DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2017

Extraits de la revue
Partage international

Mars 2017 - N° 343

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître


    • Pourquoi les écoles ne devraient pas être gérées comme des entreprises par Steve Singer


  • Point de vue
    • Les limites de l’anthropocentrisme par David Suzuki


  • Tendances
    • L’abondance par le partage
    • Onu : Assemblée d’hiver de la jeunesse


  • Le respect de la loi
    • La déclaration des droits de l’Homme est plus pertinente que jamais
    • Benjamin Ferencz : la loi, pas la guerre


  • Citation
    • Extrait du message n° 64 par Maitreya


  • La voix de la raison
    • Mikhaïl Gorbatchev : il semble que le monde se prépare à la guerre par Andrea Germanos
    • Un appel au sens de la moralité de nos leaders pour combattre la vague populiste
    • Le groupe des Anciens condamne le décret américain anti-réfugiés


  • La voix des peuples
    • Manifestations contre Donald Trump
    • Les Roumains descendent dans la rue


  • Les mensonges dévoilés


  • Courrier des lecteurs


  • Compte rendu de lecture
    • Un livre de Gerard Aartsen : Before Disclosure (Avant la révélation, en finir avec les spéculations) par Elisa Graf


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète
    • Dix raisons d’être optimiste sur un futur à faibles émissions carbone par Peyton Fleming
    • La chine abandonne 103 projets de centrales au charbon


  • L’humanité une


  • Signes des temps




L'article du Maître

Home La fin de l’âge de la barbarie

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme, avril 1999

Un jour viendra où l’humanité se rappellera notre temps comme « l’âge de la barbarie ». Cette civilisation mourante est si éloignée de ce qu’elle pourrait être idéalement que les hommes du futur se demanderont comment nous avons pu nous en accommoder si longtemps.

Les causes et facteurs à l’origine de cette triste situation sont multiples : la longue et lente dégradation des relations entre les hommes va de pair avec la complexité croissante de leurs armements, et la reflète. Leur pouvoir de donner la mort à distance, triomphalement étendu à l’échelle des continents, scelle le sceau de l’avancée vers l’autodestruction. La froide sophistication des armes d’aujourd’hui n’a d’égale que leur impersonnalité : le guerrier n’a plus à être témoin de l’épouvante dans les yeux de sa victime.

Dans une telle situation, on ne peut guère s’étonner que les institutions politiques et économiques reflètent, à leur tour, cette aliénation grandissante de l’homme vis-à-vis des sources mêmes de sa vie. Le mercantilisme, cette menace insidieuse mais puissante, se répand souvent à l’abri des regards et domine maintenant d’innombrables destinées, réduisant à néant ce don de Dieu qu’est l’individualité humaine. Les gens sont désormais des statistiques dépourvues de sens ; leurs besoins ignorés, ils sont de simples pièces sur l’échiquier des forces du marché et de la quête du profit.

Ce désert d’aridité qu’on appelle le monde moderne dépouille les hommes de ce qui fait leur humanité : leur aptitude au bonheur, à se réaliser dans la créativité, à répondre spontanément aux besoins des autres, à vivre libres. Une compétition mortelle ronge l’esprit humain et se fait à la fois juge et arbitre du « combat » de la vie. Cette grande aventure qu’est la vie s’est vu corrompre et remplacer par la lutte inéquitable et angoissante que nécessite la simple survie.

Bien sûr, des conditions si extrêmes ne sévissent pas partout de manière uniforme, mais pour des myriades d’êtres humains elles représentent la réalité du quotidien et, à moins que les hommes ne changent de direction, cette situation ne peut que s’aggraver.

Quand Maitreya entrera à visage découvert dans l’arène mondiale, il montrera aux hommes qu’une telle vie de souffrance et de lutte n’est pas inévitable et ne constitue pas pour eux le seul choix possible ; qu’une autre voie s’offre à eux de plein droit s’ils décident de l’emprunter.

Il montrera que déjà, au milieu du chaos généré par la montée de la cupidité, les hommes réagissent contre l’étiolement des liens sacrés de la vie ; que des forces nouvelles et considérables font leur apparition, suscitant un nouveau commencement ; que des turbulences actuelles émerge progressivement une manifestation plus élevée et plus juste de la capacité innée de l’homme à faire face aux défis de son temps et à surmonter ses difficultés.

Maitreya rappellera aux hommes leur origine et leur destin supérieur, et leur inspirera un nouvel art de vivre : dans l’harmonie et les relations justes, sans recours à la guerre ou à la compétition, dans le plus grand respect mutuel et la coopération la plus totale. Ainsi en sera-t-il.


Note de la rédaction
Depuis le lancement de la revue Partage international, le Maître de Benjamin Creme a fourni des articles susceptibles d’être publiés non seulement au moment où ils sont écrits, mais aussi chaque fois que la situation mondiale les rend à nouveau pertinents. A vrai dire, nombre de ces articles semblent plus actuels aujourd’hui que lorsqu’ils ont été publiés initialement.




Home Les trois fêtes de printemps

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme, mars 1984

Au sein des groupes qui se sont associés au travail de Benjamin Creme à travers le monde, il semble y avoir consensus sur le fait que les énergies perceptibles lors des méditations de transmission sont aujourd’hui plus fortes que jamais. Dans cette perspective, il paraît approprié de revenir sur ce qu’a écrit l’un des Maîtres de Sagesse à propos des trois principales Fêtes spirituelles et de l’opportunité qu’elles nous présentent. L’article que nous rééditons ici date de mars 1984 ; il y est question d’une période d’opportunité spirituelle particulière cette année-là, dans un contexte qui n’est pas sans évoquer la situation internationale actuelle.

UNE GRANDE OPPORTUNITE

Chaque année, à l’approche du printemps, la Hiérarchie fait ses préparatifs pour les trois fêtes des mois d’avril, mai et juin. Chaque année, quand vient cette période, des plans sont mis en œuvre pour permettre à ceux qui aspirent à la Lumière et souhaitent se rendre utiles de le faire plus pleinement et plus efficacement. Ce printemps, nous avons l’intention d’accomplir un travail d’envergure. Tout au long de ces trois mois, des énergies d’une puissance énorme déferleront sur notre monde. Cette intensification favorisera certains rapprochements dont il est aujourd’hui grand besoin, et d’importants efforts seront faits pour canaliser la bonne volonté de millions d’hommes. Nous espérons ainsi effectuer de grands changements dans les affaires humaines et prévenir un nouveau dérapage vers le chaos et la guerre.

Une période d’activité accrue appelée « poussée spirituelle »

Une telle période d’activité accrue est appelée « poussée spirituelle », et pendant ce laps de temps toute activité spirituelle recevra un soutien puissant. Les activités spirituelles de toute nature, quelles que soient les traditions ou croyances sur lesquelles elles se fondent, se verront renforcées pendant ces mois du printemps, et beaucoup pourra s’accomplir si l’on met pleinement à profit cette opportunité. Il incombe à tous ceux qui souhaitent servir et améliorer le monde d’entrer en contact avec ces forces et de leur permettre ainsi de se manifester dans leur vie.

