DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2013

Extraits de la revue
Partage international

Avril 2013 - N° 296

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international

, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Obama et le conflit israélo-palestinien par Emile Nakhleh


  • Signes des temps


  • Citation


  • Courrier des lecteurs


  • Compte rendu de lecture


  • Interviews


  • Rayons
    • Structure de rayons et niveau d’évolution d’Hugo Chavez
    • Quelques personnalités et leurs rayons


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home Le rôle des Maîtres

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, 9 mars 2013

Depuis de longues années, nous, les Maîtres, nous préparons pour l’Emergence ; l’heure est maintenant proche où, en formation de groupe, nous vivrons au grand jour parmi les hommes. Pour certains, ce sera une expérience entièrement nouvelle. Nombre d’entre nous ont passé tout leur temps au sein de la Hiérarchie depuis qu’ils sont des Maîtres, et il va leur falloir apprendre maintenant à travailler d’une façon tout à fait différente. Ils vont même devoir apprendre à faire usage de la parole, car la télépathie a longtemps été notre seul mode de communication.

Initialement, et pendant une période prolongée, nous devrons limiter nos contacts aux disciples de niveau élevé dans les divers secteurs d’activité, ainsi qu’aux professionnels de la gestion et de l’administration, en particulier dans le domaine de la distribution de nourriture. Parmi les Maîtres, beaucoup sont des spécialistes de l’administration, tandis que d’autres se consacrent plus volontiers à l’enseignement. L’objectif est de travailler en étroite collaboration avec l’humanité dans tous les domaines, et dès que possible en contact avec le public le plus large. Il faut souligner que, si les Maîtres ont pour but de stimuler et de guider les hommes, ils considéreront toujours comme essentiel de respecter leur libre arbitre.

Petit à petit, l’emplacement des différentes écoles des Mystères, de niveau préparatoire ou supérieur, sera divulgué et des milliers de disciples se tourneront vers elles dans l’espoir de les intégrer. Ils y recevront la préparation nécessaire aux deux premières initiations, et pénétreront ainsi dans le sanctuaire de la Hiérarchie.

Au commencement, on peut s’attendre à une certaine opposition à la présence des Maîtres et à leurs idées mais, à la longue, même les plus intransigeants des fondamentalistes de toutes confessions finiront par baisser pavillon devant l’innocuité des Frères aînés de l’humanité. En temps opportun, les villes du monde seront transformées et deviendront des lieux de grande beauté. La nouvelle science de la Lumière métamorphosera l’industrie et les déplacements, et la mobilité accrue des populations contribuera à l’unité du monde. Les gens de toutes nations travailleront ensemble, en équipe, au service de tous. Les Maîtres dispenseront volontiers leurs conseils, et guideront les hommes avec sagesse et bienveillance.

La simple présence dans le monde d’une poignée de Maîtres aura un effet électrisant sur les milliers d’individus qui brûlent de répondre aux besoins de l’humanité, et pour nombre d’entre eux le service deviendra un nouvel objectif de vie. Dans ces conditions, une immense transformation pourra se produire en un laps de temps relativement très court. Un vaste programme d’aide aux pauvres accomplira des miracles, dans des pays d’Afrique et d’Amérique du Sud par exemple. La nécessité d’agir sans délai pour corriger les erreurs du passé se fera sentir avec une force nouvelle, et impulsera des mesures d’aide d’une ampleur encore inégalée. Inspirés par Maitreya et son groupe, des centaines de milliers d’hommes et de femmes trouveront là leur vocation.

Nous, les Maîtres, n’avons d’autre but que d’enseigner et de guider, de montrer la voie aux hommes et de les protéger. La guerre sous toutes ses formes doit être bannie à jamais mais il revient à l’homme, et à lui seul, de décider qu’il en soit ainsi. Je le répète, nous avons pour tâche de brosser une esquisse de l’avenir et d’éclairer le chemin, mais ce sont les hommes et eux seuls qui devront s’y engager et le parcourir, étape après étape. N’ayez crainte, tout s’accomplira. L’avenir qui s’ouvre aux hommes ne pourrait être plus prometteur.





