DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1993

Extraits de la revue
Partage international

Mai 1993 - N° 57

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Faits et prévisions


  • Citation


  • Courrier des lecteurs


  • Esotérisme


  • Forum Partage




L'article du Maître

Home Un avenir de liberté et de justice

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme
 
Rarement, jusqu’à ce jour, le monde n’avait semblé confronté à tant de problèmes. A travers le globe, dans chaque pays ou presque, sont à l’œuvre des forces qui perturbent tout équilibre et toute sécurité. Le chaos et la confusion font régner la terreur à une échelle sans cesse croissante. Des millions d’hommes ploient sous le joug de la pauvreté la plus abjecte, tandis que des nations entières sont en proie aux convulsions du changement.
 
C’est dans ce monde en ébullition que le Christ est venu. En arrière-plan des bouleversements en cours et à l’insu de la plupart, il agit, guidant et consolidant les forces du bien pour assurer leur triomphe ultime. Si peu qu’il y paraisse, un nouvel ordre se crée à partir de ces forces en conflit, une vie nouvelle surgit sur les cendres des formes qui disparaissent.
 
Tandis que la quête du profit se répand tel un cancer sur le globe, distillant son poison dans les relations humaines, économiques et politiques, les responsables prennent de plus en plus conscience de ce problème et cherchent à mettre en place de nouveaux modes d’échanges commerciaux.
 
Tandis que des hommes ambitieux et cruels détruisent leurs pays en ravivant les feux de la haine qui somnolaient dans le cœur de leurs peuples, une volonté nouvelle de venir en aide aux victimes et de contrecarrer l’agression s’affirme dans le forum des nations.

L'homme n'est pas seul
 
Le Christ, quant à lui, reste toujours aux commandes. Seul l’accomplissement de la Loi limite son champ d’action. A chaque instant, ses forces sont en éveil, prêtes à intervenir si un fardeau trop lourd menace d’anéantir la cause de l’humanité.
 
Prenez donc courage, et sachez que ces jours de conflit et de crainte prendront fin, que les longues souffrances de l’homme s’achèveront bientôt. Prenez courage, et sachez que l’homme n’est pas seul, que ses Frères aînés sont à ses côtés dans chacun des épisodes douloureux qu’il traverse.
 
Construire l'avenir
 
Préparez-vous, maintenant, à voir et à construire l’avenir. Imaginez-le dans vos aspirations les plus élevées, et étreignez cette vision. Apprenez à faire preuve de détachement au sein du chaos actuel, et n’augmentez pas de vos propres peurs la pénombre ambiante. Plus proche que vous ne le pensez est le jour des réjouissances ; la haine, elle aussi, suit son cours, et se dissipe avec le temps.
 
Eveillez-vous, bientôt, au jour nouveau. Polissez, toujours plus, chaque belle aspiration. Une nouvelle lumière, la Lumière du monde, est maintenant, une fois de plus, parmi vous. Révélez cette lumière croissante qui pénètre tous les êtres sensibles, et venez à bout des déséquilibres du passé.
 
Nous veillons, nous attendons, nous sommes avec vous. Chaque jour qui passe nous rapproche de vous. Quand vous nous verrez, vous saurez que le moment est venu de travailler ensemble pour sauvegarder la race humaine : il ne faut plus laisser les « forces du marché » barrer la voie à l’homme dans son ascension. Il ne faut plus que la cruauté et l’ambition tiennent la vie des gens sous leur emprise. Il ne faut plus jamais que des millions d’hommes meurent de faim dans un monde d’abondance. Il ne faut plus que l’avenir des jeunes soit bradé par-dessus leur tête. C’est un futur de liberté et de justice qui point à l’horizon. Acceptez-le, acceptez-le.
 

Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.

 





Home « Un enfant les conduira... »

L’année dernière, Severn Suzuki, une petite canadienne de 13 ans, a fondé un club écologique dans son école. Elle avait entendu parler de la conférence de Rio et voulait y assister. En quelques semaines, elle réussit à récolter 13 000 dollars, suffisamment pour payer son voyage et celui des membres de son club. Le groupe a pris une part active au forum des ONG (le Sommet du peuple) qui s’est tenu en marge du Sommet de Rio. James Grant, le directeur de l’Unicef, l’ayant entendue s’exprimer au forum des ONG, a demandé au secrétaire général de la conférence de placer la petite Severn sur l’agenda officiel du Sommet de la Terre. Ce qui suit est la transcription de l’intervention de Severn Suzuki devant les délégués du Sommet de la Terre.

Je m’appelle Severn Suzuki et je parle au nom de ECO (Organisation écologique des enfants). Nous sommes un groupe d’enfants de 12 et 13 ans qui tentons de changer les choses. Nous avons nous-mêmes récolté l’argent qui nous a permis de faire ce voyage de 8 000 km afin de vous dire, à vous les adultes, que vous devez changer votre comportement. Je suis venue ici sans but caché. Je me bats pour mon avenir. Si je pers mon futur, ce n’est pas comme perdre des élections ou quelques points en bourse. Je suis ici pour parler au nom de toutes les générations à venir. Je suis ici pour parler au nom de tous les enfants qui meurent de faim dans le monde et que personne n’entend crier. Je suis ici pour parler au nom de tous les animaux qui meurent sur cette planète parce qu’ils n’ont plus de lieu où vivre.

Aujourd’hui, j’ai peur d’aller au soleil à cause des trous dans la couche d’ozone. J’ai peur de respirer parce que je ne sais pas quels produits chimiques polluent l’atmosphère. Chez moi, à Vancouver, j’allais à la pêche avec mon papa, jusqu’à ce qu’on découvre il y a quelques années que les poissons avaient le cancer. Et maintenant nous entendons dire que des animaux et des plantes meurent chaque jour et disparaissent à jamais. Je rêve de voir dans ma vie de grands troupeaux d’animaux sauvages, des forêts vierges pleines d’oiseaux et de papillons. Mais je me demande s’ils existeront encore pour mes propres enfants.

