DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2014

Extraits de la revue
Partage international

Décembre 2014 - N° 316

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Courrier des lecteurs


  • Interviews


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home Appel à la raison

par le Maître –

Par l’entremise de Benjamin Creme, 8 novembre 2014

L’heure est proche où l’on se rendra compte que la principale difficulté à laquelle est confrontée la génération actuelle a trait au déséquilibre écologique qui met en péril de vastes régions de la Terre. Comme vous le savez, les avis sont partagés quant à la gravité du problème mais, à moins que les hommes ne lui consacrent tous leurs efforts, beaucoup parmi eux verront leur avenir menacé.

Bientôt de nombreux groupes prendront toute la mesure du danger, voyant d’année en année se rapprocher la catastrophe. Le réchauffement global déchaîne des forces sur lesquelles l’homme ne peut aujourd’hui exercer aucun contrôle.

Saisissez donc le peu de temps qu’il reste pour agir. Car les eaux montent inexorablement, et l’inconscience des hommes fait peser de lourdes incertitudes sur leur avenir.

S.O.P. Save Our Planet — Sauvons notre planète !





Home Proscrire les combustibles fossiles d’ici 2100

par Stefanie Spear

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a publié le 2 novembre 2014, à Copenhague, la version finale de son cinquième rapport de synthèse. Ce document affirme que « l’influence de l’homme sur le système climatique est évidente et augmente constamment, impactant à présent tous les continents. S’il n’est pas contenu, le changement climatique menace de causer aux populations et aux écosystèmes des dommages sévères, étendus et irréversibles. » Le rapport passe en revue « les options qui permettraient de s’adapter à ce changement, et les mesures de restrictions à adopter pour que ses impacts ne soient pas irrémédiables. »

Rédigé par plus de 800 scientifiques, ce rapport de synthèse est à ce jour l’évaluation du changement climatique la plus complète jamais réalisée.

« Nous avons les moyens de limiter le changement climatique, explique R. K. Pachauri, président du Giec, les solutions sont nombreuses et assureront la continuité des développements économiques et humains. Il ne nous manque que la volonté de changer, mais nous sommes persuadés que les sciences du changement climatique, une fois comprises, nous en fourniront la motivation. »

Les conclusions du rapport sont les suivantes :

– Les émissions de gaz à effet de serre et d’autres facteurs anthropogéniques sont les principales causes du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle.

– D’ici à 2050, la proportion des énergies renouvelables dans la production énergétique devra passer des 30 % actuels à 80 %.

– En 2100, il faut avoir presque entièrement cessé d’utiliser les combustibles fossiles sans dispositif de capture et de stockage de carbone.

– Le changement climatique affecte tous les continents.

– La poursuite des émissions de gaz à effet de serre augmentera le réchauffement et changera durablement le climat, « augmentant ainsi la probabilité de dommages étendus et profonds affectant à tous les niveaux les sociétés et la nature dans le monde entier. »

– La menace climatique est particulièrement redoutable pour les pays les moins développés.

Selon Michael Brune, directeur du Sierra Club (ONG environnementale très connue aux Etats-Unis) : « Ce rapport historique du Giec ne nous laisse pas le choix : nous devons passer rapidement à une économie débarrassée des combustibles fossiles polluants, et cela sans attendre demain. Jamais la communauté scientifique n’avait utilisé de termes aussi forts pour s’adresser aux dirigeants du monde et exiger qu’ils se réveillent. Toutes les données indiquent qu’il faut éliminer les combustibles fossiles si nous voulons combattre la misère de par le monde, soutenir la stabilité des gouvernements et des sociétés, et maintenir la vie sur notre planète. Et surtout, ce rapport reconnaît que les solutions sont à notre portée et prêtes à être mises en œuvre. »

Les nations ont collectivement reconnu qu’au-delà de deux degrés de réchauffement climatique, les risques et les dommages causés pourraient être irréversibles. « Les arguments scientifiques en faveur de l’adoption de mesures prioritaires contre le changement climatique sont plus convaincants que jamais, explique R. K. Pachauri. Il nous reste peu de temps avant que ne disparaisse la possibilité même de limiter le réchauffement à 2°. Pour avoir une bonne chance d’atteindre cet objectif à des coûts encore raisonnables, nous devons entre 2010 et 2050 faire baisser nos émissions de CO2 de 40 à 70 % à l’échelle de la planète, si nous voulons arriver à zéro émission en 2100. Nous avons encore cette possibilité. A nous de choisir. »

Le rapport du Giec souligne que si tous les gouvernements travaillent à réduire les émissions, nous pouvons encore beaucoup limiter les risques causés par le changement climatique, et, dans ce cas, des politiques adéquates pourraient permettre aux écosystèmes de s’adapter et aux nations de se développer durablement.

« A l’heure où les nations semblent s’orienter vers une action concertée, ce rapport nous rappelle que les dangers induits par le changement climatique menacent notre planète sur une vaste échelle. En lisant ce rapport, personne ne peut douter de la réalité du changement climatique, déclare Jennifer Morgan, directrice des Programmes climat et énergie à l’Institut des ressources mondiales. Si nous ne réduisons pas drastiquement la pollution au carbone, le prix à payer par les économies de la planète et par ses habitants irait bien au-delà du tolérable. Mais les solutions semblent bien comprises et acceptées. Un faisceau grandissant de preuves mène à la conclusion que la lutte contre le changement climatique peut aller de pair avec un renforcement de nos économies. Le rapport de synthèse devrait orienter positivement les discussions à Lima (en décembre 2014), où les négociateurs devront établir les bases de l’accord qui sera signé l’année prochaine à Paris – un accord qui devra être ferme et universel. »


Reproduit avec la permission de ecowatch.com




Home La compassion pour boussole

par Oda Povel

La compassion est un concept universel qui découle de la prise de conscience que chacun d’entre nous veut être heureux et éviter la souffrance. Elle est définie en détail dans la Charte de la compassion, à l’origine de laquelle se trouve Karen Armstrong, lauréate 2008 du prestigieux prix des conférences TED. Ce prix est décerné chaque année à une personne qui fait une proposition innovante et audacieuse susceptible de provoquer un changement global de société.

Karen Armstrong a décidé d’utiliser l’argent de ce prix pour promouvoir l’enseignement et la pratique de la compassion. Dix-huit représentants de groupes religieux et laïques ont participé à la rédaction de la Charte, en composant des textes à partir des réactions reçues sur le site internet du mouvement. Depuis le 12 novembre 2009, date de son lancement, la Charte de la compassion a été diffusée dans 32 pays et présentée lors de 175 événements.

On peut lire sur le site : « La Charte de la compassion est un document qui transcende les différences religieuses, idéologiques et culturelles. Elle est soutenue par les plus grands penseurs d’origines les plus diverses. Elle représente un effort de coopération mondiale pour restaurer non seulement la pensée compassionnelle, mais, plus important encore, pour remettre la pratique de la compassion au centre de la vie quotidienne. La compassion consiste à se mettre dans la peau de l’autre, une pratique qui se trouve au cœur de tous les systèmes religieux et éthiques. »

La publication de la Charte de la compassion a donné lieu à toutes sortes d’initiatives ; des « villes de compassion » ont vu le jour, ainsi que des stages pour développer la capacité de compassion. On trouve aussi sur le site des témoignages divers d’actes de compassion.

Comprendre la compassion

Sommes-nous tous capables de compassion ? Potentiellement, oui, mais cette capacité doit être nourrie et développée. « Lorsque vous souffrez, vous commencez à comprendre la souffrance. Si vous avez souffert cela vous ouvre le cœur ; cela vous ouvre l’esprit à ce que vivent la plupart des gens dans le monde. Cela vous donne l’expérience dont vous avez besoin pour comprendre tout un chacun. » [Benjamin Creme, L’Art de vivre, page 72]

« La tâche à venir est claire : ouvrir les fenêtres de l’âme et laisser sa lumière illuminer vos vies. Par l’éveil de l’intuition permettre à la connaissance et au dessein de l’âme de s’exprimer. Comprendre le mot « compassion » et répandre l’amour autour de vous. Permettre à la sagesse de votre âme de bannir toute illusion et de devenir une lumière pour vos frères. Telle est la tâche de tous ceux qui désirent fouler le Sentier de Lumière. Eveiller l’intuition et avoir une vision claire du Plan ; éveiller l’intuition et dissoudre l’obscurité ; éveiller l’intuition et rejeter toute crainte. » [Le Maître de Benjamin Creme, dans Un Maître parleRaison et intuition, septembre 1982]

« L’amitié, la compassion, la joie apaisent le mental ; ces sentiments doivent s’exprimer indifféremment face au plaisir et à la douleur, et face à la vertu et au vice. » [Yoga Sutra de Patanjali I.33]

« La compassion naît toujours de la compréhension, et la compréhension est le fruit du regard profond. » [Thich Nhat Hanh, maître bouddhiste militant de la paix]

La compassion n’est pas la pitié. La pitié est la projection de nos propres peurs ou émotions qui nous font perdre la juste distance avec ce que nous observons. La pitié voit l’autre comme séparé de lui-même et peut conduire à une attitude paternaliste et complaisante qui conduit souvent à la passivité.

« C’est notre compassion qui nous lie l’un à l’autre, pas la pitié ou la condescendance, mais comme des êtres humains qui ont appris à transformer leur souffrance commune en espoir pour l’avenir. La souffrance et l’injustice sont souvent si terribles que nous avons tendance à fermer les yeux tellement notre émotion est forte, et parce que nous nous sentons impuissants. » Nelson Mandela

« [Ces personnes] ont besoin de se détacher davantage, de développer la faculté de voir ces maux, de s’identifier à eux, mais pas jusqu’au point de perdre totalement leur énergie, leur sens de la mesure. Il vous faut acquérir le sens des proportions. Il vous faut savoir que ces maux existent, vous identifier à eux, et y répondre dans la mesure du possible, de votre mieux, mais avec détachement. Il vous faut être détachés, non pas des maux eux-mêmes mais de votre réaction envers eux. Cette sensation de douleur et de souffrance est réelle et montre que votre cœur est bien éveillé et qu’il répond au besoin des hommes. Servez, répondez au besoin, et vous verrez que la douleur et la souffrance diminueront peu à peu. Plus vous deviendrez efficaces, plus vous acquerrez de sang-froid. Le sentiment de ne pas être à la hauteur, d’être impuissant, est la cause de beaucoup de douleurs et de souffrances. » [Benjamin Creme, La Mission de Maitreya, tome II, page 717]

La compassion – une boussole sans passion

La compassion fonctionne de deux façons : vers l’intérieur et vers l’extérieur, vers les autres.

« Vous, mes disciples, songez au futur, et vous verrez le monde se régénérer. Dans votre effort, n’oubliez pas la compassion. » [Les Feuilles du Jardin de Morya I/L’appel, Association Agni Yoga]

« Regarde chaque personne avec compassion et amour. A moins que vous n’adoptiez cette approche dans vos relations avec les autres, tout exercice spirituel sera simplement gaspillé. » Sathya Saï Baba

Que pouvons-nous faire pour développer notre compassion, pour qu’elle devienne une qualité intrinsèque de notre vie ? Comment purifier nos intentions pour que la compassion devienne une boussole sans passion pour guider chaque jour de notre vie ? Les religions, les systèmes éthiques et les groupes ésotériques ont développé des exercices et des méditations pour y parvenir. Patanjali enseigne comment parvenir à l’identification avec les autres grâce à la concentration sur les « trois états du sentiment : la compassion, la tendresse et l’impassibilité »

Maitreya nous exhorte : « Faites que votre action soit à la mesure des besoins de votre frère, et résolvez les problèmes du monde. » [Message n° 52]

La compassion est un point de départ ; elle doit être intégrée dans notre vie. Chaque tâche, chaque action, chaque pensée, chaque contact inspiré par la compassion peut ouvrir la voie vers un monde nouveau et définir les contours d’un avenir radieux. Pour finalement nous rendre compte que la compassion n’est pas une qualité ou une vertu, mais la Loi des lois.

