit d’atomes » : « la Vie précède la Forme et survit au dernier atome. »

« Le « Souffle du Ciel » ou plutôt le souffle de Vie […] est dans chaque animal, dans chaque particule animée, dans chaque atome minéral : l’Esprit et la Matière ne faisant qu’Un […] l’Esprit, c’est la Matière sur le septième plan : la Matière, c’est l’Esprit au point le plus bas de son activité cyclique…3 ».

Il n’y aurait donc qu’une différence vibratoire entre l’Esprit et la matière.

La conception matérialiste d’une Terre en matière morte amène un sentiment de séparation et la surexploitation des ressources par des hommes qui se comportent en parasite en négligeant les conséquences de leurs actes.

Dévas, anges et leur rôle

Les ésotéristes modernes (Alice Bailey et Benjamin Creme) ont réaffirmé l’existence d’une évolution parallèle à l’évolution humaine, l’évolution des dévas. Ils sont en charge de l’aspect forme et travaillent par l’intermédiaire de la sensibilité. « Les dévas évoluent au travers du ressenti, de leur conscience sensorielle. Nous évoluons au travers du développement de notre mental. Nous sommes les Fils de l’esprit, les dévas sont les Filles du sentiment. Leur évolution progresse au travers d’une prise de conscience progressive de ce qui est, ici et maintenant, de ce qui existe dans la vie, dans la matière, en vibration, dans toute la création. C’est leur expérience : instant après instant, ils sentent la vie et la matière et grandissent en expérience de qui ils sont. Nous faisons la même chose au travers de notre appareil sensoriel, mais nous allons plus loin que cela. Jusqu’au niveau humain, les dévas ne pensent pas, ils ne mentalisent pas. La mentalisation ne fait pas partie de leur activité. Mais au fur et à mesure de leur évolution, ils deviennent extrêmement sensibles au moindre changement de vibration. Au fur et à mesure, ils évoluent vers une perception suprasensible de ce qui est à l’instant présent. » [BC, PI jan-fév. 1993]

L’existence d’une ligne parallèle d’évolution est reconnue par la plupart des traditions y compris le chamanisme. Nous pouvons citer l’expérience qui a eu lieu dans les Jardins de Findhorn, en Ecosse : comment le travail avec les intelligences subtiles de la nature (dévas) a permis de rendre fertile une terre stérile et l’a amenée à produire en abondance fleurs, légumes et fruits magnifiques. De nombreux jardiniers dialoguent aussi avec leurs plantes. On considère un effet positif comme allant de soi, c’est ce qu’on appelle avoir la main verte. Cela montre qu’un échange énergétique avec le monde végétal permet aux plantes de croître et de s’embellir. Benjamin Creme va plus loin en évoquant le rôle négatif des déséquilibres humains sur le travail des dévas, par exemple sur le climat terrestre.

« Quand nous faisons preuve de cupidité, d’égoïsme et d’esprit de compétition, en essayant de passer devant tout le monde, nous créons inévitablement un déséquilibre. En conséquence, les dévas qui gouvernent le climat, les océans, la pluie, etc., perdent aussi leur équilibre, et nous assistons à un dérèglement du climat sur la planète toute entière, comme c’est le cas actuellement. C’est dans une certaine mesure le résultat de notre propre déséquilibre4.»

1. A. Bailey, Education dans le nouvel âge, page anglaise 22.
2. A. Bailey, Extériorisation de la hiérarchie page anglaise 187
3. H. Blavatsky, La Doctrine secrète4. B. Creme, Le Grand retour
4. A. Bailey, Traité sur le feu cosmique, page anglaise 771

Cinq anges dans une lumière jaune, intense et douce [Extrait] [sommaire]

par

La veille de Noël 2019, les auditeurs de BBC Radio 4 ont eu l’occasion d’entendre l’interview émouvante d’un père qui n’a pu sauver la vie de sa fille : Nadim Ednan-Laperouse évoquait la vie et la mort de sa fille Natasha, 15 ans, morte d’une grave réaction allergique à des aliments qui n’étaient pas correctement étiquetés. Nadim et sa femme Tanya sont depuis devenus célèbres pour leur campagne et leurs efforts fructueux pour changer les lois sur l’étiquetage des aliments en Grande-Bretagne. Il existe maintenant une nouvelle loi, connue sous le nom de loi Natasha. Nadim estime que cela n’aurait pas été possible sans l’inspiration et le dynamisme suscités par cette expérience qui a changé sa vie.

