Communiqués de presse : leur objet

Accueil>A l’attention des médias>Communiqués de presse : leur objet

Entre 1989 et 1991, la revue Share International a publié des articles basés sur des interviews d’un collaborateur de Maitreya. Des communiqués de presse résumant ces articles furent adressés régulièrement aux médias, dans le monde entier. De nombreux journalistes se sont interrogés sur les buts et les intentions de Maitreya quant à ces communiqués de presse. Par la suite, d’autres communiqués ont été envoyés régulièrement, avec des informations hors du commun. 

En mars 1991, le Maître de Benjamin Creme, qui travaille en relation étroite avec Maitreya, a aimablement accepté de répondre à des questions concernant ces communiqués, par l’intermédiaire de B. Creme, dans une interview accordée à la journaliste Patricia Pitchon.

Patricia Pitchon : Quel est le but de ces communiqués de presse ?

Le Maître : Ils ont plusieurs buts. L’un d’entre eux consiste à informer, en particulier à éclairer l’humanité sur le mécanisme de la loi de cause et d’effet. Il s’agit d’un enseignement essentiel pour l’humanité. Dans sa majorité, l’humanité ne reconnaît pas sa contribution aux événements survenant dans le monde, contribution intervenant même dans les changements de la structure climatique mondiale.

Ainsi, nombre de tremblements de terre, de perturbations météorologiques telles qu’inondations et ouragans, d’éruptions volcaniques, et ainsi de suite, sont dus aux énergies destructrices émises par les êtres humains. Leurs pensées et leurs émotions véhiculent de l’énergie et ont un impact collectif. Ces facteurs engendrent des formes-pensées tellement destructrices qu’elles perturbent les élémentaux contrôlant les conditions atmosphériques. La structure traditionnelle du climat en est alors complètement bouleversée.

Un autre but est d’éclairer l’humanité sur l’influence que les individus eux-mêmes exercent sur les événements, dans la vie politique et économique, en bien ou en mal. Si vous êtes destructeurs ou source de divisions, comme c’est souvent le cas, séparatistes, alors vous récoltez cette réaction karmique, ce que vous avez semé. Maitreya enseigne cette loi.

Une autre raison importante à ces communiqués de presse est simplement d’attirer l’attention sur Maitreya, sur le fait qu’il est là. Les prévisions, transmises sur un éventail très vaste de sujets, sont dans leur ensemble si pertinentes et si précises qu’elles ont suscité dans les médias et chez les hommes influents du monde un intérêt qui n’existerait pas autrement. Elles ont engendré dans l’aura mentale un certain sens de la présence de Maitreya, du Christ. Cela influence chaque individu, depuis les dirigeants d’envergure mondiale jusqu’à l’homme ordinaire. Ainsi, il apprend à l’humanité sa responsabilité en termes d’action et de réaction et il attire l’attention sur sa présence.

P.P. Le Maître peut-il clarifier, à l’intention des nombreux journalistes intrigués et de certains membres du grand public, la relation existant entre, d’une part, le libre arbitre humain et, d’autre part, la capacité d’un Maître à prévoir les événements, les tendances et les schémas caractéristiques des affaires du monde ?

Le Maître : Les deux choses fonctionnent simultanément. Maitreya n’utilise pas la clairvoyance ou seulement de temps en temps. Par sa connaissance de la loi de cause et d’effet, il souligne des orientations et des tendances qui sont inévitables, à moins que l’humanité n’intervienne d’une manière différente. Si vous ne changez pas de direction et, de ce fait, ne changez pas ces schémas, alors ces orientations deviendront des faits. Voilà ce qu’il dit. En ce sens, il illustre la loi de cause et d’effet (c’est-à-dire la loi du karma) en action.

Cependant, vous êtes dotés du libre arbitre. Une influence s’exerce sur ces événements par l’intermédiaire de votre libre arbitre, en bien ou en mal. Si vous vous employez à modifier votre ligne de conduite, ces événements ne se produiront pas. Mais si vous persistez dans la voie que vous avez suivie, quel que soit le sujet en question ces événements se réaliseront. Vous exercez également une influence sur le délai dans lequel ils se produiront.

P.P. Combien de journalistes ont rencontré Maitreya jusqu’à présent ?

Le Maître : Plusieurs centaines.

P.P. Pourquoi, malgré ce grand nombre, rien n’a-t-il publiquement filtré de ces réunions ?

Le Maître : De nombreux journalistes ont tenté, sans succès, de faire connaître le contenu de ces communiqués de presse. Davantage, encore, n’ont pas essayé.

P.P. Pour quelles raisons ?

Le Maître : Ils trouvent difficile, dans leur milieu, de prendre position vis-à-vis de cette information, dont ils pensent qu’elle pourrait les rendre ridicules. Naturellement, des journalistes ont tenté de faire quelque chose, indirectement, si indirectement que vous ne l’avez pas remarqué. Néanmoins, certains journalistes en parlent entre eux. Ceux qui mutuellement savent qu’ils ont eu des contacts, en parlent et débattent des moyens de le faire savoir, mais ce processus est lent. L’opposition est réellement très forte.

P.P. Quelles sont les raisons de cette opposition ?

Le Maître : Une suffisance, une autosatisfaction invétérée, une parfaite ignorance, une peur absolue du changement. La peur du ridicule, la peur de la vérité lorsqu’elle est présentée sous une forme nouvelle, une capacité à s’illusionner soi-même, qui est aussi forte chez les journalistes que chez n’importe qui d’autre, et un manque d’empressement à prendre fait et cause pour ce qu’on sait être vrai en un mot, la peur.

P.P. Comment des journalistes qui tentent de faire connaître publiquement les enseignements de Maitreya peuvent-ils aider d’autres journalistes qui ont peur ?

Le Maître : Montrez l’exemple. Rien ne vaut les exemples. Si un journaliste de renom était assez brave pour affirmer ce qu’il sait et ce qu’il a expérimenté comme de nombreux autres, les autres suivraient alors rapidement. C’est une question de temps.

P.P. Cela signifie-t-il que cela doit forcément se produire, tôt ou tard ?

Le Maître : Cela doit obligatoirement se produire. Et même assez rapidement. La plupart des journalistes attendent seulement que Maitreya « monte au créneau », et alors ils parleront franchement.

P.P. Comment cela se passera-t-il ?

Le Maître : Attendez et vous verrez. Ils attendent de le voir. Lorsqu’il sera possible de s’exprimer en toute sécurité, ils le feront. Jusqu’à ce que les conditions soient sûres, les gens manquent de confiance en eux-mêmes. Quelquefois, leurs efforts sont simplement contrecarrés.

P.P. Voulez-vous dire que les conditions seront « sûres » lorsque Maitreya émergera plus publiquement ?
Le Maître : Lorsque Maitreya lui-même prendra certaines initiatives, afin que le public ne puisse pas nier sa présence.

P.P. Ce scepticisme a-t-il également une origine culturelle en Occident ?
Le Maître : Absolument. Il existe un scepticisme inné du mental rationnel occidental – mental dont on pense qu’il est plus rationnel qu’il ne l’est en réalité, et qu’on croit plus rationnel, peut-être, que celui des Orientaux. Il existe une tendance en Orient à considérer le spirituel comme faisant partie de la vie, et une tendance en Occident à craindre toute confusion entre le spirituel et le matériel.

[Exraits de la Mission de Maitreya, tome II]