DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2016

Extraits de la revue
Partage international

Mai 2016 - N° 333

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire

  • Le pape et le dalaï-lama se font l’écho des priorités de Maitreya


    • Point de vue
      • Barack Obama peut encore faire avancer le processus de paix israélo-palestinien Par Jimmy Carter


    • Signes des temps


    • Tendances


    • Les priorités de Maitreya


    • Message de Maitreya


    • La voix des peuples


    • Courrier des lecteurs


    • Compte rendu de lecture


    • Interviews


    • Compilation


    • S.O.P. — Sauvons notre planète



    Home Le pape et le dalaï-lama se font l’écho des priorités de Maitreya

    Partage international présente ci-dessous des extraits de conférences récentes du pape et du dalaï-lama.

    Pape François

    Un message d’espoir

    En prononçant la traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi le dimanche de Pâques, le pape François a prêché l’espoir, exhortant les gens à ne pas se laisser emprisonner par la peur et le pessimisme. S’adressant à une foule de plusieurs milliers de personnes, il a vivement poussé le monde à user « des armes de l’amour » pour combattre la « violence brutale » du terrorisme : « Ne laissons pas l’obscurité et la peur nous distraire et contrôler nos cœurs », a-t-il déclaré. « Puisse-t-il [Jésus], en cette fête de Pâques, nous rapprocher des victimes du terrorisme, cette forme aveugle et brutale de violence qui continue à répandre le sang en différents endroits du monde […].

    Le message pascal du Christ ascensionné, un message de vie pour toute l’humanité, résonne encore à travers les siècles et nous invite à ne pas oublier ces hommes et ces femmes cherchant un avenir meilleur, la foule toujours plus nombreuse des migrants et des réfugiés – parmi lesquels de nombreux enfants. Ils fuient la guerre, la faim, la pauvreté et l’injustice. Beaucoup trop souvent, ces frères et sœurs, rencontrent en chemin la mort ou du moins le rejet de ceux qui pourraient leur offrir un accueil et de l’aide. »

    Le pape a également appelé au dialogue entre Israéliens et Palestiniens et à prendre des mesures pour en finir avec les conflits et les tensions politiques au Yémen, en Syrie et dans beaucoup d’autres pays en conflits. Il a exprimé de l’espoir envers les politiques avant-gardistes capables d’assister et de protéger les victimes de conflits et autres urgences, et spécialement ceux persécutés pour des raisons ethniques ou religieuses.
    [Place Saint-Pierre, 27 mars 2016. Sources : bbc.co.uk ; fr.radiovaticana.va/news]

    Notre conscience indifférente et anesthésiée

    S’adressant à des dizaines de milliers de catholiques lors de la messe du Vendredi saint, au Colisée de Rome, le pape a mentionné la situation désespérée des milliers de réfugiés risquant leur vie pour rejoindre la Grèce : « O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd’hui dans notre Méditerranée et dans la Mer Egée devenues un cimetière insatiable, image de notre conscience indifférente et anesthésiée », a-t-il déclaré.

    Plus tôt dans la journée, dans un refuge près de Rome, il a lavé les pieds de réfugiés, musulmans y compris – un geste de bienvenue, à une époque où les sentiments anti-musulmans et anti-immigrés ont bondi suite aux attaques de Bruxelles et Paris.

    Le pape a critiqué « le terrorisme des adeptes de certaines religions qui profanent le nom de Dieu et l’utilisent pour justifier leurs violences inouïes. Il a ajouté que c’étaient les vendeurs d’armes qui alimentent la fournaise des guerres avec le sang innocent des frères et s’est emporté contre les traîtres qui, pour trente deniers, livrent n’importe qui à la mort. »
    [Rome, 25 mars. Source : w2. vatican.va]

    Le dalaï-lama

    L’unité humaine

    « Nous parlons du futur de l’humanité. Peu importe le faible impact que peut avoir notre discussion ici, il est essentiel que nous parlions […]. Nous faisons face à de nombreux problèmes. Pendant ma vie j’ai été témoin de conflits continuels et de massacres, au cours desquels des millions de personnes ont été tuées. Nous devons nous demander où nous nous sommes trompés, de quelles qualités nous manquons et pourquoi les violations des droits de l’homme se produisent. Répondre à ces questions et créer la paix demandera sagesse et compassion. Bien que je sois un moine bouddhiste, je ne pense pas que les prières seules amènent la paix dans le monde. Nous devons au contraire être enthousiastes et confiants dans l’action. »

    Le dalaï-lama a parlé des problèmes du changement climatique et de l’économie globale, soulignant qu’ils ne sont pas confinés à des frontières nationales. S’attarder sur des différences mineures, comme la race, la religion, la nationalité ou le genre, excite notre inclination à diviser le monde en « nous » et « eux », ce qui devient facilement un terrain de conflit. Il a mis en évidence que si nous nous souvenons de l’unité de l’humanité et pensons aux autres en termes de frères et sœurs, nous pouvons vaincre cette propension à la violence.
    [Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, Genève (Suisse), 11 mars 2016. Source : dalailama.com]

    La paix : il nous faut agir pour l’obtenir

    « Rechercher la paix ne signifie pas qu’il n’y aura plus de conflits : nous aurons toujours des difficultés, mais nous devons apprendre à les gérer par le dialogue. C’est important si nous voulons que notre siècle évite les massacres du précédent. Il semble que nous ayons prié pour la paix pendant des centaines d’années, sans beaucoup de résultats. Il nous faut agir pour l’obtenir. Je suggère parfois en plaisantant que si nous rencontrions Jésus ou le Bouddha aujourd’hui, et leur demandions de l’aide pour créer la paix dans le monde, ils demanderaient peut-être qui a créé les problèmes auxquels nous faisons face. La réponse est : nous avons créé ces problèmes et c’est notre responsabilité de les régler. Avec une motivation sincère, de l’intelligence et de la compassion, prenant en compte les conséquences à court et à long terme, nous devons être prêts à discuter. Cette approche, je pense, est réaliste. »
    [Université du Wisconsin-Madison, E.-U., 9 mars 2016. Source : dalailama.com]

    Nous pouvons bâtir un monde plus paisible

    « Je pense que si nous nous y efforçons, nous pouvons rendre le monde plus paisible d’ici la fin du siècle. La population humaine croît et le changement climatique agit déjà. Par dessus tout cela, nous avons créé plus de problèmes. La violence explose parce que nous n’avons pas le contrôle de nos émotions négatives. Les violations des droits de l’homme, par exemple, résultent de causes et nous devons réfléchir à ce que ces causes sont. Elles sont liées à la colère et au manque de respect. Nous pouvons les contrer si nous cultivons notre bonté et le souci de l’autre. Apporter le changement dans le monde dépendra de ceux d’entre vous qui êtes jeunes actuellement et qui feront un effort sur la base de cette vision.
    [Ecole de l’ambassade américaine, New Delhi (Inde), le  8 avril 2016. Source : dalailama.com]





    Signes des temps

    « Ceux qui cherchent des signes les trouveront », annonçait Maitreya dans son message de novembre 1977.
    En mai 1988, un collaborateur de Maitreya déclarait de son côté dans Share International : « Maitreya inondera le monde de tant d'événements extraordinaires qu'il semblera impossible de leur trouver la moindre explication.»
    En juillet 1992, le Maître de Benjamin Creme ajoutait : « Avec le temps, même les éléments les plus cyniques et tendancieux du monde médiatique trouveront difficile de récuser l'expérience de ces milliers d'hommes pour qui « l'ère de miracles » ne connaît pas de fin. »
    Par ces « miracles », Maitreya espère intensifier le climat d'espoir et d'attente qui lui permettra de se faire connaître comme l'Instructeur de toute l'humanité.

    Home Un pamplemousse extraordinaire

    Cher Monsieur,

    Alors que je faisais mes courses dans le supermarché à côté de chez moi, un pamplemousse tout en haut d’une pile d’autres pamplemousses attira mon attention. Vous comprenez pourquoi en voyant cet étrange motif en forme de spirale. Je l’achetai, le ramenai à la maison et je pris tout de suite cette photographie. D’ailleurs, il était délicieux.

    S’agit-il d’un signe ?

    H. v. B., Amsterdam, Pays-Bas

    Le Maître de Benjamin Creme indique que la spirale sur le fruit a été manifestée par un représentant du Maître Jésus.


    Home Photographie d'une forme angélique


    Source : ornish Guardian, UK

    Photographie prise en mars 2016, par I. W. à Hayle, en Cornouailles (G.-B.), qui montre une forme angélique lumineuse.  

    Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il a lui-même manifesté ce signe.


    Home Croix de lumière à Los Angeles

    Cette photographie envoyée par S. W. de Los Angeles, Californie (Etats-Unis), représente une croix de lumière qui apparaît sur la fenêtre de sa salle de bains depuis presque quatre ans. S. pratique la méditation de transmission depuis plus de vingt ans et une croix de lumière était déjà apparue dans sa maison.

    Le Maître de B. Creme indique que cette croix de lumière a été manifestée par Maitreya.


    Home Bénédiction à Hampstead Heath

    Photo de Y. D.-M., Paris (France), prise le 25 novembre 2015, dans la pergola de Hampstead Heath, au Nord de Londres. 

    Le Maître de B. Creme indique que la colonne de lumière est une bénédiction du Maître Jésus.


    Home Un bouquet de roses

    Cher Monsieur,

    Le 10 octobre 2015, je me suis offert un bouquet de roses pour mon anniversaire. Au bout d’une semaine et demie, je remarquai que trois d’entre elles développaient de nouvelles ramifications latérales sur la tige principale avec de nouvelles feuilles, alors que les autres tiges et de nombreuses feuilles étaient fanées. Voici une photo qui montre clairement les nouvelles ramifications rougeâtres et les feuilles vert clair, les feuilles vert foncé et la rose fanée. Je n’avais jamais observé un tel phénomène. J’ai donc gardé ces trois fleurs et elles continuèrent à croître, produisant de nouvelles ramifications et de nouvelles feuilles sans aucune trace de racine. Cela a duré environ un mois. Etait-ce un miracle ?

    S. W., Roosendaal, Pays-Bas

    Le Maître de B. Creme indique qu’il s’agit d’un miracle manifesté par le Maître Jésus.


    Home Photographie prise par SoHO le 20 mars 2016

    Le 20 mars 2016, l’Observatoire solaire et héliosphérique de la Nasa a photographié un énorme ovni près du soleil.

    Le Maître de Benjamin Creme indique que l’objet était un énorme vaisseau spatial martien.


    Home Bénédictions de lumière à Biel

      

    Cher Monsieur,

    Ces photographies ont été prises à quelques minutes d’intervalle, en octobre 2015, alors que nous visitions un ami proche, à Biel (Suisse). Sur l’une d’entre elles on aperçoit le lac de Biel. A l’affichage, une colonne de lumière apparaît sur toutes ces photographies. Ces colonnes lumineuses sont-elles des bénédictions ?

    T. W., Waltraud Niedermeyer et J. A., Regensburg (Allemagne).

    Le Maître de Benjamin Creme indique que ce sont toutes des bénédictions de lumière du Maître Jésus.


    Home Formations lumineuses à Honchou

    Photographie prise par M. T. le 27 janvier 2016 à Honchou, Higashimurayama-shi, Tokyo (Japon), montrant des formations lumineuses manifestées par Maitreya et les Frères de l’espace.




