DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
 La Sagesse Eternelle
 La réalisation du Soi
 Mantrams et Prières
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Approfondir > Spiritualité

Les Enseignements de
la Sagesse Eternelle

Une introduction (texte intégral)


Pour commander le livret, cliquer ici.


Ce livret (48 pages) présente les grandes lignes de l'ésotérisme, à travers la transcription d'une interview de Benjamin Creme, par Rollin Olson, à Los Angeles, en novembre 1994.

Depuis des temps très reculés, les générations se transmettent un corpus d'enseignements spirituels appelé « sagesse éternelle » ou « philosophie ésotérique ». De cette source ont jailli les arts, les sciences et les religions de civilisations sans nombre.

L'ésotérisme réunit les philosophies orientales et occidentales. Il s'agit de la science du processus évolutif, aussi bien de l'homme que de la nature. Il explique la structure énergétique de l'univers, et la part de l'homme en son sein. Il s'agit également de l'art de faire " descendre sur Terre " ces énergies qui proviennent de sources élevées et de les y ancrer.

Au début du siècle, la Maître tibétain Djwal Khul a dévoilé ces informations au public, par les écrits d'H. P Blavatsky et plus tard, par ceux d'Alice Bailey.

Depuis 1959, un artiste britannique, Benjamin Creme, reçoit de son Maître des informations complémentaires qu'il diffuse lors de tournées de conférences à travers le monde, dans plusieurs pays d'Europe, ainsi qu'au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada, au Mexique et aux Etats-Unis.

Benjamin Creme est l'auteur d'ouvrages traduits et publiés dans de nombreuses langues. Il est également co-rédacteur en chef de Share International (en français, Partage international), revue mensuelle diffusée dans 70 pays et dans plusieurs langues.

COPYRIGHT ET UTILISATION

Ce livre de Benjamin Creme est sous copyright.
Cependant, pour diffuser plus largement l'information concernant l'émergence imminente de Maitreya, l'Instructeur mondial, ce livre en version électronique est mis à disposition gratuitement à partir du lien ci-dessous. Il peut être lu en ligne, téléchargé ou partagé avec d'autres personnes grâce à un lien internet, en pièce jointe d'un email, ou si les circonstances le nécessitent, vous pouvez en imprimer une copie pour votre usage personnel.

Il ne peut être utilisé à des fins commerciales, réédité, modifié, ou placé sur un site internet sans l'autorisation écrite du détenteur du copyright (auteur et éditeur).

Les livres de Benjamin Creme ont été traduits en plusieurs langues et sont accessibles à la vente en ligne. Ils sont également disponibles en librairies, sur des sites de ventes en ligne et chez l'éditeur.
Monsieur Creme ne reçoit aucun droit d'auteur sur la vente de ses livres.

Si vous communiquez par email avec d'autres personnes au sujet de la disponibilité de ce livre, merci d'utiliser le lien suivant :





Les enseignements de la Sagesse éternelle

Interview de Benjamin Creme, par Rollin Olson

 

Rollin Olson : Il semble qu'à l'heure actuelle, on ne cesse de se plaindre du caractère incontrôlable des événements : des pays sont ruinés par la corruption, des économies s'effondrent, le chômage s'accroît, de même que le nombre des sans abri, l'unité familiale est brisée. Beaucoup trouvent que la vie n'a plus de sens. D'autres continuent à espérer un revirement. Voyez-vous quelque espoir pour l'avenir ?

Benjamin Creme : Tout à fait. Je pense que l'humanité a devant elle la perspective d'une civilisation plus brillante que notre monde n'en a jamais connue.

Notre divinité innée

RO. Mais comment est-ce possible, étant donné les problèmes d'aujourd'hui ?

BC. Je pense qu'en réalité ces problèmes sont temporaires. Ils sont dus au fait que des énergies cosmiques nouvelles et colossales influencent actuellement notre monde et créent les conditions qui engendrent les bouleversements et le chaos que nous connaissons actuellement. La divinité innée, potentielle en chacun de nous, est suffisante, à mon avis, pour nous montrer comment sortir de ces problèmes et instaurer les conditions qui permettront non seulement de sauvegarder l'humanité, mais aussi de bâtir une civilisation qui remplira toutes nos aspirations.

RO. Vous parlez de " divinité innée ". Qui sommes-nous en réalité ?

BC. Nous sommes en réalité des dieux incarnés. Il nous faut reconnaître notre triple constitution : nous sommes une étincelle de Dieu. Toutes les religions ont affirmé le principe de notre divinité et n'ont cessé de le présenter à l'humanité, depuis des milliers d'années. Mais cette idée peut être considérée d'une manière plus scientifique et plus exacte encore. En tant qu'ésotériste, je dirais que l'étincelle divine a une vibration si raffinée qu'elle ne peut se manifester directement sur le plan physique. Elle se reflète donc en tant qu'âme humaine individualisée. L'âme, à son tour, se reflète dans la personnalité humaine, avec ses trois corps : physique, émotionnel et mental. A travers la personnalité, l'âme poursuit son processus de réincarnation, jusqu'à ce que finalement l'individu sur le plan physique reflète parfaitement la qualité de l'âme, qui est la qualité de l'étincelle de Dieu.

RO. Qu'est-ce qui nous empêche d'exprimer cette divinité dès maintenant ?

BC. Le principal obstacle se trouve au niveau du plan physique dense où il existe une résistance, une limitation à l'expression de notre divinité. De là provient la manifestation de l'égoïsme chez la plupart des hommes. Et c'est pourquoi nous créons des conditions politiques, économiques et sociales, qui empêchent notre divinité de s'exprimer. Lorsque les changements
actuellement en cours iront plus loin, et refléteront la nature essentiellement spirituelle de l'humanité, nous créerons les conditions, politiques, économiques, religieuses, sociales et scientifiques, qui permettront à cette divinité innée en chacun de se manifester.

Spiritualiser la matière

RO. Si nous sommes divins de manière innée, quel est alors notre dessein, vers quel but tend la race humaine ?

BC. En tant que membre de la race humaine, notre but est de spiritualiser la matière. Nous sommes l'esprit dans la matière, en incarnation à ce niveau relativement bas qui est le nôtre - même si du point de vue des règnes minéral, végétal ou animal, ce soit un niveau relativement élevé. Car du point de vue de l'esprit, l'être humain, avec ses trois corps : physique, émotionnel et mental, n'est pas une expression très nette de la divinité. Mais le processus de l'évolution nous permet de spiritualiser la matière de nos propres corps, et, ainsi, la matière elle-même. C'est pour cette raison que nous sommes ici : pour spiritualiser la matière, pour imprégner la matière de nos corps physique, émotionnel et mental des qualités de l'âme, qui est parfaite, esprit parfait, reflet de l'étincelle divine.

Nos corps sont des véhicules

RO. Il y a quelque chose que je voudrais vous demander de clarifier. De manière habituelle, les gens parlent de leur corps physique, ou bien de leurs émotions ou de leurs pensées. Mais vous indiquez qu'il existe en fait, en plus du corps physique dense, un corps qui est celui des émotions, ainsi qu'un corps mental ?

BC. Oui, réellement. Ces corps sont les véhicules qui permettent à l'aspect esprit, agissant à travers l'âme, de s'exprimer à ce niveau. Graduellement, grâce au processus de l'incarnation et de la réincarnation, nous créons réellement un corps à travers lequel l'aspect esprit peut se manifester dans toute sa plénitude. Lorsque cela arrive nous devenons des Maîtres parfaits.

L'Enseignement de la Sagesse éternelle

RO. D'où viennent les informations que vous nous transmettez ? Font-elles partie d'un ensemble de connaissances ?

BC. C'est l'Enseignement de la Sagesse éternelle, qui est aussi vieux que l'humanité. Il est transmis par un groupe d'hommes qui ont dépassé le stade strictement humain et ont pénétré dans le règne suivant, le règne spirituel. Ces êtres sont les Maîtres de Sagesse et les Seigneurs de Compassion. Ce sont des hommes comme nous mais qui ont élargi leur conscience jusqu'à inclure les niveaux spirituels. Un grand nombre de ces Etres illuminés se trouvent sur notre planète. Depuis des milliers et des milliers d'années, ils vivent dans des régions montagneuses et désertiques reculées. De temps en temps, pour nous éclairer, ils communiquent certains aspects de leurs enseignements, dans la mesure où nous sommes capables de les absorber et de les utiliser.

Dans les temps modernes, ces enseignements ont été transmis principalement par l'intermédiaire d'Helena Petrovna Blavatsky, l'une des fondatrices de la
Société Théosophique, entre 1875 et 1890. Son livre, la Doctrine secrète, représente la partie préparatoire de l'enseignement pour le cycle cosmique dans lequel nous entrons actuellement, et que nous appelons l'ère du Verseau. Une autre partie fut transmise ultérieurement par l'intermédiaire d'une disciple anglaise, Alice Bailey, entre 1919 et 1949, par un Maître tibétain, Djwhal Khul. Cette partie est considérée comme la phase intermédiaire des enseignements transmis par les Maîtres pour le nouvel âge. Un autre ensemble d'enseignements, les Enseignements de l'Agni Yoga, fut donné par l'intermédiaire d'une autre disciple russe, Helena Roerich, entre 1924 et 1939. Ces enseignements de la Sagesse éternelle permettent à l'humanité de rester informée de sa divinité essentielle, et du processus évolutif au moyen duquel nous nous perfectionnons.

RO. Il semble que cette question ne relève pas strictement du domaine religieux. S'agirait-il plutôt d'une vision élargie des choses, englobant des aspects philosophiques aussi bien que religieux ?

BC. Oui. C'est un enseignement synthétique. L'enseignement de la Sagesse éternelle, ou enseignement ésotérique comme on l'appelle parfois, n'est pas une religion. Ce n'est pas non plus, à proprement parler, une philosophie ; ce n'est ni un art ni une science, mais c'est un peu tout cela. En fait l'ésotérisme est la philosophie, ou la science, du processus de l'évolution, en ce qui concerne le règne humain et les règnes subhumains. Mais il s'agit de l'évolution de la conscience, non de celle de la forme physique. Si vous voulez connaître l'évolution de la forme physique, tournez-vous vers Darwin ; il a assez bien résumé la nature de l'évolution en ce qui concerne la forme du règne animal et du règne humain. Mais en termes d'évolution de la conscience, vous devez vous tourner vers l'explication ésotérique ; ésotérique pour l'instant, car ce qui est ésotérique devient progressivement exotérique. Rien de ce que l'humanité peut utiliser en toute sécurité ne lui est jamais caché ; dans quelle mesure cet enseignement est diffusé à une période donnée dépend donc de nous.

Esotérisme et occultisme

RO. Avant de poursuivre cet entretien, j'aimerais vous demander de clarifier deux mots. Vous venez d'introduire la notion d'ésotérisme, qui est souvent appelé occultisme. Que signifient, à proprement parler, ces deux mots ?

BC. Esotérique ou occulte signifie " caché ". C'est-à-dire caché pendant une période donnée, mais pas de manière définitive, caché cependant parce qu'à ce point précis d'évolution de la race humaine, ces notions sont pratiquement inconnues et inacceptables pour tout le monde, si ce n'est d'un nombre relativement restreint d'initiés et de disciples de ceux qui transmettent les enseignements. Pour l'humanité en général c'est quelque chose d'inconnu, donc d'ésotérique ou d'occulte.

Différents groupes religieux ont donné au mot " occulte " une connotation plutôt péjorative ; comme s'il s'agissait de quelque chose de sombre, de mauvais, qui a trait à des pratiques infâmes, à l'adoration du démon, etc. C'est une conception totalement erronée du sens du mot occulte. Occulte signifie simplement caché, et spécialement la connaissance cachée ou science des énergies à la base du processus évolutif. L'ésotérisme pourrait être considéré comme la philosophie du processus d'évolution, et l'occultisme comme la science des énergies entraînant ce processus.

RO. Lorsque vous parlez d'énergies, cela fait, bien sûr, immédiatement penser à la science, parce que la science traite de l'énergie. Vous êtes en train de dire que même la religion a un fondement énergétique, et par conséquent scientifique ?

BC. Oui, certainement. Toutes les religions sont l'expression d'enseignements qui, du fond des âges, ont permis à l'humanité de rester, plus ou moins, reliée à ce que nous appelons Dieu - Dieu étant, dans le sens ésotérique, la somme totale de toutes les Lois et de toutes les énergies gouvernées par ces Lois dans l'univers manifesté et non manifesté. Ainsi Dieu est-il impersonnel. Néanmoins, ce Dieu transcendant se manifeste dans tous les aspects de la création, y compris nous-mêmes. Nous ne sommes pas séparés de cette création, ni de Dieu par conséquent. Tout être humain possède, à l'état latent, la capacité de connaître, d'être conscient de chaque aspect de la création que nous pouvons considérer comme la manifestation de Dieu.

La Hiérarchie Spirituelle

RO. Vous avez indiqué auparavant que ces enseignements étaient donnés périodiquement et qu'ils avaient été transmis plus récemment par l'intermédiaire d'Helena Blavatsky et d'Alice Bailey. Comment l'information leur est-elle parvenue ? D'où venait-elle pour qu'elles puissent la recevoir et nous la communiquer ?

BC. En ce qui concerne Madame Blavatsky, elle l'a reçue d'un groupe de Maîtres avec qui elle a vécu pendant quelques années dans l'Himalaya. Les Maîtres ont franchi les étapes du processus évolutif dans lequel nous sommes toujours engagés et ont appris comment fonctionne l'évolution, en quoi elle consiste. Ce sont des Maîtres, mais nullement dans un sens autoritaire ; ils sont Maîtres d'eux-mêmes et des forces de la nature. Ils ont la pleine conscience et la maîtrise totale sur tous les plans de notre planète.

RO. Et je présume que c'est de ce niveau d'accomplissement humain que sont venus les grands instructeurs de tous les temps ?

BC. Oui, absolument. Chaque nouveau cycle cosmique - nous entrons actuellement dans l'un deux, l'âge du Verseau - amène un instructeur dans le monde. Des êtres comme Hercule et Hermès, Rama, Mithra, Vyasa, Zoroastre, Confucius, Krishna, Shankaracharya, le Bouddha, le Christ, Mahomet, sont tous des Maîtres qui sont venus du même centre spirituel de la planète, appelé la Hiérarchie spirituelle ou la Hiérarchie ésotérique, qui est composée des Maîtres et de leurs initiés et disciples de différents degrés.

RO. Le " centre spirituel de la planète " ?

BC. Il s'agit de la Hiérarchie spirituelle, du Royaume de Dieu, du Règne spirituel. On l'appelle aussi le Royaume des Ames.

