DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1992

Extraits de la revue
Partage international

Mars 1992 - N° 43 Vol. 5, n° 2

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître


  • Editorial


  • Tendances


  • Faire le lien


  • Faits et prévisions


  • Citation


  • Esotérisme


  • Interviews




L'article du Maître

Home La création d’un monde nouveau

par le Maître –

 par l'entremise de Benjamin Creme

Beaucoup se souviendront qu’il y a quelques années à peine, le monde se préparait à un holocauste nucléaire. Rares étaient ceux qui croyaient que l’homme survivrait à l’affrontement verbal que fut la « guerre froide ». La plupart, au contraire, attendaient avec résignation le « compte à rebours » fatidique qui ferait sombrer l’humanité dans l’oubli.
 
Les événements récents ont modifié cette attitude fataliste et suscité un regain d’espoir au sein de l’humanité. Des liens se tissent chaque jour entre les nations, tandis que les barrières qui les séparent s’effondrent l’une après l’autre. Bientôt une aube nouvelle inondera de lumière les problèmes de l’humanité, éclairant ainsi le chemin vers leur solution.
 
Par-dessus tout, la menace nucléaire s’éloignant, l’homme, reconnaissant, peut enfin respirer et, dans l’atmosphère de confiance qui en résulte, cesser de contempler avec effroi les engins de mort accumulés.
 
Pourtant, nombreuses sont les nations, grandes ou petites, qui ont misé sur l’armement nucléaire dans l’espoir de surpasser ainsi leurs ennemis ou leurs rivaux par leur influence ou leur pouvoir. Cela soulève de nombreux problèmes, car rares sont celles qui reconnaissent posséder la bombe, mais nombreuses celles qui rechignent à l’idée de renoncer à son usage. Malgré tout, les grandes puissances ont progressé de manière significative vers le désengagement et le désarmement, ce qui laisse présager une réduction des arsenaux à l’échelle mondiale.
 
La confrontation qui opposait jusqu’à une date récente les Etats-Unis à l’Union soviétique ne pouvait que dominer la scène mondiale, tant dans la sphère politique que sur le plan économique ou militaire. La relation nouvelle qui s’établit actuellement entre ces deux ennemis d’antan marque un tournant dans la situation mondiale.
 
Enfin, il devient possible de se pencher sans réserve sur les problèmes qui réclament de l’attention, maintenant qu’on ne les envisage plus dans le contexte de la « guerre froide ».
 
Enfin, les nations en voie de développement peuvent grandir sans se sentir obligées de s’aligner sur l’une ou l’autre idéologie pour obtenir de l’aide. Alors que s’estompent les lignes de démarcation idéologiques, une liberté et une détente nouvelles commencent à se faire sentir.
 
Beaucoup dépend maintenant de l’aptitude des dirigeants à poursuivre l’action entreprise et à créer les conditions propices à une paix durable. Pour l’instant, la question du partage des ressources à l’échelle de la planète n’a pas été abordée et demeure la priorité absolue, car tant qu’elle n’aura pas été résolue, le monde ne pourra pas connaître de paix véritable. Cependant, un nouvel esprit de coopération et de confiance mutuelle commence à s’établir, ce qui en soi indique déjà qu’un obstacle majeur a été surmonté.
 

Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Editorial

Home Mais vont-il écouter ?

Dans le monde, une personne sur sept vit dans un pays dont l'économie est, dans l'ensemble, basée sur des principes capitalistes. Mais cette personne utilise à elle seule plus d'énergie que les six autres réunies, et d'autre part elle vit généralement beaucoup mieux. Tout ceci prouve que nous avons raison, clament les défenseurs du capitalisme, qui tentent de persuader les autres de leur emboîter le pas. Leur argument de base est que tout le monde tirera profit de la croissance économique résultant du libre fonctionnement des forces du marché.
 
Nous avons déjà tenté de démontrer qu'il s'agit d'un faux argument. Aux Etats-Unis comme en Grande-Bretagne, l'accroissement du nombre des pauvres et des sous-alimentés fournit une preuve manifeste des limites de la théorie capitaliste des forces du marché. Les marchés libres répondent au pouvoir d'achat et non aux personnes sans argent. Besoins, justice et prévoyance sociale pour les pauvres, sont des concepts et des termes qui n'existent pas dans le vocabulaire de l'économie de libre concurrence.
 
En dehors de ces considérations, la croissance économique est-elle vraiment ce dont nous voulons ? Notre but doit-il être que chacun sur cette planète puisse consommer autant d'énergie que l'Américain ou l'Européen moyen ? Les signaux d'alarme résonnent déjà, nous avertissant que la destruction sévit sur tous les fronts de notre environnement. L'eau, la forêt, l'air, la terre, les animaux et l'homme, bref, tout ce qui vit, subit de plus en plus la pollution ou la destruction.
 
En résumé, le cœur du problème qui se pose à nous, est d'une part de trouver le moyen de combattre l'injustice, la pauvreté et la souffrance qui règnent partout, et d'autre part, d'éviter une pollution totale. Il s'agira là de la préoccupation majeure du Sommet des Nations Unies qui se tiendra en juin, à Rio de Janeiro. Le Brésil attend non seulement des centaines de responsables politiques et des milliers de personnalités officielles, mais également des dizaines de milliers de citoyens « ordinaires ». Il apparaît que le Sommet Mondial, comme on appelle cette réunion, sera le plus important de ce genre à avoir jamais existé. Jamais auparavant dans notre histoire, autant de représentants d'organisations non gouvernementales ne se sont réunis pour faire pression sur les décideurs politiques, pour informer, pour faire connaître leurs aspirations et leurs idées, et pour faire entendre leurs exigences. Rio sera remplie d'associations sociales et religieuses, d'organisations féminines, de syndicats, de groupements écologiques, de représentants d'enfants, d'adolescents et d'étudiants, de scientifiques, de juristes et d'économistes, d'industriels, et de représentants de minorités ethniques.
 
De nombreux observateurs seront autorisés à assister aux réunions officielles du Sommet Mondial, tandis que des centaines de personnes feront connaître leurs idées, leurs propositions et leurs idéaux lors de sessions spéciales appelées le Forum Planétaire 92.
 
