DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1991

Extraits de la revue
Partage international

Mai 1991 - N° 33 Vol. 4, n° 4

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Editorial


  • Signes des temps


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home Le Moyen Orient

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

Les récents événements du Moyen-Orient ont attiré l’attention mondiale, obligeant chacun à considérer la situation de cette zone troublée d’un regard neuf. Ecartée, l’hypothèse selon laquelle les problèmes, si l’on ne fait rien, se résoudront d’eux-mêmes ou disparaîtront ; abandonnée, l’idée que les conflits et les divisions sont endémiques et sans grande conséquence, s’ils restent circoncis à la région, et que rien ne peut être fait pour changer la situation dans cette partie du monde si importante d’un point de vue historique et stratégique.

La nature et les progrès technologiques de la guerre moderne ont changé cette façon de voir et entraîné une réévaluation du rôle que les Nations unies pourraient jouer sur cette scène. Pour la première fois, la possibilité d’une zone dénucléarisée au Moyen-Orient est sérieusement envisagée. Pour la première fois également, une solution juste et définitive au conflit israélo-palestinien est considérée dans de nombreux milieux comme d’une importance primordiale, tandis qu’une nouvelle urgence peut être perçue dans la voix de ceux qui réclament des réformes démocratiques.

Laissez-faire

Il y a là un défi à relever pour la communauté des nations et une opportunité de s’attaquer à ces nombreux problèmes avec énergie et sagesse. Fini le temps où le laisser-faire était censé suffire pour maintenir sous contrôle les nombreuses factions belliqueuses et les différents intérêts en lutte pour la suprématie. La communauté internationale doit accepter la responsabilité de maintenir la paix et la prospérité dans la région, utiliser son autorité toute nouvelle pour amener à la table des négociations les représentants des peuples concernés, et garantir la mise en œuvre des accords de compromis qui devraient suivre des négociations sérieuses.

Ce n’est qu’ainsi que seront trouvées des solutions justes et durables et qu’une véritable paix sera restaurée. Il est temps de passer à l’action. Le moment est venu d’écarter à jamais les sombres nuages qui, depuis tant d’années, menacent la paix mondiale et, aujourd’hui, obscurcissent littéralement le soleil.

Le réalisme

Parvenir à de tels accords et mettre en œuvre pareilles mesures ne sera pas chose facile ; il n’existe aucune solution simple à portée de main. Le problème essentiel est de savoir si les différentes parties accepteront de considérer avec réalisme ce que seraient les perspectives futures de la région sans un profond changement d’approche. En vérité, c’est un avenir triste et amer qui les attend si elles refusent d’aborder les problèmes avec sagesse et bonne volonté.

Le temps n’est plus très loin où des esprits plus avisés que ceux qui se débattent actuellement avec la situation pourront offrir leurs conseils. La main longtemps retenue de la Hiérarchie pourra bientôt se tendre en pleine lumière pour proposer son aide. Gardant cette idée présente à l’esprit, nous pouvons envisager plus favorablement l’avenir de cette région du monde qui souffre depuis si longtemps et voir une lumière nouvelle dissiper les sombres nuages de la haine et de la guerre.

Ces dernières semaines, le Maître Jésus est apparu en vision aux soldats des deux camps, chacun d’eux proclamant qu’il était venu bénir leur cause. Bientôt, c’est Maitreya lui-même qui se manifestera à de nombreuses personnes et offrira son assistance. Ses conseils, s’ils sont suivis, ramèneront la raison et la sécurité dans le monde, et ouvriront la voie, au Moyen-Orient, à une juste fraternité entre ceux qui sont actuellement divisés et séparés.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Home La guerre du Golfe frappe les plus démunis

Source : Institut des Etudes Politiques, Washington DC

Selon l'Institut Britannique du Développement et de la Coopération, quarante pays du Sud, dont quatorze des pays les plus pauvres de l'Afrique sub-saharienne, ont perdu un total d'environ 12 milliards de dollars en raison de la guerre du Golfe, soit près de 1 pour cent de leur Produit National Brut.
 
L'économie indienne a perdu 2 milliards de dollars entre août 1990 et janvier 1991, en raison de l'interruption des rentrées de devises provenant des 170 000 Indiens qui travaillaient dans le Golfe Persique avant la guerre.
 
Le gouvernement philippin a estimé entre 293 et 438 millions de dollars la baisse du montant des rapatriements de fonds par ses ressortissants émigrés, du fait de la guerre.
 
Les pertes des Philippines Airlines sont évaluées à 800 000 dollars par jour depuis que cette compagnie a interrompu ses vols au Moyen-Orient et en Europe.
 
Pour seize des pays mentionnés dans cette étude, l'impact de la crise est supérieur à 2 pour cent du PNB, tandis que des pays comme la Jordanie, le Yemen et le Sri Lanka ont subi des pertes allant jusqu'à 25,3 pour cent de leur PNB. Le Bureau d'Assistance des Nations Unies considère que de telles pertes équivalent à une « catastrophe naturelle ».
 
Parallèlement, d'autres pays, qui ont soutenu les efforts de la Coalition dans la région, ont été largement récompensés.
 
La dette extérieure de l'Egypte, qui s'élevait à 13,5 milliards de dollars, a été effacée par ses créanciers, et on envisage actuellement la possibilité d'annuler une dette supplémentaire de près de 10 milliards de dollars dus par l'Egypte aux principaux pays industrialisés. La Syrie a reçu entre 1,5 et 2 milliards de dollars en provenance des Etats du Golfe. La dette de l'Argentine, qui a envoyé deux vaisseaux de guerre dans le Golfe, a été réduite de plus d'un milliard de dollars.