RO. Il s'agit donc d'un état d'être, et non d'un lieu ?

BC. Oui. Les chrétiens attendent que le Royaume de Dieu descende sur la Terre, lorsque nous serons assez bons pour le mériter. En fait, il a toujours été là, derrière l'écran ; il est composé de ces hommes et de ces femmes qui, en élargissant leur conscience (et donc en faisant la démonstration de leur divinité), se sont rendus dignes de séjourner dans le Royaume de Dieu, le Règne spirituel.

RO. Est-ce à quoi se réfèrent les Ecritures en mentionnant le " Royaume des Cieux parmi nous " ?

BC. Le Christ a dit par l'intermédiaire de Jésus que le Royaume des Cieux était en nous. Ne le cherchez pas à l'extérieur ou là-haut, il est en vous. Et c'est vrai, c'est un état de conscience. Si vous parvenez à cet état de conscience, vous êtes dans le Royaume de Dieu.

Dieu

RO. Et Dieu dans tout cela ? Qui est-il ? Où est-il ? Quel lien y a-t-il entre lui, la Hiérarchie spirituelle et nous-mêmes ?

BC. Eh bien, Dieu, dois-je dire, est un concept très relatif. Nous-mêmes sommes des dieux, mais, pour l'instant, nous ne manifestons guère cette divinité. Avec le temps, à travers le processus de l'évolution, nous la manifesterons, tout comme les Maîtres le font actuellement. Les Maîtres sont des dieux réalisés, ce qui est un état bien spécifique, en ce sens qu'ils ont réussi à fusionner totalement leur conscience, en tant qu'étincelle divine, l'Absolu, le Soi, avec leur manifestation en tant qu'hommes sur le plan physique : la personnalité et l'aspect divin sont totalement intégrés. C'est la réalisation du Soi ou réalisation de Dieu. Nous-mêmes sommes à un certain stade de ce développement.

RO. Et Dieu en dehors de nous ?

BC. Dieu est aussi le grand Etre cosmique qui est l'âme de cette planète. Notre planète, en dépit de son aspect bien matériel, avec ses villes, ses avions, ses studios de télévisions et tout le reste, est, en fait, le corps de manifestation d'un Etre cosmique qui lui donne vie, et qui a un plan d'évolution pour tous les règnes de la nature, y compris, bien sûr, le règne humain.

Ce qui se passe, en réalité, c'est que tous, à nos différents niveaux, depuis le règne minéral jusqu'au Royaume de Dieu lui-même, nous participons à un processus d'évolution dont l'ensemble fera de notre planète une expression parfaite de la forme-pensée qui existe dans le mental du Logos créateur.

RO. Vous avez parlé de Dieu en tant qu'âme de cette planète. Existe-t-il un autre Dieu ou un niveau de conscience encore plus élevé ?

BC. Oui, bien sûr ; il y a le Dieu qui est l'âme de notre système solaire. Notre Logos planétaire n'est qu'une partie, un centre dans le corps du Logos solaire, qui est lui-même un centre dans le corps du Logos galactique. Et ainsi de suite, galaxie après galaxie. Dieu est sans fin, il est transcendant, et aussi immanent dans chaque partie de la création. Chaque aspect de Dieu, y compris nous-mêmes, a le potentiel de connaître un jour et d'être cette totalité, et de travailler avec les énergies qui créent l'univers.

RO. Chaque religion présente Dieu d'une manière différente. Les religions orientales ont leur conception particulière de Dieu. En Occident, on le voit plutôt avec une forme définie et qui nous ressemble d'une certaine façon. Ces deux conceptions sont-elles valables ? Chacune présente-t-elle une part de vérité ? Dieu est-il tout cela ?

BC. Oui, je crois que ces deux conceptions sont exactes. Dieu est tout ce qui existe, et tout l'espace entre ce qui existe, entre vous et moi, et autour de nous, autour de chaque chose. Tout cela est Dieu. Dieu se manifeste à travers sa création, qui est faite d'énergies à différents taux de vibration. Chaque forme dépend de la fréquence particulière du noyau et des électrons qui la composent. La science moderne a su briser la structure cellulaire et montrer qu'au centre de chaque atome se trouve un noyau entouré d'électrons, vibrant à un taux spécifique, et que tous les atomes dans l'univers sont faits de la même manière. Dans tout l'univers manifesté, il n'existe rien d'autre que de l'énergie. La différence entre cette conception totalement scientifique et celle que soutiendrait un ésotériste est que l'ésotériste va plus loin et dit qu'en effet tout est énergie, mais que, de plus, l'énergie suit la pensée, que la pensée agit sur elle. La pensée est le principe moteur de la création.

RO. Je voudrais revenir en arrière un instant pour élucider un point précis. Vous parlez en effet de Dieu, en tant qu'énergie, imprégnant et traversant toute chose. Mais beaucoup de gens ont appris, par leur éducation, à considérer Dieu comme quelqu'un qui a créé l'univers, créé le monde, l'a mis en mouvement, et qui depuis se tient un peu à l'écart tandis que cet univers traverse ses cycles, et que les gens se débattent avec leurs problèmes, essaient de se débarrasser de leurs péchés, etc.

BC. Dieu, dans ce sens, est transcendant. Mais il est aussi immanent, présent dans chaque aspect de la création. La création elle-même peut parvenir à connaître Dieu dans son aspect transcendant, et voir qu'il n'y a en fait aucune division entre Dieu transcendant et Dieu immanent. Nous ne sommes pas séparés de Dieu comme on nous a appris à le croire.

La télépathie

RO. Quel avantage y a-t-il, à votre avis, à comprendre que l'énergie est à l'origine de toute chose ?

BC. Cela nous donne la maîtrise des énergies de l'univers, de la matière. Cela donne la possibilité, par le pouvoir de la pensée, d'être n'importe où dans le monde en quelques secondes. Cela offre des moyens de communiquer de manière instantanée, par exemple la télépathie. C'est la connaissance des énergies qui rend tout cela possible.

RO. Mais tout cela paraît tout de même un peu futuriste.

BC. C'est futuriste en ce qui concerne la vaste majorité de l'humanité, mais cela existe déjà.

RO. Il ne s'agit donc pas de tours de magie ?

BC. Non, pas du tout. Il s'agit de capacités naturelles, qui existent à l'état latent chez tous les hommes, mais qui n'ont pas encore été développées.

RO. Et ceux qui les ont développées ont atteint le sommet que nous devrions tous atteindre ?

BC. Précisément. La télépathie est une faculté naturelle de l'humanité. La plupart des gens en font l'expérience par moments ; une mère et son enfant peuvent, par exemple, avoir un contact télépathique très étroit. Cela ne veut pas dire qu'ils savent mot pour mot ce que l'autre pense, mais, si quelque chose arrive à l'enfant la mère le saura instantanément, elle saura que l'enfant est en danger et elle agira en conséquence. C'est quelque chose que nous partageons avec le règne animal. Les animaux possèdent aussi cette faculté de contact télépathique émotionnelle, instinctive. Mais elle peut être élevée jusqu'au niveau mental, et alors vous avez la communication directe, d'un mental à l'autre. Un Maître communique avec ses disciples par télépathie ; d'une manière générale, il n'apparaît pas physiquement. Il peut se trouver dans l'Himalaya, la Cordillère des Andes, les Montagnes rocheuses ou n'importe où, et cependant être capable de communiquer à tout instant avec son disciple qui se trouve à New York, Londres ou Genève.

Les différents plans de l'existence

RO. Je sais, pour avoir vu des photographies Kirlian des énergies autour du corps physique, que la science a fait quelques progrès dans sa capacité à démontrer ou à mesurer ces énergies. Qu'en est-il au niveau des émotions, du mental, de la pensée ? Est-ce que les énergies de ces niveaux sont les mêmes que celles mesurées par la science ? Sinon, est-on déjà capable de les mesurer, ou nous faudra-t-il encore attendre ?

BC. Cela viendra. Mais pour l'instant, ce qui est réellement mesuré, ce sont les énergies d'un niveau que la science n'a pas encore démontré, celui des plans éthériques de l'énergie physique. Notre science moderne reconnaît l'existence de trois niveaux seulement : la matière solide, liquide et gazeuse. Mais au-dessus de la matière gazeuse, il existe quatre états supérieurs qui sont encore strictement matériels, chaque plan étant composé d'une substance plus subtile que celui qui se trouve au-dessous. Ces plans éthériques de la matière feront l'objet de la prochaine étape des recherches et finalement des découvertes de la science moderne dans ce domaine. Dès lors, les plans éthériques deviendront une réalité et de plus en plus d'individus naîtront avec la capacité de les voir. Cela demande, en fait, une certaine vitalité et un double foyer visuel : vous voyez le plan physique ; vous changez de foyer et vous voyez le plan éthérique. Les deux sont là. Le plan physique est, en fait, une précipitation du plan éthérique vers le bas.

Les différents types d'énergie

RO. Puisque les sciences physiques en sont encore au stade de la recherche pour trouver des moyens permettant de voir et de mesurer les énergies, pourriez-vous nous dire quel est le point de vue ésotérique sur cette question ? Existe-t-il une manière ésotérique de classer ces énergies ?

BC. L'ésotérisme considère que tout est énergie, mais que les énergies vibrent à des taux différents, et suivent la pensée. L'énergie éthérique, qui est l'énergie cinétique, peut être influencée par la pensée. La grande pyramide de Gizeh fut créée par la pensée. Les blocs de pierres furent réellement déplacés par l'action de la pensée. C'est très simple quand vous comprenez comment procéder. Vous créez une formule, comme E = mc2, la grande formule d'Einstein qui a transformé toute notre conception de l'énergie et de la matière : l'énergie est égale à la masse multipliée par la vitesse de la lumière au carré, celle-ci étant de 300 000 kilomètres par seconde. Cette formule a transformé la physique, et nous considérons désormais la matière et l'énergie comme interchangeables. Lorsque vous admettez cela, vous pouvez créer un mantram. Cette formule, E = mc2, peut se transformer en mantram. Lorsque vous énoncez le mantram de manière correcte, vous pouvez déplacer des objets où vous voulez. Vous faites agir l'énergie mentale sur ce qui est tout simplement de l'énergie éthérique libre, et qui entoure chaque bloc de pierre, chaque être humain, chaque poisson, etc. Tout ce qui existe matériellement est une précipitation de l'énergie éthérique. Les pierres peuvent ainsi perdre leur poids, car celui-ci est lié à la masse inerte et à la gravité. Lorsque vous créez ce mantram à partir de cette formule et que vous l'énoncez, vous pouvez alors déplacer la pierre d'un endroit à l'autre. Nous en serons capables dans un futur très proche.

RO. Et en ce qui concerne l'énergie venant de plans ou de niveaux plus élevés ? L'ésotérisme a-t-il une manière de les qualifier ou de les classer ?

BC. Oui, il y a des énergies spirituelles, des énergies cosmiques, solaires, extraplanétaires, l'énergie de la Terre elle-même, et les énergies éthériques dont je vous ai parlé. Nous vivons dans un univers d'énergies. Tout est de l'énergie vibrant à des taux différents, le taux de vibration déterminant le pouvoir de l'énergie. Les énergies cosmiques, vibrant à des vitesses vraiment très élevées, sont très puissantes ; elles pourraient tuer un être humain ordinaire si elles étaient dirigées et focalisées sur un individu non préparé à les recevoir.

Les Maîtres sont les gardiens de toutes les énergies qui arrivent sur la planète. L'énergie du Verseau est maintenant dirigée sur notre monde, provoquant, par son impact, l'effondrement des vieilles institutions, politiques, économiques, religieuses et sociales, qui font obstacle au développement de l'humanité. Sous l'impact de ces énergies, notre vision des choses commence à changer. Notre conscience s'élargit. Mais les institutions politiques, économiques et sociales, sont cristallisées ; elles reflètent en fait les énergies de l'ère passée, celle des Poissons. Les énergies des Poissons déclinent désormais, et celles du Verseau s'intensifient. Il en résulte un conflit entre ces deux forces cosmiques, et un conflit entre les gens qui sont attachés aux effets de ces forces : les institutions, les formes, les idées politiques, économiques et religieuses. C'est pourquoi nous vivons une époque d'extrême turbulence. Il en est ainsi à la fin de chaque ère.

L'astrologie

RO. Vous avez parlé du Verseau et des Poissons. Ce sont des noms que nous associons à l'astrologie. Comment l'ésotérisme considère-t-il l'astrologie ? Comme la véritable science des énergies ?

BC. Cela dépend de quelle astrologie vous parlez. S'il s'agit de celle des journaux, alors c'est seulement de la distraction, et la rubrique astrologique de tous les journaux vous dira que tel est son but. On ne s'attend pas à ce que vous la preniez au sérieux, et vous n'allez pas poursuivre le journal en justice si ces prévisions s'avèrent entièrement fausses ou presque. A la base de la véritable astrologie, réside la science des énergies des constellations. Chaque constellation incarne de grandes énergies cosmiques. Elles sont l'expression de grandes Vies, de grandes Consciences. Vous ne pouvez les appeler des Maîtres, parce qu'elles sont parvenues bien au-delà du concept même de Maîtres. Ces grands Etres sont l'âme de systèmes solaires, l'âme de constellations, si vous pouvez imaginer ce que cela signifie. C'est une réalité si vaste que cela confond l'imagination. Mais néanmoins, pour l'ésotérisme, c'est une réalité acceptée que, derrière l'interaction des forces cosmiques, se cachent les relations réciproques de grands Etres cosmiques qui s'expriment à travers des constellations, des systèmes solaires et des planètes. Notre Logos planétaire, notre " Dieu local ", si je puis m'exprimer ainsi, est l'un d'entre eux. Pour une cellule de notre corps, nous sommes un dieu ; pour elle, nous sommes un système solaire. Cela donne une idée de notre propre relation avec ces Etres cosmiques.

Karma et réincarnation

RO. Vous avez indiqué auparavant que la vie humaine avait un dessein, un but. Si ce but est de devenir un dieu réalisé, il est bien évident que nous n'en sommes pas encore là ; dans ce cas, une autre chance nous est-elle donnée ?

BC. Le processus d'évolution est basé sur le processus de renaissance ; la réincarnation est le moyen qui permet à notre conscience d'évoluer.

RO. En ce qui concerne les ésotéristes et vous-même, c'est donc une vérité de base ?

BC. Absolument. Si c'est quelque chose d'inacceptable pour bien des individus, laissez-les se familiariser avec cette idée. De toutes façons, de plus en plus de gens commencent à réaliser que c'est une vérité.

RO. Parlons alors, si vous le voulez bien, du processus de renaissance, ou de réincarnation. Comment cela se passe-t-il ?

