DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2016

Extraits de la revue
Partage international

Octobre 2016 - N° 338

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • La voix de la raison


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home Demandez de l’aide, et vous l’obtiendrez

Par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, septembre 2006

On s’apercevra bientôt qu’en l’absence d’une aide extérieure, les hommes manqueraient de temps pour remédier aux problèmes écologiques, politiques et économiques qui sont source de chaos, de danger et de détresse pour la majeure partie des habitants de la Terre. Il y a là une situation sans précédent dans l’histoire du monde. Les hommes doivent comprendre qu’il est de leur responsabilité de prendre le plus grand soin de la planète qui leur a été confiée en veillant à son bien-être et à celui de tous ses règnes, et qu’il leur incombe de transmettre aux générations à venir un habitat planétaire plein de vie et de santé. L’activité prédatrice de l’homme, sa désinvolture et son incurie ont nui si gravement à la santé de la planète que si un être humain était en pareil état, on pourrait douter sérieusement de ses chances de rétablissement. Il faut donc ramener à la santé l’habitat de l’homme et des règnes inférieurs pour que cet habitat puisse remplir son rôle dans le Plan évolutif.

Le chaos règne également dans la sphère politique. Les nations sont dirigées par des clans conservateurs incapables de voir que leurs méthodes ne sont plus adaptées aux besoins présents et à venir. Aveugles et arrogants, ces politiciens se pavanent sur la scène du monde comme des acteurs passés de mode, à la démarche incertaine et au verbe hésitant. La porte de sortie est grande ouverte pour ces usurpateurs du pouvoir et les dégats qu’ils provoquent.

Les sphères économique et sociale sont en plus piteux état encore. Tandis que les richesses du monde se concentrent dans des mains toujours moins nombreuses, le nombre de ceux qui sont réduits à la mendicité pour survivre ne cesse de croître. Une multitude d’êtres humains, trop faibles pour mendier, meurt dans la déréliction avant même d’avoir goûté à la vie. Que peut-on faire pour remédier à cette situation déplorable et dangereuse ? Vers qui les hommes, dans leur détresse, peuvent-ils se tourner pour trouver du secours ?

Vu leur état de besoin extrême, l’aide ne peut venir que d’une seule source. Et cette aide leur est offerte pourvu qu’ils la demandent. Nous, qui sommes vos Frères aînés, n’avons d’autre souhait que votre bien-être et votre bonheur, et nous sommes prêts à vous aider en vous montrant la voie d’un avenir meilleur pour tous.

Pour nous, tous les hommes sont Un, frères et sœurs au sein d’une grande famille. Ainsi les hommes doivent-ils bannir de leur cœur le sentiment de séparation et redécouvrir la réalité de la fraternité qui est au cœur de la condition humaine. Les hommes, tous les hommes, sont des dieux en puissance, et il est indispensable qu’ils créent les conditions permettant à chacun de s’épanouir et de prospérer. C’est avec joie que nous vous y aiderons, dès que vous ferez le premier pas dans cette direction. Il ne comporte ni risques, ni difficultés. Vous n’avez rien à perdre, et votre divinité à gagner : ce premier pas a pour nom le partage.


Note de la rédaction
Depuis le lancement de la revue Partage international, le Maître de Benjamin Creme fournit des articles susceptibles d’être publiés non seulement au moment où ils sont écrits, mais aussi chaque fois que la situation mondiale les rend à nouveau pertinents.





Home Les mystères de l’énergie sombre

Par Elisa Graf

Dans son essai intitulé Comment je vois le monde, Albert Einstein écrit : « La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie. C’est le sentiment profond qui se trouve au berceau de l’art et de la science véritables. »

Aujourd’hui, un mystère d’une ampleur sans précédent déconcerte les scientifiques du monde entier : ce qu’ils appellent l’énergie sombre.

Dans un article du Guardian, le journaliste Stuart Clark écrit : « Une écrasante majorité d’astronomes croient en l’existence de l’énergie sombre – et par conséquent ils sont ouverts à une révision complète des principes de la physique moderne. » Pourtant, ajoute-t-il, « personne ne sait en quoi consiste cette énergie ».

Selon les chercheurs, l’univers est fait à 95 % d’énergie sombre et de matière noire. Comme son nom l’indique, l’énergie sombre ne produit pas de lumière ; elle ne rend pas les étoiles et les planètes visibles. Elle est également trop faible pour être mesurée, mais son accumulation sur des milliards d’années-lumière la rend décelable. Bien que l’on sache depuis les années 1920 que l’univers est en expansion continue, S. Clark explique que les effets de l’énergie sombre n’ont été découverts qu’en 1998, lorsque deux études indépendantes ont montré que l’expansion de l’univers s’accélère, ce qui indique la présence d’une force inconnue faisant pression sur les galaxies. Les scientifiques prévoyaient au contraire un ralentissement de l’expansion de l’univers, à cause de l’effet de frein produit par la gravitation. Cette constatation de l’accélération de l’expansion de l’univers a donc été un choc.

Mais que savons-nous de cette force mystérieuse ? Selon le professeur William Reville, la principale hypothèse est que l’énergie sombre est une propriété de l’espace vide lui-même et cette hypothèse est davantage compatible avec la preuve astrophysique que les deux autres.

 Le site web de la Nasa rappelle que c’est Albert Einstein qui a le premier posé l’hypothèse selon laquelle l’espace vide – l’espace entre les étoiles et les galaxies – n’est pas réellement vide, et que « l’espace a des propriétés étonnantes, dont beaucoup commencent à peine à être comprises. La première propriété qu’Einstein a découverte est que davantage d’espace peut toujours être créé. » Comme le dit W. Reville : « Le vide est en fait une mer bouillonnante de paires virtuelles de particules et d’antiparticules qui apparaissent spontanément et disparaissent tout aussi vite en s’annihilant les unes les autres. » Le site de la Nasa observe que si l’on se réfère à la théorie de la gravitation d’Einstein, en particulier la version qui intègre une constante cosmologique, « l’espace vide peut posséder sa propre énergie. Et comme cette énergie est une propriété de l’espace lui-même, elle ne diminue pas lorsque l’espace se dilate. Et comme davantage d’espace se crée, davantage de cette énergie de l’espace apparaît également. C’est cette énergie qui permettrait à l’univers de croître de plus en plus vite. »

Une deuxième hypothèse est que l’énergie sombre représenterait un fluide d’énergie dynamique ou un champ qui imprègne l’ensemble de l’espace, mais qui contrecarre la force de gravitation. Certains théoriciens ont surnommé ce champ d’énergie Quintessence, d’après le cinquième élément des philosophes grecs. Enfin, selon la dernière hypothèse, l’énergie sombre n’existe pas et l’expansion accélérée de l’univers est due à des propriétés de la gravitation actuellement inconnues qui ne se manifestent qu’à des échelles immenses comme l’ensemble de l’univers observable.

Ceux qui ont étudié les enseignements de la Sagesse éternelle suggèrent que la science semble s’approcher d’une découverte attendue depuis longtemps : la révélation que l’énergie sombre est en réalité précisément ce que les occultistes appellent les plans éthériques de la matière. Dans son livre, La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, Benjamin Creme se réfère aux plans éthériques comme à un « océan d’énergie », les décrivant comme quatre plans de matière toujours plus fine (au-delà des trois niveaux physiques dense-solide, liquide, et gazeux) « qui constituent l’enveloppe éthérique de cette planète et dont les plans physiques denses sont une précipitation ». Il a déclaré par ailleurs dans la revue Partage international : « La matière dans toutes ses dimensions n’est que de la lumière précipitée sur sept plans plus ou moins denses. » Le Traité sur le Feu cosmique d’Alice A. Bailey confirme que « ces niveaux éthériques ne sont que des gradations de la matière du plan physique, d’une sorte plus raréfiée et plus raffinée, mais physique néanmoins ».

Wilhelm Reich (1897-1957), médecin et psychanalyste de renom, a également découvert cette énergie primordiale, qu’il appelait orgone. Il affirmait que cette énergie interpénètre toutes les formes de matière. W. Reich a conduit de multiples expériences sur l’orgone, développant des technologies simples et des outils thérapeutiques et même des appareils pour dissoudre les nuages et faire tomber la pluie. Ses travaux étaient si révolutionnaires que la Food and Drug Administration (FDA) l’avait arrêté sur des accusations de fraude et envoyé en prison où, malheureusement, il est mort. La FDA a également ordonné que ses livres soient brûlés.

La découverte scientifique des plans éthériques aura des implications énormes pour l’humanité. Elle révolutionnera tous les aspects de la vie sur notre planète. La recherche scientifique sur ces niveaux subtils de la matière permettra d’expliquer comment fonctionnent les méthodes de guérison alternatives comme l’homéopathie et l’acupuncture ainsi que ce qui arrive aux êtres humains après la mort. Mais le plus important est qu’elle démontrera toute la valeur de la méditation, elle révélera la constitution multidimensionnelle de l’homme, et l’ancienne vérité du voyage évolutif de la conscience.

En attendant ce jour, les scientifiques continueront à essayer de décoder la nature insaisissable de l’énergie sombre. Leurs efforts les plus récents ont abouti à la réalisation de la plus grande carte de l’univers à ce jour, à l’aide des images du télescope de l’observatoire Apache Point, au Nouveau-Mexique. Cette carte a nécessité cinq années de travail et a été publiée en juillet 2016. Elle nous révèle les effets de l’énergie sombre et son interaction avec les mesures sur la gravitation des galaxies à travers l’univers.

La carte retrace la position et la distance de 1,2 million de galaxies dans un espace de près de 650 milliards d’années lumière cubes. Chaque point de la carte représente une galaxie, qui regroupe des centaines de milliards d’étoiles. Les chercheurs utilisent cette carte pour étudier des ondulations sphériques ou oscillations acoustiques des baryons créés par des ondes sonores lors de la création de l’univers, qui se dilatent par le jeu de la gravité et de l’énergie sombre. Les travaux de centaines d’astronomes indépendants tout autour du monde ont montré que l’énergie sombre semble être une « constante cosmologique qui selon S. Clark, serait un champ d’énergie constant dans tout l’univers ».

Grâce à un accélérateur de particules, des chercheurs hongrois ont découvert un nouveau type de particule subatomique, 30 fois plus lourd qu’un électron. On ne sait pas encore si cette particule est une particule de matière ou une particule porteuse de force, mais les chercheurs pensent qu’elle peut suggérer l’existence d’une cinquième force de la nature. Jonathan Feng, professeur de physique et d’astronomie à l’université de Californie, à Irvine, a déclaré dans un communiqué de presse que « si cela est vrai, c’est une révolution. Depuis des décennies, nous connaissons les quatre forces fondamentales : la gravitation, l’électromagnétisme et les forces nucléaires fortes et faibles. Si elle est confirmée par d’autres expériences, cette découverte d’une éventuelle cinquième force modifierait complètement notre compréhension de l’univers. »

La prochaine tentative d’étudier l’énergie sombre démarrera en 2020, quand l’Agence spatiale européenne lancera la mission Euclid, qui durera six ans et impliquera plus de 1 000 scientifiques de 14 pays européens. Euclid va tenter de cartographier la forme, la position et le mouvement de deux milliards de galaxies à travers plus d’un tiers de la voûte céleste. Comme le dit le site internet du télescope Hobby-Eberly au Texas, ces études « nous aideront à comprendre le vaste océan cosmique d’énergie sombre que nous commençons à peine à explorer ».