Bien que Natasha soit morte il y a trois ans, c’est la première fois que Nadim raconte cette histoire remarquable : « Je dois décrire ce qui m’est arrivé de la manière la plus vraie possible sans fioriture pour que les autres puissent le comprendre et je pense que c’est ce que je suis chargé de faire. »

Dès l’enfance, Natasha souffrait de diverses allergies alimentaires et, par conséquent, la famille avait appris à être hyper-vigilante, tout comme Natasha, en vérifiant toujours soigneusement tous les ingrédients. Sur un vol pour Nice avec son père et une amie d’école, elle est brusquement tombée très malade après avoir mangé un sandwich acheté dans un magasin. Deux doses de médicaments antihistaminiques, et plusieurs injections d’adrénaline n’ont pu réussir à arrêter cette réaction allergique et Natasha, incapable de respirer, perdit conscience et fit un arrêt cardiaque. Alors que l’avion atterrissait à Nice, une équipe de secouristes était sur place et fit tout son possible pour la réanimer. Nadim décrivit la scène : « Je regardais Natasha, sans jamais la quitter des yeux. Alors cinq anges sont apparus. Je vis une lumière jaune, forte et douce – un peu comme la lumière d’une bougie. Elle était vraiment intense, mais pas éblouissante. Et puis je vis en détail cinq personnages apparaître, des êtres minces, bien proportionnés avec des ailes dans le dos. Ils mesuraient environ 20 cm de haut, et ils étaient minces, pas potelés comme des enfants ou comme dans une peinture de la Renaissance avec des ailes en plumes ajoutées. En fait, ils ressemblaient à des êtres humains – mais je percevais beaucoup de petits détails sur leurs ailes, leur corps et leur visage. Ils me regardaient tous. Ils se déplaçaient tout autour de Natasha ; j’étais stupéfait. Je n’avais jamais rien vu de tel de ma vie. Et je ne m’attendais pas à voir quelque chose comme ça. J’ai simplement levé le bras et j’ai essayé de les repousser car je compris que cela signifiait qu’elle pouvait mourir. J’ai crié que ce n’était pas son heure ! Puis ils sont partis et Natasha est morte. Elle était partie. »

On lui demanda de décrire les anges plus en détail – étaient-ils comme tous les anges qu’il avait déjà vus dans des peintures ou étaient-ils une surprise totale ?

Ces cinq anges, furent une surprise totale dans leur apparence. Nadim avait étudié l’art dans sa jeunesse et les anges qu’il a vus autour de Natasha ne ressemblaient pas aux anges représentés par les artistes. « Ils ressemblaient beaucoup plus à vous et moi, avec les mêmes proportions que les êtres humains, longs et minces, avec en plus des ailes dans le dos. Et leurs ailes n’étaient pas faites de plumes, mais ressemblaient très précisément à des ailes de papillon, composées d’éléments à la place des plumes. Tout ce que je voyais était nimbé de lumière jaune, très brillante, mais pas éblouissante. C’était une lumière chaleureuse et accueillante – peut-être la lumière la plus apaisante et la plus étonnante que j’ai jamais vue. Elle n’existe pas vraiment dans le monde physique. Je n’ai jamais rien vu qui me permette de dire à quoi elle ressemblait. Ces êtres étaient littéralement rayonnants et composés de détails incroyables. C’est comme si je voyais une photographie en « haute définition », mais même cela ne décrit pas bien ce que j’ai vu. Ils étaient d’une seule couleur, d’un jaune monochromatique et mesuraient environ 20 cm de haut par rapport à moi. Aucun d’entre eux n’était particulièrement mâle ou femelle. Ils étaient tous assez semblables en quelque sorte.

