DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1991

Extraits de la revue
Partage international

Juillet 1991 - N° 35 / 36 Vol. 4, n° 6

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Editorial


  • Signes des temps


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home La Lumière de Maitreya

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

L’heure est proche où, en grand nombre, les hommes seront assurés de l’existence de Maitreya, toucheront du doigt Sa réalité, et sauront qu’Il attend d’être reconnu. Les lois qui gouvernent Son émergence trouvent un prompt accomplissement, Lui permettant un contact plus ouvert avec l’humanité. Bientôt sera révolu le temps où il devait voiler Sa lumière, n’apparaissant qu’à quelques élus.
Sous peu, beaucoup auront de Lui une expérience directe, Le voyant dans la plénitude de Sa présence physique. Il sollicitera leur aide, leur concours, et sera entendu. Ainsi se prépare le jour de Son apparition devant le monde.

L’âge de l’ignorance


Quand viendra ce jour béni, le monde des hommes saura que Dieu a envoyé Son Emissaire, que l’Instructeur est parmi nous, que l’âge de l’ignorance touche à sa fin. A compter de ce jour, si les hommes prêtent l’oreille à Son appel, un élan d’espoir nouveau animera les nations, amenant dans son sillage une ère de paix et de bien-être à peine concevable aujourd’hui.
A jamais disparaîtront les foyers de haine qui corrompent la vie planétaire depuis les temps les plus anciens. Juifs et Gentils, Hindous et Musulmans trouveront une base d’entente dans leur humanité commune, et la chaleur de Sa lumière fera fondre les antagonismes séculaires.
Peu de temps encore les hommes devront attendre pour voir l’Instructeur. En le voyant, ils en viendront à comprendre les raisons de leur existence, le but de leur vie. Ils retrouveront foi en la vie, et créeront autour d’eux le tissu d’une civilisation nouvelle et meilleure, marquée du sceau de la justice et du partage, de l’harmonie et de l’amour.
Ils se tourneront vers le futur avec espérance plutôt que dans l’abattement. Ils dresseront au firmament les cartes de voyages à venir, accueillant en l’infini un concept prometteur et empli de beauté. Ils aimeront la vie et tout ce qui vit, et seront de retour dans le Plan divin. Il en sera ainsi, et c’est ainsi que le Grand Seigneur accomplira Sa mission: le sauvetage de l’humanité et la restauration de la Volonté de Dieu.

La lumière de la connaissance


Bien entendu, tous ces progrès ne se produiront pas du jour au lendemain. Nombreuses sont les chaînes qui entravent encore la conscience de l’homme, tandis que des abîmes d’ignorance et de superstition confondent sa pensée. Bientôt cependant, la lumière de la connaissance et de la sagesse commencera de se projeter sur les nombreux problèmes qui assaillent le monde et, dans la tolérance et la bonne foi, beaucoup sera réalisé en peu de temps.
Maitreya ne vient pas seul, mais à la tête de Son groupe de Maîtres. Avec Leurs Initiés, Ils prendront eux aussi en main l’humanité et, dans l’accomplissement de Leur mission de service, conduiront les hommes dans le nouvel âge. Leur expérience guidera les hommes, hâtant leur évolution; ensemble, ils créeront les nouvelles formes et institutions à travers lesquelles l’humanité manifestera son expérience du divin. Il en sera ainsi, et c’est ainsi que la vision antique du perfectionnement de l’homme connaîtra le début de sa réalisation.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international





Home Les Rayons du corps physique — un guide du débutant

par Idina Le Geyt

Dans cette revue, et plus particulièrement dans la rubrique « Questions-Réponses », traitée par Benjamin Creme, il est régulièrement fait mention des Sept Rayons. Il s'agit d'un domaine d'étude important, mais assez complexe, et assez difficile à maîtriser pour de nombreux lecteurs (et y compris pour nous-mêmes). Dans ce numéro, ainsi que dans les prochains, nous publierons quelques informations de base sur les rayons. Idina Le Geyt résume ici la manière dont les Sept Rayons se manifestent à travers les différents types physiques. Les mois prochains, nous publierons une série d'articles issus de la transcription résumée d'enregistrements de débat au sein d'un groupe de travail sur les Rayons, dirigé par Benjamin Creme à Londres. Ces articles ne constituent en aucun cas une étude exhaustive ou définitive sur le sujet, mais présentent quelques commentaires d'ordre général qui éclaireront et, nous l'espérons, pourront se révéler utile à tous ceux qui cherchent à acquérir une compréhension plus profonde des Rayons.

Les Sept Rayons sont sept courants d'énergie qui s'écoulent à partir de sept étoiles de la constellation de la Grande Ourse. Ils gouvernent notre planète et nous-mêmes, conférant leurs qualités particulières aux individus et aux nations. Benjamin Creme a écrit dans La Mission de Maitreya : « La connaissance des rayons donne un aperçu de nos forces et de nos limitations, de nos lignes de moindre résistance dans cette vie, et nous aide à comprendre la raison des ponts et des barrières que nous érigeons entre nous-mêmes et les autres, du fait de notre structure personnelle de rayons. »

Le rayon du corps physique donne forme au corps physique et au cerveau, et les gouverne, fournissant l'équipement physique qui nous permet d'accomplir les tâches de l'âme, telles qu'elles sont conçues par le mental. Le Maître DK exprime cela de la manière suivante, par l'intermédiaire d'Alice A. Bailey » : « Le rayon du corps physique « colore » également le cerveau physique et ses réactions aux processus mentaux. » Il peut ainsi servir de complément au rayon du mental, permettant à un accomplissement ultérieur de se produire.

La sélection des types de rayons physiques qui suit est tirée de la liste de structures de rayon d'initiés connus initialement fournie par le Maître de Benjamin Creme dans Share International. Elle comprend également les descriptions de types de rayons par Benjamin Creme, tout d'abord publiées dans Share International, et des extraits de lettres du Maître DK à des disciples parues dans l'Etat de Disciple dans le Nouvel Age, d'Alice A. Bailey, tirés de la remarquable compilation d'Aart Jurriaanse sur les sept rayons.

Chacun de nous possède cinq rayons : un rayon de l'âme, un rayon de la personnalité, et trois rayons gouvernant nos corps mental, astral et physique. Chaque corps peut se trouver sur un rayon différent. En termes clairs, lorsqu'on dit qu'une personne se trouve sur « la ligne 2-4-6 », cela veut dire qu'elle présente essentiellement des structures de rayon du 2e, 4e, ou 6e rayon, et tend à être plutôt introvertie. Celle qui se trouve sur la ligne 1-3-5-7 tend à être plus extravertie. Un « type du 4e rayon », par exemple, aura une prédominance de 4e rayons, ou pourra être focalisé sur une personnalité du 4e rayon ou un corps mental du 4e rayon. Cet article traite du rayon du corps physique, mais comme c'est toute la structure de rayons de la personne qui modèle son caractère, la structure complète de certains initiés est donné entre parenthèses dans l'ordre suivant : âme, personnalité, corps mental, astral et physique.

Le type physique du premier rayon

Corps physiques célèbres du 1er rayon : Leaders politiques : Alexandre le Grand, Botha, Caligula, Catherine la Grande, Churchill, de Gaulle, Gordon, Henri VIII, J. F. Kennedy, Kenyatta, Lincoln, Mao, Mussolini, Nasser, Périclès, Roosevelt, Spartacus, Staline, Tito. Leaders spirituels : Jésus, Jean-Baptiste, Hercule, Josué, St Paul, Moïse, l'archevêque Romero. Ecrivains : Carlyle, Confucius, Hemingway, Marlowe. Artistes : Dürer, El Greco, Goya, Michel-Ange. Inventeur : Nobel.

Benjamin Creme : « Le type physique du premier rayon a tendance à être grand, puissamment bâti et à avoir une ossature large. Il émane de lui un air de puissance, une autorité naturelle et il respire le courage. Il est souvent gros (davantage du fait de ses excès de table que d'un dérèglement glandulaire), mais dans une égale mesure, il peut être maigre, dur et "résistant". »

Le premier rayon de Volonté ou de Pouvoir prédomine dans les corps physiques des grands dirigeants politiques et militaires de l'histoire, qui dominent littéralement leurs contemporains et qui, s'ils sont combinés à un corps mental du premier rayon (comme c'est le cas de nombreuses personnalités citées plus haut) constituent vraiment des êtres remarquables. Il est pratiquement impossible de s'opposer à un mental du1er rayon lorsque cette entité s'est embarquée sur une ligne d'activité particulière. S'il est associé à un corps physique du 1er rayon, remplissant l'espace environnant, alors il est temps pour un pauvre type physique du 2e rayon de se mettre à l'abri. On peut imaginer que Falstaff avait un corps physique du 1er rayon. L'intrépidité absolue du 1er rayon, qui inspire les hommes à des actes d'héroïsme et de sacrifice, le corps physique extrêmement robuste et la puissante volonté qui peuvent amener des changements spectaculaires sont illustrés par Mao-Tsé-Toung qui avait quatre 1er rayons (1,1,1,2,1).

Le corps physique du 3e rayon est le rayon le plus répandu de l'humanité. Seuls 11 pour cent des initiés de la liste fournie initialement par le Maître de Benjamin Creme se trouvent sur le 1er rayon. Un corps physique du 1er rayon est rare, déclare le Maître DK « sauf dans le cas de disciples qui sont susceptibles de bâtir des véhicules de n'importe quel type de force pour faire face aux circonstances critiques et au besoin de service d'une vie particulière. » Le Maître DK souligne la capacité d'organisation et la volonté dynamique, spirituelle, d'un disciple qui présente aussi une âme du 1er rayon. Il met en garde un disciple qui possède plusieurs 1er rayons « qu'il exerce un pouvoir excessif sur tous ceux qu'il rencontre et qu'il cherche à aider. » Il dit que le corps physique du 1er rayon permet à un disciple d'utiliser l'énergie spirituelle sur le plan physique. Il est intéressant de noter que Jésus (6, 1, 1, 2, 1) avait un corps physique du 1er rayon, ce qui ajoute une nouvelle dimension à la compréhension que nous avons de lui. Rien d'étonnant donc qu'il ait pu renverser les tables des marchands du temple. Il n'est pas difficile d'imaginer quel spectacle puissant cela a du être. Les dimensions du Suaire de Turin montrent qu'il mesurait 1,70m, et son visage exprime une force bien éloignée de l'ascétisme délicat si souvent décrit par les artistes. Dans son livre sur le Suaire de Turin, Ian Wilson souligne que les premières icônes chrétiennes dépeignaient un visage étonnamment semblable, peint par des artistes probablement familiers du visage présent sur le Suaire. (Voir Ian Wilson, Le Suaire de Turin, Gollancz, 1980)

Le type physique du deuxième rayon

Corps physiques célèbres du 2e rayon : Compositeurs : Chopin, Schubert. Artiste : Giorgione. Poéte : Keats. Leader : U. Thant. Charpentier : St Joseph.

