DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2014

Extraits de la revue
Partage international

Novembre 2014 - N° 315

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Déforestation : le Canada en tête par Stephen Leahy


  • Signes des temps


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Rayons
    • Quelques personnalités et leurs rayons


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète


  • Forum Partage




L'article du Maître

Home Message du 7 octobre 2014

par Maitreya

Quand les hommes me verront pour la première fois et connaîtront ma réalité, il se produira en eux un profond changement.

Beaucoup renoueront pour un temps avec la joie de leur enfance et trouveront le monde plus accueillant. Beaucoup seront confortés dans leur désir de servir et de prendre toute leur place parmi les acteurs du changement. C’est vers eux que je me tournerai pour revigorer l’âme de l’homme et restaurer la joie.

Croyez, si vous le pouvez, que je suis avec vous, prêt à user de ma puissance pour vous. Croyez, si vous le pouvez mes amis, que j’attends avec impatience le moment de mon retour à la vue de tous.


Les lecteurs l’auront remarqué, ce message émane de Maitreya, l’Instructeur mondial, et non du Maître de Benjamin Creme. Il a été transmis par l’entremise de Benjamin Creme le 7 octobre 2014, par un processus de télépathie mentale.





Home Chili : les ovnis ne sont pas un danger pour la navigation aérienne

par Leslie Kean

Etats-Unis

Une récente réunion des plus hautes autorités chiliennes du Département de l’aviation civile va susciter l’envie de tous ces ufologues qui, dans d’autres pays, aimeraient voir leur gouvernement participer plus activement à la recherche sur le phénomène ovni, plutôt que d’opposer l’habituelle fin de non-recevoir.

La question était de savoir si les PAN (phénomènes aériens non identifiés) représentent un danger pour les opérations aériennes civiles et militaires. La vidéo officielle de l’événement, publiée le 9 août 2014, est révélatrice. Il n’est pas nécessaire de comprendre l’espagnol, il suffit d’observer les visages graves des participants.

Le Comité pour l’étude des phénomènes aériens anormaux (CEFAA), l’agence chilienne qui enquête sur les ovnis, dépend de la Direction générale de l’aviation civile chilienne (DGAC), et se trouve sous la juridiction de l’armée de l’air. Le 31 juillet 2014, le général Ricardo Bermúdez, directeur du CEFAA, a convié 19 experts à une réunion pour parler de ce sujet et tenter de parvenir à une conclusion. Le débat a duré trois heures.

Le directeur de la DGAC, le général Rolando Mercado, ancien directeur des opérations et de la planification stratégique de l’Etat-major interarmées, a accueilli les participants et assisté à la première partie de la réunion. Il a par la suite déclaré : « Je tiens à remercier les participants pour leur approche sérieuse, scientifique, de ce phénomène, qui confère au CEFAA tout son prestige, non seulement au Chili, mais aussi à l’étranger. »

Parmi les scientifiques présents se trouvaient deux astronomes de renom (le nom de chacun d’eux a été donné à un astéroïde), un chimiste nucléaire de la Commission de l’énergie atomique, un médecin aéronautique qui représentait également l’Onu, un physicien, et deux psychologues des armées.

La DGAC avait envoyé le directeur de l’Observatoire météorologique, le chef du Centre métropolitain des opérations radar, le chef du bureau des enquêtes sur les accidents, le chef des opérations aériennes, le directeur de la sécurité de l’aéroport de Santiago, et un ingénieur aéronautique.

Des représentants de différentes branches des forces armées et des corps de police étaient également présents. Tous, y compris un commandant de la marine qui est en charge de la sécurité des vols de l’aviation navale, sont également pilotes, ou l’ont été dans le passé. R. Bermúdez et R. Mercado ont aussi été pilotes de combat. Les membres du panel connaissaient bien le sujet des ovnis pour avoir déjà collaboré avec le CEFAA comme conseillers, simples membres, ou en tant qu’experts lors d’enquêtes particulières.

Pour ces spécialistes, il est clair que les ovnis sont un phénomène réel qui mérite d’être étudié. Ceci est déjà extraordinaire pour nous, Américains ! « Pour les Chiliens, c’est un sujet tout à fait banal », affirme José Lay, directeur des affaires internationales du CEFAA.1

Voici des extraits de quelques commentaires intéressants émis lors de cette réunion, et qui ont contribué à influencer la conclusion finale :

– Chef des opérations de la DGAC : « Si, comme de nombreux témoins l’ont affirmé, les PAN semblent avoir un « comportement intelligent », et si nous admettons ce fait, alors nous devons nous intéresser à « l’intention derrière » cette intelligence, quelle qu’elle soit – une forme d’énergie, peut-être – peu importe. C’est l’intelligence qui compte. Et nous devons nous demander si cette intelligence a déjà manifesté une quelconque hostilité ou effectué des manœuvres de nature menaçante. Les PAN ont-ils jamais attaqué un avion ? A ce jour, il semble que ce ne soit pas le cas. On ne peut leur prêter d’intentions hostiles s’ils n’ont jamais manifesté d’intention de faire du mal ouvertement. Et en plus, on ne connaît même pas encore la nature exacte de ces phénomènes ! »

– Capitaine de marine Roberto Boré, de l’aviation navale : « Si l’on exclut les distractions naturelles des équipages confrontés à ces phénomènes, les risques jusqu’ici ont été nuls. On ne peut dire que les PAN constituent un risque pour nos opérations, pas même un risque faible. Et il n’y a encore jamais eu dans notre espace aérien d’interaction entre un être humain et un PAN, pour autant que je sache. »

– Chef de contrôle radar Mauricio Blanco : « Dans l’aéronautique, on est habitué à mesurer les risques scientifiquement et nous avons tous les outils pour le faire. On établit une « matrice de risques » tenant compte des probabilités et de la gravité. En tenant compte des éléments dont nous disposons, le niveau de risque concernant les PAN est très faible. »

M. Blanco est l’un des plus hauts fonctionnaires immédiatement informés lors de signalements d’ovnis au Chili. Je l’ai interviewé en 2012 au centre radar de Santiago, et il m’a montré le registre des entrées où les observations d’ovnis sont annotées avant d’être envoyées au CEFAA. Tout est écrit à la main pour s’assurer que rien n’est modifié par des moyens informatiques, et pour fournir une trace claire de l’auteur des notes. En tant qu’Américain, j’ai été étonné par le rapport naturel et réaliste qu’entretient M. Blanco avec les ovnis, et j’ai du mal à m’habituer au fait que les ovnis font partie de la vie quotidienne au Chili.

– Expert du bureau des enquêtes sur les accidents : « Jusqu’à présent, les photos prises par les témoins, les vidéos, les rapports officiels, etc., nous permettent de dire que les PAN existent bien. Mais bien sûr, nous ne connaissons pas leur origine. Il est donc impossible d’établir une quelconque stratégie à leur égard... J’ai parlé avec des pilotes qui ont rencontré des PAN. Jusqu’à présent, aucun n’a ressenti d’inquiétude excessive, juste une simple curiosité. »

– Chimiste nucléaire : « Si l’on informe correctement nos pilotes civils et militaires, le risque de distraction lié à la surprise sera moindre. A en juger par les statistiques mondiales, le nombre d’avions impliqués dans un accident avec un PAN est infime par rapport aux accidents causés par les oiseaux. »

Le psychologue de l’Armée de l’air a suggéré la création de programmes d’éducation pour les pilotes afin de les informer, plutôt que de les alerter sur des dangers hypothétiques. D’autres ont recommandé de mettre au programme des cours de formation des pilotes des instructions sur la façon de rendre compte d’observations de PAN. L’astronome Luis Barrera a suggéré de conduire d’autres études pluridisciplinaires « pour nous permettre d’approcher aussi près que possible la nature réelle des PAN ».

La conclusion était claire. « Sur la base des échanges qui ont eu lieu lors de la réunion, le comité a conclu que les PAN ne présentent pas de danger pour les opérations aériennes, qu’elles soient civiles ou militaires, a déclaré M. Bermúdez. Bien qu’un petit nombre d’accidents aient été attribués aux PAN dans le monde, on n’a jamais pu faire la preuve que les PAN en aient été la cause. »

Si le personnel du CEFAA reste vigilant sur de possibles effets des PAN sur le trafic aérien, la raison principale de leur travail est ailleurs : ils veulent surtout découvrir la nature et l’origine de ces phénomènes, simplement parce qu’ils sont une réalité que la science n’a pas encore expliquée. « Environ 85 % des gens croient aux ovnis ; nous avons donc l’obligation d’enquêter et de découvrir ce qu’ils sont, a déclaré J. Lay. Il y a là une raison suffisante pour que les gouvernements partout se lancent dans cette recherche. Et il n’y a aucune raison d’avoir peur de paniquer le public. »

Le CEFAA collabore avec de nombreux groupes en Amérique du Sud, et a des relations avec une douzaine d’autres pays à travers le monde. R. Bermúdez prévoit de rendre visite au Centre national d’études spatiales (Cnes) à Paris, l’équivalent français de notre Nasa. Une réunion officielle entre des représentants du CEFAA et du Geipan français, les deux principales agences qui traitent des PAN dans le monde, n’a encore jamais eu lieu, et elle marquera une étape historique vers l’unification de la recherche au niveau international.

L’impulsion a été lancée pour que d’autres gouvernements s’attaquent au sujet des ovnis, et les regards se tournent maintenant vers les Etats-Unis. La moindre ouverture de la part du gouvernement américain pourrait jouer un rôle crucial pour en finir avec la stigmatisation dont sont l’objet les ufologues, et ouvrirait la voie à une possible solution à ce problème.

La réunion qui a eu lieu au Chili est un bel exemple de réussite possible lorsqu’un pays s’intéresse sérieusement aux ovnis au plus haut niveau de l’Etat.

Publié avec la permission du huffingtonpost.com


Note de la rédaction : Nos lecteurs réguliers le savent, Partage international a régulièrement publié des articles sur le travail des Frères de l’espace, les ovnis et d’autres phénomènes associés. Il est encourageant pour nous d’assister à ce début de reconnaissance officielle de leur présence parmi nous. Nous espérons que la visite des représentants chiliens en France conduira à une plus large acceptation de la mission des Frères de l’espace au service de l’humanité.


1. En France, le Geipan (Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), un service du Centre national d’études spatiales (Cnes), est chargé de collecter, d’analyser sommairement et d’archiver les phénomènes aérospatiaux non identifiés et d’informer le public à leur sujet. Il a ouvert ses archives en 2007. Des militaires de haut rang, ainsi que des commandants de bords de l’aviation civile s’expriment ouvertement dans les médias pour raconter leurs rencontres avec des ovnis, que certains n’hésitent pas à qualifier de vaisseaux pilotés par des « êtres intelligents ».




Home Séminaire européen de méditation de transmission 2014

Le 27e séminaire européen de méditation de transmission s’est tenu pendant le week-end ensoleillé du 26 au 28 septembre 2014 dans un ancien monastère du Sud des Pays-Bas. Avec ses 150 participants, il a été une grande réussite. La présence de B. Creme a, une fois encore, rempli de joie le cœur de chacun.