Home Jésus apparaît aux troupes dans le Golfe

« Au cours de ces dernières semaines, le Maître Jésus est apparu en vision aux soldats des deux camps en guerre, chaque côté prétendant qu'Il lui signifiait ainsi Son soutien. » (extrait de l'article du Maître – –, transmis par l'intermédiaire de Benjamin Creme, cf. page 4)

Cet extrait du message du Maître s'est trouvé tout au moins partiellement confirmé par une source inattendue, l'hebdomadaire américain Sun, dont le titre de couverture proclamait récemment de manière triomphale : « Jésus apparaît à nos soldats en Arabie Saoudite : une vision éblouissante, au coucher du soleil, stupéfie les troupes. »

L'article commence ainsi : « Une vision éblouissante de Jésus-Christ est apparue dans le ciel du désert saoudien au coucher du soleil, et a béni nos troupes, d'après un rapport secret circulant parmi les gros bonnets de l'armée. » Selon cet article, l'incident s'est produit le lundi 11 février à proximité de Kahfji, en Arabie Saoudite, et fut observé par une compagnie de reconnaissance renforcée d'une division blindée. On raconte qu'une vive lueur est apparue au sud-ouest dans le ciel, au moment où les soldats s'apprêtaient à prendre leur repas. Le Sun poursuit en citant un haut gradé ayant recueilli le témoignage d'un sergent sur l'événement : « Le silence se répandit subitement parmi les soldats. Personne n'a su au début ce qui se passait, mais tout bruit cessa et la conversation habituelle lors des repas s'interrompit complètement. » On rapporte qu'en voyant l'image de Jésus dans le ciel, certains soldats tombèrent à genoux et se mirent à prier. Aucun journaliste n'assista à la scène en raison du danger particulier que présentait la mission de cette compagnie. Mais, affirme le Sun, des récits de cet incident se répandirent rapidement au sein du commandement de la Coalition et furent confirmés, en privé, à la fois de source américaine et britannique. Le Sun cite ensuite un porte-parole de l'armée britannique : « Selon les rapports qui m'ont été transmis, la couleur rouge du ciel a soudain pâli, et une image blanche géante s'est matérialisée. Un portrait en pied de Jésus apparut. Il portait une robe blanche et tenait les bras ouverts, comme s'il donnait sa bénédiction aux soldats. » Les troupes, habituellement plutôt bruyantes « sont restées silencieuses pendant un quart d'heure », après la disparition de la vision, poursuit le porte-parole britannique. D'après le Sun, « la plupart des hommes furent ensuite submergés d'un sentiment d'amour et de paix ». Le sergent raconte la suite : « Après avoir vu Jésus, nous sûmes que Dieu était de notre bord. Nous savons tous à présent que Jésus veille sur nous et qu'il n'y a rien à craindre. » Il y a lieu de croire que les troupes irakiennes qui ont eu une vision similaire, ont ressenti la même chose.

La question cruciale reste maintenant la suivante : quel journal se montrera assez brave pour confirmer la déclaration suivante du Maître : « Maitreya apparaîtra bientôt lui-même à de nombreuses personnes et offrira  son aide. »




Home Compte-rendu en provenance de MANILLE

Développement aux Philippines des activités liées à la Réapparition du Christ

par Estrella Narvadez

Trois collaborateurs du Centre d'Information sur la Réapparition du Christ récemment créé à Manille, capitale des Philippines, ont réussi à attirer l'attention des médias sur la nouvelle de la Réapparition. Hector Fernandez est un homme d'affaires vivant à Manille. Erlinda Gumahin, ressortissante philippine vivant actuellement à Tokyo, a été l'organisatrice de ce Centre. Estrella Narvadez travaille en qualité de contrôleur et assistante particulière du rédacteur du Newsday Philippines, journal politique et financier publié à Manille. E. Narvadez a rédigé le rapport suivant sur leurs activités et leurs succès.

La croix de lumière* a été la clé qui nous a permis d'entrer en contact avec les médias philippins. Depuis notre engagement dans cette noble tâche, tous nos actes ont été prudents, sachant que les Philippins, qui ont généralement des croyances orthodoxes et conservatrices, ne seraient pas facilement favorables à l'annonce de la réapparition du Christ. Disposant de la croix de lumière à ce moment opportun (son arrivée coïncida avec la Semaine Sainte, entre le 25 et le 31 mars), nous avons pu éveiller l'intérêt des médias pour l'annonce du Retour du Christ.

Notre première visite fut pour la salle de presse de la principale station de télévision, Canal 2, qui diffuse la plupart de ses programmes à l'échelon national. Myrna de la Torre, reporter à laquelle nous avons transmis l'information, a montré un intérêt immédiat. Elle était à la recherche d'informations pour une série en deux parties, intitulée TV Patrol Lenten Special, dont la diffusion était prévue pour les 28 et 29 mars. Nous lui avons donc donné toutes les informations nécessaires sur la réapparition du Christ et les croix de lumière. J'ai demandé à notre personnel de rédaction du Newsday Philippines de garder quelques colonnes libres afin de publier l'histoire concernant les croix. Une semaine plus tard, notre rédacteur en chef lui-même, Julian Cruz, écrivait l'histoire de la vitre et de sa croix de lumière. Ce qui est plus important, un autre article sur le témoignage oculaire de Job Mutungi sur l'apparition de Maitreya à Nairobi en juin l988 fut également publié. Ce même article fut traduit en Tagalog par René Mariano, un médium philippin bien connu, et publié dans Horoscope Magazine, une publication mensuelle. Nos efforts pour assurer la meilleure couverture possible de la part des médias ont été largement soutenus par l'un de nos membres, Emily Pena, reporter correspondant du Manila Bulletin, principal quotidien du pays. Elle obtint de son rédacteur de publier un article intitulé "Des Signes de Sa Présence", une série d'extraits de divers articles parus dans Share International à propos de la réapparition de Maitreya. Plus tard, elle fut priée d'écrire un résumé de l'article sur Job Mutungi, comportant une photo du Seigneur Maitreya. Emily a également pris contact avec des amis reporters de divers journaux pour leur parler des croix de lumière. Elle invita Annalyn Jusay, reporter au Headline, journal quotidien, à venir voir la croix. Annalyn fut tellement intéressée qu'elle revint accompagnée d'un autre reporter et d'un rédacteur. Un article fut publié quelques jours plus tard en première page de ce journal.

Un autre événement significatif se produisit lorsque Hector Fernandez appela l'une de ses connaissances, le producteur d'Inside Story, l'un des principaux programmes hebdomadaires de télévision de nouvelles locales. La présentatrice de l'émission, Loren Legarda, déclara qu'elle désirait parler de la croix dans son programme. Elle avait vu la vitre et en avait été très impressionnée. Nous lui avons transmis l'original du documentaire vidéo qui avait été tourné sur les croix de lumière et sur la réapparition du Christ ainsi que les dernières informations publiées dans Share International. Toutefois nous ne savons pas exactement quand l'émission sera diffusée.

