DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2014

Extraits de la revue
Partage international

Septembre 2014 - N° 313

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • La révolution énergétique allemande par Risto Isomäki


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Interviews


  • Rayons
    • Quelques personnalités et leurs rayons


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home La voie de l’avenir

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 6 août 2014

Place aux réjouissances ! En cette aube du Nouvel Age, les hommes se demandent ce qui les attend. Comme beaucoup l’auront constaté, le monde est aujourd’hui divisé en deux groupes de taille comparable. L’un d’eux présente les caractéristiques de l’âge des Poissons, dont l’influence décroît rapidement. Cet âge doit son éclat à l’individualité qu’il a permis aux hommes de développer, et qui s’exprime maintenant dans le monde entier avec une force telle qu’elle est devenue le plus grand des dangers et menace désormais notre avenir à tous. Ainsi les nations s’affrontent-elles dans une compétition sans merci, les plus puissantes s’attribuant la part du lion.

Pourtant, les influx bienfaisants du Verseau se font sentir chaque jour davantage, éloignant peu à peu l’homme de l’abîme.

Des millions de gens entrevoient maintenant l’unité de l’espèce humaine, et pressentent que c’est seulement en œuvrant ensemble pour le bien de tous qu’ils assureront sa survie.

Cette notion nouvelle, empreinte de sagesse, trouve partout son chemin dans le cœur des hommes et leur montre la voie de l’harmonie à venir. Rien ne peut arrêter cet éveil, ni le dénaturer, car il est inspiré par les Grands Seigneurs de Synthèse, de Convergence et de Fusion. C’est ainsi que sera introduite la nouvelle dispensation, le Grand Seigneur Maitreya nous montrant lui-même la voie.

L’heure est proche. Soyez attentifs, ne dormez point, ni ne manquez son appel !





Home ISRAEL-PALESTINE : JUSTICE POUR TOUS, LA SEULE VOIE VERS LA PAIX

Un rabbin en deuil

« En tant que rabbin, je porte le deuil du judaïsme assassiné par Israël. » [...] Tel est le titre puissamment émouvant d’un article du rabbin Michael Lerner, publié le 4 août 2014 sur Tikkun.org, et dont voici plusieurs extraits.

[...] Peu importe qui est à blâmer pour la rupture du cessez-le-feu ou pour la nième « relance » d’un conflit vieux de 140 ans, car l’une des principales victimes de cette guerre entre Israël et le Hamas n’est autre que le judaïsme emprunt d’amour et de compassion qui existe depuis plusieurs milliers d’années. Alors même qu’Israël retire ses troupes de Gaza, laissant derrière elles des dévastations incroyables, plus 1 000 morts Gazaouïs et plus de 4 000 blessés privés de soins médicaux adéquats en raison de la persistance du blocus, le premier ministre Netanyahu refuse de négocier un cessez-le-feu de peur d’être taxé de « faiblesse » s’il levait le blocus et libérait les milliers de Palestiniens kidnappés et détenus dans des prisons israéliennes en violation des droits de l’homme.

Depuis des décennies, les militaires israéliens occupent la Cisjordanie et soumettent Gaza à un blocus de nourriture et de matériaux de construction, sous les applaudissements des juifs du monde entier : tout ceci détruit le judaïsme et engendre la haine des juifs chez des gens qui auparavant ne voyaient rien à leur reprocher, tout en donnant raison aux antisémites dont la haine est indépendante de ce que font ou ne font pas Israël ou les juifs.

[...] En tant que rédacteur en chef de Tikkun, j’ai écrit des articles remettant en question l’histoire officielle de la naissance d’Israël, en dénonçant l’expulsion par la force de milliers de Palestiniens en 1948, ainsi que le régime de terreur (imposé par ceux qui deviendront des premiers ministres israéliens : Menahem Begin et Yitzhak Shamir) qui a contraint à l’exil des centaines de milliers d’autres Palestiniens dont la vie même était menacée. Par ailleurs, je n’ai pas hésité à dénoncer ceux qui critiquent Israël seulement par antisémitisme en jugeant les juifs selon des critères plus sévères que ceux qu’ils appliquent à d’autres nations. Je m’étais toujours dit que la profonde humanité du peuple juif et la compassion qui sous-tend la Torah referaient surface dès qu’Israël se sentirait en sécurité.

Mais ma croyance que la bonté d’Israël finirait par l’emporter de nouveau s’est effritée au cours des huit dernières années, depuis qu’Israël, ignorant l’initiative de Paix de l’Arabie Saoudite, a refusé de stopper l’implantation de nouvelles colonies en Cisjordanie, et imposé un blocus économiquement catastrophique contre Gaza. Tout cela alors même que l’Autorité palestinienne prônait la non-violence, coopérait activement avec les forces de sécurité israéliennes pour empêcher toute attaque contre Israël, et recherchait la réconciliation et la paix.

L’initiative de Paix de l’Arabie Saoudite, à laquelle Israël ne s’est même pas donné la peine de répondre, aurait mis fin aux hostilités, garanti à Israël la reconnaissance à laquelle elle aspire depuis longtemps, à savoir une place au sein des nations du Moyen-Orient. Malgré ses imperfections, c’était un premier pas généreux en direction d’un accord de paix réaliste avec tous les Etats arabes de la région. Même le Hamas, dont la charte haineuse appelle à la destruction d’Israël, avait décidé d’admettre l’existence d’Israël, même s’il n’allait pas jusqu’à reconnaître son droit à cette existence. De plus, le Hamas avait accepté de se réconcilier avec l’Autorité palestinienne et de respecter les termes de l’accord que cette dernière négocierait avec Israël. La plupart des Israéliens n’ont pas tenu compte de tout ceci, préférant ignorer les souffrances des Palestiniens occupés ou celles des habitants de Gaza progressivement acculés à la pénurie sous l’effet du blocus, et reporter toute leur attention sur l’objectif de devenir la Silicon Valley du Moyen-Orient en élisant un gouvernement de droite capable de plaire aux supporters américains d’Israël, qu’ils soient sionistes chrétiens, juifs américains, ou membres du très servile Congrès américain, où chacun des principaux partis s’efforce de paraître plus belliciste que les autres.

Loin de saisir la nouvelle occasion de paix fournie par la réconciliation entre l’Autorité palestinienne (AP) et le Hamas – après tout, des années durant le gouvernement israélien avait refusé de négocier avec l’AP parce qu’un accord de paix n’aurait pas empêché le Hamas de poursuivre ses projets guerriers – le gouvernement israélien a au contraire tiré argument de cette réconciliation pour faire capoter complètement les négociations de paix et, avec un cynisme incroyable, a pris prétexte du meurtre sauvage et écœurant de trois adolescents israéliens par un franc-tireur du Hamas (qui essayait d’affaiblir les factions du Hamas favorables aux négociations avec Israël en ravivant les craintes des Israéliens) pour s’en prendre brutalement aux civils de Cisjordanie en arrêtant des centaines de sympathisants du Hamas, et en intensifiant les attaques de drones sur les dirigeants du Hamas à Gaza. Lorsque le Hamas, en réaction, a commencé à lancer des missiles sur des cibles civiles israéliennes (missiles de toute façon largement inefficaces, donc surtout symboliques, en raison du système de protection anti-missiles), le gouvernement Netanyahu a saisi ce prétexte pour attaquer violemment Gaza.

Bien que se proclamant uniquement intéressé par la destruction des tunnels pouvant servir à attaquer Israël, le gouvernement s’est engagé dans les actions mêmes que le monde entier condamne lorsqu’il s’agit d’autres conflits : la prise pour cible intentionnelle de civils (c’est précisément le crime dont s’est rendu coupable le Hamas en bombardant Sderot, et, actuellement, en bombardant des zones habitées d’Israël, ce qui leur a justement valu le label d’organisation terroriste).

Prétextant que le Hamas utilise des civils comme « boucliers humains » et installe son matériel de guerre dans des appartements civils, [...] Israël a réussi à tuer plus de 1 500 Palestiniens et à en blesser plus de 8 000 autres. [...]

J’ai beaucoup de compassion pour ces deux peuples. Des membres du peuple juif ont été victimes de 1 600 années d’oppression dans les pays européens, et de centaines d’années de ségrégation dans les pays musulmans. Dans son ensemble, le monde a refusé de nous aider ou de nous accueillir comme réfugiés lorsque nous étions victimes de génocide. Encore aujourd’hui, les traumatismes du passé façonnent la conscience de bien des juifs. Les juifs méritent soins et compassion. De même, l’expulsion du peuple palestinien lors de la fondation de l’Etat d’Israël, que les Palestiniens ont appelée la grande catastrophe (Al Nakba), continue, 66 années plus tard, à façonner la conscience de nombre de Palestiniens. Mais ces traumatismes n’exonèrent ni Israël, ni le Hamas, même s’ils sont déterminants pour ceux d’entre nous qui sont à la recherche de guérison sociale et de transformation. [...]

Et c’est précisément à ce point que la communauté juive américaine et les juifs du monde entier ont exercé une influence désastreuse en faisant de la nation israélienne un « État juif » à vénérer comme une idole plutôt qu’une entité politique comme toutes les autres, avec ses forces et ses faiblesses profondes, une entité politique qui devrait rendre compte de ses violations systématiques des droits de l’homme.

Malheureusement, trop de juifs considèrent Israël non comme un Etat, mais comme une réalité sacrée.

Le culte de l’Etat pousse les juifs à faire du judaïsme un allié de l’aveuglement ultranationaliste. Toute action de l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien leur semble bénie par Dieu. Lors de chaque sabbat, dans les synagogues du monde entier, on dit des prières pour la prospérité de l’Etat d’Israël, jamais pour celle de nos cousins arabes. La seule idée que nous devrions prier aussi bien pour le bien-être du peuple palestinien est considérée comme une hérésie, et celui qui émet cette idée se voit accusé de se détester lui-même en tant que juif. [...]

D’un autre côté, je prie nos amis non-juifs de ne pas prendre les juifs pour responsables des errements d’un Etat qui se nomme lui-même « l’État juif » et qui, avec arrogance, irrespect et de façon provocante, persécute ses voisins. Cet Etat ne consulte pas beaucoup de juifs avant de mettre en œuvre ses politiques. Et reconnaissez que les éruptions d’antisémitisme qui se sont récemment produites en France, en Belgique, et dans d’autres pays européens ne diffèrent en rien des autres formes de racisme : il s’agit toujours de reprocher à tous les membres d’un groupe particulier les méfaits de quelques-uns. [...]

Par-dessus tout, je pleure pour toutes les souffrances inutiles sur cette planète, y compris pour les victimes israéliennes du terrorisme, pour les Palestiniens victimes des politiques israéliennes de terreur et de répression, pour les victimes des guerres malavisées du Vietnam, de l’Afghanistan, et de l’Irak, pour les victimes de cette guerre apparemment interminable que les États-Unis  mènent contre le terrorisme, pour les victimes de tant d’autres conflits de par le monde, et pour les victimes moins reconnues mais tout aussi réelles d’un ordre capitaliste mondial au sein duquel, selon les Nations unies, entre 8 000 et 10 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de malnutrition ou de maladies liées à la malnutrition. Et pourtant, j’affirme qu’un monde différent est encore possible, si seulement suffisamment d’entre nous y croient et travaillent ensemble pour le créer.


Lire aussi la thèse du rabbin Michael Lerner : La main gauche de Dieu : délivrer notre pays de la droite religieuse, écrite pendant les années où M. Lerner exerçait la fonction de psychothérapeute et dirigeait pour le compte de l’Institut national de santé mentale une étude sur le stress et le psychodynamisme de la vie quotidienne dans les sociétés occidentales.
Pour davantage d’informations, voir tikkun.org et spiritualprogressives.org




Home ISRAEL-PALESTINE : JUSTICE POUR TOUS, LA SEULE VOIE VERS LA PAIX

Des Palestiniens et des Israéliens ensemble pour la paix

Malgré les images rapportées par les médias qui montrent des scènes choquantes en provenance de Gaza, des territoires Palestiniens et d’Israël, il existe des dizaines de belles initiatives positives à la fois en Israël et en Palestine, et aussi dans d’autres endroits du monde, qui essaient chacune à leur manière d’atténuer les divisions entre les deux peuples. Il existe différents types de groupes et leurs objectifs sont multiples, remplis d’espoir, et on y trouve des groupes de défense des droits des citoyens, des groupes pour la paix, des initiatives culturelles et des organisations pacifistes pour les enfants.

