DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2018

Extraits de la revue
Partage international

Mai 2018 - N° 357

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • La jeunesse mondiale en marche Par Gordon Brown


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Interviews
    • La justice environnementale - Interview de Robert Bullard Par Jason Francis


  • Signes des temps




L'article du Maître

Home La Fraternité humaine

Par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme

Tôt ou tard, les nations du monde s’apercevront de la réalité de leur interdépendance. Cette prise de conscience amènera leurs dirigeants à aborder les problèmes auxquels ils sont confrontés d’une manière totalement nouvelle, et à leur trouver des solutions à la fois plus simples et plus sages. Un tel changement de perspective favorisera la compréhension mutuelle et la coopération, qui remplaceront progressivement la confrontation et la compétition féroce qui règnent aujourd’hui.

Il est clair que tous les pays n’avanceront pas au même rythme dans cette direction mais l’efficacité de la méthode, ancrée dans le bon sens, finira par encourager même les moins enthousiastes à reconnaître les bénéfices que tous pourront en tirer. Chaque pas dans ce sens renforcera le processus et accélérera cette évolution vers la coopération. De cette manière, on verra se développer entre les nations des relations plus saines et, à terme, de véritables sentiments de fraternité. Parmi les plus petites, nombreuses sont celles qui reconnaissent d’ores et déjà la réalité de cette interdépendance sans parvenir à faire entendre leur voix. Quant aux grandes nations puissantes, elles traitent de telles idées par le mépris, leur orgueilleuse autosuffisance les aveuglant à la réalité de leur relation avec le monde.

L’homme n’évolue que lentement et a besoin de temps et d’expérience pour faire des progrès significatifs, mais c’est précisément ainsi que de tels progrès deviennent stables et permanents. Les Nations unies constituent bien sûr le forum où les petits pays doivent pouvoir faire entendre leur voix. Mais cela ne sera possible que quand le Conseil de sécurité, avec son droit de veto arbitraire, sera aboli. Ce Conseil n’a plus de raison d’être et doit bientôt céder la place à une assemblée des Nations unies libérée des abus de pouvoir comme du droit de veto. Nous verrons alors les nations se déterminer sans les restrictions qu’imposent les grandes puissances par l’usage de leur droit de veto et de leurs « incitations » financières. Celles qui élèvent le plus la voix pour exiger la démocratie en terre étrangère sont étrangement aveugles à son absence aux Nations unies.

Les hommes doivent prendre conscience que les peuples de toutes les nations sont un, égaux entre eux, et dépendants les uns des autres. Aucune nation ne possède le monde, ni ne peut le gouverner. Aucune ne peut s’opposer seule à toutes les autres. Les jours des empires et de leur domination sont révolus. L’humanité se tient au seuil d’une compréhension nouvelle de son rôle sur la planète Terre. Cela implique un changement dans les relations que les hommes entretiennent avec leurs semblables, qui cheminent comme eux sur la voie de la sagesse et d’une gestion éclairée des ressources de ce monde d’abondance.

Nous, vos Frères aînés, aiderons l’humanité à effectuer ce changement. Maitreya mettra les hommes devant la réalité de ce qui les attendrait s’ils n’agissaient pour transformer le monde. Il leur montrera que sans un changement de direction, l’avenir, en vérité, serait sombre et difficile. Il les amènera aussi à prendre conscience de leur interdépendance et de la réalité de leur fraternité.


Depuis le lancement de la revue Partage international, le Maître de Benjamin Creme a fourni des articles susceptibles d’être publiés chaque fois que la situation mondiale les rend à nouveau pertinents. A vrai dire, nombre de ces articles semblent plus actuels aujourd’hui que lorsqu’ils ont été publiés initialement. Cet article, publié en octobre 2005, met l’accent sur l’interdépendance qui découle du fait que l’humanité est une » ; une réalité qui doit tôt ou tard se refléter dans une Assemblée générale des Nations unies réformée qui deviendra le véritable forum de débat démocratique du monde, permettant à toutes les nations, grandes et petites, de se faire entendre.