Nous pensons que cela pourrait constituer une excellente suite à la couverture médiatique de la Semaine Sainte. Pendant que nous transmettions ces informations aux médias, notre école, la Loge de la Sagesse Divine**, avait organisé l'exposition et la vénération de la croix de lumière. Au cours de la première semaine, la vitre fut montrée dans les diverses loges où se tiennent des sessions hebdomadaires d'étude, ainsi que durant nos méditations de Transmission. De plus, notre conseiller, Ka Nitoy (Juanito Crisostomo) nous dirigea lors d'une retraite d'une semaine au cours de laquelle la croix de lumière fut montrée au public. Nos principales activités lors de cette retraite furent les méditations de Transmission et le Zazen. Un autel fut installé dans la cour afin que le public puisse voir la croix. Ces événements ont ouvert la porte au travail sur la réapparition du Christ dans notre pays. Nous espérons qu'elle restera grande ouverte et que nous pourrons développer le but de ce travail à l'avenir. Nous savons que nous pouvons accomplir cela avec l'aide du Seigneur Maitreya.


* Note de la rédaction : Ainsi que le savent les lecteurs de Partage International, des croix de lumière créées par Maitreya en signe de Sa réapparition sont apparues en divers endroits du monde (cf. Partage International, novembre l988). L'une de ces croix est apparue sur un morceau de vitre appartenant à la productrice vidéo Frances Robinson. Elle a fait découper la vitre en plusieurs morceaux, et chacun de ces morceaux continue à présenter une croix de lumière. L'un de ces morceaux de verre fut donné à l'un de nos collaborateurs américains, Michiko Ishikawa, qui sert d'interprète à Benjamin Creme lors de sa tournée annuelle de conférences au Japon et après avoir été soigneusement encadrée et mise sous verre, elle fut emportée aux Philippines.

** Un groupe ésotérique qui a été créé aux Philippines il y a plus de vingt ans.




Home Le bien-être des nations

par Patricia Pitchon

Deux journalistes, travaillant indépendamment l’un de l’autre, nous transmettent régulièrement des articles extraits d’interviews d’un des proches collaborateurs de Maitreya. Ce numéro de mai contient deux brefs articles rédigés par ces deux journalistes. Le premier
article, intitulé Le Seigneur se trouve dans tous les éléments naturels, provient d’un journaliste de la télévision qui, pour le moment, préfère rester anonyme. L’article intitulé Le bien-être des nations est signé de Patricia Pitchon.
 
1er avril 1991
 
Pas de nation sans individus — Selon Maitreya, sans individus, il n'y a pas de nation. L'individu doit devenir la priorité « numéro un ». Il est votre Soi.
Plus les individus prendront conscience de leur identité et du motif de leur existence, plus ils pourront contrôler les forces du marché et les utiliser au profit de l'humanité. Ces forces n'imposeront plus alors leurs lois aux nations et aux pays.
 
Les hommes politiques tiennent un double langage — Maitreya a déclaré : « Les hommes politiques fonctionnent à deux niveaux, et si les dirigeants eux-mêmes ne savent plus quelle direction prendre, ils n'ont plus rien à proposer. Ils deviennent de véritables zombis : psychologiquement, spirituellement et mentalement finis. »
 
L'Est et l'Ouest — De l'avis de Maitreya, les forces du marché n'engendrent ni la liberté ni le salut. Il est vain, de la part de l'Europe de l'Est, de vouloir copier celle de l'Ouest, de même pour l'Orient en général de vouloir copier l'Occident. Les cultures diffèrent et les différences doivent être respectées.
Ainsi, M. Gorbatchev s'apercevra-t-il que le style capitaliste occidental ne peut être imposé à l'URSS, sous peine de créer un chaos tel que les militaires pourraient s'interposer.
Les deux Allemagne ont d'énormes désaccords à résoudre. Le style démocratique occidental (tel qu'il existe à l'heure actuelle) ne peut perdurer, car il accorde un rôle excessif aux forces du marché, ce qui pourrait conduire à une nouvelle guerre.
 
Les chefs spirituels — Il est du devoir des chefs spirituels (y compris ceux de l'Eglise) d'aider les hommes politiques à percevoir la réalité : la vie consiste à mettre en pratique les valeurs spirituelles. Au nom de la politique, les individus, aujourd'hui, sont déshumanisés.
 
L'adhésion à un groupe — Maitreya a déclaré : « Ce n'est pas en 'adhérant à un groupe' que vous obtiendrez la liberté et le salut. Et pourtant, les hommes politiques ou religieux répètent : « Si vous n'adhérez pas à mon groupe, vous êtes perdus. »
 
La diversité dans l'unité — Maitreya affirme : « Dans l'unité se trouve la diversité. Le temps est venu de s'éveiller. Soyez ce que vous êtes. Ne vous imitez pas les uns les autres. Vous évoluerez progressivement. Il n'y a pas deux personnes semblables. Personne n'est la copie conforme de quelqu'un d'autre. Dès que vous adoptez la personnalité de quelqu'un d'autre, vous vous éloignez de Moi. Lorsque vous êtes ce que vous êtes, vous vous mettez à ressentir la joie, la sérénité et la tranquillité. Il n'y a alors plus de distance entre nous. »
 
Le nectar et le poison — Maitreya poursuit : « Je suis le nectar, Je suis le poison. L'immortalité survient lorsque vous réalisez que nous n'êtes ni le mental, ni l'esprit, ni le corps, ni même la force de vie. A ce moment là, vous pouvez prendre en charge votre propre destinée. Vous êtes une étincelle du Tout-Puissant. »
« Je suis avec chacun, » continue Maitreya, « aussi bien avec une prostituée qu'avec un soi-disant saint. Je n'abandonne personne. »
 
Le bienfait de l'humanité — En dépit des troubles actuels, les événements se déroulant actuellement dans le monde représentent un bienfait pour l'humanité.
Les hommes politiques rechercheront les conseils, et la volonté des peuples constituera le fondement des nations et des pays.
 