    Home Bénédiction du Pape François


    Source : facebook.com/legadocosmico

    L. A., qui habite à Asunción (Paraguay), a posté cette photographie du pape François sur la page Facebook d’un ami. Prise à Caacupé pendant le voyage du pape au Paraguay, en juillet 2015, elle montre un brillant rayon de lumière au-dessus de sa tête.

    Le Maître de Benjamin Creme indique que la lumière était une bénédiction de Maitreya.


    Home Ovni au-dessus de l’Essex

    Ovni au-dessus de l’Essex (Royaume-Uni), en février 2016. Photographie prise par S. I.

    Le Maître de Benjamin Creme indique que l’objet était un vaisseau spatial martien.


    Home Phénomènes lumineux dans une famille irlandaise

    B. D., de Gorey, Co Wexford (Irlande), a envoyé plusieurs photographies de famille sur lesquelles apparaissent des phénomènes lumineux. Les trois photographies publiées ici montrent des bénédictions du Maître Jésus.


    Ciara, la petite-nièce de B. D., accompagnée de sa famille après son baptême, le 6 juillet 2008.


    Katie, la petite-nièce de B. D., le jour de Noël 2007.


    John, le neveu de B. D., avec sa mère le jour de sa communion, le 31 mars 1998.




    Home Bénédiction à Amsterdam

    Cette photographie prise par J. P., d’Amsterdam (Pays-Bas), en novembre 2015, a été envoyée par sa femme, N. de G., qui demande s’il s’y trouve une bénédiction.

    Le Maître de B. Creme indique qu’il s’agit d’une bénédiction dont le Maître Jésus est à l’origine.



    Tendances

    Dans le monde actuel s’affirme une tendance de plus en plus prononcée à la synthèse, au partage, à la coopération, à de nouvelles approches et avancées technologiques pour la sauvegarde de la planète et le bien-être de l’humanité. Cette rubrique présente des événements et courants de pensée révélateurs d’une telle évolution.

    Home Avancée dans la lutte contre le virus Zika


    Source : Zika.Washingtonpost.com ; abc.net.au

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe à présent un solide consensus chez les scientifiques concernant le lien entre le virus Zika et la microcéphalie des nouveau-nés. Le Dr Grant Hill-Cawthorne, maître de conférences en épidémiologie des maladies contagieuses à l’Université de Sydney (Australie), souligne l’importance du rôle joué par la reproduction en 3D dans l’élaboration de ce diagnostic : « L’Université de Purdue en Indiana (Etats-Unis) a réussi à représenter en 3 D la structure du virus, ce qui nous permet de le comparer aux virus de la même famille – la dengue et celui du Nil occidental –, avec qui il présente des similarités, explique-t-il. Cela nous permet d’aborder l’étape suivante : voir comment le système immunitaire peut produire des anticorps qui s’attachent au virus et s’en débarrassent. C’est très important si nous voulons développer des thérapies curatives et des vaccins. »

    Des chercheurs de l’Université Johns Hopkins, de l’Université de l’Etat de Floride et de l’Université Emory pensent avoir découvert comment le virus Zika peut causer ces naissances de bébés dotés d’une tête anormalement petite et d’un cerveau sous-développé. En se servant de cellules souches produites en laboratoire, ils ont découvert que le virus infecte sélectivement les cellules formant le cortex cérébral, la mince couche supérieure de matière grise parcourue de sillons, si bien que ces cellules ont beaucoup plus de chances de mourir que de se diviser normalement pour produire de nouvelles cellules cérébrales.

    Les autorités sanitaires sont donc de plus en plus convaincues que ce virus est responsable de centaines de cas de microcéphalie des nouveau-nés au Brésil – pays à l’épicentre de l’épidémie qui se répand à présent dans tous les pays d’Amérique. Le virus avait déjà été détecté dans le cerveau d’enfants mort-nés et dans le placenta de femmes enceintes infectées, mais on ne savait pas comment Zika pouvait ralentir ou stopper le développement du cerveau avant la naissance. Si elles n’apportent pas la preuve définitive que ce virus est bien la cause des microcéphalies, ces recherches ont démontré de façon certaine que les cellules du cortex cérébral sont vulnérables aux attaques du virus




    Home Davantage d’éducation pour les filles


    Source : theguardian.com

    Selon un rapport de l’Unicef publié en 2015, 65 % des jeunes habitantes du Bangladesh sont mariées avant l’âge de 18 ans, et 29 % avant 15 ans. Les mariages précoces peuvent soulager les familles pauvres, qui ont alors une bouche de moins à nourrir – et peuvent aussi se dispenser d’assumer des frais d’éducation.

    Mais les choses commencent à changer. Son père étant décédé lorsqu’elle avait 13 ans, Rubina Yeasmin se vit signifier qu’elle devait arrêter l’école. Elle refusa, obtint son bac, partit à Dhaka et trouva un poste de contrôleuse de qualité dans une fabrique de vêtements approvisionnant des boutiques très en vue. Là, en faisant des heures supplémentaires, Rubina a gagné jusqu’à 10 000 takas par mois (environ 110 euros) et envoyé de l’argent à sa famille afin que son frère cadet puisse lui aussi aller à l’école. Sa situation changea radicalement lorsqu’elle apprit l’existence du projet – le premier du genre – de l’Université des femmes asiatiques (UFA) d’offrir des études universitaires gratuites aux employées des fabriques de vêtements du Bangladesh.

    « J’ai sauté sur l’occasion, explique-t-elle. J’ai été la première à postuler ». L’UFA avait ouvert ses portes en 2008 à Chittagong afin de dispenser ses enseignements aux jeunes femmes les plus brillantes, dotées d’un gros potentiel, et de créer ainsi une nouvelle génération d’élites féminines. Cette université régionale, subventionnée entre autres par la Fondation Ikea et la Fondation Bill et Melinda Gates, attire à présent des étudiantes de 15 pays d’Asie et du Moyen-Orient. Son fondateur, Kamal-Ahmad, assure que, contrairement à la plupart des universités asiatiques qui n’acceptent que ceux qui ont les moyens de payer, « notre principe de base est d’attirer les personnes les plus talentueuses, sans tenir compte de leur milieu social ».

    De plus en plus de jeunes filles suivent des études supérieures, servant ainsi d’inspiration pour les autres. Par exemple Sonia Akter, en quatrième année d’études à l’UFA, a grandi dans le village de Mushuria « dont aucune habitante avant moi n’avait jamais mis les pieds à l’université », dit-elle. L’été dernier, elle a obtenu une bourse d’étude pour l’Académie pour l’Application des droits de l’homme de Lucerne : « Quand j’ai quitté mon village, certains membres de ma communauté ont critiqué ma mère pour m’avoir autorisée à partir, mais ma réussite leur fait changer d’attitude : ceux-là même qui tenaient pour inutile l’éducation des filles veulent à présent la même chose que moi pour leurs propres filles. Si je peux rendre souhaitable l’éducation des filles aux yeux des gens de mon village, je peux en faire autant pour tout le Bangladesh. »

    Financée par des dons, l’UFA a aussi demandé aux propriétaires des usines d’habillement de continuer à payer leur salaire aux ouvrières pendant leur temps d’étude, en leur expliquant que c’était pour eux une occasion exceptionnelle d’améliorer leur réputation et d’aider leurs employées. Cinq propriétaires ont donné leur accord, contrecarrant ainsi quelque peu le déferlement de publicité négative déclenché par l’effondrement du Rana Plaza en 2013, de même que l’opinion très répandue que les usines d’habillement seraient des bagnes.

    Cet accord permet à de nombreuses jeunes ouvrières de l’habillement titulaires d’un diplôme de fin d’études secondaires d’étudier à l’UFA. Rubina en fait partie. En janvier 2016, elle a commencé un cours préparatoire de deux ans lui permettant de se lancer dans le programme des sciences humaines de l’UFA. « Je n’aurais jamais imaginé que cela puisse arriver à quelqu’un comme moi, avoue-t-elle. C’est un rêve devenu réalité. »





    Les priorités de Maitreya

    « Pour aider les hommes dans leur tâche, Maitreya, l’Instructeur mondial, a formulé certaines priorités. Assurer à tous un approvisionnement correct en nourriture ; procurer à tous un logement convenable ; fournir à tous soins médicaux et éducation, désormais reconnus comme un droit universel. » Le Maître de Benjamin Creme, Partage international, janvier 1989. Dans cette rubrique, notre rédaction aborde les questions relatives aux priorités énoncées par Maitreya et présente des expériences orientées dans cette direction.

    Home La pauvreté augmente en Russie


    Source : theguardian.co.uk

    Selon les dernières statistiques officielles du pays, près de 20 millions de citoyens russes vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté (139 dollars par mois), soit une augmentation de plus de trois millions depuis 2014. L’économie russe est confrontée à une récession exacerbée par les sanctions occidentales et la faiblesse du prix du pétrole.




    Home Royaume-Uni : doublement du nombre des sans-abri


    Source : theguardian.co.uk

    Selon les dernières statistiques officielles britanniques, le Royaume-Uni compte 3 569 sans-abri. Ce chiffre a doublé depuis 2010 et a augmenté de 30 % l’année dernière. Lors d’une nuit de l’automne 2015, à Londres, on a recensé 940 sans-abri, soit une hausse de 27 % par rapport à l’année précédente. La moitié des sans-abri au Royaume-Uni sont considérés comme ayant des problèmes de santé mentale. La plupart d’entre eux restent sans abri pendant plus longtemps, car il leur est plus difficile de trouver de l’aide que par le passé. Les coupes dans le financement des projets de prévention de l’itinérance ont commencé en 2008, après la crise financière, et maintenant des voix s’élèvent pour que le gouvernement lance un nouveau plan national en faveur des sans-abri




    Home La maltraitance des réfugiés


    Source : bbcnews.com ; reuters.com ; amnestyinternational.org

    Immobilisés et parqués, leurs voies d’évacuation coupées, des gens désespérés, dont certains voyagent depuis des mois, sont bloqués à la frontière gréco-macédonienne depuis février 2016.

    Plus de 10 000 migrants et réfugiés ont échoué à l’avant-poste de la frontière grecque d’Idomeni, après une cascade de fermetures de frontières à travers les Balkans qui ont coupé leur route vers l’Europe centrale et occidentale. Les unes après les autres des clôtures ont été érigées à la hâte ces derniers mois, des kilomètres de barbelés avec des patrouilles frontalières garantissent presque le maintien des réfugiés hors de la forteresse Europe.

    Malgré les risques et les difficultés, les réfugiés essaient encore d’avancer. Le dimanche 10 avril, des travailleurs humanitaires ont rapporté que des dizaines de réfugiés, y compris des enfants, ont été blessés lorsque la police macédonienne a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur la foule massée du côté grec de la frontière. La Grèce a condamné cet acte comme « dangereux et déplorable ».

    Des gaz lacrymogènes ont été utilisés près du passage d’Idomeni, où plus de 11 000 réfugiés et autres migrants campaient du côté grec de la frontière. Les Etats des Balkans ont fermé la route des migrants vers l’Europe du nord cette année.