Le thème choisi pour le séminaire étant l’unité, les participants ont d’abord regardé la vidéo d’une conférence de Benjamin Creme sur le sujet, avant de se réunir en petits groupes de réflexion et de discussion. Dans ses réponses aux questions de l’après-midi, B. Creme a souligné le rôle fondamental de l’unité dans l’établissement de relations de groupe correctes et dans l’accomplissement d’un service puissant et créatif. Il a été demandé aux participants de garder l’idée d’unité à l’esprit dans leur travail de groupe et dans notre rassemblement dans cette phase finale de l’Emergence de Maitreya. Dans son article Le besoin d’unité, le Maître de B. Creme déclare : « L’unité rend toute chose possible » ; il encourage chacun à cultiver cette précieuse unité « comme un sage jardinier cultive son jardin, veillant attentivement sur chaque bourgeon et chaque pousse ».

Une méditation de transmission a eu lieu lors des deux soirées – merveilleuse expérience de dessein partagé et d’unité pour tous les participants venant de très nombreux pays d’Europe.

Au terme de ce week-end passionnant et galvanisant, les co-workers sont rentrés chez eux revigorés pour le travail qui les attend pendant l’année à venir dans la préparation de l’Emergence pleine et entière de Maitreya.

Une transcription de la séance de questions et réponses de Benjamin Creme sera publiée dans le numéro de janvier-février 2015 de notre revue. On trouvera ci-dessous quelques-unes des réponses données par Benjamin Creme lors de la conférence.

Q. Serait-il utile que davantage de pays soient dotés d’un Centre d’information ouvert au public tel que celui qui existe aux Pays-Bas ?
R. Oui, à condition qu’il soit utilisé ! Les Pays-Bas sont, à ma connaissance, le seul pays qui dispose d’un centre de ce type : un bâtiment, dans un endroit public, où les passants peuvent entrer, poser des questions et lire des livres à propos du retour du Christ et des Maîtres. C’est un appoint formidable dans le travail de contact avec le public. On fait partie du paysage au milieu des autres magasins. C’est fantastique – à condition qu’il en soit fait bon usage.

Q. Dans un courrier publié dans le numéro d’octobre de la revue, le Maître Jésus apparaît sous les traits d’un joggeur portant un tronc d’arbre ou une bûche sur les épaules. A la fin de la lettre, le message était : « Il n’est pas possible d’entreprendre trop de travail. » Mais nous avons appris que le message avait été mal compris et mal traduit dans diverses langues. Pourriez-vous nous éclairer s’il vous plaît ? [Note de la rédaction : Le message originel était : « On n’entreprend jamais trop de travail. »]
R. Cela signifie que l’on n’en fait jamais trop. Il est impossible d’en faire trop. Il y a des gens, dans les groupes d’Europe et d’ailleurs, qui se disent : « Nous en faisons trop. » Pourquoi ? Parce qu’ils ne veulent pas faire le travail. Ils sont fatigués, et inventent donc une histoire pour ne rien faire du tout. Dire : « Nous en faisons trop » n’a pas de sens. On ne peut pas en faire trop lorsqu’il s’agit d’annoncer au monde que le Christ est de retour. C’est la seule chose que nous ayons à dire. Dire au monde de toutes les façons possibles et imaginables que le Christ est parmi nous. Il est revenu dans le monde et est prêt à aider l’humanité à construire une civilisation meilleure. C’est la nouvelle la plus enthousiasmante qui soit. Elle réjouira le cœur de la plupart de ceux qui l’entendront, pour peu qu’ils soient spirituellement orientés. Elle leur donnera un coup de fouet, stimulera leur conscience, et ils s’engageront peut-être. C’est une nouvelle que tout le monde doit entendre. Plus il y aura de gens au courant, mieux cela vaudra. On n’en fait jamais trop à cet égard.
Nous sommes un groupe minuscule. Et nous sommes à peu près le seul groupe qui annonce au monde que le Christ est parmi nous, et que les choses changeront si nous faisons ce que nous avons à faire et le mettons en œuvre. Et l’occasion nous en est donnée. Ceux qui disent : « Nous en faisons trop », ne disent pas autre chose que : « Je suis fatigué », « Je veux une vie à moi », « Je n’ai jamais vraiment aimé ça », « Peut-être même que ce n’est pas vrai ? », « Peut-être que c’est une invention de M. Creme », « Et si c’était un mirage ? ». Ils ne croient pas vraiment à l’histoire, ou plutôt, ils y croient à l’extérieur d’eux-mêmes, mais ils n’y croient pas du fond du cœur et ont le sentiment qu’ils n’en font pas partie. Donc ils croient qu’ils peuvent se dispenser de faire le travail et qu’ils ne sont pas obligés de le faire. Et comme ils ne veulent pas le faire – ou pensent qu’ils ne le peuvent pas – ils n’aiment pas l’idée que d’autres qu’eux puissent le faire. Ils se disent : « Les autres vont penser ceci ou cela de moi » ou « Je ne veux pas que les autres pensent ceci ou disent cela », c’est pourquoi ils font semblant. Mais on ne peut pas faire semblant devant le Christ. Ça n’est pas possible.
Vous savez qui est le Christ ? Je me demande si vous savez vraiment qui est le Christ ? Je me demande combien de gens savent vraiment dans leur cœur qui est le Christ ? Ce n’est pas un personnage inventé par Creme, une personne que l’on pourrait rencontrer ici ou là. Le Christ est l’Ame incarnée de l’humanité. En tant qu’âme, chacun d’entre nous fait partie de lui ; c’est cela, que nous sommes en tant qu’âmes, rien de moins. L’Ame incarnée de l’humanité prend forme physique en tant que Christ, elle revient nous aider à transformer le monde, et nous disons : « Je suis trop fatigué », « Je veux une vie à moi, j’ai droit à une vie personnelle » – pour autant que ça veuille dire quelque chose. Mais nous sommes des disciples. Nous ne pouvons pas arrêter de travailler simplement parce que nous sommes fatigués.





Signes des temps

Home Une icône verse des larmes à Milan

Source : Ortodossia-In-Occidente, blog de l’archidiosèse de Milan


L’icône de Theotokos (la Madone) versant des larmes, Milan, avril 2010

Milan, Italie – Le 25 avril 2010, une icône de la Madone a versé des larmes dans la Chapelle de Saint Nicolas et Saint Ambrose, à Milan.

C’est la deuxième fois en l’espace de deux ans que cette icône verse des larmes devant de nombreux témoins. La Madone est également connue comme étant Theotokos (qui a enfanté Dieu) dans la tradition orthodoxe (cette icône est d’origine orthodoxe bulgare).

Les responsables de l’église ne font aucune mention de la précédente occurrence du miracle, ne voulant pas attirer une attention indue sur un tel phénomène, mais de nombreuses personnes ont vu les larmes.

L’évêque métropolite Evloghios a confirmé officiellement quelui-même et les autres évêques avaient été témoins du miracle, mais qu’ils s’abstenaient de faire des commentaires à ce sujet.

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce miracle a été manifesté parle Maître Jésus.


Home Une icône verse des larmes à Rhodes

tv.kosmos.gr ; pravosla-vie.ru


L’icône de l’archange Michaël versant des larmes, Ialyssos, Rhodes, novembre 2013.

Rhodes, Grèce – En novembre 2013, une grande icône colorée de l’archange Michaël du vieux cimetière de Ialyssos, sur l’île de Rhodes, a commencé à verser des larmes.

De nombreuses personnes sont venues observer le miracle et l’évêque métropolitain orthodoxe de Rhodes, Kyrillos, est venu en personne mener son enquête. Il a vérifié que les larmes coulaient bien sur le visage de l’archange et a fait déplacer l’icône afin que le mur situé derrière elle soit examiné. Le mur était sec, ce qui excluait la possibilité que de l’humidité ait pu pénétrer l’icône.

Kyrillos a demandé à ce que l’icône soit amenée à l’Eglise de la Dormition de Theotokos, à Ialyssos, afin que le public puisse la vénérer, et pour voir si le changement d’environnement mettrait fin au phénomène.

Selon le vicaire de l’église, le père Apostolos, l’icône a été fabriquée en 1896 et a été récemment restaurée par le département d’Archéologie.

L’icône a continué à verser des larmes dans son nouvel environnement, s’arrêtant parfois mais reprenant ensuite. Et dans la première église, une seconde icône de l’archange Michaël a commencé elle aussi à verser des larmes. De grandes foules se rassemblent afin de vénérer ces icônes.

Le Maître de Benjamin Creme indique que ce miracle a été manifesté par Maitreya.


Home Motifs de lumière à Massapequa

A. C. nous a envoyé cette photo de motifs de lumière qui apparaissent depuis le 19 mai 2014 sur sa clôture, à Massapequa (E.-U.). Elle déclare : « Quel enchantement de les voir tous les jours par ma fenêtre ! »

Le Maître de B. Creme indique que ces motifs sont manifestés par Maitreya en association avec les Frères de l’espace.


Home Cercles de lumière sur un mur de Frome


Cercles de lumière sur un mur de Frome (G.-B.). Photographiés le 20juin 2014 à 17 h 30. Photo envoyée par C. H., Frome, Somerset (G.-B.).




Home Cercles de lumière à Nîmes


Cercles de lumière sur la façade d’un immeuble rue Espérandieu, à Nîmes.
Photo envoyée par D. B.

En septembre 2011, la Gazette de Nîmes, un hebdomadaire local, a publié un article d’une demi-page sur le phénomène des cercles de lumière apparus sur des immeubles de Nîmes, déclarant qu’ils étaient aussi mystérieux que les agroglyphes.




Home Hautes vibrations

Cher Monsieur,

C’était en janvier 2013. J’étais en communication téléphonique avec un ami afin de le consoler de la perte de son jeune fils. Je tentais de lui redonner espoir en lui parlant de la réincarnation, de spiritualité, etc.

Soudainement j’ai senti le taux vibratoire de la pièce monter. C’était étrange comme sensation, rapide et agréable. Comme si cela me sortait la tête de l’eau. J’ai rapidement pris deux photos des endroits d’où émanaient les vibrations. En transférant les photos sur mon PC des halos sont apparus.

Etait-ce une manifestation des Maîtres ? Merci d’avance pour votre réponse.

Identité non communiquée, France

[Voir la photographie dans la version imprimée de la revue Partage international n° 315 de novembre 2014, page 12.]

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agit d’une bénédiction du Maître Jésus.


Home La « Main » de Maitreya

Cher Monsieur,

Le fils de mon amie a passé une nuit dans un hôtel de Bristol. A son réveil, au matin du mercredi 10 septembre 2014, il découvrit une grande empreinte de main sur le miroir de la salle de bain. Il affirme sans l’ombre d’un doute qu’elle ne s’y trouvait pas la nuit précédente. Et quand il voulut l’essuyer, elle disparut pour réapparaître aussitôt. Ce qui est étrange, c’est que le miroir était complètement sec, l’empreinte mise à part. Cette dernière était humide, comme la condensation.