BC. Des groupes d'âmes sont amenés en incarnation sous l'effet de deux grandes lois. La loi de renaissance elle-même, en relation avec la loi de cause et d'effet, et cela se manifeste de nombreuses manières. D'un point de vue scientifique, on peut dire que c'est la loi d'action et de réaction, ces deux forces étant, comme vous le savez, opposées et égales. Interprétée en termes religieux, on retrouve cette loi dans l'Ancien Testament, lorsque Dieu exige " œil pour œil et dent pour dent ", loi rigide, froide, implacable et un peu méchante. Mais, dans l'Evangile, le Christ - en la personne de Jésus - l'exprime de manière très simple en disant que l'on récolte ce que l'on a semé. C'est si simple que les gens l'oublient. Ils se rappellent plus volontiers " œil pour œil et dent pour dent ", mais la vérité, c'est que nous récoltons ce que nous avons semé. Selon cette loi, chacune de nos pensées, chacune de nos actions, met en mouvement une cause ; nous créons sans cesse des causes. Les réactions à ces causes, les effets qui en découlent, font que nos vies sont ce qu'elles sont, en bien ou en mal. En ce moment, nous construisons le reste de notre vie et la prochaine. Nous recevons ce qui est appelé du karma. La loi du karma est la loi de cause et d'effet. Les effets de nos actes passés, bons ou mauvais, créent les conditions de notre vie présente, et les résultats de nos actes d'aujourd'hui créent les conditions de ce que nous vivrons par la suite, dans cette vie même ou lorsque nous reviendrons dans un corps nouveau.

L'âme crée, de manière magique, une série de corps qui lui permettent, finalement, de se manifester en tant qu'âme. Quand nous en arrivons là, nous commençons à approcher de la fin du processus évolutif. Il faut des centaines de milliers d'incarnations pour parvenir à ce stade, mais une fois qu'il est atteint et que l'âme constate, en regardant sa réflexion (l'homme ou la femme en incarnation), qu'elle commence à répondre à ses qualités (celles de l'âme) et devient plus divine : moins égocentrique, plus altruiste, se souciant davantage des autres et moins de la satisfaction de ses propres désirs, elle stimule son véhicule et entame un processus qui termine le voyage évolutif, le processus de l'initiation.

RO. Nous avons tendance à considérer la réincarnation comme un concept des religions orientales. Pourquoi n'existe-t-il pas dans les religions occidentales ? Pourquoi n'en parlent-elles pas ?

BC. Ce concept existait, mais il a été supprimé. Jésus l'enseignait et ceux qui l'entouraient le considéraient comme allant de soi. On trouve dans la Bible chrétienne des passages où il est très clair que les disciples de Jésus comprenaient et acceptaient l'idée de la réincarnation.

RO. Pouvez-vous donner des exemples ?

BC. En parlant de St Jean Baptiste, les disciples demandèrent à Jésus : " Qui est Jean ? Qui est cet homme extraordinaire qui prêche dans le désert ? " Et Jésus répondit : " Ne vous souvenez-vous pas de ce que je vous ai dit ? C'est Elie qui est revenu. " Une autre fois, lorsqu'il guérit un aveugle de naissance, ils demandèrent : " Qui a péché, lui ou son père, pour qu'il soit né aveugle ? " En d'autres termes, était-ce le karma du père qui, à la suite de quelque méfait dans une vie précédente, avait dû avoir un fils aveugle, ou était-ce le karma, le résultat de quelque mauvaise action du fils lui-même, dans une vie précédente, qui l'avait fait naître aveugle ? Beaucoup des premiers Pères de l'Eglise, Origène par exemple, ont parlé de la réincarnation dans leurs enseignements.

RO. Que s'est-il passé par la suite ?

BC. L'idée de réincarnation ne plaisait pas à l'empereur Justinien ni à sa femme, aussi obligèrent-ils les Pères de l'Eglise à la faire disparaître. Au VIe siècle, on supprima de la Bible toute allusion à ce sujet, excepté les exemples que nous avons cités.

En Orient, par contre, on croit à la réincarnation, mais on s'en fait une idée inexacte. Les bouddhistes l'acceptent, les hindous également. Toutes les religions orientales admettent la réincarnation comme un fait. Mais elles la voient de manière très fataliste. Si vous êtes né dans une famille très pauvre, si vous êtes intouchable en Inde, par exemple, c'est à cause des mauvaises actions que vous avez accomplies dans une vie précédente, et vous n'y pouvez plus rien. Vous êtes un intouchable, vous êtes frappé par la pauvreté pour toute votre vie, et les autres vous exploiteront d'autant plus que vous étiez censé connaître la misère. Tout se passe comme si aucun changement n'était possible, on accepte totalement son sort, comme une punition, comme le résultat de ses mauvaises actions. Ce n'est pas une punition. Il n'y a pas de châtiment. C'est la loi de cause et d'effet : elle est impersonnelle. Des réformes sociales pourraient mettre fin à la pauvreté et à la souffrance, indépendamment du karma individuel.

RO. Si des vies successives nous donnent, à chaque fois, une nouvelle chance de progresser sur l'échelle de l'évolution, que nous arrive-t-il entre temps ? Que nous arrive-t-il par delà la mort ?

BC. Cela dépend de votre niveau d'évolution. Si vous n'êtes pas très évolué (ce qui est le cas de la plus grande partie de l'humanité), vous revenez rapidement en incarnation. Le grand aimant de l'évolution vous ramène sans cesse en incarnation. Etant donné que nous avons beaucoup à apprendre, nous avons besoin de fréquentes leçons, des expériences de la vie, sans cesse répétées, pour faire le moindre progrès. Si vous êtes plus évolué, vous venez en incarnation en groupes, en famille et dans des groupes familiaux élargis. Au sein de ces groupes, les relations changent : nous avons tous été le frère ou la sœur de notre mère et son enfant, son père, son grand-père, ou un autre membre de sa famille, à maintes reprises. De cette façon, nous créons des liens karmiques. Ces liens karmiques assurent la cohésion des groupes, et ils nous permettent aussi de rembourser nos dettes karmiques, dans un cercle relativement restreint, jusqu'à ce que nous soyons quittes.

Quand nous apprenons à être inoffensifs, nous nous libérons de notre karma. Il arrive un moment où l'âme se manifeste si puissamment à travers sa réflexion, l'individu en incarnation, qu'il cesse de produire trop de karma négatif, et devient de plus en plus inoffensif. Nous pouvons donc voir l'importance de l'innocuité dans toutes les relations humaines. Lorsque nous sommes destructifs, nous créons du karma négatif, dont nous devrons ensuite nous débarrasser. Nous naissons avec ce karma, et tous les malheurs de notre vie, les chagrins, les souffrances, sont mis sur le compte de notre manque de chance. Ce n'est pas un manque de chance, mais le résultat direct de notre karma.

RO. Vous avez parlé de l'âme et du corps. A quel mécanisme sont-ils soumis entre les incarnations ? Lorsque nous mourons, par exemple, vont-ils dans un lieu particulier ?

BC. Oui, le corps retourne à la poussière, excepté un atome permanent qui demeure. Il reste également un atome permanent du véhicule émotionnel et un atome permanent du véhicule mental. C'est autour de ces trois atomes permanents que l'âme créera le nouveau corps, sur le plan physique, émotionnel et mental. Nous revenons en incarnation au niveau exact que nous avions atteint à la fin de notre vie précédente, et par conséquent, avec le taux vibratoire de ces trois atomes permanents.

RO. Mais que se passe-t-il dans l'intervalle entre deux vies ?

BC. Cela dépend encore de votre niveau d'évolution. Si vous n'êtes pas très évolué, vous passez peu de temps hors incarnation. Vous vous incarnez et vous réincarnez assez vite. Si vous êtes plus évolué, vous passez une période relativement plus longue en pralaya. Le pralaya correspond à l'idée chrétienne de paradis. Rien n'arrive, vous n'y faites aucun progrès, mais c'est un état de félicité sans fin interrompu de temps en temps lorsque votre " numéro " est appelé et qu'il vous faut retourner en incarnation.

Les races humaines

RO. Si c'est ainsi que se déroule le processus de réincarnation, et si le corps, comme vous le dites, retourne à la poussière, que pensez-vous des différentes manières de le traiter après la mort : l'inhumation, la crémation ou les bûchers funéraires des Indiens ?

BC. La seule manière scientifique et hygiénique de traiter le corps est la crémation ; il doit être brûlé. Tout le monde vient en incarnation avec un passé chargé des maladies de l'humanité, et certaines d'entre elles remontent aux tous premiers temps. Par la pratique de l'inhumation, ces maladies, telles que le cancer, la syphilis et la tuberculose, s'infiltrent dans la terre, entrent dans la chaîne alimentaire et sont réabsorbées par les animaux et les êtres humains. Cela dure depuis tant de milliers d'années que ces maladies sont endémiques et qu'il faudra plusieurs centaines d'années pour s'en débarrasser tout à fait. La crémation est un premier pas, d'une importance majeure, dans ce processus. Nous faisons partie de la 5e race racine. La première race racine vraiment humaine fut la race lémurienne, qui a duré six millions d'années - il y eut auparavant deux autres races qui ne possédaient pas de corps physiques denses. Elle fut suivie par la race atlante, qui a duré environ douze millions d'années. Notre race racine, la race aryenne (qui n'a rien à voir avec la notion hitlérienne de race aryenne), a 100 000 ans environ, elle n'est donc qu'au tout début de son évolution. Chaque race a la tâche de perfectionner l'un ou l'autre des véhicules. La race lémurienne avait pour tâche de perfectionner le corps physique. La race atlante, celle de perfectionner le corps astral ou émotionnel. Elle y est si bien parvenue qu'il est devenu le véhicule dominant et que la vaste majorité des hommes d'aujourd'hui ont toujours une conscience atlante, " polarisée " sur le plan astral ou émotionnel.

La race aryenne, la nôtre, a pour tâche de perfectionner le corps mental. Nous n'utilisons que les plans mentaux inférieurs. Selon l'ésotérisme, il existe quatre plans mentaux. Le plus élevé est appelé le plan causal, sur lequel se trouve le corps de l'âme, le corps causal. L'âme utilise le corps causal pendant la majeure partie de son expérience d'incarnation, jusqu'à la quatrième initiation, où elle l'abandonne. C'est de cette manière que les races avancent, évoluent, et chaque race se compose de sept sous-races. Les Européens et les Américains d'aujourd'hui sont la cinquième sous-race de la race racine aryenne.

RO. Existe-t-il une autre catégorie pour les peuples des autres continents ?

BC. Oui, il existe différentes sous-races.

RO. Quelles sont-elles ?

BC. A l'heure actuelle, il existe des peuples qui sont atlantes par le corps physique. C'est le cas de l'ensemble des peuples de type mongol, les Chinois, les Japonais, les Indiens d'Amérique du Nord et du Sud, les Esquimaux, tous ont des corps atlantes, mais les individus qui possèdent ce type de corps font partie, bien entendu, de la race aryenne.

L'Initiation

RO. Combien de fois devons-nous passer par le processus de réincarnation ?

BC. Il faut littéralement des centaines de milliers d'incarnations pour arriver au début du processus final, celui de l'initiation. L'initiation a été conçue dans le but d'accélérer l'évolution. Ce n'était pas absolument indispensable, nous aurions pu évoluer sans cela, mais il nous aurait fallu des millions et des millions d'années supplémentaires pour arriver au point où nous en sommes aujourd'hui. Il y a cinq grandes initiations planétaires à franchir pour atteindre la perfection.

RO. Et quel est le but de l'initiation ?

BC. Le but est la réalisation du Soi, de notre aspect divin. Alors nous n'aurons plus besoin de nous incarner sur Terre. Les Maîtres ont tous passé ces cinq initiations (qui sont des expansions de conscience), et cela leur donne la possibilité soit de quitter cette planète, soit de demeurer en retrait et de veiller à l'évolution du reste de l'humanité.

La réincarnation

RO. Il existe, me semble-t-il, pas mal de folklore au sujet de la réincarnation. Est-il exact que nous pouvons nous réincarner sous une forme animale, celle d'un chien par exemple, si nous nous conduisons mal ?

BC. Non. La transmigration des âmes n'existe pas. Selon la vision orientale fantaisiste de la réincarnation, vous ne pouvez faire quoi que ce soit pour modifier votre sort. Si misérable que soit votre vie, il vous faut l'accepter, aucun changement social ne pourrait l'améliorer. En Occident, certaines personnes croient que l'on va et vient du règne animal au règne humain. Il n'en est rien. Une fois que vous êtes un être humain, vous le restez. Puis vous devenez un être surhumain, un Maître.

RO. Mais l'on peut s'incarner soit en homme soit en femme.

BC. Tout le monde s'incarne, tour à tour, en homme ou en femme. Pas forcément en alternance régulière : vous pouvez avoir deux ou trois incarnations successives en tant qu'homme, puis trois ou quatre en tant que femme, et ensuite une ou deux en tant qu'homme et ainsi de suite.

RO. Existe-t-il une certaine tendance à renouer des relations passées : à revenir dans les mêmes groupes, que ce soit la nation, la cellule familiale ou la famille au sens large ?

BC. Oui, tout à fait. Nous venons en incarnation en groupes, généralement en groupes familiaux. Il existe des exceptions, bien sûr ; il y a toujours de nouveaux venus dans les familles. Au cours du cycle des réincarnations, les individus qui arrivent dans une famille y apportent des énergies différentes, des qualités et des expériences variées, mais ils font tous partie de cette famille, ils créent des liens karmiques entre eux et dénouent des nœuds karmiques. Il s'agit de défaire, à l'intérieur de la famille, les nœuds du karma que nous avons créés par notre égoïsme ou notre égocentrisme.

La continuité de conscience

RO. Pourquoi ne nous souvenons-nous pas de nos vies antérieures ?

BC. Parce que nous n'avons pas la continuité de conscience. Lorsque nous aurons la continuité de conscience, nous nous en souviendrons, mais nous n'avons même pas la continuité de conscience de l'état de sommeil à l'état de veille. Nous pouvons nous souvenir de quelques rêves, mais il s'agit, en fait, de l'activité du corps astral-émotionnel dans la phase de sommeil peu profond. Au cours du sommeil profond, nous ne rêvons pas du tout ; c'est seulement lorsque notre sommeil devient plus léger, lorsque nous en émergeons, que nous commençons à rêver, et c'est de ces rêves dont nous pouvons nous souvenir. La plupart d'entre nous n'ont pas le moindre souvenir de ce qui arrive lors du sommeil profond. De la même manière, nous ne gardons aucun souvenir en passant de la vie à la mort et de la mort à la vie suivante.