Partage international ne peut décrire toutes ces initiatives, mais nous sommes heureux de publier le lien suivant vers un article de Yes! Magazine qui décrit de telles initiatives dont le but est d’aider, informer et réconforter.
https ://www.opendemocracy.net/transformation/jen-mar-lowe/rays-of-hope-in-gaza-13-israeli-and-palestinian groups-building-peace

Cet article, de Jen Marlowe, militant des droits de l’homme et réalisateur de films de Seattle, conclut sur une note qui fait écho aux conseils de Maitreya et de l’approche de Partage international : « S’il existe un espoir aussi infime soit-il d’arriver à la paix, alors cet espoir ne sera que nourri par les efforts de ces initiatives courageuses qui continuent (en plein milieu des bombardements, des lancers de roquettes, de l’oppression, de l’occupation et du siège) à promouvoir la paix, la non violence, l’égalité, les droits de l’homme et la dignité humaine. Il n’y a pas d’autre chemin. »


Rayons d’espoir à Gaza : 13 groupes israéliens et palestiniens.
Autre site intéressant : www.insightonconflict.org. Ce site liste les activités de 100 ONG israéliennes et palestiniennes qui travaillent en commun pour établir des relations pacifiques.





Signes des temps

Home Des signes en abondance

Économiseur d’écran

Cher Monsieur,

Ma mère, atteinte d’un cancer, était hospitalisée et nous étions assis sur un banc dans le parc de l’hôpital. Alors que je rangeais mon téléphone, la caméra était encore en marche et je remarquai des arcs-en-ciel sur l’écran, mais je pensais que c’était un reflet sur l’objectif. Plus tard, tandis que je consultais mon téléphone, je vis cette photo. La raison me dit que c’était un effet sur l’objectif, mais j’ai envie de penser que mes prières ont été entendues et que quelqu’un est là pour aider ma mère.

L. McM., Novo Mesto, Slovénie

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agit d’un signe montrant que Maitreya aide votre mère.


Home Des signes en abondance

Ovnis à Milan

YouTube : Antonio Urzi Simona Sibilla

Milan, Italie – Un groupe d’ovnis évoluant en formation a été observé le 6 juillet 2014. Sur une vidéo de près de 10 mn, on peut voir les ovnis changer de couleur et de forme.

Le Maître de B. Creme indique qu’il s’agit de vaisseaux martiens.


Home Des signes en abondance

Un agroglyphe en Allemagne

Source : ABC News ; USNews.com

Le 28 juillet 2014, un agroglyphe de 75 m de diamètre est apparu dans un champ de blé près de Raisting, en Bavière. Christop Huttner, le propriétaire du champ, en reste déconcerté. Des milliers de personnes se sont rendus sur place pour voir les motifs par eux-mêmes, beaucoup croyant que cela n’avait pu être réalisé par des humains. « C’est une technologie que nous ne maîtrisons pas encore, a déclaré un visiteur aux médias. Ils veulent nous dire qu’ils sont ici et qu’ils nous aiment. » 

Le Maître de Benjamin Creme indique qu’il s’agit d’un authentique agroglyphe fabriqué par un vaisseau martien.


Home Des signes en abondance

Une prière exaucée

Cher Monsieur,

Fin décembre 2012, ma mère s’aperçut qu’elle avait perdu son amulette du temple Zenkoji. Selon la tradition, la couleur de l’amulette devient dorée lorsque la prière de quelqu’un est exaucée. Jusque-là, tous les jours pendant plus de deux ans, elle l’avait utilisée en priant pour la paix dans le monde et le bonheur pour tous, en récitant La Grande Invocation et en touchant la photo de la « main » de Maitreya. Mes parents cherchèrent dans toute la maison sans la trouver. Quelques jours plus tard, on trouva l’amulette dans une boîte à chaussures devant l’entrée de la maison et il sembla que la moitié était dorée, donc que la moitié de ses prières étaient exaucées.

Identité non communiquée, Chiba-ken, Japon

Le Maître de B. Creme indique que c’est Maitreya qui a manifesté le couleur dorée sur l’amulette.


Home Des signes en abondance

Bénédiction du Maître Jésus à Satele

Cette photographie de son ex-femme Norma, envoyée par P. C., a été prise à Satele, près de Monterrey, (Mexique), 2003.
Elle montre une bénédiction du Maître Jésus.




Home Des signes en abondance

Une bénédiction arc-en-ciel

Cher Monsieur,

Le 14 octobre 2012 à 10 h 25 une amie prit des photos d’un arc-en-ciel sur la Mer du Nord. Son chien était à proximité et sur l’une des photos le chien tourne la tête vers quelque chose d’invisible. A son retour elle transféra les photos sur son ordinateur, et sur l’une d’elle, on aperçoit un grand objet gris tournoyant. [1] Etait-ce un ovni et dans ce cas d’où venait-il ? [2] Son chien l’a-t-il senti ?

S. W., Roosendaal, Pays-Bas

 

Le Maître de Benjamin Creme indique [1] qu’il s’agissait d’un vaisseau vénusien. [2] Oui probablement.


Home Des signes en abondance

Bénédiction lumineuse du Maître Jésus

Photographie envoyée par M.P.R., prise lorsqu’il était un jeune garçon, montrant une bénédiction lumineuse du Maître Jésus.




Home Des signes en abondance

L’« Etoile » de Maitreya à Tiruvannamalai

Source : Source : YouTube

L’« Etoile » de Maitreya filmée le 2 décembre 2012, à Tiruvannamalai, Tamil Nadu (Inde), à l’ashram de Ramana Maharshi par K. S., Nara-shi (Japon).





Tendances

Home La Cour suprême du Canada soutient les droits des indigènes

Source : The Globe and Mail ; CBC.ca

Dans un arrêt considéré comme le plus important de l’Histoire concernant les peuples premiers, la Cour suprême du Canada a stipulé que ces peuples possèdent leurs terres ancestrales, sauf s’ils ont formellement renoncé à leur propriété par des accords signés avec le gouvernement.

La Cour a reconnu que la propriété ancestrale signifie contrôle des terres et droit de les utiliser dans un but économique moderne, mais sans permettre de les détruire pour les générations futures.

La doctrine de la terra nullius, en latin « terre vide », qui correspond au principe juridique selon lequel les peuples indigènes étaient tellement peu civilisés qu’ils ne pouvaient pas être considérés comme propriétaires et occupants légaux, a été abolie par la Cour. Le gouvernement conserve un droit d’intervention, mais seulement s’il peut concilier des intérêts indigènes avec des objectifs publics plus vastes.

Cet arrêt de la Cour pourrait compromettre certains projets énergétiques du pays et freiner les projets litigieux comme celui du pipeline du Northern Gateway qui devrait transporter les sables bitumineux à travers les vastes régions écologiquement sensibles du Nord de la Colombie britannique.




Home Une architecture humanitaire

Source : New York Times ; archdaily.com ; pritzker-prize.com

Un architecte japonais réputé pour venir en aide aux communautés ayant subi des catastrophes naturelles ou autres calamités, a remporté le Prix Pritzker, généralement considéré comme le Prix Nobel de l’Architecture.

Shigeru Ban a débuté sa carrière en 1994, en concevant des abris temporaires pour des réfugiés du Rwanda. Puis, à la suite de tremblements de terre, il fit la même chose en Turquie, à Haïti et au Japon. Utilisant de manière innovante des tubes de papier, du bambou, du tissu et des composites de matériaux recyclés, S. Ban crée des structures solides, durables et légères. Il emploie également des matériaux renouvelables, produits localement, et fait appel à la main d’œuvre locale lorsque c’est possible. « Ses constructions peuvent servir d’abris, de centres communautaires ou de lieux spirituels pour ceux qui ont tout perdu et dont les vies ont été détruites, a expliqué le jury du Prix Pritzker. Lorsqu’une tragédie survient, il est souvent là le premier. »

Les créations de S. Ban sont d’une simplicité élégante. Il en est de même de sa philosophie. Il cherche à venir en aide à des communautés, en particulier aux communautés marginales, et déclare : « C’est d’amour dont l’architecture a le plus besoin. Pour moi cette récompense est un encouragement. Gagner de l’argent ne m’intéresse pas. J’aimerais continuer à vivre en aidant les gens. »




Home Solidarité avec les Palestiniens

Source : unispal.un.org ; palestineun.org

Le 26 novembre 2013, l’Assemblée générale de l’Onu a proclamé 2014 Année internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Dans le cadre de cette résolution, l’Assemblée a demandé au Comité de l’Onu pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien d’orienter les activités de cette année de manière à « promouvoir la solidarité avec le peuple palestinien en favorisant la prise de conscience internationale sur la question palestinienne. »

En réponse à cette demande, le comité a organisé de nombreux événements internationaux : débats, séminaires, forums, diffusion de documentaires etc., par des ONG, comme Defence for Children International Palestine.





Les priorités de Maitreya

Home Rapport sur le développement humain 2014 : 2,2 milliards de pauvres

hdr.undp.org

L’état permanent de vulnérabilité menace le développement humain, et tant que cela ne sera pas systématiquement pris en charge par les politiques et les normes sociales, le progrès ne sera ni équitable ni durable. C’est le postulat essentiel du Rapport sur le développement humain 2014, Soutenir le progrès humain : réduction des vulnérabilités et renforcement de la résilience, publié par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud)

Selon les mesures de la pauvreté en matière de revenu, 1,2 milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour. En fait, les dernières estimations de l’indice multi-dimensionnel de pauvreté du Pnud révèlent que près de 1,5 milliard de personnes dans 91 pays en développement vivent dans la pauvreté avec simultanément des carences en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie. Et bien que la pauvreté soit généralement en baisse, près de 800 millions de personnes risquent de retomber dans la pauvreté au moindre coup dur.

Les freins au progrès

Le rapport révèle, selon l’Indice de développement humain, un ralentissement de la croissance du développement humain dans toutes les régions. Il note que les crises financières, les fluctuations de prix des denrées alimentaires, les catastrophes naturelles et les conflits violents entravent considérablement le progrès. « La réduction de la pauvreté et du risque de tomber dans la pauvreté doit constituer un objectif central de l’agenda post-2015, indique le rapport, en se référant aux efforts visant à créer un nouveau programme de développement à l’issue des échéances des Objectifs du millénaire pour le développement de 2015. Eliminer l’extrême pauvreté, ce n’est pas seulement atteindre le niveau zéro ; c’est également s’y maintenir. »

Qui sont les personnes vulnérables et pourquoi

« Réduire la vulnérabilité est un élément clé dans tout programme visant à améliorer le développement humain, écrit le prix Nobel Joseph Stiglitz dans une contribution au rapport. [Nous] devons l’aborder dans une perspective systémique globale. »

Le rapport 2014 adopte une telle approche et montre, sous l’angle du développement humain, que la vulnérabilité est liée à un ensemble de risques qui s’additionnent et s’aggravent mutuellement.

Il explore les vulnérabilités structurelles – celles qui persistent et se sont même aggravées au fil du temps en raison des discriminations et des faiblesses institutionnelles, qui ont nui à certaines catégories de personnes comme les pauvres, les femmes, les migrants, les personnes handicapées, les groupes autochtones et les personnes âgées. Ainsi, 80 % des personnes âgées manquent de protection sociale dans le monde, un grand nombre d’entre elles étant en outre pauvres et handicapées.

Le rapport présente également l’idée de la vulnérabilité en rapport avec les cycles de vie, les moments sensibles de la vie où les chocs peuvent avoir un plus grand impact. Par exemple, les 1 000 premiers jours de la vie, la transition entre l’école et la vie active, puis celle de la vie active à la retraite.

