DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1993

Extraits de la revue
Partage international

Juin 1993 - N° 58

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Faits et prévisions


  • Citation


  • Courrier des lecteurs


  • Esotérisme


  • Forum Partage




L'article du Maître

Home Le sceptre de l'autorité

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme
 
Beaucoup redoutent aujourd’hui une escalade militaire dans l’ex-Yougoslavie, qui selon eux conduirait inévitablement à une troisième guerre mondiale aux conséquences désastreuses. Les Balkans ont remplacé le Moyen-Orient dans l’esprit de ceux qui, par une interprétation erronée des Ecritures, y voient le théâtre de l’Armageddon biblique, et font partager au monde leurs appréhensions. S’ils pouvaient réaliser combien leur conception des forces actuellement à l’œuvre sur toute la planète est erronée, ils s’épargneraient, ainsi qu’à ceux qui les écoutent, bien des tourments.
 
La crainte d’un conflit planétaire est à la racine de l’inaction présente de nombreuses nations, en particulier des Etats-Unis, quels que soient les arguments invoqués pour justifier cette passivité. Semblables peurs entravent la prise de décisions, engendrant confusion et doute.
 
Le besoin se fait sentir maintenant d’une autorité claire et ferme. Indécise et divisée, l’Assemblée des nations devrait se faire ouvertement l’écho de la préoccupation de tous les peuples pour les victimes de l’actuel fratricide, et prendre les dispositions économiques et militaires susceptibles d’y mettre un terme. Il n’y a rien à gagner à prolonger encore cette attente. Les sanctions, à elles seules, ne sauraient suffire à mettre fin au massacre et à imposer la paix ; des forces militaires à la mesure de la situation devraient être mobilisées, prêtes à intervenir. C’est le seul moyen d’obliger les dirigeants assoiffés de puissance à arrêter la tuerie ; le seul moyen de contraindre leurs homologues à travers le monde, qui exploitent à des fins personnelles les aspirations de leurs peuples, à faire une pause pour réfléchir.
 
Une action concertée
 
Bientôt, les nations prendront conscience de la nécessité d’une action collective pour résoudre les nombreux problèmes auxquels le monde est confronté de jour en jour. Si peu qu’il y paraisse au regard des événements d’un passé proche, ce sont leurs épreuves et appréhensions communes qui les conduisent à se rapprocher pour se préserver des agressions. La puissance dont disposent aujourd’hui certains groupes et certains individus égarés représente un si grand danger que c’est seulement par une action concertée que les nations pourront les tenir en échec.
 
Rendre la guerre illégale
 
Peu à peu, d’un pas hésitant et mal assuré, les Nations unies réalisent leur destinée et, acceptant leur responsabilité, prennent en main le sceptre de l’autorité. Elles constituent le point de ralliement des aspirations les plus élevées de l’humanité dans sa quête de paix et de justice, et doivent être disposées à agir pour les défendre. Rien de moins ne saurait fournir la garantie d’un avenir dégagé de la menace des conflits fratricides. La guerre doit aujourd’hui être considérée comme illégale, et ses instigateurs être tenus pour responsables devant la Loi. Les nations doivent être prêtes à faire respecter la loi, et à en payer le prix. Tant que la paix ne sera pas établie de manière sûre et durable, la seule solution restera de faire la police dans le monde.
 
En attendant, bien des choses de valeur émergent dans ces circonstances chaotiques. Des changements d’une portée considérable se font jour dans tous les domaines, et un nouveau réalisme fait son apparition dans l’esprit des dirigeants comme des peuples. Les anciens mirages, bien que puissants encore, relâchent progressivement leur étreinte, et c’est avec une saine détermination que les problèmes les plus urgents de cette époque sont abordés. Ces problèmes seront résolus, cela ne fait aucun doute.
 

Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Home Réveil de la démocratie au Canada

par Diana Holland

Le 26 octobre 1992, le peuple canadien, placé devant un marché « à prendre ou à laisser », a rejeté sans ambages un projet d’accord constitutionnel difficilement élaboré par les premiers ministres des différentes provinces, au cours de rencontres à huis clos fortement teintées de magouilles politiques. Malgré les avertissements répétés des trois principaux partis politiques, affirmant qu’un « non » au référendum conduirait à l’effondrement du pays, la population des dix provinces, les Canadiens d’origine indienne, les femmes et toutes les minorités, n’en ont tenu aucun compte, et les principales personnalités politiques s’en sont trouvées largement discréditées. Plusieurs représentants de longue date des principaux partis se sont récemment retirés de la politique - dont Brian Mulroney, chef du parti conservateur et premier ministre du Canada, qui a démissionné en février.

Une élection fédérale doit se tenir d’ici un an. Entre temps, de petits groupes à travers le pays, composés d’avocats, d’enseignants et d’individus venus de tous les milieux, se penchent sérieusement sur la possibilité - certains pour la première fois - de travailler en vue de l’élection d’un nouveau parti politique.

« La véritable démocratie commence à se réveiller au Canada, et personne ne pourra plus l’arrêter », a affirmé Mel Hurtig, éditeur et récent fondateur du parti national. « Les Canadiens veulent des hommes politiques qui soient réellement les serviteurs du peuple. » C’est cette optique que reflètent plusieurs mesures annoncées dans le programme électoral de Mel Hurtig. Tout d’abord, son parti n’acceptera aucun don provenant d’entreprises, de syndicats, de groupes d’intérêts ou de sources étrangères. Il propose le financement des élections par le prélèvement annuel d’un dollar par personne sur l’impôt sur le revenu, ce qui représenterait un fonds de dix-huit millions de dollars, administré par une commission indépendante. Mel Hurtig souligne que le coût pour les Canadiens de l’abolition de la pratique de l’« achat » des suffrages par les puissances financières, équivaudrait au prix d’une tasse de café par habitant et par an.

Le parti national se propose de soumettre au public les questions essentielles au moyen de référendums. De plus, le gouvernement fédéral devrait obligatoirement démissionner et provoquer des élections, si une commission indépendante venait à estimer qu’il ne tenait pas ses promesses électorales majeures. Une commission semblable vérifierait les contrats conclus par le gouvernement, ainsi que toutes les nominations, de manière à mettre un terme au système de protection politique. Ce nouveau parti axe ses principales propositions de changement économique sur le démantèlement de la législation mise en place par le gouvernement conservateur actuellement au pouvoir, législation fortement favorable à l’économie de marché. « Les théories économiques de droite professées par des politiciens comme Ronald Reagan, George Bush, Margaret Thatcher et Brian Mulroney, selon lesquelles la richesse finit toujours par atteindre les plus pauvres, sont maintenant totalement discréditées », déclare M. Hurtig. « Elles peuvent s’appliquer, jusqu’à un certain point, à un petit pourcentage de gens riches et aux énormes sociétés multinationales, mais elles sont tout à fait incompatibles avec le bien-être de la grande majorité des Canadiens. Le fait que 1 % des entreprises canadiennes possède presque 90 % des actifs de l’ensemble des entreprises du pays, représente une totale contradiction avec la manière dont la libre entreprise et les marchés économiques sont sensés fonctionner », affirme-t-il.