Home Armes nucléaires : un enjeu humanitaire

La Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (Ican) a été lancée en 2007 par une coalition de 286 organisations non gouvernementales (ONG) de 68 pays, qui luttent conjointement contre la prolifération des armes nucléaires avec comme objectif final de les faire interdire totalement. La campagne rassemble des organisations humanitaires, environnementales, des droits de l’homme, de la paix et du développement pour qu’elles saisissent l’occasion historique qui existe d’interdire les armes nucléaires et de les éliminer. Des personnalités connues comme Desmond Tutu, le dalaï-lama, Yoko Ono et le lauréat du prix Nobel de la paix Jody Williams ont apporté leur soutien à cette campagne.

Un Forum de la société civile a été organisé par l’Ican à Oslo (Norvège), les 2 et 3 mars 2013, suivi les 4 et 5 mars par une conférence d’experts organisée par le gouvernement norvégien avec le soutien de 16 autres pays, sur l’impact humanitaire des armes nucléaires. La conférence intergouvernementale a été suivie par 132 pays. Ana Swierstra Bie a assisté à la conférence Ican dont elle fait le compte-rendu pour Partage international.

« Nous allons y arriver ! Tout comme d’autres types d’armes ont déjà été bannis, les armes nucléaires doivent également être interdites ! » Tel est le message qui est ressorti du forum de la société civile organisé par l’Ican à Oslo (Norvège), les 2 et 3 mars 2013. Une telle interdiction est urgente, et peut en effet être décrétée, à en juger par la volonté et le savoir-faire des 500 participants dont de nombreux jeunes, provenant de tous les coins du monde, qui se sont joints au forum, comme conférenciers ou comme participants.

Le forum a réuni des experts de différents domaines qui ont partagé leurs connaissances et leur expérience afin d’améliorer les chances d’aboutir à un succès rapide. Les nombreux orateurs ont élevé la rencontre à la place qui lui revient, reflétant une humanité éclairée, instruite, expérimentée et entièrement engagée pour l’abolition de ces armes.

En 1968, le Traité de non-prolifération nucléaire a été adopté pour éviter « la dévastation à laquelle devrait faire face toute l’humanité suite à une guerre nucléaire. » Par cet accord, les pays disposant de l’arme nucléaire se sont engagés vers un désarmement. Bien que plus de 40 000 armes nucléaires aient été démantelées depuis la fin de la guerre froide, aucun désarmement réel n’a été mené, et lors de la révision du traité en mai 2010, plusieurs gouvernements se sont alarmé des conséquences humanitaires catastrophiques qui pourraient résulter d’un manque d’action.

En dépit du nouveau Traité de réduction des armes stratégiques signé en 2010, il n’y a toujours pas de signe de changement de la part des nations qui cherchent à justifier le maintien de ces armes. Et toutes les puissances nucléaires continuent à consacrer des fonds énormes à la production, l’entretien et la modernisation de leurs arsenaux nucléaires. Dans un monde où des millions de personnes meurent de faim, où les problèmes mondiaux comme le changement climatique, la pauvreté extrême et la maladie sont nombreux, où une proportion croissante de leur population lutte désespérément juste pour s’en sortir, plus de 105 milliards de dollars sont dépensés chaque année par les neuf1 pays possédant l’arme nucléaire dans des projets concernant ces mêmes armes.

Puisque cette approche du désarmement nucléaire est restée dans une impasse, avec des menaces croissantes de prolifération et le refus de désarmer, l’Ican a considéré qu’il était temps de chercher une nouvelle voie. En déplaçant le débat hors du cadre étroit de la sécurité nationale et en se plaçant plutôt sur la menace humanitaire que représentent ces armes, l’Ican essaie de renforcer la prise de conscience de l’opinion publique et des pouvoirs politiques sur les conséquences d’une explosion nucléaire, tout en participant activement à la mobilisation de la société civile et des responsables politiques, dans tous les pays, pour qu’ils fassent pression sur leurs gouvernements pour une interdiction mondiale des armes nucléaires.

Le forum Ican à Oslo a été organisé pour servir à la fois de source d’inspiration et d’information ; il a fourni la motivation, les connaissances et les outils nécessaires pour aider les gens à devenir encore plus efficaces. Les participants ont reçu une formation approfondie sur la nature des armes nucléaires, et des experts dans les domaines de la médecine, des crises humanitaires et de la recherche climatique ont expliqué les conséquences d’une explosion atomique. Il est apparu que les gens en général ne semblent ne pas être conscients de l’ampleur réelle des effets catastrophiques d’une explosion nucléaire, qu’ils ne croient pas qu’une guerre atomique pourrait vraiment se produire et qu’ils ne réalisent pas que la menace nucléaire est aussi aiguë de nos jours, si ce n’est plus, que pendant la guerre froide. Les armes sont toujours là et sont développées en permanence. Il est apparu que les jeunes ont besoin d’être éduqués ainsi que les adultes sur la grande menace que ces armes représentent pour la survie de l’humanité.