« Les facultés s’accumulent au cours de la vie mais elles peuvent diminuer, avertit le rapport. Les capacités de l’existence dépendent des investissements réalisés dans les étapes précédentes de la vie, et des chocs peuvent avoir des conséquences à long terme. »

Ainsi, selon une étude citée par le rapport, les enfants pauvres âgés de six ans en Equateur présentent déjà un retard de vocabulaire.

Il est donc essentiel que les interventions, par exemple dans le domaine de la petite enfance, soient réalisées en temps opportuns.

Un accès universel aux soins sociaux

Le rapport préconise l’accès universel aux services sociaux de base pour améliorer la résilience, réfutant l’idée que seuls les pays riches peuvent se le permettre. Il présente une analyse comparative de pays de différents niveaux et systèmes de gouvernement, et qui ont commencé à développer de telles politiques ou les ont déjà pleinement mis en œuvre.

Ces pays comprennent non seulement les habituels Danemark, Norvège et Suède, mais aussi des économies à croissance rapide comme la République de Corée et des pays en développement comme le Costa Rica. « Ces pays ont commencé à mettre en place des mesures d’assurance sociale lorsque leur produit intérieur brut (PIB) par habitant était inférieur à celui de l’Inde et du Pakistan aujourd’hui », observe le rapport.

Cependant, « il peut y avoir des cas où l’égalité des chances nécessite un traitement inégal, note Khalid Malik, directeur du Bureau du rapport sur le développement humain du Pnud. Il se peut qu’on doive fournir davantage de ressources et de services aux pauvres, aux exclus et aux marginalisés pour renforcer les capacités et les choix de vie de tous. »

Rendre le plein emploi prioritaire dans l’agenda politique mondial

Le rapport demande aux gouvernements de se réengager en faveur du plein emploi, l’un des piliers des politiques macro-économiques des années 1950 et 1960 qui ont été supplantées par les politiques de compétitivité qui ont suivi les chocs pétroliers des années 1970.

Il fait valoir que le plein emploi produit des dividendes sociaux qui dépassent les avantages privés, comme la promotion de la stabilité et de la cohésion sociale.

Reconnaissant les défis que rencontrent les pays en développement en ce qui concerne le plein emploi, il exhorte à mettre l’accent sur les transformations structurelles « de sorte que l’emploi formel moderne intègre progressivement la plupart de la main-d’œuvre », avec notamment une transition de l’agriculture vers l’industrie et les services, et le soutien des investissements dans les infrastructures et l’éducation.

La protection sociale est possible dès les premiers stades du développement

La majorité de la population mondiale manque de protection sociale et ne bénéficie pas de pensions de retraite et d’assurance-chômage. Le rapport fait valoir que cette protection est réalisable à tous les stades du développement d’un pays. « Offrir des prestations de base de sécurité sociale aux populations pauvres du monde coûterait moins de 2 % du PIB mondial », affirme-t-il. Le rapport cite des estimations du coût de la fourniture d’un socle de protection sociale de base, comprenant les pensions vieillesse et d’invalidité universelles de base, les prestations de base pour la petite enfance, l’accès universel aux soins de santé essentiels, l’aide sociale et un programme garantissant 100 jours de travail dans douze pays d’Afrique et d’Asie à faible revenu. Ce coût oscille entre 10 % du PIB au Burkina Faso et moins de 4 % du PIB en Inde. « Un pays à faible revenu peut se permettre un ensemble de prestations de protection sociale de base à condition de réaffecter des fonds et d’augmenter ses ressources nationales, tout en recevant le soutien de la communauté internationale des donateurs. »

Un effort collectif mondial

Le rapport appelle à davantage d’action collective, ainsi qu’à une meilleure coordination au niveau mondial et un engagement à consolider la résilience pour répondre aux vulnérabilités qui ont de plus en plus des origines et des impacts globaux. Les menaces, allant des crises financières au changement climatique en passant par les conflits, sont par nature transnationales, mais les effets sont vécus localement et à l’échelle nationale et se combinent souvent. Prenons le cas du Niger, qui a connu des crises alimentaires et nutritionnelles graves provoquées par une série de sécheresses. Dans le même temps, le Niger a dû faire face à un afflux de réfugiés fuyant le conflit au Mali voisin.

Le rapport argumente que les menaces transnationales ne peuvent pas être affrontées par les nations individuelles agissant de manière indépendante ; elles ont besoin d’une attention de la communauté internationale allant au-delà des réponses à court terme, comme l’aide humanitaire.

Pour accroître le soutien aux programmes nationaux et ouvrir un espace politique pour permettre aux pays d’adapter l’universalisme aux conditions spécifiques locales, le rapport demande « qu’un consensus international sur la protection sociale universelle » soit inclus dans l’agenda post-2015.





La voix des peuples

Home Les barrages contestés du Tapajós

Source : BBC News, Royaume-Uni

Le fleuve Tapajós, dans la région amazonienne du Brésil, est à la fois riche en biodiversité et le lieu d’habitation des Indiens Munduruku. Les projets gouvernementaux de construction de barrages les forcent à faire campagne pour la survie de leur terre et de leur culture. Quelque 13 000 Mundurukus ont protesté contre le projet d’une série de cinq barrages hydroélectriques qui inonderont la terre sur le cours supérieur de la rivière Tapajós, un des principaux affluents de l’Amazone.

Les associations écologiques sont également farouchement opposées à ces projets. Le fleuve Tapajós est une zone d’une richesse biologique extrême, explique le biologiste britannique, Adrian Barnett. Plus de la moitié des espèces d’oiseaux du Brésil sont dans le Tapajós.

Des contrats pour le premier barrage, São Luiz do Tapajós, seront attribués dans le courant de l’année. Avec l’inondation de 552 km2 de terres, les digues vont changer le débit de la rivière, ce qui perturbera la vie des autochtones et des pêcheurs. Les barrages vont produire autant d’électricité que l’énorme barrage de Belo Monte, en cours de construction dans le nord du Brésil sur le fleuve Xingu, un autre affluent de l’Amazone. Claudio Salles, directeur d’Acende Brasil, un groupe de réflexion sur l’énergie, indique qu’ils fourniront deux tiers des 19 000 mégawatts nécessaires à l’ambitieux programme de développement du Brésil, que certains analystes jugent superflu. Celio Bermann, professeur en énergie et environnement à l’Université de São Paulo, critique le retour à la production de biens primaires, qui demandent beaucoup d’énergie et génèrent peu d’emplois.

Les travaux sur le barrage de la rivière Teles Pires, un affluent du Tapajós, ont déjà conduit à retourner au bulldozer des terres autour des Sete Quedas (Sept Cascade) – un lieu sacré pour les Mundurukus. Leurs chefs se plaignent : « Il y a là des urnes funéraires, où nos anciens guerriers sont enterrés. Il y a également un portail, visible uniquement par les responsables religieux chamans, à travers lequel ils passent pour se rendre dans un autre monde inconnu. » « Pourquoi ont-ils détruit cela ? », a demandé un cacique, ou chef de tribu.

Le conseil local souligne que les Mundurukus veulent aussi de la technologique moderne et des biens modernes, mais Munduruku Maria Leusa Kaba, chef d’un nouveau groupe de protestation de femmes guerrières, qui n’étaient pas traditionnellement des combattantes, explique : « Nous voulons la modernité, mais tout en conservant notre culture. C’est possible et nous allons nous battre pour cela. »




Home Manifestations mondiales pour Gaza

Source : mondoweiss.net

En juillet et août 2014, affichant une unité sans précédent, des centaines de milliers de personnes ont défilé partout dans le monde pour exprimer leur indignation et leur consternation face au bombardement et à l’invasion de Gaza par Israël.

Des manifestations ont eu lieu de Melbourne à Montréal, de Santiago à Chicago, d’Amsterdam à Tokyo, du Cap à Hong Kong. Dans différents pays comme l’Argentine, la Bulgarie, le Bahreïn, le Bangladesh, la Bosnie, le Maroc, le Nigeria, les Philippines, la Corée du Sud, la Suède, l’Uruguay et le Yémen, ainsi que dans des petits pays comme Malte et les Maldives, une mer de manifestants agitant banderoles et drapeaux sont descendus dans les rues en solidarité avec la population de Gaza.

Le 31 juillet, des Juifs de New York ont défilé en silence dans le centre de Manhattan contre l’effusion de sang à Gaza. Vêtus de noir et portant des masques blancs pour certains, les manifestants provenaient de divers groupes et portaient des pancartes disant « Arrêtez le siège de Gaza » et « Crimes de guerre ». Le rabbin Dovid Feldman, de Neturei Karta international, les Juifs unis contre le sionisme, a déclaré : « En tant que Juifs participant à ces manifestations pro-palestiniennes, nous disons que tout ce qui se passe en Palestine – les actions de l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien, maintenant ou depuis des décennies, l’ensemble de cette occupation et de l’oppression – n’est pas cautionné par tous les Juifs et certainement pas approuvé par la religion juive. »

En Afrique du Sud, on estime que 50 000 personnes sont descendues dans les rues du Cap le 9 août, dirigées par l’archevêque Desmond Tutu, dans le plus grand rassemblement post-apartheid que la ville ait jamais connu. Les manifestants ont réclamé la paix et appelé le gouvernement d’Afrique du Sud à cesser de vendre des armes à Israël.

Au Royaume-Uni, les organisateurs ont estimé qu’environ 150 000 personnes ont participé à une marche à Londres, le 9 août, la plus grande manifestation pro-Palestine jamais organisée.


Voir photographie dans la version imprimée de la revue Partage international n° 313 de septembre 2014, page 13 : manifestation mondiale contre l’attaque israélienne sur Gaza ; Arrêtez la Coalition de la guerre, The Observer, G.-B., Irish Times, Irlande





Courrier des lecteurs

Home « Criez-le sur tous les toits »

Cher Monsieur,

En juin 2014, le groupe de Californie du sud tenait un stand dans un important salon très animé. Les gens passaient loin de notre stand, très peu s’approchaient pour voir nos beaux posters et parler avec nous. Soudain deux hommes dans la quarantaine s’approchèrent du stand. Mon collègue Ray engagea la conversation. Je restais et me joignis à eux.

L’homme le plus bavard, à la moustache et la barbe légèrement grisonnante, dit : « J’ai rencontré Benjamin Creme il y a longtemps. J’ai entendu parler de Maitreya. Comment circule l’information ? Combien de personnes avez-vous contactées ? »

« Vous avez un petit stand dans ce salon au milieu de gens dont 99 % ne connaissent pas l’information. Pourquoi n’allez-vous pas crier l’information devant le Lincoln Memorial ? »

Nous prolongeâmes un peu la conversation et nous leur offrîmes de la documentation qu’ils acceptèrent joyeusement. Ils nous souhaitèrent une bonne journée et partirent.

Après leur départ, nous évoquâmes leur propos. Qui qu’ils fussent, leur message était clair, nous ne pouvions attendre que les gens viennent vers nous (ce que nous faisions), mais nous devions aller au-devant d’eux, – quitter le stand, être plus dynamique et aller là où les gens sont plus réceptifs à l’information – aller vers eux, ne pas attendre qu’ils s’approchent. Cela modifia notre façon de faire et cette journée qui avait mal commencé se termina très bien.

Etaient-ils des hommes spéciaux ou simplement des observateurs secourables ?

D. L., Los Angeles, Californie, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme indique que les deux hommes étaient le Maître Jésus et un de ses disciples.


Home Perspective de travail

Cher Monsieur,

Le week-end du 25 avril 2014, je me rendis à Fargo dans le Dakota du Nord, pour assister une collègue à un stand de Share International dans un salon holistique. Une série d’évènements étranges se produisirent mais j’aimerais vous parler de celui qui fut le plus marquant.