D’après les enseignements ésotériques
La finalité sous-jacente de toute vie est la création de l’unité, qui exprime le lien étroit existant entre tous les atomes. Pour la plupart des hommes, le cosmos est un ensemble de corps matériels séparés, infiniment grands et distants, qui obéissent mécaniquement aux lois gouvernant la matière. En réalité le cosmos, l’espace lui-même, est une entité vivante, la source de notre Etre, notre Mère et notre Père. [L’Unité, le Maître de B. Creme, Partage international, juillet 2001]
La vieille conception mécaniste de la nature et des forces qui y sont à l’œuvre cède rapidement du terrain, tandis que se fait jour une vision nouvelle de l’unité qui sous-tend toute manifestation. De plus en plus nombreux sont ceux qui acceptent l’idée que tout est énergie, que l’énergie et la matière ne sont que deux aspects différents d’une réalité unique sur laquelle la pensée peut exercer son influence. [L’expansion de la conscience, le Maître de B. Creme, PI, septembre 1992]
L’Esprit, c’est la Matière sur le septième plan ; la Matière, c’est l’Esprit au point le plus bas de son activité cyclique ; et tous deux sont – MAYA. [La Doctrine secrète, H. P. Blavatsky]
Les mots de la Bible : « En Lui nous vivons, nous nous mouvons et avons notre être » énoncent une loi fondamentale de la nature, et aussi le fait désigné par le mot plutôt insignifiant de : Omniprésence. L’omniprésence a son fondement dans la substance de l’univers, et dans ce que les hommes de science dénomment «  éther  » ; ce mot est un terme générique qui couvre l’océan d’énergies interreliées constituant le corps d’énergie synthétique de notre planète. [La télépathie et le corps éthérique, Alice A. Bailey]

 

Références :
science.nasa.gov/astrophysics/focus-areas/what-is-dark-energy/
www.lucistrust.org/online_books/telepathy_and_the_etheric_vehicle_obooks/section_one_teaching_on_telepathy_part1#etheric+planes
hetdex.org/dark_energy/
En français :
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_sombre
https://www.lucistrust.org/fr/store/item/
la_télépathie_et_le_corps_éthérique
Benjamin Creme, La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse. Partage publication, octobre 1989.
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/181-une-5eme-force-de-la-nature.html
http://hitek.fr/actualite/cinquieme-force-fondamentale-nature-decouverte_9437
http://www.hubertreeves.info/ecrits/matiere_energie.html
http://www.gurumed.org/2016/05/27/des-physiciens-pensent-avoir-trouv-une-cinquime-force-de-la-nature/




Home Climat et énergies vertes : la révolution

Par Paul Rogers
Source : commondreams.org

Les vagues de chaleur de plus de 50°C observées récemment en Irak et en Inde montrent de nouveau que le dérèglement climatique est une réalité bien actuelle et non pas quelque chose de lointain dont l’humanité aura tout le temps de se préoccuper dans le futur. Ces vagues de chaleur sont survenues après plusieurs mois d’augmentation des températures mondiales et une succession de records annuels : 2014 a connu la température moyenne la plus élevée jamais observée et a été dépassée par 2015, quant à 2016, elle devrait battre de nouveaux records1.

Rien de tout cela ne devrait surprendre, car les scientifiques ont prévenu, à plusieurs reprises, que le climat mondial devenait instable. Ce point a d’ailleurs été pris en compte lors du sommet sur le climat de Paris, en décembre 2015, où il a été décidé de réviser l’objectif d’augmentation maximale de la température moyenne, en la limitant à 1,5°C (au lieu de 2°C).

De nombreux Etats ont accepté ce nouvel objectif qui a été, à l’époque, considéré comme la réalisation majeure du sommet de Paris. Mais il est devenu clair qu’avec la tendance actuelle, cet objectif a très peu de chances d’être atteint2. En effet, les chiffres de février-mars 2016 ont montré une augmentation de 1,38°C, déjà très proche de l’objectif à long terme. Et toutes les indications suggèrent qu’il y aura de fortes hausses supplémentaires dans les prochaines années.

Quoi qu’il en soit, de nombreux spécialistes du climat et analystes du secteur énergétique soutiennent que les objectifs actuels de réduction des émissions sont beaucoup trop bas. En effet, le dioxyde de carbone dans l’atmosphère évolue lentement, ce qui signifie que même si le taux d’émission était sous contrôle, il y aurait un décalage de phase considérable avant que les concentrations se réduisent.

Benjamin M. Sanderson, du Centre national américain pour la recherche atmosphérique (NCAR), l’exprime de cette façon : « Si le monde entier mettait toutes ses ressources en vue de trouver des moyens de produire de l’énergie sans combustible fossile, et s’il y avait des accords internationaux pour que tout cela se mette en œuvre immédiatement, et si les émissions de carbone étaient ramenées à zéro d’ici 2050, alors une hausse ne dépassant pas 1,5°C pourrait tout juste être atteinte. »

D’autres soutiennent que toutes les centrales électriques au charbon du monde devraient être fermées au début des années 2020 et toute utilisation du moteur à combustion interne – dans les voitures, les camions, les bus et le reste – devrait être stoppée en 2030. Tout cela nécessiterait une transition menée à un rythme incroyable, mais pourtant nécessaire vu l’impact croissant des perturbations climatiques.

La réaction naturelle est d’affirmer que ce n’est pas réalisable et que cela n’arrivera donc pas, ou du moins pas tant que les catastrophes climatiques ne deviennent pas si extrêmes que même les plus récalcitrants des gouvernements finissent par accepter la nécessité du changement. Il en résulte que seules de grandes catastrophes impliquant la perte de plusieurs millions de vies auraient l’impact suffisant.

Pourtant, ce qui est également de plus en plus clair, ce sont les perspectives beaucoup plus positives que laissent entrevoir la rapidité des progrès réalisés quant aux sources d’énergie renouvelables et au stockage de l’énergie.

Quelques analystes, dont Jeremy Leggett, soutiennent depuis longtemps que cet aspect de l’avenir de l’humanité est plus positif que ce qui est généralement admis et, pour ce faire, leurs conclusions se basent sur une série de développements technologiques. Beaucoup de ces nouveautés sont décrites dans le nouveau livre de Chris Goodall The Switch (Profile Books, 2016), qui examine le potentiel de l’énergie solaire et décrit les premiers pas d’une révolution dans le domaine du stockage de l’énergie. Ce livre étudie en particulier les améliorations récentes en terme d’efficacité et les diminutions substantielles de coûts qui en résultent.

Outre l’amélioration de l’efficacité des systèmes existants, apparaissent des technologies entièrement nouvelles ; la plus significative concerne les cellules solaires en pérovskite. Apparues seulement en 2009 avec un rendement initial de 3,8 %, elles ont atteint un rendement de plus de 20 % en seulement cinq ans. Cette progression extraordinaire explique l’intérêt suscité par cette technologie.

De plus, de nouvelles méthodes sont mises au point afin de produire des cellules hybrides, mixant des couches de pérovskite avec celles plus traditionnelles à base de silicium. Leur commercialisation pourrait débuter en 2017, huit ans seulement après l’introduction du pérovskite dans la production d’énergie3.

Des innovations impressionnantes se produisent également en matière d’éoliennes, et l’on voit s’accroître le dimensionnement des systèmes. Le parc éolien de Royd Moor dans le sud du Yorkshire, avec 13 turbines de 650 kilowatts, date de la fin des années 1990. Il a été l’un des premiers implanté au Royaume-Uni. Des turbines cinq fois plus puissantes sont maintenant communes et d’autres ayant dix fois cette puissance sont en cours de construction, ce qui permet à certaines installations en mer d’atteindre une puissance équivalente à celles de grandes centrales électriques au charbon ou au mazout.

Un autre domaine de progrès particulièrement rapide, également décrit de manière détaillée dans l’ouvrage de Chris Goodall, concerne le stockage de l’énergie. La plupart des projets ici visent l’amélioration des batteries et l’extension de la capacité des usines fabriquant les batteries, qui bénéficient d’économies d’échelle sans précédent. Certaines des nouvelles technologies qui sont au début de leur développement ont un énorme potentiel à plus long terme et, avec un peu de chance, elles pourraient être appliquées de manière concrète d’ici une décennie. Par exemple, il est envisagé d’utiliser l’énergie excédentaire produite par les éoliennes – lors des nuits particulièrement venteuses, par exemple – pour décomposer l’eau en ses constituants d’hydrogène et d’oxygène, pour ensuite faire appel à des micro-organismes capables de combiner l’hydrogène avec du carbone provenant du dioxyde de carbone pour synthétiser des hydrocarbures qui pourraient être stockés pour produire de l’énergie lorsque le soleil ne brille pas et que le vent ne souffle pas.

Si ces systèmes et d’autres peuvent être développés, et si les perspectives sont positives, ils permettront de contrer l’argument porté contre la plupart des sources d’énergie renouvelables à savoir qu’elles sont intermittentes, alors que la demande, elle, reste constante.

Si tout cela vous semble chimérique, veuillez considérer ce nouveau signe extraordinaire de l’évolution : le magazine The Economist a récemment décidé de s’opposer à la construction de la nouvelle centrale nucléaire prévue à Hinkley Point, au Royaume-Uni, au motif que ce projet « lierait la Grande-Bretagne à une technologie déjà dépassée4».

Ce magazine analyse les améliorations actuelles et prévues en matière d’efficacité des sources d’énergie renouvelable, en les comparant au nucléaire, et ceci sur la période 2010-2018, avec un accent mis sur le solaire et l’éolien terrestre. « Depuis environ dix ans que le projet Hinkley est à l’étude, le coût de l’énergie nucléaire a augmenté, celui des énergies renouvelables a diminué, et le prix des batteries de stockage – qui pourrait un jour changer complètement le paysage électrique – a chuté de manière vertigineuse. »

Il est possible que le projet Hinkley se poursuive, mais ce sera seulement en raison de la pression politique de son co-bailleur de fonds, à savoir la Chine. Il est plus probable qu’il soit annulé, ou qu’il se poursuive pendant deux ou trois ans avant de succomber à la désuétude économique.

Cette série d’articles5 a longtemps insisté sur la nécessité absolue de trois changements de paradigme : l’abandon de l’économie mondiale néolibérale et de ses dysfonctionnements ; l’abandon de l’option militariste qui consiste à contrer les menaces avec la force ; l’abandon des technologies non durables pour l’environnement6. Réjouissons-nous que l’un de ces trois changements semble maintenant possible.


[Cet article est publié sous licence 3.0 Creative Commons – pas d’utilisation commerciale]
1. cf. The climate pioneers : look south, opendemocracy.net, 22 juin 2016.
2. cf. Scientists warn mankind will miss crucial climate change target – eight months after agreeing it, The Independent, le 7 août 2016.
3. cf. Chelsea Harvey, This technology may be the future of solar energy, The Washington Post, 15 janvier 2016
4. cf. When the facts change, The Economist, le 6 août 2016.
5. opendemocracy.net/author/paul-rogers.
6. Ces arguments sont détaillés dans le nouveau livre de l’auteur, Irregular War : ISIS and the New Threat from the Margins (I.B. Tauris, 2016).




Home L’aspiration des jeunes et la société des Frères de la semelle

Par Mary Beth Steisslinger

Au cours de la convention 2016 de l’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur (NAACP) à Cincinnati (Ohio), aux Etats-Unis, notre stand Partage international se trouvait à coté de celui de trois jeunes garçons enthousiasmants. Avec l’aide et les encouragements de leurs parents, ils ont lancé un projet de service nommé Sole Bros Inc (la société des Frères de la semelle), qui fournit des baskets neuves ou peu usagées à des jeunes qui n’ont pas accès à de tels articles. Agés de 13 ans, ces garçons sont des athlètes de haut niveau et de brillants étudiants inscrits dans des écoles privées à Cincinnati. J’ai voulu en savoir plus sur leur histoire et leur ai demandé s’ils voulaient bien être interviewés et éventuellement apparaître dans notre revue. Ils ont aimé notre message simple de l’unité dans la diversité de l’humanité, et ont accepté avec plaisir.

Les garçons m’expliquèrent que l’idée du projet était venue le jour où ils avaient manifesté leur ardent désir d’avoir des baskets dernier cri fort onéreuses. La mère de l’un d’eux déclara qu’il était navrant que tant de jeunes gens dans le monde n’aient même pas de chaussures alors que les gens dans les pays riches en avaient tellement. Elle était allée en Jamaïque et avait vu des enfants avec du carton attaché aux pieds. Les garçons ont pensé que c’était triste, et ont dit spontanément qu’ils voulaient envoyer leurs chaussures trop petites là-bas. Commença alors une réflexion sur la manière de s’y prendre et après quelque mois, ils organisaient des évènements appelés « Fêtes des pieds » dans des magasins de la région où les gens pouvaient faire don de chaussures usagées ou d’argent pour des chaussures neuves. Ils dirent qu’au premier abord l’idée paraissait fantaisiste, mais que les gens avaient tellement envie d’aider, et que c’était tellement agréable qu’ils ont continué.

A la convention de la NAACP, les garçons expliquèrent qu’ils revenaient de Jamaïque où ils avaient établi un partenariat avec des associations locales pour distribuer plus de mille paires de chaussures. Leur séjour incluait du bénévolat dans un camp d’été annuel organisé par la fondation RuJohn, qui axe son travail sur le sport et la responsabilisation des enfants jusqu’à l’âge de vingt ans.