Nous cherchons à instaurer parmi les hommes un sentiment nouveau de responsabilité partagée. Nous cherchons à éveiller en eux le goût de l’action concertée. Nous nous efforçons de créer les conditions dans lesquelles ces deux aspects pourront se manifester ensemble et conduire ainsi au changement. Tout est énergie ; seule existe l’énergie. Par l’impact de ces énergies supérieures sur le centre qu’est l’humanité, nous cherchons à créer une atmosphère nouvelle dans le monde. Aidez-nous à créer les conditions de la confiance, et apportez ainsi un regain d’espoir sur la planète. Semez les graines de l’amour et de la confiance, et regardez-les fleurir sous forme d’espérance et de joie.

Chacun peut faire quelque chose pour soulager la souffrance de ses frères. Faites le point de la situation, et voyez ce que vous devez faire.

Prenez maintenant l’engagement de soutenir tout acte de sacrifice, et prenez-y vous-même votre part. Faites de cette période un temps de don ; que votre volonté de vous rendre utile s’exprime pleinement. Sachez qu’en servant, vous œuvrez dans le sens de la lumière et vous vous alignez de manière plus correcte sur le dessein de votre âme. Engagez-vous avec nous, et permettez aux rêves des hommes de se réaliser. Engagez-vous avec nous, et soyez assurés que nous vous apporterons aide et stimulation. Engagez-vous à nos côtés, et accomplissez des actions que vous auriez crues impossibles.

Quand vous verrez Maitreya, vous saurez que pour le monde l’heure du choix a sonné. Il appellera à l’action tous ceux qui veulent sauver le monde. Joignez-vous à tous ceux qui agissent à son service, et entrez dans le flux du grand courant de la Vie. Le moment est venu, plus que jamais, d’agir en accord avec vos idéaux, et de rendre manifeste la vision gravée dans votre cœur.

Offrez-vous comme transformateurs de ces énergies colossales

Sachez que vous n’êtes pas seul, et que des millions d’autres embrassent ces mêmes idéaux. Formez une chaîne avec tous ceux qui aspirent à se rendre utiles et tissez un filet de lumière autour du monde. Rappelez-vous que vous êtes dans le monde pour servir, et que ce n’est qu’ainsi que vous pourrez grandir. Rappelez-vous que vous êtes les gardiens de vos frères et qu’il vous appartient de répondre à leurs besoins. Offrez-vous, plus que jamais, comme canaux à travers lesquels nous pourrons travailler, et comme transformateurs de ces énergies colossales qui bientôt s’écouleront vers vous. Ainsi pourrez-vous apposer sur cette vie le sceau du service et, le moment venu, rejoindre les rangs de ceux qui vous ont précédés sur le sentier.


Un Maître parle, mars 1984





Les mensonges dévoilés

Home Le socle de la démocratie

Source : chroniclejournal.com

1984, le roman de George Orwell paru en 1949, est devenu numéro 6 de la liste des ventes d’Amazon pour les Etats-Unis, en janvier 2017. Son éditeur en a imprimé des dizaines de milliers d’exemplaires supplémentaires.

Craig Burke, en charge des relations publiques chez Penguin, a expliqué au New-York Times que les ventes ont bondi de 9 500 % après l’apparition de la conseillère du président Trump, Kellyanne Conway, dans l’émission Meet the Press (Rencontre avec la presse) sur la NBC, le 22 janvier 2017. Elle s’était exprimée d’une manière qui rappelait la novlangue, la langue officielle d’Océania, inventée par G. Orwell pour son roman. Dans 1984, G. Orwell nous avertissait qu’un temps viendrait où : « Le Parti nous enjoindra de rejeter ce que nous disent nos yeux et nos oreilles. Ce sera son injonction première. »

Dans un article intitulé Post-vérité : Mensonges, gros mensonges et faits de substitution » paru dans The Chronical Journal (Canada) Dan Oldfield cite le roman de G. Orwell et commente avec ironie : « Il a fallu plus de temps que prévu, mais il semble que l’ère post-vérité, l’époque où la vérité n’a plus d’importance, soit arrivée. » D. Oldfield continue en se demandant : « Alors, qui gagne et qui perd quand les médias sont minés et discrédités ? »

Il écrit : « Il y a un certain temps que l’on cherche à discréditer les journalistes. C’était déjà le cas avant l’arrivée de D. Trump et son parti de droite, mais l’ampleur qu’a prise le phénomène choquerait même G. Orwell. On affirme la partialité des médias comme une sorte d’évidence sans même une tentative symbolique de le démontrer. Les mensonges flagrants sont maintenant des « faits de substitution » – comme s’il existait des faits et puis quelque chose d’autre, comme le bon ou le meilleur. On affirme que l’opinion, aussi mal ou non informée soit-elle, a autant de valeur que les faits. C’est du grand n’importe quoi. Une aberration dangereuse. »

Au risque d’affirmer l’évidence, discréditer les médias est un stratagème destiné à transformer, nier ou voiler la vérité. « Les gens sont activement encouragés à rejeter tout fait ou toute vérité évidente qui remettraient en question leurs croyances préconçues », comme l’affirme D. Oldfield, qui poursuit en attirant l’attention sur la façon dont un ancien président américain jugeait du rôle des médias : « Il y a plus de cinquante ans, alors que la télévision était à ses débuts, le président américain John F. Kennedy a expliqué le fait que « sans débat, sans critique, aucune Administration, aucun pays ne peut réussir – et aucune république ne peut survivre ». Il a déclaré en outre que le rôle de la presse est « d’informer, d’éveiller, de réfléchir, de nous révéler les dangers et les opportunités, de nous montrer les crises et les choix possibles, pour diriger, façonner, éduquer l’opinion publique et parfois même provoquer sa colère. »

D. Oldfield cite Dan Rather, ancien présentateur de CBS News : « Les faits et la vérité ne sont d’aucun parti. Ils sont le socle de notre démocratie. » 





Courrier des lecteurs

Home Continuer toujours et encore

Cher Monsieur,

Début 2014, je rentrai chez moi, il était tard, je me sentais fatiguée et plutôt triste après une longue journée de travail. Pour une raison inconnue le train fut détourné et je dus faire un changement, prolongeant ainsi mon trajet. En descendant dans la station de correspondance, je remarquai un homme âgé, d’environ 80 ans, qui marchait très lentement. C’était un Noir portant des vêtements ordinaires et une casquette. Un homme plus grand, d’environ 60 ans, le tenait par le bras. Les gens auraient pu les dépasser mais cela semblait quelque peu irrespectueux et plusieurs d’entre nous marchions très lentement derrière eux. Cela prit beaucoup de temps.

Sur le quai, j’ai éprouvé le besoin de rester près des deux hommes plutôt que de me rendre en tête de train comme à l’accoutumée. Lorsque les portes s’ouvrirent, je pris le vieux monsieur par l’autre bras pour l’aider à monter. Il déclara : « Dieu vous bénisse. » Je m’assis et me sentis très émue. Cela paraissait un tel effort, et je me demandai pour quelle raison ils avaient entrepris ce trajet tard le soir, un jour de semaine.

Cela me rappelait mon propre père qui, à cette époque, marchait très lentement et avec de l’aide. Cela doit être replacé dans le contexte de la sensation de fatigue que j’avais. Ils descendirent du train à l’autre bout de Londres, au même arrêt que moi, et sortirent de la gare en marchant très lentement.