    « L’utilisation aveugle de produits chimiques, de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes contre des populations vulnérables est un acte dangereux et déplorable », a déclaré le porte-parole du gouvernement grec, George Kyritsis. L’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a déclaré que les autorités avaient tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes contre ceux qui tentaient de se frayer un chemin en Macédoine.

    Les troubles du 10 avril auraient commencé après qu’un groupe de migrants se soit approché de la clôture pour demander aux gardes d’ouvrir la frontière et de les laisser passer. Lorsque leur demande a été rejetée, ils ont été rejoints par d’autres, dont certains portaient de lourds bagages.

    Cet incident fait suite à une longue saga de souffrances et de mauvais traitements. Il est presque impossible d’exagérer les souffrances endurées par les réfugiés. Plus d’un million de personnes fuyant le conflit ont inondé l’Europe, principalement par la Grèce, cette dernière année. L’Union européenne met en œuvre un accord en vertu duquel tous les nouveaux arrivants en Grèce seront renvoyés en Turquie s’ils ne répondent pas aux critères d’asile.

    Amnesty International rapporte que la Turquie rassemble les Syriens et les force à retourner en Syrie. L’organisation des droits de l’homme considère l’accord UE-Turquie comme profondément bancal, tandis que d’autres remettent en question sa légalité.





    Message de Maitreya

    Home Message du 31 mars 2016

    Par Maitreya

    Maitreya a transmis le message suivant à Benjamin Creme par télépathie mentale, le 31 mars 2016.

    En ce moment, beaucoup de gens vivent des jours difficiles. Même les meilleurs et les plus proches de moi connaissent les affres du doute et de l’incertitude.

    Mais quand je dis que je suis l’un des vôtres et que je m'engage à vos côtés devant le monde entier, je dis la vérité.

    De même quand je dis que l’heure est proche où tous les hommes me reconnaîtront et se détermineront, c’est aussi la vérité.

    Seule la Loi m’oblige à attendre encore un peu, mais dans les limites qu’elle m’impose je suis en vérité avec vous jour après jour, constamment à l'écoute de vos besoins et des opportunités que vous me présentez.

    Bientôt, l'humanité dans son ensemble s'éveillera à ma présence et acceptera avec enthousiasme la transformation de ce monde qui est le nôtre.

    Rappelez-vous que nous nous trouvons à la fin d’une civilisation et au début d’une autre, à un moment extraordinaire de l’histoire du monde ; ne vous étonnez donc pas que les hommes aient à souffrir du changement.

    Pour certains, ce changement est une libération. Pour d’autres, il rime avec détresse et insécurité.

    Mais mes frères, la souffrance n’aura qu’un temps, et nombreux sont ceux qui le savent déjà. Vous trouverez de l'aide en abondance pour franchir ce cap difficile. Accueillez avec joie l’âge qui commence, et sachez reconnaître les signes du renouveau.

    En vérité, je vous le dis, je suis avec vous. En vérité, je suis parmi vous de bien des façons.

    Demandez-vous, mes frères, où vous en êtes dans la construction du monde nouveau qui comblera mes attentes — un monde où tous les hommes ne feront qu’un, où tous célébreront la joie de la création, s’employant avec amour à montrer le chemin à leurs frères dans la simplicité et la vérité.





    La voix des peuples

    Cette rubrique est consacrée à une force en plein développement dans le monde. La voix du peuple ne cessera de s’amplifier jusqu’à ce que, guidés par la sagesse de Maitreya, les peuples conduisent leurs gouvernements à créer une société juste dans laquelle seront respectés les droits et les besoins de tous.

    Home Nuit debout pour le changement

    Un nouveau mouvement de protestation appelant au changement, né place de la République à Paris, s’est rapidement étendu aux grandes villes françaises. Nuit debout était au départ un mouvement de protestation social orchestré par les médias contre la nouvelle loi « travail » permettant aux employeurs de licencier plus facilement. Mais, la première semaine a été suivie par de vastes rassemblements nocturnes de personnes de tous âges et de tous horizons occupant de grands espaces publics dans plus de 30 villes françaises. On compare ce nouveau mouvement d’initiative citoyenne à Occupy aux Etats-Unis, ou aux Indignados en Espagne.

    Il a commencé le 31 mars 2016 avec un sit-in nocturne à Paris, après d’importantes manifestations d’étudiants et de syndicats contre la proposition du président François Hollande de modifier le droit du travail. Mais ce mouvement et ces actions nocturnes radicales ont été imaginés quelques mois plus tôt, à Paris, lors d’une réunion de militants de gauche. « En février, nous étions 300 ou 400 à une réunion publique et nous nous demandions comment faire pour impressionner le gouvernement. Nous eûmes une idée : à la prochaine grande manifestation, tout simplement, nous ne rentrerions pas chez nous, raconte Michel, ancien chauffeur livreur de 60 ans. Le 31 mars 2016, à l’occasion des manifestations sur la loi « travail », c’est ce qui s’est produit. Il pleuvait à torrent, mais cependant tout le monde s’est replié place de la République. Puis à 21 h, la pluie cessa et nous restâmes. Nous sommes revenus le lendemain et toutes les autres nuits. Cela a effrayé le gouvernement car c’est un mouvement impossible à appréhender. C’est une chose qui n’a jamais eu lieu en France, tous ces gens qui convergent ici toutes les nuits, de leur plein gré, pour discuter et débattre d’idées : du droit au logement, du revenu minimum de base, des réfugiés et de tout autre sujet qui les préoccupent. Personne ni aucun syndicat ne leur a demandé de venir, ils sont venus de leur propre gré. »

    Dès que la nuit tombe, des milliers de personnes s’assoient en tailleur sur les places publiques, se passent à tour de rôle un micro pour dénoncer la domination de Google, l’évasion fiscale, l’inégalité dans le logement. Le débat continue jusqu’au petit matin. Il s’est élargi pour répondre à une foule de différents griefs, y compris l’état d’urgence et de sécurité en réponse aux attaques terroristes de l’an dernier.

     « La loi travail a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, déclare Matthieu, 35 ans, en formation d’enseignant après dix ans passés dans le secteur privé, et qui a constitué un groupe improvisé de chants révolutionnaires. Mais cela va plus loin. Ce gouvernement, qui est censé être socialiste, présente une série de propositions avec lesquelles je ne suis pas d’accord, et ne règle pas les vrais problèmes comme le chômage, le changement climatique et une société au bord du gouffre. »

    Jocelyn, 26 ans, ancien étudiant en médecine, faisant office d’attaché de presse pour ce mouvement, déclare : « Notre mouvement s’apparente à Occupy ou Indignados. L’idée est que chacun puisse s’exprimer. Un sentiment de malaise et de fatigue s’est accumulé depuis de nombreuses années. Personnellement, c’est l’état d’urgence, les nouvelles lois sur la surveillance, les changements dans le système judiciaire et la répression sécuritaire. »

    Divers comités ont vu le jour pour débattre d’une nouvelle constitution, d’une nouvelle société, d’une nouvelle organisation du travail et de la façon d’occuper la place avec des structures en bois plus confortables pour passer la nuit. On inscrit sur des tableaux blancs les discussions et les activités de la nuit (cela va des débats sur l’économie à la formation médiatique des manifestants). « Pas de haine, pas d’armes, pas de violence, tel est le credo des « comités d’action ». Ce doit être une mini-société parfaite », affirme un membre du comité de jardinage à la foule. Un comité de poésie a été mis en place pour trouver un slogan au mouvement. « Tout mouvement doit avoir un aspect artistique et littéraire », déclare le poète qui l’a proposé.

    « Génération révolution » a été inscrit sur le trottoir. Le concept qui sous-tend ce mouvement est : « convergence des luttes » sans aucun leader. Aucune bannière syndicale ni drapeau de groupes spécifiques n’orne la manifestation, ce qui est exceptionnel en France. Aucune question n’est à l’ordre du jour ; les problèmes sociaux comme la législation du travail, l’inégalité, l’injustice, le changement climatique, la crise des réfugiés, le racisme et plus, sont débattus toute la nuit.

    Cécile, 22 ans, étudiante en droit à Paris a affirmé lors de l’assemblée générale de la nuit de mardi : « Je ne suis pas d’accord avec l’état de la société tel qu’il est de nos jours. Selon moi, la politique semble fracturée. Ce mouvement fait appel à l’initiative des citoyens. Je viens ici après les cours et j’ai l’intention de revenir. J’espère que ça va durer. »


    [Sources : theguardian.com ; ibtimes.co.uk ; liberation.fr ; une correspondante de Share International participant aux rassemblements de Nuit Debout.]





    Courrier des lecteurs

    La rédaction de Partage international a reçu, au fil des années, un grand nombre de « Courriers des lecteurs » qui ont été traités et confirmés comme de véritables rencontres avec des Maîtres ou un « porte-parole » mais qui n’ont pas encore été publiés.
    D’autres courriers sont récents. Alors que nous ne pouvons plus confirmer ou indiquer qu’un Maître est impliqué, il se peut que l’expérience soit si forte qu’elle « parle d’elle-même » et apporte espoir, inspiration et réconfort.

    Home Des expressions familières

    Cher Monsieur,

    Le samedi 13 février 2016, notre groupe tenait un stand devant l’entrée de la principale bibliothèque publique de Vancouver. J’étais seul sur le stand et un grand nombre de personnes s’arrêtaient, prenaient des prospectus et discutaient. A un moment,  je remarquai trois hommes debout près du stand. Ils discutaient entre eux et, de temps à autre, regardaient et désignaient notre stand. Ils s’en rapprochèrent et se mirent à regarder les prospectus, en prirent quelques-uns et s’écartèrent un peu. L’un des hommes, grand, d’environ 35 ans, semblait d’origine asiatique ; le plus jeune dans la vingtaine semblait être d’origine indienne ; le troisième homme d’environ 70 ans, également d’origine asiatique, portait des lunettes et avait les cheveux gris. Je n’entendais pas ce qu’ils disaient, mais il s’agissait d’une discussion calme et grave. C’était l’homme âgé qui parlait le plus souvent. L’homme de grande taille semblait sceptique mais impassible. L’homme jeune suivait la conversation avec intérêt et, par moment, y prenait part. De temps à autre, ils désignaient et regardaient notre stand.

    Soudain, j’entendis l’homme âgé dire : « Le Seigneur Maitreya. » A partir de ce moment, j’entendis des bribes de conversation. Il disait : « Les gens pensent que Maitreya est là-haut, en désignant le ciel, mais il est là » (il mit la main sur le cœur). Il indiqua que la Société Théosophique ne croyait pas en Maitreya, puis il dit quelques mots à propos de Krishnamurti.

    J’avais l’impression que cet homme faisait une conférence sur Maitreya aux deux autres. Ils restèrent là environ 20 mn, puis ils se séparèrent amicalement, prenant chacun une direction différente !

    R. S., Vancouver, Canada

    Le Maître de Benjamin Creme indique que les trois hommes étaient des porte-parole du Maître Jésus.