Afin de promouvoir l’équité et la justice au sein de la société canadienne, ce nouveau parti entend procéder à des réformes fiscales qui obligeront les grandes entreprises et les conglomérats à payer leur part. L’impôt sur le revenu des particuliers représente 36,6 % des recettes du gouvernement, alors que celui des entreprises n’en représente que 6,7 %. Sur une période de huit ans, le taux d’imposition de cinq monopoles bancaires - très largement bénéficiaires - est inférieur à 2,5 %.

Dans un gouvernement dirigé par le nouveau parti national, les parlementaires seraient élus pour un mandat plus court que l’actuel mandat de 5 ans, et seraient autorisés à beaucoup plus de « votes libres » - c’est-à-dire qu’ils pourraient voter en conscience plutôt que selon la ligne du parti. Le Sénat serait élu et non plus nommé, comme c’est actuellement le cas - et souvent par copinage politique -, et de nouvelles mesures seraient mises en place pour assurer une véritable représentation proportionnelle, non seulement au niveau géographique, mais également entre les hommes et les femmes. En période électorale fédérale, la radio et la télévision offriraient davantage de temps d’antenne aux partis « pour rendre la politique au peuple et s’écarter des campagnes de style américain où l’importance des sommes investies détermine qui réussit à faire passer son message ».

En matière d’environnement, le programme électoral du parti national se fonde sur la conviction que se donner le choix entre des emplois et un environnement propre est un faux problème. Le parti se propose de créer des emplois pour le reboisement, la défense de l’environnement, et pour le développement d’usines de traitement des eaux de consommation et des eaux usées. Il prévoit de travailler en étroite collaboration avec le mouvement écologiste canadien et de financer la participation de groupes de citoyens à l’écoute de l’environnement, afin que celle-ci devienne plus importante. Il serait également créé un département au ministère fédéral de l’Environnement, afin de donner plus de poids à la recherche fondamentale et appliquée. A plus long terme, le parti national se propose d’étudier la législation sur l’environnement en différents points du globe et d’adapter les meilleures d’entre elles au Canada. De plus, en tant qu’administration, il projette d’utiliser du papier recyclé, de convertir les véhicules publics au gaz naturel et de financer le développement de voitures électriques.

« La priorité reviendra à l’éducation plutôt qu’aux hélicoptères militaires », ajoute M. Hurtig. « Nous jouerons un plus grand rôle au sein des Nations unies, et nous travaillerons de concert avec les nations, partageant nos idéaux, afin d’enrayer la croissance de blocs de marché commun en compétition entre eux. »
« Nous devons transformer notre démocratie et nos institutions politiques de manière à ce que ce soient les citoyens qui détiennent le pouvoir, et non plus les grandes entreprises »
, conclut-il.

Le parti national étant encore à peine structuré, il est difficile d’évaluer ses chances de former le prochain gouvernement du Canada. C’est le seul parti à avoir publié un résumé de ses options politiques. Il a publié un livre vendu en librairie à travers le pays, qui en est à sa quatrième édition en deux mois.




Home Des groupes de jeunes écologistes

Les enfants ne se contentent pas de parler, ils agissent !

par Heide Diercks

L’Allemagne voit augmenter l’activité des Greenteams, ces groupes d’enfants appartenant à l’organisation de protection de l’environnement Greenpeace. Le 1 000Greenteam a été créé cette année au mois de mars. Ces jeunes protecteurs de l’environnement définissent eux-mêmes leurs objectifs et l’organisation de leur propre groupe. Heide Diercks, notre correspondante en Allemagne, a interrogé des membres de Greenteams et nous informe de leurs activités.

Ils ont bien changé les enfants de mon quartier : Michael, Steffen, Jonas et Jamin. Ils ont une dizaine d’années et ils ont fondé il y a deux ans une association pour la protection de la nature, puis un Greenteam (nom donné par Greenpeace à ses groupes de jeunes). Depuis, ils ont pris des mesures sérieuses et intensives pour lutter contre le comportement irréfléchi et buté de leur voisinage vis-à-vis de l’environnement. Cela même au prix de leur propre confort.

Comment en sont-ils venus là ? « Juste comme ça », répond Jonas. Ni leurs parents ni leur école ne leur ont mis ces idées en tête. « Les adultes ne font absolument rien », dit Michael, et Steffen ajoute : « Nous ne voulons pas rester les bras croisés à regarder tout se détruire et s’empoisonner. » Il se peut qu’ils aient été inspirés par les médias qui, quotidiennement, fournissent des informations sur des destructions de l’environnement, ou bien qu’ils aient été choqués par les émissions souvent bouleversantes sur les animaux et la nature diffusées par la télévision. Il se peut aussi que les reportages et les conseils écologiques publiés dans les magazines pour la jeunesse, mentionnant de plus en plus la participation des enfants et des adolescents, aient également joué un rôle.

Quelles qu’en soient les raisons, les jeunes s’engagent de plus en plus nombreux en faveur de la protection des animaux et de la nature, de la propreté de l’eau et de l’air, ainsi que pour la réduction des déchets. Leur énergie infatigable provient de leur profonde inquiétude, de leurs soucis et de leurs craintes. Bien sûr, de nombreux adultes s’inquiètent également de l’état de notre planète, mais bien souvent ils se contentent de se lamenter et de hausser les épaules avec résignation. Beaucoup limitent leur contribution à l’envoi de dons à des associations pour l’environnement.

Un nombre croissant de groupes d’enfants se lance dans l’action constructive. Ils informent le public, distribuent des badges, travaillent à restaurer l’environnement. Il est impressionnant de constater ce qu’ils arrivent à accomplir grâce à un travail concret effectué à la base. Le processus de rééducation commence généralement à la maison, où les enfants imposent souvent des règles strictes. Les parents interrogés racontent des histoires pittoresques sur la façon dont ils ont été forcés d’abandonner leurs anciennes habitudes de gaspillage, de faire leurs courses en pensant aux produits recyclables, de trier soigneusement les déchets et, bien entendu, de faire tout leur possible pour économiser l’eau. Il ne suffit pas de réparer les robinets qui fuient et de réutiliser l’eau qui n’est que peu salie, il faut aussi limiter l’utilisation de la douche (ce qui plaît certainement davantage aux enfants qu’aux adultes).

D’autre part, l’utilisation de la voiture doit être justifiée : « Tu ne peux pas prendre ta bicyclette pour aller à la poste ? » Il faut prendre le métro, même pour transporter la nouvelle chaîne stéréo à la maison. Les parents stressés se voient confrontés à d’interminables et fastidieuses discussions truffées de bons arguments chaque fois qu’ils désirent « faire un tour au centre commercial ».

