DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1988

Extraits de la revue
Partage international

Novembre 1988 - N° 3 Vol. 1, n° 3

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international

, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître


  • Editorial


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home Une ère nouvelle a commencé

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

En cette période de crise planétaire, bien peu réalisent l’énormité des tâches qui attendent la Hiérarchie et l’humanité, et encore moins l’ampleur du travail de transformation que le monde exige. Néanmoins de grandes forces de reconstruction sont à l’œuvre et, d’ici peu, l’évidence sera reconnue de tous. Nombreux, déjà, sont les changements que personne ne peut nier. De plus en plus, les peuples du monde se rendent compte que leurs destins sont liés, que personne ne peut échapper aux impératifs de l’époque. Bientôt, ils souscriront pour la plupart à un contrat nouveau, à une nouvelle formulation de leur héritage et de leur avenir communs, auxquels ils donneront forme constitutionnelle. Ainsi commencera une nouvelle ère dans la longue évolution des hommes. Dans l’intervalle, il y aura beaucoup à observer et à apprendre pour ceux qui seront à l’unisson des véritables événements du moment.

Lorsque nous voyons en action la Grande Loi (de cause et d’effet), qui engendre aussi bien peine et souffrance que correction et transformation, nous ne pouvons qu’en constater le caractère inéluctable. Tout lui est soumis. Personne, pas même le Christ, ne lui échappe.

 Une prise de conscience grandissante

 Ces derniers temps, la prise de conscience de la présence du Christ parmi nous s’est accrue. Elle est due à une réponse intérieure, si indirecte soit-elle, à ses énergies qui déferlent sur le monde à l’heure actuelle, et, à part égale, au travail de ceux qui servent  pour faire connaître sa présence. Que cette information soit considérée comme invraisemblable par le plus grand nombre n’a rien d’étonnant, car elle tend à ébranler les normes établies et tenues pour sacro-saintes depuis si longtemps.

Cependant ceux qui le connaissent dans la communauté où il vit n’ont aucun doute. Ils savent que l’Instructeur de tous les hommes est ici, et ils attendent qu’il émerge plus nettement dans la vie publique.

Ils savent également que cette émergence doit se faire progressivement, pas à pas, prudemment, de manière à ne pas enfreindre le libre arbitre des hommes.

Une forme-pensée

Lorsqu’ils verront le Christ, les hommes s’apercevront qu’il correspond à leurs espoirs et à leurs aspirations, à la forme-pensée qu’ils se font de la perfection. Certains, isolés par la peur de toute expérience du réel, le rejetteront totalement. Mais l’immense majorité, voyant en lui l’accomplissement de ses rêves de justice et de paix, d’harmonie et de grâce, l’accueillera dans son cœur.

Ainsi assisterons-nous à la mise en œuvre d’un plan établi de longue date et destiné à conduire l’humanité à faire l’expérience de sa propre divinité.

Ce processus est maintenant engagé, dont les premiers signes ne tarderont pas à se manifester. Les hommes assumeront des responsabilités qu’ils avaient abandonnées depuis longtemps et concrétiseront enfin les espoirs et les rêves qui leur tenaient tant à cœur. Alors aurons-nous vraiment la certitude qu’en vérité l’ère nouvelle a commencé.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Editorial

Home Les médias eux-mêmes évolueront

Ceux qui prennent au sérieux l’information concernant la présence de Maitreya restent le plus souvent perplexes devant le refus des journalistes d’assurer une couverture médiatique plus large à cet événement étonnant. Le silence relatif de la part des médias amène en effet à se poser la question suivante : n’existe-t-il aucun journaliste ouvert à cette idée ? S’il en existe, pourquoi n’enquêtent-ils pas ? Pourquoi n’écrivent-ils aucun article sur ce sujet ?

A première vue, cette réticence des médias semble ne pas être réellement fondée. Les journalistes ne sont-ils pas constamment tenus au courant des plus récentes informations ? Ils ont eu ainsi la possibilité d’avoir connaissance des espérances et des prédictions de Maitreya, publiées dans Share International ces derniers mois. Grâce à un communiqué de presse qui leur avait été adressé personnellement, les représentants des médias étaient donc informés que, selon Maitreya, et en dépit de tous les signes contraires, une trêve entre l’Iran et l’Irak allait être signée.

Lorsqu’une prédiction s’avère exacte, et ce fut ici le cas, il semblerait logique que se manifeste un intérêt concernant la provenance de l’information. Selon le Maître de Benjamin Creme, cet intérêt s’est d’ailleurs manifesté dans une certaine mesure, puisqu’un certain nombre de journalistes ont lu les différents communiqués de presse avec la plus grande attention. Qui plus est, après les avoir rangés dans un tiroir de leur bureau, ils les relisent avec fascination dès qu’un événement mondial leur rappelle l’exactitude de ces communiqués.

Il serait donc surtout judicieux de se demander pourquoi ces journalistes restent inactifs face à de telles informations. La réponse est que le climat psychologique entourant ce genre de sujets au sein des rédactions laisse peu de place à des réactions autres que cyniques ou ironiques. De nombreux journalistes ont pris l’habitude de toujours s’attendre au pire. Cette attitude est considérée comme empreinte de « réalisme » et de « sens critique », et on la retrouve dans pratiquement tous les commentaires analysant la situation mondiale.

De telles analyses, portant sur les multiples événements positifs qui se déroulent actuellement dans le monde entier, ont été publiées en grand nombre récemment. Authentiques quant au contenu des événements, elles ont tendance à conclure par l’avertissement que les choses vont sans aucun doute bientôt se détériorer ; que les discussions qui se poursuivent actuellement avec succès vont néanmoins capoter ; que la paix qui semble à portée de main est en fait improbable. Personne ne prend l’auteur de l’article à partie si de telles assertions sont ensuite démenties par les événements. Par contre, une prédiction prématurément optimiste fait perdre inévitablement la face à l’auteur de l’article en question. Ses collègues estiment qu’il doit alors confesser son manque de « réalisme » et de «  sens critique ».

Cette mentalité prévalant jusque dans les domaines politiques et économiques constitués de faits et de chiffres, on imagine les terribles conséquences que peuvent avoir des histoires que les médias considèrent comme ne tenant pas debout » — ce qu’est justement la réapparition du Christ pour beaucoup de personnes. C’est la raison pour laquelle les journalistes enclins à prendre cette histoire au sérieux — et il y en a — n’osent la plupart du temps pas l’admettre publiquement. Ils y perdraient certainement leur réputation, et seraient rejetés par leurs collègues. Ils préfèrent donc garder le silence et attendre la suite des événements.