Il s'agit là d'un événement particulièrement positif. L'état de notre planète donne manifestement à penser que nos politiciens ont besoin de conseils, ce qu'a démontré la confusion régnant lors des discussions préparatoires : le Nord et le Sud (que l'on peut globalement traduire par les Riches et les Pauvres) présentent des avis divergents sur de nombreux points fondamentaux. Les pays en voie de développement sont d'avis qu'ils devraient recevoir une aide financière afin de pouvoir prendre des mesures destinées à protéger l'environnement. De plus, ils affirment que les pays riches (responsables des trois quarts des émissions mondiales de dioxyde de carbone) devraient prendre les devants en promulguant des lois visant à séduire la production des gaz responsables de l'effet de serre. Ils exigent également le libre accès aux technologies non polluantes. Les pays en voie de développement affirment qu'ils n'ont tout simplement pas les moyens de supporter seuls le poids des problèmes écologiques, alors qu'ils doivent simultanément trouver le moyen d'améliorer les conditions de vie intolérables de leur population et de rembourser des dettes énormes. Aucune personne sensée ne peut nier cela. Il est non moins évident que ces pays sont souvent équipés d'une machine militaire démesurée, argument dont il faudra également largement tenir compte.
 
On peut parier sans grand risque que la majorité des participants au Forum Planétaire 92 partagera largement les vues du tiers monde. Des concepts tels que égalité, participation, partage et justice sont tout à la fois le point de départ et le but de la plupart d'entre eux, tandis qu'ils considèrent la croissance économique comme un mal nécessaire, si tant est qu'elle soit vraiment indispensable. Cette opinion n'est pas celle d'idéalistes bien intentionnés mais ignorants. La plupart des mouvements de base, groupes écologiques et organisations sociales, ont une connaissance très poussée de leur secteur d'intervention — connaissance non seulement théorique, mais également pratique, ce qui leur fournit un avantage sur la plupart des politiciens.
 
Mais ces derniers auront au préalable reçu des suggestions concrètes et pratiques de la part des experts. Des discussions semblables se déroulent ailleurs dans le monde, et aboutissent à des résolutions. En novembre dernier, des dizaines d'experts internationaux se sont rencontrés au Palais de la Paix, à La Haye, sur l'invitation conjointe de Maurice Strong, le secrétaire général canadien de la Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement (nom officiel du Sommet Mondial), et de Jan Pronk, le ministre néerlandais du Développement. Là aussi, il apparaît évident que, dans une large mesure, ces experts ont tendance à adhérer aux vues exprimées par l'ensemble du tiers monde. Une de leurs propositions consiste à prélever un dollar sur chaque baril de pétrole (159 litres) afin de créer un fonds d'investissement écologique dans les pays en voie de développement. Cela permettrait de réunir une somme considérable : plus de 50 milliards de dollars par an, dont environ 70 pour cent seraient versés par les pays les plus riches. Cela constituerait un exemple de partage extrêmement significatif, pratique et efficace. Une autre idée avancée lors de la Conférence du Palais de la Paix fut la proposition de reporter les coûts écologiques sur les sources de combustible épuisable, comme le pétrole. (Les différences actuelles montrent à quel point les prix sont élastiques : un automobiliste américain paie le carburant moitié moins qu'un européen et trois fois moins qu'un japonais)
 
Il est clair que nous pouvons nous attendre à d'autres propositions utiles lors du Forum Planétaire 92. Mais la question reste la suivante : les politiciens vont-ils écouter ? Seront-ils prêts à abandonner leurs habitudes et à envisager sérieusement les suggestions qui leur parviennent du monde entier ?
 
Peut-être cela les aiderait-il de suivre l'avis d'Aloïs Wagner, Evêque allemand qui a déclaré, lors d'une récente conférence sur le développement, en Bavière, que « tous ceux qui sont au pouvoir devraient avoir sur leur bureau la photo de quelqu'un mourant de faim. »





Tendances

Home Réveil des médias britanniques ?

Un soudain réveil d'intérêt des médias britanniques concernant Benjamin Creme et son histoire traitant de la présence de Maitreya à Londres, a pu être observé récemment.
 
Il y a quelques mois, la chaîne de télévision Granada a interviewé Benjamin Creme (ainsi que quelques personnes de son groupe de Méditation de Transmission) pour l'émission « Futurs ». Après montage, le film fut présenté le 6 février.
 
En décembre, Benjamin Creme est apparu brièvement sur « Central Week-end Television » à Birmingham, et suite à cela, il a participé au « Campbell Show » sur radio BBC1, durant une heure. M. Campbell fut un hôte parfait, et s'est même déclaré "convaincu" à l'issue de l'interview. Depuis lors, il s'est référé plusieurs fois à "l'interview sans doute la plus importante de ces deux derniers millénaires". Il a également indiqué que la station avait reçu des centaines d'appels téléphoniques et de courriers dont beaucoup réclamaient une nouvelle diffusion de l'interview.
 
Mick Brown, journaliste de renom qui suit cette histoire depuis plusieurs années, prépare un documentaire pour radio BBC4. Nous pensons que celui-ci sera diffusé en avril. En dehors de Benjamin Creme (et de quelques personnes de son groupe), Mick Brown a également interviewé Patricia Pitchon et le collaborateur de Maitreya.