Home Créer un nouveau monde pour réaliser le rêve de Martin Luther King [Extrait]

Par Elisa Graf

Un demi-siècle s’est écoulé depuis qu’une balle a abrégé la vie de Martin Luther King, à l’âge de 39 ans. Alors que nous célébrons le cinquantenaire de sa mort (4 avril 1968), les échos de son rêve de fraternité universelle résonnent, en contraste frappant avec un monde qui semble plus divisé que jamais, et posent ces questions : qu’avons-nous appris et qu’est-ce qui a changé depuis ce jour tragique ?

On se souvient du révérend King comme porte-parole et leader le plus en vue des droits civiques américains, défenseur passionné des droits humains des Noirs américains et combattant efficace pour mettre fin à la ségrégation raciale. Sous sa direction, le mouvement des droits civiques est devenu une force puissante pour le changement et a influencé de nombreux mouvements ultérieurs pour le progrès social.

Mais la croisade du Dr King pour la justice sociale et économique était aussi une cause mondiale. Il est devenu une figure pour la défense des mouvements des droits de l’homme sur de nombreux continents, prônant la fin de la guerre et exprimant le besoin de ce qu’il appelait « une communauté mondiale qui élève les intérêts du prochain au-delà de ceux de sa tribu, sa race, sa classe et sa nation [...] un amour universel et inconditionnel pour tous les hommes, [...] comme une nécessité absolue pour la survie de l’homme. »

Pour y parvenir, il a promu l’approche de Gandhi sur la protestation pacifique non violente comme seul agent efficace du changement, soulignant que « l’homme doit développer pour tous les conflits une méthode qui rejette la vengeance, l’agression et les représailles », avec l’amour comme fondement. En 1964, il a reçu le prix Nobel de la paix pour son travail de lutte contre les inégalités raciales à travers la résistance non-violente.


On se souvient du révérend King comme porte-parole
et leader le plus en vue des droits civiques américains,
défenseur passionné des droits humains des Noirs américains
et combattant efficace pour mettre fin à la ségrégation raciale.

Martin Luther King a mis en exergue la relation directe existant entre ce qu’il a appelé les trois maux : le racisme, la pauvreté et la guerre. Il les désignait comme la violence de la chair et la violence de l’esprit, et affirmait que « toute religion qui se dit préoccupée par les âmes et qui ne se soucie pas des bidonvilles qui condamnent les hommes, des conditions économiques qui les étranglent et des conditions sociales qui les paralysent est une religion spirituellement moribonde sur le point d’être enterrée. »

Il a imaginé l’avènement d’une nouvelle société qu’il a appelée la « Communauté bien-aimée », basée sur la justice, l’égalité des chances et l’amour de ses semblables. Il disait que dans la Communauté bien-aimée, la pauvreté, la faim et le manque de logements ne seraient pas tolérés parce que les normes internationales de décence humaine ne le permettraient pas. Le racisme et toutes les formes de discrimination, de sectarisme et de préjugés seraient remplacés par un esprit inclusif de fraternité – une inclusivité morale à la fois économique et sociale.

Dans un article récent pour Project Syndicate, l’économiste Joseph Stiglitz présente un nouveau rapport qui étudie ce qui a changé depuis l’époque de Luther King, publié récemment sous le titre Healing Our Divided Society : Investing in America Fifty Years After the Kerner Report [Guérir notre société divisée : investir aux États-Unis cinquante ans après le rapport Kerner]. Fruit d’une commission mise en place par le président Lyndon Johnson, le rapport Kerner a enquêté sur les causes des émeutes raciales dévastatrices de 1967, en proposant des mesures pour y remédier. Les conclusions du rapport, explique J. Stiglitz, « décrivaient un pays dans lequel les Afro-Américains étaient confrontés à une discrimination systématique, souffraient du manque de logements et d’une éducation insuffisante et n’avaient pas accès aux opportunités économiques. »

...