Les journalistes ont bien entendu pleinement conscience des sujets qui plaisent à leur rédacteur en chef, et de ceux qui leur déplaisent. Ces rédacteurs, à leur tour, savent précisément quels sujets les propriétaires du journal trouveront impopulaires — ce qui est souvent le cas des articles concernant des projets de réforme politique, économique ou sociale. Imaginez donc la défiance que les journalistes auraient à surmonter s’ils étaient disposés à donner à l’information concernant la présence de Maitreya une chance réelle d’atteindre le public.

Qu’il soit difficile d’échapper à ces lois non écrites est évident si l’on se réfère à l’expérience d’un journaliste qui travaillait, il y a plusieurs années, pour un hebdomadaire manifestant un grand intérêt pour les histoires à sensation. Lors d’une conférence de rédaction, il proposa de « mettre sous la loupe le groupe entourant Creme, afin de savoir où se trouvait la faille et, avant tout, où allait l’argent ». Il s’attendait à trouver « un esprit mercantile, une affaire lucrative ou un groupe d’idiots ». A son propre étonnement, sa rencontre avec Benjamin Creme eu pour conséquence un certain nombre d’expériences positives et il en conclut que l’histoire était cohérente — ce qu’il eut le courage de dire à ses rédacteurs. Ainsi qu’il était prévisible, leurs réactions furent négatives. L’article fut néanmoins publié, accompagné du désaveu suivant : « La rédaction tient à déclarer qu’elle considère tant le sujet de l’article que l’histoire présentée comme complètement ridicules. Nous avons toutefois décidé de publier cet article : nous estimons qu’il s’agit d’un avertissement destiné à montrer que, dans cette époque troublée, même les personnes les plus intelligentes peuvent tomber dans un délire mystique  ».

Cette histoire véridique fera peut-être mieux comprendre le genre de résistance que les journalistes ont à surmonter, et éclaire la réaction des médias jusqu’à maintenant. Elle fait comprendre pourquoi les médias manifestent si peu d’intérêt devant un événement aussi étonnant que l’apparition d’un homme en plein jour à Nairobi devant des milliers de personnes qui, immédiatement, le reconnaissent comme ‘Jésus-Christ’ (cf. Partage International vol. 1, n° 1, septembre 1988). Elle fait comprendre pourquoi les croix lumineuses qui sont soudain apparues dans au moins une douzaine de maisons de Los Angeles n’ont fait l’objet d’aucun commentaire dans les médias aux États-Unis (sans mentionner les médias internationaux), et pourquoi certains journalistes américains, qui n’ont même pas pris la peine d’aller constater sur place, ont qualifié ces croix de lumière « d’absurdités ». Elle fait comprendre pourquoi les gens préfèrent ne pas se compromettre avec nos communiqués de presse rapportant les prédictions de Maitreya, même si ces derniers contiennent des affirmations qui, bien que défiant la raison au-delà de toute attente, se révèlent en fait exactes peu de temps après.

Nous irons peut-être à l’encontre des pratiques journalistiques brossées ici en finissant cet article sur une note optimiste, mais peu importe : les médias ne pourront pas continuer à ignorer plus longtemps ni le discernement qui va croissant, ni le processus de paix et de coopération qui est en train de gagner du terrain. Puisque, de Son côté, Maitreya continue à Se manifester de plus en plus ouvertement, il est inévitable que les principaux moyens de communication soient contraints, dans un futur proche, à abandonner leur attitude de réserve et de scepticisme. Les journalistes qui ne perçoivent pas encore qu’ils peuvent manifester leur intérêt propre, ainsi qu’un certain nombre d’autres, qui ont été personnellement entraînés par Maitreya en vue des événements à venir, auront alors toute liberté de s’exprimer. Cette nouvelle attitude préparera finalement le terrain pour le Jour de la Déclaration.





Signes des temps

Home Les croix de lumière : transformations et miracles

par Frances Robinson

Le 10 juin 1988, Frances Robinson, productrice de films video, commenca le tournage d’un documentaire sur l’apparition de croix de lumière dans la communauté d’El Monte, au sud de la Californie. Ce film présente également une interview de Benjamin Creme, qui précise les éléments suivants :

« Ces croix sont des manifestations du Christ. Elles irradient de l’énergie spirituelle dans la région qui les environne, et font partie des signes destinés à ceux qui ont des yeux pour voir… un des nombreux signes de Sa présence dans le monde. C’est de cette façon que le Christ fait savoir qu’Il est présent dans le monde et qu’Il apparaîtra bientôt sur la scène mondiale. Mon Maître m’avait dit en avril que le Christ ferait se manifester des croix de lumière très bientôt dans le monde entier, en telle quantité qu’elles attireraient énormément l’attention. On ne serait pas capable de comprendre leur origine, mais il y en aurait tant qu’on ne pourrait les ignorer. On s’apercevrait qu’elles représentent quelque chose de très important ayant, dans le monde, une signification tout à fait inhabituelle. »

Dans l’article qui suit, Frances Robinson décrit comment elle a interviewé les occupants des maisons dans lesquelles ces croix étaient apparues, et mentionne l’influence qu’elles ont eue sur la vie de ces personnes.

Les croix de lumière apparues à El Monte (nous en avons filmé dix), semblent avoir produit certains effets inhabituels et avoir eu un puissant impact sur la vie de nombreuses personnes dans cette communauté. Ces croix apparaissent sur une fenêtre quand il y a une source de lumière de l’autre côté, que ce soit une ampoule électrique, une bougie, une lampe de poche, ou la lune. En fait, la croix ne se trouve pas sur la fenêtre, bien qu’il semble en être ainsi de prime abord. Lorsque vous vous approchez de la fenêtre et que vous regardez au travers, vous voyez la croix soit à l’intérieur de la pièce, soit à l’extérieur, dans la cour, selon la position de la source de lumière, à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison.

La plupart des gens que nous avons interviewés chez eux sont très dévots, et pour la plupart assez pauvres. La famille de Magdalena de Paulo Robledo est typique à cet égard, composée des deux parents et de cinq enfants, qui vivent dans une toute petite maison n’ayant que deux chambres. Des assemblées de prière se déroulent maintenant régulièrement toutes les semaines dans la petite maison des Robledo, et ceux qui y assistent prient pour que le Christ leur apparaisse. Les membres de ces assemblées disent fortement ressentir l’esprit dans la pièce.