T. C., Londres, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme âgé était le Maître Jésus.


Home De justesse

Ma plus jeune fille Mali (Amalia) m’a rappelé récemment [2002], un événement qui eut lieu alors qu’elle était enfant. Nous étions en voiture, arrêtées sur la route, attendant un espace dans la file de voitures venant en face de nous pour pouvoir tourner vers une jardinerie. Soudain, une voiture jaune fit irruption du flot de véhicules qui nous croisait et se dirigea directement vers nous. Le conducteur essaya désespérément d’arrêter sa voiture qui dérapait en diagonale droit sur nous à grande vitesse.

Mali se souvient d’avoir été terrifiée et d’avoir hurlé, quand, soudain, juste une fraction de seconde avant l’impact, le chauffeur donna un coup de volant et l’accident fut évité. Maintenant, nous nous demandons si nous avons été protégées, ou si nous n’avons été que miraculeusement et étonnamment chanceuses ?

B. F., Frimley Green, Surrey, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que vous avez été protégées par Maitreya.


Home Service de proximité

Cher Monsieur,

J’ai été licenciée de mon travail de contractuelle d’une compagnie locale de télécommunication, dix jours après le 11 septembre 2001. En novembre, pour ne pas sombrer dans la dépression, et rester active, je me suis portée volontaire pour servir la soupe populaire à un petit groupe de paroissiens d’une église locale. Un homme d’une trentaine d’années que je nommerais « John » faisait aussi partie des bénévoles pour la préparation de la nourriture et le service à table.

Nous servions 35 personnes. Quand tous furent assis, John s’absenta brièvement et revint. Lorsqu’ils étaient encore tous à table, John tendit à chacun d’eux un billet de 10 dollars. Je fus si émue par sa gentillesse que je lui dis qu’il recevrait sûrement des bénédictions spéciales pour sa philanthropie.

Comme nous commencions le nettoyage, deux hommes entrèrent. L’un était grand et portait une tenue décontractée, l’autre était petit et vêtu de façon éclectique et avait une démarche bizarre. Je les aidaient à se servir puis ils allèrent s’asseoir. Comme je reprenais le ménage, l’homme petit s’approcha de moi et déclara : « J’ai entendu dire que quelqu’un ici a distribué de l’argent. » Je leur expliquai que John avait distribué tout son argent et qu’il ne lui restait plus rien.

Concernant ces deux hommes, il y avait quelque chose qui me semblait incongru. Je me demandai s’il ne s’agissait pas de Maitreya et du Maître Jésus ?

E. D. S., Floride, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait bien de Maitreya et du Maître Jésus.


Home Visite dans mon jardin

Cher Monsieur,

Depuis plus de quatre ans, je vis dans un petit village. Un jour de mai 2002, alors que je jardinais, j’entendis la voix d’une femme me posant une question sur la sécheresse du sol. Je me rapprochai et vis une dame âgée et un homme grand, d’âge moyen. Je leur dis combien la nature en fleur était belle et que les forces de lumière, espérons-le, deviendraient plus effectives. Alors, la dame me demanda : « Êtes-vous croyante ? »

Je me sentis légèrement déstabilisée. Elle me demanda de nouveau : « Êtes-vous croyante ? » Je ne répondis toujours pas, mais je souris. Puis elle me reposa deux fois la question, d’une voix basse et insistante : « Êtes-vous croyante ? »

Je ressentis de la joie, poussai un soupir de soulagement et dis : « Oui, je le suis. » Elle me parla de la Bible, de la religion et de ma foi. L’homme, ne dit pas un mot mais me sourit de façon sincère. Il avait visiblement une maladie de peau sur le visage. Tout dans l’apparence de la dame paraissait particulièrement impeccable. Il était clair pour moi que quelque chose de spécial se produisait, mais je n’eus pas le temps d’y penser.

Quand ils furent sur le point de partir, elle me demanda, d’une manière décontractée : « Croyez-vous à la réapparition du Christ ? » Je voulus répondre mais je fus prise de court. Alors, elle demanda : « Êtes-vous sûre qu’il est déjà parmi nous ? » Avant de partir ils me dirent que ce fut une très belle conversation. Après cela, je me sentis joyeuse pendant un long moment. Ce pourrait-il que ces deux visiteurs fussent Maitreya et Jésus ?

C. E.-N., Kleinkrausnik, Allemagne

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que l’homme était Maitreya et la dame le Maître Jésus.


Home Réconfort

Le 2 juin 2001, notre fille Audrey a été agressée devant un cinéma par une jeune femme d’origine arabe. Comme Audrey avait été griffée au cou, on nous a conseillé d’aller à la clinique. Il était environ 21 h, nous étions seuls aux urgences, mon mari, ma fille et moi, attendant un médecin.

Un jeune homme entra dans la pièce, nous salua et alla ouvrir la porte de l’ascenseur, dans lequel il y avait une vieille dame. Puis un autre homme entra à son tour, vêtu d’un pantalon de sport rouge et blanc, avec le bras droit dans le plâtre. Tous les trois semblaient d’origine arabe. Le deuxième homme se dirigea vers l’ascenseur, se mit à parler en arabe à la vieille dame, et, se tournant vers moi, me demanda si je comprenais ce qu’il venait de lui dire. Je répondis non. Puis il récita un poème ou une prière à propos de Dieu et me demanda s’il y avait un seul Dieu ou plusieurs Dieux. Je ne répondis pas. Alors il me déclara : « Vous n’êtes jamais seuls, où que vous soyez, vous n’êtes jamais seuls. » Il répéta cette phrase plusieurs fois, puis il s’adressa à ma fille souffrante en répétant la même chose : « Vous n’êtes jamais seuls, où que vous soyez, vous n’êtes jamais seuls » à plusieurs reprises. A la fin, il me demanda si je croyais que Dieu était grand et je répondis : « Oui, Dieu est grand. »

Serait-il possible de savoir qui étaient ces personnes rencontrées à la clinique ?

B. F., Saint-Louis, France

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme qui parlait était Maitreya, la « vieille dame » était le Maître Jésus. L’autre homme était un disciple du Maître Jésus.


Home Un signe d’encouragement

Cher Monsieur,

L’année 2002 fut plutôt difficile pour ma famille. Par chance, nous avions la main de Maitreya qui nous a aidés à plusieurs reprises.

Le 5 décembre, nous avons perdu notre bien-aimé chien Angelo ce qui nous a plongés dans un profond chagrin. Ce même jour, dans l’après-midi, notre mère, qui était dans la cuisine, vit une sorte d’étrange « fumée ou vapeur » blanche flottant devant le bidon d’eau de Nordenau. Sans réfléchir, elle la dissipa d’un geste de la main, se demandant d’où elle pouvait bien provenir. Mais à sa grande surprise le phénomène blanc réapparut en quelques minutes. Tard dans la soirée, quand ma sœur et moi rentrâmes à la maison et qu’elle nous raconta cet incident, nous pensâmes immédiatement qu’il pouvait s’agir d’un signe de Maitreya ou d’un Maître.

Deux semaines plus tard, notre mère s’est évanouie probablement en raison d’un excès d’anxiété et de sa mauvaise condition physique. Peu après, elle revit le même phénomène blanc, au même endroit. Cette fois-ci, elle ne le dissipa pas mais remercia Maitreya de l’encourager.