Maitreya nous dit : « Une nouvelle Loi se fait jour. La nouvelle Vérité est révélée aux hommes. La Loi est Amour. La Vérité, mes amis, est Fraternité. » [Message n° 43]

L’âge de Maitreya, le Seigneur de l’amour et de la compassion, amènera un monde nouveau. Un monde de paix, de joie et de fraternité. Inspirés et guidés par Maitreya lui-même, c’est par la compassion que nous pourrons ouvrir la voie à cet avenir.

Pour plus d’information : www.charterforcompassion.org
Références : Association Agni Yoga, Les Feuilles du Jardin de Morya I/L’appel. H. P. Blavatsky, La Voix du silence, Société théosophique. B. Creme, L’Art de vivre ; La Mission de Maitreya, tome 2 ; Messages de Maitreya le Christ ; Un Maître parle, Partage Publications. Les Yoga-Sutras de Patanjali
.


La Charte de la compassion

Le principe de la compassion se trouve au cœur de toutes les traditions religieuses, éthiques et spirituelles. Il commande de traiter autrui comme nous aimerions être traités nous-mêmes. La compassion nous pousse à travailler sans relâche pour soulager la souffrance de nos semblables, pour nous détrôner du centre de notre monde et y placer l’autre, et à honorer la sainteté absolue de tout être humain, en traitant tout le monde, sans exception, avec justice et respect.

Il est également nécessaire, tant dans notre vie sociale que privée, de cultiver l’innocuité. User de la violence, dans nos actes ou nos paroles, que ce soit par dépit, par chauvinisme ou par intérêt, exploiter ou nier les droits fondamentaux d’un être humain, inciter à la haine en dénigrant les autres – même nos ennemis –, est un reniement de notre humanité commune.

Nous reconnaissons que nous n’avons pas su vivre avec compassion, et que certains ont même ajouté à la misère humaine au nom de la religion.

Nous demandons donc à tous les hommes et toutes les femmes :
– De replacer la compassion au centre de la morale et de la religion ;
– De restaurer l’ancien principe selon lequel toute interprétation des Ecritures qui encourage la violence, la haine ou le mépris, est illégitime ;
– De veiller à ce que les jeunes reçoivent des informations exactes qui respectent toutes traditions, religions et cultures ;
– D’encourager une valorisation positive de la diversité culturelle et religieuse ;
– De cultiver une empathie informée avec la souffrance de tout être humain – même considéré comme un ennemi.

Il est urgent de faire de la compassion une force claire, lumineuse et dynamique dans notre monde polarisé. Enracinée dans une détermination de principe à transcender l’égoïsme, la compassion peut briser les frontières politiques, dogmatiques, idéologiques et religieuses. La compassion est née de la profonde interdépendance de tous les êtres humains, elle est essentielle à l’harmonie de nos relations, et à la création d’une économie basée sur la justice. Elle est la voie de l’illumination et de la paix mondiale.

www.charterforcompassion.org. Texte de Karen Armstrong et du Council of Conscience, composé de personnalités morales et spirituelles, 2009
 


Qu’est-ce que la compassion ?

« Laisse ton Ame prêter l’oreille à tout cri de douleur, comme le lotus met son cœur à nu pour s’enivrer du soleil matinal.
Ne permets pas à l’ardent Soleil de sécher une seule larme de souffrance, avant que tu n’aies toi-même essuyé les yeux affligés.
Mais laisse toute larme humaine tomber brûlante sur ton cœur et y rester, et ne l’en efface jamais avant que soit disparue la douleur qui l’a causée.
Homme au cœur plein de compassion, ces larmes sont les ruisseaux qui arrosent les champs de l’immortelle charité. »

H. P. Blavatsky, La Voix du silence





Point de vue

Home Cinq ans pour en finir avec les centrales à charbon et les voitures à essence

par Stephen Leahy

[Note de l’auteur : L’un des articles les plus difficiles et les plus importants que j’ai écrit au cours de mes vingt ans de journalisme.]

Les implications d’une étude de référence sur les émissions de carbone sont terrifiantes. D’ici 2018, en effet, et où que ce soit dans le monde, il nous faut impérativement cesser de construire de nouveaux véhicules, logements, usines ou centrales électriques, sauf si c’est pour remplacer les anciens, ou s’ils sont carboneutres. Faute de quoi, l’impact des émissions de gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique sera tel que la hausse de la température mondiale dépassera 2° Celsius, menaçant la survie de nombreux habitants de la planète.

Les climatologues nous disent que notre budget carbone est serré – que seules tant de tonnes de dioxyde de carbone peuvent être rejetées dans l’atmosphère avant que le climat global ne soit en surchauffe. Nous connaissons déjà un réchauffement des températures de 0,85° C par rapport aux niveaux pré-industriels, et ce chiffre augmente chaque année. Certes, personne ne pense que 2° c’est un niveau sûr. Mais c’est plus sûr que d’aller au-delà et de courir le risque que le réchauffement global s’envole et devienne complètement incontrôlable.

L’an dernier (2013), le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a, pour la première fois, établi un budget carbone global. Ce budget indique essentiellement qu’à compter de 2014 la quantité de CO2 que nous pouvons nous permettre d’émettre se monte à quelque 1 000 milliards de tonnes. En d’autres termes, nos voitures, usines et centrales ne peuvent émettre que 1 000 milliards de tonnes ou 1 000 gigatonnes (Gt) de CO2 dans l’atmosphère si nous voulons avoir plus d’une chance sur deux de contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2° C.

Si l’on considère que l’humanité a rejeté 36 Gt de CO2 dans l’atmosphère durant la seule année dernière, 1 000 Gt semble être un budget important. Qui pourrait même nous donner à penser que nous avons de la marge.

Mais ce n’est peut-être pas le cas, des études récentes montrent que nous n’avons peut-être pas pris en compte la totalité de la situation pour ce qui est des émissions de CO2. Nous n’avons compté que les émissions annuelles, et négligé le fait que la construction de nouvelles centrales à charbon ou à gaz est en réalité un engagement à rejeter du CO2 pendant la durée de vie d’une centrale donnée – qui est de 40 à 60 ans. Ces futures émissions sont connues sous le nom d’engagement carbone.

Une nouvelle étude a calculé les engagements carbone de toutes les centrales à charbon et à gaz existantes en prenant en compte leurs émissions annuelles de CO2 ainsi que leur âge actuel. Cette étude pose comme hypothèse que les centrales ont une durée de vie utile de 40 ans. Une centrale à charbon vieille de 38 ans émettra nettement moins de CO2 et aura ainsi un engagement carbone moindre qu’une centrale construite aujourd’hui. L’étude intitulée Comptage des engagements carbone en fonction des émissions a établi que la plupart des centrales neuves mises en service en 2012 ont un engagement carbone très élevé : 19 Gt de CO2.

La construction de nouvelles centrales s’accompagne de davantage d’engagements carbone qui vampirisent notre budget carbone. Si l’on construisait aujourd’hui assez de centrales géantes, leurs futures émissions absorberaient la totalité du budget, ne laissant place à aucune autre source d’émissions de CO2.

Pendant ce temps, le rythme auquel de nouvelles centrales sont construites dépasse largement celui auquel les anciennes sont fermées. Bon nombre de centrales à charbon états-uniennes fonctionnent pendant plus de 40 ans ; actuellement, la plus ancienne fonctionne depuis 70 ans.

« De par le monde, nous avons construit davantage de centrales au charbon ces dix dernières années que nous n’en avons construit au cours des décennies précédentes. Et les fermetures d’usines anciennes ne suivent pas le rythme de cette expansion », a précisé le co-auteur de l’étude, Steven Davis, de l’Université de Californie, Irvine.

Engagement carbone des centrales à combustibles fossiles : 300 Gt

S. Davis, et le co-auteur de l’étude, Robert Socolow de l’Université de Princeton, ont calculé que l’engagement carbone des centrales à charbon et à gaz existantes s’avère très important – supérieur à 300 Gt.

Engagement carbone non lié aux centrales : 400 Gt

La réalité de l’engagement carbone vaut pour toutes les infrastructures nouvelles utilisant des combustibles fossiles, y compris les immeubles de bureaux et les logements se chauffant au gaz, ou les automobiles et les avions utilisant des carburants. Toutes ces infrastructures ont une durée de vie de plusieurs, voire de nombreuses années, pendant lesquelles elles rejetteront du CO2 et ce, jusqu’à leur mise hors service. Ces futures émissions comptent également dans l’engagement carbone. Dans une autre étude à paraître, S. Davis a calculé les engagements carbone d’autres sources de CO: transport, industrie, secteur commercial et résidentiel. Il estime qu’en 2013 cet engagement carbone dépassait 400 Gt.

Avec l’engagement carbone des centrales qui atteint 300 Gt dans l’étude actuelle, c’est plus de 700 Gt d’engagements carbone pour un budget carbone global de 1 000 Gt. Ce qui laisse moins de 300 Gt pour les futurs centrales, usines sidérurgiques, cimenteries, immeubles et autres infrastructures qui utilisent des combustibles fossiles.

Au rythme actuel, nous aurons utilisé le reste du budget dans cinq ans seulement. La répartition étant la suivante :

Estimation des émissions annuelles 2014-2018 : 200 Gt

Les émissions globales de CO2, toutes sources confondues, se montaient à 36 Gt en 2013. Les émissions annuelles ont augmenté au rythme de 2 à 3 % par an. En l’absence d’efforts sérieux de réduction des émissions, ce sont 200 Gt de CO2 supplémentaires qui seront émises entre 2014 et 2018.

Estimation des nouveaux engagements carbone 2014-2018 : 100 Gt

S. Davis et R. Socolow ont calculé que les engagements carbone des nouvelles infrastructures utilisant des combustibles fossiles tourneront en moyenne autour de 20 Gt par an au minimum, ce qui fera un total de 100 Gt sur cinq ans.

300 + 400 + 200 + 100 = 1 000 Gt de carbone : limite atteinte en 2018

A moins que les centrales à charbon et à gaz ou les autres sources principales de CO2 ne soient fermées avant la fin de leur durée de vie utile, le budget carbone global de 1 000 Gt sera pleinement épuisé en 2018. Personne ne s’en apercevra parce que ni la situation ni la perception qu’on en aura ne seront tellement différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui.

Le CO2 est un poison lent, trans-générationnel. Les impacts sur le climat qu’entraînera l’explosion du budget carbone ne se feront pas sentir avant 2030 ou 2040 – et ce, sur une durée fort longue. Les climatologues eux-mêmes ne remarqueront pas grand-chose car les émissions annuelles de CO2 ont été le seul critère sur lequel les différents pays et les Nations unies se sont focalisés pour s’attaquer au changement climatique, explique S. Davis : « C’est comme si un automobiliste roulant sur l’autoroute regardait uniquement par la vitre latérale. »

Les décideurs politiques, les leaders du monde de l’entreprise, les investisseurs, les urbanistes, les technocrates, des tas d’autres catégories de personnes devraient avoir les yeux fixés sur le pare-brise, et regarder en face la dure réalité des engagements carbone. Si les calculs de S. Davis et de R. Socolow sont exacts, aucune centrale à charbon ou à gaz ne devrait être mise en service après 2018 – à moins que ce soit pour remplacer des centrales mises hors service. Cela signifie qu’il faut geler la taille du parc automobile mondial, et des secteurs industriels et commerciaux, à moins que leur efficacité énergétique n’augmente.