Rendez-vous heureux — Maitreya nous conseille : « Ne cherchez pas à Me rendre heureux, rendez-vous heureux vous-mêmes. C'est de cette manière que vous me rendrez heureux. Prendre soin de soi-même, c'est prendre soin de Moi. »





Editorial

Home La nouvelle Europe — un paradis ou un cimetière ?

par Peter Liefhebber

Le nouvel esprit de coopération et d'unification qui a caractérisé la dernière partie des années 80 inspire également l'Europe. Selon les plans actuels, toutes les frontières qui séparent les douze pays de la Communauté Economique Européenne (la CEE) disparaîtront l'année prochaine. Moins de bureaucratie, une économie de millions de dollars (ou plutôt d'ECUS), la simplification des communications et du mouvement des personnes et des marchandises : tels sont les mots magiques de la nouvelle langue européenne. De nouveaux candidats se pressent déjà à la porte. La Turquie souhaite y être admise. L'Autriche a courtoisement présenté une demande d'admission. La Suède a ravalé ses anciennes objections à son adhésion. Les pressions intérieures pour amener la Norvège à changer de direction continuent à monter. Les pays de l'ancien bloc de l'Est regardent avec nostalgie en direction de ce paradis de la consommation que sont les anciennes démocraties de l'Europe de l'Ouest et du Sud.

Dans le chœur chantant les louanges de la nouvelle Europe, la voix de l'ex-Premier ministre britannique, Margaret Thatcher, a lancé une note discordante. Le continent européen considère ses objections au processus d'unification comme un vestige de l'excentrique insularité britannique, résultat d'un isolement culturel et géographique millénaire. Cependant, on espère que ce problème se résoudra de lui-même, tout comme lorsque la Grande-Bretagne avait dû céder aux pressions pour finir par se joindre, après bien des années, à la CEE.

Toutefois, même d'un point de vue continental, il semble justifié d'émettre des réserves quant à la direction qu'est en train de prendre la CEE. L'Europe, se basant sur des principes purement économiques, est en train de s'embarquer sur la voie de la coopération sans tenir compte du fait que les pays concernés ont une histoire, une culture et un climat social qui leur sont propres. L'union et la collaboration sont vitales mais ont tendance, de nos jours, à créer en pratique des circonstances qui servent avant tout les intérêts du monde des affaires.

Beaucoup — beaucoup trop — est sur le point d'être sacrifié à ce but. Les parlements nationaux abandonnent leur autorité et observent de loin les décisions qui sont prises au sommet. Le processus normal de contrôle démocratique se trouvera ébranlé à un point tel que, dans de nombreux cas, le peuple ne pourra avoir qu'une influence très limitée sur les questions importantes.

Il me sera plus facile d'illustrer les objections et les dangers propres à ce processus en décrivant la situation des Pays-Bas, que je connais bien étant Hollandais. Mon pays n'est pas un utopique paradis, loin de là, mais il a réussi à mettre sur pied un système de prévention sociale unique en son genre. Comparée à la plupart des autres pays, la Hollande pratique une politique très généreuse à l'égard des congés de maladie, du chômage, des subsides accordés à l'éducation, des allocations logement, etc. Toutes proportions gardées, aucun autre pays de la CEE n'accorde autant d'aide aux pays pauvres. Chaque citoyen vivant aux Pays-Bas a droit à un revenu minimum légal, même ceux qui ne travaillent pas, qu'ils soient ou non chômeurs. Les chômeurs reçoivent de l'Etat au moins autant que des centaines de milliers de travailleurs entrant dans la catégorie des revenus les plus bas. La Hollande prévoit également des conditions favorables pour ceux qui se trouvent dans l'incapacité de travailler pour des raisons de santé. Ceci n'est qu'un aperçu bref et incomplet des services sociaux que la Hollande a su petit à petit créer.

Evidemment, un tel système a son prix : les impôts sont particulièrement élevés aux Pays-Bas. Aux yeux des Américains, cela doit presque ressembler à du vol (en Europe, la Hollande est d'ailleurs également en tête sur ce plan). Le résultat est que la différence entre les revenus les plus hauts et les plus bas est beaucoup moins marquée qu'ailleurs. Il va sans dire qu'un tel système a ses détracteurs.

Nombreux sont ceux qui, en Hollande, pensent que nous avons transformé ce pays en paradis pour paresseux et qui mettent l'accent sur le taux d'absentéisme relativement élevé. C'est vrai : 13,5 pour cent de la population active vit actuellement d'allocations sociales en raison de la condition physique ou psychologique des individus, ce chiffre n'incluant pas les centaines de milliers de personnes qui bénéficient de l'allocation chômage de fait qu'elles n'arrivent pas à trouver de travail.

Il y aurait beaucoup à dire sur les avantages et les inconvénients d'un tel système. Une critique fréquemment émise souligne que les gens abusent des réglementations souples, et restent chez eux au moindre prétexte ou même cessent complètement de travailler. Mais, même si c'est vrai, on peut envisager le problème sous un autre angle : la Hollande a le taux de productivité le plus élevé du monde et, comme elle cherche à atteindre toujours les plus hauts niveaux, de plus en plus d'individus trouvent difficile de suivre cette progression. Par conséquent, un nombre toujours plus restreint de travailleurs est obligé de devenir de plus en plus efficace afin d'assurer aux autres un revenu raisonnable. Un cercle vicieux a ainsi été créée.

Sous quelque angle qu'on l'examine, le système hollandais est très probablement mûr pour un changement. Je pense personnellement qu'une plus grande attention devrait être accordée au nombre inquiétant de personnes mises au chômage, non tant en raison des coûts engendrés que parce que trop d'individus sont marginalisés. Même des allocations chômage suffisantes ne peuvent que partiellement compenser la perte du statut de membre actif de la société.

Toutefois, ces considérations ne sont pas le but de cet article. Ce qui me préoccupe, c'est que la Hollande sera mise sous pression en vue de se conformer aux normes de tous les autres pays de la CEE, amenant ainsi la fin des réglementations traditionnellement généreuses (relativement parlant) de ce pays en faveur des malades, des personnes âgées, des chômeurs, des étudiants, etc. C'est Bruxelles et non La Haye (siège du gouvernement hollandais) qui décidera en dernier ressort de la manière dont les Hollandais devront gérer, chez eux, leur système social. Cette perspective me dérange beaucoup et je revendique, en fait, mon droit à payer des impôts élevés si nous, les Hollandais, préférons qu'il en soit ainsi.