Cette « fumée » blanche a-t-elle été manifestée par Maitreya ou un Maître ?

N. T., Kobuchizawa, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la fumée a été manifestée par Maitreya.


Home Jeu de lumières

Cher Monsieur,

Le 21 mars 2001, mon ami et moi nous sommes rendus au sommet de la montagne à Sedona (Arizona) pour voir le soleil se lever. Arrivés au sommet mon ami me désigna une sorte d’esplanade, éloignée d’environ 10 km, et m’expliqua qu’il s’agissait d’un site sacré des Frères de l’espace, où son ami se rendait souvent pour méditer. En redescendant, nous vîmes quelque chose d’étrange sur l’esplanade. En direction du sommet, nous vîmes quatre lignes orange lumineuses et fluorescentes. Chaque ligne semblait avoir deux à trois mètres de long et 30 cm de large. Nous supposâmes qu’il s’agissait des rayons du soleil mais ils n’avaient pas encore atteint l’esplanade. Ce que nous vîmes ensuite nous stupéfia : les lignes oranges fluorescentes devinrent blanches de gauche à droite, l’une après l’autre, comme si quelqu’un tirait les rideaux d’une fenêtre. Puis, une fois de plus, les couleurs blanches prirent la couleur de la roche, de la même façon. Nous n’avons eu d’autres choix que de nous diriger vers l’esplanade. Nous voulions observer le phénomène de plus près. Sur place, nous ne trouvâmes que trois flaques d’eau mais nous savions que l’eau ne pouvait pas changer de couleur de cette façon. Du moins, pas comme quelqu’un qui tire un rideau.

J’aimerais savoir si [1] ces mystérieuses lumières fluorescentes ont été manifestées par un Maître ou un Frère de l’espace ? Si oui [2] j’aimerais connaître le but du spectacle qui nous a été offert.

T. A., Toronto, Canada

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que [1] les lumières ont été manifestées par les Frères de l’espace. [2] Aucun but spécifique. Il s’est trouvé que vous étiez là.


Home Un soutien

Cher Monsieur,

Le 30 novembre 2002, j’ai organisé un atelier de méditation de transmission dans une librairie spirituelle de Toronto (Canada). Je disposais de deux heures, de 14 à 16 h. La conférence précédant la mienne se termina à 13 h 30 et je me mis à préparer la salle, disposant un prospectus sur la méditation de transmission et un journal The Emergence Quarterly sur chaque chaise. Après quelques minutes, un homme jeune, d’environ 1,85 m, s’approcha de moi et resta à regarder ce que je faisais. Je pensai qu’il était trop tôt pour que ce soit un participant mais sa présence me fit me hâter. Je lui souris et dis : « Bonjour » sans arrêter ce que je faisais. Je vis qu’il avait les yeux d’un bleu clair transparent. Il me déclara qu’il était intéressé par ce que je m’apprêtais à faire. Je lui tendis rapidement un prospectus et lui déclarai qu’il allait assister à un atelier de méditation et qu’il était venu un peu trop tôt. Il sourit et m’affirma qu’il n’avait pas l’intention d’y assister et il prit mon prospectus, sans même y jeter un coup d’œil, puis quitta la librairie. Comme j’étais préoccupé par la préparation de l’atelier, je l’oubliai immédiatement.

Au cours de l’atelier, j’ai parlé non seulement de la méditation de transmission mais aussi de l’émergence de Maitreya, même si ce n’était pas ce que j’avais prévu pour ce jour-là, à des participants nombreux et attentifs. En rentrant chez moi, l’homme me revint à la mémoire et je n’ai fait que penser à lui. Sur les 25 participants à l’atelier, il me laissa une impression différente des autres. L’atmosphère ou l’énergie qu’il irradiait était totalement transparente, comme s’il n’était pas vraiment là. Je n’ai pas ressenti le moindre stress, aucune curiosité ou attente en lui (tels qu’une personne ordinaire pourrait avoir). J’ai trouvé étrange qu’il m’apparaisse comme venu de nulle part et qu’il quitte la librairie si rapidement. S’il vous plaît, dites-moi si cet homme jeune était Maitreya ou un autre Maître, ou juste un homme qui se trouvait là ?

T. A., Toronto, Canada

Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.



Compilation

Home Droits de l’homme, vérité et lois de la vie

Nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui admettent la nécessité d’un changement, mais y résistent pourtant.
Nombreux sont ceux qui voient l’effondrement des structures anciennes et obsolètes du passé, mais s’accrochent encore à de telles formes. Mais il y a une voix nouvelle qui se fait entendre parmi les nations, la voix de la Vérité qui contient l’espoir, la promesse d’un temps nouveau. Cette voix fera de plus en plus d’effet sur l’esprit des hommes, car c’est la voix de Dieu parlant à travers eux. [Message n° 12 (Maitreya)]

Des millions d’hommes, réduits naguère à l’état d’esclaves, ne sont plus disposés à accepter leur sort ; ils se soulèvent contre la tyrannie qui les opprime et exigent une vie meilleure. Sous d’autres horizons, se fait jour un souci d’honnêteté et de respect de la loi qui met en cause et condamne la corruption et le laisser-faire du passé récent. Nombreux sont ceux qui se sentent investis d’un sens des responsabilités inédit et aspirent à se mettre au service de leurs frères et sœurs à travers le monde.
L’ordre ancien se désagrège, conduit jusqu’au bord du gouffre par sa propre démesure. L’humanité est témoin de l’effondrement de l’empire de la cupidité, de la tyrannie des forces du marché, de l’âge d’or des pirates de la finance. Désormais l’objectif sera le bien commun. Ce qui va dans le sens du bien commun prospérera ; ce qui va en sens opposé dépérira. Ainsi les nouvelles formes et institutions répondront-elles aux besoins de tous les hommes. [Le Bien commun (Maître –)]

Sommes-nous prêts à être de véritables êtres humains, à partager et à créer les conditions dans lesquelles chacun aura le droit de développer son potentiel spirituel dans le sens le plus profond du terme : améliorer sa vie sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel, c’est-à-dire vivre et manifester ce pour quoi il est venu en incarnation. C’est principalement la corruption des structures politiques, économiques et sociales qui nous empêche de le faire. Ce qui est nécessaire, c’est un changement au niveau du cœur – qui, à mon avis, est en train de se produire, sinon Maitreya ne pourrait pas être ici. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

La politique du nouvel âge – Partout dans le monde, la politique se transforme rapidement. La politique du nouvel âge sera conduite par le peuple, pour le peuple. Les Nations unies deviendront un instrument puissant qui assurera la défense des nations les plus faibles. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Maitreya montrera aux hommes que le monde appartient à tous, aux riches comme aux pauvres, aux puissants comme aux démunis, aux Blancs comme aux gens de couleur. Il exprimera clairement la nécessité d’une action concertée pour résoudre les problèmes auxquels l’homme se trouve confronté, et il indiquera la voie dans cette direction. En appelant les hommes à accepter la nécessité du changement, il stimulera l’aspiration et focalisera la volonté de tous pour amener la justice partout dans le monde. Ainsi unira-t-il tous ceux qui cherchent à mettre en place des structures plus adéquates pour permettre à la nature divine de l’homme de s’exprimer. Et de cette multitude jaillira un cri comme jamais il n’en n’est retenti sur la Terre, un appel à la justice et à la vérité, à la liberté et à la paix. [L’avenir nous appelle (Maître –)]