Neuf pays dans le monde possèdent ensemble plus de 19 000 armes nucléaires, dont la plupart sont beaucoup plus puissantes que les bombes atomiques larguées sur le Japon en 1945. Moins d’un pour cent de cet arsenal serait suffisant pour perturber le climat mondial, provoquer l’effondrement des productions agricoles et une famine généralisée. L’énorme quantité de fumées et de poussières produites par les explosions aboutirait dans l’atmosphère et bloquerait la lumière du soleil, ce qui provoquerait une baisse de la température de la planète et résulterait en un « hiver nucléaire » qui durerait plus d’une décennie. Le concept d’une guerre atomique locale est une illusion totale, car son impact ne serait pas limité aux pays concernés mais entraînerait une catastrophe mondiale. Toute notion de réponse humanitaire dans le cas d’une explosion atomique serait irréaliste, car les infrastructures seraient détruites et les niveaux de radiation seraient mortels pour tout le monde. Une seule de ces bombes explosant sur une grande ville pourrait tuer instantanément des millions de personnes.

La crise de Cuba en 1962 a conduit le monde à un cheveu de la guerre atomique, et des dizaines de cas où des armes nucléaires ont été sur le point d’être utilisées suite à des accidents ou à une mauvaise analyse de la situation ont été étudiés. Selon les orateurs, la seule raison pour laquelle une catastrophe mondiale n’a pas encore eu lieu relève de la pure chance. [Les lecteurs de Partage international se rappelleront du rôle que nos Frères de l’espace ont joué dans la prévention des catastrophes.]

Quand il s’agit des armes nucléaires, il a été souligné qu’elles ne sont jamais entre de bonnes mains. Tant qu’un seul pays dispose de ces armes, d’autres les voudront aussi, et tant que les armes seront là, elles constitueront une menace directe et constante pour toute l’humanité et présenteront l’un des défis les plus graves de notre époque.

Loin d’assurer ou de maintenir la paix, les armes nucléaires ne produisent que peur et méfiance ; elles accroissent les tensions. En dépit de cela, les nations nucléaires continuent de s’accrocher à l’illusion de la « dissuasion nucléaire ».

Ces instruments de destruction massive sont totalement inutiles dans la lutte contre les problèmes les plus urgents de notre époque, pas plus qu’elles ne découragent le terrorisme. Le docteur Rebecca Johnson, co-présidente de l’Ican, a parlé du danger que constituent les armes nucléaires en elles-mêmes et de la façon dont elles constituent un obstacle pour la solution à nos problèmes. « Elles constituent un obstacle au progrès et peuvent nous renvoyer à l’âge de pierre. » Elle a demandé aux Etats d’engager des négociations en vue d’une interdiction de ces armes, et à la société civile de maintenir la pression.

Le cardinal archevêque John Onaiyekan, du Nigeria, a déclaré que les armes nucléaires n’ont pas leur place dans une société civilisée.Il a souligné l’importance de contrer les idéologies qui soutiennent cette folie et a rappelé un message du pape Paul VI datant de 1972 : « Si vous préparez la guerre, vous obtiendrez la guerre. Si vous voulez la paix, travaillez pour la justice. » La seule manière de stopper la dissémination des armes nucléaires et d’éviter une catastrophe humanitaire d’une ampleur sans précédent est d’éliminer complètement ces armes.

L’interdiction totale, à l’instar des mines anti-personnelles en 1997 et des armes à sous-munitions en 2008, est considérée par l’Ican comme la prochaine étape nécessaire pour abolir ces armes. Une telle interdiction constituerait l’outil permettant de modifier le statut juridique et politique des armes nucléaires ; elle pourrait être obtenue par les efforts des Etats responsables ainsi que la pression incessante de la société civile.