Le fait qu’une grande partie de nos infrastructures actuelles et à venir s’accompagne d’engagements carbone considérables est d’une aveuglante évidence ; mais c’est un fait qui ne reçoit pas l’attention qu’il mérite.

Ce n’est pas en aggravant un problème qu’on peut le résoudre

« Si vous décidez de construire, sachez que vous aurez des émissions année après année. C’est un point fondamental à prendre en compte quand on décide de construire un grand nombre de choses, précise S. Davis. Ignorer la réalité des engagements carbone revient à investir lourdement dans des technologies qui ne font qu’aggraver le problème. « Nous avons fermé les yeux sur ce qui se passe devant nous. Un avenir à haute teneur en carbone nous est imposé par les investissements de capitaux mondiaux, souligne R. Socolow. Tout plan ou stratégie visant à réduire les émissions de COdoit inclure un contrôle de ces investissements. Pour l’instant, les données indiquent que « nous nous tournons de plus en plus vers les énergies fossiles. »

Comment commencer à nous préparer à affronter un budget carbone pléthorique ? D’abord, cesser de construire des centrales utilisant des combustibles fossiles.

Etonnamment, il semble que l’Australie soit pionnière dans ce domaine, même si elle est revenue dernièrement sur son engagement vis-à-vis de la taxe carbone. Grâce à l’adoption largement répandue de l’énergie solaire par les particuliers et par les entreprises, la consommation en électricité d’origine fossile du pays est en forte régression. Pour la première fois de son histoire, selon l’Australian Energy Market Operator, le pays n’aura pas besoin de recourir à de nouvelles infrastructures à gaz ou à charbon pour assurer son alimentation électrique dans les dix années à venir. L’Allemagne, de son côté, se tourne rapidement vers des sources d’énergie propre comme le vent et le soleil, afin d’éviter de construire des centrales à charbon ou des centrales nucléaires.

Selon R. Socolow : « Il nous faut également penser à répondre à la demande en énergie en améliorant l’efficacité énergétique. Des gains potentiels d’efficacité énergétique de 50 % sont atteignables dans de nombreux secteurs et dans la plupart des pays. Les Etats-Unis sont les rois du gaspillage énergétique selon la plupart des estimations. Ce gaspillage coûte environ 130 milliards de dollars par an aux Américains, d’après Alliance to Save Energy. Pourtant, en dépit des énormes réductions potentielles en termes de coût et d’émissions, les gouvernements font porter la quasi-totalité de leurs efforts en matière de recherche énergétique sur de nouvelles sources d’énergie – sur la construction de nouvelles centrales – au lieu de participer au développement de voitures, de bâtiments et d’appareils éco-énergétiques.

L’étude internationale réalisée par Alliance to Save Energy en 2012 a mis également en évidence le fait que l’amélioration de l’efficacité énergétique est de loin ce qu’il y a de plus rentable en termes d’investissement pour la sécurité énergétique, pour l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction des impacts sociaux et environnementaux et les réductions d’émission de carbone. Cela étant, les améliorations en matière d’efficacité énergétique sont coûteuses en temps ; or, le temps, il nous en reste très peu, si l’on veut que les réductions d’émissions de CO2 restent sous le seuil des 2° C ».

Tout en se refusant à dire qu’il était inévitable que la température de notre planète augmente de 2° C, R. Socolow a bien insisté sur le fait que tous les efforts visant à réduire les émissions devaient être entrepris le plus tôt possible. « 3° C, c’est nettement mieux que 5° C, ce que nous risquons de connaître si nous continuons sur cette lancée. »


Article publié initialement le 6 septembre 2014, sur le site Motherboard.





Signes des temps

Home Une « empreinte de main »

Cher Monsieur,

Le 30 octobre 2014 en rentrant chez moi, j’ai vu une empreinte de main sur le miroir de ma salle de bain. Je l’ai effacée par peur. Je suis sortie quelques heures et quand je suis revenue chez moi une autre main était apparue sur le miroir. Pourriez-vous me dire qui a manifesté ces empreintes ?

V. B., Issou, France

Le Maître de Benjamin Creme indique que les « empreintes de main » ont été manifestées par le Maître Jésus.


Home Un ovni à Kochi

Source : indiatoday.intoday.in ; ufosightingsdaily.com

Kochi, Inde – Le 29 octobre 2014, à Kochi, un groupe de personnes a observé des lumières colorées qui flottaient dans le ciel avant de disparaître.

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agissait d’un vaisseau vénusien.


Home Un nuage insolite

Source : dailymail.co.uk ; www.ufosightingsdaily.com

Australie – Le 3 novembre 2014, un énorme nuage en forme d’ovni, avec un arc-en-ciel, a été observé dans toute l’Australie. Des dizaines de photographies de ce nuage ont été mises en ligne sur des sites web et des réseaux sociaux.

Le Maître de B. Creme indique que ce nuage insolite a été manifesté par des ovnis.


Home Une icône miraculeuse

Source : visionsofjesuschrist.com

Connue sous le nom de « la Divine Miséricorde », une icône du Christ exposée dans un sanctuaire à Stockbridge dans le Massachusetts (E.-U.), verse des larmes. Le phénomène a commencé en 2010. Elle appartenait alors à une femme qui résidait en Californie, qui en fit ensuite don aux Frères de Marie. Ces derniers n’ont fait aucune déclaration publique à ce sujet.

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce miracle a été manifesté par un disciple majeur du Maître Jésus.


Home Un anthurium extraordinaire

Depuis près de 18 mois, M. O., de St-Pierre-de-Chandieu (France), admire cet anthurium qui ne cesse de fleurir. Mais récemment (automne 2014) une première fleur s’est formée, plus grande que la normale, en forme de cœur, puis sur la même tige, une deuxième est apparue. Marie se sent pleine de joie de pouvoir admirer cette magnifique floraison.

Le Maître de B. Creme indique que cette plante est énergétisée de temps en temps par un disciple majeur du Maître Jésus.


Home Bénédiction à Berlin

Photo prise par P. S., en août 2013, à Berlin, sur le toit d’une vieille usine de glace, un bâtiment en ruines situé près de la rivière Spree.

 

Le Maître de B. Creme indique que ce rayon de lumière manifesté par un vaisseau martien est une bénédiction ainsi qu’un rappel.


Home Une statuette verse des larmes de sang

Source : visionsofjesuschrist.com

Une statuette de l’enfant Jésus, achetée en Israël en octobre 2010, par le père Luiggi, prêtre franciscain de Salerne (Italie), a commencé à verser des larmes de sang alors qu’elle était encore dans son emballage. Au lendemain de son acquisition, le père Luiggi fut réveillé par une voix : « Ouvre vite, j’étouffe !» Troublé, il déballa la statuette pour s’apercevoir qu’elle versait des larmes de sang.

Il prévint son évêque en visite ce jour-là dans son monastère. Celui-ci vit les larmes fraîches sur la statuette et appela immédiatement des experts. Les analyses montrent que le sang est du vrai sang humain.

Un an plus tard, la statuette a été exposée en public.

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce miracle a été manifesté par un disciple majeur du Maître Jésus.


Home De nouveaux motifs de lumière

Ces photographies montrent des motifs de lumière qui continuent de se manifester – un des nombreux signes annonçant l’émergence de Maitreya. Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’ils sont manifestés par Maitreya en collaboration avec les Frères de l’espace.


Tokyo (Japon), face à la gare de JR Yoyogi, le 3 octobre 2014. Photo prise par R. Y.

 


Hassloch (Allemagne), le 21 septembre 2014. Envoyé par H. M.

 


Séminaire de méditation de transmission, San Francisco (E.-U.), août 2014. Photo envoyée par M. T.

 


Venise (Italie), sur le mur d’une église, septembre 2013. Photo prise par P. C, G.-B.

 


Nordenau (Allemagne), septembre 2014. Photo envoyée par K. van T. et W. J. (Pays-Bas).

 


Freiburg (Allemagne), août 2014, photo envoyée par D. M.





Tendances

Home La reconnaissance de l’Etat palestinien

Source : otherisrael.home.igc.org ; Aljazeera.com ; theguardian.com

En octobre 2014, la Suède a reconnu officiellement l’Etat palestinien. Annoncée par Stefan Löfven, premier ministre suédois, la décision devrait relancer de façon significative la campagne palestinienne visant à obtenir des reconnaissances unilatérales, suite à l’effondrement en début d’année du processus de paix initié par les Etats-Unis.

Le président Abbas a qualifié de « courageux et historique » ce geste en faveur de l’Etat palestinien. Tandis que les Palestiniens applaudissent, Israël proteste en rappelant son ambassadeur pour consultation, marquant ainsi sa désapprobation.

Margot Wallström, ministre des Affaires étrangères suédoise, affirme que reconnaître la Palestine et l’autorité du président Abbas mettra chaque partie sur un pied d’égalité et permettra aux pourparlers de paix de progresser. « Il est important d’encourager la négociation et non la violence, déclare-t-elle. Cela donnera de l’espoir à la jeunesse palestinienne et israélienne quant à l’existence d’une alternative à la violence. »

La Suède est le premier Etat membre de l’Union européenne (UE) de l’Europe de l’Ouest à reconnaître l’Etat palestinien. Sept membres de l’UE en Europe de l’Est et méditerranéenne ont déjà reconnu l’Etat palestinien : la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, la Hongrie, Malte, la Pologne et la Roumanie. L’Islande est le seul pays non membre de l’UE en Europe occidentale à l’avoir reconnu.

En octobre 2014, la Chambre des communes britannique a appuyé la reconnaissance d’un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël, dans un vote historique et symbolique. Par 274 voix contre 12, les parlementaires de tous bords ont exhorté le gouvernement à « reconnaître l’Etat palestinien à côté de celui d’Israël » afin de « contribuer à assurer une solution négociée entre les deux États ». Ce vote n’est pas contraignant mais il constitue un appel pour que les Britanniques rejoignent les 134 nations ayant déjà reconnu bilatéralement la Palestine – la Suède étant le plus récent à le faire. Cela consolide aussi la reconnaissance de la Palestine par les Nations unies, en 2012.

Les partisans des reconnaissances bilatérales, y compris en Palestine, en parlent comme d’une première étape et non d’une solution définitive. Cela ne peut pas remplacer les pourparlers de paix internationaux vers une solution à deux Etats. Cependant, l’accueil de la Palestine sur la scène politique internationale lui procure des avantages diplomatiques, comme des ambassades et l’immunité diplomatique.

Israël soutient que les Palestiniens ne peuvent obtenir l’Etat qui leur a été promis que par des négociations directes et non par d’autres voies diplomatiques. Mais M. Wallström affirme que « le gouvernement suédois considère que les critères juridiques internationaux en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien sont réunis ».

Les Palestiniens veulent un Etat indépendant en Cisjordanie et à Gaza, avec comme capitale Jérusalem-Est. Alors que les frontières de Gaza sont clairement délimitées, le territoire de ce qui constitue la Palestine en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ne seront précisément déterminées que par des négociations avec Israël dans une solution à deux Etats, lesquelles sont en ce moment suspendues.