J'ai parlé des Pays-Bas, mais chaque pays a sa propre histoire, ses propres caractéristiques que le rouleau compresseur de la Communauté Européenne menace d'écraser. Prenons un autre exemple : l'Allemagne sera-t-elle capable de maintenir son soutien financier, traditionnellement généreux, en faveur des arts ?

Bien évidemment, ce ne furent pas ces questions spécifiques qui amenèrent Margaret Thatcher à se dresser contre l'unification de l'Europe. Au contraire, elle craint qu'une telle politique sociale ne soit imposée à la Grande-Bretagne. Toutefois, l'objection reste fondamentalement la même : des pays ne doivent pas abandonner leur autonomie politique, sociale et culturelle sous la pression de l'intégration économique.

Actuellement, trop de débats tournent exclusivement autour des affaires économiques — toutes les autres considérations sont reléguées au second plan. La coopération est désirable et même nécessaire, mais si son principal but est la création d'un marché puissant, alors l'Europe n'y trouvera que peu d'avantages. La CEE deviendra peut-être, pour beaucoup, un paradis financier et économique, mais elle pourrait également devenir un cimetière social et culturel. Ce prix à payer est trop élevé.





Signes des temps

Home Des croix de lumière

Source : Philippines Newsday

Les articles très objectifs publiés dans le Newsday Philippines incluent les réactions personnelles des reporters après qu'ils aient été témoins du phénomène des "roix de lumière". Le rédacteur Julian V. Cruz s'exprime comme suit :

C'était le milieu de l'après-midi. Avec une vingtaine de tubes au néon allumés et le soleil qui entrait à flots travers deux fenêtres, il était impossible de faire des tours de passe-passe. Le morceau de vitre était posé sur son socle comme une photographie. Il ressemblait à n'importe quel autre morceau de verre dépoli, presque opaque, on ne pouvait voir à travers. Une lampe électrique fut allumée et dirigée sur le verre, et apparut alors cette croix de lumière aux branches d'égale longueur, qui semblait baigner dans une aura en forme de losange. Quelqu'un plaça une autre lampe électrique allumée à côté de la première et deux croix apparurent. Elles disparurent dès que les lampes furent éteintes. Les lampes furent rallumées et les croix réapparurent.

La salle de presse, habituellement bruyante, restait silencieuse. Notre rédacteur en chef, Teddy Berbano, incorrigible boute-en-train qui sait faire les plaisanteries les plus drôles à partir des situations les plus sérieuses, ne trouvait cette fois rien à dire. Comme nous l'avons déjà souligné plus haut, ce phénomène était impressionnant ou, pour le moins, intrigant. (Extrait du Philippines Newsday, 22 mars l991)





Le point de vue de Maitreya

Home Le Seigneur se trouve dans tous les éléments naturels

par Un collaborateur de Maitreya

La crise du Golfe — Sans doute les combats ont-ils cessé entre Coalisés et Irakiens, mais l'affaire n'est pas terminée pour autant. Le chasseur croit avoir abattu le fauve, mais celui-ci n'est pas encore mort, a affirmé le collaborateur de Maitreya.

« Et les éléments naturels ? », nous fait remarquer Maitreya, « Ils n'avaient attaqué personne ! »

Des avions ont bombardé des ponts et des bâtiments, comme si ceux-ci n'étaient pas vivants. Mais le Maître affirme qu'un pont n'est pas dénué de vie, car le Seigneur se trouve dans tous les éléments naturels.

Personne n'a le droit de tirer des balles ou de lâcher des bombes sur Mère Nature, que ce soit sur terre ou sur mer. Il est temps d'en prendre conscience, car les énergies de la nature, qui ont été perturbées, vont brusquement se manifester sous forme de tremblements de terre et d'éruptions volcaniques.

Les armées auront à affronter d'énormes problèmes en rentrant au pays, annonce le collaborateur de Maitreya, elles étaient plus tranquilles dans le désert. Ces problèmes ne pourront être résolus militairement. Le peuple a besoin d'éducation et de liberté. L'argent des Coalisés a coulé à flot dans le Golfe, sans résultat. Pourquoi n'ont-ils pas dépensé cet argent chez eux ? s'interroge le collaborateur de Maitreya.

L'URSS — Les jours de M. Gorbatchev sont comptés : il tombera progressivement dans l'oubli.

Le Moyen-Orient — L'intégrisme islamique s'est réveillé dans la région. Cette idéologie n'a pas sa place en politique, car elle est de nature à réduire le peuple à l'esclavage, et ne lui procurera pas la liberté, a affirmé le collaborateur. Maitreya poursuit ainsi : « Je bénis le poison et le nectar en toute équanimité. Je ne me trouve ni du côté du oui, ni du côté du non. Je ne m'implique pas dans les événements. Que voyez-vous lorsque vous vous trouvez au pied d'une montagne ? Vous voyez la montagne dans sa diversité. Mais lorsque vous vous placez au sommet, tout paraît identique, vous n'êtes mené ni par la religion, ni par la politique, car vous considérez tout avec un égal détachement. »

L'Europe — L'européanisation est un concept désastreux qui contient des germes de guerre, avertit le collaborateur de Maitreya. Vous ne devriez jamais abandonner votre identité personnelle à quiconque, car celle-ci est sacrée.

Le concept de « cœur de l'Europe » du Premier ministre britannique, J. Major, ne fonctionnera pas. On ne peut abandonner l'identité d'un pays pour de simples raisons commerciales.