Gry Larsen, secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères norvégien, a assuré l’auditoire que le gouvernement norvégien était très engagé à faire le nécessaire et prendre des mesures avant que survienne une catastrophe. Elle a souligné l’importance du partenariat entre la société civile et les Etats dans cette lutte contre les armes nucléaires, et a souligné l’importance de l’action citoyenne en déclarant : « Sans la société civile nous ne pouvons pas atteindre cet objectif. »

Tant que les nations nucléaires restent dans un état de déni collectif, il est important de se concentrer sur les aspects humanitaires et environnementaux car il n’existe aucun argument qui pourra jamais nier les conséquences terribles d’une explosion nucléaire, et ceci permettra sûrement d’aboutir à une interdiction de ces armes. Lorsque les nations commenceront à comprendre que leurs armes nucléaires ne peuvent pas leur offrir une protection et, au contraire, constituent une menace majeure pour leur propre pays et pour l’humanité dans son ensemble, les règles du jeu seront modifiées et la dynamique politique pourra évoluer.

Des jeunes militants provenant de différentes régions du monde ont partagé leurs histoires et les succès qu’ils ont connus dans leurs campagnes. Richard Moyes et Thomas Nash du Groupe de pilotage international de l’Ican, ont transmis des messages très inspirants, rappelant l’importance de rester concentré sur l’objectif et de renforcer la confiance entre les nombreux partenaires impliqués dans la coalition car cette question est de loin beaucoup trop importante pour n’importe quelle organisation individuelle. Ils ont donné confiance aux participants en montrant que l’objectif est bien réalisable et que son heure est maintenant venue : « C’est maintenant le moment pour éviter l’impact humanitaire catastrophique des armes nucléaires et nous pouvons certainement le réaliser. »

D’après l’Ican, les puissances nucléaires ne devraient plus pouvoir agir comme des dictateurs sur ces questions. Pas moins de 146 pays dans le monde, une grande majorité, sont favorables à une interdiction des armes nucléaires, 22 sont encore indécis tandis que 26 pays sont opposés à une telle interdiction. L’abolition des armes nucléaires est également la question prédominante pour la grande majorité des peuples du monde entier. Selon l’Ican, environ 78 % des personnes interrogées dans 26 pays appuient un tel traité, dont une majorité de personnes dans tous les pays dotés de l’arme nucléaire, à l’exception du Pakistan.

Depuis plusieurs décennies maintenant, le reste du monde a attendu que les nations nucléaires remplissent leurs promesses. Différents intervenants au forum ont exprimé leur impatience face à cette situation de la manière suivante :

Dr Rebecca Johnson : « Nous sommes fatigués de vivre dans l’ère de la terreur nucléaire, nous voulons y mettre un terme. Nous avons le droit et le devoir d’empêcher ce qu’on ne peut guérir, et si ce n’est pas maintenant, alors quand ? »

Le cardinal archevêque John Onaiyekan : « Pourquoi devrions-nous continuer à nous faire terroriser par les nations qui menacent avec des armes nucléaires ? »

Le Dr Terumi Tanaka qui a survécu à la bombe de Nagasaki en 1945 et était présent au titre de conférencier lors du forum : « Nous devons faire entendre notre voix. Nous avons chacun une petite voix, mais une voix importante si nous marchons ensemble. Si nous nous taisons, il n’y aura que le silence. »


Renseignements : www.icanw.org

1. Benjamin Creme : « Aujourd’hui, on considère que neuf pays (dix si l’on inclut la Corée du Nord) dans le monde possèdent des armes nucléaires. En fait, il y a 24 pays en possession de bombes nucléaires, ouvertement ou non. » [PI juillet-août 2009].


Home Les femmes, gardiennes de la vie et de la Terre

par José Graziano da Silva Source : IPS

Rome (Italie)

Dans le monde entier, mais surtout dans les régions les plus pauvres de la planète, les femmes incarnent une force de vie qui se renouvelle chaque jour, parfois envers et contre tout.

Dans les pays émergeants, par exemple, les femmes représentent 43 % de la main-d’œuvre agricole. C’est tous les jours qu’elles luttent contre la faim. Ce sont les combattantes anonymes de la guerre la plus dévastatrice de notre époque, celle qui, paradoxalement, est la plus facile à gagner : la guerre contre la faim. Un habitant de notre Terre sur huit est atteint de malnutrition, soit 870 millions d’êtres humains. Dans des millions de foyers partout dans le monde, ce sont souvent les femmes qui prennent chaque jour les décisions sans lesquelles la table familiale resterait vide de nourriture. Il revient donc aux gouvernements et aux agences internationales de coopération de reconnaître le rôle majeur des femmes et de leur donner du pouvoir et des moyens en conséquence, à savoir les droits, les politiques, les instruments et les ressources nécessaires à leur inlassable contribution.