Il a des mains plutôt grandes, mais quand il en a superposé une sur l’empreinte, cette dernière était bien plus grande encore. Il n’avait jamais entendu parler de la « Main » de Maitreya (contrairement à mon amie) mais il fut suffisamment impressionné et surpris pour appeler sa mère et lui envoyer une photo.

Serait-ce un signe ?

M. I., Stroke on Trent, Royaume-Uni

 

Le Maître de Benjamin Creme indique que la « main » a été manifestée par Maitreya.


Home Une croix formée de nuages

Cher Monsieur,

En revenant à Tokyo, au retour d’une présentation vidéo à Koriyama-shi, Fukushima-ken, le 19 septembre 2014, nous observâmes une croix se former dans les nuages, vers 17 h. Était-ce un signe ?

M. Y., Y. et O. T., Tokyo, Japon

 

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agit d’un signe manifesté par un vaisseau martien.


Home Croix de lumière à San Francisco

Croix de lumière photographiée par W. H. (Nouvelle-Zélande) sur les fenêtres d’une salle de bain, dans une auberge de jeunesse à San Francisco, en août 2014. Elle n’était visible que la nuit tant que l’éclairage public était allumé. Lorsque les phares de voiture éclairaient la vitre, l’effet était magnifique.

Le Maître de Benjamin Creme indique que la croix de lumière a été magnétisée par Maitreya.



La voix des peuples

Home Manifestations contre le Traité de libre-échange transatlantique

Source : noTTIP.org.uk ; 38degrees.org.uk ; bbc.co.uk/news ; The Guardian, G.-B.

Des manifestations ont eu lieu le samedi 11 octobre 2014, en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie et dans vingt autres pays européens, contre le Tafta (Traité de libre-échange transatlantique). Les manifestants étaient déguisés en robots d’entreprise et en chevaux de Troie Tafta géant. Au Royaume-Uni, quelques 575 événements ont eu lieu au Pays de Galles, en Ecosse et en Angleterre. Le conseil de la ville d’Erkrath, en Allemagne, a déclaré son opposition et des centaines de municipalités françaises ont fait de même.

Le Tafta est un accord de « libre-échange » entre l’Union européenne et les Etats-Unis négocié en secret. Un de ses objectifs est de réduire le coût des réglementations démocratiquement mises en place depuis de nombreuses années pour protéger les intérêts publics. On prétend qu’il augmentera la croissance économique et la création d’emplois, autant que les profits des grandes entreprises. Le cœur du projet repose sur un mécanisme de réglement des différends entre investisseurs et Etat, qui donnera aux entreprises le pouvoir de poursuivre les gouvernements devant des tribunaux à huis clos pour manque à gagner sur leurs ventes de produits et services. Ces décisions auront priorité sur les lois démocratiques établies des pays souverains. Les amendes seront payées par les impôts publics.

Les pays de l’UE pourraient être exposés à des cas comme celui du Salvador. Une société australienne poursuit actuellement le gouvernement du Salvador, et a porté l’affaire devant un tribunal à huis clos de juristes d’entreprise. Cette société prétend que des décisions prises par le gouvernement salvadorien allaient lui faire perdre 300 millions de dollars de profit potentiels. En effet, le Salvador a refusé de lui accorder une concession sur une mine d’or dont l’exploitation aurait été néfaste sur l’environnement, en particulier par empoisonnement de l’eau potable locale.

Le Mouvement pour le développement mondial affirme que depuis trop longtemps, les élites mondiales utilisent la politique économique comme moyen de se rendre plus riches et plus puissantes. Les échanges commerciaux n’ont engendré qu’inégalités et ont soumis les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine aux lois de l’Occident.

Les critiques du Tafta affirment de leur côté que les échanges devraient favoriser le partage plutôt que la concurrence ; promouvoir la démocratie et l’égalité ; bénéficier surtout aux plus pauvres ; encourager les réseaux commerciaux locaux et non pas donner priorité aux désirs des plus riches au dépend des besoins des plus pauvres.




Home Le pouvoir du peuple à Hong Kong, en Chine et à Taiwan

Source : ntd.tv ; chinhdangvu.blogspot ; dw.de

Hong Kong – Après la première manifestation étudiante à Hong Kong, début octobre 2014, les autorités ont semblé disposées à envisager une réunion avec une délégation d’étudiants. Des entretiens ont été promis entre le chef de l’exécutif et les étudiants, tandis que la semaine voyait diminuer le nombre de protestataires et que les activités habituelles reprenaient dans la ville.

Mais lorsque les entretiens promis ont été annulés, des milliers de manifestants sont redescendus dans les rues du quartier financier. « Venez occuper les rues devant les établissements publics, apportez vos tentes afin de montrer que nous persistons par une action de longue durée », avait lancé Alex Chow, secrétaire général de la Fédération des étudiants de Hong Kong (HKFS). Les manifestants souhaitent pouvoir élire directement le leader de Hong Kong, le chef de l’exécutif, lors des élections de 2017. De leur côté, les autorités reprochent aux étudiants de refuser de mettre fin à leur manifestation, affirmant que c’est ce qui rend tout dialogue constructif impossible.
[Source : BBC news]

Chine – Plusieurs manifestations se sont déroulées en Chine par solidarité avec les récentes manifestations pro-démocratiques à Hong Kong, mais elles ont été rapidement dispersées.

Des dizaines de Chinois ont été soit arrêtés, soit ont vu leurs biens confisqués pour avoir brandi des pancartes en soutien à Occupy Central de Hong Kong. On rapporte que la police de Beijing a interrogé des gens utilisant un parapluie dans la rue, le parapluie étant devenu le symbole des protestations de Hong Kong. Selon Amnesty International, au moins 37 personnes ont été arrêtées pour avoir soutenu les protestataires ou diffusé des photographies et des messages sur internet témoignant de leur solidarité et projetant de se rendre à Hong Kong pour rejoindre les manifestants. Soixante autres personnes ont été interrogées par la police.

Taiwan – Les manifestations persistantes à Hong Kong ont été surveillées de l’autre côté du Détroit de Taiwan. Au printemps 2014, des étudiants taiwanais ont lancé le Mouvement estudiantin du Tournesol, succédant au Cross-Strait Service Trade Agreement (accord commercial sur les services entre la Chine continentale et Taiwan), pensant qu’il porterait atteinte à l’économie de l’île et la mettrait à la merci des pressions politiques de Beijing.

Un soutien aux manifestants de Hong Kong est venu du président taiwanais Ma Yin-jeou qui, le jour de la fête nationale, a profité de son discours pour demander à Beijing de s’orienter vers la démocratie. Exprimant son soutien en faveur des protestataires, il a déclaré que tandis que la Chine devenait prospère, son peuple demandait davantage de démocratie et le respect de la loi. « Un tel désir n’a jamais constitué le monopole de l’Occident. C’est un droit pour toute l’humanité. »

Des assurances de soutien et de solidarité sont également venues du Mouvement des étudiants du tournesol de Taiwan, qui s’est fait connaître pour avoir occupé le parlement taiwanais. « Beaucoup de gens sont favorables aux protestations, a déclaré Tang Shao-Cheng, spécialiste de la politique à l’Université nationale Chengchi de Taipei. La plupart d’entre eux sont néanmoins calmes. Mais ce qui se passe à Hong Kong pourrait bien avoir un grand impact sur Taiwan. »




Home Arménie : manifestations contre la corruption

Source : aljazeera.com ; asbarez.com

Erevan, la capitale arménienne, a vu se produire une grande démonstration du pouvoir populaire lorsque plus de 10 000 partisans de l’opposition se sont rassemblés le 10 octobre 2014 pour réclamer un changement de gouvernement. Les manifestants accusent les dirigeants d’avoir échoué à juguler la pauvreté et la corruption dans ce pays enclavé. « Le temps est venu de nous débarrasser de notre gouvernement criminel et corrompu, a déclaré aux manifestants Levon Ter Petrosian, ancien président de l’Arménie et chef du parti du Congrès national arménien. Nous avons besoin d’élections à la fois parlementaire et présidentielle. »

Une foule immense a rempli le square de la Liberté, au centre d’Erevan, pour protester contre les augmentations de prix et l’étendue de la corruption. La foule a réclamé la démission du président ainsi que l’augmentation du niveau de vie dans les régions pauvres. L’Arménie a été particulièrement touchée par le déclin économique mondial.

Maria Titizian, directrice de CivilNet, station TV en ligne indépendante, a expliqué qu’outre le grand nombre de manifestants, ce qui a rendu ce rassemblement inhabituel était la réunion des trois partis de l’opposition arménienne, habituellement fragmentée. « Nous en sommes arrivés à un point où une majorité de la population est vraiment insatisfaite de la qualité de vie et du niveau d’impunité et de corruption, et qu’elle espère un changement », a-t-elle précisé.





Courrier des lecteurs

Home Approbation

Cher Monsieur,

Le 21 septembre 2014, vers la fin de la marche pour le Climat à Paris, nous avons marqué un arrêt avant d’atteindre notre destination finale, la place de l’Hôtel de Ville. Je brandissais à bout de bras la pancarte avec le logo « SOP – Sauvons notre Planète » en attendant la reprise de la marche.

Soudain, un homme avec un grand visage, portant un costume beige clair, traversa la rue avec une attitude calme, douce mais vive. Il avait des yeux bleus incroyables et je fus frappé par le fait qu’il ne regardait pas les gens en face de lui mais bien les milliers de personnes présentes dans la rue. Je retins mon souffle lorsqu’il passa devant moi. Il s’arrêta brièvement et fixa intensément ma pancarte SOP. Il s’exclama brièvement mais fermement : « Cela, Oui je suis d’accord ! » Alors, la marche reprit son cours. Une semaine après, je suis toujours impressionné par cet homme, et je me demande si cet homme était un Maître ?

P. C., Le Havre, France

Le Maître de B. Creme indique que cet homme était Maitreya.


Home Une nouvelle visite

Le 11 octobre 2014, lors de notre conférence annuelle à Amsterdam, Pays-Bas, la salle était comble mais il y avait encore quelques retardataires et parmi eux un homme d’allure tibétaine. Il avait plu et il était trempé. Il avait l’air très distingué.

Comme la salle était complète, je me précipitai vers lui pour lui offrir ma chaise, il n’eut donc pas à chercher de place. Il vint vers moi et me dit : « Nous y voilà de nouveau. Je suis déjà venu l’an dernier. » Il se rappelait  notre rencontre à la conférence de l’an dernier (voir lettre « Celui qui sait » dans notre revue de décembre 2013). Je me suis souvenu immédiatement de chaque détail de notre rencontre précédente. Il était impressionné que je me souvienne de ce qui s’était produit l’an dernier dans les détails car je dois rencontrer beaucoup de monde. Je réalisai alors qu’il devait être le Maître Jésus et le remerciai d’assister à nouveau à la conférence. Il me demanda depuis combien de temps je faisais ce travail bénévole. Je lui répondis : à peu près huit ans.