Plus tard, nous mourrons en pleine conscience, sachant qui nous sommes, pourquoi nous sommes là et ce que nous faisons, et ensuite nous reviendrons, tout aussi consciemment. C'est ainsi que les choses se passent pour les êtres plus évolués. A la fin du processus évolutif, les initiés qui le suivent en pleine conscience, développent finalement la continuité de conscience. Ils viennent sur Terre parce qu'ils connaissent le Plan de l'évolution et viennent pour réaliser ce Plan, et non pas seulement par nécessité karmique - bien qu'il y ait aussi une nécessité karmique.

RO. Si nous comprenons et respectons la loi de cause et d'effet, cela signifie-t-il que nous pouvons consciemment changer notre avenir par nos actions présentes ?

BC. Absolument. Telle est l'essence de cette loi. Lorsque vous savez que la moindre pensée et la moindre action créent une réaction qui a des répercussions sur autrui, et, bien sûr, sur vous-mêmes, vous comprenez la nécessité de l'innocuité. Lorsque nous comprendrons réellement cette loi fondamentale, notre monde en sera transformé.

Les Seigneurs du Karma

RO. Notre karma dépend-il donc entièrement de nous-mêmes ?

BC. Non, les Seigneurs du Karma, qui sont au nombre de quatre, et qui ne résident pas sur notre planète, ni même dans notre système solaire, règlent et organisent les multiples interférences de cette loi du karma qui concerne les cinq milliards et demi d'êtres humains actuellement en incarnation, et les 55 milliards qui ne le sont pas - il existe environ 60 milliards d'âmes susceptibles de s'incarner sur notre planète. Cette organisation est l'une des tâches essentielles des Seigneurs du Karma.

RO. Donc, si nous pouvons, dans une certaine mesure, déterminer l'avenir en changeant nos pensées et nos actions, vous indiquez cependant qu'il existe certaines
choses déjà en route, concernant l'ensemble de la planète, que nous ne pourrons empêcher de se dérouler jusqu'au bout, quels que soient nos efforts. Est-ce vrai ?

BC. Le fait est que notre planète n'est pas très évoluée. Même pour notre système solaire. C'est encore une planète " non sacrée " ; il existe sept planètes sacrées et nous n'en faisons pas partie. C'est la raison pour laquelle nous avons tant de problèmes. L'humanité n'est pas encore arrivée bien loin dans son évolution. Nous sommes les habitants assez peu évolués d'une planète qui ne l'est guère plus. Notre système solaire non plus n'est pas arrivé bien loin dans son évolution. C'est probablement un système solaire bien insignifiant, à l'extrémité de notre galaxie. Vu du centre de la galaxie, il paraît probablement très peu évolué en fait. L'humanité, depuis qu'elle existe, c'est-à-dire depuis 18 millions et demi d'années d'après l'enseignement ésotérique, a créé du karma, du bon et du mauvais. Soyons clairs. Selon l'enseignement ésotérique, il existe actuellement davantage de bon karma que de mauvais, mais nous remarquons seulement le mauvais. Lorsque notre karma est bon, comme c'est le cas la plupart du temps, nous le considérons comme la norme, comme un dû. Lorsque c'est du mauvais karma, nous pensons : " Je ne comprends pas pourquoi je souffre ainsi. " Mais bien sûr, c'est notre karma. Cela fait 18,5 millions d'années que cela dure, aussi existe-t-il une énorme dette karmique planétaire. Chaque être humain est impliqué, non seulement dans son propre karma, qu'il a lui-même créé, mais aussi dans le karma de la race humaine prise comme un tout. Cela n'est pas simple. Les Seigneurs du karma, dont l'expansion de conscience est inimaginable, sont capables de gérer non seulement notre karma individuel, mais nos relations avec le karma mondial. Les Maîtres servent d'intermédiaires à cet égard. Et un Maître peut, s'il le juge utile et si la loi le permet, adoucir les effets du karma individuel. C'est, si vous préférez, une intervention divine.

La suffisance

RO. Corrigez-moi si je me trompe, mais, si j'ai bien compris, avec ce karma mondial, les personnes qui ont beaucoup de chance dans cette vie, qui ne manquent de rien, mais qui ne prêtent aucune attention aux problèmes que connaît le reste de l'humanité, devront finalement y faire face.

BC. Oui, tout à fait. Leur attitude s'appelle de la suffisance. Cela n'a rien à voir avec le karma. La suffisance et le bon karma sont des notions différentes. Nous sommes tous concernés par le karma mondial. Si vous vivez votre vie, comme le font des millions d'individus de nos jours, comme si la pauvreté n'existait pas, comme s'il n'y avait pas de nations déshéritées, comme si, grâce à une faveur divine, il était naturel que le monde développé, les nations du G7, ait un standard de vie que nous réclamons comme un dû, en ignorant totalement le fait que les trois-quarts des habitants de la planète vivent dans la pauvreté et que des millions meurent de faim dans un monde d'abondance, c'est de la suffisance. Si nous acceptons une telle situation, nous ne vivons pas des relations justes. Le prochain pas à faire par l'humanité est la création de justes relations humaines. Les Maîtres disent que si nous ne voulons pas disparaître, nous n'avons pas d'autre choix. Ou bien nous créons de justes relations humaines, ou bien nous détruirons toute vie sur la planète. A nous de décider.

Le libre arbitre

RO. Existe-t-il une place pour le libre arbitre dans ces conditions, avec la réincarnation et la loi de cause et d' effet ?

BC. Notre libre arbitre est limité. Nous ne disposons que d'une certaine marge d'action. L'" aimant cosmique " nous attire, nous obligeant à nous incarner. De temps en temps, des personnes m'écrivent : " Monsieur Creme, voudriez-vous avoir l'obligeance de demander à votre Maître de me libérer totalement de la nécessité de m'incarner. Cela ne m'intéresse pas, je n'en ai aucune envie. Je voudrais être débarrassé de la vie pour toujours. Mais je sais que si je meurs, je reviendrai. Existe-t-il tout de même une loi qui pourrait annuler définitivement la nécessité de se réincarner ? " Naturellement il n'y en a pas, notre libre arbitre ne va pas jusque là. Lorsque vous êtes en vie, vous avez la liberté de continuer à vivre ou de mettre fin à vos jours ; chacun a ce droit. Mais vous ne pouvez le faire sans en subir les conséquences. Si vous vous suicidez, vous devrez revenir et faire face à la même situation.

RO. Donc pas d'échappatoire possible ?

BC. Il n'existe pas d'échappatoire tant que vous n'avez pas appris à être parfait. Je ne veux pas dire parfait dans le sens religieux : être " bon ", croire ceci et pas cela et faire ceci et pas cela. Je veux dire parfait dans le sens où les Maîtres le sont, c'est-à-dire avoir l'entière maîtrise de votre nature physique, émotionnelle, mentale et spirituelle.

RO. Quel est le meilleur moyen d'éviter de créer du mauvais karma ?

BC. L'innocuité. Reconnaître et accepter l'idée que l'innocuité dans nos relations avec autrui est la clé du processus évolutif. Lorsque nous parvenons réellement à l'innocuité, nous créons de justes relations humaines.

L'égo

RO. Mais pourquoi ? Pourquoi l'innocuité ? Cela a-t-il quelque chose à voir avec la divinité intérieure dont vous avez parlé ?

BC. Oui, car la nature de la divinité est altruisme. C'est l'ego qui représente l'aspect malfaisant. L'ego appartient seulement à la personnalité. Celle-ci a besoin de lui, elle a besoin du principe du désir pour parvenir à un certain stade. Sans l'ego, la personnalité n'atteindrait pas ce stade, elle ne créerait pas son individualité et ne représenterait aucune utilité pour l'âme. Finalement, un point est atteint où l'âme peut réellement se " saisir " de cet être humain puissant, individualisé, et en faire un dieu - ce que l'âme elle-même est déjà. L'âme crée de nouveau cette divinité, sur le plan physique, en tant qu'individu à travers lequel elle peut se refléter. Cela n'est possible que lorsque la personnalité individuelle reflète les qualités de l'âme, qui est totalement altruiste. L'égoïsme, même s'il est nécessaire jusqu'à un certain stade, doit finalement être abandonné pour permettre à l'âme de se manifester.

RO. Lorsque nous nous incarnons ou nous réincarnons, revenons-nous dans des races différentes ?

BC. Cela peut être dans la même race pendant un grand nombre d'incarnations, ou vous pouvez, au contraire, vivre une succession d'expériences dans cinq ou six races différentes. Mais vous pouvez, tout aussi bien, être limité à une race unique. Il est possible que vous ne vous ne vous incarniez jamais en Orient si vous vivez en Occident, ou l'inverse ; ou bien vous pouvez être ballotté entre l'Orient et l'Occident pendant de nombreuses incarnations. C'est une question de destinée individuelle.

RO. En passant par des races ou des combinaisons raciales différentes, on peut donc tirer des leçons, répéter les expériences et faire les apprentissages qui nous permettront d'atteindre ce point de perfection dont vous avez parlé.

BC. Exactement. Nous sommes tous des " enfants de Dieu ", et nous avons, naturellement, tous le même potentiel.

La mort

RO. Lorsque vous avez appris l'existence de la réincarnation, vous-même ou des personnes de votre entourage, et acquis une certaine forme de conviction , cela a-t-il eu un effet sur votre attitude à l'égard de la mort ?

BC. Oui, vraiment. Un effet très profond.

RO. De quelle manière ?

BC. Si vous croyez vraiment à la réincarnation, si c'est quelque chose de profondément ancré dans votre conscience, et pas seulement une idée qu'il vous paraît raisonnable d'accepter, si vous la prenez très au sérieux, elle enlève, dans une large mesure, la peur de la mort. Vous pouvez craindre les derniers instants. Mais l'idée de la mort cesse de vous inspirer la terreur qu'elle inspire à la plupart des gens. Presque tous les individus voient la mort comme la fin de toute chose, ils ne peuvent imaginer que les êtres conscients et pensants qu'ils sont puissent poursuivre leur route après la mort. Et pourtant il se produit une expansion de conscience. Vous êtes le même être, mais votre conscience s'est infiniment élargie, parce qu'elle est libérée des limites du corps physique. En dehors du corps, règnent la liberté et la connaissance, la joie et l'expérience de l'amour, et vous retrouvez des personnes qui sont mortes avant vous. En fait, il est plus facile de mourir que de naître !

L'incarnation

RO. Apparemment, il semble bien qu'être en incarnation soit plutôt un handicap.

BC. Ce n'est pas un handicap mais l'occasion de servir, d'élargir son champ de conscience et d'évoluer. Cependant, la naissance apporte souvent plus de problèmes et de souffrance que la mort.

J'ai rencontré des gens qui m'ont dit : " Je ne souhaite pas revenir. " Ils ne veulent pas croire à la réincarnation parce qu'ils n'ont pas envie de revenir et de recommencer les mêmes choses. Mais, bien sûr, vous ne recommencez pas les " mêmes choses ", vous n'êtes plus la même personne, parce qu'en général vous n'avez pas gardé le souvenir de l'incarnation précédente. Aussi ne traînez-vous pas toute une montagne de " bagages " derrière vous, en vous disant : " C'était beaucoup plus facile la dernière fois ", ou bien au contraire : " Ça va mieux ! la dernière fois, c'était beaucoup plus difficile. " Nous n'avons pas cette faculté.

RO. Est-il exact que nos vies précédentes ont été généralement plus dures ?

BC. Non.

RO. Mais il n'est pas question de porter un jugement les uns sur les autres. Chacun doit franchir l'étape suivante, n'est-ce pas ?

BC. Ce que nous devons apprendre, c'est la manière de vivre avec les autres sans créer de karma négatif, sans être destructeur, sans détruire les relations. Il s'agit de créer des relations humaines justes et, finalement, parvenir à la conscience de groupe. Tel est le prochain pas en avant pour chacun de nous.

RO. Si nous mettons en mouvement une cause négative, existe-t-il un moyen d'en atténuer les effets ?

BC. Oui, vous pouvez essayer de réparer les torts causés, et vous pouvez accomplir une forme de service suffisamment importante pour contrebalancer les effets de cette négativité. C'est l'un des grands résultats de la loi de service, " brûler " le mauvais karma.

RO. Si l'on considère le karma dans une perspective beaucoup plus vaste, celle de groupes d'individus, de nations, ou même celle des habitants du monde entier, est-il possible de déclencher certaines causes qui affecteront la vie sur la planète ?

BC. Oui, bien sûr, à chaque instant.

RO. Comment cela ?

BC. C'est le cas des gouvernements. Des individus comme Hitler, par exemple, ont déclenché des guerres qui ont eu des effets dévastateurs sur la vie pendant des années. Les événements actuels en Bosnie ont été déclenchés par le chef des groupes rebelles serbes et le président de la Serbie. Ces deux hommes ont une énorme dette karmique à rembourser aux centaines de milliers de Bosniaques et de Croates qui ont souffert de leurs méfaits. Des millions de personnes meurent de faim dans le tiers monde à cause de l'attitude des pays développés. Il y a environ 40 guerres dans le monde au moment où nous parlons. Elles ne peuvent se prolonger que dans la mesure où les pays riches vendent des armes.

La pensée

RO. Y a-t-il d'autres façons d'altérer la vie sur la planète ? Nos pensées, nos actions peuvent-elles modifier le climat ?

BC. Oui. Certainement. Nous influons sur le temps de manière considérable. Nos pensées destructrices perturbent les forces élémentales qui gouvernent les différents types de climats. Si nos pensées sont instables, comme c'est très fréquemment le cas actuellement, ces forces élémentales perdent leur équilibre, provoquant ainsi des séismes, des orages, des tornades, des inondations, etc, qui dévastent continuellement de vastes zones de la planète. Nous en sommes responsables. Nous disons que c'est la main de Dieu, mais Dieu n'y est pour rien. C'est l'humanité qui, par ses pensées et ses actions négatives, déséquilibre les forces élémentales. Lorsque nous retrouverons finalement l'équilibre, ces forces retrouveront le leur et le climat redeviendra normal.

RO. Il existe donc de bonnes raisons d'agir de manière juste ?

BC. La bonne volonté est " rentable ". C'est notre nature essentielle que d'exprimer la bonne volonté. Si nous faisons preuve de mauvaise volonté, nous récoltons le karma de la mauvaise volonté. La bonne volonté est l'aspect inférieur de l'énergie d'amour que l'humanité dans son ensemble est capable de manifester. Il est essentiel de saisir cette idée, de la répandre et de la mettre en pratique autant que nous le pouvons. Pas seulement dans notre propre intérêt, bien sûr, même si, comme je l'ai dit, la bonne volonté est vraiment " rentable ".