Mes bras sont tendus vers vous, mes amis, demandant votre confiance, faisant appel à votre aide pour refaire votre monde. Nombreuses sont les tâches qui vous attendent ; nombreux sont les coups qui devront être portés pour la Liberté et la Vérité.
J’ai besoin que tous ceux en qui cette vérité rayonne me suivent et m’aident dans mon travail. Puissiez-vous être prêts lorsque vous entendrez mon appel. Cet appel résonnera dans les oreilles des hommes, partout dans le monde. C’est un appel vers Dieu. [Message n° 26 (Maitreya)]

L’Onu remplit progressivement sa mission, laquelle consiste à maintenir la paix dans le monde. Pour le moment, elle répugne à jouer ce rôle de gendarme, et les gouvernements membres se font tirer l’oreille pour financer les coûts de cette organisation. Pourtant, tant que la paix mondiale ne sera pas assurée – grâce au partage et à la mise en œuvre des principes de justice – cette responsabilité doit être assumée. Le rôle de l’Onu, à terme, est de devenir, non pas un gouvernement mondial, mais un parlement mondial, où les problèmes pourront être mis en discussion et résolus pacifiquement. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Dans le conflit entre le Bien et le Mal, il apparaît de plus en plus clairement que les Forces de Lumière sont en train de gagner. Peu à peu le Bien l’emporte dans cette lutte séculaire pour gagner le mental et le cœur des hommes. Cette affirmation peut sembler surprenante à certains, à en juger par les tensions et les clivages qui existent de par le monde. Tel est pourtant le cas, et si vous pouviez voir le monde et les événements comme nous, vos Frères aînés, les voyons, vous vous rendriez compte de l’extraordinaire transformation qui est en cours. De tous côtés, il devient évident que l’ordre ancien s’écroule. Malgré les haines séculaires qui divisent les peuples et le désordre qui règne en maître, des signes apparaissent partout indiquant que s’éveillent en l’homme un nouvel esprit, un sens nouveau des responsabilités et un respect renouvelé de la vie sous toutes ses formes. […]
De tous côtés, des hommes se regroupent pour manifester le renouveau. Inspirés par l’amour et l’esprit de nécessité, ils envisagent un monde plus simple et plus sain. Ils réalisent que du déséquilibre et des tensions peuvent naître justice et harmonie. Ils savent qu’ils sont divins et capables d’accomplir des miracles de changement. [La victoire est assurée (Maître –)]

Beaucoup me verront bientôt, prêteront une oreille attentive à mes paroles, et me suivront. Puissiez-vous être parmi les premiers à le faire : de cette manière, vous pourrez devenir mes collaborateurs. J’en ai grandement besoin.
Nombreux sont ceux qui, avec moi, espèrent la restauration de notre monde. Recherchez-les et travaillez avec eux. Construisez ensemble une forteresse de lumière et éclairez le chemin pour vos frères. Ne restez pas inactifs, mais agissez et rétablissez l’ère de la Vérité. [Message n° 33 (Maitreya)]

Dans le monde entier, les systèmes politiques perdent de leur crédibilité et de leur puissance, et donneront finalement naissance à de nouveaux systèmes de gouvernement beaucoup plus représentatifs. Dans cette ère nouvelle, c’est l’individu qui aura la prééminence. Les individus feront connaître leurs besoins dans tous les domaines, social, politique, religieux et éducatif. Ils s’exprimeront et manifesteront leur compassion à travers l’assistance qu’ils apporteront aux autres. Les citoyens ordinaires, les intellectuels, les éducateurs, ainsi que des individus de toutes les couches de la société, s’apercevront qu’ils ont désormais réellement voix au pouvoir de décision.
Aucun politicien ne pourra plus répéter l’histoire passée. L’ancienne politique, consistant à diviser pour régner, touche à son terme. L’art de la politique qui consiste à « diviser pour régner » est terminé, et une nouvelle politique, qui respectera l’harmonie, va bientôt lui succéder. Les nouvelles politiques ne seront désormais plus façonnées par les « ismes », tels que le capitalisme ou le socialisme, mais créées à partir du respect de soi, tant chez les individus que dans les nations.
Les nouveaux politiciens seront des intellectuels, des personnes expérimentées, connaissant les lois de l’évolution et sachant guider sagement leurs semblables.
Le processus consistant à inculquer, à imposer des idéologies dans le mental des individus, commence à se dissiper dans le monde entier, tant dans le domaine religieux que dans le domaine politique. Le consensus le remplacera. La voix du peuple se fait déjà entendre, et une forme de gouvernement représentatif remplacera l’actuel contrôle des masses par l’idéologie. Tout va maintenant si vite que les hommes politiques ne peuvent plus contrôler les événements.
Une nouvelle ère politique a commencé, dans laquelle la conscience éveille chaque homme à ses droits fondamentaux d’être humain, à ses libertés et à ses responsabilités envers lui-même et envers les autres. La constitution de chaque pays sera, en dernière analyse, basée sur les trois principes de liberté intérieure, de liberté nationale et de salut. La liberté intérieure s’applique à l’individu. La liberté de la nation concerne la société, le pays. Le salut relève du niveau spirituel. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

S’organisant eux-mêmes en groupes, des hommes de bonne volonté clameront bien haut leurs espoirs et leurs rêves de justice et de paix. Cette clameur allumera la torche de la vérité parmi les nations et, en son centre, on pourra me trouver. Ouvrez le chemin de votre cœur à ma Vérité. Ouvrez le chemin de votre cœur à mon Amour. Manifestez cet Amour autour de vous et connaissez la signification de la Vie. Créez ainsi les formes qui vous permettront désormais de vous manifester en tant que dieux. Faites cela avec joie, mes amis, et recevez votre héritage. [Message n° 135 (Maitreya)]

Les puissants événements qui, chaque jour, secouent le monde, font prendre conscience aux hommes qu’ils sont témoins des dernières convulsions d’une civilisation mourante et, en conséquence, de la création d’une nouvelle culture.
Si la forme que pourrait prendre cette culture reste, pour la plupart, imprécise et sans réelle substance, il est au moins une chose qui soit déjà imprimée dans l’esprit du public comme des médias : la force grandissante de la voix des peuples, et leur détermination croissante à se faire entendre. C’est là l’événement politique le plus important de notre temps. Dans le monde entier, les peuples de toutes les nations prennent le contrôle de leur destin, exigeant le respect de leurs droits. L’appel intérieur à la liberté, inhérent à leur divinité, unit les hommes de toute race et de toute croyance et, en un crescendo ininterrompu, il fera retentir à l’infini son écho jusqu’à ce que s’effondrent les derniers bastions de la tyrannie et que l’humanité puisse prendre possession de son héritage. Tel est l’avenir qu’attendent tous les hommes. [La voix des peuples (Maître –)]