Benjamin Creme : « Le type physique du 2e rayon présente un sens du raffinement exigeant et une grande sensibilité. Il ou elle ne s'adonne pas volontiers aux jeux, excepté peut-être les cartes et autres jeux de l'esprit, qui requièrent sensibilité et intuition. Il est d'ordinaire (mais pas toujours) petit et de complexion délicate. »

Les corps physiques du 2e, 4e et 6e rayons sont rares sur la liste originelle des initiés, chacun ne formant qu'un pour cent du total. Il n'y a que six initiés sur cette liste ayant des corps physique du 2e rayon, ce qui n'est guère surprenant, le corps du 2e rayon étant enclin à la maladie, et sa timidité, son indécision et son imprécision (un cerveau du 2e rayon peut avoir du mal à saisir le fil d'une pensée avant qu'elle ne disparaisse) pourraient empêcher un initié d'accomplir la tâche qui lui incombe. Ces désavantages peuvent sembler accablants pour un disciple, bien qu'il puisse recevoir de l'aide de corps physiques plus robustes — on voit souvent des types maternels du 6e rayon, dotés de robustes corps du 3e rayon, nourrir leurs frères plus faibles. (Les types physiques du 2e rayon ont besoin de se nourrir fréquemment, surtout de pommes de terre et d'autres hydrates de carbone.)

Il n'est pas prudent d'emmener un faible corps physique du 2e rayon faire du ski : s'il est pris dans une congère, il court le risque de ne jamais en sortir. (Un corps physique du 2e rayon se reconnaît facilement dans un groupe de Transmission : il a mis trois pull-overs et est recouvert de cinq couvertures.)

Chopin (4,4,1,6,2), Keats (4,6,2,2,2) et Schubert (4,2,2,4,2) moururent tous jeunes de maladie. Cependant, leur œuvre traduit la sensibilité et la douceur que le 2e rayon d'Amour-Sagesse apporte avec lui. Benjamin Creme a dit qu'un certain nombre de 2e rayons dans la structure de rayons d'une personne l'aident à édifier l'aspect d'amour, qui a pu faire défaut dans une incarnation antérieure. Keats et Schubert avaient un mental du 2e rayon, et Schubert était l'un des rares initiés à être entièrement sur la ligne de rayon 2-4-6. Dans le cas d'U. Thant (2,2,1,6,2) une prédominance de 2e rayons associée à un mental du 1er rayon, a fait de lui un infatigable travailleur en faveur de la paix. Selon Benjamin Creme, le 2e rayon associé au 7e rayon sur le plan du corps physique, contribue à donner des danseurs d'une grande beauté.

Le Maître DK, par l'intermédiaire d'Alice A. Bailey, suggère qu'un « grand et sage sentiment d'équilibre soit mis en œuvre » lorsque l'on s'adresse à un disciple dont « l'équipement entier se trouve sur la ligne de force du 2e rayon ». Il souligne la tendance à la négativité et à l'échec du 2e rayon, et explique aussi que la vibration de l'ego ou de l'âme ne sera pas reconnue, parce qu'elle sera semblable aux notes des différents corps. Le disciple devrait s'entraîner à reconnaître les diverses tonalités, à distinguer la tonalité de l'âme, et à réagir à elle. « Le secret réside dans l'accroissement, planifié, de la sensibilité. »

Le type physique du troisième rayon

Corps physiques célèbres du 3e rayon : Leaders : Bismark, Gandhi, Lénine, Martin Luther King, Golda Meir, Hitler. Ecrivains et philosophes : Bacon, Bailey, Balzac, Behan, Blavatsky, Dickens, Hugo, Hélèna Roerich, D.H. et T.E. Lawrence, Shakespeare, Steiner, Tolstoï. Artistes : Blake, Picasso. Leaders spirituels : Pape Jean XXIII, St François d'Assise, Yogananda. Compositeurs : Brahms, Mozart.

Benjamin Creme : « Le type physique du 3e rayon (qui, avec celui du 7e rayon, est le plus commun) peut avoir toute les tailles et toutes les formes. Un grand nombre d'athlètes appartiennent à ce type, qui se caractérise par une faculté de coordination et d'adaptation physique, (lorsqu'il est en bonne santé). Les personnes de ce type physique constituent plus ou moins « la norme », dans la mesure où on les voit partout — grandes et petites, grosses et maigres. Elles ont tendance, excepté lorsqu'elles sont très grandes, à avoir des traits communs. »

Le 3e rayon d'Activité, d'Adaptabilité ou d'Intelligence, le rayon physique majeur de l'humanité, se rencontre chez 51 pour cent des initiés de la liste. Il s'agit généralement d'un corps robuste, en bonne santé, équipant bien l'initié pour lui permettre de remplir ses tâches. Selon DK, qui écrit à l'un de ses disciples, il donne la capacité de travailler sur le plan physique, de manipuler l'argent et de ramener la personne à terre. Il « vous donne une compréhension active, intelligente de la vie et un véhicule physique coordonné, » déclare-t-il. « Il vous aide dans l'expression sur le plan physique. Il constitue un point focal pour la manifestation de l'âme… »

DK décrit aussi l'agitation du cerveau du 3e rayon, qui tend à « une grande activité physique (telle que des mouvements rapides et un parler rapide) » — qui n'est pas toujours productif, comme il en avertit le disciple et « demande du changement et de la variété, il déteste le calme et la stabilité. » On pense à la prodigieuse énergie de Balzac, qui a produit 85 romans en 20 ans (3,7,6,6,3). Le philosophe Sir Francis Bacon (7,4,4,6,3) pouvait garder ses contemporains éveillés toute la nuit par des conversations brillantes et animées, et Charles Dickens (2,4,2,4,3) s'instruisait sur l'autre vie, sur la vie souterraine de Londres, lorsqu'il se promenait dans les rues toute la nuit, incapable de dormir. Le type physique du 3e rayon a dû être essentiel pour ancrer Mozart à la terre, avec tous ses 4e rayons (4,4,4,4,3). Ce rayon peut se manifester par une tendance à l'indolence et à la recherche des satisfactions personnelles, évidemment chez les types moins évolués uniquement.

Le type physique du quatrième rayon

Corps physiques célèbres du 4e rayon : Leader spirituel : Prajapita Brahma. Acteur/metteur en scène : Charlie Chaplin. Conseiller : Joseph d'Arimathie. Poète : Homère. Compositeur : Eric Satie.

Benjamin Creme : « Le type physique du 4e rayon me semble combiner les traits des types du 2e et du 3e rayons : la délicatesse et le raffinement des manières du 2e rayon avec quelque chose de l'énergie de base (en plus fébrile) du 3e rayon. Il serait plutôt petit. »

Il s'agit là d'une description pertinente de Charlie Chaplin (2,4,1,4,4) au sommet de ses talents, quand il subjugue son public par son énergie et son agilité. On ne trouve le 4e rayon d'Harmonie, de Beauté, d'Art et d'Unité que chez les corps physiques de cinq initiés de la liste. Homère (4,2,6,2,4), un autre rare initié dont la structure de rayon se trouvait entièrement sur la ligne 2-4-6, était aussi une âme du 4e rayon, et l'influence du 4e rayon se fait sentir dans la merveilleux imagination, intuition et invention de la grande épopée de l'Iliade et de l'Odyssée. DK ne fait aucune allusion à des corps physiques du 4e rayon, selon Aart Jurriaanse.

Le type physique du cinquième rayon

Corps physiques célèbres du 5e rayon : Leaders politiques : Napoléon, Ramsès II. Savants : Arkwright, Brunel, Caxton, Darwin, Rudolf Diesel, Edison, Galilée, Kepler, James Clark, Maxwell, Newton, Planck, Rutherford, Tesla. Ecrivains : Cicéron, Ibsen, Kant, Hélène Keller, Montaigne, van den Vondel. Artistes : Holbein, Hokusaï. Compositeur : Schumann.

Benjamin Creme : « Le type physique du 5e rayon donne une certaine raideur, une apparence guindée, avec une tendance à la gaucherie, à la maladresse plutôt qu'à la coordination physique. Il a souvent les épaules et la tête carrés, et les yeux profondément enfoncés sous des arcades sourcilières carrées. »

Cette description s'applique d'une manière parfaite à Napoléon (3,1,1,4,5) dont le cerveau du 5e rayon associé à un mental du 1er rayon produisit le brillant stratège. Le 5e rayon, de la Connaissance Concrète ou de la Science, ne s'applique qu'à 4 pour cent des initiés de notre liste choisie. Le 5e rayon produit le cerveau méthodique du savant, technicien et inventeur. La méticulosité du 5e rayon de Charles Darwin (il avait aussi un mental du 5e rayon), rassemblant un grand nombre de données sur la faune et la flore, lui permit de développer sa théorie de l'évolution (2,7,5,2,5). A certaines occasions, cependant, le souci du détail du 5e rayon peut entraver l'action spontanée. Darwin attendit 12 ans avant de publier le résultat de ses découvertes, et encore, uniquement parce que Alfred Russell Wallace était sur le point de révéler la même théorie.

DK ne fait aucune allusion à des corps physiques du 5e rayon, selon Aart Jurriaanse.

Le type physique du sixième rayon

Corps physiques célèbres du 6e rayon : Ecrivain : Elisabeth Gaskell. Martyre : Jeanne d'Arc. Réformateur des hôpitaux : Florence Nightingale.