Faire le lien

Home Les formations géométriques dans les champs de céréales

Au cours d'un symposium sur les ovnis en Californie, Colin Andrews, spécialiste du phénomène des formes géométriques qui apparaissent dans les champs de céréales, décrivit un événement assez inhabituel ayant accompagné la formation d'un cercle en Grande-Bretagne :
 
« Au cours de la nuit où cette formation se produisit, de nombreux témoins virent un éclair traverser le ciel, suivi d'un rideau de lumière dorée qui se mit à onduler. Ce rayon jaillit du ciel et se dirigea lentement vers le sol... Il semble que nous ayons été en présence d'un rayon progressant plus lentement que la vitesse de la lumière (300 000 km/sec.), et provenant d'une source située en hauteur. Lorsque le rideau de lumière atteignit le sol, une boule dorée apparut à cet endroit, et le phénomène se produisit à deux reprises en l'espace de quelques secondes. Cette même nuit, on découvrit la formation circulaire au même endroit. »
 
« La superficie totale des quatre cercles est de 31 680 pieds carrés (2 940 mètres carrés). Il s'agit d'un nombre très caractéristique en cosmologie arithmétique, en théologie ancienne, ainsi que dans l'architecture des temples. Il suffit de penser à Stonehenge et à d'autres sites comparables. Pourquoi ont-ils été érigés ? Pourquoi ont-ils les mêmes dimensions ? Les premiers érudits chrétiens avaient calculé que le nombre 3 168 symbolisait le Seigneur Jésus-Christ. Je ne voudrais pas m'engager dans une forme ou une autre de prédication, mais il y a là matière à réflexion. »
 
Dans sa dernière vidéo sur les formations qui apparaissent dans les champs de céréales, sous le titre Evidence Indéniable, Andrews affirme : « Les formations, les dessins, certains disent les signes, deviennent si complexes, si riches de signification, qu'il doit y avoir une urgence quelque part. Le phénomène tout entier suit un rythme exponentiel. Tous les scientifiques savent reconnaître ce genre de courbe. Non seulement nous assistons à un phénomène dont la forme des manifestations évolue, mais nous sommes également en présence de densités croissantes — de plus en plus de figures géométriques apparaissant sur de petites surfaces. Dans certains champs, jusqu'à 30 formations sont apparues sur quatre hectares. Nous constatons que la taille des formations augmente — certaines atteignant une longueur de plus de cent mètres. C'est exponentiel.
 
« ...Le phénomène n'en est qu'à ses prémices. Je pense que lorsqu'il se sera entièrement manifesté, le phénomène prendra une ampleur beaucoup plus grande. La dernière scène sera d'une telle nature qu'elle ôtera tous les doutes à l'humanité. Ce qui se prépare, au-delà des marques sur le sol, est une manifestation d'une nature physique qui, je l'espère, unira tous les hommes dans la connaissance et dans l'acceptation... de leur place dans l'ordre... naturel et universel. A ce stade, nous serons vraiment parvenus au Nouvel-Age. La page aura été tournée. Selon moi, c'est là la finalité de tout cela. C'est pourquoi il est si important pour l'humanité que nous étudiions et que nous participions, que nous partagions ce moment extraordinaire où les signes sont arrivés. »





Faits et prévisions

Home Afflux de propositions sur le désarmement

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (Le collaborateur de Maitreya, Share International, juin 1989)
 
 
 
ETATS-UNIS / RUSSIE — On assiste à un véritable déluge de propositions de réduction et de réorganisation des forces militaires, de la part des Etats-Unis et de la Russie. Dans son discours sur l'état de l’Union, le président Bush a proposé une réduction du budget de l'armement de 50 milliards de dollars sur cinq ans. M. Bush a également proposé l'élimination de tous les missiles nucléaires terrestres à ogive multiple, si les anciennes républiques soviétiques poursuivent leur propre désarmement. Le Congrès américain semblant même disposé à voter de plus fortes restrictions, le Pentagone pourrait proposer de stopper les nouveaux programmes d'armements à l'issue des phases de recherche et de mise au point des procédés de fabrication. Cela éviterait la production des armes elles-mêmes, sauf apparition d'un état de crise, permettant ainsi l'économie de milliards de dollars. De plus, les Etats-Unis ont décidé de stopper la production de l'unique modèle d'ogive nucléaire fabriqué jusqu'à présent. Pour la première fois depuis les débuts de l'ère nucléaire, les USA font ainsi savoir qu'ils n'ont aucune ogive en cours de fabrication ou en projet.
 
Le président Boris Eltsine a quant à lui franchi un pas supplémentaire. Lors d'un sommet sans précédent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, il a proposé la création d'un projet commun entre les Etats-Unis et la Russie afin de « créer, développer et gérer conjointement un système de défense planétaire, en remplacement du système d'Initiative de Défense Stratégique, appelé encore Guerre des Etoiles ». L'objectif serait de protéger l'ensemble des nations contre toute éventuelle attaque nucléaire. « Je pense que le moment est venu de considérer la création d'un système global pour la protection de la communauté mondiale », a déclaré M. Eltsine. De plus, il a proposé une réduction drastique des armes nucléaires offensives stratégiques, et a annoncé que sa république avait stoppé la production de plusieurs armes nucléaires de longue portée. M. Eltsine a également déclaré que la Russie était disposée à éliminer les systèmes anti-satellites en fonctionnement, sur la base d'une réciprocité avec les Etats-Unis. Il a de même demandé de nouvelles limitations des essais nucléaires, des réductions de l'armement conventionnel et des effectifs militaires, ainsi que des contrôles plus sévères sur les armes chimiques et biologiques. Le Président russe a ensuite annoncé son intention de cesser de pointer ses missiles nucléaires sur les villes et les installations militaires américaines. Il considère maintenant les Etats-Unis et les autres pays occidentaux comme des alliés et non comme des ennemis potentiels. Le Parlement russe a approuvé les propositions de M. Eltsine en faveur d'une réduction massive des dépenses militaires pour le premier trimestre 1992.
 
 
L'UKRAINE —L'Ukraine, ancienne république soviétique, envisage de reconvertir quelques unes de ses 700 usines d'armement afin de fabriquer des produits plus utiles. Elle ne dispose cependant pas des capitaux nécessaires à ces reconversions. Mais, selon les Izvestia, le ministre Vladimir Antonov a promis qu'aucune arme ne serait exportée.
 
 
DES COUPES BUDGÉTAIRES EN ALLEMAGNE — L'armée allemande est sur le point d'effectuer la plus importante réduction budgétaire de son histoire. Gerhard Stoltenberg, ministre de la Défense, prévoit une économie de plus de 25 milliards de dollars sur 13 ans. On estime ces coupes budgétaires possibles du fait de la disparition de la tension qui existait entre l'Allemagne de l'Ouest et l'Allemagne de l'Est. Selon la Frankfurter Rundschau, l'Allemagne insiste pour que l'OTAN prenne l'initiative de ce qui devrait être un démantèlement mondial de tous les missiles nucléaires de courte portée.
 