RO. Il semble qu'elle soit rentable également pour la société et le monde dans son entier.

BC. Bien sûr, tout à fait. La bonne volonté génère la bonne volonté ; et graduellement elle se transforme en amour. Elle est le premier pas vers la manifestation de l'amour.

Le plan d'évolution

RO. Quel est le but du plan général pour l'ensemble de l'humanité ? Vous l'avez expliqué en termes de perfection individuelle. Qu'en est-il du monde ?

BC. Notre monde est en train de changer. Il traverse une période temporaire d'agitation extrême, de violence et de haine manifeste. Mais de nouvelles énergies se déversent à tout moment sur la planète, particulièrement une énergie très puissante venant d'un Avatar cosmique appelé l'Esprit de Paix ou d'Equilibre. Cet Avatar travaille précisément avec la loi d'action et de réaction, que nous appelons la loi du karma. Selon cette loi, l'action et la réaction sont opposées et égales. De la violence et de la discorde actuelles, de la haine et de l'agitation, nous passerons à une ère de tranquillité et de paix, d'équilibre mental et émotionnel, et à une harmonie bien établie, qui transformeront le monde entier, et cela en proportion exacte du désordre et du manque d'harmonie qui règnent aujourd'hui.

RO. Quelle est l'origine de ce plan ? Existe-t-il un lieu, un être ou un niveau d'autorité qui proclame : " Voici le plan concernant l'humanité et ce à quoi il doit aboutir " ?

BC. Le Plan provient essentiellement du Logos de notre planète, de l'Homme céleste qui est l'âme de cette planète. Il se reflète en tant que Seigneur du Monde dans un centre éthérique appelé Shamballa, situé dans le désert de Gobi. Le Plan de Dieu provient de Shamballa. Il est transmis aux Maîtres de notre Hiérarchie spirituelle par le Bouddha. Les Maîtres s'efforcent d'exécuter ce Plan par l'intermédiaire de l'humanité. Ils en communiquent certains aspects aux différents initiés et disciples, hommes et femmes du monde entier, pour qu'ils les exécutent, et c'est ainsi que des transformations se produisent et que le Plan s'accomplit. Les Maîtres sont également les gardiens des énergies spirituelles qui atteignent la planète. Ils les libèrent de manière à faire avancer le Plan. L'humanité répond à ces énergie, même si elle ignore leur existence. Elles sont incarnées dans certaines grandes idées qui deviennent nos idéaux. Au fur et à mesure que nous mettons ces idéaux en pratique, le plan de l'évolution se réalise, d'âge en âge, de cycle en cycle.

Les Ecritures

RO. Comment les différentes Ecritures s'inscrivent-elles dans ce plan d'évolution ?

BC. Les Ecritures en parlent, mais habituellement (bien que cela ne soit pas toujours le cas) de manière plus exotérique, de façon à pouvoir être comprises directement par les gens simples, peu instruits. Elles exercent surtout un impact émotionnel sur les masses. Au-dessus et au-delà de cet impact émotionnel, il existe un ensemble d'enseignements, très mental et orienté de manière spirituelle, transmis par les Maîtres tout spécialement pour les initiés et les disciples du monde, qui les informe du Plan, de la contribution qu'ils pourraient y apporter, et les invite à prendre part à sa mise en œuvre.

RO. Etant donné que l'interprétation des Ecritures donne lieu à des discussions sans fin, il est évident qu'il existe un sens plus profond à découvrir.

BC. Oui, mais souvent présenté de manière symbolique. Prises à la lettre, les Ecritures paraissent souvent absurdes. Mais comprises dans un sens plus ésotérique ou symbolique, elles ont, bien sûr, préservé la vérité, sous forme de métaphores et de symboles. Elles ont maintenu le lien entre celui que nous appelons Dieu, le Logos de notre planète, et sa manifestation : l'humanité et les royaumes inférieurs. Elles nous informent qu'il existe une relation, qu'il existe réellement un plan d'évolution, que nous ne sommes pas arrivés au bout du chemin, que nous continuerons à avancer jusqu'à ce que nous ayons créé un monde parfait, la perfection étant le complet achèvement du Plan du Logos, dans toute la variété de sa manifestation. Les anciennes Ecritures présentent aussi l'inconvénient d'avoir toutes été plus ou moins déformées en raison de la lenteur de leur dissémination au cours des siècles.

RO. J'avais aussi en tête l'idée que l'évolution se produit sans doute par étapes…

BC. Oui, tout à fait.

RO. Une nouvelle révélation est-elle aussi à l'origine de chaque pas en avant ?

BC. Oui.

RO. Et c'est ce qui explique la nécessité de révélations périodiques ?

BC. Oui, en effet, la révélation est continuelle. Certains enseignements, comme celui des groupes chrétiens, affirment de manière catégorique que Jésus est venu donner l'enseignement suprême, le dernier de tous, celui qui a, soudain, révélé la nature de Dieu à l'humanité. Ils refusent l'idée d'une révélation qui a commencé au tout début de l'existence de l'humanité sur la planète et qui se prolongera jusqu'à ce que nous ayons atteint la perfection. C'est, à mon avis, une conception erronée de la part des groupes chrétiens que de s'arroger ce genre de supériorité vis-à-vis des autres religions.

L'évolution

RO. La notion d'évolution, pour la plupart d'entre nous, est associée à Darwin et à la transformation physique. En termes ésotériques, considérez-vous l'évolution dans un contexte plus vaste ?

BC. Je parle de l'évolution de la conscience. Il nous semble évident que Darwin a montré l'évolution de l'aspect forme de la nature, le corps physique du règne animal, duquel provient le règne humain. Mais, l'être humain n'est pas seulement un animal : il est également le point de jonction entre l'esprit et la matière. L'âme humaine individualisée s'est incarnée, il y a 18,5 millions d'années, selon les enseignements, pour permettre à un aspect plus élevé de se manifester.

Chaque règne est issu du règne précédent. Il y a d'abord le règne minéral, le plus dense. Du règne minéral est venu le règne végétal. Du règne végétal, le règne animal. Du règne animal, le règne humain ; nous devons notre corps au règne animal. Du règne humain est issu un autre règne (dont nous ne connaissons même pas l'existence, à moins d'être ésotériste) et qui est le règne spirituel, composé des Maîtres et des initiés de ce règne, le Royaume de Dieu ou Royaume des Ames - vous pouvez utiliser l'un ou l'autre de ces termes. Le règne spirituel, ou règne des Ames, est celui qui se situe juste au-dessus du règne humain ; on y pénètre en passant par le règne humain. En évoluant jusqu'au point où l'âme commence réellement à se manifester à travers sa réflexion, l'homme ou la femme en incarnation sur le plan physique, on entre dans le royaume spirituel par la porte de l'initiation. Il existe cinq " portes " à franchir pour devenir un Maître. Tous les Maîtres ont passé ces cinq initiations.

RO. Ce sont des étapes que nous devons tous franchir ?

BC. Tout le monde finira par atteindre cette perfection.

L'Initiation et l'évolution

RO. Et quels sont ces cinq étapes ?

BC. La première est la naissance du principe christique. Tout est retracé dans l'Evangile, la vie de Jésus symbolisant le sentier de l'initiation. Bien sûr, tout cela est beaucoup plus ancien que la chrétienté, presque aussi vieux que l'humanité elle-même, et cela fut présenté aux hommes à maintes et maintes reprises, de différentes manières, dans le passé. Dans l'Evangile, la naissance de Jésus à Bethléem, est le symbole de la première initiation, qui est appelée la " Naissance à Bethléem ", la naissance du Christ dans la caverne du cœur. Elle amène l'individu pour la première fois au sein de la Hiérarchie spirituelle, et indique la maîtrise du corps physique.

La deuxième initiation est appelée le " Baptême ", et elle est symbolisée par le baptême de Jésus par Jean-Baptiste dans le Jourdain. Elle indique le contrôle du corps astral ou émotionnel.

La troisième initiation est appelée la " Transfiguration ", et elle est symbolisée par la transfiguration de Jésus sur le Mont des Oliviers. C'est, pour l'initié, le point culminant du processus qui permet l'intégration des trois véhicules inférieurs : physique, astral et mental. Du point de vue des Maîtres, c'est en fait la première initiation, parce que c'est la première initiation de l'âme.

Puis, vous vous acheminez vers la quatrième initiation, qui est symbolisée par la mort de Jésus sur la croix. Elle est appelée la " Crucifixion ". En Orient, on l'appelle la " Grande Renonciation ", parce que l'on y renonce à tout, même à la vie si nécessaire, pour manifester l'élévation de l'initié au-dessus de la matière dans le rayonnement de la lumière de l'esprit. Jésus a passé cette initiation sur la croix pour nous en faire la démonstration, pour montrer, concrètement, aux yeux du monde ce qu'est cette grande expérience de renonciation.

Vient ensuite la " Résurrection ". La résurrection du corps de Jésus, le troisième jour, symbolise cette initiation, lors de laquelle l'individu, devenu un Maître, est libéré pour toujours de l'attrait de la matière. Le Maître vit dans un corps totalement ressuscité, un corps de lumière. Chaque initiation confère à l'initié de plus en plus d'énergie de particules subatomiques. Au moment où il passe la quatrième initiation, les trois-quarts de son corps sont littéralement constitués de lumière. Ce corps paraît parfaitement normal, identique à celui de n'importe qui, mais vu de manière occulte, ésotérique, il rayonne de lumière ; un quart seulement de la structure atomique de ce corps est véritablement atomique, le reste est subatomique. Ce processus s'achève à la cinquième initiation. Le Maître est alors libéré de la planète physique. Il ne lui est plus nécessaire de s'incarner. Il possède maintenant un corps totalement transfiguré et ressuscité dans le sens ésotérique du terme. En fait, de nombreux Maîtres restent sur la planète pour veiller sur notre évolution, mais beaucoup s'en vont sur des planètes plus évoluées, ou quittent même tout à fait notre système solaire.

RO. Quelles sont les conditions préalables pour entamer le processus d'initiation ?

BC. L'âme voit que la personne commence à refléter ses qualités sur le plan physique, le plan émotionnel/astral et le plan mental, qu'elle devient plus altruiste et que ses actions ne sont plus totalement gouvernées par des désirs personnels. La personnalité s'efface au profit de l'âme, et cherche à mener à bien les desseins de celle-ci, même si elle ne sait pas qu'il s'agit de l'âme, et si peut-être elle n'en a guère entendu parler, mais parce que l'âme l'imprègne suffisamment pour pouvoir se manifester à travers elle. On voit alors apparaître une personne de bien qui fait preuve d'altruisme et s'efforce d'agir pour améliorer la condition humaine ; quelqu'un qui accomplira une forme ou une autre de service, et accordera aux autres, à l'évolution et à la société dans son ensemble, plus d'importance qu'à lui-même.

RO. Combien de temps faut-il pour parvenir à ce degré de maîtrise, une fois que l'on a entamé le processus ?

BC. Il faut des centaines de milliers d'incarnations avant de parvenir à la première initiation. Il s'écoule ensuite, de deux à quinze ou dix-huit vies entre la première et la deuxième, la moyenne étant de six ou sept. Après la deuxième initiation, que l'on dit être la plus difficile et qui montre la maîtrise de la nature astrale ou émotionnelle, si puissante chez l'homme, les choses s'accélèrent, et l'on peut passer la troisième initiation dans la même vie ou dans la vie suivante, et la quatrième dans la même vie que la troisième ou dans celle d'après, et la cinquième encore dans l'existence qui suit, si telle est notre destinée. Il existe certaines conditions de caractère trop abstrus pour qu'il soit possible d'en faire état ici, mais, d'une manière générale, le processus évolutif s'achève rapidement en quelques incarnations.

RO. Et pour finir, on devient, comme vous dites, maître de soi-même, maître de sa vie.

BC. Oui. On possède alors la conscience sur tous les plans, et la maîtrise sur tous les plans, qui sont d'ailleurs deux notions différentes. Nous avons tous la conscience du plan physique, qui est une réalité pour nous ; mais peu ont la maîtrise de ce plan. Sur les cinq milliards et demi d'individus en incarnation actuellement, environ 850 000 ont passé la première initiation et ainsi manifestent cette maîtrise.

RO. Ce n'est pas beaucoup.

BC. Non, pas tellement. Environ 240 000 individus en incarnation ont passé la deuxième initiation, environ 2 300 à 2 400 la troisième et environ 450 seulement la quatrième.

RO. Combien ont passé la cinquième ?

BC. Il y a 63 Maîtres restés liés à l'évolution humaine. Mais de nombreux autres Maîtres travaillent à l'évolution des règnes subhumains, les règnes animal, végétal et minéral. Et beaucoup d'autres également s'occupent de l'évolution des anges ou dévas, dont il existe de nombreuses catégories.

RO. Quelle relation existe-t-il entre les Maîtres et nous-mêmes ?

BC. Ce sont nos frères aînés. Ils nous ont devancés et, ayant achevé le processus évolutif dans lequel nous sommes toujours engagés, ils ont pris la responsabilité de veiller sur notre évolution. Ils connaissent le chemin, les dangers, les opportunités. Ils savent quelle est la meilleure marche à suivre, parce qu'il existe de nombreuses voies sans issue, de nombreux pièges sur le sentier, et ils enseignent la voie juste, celle de l'altruisme, de l'oubli de soi. C'est la voie difficile. Elle est lente parce que nous sommes tous tellement égoïstes.

Jésus, les Maîtres et les Grands Instructeurs

RO. Certains des ces Maîtres sont-ils connus publiquement ?

BC. L'un d'entre eux, que tout le monde connaît, est le Maître Jésus. Lorsqu'il vivait en Palestine, Jésus était un disciple très avancé, un initié du quatrième degré, presqu'un Maître. Il passa la quatrième initiation, la Crucifixion, ouvertement, dans le monde extérieur. Normalement, nous ne sommes pas censés mourir sur une croix lorsque nous passons la quatrième initiation. Lui le fit de manière à symboliser pour nous, de manière saisissante, cette grande expérience de renoncement. Jésus est maintenant un Maître. Il l'est devenu, dans sa vie suivante, sous l'identité d'Appolonius de Tyane, qui ouvrit un ashram au nord de l'Inde, où il mourut et fut enterré. C'est de là qu'est venue la légende selon laquelle Jésus ne serait pas mort sur la croix, mais qu'il aurait quitté secrètement la Palestine et serait parti en Inde, où il serait enterré. Il s'agit bien de l'être qui fut Jésus, mais dans son incarnation suivante en tant qu'Appolonius. Jésus est maintenant un Maître très avancé. Aux VIIe et VIIIe siècle, il s'est rendu en Amérique où il a transmis des enseignements aux populations indiennes, puis il est parti pour le Pacifique où il a donné des enseignements aux Polynésiens. Tous ces peuples ont gardé la légende d'un homme blanc venu enseigner, et les différents noms qu'ils lui donnent ont tous un lien avec celui de Jésus. Il leur apprit qu'un autre grand instructeur viendrait de l'Est, qui prodiguerait lui aussi ses enseignements aux Indiens et, bien sûr, lorsque les Espagnols, Cortez et ses hommes, sont arrivés, ils furent accueillis à bras ouverts par Montezuma et son peuple qui, pour leur peine, furent massacrés, comme chacun le sait.