Laura, une adolescente qui avait tenté de se suicider et qui causait beacoup de souci à sa famille, vint voir la croix chez les Robledo. Elle resta là plusieurs jours, et participa aux assemblées de prière. Tout le monde pria pour elle, et elle commença elle-même à prier également. « Je me sens toute autre, » dit elle. « C’est maintenant une autre vie pour moi. J’ai changée… J’étais une vraie peste avec tout le monde… Avant, je ne voulais aider personne. Maintenant, je veux aider tout le monde. J’ai changé avec les enfants, avec mes parents. Je me sens heureuse, je me sens meilleure. Je crois en moi et j’ai de l’espoir. »

Les Robledo, tout comme d’autres personnes que nous avons interviewées, ont remarqué que la communication au sein de la famille s’est améliorée de façon sensible, que les conflits familiaux se trouvent plus facilement résolus, et qu’une paix profonde ainsi qu’une forte unité, inconnues jusqu’alors, s’établissent maintenant entre les gens.

Un signe de Dieu

La deuxième croix est apparue à El Monte dans la maison de Jesus et Sylvia Pinedo. Sylvia croit que c’est un signe de Dieu, signifiant que le Christ va revenir. La fenêtre de leur salle de bain comporte deux panneaux vitrés : la croix se trouve sur l’une des vitres; sur l’autre vitre, il n’y a rien. Jesus, son mari, a acheté en même temps et a installé lui-même les deux vitres, et aucune n’a été changée depuis lors. Dans la maison de sa belle-mère, de l’autre côté de la rue, il a installé des vitres identiques, provenant du même magasin, mais sur celles-là, aucune croix n’est apparue.

Un vitrier de ce magasin est venu chez les Pinedo inspecter la croix. Il est ensuite retourné au magasin où, avec son patron, il a fait, au moyen d’une source lumineuse, toutes sortes d’expériences sur les différentes types de vitres présentes dans le magasin. Le patron en a conclu, sur un ton non dépourvu d’assurance, qu’il était « impossible » de produire une croix sur la vitre. Et pourtant elle s’y trouve bien. Les Pinedo déclarent que de nombreuses personnes sont venues voir la croix, prenant place dans une file d’attente qui pouvait durer jusqu’à deux heures. Il y eut même, affirme Jesus Pinedo, une femme qui parcourut quelques centaines de mètres à genoux, en priant pour la paix. Sylvia Pinedo nous parla d’un homme qui venait tous les jours voir leur croix, et qui tous les jours repartait chez lui pour regarder la fenêtre de sa salle de bain, espérant y trouver une croix lui aussi. Un jour, il est venu trouver Sylvia tout excité : « Une croix est finalement apparue sur ma fenêtre !  » Il était en extase.

La même chose est arrivé à Rosa Samaniego. Après l’apparition de la croix tant désirée, elle lava la vitre pour montrer qu’il n’y avait rien sur le verre lui-même, et jeta de l’eau dessus. Alors qu’elle regardait la croix à travers la vitre mouillée, des yeux et des sourcils apparurent, juste au dessus des bras de la croix. Le phénomène se répète chaque fois qu’un spectateur demande à le voir. Comme un visiteur nous l’a déclaré, « Nous pensons que c’est Jésus-Christ qui regarde l’assemblée. » Pendant que nous étions en train de photographier cette image, nous avons remarqué qu’un troisième œil apparaissait également juste au-dessus du montant vertical de la croix.

D’après Alicia Samosa Sileski, chez qui deux croix sont apparues sur chacune des vitres de sa porte d’entrée, un aveugle et une femme handicapée se rendirent, remplis de foi, dans une salle de bain afin de voir l’une des premières croix apparues à El Monte. Lorsqu’ils sortirent, ils étaient tous deux guéris et débordants d’une grande joie. Elle ajouta que le récit de cet événement avait été diffusé à la télévision. Une autre femme avait un cancer à un stade avancé, et se préparait à rentrer à l’hôpital pour une intervention chirurgicale. C’est à ce moment-là qu’une croix apparut sur la fenêtre de sa belle-fille. Elles ne s’étaient jamais bien entendues toutes les deux, mais voilà qu’elles étaient maintenant remplies d’amour l’une pour l’autre.

Quand la belle-mère rentra à l’hôpital pour l’intervention, le médecin lui déclara : « Je ne ne sais comment l’expliquer, mais il n’y a plus de raison d’opérer : votre cancer a disparu. » La famille rassemble actuellement les documents nécessaires pour que ce cas soit déclaré miraculeux par l’église catholique.

Bien que nous n’ayons pas réussi à obtenir d’interview du prêtre de la paroisse, plusieurs personnes nous ont raconté l’histoire suivante le concernant. Le prêtre, désireux de partager le miracle avec ses paroissiens, demanda la permission à une femme qui avait une croix à sa fenêtre d’emporter la vitre pour l’amener à l’église. Mais la croix ne voulut pas apparaître à cet endroit. Il essaya toutes sortes de sources lumineuses, y compris le soleil; il installa la vitre dans tous les endroits possibles de l’église. Quoiqu’il fasse, il n’arrivait pas à obtenir qu’une croix apparaisse sur le carreau. Alors que chez cette femme, lorsqu’un autre panneau vitré fut réinstallé dans l’emplacement originel, la croix réapparut. Commentaires d’un voisin : « Manifestement, la croix n’était pas censée se trouver à l’église. Elle était censée se trouver dans cette maison-là. »

Ian, notre cameraman pour ce film, restait sceptique face à ce phénomène. Nous avons donc acheté des échantillons de différentes sortes de verre et l’avons filmé en train de projeter la lumière d’une lampe de poche sur le carreau afin de voir quelle image apparaîtrait alors. L’effet produit fut soit celui d’une lumière diffuse et arrondie, soit celui d’une forme géométrique carrée, mais pas celui d’une croix. Puis, une semaine après avoir commencé ce travail, il m’appela pour me dire : « Eh bien, il semble que j’aie une croix sur la fenêtre de ma salle de bain à Burbank !  » C’était la première croix à apparaître, à notre connaissance, qui fût aussi éloignée d’une communauté de langue espagnole. Ian, qui est étudiant en physique, nous a déclaré : « Je ne suis pas sûr que ma maison ait été choisie pour témoigner d’un quelconque signe ou message. Est-ce simplement la vitre qui est en cause, ou y a-t-il autre chose ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que je ne suis pas capable d’expliquer le phénomène. J’essaie de trouver une explication rationnelle à tout ça. »