J’ai décrit précisément ce que j’ai vu ce jour-là. Que ce soit dans les livres ou dans les discussions sur l’apparence des anges. On les imagine plus joufflus, plus grands et plus forts, car ils sont sensés respirer la puissance et la force. Mais en y réfléchissant, si un tel aspect a du sens dans notre monde, dans un autre monde, un autre lieu, ou un autre temps, comme le ciel, les règles du jeu ne sont plus les mêmes. Donc, d’une certaine façon, les ayant vus avec cette petite taille ne signifie pas qu’ils sont toujours de cette taille. Mais toute la composante surnaturelle de cela est qu’ils pourraient être n’importe quoi qui soit approprié à une époque ; je ne présuppose pas que nous devons les étiqueter comme ayant cette forme et cette taille pour toujours mais je peux vous affirmer que c’est exactement ce que j’ai vu.

Ils n’étaient pas nus et pourtant ils ne portaient pas de vêtements comme vous et moi, comme par exemple un survêtement. Ils étaient composés de beaucoup d’éléments. Certes ils avaient des membres comparables aux nôtres, mais en plus ils avaient ces incroyables ailes dans le dos. Cependant, je ne peux pas en dire plus parce que j’étais face à ces cinq anges différents qui bougeaient et me regardaient sans sourire – simplement, je dirais, relativement sans expression. Mais ce qui est si impressionnant, c’est que je peux encore les voir et que je pourrais certainement les dessiner. »

Comment se déplaçaient-ils ?
Pour se déplacer, ils ne battaient pas des ailes, comme un oiseau ; en fait, leurs ailes étaient curieusement immobiles et ils étaient tous dans une position similaire, debout plutôt qu’agenouillés. Ils flottaient tous, en fait, devant moi et se déplaçaient de haut en bas, tous différemment, sur le corps de Natasha, de la tête aux pieds. Une sorte de mouvement circulaire, apparemment aléatoire, avec leur propre rythme, ou sens du mouvement. Mais ils étaient calmes ; il y avait un calme complet autour d’eux. Il n’y avait pas de battement, rien de frénétique. C’est comme s’ils étaient venus pour faire un travail, ils savaient ce qu’ils devaient faire : ils attendaient et puis ils ont fait leur travail qui était d’emmener Natasha au ciel.

….

Source : BBC Radio 4

Dialogue avec l’Ange [Extraits] [sommaire]

par Chantal Piganeau

Dialogue avec l’Ange1 est le témoignage d’une rencontre extraordinaire vécue par quatre amis Hongrois, pendant la Seconde Guerre mondiale, avec des êtres de lumière qu’ils ont appelés « Anges ».

C’est aussi l’histoire d’Hanna Dallos, qui a transmis à ses amis les pensées, l’inspiration et les enseignements que les « Anges » lui ont donnés, à l’époque dangereuse et terrible des années 1940, en Europe.

Chaque semaine, pendant dix-huit mois, ces « Anges » se sont exprimés à travers Hanna. Ils ont répondu aux questions et délivré un enseignement, initiant chez ceux qui l’ont reçu et mis en pratique, un processus intense de transformation.

Benjamin Creme a indiqué que les « Anges » sont en fait les Maîtres Jésus, Morya et Koot Hoomi, « déguisés » en anges.

Des mots de feu

Un jour, Gitta montre à Hanna ce qu’elle a écrit. De toute évidence, le texte produit par Gitta est un condensé de platitudes, très en dessous de ses capacités réelles.

Hanna se sent soudain animée par une divine colère, elle a juste le temps de dire à son amie : « Attention, ce n’est plus moi qui parle. ». Elle transmet alors des paroles de feu. Ainsi débutent les dialogues.

Chaque semaine, le vendredi à 15 h, de juin 1943 à novembre 1944, ceux qu’elles appellent les « Anges » s’expriment à travers Hanna. Lili se joint à ses amies. Gitta et Lili notent scrupuleusement par écrit les échanges. Joseph, qui au départ, préférait se tenir à distance de l’expérience, décide de s’y intégrer par la suite.

Invitation à une attention soutenue

Il ne s’agit pas d’un corpus théorique d’enseignement, car les messages viennent en réponses aux questions posées par Gitta et Lili. Chacun des compagnons reçoit une réponse à ses questions. Leur contenu est en relation directe avec la façon dont les quatre amis intègrent et mettent en pratique au quotidien l’impulsion qu’ils reçoivent.