Références : project-syndicate.org ; time.com ; nobelprize.org ; thekingcenter.org ; ppu.org.uk.




Home Manifeste pour une Emergence politique [Extraits]

Nous vivons à l’aube de très grands changements : l’Émergence de la Hiérarchie spirituelle ‑ les Maîtres de Sagesse ‑ rend possible la transition de l’ancien monde au monde nouveau.

Comment accomplir cette transformation ? Efforçons-nous de définir les différentes étapes susceptibles d’accompagner et de faciliter l’éclosion de cette nouvelle civilisation.

Tout d’abord, examinons l’Émergence en tant qu’acte politique. Qu’est-ce que l’Émergence ? C’est l’extériorisation de la Hiérarchie spirituelle, autrement dit le retour de la Hiérarchie dans le monde extérieur, dans la vie de tous les jours.

Il est donc opportun de nous interroger sur la manière dont les gens perçoivent et accueillent un tel retour. Comment s’assurer que cette « réception » soit correcte et se déroule dans les meilleures conditions possibles ?

Pour répondre à cette question il faut considérer la notion de « politique » : qu’est-elle ? Comment se définit son action ?

La politique, c’est tout ce qui se réfère à Polis (la cité-État idéale), à la société, à l’organisation de cette société et à la vie en son sein. L’histoire de l’humanité nous apprend qu’il y a deux sortes de politique : celle qui vise à séparer les gens, et celle qui vise à les unir. On nous a toujours forcés à choisir entre les deux. Nous observons que l’homme a toujours suivi le chemin de la séparation, malgré les tentatives qu’il a faites à travers l’Histoire pour établir des sociétés au sein desquelles il s’est efforcé de vivre selon les Lois de l’Unité.

Qu’est-ce qui fait défaut à l’humanité et qui l’empêche de vivre selon les Lois de l’Unité ?

Il ne suffit pas de créer l’unité sur un plan purement matériel. Ni de chercher à la créer au niveau purement spirituel. L’échec a couronné toutes les tentatives trop focalisées sur l’un ou l’autre de ces aspects. Par conséquent, l’avenir de l’humanité dépend de l’expression correcte et simultanée, dans l’espace et dans le temps, de ces deux polarités : le matériel et le spirituel.

Aussi est-il primordial de réfléchir à la forme à donner à la Nouvelle Polis ‑ la nouvelle société ‑ si nous voulons réussir à vivre selon les Lois de l’Unité et pleinement manifester l’Extériorisation de la Hiérarchie.

Si la tradition ésotérique a toujours souligné l’absence de séparation ou d’opposition entre le matériel et le spirituel, c’est à nous qu’il revient de donner forme à cette reconnaissance sur le plan politique ‑ autrement dit, de l’extérioriser.

Comment organiser la société et le groupe de telle sorte que les aspects matériels et spirituels puissent coopérer et grandir ensemble ? S’ils réfléchissent à cette question, les hommes en viendront à repenser et reformuler les différentes voies politiques et religieuses qu’ils ont connues jusqu’à présent.

Si nous examinons les mouvements politiques, nous distinguons deux tendances principales. L’une, récurrente tout au long de l’Histoire, ne recherche que le développement matériel, sans le relier à l’aspect spirituel. On la reconnaît à son ignorance du spirituel, qu’elle n’accepte pas. De nos jours, cela a pour nom « capitalisme », dans toutes ses variantes.

La seconde tendance politique est le développement de l’aspect matériel, pour le bien de l’humanité : il s’agit de toutes les tentatives de mise en commun des ressources d’un groupement humain donné, tentatives auxquelles on a donné le nom de « communisme », avec toutes ses variantes historiques. Dans la mesure où elles se limitaient au plan matériel, sans connaissance ou acceptation du plan spirituel, ces tentatives ont échoué. Tout comme le capitalisme échoue aujourd’hui. La reconnaissance du spirituel est donc indispensable au juste développement de l’humanité sur le plan matériel et sur le plan politique.

