DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Articles du Maître

Le sceptre de l'autorité

Partage International Juin 1993 - N° 58

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme
 
Beaucoup redoutent aujourd’hui une escalade militaire dans l’ex-Yougoslavie, qui selon eux conduirait inévitablement à une troisième guerre mondiale aux conséquences désastreuses. Les Balkans ont remplacé le Moyen-Orient dans l’esprit de ceux qui, par une interprétation erronée des Ecritures, y voient le théâtre de l’Armageddon biblique, et font partager au monde leurs appréhensions. S’ils pouvaient réaliser combien leur conception des forces actuellement à l’œuvre sur toute la planète est erronée, ils s’épargneraient, ainsi qu’à ceux qui les écoutent, bien des tourments.
 
La crainte d’un conflit planétaire est à la racine de l’inaction présente de nombreuses nations, en particulier des Etats-Unis, quels que soient les arguments invoqués pour justifier cette passivité. Semblables peurs entravent la prise de décisions, engendrant confusion et doute.
 
Le besoin se fait sentir maintenant d’une autorité claire et ferme. Indécise et divisée, l’Assemblée des nations devrait se faire ouvertement l’écho de la préoccupation de tous les peuples pour les victimes de l’actuel fratricide, et prendre les dispositions économiques et militaires susceptibles d’y mettre un terme. Il n’y a rien à gagner à prolonger encore cette attente. Les sanctions, à elles seules, ne sauraient suffire à mettre fin au massacre et à imposer la paix ; des forces militaires à la mesure de la situation devraient être mobilisées, prêtes à intervenir. C’est le seul moyen d’obliger les dirigeants assoiffés de puissance à arrêter la tuerie ; le seul moyen de contraindre leurs homologues à travers le monde, qui exploitent à des fins personnelles les aspirations de leurs peuples, à faire une pause pour réfléchir.
 
Une action concertée
 
Bientôt, les nations prendront conscience de la nécessité d’une action collective pour résoudre les nombreux problèmes auxquels le monde est confronté de jour en jour. Si peu qu’il y paraisse au regard des événements d’un passé proche, ce sont leurs épreuves et appréhensions communes qui les conduisent à se rapprocher pour se préserver des agressions. La puissance dont disposent aujourd’hui certains groupes et certains individus égarés représente un si grand danger que c’est seulement par une action concertée que les nations pourront les tenir en échec.
 
Rendre la guerre illégale
 
Peu à peu, d’un pas hésitant et mal assuré, les Nations unies réalisent leur destinée et, acceptant leur responsabilité, prennent en main le sceptre de l’autorité. Elles constituent le point de ralliement des aspirations les plus élevées de l’humanité dans sa quête de paix et de justice, et doivent être disposées à agir pour les défendre. Rien de moins ne saurait fournir la garantie d’un avenir dégagé de la menace des conflits fratricides. La guerre doit aujourd’hui être considérée comme illégale, et ses instigateurs être tenus pour responsables devant la Loi. Les nations doivent être prêtes à faire respecter la loi, et à en payer le prix. Tant que la paix ne sera pas établie de manière sûre et durable, la seule solution restera de faire la police dans le monde.
 
En attendant, bien des choses de valeur émergent dans ces circonstances chaotiques. Des changements d’une portée considérable se font jour dans tous les domaines, et un nouveau réalisme fait son apparition dans l’esprit des dirigeants comme des peuples. Les anciens mirages, bien que puissants encore, relâchent progressivement leur étreinte, et c’est avec une saine détermination que les problèmes les plus urgents de cette époque sont abordés. Ces problèmes seront résolus, cela ne fait aucun doute.
 

Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.