L’interdépendance planétaire, qui est une réalité, deviendra finalement une évidence clairement établie dans notre conscience. Alors, le fait que « tous les hommes sont frères » s’exprimera de plus en plus dans des structures et dans des programmes d’action pratiques reflétant cette réalité. Les nations connaîtront la fraternité, des buts communs et des aspirations communes. Les gouvernements nationaux persisteront encore longtemps, mais la responsabilité des affaires mondiales sera de plus en plus assurée par les Nations unies, qui deviendront la force politique la plus puissante du monde. C’est à travers elles que tous les problèmes internationaux importants seront réglés. L’Onu exercera un contrôle réellement efficace, s’assurant que les armes et les munitions ne se répandent pas sur la planète, ce qui aurait pour conséquence d’aggraver les conflits. Elle agira en tant qu’observateur et organisme de surveillance. L’Onu devient maintenant un centre puissant. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

Lorsqu’une nation parvient à l’âge adulte, à la maturité, les relations qu’elle établit avec les autres changent du tout au tout. Elle commence à respecter l’autorité de la Loi qui unit toutes les nations dans le respect de leurs responsabilités et de leurs besoins mutuels. Le gain en maturité se signale précisément par ce respect des lois que les hommes ont estimées nécessaires pour vivre en paix ensemble. De temps à autre, il peut advenir qu’une nation se sente assez puissante pour ignorer la loi qui fait obstacle à ses ambitions dominatrices, et qu’elle se lance dans la guerre en dépit des avertissements de ses amis et de leurs incitations à la prudence.
C’est ainsi qu’aujourd’hui les Etats-Unis, devenus l’unique « superpuissance », sont source de contrariété et de préoccupation pour les peuples des nations plus mûres, qui connaissent d’expérience la folie des actions unilatérales menées hors du cadre de la loi.
Jeune « superpuissance » trop sûre d’elle-même, l’Amérique cherche tellement à en imposer qu’elle outrepasse ses capacités. Plus tôt elle sera confrontée à ses limites, mieux ce sera pour la sécurité du monde. […]
Lorsque, parmi les nations, l’autorité de la loi est bafouée, c’est le monde entier qui en souffre. C’est ainsi qu’aujourd’hui, la tension dont s’est accompagnée cette futile démonstration de force militaire affecte des millions d’hommes innocents de toute destruction et de tout terrorisme. Le monde subit maintenant toutes sortes d’épidémies parce que le système immunitaire humain ne parvient plus à résister au stress. Si seulement les va-t-en-guerre prenaient conscience des effets karmiques de leurs actions irréfléchies, ils chercheraient sans doute à se racheter et à changer de cap.Pendant ce temps, Maitreya observe attentivement cette situation discordante, prêt à intervenir s’il le faut, prêt à émerger quand ce sera possible. Rappelez-vous qu’il ne doute pas un instant du triomphe ultime de ceux qui se tiennent derrière lui et sont attachés à la paix et à la justice, à la liberté et à l’amour. Il sait que ce sont là les raisons d’être de l’existence humaine et vient pour les voir consacrées dans tous les hommes. [Le triomphe ultime (Maître –)]

Mon plan s’accomplit. Mon amour enflamme un nouvel aspect en l’homme, et la nouvelle lumière apparaît.
Voici ma promesse : bientôt, chacun d’entre vous verra un monde en train de changer, un monde se transformant sous vos yeux. L’ancien cède la place au nouveau, et l’homme se tient au seuil de la Vérité. [Message n° 117 (Maitreya)]

Les droits de l’homme
par le Maître —, par l’entremise de Benjamin Creme, juillet 1984
La question des droits de l’homme est au cœur des problèmes de l’humanité actuelle. Autrefois, les structures sociales dominaient la vie individuelle et établissaient un ensemble de relations hiérarchiques où chacun connaissait sa place : la femme obéissait au mari, l’homme obéissait au seigneur, le seigneur obéissait au roi et accomplissait sa volonté, tandis que le clergé servait d’intermédiaire entre Dieu et les hommes. Ces relations, bien qu’artificielles et imposées, répondaient aux besoins des sociétés d’alors, qui s’efforçaient de trouver leur identité et leur place dans le monde.
Aujourd’hui, tout a changé. A l’exception de quelques régions du monde où les groupes dominants s’accrochent aux vieilles structures, souvent au prix de dissensions et de guerres civiles, les peuples ont fait valoir leurs droits à l’autodétermination. Ils ont pris la responsabilité d’instaurer une forme de gouvernement juste et mis en place différents modes de représentation leur permettant d’exprimer leur volonté. Plus que jamais auparavant, les peuples réclament une participation plus grande dans les décisions qui affectent leur vie.
Cette liberté nouvelle est à l’origine d’un certain nombre de tensions qui attendent d’être résolues. Partout, résonne le cri de ceux qui souhaitent davantage de liberté, auquel répond l’appel tout aussi strident en faveur de la loi et l’ordre de ceux qui souhaitent le maintien des structures existantes. Une approche totalement nouvelle est nécessaire afin d’harmoniser ces aspirations divergentes. Qu’une telle harmonie puisse être lente et difficile à atteindre, on ne peut que l’accepter. Qu’il soit nécessaire de concilier de nombreux points de vue contradictoires, cela ne fait de doute pour personne. Cependant, en attendant la solution à ces problèmes, il serait souhaitable de fixer un cadre de principes de base et de lignes directrices, faute de quoi, la situation restera sans issue.
Tout d’abord, les lois gouvernant la société doivent être équitables et s’appliquer à tout un chacun. Sans cette justice et cette impartialité fondamentales, on ne peut s’attendre à ce que la loi soit respectée de tous. Aujourd’hui, il existe fréquemment « une loi pour les riches et une autre pour les pauvres » – terreau idéal de tous les conflits sociaux. Il est également indispensable que les lois soient connues, comprises et formulées dans une langue accessible à tous. Trop souvent des hommes se retrouvent condamnés et jetés en prison pour avoir enfreint des lois depuis longtemps dépassées et connues seulement des spécialistes. Mais l’urgence absolue est d’instaurer une communauté d’intérêts de plus en plus étroite entre l’individu et la société. Ce n’est que de cette façon que la liberté de celui-ci et la stabilité de celle-là pourront être garanties. Comment y parvenir ?
Les Nations unies ont adopté un code des droits de l’homme, qui, s’il était appliqué, contribuerait dans une large mesure à résoudre les tensions sociales existantes et pourrait servir de base à une société juste et stable. Mais jusqu’à maintenant, cette Déclaration universelle des droits de l’homme est restée à l’état de rêve pour des millions de malheureux démunis et privés de droits civiques dans tous les pays du monde. Le but doit être de faire respecter le plus rapidement possible ces droits fondamentaux dans chaque nation.
Avec l’acceptation du principe de partage, cela devient possible. Les hommes n’auront plus besoin de lutter pour obtenir le droit de travailler, de nourrir leur famille et d’être, dans une certaine mesure, maîtres de leur destin. D’un seul coup, l’acceptation du partage mettra fin aux divisions et aux conflits, et guérira notre société malade en extirpant les hommes du bourbier où ils se sont enlisés. Faites du partage le but de vos efforts. Montrez que le monde a maintenant besoin, plus que jamais au cours de son histoire, de mettre en place ce principe juste et fondamental, dont seule l’acceptation peut permettre à l’homme de trouver et de manifester sa nature divine.