Avec l’apparition cyclique de Grands Enseignants, l’humanité a régulièrement reçu l’impulsion nécessaire à la création de la Polis parfaite, dans laquelle le développement de l’humanité s’exprimerait simultanément sur les plans matériels et spirituels. Ces impulsions se sont concrétisées en diverses religions, adoptant elles-mêmes des formes variées.

Et, tout comme les différentes voies politiques, les différentes voies religieuses ont échoué à créer la Cité parfaite. Cela est principalement dû aux dogmes qui ont été promulgués, et qui, devenus semblables à des lois matérielles, ont mené à l’incompréhension de la relation entre les aspects matériels et spirituels de la vie, et, par suite, entre les sphères politiques et religieuses. Même les nombreuses tentatives de « communisme religieux » visant à créer des sociétés parfaites sont restées lettres mortes, s’étant développées à l’ombre des structures religieuses officielles, donc coupées des sphères politiques et de toute réalité extérieure.

Les grands courants religieux ont toujours été dépourvus d’une juste compréhension de ce qu’est réellement la religion, et, par suite, n’ont jamais su considérer la politique et la religion comme inséparables, sans que l’une soit subordonnée à l’autre.

...

La prise de conscience que nous faisons partie de l’Émergence est donc une étape très importante pour notre groupe dans le processus de « réception » du retour de la Hiérarchie.

En fin de compte, vivre l’Émergence en tant qu’acte politique, éducatif et volontaire, redonne au groupe humain le droit de choisir ‑ ce droit perdu depuis si longtemps. Car aujourd’hui, par un acte de volonté à concrétiser dans le domaine politique, nous pouvons prendre la décision consciente de travailler avec et pour la Lumière. Le Retour de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse est pour nous l’occasion, en tant que groupe humain, de nous opposer au mal et de le vaincre par un acte de volonté. Il nous permet également d’affirmer le lien avec l’âme et avec l’esprit en tant que nécessité naturelle qui doit trouver son expression dans la structure politique, aussi bien au niveau collectif qu’individuel.

De la sorte, à chaque niveau qui va de l’individu au collectif, nous pouvons affirmer avec force : « Oui, l’âme et l’esprit sont des réalités. Oui, je peux être en contact avec ces niveaux. Oui, je peux l’affirmer. J’ai le droit de l’affirmer. » Et par cette affirmation ontologique je pose un acte politique parfaitement légitime, exempt de tout dogme, et créateur de la Nouvelle Civilisation.

La tâche qui nous attend ces prochaines années est évidemment gigantesque. Il faut faire de cet objectif un sujet de discussion afin qu’il puisse être atteint. Il faut définir les étapes qui nous guideront vers ce but : redéfinir les domaines politiques et religieux, les réorienter au service de l’évolution humaine, et affirmer que la connaissance du Soi est un préalable naturel pour structurer le domaine politique.


1. Voir l’article Le Fils de l’Homme dans Un Maître parle, Partage Publication.
2. Cf Partage international, novembre 2017 : Réflexions sur le passé et l’avenir de notre travail.





La voix des peuples

Cette rubrique est consacrée à une force en plein développement dans le monde. La voix du peuple ne cessera de s’amplifier jusqu’à ce que, guidés par la sagesse de Maitreya, les peuples conduisent leurs gouvernements à créer une société juste dans laquelle seront respectés les droits et les besoins de tous.

Home Gaza : manifestations contre le blocus et pour le droit au retour


Source : theguardian.com ; nytimes.com ; Associated Press

« Le mur qui sépare Israël et Gaza est l’actuel point chaud de ce conflit vieux de plusieurs décennies : des soldats israéliens utilisent des armes mortelles contre des Arabes pour la plupart désarmés qui manifestent chaque vendredi depuis plusieurs semaines. »

C’est ainsi que le New York Times du 13 avril 2018 introduit l’article où il décrit les manifestations ayant abouti à des dizaines de morts et des milliers de blessés parmi les Palestiniens.