RO. Vous avez mentionné le nom de Jésus. Y a-t-il d'autres noms qui pourraient nous être familiers ?

BC. Celui, très connu, du Maître Djwhal Khul, le Maître tibétain qui a donné au monde les enseignements transmis par Alice Bailey. De 1919 à 1949, il lui dicta par télépathie mentale, une série d'ouvrages, 19 au total (auxquels s'ajoutent les cinq livres qu'Alice Bailey écrivit elle-même). Ces enseignements très profonds et, à mon avis, très pratiques, constituent la phase intermédiaire des enseignements donnés par les Maîtres pour le nouvel âge, celui du Verseau, qui commence maintenant. Les enseignements préliminaires furent communiqués auparavant dans la Doctrine secrète, transmise par l'intermédiaire de Helena Petrovna Blavatsky. Mme Blavatsky travailla avec un groupe de Maîtres et pendant quelques années elle vécu avec eux dans l'Himalaya. L'un d'entre eux était le Maître Morya, son propre Maître, et un autre le Maître Koot Hoomi, tous deux très avancés. Profondément concernés par l'évolution humaine, ce sont eux qui, avec le Maître Jésus, inaugureront la nouvelle religion mondiale qui se développera plus tard : une religion très scientifique, basée sur le processus d'initiation dont nous venons de parler.

RO. Les Maîtres que vous avez cités sont tous des hommes. N'y a-t-il pas de femmes parmi les Maîtres ?

BC. Actuellement, il n'y a pas de Maîtres incarnés dans des corps de femmes.

RO. Pourquoi cela ?

BC. Les Maîtres, en un sens, ne sont ni hommes ni femmes. Ils sont parvenus à un équilibre parfait entre ces deux aspects. Sur le plan de l'âme, il n'y a pas de sexe, ni masculin ni féminin. Il existe simplement une énergie avec deux pôles, l'un positif, l'autre négatif, comme pour l'électricité. C'est une énergie bipolaire. Les Maîtres, étant des âmes parfaites, ont atteint l'équilibre entre ces deux pôles. Cependant, lorsqu'ils prennent un corps physique (ce qu'ils ne font pas tous : deux tiers d'entre eux sont actuellement incarnés dans un corps physique dense, c'est-à-dire environ 40), c'est pour l'instant un corps masculin, afin d'ancrer puissamment dans le monde l'énergie qu'ils possèdent abondamment, celle de l'aspect masculin ou spirituel, ceci pour contrebalancer l'aspect matériel qui se manifeste bien davantage dans le monde d'aujourd'hui. Cela est lié au niveau d'évolution atteint par notre planète. Dans 350 ou 400 ans environ, les choses changeront, et les Maîtres s'incarneront dans des corps féminins jusqu'à ce qu'un équilibre soit atteint entre le nombre de Maîtres masculins et de Maîtres féminins.

Cela n'a rien à voir avec un quelconque parti pris à l'égard des femmes, ou de l'aspect féminin. Bien au contraire, les Maîtres sont à l'origine du mouvement de libération des femmes. Ils jugent essentiel que les femmes prennent leur place en toute égalité avec les hommes dans le nouvel âge, âge qui sera connu comme celui de Tara, la Mère. L'ère de Maitreya est celle où se manifestera l'aspect maternel. La femme représente la Mère, l'aspect nourricier, celui qui nourrit l'enfant, la famille, la civilisation. Les nations sont également masculines ou féminines, et celles qui sont féminines pourront devenir le siège d'une civilisation. Aussi est-il essentiel que les femmes puissent jouer totalement leur rôle, en toute égalité, dans la vie de l'humanité. En Occident, cela s'inscrit déjà largement dans les faits, mais en Orient, c'est encore très loin d'être le cas. Les femmes ne sont souvent considérées guère mieux que des biens mobiliers. Un grand changement est nécessaire. C'est pour cette raison que les Maîtres ont inspiré le mouvement de libération des femmes.

RO. Un Maître a-t-il un corps physique comparable au nôtre ? Ou est-il différent ?

BC. Il nous ressemble (en mieux), mais son corps est parfait, c'est un corps de lumière et il peut disparaître et réapparaître à volonté. Il peut traverser les murs et voyager instantanément par la pensée.

RO. Est-il exempt de toute maladie ?

BC. Oui, totalement. Les Maîtres ne meurent pas, ne vieillissent pas. Ils peuvent vivre des milliers d'années dans le même corps. On verra bientôt le Maître Jésus qui possède le même corps depuis plus de 650 ans. Certains Maîtres ont le corps qu'ils avaient lorsqu'ils ont atteint la maîtrise. D'autres ont des corps qui ont littéralement des milliers d'années. Ils ne dorment pas et ne mangent pas. Ils se nourrissent directement de la lumière solaire, du prana, de l'énergie venant directement du soleil. Ils portent des robes immaculées, ou, s'ils sont vêtus à la manière occidentale, des costumes très bien coupés. Mais ils créent leurs vêtements par la pensée.

RO. Les vêtements aussi... ?

BC. Oui. Ils n'achètent pas du tissu dans le commerce ; ils peuvent le créer eux-mêmes.

RO. Quelle est la place de l'humanité dans cette notion de hiérarchie ? Vous avez parlé des Maîtres, en incarnation ou non, où nous situons-nous par rapport à eux ?

BC. Il existe trois grands centres, et j'ai mentionné deux d'entre eux. Le premier est celui qui s'appelle Shamballa, un grand centre éthérique situé dans le désert de Gobi. C'est le centre où sont connus la Volonté et le Plan (le plan de l'évolution) de la Déité qui est l'âme de notre planète. Cette volonté et ce plan sont transmis au deuxième centre, la Hiérarchie spirituelle des Maîtres et des initiés, le centre où s'exprime l'Amour de Dieu. Le troisième centre est l'humanité elle-même, le centre où se manifeste l'Intelligence de Dieu. Ces centres sont actuellement séparés, mais grâce au processus évolutif, ils finiront par être réunis. Tout comme l'étincelle divine, appelée la " monade " dans la terminologie théosophique, se reflète en tant qu'âme, qui elle-même se reflète dans la personnalité humaine qui finit par s'unir à elle au cours du processus d'évolution, de même, dans l'ordre extérieur, l'humanité s'unira à la Hiérarchie. Quand les hommes seront prêts, lorsqu'il y aura suffisamment de disciples dans le monde pour créer un lien avec la Hiérarchie, le centre que nous appelons l'humanité deviendra finalement identique à celui où s'exprime l'Amour de Dieu, la Hiérarchie spirituelle. Puis, celle-ci s'unira finalement avec Shamballa, le centre où la Volonté de Dieu est connue. Le but des Maîtres est de se joindre à Shamballa, tout comme le nôtre, même si nous l'ignorons, est de nous unir à la Hiérarchie. Pour finir les trois centres seront réunis. Le processus évolutif sera alors achevé.

RO. On pourrait dire que l'intelligence n'est guère exprimée par l'humanité.

BC. Ce n'est pas un manque d'intelligence, mais de volonté spirituelle. Nous avons de grands idéaux, mais nous avons tendance à penser que l'idéal suffit, qu'il se réalisera en quelque sorte tout seul. Mais il faut le mettre en œuvre.

La spiritualité

RO. Vous voulez donc parler de l'intelligence pratique, pas seulement d'intellect...

BC. Je parle de spiritualité appliquée, mise en pratique. Depuis deux mille ans, nous avons eu de nombreux idéaux : un idéal de fraternité, l'idée que nous sommes tous enfants de Dieu, un désir de paix, de bonne volonté entre tous les hommes, etc. Nous en parlons une fois par an à Noël, puis peut-être de nouveau à Pâques. Mais en fait, dans notre vie quotidienne, nous sommes aussi corrompus qu'il est possible de l'être. C'est parce que pour nous la spiritualité est une chose purement théorique. Les différents groupes religieux sont largement à blâmer pour cet état de fait. Ils avaient la tâche d'enseigner et de guérir. Ils ont très mal enseigné, à mon avis, et pas du tout pratiqué la guérison. Et cela a coupé l'humanité de sa véritable nature.

RO. Et cela a pu créer des divisions ?

BC. Oh oui, cela a beaucoup divisé l'humanité. Cela nous a coupé de notre propre nature spirituelle. Le Maître Djwhal Khul, qui a donné au monde les enseignements transmis par Alice Bailey, est catégorique à ce sujet : il dit que l'un des plus grands triomphes des forces du mal, des forces de la matérialité, est le fait que les groupes religieux ont accaparé l'idée de spiritualité : tout ce qui est religieux est automatiquement considéré comme spirituel (que cela le soit réellement ou pas) et tout le reste peut être corrompu, que ce soient les affaires, la politique, les systèmes économiques. Mais la religion est considérée comme exempte de corruption ; elle est " spirituelle ".

Nous devons comprendre que ce qui est spirituel, c'est d'agir dans le but d'améliorer la vie de tous, du plus grand nombre. Est spirituel tout ce qui apporte à un homme ou à une femme une vie meilleure, que ce soit sur le plan physique, sur le plan astral-émotionnel, sur le plan mental ou sur le plan spirituel, celui de l'âme. Tout ce qui va dans le sens d'un progrès pour l'humanité est fondamentalement spirituel ; ce n'est pas uniquement ce qui est religieux. Le sentier de la religion est seulement l'un des sentiers. Nous devons donc créer des structures, politiques, économiques et
sociales, dont les intentions soient fondamentalement spirituelles.

RO. Voulez-vous dire que le but essentiel de toutes les religions doit être d'enseigner une vie juste, et non la déification de quelque personnage ?

BC. Absolument. C'est ce que le simple enseignement des Instructeurs a toujours été. Chacun d'eux est venu, a prodigué ses enseignements à un petit groupe de personnes, puis a, en apparence, disparu de la planète. On a dit qu'il était au ciel, ou dans le nirvana, bien loin, coupé de l'humanité, et cela nous a laissé sous le contrôle des prêtres, qui ont, pour la plupart, interprété (ou déformé) les enseignements afin de garder leur pouvoir. Ils sont les interprètes, le lien entre l'homme et Dieu. Mais l'homme n'a nullement besoin de ces intermédiaires. L'homme a Dieu en lui-même. Les prêtres ont toujours enseigné que Dieu était " là-haut ", et que nous devions surveiller nos paroles et nos actes, parce que Dieu écoute. Alors qu'en fait, le Dieu intérieur est celui qui compte réellement, c'est le Dieu qui vous pousse en avant, sur le chemin de l'évolution, et que vous devez apprendre à manifester dans sa nature véritable, qui est altruisme, amour, générosité, compassion, etc.

Maitreya

RO. Les Maîtres travaillent-ils seuls ou en groupe ? Ont-ils un chef ? Comment la Hiérarchie est-elle structurée ?

BC. Ils partagent un état de conscience ; ils n'ont pas de conscience séparée en tant que personnalité. Ils ne peuvent pas dire " je ", car ils n'ont aucun sens du moi. Ils forment un groupe qui possède une conscience de groupe. A leur tête se trouve le Maître de tous les Maîtres, dont le nom personnel est Maitreya. Sa venue avait été annoncée par le Bouddha : il y a 2 500 ans, le Bouddha Gautama a fait une prophétie disant qu'à notre époque, un autre Grand Instructeur, un Bouddha comme lui, appelé Maitreya, inspirerait à l'humanité la création d'une civilisation nouvelle et brillante, d'un âge d'or basé sur la justice et la vérité.

Il y a 60 Maîtres et trois Grands Seigneurs, comme on les appelle. Maitreya est l'un des trois. Il a la charge d'Instructeur mondial, et il incarne l'énergie appelée principe christique ou conscience christique, le deuxième aspect de la trinité chrétienne. Il y a 2 000 ans, il adombra son disciple Jésus pendant trois ans et Jésus devint Jésus le Messie, ou traduit en grec, Jésus le Christ. Le Christ lui-même est Maitreya. Sa conscience s'est manifestée à travers Jésus depuis le baptême jusqu'à la crucifixion, et il a inauguré l'ère des Poissons qui arrive maintenant à sa fin. Maitreya est de retour dans le monde pour accomplir ce qu'il a commencé par l'intermédiaire de Jésus, et qu'il achèvera dans l'ère du Verseau qui commence.

RO. Vous avez parlé de Maitreya et de Jésus. Quel lien existe-t-il avec les autres instructeurs qui sont venus au cours de l'Histoire, tels que Bouddha, Krishna, Mahomet, pour n'en citer que quelques-uns ?

BC. Jésus a enseigné par l'intermédiaire de Mahomet, tout comme Maitreya avait enseigné par son intermédiaire. Le Bouddha a enseigné par l'intermédiaire du prince Gautama et de Mithra, et Maitreya a aussi enseigné antérieurement par l'intermédiaire de Krishna et de Shankaracharya.

RO. Un Grand Etre se tient donc derrière un " presque-Maître ", pour l'inspirer et transmettre des enseignements à travers lui. Puis, ce dernier s'élève grâce au processus de l'initiation, devient lui-même un Maître et fait partie de la Hiérarchie. Cela me donne l'impression d'une famille spirituelle.

BC. Oui, les Maîtres sont tous frères, ils appellent la Hiérarchie la " Fraternité ".

Le Christ

RO. Pourriez-vous comparer le rôle joué actuellement par le Christ avec le point de vue religieux traditionnel ?

