DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2013

Extraits de la revue
Partage international

Novembre 2013 - N° 303

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître


  • Point de vue
    • La faim dans le monde recule, mais ce n’est pas suffisant par José Graziano da Silva, Kanayo F. Nwanze et Ertharin Cousin


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • Citation


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Compte rendu de lecture


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home La dynamique du changement

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 10 octobre 2013

Si les hommes pouvaient voir les événements extraordinaires qui se déroulent actuellement en de nombreux points du monde, ils se rendraient compte que le jour de Déclaration n’est plus très éloigné. Ils verraient des milliers de gens manifester pour demander le changement, une vie meilleure qui leur assurera un gagne-pain et des soins de santé pour leur famille, une vie où ils prendront part aux décisions qui engagent leur avenir.

Nombreux sont aujourd’hui les projets qui s’articulent autour de ces idées : partout, des individus et des groupes s’emploient à dresser les plans d’un monde nouveau. Si certains de ces projets sont trop extravagants pour être pris au sérieux, beaucoup sont bien pensés et comportent des propositions intéressantes pour mettre en œuvre les changements nécessaires.

Nous, qui sommes vos Frères aînés, trouvons encourageants ces nouveaux développements qui montrent bien à quel point les hommes sont prêts pour le changement. Bien sûr, il y a encore tous ceux qui ont peur de l’avenir, et qui paniquent à l’idée du changement. Mais les forces de transformation sont désormais si puissantes que le changement s’imposera, que les gens soient prêts, ou pas.

Ces forces poussent des millions d’individus de par le monde à rechercher un avenir meilleur dans lequel la paix, la justice et le partage trouveront leur juste place dans la vie de tous.

Nous aussi, nous avons nos plans, qui seront présentés aux hommes en temps utile. Cependant, leur libre arbitre ne sera jamais enfreint, et la rapidité avec laquelle ces plans seront adoptés obéira à ce principe. De cette manière, la transformation de la vie sur Terre se déroulera avec le minimum de perturbations. Chaque étape sera soumise à l’approbation des hommes ; ainsi, l’humanité elle-même définira le rythme du changement.

On ne peut nier que tout le monde n’est pas prêt pour une telle transformation. Mais la nécessité d’instaurer de nouveaux modes de vie plus pacifiques se fait si pressante que les changements doivent se produire, de manière séquentielle et ordonnée.C’est seulement ainsi que la catastrophe pourra être évitée.

Quand les sceptiques prendront conscience de tous les bienfaits que produira cette méthode, ils accepteront avec joie le nouveau calme et la nouvelle harmonie qu’ils verront descendre sur Terre.





Signes des temps

Home Un bébé naît avec un Coran dans la main

Source : vanguardngr.com

Le 7 mai 2012, à Ejigbo, dans la banlieue de Lagos (Nigeria), un petit garçon est né tenant un minuscule Coran dans la paume de la main. La mère, Kikelomo Ilori, une chrétienne non mariée, avait essayé d’avorter plusieurs fois après que le père musulman de son enfant l’ait abandonnée. Elle déclara « qu’un prophète lui avait conseillé de ne pas interrompre sa grossesse » car l’enfant qu’elle portait « était unique ». Son Eglise lui avait également conseillé de ne pas pratiquer cet avortement par crainte pour sa santé. Elle renonça donc à avorter et sa grossesse évolua normalement. Le bébé est né après terme, au cours du onzième mois, et oh surprise ! : il tenait un minuscule Coran couvert d’une matière plastique étanche. La sage-femme, Victoria  Moses, déclara qu’elle avait pratiqué de nombreux accouchements mais qu’elle n’avait jamais rien vu de pareil : « Je vous le dis, c’est Dieu qui a fait naître ce bébé. »

Alhaji Ashimuyu Omotosho, érudit et imam, a déclaré que c’était l’œuvre de Dieu, et il a ajouté : « Ce qui est surprenant est que la famille de Kikelomo est chrétienne. Cela montre que devant Dieu nous sommes tous Un, mais que lorsque nous venons au monde, nous choisissons et empruntons tous des chemins différents. »

Des foules immenses se rassemblent devant la maison du bébé Abdul en clamant « Allahu Akbar » pour célébrer ce miracle. Le leader de la Société nationale nigérienne islamique Ansarul, qui à présenté l’enfant à une délégation officielle, a noté que c’était « un signe qui annonçait que de bonnes choses allaient se produire dans le pays. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agit un miracle manifesté par Maitreya.


Home Ovni à Woy Woy en Australie

Source : Dailytelegraph.com.au, huffingtonpost.com YouTube : orbtracker

Woy Woy, Australie – Un photographe amateur australien a pris en vidéo un grand objet lumineux et sphérique qui planait dans le ciel, changeant de forme et de couleur. Drew Ryan a vu l’objet au-dessus de la banlieue côtière australienne d’Empire Bay au nord de Sydney, le 2 juillet 2013.

« La boule a changé de couleur plusieurs fois jusqu’à devenir orange, puis elle s’est déplacée lentement pour s’arrêter au-dessus de la ville côtière de Woy Woy pendant un certain temps », a déclaré Ryan. C’était la cinquième fois qu’il voyait le même ovni ces deux derniers mois. Il ajoute : « Il ne fait aucun doute dans mon esprit qu’il y a des choses qui volent dans les cieux et qui sont inexplicables. Et les observations sont certainement de plus en plus fréquentes. J’aimerais qu’on entreprenne une véritable enquête sur ces phénomènes. En tant qu’ancien militaire, je n’ai jamais rien vu de pareil. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’objet était un vaisseau spatial martien.


Home Le pape François et la colombe

Source : telegraph.co.uk, UK ; ncronline

Le 15 mai 2013, alors que le pape François circulait à découvert dans sa papamobile pour se rendre à son allocution publique de la place St-Pierre, quelqu’un dans la foule lui présenta une cage contenant deux colombes blanches. Le pape ouvrit immédiatement la cage, se saisit d’une colombe et la relâcha afin qu’elle s’envole dans le ciel au-dessus de la place. Il eut plus de mal avec le second oiseau qui, à sa grande joie, ne voulait pas s’envoler et resta un moment sur ses doigts avant finalement de prendre son envol.

Dans la tradition catholique, la colombe blanche est la représentation du Saint-Esprit, de la paix et de la guidance divine. Et justement, le discours du pape était orienté, en prévision de la Pentecôte qui avait lieu le Dimanche suivant, sur le rôle du Saint-Esprit pour conduire les croyants vers la Vérité.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le comportement de la colombe était inspiré par Maitreya.


Home Motifs de lumière sur un bâtiment à Munich

Motifs de lumière sur un bâtiment à Munich (Allemagne), le 31 juillet 2013, créés par Maitreya en association avec les Frères de l’espace. Photo envoyée par A. B.




Home Ovni à San Fernando Valley, à l’ouest de Los Angeles

ufosightingsdaily.com ; YouTube : Nicole Rhoe – Melnick

Los Angeles, Etats-Unis – Le 4 septembre 2013, dans la région de San Fernando Valley, à l’ouest de Los Angeles, un ovni a été filmé : « Nous avons été témoins d’ovnis, trop nombreux pour les compter. C’est la première fois que nous avons réussi à en filmer un .... Remarquez la nature informe de l’engin et les couleurs éclatantes et changeantes. Nous les voyons presque tous les soirs, souvent il y en a plusieurs. S’il vous plaît, appréciez et accueillez ces visiteurs. Ils sont manifestement là pour nous sauver de nous-mêmes, mais nous avons aussi à nous aider nous-mêmes, les uns les autres. Merci sœurs et frères des étoiles. »

La deuxième observation par le même témoin a eu lieu le 7 septembre 2013, au même endroit. Le témoin a déclaré : « L’objet n’était qu’à environ 3 000 m d’altitude et a effectué de spectaculaires changements de forme, de taille et de couleur. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les ovnis étaient des vaisseaux spatiaux martiens.


Home Ovnis au large de la côte californienne

Source : huffingtonpost.com ; YouTube : looknowtv

Californie, Etats-Unis – Une vidéo sur YouTube, publiée le 18 septembre 2013, montre plusieurs lumières brillantes et pulsantes au-dessus des fumées d’un navire au large de la côte californienne. On voit d’abord trois lumières, suivies par une quatrième qui disparaît rapidement. Les ovnis restants se sont déplacés vers le haut rapidement avant de disparaître.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les ovnis étaient des vaisseaux spatiaux martiens.


Home Bénédiction de lumière du Maître Jésus à Boston

Envoyée par P. de Boston (G.-B.), cette photo de son petit-fils montre une bénédiction de lumière du Maître Jésus.




Home Bénédiction de lumière du Maître Jésus à Valence

Envoyée par F. C. P., de Valence (Espagne), cette photo de sa fille et de sa mère, prise en septembre 2013, montre une bénédiction de lumière du Maître Jésus.





Tendances

Home Prix Nobel alternatifs 2013 : les lauréats « sécurisent les besoins fondamentaux »

Source : RightLivelihood.org

Cette année, les Right Livelihood Awards (Prix Nobel alternatifs) ont été décernés à quatre personnes : Paul Walker (Etats-Unis) pour son engagement visant à débarrasser le monde des armes chimiques ; Raji Sourani (basé à Gaza), premier Palestinien à recevoir cette récompense pour son dévouement indéfectible à l’état de droit et aux droits de l’homme dans des circonstances exceptionnellement difficiles ; Denis Mukwege (République démocratique du Congo) pour son courageux travail de guérison des femmes victimes de violences sexuelles en temps de guerre et pour en faire connaître les causes profondes ; et l’agronome suisse Hans Herren pour son expertise et son travail précurseur pour la promotion d’un approvisionnement alimentaire mondial sûr et durable.

Ole von Uexkull, directeur de la Fondation pour les Right Livelihood Awards, a déclaré : « Le groupe de lauréats de cette année sécurise les besoins humains fondamentaux. Ils montrent que nous avons les connaissances et les outils nécessaires pour éliminer les armes de destruction massive, garantir le respect des droits de l’homme, mettre fin à la guerre contre les femmes dans l’Est du Congo, et nourrir la planète avec l’agriculture biologique. Le monde ne devrait pas avoir à vivre avec des problèmes que nous savons pouvoir résoudre. Ces quatre hommes, dont nous honorons aujourd’hui la vision, le courage et l’engagement, nous montrent quelles sont les solutions à mettre en œuvre. »

Fondé en 1980, les Right Livelihood Awards, également connus comme les « Prix Nobel alternatifs », sont décernés tous les ans. Ils ont été instaurés « pour honorer et soutenir ceux qui offrent des réponses pratiques et exemplaires aux défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ». Jakob von Uexkull, philatéliste suédo-allemand, a vendu son entreprise pour fournir le financement initial. Les prix ont été financés depuis lors par des donateurs privés, et ont récompensé 153 lauréats de 64 pays.