    Home Une heureuse conclusion

    Cher Monsieur,

    Le 12 décembre 2015, notre groupe a organisé une journée d’information, à la bibliothèque principale de Vancouver. Nous tenions un stand juste devant la bibliothèque et nous avions aussi loué une salle au sous-sol où nous diffusions en boucle des extraits de vidéos de Benjamin Creme. L’idée était que nous pourrions orienter le public qui se présentait à notre stand vers cette salle pour approfondir l’information. Là, des membres du groupe étaient disponibles pour répondre aux questions et leur donner plus de renseignements. Au cours de la journée, des collègues et moi, à tour de rôle, nous nous déplacions d’un endroit à l’autre, afin de présenter au public nos compétences sous des angles différents.

    Un certain nombre de personnes s’est arrêté à notre stand au cours de la journée. Nous avons eu des conversations passionnantes avec un public qui semblait réellement intéressé. Certains se rendirent au sous-sol, sur notre point média et un homme a même affirmé qu’il allait consulter quelques-uns de nos livres dans la bibliothèque. Il revint peu après avec trois livres de Benjamin Creme, impatient de les lire pour en apprendre davantage. Toutefois, nous avons eu quelques échanges avec des personnes particulièrement agressives et polémiques. A la fin de l’après-midi, je me sentais vraiment fatiguée.

    Alors je remarquai un groupe de quatre personnes qui s’approchait. Leur chaleur et leur réel intérêt fut pour moi une agréable surprise. Le seul homme du groupe prit un des livres de Benjamin Creme et se mit à le feuilleter. Je leur parlai de Maitreya et indiquai que j’avais eu cette information en 1982 et que depuis j’étais impliquée dans la présentation publique de cette aventure et ajoutai : « Probablement avant votre naissance ! » constatant soudain que l’homme était tout jeune. Il répondit qu’il était « venu sur cette Terre » en 1984 ce qui nous fit rire. Je leur expliquai que Maitreya affirme que le partage des ressources mondiales résoudrait nombre de nos problèmes, alors l’homme fit une petite plaisanterie sur le nom de la revue, s’exclamant : « International Sharing ! » Les trois femmes firent quelques commentaires à propos des négociations sur le climat qui venaient juste de se terminer à Paris.

    Soudain, je fus submergée par la douceur et la chaleur de ces personnes et ne pus m’empêcher de dire : « Quel groupe agréable vous êtes ! Vous avez tous de si beaux yeux. » Ils me regardaient avec tant de douceur et de bienveillance, ils rayonnaient et je ne pus retenir mes larmes. Cela peut paraître stupide, et peut-être n’était-ce que le contraste entre eux et les dernières confrontations difficiles que je venais d’avoir, mais ils m’ont paru si charmants. Une des femmes me remercia pour ce que je faisais, les autres me dire au revoir et ils rentrèrent tous ensemble dans la bibliothèque. Je me rassis pour réfléchir à ce qui venait de se passer et j’eus l’impression très forte que ces personnes charmantes pourraient être des porte-parole.

    Je voudrais profiter de l’occasion pour vous exprimer ma gratitude la plus profonde et la plus sincère pour tout le travail que vous avez fait et continuez à faire.

    J. W., Vancouver, Canada

    Le Maître de Benjamin Creme indique que les quatre personnes étaient des porte-parole du Maître Jésus.


    Home Bénédiction pascale

    Cher Monsieur,

    Le 27 mars 2016, dimanche de Pâques, mes deux petites-filles, qui ont toutes les deux environ 20 ans, me rendirent visite à l’improviste à 14 h. Samantha souhaitait me montrer sur son téléphone une « prière anonyme » qu’elle a vraiment trouvé émouvante. La prière nous exhortait à aider les réfugiés et à prier pour eux. Nous restâmes à discuter et j’ai complètement oublié la bénédiction de Maitreya à 15 h.

    Nous étions dans la véranda. Soudain, le ciel s’obscurcit, il y eut un coup de tonnerre et l’éclair illumina la pièce. Samantha avait trouvé la prière sur son téléphone et comme nous écoutions ces paroles élevantes pendant l’orage, je jetai un coup d’œil à l’horloge qui indiquait 15 h.

    Nous étions toutes les trois visiblement bouleversées. C’était comme si une lumière blanche avait pénétré la pièce et nos corps. Avons-nous été bénies, M. Creme ? J’en ai eu l’impression, mais mon imagination a pu me tromper !

    Nous vous remercions chaleureusement pour tout ce que vous faites pour l’humanité.

    L. L., Brighouse, West Yorks, Angleterre, G.-B.

    Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agissait d’une bénédiction de Maîtreya.


    Home Grâce dorée

    Cher Monsieur,

    J’ai reçu un message de Tony Walker, un sympathisant de longue date qui écrit régulièrement des articles sur Maitreya dans son journal local de Congleton. Il est actuellement à l’hôpital Leighton de Crewe. Il raconte ce qui lui est arrivé :

    Un « pasteur », explique-t-il, vêtu d’une resplendissante chasuble dorée est venu à son chevet à l’hôpital le Vendredi saint 25 mars 2016. Il lui présenta une hostie et dit que c’était le corps et le sang de Jésus. Tony demanda au pasteur s’il connaissait Benjamin Creme et les bonnes nouvelles qu’il diffuse à propos de Maireya. Le prêtre répondit spontanément : « Nous sommes avec lui ! »

    Nous nous demandons s’il se peut que quelqu’un de spécial lui ait rendu visite.

    I. Le G., Londres, G.-B.

    Le Maître de B. Creme indique que le « pasteur en chasuble dorée » était l’un des hommes saints envoyés par la grâce de Maitreya, pour soutenir Tony eu égard à sa contribution opiniâtre à notre cause.


    Home Le vaisseau de lumière de Maitreya

    Cher Monsieur,

    Le 2 octobre 2015, après la méditation de transmission, nous avons vu une étoile bas dans le ciel. Nous l’observâmes quelques instants et constatâmes qu’elle se déplaçait, changeait de couleur et que des sortes de flashes de lumière l’entouraient. Malheureusement, le temps de prendre un appareil photo, elle avait disparu. Etait-ce le vaisseau de lumière de Maitreya ?

    M. o. t. N. and N. B., Bilthoven, Pays-Bas

    Le Maître de Benjamin Creme confirme qu’il s’agissait bien du vaisseau de lumière de Maitreya.


    Home Test réussi ?

    Cher Monsieur,

    Le 5 février 2016, nous distribuâmes des prospectus dans la ville de Nuremberg, avant le début d’une réunion. Une Asiatique aux longs cheveux noirs prit un journal l’Emergence et demanda pourquoi nous étions là. Nous exhibions nos banderoles SOP (Sauvons notre Planète) et les priorités de Maitreya : le partage et la justice.

    Elle dit ne pas comprendre pourquoi, nous Allemands, qui avions une belle vie et une industrie florissante, nous nous inquiétions. Je n’étais pas sûre d’avoir bien compris, mais elle confirma. Je lui  répondis que le prix de ce bon niveau de vie était trop élevé, puisque nous avons empoisonné l’air, l’eau et le sol, les fondements de la vie.

    Après avoir abordé la politique, l’économie et l’environnement, je sentis qu’elle désirait encore me tester. Alors je lui parlai de l’immense soutien que nous allons recevoir de Maitreya et des Maîtres dès que suffisamment de personnes feront un pas en avant. Elle hocha la tête – test réussi ? – et dit deux fois qu’elle pensait que nous faisions du bon travail.

    Etait-elle quelqu’un de spécial ?

    M. N., Stolpe, Allemagne

    Le Maître de Benjamin Creme indique que la femme était une porte-parole du Maître Jésus.


    Home Encouragement

    Cher Monsieur,

    Récemment, m’est revenue à l’esprit une expérience que j’ai eue lors d’une séance d’affichage, il y a quelques années. J’étais au volant de ma voiture et me rendais au centre ville. Sur un pont, je croisai un jeune homme à pied, aux longs cheveux bouclés et arborant un large sourire rayonnant. J’avais l’impression que ce sourire m’était directement adressé, aussi je lui souris en retour.

    Quelques minutes plus tard, deux kilomètres plus loin, je me mis à coller les affiches. Derrière moi j’entendis une voix déclarer : « Maitreya ! Cool ! » Je me retournai et vis le même jeune homme que je venais de croiser sur le pont.

    Je me demande comment il a pu parcourir deux kilomètres en si peu de temps pour venir me donner un petit encouragement ! Etait-ce quelqu’un de spécial ?

    B. N., Edmonton, Alberta, Canada

    Le Maître de Benjamin Creme indique que le jeune homme était un porte-parole du Maître Jésus.


    Home Prénoms évocateurs

    Cher Monsieur,

    Le 13 décembre 2015, nous nous préparions à accueillir notre dernier atelier de méditation de transmission au centre de Salisbury à Edimbourg. Nous commençâmes un peu plus tard que d’habitude en raison de quelques personnes en retard dont deux étaient des jeunes hommes qui restèrent assis tranquillement pendant toute la durée de la séance. Ils avaient une tenue vestimentaire décontractée et ne posèrent pas de questions ni ne firent de commentaires, ce qui complétait l’impression de détachement qui émanait d’eux ! A la fin de l’atelier ils se présentèrent comme « Chris » et « Daniel » lorsqu’ils furent invités à le faire par un des participants.

    En nous rendant à l’atelier, Anna et moi avions évoqué le récit biblique de Daniel, et après la séance, nous nous sommes demandé si ces deux jeunes hommes ne pourraient pas être des personnes spéciales.

    Anna a aussi réfléchi sur le nom Chris/Christian/Christ au cours de la méditation de groupe.

    C. P. and A. S., Edimbourg, Ecosse, G.B.

    Le Maître de Benjamin Creme indique que les deux hommes étaient des porte-parole, disciples du Maître Jésus.


    Home Une nouvelle visite

    Cher Monsieur,

    Le 22 mars 2016, la veille de la pleine lune de Pâques, j’étais assise dans ma salle de séjour, et comme je jetai un coup d’œil à l’extérieur, je vis une boule de lumière au loin dans la campagne. Il était environ 18 h 30 et la nuit n’était pas encore tombée. Je fus tentée d’aller chercher mes jumelles mais j’eus le sentiment que je devais l’observer à l’œil nu. Elle avait une belle couleur rouge cerise, exactement la même couleur que la lumière que j’ai observée à ce même endroit auparavant et que votre Maître a confirmé comme étant un vaisseau spatial (voir Partage international, mars 2013). Il m’a semblé que ce phénomène a duré un bon moment alors que probablement ce ne fut qu’un peu plus d’une minute. La boule de lumière parut stationnaire puis sembla se rapprocher avant de disparaître brusquement.

    J’étais très heureuse de l’avoir revue. Puis je réalisai que récemment j’avais souhaité la revoir plus longuement que la première fois qui n’a duré que quelques secondes.

    C. E., Hullbridge, Essex, G.-B.

    Le Maître de Benjamin Creme indique que la « boule de lumière » était un vaisseau spatial martien.



    Compte rendu de lecture

    Home Un livre de Tommy Rosa et du Dr Stephen Sinatra : Health Revelations from Heaven and Earth

    Conseils de santé venus de l’au-delà

    Par Betsy Whitfill

    Lorsque Tommy Rosa, plombier de son métier, descendit du trottoir dans son quartier du Bronx en cette nuit du mois de mars 1999, il ne vit pas la voiture qui fonçait sur lui tous feux éteints, le fauchait et disparaissait. Carlos, du magasin d’en face, entendit le bruit sourd et s’avança pour regarder dehors. Il n’oubliera pas ce qu’il vit alors : une forme diaphane de couleur blanche, brillante, s’élevant d’une masse noire allongée dans la rue. Il appela les secours.