Les manifestations ont commencé le 30 mars et doivent se poursuivre chaque vendredi jusqu’au 15 mai. Elles font partie d’une campagne de manifestations contre le blocus mené par Israël et l’Égypte sur Gaza depuis onze ans. Les manifestants réclament le droit au retour des réfugiés palestiniens et de leurs descendants sur la terre d’où ils ont été chassés en 1948.

L’origine de ces manifestations de résistance pacifique est attribuée à un post sur Facebook du journaliste et activiste Ahmed Abu Artema, de Gaza. Le journal The Guardian cite l’interrogation d’A. Artema : « Que ce passerait-il si des milliers de Palestiniens de Gaza, qui pour la plupart sont réfugiés ou descendants de réfugiés, traversaient pacifiquement la frontière pour aller voir la maison de leurs ancêtres ? »

A. Artema rejette la résistance armée en partie parce qu’il considère que cette stratégie a échoué : « Il n’est pas nécessaire de résister à l’occupation avec des balles. Vous pouvez résister à l’occupation avec le dabké ou seulement en restant assis là. »

Les partis politiques palestiniens, y compris le Hamas, soutiennent ce mouvement. « Je ne suis pas le porte-parole du Hamas, affirme cependant A. Artema. C’est positif que ces gens commencent à croire à une lutte pacifique. [Israël] veut nous amener sur le terrain de la violence. Ils ne veulent pas se trouver confronté à des gens. Ils préfèrent affronter les fusées et les missiles. Que quelques personnes envoient des pierres ne justifie pas leur foudre meurtrière. »

La violence de la réaction israélienne a été largement critiquée. L’Onu et l’Europe ont lancé un appel à des enquêtes indépendantes.

« Nous voulons vivre comme tous les autres hommes du monde, explique Omar Hamada, ouvrier du bâtiment au chômage. Nous venons ici pour que le monde nous voit et comprenne que la vie ici est misérable et qu’il devrait y avoir une solution. »





Courrier des lecteurs

La rédaction de Partage international a reçu, au fil des années, un grand nombre de « Courriers des lecteurs » qui ont été traités et confirmés comme de véritables rencontres avec des Maîtres ou un « porte-parole » mais qui n’ont pas encore été publiés.
D’autres courriers sont récents. Alors que nous ne pouvons plus confirmer ou indiquer qu’un Maître est impliqué, il se peut que l’expérience soit si forte qu’elle « parle d’elle-même » et apporte espoir, inspiration et réconfort.

Home Confirmation

Dans la soirée du 7 avril 2018, ma femme et moi étions au restaurant, et remarquâmes une Chinoise âgée, menue et portant un petit sac à dos, assise à la table derrière nous. Après avoir commandé, elle se leva et se comporta de façon plutôt fantaisiste et taquine avec le propriétaire. Puis elle s’approcha de nous, se mit à nous parler et bien que sa langue nous fût inconnue, nous comprîmes ce qu’elle voulait nous dire avec ses gestes, son ton joyeux et son visage souriant. De temps en temps, au cours du repas, elle se leva et rendit visite à d’autres tables. Elle semblait répandre la joie partout où elle allait. Son attitude était très joyeuse et elle aimait rendre les gens heureux. Elle passa de nombreuses fois devant notre table et, même une fois, nous servit une tasse de thé !

Nous demandâmes au propriétaire qui elle était. Il nous répondit qu’elle venait deux ou trois fois par semaine, mais jamais le soir (il était 19 h) et il ne savait pas pourquoi elle était là ce soir-là. C’est alors que l’idée me vint qu’il pourrait s’agir d’un « familier  ». Elle rendait les gens si heureux et chacun était si spontané avec elle. Il y avait à sa table trois personnes qui m’ont semblé être aussi des « personnes spéciales » ! A un moment, cette dame échangea avec elles de façon très chaleureuse et affectueuse. Quand elle n’allait pas d’un endroit à l’autre, elle mangeait tranquillement, conservant tout le temps son sac à dos ! Fait amusant, après avoir fini de manger, elle commanda des raviolis à la vapeur et vint nous en offrir un.