Faits et prévisions

Home Des signes d'une nouvelle façon de penser

Source : :San Francisco Chronicle

« La crise du Koweït a engendré en politique internationale une situation saine, permettant au souffle du changements de balayer les attitudes anciennes et les dogmes. » (le collaborateur de Maitreya, dans Partage international, le 28 août 1990)

Au cours de sa première mission diplomatique au Moyen-Orient faisant suite à la guerre, le Secrétaire d'Etat américain, J. Baker, a déclaré qu'il constatait l'existence de "signes d'une nouvelle façon de penser" chez les nations arabes, et a incité les Israéliens à se comporter de même. Lors de sa visite, dans ce qui est considéré comme une percée dans les relations américano-arabes, six pays arabes, ainsi que la Syrie et l'Egypte, ont adhéré au cadre général proposé par le président Bush pour des négociations sur un Moyen-Orient faisant suite à la guerre du Golfe. Le roi Hussein de Jordanie a indiqué qu'il était prêt à accepter une confédération composée de son pays et des territoires de la rive ouest du Jourdain, occupés par Israël, afin de réaliser une percée diplomatique au Moyen-Orient. Il a également affirmé qu'il était disposé à former une délégation jordano-palestinienne pour parler de paix avec Israël. L'Iran a annoncé la reprise de ses relations diplomatiques avec l'Arabie Saoudite, mettant fin à l'une des querelles les plus âpres du monde islamique.




Home Négociations entre Israéliens et Palestiniens

« Les Israéliens commencent à devenir conscients de leurs erreurs et à réaliser qu'ils doivent se concerter avec les Palestiniens et négocier avec eux la création d'un territoire palestinien indépendant. » (Partage international, décembre 1990)

Certaines failles commencent à apparaître dans l'approche radicale du Likoud, le parti israélien au pouvoir. Le ministre de la santé, Ehud Olmert, a déclaré publiquement qu'Israël était « prêt à négocier toutes les questions », y compris celle des « revendications territoriales des Syriens ». Plus tard, le chef démissionnaire de l'armée israélienne, Dan Shomron, a suggéré qu'Israël pourrait troquer des territoires contre la paix. Dans une interview accordée au Frankfurter Rundschau, le ministre israélien des Affaires étrangères, David Levy, a fait preuve d'une certaine flexibilité dans le domaine d'une possible conférence internationale sur le Moyen-Orient. Selon lui, Israël serait maintenant disposé à entamer des pourparlers directs avec certains pays arabes. Les déclarations de ces personnalités ont soulevé une vague de critiques au sein du Likoud, dont en particulier une condamnation sévère du Premier ministre Shamir.




Home Comme conséquence d'une guerre...

« Comme conséquence d'une guerre... les destructions transformeraient certaines parties du monde en endroits sinistres pour une durée de 40 à 50 ans. » (Partage international , 2 janvier 1991)

Bien que certains scientifiques britanniques présents sur le terrain aient déclaré que la situation se présentait « plus comme un problème régional que comme une catastrophe mondiale », les effets des incendies pétroliers au Koweït continuent à s'additionner : augmentation des maladies respiratoires au Koweït chez les personnes âgées et les très jeunes enfants, basses températures dans un rayon de mille kilomètres autour du Koweït, dont une baisse des températures d'environ 10° C pour le Koweït lui-même, pluies acides dans une région s'étendant de la Bulgarie à l'Afghanistan et au Pakistan, pluies noires en Turquie, en Iran et en Afghanistan, neige huileuse dans la région indienne du Cachemire.

Parallèlement, l'immense nappe de pétrole dans le Golfe s'est étendue plus au sud que prévu, menaçant la faune et la flore marine, pourtant déjà dévastée, de la région.




Home Catastrophes climatiques

Source : Earth Week

« Les régions désertiques du Koweït, d'Irak et d'Arabie Saoudite seront inondées à la suite d'orages. » (29 janvier 1991) « Lorsque vous lancez des explosifs sur notre « Mère la Terre », les vibrations pénètrent dans la planète. Ces vibrations produiront finalement des séismes, des glissements de terrain et des inondations... » (Partage international, 6 février 1991)

Les orages les plus violents connus au Moyen-Orient depuis trois décennies, ont atténué la sécheresse mais ont entraîné de vastes inondations destructrices. En Israël, le niveau de la mer de Galilée est monté de huit centimètres. De fortes pluies ont emporté des ponts, submergé des autoroutes et entraîné la mort de milliers de moutons en Israël et dans les territoires occupés. L'autoroute reliant Amman, en Jordanie, à Bagdad, a été emportée et au moins cent bâtiments du Caire se sont effondrés. Dans certaines rues de la ville, les gens pataugeaient dans l'eau jusqu'aux genoux. Dans le sud de l'Iran, une autre vague d'inondations a été signalée, de même qu'une forte pluie qui tombe presque continuellement depuis que la fumée des champs de pétrole koweïtiens en feu a commencé à souffler sur le pays.  




Home L'origine de la maladie de la vache folle

Source : Food Microbiology

« Ce sont les forces du marché qui sont à l'origine de la maladie de la vache folle, causant actuellement la mort de milliers de vaches au Royaume-Uni. Nourrir le bétail avec des aliments contaminés et lui injecter des produits chimiques artificiels ne peut que provoquer la dégradation du lait et engendrer des difficultés. Cette maladie affecte déjà les êtres humains. Les symptômes sont des pertes de mémoire, de lucidité et de connaissance. » (Partage international, juillet/août 1990)

D'après un récent article du magasine Food Microbiology, certains microbiologistes de l'Université de Leeds considèrent que la maladie de la vache folle est transmissible à l'homme. L'encéphalopathie spongiforme bovine (l'ESB) entraîne des démences et des paralysies à progression lente. Elle s'est tout d'abord propagée dans le bétail auquel on avait donné de la nourriture contenant des produits animaux. L'agent infectieux n'a pas encore été identifié, mais la propagation principale se faisant par ingestion et sachant qu'un agent infectieux peut se transmettre de manière imprévisible à une nouvelle espèce, il existe une réelle possibilité que l'homme puisse contracter l'encéphalopathie spongiforme par la consommation de bœuf contaminé. (Source : Food Microbiology 1990, tiré d'un article de S. F. Dealler et R.W. Lacey.)