Le rôle primordial des femmes dans le domaine de l’approvisionnement en nourriture commence par la période allant du début de la grossesse jusqu’au deuxième anniversaire de l’enfant – période qui influence à jamais le développement d’une personne. Les femmes ont une influence – dans un sens ou dans l’autre – sur le triste nombre de 2,5 millions de décès d’enfants par an. En nourrissant leur famille, les femmes vont au-delà de leur instinct maternel : elles utilisent leur énergie et leur expérience pour cultiver la terre et faire les moissons. C’est particulièrement vrai en Afrique, où se situe le plus grand combat du 21e siècle contre la faim : quelque 239 millions de personnes y souffrent de la faim, soit 23 % de la population du continent.

C’est dans les régions rurales, où vivent 60 % des Africains, que les aspects les plus marquants de cette lutte contre la tragédie de la faim sont les plus visibles – comme, par exemple, l’importance du rôle des femmes. Dans les zones rurales, ces dernières sont chef de famille une fois sur quatre, et en Afrique du Sud, ce pourcentage atteint 45 %.

Ces dernières années, les guerres et les conflits ethniques, les migrations et l’effondrement environnemental ont intensifié parfois de façon drastique la présence des femmes sur les marchés agricoles : en Afrique du Nord, leur participation est passée de 30 à 43 % depuis 1980. Et elles sont majoritaires dans certains pays, comme au Lesotho, où elles constituent plus de 65 % de la main d’œuvre agricole.

Ces nouvelles responsabilités attribuées aux femmes s’ajoutent aux responsabilités familiales, et les hommes ne reconnaissent pas toujours, ni ne partagent, cette double (et parfois triple) charge de travail : dans les champs, à la maison et au sein de la communauté. Cette attitude rend souvent plus difficile l’émancipation des femmes.

Paradoxalement, dans le monde entier, ce sont les femmes qui souffrent le plus de restrictions à l’accès à la propriété des terres ; cela, à son tour, limite leur accès au crédit et aux aides dont elles ont besoin. L’un des objectifs les plus importants que puissent atteindre les gouvernements et les agences de coopération internationales est de lever ces restrictions dans les communautés agricoles des pays les plus vulnérables.

Dans le combat contre la faim, il est vital de faire prendre conscience aux Etats du rôle essentiel que les femmes jouent dans le développement économique et social, et de créer un consensus politique permettant d’accorder aux femmes les outils et les droits que nécessite le rôle qu’elles jouent.

Mais leur rôle ne se limite pas au combat contre la faim. Car, en tant que mères, sœurs, filles, épouses, et, souvent, seules soutiens de famille, les femmes sont souvent à la pointe du combat pour la justice sociale.




Home Hugo Chavez (1954-2013)

par Benjamin Creme

Hugo Chavez était un homme simple qui est devenu un héros national très aimé de la majorité des gens les plus pauvres du Venezuela. Les commentateurs des médias occidentaux l’ont qualifié de « controversé », suggérant qu’il avait des failles ou un comportement extravagant. C’était un nationaliste qui pensait en termes mondiaux. Issu d’un milieu simple, il a, par amour pour son pays et pour ses concitoyens, assumé le rôle de bienfaiteur. Animé par des idéaux élevés, il a cherché à faire reculer l’effroyable pauvreté de millions de ses citoyens, à les soutenir et à défendre leur droit.

H. Chavez, comme on le sait, a utilisé les profits générés par les immenses ressources pétrolières du Venezuela pour vaincre la pauvreté qui avait suscité chez lui la plus ardente compassion. Cela lui valut l’amour de son peuple et la détestation des forces avides dont la haine du « socialisme » retarde la transformation et l’amélioration de ce monde. C’était un héros et un démocrate, qui n’a cherché le pouvoir que pour le bien de ses frères et sœurs.

Ses ennemis l’accusent d’avoir laissé le Venezuela, pays potentiellement riche, avec d’énormes dettes. Mais ces accusations émanent de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres qui sont eux-mêmes couverts de dettes colossales. La dette de la Grande-Bretagne se chiffre en milliards et celle des Etats-Unis en trillions. D’autres pays ont leurs pauvres, mais ils n’ont pas de Chavez pour prendre leur défense.