Benjamin Creme : « Le type physique du 6e rayon serait plutôt enclin à l'embonpoint, avec généralement une apparence molle et avachie, et un visage large. Il semble être assez rare en Europe (notre liste n'en comporte que trois), mais plus répandu aux Etats-Unis. »

DK met l'accent sur la qualité du 6e rayon d'Idéalisme Abstrait ou de Dévotion, qui, s'il renforce un corps astral du 6e rayon, rend le disciple « intuitif ou bouddhique-astral ». Il écrit à un disciple : « Comme votre corps physique se trouve également sur le 6e rayon, votre cerveau réagit, de ce fait, plus vivement à vos impulsions astrales, surtout le long des lignes de l'idéalisme. »

Un commentaire qui s'applique parfaitement à Jeanne d'Arc (5,1,3,6,6,), martyre à 19 ans, dont l'idéalisme et l'intuition étaient combinés à une forte personnalité du 1er rayon et à un mental agile et pratique de 3e rayon. Florence Nightingale (2,2,4,6,6) avait également un corps astral du 6e rayon, ainsi qu'un corps physique de ce type. Son idéalisme et son unité d'intention du 6e rayon la conduisirent, sur les champs de bataille de Crimée, à s'occuper de 10 000 personnes malades et blessées. Elisabeth Gaskell (2,2,1,4,6), la romancière britannique, possède le charmant visage large du type physique du 6e rayon. Dans ses livres, où elle décrivit la misère de l'Angleterre industrielle du 19e siècle et où elle s'en prit au manque de sympathie que les employeurs témoignaient à l'égard des besoins des travailleurs, elle révéla bien l'esprit de croisade du 6e rayon.

Le type physique du septième rayon

Corps physiques célèbres du 7e rayon : Compositeurs : Beethoven, Liszt, Puccini, Stravinsky, Verdi, Vivaldi, Wagner. Artistes : Cimabue, Giotto, Léonard de Vinci, Modigliani, Raphaël, Rembrandt, Nicolas Roerich, Rubens, Van Dycke, Van Gogh, Velasquez, Vermeer, Veronese. Ecrivains, poètes : T. S. Eliot, George Bernard Shaw, Mark Twain, Whitman, Wordsworth, Zola. Leaders politiques : Makarios, Nelson, Richelieu. Leaders spirituels : Krishnamurti, C. W. Leadbeater, Joseph Smith.

Benjamin Creme : « Le type physique du 7e rayon peut être grand ou petit, mais il est généralement mince et élancé. C'est un type physique extrêmement résistant, très athlétique, et qui excelle particulièrement dans les sports d'endurance — c'est un coureur de fond plutôt qu'un sprinteur. D'une grande élégance de mouvements et de maintien, il a des traits bien dessinés et parfaitement proportionnés. Il donne souvent l'impression d'une certaine fermeté. »

Le corps physique du 7e rayon est le deuxième plus nombreux sur la liste, et se trouve chez 32 pour cent de tous les initiés. L'aspect « maigre et famélique » du septième rayon de l'Ordre Cérémonial, ou de la Magie est, comme le 1er rayon, facile à reconnaître parmi les initiés. Selon Benjamin Creme, ils peuvent avoir un nez proéminent, comme Wordsworth et Joseph Conrad. Il y a les « minces et élancés » Walt Whitman (3,6,1,4,7), T. S. Eliot (2,3,1,6,7) et Joseph Smith (6,6,6,2,7), et l'élégant raffinement de Krishnamurti (2,2,4,6,7). Personnages nobles, élégants, leur corps physique du 7e rayon leur fournit le cerveau structuré qui les aide dans leurs divers rôles d'artistes, de musiciens, d'écrivains, et d'instructeurs spirituels. Dans son exposé sur les Maîtres Peintres, Benjamin Creme fait ressortir l'effet du cerveau du 7e rayon sur Rembrandt, qui apparaît manifeste dans l'extraordinaire compostions de sa célèbre toile La Ronde de Nuit, qui semble être spontanée, mais qui est en fait « hautement élaborée et soigneusement dessinée ». Combiné au 4e rayon d'harmonie, de beauté et d'imagination, chez un initié de haut degré, il produit le summum de l'art ou de la musique, chez Beethoven (4,4,7,2,7), Léonard de Vinci (4,7,7,4,7), Rembrandt (2,4,3,4,7) et Rubens (4,7,1,4,7).

Le Maître DK a beaucoup à dire sur le cerveau du 7e rayon, qui donne « le pouvoir de planifier, d'organiser, et aussi le pouvoir de donner forme aux idées ». Il « contribue à l'intégration et à l'efficacité, » mais peut parfois faire que « trop d'intérêt et trop d'importance sont accordés à l'aspect forme de la manifestation et de l'expression de groupe. »

A un disciple, Il écrit : « Votre corps physique se trouve sur le 7e rayon... d'où votre intérêt pour le spiritualisme… « A un autre disciple, il déclare que le cerveau du 7e rayon donne le sens de la relation entre l'esprit et la matière, entre l'âme et le corps et vous permet… d'être un agent constructif dans le travail magique. » Cependant, Il enseigne à un autre disciple, encore, de « se libérer de tout travail magique de toute sorte avant d'être parfaitement établi dans la conscience de l'âme. » L'intérêt d'un disciple envers la musique, le rituel et la psychanalyse est dû à un cerveau du 7e rayon, déclare-t-Il. Il continue : « Le but de ces trois méthodes d'expression est de réunir et de relier harmonieusement l'âme et la forme, ce qui constitue la tâche principale du 7e rayon sur le 7e plan, ou plan physique. »

La source de la mauvaise santé d'un disciple était due à un corps du 7e rayon : « Le 7e plan est le plan sur lequel l'esprit doit s'exprimer lui-même. C'est le réceptacle de l'énergie spirituelle. Votre véhicule physique et moyen d'expression est d'une nature tellement sensible et raffinée, et constitue un réceptacle tellement fragile, que votre problème vital est de manipuler sagement l'énergie spirituelle qui semble s'écouler à flots à travers lui. »

Les souffrances endurées par Krishnamurti lorsque ses corps furent raffinés pour être un véhicule pour Maitreya ont dû être accentuées par un corps très sensible du 7e rayon.

Ce sont donc là les sept types physiques, et par l'étude de l'aspect d'initiés célèbres, il devient possible de différencier plus facilement ces types, et d'aboutir à une compréhension de l'énergie d'un rayon particulier et de sa qualité. Cet essai de guide des rayons physiques ne doit cependant pas être considéré d'une manière isolée. Toute la structure de rayons doit être prise en compte. De même, tous les corps, en dehors de l'âme, ont un sous-rayon qui, à son tour, colore le rayon majeur, mais les sous-rayons n'ont pas été fournis dans la liste originelle des initiés. Le niveau d'évolution de l'initié, non mentionné ici, présente une incidence majeure sur la vie des individus initiés. Il est bon de garder présent à l'esprit que les initiés consciencieux n'ont jamais permis à leur état physique de les empêcher de mener une vie de service. Beaucoup d'entre eux en arrivèrent jusqu'au state de l'effondrement physique. Florence Nightingale ne se rétablit jamais complètement après la guerre de Crimée. Alice A. Bailey (2,1,1,2,3) qui avait grandement souffert d'une santé maladive mourut peu après que son dernier livre fut écrit, et Helena Blavatsky (1,2,1,6,3) fut maintenue en vie (de son propre choix) afin de terminer son œuvre. Selon Creme, plus vous allez vers le haut, plus votre situation risque d'empirer, le broyeur karmique faisant son œuvre et augmentant son activité à mesure que le but de la Maîtrise se profile à l'horizon.


Références :
1). 580 initiés et leurs rayons. Share International, décembre 1983/janvier 1984 (liste augmentée ultérieurement dans La Mission de Maitreya, parue aux Editions Partage)
2). Description des différents types physiques par Benjamin Creme, ibid.
3). Les Sept Rayons, brochure d'introduction, publiée par Tara Center.
4). Alice A. Bailey, Etat de Disciple dans le Nouvel Age,et Psychologie Esotérique, publiés par le Lucis Trust.
5). Aart Jurriaanse, compilation sur les Sept Rayons.




Home Le rôle changeant des Nations Unies

Interview de Le Maître - par Patricia Pitchon

Selon le Maître de Benjamin Creme, les Nations Unies joueront un rôle de plus en plus important dans le monde. Interviewé par Patricia Pitchon, par l'intermédiaire de Benjamin Creme, le Maître a déclaré : « Les Nations Unies sont destinées à conduire le monde hors de son déséquilibre actuel, et à agir comme chambre de résonance pour les pensées et les aspirations des peuples du monde. »
 
Patricia Pitchon : La récente guerre du Golfe a, de différentes manières, mis en évidence le rôle des Nations Unies. Il est généralement admis que le degré de coordination des nations qui font partie du Conseil Sécurité fut inhabituellement bon. Ceci indépendamment de la sagesse (ou du manque de sagesse) dans le choix d'entrer en guerre contre l'Irak.
Mais on a l'impression que la distribution du pouvoir au sein des Nations Unies — dont une grande partie se concentre dans le Conseil de Sécurité — gêne le potentiel de l'ONU en tant qu'organisation efficace des nations du monde. Le Maître peut-il donner son avis sur la manière dont ce pouvoir pourrait être mieux distribué à l'intérieur de l'ONU, afin que cette organisation soit réellement représentative ?
Le Maître : Le véritable problème de l'ONU telle qu'elle agit actuellement est que le Conseil de Sécurité a pris le pas sur l'Assemblée Générale. Ceci est considéré comme « réaliste » par les principales puissances, et leurs alliés au sein de l'Assemblée Générale, qui estiment que c'est le seul moyen d'appliquer les résolutions de ONU. Ceci n'est pas vraiment le cas, mais c'est ainsi que les choses sont perçues. Les membres permanents du Conseil de Sécurité (USA, URSS, Chine, France et Royaume-Uni), en tant que possesseurs de la bombe atomique, ont, depuis la deuxième guerre mondiale, joué le rôle de policier du monde. Tout ce qui, entre eux, ne pouvait pas trouver accord était inacceptable. Ce fait est souligné par l'existence du droit de véto au sein du Conseil de Sécurité. Les nouvelles relations existant entre les USA et l'Union Soviétique ont fait éclater ce vieux schéma et ont créé une situation entièrement nouvelle dans laquelle la voix de l'Assemblée Générale peut se faire entendre de plus en plus distinctement.
Jusqu'à présent, aussi bien les USA que l'URSS ont craint que des résolutions émanant de l'Assemblée Générale ne se retournent contre eux dans des situations spécifiques. Cela ne sera plus le cas. Les USA — lorsqu'ils auront surmonté le succès de leur récente escapade au Moyen-Orient — et l'Union Soviétique seront de plus en plus attentifs à l'autorité grandissante de l'Assemblée Générale des nations. Ici aussi, la démocratie est en route, et rien ne peut l'arrêter.
Les Nations Unies sont destinées à conduire le monde hors de son déséquilibre actuel et à agir en tant que chambre de résonance pour les pensées et les aspirations des peuples du monde. L'ONU n'y réussira que si la voix des peuples réussit à se faire entendre.
Un nouveau Secrétaire Général de l'ONU sera bientôt élu et prêtera serment. Son approche plus dynamique insufflera une vie nouvelle à cette institution et garantira son efficacité accrue.
 