En novembre 2014, le parlement danois devait également voter une motion afin de reconnaître l’Etat palestinien. Préalablement à ce scrutin, un groupe de 660 personnalités israéliennes ont adressé une lettre aux hommes et aux femmes politiques danois : « Nous avons été informés de la proposition du parlement danois de reconnaître l’Etat palestinien et de promouvoir une solution à deux Etats. Le Danemark a été un des premiers Etats à encourager le nouvel Etat d’Israël et à établir des relations diplomatiques avec Israël. Les actions du peuple danois pour protéger la vie des Juifs pendant la guerre sont bien connues et avérées. Le parlement danois est maintenant confronté à l’opportunité de continuer son traditionnel soutien à Israël en votant pour que son gouvernement reconnaisse l’Etat palestinien à côté de celui d’Israël. Pour encourager ce vote, nous souhaitons vous transmettre les convictions profondes des nombreux Israéliens signataires d’une pétition demandant votre soutien à cette reconnaissance. »

Cette lettre comporte la déclaration suivante :

« Nous soussignés, citoyens d’Israël, souhaitons que notre pays soit sûr et prospère, mais sommes préoccupés par les échecs politiques incessants, les activités d’occupation et de colonisation qui conduisent à encore plus d’affrontements avec les Palestiniens et torpillent les chances d’aboutir à un compromis. Il est clair que les perspectives qui permettront à Israël de vivre en sécurité et de subsister dépendent de l’existence d’un Etat palestinien à côté d’Israël. Israël devrait reconnaître l’Etat palestinien et la Palestine l’Etat d’Israël, sur les bases des frontières du 4 juin 1967. Votre initiative à reconnaître l’Etat palestinien accélèrera les perspectives de paix et encouragera Israéliens et Palestiniens à mettre fin au conflit. »

Un vote semblable doit avoir lieu au Parlement français, ainsi qu’en Espagne.





Courrier des lecteurs

Home Une leçon de vie

Cher Monsieur,

Le 25 octobre 2014 alors que j’étais assise sur un banc, une jeune femme s’approcha de moi. Elle semblait antillaise et portait de belles longues dreadlocks. Je me déplaçai un peu et elle déclara : « Ce n’est pas la peine de faire une telle grimace seulement parce que je viens m’asseoir à côté de vous. » Je fus interloquée par son agressivité. Je lui répondis qu’elle s’était méprise et que j’avais uniquement pensé : « Quelle belle femme, peut-être pourrais-je parler avec elle. » (comme je le fais en général pour leur parler de Maitreya). Mais elle n’en fut pas persuadée. Elle insista et dit que je l’avais stigmatisée.

D’habitude, je perds assez vite patience avec les personnes injustes : soit je me tais, soit je leur dis un peu ce que je pense mais cette fois-ci je continuai la conversation en espérant la calmer. On ne sait jamais quels sont leurs problèmes. Nous restâmes assises sur le banc l’une à côté de l’autre, un peu plus longtemps et quand je partis nous échangeâmes un sourire. Je pense que j’ai reçu une belle leçon m’aidant à mieux comprendre les autres et m’incitant à être plus amicale et plus diplomate – comme indiqué dans les questions-réponses du numéro de novembre de Partage international.

Etait-elle une personne particulière ?

N. de G., Amsterdam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique que la « femme » a été envoyée par le Maître Jésus, pour donner une leçon.


Home Aspiration

Cher Monsieur,

En mars 2009, j’accompagnai mon ami qui participait au marathon de Rome. En fait, à cette époque je vivais dans la peur et je redoutais d’être seule pendant trop longtemps. Comme je ne courais pas moi-même le marathon, cela faisait déjà des jours que le fait de rester seule pendant la durée de la course me préoccupait. Que se passerait-il si je me perdais dans la ville, s’il ne pouvait pas me retrouver, si, si…

A l’instant même où je dus lâcher sa main, faire demi-tour et me frayer un chemin dans la foule des supporters, j’eus soudain l’impression d’être soulevée du sol et me sentis totalement en paix. Je n’avais rien bu, ni pris de drogues mais j’avais la sensation de voler. En réalité, il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressentais. Je partageai ce sentiment d’unité avec toutes les personnes et les arbres alentour. Après quelques secondes, je revins à la réalité et je me mis sur le chemin du retour et la foule semblait s’écarter devant moi. Une jeune asiatique se dirigea droit vers moi et me demanda de l’aider pour trouver la ligne d’arrivée de la course. Alors j’ai ressenti une vague de courage m’envahir. Finalement nous visitâmes Rome ensemble et ce fut un grand moment. Je dus même me dépêcher pour ne pas être en retard pour encourager mon ami sur la ligne d’arrivée. Ce fut une expérience qui changea ma vie. Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’expliquer ce qu’il m’est arrivé quand je me suis sentie soulevée et me dire qui était la femme ?

Identité non communiquée, Amsterdam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique que cette aide a été fournie par un disciple du Maître Jésus.


Home Spectacle de lumière nocturne

Cher Monsieur,

Le 31 août 2014, je dînai tard avec des amis. Nous sortîmes vers 23 h 30 et vîmes six lumières orange dans le ciel, venant du nord-est dans une sorte de descente en piqué, puis former une ligne absolument droite et remonter à 45 degrés. Une sensation de paix totale, d’amour et de douceur nous envahit, c’était magnifique.

Comme nous observions ce spectacle merveilleux, une septième et une huitième lumières orange légèrement plus petites apparurent. On avait l’impression qu’elles essayaient de rattraper les six premières. C’est ce qu’elles firent, formant toujours une ligne droite, et planant à égale distance l’une de l’autre.

Comme elles passaient derrière un arbre immense au bord de la route, je courus devant la maison pour les voir émerger ; mais elles avaient disparu. J’ai ressentis comme une salutation spéciale. Qu’étaient ces lumières orange ?

J. W., Oldham, Lancashire, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme indique que les lumières étaient un groupe de vaisseaux martiens.


Home Une aide spéciale

Cher Monsieur,

Mon mari, mes deux filles et moi, en vacances en Grande-Bretagne, avons passé le 20 mai 2014 à Paris. On nous a volé notre sac contenant de l’argent, nos cartes de crédit et les billets de train pour retourner en Grande-Bretagne.

Nous étions très stressés et bien que nous parlions tous anglais, nous avions du mal à nous faire comprendre. Nous prîmes un taxi pour nous rendre à la gare car l’heure de départ du train approchait. Le chauffeur de taxi fut très serviable. Par chance, nous avions encore nos téléphones portables et nos passeports et il nous a aidés à faire opposition à nos cartes bancaires.

Nous aurions dû être à la gare 20 mn avant le départ du train mais nous étions en retard et avons dû expliquer que nous n’avions pas de billets. On ne nous comprenait pas, ce qui nous a rendus très soucieux. Une dame s’approcha et nous demanda si elle pouvait nous aider puis, même sans billet et malgré notre retard, elle nous mena à bon port. Bien que le train fût sur le point de partir et que je ne puisse pas marcher plus vite, elle nous assura que le train ne partirait pas sans nous. Finalement elle nous fit monter dans le train, donna un coup de sifflet et le train partit. Cela semblait un peu étrange que cette personne ait l’autorité de donner le coup de sifflet qui fit démarrer le train.

L’agréable chauffeur de taxi et cette dame plutôt belle nous apportèrent une aide tellement précieuse et nous leur sommes si reconnaissants et remercions Dieu pour leur aide.

Je suis abonnée à Share International et je me demande si ces deux personnes agréables n’étaient pas envoyées par Dieu pour nous aider. S’ils étaient des Maîtres, ce serait merveilleux de le savoir mais nous ne serions pas plus reconnaissants.

U. K., Hyderabad, Inde

Le Maître de Benjamin Creme indique que le Maître Jésus, à l’origine de l’aide, a fait intervenir ses assistants.


Home Rappel

Cher Monsieur,

Mon mari et moi séjournions quelques jours sur une île néerlandaise. Il avait été malade et avait besoin de repos.

Le matin, à l’hôtel, une chanson des années cinquante me vint à l’esprit : « Que sera sera, laissons l’avenir venir, demain n’est jamais bien loin, que sera sera. »

Nous descendîmes pour le petit-déjeuner et devant la machine à thé un homme vint se mettre à côté de moi. C’était un retraité typique de 70 ans environ. A ma grande surprise, il se mit à fredonner cette chanson, puis disparut. Ce ne pouvait sûrement pas être une coïncidence, n’est-ce pas ?Je n’avais pas entendu cette chanson depuis cinquante ans. [1] Etait-ce une personne particulière ? [2] L’après-midi du 22 septembre 2014, au supermarché, il y avait un Italien qui chantait : « Que sera sera ! » Etait-il quelqu’un de spécial, lui aussi ?

N. de G., Amsterdam, Pays-Bas.

Le Maître de Benjamin Creme indique que le « retraité typique » et le « chanteur italien » étaient tous deux des porte-parole du Maître Jésus


Home Grâce salvatrice

Cher Monsieur,

Le dimanche 17 juillet 2005, vers 19 h, près de Chalon-sur-Saône, je rentrais tranquillement des rencontres d’été des co-workers français travaillant pour l’Emergence, lorsqu’une jeune fille à scooter s’est écrasée à pleine vitesse, de face, contre mon camping-car. J’ai instantanément et très spontanément crié : « Mon Dieu, mon Dieu ! », puis je me suis garé sur le bas-côté et suis sorti du véhicule, très commotionné.

La jeune fille était à terre, inerte, quelques gouttes de sang avaient perlé de son casque sur la route. Des gens sont arrivés rapidement et ont appelé une ambulance.

Je ne voulais pas que cette jeune fille meure par ma faute. En effet, j’étais responsable de cet accident, bien que la conductrice du scooter ait dû rouler très vite dans le virage car elle avait surgi de nulle part en une seconde.

Le scooter était une épave totale, le choc avait été si violent que le pare-brise de mon camping-car était brisé, ainsi que le radiateur, et le capot moteur très embouti.

En toute logique, la jeune fille devait être ou morte, ou grièvement blessée.

L’ambulance l’a emmenée à l’hôpital. Le lendemain, la gendarmerie m’a dit qu’elle avait finalement pu rentrer chez elle, indemne, et qu’il n’y aurait donc pas de suite judiciaire à mon encontre. Est-ce que la jeune fille et moi-même avons bénéficié d’une « intervention » ?

B. C., Gironde-sur-Drot, France

Le Maître de Benjamin Creme confirme qu’il y a eu une « intervention » du Maître Jésus.


