DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1993

Extraits de la revue
Partage international

Octobre 1993 - N° 62

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les enseignements de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Brève


  • Citation
    • Servir par Baghavan Sri Sathya Saï Baba


  • Courrier des lecteurs


  • Esotérisme




L'article du Maître

Home Un nouveau réalisme

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

Beaucoup de gens prennent conscience que dorénavant la vie doit changer, qu’elle sera différente de celle qu’ils ont connue jusqu’alors. Ils pressentent que le monde est confronté à des enjeux cruciaux, qu’une direction nouvelle se fait jour et que, las des sentiers battus, l’homme se tient prêt à innover. De jour en jour, les événements viennent confirmer cette intuition : les actualités se font l’écho des dernières inventions, des plus récentes avancées de la recherche médicale ; elles nous apprennent que des hommes séparés de longue date par un fossé d’incompréhension ont trouvé un terrain d’entente, établissant un compromis inespéré. En dépit de toutes les incertitudes et des tensions qui subsistent, un regain d’espoir se fait sentir. Les hommes le savent : rien ne reste à jamais inchangé, ni la misère la plus abjecte, ni l’opulence la plus généreuse.

Un travail de longue haleine

La récente percée des pourparlers de paix au Moyen-Orient, bloqués pendant des années par une stérile confrontation fondée sur la méfiance et la haine, témoigne du réalisme inédit qui fait son apparition sur la scène internationale. Se libérant du carcan des dogmes et des idéologies, les hommes parviennent à des accords naguère jugés « impossibles » : ce mot lui-même se vide rapidement de son sens, contredit comme il l’est par les événements.

Rien de tout cela ne se produit par hasard. Des plans préparés avec soin et un travail de longue haleine sous-tendent toute manifestation de ce type. Les hommes se méprennent s’ils voient dans l’humanité l’unique instigatrice des changements en cours. Depuis de longs siècles, les hommes suivent une voie tracée pour eux, et sur laquelle d’autres veillent – nous, qui sommes les Gardiens de cette voie, la présentons aux hommes et cherchons à les guider en toute sécurité à travers ses nombreux périls.

L’un d’eux guette l’humanité dans un proche avenir : les marchés boursiers de ce monde, salles de jeu pour oisifs mus par l’appât du gain, sont au bord de l’effondrement et de la disparition. Aucun pays n’est aujourd’hui maître de son destin ; d’invisibles ordres d’« achat » et de « vente » déterminent la force ou la faiblesse de nations fières et puissantes. Toutes sont menacées par les caprices de cet immense casino.

Face à de telles aberrations, comment les hommes peuvent-ils affronter les problèmes qui se présentent ? Comment peuvent-ils faire face aux nombreux changements qui s’imposent ?

Qu’ils ne craignent pas de se retrouver seuls dans la tourmente. Nous, les Frères aînés de la race humaine, avons prévu toutes les éventualités et connaissons bien les mesures à prendre face à semblable crise. Soyez assurés que notre aide sera à votre disposition, et qu’il vous suffira de solliciter nos conseils. Nous connaissons les vrais besoins de l’humanité, mais il faut que les hommes eux-mêmes fassent les choix qui s’imposent, librement et de leur plein gré.

Une répartition équitable

S’ils optent, à juste titre, pour une répartition équitable de leurs ressources, nous n’en serons que plus libres de les aider davantage. Notre expérience et notre savoir seront à leur disposition, notre sagesse et notre amour mis au service de tous. Avec confiance, nous attendons que les hommes fassent appel à notre aide. Dès lors, en pleine lumière, nous entrerons dans votre vie en tant qu’Amis et Frères en qui vous aurez toute confiance. Le Grand Seigneur Maitreya, notre instructeur et le vôtre, se tient dans les coulisses, prêt à entreprendre sa mission. C’est votre appel qui décidera de notre apparition.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.

 





Home Les coûts cachés du libre échange

par Diana Holland

Le Mexique, les États-Unis et le Canada se préparent à arrêter un accord de libre échange en Amérique du Nord (le Nafta), qui permettra la libre circulation des biens et services entre ces trois pays. Ceux qui soutiennent ce projet laissent entendre que le commerce sera stimulé et que de nouveaux marchés s’ouvriront aux milieux d’affaires. Les gouvernements sont impatients de parachever cet accord considéré comme la panacée au malaise économique de ces dernières années. Cependant, après un examen plus attentif, la situation ne semble pas aussi rose et des voix se sont élevées très récemment, à l’intérieur même du Congrès des États-Unis, contre la ratification du Nafta.

Plusieurs représentants mexicains ont été invités par une coalition de groupes canadiens opposés au projet, afin de les associer à leurs efforts de mise en garde du public sur les effets néfastes du Nafta. Ils se sont rendus récemment à Vancouver, au cours d’un forum public qui fut très suivi. Maude Barlow, présidente du « Conseil des Canadiens », organisation nationale opposée au libre échange, introduisit les débats en démontrant que le Nafta, un accord couvrant l’hémisphère nord-américain, loin d’être une corne d’abondance de profits économiques, est en fait destiné à transférer le pouvoir public aux intérêts privés d’un petit nombre d’hommes d’affaires, de sociétés multinationales et de leurs alliés politiques. « Cet accord mine les réseaux de protection sociale et les niveaux de vie des trois pays signataires, a-t-elle déclaré, créant en fait un quatrième niveau de gouvernement, une entité supranationale qui possède un pouvoir d’arbitrage supplantant les lois nationales, s’édifiant au détriment de l’environnement et renforçant le militarisme. »

Elle a expliqué que si le Nafta est signé, les intérêts de ces multinationales seront protégés : toute législation sociale, réglementation fiscale ou autre mécanisme réglementaire en usage dans l’un quelconque des trois pays pourra être contesté par le Nafta comme étant contraire aux intérêts économiques du grand bloc. « Le Nafta est essentiellement une question de déréglementation, a-t-elle rappelé, car le Nafta pourra pénaliser un gouvernement ayant des dispositions plus favorables que celles qui seront déterminées par l’accord, en matière sociale ou écologique par exemple. »

De plus, le Nafta crée des droits de propriété privée non seulement sur la possession du sol, mais également sur les banques de sperme, les banques génétiques et sur la propriété intellectuelle telle que les algorithmes informatiques. C’est ainsi qu’avec ses 4 000 pages d’annexes législatives, quantité de stipulations pourront créer des précédents qui réduiront dangereusement les libertés. « Cet accord, a-t-elle résumé, associe essentiellement les abus politiques du début du 19e siècle à la technologie du 21e siècle. » Judy Rebick, présidente du Comité d’action nationale des femmes et deuxième personnalité à prendre la parole au Forum, a ajouté : « Avec le Nafta, le capital a la liberté d’aller où bon lui semble, sans restriction et par conséquent sans responsabilité. »

Depuis la ratification de l’Accord sur le libre échange (le traité qui prépare le Nafta, signé entre les États-Unis et le Canada en 1992), des conditions de travail, typiques du tiers monde, ont commencé à émerger au Canada, où des familles d’immigrés travaillent 60 heures par semaine, chez eux, à des travaux d’assemblage payés à la pièce. La plupart sont rémunérés en dessous du salaire minimum et nombreux sont ceux qui n’ont aucune couverture sociale. Ils ignorent leurs droits tant ils ont désespérément besoin de travail : on rapporte des cas de femmes travaillant pour un dollar canadien de l’heure.

Patricia Hume, l’une des invitées mexicaine, ne fut pas autrement surprise et raconta ce qui se passait dans les maquiladores, ces usines de montage et d’assemblage, situées sur une zone de 30 km, le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, qui sont exploitées par des patrons multinationaux dans les secteurs de l’automobile, de la chimie, de la pharmacie et de l’électronique. Ces entreprises se sont établies, attirées par le laxisme des réglementations mexicaines sur l’environnement, et par une économie de 20 000 à 30 000 dollars par emploi et par an. Elles importent les pièces à assembler et exportent le produit fini, soumis à des droits de douane volontairement faibles.