Le premier jour, un inconnu me conseilla d’aller voir une dame nommée Insiah. J’oubliai ceci et ne fis pas cette démarche. A la fin de la journée, une dame nommée Insiah vint à notre stand. Je lui expliquai qu’un étranger m’avait conseillé de la voir mais je ne savais pas pour quelle raison. Insiah répondit que c’était étrange car elle n’avait pas de stand dans ce salon mais que nous devrions nous rencontrer le lendemain matin. Comme convenu, le rendez-vous eut lieu et elle me dit qu’elle avait un message de la part de Maitreya. Je suis quelqu’un de sceptique mais je l’écoutai. Elle me donna de nombreux détails sur ma situation actuelle et me parla de ma prochaine mission, si je faisais le choix de l’accepter. Elle me dit que je travaillerais avec Maitreya, qu’il était près de moi, et m’indiqua la nature de cette mission. Pendant ces 20 mn, je me sentis hors du temps. Elle ne me demanda pas d’argent et ne sembla pas porter intérêt à notre stand. Elle me dit que Maitreya avait envoyé un messager pour que je la rencontre.

Je suis bien consciente que les Maîtres ont mieux à faire que de m’envoyer un message mais je « sentis » que c’était vrai. S’il vous plaît pourriez-vous me dire si c’était un vrai message de Maitreya ? Ou bien un tissu d’absurdités astrales ?

S. H., Winnipeg, Canada

Le Maître de B. Creme indique que le message provenait du Maître Jésus et fut transmit par un porte-parole du Maître Jésus.


Home Bâtisseur de pont

Cher Monsieur,

Le dimanche 13 avril 2014, près de la fin du salon Corps esprit et âme de Calgary, vers 17 h 30, un homme âgé, membre d’un groupe de chrétiens fondamentalistes qui pendant tout le week-end avait récusé de façon peu sincère et disgracieuse l’histoire de la Réapparition, revint à notre stand et attaqua la Réapparition. Faisant preuve de patience, je le laissai exposer son point de vue. Ma réponse fut : « Non. Maitreya n’est pas un esprit. Il est une vraie personne. » Il m’interrompit : « Est-ce qu’il ressemble à ça ? » dit-il, en pointant la photo de Maitreya à Nairobi. « Je ne sais pas à quoi il ressemble » répliquai-je. J’invoquai en moi-même l’aide et le soutien de Maitreya afin de m’en sortir avec ce personnage. Alors une idée me vint et je plongeai mon regard dans le sien, et dis : « Vous êtes, comme moi, une âme en incarnation, je le reconnais. » Il se calma et s’excusa de m’avoir attaqué ainsi que la Réapparition. Il se mit à relever les points que nous avions en commun dans nos fois, tels que le partage, enseigné par Jésus. Il commença à sourire, à se détendre et être d’accord de tout cœur. Il se mit à dire que nous devrions envoyer de la nourriture à ceux qui ont faim.

Alors qu’il parlait, et qu’il ne restait plus que 15 mn avant la fermeture, je remarquai derrière lui un homme légèrement basané qui pouvait avoir entre 28 et 32 ans. Il s’avançait à dessein vers le présentoir en décrivant une légère courbe devant le stand puis repassait. Il évoluait de cette façon étrange sans aucun mouvement inutile. Nous eûmes un contact visuel, il avait le visage serein et de beaux yeux bleus. Après être passé devant le chrétien fondamentaliste, il regarda à droite puis à gauche, par-dessus son épaule d’un air effrayé pour, je suppose, voir ce que je regardais. Je n’ai pas prononcé une parole pendant que cela se produisit. Le fondamentaliste me remercia et partit alors que je rangeais le stand. Etaient-ce les yeux bleus d’un Maître ?

M., Calgary, Alberta, Canada

Le Maître de Benjamin Creme indique que « l’homme jeune » était le Maître Jésus.


Home Solidarité

Cher Monsieur,

Le samedi 9 août 2014, à Londres, deux collègues et moi participions à une manifestation pour la paix à Gaza. La foule était importante et nous étions derrière un homme poussant une bicyclette. Il était grand, les cheveux bruns, le teint basané, portait un jean, un tee-shirt et des bracelets de coquillage aux poignets. Son vélo était très décoré : les rayons parés de plumes orange et jaunes et les garde-boue couverts de stickers en faveur de la  paix. Il nous dit : « Bonjour ».

Je remarquai que beaucoup de monde le photographiait. Il n’exhibait pas de pancartes. Il était très calme et exprimait un sentiment de sérénité. Je me suis trouvée près de lui un court instant, en silence, à le regarder marcher. Il régnait une immense atmosphère d’espoir et d’inspiration. Puis, constatant que mes amis étaient un peu en arrière, je fis demi-tour pour les rejoindre et perdis sa trace. Dans la soirée, je me suis demandé s’il n’était pas un Maître ?

 G. F., Londres, G.-B.

Le Maître de B. Creme indique que l’homme était Maitreya.


Home Dans le cœur de chacun

Cher Monsieur,

Lors d’une journée ensoleillée de juin 2014, je pressais le pas dans Hampstead High Street. Aux terrasses des cafés, les clients en grand nombre profitaient de ce beau soleil. Un sans-logis de grande taille s’approcha soudain en mendiant. Comme je fouillai dans mon sac, plusieurs personnes en terrasse semblaient me regarder avec désapprobation faire l’aumône à un mendiant. Je lui donnai quelques pièces et il me remercia puis déclara bruyamment et de bon cœur : « Partout où je vais, des millions de gens me voient. » Cette réflexion me parut plutôt gratuite et je ris. Nous nous dîmes au revoir, mais ses mots me laissèrent perplexe et je commence à me demander s’il n’était pas un Maître ?

G. F., Londres, G.-B.

Le Maître de B. Creme indique que le « sans-logis » était Maitreya.


Home En mains sûres

Cher Monsieur

En juillet 1995, j’étais en vacances dans les Pyrénées avec un groupe de 12 à 15 amis et nous partions en randonnée vers un sommet de 2 900 m.

A 1 500 m nous dûmes laisser nos voitures et continuer à pieds. Le temps était splendide et nous envisagions de passer la nuit sous la tente à 2 300 m. Au cours de l’ascension, nous rencontrâmes un couple de montagnards dont un, jeune et bien bâti, nous dit que le temps pourrait changer. Nous ne prîmes pas en considération ses paroles et continuâmes notre ascension. Au coucher du soleil le temps changea, et quand nous fûmes sur le point de planter nos tentes à 2 300 m, dans un endroit magnifique, je sentis que nous devrions trouver un autre endroit, plus protégé. La nuit fut terrible, il plut et grêla et le vent puissant démantela quelques-unes de nos tentes.

A l’aube, un brouillard épais ne permettait pas de voir à trois mètres, il pleuvait par moment, et il faisait très froid. Nous attendîmes que le brouillard se lève mais les heures passèrent et le mauvais temps persista. Au milieu de la matinée, deux d’entre nous eurent l’intuition qu’à 17 h le brouillard se lèverait. Malgré cela, à 14 h, nous commençâmes notre descente sous la pluie et le brouillard sans savoir où nous allions car nous ne pouvions voir les indications sur le chemin. C’était tout à fait inquiétant, et à un moment, le brouillard se leva une minute et nous vîmes que nous nous dirigions vers un précipice. Nous pûmes déterminer notre position et une heure et demie plus tard vers 17 h, le brouillard se leva et le soleil se remit à briller.

Quand nous fûmes arrivés au village voisin, à 700 m, dans un petit bar, nous vîmes le jeune montagnard qui nous dit avoir pensé à nous quand nous étions là-haut. En raison du froid et de la précipitation dans la descente, certains de nous souffraient de blessures aux pieds.

Après cette épopée, nous rentrâmes chez nous à Valence, et comme ma femme et moi avions quelques jours de vacances supplémentaires, nous décidâmes de les passer sur la plage et nous rendîmes dans le sud de l’Espagne.

Sur la route, à un feu, une voiture s’arrêta à notre hauteur et le chauffeur demanda : « C’était comment dans les Pyrénées ? » Nous ne le connaissions pas et il n’était pas possible qu’il sache d’où nous venions.

Avions-nous reçu de l’aide lors de notre descente en montagne ? Qui était ce chauffeur ?

J. L. A., Valence, Espagne

Le Maître de B. Creme indique que le Maître Jésus a veillé sur le groupe en montagne. Le chauffeur était également le Maître Jésus.


Home Humeur changeante

Un jour de 1997, j’étais d’humeur maussade, immergé dans ma vie matérialiste de tous les jours. Je fis une pause dans mon travail et me rendis à une célèbre librairie de Valence pour acheter des livres ésotériques.

J’avais aussi pensé voyager un peu pour oublier tout, je consultai donc le rayon des cartes dans ce magasin. Mais je me sentis anxieux et mal à l’aise, et je quittai ce rayon pour la section ésotérisme.

A ce moment, un jeune couple entra dans la librairie et se rendit à ce même rayon. C’était un couple incroyable, plein de gaieté, d’amour, d’attention et de beauté, dans leur comportement l’un envers l’autre. A un moment, j’eus le sentiment qu’ils pourraient être Maitreya et le Maître Jésus. Le visage de l’homme ressemblait à celui de Maitreya à Nairobi. Il recherchait deux livres sur le pranayama de deux auteurs qui, je le savais, n’avaient pas écrit ces livres.

Je le regardai profondément dans les yeux et lui aussi me regarda. Bien que pensant qu’il fût Maitreya, je n’osai pas lui adresser la parole. C’était comme si le temps s’était arrêté.

Soudain, on eu besoin de moi sur mon lieu de travail et je dus partir pour un court instant. Très excité, je revins à la librairie. Le couple s’en allait. Je regardai l’homme : c’était étrange car ses yeux n’étaient que deux pupilles.

Ce couple était-il des personnes particulières ?

J. L. A., Valence, Espagne

Le Maître de Benjamin Creme indique que l’» homme » était Maitreya et la « femme » le Maître Jésus.


Home Un rêve agréable

Une nuit de 2005, je rêvai de mon « père dans le ciel » avec qui j’eus une conversation. Dans le rêve je savais qu’il n’était pas mon père naturel, bien que je l’aimasse d’autant plus et cela me déconcerta.

Je l’appelle « père dans le ciel » parce que je me suis élevé dans le ciel à sa rencontre et lui est descendu vers moi. Nous avons eu une conversation ; j’ai écouté ce qu’il m’a dit pendant vraiment longtemps. Je ne me rappelle pas ce qu’il m’a dit mais je me souviens que l’expérience était très agréable.

Juste avant de me réveiller, quand il monta et que je redescendis sur terre, il me demanda : « Quand ce sera le moment, te rappelleras-tu de notre conversation ? » Sans savoir ce qu’il voulait dire, j’acquiesçai cependant. Bien sûr, je ne me souviens pas de ce qu’il m’a dit et ce qu’il a voulu me dire. Qui était ce « père dans le ciel » ?

J. L. A., Valence, Espagne

Le Maître de Benjamin Creme indique que le « père dans le ciel » était Maitreya.



Interviews

Home ISRAEL-PALESTINE : JUSTICE POUR TOUS, LA SEULE VOIE VERS LA PAIX

Palestine – négocier la justice pour une nation captive

Interview de Hanan Ashrawi par Andrea Bistrich

Le monde entier est aujourd’hui profondément troublé par l’aggravation du conflit israélo-palestinien. Nous souhaitons ici présenter ce sujet de la façon la plus équilibrée possible, en pensant à la manière dont Maitreya pourrait lui-même en parler : toute solution débouchant sur une paix durable ne peut être basée que sur la justice pour tous.
Nos correspondants et l’équipe éditoriale ont donc rassemblé des interviews, des articles et des commentaires offrant un éventail de points de vue, ainsi que des indications sur le rôle que jouent les États-Unis  dans ce conflit.
Nous nous rendons compte que notre approche de cette question complexe ne peut être définitive. Benjamin Creme a déclaré à plusieurs reprises dans ses livres et dans ce magazine que s’il appartient aux hommes de trouver eux-mêmes une solution à ce conflit, seule l’intervention de Maitreya permettra à cette solution d’être mise en œuvre.