 
ARGENTINE / BRÉSIL — Les présidents de l'Argentine et du Brésil ont signé un accord assorti de garanties internationales, afin d'empêcher l'utilisation militaire de la technologie nucléaire. Les deux pays les plus grands d'Amérique du Sud, autrefois rivaux dans la course au nucléaire, ont également adhéré au Traité de Tlatelolco bannissant l'arme nucléaire en Amérique Latine.
 
 
LA NON-PROLIFÉRATION NUCLÉAIRE — La France a officiellement accepté de signer le Traité de Non-Prolifération Nucléaire. Cet accord de 1968, signé par plus de 140 pays sous l'égide des Nations Unies, interdit le transfert d'armes ou de technologie nucléaires. La Chine, seul pays parmi les 5 puissances nucléaires à ne pas avoir signé l'accord, a déclaré qu'elle était également prête à le ratifier.
 
Selon les termes d'un accord sur le nucléaire conclu l'année dernière, l'Inde et le Pakistan ont échangé des informations sur leurs installations nucléaires et se sont engagés à ne pas attaquer leurs sites nucléaires respectifs. Aucun des deux pays n'a ratifié le Traité International de Non-Prolifération.




Home Pourparlers de paix au Moyen-Orient

Source : Associated Press et New York Times

« Les pourparlers de paix du Moyen-Orient se développeront en dépit de l’attitude retorse et des volte-face politiques du Premier ministre israélien, Itzhak Shamir. » (Partage international 29 décembre 1991)
 
 
Les négociations de paix sur le Moyen-Orient sont mouvementées mais se poursuivent néanmoins. Les discussions ont connu une période difficile à la suite d'une proposition palestinienne d'auto-détermination, appelant au retrait des forces militaires israéliennes, à leur remplacement par les casques bleus, et à l'élection d'un gouvernement palestinien intérimaire chargé d'administrer les territoires jusqu'à détermination de leur statut définitif. Cela conduisit deux partis de droite à quitter le gouvernement Shamir, sous prétexte que l'auto-détermination palestinienne ne devait pas être prise en compte, car elle constituerait le premier pas vers la création d'un état palestinien. Cette défection a privé M. Shamir de sa majorité et entraînera vraisemblablement de nouvelles élections en mai ou en juin.
 
En dépit de l'instabilité du gouvernement israélien, la troisième phase des négociations sur le Moyen-Orient, qui devait aborder des questions régionales comme le contrôle des armements, l'eau, l'environnement, et le développement économique, s'est tenue à Moscou comme prévu. Bien que les Palestiniens, les Syriens et les Libanais n'aient pas participé à ces négociations, de nouvelles perspectives sont apparues du fait de l'ouverture, pour la première fois, de négociations directes entre Israël et l'Arabie Saoudite, le Koweït, et les autres pays du Golfe. Les pays d'Afrique du Nord, comme le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie ont aussi engagé, pour la première fois, des pourparlers avec les Israéliens. Et pour la première fois également, le Japon et la Chine, qui venaient tout juste d'établir des relations diplomatiques avec Israël, prirent part à ces négociations. Dans un autre pas en avant, des responsables juifs américains ont pu rencontrer des officiels saoudiens lors de réunions chaleureuses en Arabie Saoudite. La délégation américaine avait été autorisée à entrer dans le pays avec des passeports munis du visa israélien.




Home Boris Eltsine pourrait être remplacé

Source : San Francisco Chronicle

« Boris Eltsine, l'actuel leader de la Russie, sera remplacé. La CIA ainsi que des membres de l'appareil militaire russe veulent son départ. » (Partage international décembre 1991)
 
 
Au moment où l'augmentation des prix prend effet en Russie, le président du Parlement russe a demandé la démission du gouvernement de Boris Eltsine qu'il accuse d'avoir décrété des réformes économiques « incontrôlables et anarchiques ». Dans un autre revirement, le président de la Banque Centrale russe a affirmé que le programme économique était mal conçu et qu'il pourrait conduire à des troubles sociaux. De plus, selon Dimitry Kalmanson, éminent militant russe en faveur des droits de l'homme, si l'économie ne se redresse pas d'ici 3 ou 4 mois, un coup d'état serait possible, et celui-ci probablement mieux préparé que la tentative qui a échoué en août. (Source : San Francisco Chronicle)




Home L'OTAN sous sa forme actuelle cessera d'exister

« L'OTAN et toutes les organisations militaires stratégiques sont en train de s'effondrer. » (Partage international avril 1990)
 
 
L'OTAN a invité toutes les républiques de l'ancienne Union Soviétique à adhérer à un nouveau conseil de coopération Est-Ouest. La nouvelle organisation comprendra 36 pays — seize pays membres de l'OTAN, cinq pays de l'ancien Pacte de Varsovie, les trois Etats Baltes, ainsi que douze républiques de l'ex-Union Soviétique. Ce conseil vise à renforcer la stabilité en Europe en créant des liens officiels pour la première fois entre l'OTAN et ses anciens adversaires.




Home Un krack boursier prendra naissance au Japon

« Comme nous l'avons déjà annoncé (en décembre 1988), un krach boursier prendra naissance au Japon, pour s'étendre ensuite au monde entier. » (Partage international mai 1989)
 
 
Un nouveau scandale politique vient de secouer le gouvernement japonais. La justice a fait arrêter M. Fumio Abe, allié politique de longue date du premier ministre Kiichi Miyazawa, sous l'inculpation d'escroquerie. Parallèlement, la Commission de Répression des Fraudes a rendu publics certains détails non dévoilés jusqu'ici du scandale financier qui a éclaté l'année dernière à la Bourse de Tokyo. Le rapport démontre clairement que la corruption était généralisée et que, selon certains experts, elle va décourager les grands investisseurs américains et internationaux d'investir sur le marché financier de Tokyo déjà en déclin. L'incertitude de l'économie japonaise a également incité les investisseurs japonais à réduire très nettement (de moins 73 % en 1991) leurs investissements dans l'immobilier américain. Ce qui a suscité ce commentaire d'un analyste financier américain : « Les Japonais ne seront pas au rendez-vous pour relancer l'économie. »