Aviez-vous ce genre de préoccupation quand vous aviez mon âge  ? Tout cela se produit sous nos yeux, et pourtant nous agissons comme si nous avions tout notre temps et connaissions toutes les solutions. Je ne suis qu’une enfant et je ne connais pas toutes les solutions. Mais j’aimerais que vous réalisiez que vous non plus, vous n’avez pas de solutions. Vous ne savez pas comment réparer les trous dans notre couche d’ozone. Vous ne savez pas comment ramener les saumons dans nos cours d’eau morts. Vous ne savez pas comment ramener à la vie une espèce animale éteinte. Vous ne savez pas comment faire repousser les forêts qui poussaient là où il y a maintenant le désert. Si vous ne savez pas comment réparer tout cela, alors, je vous en prie, cessez de tout détruire.

Vous êtes peut-être délégués de votre gouvernement, hommes d’affaires, organisateurs, reporters ou politiciens, mais en réalité vous êtes des pères et des mères, des sœurs et des frères, des tantes et des oncles, et vous avez tous été enfants.

Je ne suis qu’une enfant, mais je sais que nous faisons tous partie d’une même famille composée de 5 milliards d’individus… mais en fait, cette famille comporte 30 millions d’espèces. Aucune frontière ni aucun gouvernement ne pourront jamais rien y changer.

Je ne suis qu’une enfant, mais je sais que nous sommes tous concernés et que nous devrions agir en tant que monde uni visant un seul but.

Malgré ma colère, je ne suis pas aveugle. Malgré ma crainte, je n’ai pas peur de dire au monde ce que j’éprouve.

Il y a tant de gaspillage dans mon pays. Nous achetons et jetons, achetons et jetons encore. Et pourtant, les pays du Nord ne sont pas prêts à partager avec ceux qui sont dans le besoin. Même lorsque nous avons plus que nécessaire, nous avons peur de partager. Nous avons peur de lâcher un peu de notre richesse.

Au Canada, nous menons une vie privilégiée. Nous avons suffisamment de nourriture, d’eau et de logements. Nous avons des montres, des bicyclettes, des ordinateurs, des télévisions. Je pourrais continuer cette liste pendant deux jours. Ici au Brésil, nous avons été choqués quand nous avons parlé à des enfants vivant dans la rue. Un enfant nous a dit : « Je rêve d’être riche pour donner à tous les enfants de la rue de la nourriture, des vêtements, des médicaments, un abri, de l’amour et de l’affection. » Si un enfant de la rue, qui n’a rien, est prêt à partager, pourquoi nous, qui avons tout, sommes-nous si avides ?

Je ne peux m’empêcher de penser que ces enfants ont mon âge, que l’endroit où on est né fait une énorme différence, que je pourrais être l’un de ces enfants qui vivent dans les favellas de Rio. Je pourrais être l’un des enfants qui meurent de faim en Somalie, ou une victime de la guerre du Moyen-Orient, ou un mendiant en Inde.

Je ne suis qu’une enfant, et pourtant je sais que si tout l’argent dépensé pour la guerre était consacré à la recherche de solutions pour l’environnement, à mettre fin à la misère, à chercher à conclure des traités, alors cette terre deviendrait un endroit merveilleux.

A l’école, et même au jardin d’enfants, vous nous apprenez la manière de nous comporter dans le monde. Vous nous apprenez à ne pas nous battre, à résoudre des problèmes, à respecter les autres, à ranger notre désordre, à partager et à ne pas être gourmands. Alors pourquoi faites-vous tout ce que vous nous dites de ne pas faire ? N’oubliez pas la raison pour laquelle vous assistez à ces conférences, ni pour qui vous le faites. Nous sommes vos propres enfants. Vous êtes en train de décider de ce que sera le monde dans lequel nous grandissons. Les parents devraient pouvoir réconforter leurs enfants en disant : « Tout va bien se passer. Ce n’est pas la fin du monde. Nous faisons de notre mieux. » Mais je ne pense pas que vous puissiez encore nous dire cela. Sommes-nous seulement sur la liste de vos priorités  ?

Mon papa dit toujours : « Tu es ce que tu fais, pas ce que tu dis. » Ce que vous faites me fait pleurer la nuit. Vous, les grandes personnes, affirmez que vous nous aimez, alors je vous lance un défi : faites en sorte, s’il vous plaît, que vos actes soient le reflet de vos paroles.




Home Le retour du Christ est-il en train de se produire ?

Le consultant américain Scott Sparrow a interrogé un grand nombre d’individus affirmant avoir personnellement rencontré le Christ. Ces « témoins » mentionnent la présence d’un être, le plus souvent reconnu comme étant Jésus, apparaissant dans leurs rêves ou dans des visions. Le nombre d’expériences recueillies par S. Sparrow laisse supposer que ces rencontres avec le Christ constituent un phénomène largement répandu, ce qui soulève la question suivante : le retour du Christ est-il déjà en train de se produire  ? Cette étude est publiée dans un ouvrage intitulé Witness to His Return (Témoignages de son retour).