PP : Que peut faire l'ONU pour tenir un rôle efficace face au problème de la faim dans le monde ?
Le Maître : Le véritable rôle des Nations Unies est d'être le porte-parole des peuples du monde et d'organiser les relations internationales de manière à assurer la paix.
Le but avoué des Nations Unies n'est pas d'abolir la faim. Toutefois, de nombreuses agences de l'ONU se sont depuis longtemps penchées sur ce problème. Finalement, une nouvelle agence des Nations Unies sera créée, dont le seul but sera la redistribution des ressources mondiales. De cette façon, l'ONU, sans modifier son rôle de « chambre des débats », pourra se saisir du problème épineux de l'aide pratique à apporter aux pauvres et aux affamés du monde.
 
PP : Ainsi que l'a prédit Maitreya par l'intermédiaire de Son collaborateur, la nouvelle tendance des gouvernements du monde entier est de viser quatre tâches principales : nourrir le peuple, le loger, et lui assurer les soins médicaux et l'éducation nécessaires. Et ce, indépendamment des idéologies politiques. L'ONU s'est occupée de divers programmes de santé. Récemment, l'Organisation Mondiale de la Santé fut critiquée pour avoir concentré trop de ressources sur l'Europe et pas assez sur des pays beaucoup plus nécessiteux, ainsi que pour avoir trop dépensé en frais administratifs. Quels sont les principes qui devraient guider les efforts de l'ONU afin d'apporter une amélioration dans ce domaine ?
Le Maître : Chaque nation doit prendre ses propres décisions, mais un plan d'ensemble pour une transformation globale, formulé et énoncé par l'ONU, pourrait constituer un stimulant accru destiné à conduire les différents gouvernements à subvenir aux besoins de santé, d'éducation, de logement et de nourriture du peuple.
Jusqu'à présent les actions de l'ONU ont été entravées par l'intransigeance idéologique. Ces besoins de base existent quelle que soit l'idéologie suivie et quelle que soit l'époque, et une idéologie ne devrait jamais constituer un facteur de choix dans la distribution de l'aide. A l'avenir, il n'en sera plus ainsi. Chaque cas sera résolu en toute objectivité, et non selon une croyance ou un système idéologique.
 
PP : Quelles mesures devraient être prises pour en arriver là ?
Le Maître : Il s'agit d'un processus graduel. Cela exigera certainement une vision plus vaste que celle que l'on a généralement aujourd'hui, et il se pourrait bien que l'émergence de Maitreya doive servir de catalyseur destiné à éveiller l'humanité, et donc les Nations Unies qui la représentent, aux véritables besoins du monde. L'ONU consacre trop d'efforts à la théorie et à l'idéologie. Il faut trouver une approche beaucoup plus pragmatique.
 
PP : Cela signifie-t-il d'avantage d'activité sur le terrain, par exemple ?
Le Maître : Non seulement davantage d'activité sur le terrain, mais des relations plus étroites entre les gouvernements et les organisations de secours, et entre les organisations de secours et les bénéficiaires de ces secours, afin de déterminer exactement quelle aide est nécessaire et sous quelle forme elle doit être apportée.
 
PP : De graves catastrophes naturelles ont affecté des millions de personnes en 1989 et 1990 — tremblements de terre, inondations, ouragans, etc. Un Fonds de Secours d'Urgence coordonné par l'ONU ne devrait-il pas pouvoir s'occuper des catastrophes à cette échelle ?
Le Maître : En bref, ma réponse est oui, oui, oui ! Et si l'ONU intervenait dans les nombreuses guerres locales qui causent tant de destructions, le bonheur des peuples s'en trouverait immensément accru.
 
PP : Cette intervention signifie-t-elle conciliation ?
Le Maître : L'intervention signifie un travail policier. Les Nations Unies doivent se considérer comme le garant de la paix et des droits de l'homme. Là où ils sont menacés par l'antagonisme existant entre factions locales, l'ONU devrait avoir le droit d'intervenir et d'offrir son aide pour rétablir la paix. Si, par exemple, cela avait été fait en Ethiopie, les tragiques souffrances de millions de personnes aujourd'hui auraient pu être évitées. C'est avant tout à l'instigation du gouvernement américain que l'ONU a été amenée à prendre position dans la récente crise du Golfe, en grande partie parce que les Etats-Unis pensaient que leurs intérêts matériels à long terme étaient menacés. Si la même énergie et les mêmes capacités logistiques étaient déployées en faveur des besoins des pauvres, la misère et la famine seraient assez rapidement éliminées et les catastrophes naturelles entraînant tant de souffrances humaines trouveraient une réponse rapide et efficace. A cet égard, les Nations Unies n'ont pas, dans l'ensemble, de quoi être fières.
 
PP : Est-il nécessaire de pousser les gouvernements à concentrer leur attention sur cette idée et à la mettre en pratique ?
Le Maître : Inévitablement. Pour citer le Seigneur Maitreya : « Rien n'arrive tout seul. L'homme doit agir afin d'accomplir sa volonté. »
 
PP : Quels facteurs empêchent les personnes détenant une position influente dans le monde de considérer la diminution de la pauvreté et de la famine comme une priorité essentielle ?
Le Maître : De nombreux facteurs entrent ici en jeu. Mais les principaux sont le manque de volonté politique d'agir pour répondre aux besoins perçus; un sentiment d'impuissance face à l'énormité du problème ; une complaisance invétérée de la part de la vaste majorité des nations influentes, développées et de leurs représentants (au gouvernement et à l'ONU); et l'avidité effrénée et l'égoïsme des hommes qui partout provoquent la peur des transformations que peuvent amener des actions sincères et désintéressées visant à redresser les déséquilibres dans le monde.
Les possédants savent instinctivement que tout changement véritable et fondamental sonnerait le glas de leurs privilèges et de leur pouvoir.
 
PP : Bien que le Maître ait dit que plusieurs changements majeurs allaient se produire graduellement, verrons-nous l'ONU transformée d'ici à une dizaine d'années, ou cela prendra-t-il plus de temps ?
Le Maître : A moins que les nations ne perçoivent la nécessité d'une réévaluation complète des systèmes économiques en vigueur, un effondrement total de l'économie mondiale est inévitable. Ce qui provoquerait des conditions chaotiques. Par exemple, des guerres civiles, toutes sortes de querelles internes et même, en fin de compte, un grand conflit mondial. L'ONU ne pourrait rien faire pour empêcher une telle situation.
Le nouveau facteur qui transformera cette menace sera l'apparition de Maitreya aux yeux du monde. Ceci est prévu et inévitable, et aura un effet galvanisant sur le comportement de tous les états membres. La rapidité de leur réaction ne peut être prévue avec précision, mais on peut estimer qu'elle sera rapide et efficace.
 
PP : Y a-t-il autre chose que le Maître désire ajouter ?
Le Maître : L'ONU constitue le plus grand espoir du monde. Dans ses interrelations, nous pouvons voir que la démocratie se déploie largement, symbole de cette expression de la volonté de Dieu que les hommes nomment la bonne volonté.
Avec le retour du Christ, cette bonne volonté conduira tous les hommes et toutes les nations vers de justes relations et créera les circonstances permettant l'expression de cette synthèse qui constituera l'idée maîtresse qui guidera la civilisation future. L'ONU jouera un rôle déterminant dans cette vaste entreprise.




Home Saï Baba : « Aucune catastrophe de grande ampleur n'est à craindre »

Le monde a de nouveau connu de nombreuses catastrophes et, notamment au cours des derniers mois, des cyclones, des tremblements de terre, des inondations et des famines. Apparemment, cela ne suffit pas : de nombreux groupes du Nouvel Age font circuler plusieurs scénarios de catastrophes inimaginables qui décimeraient l'humanité. Des prophéties similaires de destructions massives ont également été attribuées à Saï Baba — à tort, semble-t-il, selon la déclaration suivante faite par Saï Baba en personne au magazine Sanathana Sarathi dans son édition du mois de mars.

Le 13 février, à Prasanthi Nilayam, Bhagavan Baba a rejeté en termes catégoriques certains bruits courant dans plusieurs pays, Lui attribuant la prédiction de plusieurs catastrophes devant affliger le monde au cours des prochaines années. S'exprimant à la fin des Sivarathri bhajans, au matin du 13 février, dans le vaste auditorium de Poornachandra, Bhagavan Baba a déclaré :

« Jamais Saï ne fera ni ne suggérera rien de mauvais envers quiconque. Certaines personnes, aussi bien à l'étranger qu'à l'intérieur même de l'Inde, ont distribué des brochures affirmant que Swami avait annoncé que d'ici peu le monde serait noyé sous une grande inondation et que de vastes régions seraient submergées, que d'autres catastrophes s'abattraient sur le monde, et que de nombreux pays souffriraient beaucoup. De telles pensées ne sont jamais venues et ne viendront jamais à l'esprit de Swami. Ce sont là les inventions de quelques esprits désœuvrés. N'y accordez aucun crédit. Certaines de ces brochures énuméraient plusieurs événements, affirmaient que certaines régions de ce pays seraient submergées et que Swami enverrait 12 étudiants pour sauver des gens. Plusieurs fidèles semblent s'être laissés convaincre par ces brochures distribuées par des personnes malveillantes. En aucun cas, les fidèles ne devraient croire à de telles histoires. Ni les accréditer en les répandant de vive voix. Vous ne devez pas prêter l'oreille à des rumeurs aussi ridicules. Ecouter de telles histoires ou en discuter est un signe de faiblesse. »

« Aucun désastre mondial n'est imminent. De nombreux incidents peuvent se produire, ici et là, de par le vaste monde. Le conflit Iran-Irak a duré dix ans. Vous ne devez pas le considérer comme une grande guerre. Même en Inde, des activités terroristes se sont produites au Pendjab. S'agit-il d'une lutte majeure ? » Certains individus mécontents recourent à de telles méthodes. Qu'il s'agisse de Bharat ou de tout autre pays, la sécurité dépend de la capacité de choisir les comportements justes.