Hanan Ashrawi, universitaire et militante politique, est l’un des représentants les plus en vue de la cause palestinienne. Elle est membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et a été la porte-parole officielle de la délégation palestinienne lors des différentes négociations de paix depuis la fin des années 1980.
En 1998, elle a fondé le mouvement Miftah, qui milite pour le respect des droits de l’homme, pour la démocratie et la paix en Palestine. Elle en est la secrétaire générale.
Le Dr Ashrawi a reçu de nombreuses récompenses pour son travail, comme le Prix Olof Palme, le Prix Mahatma Gandhi pour la réconciliation et la paix, le Prix pour la Paix de Sydney, et beaucoup d’autres. Elle est également l’auteur de poèmes, de nouvelles, de livres et de nombreux articles sur la culture et la politique palestiniennes.
Andrea Bistrich l’a interviewée à deux reprises par téléphone pour
Partage international, à la fin du mois d’août 2013 et au mois de juin dernier. Mme Ashrawi dressait déjà en 2013 un sombre constat de la situation qui pouvait laisser présager la crise actuelle.

Août 2013

Partage International : Pensez-vous qu’Israël est prêt à négocier ?
Hanan Ashrawi : Je pense que, comme à son habitude, Israël négocie pour ses propres intérêts, en total décalage avec la réalité du terrain, et qu’ils utilisent les négociations comme une couverture pour poursuivre leurs activités illégales et faire ce qu’ils veulent en toute impunité. Et tout cela avec la bénédiction des Américains. C’est très grave. En conséquence, ces négociations sont sans intérêt, dénuées de crédibilité parce qu’Israël fait exactement le contraire de ce qu’il faudrait faire pour donner une chance à la paix.

PI. Quelles sont les questions que vous allez aborder à la table des négociations ?
HA. Ça fait vingt ans que la question du statut de l’Etat palestinien est à l’ordre du jour des négociations. Jérusalem, les frontières, les colonies juives, les réfugiés, la ressource en eau, la sécurité – on parle de tout ça depuis des années. Tous ces sujets n’ont plus besoin d’être négociés, il faut simplement les mettre en œuvre. Il faut mettre fin à l’occupation, retrouver les frontières de 1967 et, bien sûr, cesser toutes les actions de colonisation israéliennes, libérer les prisonniers, et respecter les engagements et les accords qu’Israël a signés sans jamais les respecter. Parler pour parler ne nous intéresse plus. Et encore moins parler uniquement des intérêts d’Israël, et leur permettre ainsi de gagner du temps. Nous avons besoin d’un calendrier contraignant. Israël doit agir d’une façon qui soit compatible avec les exigences de la paix et en accord avec le droit international.

PI. Lorsque le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon s’est rendu à Jérusalem au début du mois, il a dit qu’il espérait que les deux parties, Israéliens et Palestiniens, sauront se souvenir de l’héritage de M. Rabin et accepteront une solution à deux Etats.
HA. Oui, je sais. Tout le monde parle de la solution à deux Etats, tout le monde veut la paix, mais personne n’intervient pour mettre fin aux violations des accords par les Israéliens et à leur impunité. Les mots ne suffisent plus, il faut agir et faire ce qui est décidé dans les pourparlers. Si on veut une solution à deux Etats, alors il faut que les Israéliens cessent de tout faire pour rendre non-viable un Etat palestinien. Mais personne ne fait rien.

PI. Quel est le rôle et la responsabilité de l’Onu ?
HA. L’Onu aurait dû jouer un rôle plus important depuis le début. Au lieu de cela, elle a brillé par son absence. L’Onu devrait faire respecter les résolutions qui sont prises en son sein. Après tout, elle est la source de la législation internationale, et elle devrait exprimer la volonté de la communauté internationale. Nous croyons que la reconnaissance de l’Etat palestinien, même en tant qu’observateur non membre1, est la reconnaissance de la réalité d’un Etat palestinien indépendant, souverain, et non d’un territoire occupé par les Palestiniens et contesté par Israël. Cette reconnaissance devrait également confirmer les frontières de 1967 de cet Etat avec Jérusalem comme capitale et ainsi de suite. La Palestine devrait aussi pouvoir rejoindre les organismes internationaux et avoir sa place dans le concert des nations.
L’Onu a donc un rôle important à jouer parce qu’elle représente la communauté internationale. Malheureusement, les États-Unis  utilisent leur droit de veto la plupart du temps et tentent de faire pression sur d’autres pays. Pendant ce temps, Israël continue à utiliser sa force en totale impunité.

PI. Tout le monde parle de paix – mais qu’en est-il de la justice ? Que signifie ce mot dans la vie quotidienne des deux pays ? Les médias n’en parlent pas souvent.
HA. C’est exact ! La justice est la clé. Je suis heureuse que vous souleviez ce point. Les Israéliens occupent une nation indépendante – c’est illégal, c’est cruel, et c’est injuste. C’est une agression intolérable et une violation du droit international. Nous sommes une nation captive. Mais tout le monde aborde la question comme si c’était juste une question de négociation. Non, ici, il y a un peuple souverain et un envahisseur. Et tout le monde dit : « C’est facile, il faut que les deux parties se parlent. » Comment pouvez-vous parler tranquillement quand votre pays est occupé ? Quand un grand fort utilise sa puissance contre un petit faible ? On est dans l’injustice dès le départ. Il faut d’abord garantir la justice par des solutions juridiques, humaines et morales.

PI. Pensez-vous que le conflit israélo-palestinien pourrait être la cause même de l’éruption constante de la violence et de la guerre dans cette région du monde ?
HA. Le Moyen-Orient traverse une période de transition, qui, par définition, est caractérisée par une grande instabilité ; ça peut être très dangereux et l’issue n’est jamais certaine. Mais au lieu de voir les choses ainsi et d’œuvrer pour essayer de conclure un accord visant à instaurer une certaine stabilité, Israël continue de mener une politique qui aggrave l’instabilité et accentue la violence. Et qui, bien sûr, encourage l’extrémisme. La seule façon de faire face à la situation est de mettre fin à l’occupation de la Palestine et de rétablir la justice.

PI. Existe-t-il des mouvements politiques de jeunes Palestiniens qui offrent quelque espoir pour l’avenir ?
HA. Il y a des mouvements de jeunes, mais ils n’ont pas réussi à fusionner ni à faire des propositions nouvelles. Ils n’ont pas encore trouvé leur rôle et leur message. On observe une désaffection croissante chez les jeunes, qui sont profondément déçus par la situation, par les dirigeants politiques, par le processus de paix ; et bien sûr, il y a un énorme ressentiment face à l’injustice de l’occupation. Mais pour que ces sentiments se transforment en programme politique, il faudra encore du temps.
J’espère que leur réponse politique sera sage et responsable plutôt qu’une réponse violente. Mais comme vous le savez, Israël utilise la violence, et la violence appelle la violence. C’est le langage qu’Israël emploie dans la région et avec les Palestiniens.

Juin 2014

Un an après cette entrevue avec Hanan Ashrawi, Partage international a pu lui parler à nouveau pour évoquer l’actualité récente. Au cours d’une brève conversation téléphonique, le Dr Ashrawi a déclaré que la situation au Moyen-Orient est devenue explosive. Un mois plus tard, le 7 juillet, Israël entrait en guerre en bombardant et en envahissant Gaza.

PI. Lors de notre dernière conversation l’an passé, vous étiez très occupée par la préparation des négociations de paix. Elles sont maintenant à l’arrêt. Ces mois de négociations ont-ils permis d’avancer ?
HA. Non, ça a été un désastre, et un désastre coûteux. Israël a profité des négociations de paix pour construire plus de colonies ; pour voler davantage de terres, annexer Jérusalem, et tuer davantage de Palestiniens. Ces négociations ont fait beaucoup de tort aux Palestiniens. Israël a renié ses engagements et a quitté la table des négociations pour créer une situation de volatilité et pousser les Palestiniens au-delà des limites de leur endurance.

PI. Comment avez-vous réussi à mettre en place un gouvernement de coalition avec les deux factions politiques palestiniennes, dont les divergences sont profondes ?
HA. Ça fait longtemps que nous essayons de parvenir à un gouvernement de coalition nationale, et les deux parties sont finalement parvenues à un accord. Il y avait surtout une demande forte de la part du peuple palestinien.

PI. Quand le pape François a invité Shimon Peres et Mahmoud Abbas pour un sommet de la prière au Vatican il y a deux semaines, il a souhaité « ouvrir une fenêtre d’opportunité pour le monde ». A-t-il réussi ?
HA. Cette initiative a eu une signification morale, humaine, et spirituelle.
Mais elle n’a eu aucune conséquence politique ni d’effet sur le terrain. Elle n’a pas empêché Israël de violer le droit international et ne l’a pas convaincu d’adopter un comportement qui favorise la recherche de la paix. Pour Israël, ce fut juste une occasion de faire semblant de s’intéresser à la paix, alors que pendant ce temps, ses actions démontraient le contraire.

PI. A l’heure actuelle, il semble y avoir un sentiment croissant que la fin du conflit israélo-palestinien ne serait plus la clé de la paix dans la région, comme c’était le cas dans le passé. Beaucoup doutent que la création d’un Etat palestinien indépendant puisse avoir un effet sur la dynamique des événements en Syrie, en Egypte ou en Irak. Qu’en pensez-vous ?
HA. Je ne suis pas d’accord. Je pense que si on mettait fin à l’occupation israélienne en Palestine, ça apaiserait beaucoup de colère et ça calmerait beaucoup d’extrémistes dans cette région du monde. Si les Palestiniens obtenaient leur droit à l’autodétermination et leur liberté, ça changerait énormément de choses au Moyen-Orient.


1 - En novembre 2012, la Palestine a obtenu le statut d’Etat observateur non membre à l’Assemblée générale des Nations unies. Les États-Unis  et Israël ont été parmi les neuf Etats qui ont voté contre cette proposition.




Home ISRAEL-PALESTINE : JUSTICE POUR TOUS, LA SEULE VOIE VERS LA PAIX

Si les Américains savaient

Interview de Alison Weir par Felicity Eliot

Alison Weir a été militante des droits civiques et a travaillé dans les Peace Corps avant de devenir rédactrice en chef d’un hebdomadaire aux Etats-Unis. Mais en 2001 le conflit israélo-palestinien s’est dégradé et elle a décidé d’aller se rendre compte de la situation sur place. Elle s’est rendue seule dans les territoires palestiniens à Gaza et en Cisjordanie. Son attitude modérée lui a permis d’entrer en contact avec de nombreux Palestiniens et Israéliens. Elle a relaté de ses expériences là-bas partout aux États-Unis  et dans d’autres pays. Elle est l’auteur de : Against Our Better Judgment : The Hidden History of How the USWas Used to Create Israel, (A votre bon jugement : l’histoire cachée montrant comment les États-Unis  ont été utilisés pour créer Israël), ainsi que de nombreux écrits et articles, et elle est la fondatrice du site Internet ifamericansknew.org.

Felicity Eliot l’a interviewée via Skype, le 5 août, pour Partage international.

Partage international : De par votre travail, il se peut que vous soyez accusée d’être antisémite. Etes-vous contre Israël ?
Alison Weir : Non, je ne suis pas contre Israël. Je ne suis contre aucun être humain. Je suis contre la politique du gouvernement israélien.

PI. Lorsque vous êtes allée en Palestine en 2001, avez-vous pu parler librement avec les gens ordinaires ?
AW. Oui, j’ai interviewé tellement de personnes – des gens de tous âges et de tous les milieux – à la fois Palestiniens et Israéliens. J’essayai également d’assister à des scènes violentes avec une caméra. J’ai ainsi pu voir ce qu’était réellement la vie quotidienne pour les civils, les écoliers, les personnels des hôpitaux et ainsi de suite. J’ai assisté à des scènes de destruction épouvantables – des habitations dévastées, des quartiers entiers détruits. J’ai été le témoin de tragédies et de terribles souffrances. Cela a eu des effets durables sur moi.