Commentant le travail de S. Sparrow, Triaka-Don Smith du Réseau Spirituel Mondial déclare qu’il a personnellement interrogé, à la radio et à la télévision, plusieurs personnes ayant affirmé avoir vu Jésus dans une matérialisation physique apparemment, ou véritablement, faite de chair et d’os et qu’on aurait pu sentir au toucher. (Spiritual World Newsletter)

« Rien ne vous sépare de moi, et bientôt beaucoup en prendrons conscience. Je suis avec vous et en vous… » (Message de Maitreya n° 10). Benjamin Creme définit ces expériences comme l’un des trois moyens par lesquels Maitreya se fait connaître à l’humanité




Home Inégalité du statut des femmes

Source : Associated Press

Un rapport des Nations unies prévoit qu'à l'allure actuelle, il faudra près de mille ans aux femmes pour qu'elles possèdent, à l'échelle mondiale, la même puissance économique et politique que les hommes. Emanant de l'Organisation internationale du travail, ce rapport affirme que si le monde souhaite progresser sur le plan de l'égalité sociale, il est indispensable que les femmes occupent davantage de postes importants. Selon ce document, « les femmes ont une autre autre vision, qui, en règle générale, privilégie les aspects sociaux du développement — c'est-à-dire l'éducation, la santé, les enfants, l'environnement, la communication et la paix », alors que les hommes ont tendance à se mobiliser pour des défis économiques comme la production, la rentabilité commerciale, la finance, la technologie ou la défense nationale. A l'heure actuelle, seuls six des 179 Etats membres des Nations unies ont une femme pour chef d'Etat. Les femmes n'occupent que 3,5 % des postes ministériels à l'échelon mondial.




Home Une Église qui avait prédit le jugement dernier se dissout

Source : Associated Press

Le jugement dernier a rattrapé la plus grande des Églises sud-coréennes à avoir prédit la fin du monde pour octobre 1992. Après avoir présenté ses excuses à ses fidèles, cette Église s’est dissoute. «  Nous regrettons d’avoir causé des problèmes au pays et aux Églises établies, par notre interprétation erronée de la Bible » a communiqué l’Église de la Mission pour les jours futurs.

L’Église avait prédit que le jour du jugement dernier amènerait « l’extase », et que les justes monteraient aux cieux. Des milliers de fidèles avaient vendus leur biens, quitté leur famille, abandonné leur école, leur travail ou déserté leur poste militaire. Mais le jour J passa sans que rien ne se produise. L’Église a déclaré compter 10 000 fidèles, et que diverses autres sectes regroupaient autant de croyants dans l’approche du jugement dernier. 





Point de vue

Home La dette, l'économie de marché et la pauvreté

Cette année, les pays en voie de développement devront consacrer 20 % des profits tirés de leurs exportations au remboursement de leurs dettes. Ces dettes atteignent maintenant près de 1 300 milliards de dollars. Chaque année, 143 milliards de dollars de capital et d’intérêts arrivent à échéance. Une telle somme, représentant trois fois la totalité des aides reçues, ne peut évidemment pas être remboursée. La partie non remboursée s’ajoute donc à la dette globale.

L’Afrique sub-saharienne est particulièrement touchée. Sa dette totale a triplé depuis 1980 et s’élève maintenant à près de 175 milliards de dollars. Ce montant représente moins de 14 % de la dette totale des pays du tiers monde, mais est néanmoins trop lourd à supporter pour les fragiles économies africaines. Les pays sub-sahariens consacrent maintenant 50 % de plus au remboursement de leurs dettes qu’à la santé et l’éducation de leurs enfants. Pourtant, malgré ces sacrifices, ces pays ne peuvent rembourser qu’environ un tiers des intérêts arrivant à échéance chaque année.

Les investissements pour l’avenir sont donc compromis par les dettes du passé. Et sans ces investissements, l’instauration d’une politique économique libérale n’est guère susceptible de combler les espoirs de voir s’accélérer la croissance économique. Il a beaucoup été question d’annuler ou de réduire les dettes, et de nombreuses propositions ont été débattues et adoptées lors de rencontres, de Toronto à Trinidad. Cependant, les annulations effectives ont, jusqu’à présent, diminué les remboursements annuels de l’Afrique sub-saharienne d’environ 200 millions de dollars par an sur un total de 10,6 milliards en 1991, soit une réduction d’environ 2 %.

En dépit de ces promesses, on a constamment imposé aux nations débitrices d’accroître leurs exportations, pour qu’elles dégagent les profits devant permettre d’éponger leurs dettes. Mais du fait que les pays en voie de développement sont toujours extrêmement dépendants d’un nombre relativement limité de matières premières à l’exportation (l’Amérique latine reste aux deux tiers dépendante des matières premières et l’Afrique à plus de 90 %), il en a résulté une surproduction au niveau mondial et un effondrement des prix. La Côte d’Ivoire et le Ghana ont développé leurs exportations de cacao. La Tanzanie a fait de même pour le coton. Mais en vain. Le prix des principales matières premières en provenance des pays en voie de développement, qui s’est constamment réduit dans les années 1980, a continué à baisser de 20 % entre 1989 et 1991, et risque de se maintenir au faible niveau actuel dans un avenir prévisible. C’est dire que cette solution a surtout bénéficié aux nations industrialisées sous forme de biens de consommation meilleurs marchés. Dans l’intervalle, les dettes ont continué à s’accroître pour les pays en voie de développement.

Il est manifeste que tous ces États sont dans l’obligation de diversifier leur économie et de commencer à exporter des biens élaborés et manufacturés, en vue de réduire leur dépendance envers les articles étrangers et de se procurer des devises. Mais cela nécessite à la fois des investissements et un accès aux marchés. Et, actuellement, ces deux possibilités sont refusées, dans une large mesure, à la plupart des pays du tiers monde. L’investissement intérieur est grandement compromis par les dépenses militaires et le remboursement de la dette. Les investissements et les prêts extérieurs ont pratiquement cessé, plus de 100 milliards de dollars étant partis vers l’Europe de l’Est, ou afin d’aider la réinsertion de la Russie dans l’économie mondiale et contribuer à la reconstruction du Golfe persique. L’aide bilatérale stagne. Les investissements privés sont presque entièrement dirigés vers les autres pays industrialisés ou vers une poignée de nations d’Extrême Orient ou d’Amérique latine.