« Qui sont nos amis et qui sont nos ennemis ? Nos propres pensées, lorsqu'elles sont bonnes, sont nos amies. Nos pensées mauvaises nous accompagnent comme des ombres. Lorsque nos pensées sont purifiées, nos vies se transforment et deviennent idéales. »





Editorial

Home Share International n° 100

Share International, dans sa version anglaise, publie ce mois-ci son centième numéro. La présente édition abrégée en version française, sous le titre de Partage International, est beaucoup plus récente. Néanmoins, il nous a semblé intéressant de publier, à l'intention de nos lecteurs français, l'éditorial de notre rédacteur en chef qui retrace, à l'occasion de cet anniversaire, les grands moments du développement de Share International.

Au cours de cette dixième année d'existence de Share International, nous franchissons un cap: vous tenez entre les mains le centième numéro de cette revue. Nous saisissons cette occasion pour vous relater l'historique de notre développement et vous dévoiler quelque peu ce qui se déroule dans nos coulisses.

Share International a démarré en janvier 1982 — date qui ne fut pas choisie au hasard. Nous pensions alors que Maitreya se ferait connaître publiquement au printemps de cette année-là. Cette perspective nous conduisit à ce défi passablement audacieux : éditer une revue mensuelle en langue anglaise, à vocation internationale, sans support financier, sans locaux, avec des collaborateurs répartis dans trois pays différents, qui ne s'étaient jamais ou pratiquement jamais rencontrés, et, pour être honnête, avec peu de connaissance ou de pratique de l'édition.

Notre ignorance fut probablement salutaire. Aurions-nous imaginé l'ampleur de la tâche que nous ne l'aurions peut-être pas entreprise. La gestion des abonnements, l'organisation financière, le routage dans le monde entier, la coordination des textes, le contrôle des épreuves, la mise en page, représentent des tâches énormes pour une équipe de profanes, constituée intégralement de bénévoles non rémunérés.

Mais si l'organisation mise en place autour d'un téléphone par un petit groupe d'enthousiastes fut plutôt rudimentaire à ses débuts, nous bénéficions maintenant des derniers développements en matière de télécommunication et d'informatique, et nous disposons des équipements les plus récents. Nos bureaux à Londres, San Francisco, Los Angeles et Amsterdam sont certes modestes, mais ils sont équipés de micro-ordinateurs, de télécopieurs, d'imprimantes laser et de modems, permettant une transmission rapide et efficace des articles, des rapports ou de toute autre information utile.

Cela peut sembler coûteux, et ça l'est effectivement, mais c'est la seule manière d'assurer la continuité d'un magazine de ce type, non seulement du point de vue de l'organisation, mais également en termes financiers : ces appareils nous permettent d'assurer par nous-mêmes une grande part du processus de fabrication, limitant ainsi le coût du travail sous-traité. Le bénévolat assuré par nos collaborateurs constitue une nécessité majeure car, par principe, Share International refuse la publicité afin de démontrer son désintéressement en matière commerciale ou financière.

La revue a atteint son centième numéro, mais le mérite n'en revient pas exclusivement à l'équipe rédactionnelle — dont les noms apparaissent dans ces colonnes. Le mérite en est largement partagé par un groupe de bénévoles répartis dans plusieurs endroits du monde, qui assurent un soutien permanent et remplissent, dans les coulisses, les tâches administratives et de gestion.

D'après toutes les normes qui régissent la fabrication et l'édition d'un magazine international, Share International ne devrait tout simplement pas exister. Même à l'échelle d'un pays (sans tenir compte du poids d'une diffusion internationale, de la variation des taux de change et du coût astronomique des services bancaires), un périodique ne peut généralement survivre qu'en bénéficiant de revenus beaucoup plus importants. Cependant, non seulement Share International survit, mais bien plus encore, il peut s'enorgueillir d'un intérêt croissant. Aujourd'hui, nous comptons des abonnés dans 70 pays, du Bénin au Sri Lanka, de Cuba au Népal, du Nigéria à la Birmanie. Nous publions également des versions (complètes ou abrégées) en japonais, français, allemand et néerlandais. La production de ces versions supplémentaires occasionne également un travail considérable (la traduction en elle-même constituant déjà une charge de travail substantielle). Là aussi, les éléments sont diffusés par le réseau de modems et de télécopieurs qui maintiennent le contact entre les participants à Paris, Tokyo, Munich, San Francisco et New York.

Grâce à la technologie, Share International se présente plus ou moins comme nous l'espérions : comme une revue sérieuse qui attire l'attention sur des sujets sérieux. Nous déduisons avoir réussi à donner cette impression, du fait que nous sommes régulièrement contactés par des entreprises nous considérant comme une société multinationale, riche et bien gérée, et qui disposerait d'un budget financier attractif. Nous pensons avoir créé une image semblable dans d'autres milieux également : dans leurs courriers, nos abonnés nous suggèrent souvent des sujets d'articles ou de dossiers, comme s'il nous suffisait d'appuyer sur un bouton (comme pourrait le faire la chaîne d'informations CNN par exemple), pour faire apparaître une équipe de reporters sur un quelconque point du globe. Naturellement, la réalité est que nous ne disposons ni du personnel ni des finances pour accomplir de tels miracles. Notre registre du personnel est vierge, et la tenue de notre comptabilité nécessite souvent de jongler avec des chiffres en rouge.

Heureusement, notre ambition est d'une autre nature. Share International existe avant tout afin d'attirer l'attention sur la présence de Maitreya dans le monde, sur Son travail et Son enseignement. A cet égard, comme on pourrait s'y attendre, l'expansion lente mais régulière de cette revue, reflète l'intérêt croissant que nous observons dans le monde entier pour des informations de cette nature. Si on compare avec les données de 1982, il y a maintenant des millions de personnes supplémentaires qui ont entendu parler de la présence de Maitreya, d'une manière ou d'une autre, même si c'est seulement sous forme de vague hypothèse.

Et personne ne peut nier à quel point le monde a changé, et continue à changer, à un rythme renforcé. En janvier 1982, la guerre froide restait implacable. L'Europe de l'Est subissait intégralement le joug soviétique. Les dictatures militaires constituaient pratiquement les seules formes de gouvernement en Afrique. La violence et la guérilla faisaient rage dans de nombreux pays. La terrifiante course à l'armement s'accentuait plus que jamais. La destruction épouvantable de l'environnement ne préoccupait encore que des groupes marginaux.

A l'heure actuelle, à peine dix ans plus tard, nous vivons dans un monde très différent, bien que les changements provoquent inévitablement de nouvelles tensions et de nouvelles inquiétudes. Mais un cap a été franchi, et tous les changements qui surviennent chaque jour autour de nous, nous font évoluer — bien que par à coups — vers une nouvelle communauté internationale, meilleure et plus juste.

Aussi est-ce avec gratitude que nous considérons cette période passée, au cours de laquelle Share International a paru cent fois. Le nouveau contexte, plus dégagé, nous incite également à croire en un futur plus optimiste. Les nombreux efforts accomplis par l'humanité, de sa propre initiative (bien qu'avec la stimulation de Maitreya), afin de mettre de l'ordre dans le monde, autorise Maitreya, pour Sa part, à s'avancer vers nous. Il se tient désormais prêt à apparaître à tout moment — et pas seulement pour une occasion isolée, comme il y a quelques temps au Kenya.

Tout comme en 1982, c'est de la réponse des médias que dépend largement l'imminence du Jour de la Déclaration, lorsque le monde entier Le verra. Nous supposons que la nature de la tâche de cette revue changera alors, mais, en toute certitude, nous continuerons aussi longtemps que nécessaire, utile et possible.





Signes des temps

Home La réapparition du Christ à 1000 contre un

La société de bookmakers britanniques William Hill a accepté de parier à 1000 contre un que Jésus-Christ réapparaîtrait physiquement, dans ce monde, aux Chrétiens en 1991. Mais le groupe William Hill ne paiera que si la nouvelle est annoncée publiquement et confirmée par l'Archevêque de Canterbury.




Home La main qui bénit aux Philippines

Comme nous l'avons signalé dans le précédent numéro de Partage International, le groupe philippin formé récemment a reçu un morceau de vitre sur laquelle apparaît une croix de lumière. Une photo prise par l'un des membres, le dimanche de Pâques, a révélé un phénomène tout aussi remarquable : sur la pellicule développée, une main levée en signe de bénédiction est mystérieusement apparue.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que Maitreya est responsable de cette manifestation.


Home Les miracles de la réapparition

Source : Canadian Broadcasting Corporation

A Amman, en Jordanie, alors qu'un prêtre retirait le tissu couvrant le pain sacré juste avant la communion, le pain s'est mis à saigner abondamment. Le prêtre venait juste de mentionner le nom d'un paroissien alité vivant dans l'attente d'une guérison. A ce moment, l'homme en question qui était chez lui, sous oxygène, s'est senti obligé de retirer son masque à oxygène et d'aller à l'église. Il y est arrivé guéri. (Source : Canadian Broadcasting Corporation)
 
 
Quatre cent mille Chrétiens évangélistes se préparent à faire un voyage en Israël au mois de mai prochain. L'idée vient du Pasteur Billy Watson, un ancien Américain qui occupe maintenant un ministère à Jérusalem. « Pendant des années, » déclare Watson, « les évangélistes ont avancé l'idée d'une réunion de masse à Jérusalem », mais maintenant, pense Watson, « l'heure est finalement arrivée. » De nombreux évangélistes pensent que la guerre (du Golfe) a été le premier signe de l'accomplissement prochain de prophéties bibliques en rapport avec le retour du Messie. Watson affirme que les livres prophétiques, comme le livre de Jérémie, « se sont "vendus comme des petits pains" à travers le monde ». (Source : Jerusalem Post)
 
Deux chaînes new yorkaises d'information ont rapporté qu'une image de Jésus Christ avait été vue à travers la vitre de l'église Clinton Memorial à Newark, dans le New Jersey. Les personnes qui ont vu cette image ont parlé de miracle.
 