PI. Lorsque vous êtes revenue aux Etats-Unis, vous vous êtes décidée à passer à l’action. Qu’avez-vous décidé de faire ?
AW. Ce qui m’a le plus frappé (à part évidemment la misère, la souffrance, la destruction), c’est le décalage entre ce que j’avais vu directement sur place et ce qui était rapporté dans les médias de mon pays. Les informations diffusées quotidiennement dans les médias ne correspondaient pas à ce que j’avais vu. Il n’y avait presque aucune ressemblance entre la réalité du conflit et ce qui était rapporté dans les médias américains. A mon retour j’ai commencé à parler du conflit et à écrire dessus. Et j’ai créé le site : Si les Américains savaient (http://ifamericansknew.org/about_us/whoweare.htm).

PI. Les graphiques et les statistiques présentés sur le site donnent un véritable aperçu de la situation.
AW. Nous mettons à jour ces informations aussi fréquemment que possible ; nous envisageons de la faire quotidiennement. A part la diffusion en toute transparence d’informations provenant de sources sûres, d’actualités et d’analyses, Si les Américains savaient a mené à bien sept études statistiques approfondie (http://ifamericansknew.org/media/). Notre travail est factuel et nous nous basons sur des analyses qui se fondent sur des faits réels.

PI. Je suppose que si le public n’est pas bien informé ou même désinformé, il ne pourra pas participer d’une manière significative au processus démocratique.
AW. Oui, effectivement. Sinon comment parvenir à comprendre ce conflit ? Je crois aux faits – la vérité représente le meilleur espoir pour établir la justice et la paix pour les Palestiniens, les Israéliens, les Américains ou qui que ce soit.

PI. En parlant de statistiques, j’ai vu sur votre site que les États-Unis  donnent 8,5 millions de dollars par jour à Israël en aide militaire. C’est l’argent des contribuables.
AW. Oui. Au cours de ces deux dernières décennies, les États-Unis  ont graduellement remplacé l’aide économique à Israël par une aide militaire qui va en augmentant. En 2007, l’Administration Bush et le gouvernement israélien se sont entendus pour l’attribution à Israël d’une aide militaire globale de 30 milliards de dollars, de l’année fiscale 2009 jusqu’en 2018.
Depuis 2012, les États-Unis  donnent à Israël 3,1 milliards de dollars par an, soit en moyenne 8,5 millions de dollars par jour. La même somme doit être versée chaque année jusqu’à la fin de l’année 2018. C’est tellement étonnant que les gens ont du mal à y croire. A chaque fois que je donne une conférence, les gens s’interrogent sur cela et sont choqués de l’apprendre. En fait, on peut y ajouter quelques accords supplémentaires : Ainsi, les États-Unis  ont attribué 504 millions de dollars au Programme de défenses anti-missiles israélo-américain au cours de l’année 2014. Si on ajoute ce montant, les contribuables américains donnent à Israël 9,9 millions de dollars par jour.

PI. Israël semble bénéficier d’une sorte d’impunité. Les Nations unies ont voté presque 80 résolutions contre Israël. Pourquoi ? Est-ce à cause des accords militaires ?
AW. Israël tient vraiment les États-Unis  dans sa poche – pour toutes sortes de raisons. Vous savez peut-être (et nous le citons sur notre site) que l’ancien président Carter a déclaré : « Ce serait quasiment un suicide politique pour les membres du Congrès de vouloir qu’un équilibre s’établisse entre Israël et la Palestine, de vouloir qu’Israël respecte la loi internationale ou de demander que la justice et les droits de l’homme soient respectés en ce qui concerne les Palestiniens. »

PI. Pensez-vous que l’opinion publique mondiale a de l’importance ?
AW. Oui, tout à fait. Benjamin Netanyahu se retient à cause d’elle. Bien sûr, pour l’instant, l’objectif déclaré des Israéliens est atteint – en attendant le prochain. Mais les Israéliens sont très sensibles au fait que leurs propres gens meurent, et ce nombre de morts a atteint les deux chiffres ; en comparaison, ce nombre atteint les quatre chiffres pour les Palestiniens. Mais l’opinion publique mondiale ainsi que la voix des électeurs est importante même au niveau local. Je sais qu’il y a des politiciens américains qui aimeraient pouvoir s’opposer plus ouvertement à l’injustice. Mais ils ne diront rien à moins de savoir qu’ils ont l’appui et le soutien de l’électorat. Vous pouvez donc agir de manière significative en appelant vos élus pour leur demander d’agir afin de faire évoluer la situation.
Au fait, je n’ai pas dit qu’il existe en Israël un groupe relativement restreint mais courageux d’Israéliens qui travaillent pour la paix et la justice pour les deux peuples.

PI. Pour en revenir à la question des sanctions des Nations unies – assurément le problème, c’est qu’elles ne peuvent pas être appliquées ?
AW. Oui, c’est ça. Elles ne peuvent pas être appliquées, alors il faut employer d’autres approches.

PI. Par exemple boycotter les produits israéliens ? Ou retirer l’aide militaire ? Ou une politique économique de désinvestissement ?
AW. Tout cela à la fois. Et agissez, diffusez des informations, donnez des conférences, parlez, participez à des manifestations, jusqu’à ce que des millions de personnes réclament justice. L’équipe de Si les Américains savaient a développé nombre d’outils éducatifs et donné des conseils utiles.

PI. Malgré les déformations et le parti pris des médias en ce moment, le monde est au courant, au moins jusqu’à un certain degré, des atrocités et des horreurs qui se sont déroulées à Gaza au cours de ces quatre dernières semaines. Certains commentateurs ont employé le mot de « génocide » ; pensez-vous que ce soit le cas ?
AW. Je pense que le terme génocide décrit bien la réalité. Il s’agit d’un génocide graduel. Petit à petit, les terres sont confisquées, les habitations détruites, des civils sont tués ainsi que des femmes et des enfants.

PI. Le Hamas refuse d’accepter le droit à l’existence d’Israël. Il semble qu’Israël préfèrerait que la Palestine n’existe pas. Les raisons qu’Israël donne pour justifier ses attaques, par exemple pour se défendre contre les roquettes palestiniennes ou les tunnels utilisés par le Hamas, ne sont-elles selon vous que de simples prétextes ?

AW. Avant que j’aille en Palestine en 2001, Israël avait déjà attaqué. A chaque fois, c’est une nouvelle raison qui est donnée pour justifier les attaques.

PI. Y aurait-il un intérêt à amener les auteurs de tels crimes devant la Cour pénale internationale ?
AW. Oui. Quel qu’en soit le résultat, ce serait une façon de montrer à une échelle internationale que les droits de l’homme sont bafoués et que c’est inacceptable.

PI. Nous n’avons pas abordé le sujet des atrocités, des morts et des tragédies de ces 30 derniers jours : bien que la couverture médiatique soit faussée, un nombre suffisant d’images affreuses a été diffusé sur les écrans de télévision dans le monde entier. A un certain moment, les deux partis et la communauté internationale devront aborder sérieusement la question de la restitution de terres aux Palestiniens ainsi que la création de deux Etats indépendants ?
AW. Oui : un retour aux frontières d’avant 1967 ainsi que l’indépendance totale et la justice pour les deux peuples.


Pour plus d’informations : http://ifamericansknew.org





Compilation

Home La reconstruction du monde

L’apparition de nos visages marquera le début de l’ère des changements qui vont transformer le monde. Tous ces changements ne se feront pas d’un seul coup, mais les premiers assauts en faveur de la justice et de la liberté ne vont pas tarder à être lancés, dans un mouvement qui ira s’amplifiant avec le temps. Finalement, tout sera transformé, et les peuples du monde entier respireront un air plus pur et plus sain. Il faudra du courage pour mener à bien cette tâche colossale. Nombreux sont les défis à relever. Il n’est pas aisé de transformer un monde de fond en comble pour en construire un nouveau sur les ruines du passé. Prenez votre courage à deux mains et mettez-vous au travail. Bannissez la peur et accueillez l’avenir à bras ouverts. [Le chemin de l’avenir (Maître –)]

Ma tâche est simple : vous montrer la voie. A vous, mes amis, incombe la tâche ardue de bâtir un nouveau monde, une nouvelle contrée, une nouvelle vérité ; mais, ensemble, nous triompherons. [Message n° 15 (Maitreya)]

La première étape consiste à partager les ressources planétaires ; faute de quoi, nous nous détruirons. C’est aussi simple que cela. Nous avons notre libre arbitre. Maitreya n’interviendra pas pour nous empêcher de nous détruire. Il nous exposera les choix qui s’offrent à nous : continuer de fonctionner selon les schémas du passé – qui reposent sur la cupidité, l’égoïsme, la compétition – et, ce faisant, nous détruire ; ou bien accepter le fait que nous ne faisons qu’un, accepter le principe du partage ; le mettre en œuvre, instaurer la justice dans le monde, et du même coup, la paix ; pour commencer à construire, sous son inspiration, une civilisation d’une splendeur éclatante, telle que ce monde n’en a jamais connu. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Je suis venu montrer les possibilités qui s’offrent à vous, en tant que fils de Dieu. Mon cœur m’apprend votre choix et en éprouve une immense joie. Mes amis, mon peuple est partout, se préparant pour le nouveau monde. Sa tâche est grande, son fardeau est lourd, sa chance inestimable. Nombreux, maintenant, sont ceux qui voient le chemin et brandissent devant les hommes la lumière de la vérité, leur apprenant à partager et à aimer, à chérir et à faire confiance. Beaucoup sont maintenant éveillés à ces divins aspects et réclament la réorganisation du monde. Ma Force est derrière eux. Mon Amour les inspire. Ma Volonté les guide. De cette manière, je vous conduis vers le nouveau. [Message n° 137 (Maitreya)]

Une voix nouvelle se fait entendre dans les affaires des hommes, qui s’exprime à travers certains gouvernants à l’esprit ouvert et réceptif. De plus en plus, cette voix fera connaître les besoins primordiaux de notre temps : paix, tolérance, pardon des injustices passées, coopération et partage au profit de tous. Cette voix viendra du cœur et de l’esprit de tous ceux qui aiment leur prochain, suscitant une exigence invincible de reconstruction et de renouveau mondial. Cette voix est celle de l’ère nouvelle. C’est la voix de Maitreya. Joignez votre voix à toutes celles qui, haut et fort, réclament la paix et la justice, et prenez conscience de votre place dans l’Histoire. Un monde nouveau est en train de prendre forme, qui nécessite la participation de tous : chacun a son rôle à jouer dans cette vaste entreprise, et nul ne doit se sentir trop jeune ou trop âgé pour formuler ses aspirations à voix haute. [La voix de Maitreya (Maître –)]

Si les forces de progrès se laissaient trop aller à leur désir de changement, elles balaieraient tout ce qui existe, le bon comme le mauvais. Il en est ainsi au début de chaque ère nouvelle, car les anciennes énergies décroissent, les structures se cristallisent et commencent inévitablement à s’effondrer. Les conservateurs veulent tout préserver de ces structures, le bon comme le mauvais, et ils résistent au changement autant qu’ils le peuvent. Toutes les structures ne sont pas mauvaises du seul fait qu’elles appartiennent au passé. Nous devons conserver ce qu’il y a de mieux dans le passé et nous en servir de base pour construire l’avenir. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Sans nul doute, les forces du chaos atteignent maintenant l’apogée de leur puissance. Leur empire sera éphémère, car déjà se fait sentir l’influence bénéfique des forces de reconstruction. Les nouvelles énergies inspirent de nouvelles idées, de nouveaux idéaux ; ce sont eux qui transforment les structures de vie des hommes. Prêtez attention aux signes annonciateurs de la nouvelle civilisation : tolérance et bonne volonté, démocratie, justice et partage, coopération et interdépendance, tous indiquent la venue des Temps nouveaux, où les hommes iront leur chemin fiers et libres. [La vie nouvelle (Maître –)]