Certains pays en voie de développement commencent maintenant à acquérir les technologies qui, jumelées aux avantages d’une main-d’œuvre à bas prix et d’une abondance de matières premières, pourraient leur permettre d’augmenter leurs exportations et de créer des emplois ainsi que des revenus permettant aux populations de faire face à leurs besoins. Mais cette opportunité leur est refusée par les politiques tarifaires, les quotas et autres restrictions que leur imposent les nations industrialisées. De tels obstacles coûtent actuellement, aux pays du tiers monde, environ 50 milliards de dollars par an en perte de revenu, soit autant que toute l’aide qu’ils reçoivent. C’est pourquoi il est essentiel que les discussions en cours, sous les auspices du GATT, aboutissent à un accord permettant aux économies des pays en voie de développement d’être libérées des restrictions protectionnistes édictées par ceux qui, pendant si longtemps, leur ont vanté les mérites d’une économie libérale.

De nos jours, dans un grand nombre de pays, industrialisés ou non, ayant bénéficié d’une croissance économique rapide dans le passé, les 20 % de la population la plus déshéritée n’ont pas pris part aux bénéfices de cette croissance. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, par exemple, les années 1980 furent des années de croissance économique pratiquement continue, dont la tranche la plus pauvre de la population n’a recueilli aucun fruit. Le récent retour de l’essor économique en Amérique latine illustre également ce fait. Les réformes économiques, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, ont contribué à élever la croissance du PNB à plus de 3 % par an dans l’ensemble de l’Amérique latine. Mais, dans une nation comme le Brésil, où les revenus des 20 % les plus riches sont 33 fois supérieurs à ceux des 20 % les plus pauvres, les bénéfices d’un retour de la croissance sont partagés si inéquitablement que les plus démunis n’en retirent que peu ou pas de profit. De même au Venezuela, où la croissance économique a atteint 9 % en 1991, le niveau de vie des familles les plus pauvres n’a que faiblement augmenté et beaucoup se sont rendus compte que les dépenses nécessaires à la satisfaction de leurs besoins fondamentaux ont augmenté plus rapidement que leurs revenus.

Les liens existant entre les réformes économiques et la croissance économique d’une part, et la satisfaction des besoins fondamentaux d’autre part, ne sont donc en rien automatiques. Les politiques gouvernementales spécifiques ne sont pas seulement nécessaires, en vue de promouvoir un type de croissance correct, mais également pour traduire cette croissance en amélioration du niveau de vie des plus défavorisés. L’économie de marché n’est pas une panacée pour le progrès social. Et si les gouvernements abandonnent leurs responsabilités, il en résultera alors des sociétés où les inégalités continueront à augmenter et où la demande économique imposera sa loi, au détriment des besoins de l’homme. Il est de la responsabilité des gouvernements de venir en aide aux parents en investissant dans la santé et dans l’éducation de tous les enfants; d’instaurer une garantie afin que les besoins élémentaires des plus vulnérables soient satisfaits; de faire profiter la collectivité des bénéfices des progrès dans les connaissances humaines qui ne présentent que peu d’intérêt commercial; et d’éliminer la tendance innée des forces du marché à favoriser les personnes déjà avantagées. Les besoins fondamentaux ne seront pas satisfaits et les investissements fondamentaux ne seront pas réalisés par une quelconque main invisible.


D’après : The State of the World’s Children, Unicef, 1993





Signes des temps

Home Une eau « magique » découverte à proximité de Delhi

En septembre dernier, de l’eau s’est mise à jaillir d’un puits abandonné, à Nadana, village situé environ 150 km au nord de Delhi, en Inde. Des villageois ont affirmé avoir été guéris de maladies de peau après s’être baignés dans cette eau aux propriétés « médicinales » et « magiques ». La nouvelle s’est propagée rapidement, et les visiteurs défilent en flot continu au village pour accéder au puits. Un enfant de 5 ans, atteint de poliomyélite, aurait été guéri, pour une grande part, grâce à cette eau. D’autres personnes affirment avoir été guéries de maladies de peau. La plupart des personnes qui se sont plongées dans cette eau déclarent avoir ressenti une amélioration physique d’une sorte ou d’une autre. Le propriétaire du puits, M. Mamraj, l’un des chefs du village, déclare s’être vu offrir une grosse somme d’argent pour vendre son puits. Il a rejeté cette proposition, indiquant qu’il voulait utiliser le puits pour le bien des personnes, et non pour gagner de l’argent.




Home La Vierge Marie apparaît aux Philippines

Source : Manila Bulletin; Associated Press

Le 6 mars, environ un million de personnes se sont rassemblées dans une petite ville au nord de Manille, pour assister à une apparition de la Vierge Marie. Dans cette foule, des membres du gouvernement, des journalistes et l’évêque catholique de la région — agissant en tant que représentant du Pape — ont certifié avoir vu apparaître au-dessus d’un goyavier, durant environ cinq secondes, une silhouette représentant la Vierge Marie. Quelques minutes plus tard, des éclairs de lumières rouge, jaune et bleue apparurent, alors que le soleil se mettait à « danser ».

Ces événements se sont produits sur la colline de l’Apparition, dans la localité d’Agoo, dans la province de La Union. Un jeune visionnaire âgé de 16 ans, Judiel Nieva, affirme que la Vierge Marie lui apparaît depuis 1989 et lui transmet des messages chaque premier samedi du mois et lors de certaines fêtes religieuses. Les pèlerins se sont rendus à Agoo le 6 mars parce que le jeune homme avait déclaré que la Vierge y apparaîtrait à cette date.

Environ un mois auparavant, une statue appartenant à la famille de Judiel Nieva avait commencé à verser, régulièrement, des larmes de sang. Ce phénomène fut observé par des milliers de témoins lors d’une grand-messe, en février. Un conseiller du président a déclaré que la statue fut présentée, à deux reprises, à sa femme gravement malade. Les deux fois, elle recouvra subitement la santé. On raconte également que l’hostie consacrée se change en chair et en sang dans la bouche de J. Nieva. Un autre habitant de la région a affirmé que sa statue de la Vierge « verse également des larmes qui se transforment en sang par la suite ».