J’ai demandé aux garçons ce qu’ils pensaient de leur voyage et des gens qu’ils avaient rencontrés. L’un d’eux répondit : « Les enfants étaient si joyeux, avec d’immenses sourires... On ne voit pas ça ici. Ils apprécient ce qu’ils ont, et sont contents quoi qu’il arrive. Ici aux Etats-Unis, dans mon école par exemple, on est tellement déprimé. » Un autre garçon évoqua les sessions d’estime de soi au camp, où l’on demandait aux jeunes ce qu’ils voulaient faire plus tard. Il fût impressionné que nombre de jeunes Jamaïcains veuillent aider leurs parents dans les grandes difficultés qu’ils rencontrent.

Quant au futur des Frères de la semelle, les garçons assurèrent qu’ils avaient du soutien et des offres pour acheminer des dons de chaussures au Ghana l’année prochaine, et éventuellement en Haïti après cela. Ils ont également été invités à retourner au camp de RuJohn. Ils expliquèrent que rencontrer ces jeunes en Jamaïque, et tous ceux qui les ont aidés dans leur projet, leur a fait prendre conscience qu’on n’est jamais trop jeune pour aider à changer le monde. Et ils espèrent que leur travail, à son tour, inspirera autrui à aider les gens dans leurs communautés.


Pour davantage d’informations : solebrosinc.org





Point de vue

Home Economie : ne plus viser la croissance mais la maturité

Par David Korten

La quasi-totalité des candidats aux élections rabâchent le sempiternel refrain bien connu qui n’est que rarement remis en question : « L’économie doit retrouver la croissance et créer davantage d’emplois. Cela assurera la croissance du revenu des ménages et de leur consommation, et par conséquent, la croissance de l’emploi... » Croissance, croissance, croissance.

Pour les humains, on ne parle de croissance que quand il est question d’enfants et d’adolescents. Pour les adultes, on parle de maturité. Il est temps de reconnaître qu’en matière de croissance de la consommation, nous sommes allés au-delà des capacités écologiques de la Terre. En économie, la priorité aujourd’hui n’est plus la croissance mais la maturité : il faut chercher à satisfaire les besoins de tous dans le cadre des limites de ce que la Terre peut produire.

La croissance annuelle du PMB (Produit mondial brut) est aujourd’hui de trois à quatre pour cent. Contrairement aux promesses des politiques et des économistes, cette croissance n’élimine pas pour autant la pauvreté et tous ne voient pas s’améliorer leur quotidien. Au contraire, elle génère des déséquilibres de plus en plus grotesques, insupportables dans nos relations avec la Terre et les uns avec les autres.

Les chiffres varient d’un pays à l’autre, mais l’économie étasunienne indique la tendance globale. Les profits des entreprises – qui représentent une partie du PIB (Produit intérieur brut) – sont à un niveau record. La classe moyenne étasunienne s’amenuise car la plupart des gens doivent travailler davantage pour nourrir leurs enfants et leur assurer un toit, mais les familles se désagrègent et les taux de suicide augmentent.

Les 62 individus les plus riches du monde possèdent ensemble autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité – à savoir 3,6 milliards de personnes. Aux Etats-Unis, les primes accordées aux 172 400 employés de Wall Street pour l’année 2015 étaient de 25 milliards de dollars – pas loin des 28 milliards nécessaires pour garantir aux travailleurs de la restauration et de la santé un salaire de 15 dollars de l’heure.

Les humains consomment 1,6 fois ce que la Terre peut fournir. Le climat se fait partout plus difficile et imprévisible, et les systèmes d’adaptation de la nature sont en déclin.

Ces déficiences sont une conséquence prévisible d’un système économique dont la finalité est l’extraction des richesses naturelles de la Terre dans le but de produire des résultats financiers maximum pour ceux qui ont déjà plus d’argent qu’ils n’en ont besoin.

Le point positif est que ce système a généré un besoin impérieux de changement profond, et qu’il va nous contraindre à prendre les dernières mesures nécessaires à une civilisation planétaire. Il a :

– mondialisé la conscience de l’interdépendance des individus partout sur la Terre ;

– produit un système mondial de communications qui nous permet de penser et d’agir en tant qu’espèce unique ;

– braqué le projecteur sur le racisme, le sexisme et autres formes de xénophobie en tant que menaces au bien-être de tous ;

– transformé les enfants du millénaire en une force politique révolutionnaire en leur refusant les avantages sociaux que leurs parents tenaient pour acquis.

Pour autant, nous ne pouvons pas attendre des institutions économiques qui ont généré ces déséquilibres qu’elles créent aujourd’hui une économie qui satisfasse les besoins vitaux de tous dans une relation équilibrée avec la planète. Pour les marchés financiers mondiaux, la seule valeur de la vie est son prix sur le marché. De plus, les structures juridiques des multinationales centralisent le pouvoir et les affranchissent des réalités de la vie quotidienne des populations.

Le rétablissement de l’équilibre incombe donc nécessairement aux communautés de vie, aux individus qui se préoccupent les uns des autres, et se soucient de leur environnement ainsi que de l’avenir de leurs enfants.

Pour parvenir à maturité, il faut rebâtir des communautés et des économies locales et leur rendre le pouvoir que les multinationales et les marchés financiers ont usurpé. Des initiatives à cet effet apparaissent déjà partout dans le monde.

« Comment assurer la croissance de l’économie » est désormais une question dépassée. Les questions pertinentes aujourd’hui sont : « Comment assurer le passage à maturité d’une économie qui satisfasse les besoins de tous dans les limites d’une Terre aux ressources limitées ? Comment redonner pouvoir et force aux communautés de vie ? Comment créer une culture d’interdépendance et de responsabilité ? Comment garantir que les droits des individus et des communautés auront la priorité sur ceux des entités artificielles créées par les gouvernements et que l’on nomme grandes entreprises ? »

Les organismes vivants ont appris à s’organiser en tant que communautés biorégionales pour créer et entretenir les conditions indispensables à la vie de la communauté terrestre. C’est à nous, humains, qu’incombe le devoir de parvenir à maturité en tant que membres responsables de cette communauté.


Reproduit avec la permission de Yes! Magazine (yesmagazine.org)





Signes des temps

« Ceux qui cherchent des signes les trouveront », annonçait Maitreya dans son message de novembre 1977.
En mai 1988, un collaborateur de Maitreya déclarait de son côté dans Share International : « Maitreya inondera le monde de tant d'événements extraordinaires qu'il semblera impossible de leur trouver la moindre explication.»
En juillet 1992, le Maître de Benjamin Creme ajoutait : « Avec le temps, même les éléments les plus cyniques et tendancieux du monde médiatique trouveront difficile de récuser l'expérience de ces milliers d'hommes pour qui « l'ère de miracles » ne connaît pas de fin. »
Par ces « miracles », Maitreya espère intensifier le climat d'espoir et d'attente qui lui permettra de se faire connaître comme l'Instructeur de toute l'humanité.

Home Chanter pour tout le cosmos

Ce musicien donnait un concert en solo dans la cathédrale Notre-Dame à Die (France), le 6 août 2016. La musique était inspirante et élevante ; son chant ne comportait pas de paroles, il vocalisait simplement en s’accompagnant d’un orgue indien. Photo envoyée par J. K. et M. L. de Volendam (Pays-Bas).

(voir Courrier des lecteurs, Chanter pour tout le cosmos).

Le Maître de Benjamin Creme indique que l’homme de la photo est Maitreya sous l’apparence d’un musicien.


Home Colombie : une statue de la Vierge verse une larme de sang


Source : dailymail.co.uk

Au cours du mois de mai 2016, dans la ville de Floridablanca (Colombie), une statue de la Vierge s’est mise à verser une larme de sang. Un résident local explique : « Tous les jours les voisins prient devant la Vierge Marie et hier ils ont vu une larme couler de son œil gauche. Certains se sont approchés et ont confirmé que c’était réel. Beaucoup sont venus la voir et sont stupéfaits. » La résidente Miryan Quintero affirme : « Je le crois. La Vierge est vivante dans le Ciel. Je sais qu’elle est réelle. »

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce miracle a été manifesté par le Maître qui fut la Vierge Marie.


Home Un ovni à Marmelo


Source : ufosightingsdaily.com

Marmelo, Brésil – Une photo prise le 27 décembre 2015 montre un ovni dans le ciel, en plein jour. La photographe explique qu’elle n’a remarqué l’objet qu’en regardant la photo sur son appareil.

Le Maître de B. Creme indique que l’objet était un vaisseau martien.


Home Un immense agroglyphe en Bavière


Source : Sueddeutsche Zeitung ; bbc.com ; cropcirclesdatabase.com

Un agroglyphe immense et complexe, découvert le 21 juillet 2016, a attiré une foule de personnes dans un champ près de Mammendorf, à environ 50 km à l’ouest de Munich. Un correspondant de Partage international ayant visité cette formation raconte : « Nous avons parlé au neveu du fermier qui ne croit pas que des êtres humains aient pu le fabriquer. Il nous a dit : « Personne ne peut faire cela, c’est si parfait, sans une seule tige cassée. Des milliers de personnes aimables et calmes, venant du monde entier, se sont rendus sur les lieux. »

Le fermier a témoigné au Sueddeutsche Zeitung, le 3 août, être entré dans l’agroglyphe avec un visiteur qui tenait une boussole : « Il doit y avoir quelque chose qu’on ne peut expliquer, car sa boussole est devenue totalement incontrôlable ! »

Le Maître de Benjamin Creme indique que cet agroglyphe a été manifesté par des vaisseaux spatiaux martiens.


Home Motifs de lumière à Tokyo

Ces brillants motifs de lumière qui se manifestent partout dans le monde sur des bâtiments et des routes sont des signes manifestés par Maitreya en collaboration avec les Frères de l’espace.Photographie de motifs de lumière à Ikebukuro, Tokyo (Japon), prise par K. E., le 31 août 2016




Home Motifs de lumière à Amsterdam

Ces brillants motifs de lumière qui se manifestent partout dans le monde sur des bâtiments et des routes sont des signes manifestés par Maitreya en collaboration avec les Frères de l’espace. Cette photographie de motifs lumineux a été prise à Marnixtreet, à Amsterdam (Pays-Bas), le 24 août 2016. Photo prise par N. de G.




Home Motifs de lumière à Madison

Ces brillants motifs de lumière qui se manifestent partout dans le monde sur des bâtiments et des routes sont des signes manifestés par Maitreya en collaboration avec les Frères de l’espace. Motifs lumineux à Madison, Wisconsin (E.-U.), photographiés par E. T. le 18 avril 2016.




Home Agroglyphes 2016 en Grande-Bretagne


Stonehenge, Wiltshire, 7 juillet 2016. © Steve Alexander


 


Bratton Camp, Wiltshire, 4 août 2016. © Steve Alexander


Pour voir d’autres agroglyphes : temporarytemples.co.uk

 

 

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ces deux agroglyphes stupéfiants, apparus au Royaume-Uni, ont été exécutés par des vaisseaux spatiaux martiens.


Home L’« Etoile de Maitreya » à Samnanger

Samnanger (Norvège) – Le 11 janvier 2016, à 9 h 45, T. W. a photographié un « objet ressemblant à une étoile brillant fortement dans le ciel du sud-est ».

 

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agissait de l’« Etoile de Maitreya ».



Tendances

Dans le monde actuel s’affirme une tendance de plus en plus prononcée à la synthèse, au partage, à la coopération, à de nouvelles approches et avancées technologiques pour la sauvegarde de la planète et le bien-être de l’humanité. Cette rubrique présente des événements et courants de pensée révélateurs d’une telle évolution.

Home Colombie : un traité de paix historique met fin au conflit


Source : commondreams.org ; BBC ; The Guardian, UK ; colombiapeace.org

Le gouvernement colombien et le groupe terroriste des Farc ont conclu un accord de paix historique, mettant ainsi un terme à cinquante années de conflit. Après presque quatre ans de négociations, l’accord a été signé à la Havane (Cuba), le 24 août 2016.