BC. Le point de vue traditionnel est que le Christ est le seul et unique Fils de Dieu. En réalité, il n'existe personne qui le soit ; il n'y a jamais et il n'y aura jamais un seul et unique fils de Dieu. Tout individu dans le monde, homme, femme ou enfant, est fils ou fille de Dieu. Chacun de nous possède le potentiel de cette divinité. Il n'existe qu'une seule divinité et nous la partageons tous. La seule différence entre le Christ et nous-même, entre le Bouddha ou Krishna et nous-mêmes, est qu'eux ont manifesté leur divinité. Ils savent qu'ils sont des Fils de Dieu et ils le démontrent. Nous-mêmes, nous ne savons pas que nous sommes des fils de Dieu. Les Eglises nous enseignent tout autre chose : elles nous disent que nous sommes nés dans le péché et que c'est seulement par l'intermédiaire de Jésus que nous pourrons connaître Dieu. En fait, Dieu peut être connu de chacun, à tout moment. Vous n'avez pas besoin d'être chrétien, hindou, bouddhiste ou musulman pour connaître Dieu. Vous pouvez connaître Dieu que vous soyez religieux ou athée, que vous croyez en lui ou pas. Cela n'a rien à voir avec une forme de croyance, cela relève de l'expérience directe. Parce que vous êtes Dieu, parce que vous êtes divin, quelle que soit votre croyance ou votre non-croyance, vous pouvez faire l'expérience directe de Dieu dans votre vie, à la manière dont chaque enfant le fait automatiquement, instinctivement, lorsqu'il vient au monde. Sans savoir encore s'il est né dans une famille chrétienne, bouddhiste, musulmane ou hindoue. Tout cela ne concerne pas l'enfant, seule importe sa propre expérience. Que vous soyez bouddhiste, hindou ou chrétien est sans intérêt pour Dieu. Il ne s'agit en effet que de contingences temporaires qui varient suivant les lieux et les époques, auxquelles s'ajoute le hasard de votre lieu de naissance. Si vous êtes né en Occident, vous avez des chances d'être chrétien. Si vous êtes né en Orient, il est plus vraisemblable que vous soyez hindou ou bouddhiste. Et si vous êtes né au Moyen-Orient, vous serez probablement juif ou musulman. Les interprètes les plus fanatiques du christianisme, de l'islam, de l'hindouisme, du judaïsme, du bouddhisme et d'autres religions ont créé des séparations totalement artificielles dans le monde. Cela a retardé l'évolution de l'humanité. Cela nous retient en arrière et empêche la création de justes relations humaines. La création de telles relations est la prochaine étape que l'humanité doit franchir, et tout ce qui retarde cette création est indésirable.

L'ère du Verseau

RO. Vous avez parlé de la " prochaine étape que doit franchir l'humanité ". Cela a-t-il quelque chose à voir avec la présence de Maitreya ici, maintenant ?

BC. Oui, tout à fait. Nous entrons dans une nouvelle ère, l'ère du Verseau, et il n'est pas question, bien sûr, d'astrologie mais d'astronomie. Il s'agit de la relation qui se forme actuellement dans le cosmos entre notre système solaire et la constellation du Verseau. Pendant 2 500 ans environ, nous allons absorber l'énergie cosmique du Verseau, qui transformera toute la vie sur notre planète. C'est une énergie synthétisante : elle rassemble, fusionne et mélange, tandis que l'énergie des Poissons, celle de l'ère qui se termine, a séparé et divisé le monde. Ce processus se poursuivra pendant 2 500 ans, et, progressivement, l'humanité se rassemblera et comprendra la réalité de sa nature spirituelle.

Cela a donné aux Maîtres la possibilité de commencer à revenir dans le monde. C'est dû au fait que tant de disciples approchent de la première initiation et s'apprêtent, par conséquent, à entrer dans la Hiérarchie. Cela crée une force d'attraction magnétique, un canal par lequel les Maîtres sont attirés dans le monde. Il y a plus de 500 ans qu'ils étaient prêts à le faire ; la seule question était de savoir quand cela serait possible. Il paraissait probable qu'il faudrait attendre encore 1 200 ou 1 300 ans. Mais en 1945, à la fin de la guerre, Maitreya a annoncé son intention de revenir le plus tôt possible et d'amener son groupe de Maîtres avec lui dans le monde. C'est ce qui se produit maintenant.

Les Maîtres reviennent dans le monde

RO. Nous n'avons jamais rien vu de semblable auparavant. Nous en avons entendu parler par les religions, mais, pour un bon nombre d'entre nous, c'est désormais devenu presque une légende, et il paraît inimaginable que de tels instructeurs, pas un seul mais un nombre important, puissent se trouver parmi nous. Et pourquoi maintenant ?

BC. Nous avons atteint la fin d'une ère, une ère au cours de laquelle l'humanité s'est largement divisée, mais a fait un grand pas en avant. Nous avons développé l'individualité, nous faisons preuve d'un idéalisme qui, utilisé de manière correcte, pourra nous mener loin. Et aussi, comme je l'ai dit, les disciples sont devenus nombreux et attirent la Hiérarchie dans le monde. Mais la raison essentielle est que les Maîtres sont arrivés à la fin d'un cycle, dans leur propre évolution, différente de celle des hommes, ce qui exige leur retour dans le monde. Chaque Maître l'a déjà fait individuellement, mais ils doivent maintenant montrer, en formation de groupe, leur capacité à fonctionner simultanément sur tous les plans, du physique dense au plan spirituel le plus élevé.

RO. Avec l'arrivée des Maîtres, la Sagesse éternelle n'aura plus besoin d'être interprétée et transmise par différentes personnes. Que va-t-il alors advenir des religions ?

BC. Elles existeront toujours, mais elles retrouveront leur pureté. Il est évident qu'avec le retour des Maîtres dans le monde, il se produit et il continuera de se produire une transformation de la conscience. L'orientation des religions changera. Leur rôle est essentiellement éducatif. Elles doivent garder vivante la réalité spirituelle dans la vie quotidienne, et protéger les jeunes âmes, de manière à ce qu'elles ne s'écartent pas du chemin spirituel. Elles permettent ainsi aux individus d'acquérir une certaine mesure de contrôle d'eux-mêmes et d'auto-discipline qui, une fois acquis, leur donneront la possibilité d'entrer sur le sentier ésotérique et de continuer leur évolution de manière plus consciente, en tant que disciples.

De nouvelles formes de religion

RO. La venue de Maitreya et des Maîtres amènera-t-elle de nouvelles formes de religion ou de nouvelles structures religieuses ?

BC. Le Maître Djwhal Khul, qui a donné les enseignements d'Alice Bailey, a prédit la naissance d'une future religion mondiale qui, comme je l'ai indiqué, sera très scientifique. Elle sera basée sur le processus ésotérique de l'évolution, de l'initiation qui, sur ce sentier, jouera un rôle primordial, et les deux premières initiations deviendront le but de la majorité des hommes. Il existera des Ecoles de mystère où l'on se préparera à l'initiation (ce n'est pas quelque chose qui peut être enseigné), ce qui donnera aux gens la possibilité de passer la première et la deuxième initiation. C'est Maitreya qui donne les deux premières initiations, et il parcourra le monde pour initier des centaines de milliers de personnes à cet aspect plus profond de la vie. Chaque initiation confère à l'initié une vue plus profonde dans le mental du Logos créateur, de sorte qu'il devient de plus en plus conscient du plan de l'évolution. Si vous êtes conscient du Plan, et de votre rôle à y jouer, vous pouvez agir de manière beaucoup plus consciente, et par conséquent beaucoup plus efficace. Et l'aspect service dans la vie du disciple est ainsi renforcé.

L'antéchrist et les forces de la matérialité

RO. Si Maitreya est le Christ, qui est l'antéchrist ou qu'est-ce que l'antéchrist ?

BC. Il existe un énorme malentendu chez les chrétiens. Ils attendent le Christ " à la fin du monde ". En fait, il est venu à la fin d'une ère, pas à la fin du monde. Ils s'attendent à le voir revenir sur un nuage à Jérusalem, à la fin des temps, lorsque le monde entier disparaîtra. Ils pensent qu'il est là-haut dans le ciel, mais le " ciel " où le Christ a séjourné pendant des milliers d'années est l'Himalaya, à plus de 5 000 m d'altitude. Et c'est de là qu'il est venu dans le monde, pas d'un ciel mythique. Le ciel est un état d'être. Le royaume des cieux est intérieur, comme Jésus lui-même l'a enseigné. C'est la Hiérarchie spirituelle dont il fait partie.

L'antéchrist n'est pas un homme qui, comme le croient les chrétiens, viendra avant le Christ, et pourra même être confondu avec lui. Cette idée vient de l'Apocalypse de Saint Jean : la bête, 666, est déchaînée pour un temps, puis enchaînée pour un temps et un demi temps. Il est fait référence à la libération de l'énergie que nous appelons l'antéchrist. Il ne s'agit pas d'un homme, mais d'une énergie, d'une force destructrice qui est délibérément lâchée pour briser l'ordre ancien, la vieille civilisation. Elle fut libérée à l'époque de Jean lui-même, à travers l'empereur Néron, pour amener la fin de l'hégémonie romaine, et préparer la voie pour la chrétienté. Elle le fut à nouveau, à notre époque, dans l'Allemagne nazie, à travers Hitler et son entourage, tout aussi mauvais que lui, et à travers deux groupes de militaristes, l'un au Japon et l'autre en Italie autour de Mussolini. Ces trois groupes, appelés les puissances de l'Axe, incarnaient, au cours de la guerre de 1939-1945, l'énergie que nous appelons l'antéchrist. La force destructrice fut libérée pour préparer la voie pour le retour du Christ dans le monde. Et c'est, en fait, en juin 1945, à la fin de la guerre précisément, que Maitreya annonça son intention de revenir le plus tôt possible dans le monde, et cette fois avec son groupe, les Maîtres de la Hiérarchie spirituelle ; c'est la première fois qu'ils viennent ainsi, en groupe, depuis 95 000 ans.

L'antéchrist est derrière nous, il est venu et s'est retiré, ayant accompli son œuvre de destruction. Maintenant, il doit être " enchaîné " pour un temps et un temps et demi. Cela signifie enfermé dans son propre domaine pour la durée de l'ère du Verseau, ce qui fait " un temps ", et la moitié de l'ère suivante, l'ère du Capricorne, et c'est alors qu'il sera de nouveau libéré. Au milieu de l'ère du Capricorne, la " bête " sera en effet libérée une fois de plus, et il y aura une autre grande guerre, qui se déroulera cette fois sur les plans mentaux. Ce sera la troisième phase de la manifestation de l'antéchrist. C'est la guerre entre les forces de lumières et les forces du mal, comme nous les appelons (les Maîtres les nomment les forces de la matérialité), qui détruisit l'ancienne civilisation atlante, il y a environ 100 000 ans. Depuis, cette guerre s'est poursuivie sur les plans astraux. Elle a été précipitée sur le plan physique par Hitler et les autres nazis, et par les militaristes japonais et italiens. Ce fut la manifestation de l'antéchrist à notre époque. Maintenant il doit rester enfermé dans son propre domaine.

Les forces de la matérialité ont un rôle à jouer : elles maintiennent l'aspect matière de la planète. Si elles se contentaient de cela, il n'y aurait aucun mal. Mais elles ne limitent pas leur activité à l'arc involutif, qui est leur sphère naturelle d'activité. Elles débordent sur l'arc évolutif sur lequel nous nous trouvons et cela nuit à notre progrès spirituel ; il faut donc lutter contre cette menace. Pour que les forces de l'antéchrist restent enfermées dans leur propre domaine, l'humanité doit être élevée à un niveau où elle ne pourra plus être utilisée, contactée ou influencée par ces forces matérialistes. Ce sera la tâche du Christ et des Maîtres au cours de l'ère du Verseau dans laquelle nous entrons.

RO. Dans la culture populaire et, dans une certaine mesure, dans les religions, l'antéchrist, Satan, Lucifer, sont personnifiés. Cela favorise bien sûr tout un aspect théâtral. Mais quel est le point de vue ésotérique en ce qui concerne Satan, Lucifer ?

BC. Satan est ce que nous appelons l'antéchrist. Je viens de parler des forces de la matérialité. Elles ont pour rôle de maintenir l'aspect matière de la planète.

RO. Mais le diable existe-t-il ?

BC. Le diable n'existe pas en tant qu'individu. On peut dire que l'opposé du bien est le mal, et il existe en chacun de nous. C'est l'expression de notre personnalité avide et égoïste. Mais en termes ésotériques, si l'on veut aller au fond des choses, les forces de la matérialité, quel que soit le nom qu'on leur donne, ont la charge de veiller sur les feux de la planète. Notre planète est une entité vivante, qui respire. Ces feux sont contrôlés de manière scientifique, autrement ils feraient exploser la planète. Tout fonctionne suivant la loi. Les seigneurs de la matérialité ayant pour rôle de maintenir l'aspect matière de la planète, travaillent avec l'évolution dévique subhumaine, avec les élémentaux qui se trouvent sur l'arc involutif, pour mener à bien cette tâche. Mais ils ne se contentent pas de cela et débordent sur l'arc évolutif. De là vient le mal.

RO. Les Maîtres ont-ils affaire à eux ?

BC. Oui. Ils protègent l'humanité d'un afflux trop grand de mal auquel nous ne pourrions faire face. Nous sommes bien protégés. Quant à Lucifer, il est considéré par les chrétiens comme le diable. Il n'en est rien! Lucifer est en réalité le nom d'un grand ange qui est l'âme du règne humain. Chaque âme humaine est une partie individualisée d'une grande sur-âme. Le nom de cette grande sur-âme, qui est divine, est Lucifer.

La Genèse

RO. D'où vient cette fausse interprétation ?

BC. De la manière symbolique dont est présentée l'histoire d'Adam et Eve dans la Bible. L'homme animal, pas vraiment humain, plus tout à fait un animal, mais à mi-chemin entre les deux, avait atteint un certain degré dans son évolution. Il possédait un corps physique solide et coordonné, un corps astral plus ou moins sensible et le germe du mental, un mental naissant qui formerait plus tard le noyau du corps mental. Lorsque ce point fut atteint, il y a 18 millions et demi d'années, les âmes humaines qui, sur le plan de l'âme, attendaient ce moment précis de l'évolution, s'incarnèrent pour la première fois dans ces hommes primitifs. C'est la " chute du paradis " d'Adam et Eve.

RO. C'était une métaphore ?

BC. Oui, en effet, c'était une métaphore, une image. Ce ne fut pas la perte d'un état de grâce, mais l'accomplissement délibéré d'une partie du plan d'évolution, qui poussa les âmes humaines à renoncer au " paradis ", au pralaya, ce merveilleux état de félicité sans fin, et à " manger le fruit de l'arbre de la connaissance ", c'est-à-dire à s'incarner sur le plan physique dans ces hommes qui n'étaient pas encore vraiment sortis du règne animal. C'est ce qui s'est produit, et a été faussement interprété comme la perte d'un état de grâce : de là est venue l'idée que Lucifer était un grand ange qui se rebella contre Dieu dont il se considérait l'égal et qui fut chassé du paradis. Ce n'est rien d'autre qu'une histoire, qui a été interprétée d'une façon totalement erronée. C'est en fait l'histoire de l'incarnation humaine.