Le plus étonnant est que cette fois-ci il parlait le néerlandais sans accent. Je n’entendais que le son de sa voix parmi le brouhaha ambiant. Pendant la conférence, il s’assit près de la photo de Maitreya sous les traits de l’Avatar Kalki sur un cheval blanc lors des manifestations de la place Tahrir en Egypte. Il y resta jusqu’à la fin de la conférence. Etait-il le Maître Jésus ?

A. A., Amsterdam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme confirme que l’homme était le Maître Jésus.


Home Haute montagne

Cher Monsieur,

En août 2014, je me suis sentie guidée pour me rendre en Californie. Je passai quelques semaines merveilleuses et je ressentis comme une gamme particulière d’énergies de la nature, purificatrice et bénéfiques à Ojai et dans le Sequoia National Park. Cependant ce fut au cours de la semaine que j’ai passée au Mont Shasta que j’ai ressenti que quelque chose de particulier se produisait, dès le premier instant. C’était comme si des énergies spirituelles filtraient et s’établissaient en moi et, je le pressentais, favorisaient mon évolution. Depuis ce séjour, j’ai aussi remarqué que la conscience de l’activité de ma pensée et de la concordance des évènements s’était accrue. S’est-il produit quelque chose de particulier et que m’est-il arrivé alors ?

R. W., La Hague, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique que vous avez reçu une bénédiction d’un des Maîtres sur le Mont Shasta.


Home Une suggestion appuyée

Cher Monsieur,

L’été 2014, nous tenions un stand de Share International dans le métro de Los Angeles. Une dame, d’âge moyen et d’aspect ordinaire, s’approcha du stand, jeta un coup d’œil aux documents présentés et me demanda : « Avez-vous un bureau local où les gens peuvent se rendre et se renseigner ? » Je lui répondis que nous n’avons pas de centre à Los Angeles, mais que nous sommes un réseau international de bénévoles et que certains groupes dans le monde ont des centres accessibles au public (je faisais référence à celui d’Amsterdam). Elle répéta : « Donc vous n’avez pas de centre public à Los Angeles ? » Je répondis que non mais je lui proposai un numéro de téléphone et les coordonnées de notre site internet. Elle me remercia et partit. Auriez-vous l’amabilité de me dire si cette dame était un Maître ?

O. C., Los Angeles, Etats-Unis

Le Maître de B. Creme indique que la « dame d’âge moyen » n’était pas un Maître mais un messager du Maître Jésus.


Home Vue privée

Cher Monsieur,

Nous habitons à Glastonbury, mon mari et moi, et de notre fenêtre nous voyons le Tor (une colline). Chaque soir nous sortons admirer les étoiles avant de nous coucher. Le 31 août 2014, vers 21 h 30, mon mari sortit et frappa aux carreaux me demandant de le rejoindre d’urgence.

Un vaisseau spatial planait silencieusement au-dessus du Tor. Il apparaissait rond avec des lumières blanches et il tourna sur place comme s’il voulait que nous puissions l’observer. Puis il bascula et nous observâmes au-dessous des lumières colorées. Nous vîmes des lumières étincelantes mais ne savons pas si elles venaient du vaisseau spatial ou si quelqu’un prenait des photos depuis le Tor. Le vaisseau disparut derrière les arbres mais quelques minutes plus tard il était de retour. Cela se produisit pendant une heure.

[1] Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous dire de quelle planète il venait ? [2] A-t-il basculé et plané pour nous permettre de l’observer le mieux possible ?

P. D., Glastonbury, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme indique que [1] l’objet était un vaisseau spatial martien. [2] Oui.


Home Inspiration

Cher Monsieur,

Le 4 septembre 2014 je déjeunai dans un restaurant parisien en lisant le numéro de septembre de Partage international. Je venais de terminer de lire l’article du rabbin Michael Lermer qui avait provoqué en moi une profonde émotion et un profond sentiment d’amour et de compassion pour l’humanité. Regardant par la fenêtre, je vis dans la rue un vieil homme vêtu comme un juif ancien d’Europe de l’Est du début du 20e siècle avec une longue barbe et un chapeau. Il mendiait mais personne ne semblait le remarquer. Je décidai de lui apporter un peu de pain. Je ressentis de la compassion et de la sympathie pour lui, surtout quand je le vis regarder avec insistance à la vitrine d’une librairie avec grande curiosité. Puis il partit. Je ne pus m’arrêter de penser à lui et quittai le restaurant pour retrouver cet homme, quand un Antillais de grande taille, d’âge moyen, sourit et me dit bonjour. C’était comme s’il savait ce que je faisais et qu’il approuvait. Enfin, je retrouvai le vieil homme et lui donnai un morceau de pain. Je réalisai alors que nous étions devant une boulangerie et lui demandai d’attendre pour que je lui achète un sandwich. Je remarquai que selon les traits de son visage, il pouvait être Juif aussi bien qu’Arabe. Je lui tendis la main avec beaucoup de tendresse et il me remercia. Je ne peux m’arrêter de penser à ces deux hommes. [1] L’Antillais était-il juste quelqu’un qui ressentit de la sympathie à mon égard ou quelqu’un de particulier ? [2] Et le vieil homme aussi, quelqu’un de spécial ?

J. J., Paris, France

Le Maître de Benjamin Creme indique que [1] l’Antillais était le Maître Jésus et [2] le « vieil homme » était Maitreya.


Home Un vétéran, certes

Cher Monsieur,

Le 24 septembre 2014, sur Telegraph Avenue à Oakland en Californie, je rencontrai un  très bel homme, assis calmement sur la voie centrale parmi le trafic intense. Il fit un signe indiquant qu’il était un vétéran d’Irak. Nous discutâmes et en le regardant dans les yeux, je me demandais comment il pouvait avoir tant de « shen » dans les yeux ? Le mot « shen » en médecine orientale fait référence à la force vitale visible dans les yeux d’une personne. Et ce vétéran d’Irak avait une force vitale dans les yeux ainsi qu’un sentiment profond de calme et de paix. Les initiales de son nom RH avaient une signification pour moi. Je fus rempli de tant de joie après avoir discuté avec lui. Cet homme était-il Maitreya ou un Maître de sagesse ?

B. B., Oakland, Californie, Etats-Unis

Le Maître de B. Creme indique que l’homme était Maitreya.


Home De souriants inconnus

Cher Monsieur,

[1] En mai 2014, postée au coin de Bloomsbury Street et de Great Russell Street, à Londres, j’essayais d’attraper un taxi. Cela n’aurait pas dû poser trop de problèmes car il y a toujours beaucoup de taxis en maraude dans ce quartier. Toutefois, après plusieurs tentatives infructueuses, je me rendis compte que, comme on était un samedi après-midi, ça n’allait pas être si facile. Comme j’avais une fois de plus agité vigoureusement le bras en vain, un homme de grande taille, cheveux blancs mi-longs, l’allure bohème d’un artiste, s’approcha de moi avec un sourire amical, disant : « Inutile de faire signe à TOUS les taxis qui passent. Les taxis libres sont ceux dont la lumière est allumée. » « Je sais, lui dis-je. Mais, en ce moment, j’ai du mal à voir si la lumière est allumée ou éteinte. » « Ne vous inquiétez pas, je vais vous en trouver un. » Et effectivement, quelques instants plus tard, un taxi s’arrêtait à ma hauteur. L’étranger compréhensif me fit monter et, après m’avoir demandé où j’allais, dit au chauffeur de m’emmener au Victoria and Albert Museum. Puis, toujours souriant alors que je le remerciais de son aide, il me souhaita une agréable visite et disparut. Ce souriant étranger londonien était-il l’un des Maîtres ?

[2] La chaleur de ce sourire éveilla un écho. Quelques années plus tôt, à Paris, j’avais vu le même sur le visage d’un autre étranger. J’étais assise dans le métro, un livre sur les genoux, encore un peu songeuse au sortir d’une visite médicale. A une station, un homme de grande taille, cheveux gris en queue de cheval, jeans râpé et blouson rouge, s’approcha de moi, un vaste et contagieux sourire aux lèvres. Lui rendant son sourire, je plongeai la main dans mon porte-monnaie pour lui donner de l’argent. « Quel joli sourire ! » dit-il, toujours souriant. Puis empochant l’argent que je venais de lui donner, il ajouta : « N’est-ce pas que la vie est belle quand on sait la regarder ? » Plutôt interloquée, je rangeai mon porte-monnaie dans mon sac sans un mot. Et lorsque je relevai la tête, je constatai qu’il avait disparu. Cet homme souriant était-il l’un des Maîtres ?

M.-C. Ferrer, Montrouge, France

Le Maître de Benjamin Creme confirme que dans les deux cas l’homme était le Maître Jésus.


Home Evité de justesse

Cher Monsieur,

Le 9 septembre 2014, nous rentrions chez nous après des vacances dans la province de Zeeland et roulions sur une route étroite. Sur ma droite je vis un vieil homme à vélo qui apparemment voulait traverser la route mais qui ne le fit pas. Cependant quand je fus tout près de lui, il traversa et je dus freiner de toutes mes forces. Je me résignai à l’idée que je n’avais pu l’éviter. Je pensai aussi que cela aurait dû provoquer un carambolage derrière moi. Mais rien de tout cela ne s’était produit. Il se tenait là sur le côté opposé, indemne. Après avoir inspecté l’avant de la voiture, je ne constatai aucun choc. Je remontai en voiture et continuai ma route.

N’était-ce qu’une fausse alerte de ma part et des autres automobilistes derrière moi ? Ou y a-t-il eu une intervention d’en haut ?

G. S., Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il y a eu une intervention du Maître Jésus.


Home Avertissement

Cher Monsieur,

Ma mère a commencé à me faire connaître les livres concernant Maitreya il y a plus de 20 ans, je les lis toujours et les conserve dans ma bibliothèque. Je crois qu’il est l’Instructeur mondial, je l’ai vu mentalement et aussi en personne : il m’est apparu, venant de nulle part, sur le parking d’une station service où je venais d’acheter de la bière. Il était vêtu, de la tête aux pieds, de loques dégoûtantes mais je n’ai jamais oublié son visage et son expression de mécontentement à mon égard. Je compris alors qu’il voulait que j’arrête de boire. En me regardant bien dans les yeux, il prononça deux mots tels que : « Laht-Laht ». Savez-vous ce qu’il essayait de me dire, cela s’est passé, il y a six ans ou plus ?

C. L., Tempe, Arizona, Etats-Unis

Le Maître de B. Creme indique que l’homme était en fait le Maître Jésus. Il vous mettait en garde contre votre abus d’alcool.