L’une de mes voisines a trouvé son fils en larmes dans son lit. « Tu as de nouveau pris la voiture inutilement, tu ne fais vraiment aucun effort ! » Elle en resta muette et quelque peu honteuse.

Les enfants nettoient les déchets de leur quartier, et le McDonalds du coin reçoit de jeunes visiteurs qui critiquent le gaspillage de papier et de plastique. Des enfants de 11 ans ont installé une table devant ce McDonalds et ont entrepris de laver les assiettes en plastique qu’ils avaient récupérées. « Lavez, au lieu de jeter ! » pouvait-on lire sur une pancarte. Lors d’une journée de l’environnement se tenant dans un quartier, un autre Greenteam a construit un énorme « monstre » à partir de détritus.

Pendant l’été, ils creusent des mares et élèvent des haies de rameaux et de branches mortes, pour servir d’abri naturel à toute une faune de petits animaux. A l’automne, ma voiture fut arrêtée près de mon domicile par une corde tendue en travers de la route. Jamin, un petit garçon de six ans, distribuait des tracts. Jonas m’a demandé quel était, à mon avis, le problème écologique le plus grave et ce que j’avais l’intention de faire à cet égard. J’ai répondu : « Un air pur et une eau pure », et j’ai réalisé que je ne faisais pas grand-chose à ce sujet. Michael a noté soigneusement ma réponse.

On peut trouver les écologistes de mon quartier à leur stand d’information le jour du marché, ou à la bibliothèque pendant la journée de l’environnement. Des boîtes de conserves vides, attachées à une longue ficelle, sont entrechoquées pour attirer l’attention du public, et des posters sont affichés sur les murs, montrant des photographies et des statistiques alarmantes. Les enfants distribuent des tracts tapés à la machine avec un doigt ou rédigés à la main. La mère de Steffen m’a raconté à ce propos que son fils était devenu un bon élève presque du jour au lendemain. Il a acquis une certaine confiance en lui, améliorant sa lecture, son orthographe et son écriture, en lisant quotidiennement la presse spécialisée et en rédigeant des articles sur les espèces menacées ou sur des sujets plus généraux, pour les afficher en classe. Maintenant, sa chambre ressemble davantage à un véritable bureau qu’à une chambre d’enfant. Ses étagères, autrefois en désordre, sont maintenant incroyablement bien rangées. Les magazines, dépliants et autres brochures sur presque tous les sujets écologiques sont parfaitement classés et facilement accessibles. Les dépenses familiales de timbres poste ont bien sûr augmenté de manière impressionnante !

Un réseau de groupes de pression écologique propose en permanence des publications remplies de conseils et d’informations que le groupe, baptisé maintenant « Anaconda », achète une par une. A l’aide d’un peu de nitrate, ils testent l’eau de la rivière, du lac où l’on pêche, et de l’étang qui se trouve à côté de la décharge publique. Finalement, le groupe a « adopté » un cours d’eau : la municipalité lui a alloué certaines parties de la rivière que les enfants nettoient régulièrement.

Pourtant, malgré ces diverses activités, ces quatre enfants ne sont pas vraiment satisfaits : « Nous ne sommes pas assez nombreux et personne ne nous prend vraiment au sérieux. » Il faut reconnaître qu’il est plus facile pour des groupes d’enfants plus grands et d’adolescents de se consacrer pendant un certain temps à une tâche donnée - par exemple le nettoyage d’une forêt. Il leur est plus facile de prendre contact avec les médias et d’attirer l’attention sur leurs activités. Ceci a été démontré lors d’une journée de l’environnement organisée dans un collège, à laquelle des adultes ont également participé.

Quoi qu’il en soit, c’est l’augmentation du nombre de ces groupes et la diversité de leurs activités qui surprend. Dans notre seule commune, à la périphérie de Hambourg, je connais huit Greenteams ainsi que plusieurs groupes écologiques et équipes de travail. D’après les magazines spécialisés, de tels groupes existent un peu partout dans tout le pays. Il semble que la jeunesse soit en train de devenir très consciente de l’environnement.

Voici une liste des activités dont j’ai eu connaissance, la plupart se déroulant dans la région de Hambourg :

- lutte contre la cruauté envers les animaux

-les Amis des animaux s’adresse aux fabricants de cosmétiques afin qu’ils cessent d’utiliser les animaux pour expérimenter leurs shampooings,
-la Société de la jeunesse allemande pour la prévention de la cruauté envers les animaux proteste contre la chasse dans les zones marécageuses,
-à Brême, des campagnes sont menées contre les pièges à dauphins,
-des manifestations sont organisées devant une ferme d’élevage intensif ;

- lutte contre le gaspillage

-manifestations à la Porte de Brandebourg à Berlin,
-un groupe de Hambourg envoie tant de courriers à un fournisseur de papier, que celui-ci finit par accepter de stocker du papier recyclé,
-manifestations à Mullhorst pour des « fleuristes sans aluminium »,
-des enfants de Hambourg rapportent 6kg de dépliants publicitaires au Hamburger Abendblatt, le journal local,
-un groupe écrit une lettre à un fabricant de chocolats : « Pourquoi faut-il que les chocolats en boite soient emballés individuellement ? »,
-un groupe fait campagne contre l’utilisation massive de papier cadeau pour les fêtes de Noël ;

- lutte contre la pollution de l’eau

-campagne sur l’Alster à Hambourg sur un canot pneumatique afin d’attirer l’attention sur la pollution de cette rivière
- un groupe interroge des habitants vivant au bord d’une rivière totalement polluée, leur demandant ce qu’ils pensent de la mousse et du carburant qui flottent sur l’eau et du déversement des égouts
- un Greenteam fait des analyses sur les rives d’un cours d’eau local
- des enfants dressent des barricades pour interrompre le transport des eaux usées vers une usine d’épuration ;

- lutte contre la pollution de l’air

- deux groupes manifestent à la foire de Leipzig pour la réduction du nombre des voitures,
- de jeunes journalistes de Greenpeace interviewent simultanément des jeunes et des politiciens responsables des affaires économiques ;

- la Terre

- un groupe fait campagne pour la création d’un Parc mondial dans l’Antarctique,
- dans une petite ville, un groupe manifeste contre les bancs des parcs publics, fabriqués en bois durs tropicaux.




Home Méditation et jeunesse

Source : Gannett News Service

Le Journal of Behavioral Medecine (médecine comportementale) s’est intéressé à une hormone dont le taux dans l’organisme est corrélé avec l’âge. En effet, une étude récente a montré que les personnes qui pratiquent régulièrement la méditation ont un niveau de cette hormone « comparable à celui de personnes non-méditantes, de 5 à 10 ans plus jeunes. »

Cette étude portait sur la méditation Transcendentale, forme de méditation la plus fréquemment pratiquée aux États-Unis. Près de 1,2 million d’américains, soit 0,5 % de la population, la pratiquent régulièrement ; elle consiste à rester les yeux clos pendant 20 minutes chaque jour en répétant un « son sans signification » (immédiate) appelé mantram. L’acte de diriger l’attention sur le mantram aide à établir un état de conscience libre de pensées, sensations ou perceptions, comme l’indique le Dr Jay Glaser du Centre de santé ayurvédique Maharishi. Ce centre, situé à Lancaster dans le Massachussets, se consacre aux médecines comportementales et à la gestion du stress. L’idée derrière la méditation est d’atteindre un état mental de « vigilance paisible », totalement distinct de la contemplation religieuse et de la concentration.