Ma venue transformera ce monde, mais le travail essentiel de reconstruction vous incombe. Je suis seulement l’architecte du Plan. Vous, mes amis et frères, vous êtes les bâtisseurs volontaires du temple radieux de la Vérité. Je vous donnerai la clé de ce temple et, en y pénétrant, vous connaîtrez Dieu. [Message n° 65 (Maitreya)]

Ce sont les initiés et les disciples qui mettent le Plan en œuvre, c’est à travers eux que le Christ et les Maîtres travaillent et travailleront. Ce sont eux qui bâtissent le monde nouveau, pas seulement le Christ et les Maîtres. Ceux-ci peuvent indiquer la voie, mais les véritables structures du nouvel âge, politiques, économiques, financières, sociales, etc., seront toutes construites par les initiés et les disciples formés par la Hiérarchie, hommes et femmes partout dans le monde. Ils ne transgressent pas le libre arbitre humain, parce qu’ils font partie de l’humanité. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Avec Maitreya et son groupe pour les guider, les hommes grandiront dans l’amour de la simplicité des nouvelles structures, où ils puiseront une profonde satisfaction et un sentiment d’harmonie. Ils se sentiront à l’aise dans un monde débarrassé de la compétition. Travaillant ensemble, en coopération, ils éprouveront un profond sentiment de bonheur et d’épanouissement dans tout ce qu’ils feront. Maitreya ne sera pas avare de son aide, ni de ses conseils ; nous, qui sommes vos Frères aînés, ne ménagerons pas non plus nos efforts pour vous inspirer la construction de la nouvelle civilisation. Les merveilles dont se parera l’édifice à venir surprendront tous les hommes, et les enchanteront. Chacun aura un rôle à jouer dans sa construction, et tous donneront le meilleur d’eux-mêmes dans sa création. Ainsi en sera-t-il. [La roue tourne (Maître –)]

Permettez-moi de vous indiquer la voie qui mène à l’ère nouvelle, de vous faire entrevoir les splendeurs qui, si vous le voulez, peuvent devenir vôtres. L’homme est fait pour servir à la fois Dieu et l’homme, et c’est seulement de cette manière que le chemin menant à Dieu peut être parcouru. Donnez-vous pour mission d’assumer les tâches de réorientation, de reconstruction et de changement. Chaque homme est un phare et diffuse sa lumière pour éclairer son frère. Préparez votre lampe pour qu’elle brille et montre la voie. Personne n’est trop petit ni trop jeune pour prendre part à ce grand Plan de réhabilitation et de sauvetage de notre monde. Engagez-vous résolument dans cette voie, et je puis vous assurer que je ne manquerai pas de vous dispenser mon aide. [Message n° 13 (Maitreya)]

Tous les hommes, même ceux qui ne sont pas engagés dans une voie religieuse, partageront finalement le sentiment de l’existence d’une même base spirituelle à la vie. Tous, quel que soit leur domaine d’activité, la politique, les sciences, l’éducation ou les arts, s’efforceront d’exprimer cette vérité intérieure qu’ils ressentent, et construiront une culture et une civilisation qui reflétera, de manière directe, leur expérience de l’Unité de Dieu, de la Nature et de l’Homme. Alors, les révélations succèderont aux révélations, jusqu’à ce que nous nous trouvions en possession de cette connaissance qui nous ouvrira les secrets de la vie elle-même et nous permettra de devenir des créateurs et des collaborateurs conscients de Dieu. [La Mission de Maitreya, tome I (B. Creme)]

Je suis heureux de pouvoir vous parler une fois encore et de vous dire que je viens pour vous emmener avec moi dans cette contrée nouvelle, le pays de l’Amour, le pays de la Confiance, de la Beauté et de la Liberté. Je vous y emmènerai si vous pouvez me suivre, m’accepter, me laisser montrer le chemin et être votre guide. Et ensemble nous construirons un monde dans lequel les hommes pourront vivre sans crainte, sans méfiance, sans division, partageant les bienfaits de la Terre, connaissant la félicité de l’union avec notre Source. Tout ceci peut être vôtre. Vous n’avez qu’à faire les premiers pas et je pourrai vous guider. [Message n° 3 (Maitreya)]

Nombreux sont ceux qui attendent de Maitreya et des Maîtres qu’ils réparent tous les torts et transforment le monde. Il est indéniable qu’ils montreront la voie, guideront et inspireront. Il est certain également que leur lumière et leur sagesse seront mises au service de l’humanité. Mais le travail de transformation doit être entrepris par l’humanité elle-même, qui devra accepter de bon gré les changements et les sacrifices qui s’ensuivront. Ce n’est que grâce à cette acceptation volontaire que les changements pourront être effectifs et créer les conditions d’une vie nouvelle et meilleure. Pour ouvrir la voie et poser les fondations des structures du nouvel âge apparaissent maintenant les experts architectes de la civilisation naissante. Vous les reconnaîtrez à leur désir de servir, à leur sagesse et à leur amour manifeste. [L’émergence de grands serviteurs (Maître –)]

Les institutions bancaires et financières internationales, qui disposent d’un pouvoir colossal, seront parmi les dernières à accepter la nécessité d’un changement complet dans l’ordre économique et financier du monde. Face à cet obstacle, la Hiérarchie dispose déjà de plans qui sont prêts à être mis en œuvre pour la reconstruction de l’ordre économique et financier mondial. Un groupe de grands initiés, eux-mêmes économistes, industriels et experts financiers d’expérience et d’envergure, travaille avec la Hiérarchie et a élaboré une série de projets, de plans alternatifs interconnectés, qui apporteront la solution aux problèmes de redistribution qui sont à la base de la crise mondiale actuelle. Ces plans pourront être rapidement mis en œuvre lorsque la nécessité en sera reconnue et acceptée, acceptation qui sera imposée à l’ensemble des pays par le poids d’une opinion publique désormais informée. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Bientôt les hommes se rendront compte que les changements nécessaires pour le monde sont immenses et multiples, qu’ils requièrent patience et dévouement, imagination et confiance. Avant longtemps, ils s’engageront partout dans le travail de reconstruction, de réhabilitation du monde […]
Le cœur et l’esprit des hommes se mobiliseront pour produire des changements sans précédent ; rien ne saura résister à l’assaut du renouveau, hormis ce que le passé comportait de plus noble. Les transformations qui s’offriront aux yeux de l’homme lui seront source d’admiration et d’inspiration : un monde nouveau se construira dans l’éclatante lumière du jour. Tous participeront, chacun contribuant par sa vision à enrichir le tout. [Servir d’une manière nouvelle (Maître –)]

Cela me fend le cœur que tant d’hommes, aujourd’hui, souffrent inutilement, alors qu’il suffirait de peu de chose pour remédier à leurs tourments. Mes amis, comment pouvez-vous vous tenir à l’écart et regarder ce qui se passe, tandis que vos frères meurent dans des conditions sordides, dans la misère et le mépris ? Mon plan est de les sauver, eux qui sont mes enfants, et de vous montrer qu’ils sont vos frères. Mon plan concerne tous ceux qui sont prêts à me suivre dans les temps nouveaux. Aidez-moi à reconstruire votre monde et à l’orienter vers sa mission de lumière. [Message n° 112 (Maitreya)]

L’énergie de l’Avatar de Synthèse agit vraiment à travers l’Assemblée des Nations unies et, lentement mais sûrement, elle rassemble les nations. C’est l’un des principaux groupes à travers lesquels cette énergie s’écoule. Nous nous focalisons sur les limitations des Nations unies, mais ses différentes agences font un travail considérable dans le monde entier. Depuis leur création, elles ont accompli un immense travail de reconstruction et de réorganisation dans tous les domaines – économique, écologique, médical et social. On ne devrait pas sous-estimer cette contribution aux besoins du monde apportée en commun par les nations. Ce sentiment de responsabilité est tout à fait nouveau dans les affaires mondiales, et c’est une indication certaine que le Plan est en train de s’accomplir. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

En cette période de crise planétaire, peu réalisent l’énormité des tâches qui attendent la Hiérarchie et l’humanité, et encore moins l’ampleur du travail de transformation que le monde exige. Néanmoins de grandes forces de reconstruction sont à l’œuvre et, d’ici peu, l’évidence sera reconnue de tous. Nombreux, déjà, sont les changements que personne ne peut nier.
De plus en plus, les peuples du monde se rendent compte que leurs destins sont liés. Bientôt, ils souscriront pour la plupart à une nouvelle formulation de leur héritage et de leur avenir communs, auxquels ils donneront forme constitutionnelle. Ainsi commencera une nouvelle ère dans la longue évolution des hommes. [Une ère nouvelle a commencé (Maître –)]

J’ai besoin de vous tous pour participer à la reconstruction de ce monde, pour rendre à l’homme sa foi et sa joie, pour libérer les ressources vitales indispensables à ceux qui sont dans le besoin et, ainsi, rétablir l’équilibre sur cette Terre. Ma tâche consiste à vous montrer la méthode à suivre ; la vôtre est d’agir et de mettre en œuvre mon plan. Je sais que je peux vous faire confiance et faire appel à vous. Mon amour vous étreint tous. [Message n° 76 (Maitreya)]

Une culture se construit grâce au travail des disciples et des initiés du monde. C’est à partir de leurs idées et des idéaux qui en découlent qu’elle s’élabore. Les « porteurs d’idées » sont les initiés et les disciples du Royaume de Dieu, de la Hiérarchie. Ils ont pour tâche de lancer les idées et les idéaux qui sont progressivement amenés à un niveau assimilable par l’humanité. C’est ainsi que se crée une nouvelle civilisation. Et cela peut se faire en relativement peu de temps. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Le problème de l’homme est de sa propre création. Il n’est pas inhérent au Plan de Dieu. Par le mauvais usage de son libre arbitre divin, l’homme a mis son avenir, et celui de tous les règnes, en péril. Beaucoup, commencent à s’en rendre compte et tentent de prendre les mesures nécessaires pour éviter une catastrophe. Mais, parmi les hommes, tous n’ont pas conscience du danger croissant auquel doit faire face l’humanité. Il reste peu de temps pour reconstruire notre monde selon des lignes directrices mieux adaptées au rôle et au but véritable de l’homme. Ma tâche consiste à vous montrer la voie, à exposer les possibilités, car c’est par l’homme lui-même que doit être forgé le monde nouveau. [Message n° 12 (Maitreya)]

Maitreya pénètre maintenant dans l’arène du monde pour apprendre aux hommes qu’ils sont potentiellement des dieux, que grand est leur pouvoir, et que seul leur conditionnement les rend esclaves de la superstition et de la peur, de la compétition et de la cupidité. Il leur montrera comment renoncer au passé pour construire, sous sa sage supervision, une civilisation digne des hommes qui entrent dans leur divinité. Le jour n’est pas éloigné où les hommes, entendant son appel, y répondront, où ils sauront que la longue et sombre nuit prend fin, et que l’heure est venue d’accueillir la lumière nouvelle qui pénètre dans le monde. Ainsi les hommes commenceront-ils la tâche de reconstruction, tâche qui exigera la force et la volonté de tous. Tous doivent voir en cette période une opportunité de servir et de grandir, d’accomplir la destinée qui les a amenés maintenant dans le monde. [Entrer dans la divinité (Maître –)]

Le stress qui existe aujourd’hui est une conséquence de la compétition et de la peur. La pression que ces peurs exercent sur l’humanité a pour résultat des maladies psychosomatiques. La guérison réside dans le rétablissement de l’équilibre. Lorsque nous aurons restauré l’équilibre dans nos vies grâce à une restructuration de nos institutions, nous constaterons une amélioration spectaculaire de la santé de l’humanité. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Lorsque je me ferai connaître, j’exprimerai l’espoir de toute l’humanité pour une vie nouvelle, un nouveau départ, son empressement à changer de direction, à voir se construire un monde nouveau dans lequel les hommes pourront vivre en paix, vivre libérés de la peur d’eux-mêmes ou de leurs frères, libres de créer en puisant à la source même de la joie en leur cœur, libres d’être eux-mêmes, en toute honnêteté. Ma tâche ne fait que commencer, mais dès à présent, existe dans le cœur des hommes une lumière nouvelle, un nouvel espoir, le sentiment d’un nouveau départ, une prise de conscience que l’homme n’est pas seul, que le Protecteur universel a envoyé son Messager. C’est ce que je suis. [Message n° 8 (Maitreya)]