« Nous avons gagné la plus belle de toutes les batailles : celle de la paix », a déclaré Iván Márquez, le négociateur en chef du groupe terroriste. « La guerre est finie, a déclaré de son côté Humberto de la Calle, le négociateur en chef du gouvernement. Il est temps de donner une chance à la paix. »

Le 2 octobre 2016, un référendum permettra aux Colombiens d’accepter ou de rejeter l’accord. « La décision de valider cet accord historique qui mettra un terme à ce long conflit entre les enfants d’une même nation est entre les mains de tous les Colombiens », a déclaré Juan Manuel Santos, président de la Colombie.

Dans le cadre de l’accord, les Farc renonceront à la lutte armée et rejoindront le processus politique. Il est également prévu que la culture et le trafic de drogue qui servaient à financer le conflit, soient arrêtés. Le gouvernement effectuera de gros investissements dans l’économie rurale et favorisera une plus grande participation des petits partis politiques, y compris le parti qui sera éventuellement créé par les anciens Farc.

Cet accord de paix prévoit également des compensations pour les victimes et un système judiciaire de transition pour juger les crimes commis pendant le conflit. Les membres et soldats des Farc qui ont commis ou commandité des atrocités mais qui confessent leurs crimes devront effectuer un « service communautaire » au lieu de purger leur peine en prison.




Home Une application mobile de partage des ressources alimentaires


Source : guardian.com ; olioex.com

En Grande-Bretagne, les déchets alimentaires sont constitués à 70 % par des déchets ménagers, le reste étant rejeté par les producteurs et les transformateurs. L’équivalent de 15 milliards d’euros d’aliments comestibles et de boissons est gaspillé chaque année.

Olio est une application gratuite pour mobiles lancée récemment, elle permet l’échange de nourriture en connectant les utilisateurs avec leurs voisins et les commerçants locaux, afin de partager les excédents alimentaires et d’autres articles, et éviter qu’ils soient jetés à la poubelle. Cette nourriture en excédent comprend les légumes cultivés par les particuliers, les aliments vendus en magasins et qui atteignent leur date de péremption, le pain d’un boulanger ou les aliments non consommés qui restent dans votre réfrigérateur. Olio a été cofondé par Tessa Cook qui en eut l’idée un jour où elle essayait de partager des aliments en parfait état qu’elle ne parvenait pas à jeter à la poubelle. Elle avait tenté en vain de trouver quelqu’un parmi ses connaissances à qui donner la nourriture. L’application mobile Olio peut également être utilisée pour donner des articles ménagers qui ne servent plus. Les utilisateurs prennent des photos de leurs aliments en surplus, ajoutent un bref commentaire et donnent les informations pour venir les récupérer. Olio offre la possibilité de chercher les articles disponibles à côté de chez soi (tout est gratuit ou presque). Incidemment, Olio permet de rencontrer des gens venant de tous les horizons. Les fondateurs d’Olio pensent que « de petites actions peuvent déclencher de grands changements » vers un avenir plus pérenne fondé sur le partage.




Home L’Arche de Noé de Gaza


Source : bbc.co.uk ; four-paws.org.uk ; dailymail.co.uk ; newsweek.com

Une association de protection des animaux a mené à bien une opération de sauvetage afin d’évacuer des animaux en détresse d’un Zoo en ruines situé dans la bande de Gaza. L’association Four Paws a évacué 15 animaux malades et traumatisés du zoo Khan Yunis, pour les placer en sécurité en Jordanie. Parmi ces animaux se trouvait Laziz, le dernier tigre de Gaza, un tigre du Bengale mâle âgé de huit ans. Ce sauvetage a mis en évidence la détresse des animaux victimes de la violence liée au conflit. Ce zoo avait été construit par le gouvernement du Hamas en 2008. Intégré au village touristique Al-Bisan, on y trouvait une cafeteria où des familles de Gaza venaient se détendre et oublier un peu les conditions de vie difficiles qui règnent dans la Bande.

« Deux tortues, deux aigles, deux porc-épic, un pélican, un émeu et un cerf sont ainsi arrivés près d’Amman, en fin de journée, le mercredi 24 août, après avoir quitté Gaza en passant par Israël. Les animaux peuvent maintenant s’alimenter et sont correctement soignés, a expliqué Amir Khalil, vétérinaire de l’association Four Paws. Le tigre a été mis dans un avion en destination de l’Afrique du Sud où il est arrivé jeudi, alors que cinq singes sont restés en Israël. »

Mohammed Awaida, propriétaire du zoo, explique que le responsable de cette tragédie est le conflit entre Palestiniens et Israéliens. Le zoo Khan Yunis a été la cible de tirs au cours de récents combats qui ont opposé des militants palestiniens et israéliens, causant la mort de 1 960 Palestiniens et 67 Israéliens.

Pendant de longues périodes, l’intensité des bombardements interdisait aux employés l’accès au zoo. Privés de nourriture et de soins, nombre d’animaux on trouvé la mort. Comme pour les humains, le bruit continuel des bombardements traumatise les animaux. Cela les amène par exemple à abandonner leurs petits. Le blocus de Gaza par Israël et la fermeture de la frontière avec l’Egypte ont étouffé l’économie locale, appauvrissant encore plus les habitants de Gaza, les privant ainsi de tout loisir.





Les priorités de Maitreya

« Pour aider les hommes dans leur tâche, Maitreya, l’Instructeur mondial, a formulé certaines priorités. Assurer à tous un approvisionnement correct en nourriture ; procurer à tous un logement convenable ; fournir à tous soins médicaux et éducation, désormais reconnus comme un droit universel. » Le Maître de Benjamin Creme, Partage international, janvier 1989. Dans cette rubrique, notre rédaction aborde les questions relatives aux priorités énoncées par Maitreya et présente des expériences orientées dans cette direction.

Home Livrés à eux-mêmes, de jeunes latinos cherchent un avenir meilleur


Source : Unicef

Au cours du premier semestre 2016, près de 26 000 enfants non accompagnés ont été appréhendés à la frontière américaine. On peut y ajouter 29 700 personnes voyageant en famille, surtout des mères et leurs jeunes enfants.

Selon un rapport de l’Unicef publié en août 2016, des milliers d’enfants latinos tentent d’échapper à la violence des gangs et à la pauvreté en Amérique centrale et sont arrivés aux Etats-Unis cette année. Et aucun signe ne laisse entrevoir une diminution de ce flux. « Ces chiffres sont extrêmement élevés, déclare Patrick Moser, l’auteur du rapport. Rien n’indique qu’ils vont baisser. Les conditions dans ces pays sont telles que les enfants continueront de partir. »

Les familles paient des sommes énormes à des passeurs, appelés les coyotes, pour qu’ils les emmènent avec leurs enfants vers le nord pour un avenir meilleur. La plupart des jeunes réfugiés sont originaires du Salvador, du Guatemala et du Honduras, trois pays dont les taux d’homicides et de pauvreté sont parmi les plus élevés du monde, précise l’Unicef. « Il est déchirant de penser à ces enfants – pour la plupart des adolescents, mais certains encore plus jeunes – qui font ce voyage épuisant et extrêmement dangereux à la recherche de la sécurité et d’une vie meilleure, écrit Justin Forsyth, directeur exécutif adjoint de l’Unicef. Ce flux de jeunes réfugiés et de migrants met en évidence l’importance cruciale de la lutte contre la violence et l’amélioration des conditions socio-économiques dans leur pays d’origine. »

Les États-Unis avaient fait pression sur le Mexique pour qu’il renforce les détentions de migrants après que plus de 44 500 enfants non accompagnés soient arrivés à la frontière lors du premier semestre 2014. En 2015, les autorités mexicaines ont appréhendé près de 36 000 enfants, plus de la moitié d’entre eux étant non accompagnés. En comparaison, le Mexique ne détenait que 9 600 enfants en 2013. Selon les chiffres du gouvernement mexicain cités par l’Unicef, plus de 16 000 enfants migrants du Salvador, du Guatemala et du Honduras ont été appréhendés au Mexique au cours des six premiers mois de 2016.

Malgré les efforts déployés par le Mexique pour endiguer le flux, des milliers d’enfants voyagent encore seuls vers les Etats-Unis. Si les adolescents sont appréhendés aux Etats-Unis, la loi leur garantit une audience pour introduire une demande d’asile devant un tribunal de l’immigration, même s’ils n’ont pas droit à un avocat commis d’office.

Mais avoir un avocat fait une énorme différence, affirme l’Unicef. Une étude des procédures engagées en 2015 a montré qu’en juin 2016, 40 % des enfants non représentés avaient été expulsés, contre 3 % des enfants représentés par un avocat. « En cas d’expulsion, certains risquent d’être tués ou violés par les gangs auxquels ils cherchaient à échapper au départ », avertit l’Unicef.

L’Unicef détaille les risques encourus par les enfants qui tentent de se rendre aux Etats-Unis, dans un rapport intitulé Destins brisés : le dangereux voyage des enfants d’Amérique centrale vers les Etats-Unis. Ces risques comprennent la traite, les enlèvements, le fait de devenir la cible d’organisations criminelles ou de mourir dans la chaleur du désert. Beaucoup de filles seraient contraintes de travailler dans des maisons closes et des bars au Mexique et au Guatemala, et l’Unicef cite un rapport d’Amnesty International indiquant que six femmes et filles sur dix sont victimes de violences sexuelles au cours de leur voyage.

L’Unicef affirme que les enfants migrants ne devraient pas être détenus, devraient avoir pleinement accès aux soins de santé et autres services, et être autorisés à vivre avec leur famille chaque fois que possible. « Les enfants, quel que soit leur statut, sont d’abord et avant tout des enfants, rappelle J. Forsyth. Nous avons le devoir de les garder en sécurité dans un environnement sain et stimulant. »




Home L’eau dans la bande de Gaza et en Cisjordanie


Source : btselem.org/water ; Al Jazeera.com

Puisque l’eau est essentielle à la vie, que se passe-t-il si des  populations importantes en ont trop peu ? Ou si leurs sources d’eau sont polluées ? Quel est l’impact sur la santé et la vie de la famille lorsque le peu d’eau sortant de votre robinet seulement deux jours par semaine est tellement salée et sale qu’elle est imbuvable et pratiquement inutilisable pour cuisiner ou se doucher ?

C’est ce que vivent les habitants d’Al-Shati, aussi appelé le Camp de la plage, un camp de réfugiés palestiniens situé dans le nord de la bande de Gaza, le long de la côte méditerranéenne, dans le gouvernorat de Gaza. Le long de cette petite portion de la côte méditerranéenne, la source d’eau est une nappe phréatique qui a été surexploitée et a fini par être contaminée par l’eau de mer.

Nahed Radwan, qui vit avec ses enfants et sa famille élargie dans une maison le long de la route de la mer, n’a de l’eau qu’une fois par semaine, pendant deux jours. « Quand il y en a, elle n’est pas propre ; elle est imbuvable. Elle brûle les yeux à cause de la salinité élevée », explique-t-elle.

On estime qu’environ 3 % de l’eau de Gaza est potable. L’Autorité palestinienne de l’eau et l’Organisation des Nations unies ont averti que la nappe phréatique dans le territoire (en dehors d’une petite quantité d’eau importée d’Israël) pourrait être complètement contaminée d’ici la fin de l’année. L’eau de Gaza contient une forte concentration de chlorure, tandis que les niveaux de nitrates dépassent de deux à huit fois le seuil recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, en raison de l’infiltration des eaux usées non traitées.

Comme si cela ne suffisait pas, Gaza est également en proie aux pénuries d’électricité et les ménages ne sont parfois alimentés que quelques heures par jour. « Les gens utilisent des génératrices pour l’eau, mais nous n’avons pas les moyens, déclare N. Radwan. Mes filles n’aiment pas prendre de douches avec de l’eau salée, et leurs cheveux commencent à tomber. Je cuisine et je fais tout avec de l’eau en bouteille. »

Beaucoup de Palestiniens à Gaza achètent l’eau à de petites usines de dessalement qui filtrent l’eau de la nappe phréatique contaminée. Des fournisseurs privés distribuent l’eau aux résidents par camions. Mais lorsque l’eau atteint les réservoirs des ménages, elle coûte jusqu’à cinq fois le prix de l’eau du réseau municipal, et n’est souvent pas sûre. Moins de la moitié des installations de dessalement de Gaza sont agréées, selon Oxfam.