Home Un dilemme moral

Cher Monsieur,

Mon ami, J. D., est membre du Los Angeles Catholic Worker (Secours catholique). Un matin, un sans-abri lui demanda : « Pourrais-je utiliser vos toilettes ? » C’était un Noir âgé qui s’aidait d’une canne, une valise défoncée à ses côtés. Jeff lui répondit : « Les toilettes n’ouvrent pas avant 9 h 30. »

Jeff m’expliqua : « J’aurais pu le faire entrer dans notre cuisine et le laisser utiliser les toilettes où nous stockons nos réserves mais la dernière fois que je l’ai fait nous avons perdu tous nos réservoirs de savons. J’aurais dû prendre mes responsabilités en sa faveur, abandonner mon poste et attendre qu’il ait fini. Mais quand on laisse un sans-abri sans accès à des sanitaires utiliser des toilettes, il en profite pour transformer le lavabo et le sol en douche de fortune et en buanderie. Il se peut qu’il enlève sa chemise et son pantalon et qu’il se lave le corps tout entier ainsi que ses vêtements. »

Le sans-abri lui dit d’une voix paniquée : « S’il vous plaît, Monsieur, c’est vraiment pour aller aux toilettes. »

Jeff m’a expliqué : « Ce n’était pas une réponse très chrétienne, n’est-ce-pas ? Je ne pourrais que rejeter la responsabilité sur le manque de cœur de la bureaucratie municipale qui a enlevé les trente toilettes portables que nous avons obtenues après de si dures luttes ou sur la police qui donne des PV aux sans-abri qui urinent ou défèquent dans les rues.

Je pourrais aussi dire, peut-être avec plus d’honnêteté, que je ne veux pas être remis en cause par le Christ ressuscité en la personne d’un Noir âgé qui a besoin d’aller aux toilettes. Et s’il s’était agi de Jésus-Christ que j’avais envoyé faire ses besoins dans la rue ?

Se pourrait-il que ce fût le Maître Jésus ?

H. J., Redondo Beach, Los Angeles, E.-U.

Le Maître de B. Creme indique que le « sans-abri » était Maitreya.


Home Réconfort

Au cours l’été 2011, j’étais dans le train au milieu d’une conversation téléphonique avec ma sœur et j’épanchais mon cœur sur ma vie amoureuse. Je m’efforçai de ne pas parler trop fort mais en vain car j’étais assez bouleversée et des larmes coulaient sur mon visage. Je lui exprimais ma confusion à propos du comportement de la personne qui partageait ma vie. Puis après avoir raccroché près de ma destination, une femme ayant à peu près mon âge, s’approcha de moi et me donna une serviette en papier où elle avait écrit quelque chose. Elle me dit : « Oui, c’est pour vous. Je suis désolée d’avoir entendu votre conversation mais j’ai eu l’impulsion d’écrire cela à votre intention. » J’acceptai la serviette et me mis à lire. Cela me toucha profondément, me remplit d’amour et de réconfort. Elle disait que je n’étais pas bizarre mais très sensible, comme elle, et que je devrais rompre cette relation qui ne me convenait pas. Elle avait, elle aussi, mit fin à une telle relation et depuis, elle avait rencontré quelqu’un qui lui convenait mieux. Lorsque je levai les yeux, elle avait disparu.

Cette femme était-elle  spéciale ?

Identité non communiquée, Amsterdam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique que la « femme » était un disciple du Maître Jésus.


Home En de bonnes mains

Cher Monsieur,

Cet été, un ami, mon mari et moi nous sommes rendus, avec notre vieux camping-car à un mariage dans le Norfolk, à plus de 300 km. Juste comme nous arrivions et nous nous garions le câble de frein se cassa. Le dépanneur de service nous dit qu’il était impossible d’avoir la pièce détachée avant deux jours. Après le mariage, nous effectuâmes le trajet de retour sur la plateforme à l’arrière de trois différents camions. Il m’est venu à l’esprit pendant le trajet de retour de 11 h sous une pluie torrentielle au cours duquel nous avons croisé plusieurs accidents, que peut-être nous avons évité une situation pire. Plus tard dans la semaine, quand notre garagiste habituel fixa le câble de frein, il découvrit un problème complètement sans rapport avec la pédale de freins : il y avait une fuite de liquide et les freins auraient pu lâcher à tout moment. La panne du câble de frein s’est-elle produite à un moment tout à fait fortuit, ou a-t-on veillé sur nous ?

V. G., Frome, Somerset, G.-B.

Le Maître de B. Creme indique que le Maître Jésus a veillé sur eux.


Home Face à face

Cher Monsieur,

Le 4 mai au salon du Jour de la Terre à Columbia, dans le Missouri, je fis la rencontre d’un homme qui se présenta au stand de Share International. Il était peut-être un peu plus grand que moi (je mesure 1,86 m). Il avait les cheveux argentés mais le plus remarquable était qu’il portait une grosse cravate jaune rentrée dans sa chemise entre les boutons comme pour empêcher qu’elle ne s’accroche quelque part. Il était aimable mais quand je lui offris les autocollants de SOP et la brochure il ne tendit pas la main pour les prendre mais se mit simplement à me poser des questions sur notre stand.

Je lui parlai de l’émergence, de l’Instructeur mondial, de celui que toutes les religions attendent et qui est la même personne ; je lui expliquai comment on ne peut sauver la planète sans établir le principe de partage et bien d’autres choses comme il m’incitait à le faire. Pendant tout ce temps, je me demandais s’il pouvait être quelqu’un de spécial ou simplement un homme légèrement excentrique souhaitant parler d’un sujet qui intéresse peu de monde. Comme je lui demandai de quelle tradition de pensée il venait il répondit sans se compromettre qu’il avait simplement l’esprit ouvert. Puis, comme pour éviter que je le soupçonne d’être quelqu’un de spécial, une femme portant un carnet de note vint lui dire qu’elle avait trouvé la personne qu’il cherchait « là-bas dans cette rangée de stands ». Il répondit qu’il avait essayé de la trouver mais qu’il ne l’avait pas vue. Un Maître aurait sûrement su où trouver une personne qu’il souhaitait voir !

Sa dernière question fut comment reconnaître l’Instructeur mondial quand il est là. C’était étrange car il a posé la question au présent comme s’il pouvait être cet Instructeur. J’eus l’intuition que je devais lui répondre avec soin car il voulait tester, semble-t-il, si mes idées sur ces sujets étaient, pour ainsi dire, à la hauteur.

Sentant que le sujet (reconnaître le Christ à un signe) pourrait me rendre ridicule, je répondis que je ne pourrais pas reconnaître le Christ s’il était devant moi, mais plutôt en le cherchant dans mon cœur grâce à la méditation et au service, de sorte que je puisse donner expression à l’amour parfait que le Christ représente. (Après coup, je vois que j’aurais dû lui répondre en disant simplement que nous le reconnaîtrons grâce à son amour parfait.)

Il mit brièvement la paume de sa main sur mon cœur puis partit. Je n’ai rien ressenti d’extraordinaire pendant tout ce temps si ce n’est sa volonté de parler de ce que nous offrons sans juger mes réponses. Son geste m’apparut tout à fait comme une affirmation bienveillante et le sentiment d’une relation établie sur la base de notre discussion.

Le lendemain, lors de la méditation de transmission ce fut le message n° 61 qui fut diffusé : « Au sein du groupe où je demeure, quelques-uns me connaissent pour ce que je suis, mais mon intention est de garder secret, pendant un certain temps, mon véritable statut. Cela vous permettra de me voir comme l’un d’entre vous, un homme parmi les hommes. Rien de ce que je ferai ne semblera extraordinaire. Rien de ce que je dirai ne sera bizarre ni étrange. Mon approche sera simple, en vérité. De ce fait, vous pouvez être assurés. »

Ce message confirme ce que je présumais, que cet homme à notre stand pouvait être en réalité Maitreya.

A la méditation de transmission du jeudi ce fut le message n° 62 qui fut diffusé : « Mes amis, je suis plus proche de vous que vous ne pourriez l’imaginer, car je suis dans le cœur de tous ceux qui aiment leurs frères, de tous ceux qui désirent partager et répandre la lumière de la Justice et de la Liberté dans le monde. »

Maintenant je me demande comment ces deux messages correspondaient à ce point à mes questions lors de ma rencontre avec cet homme. Même si ce n’était pas Maitreya, le synchronisme des messages avec mes questions parait juste incroyable. Pourriez-vous demander à votre Maître si cette personne était Maitreya ou un autre Maître ?

R. F., Columbia, Missouri, Etats-Unis

Le Maître de B. Creme indique que l’homme était le Maître Jésus.


Home Un mystérieux message

Cher Monsieur,

Il y a quelques années, je tenais un stand pour l’Emergence sur un salon à La Roche-sur-Yon. Un homme s’est approché et après avoir échangé quelques mots, il me demanda du papier et un stylo. Il a alors commencé à écrire rapidement un texte qui ressemblait à de l’arabe, bien que l’homme écrivît de gauche à droite.

Il me tendit la feuille en expliquant qu’il n’avait aucune idée de qu’il avait écrit, qu’il avait juste réagit spontanément à une impulsion intérieure, et qu’il s’agissait d’écriture coufique (la plus ancienne forme de calligraphie arabe).

Pouvez-vous s’il vous plaît apporter quelque lumière sur cette rencontre ? Je sais que l’homme n’est pas un Maître car il m’a laissé son nom, son adresse et son numéro de téléphone, que j’ai pu vérifier par la suite. A-t-il été utilisé comme messager ? Et par qui ?

B. C., Gironde-sur-Drot, France

Le Maître de B. Creme indique qu’il s’agit d’un message du Maître Jésus.



Interviews

Home Prendre soin du « cœur bleu » de la planète [Version web]

Interview de Mary Crowley par Jason Francis

L’Ocean Voyages Institute est un groupe à but non lucratif basé à Sausalito (Californie), fondé en 1979 par un groupe de marins internationaux, d’éducateurs et d’écologistes. Le groupe enseigne les arts et les sciences maritimes et se consacre à la préservation des océans de la planète. Le Projet Kaisei (« planète océan » en japonais), lancé par l’Ocean Voyages Institute en 2009, se concentre sur « le sauvetage du Pacifique de l’invasion des plastiques » avec le nettoyage de l’océan des débris marins et la sensibilisation à ce problème. L’environnementaliste Mary Crowley est présidente d’Ocean Voyages Institute et co-fondatrice du Projet Kaisei. Jason Francis l’a interviewée pour Partage international.

Partage international : Pourquoi appelez-vous l’océan notre « cœur bleu » ?
Mary Crowley : L’océan couvre plus de 72 % de la planète et produit plus de la moitié de notre oxygène. Il est très important que les gens comprennent que la santé de l’océan a des effets directs sur la santé de la planète et sur notre propre santé. Beaucoup de gens ne comprennent pas l’importance de l’écosystème océanique. Il est le cœur de notre planète bleue. C’est lui qui maintient notre magnifique planète bleue et verte.

Les plastiques jetables

PI. Savons-nous combien de débris marins d’origine humaine se trouvent dans nos océans ?
MC. Personne n’a vraiment de chiffres exacts. Nous utilisons l’océan comme poubelle depuis des siècles. Nous avons certainement mis des quantités importantes de plastique dans l’océan depuis ces soixante dernières années. Plus de 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. Environ 6 à 8 % sont recyclés. Un grand nombre de plastiques sont à usage unique. Une énorme quantité de ceux-ci termine dans l’océan. Nous ne dénonçons pas les plastiques en tant que matériau en général. Pour toute une catégorie d’utilisations médicales certains plastiques peuvent être excellents. Les matières plastiques pour des utilisations à long terme tels que les traverses en plastique, utilisées dans différents types de structures permanentes peuvent être des matériaux adaptés. Par contre, les plastiques jetables, si répandus dans notre société, sont la source de terribles problèmes pour l’océan.