En partant, nous nous tournâmes vers elle pour la saluer, elle joignit les mains et nous fîmes de même. Nous partîmes l’esprit revigoré. J’eus le sentiment qu’il s’agissait de Maitreya (et non d’un porte-parole) et que peut-être les trois personnes à sa table étaient le Maître Jésus, un disciple et encore Maitreya ! Nous savons qu’il n’est plus possible de le confirmer mais, peu de temps avant le décès de B. Creme, son Maître a indiqué que Maitreya était apparu sous l’aspect de deux personnes au même moment et au même endroit.

Cette « impression » est également liée à ce qui m’était arrivé la veille (voir Maitreya laisse sa signature, Signes des temps).

R. S., Burnaby, Colombie Britannique, Canada




Home Des miracles au quotidien

Le 21 mars 2018, en feuilletant la version espagnole de la revue Share International que je venais de recevoir, je vis la reproduction du tableau de la Cène dans la rubrique Signe des temps. J’eus l’idée de la prendre en photo pour la mettre dans ma salle à manger mais par la suite, en lisant la rubrique Courrier des lecteurs, j’ai découvert que c’était de cette image que venait de la musique. [Voir Musique céleste, dans notre numéro de mars 2018 (p. 22) et la photo qui s’y rapporte p. 11.] J’étais encore plus déterminée à l’afficher ; pas seulement pour la musique qu’elle émettait mais aussi pour sa signification religieuse et mystique et ses qualités artistiques. Je pris donc une photo avec mon téléphone et en fis faire une impression papier. Le lendemain, je me levai vers cinq heures et comme je n’avais pas sommeil, je décidai d’allumer la télévision. Je coupai le son pour lire les nouvelles sans déranger mon mari qui dormait. Alors j’entendis une douce musique. Je changeai de chaîne pour vérifier si la musique ne venait pas de la chaîne d’informations. Ce n’était pas le cas, je m’assis donc en silence pour écouter attentivement cette musique. C’était une musique très faible et très douce, comme le son d’une harpe, et très agréable. Je l’écoutai environ 20 mn, puis j’en informai mon mari qui déclara que cela lui faisait penser à de la musique céleste. J’avais pris la photo le jeudi saint (soir de la Cène), cela était donc en lien avec le thème de la photo et le même jour, je l’ai accrochée dans ma salle à manger. Je n’ai plus entendu cette musique mais j’aimerais bien l’entendre à nouveau.

Je pense que chaque jour nous émerveille avec tous ces miracles qui ont lieu en cette période.

L. M., Cuba




Home Rester ouvert à la communication

Il y a quelques semaines, le porte-parole de Maitreya qui nous rend visite assez régulièrement, a passé une heure au Centre d’information d’Amsterdam à discuter avec nous.

La conversation a porté sur de nombreux et vastes sujets : les plans et la matière éthérique, le langage parlé et écrit, le fait que les mots peuvent être mal interprétés, l’envoi de pensées sur les plans éthériques (qui est la meilleure manière de communiquer). Nous parlâmes de l’état général du monde. Il déclara que nous avons peu de temps à attendre avant de voir Maitreya ‑ cette année. (En janvier, lors de l’une de nos conférences, il avait dit aux personnes présentes : « C’est l’année. »)

Le lendemain, le porte-parole habituel du Maître Jésus est venu ; il a vu que nous avions un grand écran dans la pièce principale qui diffusait des conférences de B. Creme. De temps en temps nous mettons aussi un écran dans la vitrine, mais nous ne l’avions pas fait depuis longtemps. Le jeune porte-parole nous a demandé pourquoi nous n’avions pas mis l’écran dans la vitrine plutôt que dans la pièce principale. « Les passants peuvent regarder le DVD quand ils le veulent ! » Nous répondîmes que nous allions le faire sur le champ, ce que nous fîmes.