Comme il devait déménager de cette maison la semaine suivante, je me rendis à nouveau à Burbank pour examiner cette fenêtre. Une femme ayant trois enfants y emménageait ce jour-là. Ian ne lui avait pas parlé de la croix, et elle n’avait même pas jeté un coup d’œil à la fenêtre. Nous lui avons montré comment voir la croix, en se mettant de l’autre côté de la source lumineuse, et la croix apparut. Elle la trouva très belle, et nous dit qu’elle avait entendu parler des croix à El Monte, et des miracles qui s’étaient produits dans la vie des gens qui les avaient approchées : « Dieu sait que j’en aurais besoin d’un !  Mon mari a eu un accident, a été dans le coma, et a maintenant des séquelles cérébrales. Et la semaine dernière, ma maison a brulé. »

J’ai le projet de retourner voir cette femme dans quelques semaines afin de voir si cette famille, elle aussi, a vu un miracle transformer sa vie grâce à la croix de lumière.





Tendances

Home Les frontières disparaissent

Le ministre soviétique des Affaires Etrangères, Edouard Chevardnadzé, a mis le monde en demeure d'entreprendre une action concertée afin d'engager une lutte contre la catastrophe écologique qui menace actuellement l'humanité. Lors d'un discours passionné prononcé devant l'Assemblée Générale des Nations Unies, Monsieur Chevardnadzé a attiré l'attention sur le fait que cette menace de catastrophe écologique rend caduques les frontières ayant existé jusqu'à maintenant dans notre monde idéologiquement polarisé. « La biosphère ne connaît aucune division administrative, aucune séparation en alliances ou en systèmes », a déclaré le ministre soviétique.




Home Une avancée palestinienne

Source : The Guardian du 11 octobre 1988

Les leaders de l'OLP, unanimes, se sont mis d'accord récemment, lors d'une réunion à Tunis, pour proclamer l'existence d'un état palestinien indépendant, coexistant avec Israël, ainsi que pour former un gouvernement palestinien en exil lors du prochain congrès du Conseil National Palestinien. Le roi Hussein de Jordanie, par la renonciation à la souveraineté qu'il exerçait jusqu'alors sur les territoires occupés, a ouvert le chemin pour cette avancée que le journaliste du Guardian, David Hirst, a qualifiée « d'équivalent d'une reconnaissance de l'état d'Israël ». Cet accord représente, après des mois de controverse, une victoire pour les modérés de l'OLP, et il est maintenant soutenu par Georges Habach, le leader radical du Front Populaire de Libértation de la Palestine, qui était jusqu'à maintenant opposé aux démarches de paix entreprises par le leader de l'OLP, Yasser Arafat. Les représentants de l'OLP cherchent maintenant à obtenir le soutien de la Libye et de l'Union Soviétique pour la mise en application de leur plan. Reste à présent à l'état d'Israël de faire preuve de la même tendance à la conciliation.




Home Vers une intégration en Irlande du Nord

Source : The Guardian

Les nouvelles propositions du gouvernement en faveur de l'éducation en Irlande du Nord visent à encourager les rapports entre les communautés. Ce processus a en fait déjà démarré dans les écoles de la province. Le livre blanc du ministre de l'Education, Brian Mawhinney, préconise d'introduire dans les établissements scolaires le thème de « l'éducation pour une compréhension mutuelle ». Les leçons sont déjà pleines de références à l'histoire, à la géographie et à la langue irlandaises. L'irlandais va désormais recevoir un statut identique à celui des principales autres langues étrangères, statut dont jouit le gallois au Pays de Galles. Des occasions seront offertes à chaque communauté d'apprendre à connaître les traditions de l'autre, les contacts entre écoles seront multipliés, et des fonds seront débloqués pour la création de nouvelles écoles intégrées, ainsi que pour le fonctionnement de celles existant déjà. “Il y a trois ans, ces mesures auraient été considérées comme un défi intolérable à l'autorité tant de l'église catholique que de l'église protestante”, écrit David Hearst, du Guardian, qui ajoute : « Certaines choses sont vraiment en train d'évoluer ». ( 11 octobre 1988)




Home Un encouragement aux femmes

Source : The Independent du 1 septembre 1988

Les femmes viennent de recevoir un encouragement provenant d'une source inattendue. Le leader libyen, le colonel Kadhafi, leur a en effet demandé de s'efforcer d'accéder à des postes de direction. « Vouloir qu'une partie seulement de la population d'un pays en conduise la destinée est faire preuve d'ignorance et de stupidité », a-t-il déclaré. Dans l'intervalle, le congrès du parti social-démocrate, en Allemagne, garantissait aux femmes 40 pour cent des sièges du parti et des mandats au Bundestag. Le leader du SDP, Oskar Lafontaine, a appelé à une restructuration économique du pays. Il a également souligné la nécessité pour les fonctionnaires aisés d'accepter une réduction de leurs horaires de travail, ainsi que de renoncer à des augmentations de salaire, de telle sorte que davantage de travailleurs puissent être embauchés.




Home En bref

• Après avoir connu des divergences d'opinion pendant de nombreuses années, l'Inde et le Bangladesh se sont mis d'accord afin d'adopter une politique conjointe permettant de traiter le problème des inondations dévastatrices qui, chaque année, occasionnent d'importants dégâts dans ces deux pays. Des experts appartenant aux deux pays vont participer à l'élaboration de projets destinés à contrôler les inondations du Gange et du Brahmapoutre. Des représentants de l'administration ont qualifié cet accord « d'avancée ».