Home Fabrication de globules rouges de synthèse

Source : Nikkei Weekly, Japon

Nécessité est mère de l’invention. Au Japon, trouver ou créer un approvisionnement stable en sang est un défi majeur. Un certain nombre de facteurs importants contribuent à cette situation. Seuls 6 % de la population du Japon sont des donneurs, les produits sanguins ne peuvent pas être stockés pendant de longues périodes, et la démographie du pays – avec une population croissante de personnes âgées – conduit à un besoin croissant d’approvisionnement en sang frais.

Des études récentes en recherche et développement se sont concentrées sur l’utilisation potentielle de cellules souches pluripotentes induites (iPS) pour la production de globules rouges. Ces recherches permettent d’envisager la production de sang « sans donneurs » qui, contrairement aux transfusions sanguines actuelles où la maladie peut être transmise aux receveurs, présente l’avantage que le sang généré à partir de cellules iPS supprimerait ce risque. Une autre caractéristique très importante des cellules sanguines fabriquées à partir de cellules iPS, est qu’elles ne sont pas sensibles au cancer.

Yukio Nakamura et son équipe de la division d’ingénierie cellulaire du centre de BioResource de Riken ont développé une technologie pour produire de grandes quantités de globules rouges à partir de cellules iPS humaines.




Home Avancées en impression 3D

Source : Nikkei Weekly, Japon

Qui, il y a encore quelques années, aurait pensé que les procédures médicales seraient radicalement modifiées par l’utilisation de l’impression 3D ?

En septembre 2013, une exposition a eu lieu à l’ambassade de Belgique à Tokyo, mettant en vedette une société belge spécialisée dans la fabrication d’instruments chirurgicaux et de prothèses par cette méthode. L’imprimante 3D est rapide et précise, et peut produire une large gamme de produits.

A titre d’exemple, ils ont montré de nouveaux os minuscules fabriqués pour des patients qui nécessitent une chirurgie reconstructive après une fracture du crâne. Des images 2D du crâne sont d’abord obtenues par tomodensitométrie, celles-ci sont ensuite converties en données 3D pour créer un ajustement parfait. Les données 3D sont alors introduites dans l’imprimante 3D qui produit une prothèse en os artificiel, qui s’intègre parfaitement dans le crâne endommagé. Cette technologie peut être utilisée lorsque la réactivité est cruciale.




Home La foi déplace... la majorité

Source : Sciencedaily.com

La science étudie les phénomènes les plus étranges. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que « le point de basculement dans la diffusion des idées » a été soigneusement étudié et que nous savons maintenant l’identifier.

Il suffit de 10 %. Les chercheurs de l’Institut polytechnique Rensselaer (Troy, New York) ont découvert que lorsque seulement 10 % de la population avait une foi inébranlable, leurs croyances finissaient toujours par être adoptées par la majorité de la société. La foi d’une minorité peut déplacer la montagne de la majorité.

Diverses méthodes mathématiques et analytiques ont été utilisées pour découvrir ce point de basculement où une croyance minoritaire devient l’opinion de la majorité. « Lorsque le nombre de gens engagés en faveur d’une opinion est inférieur à 10 %, il n’y a aucun progrès visible dans la propagation des idées, déclare Boleslaw Szymanski, directeur de l’étude. Dès que ce nombre atteint 10 %, l’idée se répand comme une traînée de poudre. »

Le développement rapide des manifestations populaires en Tunisie et en Egypte semblent présenter un processus similaire, selon B. Szymanski : « Dans ces pays, les dictateurs au pouvoir ont été subitement renversés en quelques semaines. »

Un aspect important des découvertes est que le pourcentage de gens engagés en faveur d’une opinion, nécessaire pour changer les croyances de la majorité ne change pas de manière significative selon le type de réseau dans lequel évoluent ces porteurs d’opinion. En d’autres termes, le pourcentage de personnes engagées nécessaire pour influencer une société se maintient à environ 10 %, peu importe comment et où l’opinion apparaît et se propage dans la société.

Pour arriver à leur conclusion, les chercheurs ont développé des modèles informatiques de différents types de réseaux sociaux. L’un des réseaux connectait chaque membre à tous les autres membres du réseau. Dans le deuxième modèle, certains membres étaient reliés à un grand nombre de membres, faisant d’eux des « relais d’opinion », ou des leaders d’opinion. Le modèle final octroyait à chaque membre à peu près le même nombre de connexions. L’état initial de chaque modèle était celui d’un nuage de personnes ayant un point de vue traditionnel. Chacune de ces personnes avait une opinion, mais également l’esprit ouvert à d’autres points de vue.

Une fois les réseaux établis, les chercheurs y ont « introduit » des croyants convaincus. Ces gens étaient complètement ancrés dans leurs points de vue. Lorsque les croyants convaincus ont commencé à échanger avec les tenants du système de croyances traditionnelles, la tendance évolua progressivement, puis commença à changer très brusquement.

« Pour ce faire, les individus dans chaque modèle « parlaient » aux autres de leurs opinions. Si l’auditeur avait les mêmes opinions que l’orateur, cela renforçait la conviction de l’auditeur. Si leurs opinions étaient différentes, l’auditeur la prenait en compte et se déplaçait pour parler à une autre personne. Si cette personne avait déjà cette nouvelle croyance, l’auditeur adoptait alors cette croyance, explique Sameet Sreenivasan, chercheur et auteur de l’article correspondant. Dès que les agents du changement commencent à convaincre de plus en plus, la situation se met à changer. Les gens commencent à s’interroger sur leurs propres points de vue dans un premier temps et adoptent ensuite complètement la nouvelle vision qui s’étend encore plus. » Ce type de recherche est essentiel pour la compréhension de la manière dont se diffusent les opinions.





Les priorités de Maitreya

Home Quatre Américains sur cinq sont confrontés à la quasi-pauvreté et au chômage

Source : Associated Press

Selon un article de l’Associated Press, qui cite pour ces constations des données d’enquêtes récentes : « Quatre adultes américains sur cinq sont aux prises avec le chômage, la quasi-pauvreté ou auront dépendu d’une aide sociale pendant au moins une partie de leur vie, signe d’une détérioration de la sécurité économique [...]. Les raisons de cette tendance sont une économie américaine de plus en plus mondialisée, le fossé grandissant entre les riches et les pauvres, et la perte d’emplois industriels bien rémunérés. »

Un nouvel outil de mesure économique qui sera publié l’an prochain par l’Oxford University Press définit ainsi les éléments de l’insécurité économique pour un Américain : des périodes de chômage sur une année ou davantage, le recours à l’aide publique comme les coupons alimentaires, ou des revenus en dessous de 150 % du seuil de pauvreté. Selon cette définition, 79 % des adultes aux Etats-Unis seront confrontés au risque d’insécurité économique avant d’atteindre soixante ans.

Au niveau national, le nombre d’Américains vivant dans la pauvreté se maintient à un niveau record : 46,2 millions soit 15 % de la population. Selon les résultats des recensements, même si les minorités raciales et ethniques sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté, les disparités raciales en matière de pauvreté ont considérablement diminué depuis les années 1970.

« La pauvreté n’est plus une question d’« eux », c’est une question de « nous », explique Mark Rank, professeur à l’Université Washington de St-Louis, qui a élaboré les données chiffrées citées dans l’enquête. Ce n’est que lorsque la pauvreté sera considérée comme une situation répandue, et non comme un état marginal affectant seulement les Noirs et les Hispaniques, que nous commencerons à soutenir véritablement les programmes destinés à aider les gens dans le besoin. »




Home Des céréales bon marché pour les pauvres de l’Inde

Source : The Guardian, Royaume-Uni

La chambre basse de l’Assemblée nationale indienne a adopté un plan controversé de 15 milliards d’euros pour fournir des céréales bon marché aux pauvres. Cette décision est un élément clé de la stratégie du parti du Congrès pour se faire réélire au printemps prochain. Cependant, pour prendre effet, la mesure doit encore être approuvée par la Chambre haute. Le projet prévoit que le gouvernement vende du blé et du riz subventionnés à plus des deux tiers des 1,2 milliard d’Indiens. L’Inde est l’un des plus grands producteurs de denrées alimentaires au monde. Elle a connu des années de croissance économique rapide, mais un quart de ceux qui ont faim dans le monde sont indiens.

Le parti Bharatiya Janata, principal parti d’opposition de l’Inde, a critiqué ce dispositif qui va amplifier le programme alimentaire bon marché existant pour toucher plus de 200 millions de personnes : il l’estime insuffisant pour répondre vraiment à la malnutrition très répandue chez les pauvres de l’Inde. La banque centrale du pays a averti qu’une augmentation des dépenses pourrait accentuer le déficit public et stimuler l’inflation.

Le premier ministre, Manmohan Singh, a qualifié la malnutrition infantile en Inde de « honte nationale », alors que près de 50 % des enfants souffrent d’insuffisance pondérale. Les critiques disent que le système actuel est source de gaspillage et d’inefficacité ; ils soulignent le fait que les finances publiques sont en situation de tension énorme, alors que les investisseurs internationaux et locaux perdent confiance dans le potentiel de croissance de l’Inde dans l’avenir immédiat.




Home La pauvreté inhibe la pensée logique

 

Les pauvres ont toujours su cela. Et ceux qui perdent soudainement leur emploi ou leur richesse savent que les résultats des recherches de l’Université de Princeton sont exacts. La pauvreté et toutes ses préoccupations connexes requièrent tant d’énergie mentale que les pauvres ont moins de matière grise à consacrer à d’autres domaines de la vie. Les gens anxieux du fait de ressources limitées sont plus susceptibles de faire des erreurs et de prendre de mauvaises décisions qui pourraient être amplifiées par, et s’ajouter à, leurs difficultés financières.

 

Publiée dans la revue Science, l’étude analyse les causes de la pauvreté persistante. Les fonctions cognitives d’une personne sont diminuées par l’effort constant et dévorant de faire face aux effets immédiats du manque d’argent, tel que quémander pour payer les factures et réduire les coûts. En conséquence, une personne se retrouve avec moins de « ressources mentales » pour se concentrer sur des questions complexes, telles que l’éducation, la formation professionnelle et même la gestion de leur temps.

Les expériences ont montré que les préoccupations financières ont une incidence sur la capacité des individus à réussir des tests communs de cognition et de logique. En moyenne, une personne préoccupée par les problèmes d’argent affiche une baisse des fonctions cognitives de l’ordre de 13 points de QI, soit l’équivalent de la perte d’une nuit entière de sommeil.