Compilation

Home Des événements sans précédent

Nous publions ci-dessous une compilation de citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Dans toute l’histoire de l’humanité, jamais il n’y a eu d’époque semblable à la nôtre. Jamais, à travers tous les cycles qui ont marqué l’évolution de l’homme, pareil potentiel de transformation n’avait été présent. Cette période est donc exceptionnelle. Elle présage un changement de conscience si radical et d’une si grande portée que de nouvelles définitions et un nouveau lexique devront voir le jour pour décrire l’homme tel qu’il est appelé à devenir. Le facteur le plus déterminant de cette profonde mutation sera l’influence des Frères aînés de l’humanité, les Maîtres de Sagesse et de celui qui les dirige, Maitreya, le Christ et Instructeur mondial. On ne saurait trop souligner l’importance des effets que produira leur contact rapproché avec l’humanité sur la vie, les pensées et le comportement des hommes. A de nombreuses reprises vous avez entendu dire que l’homme était un dieu en puissance ; ce ne sont pas là des mots creux, mais la vérité même de la nature et l’être de l’homme. Cette vérité se vérifiera, et tous verront s’exprimer cette divinité : ce n’est qu’une affaire de temps. [L’émergence de la divinité de l’homme (Maître ‑)]

Mon plan s’accomplit. Mon amour enflamme un nouvel aspect en l’homme, et la nouvelle lumière apparaît. Voici ma promesse : bientôt, chacun d’entre vous verra un monde en train de changer, un monde se transformant sous vos yeux. L’ancien cède la place au nouveau, et l’homme se tient au seuil de la Vérité. [Message n° 117 (Maitreya)]

Nous sommes sur le point d’entrer dans une ère où la nature spirituelle innée de l’humanité commencera à s’exprimer de façon massive. Des millions d’individus dans le monde prendront conscience du but réel de leur vie. Une attitude plus profonde, plus équilibrée à l’égard de la vie se développera, et les gens se reconnaîtront en tant qu’âmes – âmes en incarnation. Ils comprendront enfin le but de leur incarnation et prendront une part de plus en plus consciente à leur évolution personnelle, créant des modes d’expression de la justice et de la liberté tels que le monde n’en a jamais connus. La liberté, la justice et par conséquent la paix permettront à l’aspect spirituel divin de l’humanité de passer au premier plan et de s’exprimer, non seulement en tant qu’expérience religieuse, mais dans toutes les sphères de la vie. Dans les domaines de la politique, de l’économie et de l’éducation, des arts et des sciences, la prise de conscience de notre nature spirituelle se manifestera de façon croissante. Cela conduira à la découverte d’une nouvelle science et à la maîtrise des forces de la nature, ce qui donnera à l’humanité un pouvoir illimité sur son environnement. Voilà ce qui nous attend, maintenant que nous entrons dans le nouveau cycle. Non seulement nous n’allons pas vers la destruction mais, bien au contraire, nous nous dirigeons vers une ère de créativité sans précédent et une vie d’une grande beauté. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Ce n’est pas sans raison que les changements dans le monde atteignent aujourd’hui un paroxysme. Rien de comparable ne s’est jamais produit dans les temps historiques. Cela faisait près de cent mille ans que des événements de pareille importance et de si grande portée n’avaient pas eu lieu. Le monde se prépare aujourd’hui à l’avènement d’une ère nouvelle totalement différente de celles qui l’ont précédée, au cours de laquelle l’humanité sortira de son long sommeil, enlèvera de sur ses yeux le bandeau de l’ignorance et de la peur, entrera enfin dans la lumière de la connaissance et de la vérité et recevra l’héritage qui lui revient de droit. [L’âge de lumière nous attend (Maître ‑)]

Les peuples du monde entier commencent à se rendre compte que le besoin qu’ils ressentent d’une vie meilleure et plus pleine peut maintenant, pour la première fois dans l’histoire, devenir une réalité, s’ils font l’effort nécessaire pour triompher de l’inertie qui les a maintenus sous le joug pendant des siècles. Partout, des mouvements ont lieu dans cette direction. Pour la majorité des gens, nous vivons une époque de crise et d’incertitude, mais derrière ce chaos apparent se profilent un nouveau schéma, une nouvelle approche de la vie qui renferment les germes de la civilisation du nouvel âge, dont les notes dominantes seront la coopération et le partage, la tolérance et la bonne volonté. Ces qualités sont déjà fortement implantées dans le cœur et l’esprit de millions d’hommes et, progressivement, elles se manifesteront de plus en plus. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Vous qui êtes ici présents, vous êtes parmi ceux qui peuvent montrer la Voie. Montrez à vos frères qu’il existe pour l’homme une vie meilleure, un avenir plus beau qu’il n’aurait pu le rêver. Dites-leur que Maitreya vit parmi eux, que le Seigneur de l’Amour foule leur sol, que le Fils de l’homme est de retour dans le monde pour changer ce monde, par l’entremise des hommes. Dites-leur ceci, mes amis, et apportez-leur l’espoir pour l’avenir. [Message n° 24 (Maitreya)]

Maitreya est l’Instructeur mondial, le chef de la Hiérarchie, Maître de tous les Maîtres, « Instructeur à la fois des anges et des hommes », selon les paroles de saint Paul. C’est son retour dans le monde, à la tête de ses disciples, les Maîtres de Sagesse, qui est en train de s’accomplir maintenant, rien de moins. Et c’est, si vous pouvez le croire, un privilège d’être en incarnation à ce moment capital de l’histoire de l’humanité, dans cette époque sans précédent. De nombreux Instructeurs sont venus dans le monde, auparavant, et ce fut également important. Mais, jamais, depuis l’époque atlante, il n’y a eu en même temps l’Instructeur mondial, l’Instructeur de l’humanité, le Frère aîné de la race et, avec lui, au grand jour dans le monde, les Maîtres de la Hiérarchie. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Mon propos ce soir se rapporte à la création d’un nouveau mode de vie pour l’humanité. Une nouvelle civilisation doit être construite sur les ruines de l’ancienne. Ce qui est précieux et mérite d’être préservé le sera, mais tout ce qui entrave la manifestation de la véritable grandeur de l’homme doit être abandonné. Le temps approche où vous verrez autour de vous des villes de toute beauté, d’éclatantes créations de l’Amour, et toute la manifestation des rêves de l’homme, où il se perçoit comme dieu. Il en sera ainsi. [Message n° 58 (Maitreya)]

Les communications ont donné à l’humanité les moyens d’une évolution plus rapide et partout se manifestent des signes d’effervescence et de transformation. Le plan pour l’avenir apparaît, et les esprits réceptifs répondent à la nouvelle vision. Jamais auparavant dans l’histoire du monde une telle opportunité n’a été présentée aux hommes. Du chaos du passé peut naître l’ordre ; de l’ignorance la plus sombre peut jaillir une nouvelle lumière. Ensemble pour la première fois en tant que frères, les hommes peuvent faire régner la loi divine et établir une relation juste avec leur Source. [L’avenir (Maître ‑)]

Tout va maintenant si vite que les hommes politiques ne peuvent plus contrôler les événements. Une nouvelle ère politique a commencé, dans laquelle la conscience éveille chaque homme à ses droits fondamentaux d’être humain, à ses libertés et à ses responsabilités envers lui-même et envers les autres. La constitution de chaque pays sera, en dernière analyse, basée sur les trois principes de liberté intérieure, de liberté nationale et de salut. La liberté intérieure s’applique à l’individu. La liberté de la nation concerne la société, le pays. Le salut relève du niveau spirituel. L’interdépendance planétaire, qui est une réalité, deviendra finalement une évidence clairement établie dans notre conscience. Alors, le fait que « tous les hommes sont frères » s’exprimera de plus en plus dans des structures et dans des programmes d’action pratiques reflétant cette réalité. Les nations connaîtront la fraternité, des buts communs et des aspirations communes [...] Tous ces changements prennent les individus par surprise. C’est une époque historique, et l’existence d’une nouvelle prise de conscience devient chaque jour plus évidente. Les gens vont se mettre à parler de la paix, de la possibilité de vivre ensemble de façon harmonieuse. Nous nous trouvons à un tournant de l’histoire de l’humanité [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

La venue de Maitreya concerne les changements dans le monde : changement dans notre compréhension des besoins de la planète en vue d’un véritable équilibre écologique, changement dans nos systèmes économiques de sorte que tous les hommes soient nourris et traités correctement, changement dans les relations entre les hommes partout dans le monde. Si nous comprenons vraiment que l’humanité est une, la nécessité profonde de ces transformations s’imposera à nous. Il s’agit de la création d’un nouveau monde. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Plus le temps passe, plus le monde prend conscience du fait indéniable qu’il est en train de se produire sur la planète quelque chose de tout à fait extraordinaire, d’absolument sans précédent. Le monde d’aujourd’hui est lancé sur les « montagnes russes » du changement. Les événements se succèdent à un rythme tel que personne, pas même l’observateur le plus expérimenté, n’a le temps ni l’occasion de faire le point. Etonnement, perplexité et émerveillement sont les réactions habituelles et naturelles face aux transformations actuelles.
Chaque fois que des changements se produisent en cascade, la réaction normale de l’homme est d’avoir peur. [...] Le familier, quels que soient ses inconvénients, est souvent préféré au nouveau que l’on n’a pas encore expérimenté. Néanmoins, nombreux sont ceux aujourd’hui qui éprouvent une joie intérieure secrète, pressentent un bonheur à venir et nourrissent l’espérance que tout ira pour le mieux, que l’avenir est porteur de la promesse d’une vie nouvelle et meilleure, pour tous et pour chacun. [L’heure a sonné (Maître ‑)]

Nombreux sont ceux qui doutent de ma présence. Ceci est naturel : les hommes sont aveugles. Mais, bientôt, elle sera indéniable. Mes efforts montreront aux hommes que la roue tourne, que, bientôt, l’ère nouvelle, le monde nouveau auront commencé. Puissiez-vous être de ceux qui partageront ce travail. Mes bénédictions vous accompagnent tous. [Message n° 9 (Maitreya)]

Pour la masse des pauvres, des sous-alimentés et des exploités, le retour du Christ et de la Hiérarchie marquera le début d’une vie véritable. Pour la première fois dans l’histoire, ce qui est produit dans le monde sera partagé entre tous les hommes. […]
Quand le monde sera vraiment Un, quand la production mondiale sera partagée entre tous les hommes, les secrets de la Science divine, aujourd’hui gardés par les Maîtres de Sagesse, pourront sans danger être révélés et, grâce à eux, l’homme pourra créer une civilisation telle que le monde n’en a jamais connue. L’homme finira par prendre conscience de l’être divin qu’il est, et, guidé par le Christ et les Maîtres, il exprimera cette divinité dans une créativité et une vie nouvelles. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Maitreya a affirmé : « Ma venue implique des changements, mais également de la douleur devant la perte des structures anciennes. Cependant, mes amis, il faut briser les vieilles outres : le vin nouveau mérite mieux1. » Nous sommes témoins de la destruction de tout ce qui entrave la progression de l’homme, tout ce qui limite sa compréhension et empêche sa divinité innée de s’exprimer. Nous assistons à la formation de nouveaux schémas de pensée et de sensibilité, à l’éveil de nouveaux types de conscience et tout ceci engendrera les nouvelles formes et les structures propres à exprimer les espoirs et les aspirations des hommes. [La pression monte (Maître ‑)]