Les ONG internationales travaillant dans le secteur de l’eau à Gaza ont calculé que 68 % de l’eau qui arrive chez les ménages à partir de ces stations de traitement devient biologiquement contaminée pendant le stockage ou le transport ; mais 85 % des Palestiniens de Gaza dépendent de cette eau pour boire et cuisiner. EWASH, une coalition d’organisations palestiniennes et internationales travaillant dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, affirme que la part du budget consacrée à l’eau des ménages à faible revenu de Gaza est au moins six fois plus élevée que pour leurs homologues au Royaume-Uni.

Au moins 70 % des matériaux nécessaires à la construction et à l’entretien du réseau d’eau et d’assainissement de Gaza, y compris les pompes et les produits chimiques pour la purification de l’eau, sont soumis à des restrictions d’entrée sévères en raison du siège israélien sur Gaza, selon EWASH. L’absence d’infrastructures appropriées contribue à la pollution : toutes les 38 minutes, l’équivalent d’une piscine olympique d’eaux usées brutes ou partiellement traitées est déversée dans la mer à Gaza.

La Cisjordanie

Les Accords d’Oslo ont fixé la répartition de l’eau entre Israël et l’Autorité palestinienne comme suit : 80 % de l’eau pompée à partir de la nappe phréatique de la montagne en Cisjordanie – une ressource israélo-palestinienne commune – serait allouée à l’utilisation israélienne et les 20 % restant irait aux Palestiniens.

Les statistiques montrent clairement la discrimination à l’encontre des Palestiniens dans l’utilisation des ressources en eau partagées par Israël et l’Autorité palestinienne. En 2011, selon l’Autorité palestinienne de l’eau, la consommation moyenne d’eau pour l’usage domestique, urbain et industriel en Cisjordanie était de 73 litres par personne et par jour. Selon l’Autorité israélienne de l’eau, la consommation moyenne d’eau domestique et urbaine en Israël, sans compter l’usage industriel, était de plus du double : environ 183 litres par personne et par jour.




Home De l’électricité pour les camps de réfugiés


Source : ikeafoundation.org ; energysavingtrust.org.uk ; chathamhouse.org

Selon un rapport de 2015 de l’Agence des réfugiés des Nations unies (HCR), 90 % des familles dans les camps de réfugiés n’a pas accès à l’électricité. « L’accès à l’énergie durable est un besoin humain fondamental, et le HCR s’efforce de fournir, chaque fois que possible, des carburants de remplacement et de l’énergie solaire pour aider les personnes déplacées. »

L’une des auteurs du rapport, Glada Lahn, directrice de recherche au Chatham House (l’Institut royal aux affaires internationales), déclare : « Ces personnes déplacées et ces réfugiés font partie des 2,9 milliards de personnes vivant dans la pauvreté énergétique dans le monde, mais les Objectifs de développement durable et l’Initiative en faveur de l’énergie durable pour tous ne les mentionnent pas. Ils sont dans une zone grise. » Le rapport suggère que la généralisation de cuisinières efficaces et de simples lanternes solaires pourrait économiser 212 millions d’euros par an en carburant, mais nécessiterait un financement considérable.

En coordination avec le projet Un Meilleur Refuge, la fondation Ikea pilote un projet qui vise à fournir des kits plus durables pour remplacer les toiles de tentes dans les camps de réfugiés. Ces logements disposent de panneaux solaires sur le toit pour alimenter des ampoules LED ou recharger les téléphones, tout en offrant une meilleure sécurité et davantage de dignité grâce à des portes équipées de serrures. Ces abris sont utilisés pour héberger les réfugiés syriens en Grèce.

La fondation a également mené la campagne Une vie meilleure pour les réfugiés, pour laquelle un euro était reversé pour chaque ampoule ou lampe vendues dans les magasins Ikea. Le HCR a ainsi reçu 30,8 millions d’euros pour installer l’éclairage et des énergies renouvelables dans les camps de réfugiés en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. Cette collecte a également permis de financer d’autres projets innovants :

– Plus de 284 000 réfugiés et les membres des communautés d’accueil en Ethiopie et en Jordanie vivent en meilleure sécurité la nuit, grâce à la fourniture de plus de 56 000 lanternes solaires et à l’installation de 720 lampadaires solaires.

– Plus de 37 000 enfants réfugiés ont été inscrits à l’école primaire au Bangladesh, au Tchad et en Ethiopie, leur permettant de poursuivre leurs études. En outre, plus de 740 enseignants ont été formés dans ces pays.

– Vingt-deux centrales au biogaz ont été installées au Bangladesh, permettant de traiter 15 % des déchets humains et générant du carburant vert pour la cuisine.





La voix de la raison

Home Le pape et le dalaï-lama se font l’écho des priorités de Maitreya

Nous reproduisons ci-dessous quelques extraits de discours ou d’écrits récents du pape et du dalaï-lama, deux grandes figures mondiales influentes et vénérées dont les déclarations contribuent à diffuser et à soutenir les priorités de Maitreya. D’après Benjamin Creme, ils travaillent tous les deux pour Maitreya et inspirent l’opinion mondiale par leur exemple infatigable. Leurs paroles reprennent les enseignements de Maitreya sur la paix, la compassion et avant tout, sur les implications du caractère unique de toute vie.

Le pape François
Le retour du Christ
Le pape François a commenté la lecture de l’Evangile selon saint Luc dans lequel Jésus dit à ses disciples de ne pas s’occuper des choses de ce monde, mais de travailler pour le royaume de Dieu, et d’amasser des trésors dans le ciel. « Car, dit-il, là où est votre trésor, là aussi se trouve votre cœur. » Dans les trois paraboles suivantes, dont le thème commun est la vigilance, Jésus parle du retour du Christ. Le retour inattendu du Maître de maison, le voleur dans la nuit, et la conduite du régisseur à la suite du départ de son Maître, chacune de ces paraboles souligne pour nous le besoin d’être en éveil, vigilant, et de faire très attention à notre devoir de service envers les autres, tandis que nous attendons le Second Avènement, lequel est certain, mais dont nous ne pouvons connaître l’heure.
Le pape a poursuivi : « Jésus aujourd’hui nous rappelle que l’attente d’une béatitude éternelle ne nous dispense pas de notre responsabilité de travailler pour un monde plus juste et plus vivable. En effet, c’est précisément cela, notre espoir de posséder le Royaume de l’éternité, qui nous encourage à travailler à améliorer les conditions de vie sur la Terre, spécialement celles de nos frères et sœurs les plus faibles. » (Angélus du 7 août 2016, place St-Pierre à Rome)
[Source : radiovaticana.va]

Prendre soin de toute création
«  Avec ce message, en ce jour dédié à la Création, je renouvelle le dialogue avec chaque personne qui habite cette planète, au sujet des souffrances qui affligent les pauvres et de la dévastation de l’environnement. Dieu nous a fait don d’un jardin luxuriant, mais nous sommes en train de le transformer en une étendue polluée de « décombres, de déserts et d’immondices ». Nous ne pouvons pas nous résigner ou rester indifférents à la perte de la biodiversité et à la destruction des écosystèmes, souvent provoquées par nos comportements irresponsables et égoïstes. A cause de nous, des milliers d’espèces ne rendront plus gloire à Dieu par leur existence même, et ne pourront plus nous communiquer leur propre message. Nous n’en avons pas le droit.
La planète continue à se réchauffer, en partie à cause de l’activité humaine : 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée et probablement 2016 le sera encore plus. Cela provoque sécheresses, inondations, incendies et événements météorologiques extrêmes toujours plus graves. Les changements climatiques contribuent aussi à la crise poignante des migrants forcés. Les pauvres du monde, qui sont aussi les moins responsables des changements climatiques, sont les plus vulnérables et en subissent déjà les effets.
Comme l’écologie intégrale le met en évidence, les êtres humains sont profondément liés les uns aux autres et à la création dans son ensemble. Quand nous maltraitons la nature, nous maltraitons aussi les êtres humains. En même temps, chaque créature a sa valeur propre intrinsèque qui doit être respectée. Ecoutons « tant la clameur de la Terre que la clameur des pauvres », et cherchons à comprendre attentivement comment pouvoir assurer une réponse adéquate et rapide. »
(Discours du pape à l’occasion de la journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, 1er septembre 2016)
[Sources : cruxnow.com ; The Guardian, G.-B.]

Le dalaï-lama
Pendant sa visite des 20-25 août 2016 à Leh, au Ladakh (Inde), sa sainteté le dalaï-lama a évoqué devant un rassemblement de plus de 30 000 personnes, le livre de Shantideva, Guide du mode de vie d’un bodhisattva. Shantideva était un moine érudit indien bouddhiste du VIIIe siècle au monastère Nalanda. Beaucoup de ce qui a fait comprendre le bouddhisme tibétain découle des enseignements et traditions originaires de l’ancien monastère bouddhiste de Nalanda en Inde du Nord, et ces enseignements ont fait leur chemin jusqu’au Tibet au VIIIe siècle après JC.
Au sujet du bonheur : « Chaque être conscient, animaux inclus, recherche le bonheur. Ainsi, montrer aux autres du respect et essayer de les comprendre et de les aider à résoudre leurs problèmes est une source de bonheur... Nous avons deux ennemis, l’amour de soi, ou un esprit centré sur soi-même, et l’idée fausse du soi. Dans le bouddhisme en général, et tout spécialement dans la tradition Nalanda, il est crucial d’utiliser son intelligence et de transformer ses émotions. Cela constitue une source de bonheur bien plus efficace que les plaisirs que donnent à court terme l’alcool ou les drogues douces. Plus nous pratiquerons l’altruisme et aiderons les autres, plus nous en bénéficierons nous-mêmes. La paix de l’esprit qui en résulte nous aide à vivre plus longtemps, et nous permet de servir l’humanité plus longtemps. »
Sa sainteté a souligné un verset extrait du premier chapitre du Guide du mode de vie d’un bodhisattva qui décrit le malheur des êtres conscients :
Bien que cherchant à éviter la douleur,
Ils se précipitent tête baissée dans la souffrance.
Ils ont très envie de bonheur, mais stupidement
Le détruisent, comme s’il était leur ennemi.

Au sujet de la discrimination : « Dans mon enseignement, l’ascendance et la famille ne sont pas importants. La pratique du dharma est plus importante que cela. C’est une erreur de faire une distinction entre les gens en raison de leur caste. Même s’il s’agit de traditions et de coutumes de longue date, ce sont des attitudes que nous devons changer par l’éducation. Dans le monde d’aujourd’hui ces distinctions ne sont plus acceptables. Je m’oppose à la discrimination en raison de la caste. Je la critique et en appelle aux dirigeants religieux hindous, ici en Inde, à ne pas se complaire dans la situation mais à apporter du changement. Surmonter les castes basées sur la discrimination ne concerne pas seulement les politiciens, les dirigeants religieux doivent aussi montrer l’exemple. »
(Discours à Leh, Ladakh (Inde), 24 août 2016) [Source : dalailama.com]





La voix des peuples

Cette rubrique est consacrée à une force en plein développement dans le monde. La voix du peuple ne cessera de s’amplifier jusqu’à ce que, guidés par la sagesse de Maitreya, les peuples conduisent leurs gouvernements à créer une société juste dans laquelle seront respectés les droits et les besoins de tous.

Home Dakota du Nord : les Amérindiens s’opposent à un projet d’oléoduc


Source : The Guardian, G.-B.

Des milliers d’Amérindiens et leurs partisans ont installé des camps dans la réserve sioux de Standing Rock (Dakota du Nord), pour protester contre un projet d’oléoduc dans la région. Les manifestants envisagent de bloquer le chantier du Dakota Access Pipeline. Ce pipeline doit transporter 500 000 barils de pétrole par jour, partant du Dakota du Nord, traversant le Dakota du Sud et l’Iowa, pour atteindre l’Illinois.

Il est prévu que cet oléoduc traverse le fleuve Missouri près de la réserve indienne du Dakota du Nord, et selon les autochtones, il compromettrait l’approvisionnement en eau potable de la région, traverserait des terres d’importance historique et menacerait des sites sacrés.

En avril 2016, pour manifester pacifiquement leur opposition, les Amérindiens ont installé des campements dont la taille a pris de l’ampleur ces derniers mois. En août et en septembre, la construction de l’oléoduc a été interrompue à plusieurs reprises par les manifestants.