La veille de l’apparition de la Vierge à Agoo, des milliers de fidèles des environs ont vu le soleil « danser » dans le ciel. Un correspondant du Manila Bulletin qui couvrait ces événements, a déclaré avoir personnellement observé « le soleil danser et tourner dans le ciel, pendant à peu près 15 minutes ». Ce même jour, lors de la veillée, des témoins ont vu, en direction de l’est, trois étoiles brillantes alignées juste en dessous de la constellation de la Grande Ourse. Selon des observateurs, le lendemain à l’aube, le jour de l’apparition de la Vierge, le soleil « a bougé ou dansé » de nouveau durant quelques secondes.

Le 6 mars à midi, entouré d’une foule immense, le père Roger Cortez célébra la grand-messe sur la colline de l’Apparition. Après qu’il eut demandé le silence et suggéré à la foule des fidèles de sentir la présence du Christ dans leur cœur, une silhouette de la Vierge Marie apparut au-dessus du goyavier pendant quelques secondes. D’après le Manila Bulletin, environ 10 minutes plus tard, alors que Judiel Nieva lisait un message qu’il avait reçu de la Vierge Marie, « des lumières de différentes couleurs se mirent à fuser en provenance de différents points du ciel, en direction du soleil ». Le jeune voyant a déclaré que, dans son message, la Vierge Marie demandait aux catholiques de prier pour les enfants de la Somalie ravagée par la famine. J. Nieva a ajouté que la prochaine apparition aurait lieu le 8 septembre, et qu’alors « la Sainte Vierge disparaîtrait pour toujours ».

De hauts représentants du pays, parmi lesquels le porte parole de la Chambre et le président par intérim du Sénat, ont certifié la véracité de l’événement d’Agoo. Un journaliste, Mon Francisco, a déclaré sur radio DZXL qu’il avait vu la silhouette d’une femme portant une ceinture sombre. Il a expliqué qu’il ne s’attendait pas à voir l’apparition et qu’il « n’avait pas été victime d’une hallucination ». Monseigneur Salvador Lazo, évêque catholique de la province, a également observé le phénomène et mis sur pied une commission chargée d’enquêter, de rassembler des preuves et des témoignages sur cet événement, et d’en faire un rapport au Vatican. Un grand nombre de guérisons miraculeuses ont été attribuées à une source située à l’endroit de l’apparition. Partout aux Philippines, les médias ont accordé une très grande attention à ces événements, qui ont été repris par l’Associated Press

Le Maître de Benjamin Creme confirme l’authenticité de ces événements à l’exception de l’affirmation selon laquelle « la Sainte Vierge disparaîtrait pour toujours ».



Faits et prévisions

Home Israël est « prêt au compromis »

« Les pourparlers de paix au Moyen-Orient se poursuivront… » (le collaborateur de Maitreya, P.I., janvier/février 1992)

En dépit d’une situation agitée au Moyen-Orient, il existe des signes encourageants pour la poursuite des négociations:

• Après avoir rencontré le président Clinton, le premier ministre Itzhak Shamir a déclaré que son pays était « prêt au compromis » et a offert de restituer une partie du Golan à la Syrie. Ces propos vont à l’encontre ses promesses électorales. Il avait en effet déclaré qu’Israël ne devrait jamais se retirer complètement de la région. Le président Clinton a confirmé qu’il voyait I. Rabin prêt à prendre « des risques pour la paix ».

• Un membre important du gouvernement israélien a proposé que la bande de Gaza soit remise à l’OLP, ce qui constituerait la première étape de l’édification d’un État palestinien. Yossi Sarid, leader du bloc Meretz, a en effet soutenu que Gaza pourrait devenir une « catapulte politique » accélérant le règlement de la question palestinienne. Il pense que si l’OLP prenait possession de Gaza, ses leaders mettraient tout en œuvre pour débarrasser l’organisation de ses éléments terroristes afin d’assurer la sécurité de leur propre peuple dans leur nouveau pays.

• Israël vient d’élire son septième président, un ardent partisan de la paix avec les Arabes et des négociations avec l’OLP. Ezer Weizman, membre du parti travailliste au pouvoir de Itzhak Rabin, a été élu avec un large soutien des partis de gauche et des parlementaires religieux. Bien que le président ait surtout une fonction honorifique, on s’attend à ce qu’il utilise sa nouvelle position pour défendre énergiquement la paix et les négociations. Il est fortement partisan de la création d’un État palestinien.




Home La démocratie

« L'« aura » de la démocratie va commencer à se répandre dans toute l’Amérique latine. » (novembre 1988)

Mexique — Mexico, une des plus grandes villes du monde, a récemment organisé son premier référendum au sujet de réformes démocratiques. Avec 9 millions d’habitants, le district fédéral de Mexico, est placé sous la tutelle directe du gouvernement mexicain qui désigne son maire. L’Assemblée des représentants de la ville, bien qu’élue, ne dispose que d’un pouvoir consultatif. Organisé par une coalition d’associations et de partis d’opposition, ce vote sans valeur juridique avait pour but de demander que le maire soit élu, que le congrès dispose de véritables pouvoirs et que la capitale devienne le 32e état du pays. « Si le gouvernement est démocratique comme il le prétend, il n’a pas d’autre alternative que d’écouter le peuple », a déclaré un électeur. La faible participation des électeurs n’a pas découragé les organisateurs qui restent optimistes sur l’évolution générale du pays vers une plus grande démocratie.