• Des représentants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud pourront s'adresser à l'Assemblée Générale des Nations Unies lors d'un débat sur la réunification de la Corée. Ces deux pays n'ont actuellement, à l'ONU, que des missions d'observation. A l'exception du Pape Jean-Paul II, qui est le chef d'état de la cité du Vatican, aucun représentant d'un état non-membre de cette organisation ne s'est jamais adressé à l'Assemblée Générale. Un projet destiné à commémorer le quarantième anniversaire de la Corée du Sud a été retiré de l'ordre du jour en faveur d'un débat préconisant la réconciliation et la paix dans la Péninsule de Corée. Le Président de la Corée du Sud, Roh Tae Woo, a déclaré qu'il était prêt à se rendre en Corée du Nord afin de rencontrer le leader nord-coréen, Kim Il Sung. Si cette rencontre peut avoir lieu, il s'agira du premier échange de vues entre les leaders de la Corée du Nord et de la Corée du Sud. Monsieur Roh Tae Woo a également déclaré qu'il annoncerait bientôt le lancement d'un nouveau programme destiné à renforcer les liens entre les deux pays. « Nous avons ouvert un nouveau chapitre de l'histoire, dans lequel la Corée doit viser à l'unification et au bien-être », a déclaré Monsieur Roh Tae Woo.

• Selon le journal américain San Francisco Chronicle, un nombre croissant de réservistes de l'armée israélienne refusent actuellement de servir dans les territoires occupés. Sur plus de 600 réservistes qui ont refusé publiquement de se rendre dans la bande de Gaza ou sur la rive occidentale du Jourdain, seulement 40 d'entre eux ont été emprisonnés.

• Le Prince Norodom Sihanouk, chef des mouvements de résistance cambodgiens, s'est déclaré prêt à former un nouveau gouvernement avec les leaders actuels du Cambodge, maintenus au pouvoir par les Vietnamiens. Il a également donné son accord pour que les Khmers Rouges, qui ont le soutien de la Chine, participent eux aussi au gouvernement. Les principales forces politiques du Cambodge feraient ainsi partie de ce nouveau gouvernement élaboré par Sihanouk.

• Le Dalaï Lama, chef spirituel du Tibet, a accepté de répondre à l'invitation de la Chine, qui occupe actuellement son pays, afin d'amorcer un dialogue concernant le futur du Tibet. Le Dalaï Lama insistera pour que soit trouvée une solution qui donnerait à son pays un certain degré d'autonomie, Pékin conservant le contrôle du gouvernement militaire et des affaires étrangères du Tibet.

• Pour la première fois depuis pratiquement 40 ans, les Chinois du continent vont pouvoir se rendre à Taïwan. Grâce à une proposition approuvée par le gouvernement de Taïwan, les Chinois du continent pourront désormais assister aux funérailles de leurs parents, à Taïwan, ou rendre visite à ces derniers s'ils sont atteints d'une maladie au stade terminal, les séjours pouvant s'étendre sur une période allant jusqu'à deux mois.

• Pour la première fois depuis onze ans, tous les partis politiques du Pakistan sont autorisés à participer aux élections. Afin de pouvoir organiser cette élection, la plus haute instance du pays a dû abroger une loi que le Président Zia Ul-haq, récemment décédé, avait promulgué afin de museler l'opposition.

• Pour la première fois depuis plus de 25 ans, le ministre chinois des Affaires Etrangères va se rendre en visite officielle en Union Soviétique. Monsieur Qian Qichen rencontrera le leader soviétique, Mikhael Gorbatchev, à la fin du mois de novembre ou au début du mois de décembre. Le ministre soviétique des Affaires Etrangères se rendra, quant à lui, à Pékin au début de l'année prochaine.

• Suite à une récente visite à Pékin du ministre indien des Affaires Etrangères, le premier sommet sino-indien depuis 28 ans pourrait bientôt être programmé. Les deux nations les plus peuplées de la planète ont entretenu des relations tendues, durant ces dernières années, en raison notamment des positions pro-soviétiques de l'Inde, des liens unissant la Chine au Pakistan, et de l'existence d'un conflit frontalier.

• La Corée du Sud a annoncé la levée de l'embargo commmercial imposé à la Corée du Nord, et a proposé l'ouverture de négociations afin de constituer une seule communauté économique entre les deux nations.

• Le nouveau responsable de l'idéologie en URSS a suggéré l'adoption « d'une nouvelle conception du socialisme ». Vadim Medvedev a affirmé que le système socialiste et le système capitaliste ne s'excluent pas mutuellement. « Ces systèmes se découvriront inévitablement des points communs », a-t-il déclaré. Vadim Medvedev a également recommandé que les politiques étrangères favorisant un groupe social soient remplacées par des « valeurs humaines communes ».

• La Voix de l'Amérique a obtenu l'accord de Moscou lui permettant d'avoir un correspondant permanent en Union Soviétique. Jusqu'à ces derniers temps, l'Union Soviétique essayait de brouiller les transmissions radiophoniques américaines, qui étaient conçues dans le but d'affaiblir le régime soviétique. Les journaux, qui ont rapporté cette nouvelle attitude soviétique envers la Voix de l'Amérique, l'ont qualifiée de « développement sensationnel ».

• Les comités olympiques des Etats-Unis et de l'Union Soviétique ont décidé d'unir leurs forces afin de combattre l'utilisation des produits dopants par les sportifs.

• Le Président des Etats-Unis, Ronald Reagan, a donné des instructions pour que la dette américaine envers l'ONU soit enfin payée. L'Amérique avait jusqu'à maintenant différé le payement de sa dette en raison des objections qu'elle formulait envers les décisions politiques et financières prises par cette organisation. Selon les Etats-Unis, cette situation s'est considérablement améliorée durant les six derniers mois.

• Un groupe d'Américains, formé entre autre de neuf vétérans du Vietnam s'est rendu en Union Soviétique afin d'apporter son aide aux soldats soviétiques blessés lors de la guerre en Afghanistan. Ils ont eu des conversations avec des médecins, avec des organismes privés ainsi qu'avec les autorités gouvernementales.

• Le Président Reagan a proposé qu'une conférence internationale soit convoquée cette année, afin de prévenir toute utilisation ou dissémination supplémentaires des armes chimiques. Les alliés des Etats-Unis et de l'Union Soviétique ont répondu favorablement à cette proposition.

• Les Etats-Unis souhaiteraient que les pays riches mettent fin à toutes les restrictions commerciales imposées aux pays pauvres. Cette proposition inattendue fut émise au terme de négociations concernant la libéralisation du commerce mondial, qui se sont déroulées au Pakistan.

• Le gouvernement nicaraguéen et plusieurs goupes indiens du Nicaragua sont parvenus à une trêve, après plus de six ans de conflit.