RO. D'où proviennent ces informations ? Quelle est leur origine ?

BC. La plupart proviennent de l'enseignement théosophique, qui fut introduit par Mme Blavatsky entre 1875 et 1890. Son ouvrage majeur, la Doctrine secrète, renferme les enseignements préliminaires donnés pour le nouvel âge qui est en train de naître. Les enseignements transmis par Alice Bailey constituent la phase intermédiaire. La prochaine phase, celle de la Révélation, viendra de Maitreya lui-même.

RO. Vous venez de dire qu'un changement s'était produit, il y a 18 millions et demi d'années, lorsque l'homme-animal avait progressé jusqu'à un certain point. Que s'est-il passé alors ? Qu'est-ce qui a fait que cet homme- animal devienne un être spirituel ?

BC. Les âmes humaines, qui attendaient sur le plan de l'âme ce moment particulier, s'incarnèrent pour la première fois dans ces hommes et ces femmes primitifs, et l'évolution humaine commença alors. L'individualisation de l'homme eut lieu. Ce fut un point culminant pour l'humanité, une expérience initiatique. L'énergie du Mental vint renforcer le mental naissant de l'homme-animal, et les hommes, les " fils du mental ", commencèrent le long voyage de leur évolution.

RO. Il y avait donc des âmes en attente ?

BC. Oui. Effectivement.

RO. L'homme-animal était déjà là, mais que faisaient les âmes en attendant ?

BC. Elles étaient en pralaya, un état de bonheur sans fin, sachant que ce bonheur serait interrompu lorsque résonnerait l'appel et que le premier groupe devrait descendre et " manger le fruit de l'arbre de la connaissance ".

RO. Et ce fut les débuts de l'humanité ?

BC. Oui. L'évolution du genre humain a commencé à ce moment-là. Ce ne fut pas une " chute " du paradis mais une descente délibérée.

Le service et la méditation

RO. Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire, une manière de penser qui accélérerait notre évolution ?

BC. Il y a, bien sûr la méditation. L'évolution est accélérée par la méditation et le service. Ce sont les deux leviers du processus évolutif. Rien ne vous fait avancer plus vite qu'une méditation correcte, scientifique et une activité efficace de service altruiste.

RO. Cela fait longtemps que l'on nous dit que le service est une bonne chose. C'est presque devenu une sorte de cliché, mais vous dites que c'est l'absolue vérité.

BC. Oui, c'est même l'unique raison de notre incarnation. L'âme vient en incarnation, avant tout, pour servir le plan de l'évolution. Elle est consciente du plan du Logos de la planète et elle cherche à le réaliser par tous les moyens. L'aspect majeur de ce plan est la spiritualisation de la matière. L'âme accomplit ce service en venant en incarnation, ce qui est, bien sûr, une limitation pour elle. Elle est parfaite sur son propre plan mais, une fois incarnée, elle doit traverser toutes les limitations de nos misérables vies : l'égoïsme et l'avidité, les pensées déformées que les hommes projettent autour d'eux et qui créent de terribles conflits comme ceux de la Bosnie ou du Rwanda, ou encore des situations dramatiques comme en Afrique où des millions de gens meurent de faim alors que nous vivons dans un monde d'abondance.

RO. Pourquoi la méditation fait-elle progresser ?

BC. Parce qu'elle coordonne les véhicules et met en contact avec l'âme. La méditation est une méthode, plus ou moins scientifique selon le type de méditation, qui met l'individu en contact avec son âme ; et lui permettra finalement de fusionner avec elle. Tel est le but. Lorsque ce contact est établi, la méditation est utilisée comme un moyen pour s'élever et pénétrer plus profondément dans la nature de l'âme qui, en réalité, est triple. L'âme est une réflexion de l'étincelle divine, qui présente trois aspects : atma, bouddhi et manas. L'aspect manasique est centré sur l'intelligence, l'aspect bouddhique sur l'amour-sagesse et l'aspect atmique sur la volonté. Graduellement, grâce à la méditation et au service, l'intelligence, l'amour-sagesse et finalement la volonté de Dieu sont contactés et connus, et font partie de la nature du disciple.

La prière et l'invocation

RO. Quel est le lien entre la méditation et la prière ?

BC. La prière est le plus souvent une supplication, largement basée sur l'émotion, pour obtenir de l'aide, mais à son niveau le plus élevé, c'est une communion du cœur avec le divin. La méditation est la méthode, plus ou moins scientifique, pour contacter l'âme et s'unir à elle. Il n'y entre pas d'émotion.

RO. C'est donc là la différence. Existe-t-il alors un moyen d'élever les prières ?

BC. La prière se transformera finalement en invocation. On considérera Dieu comme une conscience qui se manifeste sous forme d'énergie que l'on peut invoquer ; ce sera la base de la nouvelle religion qui, d'après le Maître Djwhal Khul, se développera progressivement. La supplication purement émotive sera remplacée par l'invocation des énergies divines qui manifesteront alors dans le monde la nature spirituelle de Dieu.

RO. Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire, de manière régulière, pendant nos heures de veille, pour élever notre niveau de conscience, pour développer notre spiritualité ?

BC. De la méditation, bien sûr.

RO. Je voulais dire dans la vie quotidienne. Y a-t-il certaines manières de penser ou certaines attitudes que nous devrions encourager ?

BC. La bonne volonté, l'innocuité, sont des valeurs essentielles que nous devrions essayer d'acquérir. Et d'un point de vue plus technique, le maintien de l'attention sur le centre ajna, situé entre les sourcils, élève le niveau de conscience et l'écarte du marécage des émotions focalisées au niveau du plexus solaire. Garder l'attention fixée sur le centre directeur aide à adopter une attitude beaucoup plus mentale et donne la possibilité d'accéder finalement à la polarisation mentale, qui permet à l'âme d'illuminer la vie ; l'âme agit à travers le corps mental.

L'enseignement de Maitreya

RO. Que conseille Maitreya sur le plan spirituel ?

BC. Il nous recommande de cultiver trois qualités : l'honnêteté du mental, la sincérité de l'esprit et le détachement. Cela paraît facile, mais c'est très difficile, sinon nous posséderions tous ces qualités. Mais nous pensons une chose, en disons une autre et en faisons une troisième ; nous ne faisons donc guère preuve d'honnêteté mentale. C'est une qualité que nous devons acquérir et pratiquer. Elle permet le détachement. Et, inversement, pratiquer le détachement
apporte l'honnêteté du mental. Cela implique également la sincérité de l'esprit. Nous sommes rarement nous-mêmes. Nous jouons un rôle. Nous voulons que les gens pensent que nous sommes ceci plutôt que cela, que nous sommes gentils, bons, honnêtes, ou autre chose, suivant l'idéal que nous souhaitons représenter. Il est rare de rencontrer des gens qui sont sincèrement et honnêtement eux-mêmes. Lorsque cela arrive, nous avons l'impression de parler à cœur ouvert. C'est quelque chose de direct et il peut y avoir un véritable échange sur le plan spirituel. Vous cherchez alors à établir une relation de cœur à cœur et êtes vous-mêmes. Vous manifestez et exprimez votre propre identité, sincèrement et totalement. Cela amène le détachement. Ces trois qualités vont de pair : le détachement entraîne l'honnêteté du mental et la sincérité qui, à leur tour, sont la cause d'un détachement de plus en plus grand. Maitreya dit : " Seul le Soi importe " (le Soi signifiant l'aspect divin, le Seigneur). " Vous êtes le Soi, un Etre immortel. " Et il ajoute que nos peines, nos souffrances, nos problèmes, sont dus au fait que nous nous identifions avec tout autre chose que le Soi. Il nous dit de nous poser cette question : " Qui suis-je ? " Et si nous le faisons, nous verrons que nous nous identifions avec le corps physique, comme s'il était le Soi, ce qui n'est nullement le cas.

RO. Ou bien nous nous identifions avec nos actes ?

BC. Plutôt d'abord avec le corps physique, l'aspect de vous-mêmes que vous pouvez voir. Mais ce n'est pas le Soi. Vous n'êtes pas ce corps physique qui ne dure que le temps d'une seule vie, qui est renouvelé à chaque fois et qui ne peut donc être le Soi éternel.

Ou bien, vous vous identifiez avec vos émotions, vos sentiments, vos sensations qui sont passagères ; vous ressentez, en effet, une chose un jour et une autre le jour suivant. Ces sensations et ces sentiments ne sont pas le Soi. Ou bien encore, vous vous identifiez avec vos structures mentales, avec vos croyances, votre idéologie, ou avec les traditions de votre religion, quelle qu'elle soit. Peu importe que vous soyez chrétien, bouddhiste, musulman ou hindou, ou bien que vous n'ayez aucune religion ; ce qui importe, c'est votre identification avec le Soi, dont la nature est divine. La réalisation du Soi est la réalisation de notre aspect divin. Si vous pratiquez une identification juste et le détachement, vous arriverez inévitablement à la conscience du Soi qui mène à la réalisation du Soi. Maitreya dit que c'est le but de toute vie. Il ne s'agit pas d'une croyance, d'une religion, d'une idéologie, mais de quelque chose qui est bénéfique pour tous, et c'est en fait le but de la vie.

RO. Vous dites que l'on peut aussi se développer sur le plan spirituel grâce au service. Quelle est la manière juste de servir ?

BC. Servir d'une juste manière c'est faire le maximum de ce que l'on peut faire à un moment donné. Bien sûr, il existe différents niveaux de service. Mère Teresa sert, jour après jour, en aidant les pauvres et les mourants à Calcutta et ailleurs. D'autres servent comme premiers ministres ou comme présidents de grandes nations, bien ou mal, mais ils servent. D'autres servent en tant que conseillers religieux ou en tant qu'avocats, et d'autres encore en tant que professeurs, artistes, etc. Il existe maintes formes de services, mais elles doivent toutes être accomplies avec altruisme. Ce qui n'est pas entrepris dans un but altruiste n'est pas du service.

RO. Existe-t-il certaines formes de services plus importantes que d'autres ?

BC. Non. Toute forme de service que vous puissiez accomplir a de la valeur.

La méditation de transmission

RO. Vous-même avez lancé la méditation de transmission, qui est, dites-vous, à la fois une forme de méditation et de service. Comment est-ce possible ?

BC. Mon Maître a introduit la méditation de transmission en mars 1974, lorsque le premier groupe fut créé à Londres, où je réside. Il existe maintenant des centaines de groupes dans le monde entier. Le but était de proposer au disciple moderne très occupé, et disposant de peu de temps à consacrer à la méditation et au service, une forme d'action qui allie les deux et qui, par ses effets sur le monde, soit très puissante, même si l'on y consacre un temps et une énergie limités.

RO. Comment se passe une Transmission ?

BC. Les Maîtres sont les gardiens de toutes les énergies qui arrivent sur la planète. Beaucoup sont des énergies cosmiques et si les Maîtres devaient les envoyer directement sur le monde, telles qu'ils les reçoivent, elles seraient trop puissantes et ne feraient tout simplement que rebondir sur la masse de l'humanité. C'est pour cette raison qu'ont été créés des groupes de transmission à travers lesquels l'énergie est d'abord envoyée. Cela permet d'en réduire l'intensité. Les énergies sont envoyées à travers les chakras, les centres de force situés dans la colonne vertébrale des membres du groupe. Cela diminue automatiquement l'intensité de l'énergie, qui peut alors être absorbée, et réellement utilisée, par l'humanité. Il s'agit de grandes énergies qui transforment le monde lorsque l'humanité y répond. Ce travail se fait de manière telle qu'il offre aux disciples un champ de service puissant, efficace, mais qui demande très peu de temps et d'énergie, et qui en même temps stimule leur évolution. Il n'est pas possible que ces puissantes énergies solaires et cosmiques soient transmises de manière scientifique à travers les chakras sans que ceux-ci en soient galvanisés. C'est pourquoi lorsque vous entrez dans un groupe de transmission, c'est un peu comme si vous entriez dans une serre, où l'évolution individuelle est accélérée.

Les technologies de l'avenir

RO. Pouvez-vous nous dire quels changements sont prévus pour l'avenir, et comment ils se produiront ?

BC. Il existera une nouvelle technologie appelée la " technologie de la lumière ". Nous commencerons à utiliser directement la lumière du soleil. Toutes les formes d'énergies utilisées actuellement deviendrons obsolètes. La nouvelle énergie, venant directement du soleil, répondra à tous les besoins énergétiques de l'humanité. Et elle ne pourra, bien sûr, être accaparée par certains individus ou certains groupes. Elle est disponible en tout lieu, gratuite pour tous, et elle peut être utilisée de multiples façons. Elle trouvera une application dans le domaine médical, en relation avec une forme de manipulation génétique plus avancée que celle dans laquelle l'humanité est engagée actuellement. Des organes entiers seront recréés. Au lieu de subir une transplantation du cœur, du foie ou des reins, vous irez simplement pour quelques heures dans une clinique, et grâce à cette nouvelle technique de manipulation génétique alliée à la technologie de la lumière, un nouvel organe sera créé directement dans votre corps, sans qu'il soit nécessaire de pratiquer une opération. Je ne sais pas combien de fois cela arrivera au cours d'une vie, une ou deux fois peut-être. Quant aux nouveaux moyens de transports, ils nous donneront l'impression de nous déplacer sans bouger, il n'y aura ni bruit ni vibration, si bien que nous pourrons entreprendre de longs voyages sans la moindre fatigue.

RO. Voulez-vous parler d'un moyen de transport magnétique ?

BC. Je ne sais pas vraiment quelle sera la méthode utilisée, mais cela se produira dans un avenir relativement proche. Une époque viendra aussi où l'humanité, simplement par le pouvoir de la pensée, pourra, comme les Maîtres le font actuellement, se déplacer n'importe où dans le monde. Ainsi, lorsque vous voudrez aller en Australie, vous penserez que vous y êtes et vous y serez, et vous reviendrez de la même façon.

RO. Avons-nous quelque chose à faire pour mériter tout cela ?

BC. Oui, beaucoup à faire. Nous devons devenir des êtres humains dignes de ce nom et reconnaître que nous formons une unité, que nous sommes tous frères et sœurs, faisant partie de la même humanité, et que par conséquent, la nourriture, les matières premières, l'énergie, la connaissances scientifique, la technologie, l'éducation, les soins médicaux appartiennent à tous et doivent être redistribués de manière plus équitable dans le monde : ainsi l'unité et la fraternité humaine s'inscriront dans la réalité des faits. Et nous aurons alors créé les conditions justes qui nous rendront dignes de bénéficier de ces technologies avancées.




Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.