Home Rassemblement pour la paix

Source : Associated Press

« En Irlande, la voix du peuple insiste pour que les pourparlers se poursuivent et qu’une solution soit trouvée afin de mettre fin à la violence sectaire régnant dans cette malheureuse province. » (septembre 1991)

Vingt mille Irlandais se sont rassemblés à Dublin pour manifester en faveur de la paix et contre l’IRA, dont les bombes ont récemment tué deux enfants à Warrington, en Angleterre. Cette manifestation et plusieurs autres qui se sont déroulées récemment, montrent combien le public se sent concerné par ce conflit ayant tué 3 053 personnes en 23 ans. Susan McHugh, organisatrice du rassemblement, a déclaré que la majorité du pays veut que la guerre cesse. « Trop, c’est trop. Nous ne voulons plus d’autres morts. Nous voulons un cessez-le-feu. »

Bien qu’on ne s’attende pas à ce que ces manifestations changent la situation du jour au lendemain, elles prouvent au reste du monde que ce pays de 3,5 millions d’habitants à forte majorité catholique n’offre que très peu de soutien à l’IRA, organisation pourtant catholique, agissant principalement en Irlande du Nord, à forte majorité protestante.

Gordon Wilson, un protestant vivant à Enniskillen, en Irlande du Nord, dont la fille a été assassinée par l’IRA il y a cinq ans, dirige un groupe ayant demandé à rencontrer directement l’IRA, pour négocier en faveur de la paix. Contrairement à toute attente, l’IRA a accepté cette proposition de s’asseoir à la table des négociations et de parler de la fin du conflit.

Quelques uns des amis protestants de G. Wilson ne comprennent pas comment il peut s’asseoir à la même table que ses ennemis, mais il a rétorqué: « J’ai dit depuis le jour où ils (l’IRA) ont tué ma fille que je devais suivre la loi de Dieu et non celle des hommes. Il nous enseigne que nous devons pardonner à ceux qui nous ont offensés. »

« Gordon essaie d’obtenir une conversion — un changement fondamental — de leur philosophie meurtrière. Si quelqu’un peut y parvenir, c’est bien lui, car il a la foi », a déclaré un prêtre d’Enniskillen.




Home De nouvelles formes de gouvernement apparaîtront

« Le manque de flexibilité en matière politique et religieuse disparaîtra. De nouvelles formes de gouvernement apparaîtront à travers le monde. Partout, les gouvernements devront écouter le peuple. » (septembre 1988)

« En Afrique, les dictatures militaires arrivent à leur terme. A l’avenir, tous les nouveaux états indépendants seront placés sous tutelle des Nations unies pendant une période probatoire, afin de s’assurer qu’ils ne succombent pas au totalitarisme ou à la dictature militaire. » (mars 1991)

Lesotho — Après presque un quart de siècle de dictature militaire, cet État enclavé dans l’Afrique du Sud a rétabli la démocratie. Le Basuto, parti du congrès dirigé par Ntsu Mokhehle, a remporté les élections à une écrasante majorité. Les élections précédentes, en 1970, avaient été interrompues au moment où N. Mokhehle semblait devoir l’emporter.

Niger — Le Niger a choisi Mahamane Ousmane comme nouveau président. Figure de proue du mouvement pour la démocratie, il est le premier président à être élu démocratiquement depuis 1960.

Corée du Sud — Le nouveau président Kim Young Sam s’est attelé sans retard à instaurer des réformes démocratiques :
• Devant se débarrasser d’un legs issu de 32 ans de gouvernements militaires largement corrompus, le président Kim a commencé par limoger deux très hauts gradés liés aux régimes précédents, ainsi que trois ministres accusés de graves manquements à leurs devoirs.
• Il a libéré 42 000 prisonniers politiques.
• Il a imposé la première mesure d’une série de sanctions économiques à l’encontre de la Corée du Nord, qui seront probablement appliquées jusqu’à ce que ce pays revienne sur sa décision de se retirer du Pacte de non-prolifération nucléaire.
• Des projets à l’étude visent à réduire l’importance du service de renseignements de l’armée et du célèbre bureau pour le Plan de sécurité nationale, qui espionnait les citoyens soupçonnés d’activités anti-gouvernementales. Le président Kim a en outre réclamé la libération des prix, des mesures sévères contre la fraude fiscale, une baisse du taux de base bancaire et une augmentation des subventions en faveur de la recherche et du développement.
Le peuple soutient son nouveau président avec enthousiasme et apprécie ses efforts en vue de créer un gouvernement propre et démocratique.

Andorre — La petite principauté européenne a rejoint les rangs des nouvelles démocraties. Les électeurs ont voté en masse en faveur d’une nouvelle constitution démocratique qui transformera profondément la vie quotidienne sur ce territoire encore largement administré selon des dispositions féodales. Les premières élections se tiendront en décembre et le pays posera immédiatement sa candidature pour rejoindre les vingt-six membres du Conseil de l’Europe. Depuis 715 ans, Andorre est une co-principauté sous la souveraineté conjointe du président de la République française et de l’évêque de la Seu de Urgel, ville espagnole proche. Cette nouvelle constitution permettra à Andorre de mener sa propre politique étrangère et de devenir membre des organisations internationales.




Home L’environnement deviendra la priorité

« L’environnement deviendra la priorité « numéro un » dans le monde entier. » (juin 1989)

La protection des forêts — Plus de 4 millions de dollars ont été récoltés en Suisse pendant une campagne du WWF (World Wildlife Fund) pour la protection des forêts tropicales dans le monde. Les enfants et les jeunes ont réuni à eux seuls plus de la moitié de cette somme. Les écoliers de la ville de Winterthur sont arrivés à réunir près de 150 000 dollars en une journée. Parents, amis et entreprises avaient été sollicités pour parrainer chaque kilomètre parcouru par les participants à ce marathon. Les 330 enfants ayant pris part à la marche ont couvert 5 000 km en 4 heures. Bien que les prévisions des sponsors aient été largement dépassées, tous ont tenu leurs engagements financiers. (Source : Tages Anzeiger, Suisse)

Le coton teinté d’origine — En Californie, un cultivateur a créé des variétés de coton brun caramel et vert sauge, rendant ainsi inutiles les procédés de teinture coûteux et nuisibles à l’environnement. Depuis qu’elle a mis son coton sur le marché, Sally Fox, propriétaire de Naturally Cotton Colours Inc, est inondée de commandes provenant de grands fabricants de vêtements tels Levi Strauss et Esprit. Ce nouveau coton naturellement teinté a été l’occasion de mettre en évidence les désavantages des procédés de teinture traditionnelle: les coûts, les nombreuses substances toxiques utilisées ainsi que les problèmes posés pour leur élimination. Les créateurs européens sont déjà enthousiasmés par ces cotons teints naturellement.