    Le corps de Tommy fut mis en réanimation à l’hôpital local où il se retrouva plongé dans le coma. Tommy racontera plus tard qu’à ce moment, il mourut et « monta au ciel », où un instructeur lui donna des enseignements précieux sur la façon de retrouver la santé et la joie de vivre. Après cette expérience, Tommy réintégra son corps, et entama une longue convalescence. Au cours de celle-ci il rencontra le Dr Stephen Sinatra, un cardiologue et psychothérapeute de New York, qui s’intéressait beaucoup aux expériences de mort imminente et à l’influence des facteurs psycho-émotionnels et spirituels sur la santé. Ce livre est le fruit de leur collaboration. Les révélations de Tommy coïncident parfaitement avec l’expérience que le Dr Sinatra a accumulée au cours de ses quarante années de carrière : en modifiant nos attitudes, nos pensées, nos émotions et notre relation aux autres, nous pouvons retrouver la santé, nous libérer de la peur de la mort, et vivre dans la joie.

    La description que fit Tommy de son séjour céleste est touchante et précise : « Je suis dans une pièce, et la lumière qui m’a amené ici s’éteint progressivement. Pour prendre mes repères, je regarde vers le bas et me rends compte que je ne peux pas voir ni sentir le sol sous mes pieds. Mais rien ne me surprend ni m’effraie, ça me paraît naturel. J’adore ! »

    Bientôt, un homme, comme fait de lumière, s’approche : « Ses yeux sont très beaux et fascinants. Bruns, très doux et rassurants, ils semblent voir à travers moi, mais avec une infinie bonté. Il a une barbe de trois semaines, bien entretenue. Il connaît mon nom ! Je sais que je peux lui faire confiance. Je me sens en sécurité. Un amour total émane de cet homme et me pénètre.

    Puis mon « maître – c’est ainsi que je le perçois – commence à me montrer mon nouvel environnement. Nous passons d’un endroit à un autre, transportés par le même tunnel de lumière qui m’a amené ici. »

    Connexion et foi

    Tommy raconte que son maître a créé divers scénarios destinés à lui enseigner huit concepts qu’il devra transmettre à son tour dans sa vie terrestre et que l’on peut intituler ainsi : la connexion, la foi, la force vitale, l’ancrage, le temple du corps, la positivité, l’amour de soi, et le dessein.

    Dans le livre, le Dr Sinatra analyse la pertinence de ces concepts d’un point de vue médical et scientifique, et donne une liste de conseils pour les mettre en pratique dans la vie de tous les jours.

    Au cours de son voyage dans l’au-delà, Tommy ressent une connexion avec la nature qui est nouvelle pour lui – un lien profond associé à un sentiment d’amour total, inconditionnel. Son instructeur lui explique que tout est relié à tout, du visible à l’invisible, et que cette interconnexion est vivante et divine.

    Nous vivons dans une mer d’énergie qui nous est commune, mais chacun de nous possède des talents et des dons propres qu’il nous faut découvrir pour les partager, en utilisant notre interdépendance pour améliorer la vie de tous. Pour ce faire, on doit avoir compris les deux principes fondamentaux de la vie humaine : l’étincelle divine qui relie tous les êtres vivants, et le libre arbitre individuel. Cultiver de belles pensées et vivre une vie de service nourrit notre étincelle divine, créant une lumière intérieure d’amour qui attire et engendre le bonheur autour de soi. Le libre arbitre permet à chacun d’entre nous de trouver son propre chemin spirituel, qui est unique, en tirant les leçons de nos réussites et de nos échecs, c’est-à-dire en faisant l’expérience des conséquences de nos choix.

    Dans son analyse de cette « révélation sur la connexion », le Dr Sinatra décrit des cas bien documentés de guérison par la compassion et l’amour. Par exemple, une étude de l’université Duke a montré que des patients souffrant de maladie coronarienne qui avaient un compagnon ou une épouse aimante avaient un taux de mortalité inférieur de 65 % par rapport à ceux qui étaient seuls.

    Pour recevoir la révélation sur la foi, le maître de Tommy l’emmène à la mer. Alors qu’ils entrent dans l’eau, Tommy voit beaucoup d’animaux aquatiques nager autour d’eux et il ressent sa connexion avec le monde animal. Mais tout à coup il se rend compte que son maître a disparu. A ce moment, des formes sombres approchent, de grands requins blancs à la bouche grande ouverte. Tommy panique, puis entend une voix forte qui lui dit : « Ne crains rien. » Tommy a alors envie d’ironiser, mais la voix reprend : « Ne crains rien. » Après avoir fermé les yeux quelques instants pour retrouver son calme, Tommy constate que les requins ont disparu et que son maître est revenu. Ce dernier explique que la peur crée une énergie négative qui attire automatiquement la chose ou la situation dont nous avons peur. La peur est un manque de foi.

    Dans son interprétation médicale, le Dr Sinatra explique que les observations cliniques confirment la formidable puissance thérapeutique de l’optimisme et de l’espoir, deux aspects de la foi.

    Force vitale et ancrage

    Le maître emmène ensuite Tommy dans un beau quartier avec des maisons de brique et des fleurs le long des rues. Il explique que la force vitale, ou force de vie, se trouve dans les mitochondries de chacune de nos cellules et s’écoule à travers nous comme une vibration. Elle nous protège contre de nombreuses maladies et même contre le vieillissement. Mais la puissance de cette vibration fluctue tout au long de notre vie en fonction de nos choix de vie : nourriture, environnement, mais aussi nos pensées et nos émotions. Si nous opérons des choix de vie judicieux, les mitochondries sont nourries et la force de vie et de guérison naturelle qui est en tout être vivant augmente. Nous pouvons éliminer la maladie avant même qu’elle se manifeste.

    Le Dr Sinatra explique scientifiquement la fonction immunitaire de la force vitale, par l’adénosine triphosphate (ATP) qui provient des mitochondries. Selon lui, la restauration d’un niveau optimal d’ATP peut entraîner par exemple la guérison d’un cœur malade. Il cite des cas cliniques de patients qui ont guéri après que l’on ait « fertilisé » leurs mitochondries avec la coenzyme Q10 (CoQ10), que l’on trouve dans certains aliments ou en compléments alimentaires.

    Pendant qu’il était « là-haut », Tommy a appris de son maître que la Terre possède sa propre vibration de guérison. En s’ancrant à la Terre chaque jour, en marchant pieds nus, en étreignant les arbres, en nageant dans la mer, nous pouvons nous protéger des effets des divers rayonnements nocifs que nous subissons partout, de la toxicité de l’air et de la nourriture, des états inflammatoires et du stress. Il nous prévient, cependant, que la Terre, si forte et résiliente qu’elle soit, ne pourra continuer à nous gratifier de cette force de guérison qu’aussi longtemps que les niveaux de pollution resteront en deçà d’un certain niveau. Un élément majeur dans notre besoin de connexion à la nature est l’eau. Le maître explique à Tommy que l’eau pure a une vibration qui lui est propre, elle purifie, nourrit et protège, et elle est absolument indispensable à la pérennité de toute vie sur Terre.

    La réflexion du Dr Sinatra sur ce sujet de l’ancrage à la terre se fonde sur le fruit de nombreuses années d’observation des avantages qu’il y a à se connecter directement aux champs électriques de la nature. Il recommande de marcher pieds nus au moins 2 heures par semaine, de nager dans la mer et tout autre contact direct avec la nature.

    Temple du corps et positivité

    Le maître dit à Tommy que le corps est un temple, le temple de l’âme, et qu’il faut le maintenir propre et sain afin que l’âme puisse l’utiliser pour vivre ses expériences. Si nous pouvons nous rendre malades et malheureux, nous pouvons aussi changer nos habitudes de vie et recouvrer la santé. Sur ce sujet, le Dr Sinatra suggère des raisons biochimiques pour lesquelles nous devrions éviter les acides gras de type trans, les sucres, les viandes transformées, les poissons toxiques (le requin, l’espadon), et beaucoup d’autres aliments malsains.

    Plus tard, ayant emmené Tommy sur le sommet enneigé d’une montagne magique, le maître lui dit que le secret d’une vie heureuse est la simplicité et la jouissance à chaque minute du don de la vie. Nos pensées sont les outils créatifs les plus puissants dont nous disposions, et cultiver des pensées positives élève notre vibration et améliore la santé, la joie et le bonheur. Le maître ajouta : « Tes pensées sont aussi des actions ; elles provoquent un enchaînement d’événements, positifs ou négatifs, comme si elles étaient des actions physiques. Sache aussi que chacune de tes pensées, et chaque pensée de chaque habitant de la Terre, est enregistrée ici dans le ciel, et vous en êtes collectivement responsables. Tu es la somme de tes pensées et de tes actions. »

    Beaucoup commencent à comprendre aujourd’hui que nos pensées façonnent nos vies.

    Le Dr Sinatra détaille des études et observations cliniques montrant les bienfaits de pensées positives sur la santé. Par exemple, les médecins qui gardent de l’espoir pour leurs patients obtiennent de meilleurs résultats. Les patients qui récitent quotidiennement des mantras tels que : « J’ai tout ce qu’il faut pour guérir complètement ; je vais de mieux en mieux, jour après jour » voient leur santé s’améliorer réellement.

    Jésus le Christ

    Concernant la révélation de l’amour de soi, le maître explique à Tommy l’importance de s’aimer, sans ego, et inconditionnellement. Cet amour de soi, dit-il, est l’essence même de notre connexion à l’amour divin, qui est la source de tous miracles et de la joie. L’ego, qui exige satisfaction et récompense, est, avec la peur, la source de toute destruction dans la vie, la cause de toutes les guerres, de la haine, de la colère et de la duperie. Ces deux « forces de destruction », comme le maître les appelle, sont la conséquence de notre séparation de Dieu. La solution est donc de revenir à l’amour divin, et de pardonner à tout le monde, et d’abord à nous-même.

    Le Dr Sinatra donne des exemples des effets physiques de l’amour ou de son absence, prouvés scientifiquement, qui confirment la révélation de Tommy sur l’amour de soi.

    Lorsque Tommy demanda quel est le but de la vie, le Maître répondit : « ...grandir spirituellement. Ecoutez son cœur... devenir un exemple de l’Amour divin inconditionnel... partager ses dons. En suivant les impulsions du cœur, vous élevez votre vibration et pouvez maintenir un niveau de santé optimal. » Mais il ajouta que les erreurs sont normales et qu’il faut s’y attendre. Prenez-les comme des opportunités pour progresser. Pardonnez-vous et pardonnez à autrui ; vous augmenterez ainsi votre auto-estime, votre niveau vibratoire, votre santé et votre joie de vivre.