La date prévue pour la Déclaration approche. Ce jour-là, mes amis, vous verrez votre Frère se révéler comme le Messager de Dieu. Jamais auparavant, au cours de la longue histoire de l’homme, un tel événement ne s’est produit de cette manière. Puissiez-vous avoir la bénédiction d’être avec nous ce jour-là. [Message n °134 (Maitreya)]

Il se prépare une transformation radicale qui doit se produire à la base. Il faut qu’elle soit effective et satisfasse tout le monde, sinon elle ne durerait pas. Les changements doivent être logiques et se faire à un rythme rapide mais pas excessif, de façon que les gens puissent s’adapter et qu’ainsi il n’y ait qu’une rupture minimale de l’ordre existant, quelle que soit la période. Toutefois, les changements seront si considérables que quelqu’un qui arriverait de la planète Mars dans 25 ans trouverait un monde complètement transformé, un monde dans lequel les gens sont devenus majeurs, ont fait entendre leur voix. Qui a fait tomber le mur de Berlin ? Le peuple, pas les politiciens ! [Le Grand Retour (B. Creme)]

Notre époque est sans équivalent dans l’histoire du monde. Elle est le théâtre de changements considérables, qui dépassent l’entendement humain et transformeront la vie telle que nous la connaissons, en profondeur et pour toujours. Ces changements ont lieu sur tous les plans ; certains se produisent lentement, jusque dans la texture même de la croûte terrestre, tandis que d’autres se déroulent à une vitesse croissante qui rend d’autant plus difficile pour les hommes de relever les défis qu’ils leur présentent.
De quelle utilité pourraient bien être, dans ce contexte, les idées éculées de politiciens tournés vers le passé et empêtrés dans des mirages de prestige et de puissance ? Aujourd’hui c’est les peuples qui sont en avance sur leurs dirigeants, et qui énoncent à voix haute leur compréhension des événements et leurs besoins. Avec le temps, de pays en pays, la voix du peuple se fait sans cesse plus assurée et plus claire. Les multitudes savent désormais identifier et formuler leurs besoins : paix, travail et espoir en l’avenir [Vers l’unité (Maître ‑)]

Beaucoup, aujourd’hui, réalisent que la voie du futur passe par un nouvel ordre plus juste, par une nouvelle fraternité entre les hommes, un nouvel esprit de coopération entre les ennemis d’autrefois. Tout cela est possible, aujourd’hui, et en passe de s’accomplir. Une lumière nouvelle, ma lumière, brille sur toute la Terre et beaucoup en sont éblouis et stupéfaits. Travaillant pour la vérité, au bénéfice de tous, ils sont impressionnés par leur puissance. De même, mes amis, en vous tous se tient la puissance de la Vérité. [Message n° 128 (Maitreya)]

Je n’ai pas encore vraiment saisi l’immensité de cet événement. J’en ai parlé maintes et maintes fois, mais jamais jusqu’à aujourd’hui – et probablement pas davantage au moment où je vous parle – je n’ai réussi à saisir l’immense impact de tout cela, l’énormité, la nouveauté et le caractère unique de cet événement. Pour la première fois dans l’Histoire, il y aura un contact télépathique mondial. Tous les habitants de la Terre seront en contact avec un homme dont ils entendront intérieurement les paroles dans leur propre langue, un homme qui s’adressera directement à chacun « individuellement, solennellement face à lui-même ». Ils regarderont l’écran et se tourneront vers leur voisin pour demander : « Vous entendez la même chose que moi ? » Au ton de la voix, à la teneur de la pensée, à la solennité des idées, à l’immensité des concepts, les hommes feront une expérience comme jamais ils n’en ont fait de leur vie. C’est quelque chose de phénoménal. Nous nous trouvons à un moment unique de l’histoire de la planète. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Qu’il le veuille ou non, l’homme ne peut vivre sans amour. Cette vérité s’inscrira bientôt dans la conscience de la race humaine et conduira à des événements sans équivalent dans l’Histoire. D’ici peu, commencera un processus de transformation tel qu’on n’en a jamais vu auparavant. A jamais disparaîtront le spectacle de millions d’hommes mourant de faim, la souffrance quotidienne des démunis, l’implacable labeur des pauvres. A jamais disparaîtra de notre vue et de notre esprit la menace de l’autodestruction, la terreur infernale qui tient l’humanité sous son joug. A jamais disparaîtra également l’absence de confiance qui paralyse et limite chaque action de l’homme et le dresse contre son voisin et contre lui-même. Tout cela, l’homme l’accomplira en manifestant l’amour. Grâce à l’amour l’homme sera victorieux et deviendra un Dieu. [L’amour, voie du progrès (Maître ‑)]

L’humanité vit aujourd’hui une époque unique de son histoire. Les événements qui, je l’affirme, ont lieu en ce moment même, vont transformer notre vie et notre monde de la manière la plus profonde et la plus radicale qui soit en l’espace de relativement peu d’années. Nous nous trouvons à la fin d’une civilisation, et donc au début d’un monde nouveau : si tel est notre désir, il peut être le plus brillant de notre longue histoire. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Mon projet est de vous emmener en voyage dans une nouvelle contrée, vers une nouvelle approche de la vie où tous les hommes pourront partager. Laissez-moi vous guider, laissez-moi vous montrer la voie, laissez-moi vous élever dans la lumière d’une nouvelle vérité. Laissez-moi vous montrer, mes amis, la voie qui mène à Dieu, car c’est seulement par la manifestation de la Volonté divine que Dieu peut être connu. Je suis ici pour administrer cette Volonté. [Message n° 26 (Maitreya)]

1 - Message n° 22


Des événements sans précédent

par le Maître ––, par l’entremise de B. Creme, oct. 1994

Chaque jour qui passe nous rapproche de l’émergence de Maitreya, dans la plénitude d’une présence visible de tous. Sous peu, l’humanité, qui attend, saura sans l’ombre d’un doute que le Maître des Maîtres, la Lumière et l’Espoir du monde, se trouve maintenant, une fois encore, parmi les hommes. Fort peu de temps nous sépare en effet de cet apogée d’une série de plans préparés de longue date.

Ces plans ont impliqué la réorganisation du groupe de Maîtres à la tête duquel se tient Maitreya, ainsi que leur préparation afin qu’ils reprennent leur mission parmi les hommes, en manifestant au grand jour leur sagesse et leur puissance. Un entraînement intensif très particulier a été nécessaire pour leur fournir l’équipement nécessaire à cette tâche. Bientôt, cet effort portera ses fruits en éveillant l’humanité à la nouvelle réalité présente en son sein, et en lui indiquant la nouvelle direction à suivre pour aller de l’avant. Si tous les Maîtres ont leurs attributions particulières, chacun d’eux embrasse en totalité le plan de développement de tous les facteurs qui gouvernent l’essence spirituelle de l’homme.. Chacun, à la fois individuellement et en tant que membre d’un groupe, stimulera et évoquera la réalisation du potentiel spirituel latent chez tous les hommes. Ainsi en sera-t-il. Ainsi les Frères aînés montreront-ils aux hommes qu’ils sont proches d’eux et de leurs préoccupations, qu’ils les aiment, et qu’ils connaissent le Plan.

Nous entrons dans une période de profond changement. Tous ne feront pas bon accueil à la direction que ces changements devront prendre. Mais l’urgence des besoins de notre temps exige l’abandon d’anciens privilèges et pouvoirs, et nécessite d’accepter avec joie la reconstruction des formes devenues obsolètes,, afin que les formes nouvelles répondent mieux aux vrais besoins des hommes.

La nature de ces besoins, Maitreya a pour intention de l’élucider et de l’expliquer. Il montrera que tant que persistera l’injustice, il n’y aura pas de véritable espoir pour l’homme, car sans justice la paix n’est qu’un rêve inaccessible. Il montrera combien il est nécessaire pour les hommes de travailler, et le respect de soi qui en découle. Il attirera l’attention sur les besoins particuliers de la jeunesse, pour que soient stimulées son aspiration latente et son aptitude à servir. Il mettra l’accent sur le rôle de la femme, et sur la nécessité de l’émanciper, de l’éduquer et de la respecter. Il montrera que, dans les années à venir, une immense armée de serviteurs sera requise, ne serait-ce que pour répondre aux besoins fondamentaux d’un monde qui réclame nourriture et travail, éducation et connaissance ; un monde qui aspire à des conditions de vie meilleures et plus humaines pour tous.

Là où il réside, Maitreya attend le moment où, en accord avec la Loi, il pourra faire son entrée sur la scène du monde et s’adresser à tous les hommes. Lui-même et ceux qui l’entourent prennent d’ores et déjà leurs dispositions en vue de ce moment si proche. Peu nombreux sont ceux qui peuvent concevoir ou imaginer l’importance, la portée des événements en cours. Ces événements sont sans précédent dans l’histoire du monde.





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home Des projets innovateurs pour sauver les forêts tropicales

Interview de David Seaborg par Monte Leach

Le Fonds mondial pour les forêts tropicales (World Rainforest Fund), organisation à but non lucratif fondée en 1984, se consacre à la préservation de la biodiversité et à la sauvegarde des forêts tropicales dans le monde entier, essentiellement celles d’Amérique latine. Ce groupe met l’accent sur l’Amazonie brésilienne, la plus grande forêt tropicale encore intacte sur Terre. Le fonds aide les peuples indigènes à sauver leur habitat tropical ; attribue des subventions à des ONG menant des projets présentant un intérêt particulier pour la conservation des forêts tropicales ; et sensibilise le public américain sur l’importance de préserver ces forêts. David Seaborg, fondateur et président du Fonds mondial pour les forêts, biologiste évolutionniste, est militant écologiste de longue date. Monte Leach l’a interviewé pour Partage international.

Partage international : Quelle est la situation actuelle en ce qui concerne la destruction de la forêt tropicale ? Votre site présente une statistique dramatique : 120 hectares sont détruits chaque minute.
David Seaborg : C’est exact, et cela soit par abattage, soit par brûlis. Cela représente environ la moitié de l’Etat de Californie chaque année.

PI. La situation s’est-elle améliorée ou bien a-t-elle empiré depuis que vous avez commencé à vous intéresser à la question ?
DS. Elle est à la fois meilleure et pire. L’Equateur a fait des progrès. Le Costa Rica a placé en réserve une grande partie de son territoire. Le Brésil a ralenti le rythme de la déforestation (jusqu’à récemment). D’autre part, la situation se dégrade rapidement en Indonésie et en Malaisie, en raison principalement de la production d’huile de palme, avec l’abattage de forêts riches en biodiversité pour les remplacer par des plantations de monocultures de palmiers destinés à produire l’huile de palme utilisée dans de nombreux produits. Donc, ça va mieux dans certaines zones, il y a des succès, mais cela s’aggrave dans d’autres pays.