Home La Chine ouvre doucement ses portes

« La Chine ouvre doucement ses portes... » (Partage international juin 1990)
 
 
« Il faut accélérer le rythme des réformes et étendre leurs domaines d'application. » C'est ce qu'a déclaré le premier ministre chinois Li Peng lors de la session de clôture d'une conférence nationale sur la réforme économique. Visant à améliorer l'efficacité et la compétitivité des entreprises publiques, le gouvernement chinois va réduire la planification obligatoire et promouvoir la régulation de l'économie par le marché. Selon certains fonctionnaires et économistes chinois, il existe un consensus parmi les dirigeants chinois sur la nécessité de réformes « prudentes » afin de maintenir le rôle prépondérant du Parti. Sur le plan international, certains signes témoignent également de l'ouverture de la Chine, mettant un terme à l'isolement qui a suivi les événements de la Place Tienanmen. En prévision du voyage du président Li Peng dans plusieurs pays occidentaux, la Chine a libéralisé certaines pratiques commerciales avec les Etats-Unis, a invité l'Empereur Akihito du Japon, a engagé des échanges avec des instituts de recherche en Afrique du Sud, et a établi des relations diplomatiques avec Israël. Ces mesures récentes ont préparé la participation de la Chine aux négociations de paix au Moyen-Orient.




Home Les conflits entre gouvernements et guérillas vont décroître

« Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. » (Partage international novembre 1988)
 
 
EL SALVADOR — Au terme de 20 mois d'âpres négociations, sous les auspices des Nations Unies, la signature officielle de l'accord de paix entre le gouvernement et les chefs de la guérilla a officiellement marqué la fin de douze ans d'une guerre sanglante qui aura coûté la vie à plus de 75 000 personnes. Cela aura également marqué la fin des dix années du mandat du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Javier Perez de Cuellar. Le nouveau Secrétaire Général des Nations Unies, M. Boutros Ghali, a préconisé l'envoi d'une force de 1 000 casques bleus dans la région afin de surveiller le respect du cessez-le-feu. Parallèlement, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a supprimé une force d'observation, dont le rôle était d'empêcher les forces rebelles de faire passer illégalement des soldats ou des munitions d'un pays d'Amérique Centrale à un autre. Le Conseil de Sécurité a indiqué que cette force d'intervention sera transférée au Salvador pour y rejoindre les casques bleus.




Home Les gouvernements devront écouter le peuple

« Partout dans le monde, les gouvernements devront écouter le peuple » (Partage international septembre 1988)
 
 
 
KENYA — Le premier meeting de l'opposition depuis 22 ans a rassemblé pacifiquement plus de 100 000 manifestants appelant au départ du gouvernement de Daniel Arap Moi. Ce meeting fut le plus important depuis 1963, date à laquelle les Kenyans avaient manifesté pour l'émancipation de la domination coloniale britannique. La police a pu se déplacer librement et sans incident au sein d'une foule disciplinée. M. Arap Moi a légalisé les partis d'opposition sous la pression nationale et internationale. (Source : Associated Press)
 
 
TANZANIE — Après 27 ans de pouvoir, le parti politique unique a décidé d'autoriser la formation de partis d'opposition en Tanzanie.
 
 
CONGO — Le parlement provisoire a fixé les dates des premières élections libres de ce pays d'Afrique Centrale. Après l'occupation des stations de radio par les militaires désirant attirer l'attention sur leurs revendications, le gouvernement provisoire, mis en place l' année dernière pour mettre fin à plus de 20 ans de dictature militaire, a décidé de fixer les élections présidentielles au mois de juin prochain et a accepté d'apporter des modifications au sein du gouvernement.
 
 
NIGÉRIA — Les gouverneurs militaires des 30 états du Nigéria ont été remplacés par des personnalités élues. Il s'agit d'une première étape du retour au pouvoir civil.




Home La dette des pays pauvres sera annulée

« La dette des pays pauvres sera annulée » (Partage international mai 1989)
 
 
A l'exception des Etats-Unis, les nations les plus riches ont décidé d'alléger le poids de la dette des nations les plus pauvres. Sur une durée d'un an, les intérêts et les remboursements d'emprunts de tous ces pays seront réduits de moitié. Cette décision prise par le Club de Paris, organisme consultatif pour les pays riches et les pays en voie de développement, rejoint plus ou moins les propositions de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas. Le Premier ministre britannique, John Major, est favorable à l'annulation des deux tiers de l'ensemble des dettes des pays les plus pauvres. Les Pays-Bas souhaitent une annulation totale.
 
Les Etats-Unis sont hostiles à tout compromis sur ce point et exigent toujours que le tiers monde s'acquitte intégralement de sa dette. C'est cependant la première fois que les Etats-Unis ne tentent pas d'opposer un veto à la décision de leurs alliés de renoncer à leurs créances.




Home Les Nations Unis deviendront la force politique la plus puissante du monde

« Les Nations Unies deviendront la force politique la plus puissante au monde. Elles constitueront l'intermédiaire grâce auquel les principaux problèmes internationaux seront résolus. » (Partage international septembre 1989)
 
 
 
Au cours d'un premier sommet historique du Conseil de Sécurité des Nations Unies, quinze dirigeants mondiaux ont appelé l'ONU à jouer un rôle plus important dans le maintien de la paix dans le monde entier, et même à intervenir dans des conflits civils, en cas de nécessité. L'assemblée composée de six Premiers ministres, de cinq Présidents, d'un Roi, d'un Chancelier, et de deux ministres des Affaires étrangères, a invité Boutros Ghali, le nouveau Secrétaire Général des Nations Unies, à préparer un rapport sur les moyens de renforcer « la capacité des Nations-Unies à mener une diplomatie préventive, ainsi qu'à rétablir et à maintenir la paix ». M. Boutros Ghali a déclaré à l'assemblée : « Les guerres civiles ne peuvent plus être qualifiées de civiles, et le carnage qu'elles provoquent ne laissera pas le monde indifférent. Les nations sont trop inter-dépendantes, les frontières nationales sont trop perméables et les réalités transnationales trop dangereuses pour autoriser l'isolationnisme égocentrique ».
 