    Tout à la fin de son séjour dans l’au-delà, Tommy demande enfin à son instructeur quel est son nom. « Vous me connaissez sous le nom de Jésus le Christ. » Tommy est stupéfait. « Alors, si vous êtes Jésus, qui est Dieu ? »

    Jésus explique que Dieu est omniprésent, il est « tout ce qui est », et vit en chacun de nous. Jésus lève alors la main et manifeste une boule de lumière multicolore brillante que Tommy décrit comme vivante, consciente, et remplie d’amour. La boule plane au-dessus de la main ouverte de Jésus, des rayons de lumière en émanent. Jésus déplace sa main et la boule vers Tommy qui tremble et pleure sous la puissance et la beauté de cette énergie puis il la place sur la tête de Tommy, augmentant ainsi la force et la beauté de l’expérience. Jésus dit à Tommy que « Dieu est pure énergie, comme cette boule, mais il peut prendre toute forme », mais que Tommy n’est pas encore prêt pour en savoir davantage. Ces expériences ont montré à Tommy que Dieu est en toute chose, et en tout être vivant.

    Retour sur terre

    Soudain, Tommy est ramené dans son corps brisé par l’accident. Son rétablissement sera long et douloureux, et il tentera d’échapper à la douleur en se souvenant de son voyage céleste. Jour après jour, il constate qu’il peut lire les pensées des gens, voir leur état de santé, leur aura, mais, par peur du ridicule, il ne raconte à personne son voyage dans l’au-delà. Il s’isole et se renferme. Ne parvenant pas à vivre selon les préceptes qu’il a reçus, il doit encore faire face à ses problèmes d’auto-estime et de manque de confiance en soi, et il reprend ses mauvaises habitudes alimentaires. Huit ans après son expérience de mort imminente, il est victime d’un infarctus.

    Il s’en sort à nouveau, mais cette fois-ci, avec l’aide de son amie Michelle, qui deviendra sa femme. Il fait l’expérience de plusieurs miracles qui renforcent sa connexion à Dieu et avec toute vie, cette connexion que Jésus lui avait fait percevoir. Tommy se reconstruit et, avec l’aide de Michelle, se reconnecte avec les révélations qu’il avait reçues.

    Par la suite, il lira un livre du Dr Stephen Sinatra sur les maladies cardiaques et se rendra à l’une de ses conférences. A la fin de celle-ci, il rencontre le docteur, qui souffrait beaucoup, et lui diagnostique une infection à staphylocoque sur sa prothèse de hanche. Le docteur Sinatra est estomaqué. Ce sera le début de leur amitié, qui aboutira à ce livre.

    Le lecteur retire de la lecture de ce livre un sentiment de réconfort et d’espoir, un amour renouvelé de la vie et une libération de la peur, en particulier la peur de la mort. Comme le dit Tommy : « ...la mort n’existe pas ; quand vient notre heure, ce sera comme franchir le seuil d’une porte pour rentrer à la maison, notre véritable maison. »


    1 - Ouvrage non traduit en français.





    Interviews

    Home La justice réparatrice

    Interview de Fania E. Davis Par Jason Francis

    Restorative Justice for Oakland Youth (RJOY) (Justice réparatrice pour la jeunesse d’Oakland) est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 et basée à Oakland, en Californie (Etats-Unis). RJOY travaille dans les écoles et avec le système de justice pénale pour interrompre le cycle : violence chez les jeunes, incarcération et vies brisées par la discipline scolaire punitive et les politiques judiciaires pour mineurs. Fania E. Davis, une avocate des droits civiques, a co-fondé RJOY et dirige cette ONG. Jason Francis l’a interviewée pour Partage international.

    Partage international : Comment décririez-vous l’approche du système judiciaire pénal américain pour traiter les actes délictueux ?
    Fania E. Davis : Notre approche actuelle est parfois appelée rétributive, c’est-à-dire que notre réponse au préjudice initial est un autre préjudice qui est la punition. On peut dire de notre système qu’il nuit aux gens qui font du mal aux autres afin de leur montrer que nuire est une faute.

    PI. Quel effet cette approche a-t-elle sur la vie des personnes qui passent par le système de justice pénal, ainsi que sur la société ?
    FD. C’est très destructeur. Nous savons bien que lorsque les gens sont l’objet de violence, ils vont la reproduire sur d’autres. Donc, fondamentalement, l’insécurité se répand dans notre culture et notre vie. C’est ce que nous voyons partout autour de nous aujourd’hui. C’est évidemment une approche punitive, qu’il s’agisse des incarcérations de masse racialisées, des lois sur les « trois fautes » [qui augmentent le risque d’emprisonnement à vie pour une personne déclarée coupable d’un troisième acte délictueux], de l’augmentation de l’incarcération des femmes, des familles et des communautés déchirées par les incarcérations de masse.
    Cette réponse punitive aux actes répréhensibles imprègne tous les aspects de nos vies. Je le vois dans mon travail quotidien avec les élèves : les écoles ressemblent de plus en plus à des prisons, avec une forte présence policière, des détecteurs de métaux et des fouilles au détecteur à main. Cette approche fait des ravages sur la vie des gens dans notre pays, en particulier les gens de couleur. Nous assistons à ce que les spécialistes appellent une « criminalisation » de notre culture. Et c’est particulièrement visible dans les écoles.

    Une approche holistique de la justice

    PI. Comment définiriez-vous l’approche que préconise la justice réparatrice ?
    FD. La justice réparatrice adopte une approche holistique. Au lieu de se demander « quelles sont les lois qui ont été bafouées, qui les a enfreintes et quelle est la peine encourue », ainsi que le fait le système actuel, la justice réparatrice demande « qui est blessé, quels sont les besoins et les responsabilités des personnes ayant subi le préjudice et comment les personnes concernées se réunissent-elles pour chercher à réparer autant que possible le préjudice, répondre aux besoins et assumer les responsabilités ». C’est une justice qui cherche à panser les blessures et réparer les dommages causés aux relations par le crime ou d’autres actes répréhensibles. Elle cherche à restaurer la paix sociale.

    PI. Quelles sont les origines de ce concept de justice réparatrice ?
    FD. On en retrouve les premières traces dans les coutumes autochtones pour régler les conflits ou rendre la justice. Cela peut s’exprimer par la perception intuitive des peuples autochtones que nous sommes tous liés les uns aux autres et à la Terre. Ubuntu est une expression de cette croyance fondamentale indigène et africaine. Elle dit essentiellement : « Je suis parce que nous sommes, et nous sommes parce que je suis. » Je suis ce que je suis grâce à mes relations. Cette dimension relationnelle de la justice réparatrice est directement issue des enseignements et de cette compréhension communs à la plupart des cultures autochtones.
    Nous utilisons la méthode des cercles de conciliation, qui s’inspire des pratiques du peuple autochtone Tlingit Tagish au Canada. Kay Pranis, théoricienne de premier plan et praticienne des cercles de conciliation, nous a enseigné cette méthode. Elle même l’a apprise auprès des sages Tlingit Tagish. Nous constatons que ces cercles sont communs à de nombreuses cultures autochtones, non seulement au Canada, mais aussi en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

    Le cercle de conciliation

    PI. Quel est le rôle du cercle de conciliation ?
    FD. Le cercle de conciliation est une méthode que nous utilisons à Oakland, particulièrement dans les écoles mais aussi dans les communautés. Nous utilisons les cercles de conciliation non seulement comme méthode de résolution des conflits lorsqu’un préjudice a été commis, mais aussi de manière proactive comme moyen pour renforcer la communauté, instaurer la confiance et développer des valeurs communes. Dans les écoles, ils sont utilisés comme alternative à la suspension ou à l’expulsion. C’est très important car des études montrent que les élèves ayant été suspendus ne serait-ce qu’une fois, sont trois fois plus susceptibles d’être incarcérés.

    PI. Pourriez-vous donner un exemple de l’utilisation de ce processus de justice réparatrice ayant évité la prison à quelqu’un ?
    FD. A titre d’exemple, un jeune apporte une arme à feu à l’école. Il se trouve qu’il s’agit d’un pistolet à balles BB [un type de pistolet à air], mais le personnel et les étudiants ne le savent pas quand ils le voient brandir son arme. C’est un crime pour lequel un mineur peut être incarcéré. Mais si nous utilisons un processus de déjudiciarisation réparatrice appelé conférence communautaire ou conférence familiale, il peut éviter l’incarcération. Cela ne signifie pas qu’il est libéré de ses obligations. Mais il est tenu responsable d’une manière dont les études montrent qu’elle est plus efficace et plus susceptibles de prévenir la récidive.
    Un médiateur rencontre séparément le jeune à l’origine du préjudice et les membres de sa famille, puis rencontre ceux qui ont été lésés. La médiation ne se poursuivra pas si le jeune homme ne reconnaît pas sa responsabilité dans le préjudice causé aux membres de la communauté scolaire. S’il reconnaît sa responsabilité, nous nous assurons que les deux parties sont prêtes avant de les rapprocher.
    Nous suivons un ensemble de protocoles. Nous commençons par une série d’activités de renforcement des relations et de prise de contact. Puis tout le monde finit par répondre à certaines questions dans le cercle telles que : « Qu’est-il arrivé ? » Les personnes qui ont été lésées répondent en premier, puis la personne qui a causé le dommage, et enfin toute autre personne qui était présente. En règle générale, nous arrivons à une compréhension commune de l’évènement.
    L’étape suivante pourrait s’intituler : « A quoi pensiez-vous sur le moment ? Que se passait-il ? » Cela s’adresse généralement à la personne à l’origine du préjudice. Nous découvrons dans de nombreux cas que les jeunes qui causent des dommages ont eux-mêmes subi un préjudice. Comme dans cet autre exemple : plutôt que d’expulser de l’école un élève qui avait injurié un professeur, en écoutant son histoire, nous avons pu découvrir que sa mère venait de retomber dans la drogue et qu’il est resté seul chez lui les trois nuits précédentes. On comprend pourquoi il était sur les nerfs et effrayé.
    Dans le cadre du processus d’échange, il y a une étape où le jeune s’excuse. La dernière étape met l’accent sur ce qui doit être fait. Dans ce cas précis, le groupe a décidé – et c’est toujours un plan d’action individualisé – que, puisque ce jeune homme était un artiste talentueux, il devrait créer une exposition. Il ferait des dessins et des illustrations, pour présenter la violence par arme à feu dans les classes de son école. Et il devrait d’abord s’excuser d’avoir apporté une arme à l’école.
    Le groupe a également décidé que le jeune rencontrerait régulièrement de jeunes adultes, qui lui serviraient de modèles positifs. Dans ce cas précis, ces jeunes hommes avaient eu eux-mêmes affaire au système judiciaire pour mineurs, et avaient changé de vie pour se consacrer à la justice réparatrice.
    Les études montrent généralement que le taux de récidive des actes de délinquance diminue de manière significative après que les jeunes soient passés par un processus de réparation. A Oakland, la récidive peut atteindre 75 à 90 %, mais elle chute à 15 à 25 % lorsque les jeunes passent par ces processus.