Cet enseignement est universel, il s’adresse à l’être humain, qui aspire à devenir l’acteur inspiré de sa vie. Pas de dogmes, de croyance, ni de rites, mais une invitation à vivre l’expérience du quotidien avec l’intensité permise par une attention soutenue. S’intéresser de près à tous les aspects de sa vie et les placer sous la lampe de la conscience.

« Chacune de tes cellules doit s’éveiller. Chaque pas vers LUI est un éveil. Chaque existence, pas seulement la vôtre, n’est que rêve. Un rêve subtil… de plus en plus subtil… mais un rêve.

Un seul éveil : LUI ». Et le Maître continue : « Je vous annonce qu’il y aura Délivrance, lorsque l’Unique Lumière aura percé les ténèbres les plus profondes. Nous tous y travaillons. Avec joie et gratitude. Gratitude ! De rêveurs, vous deviendrez éveilleurs. Vous devez arriver à ce point que quiconque vous regarde s’éveille. »

Un peu plus tard, après que Gitta ait posé une question à l’Ange/Maître, la réponse est sévère : « Raye ce mot « Pourquoi » et accomplis ta tâche. Toujours sans « Pourquoi » ! »

1 -Dialogue avec l’Ange, Gitta Mallasz, éditions Aubier.

Prenons les choses à cœur et agissons ! [Extraits] [sommaire]

Le pape François à Hiroshima et Nagasaki

par Naoto Ozutsumi

Le pape François est le premier souverain pontife à s’être rendu au Japon en 38 ans, après Jean-Paul II en 1981. En novembre 2019, il s’est rendu à Hiroshima et à Nagasaki, les deux villes complètement détruites par les bombes atomiques américaines à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945. Dans ces villes, il a délivré au monde entier des messages puissants sur la nécessité de renoncer aux armes et de construire la paix dans la vérité et la justice.

Quand il était jeune, le Pape voulait travailler au Japon, en partie parce qu’il appartenait à la Compagnie de Jésus, qui a introduit le christianisme au Japon en la personne de St François Xavier. Mais à l’âge de 21 ans, le jeune jésuite a contracté une pneumonie. Il a dû subir l’ablation d’une partie de son poumon droit. Cela l’obligea à renoncer au missionnariat au Japon.

Le pape François au stade de baseball de Nagasaki [Matsuda Katsuyuki]

Cependant, il n’a pas oublié la dévastation et la douleur que le peuple japonais a subies à cause du bombardement atomique, et il s’est efforcé de transmettre l’importance de la paix. Ainsi, en 2018, il a distribué aux journalistes et aux membres de l’Eglise des reproductions d’une photographie prise à Nagasaki juste après le bombardement. On y voit un garçon portant sur son dos son petit frère mort, dans la file d’attente pour le faire incinérer. Sur chaque exemplaire était inscrit : « Fruits de la guerre. » L’année suivante, le pape a pu réaliser son souhait de se rendre au Japon, « afin de commémorer les victimes innocentes de cette violence ». Le thème qu’il a choisi pour sa visite au Japon était : Protéger toute vie.

Dans son discours à Nagasaki, où plus de 74 000 personnes ont été tuées par l’explosion massive de chaleur et de radiation il y a 75 ans, le pape François a décrit les bases de la paix mondiale. « La paix et la stabilité internationale sont incompatibles avec les tentatives de construire dans la crainte de la destruction mutuelle ou sur la menace d’un anéantissement total. On ne peut les réaliser que sur la base d’une éthique mondiale de solidarité et de coopération au service d’un avenir façonné par l’interdépendance et la responsabilité partagée de toute la famille humaine actuelle et future ». Il a fait entendre la voix du peuple en affirmant : « Des millions d’hommes et de femmes partout dans le monde aspirent à un monde de paix, exempt d’armes nucléaires. » Et, conscient des conflits entre les superpuissances et de la tendance à négliger les traités nucléaires, il a mis le monde en garde : « Nous ne devons jamais arrêter d’œuvrer pour soutenir les principaux instruments juridiques internationaux de désarmement et de non-prolifération nucléaires, y compris le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. »