PI. Qu’est-ce que le « vortex de plastique » ?
MC. Le vortex de plastique fait référence à des zones où les courants océaniques ont tendance à regrouper les débris dans la même région. Il existe des tourbillons dans le Pacifique Nord, le Pacifique Sud, la Méditerranée, l’océan Indien et dans l’Atlantique Nord. Ce sont de grands systèmes de courants océaniques qui créent des concentrations de débris à l’échelle planétaire. Il y a des zones côtières où les courants tourbillonnent et collectent ainsi les débris. Parfois, on voit une énorme concentration de débris qui s’écoule des estuaires des fleuves vers l’océan après que les débris aient été jetés dans les rivières et se déplacent à travers les bassins versants.

Petites sources, gros problème

PI. Comment tant de débris se retrouvent-ils dans les océans ? Vous avez parlé des gens qui jettent les ordures dans les rivières, mais pour qu’il y ait autant de débris à se concentrer dans les océans il doit y avoir d’autres causes les amenant là-bas.
MC. On pense que le problème vient des gens qui jettent les débris dans l’eau sur les plages ou depuis les bateaux. L’Onu a fait des études à ce sujet et environ 20 % viennent des navires ; mais les 80 % restant proviennent des bassins versants. Il y a des zones de l’Amérique centrale, en Afrique et dans certains pays insulaires où il n’y a pas de ramassage d’ordures et les gens utilisent l’océan comme poubelle.
Si on parle de l’Europe, des Etats-Unis, du Canada et d’autres parties du monde, on finit par mettre des tonnes de débris dans l’océan. Cela provient typiquement de nombreuses petites sources. Cela peut être une poubelle qui déborde, ou quelqu’un qui met les choses à côté d’une poubelle. Cela peut être un centre de recyclage où, lorsque le vent se lève, les débris sont emportés au loin. Le plastique est un matériau très léger. Un grand nombre de débris sont déversés dans l’océan par la pluie. Avec les changements climatiques mondiaux de plus en plus de zones sont soumises aux pluies torrentielles et aux inondations, ce qui augmente la quantité de débris déversés dans l’océan.

Ingestion de plastique par les mammifères marins

PI. Quels effets les débris marins, les plastiques en particulier, ont-ils sur la faune marine ?
MC. Ils ont un effet important et terrible sur la faune. Ma mentor et amie, la biologiste marine Sylvia Earle, estime que plus de 300 000 mammifères marins sont tués chaque année par l’ingestion de plastiques marins.
Une baleine de deux ans, par exemple, s’échoue sur une plage, et lors de la nécropsie, on découvre que la baleine a le ventre plein de plastique et qu’elle est morte de faim. L’ingestion de plastique tue beaucoup de tortues de mer et d’oiseaux de mer, notamment les albatros. Toute la région de l’île de Midway et des îles hawaïennes du Nord-Ouest sont des lieux de reproduction importants pour les albatros, et ces oiseaux nourrissent à leur insu leurs poussins avec du plastique.
Au cours de nos expéditions, nous avons étudié le problème des poissons qui consomment du plastique. Nous avons étudié un groupe de poissons appelées les myctophides, aussi connus sous le nom de poissons lanternes. Ils se nourrissent normalement de plancton et se font manger par des poissons plus gros. A côté du plancton, ils ingèrent beaucoup de tous petits morceaux de plastique. C’est ainsi que les plastiques et les toxines associées se retrouvent de façon certaine dans notre chaîne alimentaire.

[Pour lire l'article complet, se référer à l'édition papier Partage international n° 316 - décembre 2014]


Voir : oceanvoyagesinstitute.org ; projectkaisei.org





Compilation

Home Tenons-nous prêts pour un monde nouveau

Du point de vue des Maîtres, jamais l’humanité n’a été aussi prête à faire son entrée dans le monde nouveau qui l’attend. Elle n’a jamais été aussi proche d’une ère d’inspiration où les hommes travailleront de bon gré pour le bien commun. [L’Epée de clivage (Maître –)]

Mes chers amis, c’est avec joie que je vous parle une fois encore de cette manière, et que je vous révèle quelques faits supplémentaires concernant mon émergence. Sa progression se poursuit de manière satisfaisante.
Mes plans s’accomplissent. Vos frères et sœurs, en nombre croissant, m’entendent et répondent favorablement à mon appel. Qu’ils en soient conscients ou non, ils attendent également ma présence et y répondent. Ils se tiennent prêts, aujourd’hui, à recevoir les moyens du changement, les grandes lignes d’une nouvelle donne pour ce monde. Ils se tiennent prêts à accueillir l’aube de ce nouvel âge qui appelle chacun à la divinité. [Message n° 118 (Maitreya)]

Les hommes attendent qu’un signal leur parvienne d’une source plus élevée. Consciemment ou non, ils savent que cette période est exceptionnelle, qu’elle est d’une importance capitale, chargée d’un maximum de tensions mais porteuse de possibilités illimitées. Les hommes se tournent vers les Vérités de jadis, vers des Ecritures usées par le temps, vers des rituels d’un passé révolu ;  pourtant, un certain sentiment d’insatisfaction les porte à attendre, à espérer la révélation des Temps nouveaux.
Cette nouvelle révélation, elle aussi, attend des hommes qu’ils la recherchent. Il suffira qu’ils réalisent leur fraternité pour que se remplisse le calice qui leur est tendu. Par millions, les hommes se tiennent prêts pour ce couronnement béni de leurs espoirs, levant les yeux vers le ciel dans une attente renouvelée.
Ce n’est pas en vain qu’ils espèrent, et cette attente ne sera pas déçue. Maitreya est venu pour accomplir les promesses passées, pour unir les hommes entre eux, et pour unir l’homme à Dieu. Il est venu « pour faire toutes choses nouvelles », pour emplir la Coupe des hommes du nectar de l’Amour, pour les guider en toute sécurité vers la bénédiction des temps nouveaux. [La bénédiction des Temps nouveaux (Maître –)]

Maitreya observe l’état du monde et ce que nous faisons : sommes-nous prêts à entendre ce message extraordinaire qui est un défi pour l’humanité ? C’est un défi pour tout être humain qui l’entend : sommes-nous prêts à être de véritables êtres humains, à partager et à créer les conditions dans lesquelles chacun, sans exception, aura le droit de développer son potentiel, son potentiel spirituel dans le sens le plus profond du terme : améliorer sa vie sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel, c’est-à-dire vivre et manifester ce pour quoi il est venu en incarnation. C’est principalement la corruption des structures politiques, économiques et sociales qui nous empêche de le faire. Ce qui est nécessaire, c’est un changement au niveau du cœur – qui, à mon avis, est en train de se produire, sinon Maitreya ne pourrait pas être ici. Maitreya stimulera ce changement lorsqu’il parlera publiquement. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

D’ici peu, de nouvelles énergies entreront dans nos vies et inspireront aux hommes une action créatrice. Une stimulation nouvelle et harmonieuse sera donnée aux arts en même temps qu’à l’art de vivre. Une beauté jamais vue auparavant transformera la vie des hommes dans tous les domaines et révélera pour toujours la nature de Dieu dans tout son éclat. L’homme se tient désormais prêt pour la Révélation. Le cœur et l’esprit résolument tournés vers l’avenir, il attend la gloire qu’il a lui-même invoquée en se préparant à la recevoir. [L’art de vivre (Maître –)]

Au cours de chaque siècle, on voit émerger un petit nombre d’hommes qui dominent leurs contemporains. Leurs dons sont manifestes, leur génie est reconnu et acclamé de tous. Ce sont les grands explorateurs, peintres, écrivains, musiciens et scientifiques dont les travaux ont mené l’humanité à une prise de conscience sans cesse croissante d’elle-même et de son potentiel.
Dans les temps modernes, ils se sont essentiellement consacrés à la science et au développement de la connaissance, ouvrant ainsi la voie à un extraordinaire éveil de l’esprit humain à une échelle jusqu’à présent totalement inconcevable. L’homme se trouve aujourd’hui au seuil de nouvelles lumières et de découvertes qui feront tomber dans l’oubli toutes les réalisations précédentes.
L’époque qui vient sera connue sous le nom d’Age de la Lumière, car la Lumière, dans tous les sens du terme et sous toutes ses formes, deviendra pour les hommes la source de toute chose. Déjà les signes indiquent à ceux qui ont des yeux pour voir que l’homme frappe à la porte qui conduit à la Salle de la Lumière. [L’Age de la Lumière (Maître –)]

Lorsque le monde sera prêt à m’accueillir, je m’adresserai à tous les hommes, où qu’ils soient, comme celui qui est attendu, celui qu’ils ont invoqué, celui qui vient les guider vers le nouvel âge. Ma mission ne fait que commencer, mais déjà apparaissent des signes de réponse, de reconnaissance que mon Avènement est proche.
Nombreux sont ceux, maintenant, partout dans le monde, qui ressentent ma Présence, qui se tiennent prêts et ouverts à mon Enseignement. [Message n° 8 (Maitreya)]

Nous qui considérons la vie par-delà les formes et les événements extérieurs, nous savons avec certitude que cette période difficile touche pratiquement à sa fin, que la stabilité et le calme auxquels tant d’hommes aspirent sont presque à portée de main, et que l’humanité s’éveille, revigorée et rafraîchie, de sa longue et sombre nuit.
Ainsi le monde est-il prêt, maintenant, pour la réapparition du Christ. Ainsi les hommes sont-ils prêts, maintenant, pour ce qu’il a à leur offrir. [La fin du chaos (Maître –)]

Aujourd’hui enfin, une lumière nouvelle amène les hommes à prendre conscience de leur gloire à venir en tant que collaborateurs de Dieu et co-créateurs. Nombreuses sont les épreuves qui les attendent sur le chemin de leur destinée, mais jamais auparavant ils n’ont été aussi disposés et préparés à relever pareil défi. Contre toute attente et en dépit de toutes les apparences, l’humanité est sur le point d’émerger de sa chrysalide de ténèbres, d’impuissance et de peur. Avec une hardiesse et une assurance sans cesse croissantes, les hommes dirigent leur pas vers l’unité et la justice, la coopération et le partage, la simplicité et la confiance. [Que la confiance règne (Maître –)]

Le monde est prêt pour le changement, et des millions de personnes sont au courant dans le monde, bien qu’actuellement leur voix ne puisse pas se faire entendre. Maitreya deviendra la voix de ceux qui voient la nécessité du changement. Il galvanisera l’opinion publique mondiale et l’éduquera. Aucune nation sur Terre ne peut résister à une opinion publique correctement galvanisée et éduquée. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Mes chers amis, je suis de nouveau avec vous, et c’est avec joie que je vois la lumière de l’aspiration autour de vous. Cela confirme ce que je savais de votre empressement à travailler pour moi. Mon cœur se réjouit à la vue de cette vérité intérieure rayonnant du calice de votre cœur. Faites place, mes amis, à cette vérité dans votre vie et ouvrez devant vous les portes de l’avenir. Ma tâche consiste à éclairer le chemin vers cet avenir glorieux pour l’humanité, à éveiller en vous le principe d’Amour, à vous amener à manifester cet Amour les uns envers les autres et, ainsi, à attirer tous les hommes à Dieu […]
Je viens à temps. Je rétablis l’équilibre du monde. Je m’engage moi-même dans cette tâche. Je vénère la liberté. Je sens que l’homme est prêt. Je n’abandonne rien à la chance. J’invoque le nouveau. Je remédie aux maux anciens. Je transforme le passé. Je touche votre front. Je commande une légion d’anges. Je sers le Plan de Dieu. J’embrasse mes frères. [Message n° 120 (Maitreya)]