Signes des temps

Home Formation neigeuse en forme de cœur

En 2008, 2010 et 2012, des formes sont miraculeusement apparues dans la neige, près du pont de Kornhauss, à Berne (Suisse).

Début février 2013, c’est une formation labyrinthique parfaite ayant la forme d’un cœur qui est apparue dans la neige.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ces formations dans la neige ont toutes été manifestées par les Frères de l’espace.


Home Déva – nouvelle manifestation

Le déva, ou ange, filmé par les caméras de la Nasa en octobre 2012, a été filmé à nouveau en février dernier, tout près de sa localisation précédente.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agit du même déva que celui filmé en décembre.


Home Un signe dans le ciel


 

Cher Monsieur,

Cette photo a été prise alors que je rentrais du bureau, le 23 août 2012, aux alentours de 16 h.

Je me trouvais sur la ligne 6, en provenance d’Oslo et je suis descendue à la station de métro Bjornsletta. Il y avait un bel arc-en-ciel, et j’ai vu un homme s’arrêter sur le quai pour prendre une photo. Cela m’a donné l’idée de m’arrêter aussi et de prendre une photo avec mon i-phone. Quand j’ai regardé la photo, j’ai découvert un œil qui me regardait dans le ciel, et fascinée, j’ai pris encore quelques clichés.

M. D., Oslo, Norvège

Le Maître de B.Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un signe manifesté par Maitreya.


Home Kumbha Mela

L’artiste italienne Simona Bocchi, qui habite en Inde depuis sept ans, pense depuis longtemps que la vie extraterrestre existe et depuis qu’elle a commencé à observer le ciel, elle s’est mise à peindre des vaisseaux spatiaux sur certaines de ses toiles.

En février 2013, elle s’est rendue à Allahabad à la fameuse Kumbha Mela, le plus grand pèlerinage du monde où huit millions de personnes se rassemblent pour une prière commune universelle, au confluent du Gange et de la Yamuna.Le 9 février à 19 h 49, qui est astronomiquement le moment le plus auspicieux pour l’immersion dans le fleuve, elle a pris des photos du ciel. Le vaisseau spatial n’était pas visible à l’oeil nu et elle ne l’a découvert qu’en affichant la photographie à l’écran.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un vaisseau spatial martien dont les occupants photographiaient la Kumbha Mela. Les Martiens s’intéressent beaucoup à ce qui se passe sur Terre et ils ne voyagent pas tous dans des vaisseaux spatiaux. C’est pourquoi certains sont chargés de le leur montrer.


Home L'« étoile » à Göteborg

Source : YouTube : UFO-Skywatcher Sävedalen


 

Ces commentaires à propos de l’observation d’un ovni ont été postés sur YouTube le 1er mars 2013 : « Cette étrange « étoile » a été observée la nuit dernière aux environs de 17 h 30 / 18 h 30 par ma compagne et moi-même à Göteborg (Suède). Cet objet se mouvait avec une extrême lenteur et il est apparu plusieurs heures avant les autres étoiles. Il vibrait et changeait de couleur très rapidement. Je ne sais si c’est une étoile ou une planète. Une planète qui aurait quitté son orbite ? Peut-être, mais je n’en suis pas persuadé. Il y a des gens qui pensent que ce pourrait être Sirius, Nibiru ou même un vaisseau ravitailleur. Qu’en pensez-vous ? »

Le Maître de B. Creme a indiqué qu’il s’agissait de l’« étoile » de Maitreya.


Home Photo miraculeuse du voile de Véronique

Source : Coast to Coast AM Radio, E.-U.


 

En 2006, alors qu’elle écrivait son livre The Sixth Station (la 6e station), la journaliste du New York Post Linda Stasi a photographié le célèbre voile de Véronique au monastère de Manoppello, en Italie. Ce voile est une pièce de tissu que sainte Véronique a utilisé pour essuyer le visage de Jésus alors qu’il portait la croix. [Le Maître de B. Creme a confirmé son authenticité, voir PI, oct. 2006.]

Linda Stasi prit deux photos, l’une après l’autre. La première montre le visage d’un Jésus souriant, bouche fermée, regardant devant lui, alors que la seconde le montre bouche ouverte, dents visibles, les yeux tournés vers le haut. Lorsqu’elle montra les photos numériques à son compagnon de voyage, le père Peter Jacob, celui-ci tomba en inanition près de l’autel.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agit d’un miracle manifesté par Maitreya.