Des chercheurs ont étudié le niveau de DHA, ou sulfate de déhydroépiandrostérone, hormone produite par les glandes surrénales ; c’est d’après le Dr Glaser, « la seule substance biochimique du corps se modifiant d’une manière systématique avec l’âge. » Le niveau de DHA culmine vers 20 à 25 ans puis décline. Les hommes qui possèdent un fort niveau de cette hormone ont moins de maladies cardio-vasculaires et coronaires que les autres, et leur taux de mortalité précoce est inférieur ; quant aux femmes, elles ont moins de cancers du sein et d’ostéoporose.

L’étude a mesuré les niveaux de DHA chez 1 675 sujets, 423 méditants et 1 252 non-méditants, de 20 à 81 ans. Le niveau de DHA s’est révélé supérieur chez les femmes méditantes pour tous les groupes d’âge, et pour tous les groupes d’hommes méditants de plus de 40 ans, à une exception près. Le Dr Glaser n’a pas constaté de différence notable chez les hommes en dessous de la quarantaine, « probablement parce que de toute façon, ceux-ci ont des niveaux très élevés et qu’il n’y a pas beaucoup de possibilité de l’élever davantage ».

L’étude conclue que les niveaux de l’ensemble des femmes méditantes, ainsi que celui des hommes âgés « étaient généralement comparables à ceux des groupes de non-méditants de 5 à 10 ans plus jeunes ». Le Dr Glaser ne considère pas que ces niveaux élevés de DHA sont entièrement dus à la méditation, car il pense que ceux qui méditent ont appris à s’organiser dans les difficultés quotidiennes avec « plus de calme, de tolérance et moins de réaction physiologique au stress. S’ils parcourent la journée avec moins d’effort ils accumulent moins de stress », ajoute-t-il. « Et qu’est-ce que l’âge sinon l’accumulation de stress ? » Bien que l’expérience ait utilisé des sujets pratiquant la méditation Transcendantale, le Dr Glaser suppose que « toute technique permettant d’obtenir cet état doit procurer le même effet. »





Point de vue

Home L'édification d'une économie sociale d'entreprise

par Bishan Singh

Après l’effondrement des systèmes économiques de l’Europe de l’Est, inefficaces et soumis au dirigisme étatique, beaucoup font valoir que la seule alternative est l’économie de libre entreprise, fondée sur le profit. Cette affirmation fait toutefois peu de cas de l’expérience d’organisations de citoyens dans le monde entier, démontrant souvent à grande échelle les possibilités d’un développement alternatif éthique, centré sur la vie et focalisé sur la communauté, telle l’économie sociale d’entreprise, soutenue par un effort communautaire volontaire et le partage dans un engagement éthique. L’importance de ces expériences est soulignée par l’évidence croissante que le partage semble être le seul fondement d’une économie viable, dans un monde aux ressources limitées.

La nature et l’importance de ces initiatives de citoyens me sont apparues clairement au cours d’une récente visite au Japon, où je fus invité par le Centre pour la coopération internationale (JANIC), une organisation japonaise non gouvernementale. Le programme de notre séjour comprenait la visite de quatre initiatives communautaires remarquables, à large rayon d’action, chacune démontrant la viabilité d’un ou de plusieurs éléments d’une économie sociale d’entreprise.

Le lac Biwa

Le plus grand lac d’eau douce du Japon fut menacé d’une pollution massive au début des années 1970. Des citoyens motivés mirent tout en œuvre pour sauvegarder cette ressource communautaire, en modifiant les pratiques de retraitement des déchets ménagers et industriels menaçant son existence. Aujourd’hui, bien que situé au milieu d’une zone industrielle très dense, le lac Biwa est l’un des lacs d’eau douce le plus pur du monde entier. Un nouveau comportement social a été instauré, tant pour les entreprises que pour les particuliers.

La baie de Minamata

Avant les années 1950, l’industrie de la pêche de la baie était la principale source d’existence pour quelques 200 000 personnes. Mais l’oxyde de mercure déversé dans la baie par la compagnie Chisso Chemical empoisonna les poissons, ainsi que les hommes et les animaux qui les consommèrent. Le mercure attaque le cerveau et le système nerveux, provoquant des spasmes, une incapacité de coordonner les fonctions corporelles, d’intenses douleurs et finalement la mort. Cette affection a depuis lors été appelée la maladie de Minamata. Divers groupes locaux se sont organisés afin de mettre un terme à la pollution, de prodiguer des soins, de demander des indemnisations en faveurs des victimes et de parrainer des recherches sur cette maladie. Il en a résulté une conscience écologique accrue, sous forme de nombreuses initiatives volontaires visant à soutenir des modes de vie alternatifs, une agriculture biologique, la fabrication de savon à partir d’huile de friture usagée, et d’autres idées de recyclage.

Le club Sekatsu

 Les 153 000 membres de cette centrale d’achat fonctionnant en coopérative, politiquement et socialement responsables, mettent en commun leurs ressources pour avoir accès, à des prix raisonnables, à des biens de consommation sains, écologiquement purs, s’harmonisant avec des modes de vie responsables. Ainsi, ils offrent un marché aux producteurs eux-mêmes socialement et écologiquement responsables et envoient un signal économique clair à ceux qui ne le sont pas.

La clinique de Kikuchi Joujouen

Unique en son genre, cette clinique cherche à promouvoir un mode de vie sain, utilisant des pratiques médicales préventives et curatives, à la fois modernes et traditionnelles. Sa pièce maîtresse est une ferme biologique de 20 ha produisant des aliments naturels, sains, exempts des pesticides qui infestent la majeure partie de la chaîne alimentaire japonaise. Cette clinique est gérée comme une entreprise auto-suffisante qui place le service rendu à la communauté avant les profits.

Ces expériences démontrent, à grande échelle, l’application volontaire de divers principes éthiques, constituant la base essentielle d’une économie sociale d’entreprise, à savoir :

  • une gestion responsable envers les générations futures,

  • une participation des individus centrée sur la communauté,

  • une utilisation efficace et peu coûteuse des ressources,

  • une promotion de la diversité écologique et culturelle,

  • une amélioration de la qualité de vie, au détriment de la recherche de profits.