    La justice réparatrice derrière les barreaux

    PI. Comment mettre en place une réparation chez les prisonniers ?
    FD. En règle générale, les personnes qui ont commis des homicides passent par le processus de justice pénale normale, mais après qu’elles aient été condamnées et qu’elles purgent leur peine, nous pouvons mettre en place un dialogue entre la victime et le délinquant où les survivants, les membres de la famille, rencontrent le tueur. C’est un processus très délicat, comme vous pouvez l’imaginer. Il faut un médiateur qualifié et un long travail en amont avec chacune des parties avant de les réunir. Des réconciliations tout à fait étonnantes se produisent. Dans de nombreux cas, après ces processus, les membres de la famille deviennent proches du tueur, et apportent vraiment leur soutien pour sa mise en liberté conditionnelle.
    Le dialogue entre la victime et le délinquant peut aussi se faire sur le lieu d’incarcération, un peu comme le modèle de réunion communautaire que j’ai mentionné pour les jeunes.
    Par ailleurs, les réunions communautaires, ou le modèle de conférence de groupe familial pour les jeunes, ont peu à peu conduit la Nouvelle-Zélande à fermer tous ses centres éducatifs. L’incarcération des jeunes, sauf pour les homicides, est presque devenue obsolète en Nouvelle-Zélande grâce à l’alternative de la justice réparatrice.

    La justice réparatrice à l’école

    PI. Comment avez-vous introduit votre approche réparatrice à la discipline dans le système scolaire d’Oakland ?
    FD. Nous avons commencé avec un programme pilote financé par la ville d’Oakland dans l’une des écoles. Après environ un an et demi, ce programme a réussi à éliminer complètement la violence. Les élèves apprennent à parler malgré leurs différences plutôt que de se battre. La violence a non seulement été éliminée mais nous avons également été en mesure de réduire de 87 %, le taux d’exclusions, d’améliorer les résultats aux examens et d’enrayer la baisse des effectifs des enseignants.
    Lorsque ces résultats remarquables ont commencé à être diffusés, d’autres écoles se sont montrées intéressées. Et deux ou trois ans après, l’ensemble du district scolaire adoptait la justice réparatrice comme politique scolaire officielle.

    PI. Combien d’écoles ont-elles adopté ces pratiques ?
    FD. La justice réparatrice est présente dans près de 30 écoles. Le coordinateur du district scolaire a annoncé une allocation de 2,3 millions de dollars pour la prochaine année scolaire afin de poursuivre le développement de la justice réparatrice ainsi que des stratégies similaires.
    Je dois préciser que ce ne sont pas des programmes RJOY dans les 30 écoles. La stratégie de RJOY est de renforcer la capacité du district à créer ses propres programmes. Nous avons fait beaucoup de formations intensives et d’encadrement dans les premières années. Au bout de trois ans, le district scolaire avait ses propres formateurs et tuteurs, et ils ont maintenant leur propre programme.
    En 2006, nous étions la seule organisation dédiée à la justice réparatrice à Oakland. Il y en a maintenant de nombreuses. Et nombre de ces organisations se sont créées grâce aux formations que nous avons dispensées. A mesure que ce mouvement grandit, que les gens entendent parler de la justice réparatrice et souhaitent lancer des programmes, le contrôle de la qualité devient important. Nous réunissons les praticiens en Californie afin de prendre en compte cette question et de parvenir à un consensus sur les normes de bonnes pratiques.

    PI. Sur le long terme, quels sont les bénéfices émotionnels et mentaux apportés par la justice réparatrice aux délinquants et aux victimes 
    FD. Une étude intitulée Justice réparatrice : les preuves, publiée par le Dr Lawrence Sherman et le Dr Heather Strang en 2007, traite du sujet. Elle montre que les personnes qui ont été lésées et qui passent par un processus de réparation ont tendance à moins souffrir du syndrome de stress post-traumatique.
    Les taux de récidive plus faibles pour les personnes qui ont causé les dommages sont la preuve qu’une transformation a bien eu lieu. Ces méthodes sont délibérément conçues pour favoriser l’empathie. Les études montrent que la clé de la transformation de la personne qui cause un préjudice est l’apprentissage de l’empathie.


    Pour plus d’informations : rjoyoakland.org





    Compilation

    Nous publions dans cette rubrique des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

    Home L’expansion de la conscience

    De tous côtés apparaissent des indices de changements majeurs qui créent une atmosphère d’attente presque tangible tellement elle est intense. Partout, de nouvelles idées voient le jour, de nouveaux modèles sont créés, des conceptions nouvelles et plus saines de la vie sont mises en avant. Tout ceci indique que l’humanité est prête à faire un grand pas en avant, qui est lui-même la réponse à une expansion de conscience. L’homme prend de l’envergure chaque jour.
    En dépit des apparences, malgré les horreurs et les cruautés qui abondent, la divinité intérieure de l’homme se fait jour peu à peu et réjouit le cœur de ceux d’entre nous qui travaillent du côté intérieur de la vie.
    Bientôt, les hommes se rendront compte que des temps nouveaux arrivent, qu’une nouvelle époque commence, qu’un changement fondamental est en train de s’accomplir dans la conscience humaine. [Une vie abondante (Maître –)]

    Où que vous regardiez de par le monde, il est possible de voir la réponse que suscite mon message. Un groupe croissant d’hommes éveillés fait résonner la note clé des temps nouveaux. Ainsi, avec joie, je vois la réponse que l’on apporte à mon travail. Mes amis, vous aussi pouvez manifester le partage dans votre vie : par tous les moyens, ce principe divin doit gouverner. Ma tâche consiste à éclairer tous les hommes : à changer l’ignorance en vraie connaissance et en foi, à enseigner aux hommes que, derrière tout ce qu’ils voient, se tient l’Unique Réalité et, ainsi, à les amener à Dieu. [Message n° 127 (Maitreya)]

    A mesure que la compréhension de la nature de la constitution humaine et des buts de la vie sur la planète Terre progressera, à mesure que l’unité du monde se renforcera sous l’effet du partage, de la justice et de la paix, les hommes seront de plus en plus nombreux à trouver en eux-mêmes le besoin de savoir qui ils sont, quel est leur but dans la vie et leur niveau d’évolution. On parlera beaucoup de l’évolution qui deviendra une donnée primordiale sur la planète Terre. L’évolution de la conscience humaine et le développement de tous les règnes de la nature domineront la pensée et le dessein des hommes et des femmes partout dans le monde. [Le Rassemblement des Forces de lumière (B. Creme)]

    L’homme est un creuset dans lequel se crée un Etre nouveau. Dans le feu de l’expérience, il apprend petit à petit les voies de Dieu. Peut-être ses premiers pas sont-ils lents et difficiles, mais avec le temps son progrès se fera plus rapide. De révélation en révélation, sa conscience s’élargira, sa connaissance et sa créativité ne cesseront de s’accroître, et il apparaîtra au grand jour en tant que fils de Dieu. [La Terre-Mère (Maître –)]

    Je connais fort bien les problèmes qui accablent les hommes. Je vois fort bien les changements nécessaires. Mais je perçois également en l’homme le désir de connaître, d’élever sa conscience. C’est cette aspiration à la connaissance qui est le don le plus précieux de l’homme. Lorsque les hommes connaîtront le chemin qui mène à Dieu, ce don s’épanouira en une splendeur créatrice. [Message n° 9 (Maitreya)]

    C’est le développement de la conscience, cette action de l’évolution vers le haut – par un raffinement de sa nature, une élévation continue de sa fréquence, de son taux vibratoire – qui constitue l’évolution elle-même. Cela conduit à une expansion graduelle de la connaissance de ce qui est et de ce qui pourrait être ; c’est un processus créateur. C’est l’essence de la nature de l’âme : la créativité elle-même. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

    Il est de plus en plus perceptible qu’à travers le monde un profond changement s’opère dans la conscience de l’humanité. Cette transformation se traduit de mainte façon, en particulier par les efforts entrepris pour explorer la nature de la conscience elle-même, pour mettre en lumière les liens existant entre la conscience, le mental et le cerveau, et pour étudier les effets que ces trois facteurs peuvent engendrer, individuellement ou de concert, dans la matière et le monde naturel.
    La vieille conception mécaniste de la nature et des forces qui y sont à l’œuvre cède rapidement du terrain, tandis que se fait jour une vision nouvelle de l’unité qui sous-tend toute manifestation. De plus en plus nombreux sont ceux qui acceptent l’idée que tout est énergie, qu’énergie et matière ne sont que deux états différents d’une réalité unique sur laquelle la pensée peut exercer son influence. La vision humaine de l’existence est transformée par cette compréhension qui ne cesse de croître, et la mise au point de nouvelles technologies mettra bientôt en évidence cette réalité. Tout ceci est d’une portée considérable pour l’évolution future du genre humain.
    A l’orée du nouvel âge, la nécessité d’explorer le monde subjectif comme le monde extérieur et de comprendre la nature du lien qui unit ces deux aspects de la création prend une nouvelle acuité. Nombreux sont les scientifiques du monde entier qui orientent leurs recherches dans cette direction, ressentant le besoin d’étayer de preuves leur conviction intuitive que tout est interconnecté. On accepte de plus en plus facilement l’idée de l’âme en tant que « soi » suprapersonnel, ce qui ouvre la voie à une vision nouvelle plus inclusive de la réalité.
    Avec le temps, toutes ces recherches se fonderont sur la prémisse que la conscience est un attribut de l’âme, que le mental et le cerveau constituent ses véhicules de manifestation, et qu’il n’existe ni rupture ni séparation dans leur système de connexion. [L’expansion de la conscience (Maître –)]

    L’homme a un long chemin à parcourir car il provient de la plus haute source. En chaque homme siège un dieu. Ce dieu est votre Soi véritable. Ma tâche consistera à libérer en vous cet être divin. [Message n° 54 (Maitreya)]

    Lorsque nous parlons d’évolution, nous ne parlons de rien d’autre que de l’évolution de la conscience, de l’état de conscience. Telle est la vie : un éveil progressif à une vision plus élevée et plus large de l’Etre et de la Réalité. Ainsi, l’expansion de la conscience commença il y a 18,5 millions d’années, lorsque, pour la première fois, nous sommes venus en incarnation dans les marécages primitifs.
    Quel est le principal obstacle à cet éveil de la conscience ? L’obstacle majeur est le karma. Toute progression dans l’évolution – et donc toute expansion de la conscience – se produit par une annulation de karma. C’est le karma qui nous freine. Il fait peser le poids de l’inertie sur notre évolution, qui s’accélère tout naturellement lorsque nous allégeons ce karma. Un service dynamique nous libère du karma et nous permet d’évoluer. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

    Mon projet est d’éveiller l’humanité à sa véritable valeur, à sa véritable capacité, et de lui montrer qu’à l’intérieur de tous les hommes, demeure un divin fils de Dieu. Si les hommes veulent me suivre, je les conduirai pas à pas à travers le processus de l’initiation, dont je garde le sceau. De cette façon, ils révéleront le Dieu qui demeure à l’intérieur d’eux-mêmes. [Message n° 24 (Maitreya)]

    Les hommes se tiennent au seuil d’une révélation qui balaiera bientôt toutes leurs discordes et leurs querelles. Ils percevront alors plus en profondeur le sens et le but de leur existence, et connaîtront les moyens par lesquels cette perception leur est transmise. Bientôt, très bientôt même, ils grandiront en conscience – presque d’un jour à l’autre.
    Pour beaucoup, cette connaissance nouvelle suscitera un examen de conscience aussi inattendu qu’éprouvant ; mais elle leur sera aussi source d’inspiration et d’illumination, ouvrant la voie à une tout autre compréhension de la vie. Cela donnera une valeur nouvelle à ce que les hommes appellent le sens et le but de la vie. Leurs pensées et leurs actions seront empreintes à la fois de plus de gravité et d’une plus grande joie, qui peu à peu les pousseront à créer tous ensemble une nouvelle civilisation. [Un don du Très-Haut (Maître –)]