« Ces pressions créent dans l’esprit une préoccupation dite saillante et drainent les ressources mentales vers le problème lui-même. Ce qui signifie que l’on n’est pas en mesure de se concentrer sur d’autres choses de la vie qui requièrent notre attention, explique Jiaying Zhao, professeur adjoint de psychologie à l’Université de Columbia et co-auteur de l’étude. Les points de vue précédents sur la pauvreté dénonçaient la pauvreté due aux carences personnelles, ou à un environnement peu propice à la réussite. Nous soutenons que le manque de ressources financières lui-même, peut conduire à l’altération des fonctions cognitives. La condition même de ne pas avoir assez, peut effectivement être une cause de pauvreté.

« Quand vous êtes pauvre, vous ne pouvez pas dire : « J’en ai assez d’être pauvre » ou « Je ne servirai pas de dîner à mes enfants ou je ne payerai pas le loyer ce mois-ci. » La pauvreté impose une charge beaucoup plus forte qui n’est pas optionnelle et qui dans de très nombreux cas, est de longue durée, déclare Eldar Shafir, co-auteur de l’article et du livre, Scarcity : Why Having Too Little Means So Much (La pénurie : Pourquoi avoir trop peu signifie tant), publié en septembre 2013. Ce n’est pas un choix que vous faites – vous êtes juste réduit à quelques options ; ce n’est pas quelque chose que vous comparez avec beaucoup d’autres catégories de manque. ».


 

 

 

Le document, Poverty impedes cognitive function (La pauvreté réduit les fonctions cognitives), a été publié par Science, le 30 août 2013. (www.princeton.edu)

 





Citation

Home Extrait du message n° 111

par Maitreya

« Rien n’entrave maintenant le cours de mon émergence. Elle se poursuit à un bon rythme, et révèle aux hommes mon visage. Lorsque vous-mêmes me verrez, vous verrez un ami, un frère, qui vous a aimés à travers les âges, qui vous a déjà montré le chemin, et qui vient, maintenant, pour vous conduire vers votre demeure. Mes amis, ne craignez pas d’agir en mon nom. Ayez confiance en ma présence et faites part de cette nouvelle à vos frères. Faites connaître le besoin de justice et la nécessité de manifester la Loi de Dieu, et assistez au commencement d’une ère nouvelle et resplendissante. »





La voix des peuples

Home Manifestations monstres à travers le Bangladesh

Source : commondreams.org, Agence France-Presse

Au Bangladesh, au cours du mois de septembre, des dizaines de milliers d’ouvriers du textile sont descendus dans les rues pendant plusieurs jours pour exiger un salaire plus élevé. Suite à ce qui fut la plus grande manifestation jamais connue dans ce secteur, des dizaines d’usines ont été fermées. Les travailleurs et leurs sympathisants ont bloqué la circulation sur les autoroutes principales et se sont affrontés avec la police qui a tiré sur la foule des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

L’industrie du vêtement au Bangladesh est la seconde au monde, elle représente 80 % des exportations annuelles du pays ; les quelques 4 millions de travailleurs, dont 80 % sont des femmes issues des zones rurales, ne gagnent que 38 dollars par mois, ce qui les classe parmi les ouvriers du textile les plus mal payés dans le monde.

Les syndicats ont demandé une augmentation pour aboutir à un salaire mensuel de 100 dollars ce qui permettrait de sortir les travailleurs de la pauvreté profonde. Les propriétaires des usines ont initialement rejeté la demande en faisant une contre-proposition pour une augmentation de 20 % ; par la suite, ils ont déclaré qu’ils donneraient leur accord à une augmentation de salaire déterminée par un comité nommé par le gouvernement. Les manifestants ont mis fin à leurs protestations suite à l’intervention du gouvernement.

Depuis l’effondrement d’une usine de confection au Bangladesh en avril 2013, où plus de 1 200 ouvriers ont été tués et plus de 2 500 blessés, les manifestations en faveur des travailleurs du secteur textile se sont multipliées dans tout le pays. Bien que la catastrophe ait attiré l’attention des médias à travers le monde, peu de choses ont été faites pour améliorer les conditions de travail dans une industrie qui fournit de nombreuses marques bien connues principalement aux Etats-Unis et en Europe.

« Nous voulons des emplois dignes, a déclaré Nazma Akter, président de la Fédération des travailleurs du vêtement, avec des conditions de travail sûres, des salaires décents et une place pour les syndicats. »




Home La loi française est maintenue pour la protection de l’environnement

Source : euronews.com ; nytimes.com

La Cour constitutionnelle française a maintenu la loi interdisant la fracturation. Elle a annoncé sa décision le 11 octobre 2013, à la grande joie des militants anti-fracturation. « Nous devons rester vigilants, explique un protestataire. Le peuple français ne doit pas accepter de céder devant l’obstination des compagnies pétrolières et gazières. »

La France avait interdit les forages en 2011. Les permis d’exploration détenus par des compagnies comme Total, la plus grande compagnie pétrolière du pays, et par Schuepbach Energy LLC qui a son siège à Dallas, on été annulés suite aux protestations des groupes écologistes.

La Cour constitutionnelle a maintenu l’interdiction de la fracturation hydraulique, décrétant que la loi contre les techniques d’exploration appelées « fracking » est un moyen légitime de protection de l’environnement. A Paris, la Cour a stipulé sur son site web que la loi de 2011 « est conforme à la constitution » et qu’elle n’est pas « disproportionnée ».

La compagnie américaine Schuepbach Energy avait contesté quatre points de l’interdiction de 2011, mais tous ont été rejetés selon la réglementation de la Cour. Malgré cette interdiction, Schuepbach Energy a poursuivi son programme d’exploration, si bien que deux de ses permis pour le sud de la France ont été suspendus.

« C’est une victoire légale, et aussi une victoire écologique et politique, a déclaré Philippe Martin, ministre français de l’Ecologie et de l’Energie. Grâce à cette décision, l’interdiction de la fracturation hydraulique est absolue. » Le président François Hollande a déclaré que la France n’autoriserait pas l’exploration du gaz de schiste, alors même que le pays cherche à réduire sa dépendance de l’énergie nucléaire et à maintenir un coût réduit pour les consommateurs.




Home Des milliers de Roumains manifestent contre un projet de mine d’or

Source : commondreams.org ; Agence France-Presse

Au cours de ce qui est devenu l’une des manifestations les plus longues en Roumanie post-communiste, des milliers de personnes à travers le pays ont protesté chaque semaine contre le projet d’ouvrir la plus grande mine d’or européenne dans les montagnes Apuseni qui est une des régions les plus pittoresques de Roumanie.

Depuis les années 1990, lorsque la société minière canadienne Gabriel Resources a reçu un permis d’exploiter une mine d’or à ciel ouvert près du village de Rosia Montana, les habitants de la région se sont opposés avec succès à ce projet. Parmi les points qui posent le plus de problèmes, on peut citer, le fait que la mine va faire disparaître le sommet de plusieurs montagnes, détruire des ruines qui datent de l’époque romaine, déplacer les habitants des villages voisins, et polluer les terres avec le cyanure utilisé dans le cadre du processus d’extraction.

En 2000, un déversement de cyanure dans la mine de Baie Mare a répandu des toxines sur les terres et dans l’eau, et contaminé l’eau en Roumanie, en Hongrie et en Serbie, déclanchant la pire catastrophe environnementale en Europe depuis Tchernobyl.

Après que le premier ministre roumain Victor Ponta eut présenté un projet de loi en août 2013 ouvrant la voie à la construction de la mine, les manifestations ont repris de plus belle en Roumanie et dans de nombreuses villes européennes. Suite à l’opposition croissante, V. Ponta a annoncé que le projet n’était plus viable, le Parlement devra se prononcer définitivement sur le projet de mine en novembre 2013.

Les opposants au projet de mine soulignent que les protestations auront un impact dans toutes les régions du monde où les habitants sont affectés par des pratiques minières destructives.

Lorna Howarth écrit dans Ecologist : « Ce sont les populations autochtones et les paysans qui, partout dans le monde, doivent subir les conséquences des saccages menés par les entreprises ; ce sont eux qui doivent payer le prix en termes de maladies débilitantes et d’appauvrissement suite aux mauvaises récoltes et à la décimation des troupeaux due à l’empoisonnement des terres. »





Courrier des lecteurs

Home Une histoire de « familier »

Cher Monsieur,

En vacances, avec ma fille, je vis un homme à un arrêt de bus. Il était jeune, peut-être la trentaine, et vêtu de façon décontractée. Il portait un short orange clair, une chemise jaune rayée, un chapeau bleu et des lunettes de soleil. Il avait plus l’allure d’un dandy d’Hollywood que d’un cow-boy texan. Il avait l’air d’un gars malchanceux. Poussé par la curiosité, je m’approchai et vis qu’il pleurait. Comme je lui proposai mon aide, il me répondit qu’il avait besoin d’un ami qui comprendrait une vision extraordinaire qu’il avait eue et l’aiderait à remplir sa mission. Il continua : « Je dois diffuser un message important si loin de la conscience ordinaire et des considérations de tous les jours que les gens ne m’écoutent pas. Ils me donnent des noms d’oiseaux, me prennent pour un imbécile, et m’ignorent. C’est dur pour moi, j’ai un sentiment d’échec. »

Il était ému mais je l’encourageai à continuer et il dit : « Nous vivons de nombreux signes dans cette période très exceptionnelle de notre histoire. Quand je parle des miracles sur Terre et de présages dans les Cieux, les gens me prennent pour un fou. C’est comme s’ils étaient sourds-muets et aveugles à l’Esprit. Une femme m’a même répondu qu’elle ne prendrait pas mon message au sérieux à moins que je n’accomplisse des miracles, comme marcher sur l’eau ou autres tours qu’un vrai yogi éviterait lui-même. Une autre personne m’a dit que si ce que je disais était vrai, alors je devrais avoir un temple, des livres à vendre, des gens qui font la queue pour écouter mes conseils et recevoir ma bénédiction. Ce qui les intéresse n’est qu’illusion. Ils n’ont pas d’oreilles pour entendre ni d’yeux pour voir !Ils n’accordent pas de considération pour la sagesse, ni respect pour l’accomplissement des oracles des ancêtres. »

Il se mit à sangloter et je ressentis sa peine. Je lui demandai de me donner un exemple de ces signes. Alors il me parla des prophéties des Indiens d’Amérique qui attendent la naissance d’animaux sacrés au moment précis de l’alignement de la lune et des étoiles et il me montra comment cela s’était déjà produit et ce que cela signifiait en relation avec les grandes décisions que nous devons prendre en tant qu’espèce dans l’évolution de l’âme. Il continua ainsi : « C’est une période très propice si nous savons bien l’utiliser, mais on doit informer les gens et leur présenter les nouvelles dispositions afin que le plein potentiel de la vie humaine puisse se réaliser. »

Ses paroles m’inspirèrent et à mesure qu’il expliquait ces présages toute sa tristesse disparut et son visage rayonnait. Il s’anima vraiment et, même, chanta quelques mélodies célèbres pour faciliter la transmission du message. Il fit aussi des plaisanteries dont certaines tout à fait fines et je riais de bon cœur. Comme il parlait des dangers et des difficultés dans les défis de notre époque, il laissa entrevoir des possibilités encourageantes, en fonction de nos choix appropriés et de l’attention que nous portons à l’existence. Je constatai que ce n’était pas un homme ordinaire mais peut-être un Maître ou un ange. Je le remerciai pour ses explications et lui donnai quelque monnaie que d’abord il refusa puis accepta après ma troisième offre. Je lui déclarai que je partagerais le message du mieux que je le pourrais avec ma famille et mes amis. Il me remercia. Comme son bus arrivait, il me donna une accolade et il partit. Je suis très heureux de cette rencontre et je me demande qui était cet homme.