PI. Diriez-vous que ça va mieux ou que cela empire ?
DS. Dans l’ensemble, ça empire, mais il existe aussi une plus grande sensibilisation. Les deux camps se renforcent dans la bataille. La lutte pour le maintien des réserves devient de plus en plus sophistiquée, organisée, avec la création de meilleures alliances entre les groupes environnementaux à travers le monde, mais aussi avec les populations autochtones et locales. Elle remporte beaucoup de succès, par exemple en Equateur avec le gouvernement équatorien. Tout n’est donc pas entièrement négatif. Mais la population mondiale croît, et la surpopulation augmente la pression sur la forêt. Il y a aussi plus de disparités entre les riches et les pauvres. L’argent donne aux riches plus de pouvoir pour agir de manière destructrice, et l’emporter.

Victoires en Amazonie

PI. Pourriez-vous parler du travail que votre groupe a réalisé et présenter quelques-uns des succès obtenus avec votre contribution ?
DS. Un de nos derniers projets était en Equateur où nous nous concentrons maintenant avec plus d’attention. Le gouvernement équatorien construisait, en infraction avec la législation équatorienne, une route qui aurait traversé une forêt de 4 000 hectares. Selon les scientifiques des Jardins botaniques du Missouri, cette forêt tropicale concentre le plus grand nombre d’espèces par hectare au monde. L’année dernière, nous avons donné une subvention de 3 500 dollars à la Fondation OSA, dirigée par un homme qui a beaucoup travaillé pour la sauvegarde et l’expansion de la forêt tropicale en Equateur. Il a utilisé notre subvention pour embaucher des gens pour inspecter la route. Ils ont constaté qu’elle était plus large que ne l’avait autorisé le gouvernement équatorien. La subvention a également été utilisée pour imprimer des documents pour montrer au gouvernement équatorien les effets destructeurs que la route aurait sur cette forêt vierge. Si la route avait été construite, tous ceux qui auraient voulu entrer dans la forêt pour couper des arbres, faire des brûlis et exploiter la forêt pour le profit, auraient pu le faire.
Ce travail a convaincu le gouvernement équatorien d’annuler son agrément pour la construction de cette route. Nous travaillons en permanence pour protéger cette forêt. Mais au moins, nous l’avons sauvé pour le moment car cette route aurait conduit à sa destruction. Nous avons sauvé cette forêt qui contient un si grand nombre d’espèces avec seulement 3 500 dollars : il semble que nous ayons établi le record du plus grand nombre d’espèces sauvées par dollar de dons collectés de l’histoire !

PI. Vous travaillez également pour la fondation Kaya …
DS. Oui, Kaya offre des microcrédits pour responsabiliser les gens. Elle accorde des prêts assortis d’une clause stipulant que si un seul des membres coupe un arbre rompant ainsi l’accord pour l’exploitation durable de la forêt, le microcrédit sera ôté à tous. Ce modèle présente l’avantage d’aider les gens à se responsabiliser mutuellement.
Ces microcrédits sont distribués dans les communautés quechua de l’Equateur. Les compagnies pétrolières avaient offert de l’argent aux indiens quechua, pour qu’ils les autorisent à « développer » la forêt avec des forages pétroliers. Mais la constitution équatorienne stipule que les compagnies pétrolières doivent obtenir la permission des populations autochtones pour pouvoir forer. Les populations quechua sont très pauvres, si bien qu’elles sont tentées par l’argent. Mais en même temps, elles veulent sauver leur forêt.
Les Quechuas ont la compétence pour créer des fermes biologiques, mais ils ont besoin de fonds pour démarrer. S’ils peuvent en démarrer, ils pourront consommer leurs produits, vendre les surplus et dire non aux compagnies pétrolières. Il s’agit d’un grand projet car si nous ne les aidons pas, il est probable que la forêt sera détruite. Mais si nous les aidons, la forêt sera sauvée. Nous avons déjà accordé une subvention à la Fondation Kaya pour lancer le projet. Nous voulons qu’ils obtiennent une subvention équivalente afin qu’elle double son impact. Pour cela nous les aidons à mettre en place un site internet de financement participatif.

PI. Il semble que votre groupe agisse comme facilitateur, pour aider à lever des fonds pour des projets valables qui ne pourraient être financés autrement.
DS. Exactement. Notre créneau est l’obtention de fonds pour des projets sans soutien et soigneusement sélectionnés. Nous trouvons les meilleurs projets à financer afin que chaque dollar des donateurs soit utilisé de la manière la plus efficace pour la sauvegarde de la forêt tropicale. Nous sélectionnons les projets qui permettent de sauver au maximum la biodiversité et de responsabiliser les populations autochtones.

L’importance de la forêt tropicale

PI. Dans vos efforts d’éducation du public, trouvez-vous que la plupart des gens soient conscients des raisons pour lesquelles il est essentiel de protéger la forêt tropicale ?
DS. Pas toujours. Certaines personnes le savent, mais d’autres n’ont qu’une compréhension partielle de la situation. La forêt tropicale est importante car elle contrôle le climat mondial de deux manières. D’une part la photosynthèse retire de l’atmosphère le dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre, et libère de l’oxygène. Lorsque les arbres sont brûlés ou coupés, cela entraîne une augmentation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et la situation empire. Non seulement on se prive d’un l’allié en tuant les arbres, mais on en fait aussi des adversaires parce que quand ils sont brûlés ou coupés, les arbres libèrent le dioxyde de carbone qu’ils ont emmagasiné.
Quand un méga-barrage est construit, inondant la forêt tropicale, du méthane est libéré. Le méthane est un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant, molécule pour molécule, que le dioxyde de carbone. Les effets du réchauffement climatique sont alors énormes. Lorsque la forêt tropicale est abattue et remplacée par des élevages de bovins pour produire des hamburgers, ces derniers produisent du méthane.
Une autre façon dont la déforestation affecte le climat est l’albédo, la réflectivité de la terre. La coupe des arbres entraîne une modification de la qualité de réflexion de la surface terrestre qui passe du vert au brun. Ce changement de réflectivité change les courants d’air et le régime des précipitations, provoquant inondations et sécheresses. Le climat local est également affecté car les arbres sont à l’origine des précipitations locales par le processus de l’évapo‑transpiration. Le xylème des arbres prélève l’eau pour nourrir les feuilles, et l’eau sort ensuite par les feuilles. Dans la forêt amazonienne, la moitié de l’eau provient des arbres, l’autre moitié de l’évaporation de l’océan Atlantique.
Ce processus se déroule depuis le phénomène de convection en cercles de l’Atlantique, jusqu’aux chutes de pluie dans les Andes où le froid condense l’eau en neige dont la fonte alimente ensuite les rivières. La coupe des arbres brise ce cycle et entraîne des sécheresses locales, et les peuples autochtones ne peuvent alors plus produire leur nourriture.
Le réchauffement de la planète perturbe les précipitations et affecte la production alimentaire mondiale. Les inondations et les sécheresses remplacent les pluies tombant normalement sur les exploitations agricoles. D’autre part, la moitié des espèces de la planète vivent dans la forêt tropicale. Détruire la forêt provoque donc une extinction massive des espèces.

Survivre sur la planète Terre

PI. Selon vous qui travaillez dans ce domaine depuis de si nombreuses années, quelles sont les mesures à prendre d’un point de vue environnemental pour garantir notre survie sur la planète ?
DS. Il faudra une transformation complète de notre mentalité et de notre regard. La nature a le droit d’exister en elle-même et les êtres humains ont l’obligation morale de la protéger. Nous devons prendre conscience de notre obligation morale à l’égard de la nature.
Nous devons également nous éveiller à l’écologie pratique, prendre conscience que nous avons besoin des écosystèmes pour produire notre alimentation et obtenir notre eau.
Il nous faut comprendre l’ampleur et l’urgence du problème. Par exemple, que le réchauffement climatique, ainsi que je l’ai souligné, est lié à la destruction de la forêt tropicale. La destruction de la forêt tropicale est à l’origine de la fonte des glaciers de l’Himalaya, qui alimentent sept fleuves du continent asiatique, dont l’eau indispensable pour deux milliards d’êtres humains et les écosystèmes de la forêt. Si les glaciers continuent à fondre, il se produira dans un premier temps une augmentation des écoulements d’eau en raison de la fonte, mais les glaciers, source des sept fleuves, auront disparu. Ensuite, les deux milliards de personnes, ainsi que toute la faune et les écosystèmes, n’auront plus d’eau. Ce n’est que l’un des nombreux problèmes.
Si notre capacité à obtenir de l’eau et à produire de la nourriture se réduit, cela entraînera le déclin de nombreuses espèces supérieures et même de la race humaine. Soit tous les êtres humains disparaîtront, soit la civilisation s’effondrera et des milliards de personnes mourront. Il s’agira d’une extinction massive gigantesque et de la plus grande catastrophe subie par le genre humain. Nous devons prendre conscience de l’importance de ce problème.
Il faut s’affranchir des combustibles fossiles, cesser d’utiliser le charbon comme source d’énergie et nous diriger vers les énergies solaire et éolienne, vers certains biocarburants, la conservation et l’efficacité énergétique. Nous devons réduire la population mondiale qui dépasse les sept milliards et double tous les 40 ans. L’augmentation des bouches à nourrir, c’est une plus grande consommation d’énergie, et encore plus de pression sur la planète. Il faut responsabiliser les femmes en leur donnant accès au contrôle des naissances et à l’avortement. Ne plus les considérer seulement comme des mères, mais comme des personnes qui vont travailler et font leurs propres choix.
Il nous faut réduire l’utilisation de la voiture et des avions et développer les transports en commun et les trains. Il faut recycler, à l’échelle de sociétés entières, rendre tout recyclable. Il faut classer les sites biologiques sensibles en réserves naturelles. Vingt milliards de dollars, c’est tout ce qu’il faudrait, peut-être un peu plus, pour préserver les vingt sites biologiques majeurs à travers le monde. Ces sites correspondent à la plus grande diversité en espèces dans le monde. Il faut classer la forêt tropicale et les récifs coralliens en réserves naturelles et parcs nationaux, dans le monde entier, et responsabiliser les populations indigènes locales, pour sauver la forêt tropicale et les autres écosystèmes.
Nous devons diminuer les dépenses militaires et affecter l’argent à la conservation de la nature et à la responsabilisation et à l’alimentation des populations. Nous devons nous débarrasser des systèmes agricoles traditionnels et nous orienter vers l’agriculture biologique ; transformer le capitalisme d’entreprise en un système économique plus juste, et redistribuer la richesse afin qu’il n’y ait plus un petit nombre de personnes très riches et un grand nombre de pauvres.

PI. Combien de temps avons-nous pour faire tout ça ?
DS. Pas beaucoup. Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) synthétise les travaux des scientifiques sur le changement climatique mondial et publie des rapports périodiques. Ils se font attaquer par les négationnistes climatiques. En fait, ils ont tort, mais dans l’autre sens. La situation est bien pire que ne le rapportent le Giec et les médias. Les médias n’exposent pas assez la gravité du problème. Nous devons donc vraiment nous rassembler et travailler très dur tout de suite pour éviter une catastrophe.