Les principales victimes sont les jeunes femmes célibataires qui constituent la majorité de la main-d’œuvre, et qui n’osent pas s’organiser de peur de perdre leur emploi. Attirées par l’espoir d’accéder à un autre mode de vie tel que celui dépeint par la télévision, elles affluent dans les maquiladores pour trouver du travail et un meilleur avenir, et y trouvent en réalité des conditions de sécurité minimales, des salaires avoisinant 3,25 dollars par jour, ce qui est très inférieur au montant requis pour bénéficier d’un niveau de vie même très modeste.

Ces jeunes filles travaillent à proximité de cuves remplies de produits chimiques toxiques, effectuent des travaux de montage débilitants qui détériorent la vue, ou encore sont en contact permanent avec des insecticides, herbicides, hormones, ou autres substances chimiques extrêmement dangereuses. Il n’est pas surprenant de constater un taux élevé de fausses couches et de malformations congénitales graves. Étant donné que les femmes sont soumises à de fréquents tests de grossesse pour pouvoir conserver leur emploi, les avortements clandestins sont devenus la principale cause de décès des femmes.

Les conditions de vie sont aussi mauvaises en dehors de l’usine, a poursuivi Patricia Hume. L’eau est stockée dans des bidons ayant contenu des produits toxiques, et les « squatters » vivent dans des bidonvilles où passent les eaux usées brutes charriant des déchets toxiques. Il n’est pas surprenant que le taux de rotation du personnel dans les maquiladores atteigne 240 % par an. Chaque employé qui part est aussitôt remplacé, de sorte que toute tentative d’activité syndicale se traduit par un licenciement immédiat.

Isaias Garcia, intervenant ensuite en tant que représentant du syndicat des agriculteurs de son pays, a déclaré : « Au Mexique, l’annonce de l’accord a exacerbé tous les problèmes. » Il a expliqué que le gouvernement du président Salinas avait entrepris quatre ans auparavant un programme de « modernisation » pour préparer le Nafta : des modifications constitutionnelles et législatives radicales, donnant aux entreprises multinationales tous les droits et privilèges des entreprises mexicaines, ouvrant ainsi la porte à l’investissement étranger et aux rachats d’entreprises nationales. De grandes entreprises agricoles se sont développées depuis cette date dans le pays, achetant les terres des communautés appauvries pour développer des cultures d’exportation. Les campesinos se retrouvent ouvriers agricoles sur leurs propres terres, travaillant 12 heures par jour pour 5 dollars, bien heureux encore d’avoir un emploi. Nombreux sont ceux qui finissent dans les maquiladores comme « squatters ».

Isaias Garcia a également déclaré que, depuis 1986, lorsque les banques et que la plupart des entreprises d’État ont été privatisées, plus de 100 000 emplois publics ont été supprimés. Le chômage massif qui en a résulté a entraîné l’effondrement d’une grande partie du secteur de la petite entreprise. Les promesses des maquiladores n’ont pas davantage été tenues, les 5 000 entreprises créées n’ayant produit qu’un demi-million d’emplois, alors que trois fois plus seraient nécessaires. Pour aggraver la situation, le gouvernement mexicain a institué un contrôle des salaires afin de maintenir une des mains-d’œuvre les moins chères du monde. Le résultat est que le pouvoir d’achat des familles mexicaines a été réduit de 60 % en moyenne, et qu’elles n’ont plus les ressources pour acheter les produits de première nécessité.

A mesure que ces données étaient assénées, le silence s’est alourdi dans la salle de conférence de Vancouver. Cependant, tous les intervenants ont affirmé tour à tour qu’il y avait de l’espoir et que des zones de lumière émergeaient. Ils ont reconnu que les conditions commençaient à être réunies, de la base jusqu’au niveau international, pour appeler à la mise en œuvre de solutions au niveau local, et adopter des mécanismes diamétralement opposés à ceux du Nafta. Alors que les opprimés commencent à travailler côte à côte, ils commencent à réaliser qu’il n’y a pas d’intérêt à mettre en compétition les travailleurs canadiens et ceux du Mexique, par exemple. « Tous perdent en emplois et en qualité de vie, a déclaré Patricia Hume, et la seule façon d’y remédier est de se mobiliser puissamment, dans chaque pays et au-delà des frontières. » Isaias Garcia a ajouté : « Aucun accord de libre échange ne doit remettre en cause les droits ou le bien-être acquis précédemment, où que ce soit. C’est pourquoi nous organisons des campagnes d’information pour faire connaître les conséquences de cette nouvelle législation. »

D’après Maude Barlow, on trouve une certaine propension au fatalisme chez les défenseurs de l’accord du Nafta. Ils prônent un modèle économique fondé sur la pauvreté compétitive, dans lequel tout le monde est perdant : « Ils déclarent que le monde change, (…) que nous devons changer avec lui ou rester en arrière, (…) que nous n’avons pas le choix. Mais rien de tout cela n’est une donnée scientifique immuable. Les accords conclus par les hommes peuvent-être annulés par les hommes. »

Maude Barlow a conclu que le défi des années 1990 et suivantes sera d’élire des gouvernements qui défendent le peuple et reprennent en main, le pays et le pouvoir. « Le plus petit dénominateur commun n’est pas la référence sur laquelle établir la qualité de la vie », a-t-elle affirmé.





Point de vue

Home Il faut de l'humanité dans le développement humain

par Jon Tinker IPS

L’ONU n’a pas la réputation de dire la vérité. Ses rapports portent en général sur l’ensemble d’un problème, évitant des détails qui pourraient heurter les gouvernements, et jamais, au grand jamais, des noms ne sont cités. Toutefois en 1990, l’UNDP (Programme des Nations unies pour le développement) a jeté aux orties cette règle de conduite, à l’occasion de son premier rapport sur le développement humain. Ce fut le meilleur document émis par l’ONU depuis des années.

Aujourd’hui, le quatrième rapport de l’UNDP, l’un des principaux organismes de financement du monde, est sorti. Il cite des noms et cela va en irriter beaucoup.

Reconnaissant que le but du développement ne se limite pas à procurer davantage d’argent aux hommes, mais plutôt davantage de bien-être, l’UNDP a établi en 1990 l’Indice de développement humain (IDH). L’IDH est basé sur le revenu, mesuré d’après le Produit domestique brut (PDB), ainsi que sur des facteurs touchant à l’éducation (le nombre d’adultes sachant lire et écrire, le nombre d’années de scolarité des enfants) et la santé, mesurée d’après la longévité — les gens sains vivant plus longtemps.

Chaque année, l’UNDP évalue les nations d’après leur IDH. Cette année, le Japon est arrivé en tête, suivi du Canada et de la Norvège. Les trois derniers sont l’Afghanistan, la Sierra Leone et la Guinée.

Le rapport de 1993 relève qu’au Brésil « la pauvreté est générale, qu’il y a d’énormes disparités entre les revenus, et que la fiscalité ne fait rien pour les réduire. » En Russie, « on estime que 80 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. »

Le rapport fourmille de comparaisons peu flatteuses. La Barbade a un IDH supérieur à celui de l’Espagne. L’Arabie Saoudite est moins bien lotie que les Fidji. Le développement humain au Sri Lanka et en Chine devance le niveau de revenu : l’IDH de la Libye et des Emirats Arabes est à la traîne. Aux États-Unis, selon l’UNDP, l’IDH de la seule population blanche se situe au-dessus de celui des Japonais (qui arrivent en première place pour le développement humain). Mais les Noirs américains se trouvent à la 35e position, avec l’Estonie. « Aux États-Unis, l’égalité est une perspective lointaine », conclut l’UNDP.