La manière dont une société s’organise pour faire face à ses besoins fondamentaux, en matière de nourriture, d’habillement et de logement, se reflète dans sa manière de structurer ses institutions et sa conscience, en matières sociales, politiques et spirituelles. Ces questions sont si intimement liées qu’il serait absurde de parler de mutations sociales sans aborder les problèmes sous-jacents d’organisation économique.

Les activités d’un nombre sans cesse croissant de groupements de citoyens, à travers le monde entier, qui ont directement souffert des lacunes du système économique prédominant, sont en voie de créer les bases d’une économie sociale d’entreprise. Ces expériences traduisent une foi dans la libre entreprise et dans un marché concurrentiel, mais n’ont pas pour but d’amasser des profits par l’épuisement sans limite des ressources communautaires au bénéfice exclusif de quelques uns. L’économie sociale d’entreprise repose sur une combinaison d’engagement éthique et de vigilance communautaire, fondés sur un puissant consensus social, en vue de modérer les forces compétitives du marché dans l’intérêt de la communauté.

Un nombre croissant d’organisations non gouvernementales s’engage à soutenir des projets pour favoriser les moyens d’existence des plus démunis. Certaines regardent au-delà de la création d’entreprises individuelles, au sens classique, et font l’expérience d’édifier des structures communautaires pour une économie sociale d’entreprise puissante et efficace. Il serait souhaitable que d’autres organisations se joignent à elles dans cette grande expérience de transformation économique et politique.





Signes des temps

Home Visions en Nouvelle-Zélande

Début mars, lors d’un rassemblement en plein air au Centre de Paix Medjugorje, à Auckland, auquel participait un orateur venu de Medjugorje, une bande de couleurs (qui ne ressemblait en rien à un arc-en-ciel) est apparue dans le ciel. Plus tard, près de la cathédrale, des membres de la congrégation se sont aperçus que le soleil semblait changer de couleur, tournoyer et « sauter ». Ces phénomènes se sont accompagnés d’une vision de la Vierge dans le ciel.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que ces phénomènes sont authentiques et constituent un nouvel exemple des signes, sans cesse plus nombreux, qui témoignent de la présence du Christ dans le monde.


Home Un phénomène ovni

La radio américaine ABC a relaté l’apparition d’un immense ovni émettant une lueur rouge vif en Chine, au dessus de Shangaï. L’objet s’est d’abord manifesté sous une forme humaine, puis il s’est transformé en champignon. Le phénomène a duré environ une heure.

Le Maître de Benjamin Creme explique qu’il ne s’agissait pas d’un ovni mais d’un phénomène visuel créé par Maitreya. Les lecteurs peuvent le comparer à un phénomène similaire décrit dans le courrier des lecteurs, page 19 du numéro 58, de juin 1993 de Partage international.


Home Couverture médiatique miraculeuse

Le cas de la « Vierge qui verse des larmes » a récemment fait la couverture du magasine US News and World Report. L’article décrivait les événements miraculeux advenus à James Bruse, un jeune prêtre de Virginie.

Vers la fin de l’année 1991, des statues de la Vierge ont commencé à verser des larmes et du sang en présence du père Bruse. Celui-ci avait également affirmé que ses mains et ses pieds saignaient, comme les blessures d’un crucifié. Cinq cents paroissiens virent effectivement une des statues pleurer, et des histoires de « guérisons » inexpliquées ont commencé à circuler. Même les parents du père Bruse constatèrent des phénomènes inhabituels : le crucifix situé dans la maison de James et Ann Bruse, en Virginie, pleurait parfois si fortement que des larmes ruisselaient sur les murs. « Si nous savions que notre fils devait venir, nous disposions des récipients sous les statues », raconte Ann Bruse. « Elles commençaient à pleurer avant même qu’il ne soit descendu de voiture. »

L’article traite du phénomène sur un ton sérieux, franc, mais présente le point de vue d’une personne sceptique affirmant être en mesure de reproduire de tels phénomènes, grâce à des techniques scientifiques courantes. Long de sept pages, l’article contient également une brève « histoire des miracles », mentionnant les événements extraordinaires entourant le Bouddha, Moïse, le Christ, Mahomet, Ramakrishna, et d’autres. L’article affirme que 53 % des Américains auraient ressenti, au cours de leur vie, « une présence, une puissance » différente de leur soi ordinaire. L’article conclut de cette manière : « Tant que le Seigneur n’inscrira pas son message dans le ciel, la véracité et les conséquences de tels phénomènes resteront vraisemblablement incertains. Ce qui nous laisse simplement, en fin de compte, un prêtre, quelques statues et une foule de gens honnêtes vivant un rêve merveilleux. Que ce rêve soit une réalité ou non, et ce qu’il signifie… à vous de le décider. »




Home Maîtres mécaniciens

Source : Daily Mail, G.-B.

Récemment, deux sœurs qui se trouvaient sur une petite route de campagne dans l’Iowa eurent une crevaison. Incapables de changer la roue, elles s’assirent sur le bas-côté, attendant de l’aide. En l’espace de quelques secondes, une voiture apparut et trois jeunes gens en descendirent, proposant leur assistance. Leurs sauveurs étaient « beaux, courtois et heureux. Ils avaient les cheveux blonds, les yeux bleus et étaient tous vêtus de blanc. »

L’un des jeunes gens s’allongea sur la route pour installer le cric. Les sœurs l’avertirent qu’il allait salir ses vêtements immaculés. Mais il ne tint pas compte de leurs remarques, et lorsqu’il se releva, ses vêtements n’étaient absolument pas tâchés, bien que la route fut grasse et sale après une journée pluvieuse.

La roue rapidement changée, les jeunes gens s’assurèrent que les sœurs n’avaient plus besoin de rien. Ils refusèrent tout dédommagement et repartirent. Cependant, alors qu’elle s’éloignait sur la petite route de campagne, leur voiture se mit à briller intensément, jusqu’à devenir « pratiquement transparente. Puis dans un ultime éclat de lumière, la voiture s’évanouit complètement. » Les sœurs sont persuadées avoir été secourues par des « anges ». Il semble que des dizaines de témoignages d’« anges » venant au secours d’automobilistes victimes de crevaison aient été recueillis dans tous les États-Unis. Les « anges » sont toujours jeunes, souriants et enjoués, mais ils deviennent sérieux et silencieux lorsqu’ils sont au travail. Leur mission accomplie, leur véhicule, qui semble pourtant tout à fait ordinaire, se dématérialise dans une lueur magique.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé ces événements impliquant la participation de trois Maîtres enjoués mais manifestement serviables. Un autre signe des temps.



Faits et prévisions

Home Transférer la dette au profit des enfants

« La dette sera annulée. Il n’y a pas d’autre solution. » (le collaborateur de Maitreya dans Partage international, mai 1989)

La Bolivie est l’un des premiers pays en voie de développement à avoir virtuellement éliminé sa dette, grâce à un programme de rachat et de reconversion ayant permis d’apurer cette dette commerciale s’élevant à 170 millions de dollars. Sur ce montant, 33 millions ont été « troqués » contre des programmes de protection de l’environnement et d’aide d’urgence à l’enfance. Cette action constitue l’une des plus grandes initiatives en faveur de l’enfance jamais entreprises par aucun pays. Il s’agit du premier programme de ce genre dans lequel sont engagés un gouvernement et une institution privée.




