DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
 Dossier de presse
 Médias et émergence
 Communiqués de presse
 Communiqués récents
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
Page précédente   Page suivante

Accueil > Découvrir > Les médias

Les médias et l'émergence de l'instructeur mondial

L'article ci-dessous est tiré du livre de Benjamin Creme « La mission de Maitreya, tome 2 »

Pourquoi Maitreya doit-il apparemment attendre que certaines conditions soient remplies avant de pouvoir s'immiscer dans nos affaires ? (Déc. 92)

Afin de ne pas enfreindre notre libre arbitre. L'enseignement erroné transmis par les Eglises a amené les gens à se figurer que le Christ descendra du ciel sur un nuage à la fin du monde, que nous lèverons la tête pour contempler ce personnage omnipotent bardé du sceptre du pouvoir, et qu'alors nous saurons que Dieu a fait son entrée dans le monde. C'est vraiment une idée fausse. En dehors du fait que Maitreya n'est pas Dieu, ce serait une violation majeure de notre libre arbitre qu'il entre dans nos vies de cette manière.

Pour la Hiérarchie, le respect du libre arbitre de l'homme est un principe sacré. La Hiérarchie n'enfreindra jamais notre libre arbitre, même si cela pouvait, selon notre point de vue, se révéler bénéfique pour nous. Le libre arbitre constitue le moyen par lequel nous évoluons pour devenir ce que nous sommes - en tant qu'âmes - c'est-à-dire divins. Maitreya déclare : « Ne laissez personne vous ravir votre libre arbitre. Il constitue votre héritage divin. » Par conséquent, pour Maitreya, émerger autrement que sur invitation constituerait une violation de notre libre arbitre. Il doit avoir la conviction que l'humanité est prête à répondre avec joie et de son plein gré à ses conseils, et non pas simplement parce qu'il est le Christ. Il affirme : « Ne me vénérez pas, Si vous me vénérez, vous me placez au-dessus de vous. Je ne suis pas au-dessus de vous; je suis la même divinité. Nous sommes tous la même divinité; il n'existe qu'une seule divinité. » C'est la raison pour laquelle il n'enfreindra jamais notre libre arbitre ; et c'est pourquoi je fais office d'éclaireur pour préparer quelque peu sa venue, pour vous annoncer qu'il est ici et vous aider à ouvrir vos esprits. Mon travail consiste à créer un climat d'espoir et d'attente afin qu'il puisse pénétrer dans notre vie sans enfreindre notre libre arbitre. Toutefois, s'il advenait que nous changions demain, que nous nous attaquions par exemple au problème de la faim régnant dans ce monde d'abondance et que nous nous en débarrassions à tout jamais, Maitreya pourrait faire un énorme pas en avant. Les médias ne pourraient pas le manquer. Ils pensent que Maitreya est réservé, distant et difficilement accessible ; il n'en est rien. Maitreya attend simplement, dans les limites de la Loi, que les médias prennent certaines dispositions. Ils ne perçoivent ni ne comprennent leur rôle ou leur responsabilité. Les médias représentent l'humanité, ils sont le moyen par lequel l'humanité entre en communication avec elle-même. Mais ne percevant pas cela, ils affirment qu'ils ne peuvent que réagir aux événements. Et ils ne savent pas comment réagir vis-à-vis de l'émergence de Maitreya, étant donné qu'ils n'ont jamais été confrontés à un tel événement. Depuis que les médias existent, le Christ ne s'est jamais présenté dans le monde ! Ils savent qu'il est ici, ils attendent simplement « qu'il montre le bout de son nez », et alors ils agiront. Nombre d'éminents journalistes savent que Maitreya se trouve dans le monde. Les responsables au sein des journaux, des services de presse, des gouvernements, ou des services diplomatiques, savent que tout ce que j'ai pu relater est exact. Beaucoup d'entre eux connaissent Maitreya ; il a rencontré des centaines de diplomates, de journalistes, de parlementaires - vous pouvez même souvent déceler les propres mots de Maitreya dans leurs discours.