La deuxième Conférence Biblique annuelle américaine qui a eu lieu à Bellevue, dans le Tennessee, a eu pour sujet central l'attente du « retour prochain de Jésus-Christ. » « Tous les systèmes issus de l'homme ont échoué, » a déclaré le pasteur de l'église Baptiste de Bellevue. « Nous avons une splendide opportunité de préparer le monde au retour de Jésus-Christ. »
 
 





Le point de vue de Maitreya

Home La prise de conscience s'accélère

Interview de Un proche collaborateur de Maitreya par Patricia Pitchon

Deux journalistes, travaillant indépendamment l’un de l’autre, nous transmettent régulièrement des articles extraits d’interviews d’un des proches collaborateurs de Maitreya.  Cet article est signé de Patricia Pitchon.
 
5 juin 1991
 
Les forces du marché — Vous ne devriez jamais permettre aux forces du marché de diriger la vie sur la planète Terre. Si vous le faites, vous créez une sorte d'ogre. Et que fait un ogre ? Il passe son temps à manger, nuit et jour, qu'il ait faim ou non.
Les forces du marché ne devraient pas gouverner la vie d'un individu. Elles ont un rôle à jouer, mais un rôle limité par la nature sacrée de l'individu.
 
La souffrance est causée par l'homme — Toute souffrance sur terre est créée par l'homme. L'homme lui-même perturbe le plan de l'évolution. Maitreya déclara aux forces armées : « Lorsque vous utilisez des armes de guerre de haute technologie pour détruire des maisons, des ponts, etc, et pour détruire des vies innocentes, vous libérez une énergie de destruction. Cette même énergie affecte les éléments de la nature. »
 
L'Inde — Maitreya conseille aux politiciens indiens : « Soyez ce que vous êtes. N'introduisez pas « d'ismes » en politique. Le devoir des politiciens est de préserver la diversité des opinions dans toute leur étendue. »
« La politique des « dynasties », où le fort écrase le faible, ne pourra conduire qu'au chaos à court terme. L'abcès a éclaté. Un processus de nettoyage à long terme est en cours. »
 
L'Afrique — « Etiez-vous en état de diriger vos pays respectifs ? » demande Maitreya aux responsables Africains. En Afrique, le concept de « liberté » correspond à ce qu'en ont voulu les Etats-Unis et l'URSS. Ces deux puissances n'appréciaient guère le développement — lent mais inexorable — de l'Afrique, qu'ils associaient à ce qu'eux-mêmes nommaient « l'impérialisme britannique ». Pourtant, où que l'impérialisme britannique se soit installé, il avait établi une administration et une justice de haut niveau. Il avait bâti un système.
Mais l'animosité qui régnait entre les Etats-Unis et l'URSS les conduisit à répandre les termes de « liberté » et « indépendance ». La Grande-Bretagne rendait la justice et garantissait un certain niveau d'administration. Où que la Grande-Bretagne se soit installée, elle a gouverné avec justice et sans manifestation excessive de force.
A l'heure actuelle, l'Afrique est dirigée par les militaires, qui sont approvisionnés par les Américains et les Russes. Ces deux pays ont véritablement gouverné l'Afrique par la force des armes. Les guerres africaines contiennent les germes de la confusion et du chaos.
 
Qui détient le pouvoir suprême ? — Les USA et l'URSS ne détiennent plus le pouvoir suprême. Le pouvoir suprême, c'est l'humanité. La volonté de la nation et du pays sera fondée sur la volonté du peuple. Le peuple s'assurera que les politiciens ne commettent pas d'erreurs. En Afrique, en Inde, au Pakistan, au Japon et dans de nombreux autres pays, les peuples se sont réveillés. A présent ils exigent leurs droits.
 
La Grande-Bretagne — La Grande-Bretagne va développer l'art d'une civilisation au sein de laquelle règnera paix et justice. Les gens seront plus ouverts, et les hommes politiques respecteront la volonté du peuple. La Grande-Bretagne deviendra « l'étoile montante » parmi les nations.
Il s'agit d'un processus d'évolution. Regardez la jeune génération : elle est en bonne santé, puissante, ouverte, cherchant à conserver son identité, aventureuse, et n'est pas belliciste. « N'affirmez pas que cette jeune génération est dépendante de la drogue », déclare Maitreya. « Ce sont les échecs des hommes politiques qui sont responsables de l'introduction de la drogue parmi certains groupes de jeunes. Il est faux de prétendre que la jeunesse n'a pas le sentiment de sa propre direction. De tels propos ne visent qu'à blanchir de leurs échecs ceux qui en portent la responsabilité. Ce sont les dirigeants qui ont échoué. »
« La grâce, la paix et le bonheur des enfants que vous regardez vous inspire, car leur mental, leur esprit et leur corps sont libres de tout « ismes ». Sortez et regardez le visage des enfants. Il s'agit d'une génération spéciale. »
 
La famine — « La famine est provoquée par l'homme », déclare Maitreya. « Vous ne pouvez affirmer plus longtemps qu'elle est le fait de Dieu. A présent, les pays développés, par l'intermédiaire des Nations Unies, doivent veiller au bien-être du Tiers-Monde. Vous constaterez de nombreux changements au sein de l'ONU. Un nouveau Secrétaire Général sera nommé. Un sang plus jeune y fera son apparition. L'ONU deviendra une force puissante. »
« Les Nations Unies représentent le germe du Parlement Mondial. Il s'agit d'un processus graduel. Cela ne signifie pas que les Parlements nationaux disparaîtront. Mais le Parlement Mondial et les Parlements Nationaux coopéreront. La priorité absolue sera donnée à l'environnement. La défense deviendra accessoire. A long terme, les transactions secrètes visant à vendre toujours plus d'armes n'auront plus court. »
 
La liberté et le salut — « Je viens vous apporter la liberté et le salut », annonce Maitreya. « Qu'est-ce que la liberté ? Pouvoir se déplacer librement. Qu'est-ce que le salut ? Pouvoir circuler à volonté dans le mental, l'esprit et le corps. Ce n'est pas là un don réservé aux seuls gurus et aux saints. Il s'agit de la destinée de tout un chacun. »
 
Les Israéliens et les Palestiniens — La conscience des Israéliens et des Palestiniens ordinaires s'accroit. Les Palestiniens ont besoin d'un lieu pour vivre. Ils auront leur propre territoire, pacifiquement. Ce problème ne sera pas résolu par les dirigeants, mais sous la pression du peuple. Les dirigeants seront contraints d'accepter la volonté du peuple israélien et du peuple palestinien. Alors les dirigeants travailleront comme serviteurs du peuple.
« Lorsque la confusion règne dans votre mental, dans votre esprit et dans votre corps, il vous faut les purifier », déclare Maitreya. « Qu'elle est la force de purification ? La conscience. La conscience s'accroît à présent et rassemble les Israéliens et les Palestiniens. »
 
L'Irlande du Nord — Les hommes politiques y sont en état de choc. Ils savent qu'à présent le peuple devient conscient. Certains voyous, qui se parent du titre d'hommes politiques, ont pris le parti depolitiques dures, mais leurs idéologies ont échoué. Le peuple d'Ulster s'est éveillé et se rassemble.
Il sera mis fin aux attentats à la bombe. « Vous vous battez entre vous, mais vous faites du mal aux autres, » déclare Maitreya à ces hommes politiques.
 
L'Afrique du Sud — « Les chefs Zoulous savent que leurs jours sont comptés, aussi font-ils la guerre », affirme Maitreya. « La jeune génération ne croit pas en la guerre. »
 
La population carcérale — Il y a des années que Maitreya a clairement indiqué que la population carcérale exploserait. Cependant, la transformation des prisons est déjà en cours. Ceux qui ont commis des crimes ne seront pas exclus de tout environnement humain, et la conscience des prisonniers croîtra. Ils comprendront mieux le processus mental qui les a conduits à commettre des crimes. Placer les prisonniers dans un environnement où règne la loi de la jungle engendre la perversion et provoque des dégâts irréparables. « Ne perdez pas la foi », recommande Maitreya aux prisonniers, « ne perdez pas le sens de votre vie. Je suis avec vous. »





Faits et prévisions

Home Les guerres battent en retraite

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (le collaborateur de Maitreya, dans Share International, juin 1989)
 
Dépenses Globales — L'ensemble des dépenses militaires et des ventes d'armes a fortement chuté en l990, malgré la guerre dans le Golfe Persique. C'est ce qu'affirme l'Institut International Suédois de Recherche sur la Paix dans son rapport annuel de 1991. Il ajoute que cette tendance devrait se poursuivre. Les dépenses militaires mondiales ont baissé en termes réels de 5 pour cent pour atteindre 950 milliards de dollars in 1990, comparé à la baisse de 2 pour cent de 1989. Le commerce global des armes conventionnelles a chuté de 35 pour cent. Cette diminution est attribuée au changement du climat politique en Europe, au progrès du contrôle des armements, au coût des systèmes d'armement utilisant la haute technologie ainsi qu'aux restrictions budgétaires dans le monde entier. Ce rapport annuel annonce également que le nombre de guerres qui sévissent à travers le monde est en diminution. En 1986, on en dénombrait 36. L'année dernière, ce nombre était ramené à 31. A la fin de cette année, le chiffre sera vraisemblablement inférieur à 30.
 
USA/URSS — Les Etats-Unis et l'Union Soviétique ont réglé leurs différends et ont finalement réussi à produire un accord sur la réduction des armes conventionnelles. Cet acte ouvre la voie au sommet de Moscou, au cours duquel le président Bush et le président Gorbatchev signeront l'accord. Ce traité constitue l'accord de désarmement le plus considérable connu dans l'histoire. Les Soviétiques ont accepté de détruire plus de 20 000 chars, véhicules armés de transport de troupes et pièces d'artillerie. Les efforts ont également été intensifiés dans le but de conclure pour le jour du sommet un traité séparé réduisant les missiles nucléaires balistiques d'environ un tiers.
 