O. M., Corpus Christi, Texas, Etats-Unis

Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était le Maître Jésus.


Home Conseils utiles

Cher Monsieur,

Le 29 août 2013, nous donnions une conférence dans un centre spirituel de notre ville. A 19 h 30, Nancy et moi étions dans l’escalier avec nos livres et dépliants gratuits, lorsqu’un homme d’environ 55 ans se présenta pour assister à la conférence. Il avait les cheveux courts, la peau mate et portait un complet veston. Nous montâmes ensemble et il transporta très aimablement nos deux cartons.

« Benjamin Creme est un merveilleux camarade, il nous enseigne à devenir des êtres humains et à vivre en paix », dit-il. Il prit le livre L’Art de vivre et ajouta : « C’est un livre remarquable. » Il fit plusieurs autres remarques sur les livres, ce qui montrait qu’il les connaissait bien. Nous prîmes conscience qu’il n’était pas un visiteur ordinaire et comme personne d’autre ne s’était présenté à la conférence, ce qui ne s’était jamais produit, le sujet de notre conversation fut le travail de groupe.

Il expliqua qu’il était surtout important d’être détaché. Lorsqu’on est détaché, on est ouvert à l’enseignement. « Je trouve si beau que chacun possède le divin en lui – le Royaume des cieux est en vous, dit la Bible.

« On ne devrait être le disciple de personne. Le leader s’érige en meneur, donc crée des disciples. On ne devrait être ni leader ni disciple.

« Regardez en vous et demandez-vous : « Qui suis-je ?»

« Il faut avoir de la patience, chacun est différent. On devrait se réjouir d’avoir des qualités à partager pour aider les autres.

« L’affrontement n’aide pas, on doit reconnaître ses torts et rester cordial, on ne doit pas chercher à être le meilleur. Si votre interlocuteur continue à penser : « Je suis le meilleur », acceptez cela et restez amical – ce n’est pas la réalité.

« Chacun travaille à son rythme et à sa façon, ce n’est pas une compétition, on ne devrait pas faire de comparaisons.

« Jésus était un leader, mais il est resté humble – la fonction d’un leader est de rapprocher les gens. Le conflit est un processus d’apprentissage pour nous tous. Sans le conflit, il ne peut y avoir d’harmonie. C’est le 4e rayon d’harmonie par le conflit. Dans un conflit vous devriez faire le premier pas et demander par exemple : « Quel problème avez-vous avec moi ?» Parfois dans un conflit vous devriez faire des concessions, apaiser les tensions, sacrifier votre propre point de vue pour le bien de tous. Si vous connaissez le sujet, vous devriez être courageux et vous exprimer. Avoir peur de dire la vérité n’est pas convenable : vous êtes entre amis. Si vous agissez avec amour, c’est un témoignage de votre reconnaissance envers le monde. »

Après une heure, une jeune femme entra et dit qu’elle venait pour la conférence. Elle avait environ 25 ans et était particulièrement rayonnante.

Il déclara : « Dans quel but vous êtes-vous préparées, elle est là maintenant, elle a été envoyée. »

Bien que j’eusse l’intuition qu’elle était quelqu’un de spécial, je décidai d’être prudente et commençai la conférence plutôt que de continuer notre conversation sur le travail de groupe qui ne concernait que le groupe.

Mais elle se mit à commenter mes paroles en ajoutant par exemple : « Les évènements mondiaux se déroulent si rapidement, c’est comme si le temps n’existait pas. Le temps tel que nous le vivons disparaîtra-t-il à l’avenir, comme nous entrons dans la quatrième dimension ?J’ai entendu dire que l’argent disparaîtra aussi. Je suis en faveur d’un revenu de base garanti on ne vit pas pour travailler. Par le passé, je suis allée en Afrique pour y apporter physiquement mon aide, mais maintenant je m’implique moins. Parfois je marche toute la journée dans les bois et alors je me sens en harmonie avec toute chose. Je remarque que j’atteins une plus haute dimension et de plus hautes vibrations. Je sais qu’alors j’aide parfois les gens juste par ma présence, sans en dire beaucoup. Par le passé je faisais tellement d’efforts, pour peu de résultats. » Après une demi-heure, elle dit au revoir et partit, ce qui nous permit de poursuivre notre sujet.

En réponse à notre question : « Quel est le plus gros problème du groupe ? Faisant allusion au livre L’Art de vivre, l’homme répondit : Les gens ne savent pas comment vivre. »

Nous lui demandâmes la signification de l’apparence du Maître Jésus et sa bicyclette chargée de pain, de pierres et de ciment (publiée dans notre revue de septembre 2013, sous le titre : Un jeune homme bien informé).

« Vous avez établi de solides fondations qui devraient être davantage mises en valeur de sorte que vous puissiez apporter une nourriture spirituelle au monde (le pain). » On frappa à la porte et on nous demanda de partir, car il était déjà 22 h 30.

Nous sommes très reconnaissantes pour ces sages leçons. Pourriez-vous, s’il vous plaît, nous dire qui était notre amical visiteur ? Qui était la jeune femme ?

N. de G. et M op ten N. Pays-Bas

Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était un porte-parole du Maître Jésus et la jeune femme une élève du porte-parole.


Home Jamais trop tard

Cher Monsieur,

Le 26 juin 2013, ma nièce victime d’une insuffisance cardio-pulmonaire fit une chute dans sa baignoire. Sa famille lui fit un massage cardiaque et l’emmena aux urgences. On diagnostiqua un « problème thyroïdien » et une forte fièvre. Elle fut mise sous basse température et après trois jours la fièvre baissa. Cependant elle resta inconsciente pendant longtemps. Je priai Maitreya avec la carte de la « main » de la guérir rapidement. Le 11e jour, on nous dit qu’elle ne sortirait jamais du coma. Le lendemain, son frère vint la voir à l’hôpital pour parler avec elle, mais elle était toujours inconsciente. Il perçut une faible réaction à sa présence. Après de lourds traitements, elle fut en mesure de sortir du service de soins intensifs, et elle put parler. Le médecin déclara qu’il n’avait jamais vu un tel cas de guérison miraculeuse dans une situation si critique.

Sa guérison miraculeuse a-t-elle été facilitée par Maitreya ?

K. S., Tokyo, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’aide est venue du Maître Jésus.


Home Une discussion réconfortante

Cher Monsieur,

Il y a environ trois ans, le médecin de mon fils me dit que l’on ne pouvait plus continuer son traitement et que je devais me préparer à son départ. Je devins incapable de me contrôler et je pleurais tout le temps lorsque j’étais à la maison.

Fin septembre, en allant rendre visite à mon fils, je m’endormis dans le train, et m’éveillai quand quelqu’un vint à côté de moi. C’était une élégante septuagénaire. Elle me dit avec un sourire : « Oh, désolée, je ne voulais pas vous réveiller. » Elle se mit à dire qu’elle avait été hospitalisée pour une opération, il y a environ un an – à peu près à la même période que mon fils. En souriant elle continua à parler en me tapant sur l’épaule de temps à autre. Je n’en ressentis aucun inconfort, et je lui parlai de mon fils. « Mon fils est hospitalisé depuis plus d’un an en raison de problèmes cardiaques. Elle répondit : « Mais vous avez l’air très joyeux. Je fais de mon mieux pour garder l’espoir mais de temps à autre je me sens désespéré. Oui je parie que quelques fois vous pleurez seul dans votre baignoire. » Je fus surpris d’entendre cela car c’était exactement ce que je faisais seul chez moi. Puis le train arriva au terminus et elle se leva. Elle avait une si belle attitude, avec une taille de 1 m 75 et paraissait très jeune, contrairement aux rides de son visage. Après lui avoir dit au revoir, je me retournais et elle répondit par un sourire. Si elle n’avait pas parlé des pleurs dans ma baignoire, j’aurais pensé qu’elle était une personne ordinaire. Après cela, j’étais préparé à apprécier le temps qu’il me restait à passer avec mon fils. Le fait qu’elle dise que je paraissais gai opéra en moi un changement, et ses mots résonnent en mon cœur et me réconfortent.

Cette personne était-elle quelqu’un de spécial ?

K. E., Tokyo, Japon

Le Maître de B. Creme a indiqué que la dame était le Maître Jésus.


Home Un don précieux

Le 2 février 2009, mon fils fut hospitalisé en raison d’une maladie de cœur. Il était sous assistance cardiaque. Je ne cessais de prier, mettant la « main » de Maitreya dans la main de mon fils qui était inconscient. Ayant survécu, à de nombreuses reprises, à des situations critiques, il vécut grâce à une machine pendant un mois et demi. Son médecin dit que c’était le record du monde de survie avec une machine. Mais il ne guérit pas. Il fut transféré vers un autre hôpital à Tokyo pour être opéré. La machine qui le faisait vivre était si grande qu’on ne put le transporter ni en ambulance ni en hélicoptère. Alors, les pouvoirs publics mobilisèrent des milliers de personnes qui permirent son transfert à Tokyo. Il devait avoir une transplantation cardiaque, environs dix opérations furent effectuées sur lui. Bien qu’il y eût des hauts et des bas, l’atmosphère l’entourant s’éclaircissait chaque fois qu’il surmontait une crise. Il m’exposa ses problèmes récurrents après que le médecin nous eut dit que sa vie ne pourrait plus être assurée.