• Après avoir rencontré les nouveaux chefs militaires du pays, trois anciens candidats à la présidence en Haïti se sont montrés optimistes quant à la possibilité d'instaurer la démocratie dans cette île des Caraïbes.

• Israël et la Hongrie ont annoncé le prochain rétablissement de leurs relations diplomatiques, rompues depuis 1967. La Tchécoslovaquie, qui cherche elle aussi à améliorer ses relations avec l'état d'Israël, crée des services destinés à rétablir les relations économiques et consulaires.

• Les Hongrois estiment "réaliste" de considérer comme imminent le retrait des troupes soviétiques hors de leur pays.





Le point de vue de Maitreya

Home Développements supplémentaires

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

Patricia Pitchon, une journaliste résidant à Londres, est en contact avec l’un des plus proches collaborateurs de Maitreya au sein de la communauté asiatique. Ce dernier lui transmet de manière régulière des informations capitales qu’il reçoit lui-même de Maitreya. Le texte qui suit est un résumé des conversations qu’elle a eues avec ce collaborateur de Maitreya entre la mi-septembre et le 4 octobre 1988.

La couche d’ozone
Selon Maitreya, il n’existe aucun trou dans la couche d’ozone. Son explication est la suivante : imaginez que vous teniez une balle de tennis dans l’obscurité, et que vous projetiez sur elle la lumière d’une torche. Si vous approchez la lampe de la balle, la lumière va éclairer sa surface, mais l’espace situé derrière la balle restera dans l’obscurité. Cette comparaison s’applique au soleil, qui « a été rapproché de la terre » symboliquement parlant (son rayonnement s’est accru), et à la terre, « derrière » laquelle se trouve une zone circulaire qui demeure dans l’obscurité et où la lumière ne pénètre pas. C’est là le prétendu « trou » dans la couche d’ozone. En dépit de notre croyance en la propagation linéaire de la lumière, les rayons du soleil n’atteignent pas la terre en suivant une ligne droite. Le « trou » n’est pas causé par l’utilisation des chlorofluorocarbones. Il sera néanmoins bénéfique d’interdire l’utilisation des atomiseurs employant ce type de gaz. L’utilisation constante d’atomiseurs capillaires tue finalement les cellules du cuir chevelu, et a un résultat préjudiciable sur les cellules de la peau situées en d’autres parties du corps. Les cancers de la peau ne sont pas en augmentation à cause d’un « trou » dans la couche d’ozone. Ils sont en augmentation parce que les gens exposent leur peau de façon excessive aux rayons du soleil.

Les gouvernements et les guérillas
Les conflits existant de par le monde entre les gouvernements et les forces de guérilla vont commencer à décroître. Les individus vont se rendre à la table des négociations. On notera, en particulier, l’existence de ce processus au Soudan, en Éthiopie et au Nicaragua. Il est dû, en partie, au fait que les USA et l’URSS envisagent maintenant l’existence sur notre planète de manière constructive, et prennent désormais leurs responsabilités. Ces deux nations fourniront moins d’armes aux pays en voie de développement et, en échange, livreront de la nourriture et les moyens permettant d’assurer une meilleure éducation et de meilleurs soins médicaux.

L’ONU en tant qu’organisme de surveillance
L’ONU exercera un contrôle très efficace, en s’assurant que les armes et les munitions ne se répandent pas sur la planète, ce qui aurait pour conséquence d’aggraver les conflits. Il agira en tant qu’observateur et organisme de surveillance. L’ONU devient maintenant un centre puissant et n’est plus réduit à « n’être qu’un sigle ».

L’équilibre
Lorsque l’énergie d’équilibre entre en action, rien ne peut demeurer à l’écart des transformations qu’elle engendre. On notera le déroulement des deux processus suivants : (1) Les systèmes judiciaires subissent des changements rapides dans le monde entier ; (2) La lutte idéologique existant entre l’Est et l’Ouest commence à décroître. Ce même processus s’observera également entre le Nord et le Sud. Il ne s’agit pas là de prédictions mais de l’accomplissement de la loi.

L’Amérique Latine
« L’aura » de la démocratie va commencer à se développer dans toute l’Amérique Latine. Même la situation apparemment insoluble du Pérou s’améliorera.

La drogue
La consommation de drogue va commencer à décroître. Les politiciens seront surpris. Les personnes travaillant dans le domaine de la spiritualité seront aux anges. Les individus, dans le monde entier, vont commencer à connaître un sentiment de bonheur intérieur.

Les puits de pétrole d’Arabie Saoudite
Maitreya insiste sur le fait que le pétrole cessera de couler si « les largesses sont mal employées » (c’est-à-dire la richesse tirée du pétrole). Le récent accord de fourniture d’armes à l’Arabie Saoudite par le Royaume-Uni constitue un déséquilibre. Cette cause engendrera ses effets inévitables. « Si vous abusez de ce qui est relatif, il se tarira de lui-même. »

L’européanisation
Selon Maitreya, Margaret Thatcher a raison d’être préoccupée par le processus d’européanisation. Le but de la construction européenne ne devrait pas être de bâtir un géant, une sorte de structure monolithique qui imposerait sa volonté aux pays européens concernés. Les nations ne doivent pas se fondre en « un seul pays », au point de perdre leur identité. Maitreya déclare : « Même lorsque vous vous unissez à Moi, votre identité individuelle est préservée. » Il doit en être de même de l’identité individuelle d’une nation. Cependant, les nations peuvent également connaître (et connaîtront) la fraternité, des buts communs et des aspirations communes. Mais il n’est pas « divin » qu’un géant dévore votre identité, que vous soyez un individu ou qu’il s’agisse d’une nation.

Margaret Thatcher
Maitreya répète, à propos de la nouvelle taxation sur l’habitat, qu’Il « ne permettra pas que la nation britannique perde courage. » Les gens riches, ayant les moyens de payer cette taxe, pourront éviter toute opposition avec le législateur, alors que les pauvres susciteront nécessairement un conflit du fait de leur incapacité à la payer. Il s’ensuivra inévitablement apathie, méfiance, animosité, haine et violence. Le législateur et la personne qui ne sera pas capable de payer subiront alors un processus de destruction. Spirituellement et mentalement, les conséquences de ce processus rebondissent déjà sur la personne qui en a engendré la cause (c’est-à-dire le législateur).
Margaret Thatcher quittera donc le pouvoir. Là non plus, il ne s’agit pas d’une prédiction, mais de l’accomplissement de la loi de cause et d’effet.