Home Diminution des conflits entre les gouvernements et les guérillas

Source : Trouw, Pays-Bas

 « Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. » (novembre 1988)

Angola - Le gouvernement angolais et le mouvement de résistance Unita sont arrivés à un accord provisoire sur le partage du pouvoir au sein d’un gouvernement d’unité nationale. L’Unita a obtenu un nombre appréciable de sièges dans le nouveau gouvernement et a accepté en retour, provisoirement, le maintien à la présidence d’Eduardo dos Santos, président en exercice. En octobre de l’an dernier, l’Unita avait violé le traité de paix signé en 1991 et précipité le pays dans une nouvelle guerre civile, après avoir accusé le gouvernement de fraude électorale. En dépit du nouveau traité de paix, la guerre civile se poursuit en Angola.




Home La défense n'est plus une priorité essentielle

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (juin 1989)

Selon le plan du président Clinton visant à réduire de 88 milliards de dollars le budget militaire dans les années à venir, les effectifs américains en Europe seront réduits à 100 000 hommes, représentant pratiquement la moitié du contingent actuel. Cette réduction est encore plus importante que celle qui avait été prévue par l’administration Bush.




Home La population carcérale

« La situation dans les prisons a atteint un niveau de crise. Partout les prisonniers veulent se libérer des règlements excessifs. » (septembre 1988)
« La population des prisons est en train d’augmenter et se révoltera. » (juin 1988)

A l’issue de onze jours de mutinerie survenus dans une prison de haute sécurité de l’Ohio, les prisonniers et les responsables de la prison sont parvenus à un accord en 21 points, comprenant différentes améliorations des conditions d’incarcération. Cette émeute ne fait que souligner le problème général du système carcéral aux États-Unis. Selon un article de Newsweek : « Il est surprenant que des situations comme celle de Lucaville (Ohio) ne se produisent pas plus souvent. Les prisons américaines, et particulièrement celles qui dépendent des différents États, se trouvent dans une situation critique. Elles sont surpeuplées, insuffisamment surveillées et violentes... La plupart des experts pensent que les prisons ne sont rien d’autre que des bombes à retardement pouvant exploser d’une minute à l’autre. »




Home La Chine

« Soyez attentifs aux changements en Chine, car le peuple demande une représentation parlementaire et les autorités commencent à y penser. Il y aura une transition douce et une participation du peuple aux institutions. » (mars 1992)

Il y a quatre ans, les responsables chinois écrasaient les protestations pro démocratiques et réprimaient des millions de contestataires. Il se produit aujourd’hui une nouvelle révolution en Chine, beaucoup plus insidieuse et beaucoup plus dangereuse pour le régime actuel : la révolution par l’information. Comme le citoyen chinois moyen se relie maintenant au « village planétaire », l’idéologie du gouvernement communiste ne pourra vraisemblablement plus jamais être considérée comme la seule vérité possible, comme c’était le cas dans le passé.

Le gouvernement n’a pas pu contenir l’explosion technologique : les télécopieurs se répandent, même chez les particuliers ; le nombre des lignes téléphoniques reliées directement au réseau international augmente à un rythme tel que les services de sécurité - chargés d’engager du personnel pour poser des tables d’écoute - ne parviennent pas à suivre ; les ordinateurs sont soudainement présents partout et les serveurs informatiques prolifèrent ; le courrier électronique international devient chose courante ; les antennes paraboliques, jadis introuvables, s’achètent pour 500 dollars ; une étude récente a répertorié 1 800 réseaux de télévision câblée, dont 429 viennent d’être installés cette année.




Home L’environnement

« L’environnement deviendra la question prioritaire dans le monde entier. » (juin 1989)

Voitures électriques
 Les trois grands constructeurs automobiles américains - General Motors, Ford et Chrysler - envisagent une collaboration sans précédent afin de mettre au point une voiture électrique. Les discussions en cours portent sur la mise en commun de la recherche, des composants et même de la fabrication des véhicules. Reste cependant à savoir comment commercialiser ces voitures électriques malgré la loi anti-trust.

L’accord de la Mer Noire
Six pays riverains de la Mer Noire ont adopté une Déclaration sur la protection de la Mer Noire.
Les ministres bulgares, géorgiens, roumains, russes, turcs et ukrainiens ont confirmé leur engagement d’insérer dans leur politique diverses mesures de protection du milieu marin. Cet engagement tient compte de l’action déjà engagée pour mettre en œuvre la Convention sur la protection de la Mer Noire contre la pollution, signée à Bucarest l’an dernier.

Déchets et armes nucléaires
La compagnie américaine General Atomics a signé un accord avec le ministre russe de l’énergie nucléaire, afin de concevoir et de construire un nouveau type de réacteur pouvant utiliser le plutonium extrait des armes nucléaires, pour la production d’électricité. D’un coût de 1,5 milliards de dollars, ce réacteur sera construit en Russie où se trouve encore une grande quantité de bombes nucléaires au rebut. A ce jour, il n’existe aucun moyen de recycler le plutonium de ces armes - avec le risque inhérent que le plutonium tombe dans des mains mal intentionnées.
Actuellement, la Suède aide la Lituanie à construire une aire de stockage pour les déchets nucléaires du réacteur d’Irnazink.
Le ministre allemand de l’environnement, Klaus Töpfer, a annoncé que l’Allemagne allait apporter son aide pour la réparation des dommages occasionnés par l’armée russe en Estonie. Ces dommages incluent la contamination radioactive de certaines zones ainsi que la présence de déchets nucléaires. (Source : Izvestia, Russie)

Campagne écologique
 La Société allemande pour la conservation de l’environnement et de la nature (DNR) a entamé une vaste « campagne écologique », menée en association avec d’autres organisations écologistes et consuméristes d’Allemagne et de la C.E.E. Dix « commandements » pour sauver l’environnement ont été formulés dans un souci de participer à une nouvelle politique de l’énergie (Source : La Télévision de la nature, Allemagne)
En Allemagne, une nouvelle loi oblige désormais l’industrie et le commerce à réduire au maximum leur production de déchets et à recycler les déchets incontournables. Elle devrait contribuer à réduire considérablement l’entassement sans fin des déchets produits. Klaus Töpfer, ministre de l’environnement, a calculé que le poids des déchets dus aux seuls emballages serait réduit de 50 % d’ici 1996. (Source : Süddeutsche Zeitung, Allemagne)

Révolution verte
Selon un rapport de l’institut Worldwatch, les questions écologiques conduiront à une nouvelle révolution industrielle. La nécessité de poursuivrele développement d’une manière qui préserve l’environnement modèle déjà l’économie mondiale. L’année 1990 a vu 200 milliards de dollars consacrés aux biens et services écologiques. Selon ce rapport, « le coût provoqué par l’exigence d’une révision de l’équipement industriel de base, et la création de nouvelles industries, s’élèvera à des milliers de milliards de dollars. »  »Selon toute probabilité, dans le futur, les industries ne prospéreront plus selon le schéma traditionnel consistant à vendre des quantités énormes de produits fabriqués en série, mais plutôt en répondant, le plus efficacement possible, aux besoins du consommateur : par exemple en proposant une fourniture d’énergie plutôt que de l’électricité, une information plutôt qu’un journal, et une protection pour les cultures plutôt que des pesticides », indique le rapport. (Source : Los Angeles Times, E. U.)