« Aucun pays ne traite ses femmes aussi bien que ses hommes », est-il indiqué avec franchise. L’Asie du Sud et de l’Est compte davantage d’hommes que de femmes, bien que les femmes vivent plus longtemps. La raison ? « La mortalité des accouchées, l’infanticide et l’alimentation insuffisante des fillettes », affirme le rapport, ajoutant qu’au Bangladesh, « la mortalité des fillettes au cours des premières années de la vie est supérieure à celle des garçons, de près de 15 %. »

Le rapport de cette année met principalement l’accent sur la démocratie qui, déclare fort justement l’UNDP, ne s’apprécie pas seulement sur la fréquence des élections, mais également sur la liberté de la presse, l’existence d’une société civile diversifiée et de multiples ONG (organisations non gouvernementales).

« L’information c’est le pouvoir, affirme le rapport, et refuser l’information aux populations est un moyen sûr pour leur ôter tout pouvoir. » Toutefois — ce qui semble un manque flagrant de vision —, l’UNDP ignore l’un des principaux leviers de la démocratisation en Afrique et en Asie aujourd’hui : le pluralisme de la presse. Un citoyen ne peut avoir une réelle liberté, ne peut assister à un débat public ni participer aux décisions concernant l’avenir de sa communauté, s’il ne peut choisir entre différents journaux, magazines, chaînes de radio et de télévision, c’est-à-dire entre diverses opinions émises par chaque publication.

L’aspect sans doute le plus fascinant de ce rapport est la scission qu’il révèle au sein de la famille onusienne entre le développement humain préconisé par l’UNDP et le développement économique néolibéral rigide imposé à l’hémisphère Sud par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. L’UNDP ne reconnaît pas ouvertement ce conflit. Mais certains économistes à l’esprit étroit, à la tête du FMI et de la Banque mondiale, vont détester ce rapport, qui n’arrive que quelques jours après que le l’Oxfam (la grande organisation humanitaire britannique) ait déclaré que l’Afrique se porterait mieux si le FMI se retirait.

Le rapport 1993 sur le développement humain est une pilule amère : sucrée à l’extérieur, mais difficile à avaler par son contenu bien documenté et structuré. Le chef de l’UNDP, William Draper, est toute douceur dans son avant-propos : « Le meilleur chemin est de libérer l’esprit d’entreprise des populations. » Puis Mahbub ul Haq, principal auteur du rapport, poursuit en appréciant l’actuelle « association plus pragmatique entre le marché et la compassion sociale. » Mais la véritable critique est plus profonde.

Le marché libre ? « Les marchés devraient servir le peuple, et non le peuple servir les marchés. Les marchés excluent ceux que la pauvreté rend insolvables. »

La privatisation ? « Dans de nombreux pays le processus a consisté en une « vente à l’encan » d’entreprises publiques à des particuliers ou à des groupes favorisés (…). Les consommateurs, les travailleurs, la nature (…) devraient finalement avoir droit à autant d’égards que les actionnaires (…). Certains services devraient toujours être gratuits : notamment les services de santé et l’éducation primaire. »

Suit une phrase percutante, qui ne manquera pas de hanter les économistes conservateurs : « Nous sommes en train d’assister à un phénomène nouveau et fâcheux : la croissance du chômage. » En d’autres termes, les gens importent plus que les pesos. Un développement inhumain ne bénéficie qu’aux banquiers.

Le rapport de l’UNDP affirme que le cinquième des citoyens du monde riche (les élites du tiers monde autant que beaucoup d’Européens) jouissent d’un revenu 150 fois supérieur à celui du cinquième le plus pauvre. La Banque mondiale et le FMI, je le crains, représentent les intérêts du cinquième le plus riche de l’humanité. L’UNDP s’efforce de parler en faveur du cinquième le plus pauvre. Attention à la réaction !





Signes des temps

Home Des sous-mariniers aperçoivent un ovni

Source : Izvestia, Russie

Au petit matin du 5 août 1993, l'équipage d'un sous-marin effectuant sa ronde habituelle dans le golfe de Finlande, à proximité de Saint-Pétersbourg, a aperçu à environ 300 m de la côte un objet « en forme de torpille », ne ressemblant ni à un sous-marin ni à un missile. L'équipage se demandait s'il pouvait s'agir d'une baleine égarée lorsque l'objet s'éleva soudain hors de l'eau, puis plongea et ressortit à nouveau de l'eau, et enfin s'éloigna soudainement à une vitesse vertigineuse, sans aucun bruit. L'« objet », gris foncé, avait 200 m de diamètre.

Le chef d'équipage a insisté sur le fait que pas un des marins à bord ne croyait jusque-là à l'existence des ovnis.




Home Les sources miraculeuses

A la demande de plusieurs de nos lecteurs nous reproduisons ci-après les coordonnées des sources énergétisées par Maitreya qui ont déjà été découvertes.

Mexique : Village de Tlacote, à deux heures et demie de route au nord de Mexico. Voir notamment les revues des mois d’avril et d’octobre 1992.

Inde : Village de Nadana, à environ 150 km au nord de Delhi. Voir l’information parue dans la revue du mois de mai 1993.

Allemagne : Grotte de Brandholz, Hôtel Tommes, 5948 Nordenau, district de Schmalenberg. Téléphone : 029.75.220. Voir la revue des mois de janvier/février et d’avril 1993.




Home Suède : des formations circulaires apparaissent dans des champs

Le 6 juillet, deux cercles sont apparus dans un champ à proximité de la ville de Sala, à environ 100 km de Stockholm. Un témoin particulièrement matinal a aperçu une lumière inhabituelle au dessus du champ et eut l'impression que l'air était chargé d'électricité. Le diamètre du plus grand des deux cercles atteint douze mètres.

Un autre cercle, d'environ 16 m de diamètre, est apparu peu de temps après, à la mi-juillet, près de Malmstad, au sud du pays.

Les deux événements ont été photographiés et commentés par la presse locale et régionale. Le phénomène a soulevé l'intérêt général et fait l'objet de maintes spéculations, mais les sources officielles et les scientifiques attribuent ces cercles à un type particulier d'éclair (la foudre), tandis que nombre de non-experts sont bien convaincus qu'ils sont produits par des ovnis.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu'il s'agit d'authentiques manifestations d'ovnis.


Home Les apparitions de Maitreya

Depuis l’apparition de Maitreya de manière « miraculeuse », à Nairobi en juin 1988, de tels événements se sont reproduits à maintes reprises. Dans la plupart des cas, Maitreya a énergétisé au préalable une source se trouvant à proximité du lieu de l’apparition. Jusqu’à présent, de telles sources aux propriétés curatives ont été découvertes au Mexique, en Allemagne et en Inde.

Apparitions de Maitreya : Nairobi : 11 juin 88 — Mexico : 29 sept. 91 et 26 janv. 92 — Moscou : 1er mars 92 — Leipzig : 22 mars 92 — Hannovre : 5 avril 92 — Düsseldorf : 26 avril 92 — Genève : 24 mai 92 — Zürich : 28 juin 92 — Vienne : 19 juil. 92 — Prague, 16 août 92 — Bratislava : 13 sept. 92 — Saint-Pétersbourg : 27 sept. 92 — Tbilisi (Géorgie ex-soviétique) : 18 oct. 92 — Belgrade : 8 nov. 92 — Edimbourg : 13 déc. 92 — Bucarest : 27 déc. 92 — Oslo : 17 janv. 93 — Bucarest : 7 fév. 92 — Richmond (Virginie) : 28 fév. 92 — San Antonio (Texas) : 21 mars 93 — Yakoutsk (Sibérie orientale) : 4 avril 93 — Tachkent (Ouzbékistan) : 25 avril et 23 mai 93 — Kaboul : 13 juin 93 — Rome : 27 juin 93 — Bruxelles : 25 juil. 93 — Sofia : 8 août 93 — Bulgarie : 22 août 93 — Afrique du Sud : 5 sept. 93.