Maintenant approche le temps du renouveau. Maintenant commence l’Ere de la Vérité. D’abord Maitreya. Ensuite, nous apparaîtrons au grand jour à notre tour.
L’époque actuelle est faite de crises et de promesses. Le Nouveau lutte pour prendre forme. L’Ancien s’efforce de survivre au cœur du changement inéluctable. L’humanité est prête à repartir en avant ; le long sommeil prend fin ; les dormeurs se réveillent. L’appel à la liberté et à la joie résonne dans le cœur des peuples et les pousse à l’action.
Il reste peu de temps pour se préparer. Le visage de Maitreya ne va pas tarder à apparaître. Lui seul peut rapprocher les nations divisées et, dans la confiance, les amener à se tendre la main. [Les collaborateurs de Dieu (Maître –)]

Le monde se tient prêt à recevoir plus de lumière. Partout, les peuples ont soif d’une nouvelle connaissance d’eux-mêmes et de Dieu. Pour répondre à leur attente, les Maîtres se sont préparés à inaugurer une nouvelle ère de lumière. De prodigieuses opportunités de progrès s’offriront à l’humanité : l’homme s’émerveillera devant les découvertes qui lui ouvriront la porte de la maîtrise des forces de la nature ; il sera saisi par la prodigieuse beauté ainsi révélée ; le fait de Dieu et la relation entre l’homme et la divinité ne feront plus pour lui aucun doute ; il entrera, de son plein gré, en coopération avec le Plan divin. [Que la lumière soit (Maître –)]

Mes amis, il reste vraiment peu de temps avant que vous ne voyiez mon visage. De ce fait, prenez courage et annoncez au monde que le Seigneur de l’Amour est ici, que Maitreya lui-même est parmi vous, que l’Instructeur du renouveau est arrivé. Faites en sorte que tous les hommes le sachent et délivrez-les du désespoir. Mes remerciements pour ce qui a été fait et mon amour, comme toujours, se déversent sur vous tous. [Message n° 127 (Maitreya)]

Le monde est prêt, comme jamais auparavant, pour l’émergence du Christ. Rien ne peut empêcher cet événement capital. D’ores et déjà, les ultimes préparatifs sont en cours. Bientôt le Christ, Maitreya, l’Instructeur mondial, le Seigneur d’amour lui-même, vivra parmi nous au grand jour. [Surmonter la peur du changement (Maître –)]

A petits pas, l’humanité s’approche du moment de la décision. Malmenés par les événements, les gouvernements sont contraints à chercher des réponses inédites aux problèmes inquiétants qui aujourd’hui résistent à toutes les tentatives de résolution. De plus en plus, ils entendent des voix nouvelles avancer des idées neuves et variées et préconiser des approches totalement inconnues jusqu’alors. La forme-pensée de la nouvelle voie que doit prendre l’humanité dans ses pensées et actions gagne peu à peu du terrain. Ainsi, en dépit du chaos actuel, l’avenir se présente sous des auspices favorables. [Le chaînon manquant (Maître –)]

La venue de Maitreya concerne les changements dans le monde : changement dans notre compréhension des besoins de la planète en vue d’un véritable équilibre écologique, changement dans nos systèmes économiques de sorte que tous les hommes soient nourris et traités correctement, changement dans les relations entre les hommes partout dans le monde. Si nous comprenons vraiment que l’humanité est une, la nécessité profonde de ces transformations s’imposera à nous. Il s’agit de la création d’un nouveau monde. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Ce n’est pas sans raison que les nations se rencontrent aujourd’hui régulièrement pour examiner ces problèmes. De telles rencontres sont le signe que l’homme prend conscience de ses responsabilités de gérant de la planète et est prêt à prendre des décisions pour améliorer sa situation. Parmi ces décisions, l’acceptation du partage est primordiale. Lorsque les ressources mondiales seront partagées plus équitablement, la moitié des problèmes que connaît aujourd’hui l’humanité s’évanouira du jour au lendemain. Déjà certains signes indiquent que ceux qui en prennent conscience sont de plus en plus nombreux et l’appel en faveur du partage résonne de toutes parts. Les plus sages voient dans le partage la seule base à une paix durable, et les idoles de la jeunesse prêtent aussi leur voix à cette noble cause. [Le partage garant de la paix (Maître –)]

Mon plan prévoit que le monde se transforme par l’action de l’homme. La Loi interdit qu’il en soit autrement. C’est pourquoi je dépends de vous pour exécuter mon plan et, ainsi, préparer le monde nouveau. Mon enseignement vous montrera que la Loi de Dieu est la même pour tous les hommes. Rien ne peut exister hors de cette Loi. Lorsque les hommes en prendront conscience, ils accepteront avec joie la Loi simple de l’Amour et la mettront en œuvre. [Message n° 85 (Maitreya)]

L’humanité a maintenant la possibilité d’entrer dans un âge spirituel entièrement nouveau et d’édifier une civilisation plus grande qu’aucune autre auparavant – plus grande que celle de l’Atlantide ou que toute autre civilisation ultérieure. Nous avons cette chance. Inévitablement, nous devons la saisir. Mais nous y sommes prêts. Nous en sommes capables. Suivant les conseils des Maîtres, nous édifierons une civilisation fondée sur la fraternité, l’amour, le juste partage, la relation juste avec les autres et avec Dieu. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Depuis cinq longs siècles, les Maîtres attendent ce moment, prêts à joindre leurs dons et leur sagesse aux efforts de l’humanité. Consciemment ou non, les hommes se sont surpassés et, contrairement à toute attente, ils sont maintenant prêts pour une nouvelle révélation, prêts à recevoir une lumière et une connaissance nouvelles, à trouver un sens et un but nouveaux à leurs vies et à manifester cette prise de conscience grandissante dans des technologies, des sciences et des relations entièrement nouvelles.
Ce n’est pas sans raison que l’on a dit : « Lorsque l’élève est prêt, le Maître apparaît. » Ceci est vrai tant au niveau collectif qu’au niveau individuel. Aujourd’hui, l’humanité, en tant qu’élève, en tant que disciple mondial testé et mis à l’épreuve, est prête à entrer dans une nouvelle vie, une vie consacrée au service de la race des hommes.
Le changement de conscience qui se produit à l’heure actuelle révélera aux hommes que leur sentiment de séparation est pure illusion, qu’il n’existe rien dans la création tout entière qui ne soit relié à l’ensemble. Cet éveil de la conscience et cette ouverture au changement ont invoqué l’Instructeur et les Instructeurs, car c’est ce que nous sommes. [Nouvelle lumière, nouvelle compréhension (Maître –)]

Ne craignez rien, mes amis, car tout ira bien. La nouvelle lumière brille, la nouvelle contrée vous fait signe et, dans cette contrée, je vous montrerai les merveilles de Dieu. Soyez prêts à m’y suivre et devenez capable de manifester la grandeur que Dieu vous a donnée. [Message n° 36 (Maitreya)]

Les Maîtres considèrent que l’humanité a atteint un niveau où elle est prête à apprendre. C’est la raison pour laquelle ils sont ici. Nous les avons invoqués en nous montrant prêts comme jamais auparavant à suivre leurs préceptes et à créer l’harmonie et la justice. [L’Art de vivre (Maitreya)]

Chaque pas effectué par l’homme sur le sentier de l’évolution exige de longues périodes de préparation. Ce qui est en train de se réaliser aujourd’hui et dont nous allons être les témoins est le résultat de siècles d’activité planifiée de la Hiérarchie. Du travail que nous avons accompli dans tous les domaines et dans toutes les directions émerge une nouvelle synthèse. De notre point de vue, l’humanité est mieux préparée que jamais pour hériter de ce qui constitue son droit de naissance et réaliser à partir d’elle-même tout son potentiel divin. [Un meilleur avenir pour tous (Maître –)]

Quand l’homme s’éveillera à la connaissance de sa véritable nature, une transformation profonde se produira sur la Terre. Cet événement n’est pas aussi éloigné que beaucoup pourraient le croire. Aujourd’hui déjà, des signes apparaissent et nous montrent, à nous qui sommes vos Frères aînés, qu’en nombre croissant les hommes s’éveillent à cette vérité bénie. L’aimant de l’évolution, ce moteur spirituel de Dieu, fait avancer tous ceux qui, maintenant, peuvent s’élever vers cette révélation. [Le choix essentiel de l’homme (Maître –)]

Mes préparatifs sont effectués avec soin. Mes serviteurs sont prêts. Ma vérité éveille une nouvelle lumière en l’homme. Mon but sera atteint. Mon esprit est plein d’allégresse. Mes Maîtres travaillent avec joie. Je n’attends que votre appel pour vous guider. Prenez ma main, mes amis, et laissez-moi vous conduire par-dessus la rivière, vous guider par-delà le pont étroit, vous montrer la beauté qui demeure sur l’autre rive. Cette beauté, mes amis, est votre véritable Soi. Aidez-moi, mes amis, à vous aider et, ensemble, transformons ce monde. [Message n° 130 (Maitreya)]

Aujourd’hui, le monde se tient prêt à recevoir en son sein l’Instructeur, l’Avatar, le Précurseur du nouvel âge. De toutes parts se manifeste une immense attente ; partout, les gens prennent conscience, ne serait-ce que confusément, que l’heure du destin a sonné. Nombreux sont les clivages, mais, de plus en plus, les nations se rendent compte de leur interdépendance et de la nécessité d’une action concertée pour résoudre leurs problèmes. Une conscience globale se développe, lentement mais sûrement, et aujourd’hui, bien plus qu’elle ne l’a jamais été dans son histoire, l’humanité est prête pour le retour du Christ. [Le retour du Christ (Maître –)]

En dépit des apparences, les hommes sont prêts pour le changement – ils y aspirent –, prêts à voir réaffirmée la réalité de la Fraternité et de la Justice, prêts à reconnaître la nécessité de l’Harmonie et de la Paix. Ainsi répondront-ils à l’appel de Maitreya, traduisant d’antiques symboles en une pratique effective. [La fin du siècle (Maître –)]

Mes amis, je suis vraiment près de vous. Je vois autour de vous votre aspiration et votre amour, votre espoir et votre désir d’un monde meilleur. Croyez-moi, mes amis, tout cela s’accomplira. Ce monde nouveau est maintenant en train de se construire ;  il existe déjà en pensée et en désir et, lentement, il descend et se manifeste peu à peu. [Message n° 100 (Maitreya)]

La tendance qui l’emporte dans le monde aujourd’hui est celle qui souligne les progrès accomplis sous la stimulation des Maîtres. Il est vrai que le Maître procède de la manière que vous décrivez. Il écrit un article consacré entièrement au triste état de la planète, aux différents problèmes qui se posent, mais il termine toujours sur une note positive. Il apporte toujours de l’espoir pour finir. « En dépit des exigences de l’époque, en dépit de la terreur, de la famine, de toutes les iniquités qui abondent dans le monde, celui-ci est néanmoins davantage prêt pour accueillir le Christ qu’il ne l’a jamais été. »
Les gens n’étaient pas prêts pour le Christ, il y a 2 000 ans, c’est pourquoi il ne put rester que trois ans. Cette fois-ci, il va rester 2 500 ans et il stimulera la transformation du monde. Ce sera une époque extrêmement intéressante. [L’Instructeur mondial pour l’humanité (B. Creme)]

Quand Maitreya prendra la parole il montrera qu’il en est ainsi, que le monde est prêt pour l’adoption de formes nouvelles et meilleures, fondées sur les véritables besoins des peuples de toute la Terre. C’est à lui qu’il incombe d’orienter et d’intensifier cette prise de conscience de l’unité indivisible du genre humain, de la dépendance mutuelle des hommes et de leur divinité qui s’éveille. Ainsi Maitreya et l’humanité œuvreront-ils de concert à la restauration de ce monde. [La restauration du monde (Maître –)]