Maintenant je réalise qu’il nous a laissé beaucoup de dons tels que la valeur de la famille et une vie quotidienne sereine, le fait que nous ayons été aidés par d’innombrables personnes tout au long de notre vie, et nous avons aussi réalisé que les mots murmurés dans les prières et les pensées profondes ont tellement de force.

Un médecin m’a affirmé que l’envie de vivre de mon fils avait dû être grande mais que la grâce de Dieu qui se reflétait dans ces évènements a dû être plus puissante encore. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agissait d’une grande œuvre du pouvoir divin et que l’on m’a accordé un temps supplémentaire pour apprécier la présence avec mon fils avant son départ.

K. E., Tokyo, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il avait été aidé par le Maître Jésus.



Compte rendu de lecture

Home Un livre de benjamin Creme : L’Art de la Coopération

La beauté est dans la coopération consciente

par Ezzard McNair

Quand on fait un bilan rapide de l’état de notre monde, le nombre et la gravité des problèmes – pauvreté, guerre, faim, catastrophe environnementale – semblent insurmontables. Nous sommes si enracinés dans notre conditionnement d’autodestruction qu’une vision optimiste de l’avenir est inimaginable. La perspective d’un monde meilleur a autant de consistance que la brume du matin sous les premiers rayons du soleil.

Dans son dixième livre, L’Art de la Coopération1, l’auteur britannique Benjamin Creme s’élève contre cette vision pessimiste. Pour ceux qui considèrent l’avenir avec consternation, L’Art de la Coopération est un livre d’espoir qui nous présente les défis qui sont les nôtres et les mesures que nous devons prendre face à cette situation. D’après B. Creme, les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont la conséquence d’un système qui est en train de mourir. Les structures politiques et économiques du passé s’effondrent – mais, dans un avenir pas si lointain, une autre civilisation nous attend. Comment nous rendre de l’ancienne à la nouvelle ? Par le sentier de la coopération, dit Benjamin Creme.

Le livre commence par l’analyse pénétrante de nos problèmes, telle qu’elle nous est proposée par le Maître de Benjamin Creme dans deux articles sur la coopération. Dans le premier article, dont le livre a emprunté le titre, le Maître présente la coopération comme la clé de notre salut. On pourrait penser que le seul apprentissage de la coopération est bien peu de chose, mais, à en croire le Maître, il constitue pourtant la solution à nos problèmes et c’est lui qui nous conduira à un monde meilleur : « ... par la coopération, et par elle seule, les hommes apprendront le véritable art de vivre [...] Par la coopération, la nouvelle civilisation se construira, la nouvelle science se révélera, la nouvelle compréhension se manifestera. Ainsi les hommes grandiront-ils ensemble dans la découverte de leur divinité. Ainsi connaîtront-ils la joie et le bonheur de vivre ensemble en unité » (p. 18).

La réponse est simple, mais nous avons du mal à en saisir le sens. Il y a une barrière qui nous empêche de comprendre l’importance de la coopération. Cette barrière est une attitude matérialiste profondément ancrée, qui se reflète dans notre comportement compétitif dans presque tous les domaines de la vie – dans la famille, dans les groupes et entre les nations au niveau international. Elle se construit dans notre petite enfance lorsque nous apprenons à lutter pour obtenir l’affection de nos parents, et elle se renforce quand nous grandissons du fait de l’impact sur notre personne des structures sociétales et économiques. Benjamin Creme ajoute : « [...] la compétition [est] répandue de nos jours. C’est la nature même de nos systèmes politiques et économiques qui est en cause » (p. 22).

Mais la compétition n’est pas seule. Elle est fondée sur la peur, qui sous-tend tous les aspects de notre approche de la vie. Nous pensons que nous n’en avons pas assez pour vivre, que le créateur n’a pas pris en compte tous nos besoins. En conséquence, nous saisissons tout ce que nous pouvons et prenons beaucoup plus que ce dont nous avons besoin, individuellement comme collectivement. C’est une situation où tout le monde est perdant, parce que notre quête du « toujours plus » conjuguée avec la surpopulation et la diminution des ressources nous a conduits à une impasse.

Selon B. Creme, il nous faut aborder la vie de façon différente si nous voulons nous libérer de la peur et de la compétition pour aller vers la coopération. Il nous faut adopter le partage. Maitreya nous dit : « Faites-moi confiance, faites confiance à la vie, faites-vous confiance, faites confiance à votre divinité intérieure, et partagez les ressources de la Terre » (p. 41). Lorsque l’humanité acceptera le partage comme mode de vie et instituera la justice, la compétition prendra fin et notre confiance en la vie s’en trouvera renouvelée.

Maitreya et les Maîtres nous montreront ce que la vraie coopération signifie. Comme dit le Maître de B. Creme : « Les Maîtres, ne sont pas des novices en matière de coopération. Dans tout ce qu’ils font, la coopération occupe une place centrale. Il ne pourrait en être autrement dans la Fraternité manifestée, où le chancre de la compétition est inconnu. Nous formons sincèrement le vœu que les hommes apprennent l’art de la coopération, et à cette fin nous ferons office de mentors, enseignant par l’exemple » (pp. 18-19).

Nous ne sommes pas pour autant obligés d’attendre Maitreya. Nous pouvons commencer de coopérer. Ce sera sans doute difficile, particulièrement pour les adultes qui sont profondément engoncés dans leurs habitudes, mais, selon B. Creme, c’est plus facile pour les enfants, qui sont malléables, et auxquels les parents peuvent enseigner la coopération. Nous n’avons pas vraiment le choix. Ou nous apprenons à coopérer, ou il faut nous préparer à un avenir difficile.

L’unité

Des mots comme unité et amour, qui font aujourd’hui partie intégrante du vernaculaire du nouvel âge, sont souvent utilisés par des personnes qui n’en appréhendent pas le sens profond. Mais le lecteur qui veut saisir l’unité dans le sens où Benjamin Creme l’utilise doit comprendre que ce mot est une idée sacrée. Bien plus qu’une idée, l’unité est une réalité. C’est une grâce que d’en faire l’expérience et de connaître cette qualité qui a son origine dans le Mental de Dieu. L’unité est d’une grande beauté quand elle s’épanouit, écrit B. Creme. Nous sommes un. Le fait que tous les atomes soient interconnectés en est la démonstration. Et nous sommes tous constitués de la matière de ces mêmes atomes. C’est pourquoi rien n’est jamais séparé de rien dans le cosmos. « Il n’existe rien d’autre que la structure atomique de tout le cosmos. C’est de lui que nous venons, écrit B. Creme. Il est, comme le dit le Maître « la source de tout notre être » (p. 257). Quand nous regardons autour de nous, nous voyons des myriades de formes. Mais, en raison d’un conditionnement erroné, nous pensons qu’il n’existe que la diversité, qui se caractérise par la séparation. Il s’agit d’une illusion. Notre nature même, notre réalité, est exactement le contraire de la séparation. Elle est unité.

Nous sommes des âmes, explique B. Creme. L’âme connaît l’unité de la vie. Et le reflet de l’âme, la personnalité, qui sait à un niveau plus profond que cela est vrai, cherche à exprimer cette unité. Que nous en soyons conscients ou non, nous recherchons l’unité lorsque nous nous identifions avec quelque chose de plus important que nous – notre famille, un parti, ou une famille de nations. Il est facile de constater ce que le manque d’unité entre nations a généré. Chaque nation ne voit que son intérêt national, sans se préoccuper de l’effet de son action sur le monde. Heureusement, Maitreya et les Maîtres de sagesse sont venus sur la Terre pour nous aider : les choses peuvent donc commencer à changer. La préoccupation du plus grand bien commence à devenir un critère important dans nos actions. La synthèse et l’unité peuvent devenir l’objectif premier. Comme B. Creme le fait remarquer, le choix de l’unité dépend de nous. Les Maîtres ne portent jamais atteinte à notre libre arbitre. Mais une fois que l’unité sera choisie et que nous travaillerons pour la mettre en œuvre, nous devrons continuer de la nourrir sous peine de la voir dépérir rapidement. Comme dit le Maître, nous devons prendre soin de l’unité « comme un sage jardinier [qui] cultive son jardin, veillant attentivement sur chaque bourgeon et chaque nouvelle pousse » (p. 235).

Le travail de groupe

Le travail de groupe est un thème important dans de nombreux ouvrages de B. Creme ; il en est de même dans L’Art de la Coopération. La coopération et l’unité sont d’une importance vitale si l’on veut que l’effort de groupe soit couronné de succès. De même que la compétition porte atteinte aux relations internationales, de même elle nuit au travail de groupe, dont elle peut gravement compromettre l’efficacité. Quand, dans un groupe, des individus entrent en compétition pour des questions de prestige et de reconnaissance, lorsqu’ils rivalisent pour imposer leurs idées, le vrai visage de la compétition apparaît. L’existence de la compétition dans un groupe signifie que c’est la personnalité à l’œuvre et non l’âme. Et quand la personnalité est à l’œuvre, le conflit est inévitable.

A la question de savoir quelle mesure de conflit un groupe peut tolérer sans que son unité n’en soit menacée, B. Creme répond : « Aucun conflit. Toute manifestation de conflit menace l’unité du groupe » (p. 267). Les membres d’un groupe doivent apprendre à s’élever au-dessus du conflit, au-dessus des réactions des personnalités, répondre à partir du plan de l’âme et donner ainsi à la coopération et à l’unité l’occasion de grandir.

Le mirage

Selon B. Creme, le mirage est une forme de brouillard. Il constitue le plus grand obstacle à la coopération et à l’unité. Le Maître Djwhal Khul a lui aussi décrit le mirage comme un brouillard qui se caractérise par l’accumulation de tous les aveuglements, ainsi que de toutes les conceptions fausses et toutes les interprétations erronées que l’on peut connaître dans la vie. Tant que nous ne sommes pas parvenus à un certain niveau de conscience, nous ne nous apercevons même pas que le mirage est un problème. Et tant que nous ne le voyons pas à l’œuvre dans notre vie et ne nous efforçons pas de nous en débarrasser, le mirage continue de nous faire agir contre notre véritable intérêt. Nous passons d’une vie à l’autre, incapables de distinguer le vrai du faux. C’est pourquoi nous souffrons.

B. Creme donne des exemples de la façon dont le mirage peut aller jusqu’à affecter le travail de groupe. Il parle également de l’Amérique, de ses mirages et de leurs effets sur les plans intérieur et extérieur dans les relations avec les autres nations. Ces exemples sont une preuve très perturbante du caractère envahissant du mirage.