Tendances

Home Biodiversité, le cri d'alarme de la FAO

Source : La Croix L'Evénement, France

« Le quart de la biodiversité mondiale risque de disparaître d'ici quarante ans», estime la FAO. L'organisation affirme que «pour suivre le rythme de la croissance démographique, il faudrait que la production alimentaire des pays en voie de développement augmente de 60 % au cours des 25 prochaines années.» Cependant, la modernisation de l'agriculture a conduit à l'extinction des «trois quarts des espèces de plantes cultivables et de la moitié des races domestiques en Europe ».





Les enseignements de Maitreya

Home A propos de la conscience, de la connaissance et de la sagesse

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

Lors d’une conversation qui s’est déroulée le 30 août dernier avec le collaborateur de Maitreya, il fut abordé le point de vue de Maitreya à propos de la connaissance, de la sagesse et de la conscience. Ce thème est particulièrement d’actualité à une époque où la société accorde une importance primordiale à la connaissance. Le collaborateur de Maitreya a précisé que, dans notre contexte, le terme connaissance signifie « ce que l’on accumule », tandis que la sagesse recouvre « la connaissance issue de l’expérience ». Selon les termes du collaborateur, la connaissance devient sagesse sous l’effet de l’expérience. Sans l’expérience, la connaissance n’est qu’un modèle à reproduire. L’image qui vient à l’esprit est celle d’une bibliothèque. Mais même ce dont vous faites l’expérience peut se trouver entassé là. Dès l’instant, par contre, où vous agissez avec détachement, la conscience intervient.

D’après Maitreya : « Vous voulez vous sortir du schéma répétitif de la naissance et de la mort. Cela signifie que vous voulez vous libérer de l’influence du big bang. Mais la connaissance et la sagesse seules ne peuvent vous y aider. C’est la conscience qui guide le véritable Soi. » Selon Maitreya, cette conscience est liberté et salut. La conscience survient en conséquence du détachement.

Le collaborateur a illustré l’importance du détachement — sur lequel Maitreya insiste constamment — en prenant comme exemple l’histoire d’Adam et Eve. Au moment même où ils mangeaient « le fruit de l’arbre de la connaissance », Adam et Eve devinrent conscients des choses autour d’eux. Cela implique que la connaissance sans détachement vous emprisonne. Elle devient l’un des liens de la vie qui vous enchaînent.

Maitreya s’exprime ainsi : « Tout comme le corps a besoin d’être lavé chaque jour, vous devez également veiller à l’hygiène de votre mental et de votre esprit. Votre esprit constitue la source de l’énergie. Il peut se fatiguer. Vous avez besoin de l’eau du détachement. »

Avancer et non pas reculer

Toute la création est issue du big bang. Cela signifie-t-il que vous deviez retourner au big bang ? Non. Il vous faut avancer.

Le collaborateur de Maitreya a raconté l’histoire récente de personnes réunies après une cérémonie religieuse. Un homme, venu de l’Inde, louait un bateau pour des séjours de deux semaines, pour retourner ensuite en Inde afin de distribuer l’argent récolté aux plus démunis. Cette personne donne également des conférences sur les écritures religieuses indiennes, et notamment sur le Ramayana.

Le bateau était plein de monde et quelqu’un a demandé : « Pourquoi, alors que vous avez donné cette conférence maintes et maintes fois, n’a-t-on pas vu de transformations en Inde ou ailleurs dans le monde ? » Le collaborateur de Maitreya a expliqué que de nombreuses questions ont été posées et que les saints et les swamis présents à cette réunion n’avaient pas de réponse à ce type de question.

Un saint homme, présent à la réunion, décrivit la situation difficile à laquelle avait été confronté Ram : « Ram naquit dans une famille royale et était l’héritier du trône. Il dut fuir dans la forêt en raison de troubles politiques, et il ne revint que 14 ans plus tard. Sa femme Sita avait été enlevée par Ravanna et ne se trouvait plus au palais. Elle avait deux fils. Ram était encore dans la forêt et se demandait si les deux fils de Sita étaient bien les siens. Sita lui dit que s’il avait des doutes, elle ne resterait pas avec lui. Quelqu’un, à la réunion a alors demandé : « Si Rama était vraiment Dieu, pourquoi avait-il des doutes ? »

C’est une bonne question, a précisé le collaborateur de Maitreya. Maitreya enseigne que lorsque vous êtes détaché et dès lors conscient, vous êtes un avec Dieu. Vos doutes disparaissent. Le collaborateur a émis le commentaire suivant : si vous enseignez que Ram est Dieu sans en avoir la compréhension, alors vous créez la confusion chez les esprits jeunes. Combien de jeunes fréquentent les temples ? Quelques-uns y vont entraînés par leurs parents. Mais aujourd’hui, plus que par le passé, la connaissance et la sagesse sont nécessaires pour affronter les problèmes quotidiens. Le collaborateur a expliqué qu’avant d’être mis en croix, Jésus fut couronné d’épines et qu’il ne put l’empêcher. A un certain moment, il fut pris de doutes. Mais l’expérience qui lui fut donnée sur la croix lui fit dire : « Père, pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Jésus fut alors libéré des liens de la connaissance et de la sagesse. Il réalisait que, dans la conscience, il était un avec Dieu.

Maitreya déclare souvent : « Vous pouvez contrôler la connaissance et la sagesse. Vous pouvez les utiliser positivement. Mais elles ne devraient pas s’occuper de votre Soi. Elles ne devraient pas vous dominer. Dès l’instant où vous en êtes détachés, vous les maîtrisez. »




Home Le point de vue de Maitreya sur l’actualité

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

Yougoslavie — On dit du conflit yougoslave que c’est une guerre civile, mais il s’agit en réalité de l’œuvre d’une humanité sanguinaire qui ne respecte même pas les règles de la guerre.

Les actions humaines violentes perturbent l’équilibre de la planète — Le 12 juillet 1993, le collaborateur de Maitreya a envoyé une lettre au président américain Bill Clinton. Dans le dernier paragraphe, le collaborateur a spécifié que les forces qui ont été lâchées sur l’humanité, entraînant d’atroces souffrances, « vont à présent se répercuter sous la forme d’importants tremblements de terre, d’inondations désastreuses et de perturbations des vents. Demandez à vos responsables militaires et à vos scientifiques d’observer et d’analyser les événements. »
Le collaborateur de Maitreya a rappelé qu’il se produisit, peu après, entre autres catastrophes naturelles, des inondations dans différentes parties du monde parmi lesquelles l’inondation catastrophique ayant provoqué la rupture des berges du Mississippi.
Le collaborateur a indiqué que Maitreya aurait permis à un petit groupe de personnes de faire l’expérience de façon très réaliste — « comme si elles y étaient » — de ces événements, avant qu’ils ne se produisent physiquement.
Le collaborateur de Maitreya et quelques autres personnes ont écrit à un certain nombre de responsables politiques de plusieurs pays, en exposant ces tendances et ces événements. Ces courriers font mention de l’Instructeur mondial, Maitreya, et tentent de mieux faire comprendre la loi de cause et d’effet, en établissant le lien entre la violence des événements, tels que ceux qui se déroulent en Yougoslavie ou dans d’autres parties du monde, avec les catastrophes naturelles qui en résultent et qui peuvent affecter des personnes non directement impliquées, mais qui doivent néanmoins subir les conséquences des perturbations de la planète.
Connaissant ces lois, Maitreya est à même de prévoir les effets des causes que nous avons mis en œuvre nous-mêmes. On comprendra que les informations transmises par Maitreya — directement à des groupes, à travers le monde, ou indirectement par l’intermédiaire de ceux qui désirent l’aider — ont pour but de nous faire prendre conscience de notre responsabilité. Une meilleure compréhension de ces lois conduira au développement d’une action collective de prévention de la part des peuples et des gouvernements.