Le Prince Charles
Selon Maitreya, le Prince Charles sera un « véritable roi ». Il ne restera pas assis dans son palais. Il sera parmi le peuple, avec la nation. Il inspirera le respect à toute la classe politique. Il s’intéresse actuellement à la société de manière constructive. Ses actes engendreront une plus grande unité ainsi qu’une approche universelle de la vie. Il sera le véritable défenseur de la nation et du pays.

Israël
Israël a récemment lancé dans l’espace un satellite de surveillance. Cet événement procurera à l’état d’Israël un nouveau sentiment d’indépendance, diminuera la peur des invasions étrangères qu’il éprouve et créera des changements bénéfiques au sein de sa classe politique.
Dans un article précédent, Maitreya avait mentionné qu’un certain nombre de changements positifs se produiraient en Israël : la création de nouvelles lignes de communication avec les pays arabes voisins d’Israël font partie de ces changements. De nombreuses personnes se manifesteront en Israël à propos de cette question. Bien qu’il n’ait pas encore « fait surface » dans la presse, ce processus est déjà en voie de réalisation. Les reportages ont en effet eu tendance à se polariser sur l’intifada (le soulèvement des Palestiniens) ainsi que sur les prochaines élections en Israël. L’ardent souhait de paix de nombreux Israéliens, qui ne font pas parler d’eux pour le moment, s’exprimera de façon constructive. Ce processus conduira à la paix et à l’établissement d’un état Palestinien à côté d’Israël. Les politiciens bellicistes seront réduits au silence.

L’URSS
Gorbatchev a récemment remplacé une bonne partie de la « vieille garde » encore au gouvernement. De l’avis de Maitreya, ce n’est pas en excluant la vieille garde qu’on supprime l’opposition. Tapie « comme un serpent », cette opposition attend maintenant l’opportunité de provoquer certains dégâts. « L’exclusion n’est pas la liberté. » Il convient d’inclure, de persuader, de débattre et de discuter.
Bien que, selon Maitreya, Gorbatchev doive être finalement remplacé, le processus de glasnost, d’ouverture, se poursuivra néanmoins, à un rythme toutefois plus lent.

Les familles et les nations
Maitreya déclare : « Il n’existe aucune différence entre une famille et une nation, un pays. » C’est l’art de la communication entre les parents et les enfants qui crée une structure de paix, de grâce et d’harmonie. Toutes ces valeurs de notre vie, qui contribuent à l’évolution des individus, sont engendrées par cet art. Là où la communication existe, la conscience constitue la structure de cette famille. La conscience n’est pas l’idéologie. Ainsi, « Si vous voulez que s’établisse une coexistence pacifique sur la planète Terre, n’introduisez pas d’idéologies. » C’est grâce aux meilleures communications que l’opposition existant entre les blocs formés par les grandes puissances disparaîtra. Maitreya demande à tous les gouvernements : « Pourquoi créer une telle pléthore de lois et de règlements ? » C’est de cette manière que les individus tombent malades et se découragent. Aucun gouvernement dont l’élément moteur est l’idéologie ne peut réussir à établir la coexistence pacifique.

Abattre les terroristes
Selon Maitreya, « Ne pensez pas que vos problèmes seront résolus » en tuant par arme à feu. « Vous n’aurez rien accompli. Vous vous serez débarrassé d’un obstacle physique mais vous aurez créé un problème spirituel » — l’équilibre spirituel de la personne qui a tué est perturbé. Cette personne subira tant d’épreuves et de souffrances durant son existence, que sa vie en deviendra négative et dénuée de sens. Afin de se débarrasser des pensées gênantes, ce type de personnes est soit amené à se suicider, soit à finir à l’hôpital, ou encore à avoir recours à la drogue ou à l’alcool.
De même qu’un violeur est sous l’emprise de forces destructrices, « lorsque vous ouvrez le feu, vous êtes également sous l’emprise de ce type de forces » et le Soi est mis KO. Maitreya fait ici référence à l’incident qui s’est produit en Afrique du Sud lors de la visite du Pape, après qu’un groupe de terroristes du Lesotho se soit emparé d’un bus et des civils qui s’y trouvaient (dont des religieuses et des enfants). Des unités sud-africaines avaient alors ouvert le feu. De tels actes meurtriers ne sont pas commis avec un mental paisible. Lorsque le mental est calme, serein, plein de grâce, le « meurtre » ne peut pas se produire. Lorsqu’on a une forme humaine, déclare Maitreya, pourquoi sacrifier le Soi au nom d’idéologies inspirées par des politiciens, des chefs religieux, etc. ? Lorsque le Soi devient la proie des forces du mental, de l’esprit et du corps, on perd son libre arbitre. Ces forces stimulent le Soi à commettre des actes contraires à sa volonté. On devient alors l’esclave du conditionnement.

La libération de Terry Waite
Le 4 octobre 1988, le collaborateur de Maitreya a transmis les informations suivantes :
Bien que la destruction de l’avion iranien abattu par les Américains ait contribué à retarder la libération des otages détenus à Beyrouth, la libération de Terry Waite est imminente. (Sa libération avait été prévue par Maitreya, et annoncée dans l’article du mois de mai.)

La libération de Nelson Mandela
La prévision concernant la libération de Nelson Mandela avait été publiée dans un article précédent, au moment où Winnie Mandela proclamait sa certitude que son mari ne serait pas libéré. Néanmoins, les événements évoluent maintenant dans une direction positive, comme Maitreya l’a indiqué. Le 3 octobre 1988, le journal The Guardian a rapporté les déclarations du Président du Zaïre, Mobutu Sese Seko, au Président d’Afrique du Sud, Peter Botha, affirmant que Nelson Mandela serait libéré.

Une combinaison du capitalisme et du socialisme au Royaume-Uni
Maitreya avait indiqué au mois de mai qu’une combinaison du capitalisme et du socialisme interviendrait finalement au Royaume-Uni. Ce processus commence dès à présent. Le journal londonien Evening Standard a rapporté le 4 octobre 1988 les déclarations du leader travailliste, Neil Kinnock. Dans un discours remarquable, où il a fait montre de ses qualités de dirigeant, Neil Kinnock a en fait prôné le message conservateur : « Si la Grande-Bretagne n’est pas efficace sur le plan économique, elle n’aura pas les moyens de contribuer à la justice sociale. » Charles Reiss, le rédacteur de la rubrique politique du Standard a ajouté : « Margaret Thatcher elle-même n’aurait pu mieux dire. »
Lors d’une prochaine conférence du parti conservateur, les membres de ce parti vont quant à eux débattre des valeurs sociales. Les polarités accentuées, qui ont caractérisé la société britannique, vont ainsi commencer à disparaître.