Pour plus d’informations : www.worldrainforest.org.




Home Marche historique pour le climat

Le 21 septembre 2014 s’est déroulée la plus grande marche pour le climat de tous les temps, avec 2 700 manifestations simultanées de Melbourne à Manhattan. Plus d’un million de personnes ont envahi les rues dans plus de 156 pays. Juste avant le Sommet sur le climat du 23 septembre à New York, elles exigeaient des mesures contre le réchauffement climatique. Fait sans précédent, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est joint aux manifestants de New York, déclarant notamment : « Il est urgent de prendre des mesures contre le changement climatique. Plus nous attendrons, plus nous en paierons le prix en vies humaines et financièrement. Ce sommet climatique que j’ai convoqué a deux objectifs : d’une part mobiliser les volontés politiques en vue d’un accord universel et significatif sur le climat l’année prochaine à Paris, et d’autre part réaliser des avancées ambitieuses dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre et dans la mise en œuvre d’autres moyens de lutte contre le changement climatique. »

La grande Marche du climat de New York a été menée par des communautés autochtones du monde entier et par celles qui ont été frappées le plus durement par l’ouragan Sandy. Elle a rassemblé environ 400 000 personnes, incluant l’ancien vice président Al Gore et la primatologue Jane Goodall.

A la frontière canadienne, des milliers de manifestants membres des peuples premiers et d’organisations locales, venus à pied de Vancouver et de Seattle, brandissaient les banderoles « Le changement climatique ne connaît pas de frontières », dénonçant l’exploitation destructrice des sables bitumineux et la construction du pipeline Keystone XL d’Alberta au Texas, désastre environnemental et producteur de carbone. Comme l’explique Keya Chatterjee, directeur de l’Énergie renouvelable du Fonds international pour la protection de la nature (WWF) : « Nos grandes victoires se sont produites lorsque les gens ont battu les pavés. Les dirigeants doivent entendre ce cri de ralliement et trouver un moyen de donner au peuple ce qu’il veut : des mesures immédiates contre le changement climatique. »

En Tanzanie, les Maasai ont traversé leurs terres ancestrales pour demander la protection de leurs territoires du Serengeti contre les impacts du changement climatique. Des manifestations se sont produites dans toute l’Afrique, comme à Johannesburg, au Togo, au Niger, en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Nigeria.

Des îles Tonga à celles de Tokelau, dans l’Océan Pacifique, le peuple a exigé « de l’action, pas des paroles ! » En Papouasie- Nouvelle-Guinée, les élèves d’une école primaire ont marché jusqu’à un phare partiellement submergé en raison de l’élévation du niveau de la mer. Dans les îles Fiji, Noelene Nabulivou, de Voix et Actions pour l’Égalité, a déclaré : « Les femmes de l’hémisphère sud en ont assez d’entendre les politiciens et d’autres partenaires pour le développement trouver toujours une bonne excuse pour juger hors d’atteinte l’objectif le plus pertinent de diminution de la température de 1,5° Celsius. Cette marche veut faire comprendre à tous que c’est maintenant ou jamais ! »

A Londres, 40 000 personnes ont défilé jusqu’au Parlement, tandis que les cloches des églises sonnaient à la volée. Une prière spéciale de l’archevêque Desmond Tutu a été récitée lors de toutes les manifestations. Il s’agit d’une prière pour « tous nos dirigeants, responsables de notre Mère la Terre, qui sont réunis à New York pour la Conférence sur le climat », afin qu’ils puissent « négocier avec sagesse et équité ».

Défilés, manifestations et parcours à bicyclette ont constitué la Marche de Paris pour le Climat, à laquelle 25 000 personnes ont pris part, tandis qu’à Berlin, plus de 10 000 personnes ont convergé vers la Porte de Brandebourg pour participer à un festival coloré. A Rio, des milliers de gens ont défilé sur les plages d’Ipanema, après que des images aient été projetées sur la statue du Christ Rédempteur.

De nombreuses organisations Quaker ont publié une déclaration commune : « Cette semaine, nous nous joignons à la Marche pour le Climat en tant que membres de cette belle famille qu’est l’humanité, afin d’obtenir de la part de nos dirigeants et de nous-mêmes des engagements significatifs de lutter contre le changement climatique pour notre avenir commun, pour la Terre, et pour les générations à venir. Nous considérons cette Terre comme un fabuleux cadeau qui soutient la vie, et comme notre seule demeure. Soignons-la ensemble. »

Greenpeace a présenté une pétition de six millions de signatures appelant à la création d’un sanctuaire arctique. Avaaz et des groupes œcuméniques ont également présenté une pétition forte de plus de deux millions de signatures exigeant des mesures pour sauver la planète.

Les 21 et 22 septembre 2014, juste avant le sommet de l’Onu, s’est également tenu à New York le Sommet œcuménique sur le changement climatique. Des dirigeants de différentes confessions et traditions religieuses du monde ont exprimé dans une déclaration aux dirigeants de la planète leur profonde inquiétude au sujet des conséquences du changement climatique sur la Terre et ses habitants, en soulignant ses effets disproportionnés sur la vie, les moyens d’existence et les droits des populations les plus pauvres, marginalisées et vulnérables, comme les populations indigènes. Ils ont pressé les gouvernements de s’engager à limiter le réchauffement en dessous de 2° Celsius, et à éliminer complètement l’usage des combustibles fossiles d’ici 2050. Cela nécessiterait des mesures simultanées telles que la réduction à court terme des émissions, la suppression progressive des subventions sur les combustibles fossiles, des plafonnements de l’utilisation du charbon ou des désinvestissements dans ce domaine, la protection des forêts sur une grande échelle, l’amélioration de l’efficacité énergétique, et d’autres mesures encore. Enfin, les dirigeants religieux ont prié toutes les nations de travailler de façon constructive à l’élaboration à Paris, en décembre 2015, d’un accord climatique global ambitieux, équitable et inscrit dans la loi. Cet accord remplacera le Protocole de Kyoto en tant que plus important traité sur le changement climatique, et exigera de toutes les nations qu’elles repensent leurs systèmes de production énergétique.

Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a invité les chefs d’États à proposer au sommet de New York des engagements pouvant être incorporés à l’accord final. Beaucoup de participants ont exprimé le point de vue que la rédaction d’un avant-projet serait essentielle au succès du sommet final de Paris en 2015, car reporter toute la rédaction au dernier moment pourrait causer des retards supplémentaires. L’Onu espère qu’un projet d’accord sera proposé avant décembre 2014, date à laquelle toutes les parties se retrouveront à Lima pour d’autres discussions.

[Source : peoplesclimate.org ; theguardian.com ; greenpeace.org.uk ; interfaithclimate.org ; rtcc.org]





Forum Partage

Home Activités des groupes

Tokyo, Japon

Le groupe Share international du Japon a organisé un événement intitulé « Journée Share International ». Le groupe a loué une salle à Tokyo et a créé un programme d’une journée pour donner au public le maximum d’accès aux informations données par Benjamin Creme, sous toutes les formes disponibles.

L’espace et la journée ont été consacrés à différentes activités. Le programme comprenait trois projections vidéo réparties tout au long de la journée, ainsi que des séances de méditation de transmission à quatre moments différents.

Le groupe a monté une exposition de 24 panneaux présentant une grande variété d’informations, dont les enseignements de Maitreya et des photos extraites de la revue Share international et de sa version japonaise montrant des « signes des temps ». D’autres panneaux donnaient des informations sur Benjamin Creme et présentaient une série d’articles caractéristiques des diverses rubriques de la revue Share International, ainsi que le travail de Share Japan.

« Nous avons également mis en place un coin bibliothèque, un coin audio pour écouter les messages de Maitreya, un DVD montrant des Croix de lumière ainsi que d’autres films. Nous avions un emplacement avec de la documentation gratuite, ainsi qu’un coin avec des boissons gratuites, explique l’une des collaboratrices. En bref, nous avons présenté tout ce que nous avions à propos de l’Emergence de Maitreya. »

Les visiteurs étaient libres d’aller et venir et semblaient apprécier de pouvoir regarder les expositions et lire les publications dans une atmosphère détendue.

Le groupe japonais prévoit d’organiser d’autres manifestations de ce genre, tout en continuant les habituelles projections de DVD hebdomadaires.

Amsterdam, Pays-Bas

Inspiré par la « Journée Share International » au Japon, le groupe néerlandais a organisé, mi- septembre, une journée portes ouvertes de Share Nederland dans le cadre d’une campagne de promotion pour attirer l’attention du public sur la conférence annuelle qui devait avoir lieu un mois plus tard à Amsterdam. Le groupe a eu la chance de pouvoir utiliser non seulement son propre Centre d’information mais a également des locaux d’un magasin inoccupé dans la même rue. Le Centre d’information proposait un programme comprenant une conférence, un atelier de méditation de transmission et une « discussion thématique » basée sur des extraits d’un DVD sous-titré où Benjamin Creme aborde différents sujets. Le public pouvait consulter des livres et des revues et les membres du groupe répondaient aux questions et servaient du café, du thé et des collations.

Dans le local voisin, il n’y avait pas de programme fixe ce qui permettait au public d’entrer et sortir à volonté. Le groupe a également monté une vaste exposition mettant en évidence les priorités de Maitreya et montrant des photos de miracles publiées dans la revue Share International. Des DVD ont été projetés sur un grand mur et dans un coin plus calme, les gens pouvaient écouter les messages de Maitreya. Il y avait aussi beaucoup de documentation gratuite ainsi que des rafraîchissements.

Le tout a fait l’objet d’une large promotion ; les membres du groupe ont travaillé dur à la distribution des affiches, et de grands panneaux publicitaires ont été placés à trois endroits stratégiques du quartier. Les événements de la journée ont été filmés par une équipe de tournage ; les membres du groupe et des visiteurs ont été interviewés. Plus tard, le film a fait l’objet d’un montage pour aboutir à un documentaire de 18 mn qui a été diffusé à quatre reprises dans le courant de la semaine, juste avant la conférence principale à Amsterdam.

Conférence annuelle

La conférence annuelle à Amsterdam a été un succès avec un public d’environ 300 personnes dont environ un tiers était nouveau. Le groupe avait travaillé d’arrache pied pour faire de la publicité dans les magazines new âge, dans les journaux et en formant les équipes qui ont distribué des milliers d’affiches. Une fois de plus, sur base de leurs réponses, il semble que la plupart des gens soient venus grâce au bouche-à-oreille. Il a été confirmé que, comme cela s’était produit l’année dernière dans la même salle, nous avons eu le privilège d’avoir la présence du Maître Jésus pendant toute l’après-midi (voir la rubrique Courrier des lecteurs, Une nouvelle visite, page 20).

Le public était remarquablement attentif et enthousiaste ; l’atmosphère qui prévalait était celle de l’espoir et de l’ouverture à l’idée que Maitreya est dans le monde avec les Maîtres et sur le point d’émerger dans un rôle plus public.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.