François Mitterrand a proposé la création d'une force d'intervention rapide des Nations Unies, capable de s'interposer dans des conflits survenant dans le monde entier.





Citation

Home Article 26 de la convention des Nations Unis sur les Droits de l'Enfant

Tout enfant doit pouvoir bénéficier d'une protection sociale.





Esotérisme

Home Le Service

par Aart Jurriaanse

L'importance du rôle joué par le service dans le développement spirituel du disciple a été souligné à de nombreuses reprises. En fait, la distance parcourue sur le Sentier de la Lumière dépendra étroitement de la nature et de la qualité du service rendu par le disciple à ses frères humains, ainsi que de sa capacité de contribution à la réalisation du Plan Hiérarchique. Ce critère devrait toutefois être utilisé avec précaution, car le véritable service est souvent rendu sans ostentation, voire sans aucune manifestation extérieure.
 
La beauté du service réside dans son aspect gratifiant pour toutes les parties prenantes. Ainsi, l'importance de l'avantage reçu par le bénéficiaire du service variera selon le niveau d'évolution du serviteur, son degré de qualification pour la tâche en question, l'énergie et le dévouement avec lesquels est entrepris le travail, ainsi que le degré d'amour et de compréhension ayant engendré l'effort. En temps voulu, le serviteur s'apercevra à son tour que sa propre récompense se trouve fonction de l'importance du service rendu aux autres. Il y aura gagné une expérience de valeur, étendant sa capacité de discernement et le conduisant inévitablement à des expansions de conscience supplémentaires et à de nouvelles opportunités de service d'ampleur toujours plus grande. Sa Lumière intérieure resplendira davantage, illuminant non seulement son propre chemin, mais irradiant également le sentier pour son jeune frère, à qui il sert de guide. Ainsi obtiendra-t-on de plus grandes récompenses en servant les autres qu'en étant soi-même servi.
 
La Hiérarchie se trouve gênée dans la mise en œuvre du Plan du fait que les Maîtres, pour la majeure partie de leur tâche, dépendent des hommes qui leur servent d'instruments, et que ces instruments se révèlent dans l'ensemble irréguliers et peu fiables. En règle générale, les disciples ont conscience des besoins du monde, et leur désir de les satisfaire est authentique et sincère. Ils éprouvent également une véritable soif de se lever et de servir mais, du point de vue de la Hiérarchie, leurs caractères et leurs tempéraments sont souvent source de difficultés quasi-insurmontables.
 
Ces traits de caractères perturbateurs se trouvent généralement à l'état latents. Ils ne font leur apparition qu'après le lancement de quelque tâche, et peuvent entraîner l'échec, la tragédie ou une souffrance inutile. A ce propos, il convient de répéter que le disciple doit s'efforcer de conserver son équilibre en toutes circonstances, et se garder de toutes stimulations excessives lorsque le contact est établi avec les forces spirituelles intérieures. En outre, le disciple se trouvera placé en relation avec des hommes de tous les milieux, avec leur cupidité égoïste, leur flagornerie, leurs éloges, et leurs critiques, qui tendront à obscurcir le mental du disciple et son action, s'ils ne sont par approchés avec un détachement suffisant. Sous la pression de la tâche, la faiblesse latente de la personnalité du disciple tendra à émerger et réveillera des inclinations partiellement surmontées, telles l'orgueil, l'ambition, et l'amour du pouvoir. Une tension mentale continuelle peut entraîner un état de confusion et voiler la vision et la vérité. Dans d'autres cas, la personnalité s'impose trop fortement, engendrant des attitudes empreintes de vanité, de séparatisme et d'orgueil, compromettant tout travail de valeur.
 
Le disciple ne devrait pas se mettre à la poursuite du service. Celui-ci constitue en réalité une attitude instinctive de l'âme, une aspiration impossible à réfréner, qui doit s'exprimer d'une manière ou d'une autre. Il ne s'agit pas de quelque chose qui puisse être enseigné ou imposé à un individu, mais d'une impulsion qui se manifeste spontanément, et qu'il convient seulement de guider vers un objectif approprié.
 
Des obstacles se tiendront toujours sur le Sentier du serviteur du monde, mais la joie de la réalisation, la satisfaction du travail accompli au mieux de ses capacités, et par dessus tout la connaissance, demeureront à jamais, malgré tous les soucis et toutes les difficultés. De plus, le serviteur prendra parfois conscience que le Grand Maître, le Christ, observe, avec sympathie et compréhension, pour avoir également parcouru le même Sentier escarpé. En outre, il est surprenant de constater à quel point l'homme qui sert avec désintéressement et concentration dans une seule direction se verra déchargé de difficultés dans son labeur, et à quel point sa tâche sera souvent allégée par une assistance inattendue, rendant également son travail plus efficace. Cette aide ne sera toutefois prodiguée qu'envers ceux qui ont transcendé toute aspiration personnelle et, dans leur désir de servir, ont abandonné tout souci de progrès personnel.
 
Pour que le service soit réellement efficace, il doit être rendu avec total désintéressement, c'est à dire en oubliant le passé avec ses peines et ses joies, en oubliant le soi personnel avec tout ce qu'il veut offrir ou retenir, en oubliant les paroles des spectateurs bienveillants, encourageants ou critiques. Ainsi, dans le service, soyez prêts à sacrifier le soi, le temps, l'argent et les intérêts personnels, en un total oubli de soi. Servez simplement, avec joie, de tout votre cœur, et avec tout ce que vous avez à donner !