Selon The Guardian : « Beaucoup de manifestants font état de deux prophéties datant des années 1890. Un chef nommé Elan noir a prédit que, dans sept générations, les nations autochtones d’Amérique s’uniraient pour sauver la Terre. Selon une autre légende, un serpent zuzeca (un serpent noir) menacerait le monde. Pour nombre de manifestants présents, l’oléoduc est ce serpent noir. Ils sont la septième génération : la prophétie se réalise. »

Madonna Antoine Eagle Hawk, membre de la tribu sioux Sicango Rosebud, a annoncé : « En ce moment, toutes ces différentes tribus sont rassemblées. Cela ne se reproduira plus au cours de notre vie. Si nous ne nous opposons pas fermement, qui le fera ? »

« Nous vivons ici un moment historique, a déclaré Richard Leading Fighter Junior, un autre membre de la tribu Rosebud, présent sur le camp. Nous créons un évènement que nous raconterons à nos petits-enfants. Je sais que nous pouvons gagner. J’espère que le monde est en notre faveur. »

En septembre 2016, une action en justice en vue de mettre fin à la construction de l’oléoduc a été rejetée par un juge fédéral mais le gouvernement américain a exigé d’arrêter les travaux sur une partie de l’oléoduc et a demandé à l’entreprise de construction de « suspendre volontairement » les travaux dans une zone plus large.




Home Argentine : des agriculteurs réclament des prix équitables


Source : efe.com ; vidalatinasd.com

Le 23 août 2016, des agriculteurs des provinces du Rio Negro et du Neuquèn, au sud de l’Argentine, ont distribué 10 tonnes de fruits dans le centre ville de Buenos Aires pour protester contre les prix ridicules payés aux producteurs comparés à ceux acquittés par le consommateur.

« Nous distribuons ces fruits parce que nous ne sommes pas payés, et donc nous les jetons », a déclaré Sebastian Hernandez, président de l’association de producteurs Allen Fruit, du nord du Rio Negro à EFE Plaza de Mayo.

« L’objectif est de montrer aux consommateurs qu’ils payent entre 30 et 40 pesos le kg des denrées payées moins de 3 pesos aux producteurs », explique S. Hernandez.

Les producteurs de fruit argentins attendent une solution ; à défaut « plus de 50 % des agriculteurs disparaîtront ou ne produiront plus de fruits de qualité, poursuit S. Hernandez. Nous voulons être payés au juste prix, pas plus. »

Environ 2 000 personnes se sont rassemblées sur la place du centre-ville, devant le palais présidentiel Casa Rosada, devant des piles de caisses remplies de pommes et de poires. Les dix tonnes de fruits ont été distribuées en deux heures. Dans la file d’attente, Elsa Alcaraz a déclaré qu’elle soutenait les agriculteurs et que leur sort « lui brisait le cœur ».





Courrier des lecteurs

La rédaction de Partage international a reçu, au fil des années, un grand nombre de « Courriers des lecteurs » qui ont été traités et confirmés comme de véritables rencontres avec des Maîtres ou un « porte-parole » mais qui n’ont pas encore été publiés.
D’autres courriers sont récents. Alors que nous ne pouvons plus confirmer ou indiquer qu’un Maître est impliqué, il se peut que l’expérience soit si forte qu’elle « parle d’elle-même » et apporte espoir, inspiration et réconfort.

Home Chanter pour tout le cosmos


Ce musicien donnait un concert en solo dans la cathédrale Notre-Dame à Die (France), le 6 août 2016.

Cher Monsieur,

Le 6 août 2016 au matin, lors d’un séjour à Die, dans le sud de la France, au cours de notre promenade matinale, mon mari et moi entendîmes sonner les cloches de la cathédrale Notre-Dame.

En chemin, nous parlions d’être honnête dans la vie, de s’en tenir à son chemin de vie, même si cela ne convient pas aux idées et aux attentes des autres. Il est souvent difficile d’évoquer, avec d’autres personnes, des sujets tels que la réincarnation, la présence de Maitreya dans le monde actuel et l’existence de la vie extraterrestre, et bien souvent on sent que l’on se moque de nous.

Nous évoquions les enseignements de Maitreya, la nécessité d’être vraiment soi-même et de ne pas se cacher derrière un comportement opportuniste. En début de semaine, je demandai de l’aide afin de maintenir notre lien dans le cadre du travail lumineux de la Hiérarchie spirituelle dans le monde actuel chaotique et précaire.

Je ressentis une forte envie de visiter la cathédrale et d’allumer un cierge. En entrant je fus surprise d’entendre une musique, très belle et émouvante, qui envahissait la nef. En allumant le cierge, je me sentis soulevée, comme si j’étais immergée dans cette musique. Comme je restai debout, me laissant envahir par la musique, je fus surprise de voir qu’elle provenait d’un homme assis en lotus sur une dalle de pierre devant la première rangée de chaises. Il avait devant lui une sorte d’orgue indien dont il jouait en totale dévotion. Il chantait et jouait de tout son cœur et de façon naturelle comme si son art l’absorbait en totalité. L’intensité de sa performance donnait une impression spéciale et étrange. C’était absolument magnifique, mais un peu surnaturel. Il n’y avait pas de public et il ne demandait pas d’argent, comme le font les musiciens de rue. Il était en harmonie totale avec son chant. Je pensai à ma situation personnelle et combien je pouvais être facilement distraite par des préoccupations quotidiennes telles que la nourriture, le soin des enfants, les factures, les autres obligations ou les nouvelles mondiales. Que ce musicien attentif et concentré était différent ! Il n’y avait pas de mots, pas de mantras, il vocalisait avec son cœur s’accompagnant de son orgue indien ; on aurait dit qu’il chantait et jouait pour tout le cosmos, comme si sa présence était plongée dans un travail de service absolu. L’énergie de sa musique faisait penser à celle de l’adombrement de Maitreya lors d’une méditation de transmission. Je me demandai si ce n’était pas Maitreya.

Puis un groupe entra dans la cathédrale, écouta le musicien et évoqua cette situation inattendue. Quelques instants plus tard, un sacristain les rejoignit ; je m’assis, espérant qu’il autoriserait le musicien à continuer son chant magnifique et apprécierait cette musique particulière. Je pensai que ce monde a besoin de plus d’amour et de tolérance et qu’ici, à Die, nous pourrions assister à un acte symbolique de tolérance !

Je souris en moi-même : si cet homme était Maitreya, il pouvait parfaitement gérer la situation lui-même !

Le sacristain observa le musicien quelques secondes et l’autorisa à continuer.

Mon mari, Jan, pensa que si cette belle action symbolisait notre voie dans la vie alors elle était digne de notre profond respect. Il en déduisit que nous devrions tous suivre notre chemin de vie. Jan prit une photo du musicien et lui donna de l’argent. « Vous êtes très généreux » dit ce dernier en français avec un grand sourire. Pendant un cours moment, il s’arrêta de jouer. Nous devions partir pour retrouver notre fille adolescente. Alors que le musicien jouait de nouveau nous passâmes devant lui sans vouloir l’interrompre, mais nous voulions aussi le remercier pour sa musique bénie.

« Ma musique est pure inspiration, expliqua-t-il cette fois en anglais, elle vient du cœur, de mes sentiments. »

Ce musicien, de type indien, avait des yeux foncés pleins d’amour et de douceur. Nous avions l’impression d’avoir rencontré Maitreya. Je reconnus ses yeux et l’énergie qui émane des photos et des séances de méditation de transmission. Nous approuvâmes, je me sentis sans voix et remplie d’un amour intense et de félicité. Nous sortîmes en silence de la cathédrale, nous demandant si nous n’avions pas été bénis par la musique et l’énergie de Maitreya.

M. L. et J. K., Volendam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique que le « musicien » était Maitreya sous cet aspect.


Home Un ami qui vient en aide

Cher Monsieur,

Le 15 mai 2016, à la médiathèque de Sendai (Japon), nous avons organisé une conférence de Michiko Ishikawa, pour la première fois depuis le tremblement de terre et le tsunami qui s’est produit il y a six ans. Nous avions environ 220 spectateurs pour une salle de 180 places qui fut pleine avant le début de la conférence. Une pièce supplémentaire fut donc préparée pour une projection vidéo simultanée sur grand écran, mais un problème technique de son survint. Le personnel vérifia les appareils audio et expliqua la situation au public.

Comme je courrais de tous côtés, en essayant de faire face à cette situation inattendue, un des spectateurs m’interpella par mon nom. Il affirma : « Je vous connais bien M. Matsumoto. Tout va s’arranger. » Il était d’âge moyen, les cheveux courts grisonnants, et un visage de belle apparence. Je fus surpris qu’un inconnu m’appelle par mon nom. Je me demandai si je ne l’avais pas rencontré auparavant. J’eus l’impression que oui.

Le public qui était dans la pièce supplémentaire se déplaça devant un écran dans le couloir pour entendre la conférence. Les uns étaient debout, les autres assis sur le sol. Le responsable de la salle nous demanda de ne pas permettre aux personnes de stationner dans le couloir pour des raisons de sécurité. Mais on ne pouvait pas installer le matériel audio ailleurs et nous fûmes pris de panique.

Alors l’« homme » réapparut et déclara gaiement : « Il y a plusieurs sièges libres dans la salle principale et un espace pour spectateurs debout. Je suis architecte et je connais bien la question. » J’étais sur le point de lui répondre qu’il est interdit de rester debout, mais il partit à une telle vitesse que je ne pus le rattraper. Après quelques instants, le son fut rétabli, et pour la cession de questions-réponses, les gens dans l’espace supplémentaire purent se rendre dans la salle principale. Nous étions soulagés.

A la fin de la conférence, je repassai devant cet homme parmi les autres spectateurs. Je le remerciai de nous avoir aidés. Bien qu’il me fît un clin d’œil, il semblait observer les spectateurs autour de lui. Il était sympathique, vif, alerte et sûr de lui, tel un maître charpentier ou un organisateur de spectacles. Il était un spectateur merveilleux et a travaillé dur comme les autres membres du personnel. Il me fit une impression durable. Etait-il quelqu’un de spécial ?

M. M., Kesennuma, Japon

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce « merveilleux spectateur » était un porte-parole du Maître Jésus.


Home Un ami qui vient en aide [2]

Cher Monsieur,

Il y avait un problème de son dans la pièce adjacente et le personnel s’affairait pour gérer la situation. Je vis un spectateur entrer et sortir à plusieurs reprises de cette salle. Il se comportait comme un membre du personnel. Plus tard, j’appris qu’il s’agissait de l’homme qui avait dirigé les spectateurs de la pièce supplémentaire vers un récepteur vidéo dans le couloir. Il se comportait de façon plus efficace que le personnel, sans qu’on puisse supposer qu’il était une personne ordinaire. Il était de poids et de taille normale.

Etait-il un simple spectateur ou avons-nous été aidés pour résoudre ce problème ?

S. U., Sendai, Japon

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce spectateur secourable était un porte-parole du Maître Jésus.


Home Un ami qui vient en aide [3]

Cher Monsieur,

Voici ce qu’il s’est produit le 15 mai 2016 à la conférence de Michiko Ishikawa à Sendai : j’étais détendue car j’avais reçu beaucoup de demandes de renseignements téléphoniques jusqu’au dernier moment et je pensais que nous avions fait tout ce que nous pouvions pour annoncer cet évènement. Pendant la pause, après la conférence, j’apportais d’un pas rapide les fiches avec les questions de l’auditoire à Mme Ishikawa quand soudain un homme m’adressa la parole.

Il était de taille et de poids moyen, âgé entre 40 et 50 ans et portait une veste beige avec beaucoup de poches. Il avait un visage de belle apparence, les yeux brillants et expressifs. Il était d’humeur très positive et il me salua avec un sourire comme s’il m’attendait, leva la main et déclara : « Hé ! Je suis venu. » C’était si inattendu que je ne me souviens pas de ce que je lui ai répondu. Je fus si surprise d’entendre cet homme me saluer si familièrement comme s’il me connaissait depuis longtemps, était un ami très proche ou une vieille connaissance. Il est possible que je l’aie déjà vu mais je ne me souviens pas de lui. Plus tard, en discutant avec mon mari, je réalisai que l’homme qui lui avait parlé et celui qui m’avait salué était la même personne.

En dépit des problèmes de sonorisation dans la pièce supplémentaire, tous, sauf deux personnes, restèrent et écoutèrent attentivement le message. Ce fut vraiment un jour merveilleux.