Des changements en Russie — Boris Eltsine sera remplacé. Il ne peut lutter contre la machine de l’opposition. Sous des visages cachés, des éléments de l’ancien régime réinvestiront la place. Ce ne sera plus le communisme à l’ancienne mais un socialisme teinté de capitalisme, sur le modèle de l’évolution politique et économique actuelle de la Chine. A ce propos, Maitreya indique que « si l’on retire de son environnement une personne née dans la jungle pour l’introduire dans la « société », cette personne changera avec les années, mais pas en une nuit. »
Cela signifie que des changements trop soudains ne peuvent être convenablement intégrés, et c’est le cas en Russie.
Selon le collaborateur de Maitreya, les pays de l’Europe de l’Est trouveront une ligne d’évolution plus en accord avec leurs propres valeurs, au lieu de chercher à devenir des copies conformes des démocraties de style occidental. Il y aura finalement un meilleur équilibre entre les éléments socialistes et capitalistes.

La Grande-Bretagne — Même si nous ne nous en rendons pas compte, le paysage politique est en train de changer. Les anciens modèles ne peuvent fournir les solutions. Des compromis plus pragmatiques seront appliqués au niveau local en vue de résoudre les problèmes des populations.
Cela signifie que les attitudes de confrontation ou d’opposition selon l’ancien style et les idéologies dures feront place à l’établissement d’un consensus parmi les diverses tendances politiques au niveau local. Cela se produit déjà de manière étonnante au sein de certaines entités locales où une coopération de ce type amène de meilleurs résultats face aux problèmes locaux.

L’Iran et l’Irak — Malgré les apparences, des changements rapides et profonds se produisent dans ces deux pays. En Iran, les chefs religieux ne peuvent plus diriger les masses comme ils l’ont fait jusqu’à présent. Ils essaient d’introduire du « sang neuf » pour conserver le pouvoir, mais les vieilles figures politiques s’en iront.
Partout, les gouvernements évolueront vers diverses formes reflétant le principe du « gouvernement pour le peuple, par le peuple ».

La Chine — La Chine est sur le point de devenir une nation très puissante. Pour le moment, le capitalisme y occupera une certaine place mais cette nation conservera les valeurs de vie propres à sa civilisation, contrairement à la Russie où ces valeurs ont été détruites. Le capitalisme pur, pas plus que le socialisme pur, ne peuvent survivre dans le monde. L’économie chinoise deviendra très forte : elle « égalera le dollar ».

L’Irlande du Nord — En dépit des apparences, des changements s’y produisent. Les médias ne répercutent pas la tendance actuelle vers des changements positifs. Il y aura davantage d’autonomie et les communautés disposeront d’un pouvoir plus important sur les affaires locales, ce qui sera positif. Même si la Grande-Bretagne restera responsable de la défense en général, son influence diminuera dans d’autres domaines. Au niveau local, un certain type de Parlement régional représentatif de la population sera constitué, dans lequel catholiques et protestants auront leurs représentants. Catholiques et protestants se rapprocheront. Une représentation régionale parlementaire verra également le jour au Pays de Galles et en Écosse.

Une aide extra-planétaire — Des êtres venus de planètes plus évoluées de notre système solaire vivent déjà sur Terre. Les Nations unies possèdent des archives attestant du fait que ces êtres agissent dans certains cas comme conseillers dans les sphères gouvernementales de divers pays. Ils inspirent également de manière importante le domaine médical, particulièrement en ce qui concerne la technologie de la lumière.
Des individus très évolués peuvent utiliser cette technologie, mais ils n’en font pas mauvais usage. Dans certaines circonstances graves, ils ont empêché que cette technologie ne soit mal utilisée. Ils ont un rôle de protection et d’inspiration.

Le caractère sacré des nations — L’expérience européenne actuelle — c’est-à-dire une union politique et économique accrue — n’a pas réussi. Une certaine convergence est possible, mais l’identité des nations reste sacrée. Les idéologues ne peuvent la détruire.





Faits et prévisions

Home Accord historique entre Israéliens et Palestiniens

« Les Palestiniens auront leur propre pays. » (juin 1988)

« Contre toute attente, l’armée israélienne se retirera de la rive occidentale du Jourdain et de la bande de Gaza, et retournera dans sa patrie qu’elle sera prête à défendre. » (juin 1989)

« Pourquoi le leader palestinien (Yasser Arafat) a-t-il radicalement modifié son approche de la situation ? Maitreya lui est apparu sous une forme qu’il était à même de reconnaître. Il lui a permis de voir que son devoir était de veiller aux intérêts de son peuple, et non pas de son idéologie. A partir du moment où il a commencé à agir dans ce sens, de nombreux pays lui ont ouvert leurs portes (…) Les Israéliens tendront pour la première fois une main amicale aux Palestiniens, qu’ils appelleront frères. » (juin 1989)

« Les Israéliens commencent à devenir conscients de leurs erreurs et à réaliser qu’ils doivent se concerter avec les Palestiniens et négocier avec eux la création d’un territoire palestinien indépendant. » (décembre 1990)

« Un scénario de paix fera suite au conflit du Golfe. Même Israël fera la paix, car son droit à l’existence sera reconnu par ses voisins arabes. Ils vivront comme frères et sœurs et les Palestiniens auront leur propre pays (…) Des négociations se dérouleront, ce qui améliorera les perspectives à la fois des Palestiniens et des Israéliens. Les Américains seront très surpris par ce changement de ton. » (mars 1991)

« Les pourparlers de paix sur le Moyen-Orient s’intensifieront... » (janvier-février 1992)

Des dizaines de milliers d’Israéliens se sont réunis le 4 septembre sur la place principale de Tel Aviv pour manifester leur soutien aux négociations historiques sur la paix avec les Palestiniens. Les principes de l’accord de paix conclu en secret entre Israël et l’OLP pourraient mettre fin à plusieurs décennies de conflit. L’autodétermination partielle qui est proposée pour la Bande de Gaza et la ville de Jéricho pourrait constituer un premier pas vers l’autonomie des territoires de la rive gauche du Jourdain, et vers une paix généralisée entre Israël et l’ensemble de ses voisins arabes. Même les États-Unis auraient été « surpris » par la rapidité de cette avancée. La double reconnaissance officielle du droit à l’existence pour l’État d’Israël et de la représentation légitime du peuple palestinien par l’OLP pourraient suivre prochainement. Shimon Peres, le ministre israélien des affaires étrangères, responsable des pourparlers secrets avec Yasser Arafat, envisage une union sur le modèle du Benelux avec la Jordanie et la future entité palestinienne. Cette union inclurait une coopération économique et le partage des ressources en eau. « Nous voulons vivre en paix avec eux » a-t-il déclaré à la Knesset. « Ce sont des hommes comme nous. » Dans les territoires de Gaza, nombreux sont les anciens qui ont accueilli avec ferveur l’idée de paix. Selon les paroles d’une femme : « J’ai beaucoup d’espoir. J’y crois. Je veux une maison. Je veux la paix pour mes enfants. » « Au Moyen Orient, un miracle est en passe de se produire », affirme The Independent. « C’est tout simplement une nouvelle nation qui va naître. » Bien que les négociations secrètes aient provoqué un véritable tollé au sein de l’extrême droite israélienne et chez les militants extrémistes palestiniens, chacun redoutant une trahison, rappelons-nous la toute première prévision reçue de Maitreya et publiée dans Share International en juin 1988 : « Les Palestiniens auront leur propre pays. »




Home Nouvelle avancée en Afrique du Sud

« En Afrique du Sud, la confrontation finira par céder la place au consensus. » (juin 1988)

Après plusieurs mois de négociations, le gouvernement sud africain et l’ANC sont convenus de mettre en œuvre une série de mesures transitoires afin de garantir à la population noire un droit de regard sur la gestion du pays. La création d’un conseil d’intérim met fin à 45 ans de monopole du pouvoir par le parti nationaliste. Ce conseil garantira l’égalité des chances de tous les partis lors des élections générales qui sont prévues pour avril 1994. Ce nouvel accord a amené Nelson Mandela à réclamer un assouplissement des sanctions économiques prises à l’encontre de l’Afrique du Sud. De nombreux commentateurs de la presse et du monde politique qualifient cet accord d’« avancée historique ».