Lorsque les structures physiques de la vie humaine seront reconstruites et que les principes qui doivent gouverner notre vie dans l’ère du Verseau seront compris et mis en application, le Christ révélera aux hommes un aspect totalement nouveau de la Réalité – c’est cette Révélation nouvelle qu’il a pour mission d’apporter. Les anciens Mystères seront restaurés, les Ecoles de Mystères réouvertes, et une grande expansion de la conscience de l’homme, conscience de lui-même, de son but et de sa destinée, deviendra possible. Les « eaux de vie » du Verseau s’écouleront du Christ, et les hommes auront cette « vie plus abondante » qu’il a promise. Le principe de partage est la clé de cet avenir glorieux pour l’humanité. Quand le monde sera vraiment Un, quand la production mondiale sera partagée entre tous les hommes, les secrets de la Science divine, aujourd’hui gardés par les Maîtres de Sagesse, pourront sans danger être révélés et, grâce à eux, l’homme pourra créer une civilisation telle que le monde n’en a jamais connue. [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Nombreuses sont les tâches à venir. Grande est l’inertie qui paralyse le monde. Mais le mouvement est lancé et le futur s’annonce brillant. On a besoin de tous pour triompher des maux du passé. La séparativité a des racines anciennes et ne lâchera pas facilement prise. Chacun doit considérer comme sienne la tâche d’aider le Christ dans sa mission de transformation et donner le meilleur de lui-même pour reconstruire le monde. [L’Emergence du Grand Seigneur (Maître –)]

Le temps où l’on verra le monde nouveau n’est plus très éloigné. Le pays de l’Amour approche, la cité de la Vérité sera bientôt édifiée. Prenez ma main, mes amis, et ensemble, bâtissons. [Message n° 89 (Maitreya)]





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home Le nettoyage des océans

Source : nydailynews.com ; theoceancleanup.com

Un jeune néerlandais de 19 ans, étudiant en ingénierie aérospatiale, a mis au point ce qu’il croit être un moyen de supprimer les millions de tonnes de déchets plastiques qui se trouvent dans tous les océans du monde.

Lors d’une plongée en Grèce, à l’âge de 16 ans, Boyan Slat avait été choqué de voir davantage de sacs en plastique que de poissons. Il s’était alors demandé pourquoi tout cela ne pouvait pas être nettoyé. Encore au lycée, il eut l’occasion de consacrer un semestre à la question de la pollution par les plastiques et la façon de les éliminer. Cela a finalement conduit au concept ambitieux de nettoyage des océans qu’il a présenté à TEDxDelft 2012.

Dans sa présentation, B. Slat a dévoilé l’Ocean Cleanup Array, qui consiste à ancrer 24 tamis au fond de l’océan et à laisser les courants marins diriger les plastiques vers de longs barrages flottants, ou des troncs d’arbres reliés entre eux, afin de capter les objets flottant ou les débris. Il existe cinq grands courants en rotation à travers les océans du monde ; ils forment des tourbillons où l’on retrouve à l’heure actuelle six fois plus de plastiques que de plancton marin. Il explique : « Pourquoi se déplacer à travers les océans si les océans peuvent se déplacer vers vous ? En fixant les « navires » au fond de la mer et en laissant les tourbillons faire leur travail, on économisera les investissements, le travail et les émissions polluantes. Les plates-formes seront, bien sûr, complètement autonomes. Elles fonctionneront à partir de l’énergie solaire, des courants et des vagues. »

Dans son exposé, Boyan a également décrit de façon poignante combien la réponse de sa génération aux menaces environnementales diffère de celle des autres générations. Il déclare : « Je pense que la réponse commune est de dire que tout cela est bien lointain, que ce sera à nos enfants de s’en soucier. Moi, je pense que si je suis ici, pourquoi ne pas tout nettoyer dès maintenant ? »

Alors que certains critiques soulignent que le projet ne fait rien pour empêcher que la pollution plastique n’atteigne les océans, Boyan et son équipe de nettoyage des océans expliquent qu’ils visent à contribuer aux efforts en soulignant l’importance de ce thème et en sensibilisant l’opinion à cette question et à ses solutions. Ils affirment : « La prévention est un élément essentiel pour aboutir à l’arrêt de la pollution plastique, mais elle nécessitera des changements radicaux à tous les niveaux de la société. »

Afin de prouver la faisabilité de son concept, Boyan Slat dirige maintenant une équipe de plus de 100 personnes, et a temporairement interrompu ses études pour consacrer entièrement ses efforts au nettoyage de l’océan ; il travaille à mettre au point un projet pilote à grande échelle d’ici trois à quatre ans.




Home Sommet sur le climat à l’Onu en septembre 2014

Source : UN.org ; magazine Rolling Stone, États-Unis ; peoplesclimate.org

Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a invité les leaders des gouvernements, de la finance, du monde des affaires et de la société civile à la Conférence sur le climat 2014 qui se tiendra à New York, le 23 septembre, « afin de galvaniser et catalyser l’action climatique, prendre des engagements et des mesures audacieuses pour réduire les émissions, renforcer la résilience climatique, et mobiliser la volonté politique en vue d’aboutir à un accord juridique significatif en 2015 ».

Ban Ki-moon a fait la déclaration suivante : « Nous devons transformer le plus grand défi collectif auquel fait face l’humanité aujourd’hui – le changement climatique – en une magnifique opportunité pour le progrès commun et vers un avenir durable. [...] Ce sommet est censé apporter des solutions. Il ne constitue pas une session de négociation [...]. C’est une responsabilité capitale que nous devons porter, mais je crois fermement que chacun de nous peut intervenir et devenir un leader dans la lutte contre le changement climatique, la promotion du développement et la construction d’une vie digne pour tous. Les générations futures jugeront notre action sur cette question. En 2014, nous avons la chance de passer du bon côté de l’histoire, saisissons-la. »

Le week-end précédant le sommet, des manifestations contre le changement climatique, des marches et d’autres événements sont prévus dans les grandes villes à travers le monde. La plus importante manifestation devrait avoir lieu le 21 septembre à New York, devant les bâtiments de l’Onu.

Le militant environnementaliste Bill McKibben écrit : « Ceci est une invitation [...] à tous ceux qui voudraient prouver à eux-mêmes et à leurs enfants, qu’ils s’inquiètent de la plus grande crise que notre civilisation ait jamais connue. [...] Mon sentiment est que les gens viendront par dizaines de milliers ; ce sera le plus grand témoignage de l’engagement de l’humanité contre le changement climatique. »

Sur leur site (peoplesclimate.org), les organisateurs déclarent : « Nous voulons de l’action maintenant, pas des mots : il faut prendre les mesures nécessaires pour créer un monde avec une économie qui fonctionne pour les personnes et la planète – maintenant. Nous voulons un monde à l’abri des ravages du changement climatique. Nous savons qu’aucune réunion ou sommet ne permettra de résoudre cette question et, à bien des égards, cette manifestation ne concernera pas vraiment le sommet ; nous voulons qu’elle soit consacrée à nous-mêmes, aux gens qui se dressent dans nos communautés pour s’organiser, pour s’opposer à la puissance des énergies fossiles et pour rediriger le pouvoir vers un monde juste, sûr et paisible. Pour y arriver, nous devons agir ensemble. »




Home Des industriels américains se mettent au vert

Source : grist.org ; San Francisco Chronicle, Associated Press

Le président de la plus grande société d’installation de panneaux solaires des Etats-Unis, qui possède également le fabricant de voitures électriques Tesla Motors, prévoit d’augmenter significativement la production de panneaux solaires ainsi que celle des voitures électriques.

Elon Musk, président de SolarCity, a récemment annoncé des projets de construction d’une énorme usine de fabrication de panneaux solaires dans l’Etat de New York. L’usine sera parmi les plus grandes usines solaires du monde, et elle sera la plus vaste parmi celles prévues pour produire des panneaux plus efficaces que ceux produits avec la technologie actuelle, ce qui réduira considérablement le coût global de l’électricité solaire. En fin de compte, E. Musc a annoncé qu’il voulait fabriquer ces panneaux avancés dans des volumes tellement élevés que les combustibles fossiles ne pourraient tout simplement pas rivaliser. « L’objectif est que l’énergie solaire non subventionnée coûte moins cher que l’électricité produite à partir de charbon ou de gaz issus de la fracturation », a-t-il précisé.

E. Musk a également annoncé récemment qu’il cédait gratuitement les brevets de la voiture électrique Tesla à d’autres constructeurs automobiles, dans le but d’encourager la production de voitures électriques. En outre, les batteries des voitures électriques étant très coûteuses, Tesla va bientôt construire aux États-Unis  la plus grande usine de batterie au lithium du monde. Ces nouvelles batteries rendront l’énergie solaire plus abordable car elles réduiront le coût de stockage de l’électricité produite par les panneaux solaires.




Home Al Gore exprime sa confiance en l’avenir de l’humanité

par Al Gore Source : rollingstone.com; grist.org

« Dans la lutte pour résoudre la crise climatique, un puissant mouvement émerge et reste pourtant largement inaperçu, écrit Al Gore, ancien vice-président américain et militant contre le changement climatique, dans un récent article du magazine Rolling Stone. La marche en avant de la civilisation sera difficile et dangereuse, mais il est maintenant clair que nous finirons par l’emporter. »

Al Gore met en évidence des exemples de signes positifs :

– Dans au moins 79 pays, le coût de l’électricité photovoltaïque (PV) est maintenant égal ou inférieur au coût de l’électricité produite à partir d’autres sources. En 2020 – grâce aux économies d’échelle et à la réduction continue des coûts – plus de 80 % de la population mondiale vivra dans des régions où l’énergie solaire sera compétitive par rapport à l’électricité provenant d’autres sources.

– Chaque minute, le Bangladesh installe deux nouveaux systèmes photovoltaïques. Le marché PV est celui dont la croissance est la plus rapide au monde. En Afrique de l’Est et de l’Ouest, les cellules solaires entraînent un développement que l’on prédit explosif.

– Au début du 21e siècle, certains se moquaient des projections selon lesquelles un gigawatt de capacités solaires serait installé chaque année d’ici 2010 ; pourtant, cet objectif a été dépassé 17 fois. En 2013, il a été dépassé 39 fois. Cette année, il est en voie d’être dépassé 55 fois. En mai, la Chine a annoncé que d’ici 2017, elle aurait la capacité de produire 70 gigawatts d’électricité photovoltaïque.

– Le nouveau président chinois, Xi Jinping, a interdit toute nouvelle utilisation du charbon dans plusieurs villes et rendu obligatoire la déclaration des émissions de CO2 pour toutes les grandes industries. La Chine et les États-Unis  ont conclu un accord important afin de limiter une autre cause importante du réchauffement de la planète : les composés chimiques connus sous le nom de hydrofluorocarbures ou HFC. Et le nouveau premier ministre de l’Inde a lancé le plan le plus ambitieux au monde pour accélérer la transition vers l’énergie solaire.

Al Gore conclut : « [...] La baisse continue du coût des énergies renouvelables et les améliorations des rendements sont le moteur de la transition vers une économie sobre en carbone. Reste-t-il encore assez de temps ? Bien sûr des dommages ont été causés et nous allons en connaître les conséquences pendant un certain temps, mais il est encore temps d’éviter les catastrophes qui menacent le plus notre avenir. Chacune des tendances décrites ci-dessus – dans le domaine technologique, des affaires, de l’économie et de la politique représente une rupture avec le passé. Prises ensemble, elles représentent l’espoir véritable et réaliste que nous sommes enfin sur la bonne voie pour résoudre la crise climatique. »






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.