Pourquoi les journalistes sont-ils tellement importants, et non pas les gens ordinaires ? (Oct. 91)

Les médias représentent l'humanité. Aussi sceptiques, aussi cyniques, même, que soient la plupart des médias du monde, ils sont les représentants de l'humanité. Les réseaux d'information du monde sont les moyens par lesquels l'humanité se parle à elle-même, se montre à elle-même, et c'est donc par l'intermédiaire des médias du monde que Maitreya doit parler au monde. A moins de transgresser le libre arbitre humain, Maitreya ne peut pas accéder aux réseaux d'information et parler ouvertement, directement aux hommes - ce qui est son intention à moins d'y être invité. C'est pourquoi, une réponse des médias est nécessaire.

Les instructeurs du passé, tels que Jésus, n'ont pas fait appel aux médias. Pourquoi ce besoin, maintenant ? (Déc. 91)

Il n'existait pas de médias. Aucun média. Y en aurait-il eu que Jésus les aurait certainement utilisés. Jésus a dispensé son enseignement pendant trois ans, en demeurant si peu connu qu'il fallut qu'un de ses disciples, Judas, finisse par se faire corrompre et le désigne aux autorités, pour que Jésus soit arrêté.

Tout le monde croit que Jésus se faisait accueillir à bras ouverts. Cela n'était pas le cas. La seule fois où il fut accueilli à bras ouverts, ce fut lors de sa dernière entrée à Jérusalem, lorsque le peuple crut qu'il allait conduire le soulèvement contre Rome. Ceux qui croyaient à la venue du Messie attendaient un prince guerrier, issu de la Maison de David, et capable de libérer les Juifs du joug romain. Jésus ne fit rien de tel, mais exhorta : « Rendez à césar ce qui appartient à César, et rendez à Dieu ce qui appartient à Dieu. » Il n'était pas du tout venu afin de libérer les Juifs de Rome, et c'est pour cela qu'ils se débarrassèrent de lui. Et comme, dans leur esprit, ils se représentaient le Messie comme un prince guerrier, Jésus ne pouvait pas être le Messie.

Il n'existe pas un seul enseignement qui nous soit parvenu sous sa forme originale. Pourtant, la chrétienté n'a que 2 000 ans. Que dire alors des enseignements datant de plusieurs milliers d'années ? Tous les instructeurs, et Jésus lui-même, vinrent dans le monde et transmirent leurs enseignements à quelques disciples, à qui il incombait de les répandre. Il a fallu des siècles pour que l'enseignement de Jésus se propage, et inévitablement, au cours de cette période, s'introduisirent des inexactitudes, des distorsions et des colorations de l'enseignement original, simple. Dans la plupart des cas, on élevait l'Instructeur au rang de Dieu. C'est la raison pour laquelle Jésus est adoré comme Dieu. Jésus n'est pas Dieu, et n'a jamais prétendu l'être. Maitreya ne le prétendra pas davantage. Aucun de ces Instructeurs n'est Dieu. Ils ont la conscience de Dieu, mais c'est une autre chose. Tous les Maîtres, sans exception, ont la conscience de Dieu. Ils représentent la perfection, et c'est pour cela qu'ils sont des Maîtres. Mais cela ne les élève pas au rang de Dieu, pas plus que cela ne vous rend Dieu vous-mêmes. Vous êtes Dieu, nous sommes tous Dieu, mais cet état d'Etre se rapporte à la conscience. Lorsque vous êtes conscients de la nature de Dieu, alors vous avez la conscience de Dieu. Il s'agit d'un phénomène progressif, et cette sorte de perfection ne s'acquiert qu'au fil de nombreuses incarnations.

A l'heure actuelle, et pour la première fois, précisément du fait de l'existence des réseaux modernes de communication, l'Instructeur peut s'adresser directement à chacun. Il n'a plus besoin de prêtres pour (mal) interpréter son enseignement. Un appel des médias, lui demandant de se faire connaître, représenterait l'appel de l'humanité en général. Maitreya peut répondre à cet appel, en conformité avec la loi karmique.