Impression verte
En Autriche, un magazine de programmes de télévision tirant à 1,8 million d’exemplaires, sera imprimé en grande partie sur papier recyclé blanchi sans chlore. Cela permettra d’épargner des tonnes de bois et de réduire la pollution de l’eau et de l’air. (Source : Salzburger Nachrichten, Autriche)





Citation

Home Une compréhension objective

par Cyrus Eaton

« Confronté à une autodestruction imminente, l’homme doit se mettre du côté de la raison, et substituer une compréhension objective à la haine aveugle. »




Home La crucifixion de l'égo

par Baghavan Sri Sathya Saï Baba

« Le seul objet de votre incarnation est la crucifixion de l'égo sur l'autel de la compassion, et c'est par le service que cela peut être le mieux accompli. »




Home Extrait du message n° 137

par Maitreya

« Nombreux sont ceux qui voient le chemin, tiennent devant les hommes la lumière de la vérité, leur enseignant le Partage, l’Amour, à chérir et à faire confiance. Beaucoup sont maintenant éveillés à ces divins aspects et réclament la restructuration de votre monde. Ma force est derrière eux. Mon Amour les inspire. Ma Volonté les guide. C’est ainsi que je vous conduis vers ce nouveau. »





Courrier des lecteurs

Home Une journée à Fribourg

Cher Monsieur,

Le mercredi 17 mars 1993, après avoir passé une journée à Fribourg, j’ai voulu prendre le bus pour rentrer chez moi. Mais comme il y avait près d’une heure d’attente, je décidai de prendre un café. En sortant de l’établissement, je vis une jeune femme vêtue d’un ensemble rouge vif. Je ne pus m’empêcher de sourire en la regardant. Soudain, j’ai remarqué qu’un homme se tenait à mes côtés. Lui aussi regardait cette femme en souriant. Il me dit alors : « En fait, vous êtes plus belle. » Comme je restais interloquée, il répéta : « Oui, en fait, vous êtes plus belle. » Je levai les yeux vers lui et lui demandai à voix basse : « Vous le pensez vraiment ? » Il me regarda dans les yeux et je plongeai dans un regard prodigieusement rayonnant. J’étais profondément émue. Ses yeux étaient de couleur sombre, presque noirs, et ils brillaient d’une façon inimaginable. Son visage était extrêmement beau. Personne ne m’avait jamais regardé avec tant d’amour et de chaleur. D’une voix très tendre il répéta : « En fait, vous êtes plus belle. Vous avez surmonté tout ce qui l’attend encore. » L’homme mesurait environ 1,80 m et était élégamment vêtu d’un élégant costume de drap anglais. J’étais comblée et ne savais plus que dire. Je sentais mon cœur déborder de béatitude et de joie, tandis qu’une énergie inconnue inondait mon corps. Je m’éloignai sans me retourner. Plus tard, j’ai réalisé que j’avais rencontré un être extraordinaire. Je n’osais penser qu’il pût s’agir de Maitreya en personne, car je ne suis qu’une femme très ordinaire, âgée de 78 ans. Je devrais pourtant mentionner que depuis 35 ans, je m’intéresse à la littérature ésotérique. Par exemple, j’ai lu tous les livres de Benjamin Creme.

Plus que toute autre chose au monde, j’avais souhaité rencontrer Maitreya au cours de cette incarnation, et le fait que mon vœu se soit réalisé me rend si heureuse que je n’ai aucun mot pour le dire.

F. P.-M, St Märgen, Allemagne

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait bien de Maitreya.


Home « L’eau miraculeuse » de Tlacote

Cher Monsieur,

Un agent immobilier dénommé Juan, établi à Chapala, au Mexique, m’a fait part de son expérience relative à « l’eau miraculeuse » de Tlacote.

En novembre 1991, Juan avait eu une attaque qui l’avait laissé dans l’incapacité de marcher et aveugle d’un œil. Après l’avoir opéré, les chirurgiens avaient déclaré qu’il ne pourrait plus jamais marcher et qu’il ne recouvrerait pas la vue. Ils avaient également indiqué qu’un de ses reins ne fonctionnait plus. Un cousin de Juan, demeurant à Monterey, lui expliqua comment l’eau de Tlacote lui avait rendu la vue. Juan prit de cette eau, et se remit à marcher. Chaque jour, sa femme lui pulvérisait de l’eau dans le dos, à proximité du rein malade. Après une semaine, les médecins qui l’examinèrent déclarèrent que son rein fonctionnait à nouveau et lui demandèrent quel traitement il avait suivi. Il ne leur parla pas de l’eau, pensant qu’ils ne comprendraient pas. Juan marche maintenant. Il boite, mais n’est plus invalide. Sa femme lui instille quotidiennement quelques gouttes dans l’œil. Il affirme ressentir une amélioration et espère recouvrer totalement la vue.

Juan m’a également raconté qu’une multitude de gens viennent des États-Unis pour se procurer de l’eau, certains même en hélicoptère, et que les files d’attentes sont très longues. Toutefois, la procédure est plus rapide pour les étrangers et pour ceux qui ont un diagnostic de leur médecin.

Cordialement.

H. J. C., Vista, Chapala, Jalisco, Mexique




Home Transformation de nuages

Cher Monsieur,

Le 17 décembre 1990, mon fils âgé de 15 ans et moi-même avons été témoins d’un spectacle stupéfiant alors que nous étions sortis apprécier la tranquillité d’un soir d’hiver. La lune qui se trouvait très bas dans le ciel était exceptionnellement grande, magnifique, ornée d’un halo orange, sans toutefois être aveuglante. Le paysage rappelait plutôt un coucher de soleil hivernal. Quelques nuages disparates disparurent soudainement, révélant l’énorme lune orange en toute clarté. Il n’y avait ni vent ni bruit, et alors que je pensais que ce spectacle rappelait un décor de théâtre, des nuages bleutés et sombres se rassemblèrent rapidement à la base de la lune et s’étirèrent pour former une scène. Sans crier gare, les nuages commencèrent à s’élever verticalement en une colonne torsadée, comme le génie s’échappant de la lampe dans les contes des mille et une nuits. Lorsque cette colonne de nuages arriva aux trois quarts de la hauteur de la lune, les nuages commencèrent à s’étaler, pour finalement prendre la forme d’un ange : un homme aux cheveux longs, aux pommettes saillantes, au nez fin, les mains écartées avec les paumes tournées vers le haut. Ses ailes repliées étaient si bien dessinées que l’on pouvait en distinguer les plumes. Les nuages formant cet ange parurent alors redescendre et se fondre à nouveau dans le décor. Ils ne se disloquèrent pas, mais reprirent leur place dans le sens inverse.