L’humanité une

Home Un homme d’affaires canadien vient en aide à deux cents réfugiés

Source : BBC, The Guardian, Royaume-Uni

Au cours de l’été 2015, Jim Estill, homme d’affaires canadien, touché par la crise des réfugiés syriens, a décidé de prendre des mesures lui-même et de financer la réinstallation en Ontario de plus de 200 d’entre eux. J. Estill, qui habite à Guelph dans le sud-ouest de l’Ontario, a déclaré : « J’ai pensé que nous n’en faisions pas assez et pas suffisamment vite. »

Il a donc puisé dans ses propres fonds pour amener des familles de réfugiés au Canada et coordonner un effort collectif pour les réinstaller dans leur nouvelle vie. Ce projet, géré par des bénévoles, est organisé de manière professionnelle avec de multiples équipes, chacune chargée d’un aspect différent de l’installation des nouveaux arrivants.

J. Estill avait estimé qu’il en coûterait 30 000 dollars canadiens pour soutenir une famille de cinq personnes et qu’il pourrait financer une cinquantaine de familles. Il a expliqué : « Je ne pensais pas que ce serait une grosse affaire. Guelph compte 120 000 habitants et 50 familles représentent entre 250 et 300 personnes. Il s’agit donc d’une proportion infime. » Il a organisé en septembre 2015 une réunion avec plusieurs organisations religieuses et associations caritatives qui ont toutes souscrit à son ambitieuse idée.

En novembre 2015, un journal local a publié un article sur ce projet. Il a été traduit en arabe et s’est répandu autour du Moyen-Orient. J. Estill se rappelle : « Au début, vous recevez un premier e-mail suivi d’un ou deux autres ; vous vous dites alors : « Voyons ce que je peux faire. » Mais après, ils se transforment en une centaine et cela devient très difficile. »

Chez lui, la table de salle à manger a disparu sous un tas de demandes de parrainage. Cinquante huit familles ont finalement été sélectionnées. J. Estill a déclaré que le pire était de devoir choisir qui viendrait au Canada parmi des millions de personnes déplacées : « En gros, vous jouez à Dieu. Vous choisissez qui vivra et qui mourra ; qui viendra et qui ne le pourra pas », explique-t-il.

Les familles parrainées sont arrivées après un long délai en raison de la lenteur de l’administration canadienne. Les logements si difficiles à trouver, restaient vides et les dons attendaient dans des entrepôts. Il explique : « J’ai été très étonné que le gouvernement canadien prenne autant de temps pour laisser entrer les gens. Cela nous a coûté beaucoup. »

En décembre 2016, 47 des 58 familles étaient arrivées à Guelph. Une opération à grande échelle, avec des bénévoles et soutenue par des dons, offre aux réfugiés tout ce dont ils ont besoin, de la formation professionnelle aux cours de langue anglaise. Chaque famille est encadrée par un mentor arabe et anglophone, qui les aide pour toutes sortes de tâches telles que prendre le bus ou ouvrir un compte bancaire.

« Ce fut une expérience surprenante », explique Sara Sayyed, qui, avec son mari Muhammed, membre de la Société musulmane de Guelph, a aidé J. Estill à superviser l’installation des familles. « Tout le monde s’est impliqué, la municipalité ainsi que toutes les associations locales. Nous avons des gens qui viennent de tous les horizons, qui font du bénévolat en donnant de leur temps, en rendant des services ou en faisant des dons. »

J. Estill et son épouse ont reçu chez eux quantité de familles et il passe souvent ses soirées à rendre visite aux nouveaux arrivants. De nouveaux logements locatifs ont été financés, un immeuble de bureaux a été transformé en résidences ; il essaie également d’augmenter l’offre de logements locatifs en ville.

A Danby, il a organisé un programme permettant aux réfugiés de se lancer avec un premier contrat de travail de trois mois avec des horaires flexibles laissant la possibilité de se présenter à des entretiens d’embauche et d’assister deux fois par semaine en interne à des cours de langue anglaise.

Lorsqu’on le félicite pour ses initiatives, J. Estill répond simplement qu’il avait les moyens d’aider et une vision claire de la façon de le faire. « Je ne vois toujours pas ce qu’il y a de si extraordinaire et je suis surpris de voir qu’il n’y a pas plus de gens qui franchissent le pas. Je ne voulais pas vieillir en me reprochant de n’avoir rien fait ; alors j’ai décidé d’apporter ma petite contribution. »

Quand J. Estill était enfant, ses parents avaient parrainé deux réfugiés ougandais ; ce qui, selon lui, lui a inculqué des valeurs humanitaires : « Je suppose que j’ai été élevé correctement. C’est ce que je dis à ma mère ! »




Home La compassion peut-elle faire changer d’avis ?

Source : The Guardian ; The Observer, Royaume-Uni

En février 2017, le gouvernement britannique est revenu sur l’amendement Dubs, qui visait à autoriser l’entrée dans le pays de 3 000 enfants réfugiés.

Alfred Dubs, maintenant membre de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, est arrivé en 1939 en Grande-Bretagne dans le cadre du programme « kindertransport » qui a permis à des milliers d’enfants de fuir l’Allemagne nazie sans leurs parents. Comme beaucoup de ces enfants, lord Dubs a prospéré pour devenir finalement membre du parlement britannique au sein du parti travailliste. En souvenir de cette époque et en remerciement au gouvernement britannique, il a présenté au Parlement un amendement pour faire entrer au pays des enfants laissés seuls après le démantèlement du camp de réfugiés de Calais (France), d’où beaucoup avaient effectués des tentatives désespérées pour franchir la Manche.

L’amendement de Lord Dubs recueillait un énorme soutien tant au Parlement qu’à travers le pays. Comme partout ailleurs dans le monde, la crise des réfugiés a inspiré la compassion et l’altruisme. Mais de manière inattendue, le gouvernement britannique a fait savoir qu’il avait l’intention d’abandonner ce programme après que 350 enfants aient été accueillis dans des familles.

Cette décision, à l’encontre de celle du Parlement, a provoqué un tollé général, y compris de la part de membres du parti conservateur au pouvoir et de l’archevêque de Canterbury, chef de l’Eglise d’Angleterre. La voix du peuple se fait entendre.

Lord Dubs lui-même a fortement critiqué cette nouvelle décision. Le 11 février, il a remis au domicile du premier ministre une pétition signée par environ 50 000 personnes. « Si ce n’est pas impossible, il doit y avoir un moyen de le faire, a-t-il déclaré. L’annonce du secrétaire d’Etat est une très mauvaise nouvelle pour des enfants très vulnérables en France, en Grèce et en Italie. Je suis choqué, je n’arrive pas à croire que le gouvernement puisse reculer de cette façon. »

Un appel contre l’abandon du programme Dubs a été introduit auprès de la Haute Cour par l’association Help Refugees (Aide aux réfugiés). Le verdict est attendu en mai. Pour certains de ces enfants, la décision tombera trop tard. Lord Dubs a déclaré : « Nous voulons que le gouvernement revoie sa position qui consiste à ne pas accepter plus de 350 enfants dans le cadre de l’amendement. Je pense que c’est une mauvaise décision. Il y a des milliers de réfugiés non accompagnés qui souffrent beaucoup en Grèce, en Italie et en France. Le gouvernement n’a pas donné plus d’explications. Je pense qu’il refuse ses responsabilités et qu’il agit à l’encontre de l’opinion publique et de celle du Parlement. »

De son côté, l’archevêque de Canterbury a écrit : « A notre gouvernement nous disons : Réfléchissez-y à nouveau et honorez vos meilleurs penchants. »