Le conditionnement
Le 15 septembre 1988, Patricia Pitchon a eu, avec le collaborateur de Maitreya, un long et intéressant entretien sur la signification du conditionnement.
Dans l’histoire biblique du jardin d’Eden, il fut dit à Adam et Eve de ne pas manger des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Selon le collaborateur de Maitreya, cette recommandation signifie : « Ne vous conformez pas aux prakritis ». Le terme sanscrit prakriti fait référence à l’activité matérielle, ou à la matière de manière générale. Mais au pluriel, prakritis signifie également les activités humaines qui sont le résultat du conditionnement. Par conséquent, c’est le serpent, qui est le symbole des prakritis, c’est-à-dire du conditionnement — l’opposé de la liberté — qui tenta Adam et Eve.
Si vous vous placez face à la connaissance à l’aide de votre conscience, vous comprendrez que vous ne devez pas vous en « emparer ». Par contre, si vous ‘absorbez’ la connaissance — ce qui est un acte possessif — vous n’êtes plus libre.
Lorsque Krishnamurti devint conscient de cela, il déclina le rôle de guru : le véritable Seigneur réside dans le cœur. Si vous voulez Le connaître, essayez de comprendre la voix du silence. C’est dans le silence qu’on est libéré des prakritis, libéré du conditionnement. Le silence est le lieu qui est libre de tout conditionnement. Ce qui est important, c’est le Seigneur qui demeure en vous.
C’est la raison pour laquelle Maitreya met l’accent sur la nécessité d’être « sincère dans l’esprit, honnête dans le mental et détaché. » Lorsque vous soumettez le Soi au mental, à l’esprit et au corps (c’est-à-dire lorsque vous vous identifiez avec la pensée, avec le pouvoir et avec la matière), tout devient prédestiné. Vous êtes alors sujet au conditionnement, vos pensées et vos actes sont le résultat du conditionnement, vous perdez votre libre arbitre. L’attachement signifie donc la perte de la liberté. C’est dans le détachement que réside la liberté. C’est la raison pour laquelle Maitreya déclare : « Même lorsque vous Me verrez, ne courez pas après Moi. Je ne suis pas venu pour créer des disciples. Si vous faites de Moi un objet d’exhibition, vous ne saurez pas qui Je suis. » Il ajoute : « Votre richesse est dans ce que vous expérimentez vous-même. »

Le Christ
Le 27 septembre 1988, le collaborateur de Maitreya parla de religion.
« Nul ne peut s’approprier le Christ. » Toutes les grandes religions subissent actuellement des changements rapides. La chrétienté connaît des divisions, et les gens questionnent, contestent. De même que les autres religions, la chrétienté subit actuellement un processus de purification et, pour la première fois, les êtres humains vont ressentir que la Divinité n’est pas « extérieure », mais qu’elle réside simultanément et dans le cœur et dans l’univers, dans toute la création. Le Soi va maintenant commencer à expérimenter sa propre identité, son identité véritable. Celui qui nourrit le Soi et Le rend conscient ne peut être limité. Il est universel.

Jésus
En tant qu’individu, en tant qu’entité distincte, Jésus expérimenta la valeur nutritive, le soutien du Tout Puissant. C’est ce que les êtres humains commencent maintenant à expérimenter dans le monde entier. Quels en seront les signes ? Les êtres humains pourront expliquer, avec des mots simples, ce que Jésus expérimenta à travers le Christ. Lorsque vous faites l’expérience de Celui qui vous nourrit, de Celui qui est la source de toute création, vous savez que sans Lui rien ne peut exister. Lors d’une telle expérience, le Soi est indifférent à tout ce qui se passe autour de lui. C’est la raison pour laquelle Jésus déclara : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Vous pouvez atteindre cet état lorsque vous êtes sincère, honnête et détaché.
L’enseignement du Maître vous inspire à chercher au dedans. Ce n’est pas de la religion. Ce n’est pas de la politique. Ce n’est pas de l’idéologie.
Le Karma est lui-même Dharma. Il n’existe pas de salut sans karma. Ne demeurez toutefois pas attaché, car c’est un emprisonnement. Lorsque le Soi intérieur se libère des contraintes et des tensions inhérentes au processus d’être et de devenir, et qu’Il continue pourtant à remplir Son devoir d’une manière détachée, Il expérimente alors le Royaume du Seigneur dans le cœur.


(Note : « Le Karma est Dharma » signifie que l’activité humaine est elle-même le sentier du service.)





Faits et prévisions

Home L'ouragan Gilbert

L'ouragan Gilbert fut la plus forte tempête ayant atteint l'Occident au cours de ce siècle, et il prit les météorologistes par surprise. Le New York Times a rapporté les propos de Frederick Gadomski, un météorologiste spécialiste de l'analyse des climats, qui a affirmé: « Nous avons été aussi surpris par la naissance de ce formidable ouragan que les astronomes ne l'avaient été l'année dernière par l'embrasement soudain d'une fameuse supernova. » L'ouragan Gilbert fut tellement violent que les météorologistes le comparère à une tornade colossale.
On peut lire l'information suivante dans l'article de Patricia Pitchon publié dans Partage International au mois d'octobre : « Cet ouragan n'est pas à proprement parler un ouragan, mais une énergie qui a été libérée. Cette énergie purifiera le monde des forces destructrices. »





Citation

Home La joie de servir

par Baghavan Sri Sathya Saï Baba

« Aucune activité ne pourra vous donner la joie que le service procure… Vous devriez aspirer à pouvoir consoler, à pouvoir réconforter, à pouvoir encourager et à pouvoir guérir. Considérez-vous comme un autre et sentez la joie qu'il éprouve à être vous-même, sentez le chagrin qu'il éprouve à être vous-même. »




Home De l'argent

Il y a vingt-cinq ans, le citoyen moyen des pays non communistes du Nord avait 20 fois plus d'argent que le citoyen des pays à bas revenus. Selon la Banque Mondiale, le rapport est maintenant passé à 46.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR

 | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017