Interviews

Home Notre héritage

Interview de Docteur Krishna Ahooja-Patel par Diana Holland

Fonctionnaire aux Nations Unies, le Docteur Krishna Ahooja-Patel fut pendant 25 ans à l'avant-scène du mouvement international des femmes. Entrée à l'ONU en 1963 à Addis-Abeba, en Ethiopie, elle s'intéressa alors particulièrement aux problèmes du développement économique dans les Etats africains nouvellement indépendants. Depuis 1975, elle s'occupe du lancement de programmes de développement et de formation des femmes. Centrée aussi bien sur les questions féminines que sur les questions de développement, le Dr Patel nous fait part de certaines de ses opinions sur la Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement, le Sommet Mondial, qui doit se tenir en juin 1992 au Brésil. « Nous devons absolument réaliser, » affirme-t-elle, « que nous disposons d'un héritage commun, et que les entreprises qui gèrent actuellement des ressources telles que le pétrole, le bois ou les minéraux n'en sont pas les propriétaires, malgré l'inquiétante tendance à la privatisation dans le monde entier. »
 
Le Sommet Mondial représente un pas dans la bonne direction, croit-elle, car une charte planétaire de l'environnement sera ratifiée et des traités seront signés aux plus hauts niveaux. Ces accords interdiront par exemple l'utilisation de produits chimiques et de pesticides dangereux. Mais selon le Dr Patel, ce sommet devra aborder des questions difficiles, comme de déterminer les responsabilités du désastre écologique actuel, les manières de le résoudre, et qui doit payer pour réparer le désastre.
 
Exprimant l'un des grands sujets de préoccupation concernant cette Conférence, le Dr Patel affirme que bon nombre des traités en question pourraient bien ne jamais être ratifiés, faute d'un consensus entre les pays développés et les pays en voie de développement sur les termes même de ces traités. « Le point crucial, » ajoute-t-elle, « est que le Sud doit prendre en compte les nécessités de son propre développement. Il a besoin d'une certaine marge économique lui permettant de rattraper son retard et ne peut, de ce fait, être soumis à des réglementations aussi strictes que le Nord. »
 
Suivant les recommandations de la Commission Brundtland sur l'environnement et le développement, les pays du Tiers Monde ont créé à Genève une commission internationale sous la présidence de Julius Nyerere, l'ancien président de la Tanzanie. Cette commission a préparé un rapport mondial intitulé Les Défis du Sud 1990, qui expose clairement la position du Sud sur ces problèmes. En essence, les pays « en voie de développement », ayant été traditionnellement désavantagés sur le plan économique, doivent maintenant se développer. Du fait que plusieurs pays du Nord sont à l'origine d'une part importante des dégradations écologiques, le Sud n'a pas à céder à leurs exigences de réformes écologiques ni à payer pour les erreurs passées du Nord.
 
D'après le Dr Patel, dans le contexte actuel du déclin de l'idéologie communiste, il est indispensable de se livrer à l'analyse des flux de capitaux et de l'impact sur le monde de la « main invisible » du capitalisme. « Les forces du marché ne peuvent d'elles-mêmes résoudre les problèmes d'aujourd'hui, » affirme-t-elle, « et on ne peut pas s'attendre à ce qu'elles le fassent. »
 
En sa position de fonctionnaire international depuis plus d'un quart de siècle, le Dr Patel se déclare pleine d'espoir pour l'avenir. Cet optimisme se fonde sur l'avènement de mouvements populaires à travers le monde, y compris les mouvements pour les droits de la femme et pour la protection de l'environnement. De nombreux groupes représentant ces mouvements se sont efforcés de préparer des propositions qu'ils espèrent voir soumises aux leaders mondiaux lors du sommet brésilien.
 
Le Dr Patel a assisté à l'une de ces conférences préparatoires, le Congrès mondial des Femmes pour une Planète saine, qui attira plus de 1 000 participants à Miami en novembre 1991. Ce congrès mit au point des recommandations pour un Agenda d'Action Féminine destiné à compléter l'Agenda d'Action 21 que des responsables comptent exposer lors du Sommet Mondial, comme projet destiné à faire entrer l'humanité dans le 21e siècle. Ces recommandations vont au-delà de celles du rapport de la Commission Brundtland qui ne mentionnait pas spécifiquement les femmes ni leur contribution à l'environnement. Voici quelques-unes des conclusions de l'Agenda d'Action Féminine :
 
O         Les forces du marché n'apportent pas de solution au problème.
O         La dégradation écologique est planétaire.
O         La diversité biologique doit être maintenue en dépit des tentatives du marché de monopoliser les semences, afin d'éviter l'extinction d'espèces végétales.
O         Les technologies de reproduction réduisant la matrice au statut de marchandise ne doivent pas être permises.
 
« Les femmes, » conclut le Dr. Patel, « renversent les barrières en s'unissant au-delà des partis et des tendances politiques. Elles retrouvent leur voix et émergent sur la scène mondiale en un réseau d'un genre inédit, basé sur l'égalité et l'inclusivité. »




Home L'art de la conciliation

par Un collaborateur de Maitreya

9 janvier 1992
 
La Chine — Soyez attentifs aux changements car le peuple veut être représenté au Parlement et les autorités commencent à considérer sérieusement cette idée. Elles sont conscientes de ne pouvoir s'opposer au souffle du changement qui a traversé le bloc de l'Est. Il n'y aura pas de soulèvements violents, a indiqué le collaborateur de Maitreya, mais une transition douce et une intégration du peuple aux institutions. On assistera au même phénomène sur le continent africain et au Moyen-Orient. L'époque des dictateurs, des sultans et des cheikhs prend fin. Le temps du gouvernement par le peuple et pour le peuple est venu.
 
 
La Communauté européenne — L'idée de fédération perd du terrain, affirme le collaborateur, et les dirigeants commencent à percevoir son caractère impraticable. Les forces du marché ont provoqué des ravages, en particulier là où elles ont été mises en œuvre au nom du nationalisme. Ces forces doivent être contrôlées, et les politiciens réalisent que l'identité nationale est primordiale. Ceux qui s'accrochent à l'idée du fédéralisme échoueront. Ils savent que les jeunes générations y sont opposés, a déclaré le collaborateur. Les politiciens abandonnent petit à petit cette idée. Vous observerez un respect grandissant pour la notion de nation et de pays.
 
 
Saddam Hussein — Sous peu, le président irakien se verra contraint de se retirer et de laisser au peuple la responsabilité de la destinée du pays grâce à des élections démocratiques. Le moment est venu pour lui de se soumettre à la volonté du peuple, a déclaré le collaborateur. Cette volonté étant bafouée, il se produira des événements qui le forceront à obtempérer.
 