Le but est de nous libérer du mirage. Pour ce faire, nous devons devenir polarisés mentalement. Une fois cette polarisation réalisée, la lumière de l’âme peut agir par l’entremise du corps mental pour dissoudre le mirage. Mais nous devons faire un effort pour avoir accès à la lumière de l’âme. Nous y parvenons grâce au service et à la méditation, spécialement la méditation de transmission, nous apprend B. Creme. La polarisation mentale est le résultat d’un processus d’élévation du niveau de conscience. Au début, nous nous retrouvons dans une sorte d’impasse : tant que nous sommes plongés dans le mirage, nous n’en sommes pas conscients, mais devons en prendre conscience pour pouvoir en sortir. Il nous faut donc nous entraîner à devenir conscients – des pensées, des réactions émotionnelles et des conditionnements qui constituent le mirage – mais sans jamais juger ni le mirage, ni notre propre personne. B. Creme conclut : « Quand vous en devenez conscients, le mirage disparaît » (p. 133). Et quand le mirage disparaît, coopération et unité émergent tout naturellement.

Notre force

Unité et coopération sont des synonymes qui reflètent la volonté divine. Quand nous coopérons, nous créons l’unité. Quand l’unité est réalisée, la coopération en est le résultat naturel. Toutes les deux mènent au même résultat : une vie sans division, une vie où le partage et la justice sont devenus réalité. Car quand nous vivons dans l’unité, quand nous coopérons, les besoins du soi séparé perdent de leur importance, et les besoins du groupe, les besoins supérieurs prévalent.

La coopération et l’unité sont notre force. Elles sont la voie de l’avenir. Les mettre en œuvre, c’est ouvrir grand l’espoir. Les perdre, c’est nous mettre gravement en danger. Le philosophe britannique Bertrand Russel a dit : « La seule chose qui rachètera l’humanité est la coopération. » Ce livre de B. Creme, nous montre qu’elle est la seule voie de l’avenir.


1. Benjamin Creme, L’Art de la Coopération. Partage Publication, 2e édition, 2006.





Compilation

Home Les lois de la vie

Nous publions ci-dessous une compilation de citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Les hommes apprendront à comprendre les lois subtiles qui gouvernent leur existence : la loi fondamentale de la vie, la loi du Karma ou loi de cause et d’effet, qui commande la destinée de tous ; la loi connexe de Renaissance, qui rend possible le voyage de l’âme dans la matière ; la loi d’Innocuité, qui gouverne l’établissement de relations justes, et la grande loi de Sacrifice, moteur de toute évolution.
Par leur compréhension de ces lois, les hommes en viendront à ressembler à leurs Mentors, leurs Frères aînés, et à manifester la divinité partagée par tous. Ils prêteront l’oreille à l’enseignement des Sages et, pas à pas, prendront possession de leur héritage. Les hommes sont nés pour devenir des dieux, et rien ne peut changer cette destinée ; seul le rythme de son accomplissement repose entre les mains des hommes. [Les lois de la vie (Maître –)]

Mes frères, les Maîtres de Sagesse, vous conduiront vers la lumière de cette Sagesse qui est la leur.
Ils dérouleront pour vous le panorama du passé de l’homme, vous enseigneront les anciennes lois et guideront vos pas vers le futur. Considérez-les comme des Frères aînés et, en toute confiance, permettez-leur de vous montrer la voie illuminée. [Message n° 49 (Maitreya)]

Nous devons apprendre l’art de vivre. C’est une forme d’art, et elle ne peut être apprise qu’à mesure que nous progressons. Ce n’est pas une chose que l’on peut enseigner, mais vous pouvez en enseigner les rudiments, les lois. Enseignez les lois et les règles qui en découlent – la loi de cause et d’effet, la loi de renaissance, la loi d’innocuité et la loi du sacrifice – et vous aurez enseigné les données fondamentales de la vie. La vie procède de ces lois. Plus vite nous les intégrerons dans notre vie de façon instinctive, plus vite nous connaîtrons une vie et un monde raisonnablement ordonnés et harmonieux. Le monde d’aujourd’hui n’est que peur et angoisse. Notre vie, par nature, devrait être le contraire. Un jour, avec l’aide de Maitreya et des Maîtres, il en sera ainsi. [L’Art de vivre (Maitreya)]

Mes principes gagnent l’esprit des hommes. Mon amour pénètre leur cœur. Mes paroles simples trouvent une réponse, et ma Loi commence à gouverner. Ainsi, puissiez-vous dire avec moi, mes amis, que l’avenir de l’homme est resplendissant, que l’Amour de Dieu est établi de tous côtés, et que la Loi s’épanouira. [Message n° 97 (Maitreya)]

L’âme cherche à s’exprimer à travers son véhicule, l’homme ou la femme, mais ces derniers doivent répondre aux enseignements. C’est pourquoi l’Instructeur vient pour nous rappeler les lois une fois encore : loi du karma, loi de renaissance et loi d’innocuité. Nous devons appliquer ces lois correctement, de façon dynamique dans nos vies, nous ne devons pas nous contenter de les conserver à l’état d’idées dans nos têtes sans nous en servir. Si elles restent à l’état de souvenirs dans nos cerveaux, elles ne servent à rien. Nous devons les appliquer dans la réalité, en faire un levain qui nous transforme. [L’Instructeur mondial pour l’humanité (Benjamin Creme)]

Par ma présence, la loi du partage se manifestera. Par ma présence, l’homme s’élèvera vers Dieu. Par ma présence, et par celle de mes Frères, l’homme connaîtra le nouveau pays de l’Amour. Portez cette loi simple dans votre cœur, mes amis. Manifestez l’amour par le partage et changez le monde. Créez autour de vous une atmosphère de paix et de joie et, avec moi, faites toutes choses nouvelles. [Message n° 82 (Maitreya)]

La loi du karma (cause et effet)

Lorsque l’homme comprendra les principes de son existence – sa nature triple, ses apparitions périodiques sur le plan physique, la grande et juste loi du karma qui régit ses vies et ses morts successives – il entrera dans un état d’être où tout deviendra possible. Alors pourront se déployer les pouvoirs latents en chacun, qui, une fois révélés, démontreront l’origine divine de l’humanité. Les hommes sont des dieux, même s’ils ne le savent pas. Seule l’ignorance les empêche de voir la gloire qui leur appartient. [L’ère à venir (Maître –)]

Des groupes d’âmes sont amenés en incarnation sous l’effet de deux grandes lois. La loi de renaissance elle-même, en relation avec la loi de cause et d’effet, et cela se manifeste de nombreuses manières. D’un point de vue scientifique, on peut dire qu’il s’agit de la loi d’action et de réaction, ces deux forces étant, comme vous le savez, opposées et égales. Interprétée en termes religieux, on retrouve cette loi dans l’Ancien Testament, lorsque Dieu exige « œil pour œil et dent pour dent », loi rigide, froide, implacable et un peu extrême. Mais, dans l’Evangile, le Christ – en la personne de Jésus – l’exprime de manière très simple en disant que l’on récolte ce que l’on a semé. C’est si simple que les gens l’oublient. Chacune de nos pensées, chacune de nos actions, met une cause en mouvement ; nous créons sans cesse des causes. Les réactions à ces causes, les effets qui en découlent, font que nos vies sont ce qu’elles sont, en bien ou en mal. [Enseignements de la sagesse éternelle (B. Creme)]

Les activités humaines conditionnées connues sous le nom de « karma » sont soumises aux lois de cause et d’effet. « Quand on ne pratique pas le détachement dans ses activités, on rencontre des obstacles, on connaît la stagnation et l’emprisonnement. La vie devient cyclique (c’est-à-dire répétitive) et reste enchaînée aux lois de cause et d’effet. Il n’y a alors ni paix, ni grâce, ni bonheur, ni liberté, ni salut. » « C’est pourquoi le détachement est une discipline si importante dans la vie. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Comment se débarrasser du karma, qu’en faire ? On ne peut le donner. Il est trop lourd, personne n’en veut. Il n’y a pas de braderie pour le surplus de karma. Chacun a assez à faire avec le sien. Que faire, donc, comment se comporter avec cette charge qui limite notre activité, notre joie, notre bonheur ? Il existe une méthode très simple. C’est le service. Le service est la voie par excellence pour se défaire du karma. Bien entendu, il n’en met pas à l’abri, mais il le consume. Le processus pourrait se formuler de la manière suivante : à mesure que l’on sert, on attire à soi de l’énergie. En donnant cette énergie, vous recevez en retour une énergie nouvelle. Telle est la Loi. C’est, fondamentalement, la loi d’amour qui gouverne notre nature et sans laquelle l’univers n’existerait pas. C’est, bien sûr d’une autre manière, la loi de cause et d’effet elle-même. Lorsque l’on donne de l’amour, on met en œuvre une cause, dont l’effet est le retour de l’amour donné.
La Loi elle-même met en œuvre son plein accomplissement. Dans la mesure où nous servons, nous manifestons l’amour. Et dans la mesure où nous démontrons de l’amour, de par la Loi, nous recevons de l’amour. Cela renforce les potentialités de la personne, lui permettant de faire face à son propre karma. A mesure qu’elle devient capable de plus d’amour et de service, cette personne prendra automatiquement du recul vis-à-vis des effets des événements. Ceux-ci se produisent mais affectent de moins en moins sa psychologie. En Orient, on dit : « C’est mon karma. » En France, on dit : « C’est la vie. » Nous devons graduellement développer une attitude de « c’est la vie ». [La Mission de Maitreya, tome  I (Benjamin Creme)]

La loi de renaissance

Toutes les âmes s’incarnent et se réincarnent sous la Loi de renaissance. Les groupes d’âmes viennent ensemble, dans le but d’épuiser le karma créé dans le passé. Cette loi donne donc l’occasion de rembourser de vieilles dettes, de reconnaître des amis de longue date et de travailler, d’accepter d’eux des anciennes responsabilités et des obligations, et d’amener en manifestation des talents et des qualités acquises depuis bien longtemps afin de les utiliser. Quelle beauté et quel ordre, dans cette loi qui gouverne notre apparition sur le plan terrestre ![La Mission de Maitreya, tome I (Benjamin Creme)]

Il semble évident qu’une véritable prise de conscience non pas seulement intellectuelle de ce qu’implique la réincarnation, transformera l’ensemble de l’approche que se fait l’Occident de la réalité. L’idée que la vie n’est pas courte, brute et arbitraire ; qu’il existe un Dessein et un Plan ; que nous sommes soumis à un processus progressif de perfectionnement ; et par-dessus tout que la grande loi de cause et d’effet gouverne notre existence, tout cela doit changer notre point de vue. Cela rendra plus claire la nécessité de justes relations humaines et de l’innocuité. [La Mission de Maitreya, tome I (Benjamin Creme)]