Home Le Pentagone annule les essais nucléaires prévus en 1995

Source : New York Times, E.-U.

« Alors que les tensions commenceront à décroître à travers le monde, la défense ne sera plus considérée comme la première des priorités. » (mai 1989)

Après avoir réalisé près de 1 000 essais nucléaires souterrains en 50 ans, le Pentagone a annulé la dernière explosion encore au calendrier. Le dernier test, prévu pour 1995, a été supprimé suite à la décision du président Clinton de prolonger le gel des essais jusqu’en septembre 1994.

D’intenses négociations menées par les États-Unis ont amené le gouvernement de la Corée du Nord à accepter le contrôle international de certains sites nucléaires. Ainsi se désamorce une hypothétique confrontation engendrée par le retrait de la Corée du Nord du Traité international de non prolifération nucléaire.

Les ventes d’armes au tiers monde ont diminué l’an dernier. Leur niveau se situe au tiers des ventes de l’année 1985, en raison pour l’essentiel de la chute des ventes russes.

Les États-Unis ont accordé leur soutien à une nouvelle structure de défense en Asie du Sud Est, qui sera l’équivalent de la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe. Elle offrira un canal pour la résolution pacifique des conflits dans la région. Selon le Secrétaire d’État américain Warren Christopher : « Nous sommes en présence d’ennemis potentiels qui s’assoient autour de la même table pour se parler. » On espère que cette nouvelle institution servira à assurer la stabilité et le contrôle des armes dans la région. 




Home Reconversion militaire : la surveillance des baleines

Source : Austin American Statesman, E.-U.

Pendant des décennies, la Marine américaine a réalisé des missions top secret. Ses équipes très qualifiées scrutaient en permanence les océans, à la recherche de sous-marins russes. Le nombre de ces appareils étant désormais réduit, le capitaine John Parrish a craint que le savoir faire de son équipe ne s’émousse. C’est pourquoi il a décidé de s’associer aux chercheurs qui étudient les baleines. De ce fait, la technologie qui servait autrefois à surveiller les sous-marins révolutionne aujourd’hui l’étude des baleines.

Auparavant, les émissions sonores des cétacés étaient considérées par l’US Navy comme des interférences fâcheuses. Mais désormais, grâce à son précieux concours, les chercheurs découvrent que les émissions de ces mammifères irriguent littéralement les océans. Certains scientifiques ont pu enregistrer plus de cris de baleines en une heure que tout ce que la littérature scientifique contient sur ce sujet.

Les scientifiques espèrent apprendre comment les baleines utilisent les sons pour communiquer, se déplacer et trouver leur nourriture. Les chercheurs considèrent cette technologie anciennement top secret comme un « cadeau inestimable pour la recherche »




Home Autre exemple de diversification militaire

Source : Austin American Statesman, E.-U.

Une technologie utilisée dans le passé pour surveiller les explosions nucléaires souterraines ainsi que pour repérer les sous-marins ennemis, permet désormais aux médecins d’observer les signaux électriques des tissus du cerveau. Le procédé, appelé Imagerie par résonance magnétique (IRM), utilise des instruments ultra sensibles, les magnétomètres, afin de suivre les signaux ténus qui sont émis par le cerveau et les tissus musculaires. A l’opposé des technologies classiques, qui ne montrent qu’une photo de la structure, les IRM révèlent une fonction précise pour chaque partie du cerveau, permettant aux médecins de repérer précisément la zone à l’origine de dysfonctionnement. Les scientifiques sont optimistes sur les capacités d’application de cette technologie à l’étude des syndromes psychiatriques tels que la schizophrénie, la psychose maniaco-dépressive et les troubles de l’attention. 




Home Le fardeau de la dette africaine

Source : Le Monde, France

« La dette des pays pauvres sera annulée. Il n’y a pas d’autre possibilité. » (mai 1989)

La dette africaine a atteint les 290 milliards de dollars, soit deux fois et demi son niveau du début des années 1980. Quant à l’Afrique subsaharienne, sa dette a plus que triplé et totalise 109 % du PNB. En comparaison, la dette de l’Amérique latine approche les 38 % du PNB sud-américain. 





Brève

Home Deux industriels à l'amende pour pollution

Source : Ouest France, France

Deux industriels américains on été condamnés à 6 millions de dollars d’amende pour avoir déversé 30 000 tonnes de déchets à base de plomb dans la nature, dans la région de Dallas. L’argent servira à alimenter un programme de lutte contre le saturnisme, dont 15 % des enfants américains de moins de 6 ans sont atteints. En outre, les deux industriels devront mettre eux-mêmes la main à la pâte et travailler 15 et 20 heures par semaine à la réalisation du programme.





Citation

Home Servir

par Baghavan Sri Sathya Saï Baba

« Le service envers l'homme est le seul moyen de servir Dieu. »





Courrier des lecteurs

Home Entretenir notre enthousiasme

Cher Monsieur,

Nous qui nous efforçons d’aider à préparer le terrain pour Maitreya, l’Instructeur mondial, nous avons à faire face au même problème que celui rencontré par l’homme en fer du Magicien d’Oz : rester « galavanisé », c’est-à-dire entretenir notre enthousiasme. Je propose une bonne lubrification à l’aide d’ « ACTASIF », l’huile qui remet la machine en marche ! Je me demande combien de lecteurs réalisent la chance extraordinaire que représente pour eux cette opportunité unique.

Les cartes postales publiées en Angleterre montrant Maitreya lors de son apparition à Nairobi sont formidables. Puissions-nous bientôt voir son visage à la télévision, le jour de la déclaration.

T. W., Crewe, G.-B.




Home Bonjour !

Cher Monsieur,

J’étais en train de traverser le pont de Kirchenfeld, à Berne, avec deux amies, lorsque devant le Casino, l’une de mes amies s’arrêta soudain, au milieu de la foule, et dit : « Bonjour ! » Je me retournai. Qui pouvait-elle bien saluer ? Sur une marche, près de l’arrêt de bus, se trouvait un jeune homme aux cheveux sombres. Il sourit et fit un signe de la main. Son regard me frappa et me troubla. Je n’avais encore jamais vu de tels yeux : j’y lisais toutes les souffrances de l’humanité, et en même temps une grande bonté et une grande sérénité. Et soudain je sus qu’il s’agissait de Maitreya. Sur le moment je fus incapable d’en parler, mais je me sentis très heureuse.

R. M., Tann, Suisse

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le jeune homme était en effet Maitreya, dans l’une de ses nombreuses manifestations.


Home Surprise !

Cher Monsieur,

J’avais rejoint mes deux amies qui avaient déjà quitté le pont. Nous n’avions fait que quelques pas lorsque l’une d’elle, assez timidement, salua quelqu’un au milieu de la foule, à un arrêt d’autobus. Elle semblait embarrassée et quelque peu confuse. Elle marmonna quelque chose, comme se parlant à elle-même. Je crus comprendre qu’elle connaissait l’homme sans arriver à le situer ou bien qu’elle était très surprise de le trouver là. Je regardai l’homme qu’elle venait de saluer et je le vis sourire et lui faire un signe de la main. Manifestement ils se connaissaient, ce qui était plutôt surprenant étant donné que mon amie n’avait jamais vécu à Berne ou dans les environs et que nous n’étions ici que pour le week-end. L’incident me laissa perplexe car le jeune homme ne s’était même pas levé de la marche où il était assis, alors qu’il semblait heureux de voir mon amie, et cette dernière ne s’était pas arrêtée non plus. Je me serais plutôt attendue à ce qu’ils s’approchent l’un de l’autre pour se saluer et échanger au moins quelques mots. J’étais intriguée et j’ai trouvé cet incident pour le moins curieux.