Le pape François nous a déclaré que nous devons utiliser l’argent et les ressources financières pour aider des millions de personnes vivant « dans des conditions inhumaines » et que nous devrions nous occuper des questions environnementales au lieu de gaspiller nos richesses dans la course aux armements. Il nous a fait prendre conscience une fois de plus que « personne ne peut être indifférent à la douleur de millions d’hommes et de femmes dont les souffrances perturbent nos consciences aujourd’hui. Personne ne peut faire la sourde oreille à l’appel de nos frères et sœurs dans le besoin. »

Le dimanche soir, le pape François s’est rendu à Hiroshima. Dans cette ville, où au moins 140 000 personnes ont été tuées par l’attaque nucléaire de 1945, il a rencontré plusieurs survivants. Yoshiko Kajimoto avait 14 ans lors du bombardement. « Quand je suis sortie, tous les bâtiments environnants étaient détruits. Il faisait noir comme en pleine nuit et ça sentait le poisson pourri », a-t-elle affirmé au pape assis près d’elle au parc du Mémorial de la Paix. Elle a décrit des gens « marchant côte à côte comme des fantômes, des gens dont le corps entier était tellement brûlé que je ne pouvais pas faire la différence entre les hommes et les femmes ». Elle a ajouté que personne en ce monde ne pouvait imaginer une telle scène d’horreur.

Dans son discours, le pape a rendu hommage à toutes les victimes et aux survivants qui ont vécu avec « force et dignité ». Il a exprimé son « humble désir d’être la voix des sans-voix, qui assiste avec inquiétude et angoisse à la montée des tensions à notre propre époque ». Il a souligné la criminalité et l’immoralité des armes nucléaires : « Avec une profonde conviction, je souhaite une fois de plus déclarer que l’utilisation de l’énergie atomique à des fins de guerre est aujourd’hui, plus que jamais, un crime non seulement contre la dignité humaine, mais contre tout avenir possible pour notre maison commune. L’utilisation de l’énergie atomique à des fins de guerre est immorale. »

Vers la fin de son discours, il nous a exhorté à reprendre en cœur : « Plus jamais la guerre, plus jamais le choc des armes, plus jamais autant de souffrance ! » Il a conclu son discours par un appel au Christ : « Viens, Seigneur, Prince de la Paix ! Fais de nous des instruments et des reflets de ta paix ! »

Source : Kyodo ; www.japantimes.co.jp ; mainichi.jp ; christiantoday.co.jp

Questions-réponses

Peut-on voir Maitreya ? (Conférence de Benjamin Creme, Japon, mai 2008) [sommaire]

Il faut être détaché, même à propos de Maitreya. Bien que je sache où se trouve Maitreya, je n’ai pas le droit d’aller le voir. Je ne m’approche jamais de lui. Même si je savais qu’il est à telle ou telle manifestation, je ne m’y rendrais surtout pas. Il n’est pas nécessaire de serrer la main de quelqu’un pour vérifier qu’il existe. Soit il est réel pour vous, dans votre cœur, soit il ne l’est pas. Et s’il est présent dans votre cœur, vous n’avez pas besoin de le voir, ni de lui serrer la main.

Pourquoi les Maîtres et vous ne cessez-vous pas de dire « bientôt » quand vous parlez de la date de la Réapparition ? [sommaire]

Les Maîtres ne cessent de dire « bientôt », parce que, de leur point de vue, l’événement est pour bientôt, très bientôt. Pour eux, dix ou vingt ans, c’est « bientôt », c’est comme une ou deux semaines de notre temps. Si les Maîtres disaient : « Cela aura peut-être lieu dans vingt ans », personne ne ferait rien. Quand, en 1959, Maitreya m’a annoncé qu’il allait venir bientôt, « encore plus tôt que les gens ne l’imaginent », il a parlé d’une vingtaine d’années environ. En réalité, il s’agissait de dix-huit ans [1977]. Je me suis dit : « Vingt ans ! Rien ne presse ! » Pour moi, vingt ans, c’était très, très loin. Donc, je n’ai rien fait. Ce ne fut que quand mon Maître me « poussa » pour que je me manifeste et parle que je me mis à faire quelque chose. Il n’y avait pour moi aucune espèce d’urgence. L’un des problèmes de certains groupes ésotériques, c’est qu’ils ne se rendent absolument pas compte qu’il y a urgence.