 
L'art de la politique — La politique est l'art de la conciliation dans le respect des diversités. Ceux qui jouent avec le pouvoir et avec la vie, ceux qui sont attachés à la cupidité et à l'idéologie finissent par engendrer des guerres meurtrières, a ajouté le collaborateur. Lorsqu'un dirigeant refuse de respecter les réalités de la vie, il peut s'attendre à des accidents, à la maladie et à la mort. Nous serons témoins de la détérioration de la santé de nombreux politiciens.
 
La maladie guette aussi les gurus et les chefs spirituels qui ne guident pas leurs fidèles comme ils le devraient. La vie n'est pas affectée par les « ismes », et personne n'a le droit de contrôler la vie des autres. La vie est libre du passé, du présent et du futur.
 
 
Les forces du marché — Les forces du marché, devenues le credo de tant de politiciens, seront apprivoisées. Ces forces ont dérobé la richesse et la santé des peuples, mais les individus s'éveillent maintenant au nom de l'humanité, a déclaré le collaborateur. L'opulence des nations sera partagée entre tous




Home Un vent nouveau

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

30 janvier 1992
 
La onzième heure —  « Je viens à la onzième heure, » affirme Maitreya. Selon les dires de Son collaborateur, Maitreya explique ces mots par le symbolisme des nombres : onze (11) s'entend en tant que un plus un (1+1). Ainsi, « A la onzième heure il n'y a personne excepté toi et Moi. »
 
A la douzième heure, la Création commença. Douze (12) se comprend ici dans son sens symbolique de un plus deux (1+2). En réalité, cela fait trois, la Trinité. En Orient, on connaît la Trinité comme Shiva-Vishnou-Brahma. En Occident, on la connaît comme le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
 
Maitreya poursuit : « Quand il n'y a personne excepté toi et Moi, tout se dissout autour de toi. Règnent alors la tranquillité, la paix, la grâce. Tout karma (les activités conditionnées) cesse. »
 
 
La technologie de la lumière — Les scientifiques s'interrogent sur la capacité qu'ont certains Maîtres, tel Saï Baba, de matérialiser des objets. Selon le collaborateur de Maitreya, il ne s'agit pas de magie. La magie ne dure pas.
 
« Les miracles en eux-mêmes ne sont pas importants. Ce qui importe c'est Vous (le Soi) et Moi (le Soi) », affirme Maitreya.
 
Le collaborateur de Maitreya a expliqué que des savants apprennent maintenant à maîtriser la technologie de la lumière, à laquelle Il donne parfois aussi le nom de « lumière éclatante ». Quand vous regardez la lumière éclatante à travers le troisième œil, au moment où vous entrez en contact avec elle, elle vous fournit de l'énergie.
 
Dans le corps physique, la glande pinéale est le siège de cette lumière, et cet endroit contrôle toutes les fonctions du corps. Quand cette lumière s'en va, vous n'êtes plus. Quand vous ramenez cette lumière éclatante dans le corps, celui-ci ressuscite.
 
Jusqu'ici, seuls les yogis et les gurus ont maîtrisé l'art de diriger cette lumière éclatante, aux niveaux mental et spirituel. Et pourtant, ce ne sont pas là des pouvoirs « divins ».
 
Maitreya inspire aujourd'hui des scientifiques qui travaillent sur la technologie de la lumière. Finalement, moins d'hôpitaux seront nécessaires ; les ordinateurs seront adaptés à cette nouvelle technologie ; les médicaments utilisés à présent seront dépassés ; un nouveau moyen de transport se développera, utilisant le champ magnétique et l'énergie des Sept Rayons.
 
Le mental est comme un ordinateur. Il lui faut un opérateur pour fonctionner. Comment employez-vous votre mental ? Par l'entremise de la conscience. La conscience est gouvernée par la lumière. A l'instant où s'établira la relation entre le mental, la conscience, et la lumière, vous constaterez de grandes transformations. Les rayons, les couleurs, éveilleront le mental et l'esprit. Alors, même un enfant de cinq ou six ans pourra comprendre la structure de l'atome.
 
Ce type de civilisation existe déjà sur d'autres planètes où cette « science de la lumière » s'est développée. Les avions et les vaisseaux que nous connaissons actuellement seront des vestiges du passé. Le pétrole et l'essence deviendront inutiles.
 
 
Le troisième œil — Le « troisième œil » se développera. C'est la destinée de tout un chacun et notre héritage commun. Lorsqu'il s'ouvre, le troisième œil permet de percevoir les quatre règnes. Les lois gouvernant les événements seront appréhendées sur les plans astral et mental. Maitreya déclare : « Il n'y a ni libération ni salut en ces endroits. La liberté et le salut résident dans le détachement. »
 
 
Le Soi et l'ego — Chaque fois que vous pensez en termes de « moi » ou de « mien », vous vous placez au niveau de la personnalité. L'ego a le pouvoir d'accomplir des actes (karmas), ce qui est encore important. Le Soi est libre de cette contrainte, et n'est pas obligé de se livrer à de quelconques disciplines. Le Soi est simple témoin.
 
L'honnêteté et la sincérité font croître la relation entre le Soi et l'ego. Si le détachement prévaut, il n'y a pas personnification. Il n'y a alors aucune division. Il y a « Multitude dans l'Unicité » et « Unicité dans la Multitude ». C'est l'amour divin.
 
 
Le Soi observe — L'ego va et vient. Le Soi est témoin. Maitreya affirme : « Si vous faites un pas vers Moi, J'en ferai deux vers vous. Je vous prêterai Ma force. Je suis toujours avec vous. »
Le collaborateur de Maitreya ajoute : les « hauts » et les « bas » en politique vont prendre fin. Il souffle un vent nouveau.
 
 
(Patricia Pitchon ajoute : j'ai récemment rendu visite au collaborateur de Maitreya, en compagnie de deux journalistes. L'un d'entre eux lui a demandé de préciser comment il recevait les enseignements de Maitreya. Le collaborateur a expliqué qu'il était parfois présent lorsque Maitreya s'adressait à un groupe de swamis. « Je ne suis qu'un homme ordinaire, je commets des erreurs. Mais Maitreya me permet de voir avec le « troisième œil » des événements survenant dans le monde. Cette vision me permet de comprendre. Sans cette vision, il serait difficile de saisir certaines choses. Mais si on a une vision, on ne peut plus oublier. »)






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.