Citation

Home La contemplation

par le Mahatma Gandhi

« Souvenez-vous du visage de l'homme le plus pauvre et le plus faible que vous ayez jamais vu, et demandez-vous si ce que vous êtes en train de contempler sera de quelque utilité pour lui. Y gagnera-t-il quelque chose ? Cela lui rendra-t-il le contrôle de sa vie et de sa destinée ? En d'autres termes, votre contemplation apportera-t-elle la liberté aux millions d'individus affamés de nourriture terrestre ou spirituelle ? »





Courrier des lecteurs

Home « Le travail avec Maitreya est bien, aussi. »

Cher Monsieur,

En février, je me suis rendu avec des amis à l’ashram de Sri Premananda à Trichy, au Tamil Nadu, en Inde, à l’occasion de la fête du Maha Shivaratri. Il me semble que d’après les informations de M. Creme, Sri Premananda est la réincarnation de Vivekananda. Sri Premananda est un grand homme, mais il est très amical. A l’ashram, il fait lui-même la cuisine pour les autres. Parfois, il demande au cours du repas: « C’est bon ? Ça va ? » Nous avons pu avoir un entretien de quelques minutes avec lui après le Shivaratri. Un de mes amis, M. Tahara, lui a posé une question au sujet de sa méditation personnelle: « Pourriez-vous m’indiquer une forme de méditation qui me soit adaptée ? — Quelle forme de méditation pratiquez-vous ? — La méditation Transcendantale. — C’est une bonne forme de méditation. » Et soudain, Sri Premananda a ajouté dans un sourire: « Le travail avec Maitreya est bien, aussi. » Nous fumes très surpris par cette remarque et expliquâmes que nous étions impliqué dans le travail de Share International. Il répéta alors la même phrase: « Le travail avec Maitreya est bien, aussi. » Nous n’avons pas posé d’autres questions, mais j’avais reçu la réponse que je souhaitais.

T. M., Japon





Esotérisme

Home Les qualités du disciple (4)

La simplicité et le détachement

par Aart Jurriaanse

La simplicité

La vie moderne tend à devenir de plus en plus complexe, mais le disciple ne devrait jamais laisser cette complexité le conduire à l’agitation. Le secret consiste à cultiver une simplicité de pensée, en observant systématiquement une attitude d’acceptation et de complet abandon à la volonté de l’âme qui, en ce qui concerne l’individu, représente la Volonté de Dieu.

La simplicité consiste à adopter une perspective unique, libre des illusions produites par les confusions du mental créateur des pensées; la simplicité représente la clarté du dessein, et la constance dans l’effort, ainsi que la préservation des complications qu’apportent questions ou introspections injustifiées. La simplicité signifie une vie de sacrifice aimant, dans l’oubli de la demande ou de l’attente de quoi que ce soit en retour. En résumé, la simplicité consiste simplement à suivre les ordres de l’âme. Dans la pratique, le disciple démontrera cette qualité par son esprit de bonne volonté, et de coopération, ainsi que par sa compréhension aimante mais intelligente envers tout ce que lui présente la vie et la destinée.

La période actuelle se caractérise par un matérialisme d’une ampleur inconnue jusqu’à présent, et dont, pour le salut de l’humanité, on espère qu’elle ne sera jamais plus égalée. De nos jours, la valeur de l’homme s’évalue souvent en termes de possessions, et chez beaucoup, il existe une tendance à repousser les valeurs spirituelles en arrière plan. Heureusement, ces tentatives de dénigrement de ce qui est spirituel échoueront toujours. L’homme évolue sur le sentier de la Lumière, et ces périodes ne représentent que de simples phases dont l’humanité doit faire l’expérience, afin de reconnaître par elle-même l’inutilité et la futilité des possessions matérielles pour lesquelles l’homme s’est battu avec tant de passion. Aussi compte-t-on maintenant sur un retour progressif à un genre de vie plus simple — les possessions sous toutes leurs formes faisant l’objet de moins d’attention — et sur un regain d’intérêt pour le progrès spirituel.

Le détachement, l’impersonnalité et l’acceptation

Sur son sentier d’évolution, le disciple doit apprendre à utiliser avec le plus d’efficacité possible les précieux outils que sont l’art du détachement, de l’impersonnalité et de l’acceptation. Le travailleur doit apprendre à se tenir à l’écart, et à conserver toute indépendance vis à vis de ce qu’il essaie de créer. Il doit apprendre à cultiver une attitude de spectateur et d’observateur silencieux. Le détachement mental lui permettra d’obtenir une vision calme et impersonnelle de ce qu’il souhaite accomplir.

Il ne faut pas considérer ce détachement comme une forme d’autoprotection, d’auto-immunisation ou de réserve, mais comme une tentative en vue d’acquérir une véritable vision d’ensemble et une juste perception des valeurs en jeu, telles qu’elles apparaissent depuis le niveau de l’âme; car ce n’est que depuis cette altitude qu’il sera possible de considérer la situation et les personnes comme elles sont en vérité, avec leurs faiblesses et leurs vertus, leurs aspects divins ou humains. Et ce n’est qu’en observant cette attitude que l’homme pourra se soustraire aux réponses violentes, émotionnelles et mentales, aboutissant inévitablement à un discernement faussé. Il est naturellement possible d’observer un détachement de manière excessive, et d’en faire un défaut, aussi revient-il au véritable serviteur du Plan de trouver la juste mesure et de cheminer sur le sentier du milieu.