Home M. Major ne restera pas au pouvoir

Source : The Independent du 25 mars 1991

« M. Major, le nouveau Premier ministre britannique, ne restera pas longtemps au pouvoir. M. Major n'est qu'un simple politicien comparé aux 'hommes en complet gris' qui, depuis les coulisses, manipulent le pouvoir. » (Partage international, janvier/février 1991)
 
Le Premier ministre britannique, John Major, qui, dans un sondage d'opinions, a été élu le plus populaire de tous les Premiers ministres de Grande-Bretagne pour son comportement serein lors de la guerre du Golfe, et qui s'attelle actuellement à supprimer la Poll Tax, honnie par la population, est aujourd'hui poignardé dans le dos par la vieille garde du Parti Conservateur. Ses efforts pour diriger le pays par voie de consultations ont conduit l'ancien Chancelier, Nigel Lawson, à l'accuser d'indécision, et l'ancien Premier ministre, Margaret Thatcher, à le désavouer. Elle aurait déclaré : « Je ne sais pas qui il représente ». Un ministre du cabinet, désappointé, a affirmé que M. Major devait avancer prudemment afin d'éviter que « les anciens spectres ne surgissent de la fosse aux serpents et ne le mordent ».




Home Un parlement régional en Irlande du Nord

« En Irlande du Nord, les problèmes seront résolus à l'échelon local, et une certaine forme de parlement régional sera constitué. » (Partage international, octobre 1988)
 
Pour la première fois depuis plus de quinze ans, les responsables de la communauté protestante, majoritaire en Irlande du Nord, ont accepté de rencontrer directement des représentants de la minorité catholique afin de discuter de l'avenir de la province. Cette initiative prépare la tenue de négociations sur le transfert du contrôle politique de l'Irlande du Nord par Londres aux politiciens locaux, en Ulster. Des discussions auraient également lieu en vue d'améliorer les relations entre les parties nord et sud de l'Irlande.




Home La Poll Tax

«  Ce système [la Poll Tax] sera finalement retiré et remplacé par une taxe tenant compte à la fois de la propriété et du revenu. » (Partage international, juin 1990)

Le gouvernement britannique a annoncé l'abolition de l'impopulaire taxe d'habitation, la Poll Tax, et le retour à une certaine forme de taxe sur la propriété pour l993. Michael Heseltine, le ministre chargé de reconsidérer la taxe d'habitation, a déclaré que le nouveau prélèvement serait fonction du nombre d'adultes vivant dans une habitation et de sa valeur foncière. L'impopularité de la Poll Tax, reflétée dans le non paiement de 5 milliards de dollars de taxe l'an passé, a été le facteur déterminant de la démission du Premier ministre, Margaret Thatcher, en novembre dernier.




Home Diminution des conflits entre les gouvernements et les guérillas

« Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. » (Partage international, novembre 1988)
 
Guatemala — Le président guatémaltèque, Jorge Serrano, récemment élu, a annoncé qu'il souhaitait signer "un accord de paix définitif dans le délai le plus court possible" avec les forces rebelles qui ont combattu le gouvernement depuis trente ans. Les rebelles ont déclaré qu'ils étaient prêts à entamer immédiatement des entretiens directs avec le gouvernement, mais ont refusé de rendre les armes avant le début des négociations, une condition longtemps exigée par l'armée du Guatémala.
 
El Salvador — A la suite de victoires gauchistes lors d'une récente élection législative, le gouvernement salvadorien et les rebelles ont entamé une autre phase des discussions de paix patronnées par les Nations Unies afin de mettre un terme à onze ans de guerre civile dans ce pays. Les deux parties ont exprimé leur optimisme sur la possibilité d'un accord portant sur les termes d'un cessez-le-feu, la réforme des forces armées et le changement de la constitution du pays, datant de l983.
 
Inde — L'un des groupes insurgés les plus puissants de l'état d'Assam a lancé un appel en faveur de pourparlers de paix afin de préparer la voie à un règlement négocié de leurs différends avec le gouvernement indien. Cet appel constitue un revirement important par rapport à leurs exigences précédentes d'indépendance totale.
 
Angola — En Angola, les rebelles de droite ont décidé de former un parti politique. Selon le chef rebelle, Jonas Savimbi, la bataille de guérilla contre le gouvernement est quasiment terminée.

 




Home La défense ne constitue plus une priorité essentielle.

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (Partage international, mai 1989)
 
Cuba —En vue de réduire les dépenses engagées, le président Fidel Castro, de Cuba, a décrété que le service militaire obligatoire serait réduit de trois à deux ans. L'agence de presse officielle cubaine a signalé que cette réduction était en partie rendue possible du fait du rapatriement des troupes cubaines stationnées en Angola.
 
Argentine —L'Argentine négocie avec ses voisins afin de réduire considérablement l'importance des forces armées d'Amérique du Sud. Les premières réactions du Brésil, du Paraguay et de l'Uruguay ont été positives.




Home Annulation de la dette des pays pauvres

« La dette des pays pauvres sera annulée. Il n'existe aucune autre solution possible. » (Partage international, mai 1989)
 
Pologne —Dans une tentative pour faciliter la transition de la Pologne vers une économie de marché, les gouvernements occidentaux ont accepté d'annuler près de la moitié des trente trois milliards de dollars de dette que leur doit la Pologne. Le président Bush a annoncé par la suite que les Etats-Unis iraient au delà de l'accord et renonceraient à 70 pour cent de leurs créances en Pologne. Ces propositions représentent l'annulation de dette la plus généreuse jamais offerte à un pays débiteur.
 
Suisse —Selon le Tages Anzeiger, le gouvernement suisse a annulé les dettes de treize pays en voie de développement pour une somme d'environ 200 millions de dollars.




Home Gorbatchev sera remplacé

« Gorbatchev se trouve dans une position délicate et, selon Maitreya, il sera finalement remplacé. » (Partage international, octobre 1988).
« Les Etats baltes obtiendront bientôt leur indépendance, mais accepteront que la défense et l'économie restent sous le contrôle du gouvernement central. » (Partage international,  juillet/août 1990)
 
Des centaines de milliers de Russes ont manifesté dans plus de douze villes, demandant la démission du Président soviétique Gorbatchev. Dans les trois républiques baltes, des votes massifs en faveur de l'indépendance ont eu lieu. Le président Gorbatchev a déclaré ces votes nuls, mais a pour la première fois envisagé publiquement l'instauration de futures « relations internationales » entre l'Union Soviétique et certaines de ses républiques. Le référendum national organisé par Gorbatchev sur l'unité soviétique a été boycotté par six des quinze républiques soviétiques et a donné lieu à des résultats mitigés dans les neuf autres.