Une autre volute s’éleva à nouveau pour finalement former la classique forme du « champignon » consécutif à une explosion nucléaire. Celui-ci, à son tour, reprit sa place dans le décor. Sur la partie droite, au centre de la scène, un autre nuage commença à s’élever, se transformant finalement en une croix immense plus grande que la lune. C’était une forme solide aux contours bien définis, se terminant en pointe et ayant une apparence métallique grisâtre. Puis la base de la croix explosa, s’effondra sur elle-même pour réintégrer la scène.

Une nouvelle colonne tournoyante s’éleva alors et prit la forme d’un aigle ayant la tête tournée vers la gauche. L’aigle inclinait la tête d’un air triste et abattu comme s’il venait d’être très sévèrement battu. Les plumes de ses ailes à demi déployées étaient ébouriffées ou à moitié arrachées. Comme précédemment, cela redescendit se fondre dans la scène.

Ce fut le dernier tableau. La séquence entière, la formation de la scène, l’ange, le « champignon », la croix et finalement l’aigle, dura environ une minute et demie. Nous avons continué à regarder un moment, mais tout était redevenu normal.

J’étais absolument stupéfaite ! Abasourdie ! Transportée de joie et pourtant étrangement calme. Mes premières pensées à la vue de tout cela furent de me demander : Pourquoi moi ? Pourquoi me montre-t-on cela ? Que dois-je en faire ? Était-ce un avertissement de ce qui pouvait se passer - de la guerre du Golfe, peut-être ?

Ayant été témoin de la transformation de ces nuages en images si parfaites, je ne doute plus que quelque chose existe, qui soit également conscient de ce qui se passe dans le monde... et je dois faire preuve de patience et essayer de découvrir ce dont il s’agit.

E. P. H., West Yorkshire, G.-B.

Mon Maître confirme l’authenticité de cette vision extraordinaire, créée par Maitreya. De nombreuses personnes ont pu l’observer simultanément dans un grand périmètre. Benjamin Creme.



Esotérisme

Home Les qualités du disciple (5)

La sérénité

par Aart Jurriaanse

La sérénité

Il faut clairement distinguer la sérénité de la paix. La paix est un état de nature temporaire, se référant au monde des sensations, monde particulièrement sensible aux perturbations. A partir du moment où il y a progrès, dans quelque domaine que ce soit, il est inévitable que chaque pas en avant s’accompagne de modifications d’état engendrant une perturbation. L’évolution conduit inévitablement à des moments de crise, où un état antérieur se fracture, et se trouve remplacé par un nouvel état. De tels changements créeront des perturbations et ne se caractériseront pas par la paix, mais le disciple doit apprendre à en faire l’expérience en toute sérénité.
Afin de développer un état de sérénité, le disciple doit préalablement assurer le contrôle de son corps astral, car la sérénité est ce calme profond, dépourvu de toute perturbation émotionnelle, qui distingue le disciple dont le mental se trouve « constamment maintenu dans la lumière ». Quand bien même des activités violentes caractériseraient-elles sa vie physique, ou verrait-il ses projets bouleversés par des circonstances imprévues, rien ne devrait perturber le disciple qui se tient « fermement établi dans la conscience de l’âme ».
La sérénité s’accompagne fréquemment de la joie, qui dénote une vie prise en charge par l’âme.

Le désintéressement

La formation spirituelle a pour principal objectif de doter les disciples de capacités de service accrus. Cela revient à jeter des ponts, facilitant l’approche de l’humanité par les Maîtres, et produisant ainsi des instruments utilisables pour le service désintéressé.
Le désintéressement doit profiter à autrui ; il dénote cette compréhension aimante du disciple qui s’identifie aux autres plutôt qu’à ses propres intérêts.
Ainsi le disciple doit-il apprendre à servir avec une totale abnégation de lui-même. Il doit s’efforcer d’atteindre le stade du complet oubli de soi, oublier le passé et son lot de souffrances et de joies. Il devrait oublier le soi personnel, avec ses revendications matérielles et émotionnelles, et simplement chercher à vivre une vie de service, joyeuse et équilibrée. Il doit apprendre à servir sans penser à soi, en répandant force et amour sans faire référence à soi-même ni en cœur ni en esprit, servant simplement en tant qu’âme, « ne possédant ni n’exigeant rien pour le soi séparé » ; devenant simplement un canal désintéressé pour l’Amour et la Lumière.





Forum Partage

Home Il y a de grandes chances…

Source : The Independent

Le 9 avril dernier, vendredi saint, le journal britannique The Independent a publié un article sur le Christ sous le titre : « Un prophète artiste peintre affirme que nous avons de grandes chances de voir apparaître publiquement Maitreya, l’Instructeur mondial. » L’article commençait par la citation de la Bible suivante : « Vous, gens de Galilée, pourquoi restez-vous les yeux fixés sur le ciel ? Le même Jésus qui vous est enlevé pour aller aux cieux, en reviendra de la même manière. » Plus loin dans le même article, on peut lire : « Mais il se peut qu’il vous revienne avant la fin de l’année, (…) Benjamin Creme affirmant que cette année pourrait être celle de la réapparition du Messie. « Il y a de grandes chances (…) car il fait des apparitions de plus en plus nombreuses ces derniers temps », a déclaré M. Creme. »




Home Correspondance du Canada

Mikhaïl Gorbatchev s’est récemment rendu au Canada à l’invitation du Centre international de l’Université de Calgary, afin de soutenir l’action de la Fondation internationale pour les études socio-économiques et politiques. Patricia Adams et Diana Holland, deux correspondantes de Share International, ont assisté à l’allocution de M. Gorbatchev. Au cours de la réception qui a marqué la fin de la conférence, nos correspondantes ont pu s’entretenir avec Irina Gorbatchev Virganskaya (la fille de M. Gorbatchev) et lui ont présenté notre magazine. Elles lui en ont remis un exemplaire qu’elle a promis de transmettre à son père. Nos correspondantes ont également pu échanger quelques mots avec M. Gorbatchev lui-même. « J’ai pu indiquer à Irina Gorbatchev la prévision indiquée dans Share International, selon laquelle son père serait un jour rappelé au pouvoir afin de superviser l’économie et la défense », nous a précisé Diana Holland. Un exemplaire du magazine a également été remis à un proche collaborateur de Mikhaïl Gorbatchev. « Je suis certaine qu’il le lira attentivement », affirme Diana Holland.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017