Le Christ n'est-il pas assez fort pour apparaître à un plus large public sans y être invité par les médias (qui ne sont pas toujours honnêtes) ? (Déc. 90)

Le problème ne réside pas dans la force ou le pouvoir du Christ. Il réside dans le libre arbitre de l'humanité qui, pour le Christ, est sacro-saint et ne doit pas être enfreint. C'est pour cette raison qu'il a besoin d'être invité à se faire connaître publiquement au monde.

Cette question du libre arbitre signifie-t-elle qu'il devra être invité par tous les médias, ou par à un pourcentage élevé d'entre eux ? (Juin 91)

En fait, il faudra que parmi les grands réseaux médiatiques du monde, il y en ait un certain nombre qui se mettent d'accord pour organiser, par exemple, une conférence de presse à laquelle Maitreya révélerait son identité et prouverait qu'il est ce que je dis à son sujet (ce n'est pas lui qui le dit, mais moi). Cela déboucherait sur une émission de télévision diffusée simultanément dans le monde entier, lui permettant de parler directement à tous les hommes et d'être vu de tous. Pour l'instant, nous en sommes encore au point où les gens commencent seulement à se rendre compte qu'il est ici.

Si ce sont les énergies de Maitreya qui ont tout changé pour nous jusqu'à maintenant, qu'avons-nous à gagner à son apparition lors d'une conférence de presse ? Un simple conseil de sa part ne représenterait-il d'ailleurs pas déjà une atteinte à notre libre arbitre ? (Oct. 89)

Non. Nous ne sommes pas obligés de suivre son conseil (nous serions toutefois insensés de ne pas le faire). Il existe certaines limites, selon la loi karmique, à ce que Maitreya peut faire sans l'assentiment et la coopération des hommes. C'est la raison pour laquelle son apparition devant l'humanité est nécessaire afin de remplir sa mission. Qui plus est, son acceptation par l'humanité est essentielle à la pleine réalisation de cette mission.

Il a été avancé que, si Maitreya n'obtenait pas la coopération des médias, il devrait finalement adombrer l'humanité sans avoir recours aux chaînes de radios et de télévision du monde entier. Un tel risque existe-t-il ? Déc. 89)

Non, un tel risque n'existe pas, Maitreya ne fera jamais cela. Ce serait enfreindre notre libre arbitre. Maitreya compte entièrement sur la coopération des médias, ne serait-ce qu'en réponse à la demande et à l'intérêt manifestés par le public après la conférence de presse qui doit précéder le jour de Déclaration.

En tant que journaliste, je ne comprends pas pourquoi le Seigneur Maitreya ne se présente pas lui-même pour faire ses déclarations à la presse ? (Oct. 91)

Parce que s'il agissait ainsi immédiatement, personne ne croirait en lui, pas plus qu'on ne croit tous les autres qui prétendent être le Christ (vous seriez surpris de savoir combien de personnes, dans le monde entier, croient être le Christ). Si Maitreya se présentait à vous ou à un autre journaliste, vous devriez vous forger votre propre opinion, et déterminer si pour vous, il est véritablement le Christ ou non. Ce n'est pas si simple. Il rencontre un grand nombre de journalistes, qui ne le font pas savoir.

Pourquoi Maitreya veut-il absolument que toute entrevue avec lui soit diffusée en direct ? Est-ce pour éviter la distorsion de son enseignement par un éventuel montage ? (Sept. 87)

Dans le cas d'une courte interview de Maitreya, il est en effet essentiel que l'information soit diffusée en direct pour éviter la distorsion de son point de vue par un éventuel montage. Cela lui paraîtrait sûrement moins important dans le cas d'une interview plus longue et plus en profondeur.

Un lecteur de Partage international a écrit avoir vu un film en Nouvelle-Zélande, dans lequel apparaissait un « instructeur très particulier » au sein de la communauté d'immigrants asiatiques de Londres. S'agit-il du film de télévision dont vous avez fait mention, dans lequel apparaissait Maitreya, mais qui ne fut jamais diffusé ? (Mai 89)

Oui. Ce film a été réalisé en 1981. Sa diffusion en Nouvelle-Zélande est la seule dont j'ai eu connaissance.


septembre 1996



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017