Qui était cet homme qui nous a apporté de l’aide pour faire face à la situation ?

M. M., Kesennuma, Japon

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce spectateur serviable était un porte-parole du Maître Jésus.


Home Conte de Noël

Cher Monsieur,

Le 18 décembre 2015, lors des courses pour les cadeaux de Noël, dans un grand magasin d’électronique à Trencin (Slovaquie), mon fils et moi examinions différents ordinateurs portables, lorsqu’un homme entra dans le magasin. Il attira immédiatement mon attention.

Il était de joyeuse humeur, saluait les gens de façon familière et sympathique en circulant entre les rayons. Il faisait penser au Père Noël avec son humeur joyeuse. Sa grande barbe semblait aller dans tous les sens. Il y avait des étincelles dans ses yeux. Il était habillé comme un sans-abri. Il portait un grand manteau turquoise et sur sa tête un bonnet de laine gris ayant la forme d’un sapin de Noël avec un pompon sur le haut. Je le montrai à mon fils qui était occupé à comparer les ordinateurs. Il me fit sourire avec son humeur joyeuse. Après quelques instants un agent de sécurité le fit sortir du magasin.

Je me demande si cet homme n’était pas Maitreya ?

P. W., Slovaquie

Le Maître de Benjamin Creme indique que cet homme joyeux était un porte-parole du Maître Jésus.


Home Protection

Cher Monsieur,

Le 30 décembre 2014 à 18 h 45, la circulation devenait moins dense. La route était sèche sur la partie fréquentée de la chaussée mais verglacée en dehors des traces.

Un membre du groupe de Boulder et moi nous rendions chez une amie à la méditation de transmission. Nous étions sur la voie de gauche quand une voiture venant de la droite fit une embardée et faillit heurter notre véhicule côté passager. Le conducteur donna un coup de volant vers la gauche pour éviter le choc. Mais notre voiture fit des zigzags puis un demi-tour pour se trouver face aux véhicules circulant en sens inverse. Néanmoins elle continua de reculer jusqu’au bord d’un énorme fossé, puis s’arrêta et nous fûmes en sécurité sur le bas-côté. Je demandai de l’aide par téléphone mais on me répondit qu’il y avait trois heures d’attente en raison de la forte demande.

Peu de temps après, deux jeunes hommes de type hispanique dans une camionnette s’arrêtèrent et nous proposèrent de nous sortir de là. Je fus vraiment surpris de voir comment ils tirèrent la voiture sans effort. Nous les remerciâmes chaleureusement et après quelques hésitations ils acceptèrent de l’argent pour leur peine. Entre-temps le conducteur qui faillit nous heurter vînt présenter ses excuses. Il dit que nous étions dans son « angle mort » et ne nous avait pas vus dans son rétroviseur.

Nous continuâmes notre route et arrivâmes avec seulement 30 mn de retard, un peu choqués mais très heureux d’être sains et saufs.

Avons-nous eu une aide spéciale qui a mis notre voiture en sécurité ? Les deux jeunes hommes de type hispanique étaient-il des personnes particulières ?

L. L., Boulder, Colorado

Le Maître de Benjamin Creme indique que vous avez été aidés chaque fois par des disciples du Maître Jésus.



Compilation

Nous publions dans cette rubrique des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Home Le sentier qui mène à Dieu

J’ai l’intention de manifester en vous ce que vous êtes réellement, de vous montrer que vous êtes issu de la Divinité même, et que vous devez retourner à cette Source divine.
Ma mission vous facilitera ce passage, ce long voyage de retour vers votre héritage légitime. Lorsque nous nous rencontrerons comme des frères, mes amis, vous trouverez en moi un instructeur et un guide qui connaît bien le chemin, qui en connaît par cœur les étapes, pour l’avoir lui-même parcouru depuis longtemps. [Message n° 66 (Maitreya)]

Pas à pas, les hommes feront le nécessaire pour satisfaire aux exigences de l’avenir. En premier lieu, la destinée et le libre arbitre de chacun devront être respectés. Le droit de tous aux nécessités fondamentales de la vie, nourriture, logement, santé et éducation, devra déterminer les priorités des gouvernements. La protection de l’environnement – avec tout ce que cela implique – doit devenir une obligation sacrée qui permettra aux hommes, avec le temps, de rétablir la santé de cette planète. Ainsi doit-il en être si les hommes veulent prendre possession de leur héritage et retrouver le chemin qui mène à Dieu. [Les exigences de l’avenir (Maître –)]

Maitreya nous montrera de quelle hauteur nous avons chuté pour sombrer dans la médiocrité du matérialisme d’aujourd’hui. Et il nous montrera la voie à suivre, par l’acceptation du principe de partage et l’affirmation de notre sens de la fraternité entre tous les hommes et femmes de l’humanité, nous permettant ainsi de retrouver le sentier spirituel, le sentier qui mène non à la compétition mais à l’unité.
Voilà ce que signifie le nouvel âge, l’ère de la synthèse. La synthèse, c’est l’union de tous en vue de la réalisation de l’unité, une unité composée de parcelles au départ disparates. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Il n’existe qu’une seule voie menant à Dieu et cela, mes amis, vous le savez déjà. La voie qui mène à Dieu est celle de la Fraternité, de la Justice et de l’Amour. Il n’existe aucune autre voie ; tout est contenu en celle-ci.
Nombreux sont ceux qui trouveront ce chemin amer et difficile ; mais plus nombreux encore, sont ceux qui l’aborderont avec joie et bonheur devant la légèreté de leur fardeau, rejetant ce qui est ancien, périmé et inutile, les futilités du passé. Entrant dans une fraternité partagée et une joyeuse communion avec tout ce qui est, ce groupe qui va croissant héritera de la conscience du Soi. [Message n° 15 (Maitreya)]

Nous connaissons l’issue du dilemme actuel de l’homme et lui portons assistance, dans toute la mesure où la loi karmique le permet. Nous savons aussi que l’homme, de son propre libre arbitre, doit choisir le sentier de sa gloire à venir, celui de la fraternité et de l’amour, de la justice et du partage.
Nous nous rallions à la cause de l’homme. Nous nous évertuons à enseigner et à servir. L’homme doit agir lui-même, et mettre à l’épreuve sa divinité dans le creuset de l’expérience. [La faim n’existera plus (Maître –)]

Le sentier de la religion, tel que le conçoivent les Maîtres, n’est que l’un des nombreux sentiers nous permettant de manifester notre divinité innée. Dieu ne réside pas dans la religion, même si la religion peut nous aider à réaliser cette divinité. Tous les aspects de la vie – la politique, l’économie, la religion, l’art, la culture, la science, l’éducation – peuvent être vécus de façon que ce que nous appelons Dieu puisse y être connu et s’y exprimer. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

L’ère nouvelle ouvrira de nouvelles perspectives et l’homme considérera la vie comme l’aventure qu’elle est, un voyage sur le chemin de la découverte – découverte du fait que Dieu et l’homme sont Un ; que rien n’est séparé, si ce n’est dans la vision limitée du chercheur ; que tous les hommes suivent un chemin différent pour parvenir au même but, et que le but de tous nos efforts est la réalisation de la divinité qui attend en nous d’être reconnue.
Obéissant à la grande loi de renaissance, nous ne cessons de faire et refaire ce voyage, jusqu’au moment où enfin nous entrons dans la lumière de notre propre compréhension en tant que Fils de Dieu devenus parfaits. [La loi de renaissance (Maître –)]

Nombreuses sont les voies menant à la perfection, mais les plus simples sont les meilleures. Ma voie, la voie de l’Amour est celle qui amènera l’homme le plus rapidement à sa source. Si vous pouvez voir cela, vous vous engagerez sur un chemin infaillible et sûr, et il en va de même pour tous les hommes. [Message n° 58 (Maitreya)]

Le Sentier du Retour est le Sentier par lequel la conscience de ce qui est et de ce qui pourrait être devient progressivement connue de l’homme dans sa quête, de l’individu en évolution.
En d’autres termes, par votre quête, par votre aspiration, vous créez devant vos pas. Comme le dit D. K. : « C’est à partir d’elle-même que l’araignée crée le fil de soie. » Ainsi, exactement de la même manière, l’aspirant, le disciple et l’initié créent devant eux le Sentier du Retour, le Sentier qui n’est pas encore tracé. C’est le sentier d’un éveil croissant à ce qui constitue, pour l’individu, sa relation avec le Tout. C’est un moyen par lequel nous saisissons et expérimentons de plus en plus profondément notre lien avec le Tout, avec le Macrocosme. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Bientôt, vous constaterez qu’avancer sur cette voie est plus simple que vous ne le pensiez. Cette voie, mes amis, vous a appelés depuis le commencement. La voie de l’avenir et la voie qui mène à Dieu sont unies dans mon plan. Lorsque vous posez les pieds sur le sentier qui conduit à la Justice et à l’Amour, vous commencez votre ascension vers Dieu. Rien, en essence, ne change avec Dieu. [Message n° 108 (Maitreya)]

Maitreya rappellera à l’humanité sa longue histoire et les nombreux périls qu’elle a dû surmonter. Il sèmera les graines de la foi dans l’avenir glorieux qui attend les hommes, et se portera garant de leur éternelle divinité. Il montrera que le sentier de la vie, le voyage évolutif, conduit inévitablement toujours plus haut, toujours plus loin, et que voyager ensemble, en frères et sœurs, est le meilleur moyen de cheminer en sûreté, dans la lumière de la joie. [Le rassemblement des forces de lumière (Maître –)]

Le chemin de la divinité
par le Maître —, par l’entremise de Benjamin Creme, janvier 1994
Très bientôt, le monde saura que la longue attente est terminée, que le Fils de l’Homme a tenu promesse, qu’une ère nouvelle a commencé.
Quand les hommes le verront, ils comprendront les raisons de sa venue, ils comprendront aussi qu’ils doivent coopérer avec lui, car il mettra en évidence les besoins essentiels de l’époque et sollicitera leur aide pour reconstruire la planète. Il y a beaucoup à faire, car c’est un monde tout entier qui appelle à être transformé. Beaucoup devront s’atteler à cette tâche, car le changement touchera tous les hommes. Quand Maitreya entrera aux yeux de tous sur la scène de la vie moderne, il invitera une armée de volontaires à le rejoindre et à l’aider. Par leur intermédiaire, il conduira et supervisera la restauration de la planète.
Il ne reste que très peu de temps avant que les hommes voient Maitreya, connaissent sa présence, prêtent attention à ses directives. Il abordera toute la gamme des maux actuels, et par ses conseils montrera la voie de leur guérison progressive.
Il parlera au nom de ceux qui souffrent le plus : les éclopés et les boiteux, les parias et les pauvres – au nom de tous ceux qui souffrent en silence et sans raison. Il galvanisera ceux qui aspirent à venir en aide à leurs frères, et lancera la nouvelle croisade du service. Ainsi en sera-t-il. Ainsi Maitreya inspirera-t-il la formation de groupes de pionniers planétaires, dont la tâche consistera à porter secours aux indigents de ce monde qui attendent depuis si longtemps. Un programme d’aide durable d’une ampleur sans précédent ne tardera pas à transformer les conditions de vie de ceux qui sont dans le plus grand dénuement.
Dans tous les domaines, les obstacles au progrès seront abordés les uns après les autres : la cupidité et l’égoïsme, aujourd’hui si répandus, céderont la place à un sens communautaire plus développé ; la satisfaction des besoins fondamentaux de tous deviendra une priorité ; les nouvelles préoccupations relatives à l’environnement se concrétiseront par des lois, dont l’acceptation universelle conduira à une gestion plus sage des dons de la nature ; le développement massif des voyages internationaux viendra à bout de l’isolement et des préjugés qui limitent aujourd’hui le champ de vision des masses et les maintient dans l’ignorance ; les vieilles idéologies perdront progressivement de leur emprise sur l’esprit des hommes, et céderont la place à une tolérance et à une confiance nouvelles.
Ainsi apparaîtra une atmosphère nouvelle, dans laquelle les changements les plus ambitieux pourront se produire dans un esprit de bonne volonté. Le bien commun prendra le pas sur l’intérêt personnel dans les actions humaines, et c’est dans une harmonie croissante que les peuples de la Terre entreront dans le nouvel âge. Ainsi en sera-t-il. Ainsi, sous la conduite de Maitreya et de son Groupe, les hommes se trouveront-ils à nouveau sur le bon chemin – celui de la divinité.