La loi d’innocuité

Maitreya confirmera l’évolution lente et graduelle de l’homme par le processus de la réincarnation, ou Loi de renaissance, et notre compréhension de cette loi et de sa relation avec la loi de cause et d’effet, ou loi du karma, nous permettra de créer les bases nécessaires à l’établissement de justes relations humaines. Nous réaliserons que nos pensées et nos actions d’instant en instant engendrent des causes dont les effets font de nos vies ce qu’elles sont, en bien ou en mal. Nous comprendrons la nécessité de l’innocuité vis-à-vis des autres, basée sur « la volonté de bien », s’exprimant par la bonne volonté. [La Mission de Maitreya, tome I (Benjamin Creme)]

La lumière nouvelle est le signe de l’éveil des hommes, qui commencent à saisir la Grande Loi et à comprendre que l’innocuité, et elle seule, les conduira à une relation correcte avec la loi de cause et d’effet, loi fondamentale de notre vie à tous. Il s’agit là d’un truisme spirituel, que l’espèce humaine a eu jusqu’à présent les plus grandes difficultés à comprendre ou à accepter. Pareille compréhension et pareille acceptation mettraient fin immédiatement, et pour toujours, à nombre de souffrances inutiles dans notre monde.
Les énergies du Verseau, de jour en jour plus puissantes, aideront les hommes à comprendre la nécessité de l’innocuité. Ces énergies bénéfiques portent à la fusion et la synthèse, et réduisent ainsi le désir de compétition et d’affirmation de soi. Les signes commencent à apparaître qui montrent que l’homme est sur la bonne voie. [Une nouvelle lumière au sein de l’humanité, PI septembre 2010 (Maître –)]

Quand on sait que la moindre pensée et la moindre action provoquent une réaction qui a des répercussions sur autrui, et, bien sûr, sur soi-même, on comprend la nécessité de l’innocuité. Lorsque nous comprendrons réellement cette loi fondamentale, notre monde en sera transformé. [Enseignements de la sagesse éternelle (Benjamin Creme)]

Cet enseignement [de Maitreya], qui a déjà commencé, jettera la lumière sur le fonctionnement des Lois gouvernant toute vie et éclairera les hommes sur le but de leur présence sur cette Terre. Il expliquera l’enchaînement action-réaction, montrant ainsi comment les hommes créent eux-mêmes les circonstances de leur vie. De cette manière, les hommes finiront par comprendre la nécessité de l’innocuité dans toute situation et toute relation. [Les enseignements de Maitreya (Maître –)]

L’innocuité est la clé de la beauté nouvelle qui fera son apparition dans les relations humaines. Un nouveau sens de la responsabilité qui nous incombe pour tout acte et toute pensée nous guidera en toute situation ; la compréhension de la loi de cause et d’effet transformera l’attitude des hommes les uns envers les autres. De nouvelles relations plus harmonieuses entre les hommes et entre les nations remplaceront la compétition et la méfiance d’aujourd’hui. Progressivement, l’humanité apprendra l’art de vivre, qui fera de chaque instant une expérience nouvelle. [L’art de vivre (Maître –)]

La loi de sacrifice

La grande loi du sacrifice est fondamentale dans le processus d’évolution. C’est dur à accepter pour bon nombre de gens qui pensent que le sacrifice est une souffrance. Mais ce genre de sacrifice « se fait de lui-même ». Vous ne comptez pas la quantité de particules subatomiques, la quantité de lumière qui arrive en vous disant : « Cela commence vraiment à faire mal. »
Mais ce dont vous vous rendez compte au cours de votre vie, c’est que les choses ne restent jamais les mêmes. Vous « mourez » à ce qui attirait votre attention auparavant. Vous « mourez » à ce qui était un besoin auparavant. Vous « mourez » aux exigences du corps physique. Vous « mourez » aux exigences et aux illusions du corps astral, à l’insuffisance et à l’étroitesse du corps mental, car vous visez de plus en plus haut, au delà de ces véhicules.
L’âme vous imprègne de plus en plus de particules subatomiques, donc de lumière, ce qui fait diminuer la densité de vos véhicules. Cela les affine, les purifie. Les exigences des véhicules inférieurs deviennent moins prononcées, et celles de l’âme plus accentuées. Ce que vous faites en réalité, c’est remplacer la lumière de la Terre par la lumière de l’âme.La matière est relativement inerte et pesante, mais bien sûr vous ne pouvez travailler sans elle. Vous devez parcourir le chemin de l’évolution. Vous ne pouvez faire autrement, mais vous ne cessez de vous affiner. A mesure que vous évoluez, vos véhicules ne cessent d’être affinés par un apport de plus en plus important de lumière subatomique, et c’est cela le sacrifice. [L’Art de vivre (Maitreya)]

Mon Maître dit : « Nous cherchons ceux, pleins de ferveur, dont les cœurs s’embrasent d’amour et de sacrifice. » L’âme ne connaît que le sacrifice. Elle désire sacrifier son être au Plan d’évolution dont elle fait partie. Elle s’incarne dans un acte de sacrifice pour servir ce Plan. L’âme sur son propre plan est parfaite. Pourquoi viendrait-elle se limiter en s’incarnant ? Elle le fait dans un acte de sacrifice. C’est une véritable limitation pour l’âme que de s’enchaîner à la matière tout au long de ce voyage évolutif qui dure des centaines de milliers d’incarnations, pendant lesquelles elle ne voit, incarnation après incarnation, que des réflexions imparfaites d’elle-même, en attendant patiemment le temps où elle pourra créer un véhicule qui reflétera sa véritable nature, qui est amour et sacrifice. Les Maîtres accueillent ceux qui peuvent faire preuve de cet amour et de ce sacrifice. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

La loi d’amour

Ma Loi sera acceptée par les hommes. Mon amour fleurira en leur cœur et, par cette Loi d’Amour, l’humanité connaîtra Dieu. Mon enseignement vous montrera la voie menant à Dieu, le simple chemin de la Justice et de l’Amour. Mes Maîtres vous enseigneront les lois et la connaissance d’antan et vous conduiront devant moi.
Je suis la Lumière. Je suis la Loi. Je suis Celui qui a réalisé l’Ascension. Je suis Celui qui connaît la Volonté de Dieu. Je suis le Phare. Je suis le Soutien de tous les hommes. [Message n° 40 (Maitreya)]

L’impulsion fondamentale qui se tient à l’arrière-plan de toute évolution est cette activité de l’âme que l’on appelle le service. Le service n’est rien d’autre que la démonstration de la loi d’Amour. C’est l’amour de Dieu pour sa création qui pousse le Logos à s’incarner à travers une forme planétaire. Nous faisons partie de cette forme. Nous sommes des formes-pensées dans le mental du Logos [La Mission de Maitreya, tome I (Benjamin Creme)]

Une nouvelle Loi se fait jour. La nouvelle Vérité est révélée aux hommes. La Loi est Amour. La Vérité, mes amis, est Fraternité. Ma Mission garantit que cette Loi et cette Vérité seront manifestées. Ceci, je vous le promets, et il en sera ainsi. [Message n° 43 (Maitreya)]

Soyez attentifs à la voix des peuples de la Terre qui monte en puissance avec l’espoir et la joie qui gagnent leur cœur. Alors vous saurez que la roue a tourné. Que la douleur de la pauvreté et de l’injustice est appelée à disparaître. Que le blasphème de la guerre est abandonné à jamais. Que la Loi d’amour a pris sa juste place dans le cœur des hommes et femmes, où qu’ils se trouvent dans ce monde qui est le nôtre. [Le Peuple s’éveille, PI avril 2008 (Maître –)]

Mon plan prévoit que le monde se transforme par l’action de l’homme. La Loi interdit qu’il en soit autrement.
C’est pourquoi, mes amis, je dépends de vous pour exécuter mon plan et, ainsi, préparer le monde nouveau.
Mon enseignement vous montrera que la Loi de Dieu est la même pour tous les hommes. Rien ne peut exister hors de cette Loi. Lorsque les hommes en prendront conscience, ils accepteront avec joie la Loi simple de l’Amour et la mettront en œuvre. [Message n° 85 (Maitreya)]


 

La loi de renaissance

Une grande confusion règne dans la façon dont l’homme comprend les lois gouvernant la renaissance. Cette confusion se reflète dans la diversité des enseignements et interprétations qui existent et qui ne font qu’enfoncer un peu plus l’humanité dans l’ignorance et dans la peur.

En Orient, depuis les temps les plus reculés, l’idée de vies successives gouvernées par une immuable loi du karma, a rarement été mise en doute. Il en résulte une acceptation servile des conditions de vie du moment, si dégradantes et inhumaines qu’elles puissent être. En Occident d’autre part, le concept d’incarnations répétées est resté oublié, n’attirant l’attention que de rares personnes depuis son exclusion des enseignements de l’Eglise au VIe siècle à l’instigation de l’empereur Justinien. Si les enseignements d’Origène avaient subsisté dans le corps de la doctrine chrétienne, la conception de la vie et de la mort serait aujourd’hui totalement différente en Occident.

Ce grand initié connaissait et enseignait la vérité sur les cycles d’incarnation inaugurés par le Seigneur du Monde sous l’impulsion de la loi du sacrifice et conformément à la loi de cause et d’effet. L’élimination de cette vérité des enseignements de l’Eglise a eu pour résultat l’ignorance et la peur omniprésentes aujourd’hui. Là où l’intérêt pour la réincarnation a survécu, il a pris, la plupart du temps, la forme d’un intérêt quasi exclusif pour les données personnelles que les gens pensent retrouver dans leurs vies antérieures.

Au cours de l’ère du Verseau qui arrive, on abordera la loi de renaissance sur des bases totalement nouvelle. La vieille acceptation fataliste de tous les événements de la vie comme conséquences de l’inexorable action du karma n’exercera plus son emprise en Orient, où elle condamne des millions d’êtres aux travaux pénibles et à la souffrance. En Occident, les hommes n’ignoreront plus les lois fondamentales qui gouvernent leur existence et la responsabilité personnelle qui en découle. Les hommes sauront qu’ils sont eux-mêmes créateurs, par leurs pensées et leurs actions, des circonstances de leur vie, mais que, par le jeu de ces mêmes lois, ils peuvent aussi transformer et améliorer leur propre nature et leurs conditions de vie.