M. L., Romanshorn, Suisse

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le jeune homme était en effet Maitreya, dans l’une de ses nombreuses manifestations.


Home Apparition de la Vierge Marie

Cher Monsieur,

La télévision locale a récemment transmis un reportage sur une apparition de la Vierge Marie à Geulle, au Limbourg, aux sud des Pays-Bas. Un membre du groupe de transmission de Heerlen a pris contact avec la famille qui avait vu la Vierge Marie dans le ciel au-dessus de sa maison. Il leur a envoyé le numéro de novembre 1992 de Share International (édition en couleur). La description de leur vision correspond à la photo de la Vierge publiée dans Share International. La TV locale a diffusé plus tard un autre reportage mentionnant Share International et son rédacteur en chef, Benjamin Creme, qui parle depuis quelque temps déjà de ces visions et de tels phénomènes. L'émission a également montré une photo de la Vierge extraite de Share International.

L'événement qui s'est produit à Geulle a ceci de particulier qu'une source est apparue sous la maison de cette famille. On ne sait pas encore avec certitude si l'eau de cette source a été « énergétisée » et si elle a des propriétés curatives, mais la localité est déjà appelée la Lourdes des Basses-Terres.

Vos éclaircissements et commentaires seraient les bienvenus. [1] Si l'eau a des propriétés curatives, est-ce dû à l'action de Maitreya ? [2] Quand Maitreya (ou, éventuellement, d'autres Maîtres) crée de telles sources, est-ce dans l'intention ou dans l'espoir que l'eau en soit accessible à tous ? [3] L'événement rapporté ici est-il authentique ? [4] Est-ce un nouveau signe de l'apparition imminente de Maitreya ? [5] S'agit-il d'une « eau miraculeuse » ? [6] Comment doit-elle être utilisée ?

Lecteur connu de la rédaction

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que cette apparition de la Vierge est authentique. [1] Non. Elle a été créée par le Maître qui fut la Mère de Jésus. [2] Oui, absolument. [3] Oui.[4] Oui. [5] Oui. [6] Il faut la boire et l'utiliser en applications externes.


Home Un homme ordinaire

Cher Monsieur,

En 1992, je me suis trouvée à Berne avec deux amies pour la méditation de transmission du Wesak. J’étais complètement épuisée en raison de problèmes personnels.

Nous allions nous promener entre les méditations. A un moment donné, alors que nous nous apprêtions à traverser le pont de Kirchenfeld, la vue du précipice me fit une telle peur que je dus faire demi-tour. Tandis que nous nous éloignions du pont pour retrouver l’hôtel, quelque chose à ma droite attira mon attention. Il y avait là un jeune homme avec un sac à dos rouge — du genre globe-trotter — assis sur les marches du Casino. Sa mise était banale, comme celle de n’importe quel jeune homme de notre époque, et pourtant il avait quelque chose d’extraordinaire : une finesse et une pureté, une présence particulière donnant l’impression d’une connaissance inhabituelle : il semblait venir d’une autre dimension, d’au-delà de la mort. Je le regardai et songeai : « Je le connais et il me connaît. » Il sourit, leva la main droite et nous fit signe. Ce geste me rappela aussitôt celui de Benjamin Creme lorsqu’il est adombré par Maitreya. Comme je le saluais, mes deux amies le remarquèrent également. Toutefois, nous ne parlâmes pas de cet incident.

Plus tard dans la journée, je revis cet homme. Alors que je m’approchais de la fosse aux ours, je le vis à nouveau en face de moi. Je pensai : « Où que je sois, il y est aussi. » Il me semblait qu’il se montrait à nouveau afin de confirmer notre première rencontre. Ce n’est qu’une fois à la maison, en parlant de cette expérience avec mes amies, que je pensai qu’il pouvait s’agir de Maitreya. J’étais profondément émue à l’idée qu’il avait pu apparaître sur notre chemin afin de renforcer et confirmer notre espoir… Un « homme ordinaire », exactement comme il le dit dans ses messages.

A. G., Romanshorn, Suisse

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le jeune homme était en effet Maitreya, dans l’une de ses nombreuses manifestations.



Esotérisme

Home Les qualités du disciple (6)

Le courage et l'innocuité

par Aart Jurriaanse

Le courage

Le disciple qui s’avance sur le Sentier, se doit de cultiver une capacité à cheminer seul, ce qui exige un certain courage. Il lui faudra aller constamment à l’encontre de l’opinion de ceux qui l’entourent — relations, amis, compagnons, ceux avec qui il se trouve en rapport au niveau religieux, et l’opinion publique en général. Cela exigera souvent du courage, mais le disciple devra apprendre à faire les choses comme il l’entend, suivant sa conviction profonde : et peu importe s’il s’oppose à l’opinion de ceux qui lui sont chers, ou aux autorités communément acceptées. Le disciple doit apprendre à parvenir à ses propres conclusions par l’étude et la méditation qui visent la communion spirituelle avec l’âme et l’illumination.

C’est là que beaucoup déçoivent — ils n’ont pas le courage de suivre strictement les ordres de la voix intérieure et manquent du courage nécessaire pour parler franchement et affirmer ce que l’âme les pousse à exprimer. La seule solution pour le disciple sincère, consiste à s’accepter comme il est, au moment présent, dans la situation qui prévaut, et avec l’équipement dont il dispose : puis, à soumettre aux nécessités de l’heure sa propre personne, ses affaires et son temps, et à servir en obéissance à son âme.

La persévérance

Pour atteindre son objectif, le disciple devra faire preuve d’une force de persévérance implacable, qui ne se soucie guère du temps ni des obstacles. C’est cette capacité à soutenir l’effort qui élève souvent le travailleur discret au dessus de ses co-disciples les plus brillants, qui peuvent retenir davantage l’attention du public, mais sont incapables de s’en tenir à une dure progression sur la voie indiquée.

Souvenez-vous toujours qu’aucun échec n’interdit définitivement le succès, et que c’est grâce à la persistance ferme et déterminée que les difficultés seront surmontées et que l’âme s’affermira. La clé du succès réside dans la persévérance impersonnelle et impavide dans l’accomplissement de la tâche définie.

La force d’âme du disciple se détermine avant tout par le courage et la persévérance de celui-ci — son pouvoir d’endurance, de tenir bon résolument, de rester ferme, puis d’avancer sans détour vers son objectif.

Dans la vie de tous les disciples, il survient immanquablement des périodes d’obscurité, où s’affaiblit temporairement la force de son contact, où il ne reste plus qu’à supporter sans complainte, et à persévérer avec fidélité dans son travail, quelques soient ses inclinations, et l’étendue de son agitation intérieure. S’il suit cette méthode, et pour peu que ses efforts soient soutenus par une sollicitude aimante envers autrui, le disciple verra finalement ses difficultés surmontées, et rien ne pourra plus l’arrêter.

Le partage et le don

Tout disciple devrait apprendre à donner. En suivant le Sentier du développement spirituel, l’aspirant se préoccupe encore trop souvent de ce qu’il peut s’attendre à obtenir, au lieu de s’intéresser aux opportunités de service que lui offriront le partage et le don de tout ce qu’il possède.

Le retournement de la tendance égoïste de l’homme constitue l’un des premiers signes de l’éveil de l’âme. Cela se manifeste par un sens des responsabilités accru envers les autres : à certains égards, le disciple se pose comme le gardien de son frère, car il prend conscience du fait que son progrès, sa satisfaction, la paix de son esprit, et même sa prospérité, sont étroitement liés à ceux de son frère. Ce sentiment de cohésion ne se limite pas aux individus, mais se manifeste de plus en plus parmi les groupes, les organisations et même les nations, où divers mouvements émergent ayant pour seul objectif d’améliorer le bien-être de l’homme. En outre, les individus, les groupes et même les nations, ont un sentiment de plus en plus précis de la notion de fraternité humaine, et réalisent qu’ils devraient donner et partager ce qu’ils ont, plutôt que de tout accaparer à leur seul profit.