Home Des cercles protecteurs de la paix

Source : The Guardian, Royaume-Uni

Le 3 février 2017, des centaines de personnes partout au Canada se sont rassemblées autour de mosquées pour former des boucliers humains, ou des « cercles de la paix ». Ces barrières de protection ont été formées lorsque les musulmans ont repris leurs premières prières du vendredi, après que six d’entre eux aient été abattus le 29 janvier 2017 au moment de la prière dans une mosquée de Québec. Rabbi Yael Splansky, qui a mis en place les « cercles de paix » autour des mosquées de Toronto, a déclaré : « Aucun Canadien ne devrait avoir peur de se rendre dans son lieu de culte. C’est terrifiant. Imaginez que des gens de foi vont prier en paix, pour la paix, et qu’ils se mettent en danger. Les lieux de culte sont sacrés et doivent être protégés. »

Les personnes formant les cercles étaient de toutes origines, comprenant des fidèles de synagogues locales, d’églises et de temples ; elles se soutenaient côte à côte à l’extérieur de sept mosquées de la ville.

A Ottawa, à Edmonton et à Terre-Neuve, des « cercles de paix » semblables ont été mis en place autour des mosquées. A l’extérieur de la mosquée de Saint-Jean, à Terre-Neuve, où des centaines de personnes s’étaient rassemblées, Syed Pirzada, de l’Association musulmane de Terre-Neuve-et-Labrador, a déclaré que sa communauté avait été submergée par les manifestations de soutien : « Bien que cette tragédie ait causé un tort irréparable à tous les musulmans de ce pays, la gentillesse et la générosité de nos concitoyens canadiens ont constitué une grande source de réconfort. Le Canada s’est exprimé : non à la haine, non à la bigoterie, non à la violence religieuse, non à l’intolérance. »





Signes des temps

Home L’ère des miracles ne connaît pas de fin

Une brillante silhouette dans le ciel du Tonga

Source : www.express.co.uk

Cette silhouette est apparue dans les nuages au-dessus du Tonga, amenant certaines personnes à déclarer qu’il s’agissait d’un miracle.

Selon la presse locale, Joey Mataele a aperçu un nuage ayant la forme de la vierge Marie, éclairé par le soleil comme le montre la photo qu’il a prise au dessus du village de Halaleva, sur l’île de Tongatapu.

J. Matalele a déclaré que le contour d’une tête, d’un corps et de pieds, associé à une lueur dorée, l’a amené à croire qu’il s’agissait d’un signe du ciel. Il a publié la photo en ligne avec cette légende : « C’est une photo inattendue et je sais que c’est un miracle. Merci Seigneur pour tout ce que tu apportes à ma famille et à moi. »

Certains ont affirmé qu’il s’agissait de la Vierge mais d’autres, dont la nièce de J. Mataele, Onelua, a déclaré à 7 News Online qu’il s’agissait de Jésus. Scott C Waring, rédacteur en chef du site internet ufosightingsdaily.com, a repris l’histoire pour faire une déclaration intéressante sur son blog : « Il pourrait s’agir de pouvoirs divins car la silhouette ressemble à celle de Jésus. S’il pouvait marcher sur l’eau, alors, il pourrait tout aussi bien marcher dans le ciel.




Home Mexique : une Vierge verse des larmes

Source : telegraph.co.uk ; dailymail.co.uk

En décembre 2016, à Acapulco (Mexique), Guadalupe Hernandez a annoncé que sa statue en plâtre de la Vierge de Guadalupe s’était mise à verser des larmes. G. Hernandez a filmé le phénomène et publié la vidéo sur internet. La nouvelle se répandit et bientôt les croyants fervents se rassemblèrent pour se recueillir chez elle et constater ces larmes inexpliquées. La statue fut ensuite envoyée à la communauté d’Emiliano Zapata pour que les larmes soient analysées par le père Father Octavio Gutierrez Pantoja.

Dans les années 1500, la Vierge est apparue à un paysan et lui a demandé de lui construire une église. Depuis, la basilique de la Vierge de Guadalupe est devenue le troisième site sacré le plus visité dans le monde.




Home Photographies de Benjamin Creme à Munich en 2008

Deux photographies de Benjamin Creme, envoyées par K. H., l’une prise lors de la conférence et l’autre lors de l’atelier de transmission, à Munich (Allemagne), en 2008, montrent un flot d’énergie dorée envahissant la salle. Elles sont similaires à des photos publiées précédemment et dont le Maître de B. Creme a indiqué qu’elles étaient des bénédictions de Maitreya.




Home Objet lumineux inhabituel dans le ciel du Devon

Source : ufosightingsdaily.com

Le 2 janvier 2017, un amateur de l’observation du ciel de Newton Abbot, dans le Devon (Angleterre), a réussi à photographier un objet incandescent ayant la forme d’une boule se déplaçant à haute vitesse et en altitude.




Home Une photo mystérieuse lors de la tempête à Lomener

Photo prise le 20 novembre 2016, en pleine tempête, à Lomener (Morbihan, France) par J. L., un lecteur du quotidien Ouest France. Ce journal l’a publiée le 23 novembre, avec ce titre : Une photo mystérieuse de la tempête à Lomener avec le commentaire de J. L. : « Quand on vous dit que du chaos peut naître le beau. Je reste persuadé que la femme est l’avenir de l’Homme ! » Envoyé par une lectrice de notre site, le 30 novembre 2016.




Home Phénomène lumineux dans le ciel de Colombie

Source : inexplicata.blogspot.com

La nuit du 20 janvier 2017, les habitants de Segovia et de Remeios (Colombie) ont été émerveillés par un objet très brillant ayant la forme d’une étoile, qui resta stationnaire et bas dans le ciel pendant plusieurs minutes, avant de disparaître. « Cela ressemblait à une très grande étoile qui illuminait tout alentour, a déclaré Y. M. B., qui a pris les photos.




Home Phénomène lumineux au-dessus du Devon

Source : dailystar.co.uk

Devon (G.-B.) L’après-midi du 28 décembre 2016, de nombreux témoins ont observé un objet brillant avec une queue en flammes se déplacer lentement au-dessus du Devon, puis disparaître sans laisser de traces. T. O. , 52 ans, l’a photographié.




Home Phénomène lumineux inhabituel dans le ciel du Salento

Source : dailymail.com

Salento (Italie) L. M., professeur à l’Académie de musique de Salento, a publié sur Facebook une vidéo tournée vers 8 h du matin, le 9 janvier 2017, au-dessus de Salento (Italie), montrant un objet sphérique blanc brillant dans le ciel, qui semble changer de forme, de taille et de couleur. A un certain moment l’objet devient vert brillant et se transforme en anneau, comme un rond de fumée. Finalement, la sphère se divise en deux, avant de disparaître rapidement. La vidéo fut prise d’un smartphone, grossie huit fois et L. M. a affirmé n’avoir utilisé aucun filtre ni effets spéciaux.




Home Un groupe d’objets en forme de globe au-dessus du Lac Michigan

Source : ufosightingsdaily.com

Lac Michigan (Etats-Unis) – Le 26 septembre 2016, un témoin a pris une vidéo d’un groupe d’objets en forme de globe qui planait sans bouger au-dessus du Lac Michigan.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.