France — Après deux décennies de résistance, la France a accepté de signer le Traité sur la Non Prolifération Nucléaire, et a encouragé d'autres pays qui n'ont pas encore signé à l'imiter. Cette annonce s'inscrit dans un ensemble plus vaste de propositions sur le contrôle accru et généralisé des armes. L'initiative française affirme : « Nos objectifs sont clairs. Des armes chimiques ne devraient pas être produites. Les arsenaux nucléaires devraient être ramenés au plus bas niveau compatible avec la dissuasion. La non prolifération des armes nucléaires reste un impératif. » Les Français ont également adopté une proposition britannique visant à la création aux Nations Unies d'un registre international des ventes d'armes. Ils ont de même proposé des négociations afin d'atteindre « un équilibre des forces » dans toutes les régions du monde.
 
Armes Chimiques — Le président Bush a déclaré que les Etats-Unis détruiraient toutes leurs armes chimiques dès qu'un traité international interdisant ces armes verrait le jour. Cette annonce ouvre la voie à un possible accord général d'ici un an. Même les critiques ont salué ce changement politique, marqué par la décision de M. Bush d'abandonner la réserve qui aurait permis aux Etats-Unis de conserver une petite quantité d'armes pour leur propre défense.




Home Elections dans les Etats du Golfe

« Le temps où les sultans, les rois et les cheikhs pouvaient gouverner ces pays [les Etats du Golfe] comme s'il s'agissait de jouets leur appartenant est arrivé à son terme. » (Partage international, octobre 1990)
 
Le gouvernement koweïtien a annoncé que des élections législatives auraient lieu en octobre 1992 et qu'un Conseil National se réunira en juillet afin de déterminer les principes de l'élection. En réponse à cette annonce, près de 1.000 citoyens koweïtiens, dont les principaux chefs des groupes d'opposition, ont organisé la première manifestation publique au Koweït depuis la fin de la guerre. Ils ont exigé des changements démocratiques plus rapides et ont rejeté les décrets du gouvernement pour non respect de la constitution.
 
Autre signe de changement, certaines femmes koweïtiennes augmentent leur pression afin d'obtenir l'égalité sexuelle. Un club local exclusivement masculin, un « diwaniya », dirigé par une personnalité d'opposition pro-démocratique, a été le premier club à admettre une femme. « Après la catastrophe de l'occupation irakienne et le rôle important que les femmes ont joué à l'intérieur du Koweit au cours de cette période, nous pensons que les femmes devraient avoir voix au chapitre dans notre société, » a-t-il déclaré à l'agence Reuter.




Home Conséquence d'une guerre...

« Comme conséquence d'une guerre... les destructions transformeraient certaines parties du monde en endroits sinistres pour une durée de 40 à 50 ans. » (Partage international, 2 janvier 1991)
 
Selon certains experts, le pétrole en feu au Koweït affecte l'intensité des radiations solaires au sol, les cultures et l'état de santé jusqu'en Inde à l'est, et vers le sud jusqu'en Ethiopie. Dans certaines villes de la lointaine Inde, l'écran de fumée pourrait augmenter de 10 pour cent dans l'atmosphère. La suie qui s'échappe des brasiers contient des éléments cancérigènes tels que le benzène, affirment les experts.

 




Home Les conflits entre les gouvernements et les mouvements de guérilla

« Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. » (Partage international, novembre 1988)
 
Angola — Le gouvernement angolais et les forces rebelles ont signé un traité de paix mettant fin à 16 années d'une guerre civile qui a causé la mort de plus de 300 000 personnes. Le président José Dos Santos et le chef rebelle Jonas Savimbi ont tous les deux salué l'accord comme le début d'une ère nouvelle et pleine d'espoir pour leur pays. Cet accord a été le fruit de dix années de négociations soutenues par les Etats-Unis, l'Union Soviétique et le Portugal. La France, la Grande-Bretagne et le Portugal ont accepté d'aider à la création d'une force armée angolaise neutre de 50 000 individus, pendant une période de transition vers une démocratie multipartite. Les membres de la nouvelle armée seront choisis pour moitié parmi les forces dirigeantes du MPLA et pour moitié parmi les rebelles de l'UNITA de Savimbi.
 
Honduras — Une groupe de guérilla hondurien a renoncé au combat armé et a appelé les derniers groupes rebelles à déposer les armes et à « construire une système démocratique à partis multiples dans le pays. » Ils sont le deuxième groupe gauchiste du Honduras à déposer les armes cette année.
 
Colombie — Les représentants du gouvernement et la guérilla ont signé une déclaration qui, d'après les deux camps, pourrait conduire à un cessez-le-feu dans leur conflit vieux de 30 ans.




Home Les gouvernements autoritaires disparaîtront

« Les gouvernements autoritaires disparaîtront. Les politiciens deviendront les serviteurs, et non plus les maîtres, du peuple. » (Partage international, octobre 1988) 
 
Ethiopie — Les rebelles ont pris le contrôle du gouvernement d'Ethiopie après la fuite de l'ancien dictateur Mengistu Haile Mariam. Les nouveaux dirigeants du pays, membres du Front Démocratique Révolutionnaire du Peuple Ethiopien, ont dit qu'ils allaient engager de toute urgence des opérations de secours en faveur des victimes de la famine. De même ils vont former une coalition démocratique afin de diriger le pays jusqu'à ce que des élections libres puissent être organisées.
 
Guinée-Bissau — Le Parlement du pays ouest-africain de Guinée-Bissau a approuvé un ensemble de réformes ouvrant la voie à une démocratie multipartite après deux décennies de direction à partie unique. Le gouvernement a voté de nouvelles lois autorisant la formation de multiples partis politiques, la liberté de presse, ainsi que la constitution de syndicats indépendants et le droit de grève. Des élections démocratiques devraient avoir lieu dans les douze prochains mois.
 
Népal — Des millions de Népalais ont franchi à pied leurs montagnes afin de voter lors de la première élection démocratique après 32 ans de monarchie absolue.
 
Taiwan — Le parlement a voté à l'unanimité l'abrogation des lois de sédition qui, selon des critiques, avaient été utilisées dans le but de supprimer les différences politiques pendant quatre décennies.
De même, lors de la plus importante manifestation anti-nucléaire depuis le retrait de la loi martiale en 1987, 6 000 personnes ont marché pour protester contre le projet de construction de la première centrale nucléaire du pays.

 




Home Vers un consensus en Afrique du Sud

« En Afrique du Sud, la confrontation cédera finalement la place au consensus. » (Partage international juin 1988)
 
Le Parlement sud-africain a voté l'abrogation de l'Acte des Zones Réservées ainsi que les Actes Fonciers de 1913 et 1936. Ces lois avaient divisé les banlieues et expulsé plus de 3 millions de noirs de leurs terres. Ces changements de loi signifient que la revendication blanche à l'exclusivité de 87 pour cent du territoire a pris fin et que les banlieues exclusivement blanches seront ouvertes aux personnes de toutes races qui auront les moyens d'y vivre. Cependant, l'action du gouvernement n'a pas exaucé les exigences de l'ANC concernant la redistribution des terres prises aux noirs et le dédommagement des victimes de la discrimination.




Home Vers la disparition de l'Otan

« L'OTAN tel que nous le connaissons disparaîtra. » (Partage international juillet/août 1989)
 
L'OTAN a accepté les grandes lignes d'une réorganisation radicale de ses forces armées en Europe, et en particulier un retrait d'au moins 50 pour cent des troupes américaines ainsi que des réductions moins importantes pour l'ensemble des alliés. Les départs pourraient commencer à la fin de 1994 et être terminés pour la fin de la décennie. L'OTAN a annoncé que toute « coercition ou intimidation », à l'encontre des pays d'Europe centrale et de l'est, serait considéré comme sujet « d'intervention matérielle et directe » par l'alliance occidentale. L'OTAN a proposé « le développement d'un réseau de relations et d'institutions multilatérales » avec les Européens de l'est et les Soviétiques, incluant des programmes d'échanges militaires, entre les pays d'Europe orientale et l'OTAN.

 




Home Krach boursier au Japon

« Comme nous l'avons déjà annoncé (en décembre 1988), un krach boursier prendra naissance au Japon, pour s'étendre ensuite au monde entier. » (Partage international mai 1989)
 
D'après un article paru dans le journal Le Bulletin et rapporté dans la Revue de la Presse Mondiale, le Japon pourrait connaître un désastre financier en 1991. La baisse permanente de la bourse et la chute des cours de l'immobilier pourraient être le déclic à un tel désastre. L'article stipule que ce krach financier pourrait être perçu comme un remède afin de guérir les excès qui harcèlent régulièrement l'économie japonaise et non comme la mort d'un géant économique.
 
Les « quatre grandes » sociétés japonaises d'agent de change ont connu une baisse de 52 à 67 pour cent de leurs revenus nets. Certaines entreprises plus petites ont enregistré des baisses de plus de 90 pour cent. Ces baisses ont été vues comme le résultat du krach boursier de l'année dernière et reflètent la dépendance des grandes maisons de courtage vis à vis d'un marché financier solide.




Home Les soldats et la guerre du Golfe

Source : The Guardian

« Il n'y avait ni vainqueur ni vaincu dans la guerre du Golfe. Les soldats souffrent eux aussi. De retour chez eux, après avoir combattu sous ordres, ils sont souvent la proie de dépressions ou d'autres affections mentales. Ils reviennent changés, en raison des effets karmiques de leurs actions au cours de la bataille. » (Partage international juin 1991)
 
Selon un article du Guardian, le retour au foyer s'est avéré dramatique pour des milliers de soldats iraquiens. A cause de la défaite, il n'y a pas eu de cérémonie de remise de médaille. Beaucoup se retrouvent sans travail et inévitablement célibataires car ils ne peuvent s'offrir de dots. Certains en ont gardé des ‘cicatrices' au niveau du mental. Une majorité a également servi au cours de la guerre Iran-Irak et ne connaît pas d'autre mode de vie.
 