Il n’existe pas de plus grande grâce pour l’homme que d’être guidé par un esprit purement désintéressé et aimant, et de disposer d’une aptitude qui le presse à donner et à partager de manière altruiste tout ce que la vie a placé à sa disposition avec prodigalité. « Tout est donné à ceux qui donnent tout ». Le profane ne peut imaginer les joies auxquelles il renonce en ne partageant pas tout avec les autres.

Toutefois, les plus grands présents que le disciple puisse partager et donner ne sont pas avant tout de nature matérielle. En effet, un cœur aimant, la loyauté et l’amitié, la compassion et la compréhension, et finalement la capacité de servir l’humanité avec un esprit enrichi par l’étude, le service et le contact spirituel — c’est-à-dire un partage spirituel — sont des qualités d’une valeur bien plus grande.

L’innocuité

Pour déjouer les forces du mal, la première étape consiste à les affronter avec une attitude d’« innocuité ». Lorsque les pensées, les paroles et les actions quotidiennes sont positives, et basées sur l’amour et la bonne volonté, le mal ne peut en aucun cas parvenir à s’insinuer dans le mental, et tout ne peut être que constructif et inoffensif. Aussi faut-il bien comprendre que la personnalité tendra davantage à l’harmonie si l’innocuité, bien plus que toute autre forme de discipline, devient l’attitude dominante de la vie.

La vie de l’homme vivant consciemment en tant qu’âme, se caractérise par son innocuité. L’innocuité est une des forces les plus puissantes du monde d’aujourd’hui, qui se caractérise dans la vie quotidienne par le juste motif, la bonne volonté, la discrimination dans les jugements, la réserve en paroles, la capacité de refréner les actions impulsives, ainsi que l’expression d’un esprit dépourvu de critique. L’innocuité permettra aux forces de l’amour véritable et aux énergies spirituelles qui donnent vie à la personnalité, de jouer leur rôle, et donnera naissance à l’action juste et à la bienveillance dans les relations humaines.

L’innocuité dont il s’agit, ne se réfère nullement à cet aspect sentimental, négatif, issu d’un tempérament aimant mais empreint de faiblesse, qui refuse l’action, de peur des complications qui pourraient bouleverser l’harmonie existante et entraîner quelque inconfort. Au contraire, il s’agit de l’innocuité émanant d’une personnalité imprégnée par l’âme, et de la véritable compréhension des problèmes de son prochain qui en découle. Il s’agit d’une disposition d’esprit, qui peut même conduire à l’action énergique, si celle-ci se justifie. En effet, l’innocuité fait référence aux motivations et garantit que toute action se trouve motivée par la bonne volonté : les actions ou les paroles, mêmes empreintes d’innocuité, peuvent parfois provoquer des réactions désagréables, mais si la démarche mentale sous-jacente est issue de l’innocuité et de la bonne volonté, la suite ne peut que se montrer positive. En observant l’innocuité, le disciple n’attirera que des forces bénéfiques, utilisables au profit des autres, qui en ont besoin. Il est également possible d’utiliser ces forces positives pour la neutralisation de toutes les expressions du mal.

L’équilibre et la constance

A titre d’avertissement, on ajoutera que, si elle est trop intense, l’aspiration spirituelle elle-même peut mener à l’excès. Dans son travail, le disciple se doit de rester équilibré et de ne jamais tomber dans les extrêmes. C’est une des raisons pour lesquelles l’enseignement ésotérique devrait provenir des niveaux mentaux, et non des niveaux émotionnels. Si cet enseignement est de la qualité requise et se trouve correctement interprété, il doit procurer un effet stabilisant sur l’aspirant, en se présentant de façon acceptable pour sa raison et pour son mental.

Ceci revient à dire que d’un côté le disciple devrait éviter toute tendance à la cristallisation, car celle-ci gênerait le développement ultérieur, mais que d’un autre côté, le disciple devrait soigneusement éviter toute forme de fanatisme ne pouvant se révéler que préjudiciable. Ainsi est-il primordial de garder un solide sens des proportions, et un véritable sens des valeurs, qui doivent maintenir constamment l’homme en équilibre, et lui permettre de discriminer l’essentiel du non-essentiel.

On peut également définir la constance et la résolution comme le pouvoir de s’en tenir à un objectif clairement établi, au milieu d’un monde en perpétuel changement. Seule l’âme peut ainsi maintenir l’équilibre nécessaire à la personnalité au sein d’un monde de stress, de tensions et de cataclysmes.

Le sens de l’humour

Il eut été tout à fait possible d’inclure cette qualité dans la section précédente, car un véritable sens de l’humour contribuera énormément au maintien de l’équilibre et à la constance.

Toutefois, une distinction s’impose immédiatement : il convient de différencier clairement l’hilarité émotionnelle, sans retenue, ou la manifestation bruyante d’une gaieté feinte, qui sont de nature astrale, par opposition au sens de l’humour harmonieux qui jaillit d’un sens des proportions intelligent.

Aussi l’étudiant doit-il cultiver son sens de l’humour et des proportions, en évitant de prendre son travail ou sa propre personne trop au sérieux. De cette manière, il pourra éviter les tensions inutiles ou les relâcher, améliorant ainsi la finesse de sa discrimination et l’efficacité de son travail.

La solitude

L’homme est une composante de l’humanité dans son ensemble, et on n’insistera jamais assez sur l’importance pour lui de trouver le groupe auquel il appartient, et de collaborer étroitement avec les autres membres de ce groupe dans le cadre du travail et du service. Néanmoins, l’homme intérieur demeure toujours seul, même lorsqu’il se trouve en relation avec ceux qui lui sont spirituellement proches. L’homme ne peut véritablement contacter son âme de manière consciente que dans la solitude. Et seule la solitude permet d’apaiser suffisamment le mental pour que le Maître puisse l’impressionner.

Chaque fois qu’il se produit une expansion de conscience et que le disciple progresse d’un pas supplémentaire, il voit ses vibrations s’élever, ce qui tend à le décaler par rapport à son environnement existant, et engendre nécessairement certaines discordes ainsi qu’un certain isolement. Ainsi, l’homme qui s’efforce de suivre sincèrement le Sentier connaît d’inévitables périodes de solitude, pour ce qui est de son état d’esprit intérieur. Il découvrira toutefois que la route isolée constitue aussi la Voie illuminée.

La solitude que nous évoquons est celle de l’âme. Au niveau de la personnalité, le disciple éprouve souvent un profond désir de solitude qu’il ne peut toujours satisfaire lorsque la nature de son travail exige des rapports constants avec les autres. Dans d’autres cas, l’isolement peut se produire suite à un mauvais ajustement de la personnalité avec ceux que la vie place à son contact. Toutefois, il ne s’agit là que de situations qui relèvent de la seule personnalité et que celle-ci peut rectifier par des ajustements, et qui ne concernent donc pas véritablement nos propos.

Le serviteur doit se garder de laisser une illusion d’isolement altérer la fidélité de sa vision. Il doit arriver à reconnaître qu’il n’est jamais réellement seul, puisque son âme demeure toujours en liaison étroite avec ceux qui ont leur être sur les niveaux subjectifs.

Tout disciple doit expérimenter des moments d’isolement spirituel. C’est en se tenant seul et en cherchant son chemin à tâtons dans l’obscurité que le chercheur s’instruit et qu’il trouvera sa propre ligne d’approche au centre de Lumière. C’est de cette manière que le disciple assure sa croissance, trouve son véritable champ de service, ainsi que, finalement, le groupe avec lequel il doit collaborer.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017