    C’est en cultivant des vertus comme l’amour, la droiture, la vérité etc., que l’on acquiert la maîtrise requise pour chaque nouvelle initiation. La vie nous enseigne réellement la nécessité d’établir de justes relations humaines. Lorsque ce but est atteint, les vertus s’expriment naturellement et l’initiation constitue une expansion de conscience qui est l’aboutissement d’une vie correcte. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

    Au cours des siècles, l’homme a toujours aspiré à la lumière dont il devine la présence à travers les nuées de son ignorance et de ses peurs. Lorsqu’il sent planer sur lui la menace d’un désastre, réel ou imaginaire, d’instinct il se tourne vers l’intérieur, invoque la lumière de son âme, et cherche conseil en elle. Il est des plus naturel qu’il agisse ainsi, car au plus profond de sa conscience, chacun sait qu’il est une âme, et se vit comme tel. Au fur et à mesure qu’il progresse sur la voie de l’évolution, cette intuition se mue en certitude tandis que se renforce le lien entre l’âme et son reflet, et que la lumière de l’âme peut être appréhendée et connue avec une aisance accrue. Ainsi augmente la lumière du discernement.
    L’humanité se tient au seuil d’une ère nouvelle dans laquelle cette lumière de la conscience se manifestera sur une échelle plus vaste, s’exprimant dans tous les domaines par une compréhension croissante du sens et du but de la vie sur la planète Terre. [L’ère de la lumière (Maître –)]

    Le progrès de l’homme vers Dieu est le progrès de la conscience : il consiste, pour l’homme, à se créer des appareils ou instruments de plus en plus sensibles et capables de répondre à des niveaux toujours plus élevés de ces énergies et des lois qui les gouvernent, ce que nous appelons Dieu. [La Transmission, une méditation pour le nouvel âge (B. Creme)]

    Quand vous me verrez, vous saurez qu’il y a parmi vous un simple homme de Dieu, un homme comme les autres hommes, mais un homme qui a suivi un certain chemin, il y a longtemps déjà, qui connaît bien ce chemin et peut vous y conduire. Ce chemin qui mène à Dieu est le trésor que je détiens pour vous. Éveillez votre esprit et votre cœur à cette possibilité et atteignez le but. La voie est simple, la voie est sûre. Mon enseignement vous y guidera. [Message n° 93 (Maitreya)]

    Le progrès évolutif a, jusqu’à présent, eu pour effet de former l’individualité. Celle-ci doit être réalisée avant d’être dépassée. L’individu puissant, hautement intégré et égocentrique, doit finalement céder la place au serviteur du monde. Le concept de groupe constitue l’essence de la conscience du Verseau. Les énergies du Verseau, qui affluent dans l’humanité avec une intensité croissante à mesure que les années passent, créeront inévitablement les conditions favorables à la conscience de groupe. Ces énergies ne peuvent être senties, appréhendées et utilisées qu’en formation de groupe. C’est impossible de le faire à un niveau individuel.
    La clé de ce changement de conscience est l’amour et, à travers lui, le service. Lorsque l’on sert, on se décentre jusqu’à s’identifier totalement à ce que l’on sert – d’abord l’humanité, puis l’ensemble de la création. [La Mission de Maitreya, tome I (B. Creme)]

    Dans toute l’histoire de l’humanité, jamais il n’y a eu d’époque semblable à la nôtre. Jamais, à travers tous les cycles qui ont marqué l’évolution de l’homme, pareil potentiel de transformation n’avait été présent. Cette période est donc exceptionnelle. Elle présage un changement de conscience si radical et d’une si grande portée que de nouvelles définitions et un nouveau lexique devront voir le jour pour décrire l’homme tel qu’il est appelé à devenir.
    Le facteur le plus déterminant de cette profonde mutation sera l’influence des Frères aînés de l’humanité, les Maîtres de Sagesse et de celui qui les dirige, Maitreya, le Christ et Instructeur mondial. On ne saurait trop souligner l’importance des effets que produira leur contact rapproché avec l’humanité sur la vie, les pensées et le comportement des hommes.
    A de nombreuses reprises vous avez entendu dire que l’homme était un dieu en puissance ; ce ne sont pas là des mots creux, mais la vérité même de la nature et l’être de l’homme. Cette vérité se vérifiera, et tous verront s’exprimer cette divinité : ce n’est qu’une affaire de temps. [L’émergence de la divinité de l’homme (Maître –)]

    Tout autour de vous, Dieu brille dans sa gloire ; en vous et autour de vous, brille cette Vérité bénie. Le jour vient, mes amis, où, partout, les hommes verront cette Vérité et resplendiront de la gloire de la Source divine.
    Ne cherchez pas alors d’autres voies car le chemin est clair, les marches de l’ascension sont taillées, les poteaux indicateurs sont en place, les guides sont à portée de main ; le but est la divinité elle-même. Qui, le sachant, mes amis, pourrait se contenter de moins ? [Message n° 84 (Maitreya)]





    S.O.P. — Sauvons notre planète

    « Hormis la guerre, rien ne compromet aussi gravement l’avenir de l’humanité que la pollution. Constatant qu’il en est ainsi, certains pays ont pris des mesures pour la réduire et pour limiter le réchauffement climatique. D’autres, parfois parmi les plus gros pollueurs, nient la réalité d’un tel réchauffement en dépit des preuves qui s’accumulent. A tout moment, dorénavant, les changements climatiques montrent sans l’ombre d’un doute que la planète est malade, qu’elle a besoin de soins immédiats et attentifs pour retrouver l’équilibre. Le temps nous est compté pour mettre fin aux ravages que subit quotidiennement la planète Terre. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant a son rôle à jouer dans sa restauration. Oui, le temps presse. S.O.P., sauvons notre planète ! » [Source : Le Maître de B. Creme, Partage international, octobre 2012]

    Home Vietnam : une campagne pour mettre fin aux centrales au charbon


    Source : world.350.org/east-asia ; sustainablebrands.com

    Le charbon constitue une source abondante d’énergie peu coûteuse pour les pays en développement mais ses effets sur la santé sont catastrophiques. Au Vietnam, la pollution par le charbon provoque 4 300 décès prématurés par an, selon un rapport de l’Université de Harvard commandé par Greenpeace. Selon les dernières estimations du groupe d’action Coal Swarm, 56 nouvelles centrales au charbon seront construites dans un proche avenir au Vietnam, ce qui pourrait porter le nombre de décès prématurés à 25 000 en 2030. Le Vietnam a le troisième plus grand programme de construction de centrales au charbon au monde, derrière la Chine et l’Inde.

    Une nouvelle campagne, lancée le 31 mars 2016 par les mouvements Change et 350.org pour l’Extrême-Orient, cherche à sensibiliser le public dans les grandes villes touchées par la pollution de l’air et espère inciter les gens à se préoccuper davantage des questions environnementales et des programmes concernant l’énergie.

    Thanh Bui, directeur de l’Académie des arts de la scène, a choisi de participer à l’action. Il explique : « Je me consacre à inspirer mes élèves et à leur montrer la bonne direction dans la vie. Je veux qu’ils aient un environnement propre et sûr afin qu’ils puissent croître, briller et poursuivre leurs rêves. Cependant, leur vie et leur avenir sont gravement menacés par la pollution de l’air causée par le charbon. En tant que professeur et artiste, je me sens responsable de prendre la parole. C’est maintenant ou jamais. »

    Les images chocs publiées lors de la campagne montrent des gens contraints de porter de gros masques à gaz pour survivre dans l’atmosphère polluée, avec des panaches de fumée de charbon en arrière-plan. La campagne I can’t montre huit célébrités vietnamiennes affublés de masques, dont le chorégraphe international Alexander Tu, l’acteur Diem My et le chanteur Trong Hieu.




    Home Ratification de la conférence de Paris sur le climat : de belles perspectives


    Source : The Guardian, Royaume-Uni

    Les signes semblent positifs pour la ratification de l’accord sur le climat de Paris, ouvert à la signature depuis le 22 avril 2016. Pour entrer en vigueur, l’accord doit être signé par au moins 55 pays responsables d’au moins 55 % des émissions mondiales.

    Une initiative conjointe a réuni les gouvernements des États-Unis et du Canada pour agir contre le changement climatique. Le président Obama et le premier ministre canadien Trudeau se sont engagés à accélérer la transition vers une économie à faible carbone pour après 2050. « Les États-Unis et le Canada sont pleinement unis dans la lutte contre le changement climatique, a annoncé le président Obama. Nous nous attachons à faire en sorte que l’accord de Paris soit pleinement mis en œuvre. »

    Justin Trudeau a décrit les États-Unis et le Canada comme des acteurs clés au sein de l’Organisation des Nations unies pour coordonner la ratification de l’accord de Paris : « Cet accord est à la fois une déclaration symbolique pour la coopération mondiale sur le changement climatique, et une référence pour guider la croissance de nos économies de manière responsable et durable, a-t-il déclaré. Nous savons que nos partenaires internationaux attendent et ont, en effet, besoin d’un leadership de notre part sur cette question. »

    Cette approche unifiée cimente un nouveau partenariat sur le changement climatique entre voisins, après quinze ans d’opposition, et fournit un modèle de rapprochement bienvenu pour la communauté internationale.




    Home La Chine soutient l’accord sur le changement climatique


    Source : abcnews.go.com

    L’Onu a salué l’engagement de la Chine et son « leadership solide et continu » dans le soutien d’un accord international important pour lutter contre le changement climatique.

    Sous la conduite cette année de la Chine, le Groupe des 20 pays les plus riches a publié une déclaration début avril, après une réunion à Guangzhou, pour soutenir l’accord sur le climat de Paris et lancer des mesures nationales afin de le mettre en vigueur le plus tôt possible.

    En tant que porte-parole, Stéphane Dujarric a déclaré que le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, était « encouragé par la forte impulsion politique » derrière l’accord de Paris. La pleine coopération des membres du G20, notamment des Etats-Unis et de la Chine – les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre de la planète – est considérée comme cruciale pour que l’accord soit efficace. 




    Home La France interdit un herbicide


    Source : ecowatch.com

    La France interdit l’utilisation du glyphosate mélangé avec certains additifs, en raison de ses risques perçus pour la santé humaine. Moins de deux mois après l’appel de Ségolène Royal, ministre française de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a annoncé cette interdiction. Elle vient d’envoyer une lettre aux fabricants pour les informer de son intention de retirer l’autorisation des herbicides contenant du glyphosate mélangé à des adjuvants à base d’amines grasses de suif.

    La France a pris cette décision après que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) ait suggéré qu’il y aurait augmentation des risques potentiels si le glyphosate était mélangé à des amines grasses de suif. Comme mentionné précédemment par le site EcoWatch, les amines grasses de suif améliorent l’efficacité des herbicides tels que le glyphosate et constituent un des ingrédients du très populaire herbicide Roundup de Monsanto.

    De nombreuses controverses ont surgi en Europe sur le glyphosate depuis que l’AESA, en novembre 2015, a rejeté la classification de celui-ci comme potentiellement cancérogène, par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé.






  • Haut de pageHaut de page

    ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

    Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
    Grande conference Paris mars 2019