Home Le gouvernement militaire ne se maintiendra pas au Bengladesh

« Le gouvernement militaire ne se maintiendra pas au Bengladesh. » (Partage international, octobre 1988)
 
La Bégum Khaleda Zia est la première femme à avoir été nommée Premier ministre d'un Bengladesh à prédominance musulmane. Il s'agit du premier transfert de pouvoir réalisé pacifiquement depuis la naissance du pays vingt ans plus tôt. Madame Zia a déclaré que les premières priorités de son gouvernement seraient d'améliorer l'économie et de rétablir la loi et l'ordre.




Home Négociations en Afrique du Sud

« Bien qu'extérieurement les affrontements et les opinions divergentes prévalent toujours, intérieurement se développe aujourd'hui en Afrique du Sud un processus qui conduira les leaders noirs et blancs à la table des négociations. » (Partage international, septembre 1988)
 
Deux jours après que le gouvernement sud-africain ait introduit une législation comportant une réforme agraire radicale, mais exclu toute redistribution de terre aux victimes de l'apartheid, le président F. W. de Klerk aurait reconsidéré la possibilité de redistribuer les terres. Après leur rencontre avec M. de Klerk, un groupe de dirigeants ecclésiastiques a déclaré qu'il « était envisagé d'étudier la redistribution de terres ainsi que le délai nécessaire à une telle mise en application. » La législation du gouvernement éliminerait la discrimination raciale pour la propriété foncière, autoriserait tous les Sud-Africains à vivre où ils le souhaitent, rendrait 1,2 millions de noirs propriétaires de leurs maisons dans les townships, examinerait le cas d'un million de propriétés résidentielles supplémentaires pour que leurs occupants en deviennent également propriétaires, réserverait près de 1,2 millions d'acres de terres agricoles appartenant à l'Etat pour l'établissement de petites exploitations agricoles noires qui recevraient les mêmes assistances financières et techniques que les fermes blanches.




Home Révoltes contre le service militaire

« Les hommes se révolteront contre le service militaire. » (Partage international, juillet/août 1990)
 
En Belgique, le nombre d'objecteurs de conscience au service militaire a considérablement augmenté depuis la détente entre l'Est et l'Ouest. D'après les calculs du journal belge Gazet Van Antwerpen, on note en janvier l991 une augmentation de près de 250 pour cent par rapport à l'année précédente.




Home Les gouvernements autoritaires disparaîtront

« Les gouvernements autoritaires disparaîtront. Les politiciens deviendront les serviteurs, et non plus les maîtres, du peuple. » (Partage international, octobre 1988)
 
« En Afrique, les dictatures militaires arrivent à leur terme. » (Partage international , 29 janvier 1991)
 
Afrique — L'année dernière, au moins neuf pays africains ont connu leurs premières élections démocratiques depuis leur indépendance. Plus de dix autres pays, dont le Mozambique, le Zaïre et le Congo, ont adopté des réformes destinées à amener de semblables élections. Les dirigeants d'au moins une demi-douzaine d'autres nations, dont le Ghana, le Kenya et le Mali, subissent une pression grandissante en vue d'obtenir la tenue d'élections multipartites. Dans les dernières semaines, deux dirigeants africains (au Mali et au Bénin) ont été renversés sous la pression de mouvements pro-démocratiques dans leurs pays, tandis que deux autres chefs d'Etat (au Togo et au Cameroun) ont été contraints de promettre des réformes démocratiques à la suite de manifestations contre leur régime à parti unique.
 
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, a effectué une volte-face par rapport à son attachement à un état stalinien à parti unique. D'après Le Monde, il a fait la déclaration suivante : « Les événements d'Europe de l'Est ainsi que les appels récents dans certains pays africains » l'ont conduit à « changer d'avis ».
 
En mai, le Niger va organiser une conférence nationale, et des élections se tiendront au début de l'année l992. Des élections au Zaïre ont été prévues pour avril. D'autres pays en font autant, notamment au Burkina Faso et au Togo, où est envisagé un « multipartisme discipliné et contrôlé ». Certains régimes militaires se préparent, quoique lentement, à transmettre le pouvoir aux civils : à Lagos en octobre l992, et à Conakry « entre l993 et l996 ». Au Tchad, aucune transformation ne se fait encore jour, mais un essai a été tenté pour promettre la démocratisation.
 

Albanie — Le parti communiste a remporté près des deux tiers des sièges de l'assemblée lors des premières élections démocratiques depuis 1944, année où les communistes prirent le contrôle du gouvernement. Le résultat de cette élection reflète une division profonde du pays, entre la majorité rurale qui vote communiste et les citadins qui choisissent en masse les candidats d'opposition. L'Albanie a également annoncé la grâce des derniers prisonniers politiques restant incarcérés.

 

 




Home Elections dans les Etats du Golfe

« Le temps où les sultans, les rois et les cheikhs pouvaient gouverner ces pays [les Etats du Golfe] comme s'il s'agissait de jouets leur appartenant est arrivé à son terme. » (Partage international, octobre 1990)

Le Prince héritier Saad Abdullah al-Sabah, Premier ministre et administrateur de la loi martiale du Koweït, a annoncé que de nouvelles élections auraient lieu dans son pays d'ici six mois à un an. Un autre haut fonctionnaire du gouvernement koweïtien, Abdul Rahman al-Awadi, ministre d'Etat aux Affaires ministérielles a également mentionné cette échéance d'une année, déclarant à l'Associated Press que la réforme démocratique « est une obligation, et qu'aucun retour en arrière n'est possible. » Trois jours après sa déclaration, M. al-Awadi et les vingt-et-un autres fonctionnaires koweïtiens du cabinet démissionnaient de leur poste, au milieu des revendications croissantes de la population koweïtienne en faveur de la démocratie, et de la colère populaire contre l'incapacité du gouvernement à rétablir les principaux services publics.





Citation

Home Article 24 de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l'Enfant

Tout enfant a le droit de bénéficier des meilleures conditions de santé possibles et d'avoir accès aux services médicaux. Les Etats doivent prendre des mesures afin de réduire la mortalité infantile et de développer les principaux services médicaux.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017