Cela mènera à une réévaluation du sens et du but de la vie et à une conception plus saine de la mort. La compréhension de la continuité de toute vie, incarnée ou non, remplacera la crainte d’aujourd’hui ; la vieille phobie de la mort, considérée comme fin de toute chose, s’évanouira dans la nouvelle lumière qui viendra illuminer le mental des hommes. Eclairant les repaires les plus sombres de la superstition et de l’ignorance, cette nouvelle lumière brillera et éveillera les hommes à la conscience de leur divinité en tant qu’âmes immortelles.

La véritable compréhension de la maxime du Christ, selon laquelle on récolte ce que l’on a semé, transformera l’existence humaine sous tous ses aspects. Une tolérance et une innocuité jamais connues auparavant remplaceront la séparativité d’aujourd’hui, à mesure que les hommes reconnaîtront la justice et la logique de la Loi.

L’ère nouvelle ouvrira de nouvelles perspectives et l’homme considérera la vie comme l’aventure qu’elle est, un voyage sur le chemin de la découverte – découverte du fait que Dieu et l’homme sont uns ; que rien n’est séparé, si ce n’est dans la vision limitée du chercheur ; que tous les hommes suivent un chemin différent pour parvenir au même but, et que le but de tous nos efforts est la réalisation de la divinité qui attend en nous d’être reconnue.

Obéissant à la grande loi de renaissance, nous ne cessons de faire et refaire ce voyage, jusqu’au moment où enfin nous entrons dans la lumière de notre propre compréhension en tant que Fils de Dieu devenus parfaits. [Un Maître parle]





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home Une expérience dont nous ne maîtrisons pas les conséquences

Interview de Michael Mann par Jason Francis

Michael Mann est physicien, climatologue et un expert du changement climatique de renommée mondiale. Au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), il a été l’un des principaux auteurs du Troisième rapport d’évaluation publié en 2001. Le Giec a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2007, (conjointement avec l’ancien vice-président américain Al Gore), une grande partie du mérite en étant revenue à la contribution de Michael Mann. Il est professeur émérite de Météorologie à l’Université d’Etat de Pennsylvanie et directeur du Centre de géophysiologie de cette même université. Jason Francis a interviewé Michael Mann pour Partage international.

Partage international : Comment les spécialistes du climat peuvent-ils être certains que la Terre se réchauffe, et que ce réchauffement est causé par les activités humaines ?
Michael Mann : Nous nous basons sur des notions très simples de physique et chimie qui sont déjà utilisées depuis 200 ans. Il y a d’abord l’effet de serre – le fait que certains gaz, comme le COstyle="font-size:8px;produits par la combustion d’énergie fossile, réchauffent la partie inférieure de l’atmosphère et la surface de la Terre. Les scientifiques du début du 18siècle, comme Joseph Fourier, l’avaient déjà compris. Cela fait deux siècles qu’on sait que ces gaz réchauffent la planète. L’augmentation de la concentration de ces gaz comme conséquence de la combustion d’énergie fossile est un fait incontestable. Pour la première fois depuis des millions d’années nous venons de dépasser le seuil des 400 parties par million (ppm) de COdans l’atmosphère. Autrement dit, l’humanité s’est engagée dans une expérience avec la Terre dont elle ne maîtrise pas les conséquences ; nous connaissons parfaitement l’effet de serre et pourtant nous l’alimentons en produisant toujours plus de gaz en brûlant nos combustibles fossiles. Ce qui serait incompréhensible, c’est que la planète ne se réchauffe pas !
On a aussi les statistiques des températures depuis plus d’un siècle et l’étude de l’évolution des températures dans l’histoire avec la méthode des carottes de forages. D’autres preuves nous sont fournies par l’éclosion des fleurs, les mouvements des oiseaux migrateurs, l’augmentation du niveau de la mer, la diminution des hauteurs de neige en hiver autour de l’hémisphère nord. On dispose ainsi de douzaines de preuves qui donnent une image très claire de la situation : la Terre se réchauffe et le climat change, exactement comme on pouvait s’y attendre en observant nos comportements, en particulier en matière de production d’énergie.

Niveaux de COen augmentation

PI. Dans quelle proportion les niveaux de COvont-ils encore augmenter si on continue comme cela ?
MM. On ne peut pas imaginer la gravité des conséquences. Si on remonte cent millions d’années en arrière, au début du Crétacé, on avait des niveaux de CO2 probablement plusieurs fois supérieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui, quelques milliers de parties par million. Avec le temps, tout ce CO2 s’est infiltré profondément dans la croûte terrestre par des processus naturels et il s’est transformé en matière organique qui a donné nos combustibles fossiles d’aujourd’hui, le pétrole, le gaz naturel et le charbon. Les concentrations de COont peu à peu baissé à la surface de la Terre. Aujourd’hui, en brûlant ces combustibles, nous sommes en train, en un siècle, de libérer dans l’atmosphère tout le carbone que la Terre a mis un million de fois plus de temps à absorber naturellement.
Si l’on continue comme ça, il n’y a aucune raison pour que nous ne retrouvions pas les niveaux de CO2 du début du Crétacé. Au rythme actuel, on va atteindre le seuil des 450 ppm vers le milieu de ce siècle, ou avant, probablement dans les deux prochaines décennies. La plupart des scientifiques qui étudient les conséquences du changement climatique disent que si l’on franchit ce seuil des 450 ppm, nous devrons faire face à des changements du climat potentiellement irréversibles. A ce stade, les modèles nous disent que l’augmentation des températures par rapport à l’ère préindustrielle sera de 2° C.

PI. En septembre 2013, le Giec a publié son cinquième rapport d’évaluation. Quelles sont ses conclusions ?
MM. On y trouve des faits marquants. Comme on pouvait le prévoir, six ans après le rapport précédent, l’évidence scientifique s’est consolidée. Cette fois, le Giec a conclu qu’il est « extrêmement probable » que l’essentiel du réchauffement climatique observé au cours du dernier demi-siècle soit dû à des causes humaines, alors que les mots du précédent rapport étaient « très probable ». En outre, le rapport conclut que nous voyons déjà l’impact de ce réchauffement dans la hausse du niveau des mers, la fonte des glaces et l’augmentation de la fréquence de divers types d’événements météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur et les inondations.

Stabiliser les niveaux de CO?

PI. Quel serait selon vous un niveau acceptable auquel on pourrait stabiliser le CO2 ?
MM. Des scientifiques, comme James Hansen, l’ancien directeur de l’Institut Goddard pour les études spatiales de la Nasa, ont avancé qu’il faudrait redescendre à un niveau de 350 ppm de CO2, où nous étions il y a quelques décennies, si nous voulons éviter une élévation dangereuse du niveau de la mer et d’autres impacts graves sur notre climat. Leurs travaux montrent que lorsque le niveau de CO2 était supérieur à 350 ppm, il y a des millions d’années, la Terre a connu des changements climatiques de loin supérieurs à tout ce que nous avons vu jusqu’ici. Et donc, même en revenant à ce niveau de 350 ppm, il faut nous attendre à des conséquences terribles, comme la fonte des calottes glaciaires, etc. Et surtout, revenir à un tel niveau exigerait évidemment que non seulement nous cessions rapidement de brûler des combustibles fossiles pour produire de l’énergie, mais également que nous employions la technologie de la capture du carbone de l’atmosphère, une solution extrêmement coûteuse.
Il n’y a pas encore de consensus parmi les scientifiques sur un niveau de CO2 souhaitable pour éviter des impacts dangereux sur notre planète. La plupart des climatologues déclarent que nous devrions certainement stabiliser le réchauffement à moins de 2° C par rapport à l’ère préindustrielle. Nous sommes déjà à mi-chemin. Et il ne nous reste que vingt ans avant que nous atteignions le seuil des 450 ppm. A ce stade, nos modèles climatiques montrent que nous serons arrivés à ces 2° C d’augmentation des températures. Pour stabiliser les concentrations de CO2 au-dessous des 450 ppm, les calculs montrent que nous devons stabiliser nos émissions de carbone dans les deux prochaines années, puis les diminuer chaque année de plusieurs points de pourcentage. Si nous y arrivons, nous pourrons probablement maintenir les concentrations de CO2 au-dessous de 450 ppm, et il y a une bonne chance que nous puissions éviter des changements vraiment dangereux et irréversibles de notre climat. Mais deux ans, c’est demain !Et il faudrait bouleverser nos modes de vie et de consommation, et nous réorienter vers les énergies alternatives renouvelables comme les énergies solaire, éolienne et géothermique. Il n’y a pas d’autre voie si l’on veut éviter le pire dans un avenir proche.

S’engager pour le changement

PI. Que peut-on faire pour convaincre ceux qui ne croient pas au changement climatique et obtenir des gouvernements qu’ils agissent ?
MM. Les gens peuvent faire beaucoup. Effectivement, les lobbies des groupes industriels propagent beaucoup de fausses informations pour que rien ne change. Les citoyens doivent tout faire pour informer leurs voisins, leurs amis, leurs familles par tous les moyens possibles : écrire aux rédacteurs en chef des journaux, aux conseillers généraux, aux députés, qui sont eux-mêmes en première ligne des actions des lobbies de l’industrie et du pétrole. Si leurs électeurs ne se manifestent pas, ce ne sont pas les intérêts du peuple qu’ils représenteront, mais ceux des pollueurs.
Les citoyens doivent faire entendre leur voix. Ils peuvent rejoindre des groupes écologistes pour faire pression sur les décideurs. Il faut tout faire pour élire des représentants qui sont prêts à relayer nos préoccupations plutôt que celles des industriels. Il faut voter. Et vous devez vous assurer que vos amis et voisins votent également. Que chacun trouve ce qu’il peut faire à son niveau. L’éventail des possibilités est très large.
Promouvoir la réduction de notre consommation, le recyclage et la réutilisation des produits, acheter des appareils plus économes en énergie, utiliser des sacs recyclables, acheter des véhicules électriques et hybrides, et utiliser les transports en commun. Tout ça est très facile. Et on y gagne souvent sur plusieurs aspects : aller travailler à vélo contribue à la réduction des émissions de carbone, mais ça améliore aussi la santé ! Les appareils économes en énergie sont bons pour la planète, mais ils nous font aussi économiser de l’argent.
En fait, on devrait tous adopter ces mesures systématiquement, mais malheureusement, ça ne suffira pas. En l’absence de décisions globales, et donc politiques (comme une taxe sur le carbone accompagnée de législations draconiennes), si on ne met pas un prix au carbone pour faire payer les pollueurs, nous n’arriverons pas à nous extraire de notre dépendance aux combustibles fossiles. D’où l’importance cruciale d’élire des représentants politiques éclairés.


Plus d’information sur : www.realclimate.org ; climatechange2013.org ; michaelmann.net ; thehockeystick.net ; direpredictions.com






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017