Le service est le levier du sentier de l’évolution. Par le service, nous apprenons à nous identifier à ce que nous servons et, ainsi, un changement se produit dans notre centre de focalisation. Il passe du personnel à l’impersonnel, de l’égoïsme à l’altruisme […]
[…] lorsque nous commençons à servir, nous nous décentralisons de plus en plus, nous nous identifions avec de plus en plus de choses, jusqu’au moment où nous finissons par nous identifier à tout ce qui est. Et quand nous parvenons à nous identifier à tout ce qui est, nous sommes tout ce qui est. Nous sommes Dieu. Nous exprimons notre divinité. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Multiples sont les chemins qui mènent à Dieu, mais le plus rapide et le plus sûr est le chemin du Service. Aucun autre sentier n’incarne aussi pleinement la nature divine. Entrez sur ce sentier et accomplissez la volonté de votre âme. Suivez les injonctions de votre cœur et éveillez-vous aux besoins du monde. Sachez qu’en prenant la voie du Service, vous acceptez votre place au sein du Plan et vous engagez d’un pas assuré sur le sentier qui mène à Dieu. [La victoire est assurée (Maître –)]

Mes amis, j’ai besoin de vous d’autres manières : j’ai besoin de votre aptitude à manifester la joie, afin d’éveiller cet aspect divin dans le cœur de tous les hommes, afin de leur montrer qu’au devant d’eux s’étend le chemin lumineux de la Vérité, menant directement à la Source. L’amour et la joie manifestés vous y conduiront le plus rapidement. [Message n° 92 (Maitreya)]

Les gens commenceront à comprendre que l’humanité forme un seul groupe immense qui avance ensemble et dont les membres se trouvent à différents niveaux dans le voyage évolutif. Nous cheminons tous ensemble sur un sentier d’évolution qui nous mène à quelque chose d’extraordinaire que notre mental actuel a du mal à comprendre réellement.
Il est facile à un Maître de Sagesse de dire : « Vous devenez des êtres divins qui démontrent toutes les qualités de Dieu. » Nous ne connaissons même pas toutes les qualités de Dieu. Nous pensons que nous connaissons l’intelligence de Dieu. Nous avons une vague idée de ce à quoi pourrait ressembler une intelligence gigantesque, ou une capacité à aimer totalement et de façon inconditionnelle. Nous imaginons que l’Amour de Dieu doit ressembler à cela.
La Volonté de Dieu, cette chose si mystérieuse, commencera à attirer l’attention du mental humain. De nombreuses personnes chercheront des réponses au mystère extraordinaire qui nous hante : comment la Volonté de Dieu – son Dessein – peut-elle être connue, quelle est sa nature, comment se manifeste-t-elle ? De quels autres aspects de Dieu devons-nous prendre conscience pour comprendre pleinement les aspects que nous pensons déjà connaître ?
Avec le temps, toutes ces questions commenceront à préoccuper de plus en plus le mental des hommes. Pour leur permettre de comprendre, il faudra leur donner une éducation. C’est ce que le Maître veut dire quand il parle d’éducation pour la vie, d’éducation pour le nouvel âge, qui permettra aux hommes de se reconnaître en tant que dieux potentiels. Quand vous vous reconnaissez en tant que dieu potentiel, vous êtes inspiré par l’idée même et voyez votre inspiration grandir en conséquence. [Le Rassemblement des Forces de lumière (B. Creme)]

Ma mission consiste à vous montrer la voie qui mène à Dieu, à vous révéler le simple chemin qui conduit à votre Source. Je réalise que, pour beaucoup, ce chemin semble interminable et rempli de difficultés. Vraiment, mes amis, il n’en est rien. C’est nous-mêmes qui conditionnons le chemin lorsque nous y pénétrons. Lorsque nous sommes le chemin, la voie s’ouvre devant nous selon la Loi. Simple, en réalité, est le chemin qui mène à Dieu. Faciles, les marches à franchir, et nombreux sont les aides et les guides sur la Voie sacrée. [Message n° 126 (Maitreya)]

Par nécessité, les hommes porteront un regard neuf sur les possibilités de redistribution et la justice qui s’en suivra, et ils les trouveront salutaires. De cette manière, étape par étape, ils transformeront leur édifice délabré fondé sur l’exploitation et la cupidité en une construction de beauté qui répondra aux besoins de tous. Ainsi en sera-t-il. Ainsi Maitreya préparera-t-il les hommes à une aventure spirituelle sans précédent, voyage qui fera d’eux, avec le temps, les dieux qu’ils ont toujours été. [La voix de l’avenir (Maître –)]

De justes relations entre les hommes se mettent en place lorsque nous reconnaissons que nous sommes un. Il est fondamental que toute l’humanité réalise que la race humaine forme un seul groupe, composé d’individus, de races, de cultures et d’histoires différentes, mais un groupe unique d’êtres issus de la même source et qui sont tous des âmes en incarnation. En tant qu’âmes, nous sommes divins et parfaits, tous engagés sur le sentier de l’évolution qui nous conduira à la manifestation de cette perfection. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Seule une minorité ignore, en son cœur, que mon Retour est proche. Sur tous les plans, cette vérité résonne. Vous constaterez qu’il en est ainsi lorsque vous informerez vos frères. Chacun d’entre vous, en son cœur, a vu la lumière nouvelle qui, de loin, l’appelle, et qui détient la Promesse de l’avenir. Cette lumière se transformera en une flamme jusqu’alors inconnue sur Terre, lorsque l’humanité empruntera le chemin qui la ramènera à Dieu [Message n° 23 (Maitreya)]

En dépit des apparences, les hommes sont prêts pour le changement, ils y aspirent, prêts à voir réaffirmée la réalité de la Fraternité et de la Justice, prêts à reconnaître la nécessité de l’Harmonie et de la Paix. Ainsi répondront-ils à l’appel de Maitreya.
Rien, dès lors, ne pourra plus entraver l’élan de l’humanité vers l’avenir, ni l’établissement de relations justes entre les peuples de toutes les nations. Nous connaîtrons la mise en œuvre d’un plan audacieux mais simple, complexe mais clair, des plus ancien mais d’une éclatante modernité. Grâce à ce plan sera restauré, pour l’humanité, le sentier de la perfection auquel les hommes sont prédestinés. [La fin du siècle (Maître –)]





S.O.P. — Sauvons notre planète

« Hormis la guerre, rien ne compromet aussi gravement l’avenir de l’humanité que la pollution. Constatant qu’il en est ainsi, certains pays ont pris des mesures pour la réduire et pour limiter le réchauffement climatique. D’autres, parfois parmi les plus gros pollueurs, nient la réalité d’un tel réchauffement en dépit des preuves qui s’accumulent. A tout moment, dorénavant, les changements climatiques montrent sans l’ombre d’un doute que la planète est malade, qu’elle a besoin de soins immédiats et attentifs pour retrouver l’équilibre. Le temps nous est compté pour mettre fin aux ravages que subit quotidiennement la planète Terre. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant a son rôle à jouer dans sa restauration. Oui, le temps presse. S.O.P., sauvons notre planète ! » [Source : Le Maître de B. Creme, Partage international, octobre 2012]

Home Création de la plus grande réserve marine au monde


Source : ecowatch.com ; BBC ; The Guardian ; whitehouse.gov

Après avoir été quadruplée par le président Obama, la réserve marine de Papahänaumokuäkea, située au large d’Hawaï, atteint désormais près d’un million de kilomètres carrés.

 « Cet agrandissement protège l’un des lieux les plus importants de la planète sur les plans à la fois biologiques et culturels », a déclaré Joshua Reichert, vice-président de la fondation d’utilité publique Pew.

En effet, cette extension permettra de protéger plus de 7 000 espèces marines dont un quart n’existe nulle part ailleurs. « Cette décision audacieuse aura des effets bénéfiques durables sur l’écosystème d’Hawaï, qui est unique au monde, assure John Hocevar, directeur de la Campagne pour les océans de Greenpeace. Il est prouvé que l’instauration de zones protégées constitue un moyen efficace pour la sauvegarde de la santé de nos océans. Interdire la pêche, les forages et les autres procédés d’extraction au sein de certaines zones est le meilleur moyen de préserver la biodiversité, d’assurer le repeuplement de certaines espèces de poissons, et d’améliorer la résistance des écosystèmes aux impacts du changement climatique. » Cependant, l’interdiction de la pêche commerciale, ainsi que des activités de forage et d’exploitation minières, ne s’étendra pas à la pêche de subsistance ni aux recherches scientifiques.

La réserve ainsi étendue inclut des richesses historiques et culturelles importantes.

Elle est également considérée comme un territoire sacré par les communautés hawaïennes autochtones.




Home La Chine et les Etats-Unis ratifient l’Accord de Paris sur le climat


Source : The Guardian ; BBC news

Ces deux pays ensemble sont à l’origine de 40 % des émissions de CO2 dans le monde ; il n’est donc pas étonnant que les militants aient salué cette annonce, la qualifiant d’avancée fondamentale dans la lutte contre le réchauffement climatique.

A la veille du sommet du G20 à Hangzhou, et en présence du président chinois Xi Jinping et du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon, le président Obama a confirmé cette ratification tant attendue en ces termes : « De même que l’Accord de Paris, j’en suis sûr, sera finalement considéré comme un tournant pour notre planète, de même je suis sûr que l’Histoire qualifiera de cruciale la ratification d’aujourd’hui. Lorsqu’il y a une volonté et une vision, et lorsque des pays comme la Chine et les Etats-Unis montrent la voie en donnant l’exemple, il devient possible de créer un monde plus sûr, plus prospère et plus libre que celui qui nous a été légué. »

Pour sa part, le président Xi s’est engagé à « persévérer sans défaillance dans la voie du développement durable. De notre réponse au changement climatique dépend l’avenir de notre peuple et le bien-être de l’humanité. »

Quant à Ban Ki-moon, il a assuré que les présidents Obama et Xi Jinping avaient tous deux fait preuve de « clairvoyance, d’audace et d’ambition ».

Par ailleurs, le président Obama a vu dans cette annonce concomitante la preuve que les deux plus grandes puissances économiques étaient capables de travailler ensemble : « En dépit de nos différences sur d’autres sujets, a-t-il déclaré, nous espérons que notre désir de travailler ensemble sur celui-ci inspirera des projets de collaboration et des actions plus importantes encore de par le monde. »

Et dans un discours prononcé lors d’une réception officielle à Hangzhou, il a affirmé : « Nous avons un proverbe en Amérique disant qu’il ne faut pas trahir ses engagements, et, en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique, c’est ce que nous faisons… Nous montrons l’exemple. »

Selon David Waskow, spécialiste du climat planétaire à l’Institut des Ressources mondiales, basé à Washington : « Jamais auparavant ces deux pays n’avaient collaboré aussi étroitement pour relever un défi planétaire. Il ne fait aucun doute que ce partenariat historique deviendra l’un des héritages les plus marquants de la présidence d’Obama. » M. Waskow ajoute que les deux premières puissances économiques mondiales sont passées de l’étape des engagements à celle de l’action. « Si les deux plus grands pollueurs s’unissent pour contrer le changement climatique, c’est la preuve que nous sommes sur la bonne voie. »

Ranping Song, spécialiste de la Chine à l’Institut des Ressources mondiales, a qualifié « d’étape incroyablement importante » dans la lutte contre le changement climatique cette ratification par « ces deux grands pays qui ont reconnu ensemble la gravité du problème, et travaillé ensemble pour y porter remède ». Selon lui, cette initiative rend vraisemblable la mise en œuvre de la COP21 avant la fin de l’année, peut-être même avant le sommet sur le climat de l’Onu en novembre à Marrakech. « Cela n’aurait pas été possible si les Etats-Unis et la Chine n’avaient pas ratifié cet accord », a-t-il souligné.

De son côté, Jennifer Morgan, l’une des dirigeantes de Greenpeace International, a déclaré : « Le monde a enfin un accord international sur le climat avec les Etats-Unis et la Chine se trouvant au nombre des signataires. C’est le signe qu’une nouvelle étape a commencé dans la lutte des pays du monde contre le changement climatique. »

Points fondamentaux de l’Accord de Paris :
– Maintenir l’augmentation globale de la température « bien en dessous » de 2 degrés.
– Poursuivre les efforts visant à limiter cette augmentation à 1,5 degré.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018