Les peuples des nations sont mûrs, et prêts pour le changement. Ils réclament ce changement et une vie qui ait du sens. Maitreya leur rappellera les fondements sans lesquels il n’y a pas d’avenir pour l’homme : la justice et la paix. Et le seul chemin qui conduise à l’une comme à l’autre est celui du partage. [La première interview de Maitreya (Maître –)]

Attendez mon enseignement avec espoir et confiance. Sachez que je suis ici et que je travaille pour vous. Dites à vos frères que Maitreya, le Seigneur de l’Amour, est parmi eux, que l’Instructeur pour cet âge est venu, que le nouveau monde descend, que la nouvelle lumière appelle, que le cœur de l’homme est ouvert et prêt pour la Vérité. Dites-le leur, mes amis, et préparez ma voie. [Message n° 126 (Maitreya)]

De toutes parts les hommes sont prêts, enfin, pour une nouvelle interprétation du sens et du but de la vie ; pour le partage, la justice et la paix ; pour les relations justes et la fraternité, pour une vie plus heureuse. Ils sont prêts, enfin, pour l’appel de Maitreya. [Le fléau de la mercantilisation (Maître –)]





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home Cultures génétiquement modifiées et pulvérisations chimiques

Au milieu des années 1990, les multinationales de l’agro business présentaient les organismes génétiquement modifiés (OGM) comme solution miracle pour nourrir les millions d’affamés du monde. Cette industrie affirmait qu’ils étaient totalement sans danger car testés et utilisés de manière précise.

Des généticiens se sont néanmoins inquiétés car les OGM permettent de créer artificiellement différentes combinaisons de gènes qui n’auraient jamais pu se produire au sein d’un organisme naturel et que le déséquilibre ainsi engendré pourrait causer des dommages à l’ADN de la plante hôte. Le résultat pourrait être source de nouvelles toxines, d’allergies ou encore modifier la valeur nutritive des aliments.

Dans la gestion naturelle des cultures, seules des espèces étroitement apparentées peuvent être croisées pour produire de nouvelles variétés. Mais, avec les OGM, tout gène d’un virus, d’une bactérie, d’une autre plante ou d’un animal peut être isolé et incorporé dans l’ADN d’une plante entraînant ainsi une combinaison de gènes qui n’est pas le résultat d’une longue évolution et qui n’a pas prouvé son utilité en contribuant à la croissance, au métabolisme et de manière générale au bon fonctionnement de la plante.

La société américaine Monsanto a réalisé une étude à court terme sur trois variétés de maïs génétiquement modifiés (pour lesquelles on avait déjà pu montrer des perturbations multiples au niveau de différents organes chez les animaux de laboratoire) ; la commercialisation de ces trois variétés a pourtant été autorisée par les organismes de contrôle en charge de la sécurité.

Une étude indépendante réalisée par Giles Séranlini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen, en France, et publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology de septembre 2012, a mis en évidence que les maïs OGM ont des effets toxiques. Elle a également constaté des effets toxiques dus au Roundup, un herbicide très connu à base de glyphosate et utilisé dans le cadre des cultures à base d’OGM. Au moins 80 % de toutes les cultures OGM actuelles sont conçues pour tolérer la pulvérisation d’herbicides à base de glyphosate. Mais un an plus tard, en novembre 2013, le journal a été contraint de se rétracter après une campagne sans précédent de critiques et de diffamations soutenue par des scientifiques pro-OGM.

L’étude a été rééditée en juin 2014 par la revue Environmental Sciences Europe, avec les données brutes ayant servi à aboutir aux conclusions (à la différence des données brutes des études menées par les industriels des OGM qui, elles, restent confidentielles). Le Pr Michael Antoniou, généticien moléculaire au King College de Londres, a déclaré que les OGM ne doivent pas être disséminés dans l’environnement dans le but de se reproduire et de se répandre, et qu’il existe des alternatives valables à ces organismes. Le Pr Jack Heinemann, de l’Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande, a expliqué : « La première publication de ces résultats a mis en lumière l’infamie des attaques subies par les chercheurs qui présentent des résultats contraires aux intérêts de l’industrie des OGM. Je félicite Environmental Sciences Europe de soumettre ces recherches à un nouveau passage en revue par les pairs. »

Un autre scientifique, le Dr Andrés Carrasco, un chercheur embryonnaire qui travaille pour le ministère des Affaires scientifiques en Argentine, a étudié les effets du glyphosate sur la santé des animaux de laboratoire et constaté qu’il peut causer des anomalies dans le cerveau, les intestins et le cœur des fœtus amphibiens. Les communautés argentines les plus touchées par le soja OGM et donc les herbicides à base de glyphosate (en particulier dans les pampas) exigent une enquête approfondie sur les doses auxquelles le glyphosate peut être ingéré sans danger pour les êtres humains et les animaux. Ils sont préoccupés par l’augmentation des cancers, des malformations congénitales, de la stérilité et des fausses couches dans les zones de pulvérisation et insistent sur la nécessité d’un étiquetage des aliments à base d’OGM.


Sources : www.GMOSeralini.org ; Star et Sillon ; Journal de l’Association biodynamique ; www.mercola.com




Home De plus en plus froid et de plus en plus chaud

Source : theguardian.com ; businessweekly.com

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Geoscience montre que le risque d’hivers rigoureux en Europe et en Asie du Nord a doublé avec le réchauffement climatique ces dix dernières années. Ce phénomène est la conséquence de la fonte de la calotte glaciaire arctique, qui provoque de nouvelles configurations des vents qui poussent l’air glacial et la neige vers le sud.

La rigueur des hivers dans la dernière décennie correspond aux années où la fonte des glaces de l’Océan arctique a été la plus importante. Cette étude, réalisée par des chercheurs japonais de l’Université de Tokyo, est l’étude de modélisation informatique la plus complète à ce jour. Elle montre que les hivers extrêmement froids sont causés par le changement climatique et non pas simplement par les variations naturelles de température. Elle révèle que la fonte des glaces dans l’Arctique, les mers de Barents et de Kara depuis 2004 a doublé les courants atmosphériques qui aspirent l’air froid de l’Arctique vers l’Europe et l’Asie, explique le professeur Masato Mori. Le changement climatique réchauffe l’Arctique plus rapidement que les latitudes plus basses. Cette découverte du doublement des risques d’hivers rigoureux montre que les effets du réchauffement climatique ne sont pas seulement une menace future. La fonte des glaces de l’Arctique est également responsable de ces récents étés humides accompagnés d’inondations, par exemple au Royaume-Uni.

Ces découvertes confortent le point de vue des scientifiques du climat aux Nations unies pour qui une élévation moyenne de la température dans le monde provoquera des tempêtes plus graves à certains endroits et modifiera le caractère des saisons dans de nombreux autres. Elles contribuent également à démystifier l’idée que le ralentissement du rythme du réchauffement de la planète dans la dernière décennie peut nous inciter à minimiser les faits.

L’étude prévoit également que la probabilité accrue d’hivers extrêmes va persister au cours des prochaines décennies. Le réchauffement mondial demeure donc une préoccupation majeure. L’Arctique devrait être privé de glace en fin d’été d’ici 15 ans – dans les années 2030, et le changement climatique va continuer à augmenter les températures moyennes.




Home Le compostage contre le changement climatique

Source : San Francisco Chronicle

Une étude réalisée sur plusieurs années concernant des pâturages en Californie a montré que le compostage avait la capacité de transformer ces prairies, en Californie et dans le monde, en un outil contre le changement climatique.

La bio-géochimiste Whendee Silver, qui a mené l’expérience à l’Université de Californie, à Berkeley, a démontré qu’un seul amendement de compost aux pâtures était une façon simple et efficace pour enlever du dioxyde de carbone de l’air et augmenter significativement le stockage carbone du sol. Elle a prouvé que l’effet du stockage carbone persistait sur six années, et elle pense que le carbone restera stocké au moins plusieurs décennies. L’effet est cumulatif, ce qui signifie que le sol continue d’absorber du carbone même après un seul amendement de compost.

W. Silver a calculé que si le compost provenant des déchets verts californiens – allant des déchets ménagers au fumier provenant d’élevages laitiers – était appliqué à 25 % des pâtures de l’Etat, le sol pourrait absorber l’équivalent des trois-quarts des émissions annuelles de gaz à effet de serre de la Californie.

Le sol est une source importante de ces gaz, « et on les a libérés dans l’atmosphère pendant de nombreuses années par le labourage, le sur-pâturage et de mauvaises pratiques agricoles, explique W. Silver. Donc, toute action pour ramener ces gaz dans le sol sera bénéfique. »

A l’échelle mondiale, le pâturage est la plus importante utilisation du sol, et la plupart des prairies sont dégradées car elles ont perdu leur carbone. Cela inclut la bande côtière californienne et le piémont de la Sierra, où des espèces invasives de plantes ont déplacé la flore autochtone qui a des racines bien plus profondes et stocke bien plus de carbone.

« Qu’il soit érodé, qu’il soit compacté, qu’il soit salinisé, l’appauvrissement des sols en éléments nutritifs est un facteur très important pour les sols cultivables et les prairies, affirme Rattan Lal, directeur du Carbon Management and Sequestration Center (Centre de gestion et de séquestration du carbone), à l’Université d’Etat de l’Ohio. Et plus les sols sont dégradés, plus il est nécessaire de remettre du carbone dans le sol. »

En ajoutant du carbone au sol sous une forme stable comme le compost, les sols peuvent être restaurés. Comme expliqué par le San Francisco Chronicle : « Les plantes absorbent du dioxyde de carbone de l’air par la photosynthèse, et en transfèrent une partie au sol par leurs racines. Les micro-organismes du sol transforment alors ce carbone en une forme stable : de l’humus. Non seulement cela séquestre du carbone, mais cela augmente la capacité du sol à absorber et retenir l’eau ainsi que sa fertilité, ce qui stimule la croissance des plantes et augmente à son tour la séquestration du carbone. »

Le ministère de l’Agriculture des Etats-Unis ajoute actuellement un « plan carbone » à ses mesures de développement durable (Conservation Reserve Program) qui concernent les fermes volontaires. Le ministère construit un modèle agricole « carbone » qui inclut le compost avec une trentaine de pratiques basiques qui aident à restaurer le carbone du sol, telles que le non-labour et les cultures de couverture.

Récemment, un groupe de travail sur le changement climatique établi par le président Obama a cité le Marin Carbon Project dans un rapport, expliquant comment l’agriculture pouvait augmenter la résistance aux changements climatiques. Le Marin Carbon Project est un consortium qui réunit des agriculteurs, des fonctionnaires des Etats-Unis, des chercheurs et des ONG visant à répandre l’utilisation du compost non seulement à travers la Californie, mais aussi à travers les Etats-Unis et le monde. Des discussions sont actuellement en cours avec les autorités du Brésil et de la Chine.

« Nous devons réduire nos émissions d’énergies fossiles – il n’y a juste pas d’autre solution, a déclaré W. Silver. L’utilisation du compost est une des choses qui feront certainement une différence. C’est peu onéreux, c’est une technique simple, c’est une bonne utilisation du sol, cela résout plusieurs problèmes. »


Voir aussi le reportage dans notre numéro de juin 2014






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017