Quelques semaines plus tard, nous nous attendions presque à ce que le porte-parole de Maitreya assiste à une conférence au Centre mais il ne s’est pas présenté. Cependant, un peu plus tard ce jour-là, le 8 avril, le porte-parole habituel du Maître Jésus est revenu et a dit combien il était content de voir l’écran dans la vitrine. « Bon ! Et ah, au fait, est-ce que le journal d’information de base est disponible maintenant… heu… pas encore ? » Cela nous fit rire car nous venions juste de parler de notre projet de rééditer ce journal. Il semble donc qu’il nous maintienne en alerte de la façon la plus drôle et la plus amicale.

Des collègues du Centre d’information de Share International/Nederland, Amsterdam, Pays-Bas




Home Phénomènes étranges

En mai 2001, je fis une croisière à la découverte des dauphins au large des îles Bimini (Bahamas). J’avais peur de nager avec eux mais restai à l’avant du bateau. A un moment, j’entendis un sifflement venant de quelque part dans l’eau. Ce n’était pas le chant habituel émis par les dauphins. [1] Maitreya peut-il apparaître sous d’autres formes ? Est-ce Maitreya qui est à l’origine de ce sifflement ? [2] Un autre jour, le soleil était complètement enveloppé de ténèbres et une lumière entourait ce cercle de ténèbres. Le soleil, entouré de ténèbres, paraissait si petit et pourtant il y avait de la clarté sur le bateau. Savez-vous de quel phénomène il s’agit ?

T. A. G., Lowell, Massachusetts, États-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué : [1] Oui. [2] Il s’agissait d’un signe manifesté par Maitreya.



Signes des temps

Les « Signes des temps » présentés dans cette rubrique ont été confirmés par le passé par Benjamin Creme ou s’imposent d’eux-mêmes sur la base de l’espoir et de la foi qu’ils suscitent. Nous les soumettons à votre réflexion.

Home Ceux qui cherchent des signes...

Maitreya laisse sa signature



Je travaille dans un bureau de poste et le vendredi 6 avril 2018, je devais déplacer un colis assez volumineux d’un endroit à un autre. Il y avait des lignes au marqueur noir sur le colis, mais elles ne formaient aucun motif particulier. Lorsque je posai le colis et retournai à mon poste de travail, mon collègue s’aperçut qu’un élégant « M » était inscrit sur mon polo.
Il était situé sur ma poitrine du côté droit, près du centre spirituel du cœur !
Certains pensent qu’il pourrait s’agir d’un « signe » de Maitreya.
PS – Après la soirée du lendemain, au restaurant (voir Courrier des Lecteurs, Confirmation), je suis moi-même convaincu qu’il y a quelque chose derrière cette marque !
R. S., Burnaby, BC, Canada




Home Visite d'une école à Brahmana Palli



Des élèves à l’école publique Brahmana Palli, à côté de l’ashram de Saï Baba de Puttaparthi (Inde), en mars 2006. Cette photographie a été prise par D. M. lors d’une visite qu’elle a rendue avec des amis à cette école et au cours de laquelle les enfants reçurent des cadeaux et montrèrent leurs chambres aux visiteurs.




Home Phénomènes lumineux à Angel Point



A l’aube du 13 mars 2018, un témoin se trouvant à Angel Point, site panoramique situé à Jacksonville (Floride), a photographié une figure angélique lumineuse dans le ciel. (Sources : ufosightingsdaily.com ; YouTube : MRMBB333)

 




Home Photographie prise par l’Observatoire solaire et héliosphèrique de la Nasa


Source : ufosightingsdaily.com



Le 10 février 2018, l’Observatoire solaire et héliosphèrique de la Nasa a photographié un énorme objet ailé près du soleil.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018