Les prisonniers de guerre revenus d'Iran semblaient pareils à des vieillards et avaient immédiatement été envoyés servir dans le Golfe. A l'inverse, les prisonniers de guerre de ce dernier conflit sont revenus dignes et chargés d'oranges, mais ceux du front souffraient de la faim et vivaient continuellement sous les bombardements aériens. Ils sont retournés chez eux « hébétés, renfermés, les yeux vides ».
 
« Le soldat irakien est le plus malheureux du monde, » affirme un psychiatre. « Les journaux occidentaux écrivent qu'il est un monstre. Il ne l'est pas. La vérité est qu'il est très malheureux. Il a vécu des années comme un animal. Il est humilié. Il n'est pas surprenant qu'ils se sentent isolés et en colère. »
 
Les sanctions des Occidentaux entraînent la suppression d'emplois et conduisent à une inflation rampante. Bagdad endure une vague de crime sans précédent, qui serait due aux nombreux déserteurs de l'armée qui ont peur d'accepter l'amnistie de Saddam. Le nombre de divorces et de violences familiales augmente, les hommes reportant leur colère sur leurs femmes. Pendant ce temps, certains jeunes étudiants vivent dans la crainte d'être entraînés dans une nouvelle guerre Iran/Irak, l'Iran étant accusé d'avoir fomenté la rébellion qui a suivi la guerre du Golfe.




Home Le colonel Khadafi change

« Le colonel Khadafi a souvent été traité de fou. Cependant, un changement s'est produit en lui. Les observateurs s'apercevront que de grands changements se produiront dans ce pays. » (Partage international juin 1989)
 
Le Colonel Khadafi a fait des propositions au Royaume-Uni visant à la restauration des liens diplomatiques, rompus lorsque la femme policier britannique Yvonne Fletcher avait été tuée par balle devant le Bureau du Peuple Libyen, de Londres, en 1984. Elle fut tuée depuis une fenêtre alors qu'elle encadrait une manifestation contre le régime libyen. S'excusant pour ce crime, Khadafi a offert un chèque de « bonne volonté » de 250 000 livres pour le fonds bénévole de la police. Le gouvernement britannique a rejeté l'offre, jugée insuffisante, et réclame une preuve concrète qu'il a renoncé à soutenir l'IRA et d'autres organisations terroristes internationales. Selon le rude député conservateur Teddy Taylor, qui a servi d'intermédiaire, ce chèque n'était que l'un des éléments d'un ensemble plus vaste de propositions, et il fut divulgué délibérément afin de discréditer l'ouverture du colonel Khadafi.




Home Un territoire pour le peuple palestinien

Source : Catholic Herald

« Un territoire sera créé pour le peuple palestinien. Le gouvernement israélien n'aura d'autre choix que de donner son accord à la recherche d'une telle solution. » (Partage international octobre 1990)
 
Le Patriarche catholique de Jérusalem a lancé un appel en faveur d'un règlement pacifique du problème israélo-palestinien dans le sillage de la guerre du Golfe. « Si rien n'est entrepris maintenant, les troubles dans les territoires occupés se poursuivront, amenant encore plus de souffrance, plus d'injustice et plus de violence, » a-t-il déclaré.
 
Le Patriarche Michel Sabbah a déclaré que l'église défendait non seulement les droits des Palestiniens mais également le droit des Israéliens à assurer la sécurité de leurs frontières vis à vis de toute ingérence extérieure. « Les vraies frontières aujourd'hui ne sont pas les frontières établies sur le terrain, mais celles qui existent dans les cœurs des hommes, » a-t-il déclaré. « Tant qu'un pays est entouré d'ennemis, il a raison d'avoir peur. La réponse est de convertir vos ennemis en amis. » La paix entre Israël et les pays arabes suivrait automatiquement un accord équitable avec les Palestiniens, a-t-il ajouté. Selon lui, l'est de Jérusalem devrait obtenir un statut de « souveraineté partagée » avec le reste de la ville qui reconnaîtrait son statut spécial de lieu destiné aux Chrétiens, aux Juifs et aux Musulmans. Et les Israéliens devraient céder une partie des territoires occupés. (Source : Catholic Herald, 17 mai 1991)
 
Le rabbin britannique, Lord Immanuel Jakobovits, qui est le chef spirituel des 300 000 juifs britanniques, a déclaré dans une interview accordée à un journaliste du Evening Standard, qu'il est loin d'être un supporter inconditionnel du présent gouvernement israélien. Il a dénoncé l'incapacité d'Israël à traiter le problème des réfugiés palestiniens. Problème qu'il a qualifié de « souillure pour l'humanité : des hommes qui sont enfermés dans ces misérables camps de réfugiés depuis 40 ans. Nous devrions crier au monde de ne pas attendre que les terroristes attirent notre attention sur ces camps. »
 
Il a poursuivi en soutenant qu'Israël ne peut espérer dominer éternellement un million et demi d'Arabes et que les Palestiniens ont des aspirations légitimes qu'on ne peut plus ignorer.
 
Une autre personnalité critique à l'égard du traitement infligé par Israël aux Palestiniens est David Core, le meilleur expert du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères. Lors d'une réunion privée, il a déclaré qu'Israël n'était « pas meilleure que n'importe quel autre état du Moyen-Orient en terme de militarisme, niveau démocratique et violation des droits de l'homme. »




Home Les soldats étrangers quittent l'Angola

« En Angola, le processus de médiation entre les puissance étrangères impliquées dans le conflit (en particulier Cuba, l'URSS, l'Afrique du Sud et les USA) conduira finalement au retrait de toutes les troupes étrangères de ce pays. » (Partage international juillet/août 1988)
 
Le 24 mai, les derniers 2 400 soldats cubains encore en Angola sont rentrés dans leur pays.




Home Les Nations Unies deviendront la force politique la plus puissante

Source : San Francisco Chronicle

« La seule solution est l'envoi de troupes par les Nations Unies, en vue de protéger les peuples d'Afrique et de repousser les armées qui tuent leurs propres populations. De la même manière qu'elles ont crées en Irak un asile pour les Kurdes, les Nations Unies devraient également créer des refuges pour les populations affamées d'Afrique. » (Partage international juin 1991)
 
« Les Nations Unies deviendront la force politique la plus puissante au monde. Elles constitueront l'intermédiaire grâce auquel les principaux problèmes internationaux seront résolus. » (septembre 1989)
 
Lors d'une conférence de presse à San Francisco, l'ancien ministre soviétique des Affaires étrangères, Edouard Chévardnadzé, a déclaré que les Nations Unies devraient jouer un rôle dans le règlement des conflits internes à un pays, si ces conflits affectent la sécurité de toute la région ou s'ils menacent la paix mondiale. M. Chévardnadzé a déclaré que sa proposition impliquerait probablement une nouvelle définition de la souveraineté nationale.
 
« Les Nations Unies sont et seront très importantes pour l'avenir de l'humanité... Nous pourrions parler d'une communauté eurasienne, ou même planétaire, » a-t-il affirmé, qualifiant son point de vue de « perspective parfaitement réaliste, un monde sans guerre et sans catastrophe, sans la menace d'annihilation. » (Source : San Francisco Chronicle)
 
L'acteur de cinéma allemand Karlheinz Böhm, qui pendant sept ans a lutté contre la faim en Ethiopie, réclame une intervention militaire des Nations Unies pour faire appliquer des solutions pacifiques. Dans une interview accordée au journal Abendzeitung (de Munich), il a déclaré que les Nations Unies devraient, en tant que force de police de la paix, en quelque sorte, entrer en action dans des situations telles que celles d'Ethiopie ou du Kurdistan. M. Böhm demande également la création d'un Fonds pour les Catastrophes afin de fournir des ressources lorsque des tremblements de terre et inondations importantes ou la sécheresse surviennent. Chaque pays membre des Nations Unies devrait contribuer à ce fonds, les plus riches y participant le plus largement. M. Böhm réfute l'idée « totalement démente » qu'il faille attendre la fin de la guerre pour pouvoir fournir une aide à Ethiopie.




Home La crise du Koweït

« La crise du Koweït a engendré en politique internationale une situation saine, permettant au souffle du changements de balayer les attitudes anciennes et les dogmes. » (Partage international, le 28 août 1990)
 
Selon le magazine français Le Point, le roi Hussein de Jordanie aurait déclaré qu'il était temps pour les leaders arabes et israéliens de se rencontrer « face à face ». Le ministre israélien des Affaires étrangères, M. Lévy, a accueilli favorablement le principe d'une visite du roi Hussein. Il a également affirmé qu'une conférence de paix sur le Moyen-Orient pourrait être convoquée dans les semaines à venir. Ces deux déclarations témoignent d'un mouvement résolu pour sortir des anciennes positions très arrêtées.
 
Un traité de fraternité, coopération et coordination a été signé par les Présidents de la Syrie et du Liban, inaugurant une nouvelle ère entre Ces deux pays. Ce traité concerne la défense, la politique étrangère, le commerce et l'éducation.
 
Le chef du groupe religieux chiite dirigeant, le Cheikh Mohammed Mehdi Shamseddine, a fait part de sa volonté d'échanger les soldats israéliens contre des prisonniers arabes détenus par Israël. Ce changement est considéré comme un pas vers la libération des otages occidentaux au Liban.




Home Les catastrophes naturelles

« Maitreya a clairement indiqué que les catastrophes se produisant actuellement dans le monde – inondations, tremblements de terre, éruptions volcaniques – sont la conséquence directe des actions des hommes… Les violences de la guerre ont déclenché une réaction au sein du monde naturel, qui se dissipe sous forme de catastrophes, de famines et d’éruptions. » (Partage international, 8 mai 1991)
 
Dans le sud du Japon, le volcan Unzen a connu sa première éruption depuis 198 ans, entraînant la mort et les blessures de dizaines de personnes et contraignant des milliers d’habitants d’un village voisin à quitter leurs maisons.
 
De brusques inondations ont causé la mort de près de 5 000 personnes dans le nord de l’Afghanistan.
 
Dans les Andes, en Colombie, deux glissements de terrain provoqués par des pluies torrentielles ont entraîné la mort de dizaines de personnes.





Citation

Home Article 38 de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l'Enfant

Aucun enfant ne devrait participer directement à un conflit armé, aucun enfant de moins de quinze ans ne devrait être recruté dans les forces armées, et tous les enfants affectés par les conflits armés devraient recevoir protection et soins.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017