Pour le disciple, obtenir la véritable impersonnalité et le détachement signifie s’élever au dessus des problèmes de la personnalité et se trouver dorénavant capable de travailler depuis le plan de l’âme. Ayant appris l’acceptation, il peut affronter toutes les situations dans un esprit d’amour, et refuser toute action précipitée qui pourrait permettre à un certain séparatisme de s’insinuer dans ses relations avec son prochain. Cette attitude conduira inévitablement au véritable service et à l’accomplissement de cette partie du Plan dont il est responsable.

L’impersonnalité s’obtient par l’élimination de toute ambition personnelle et de l’amour du pouvoir. Cela implique l’abandon de nombre des idées auxquelles nous sommes attachées, l’abandon de qualités difficilement acquises, d’idéaux soigneusement entretenus et de croyances fermement ancrées, ainsi que l’acceptation de la situation telle qu’elle se présente.

Un moyen contribuant fortement à obtenir l’impersonnalité consiste à cultiver une attitude d’« indifférence divine » envers les désirs de la personnalité, dans les rapports humains, et vis à vis des objectifs. L’acceptation implique le contrôle émotionnel; obtenir ce contrôle est une des tâches les plus difficiles que doit affronter le disciple en évolution, et demande généralement beaucoup de temps. Toutefois, une fois atteint, ce contrôle émotionnel justifiera tous les efforts développés.

Le disciple n’atteindra pleinement cette « divine indifférence » que lorsqu’il sera clairement conscient de sa propre dualité, et percevra que l’âme constitue le véritable Soi et que son corps matériel n’est qu’un instrument à vocation temporaire; lorsqu’il prendra conscience du fait de sa situation d’observateur — lui permettant de travailler avec total détachement à diriger des forces au profit de l’humanité; lorsqu’il aura conscience qu’en fait, il est l’Âme. Le disciple en arrivera finalement à découvrir que l’impersonnalité ne signifie ni indifférence ni préoccupation, mais s’appuie sur une profonde compréhension, un intérêt énergique pour le service mondial, sur un sens des proportions, et sur un détachement permettant de rendre de véritables services à autrui.





Forum Partage

Home L’intérêt des médias grandit

Dans le monde entier, les groupes signalent une modification de l’accueil réservé par les médias aux informations relatives à l’émergence. En l’espace de moins d’un mois, des médias ont réagi positivement en Hongrie, en Australie, aux États-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Philippines et en Belgique.

• En Allemagne, un magazine nouvel âge a publié l’intégralité du texte de The Emergence Quarterly, y compris les adresses des groupes à contacter et une liste d’ouvrages de Benjamin Creme. La radio, la télévision et la presse écrite abordent de plus en plus souvent le sujet de l’eau curative de Nordenau et des guérisons miraculeuses qui s’y produisent.

• Un membre du groupe de transmission de Londres, originaire de Hongrie, a donné une conférence à Budapest, à laquelle assistèrent plusieurs journalistes. La télévision hongroise a alors décidé de l’interviewer et quelques uns des journalistes présents à la conférence doivent se rendre à Londres pour s’entretenir avec Benjamin Creme. [Nous publierons les développements ultérieurs dans un prochain numéro.]

• Pendant ce temps aux antipodes, le magazine Australian Post a publié un article sur Maitreya le Christ, incluant une photo prise à Nairobi. La rédaction avait été informée de cette histoire suite à une action conjointe de groupes de Nouvelle-Zélande et d’Australie.




Home Courrier des lecteurs

De nombreux lecteurs nous demandent comment faire connaître la présence de Maitreya. Depuis plusieurs années, un abonné britannique, Tony Walker, de Crewe, adresse très régulièrement aux journaux locaux des informations sur les derniers développements de l’émergence, ou sur tout ce qui concerne Maitreya. Si davantage de personnes suivaient cet exemple d’assiduité, pensons-nous, un grand travail d’information serait accompli. Voici la dernière lettre de T. Walker, datée du 25 mars, adressée au Crewe and Nantwich Guardian:

« Attention aux sources de guérison ! »

Beaucoup expriment leur inquiétude face à l’avenir, alors que c’est maintenant le meilleur moment pour se trouver en incarnation sur cette Terre. Lisez cet extrait d’un récent article d’un proche disciple du Christ — un Maître de la Sagesse: « Si l’on vous demande « Que nous réserve l’avenir ? », répondez qu’une étoile des plus brillantes a renoncé à sa place légitime dans les cieux pour rejoindre les hommes, et apporter sur Terre des dons surpassant tout ce qu’ils peuvent concevoir. Cette étoile bénie a pour nom Maitreya. Il montrera aux hommes la voie du devenir qui peut être le leur. Il leur indiquera la porte secrète qui mène au cœur de Dieu, et les aidera à en franchir le seuil. Il marchera aux côtés des hommes et des anges, et tissera entre eux des liens plus étroits. Par son exemple et son enseignement, il éclairera le chemin par lequel on assure son propre salut. Il régénérera le monde, et le rajeunira. Prêtez l’oreille, et vous l’entendrez qui frappe à la porte. »*

Il crée à travers le monde des sources ou des puits dont l’eau est plus fortement bénéfique encore que celle de Lourdes. Cent mille personnes se sont rendues à Nordenau, près de Düsseldorf, depuis qu’une source curative y a été découverte. Cherchez-en une dans les environs d’Edimbourg — les estropiés marcheront, les aveugles recouvriront la vue, et vous lirez de bonnes nouvelles au sujet de la réapparition du Christ. »


* Extrait de l’article du Maître, janvier-février 1993






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.