Home Une météorite géante

Source : Siberian Times ; YouTube : Jason Kirby]


 
Des vidéos de la météorite géante, prises au-dessus de la Russie, le 15 février 2013, montrent ce qui semble être un petit objet heurtant cette météorite, la faisant exploser et voler en éclats avant qu’elle ne touche terre.
Un article du Siberian Times consacré à cet incident se demande si l’objet était un missile russe ou si, comme le suggère un débat en ligne passionné, nous n’avons pas été sauvés par un ovni faisant exploser la météorite avant qu’elle ne heurte la Terre.

Le Maître de B. Creme confirme que cette météorite a été délibérément détruite par un vaisseau spatial non conduit par des hommes, évitant ainsi une collision potentiellement destructrice.


Home Une bénédiction de Maitreya

Cher Monsieur,

Durant l’été 2012, on a diagnostiqué chez mon frère une sclérose latérale amyotrophique, maladie incurable ; les mois suivants son état s’est détérioré rapidement et bientôt il ne pouvait plus du tout bouger et à peine parler. En novembre, pendant une sortie dans les bois avec son amie et les parents de celle-ci, près de Freising, ils ont pris des photos. La plupart d’entre elles le montre dans sa chaise roulante avec son amie. Sur une photo de la nature environnante apparaît un fin rayon de lumière très particulier.

Identitée non communiquée, Allemagne

Le Maître de B. Creme a indiqué que ce rayon de lumière était une bénédiction de Maitreya.



Citation

Home Extrait du message n° 108

par Maitreya

« Bientôt, vous constaterez qu’avancer sur cette voie est plus simple que vous ne le pensiez. Cette voie, mes amis, vous a appelés depuis le commencement. La voie de l’avenir et la voie qui mène à Dieu sont unies dans mon plan. Lorsque vous posez les pieds sur le sentier qui conduit à la Justice et à l’Amour, vous commencez votre ascension vers Dieu. Rien, en essence, ne change avec Dieu. Mes amis, mon espoir est grand, comme doit être le vôtre. Manifestez cet espoir, ce joyeux enthousiasme, et préparez le chemin pour moi. Faites savoir que je suis ici. Faites connaître le fait de mon retour. Appelez vos frères à moi et, joyeusement, répandez ces heureuses nouvelles. »





Courrier des lecteurs

Home La vérité, haut et fort

Cher Monsieur,

En 2012 quelques co-workers assistaient à une conférence relative aux enfants palestiniens traumatisés. Près de moi se trouvait une journaliste d’une chaîne de télévision néerlandaise bien connue. Nous engageâmes la conversation et il se trouvait que ses parents avaient été impliqués ou intéressés par l’information diffusée par Benjamin Creme. Elle connaissait tout sur Maitreya.

Près de la journaliste, il y avait une autre femme d’environ 60 ans qui attirait l’attention. Elle était blonde et portait des vêtements plutôt colorés. Elle manifestait un grand enthousiasme pour les paroles du conférencier et le faisait savoir !

Se pourrait-il qu’elle fût le Maître Jésus ?

N. de G., Amsterdam, Pays-Bas

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la « femme »était Maitreya.


Home Une belle rencontre

Cher Monsieur,

J’étais dans la buanderie située au sous-sol de mon immeuble et après avoir terminé, j’allumai la lumière du couloir étroit et long. A cet instant un homme très grand entra par la porte opposée vers laquelle je me dirigeai.

Ces appartements sont destinés aux pauvres comme moi et cet homme paraissait vraiment « déplacé ». Il était jeune, beau, grand, solennel mais amical, alerte, européen, vêtu d’un costume impeccable. Quand il approcha, il me fit un clin d’œil et sourit !

Avec mes sacs à linge, j’avais l’air négligée. Je venais juste de nettoyer la buanderie et j’étais exténuée, mais ce clin d’œil et cette étincelle dans son regard me redonnèrent de l’énergie.

Qui était-il ? Je n’ai jamais vu ce genre de personne depuis que j’habite là et nul ne m’avait fait de clin d’œil depuis trente ans surtout pas avec l’allure que j’avais alors ! Je ne me rappelle pas s’il est vraiment passé devant moi. Le couloir est si étroit que j’aurais dû lui céder le passage avec mes deux sacs à linge. Je me retournai encore sidérée – mais il n’y avait plus personne. Se peut-il que ce fût un Maître ?

S. V., Turku, Finlande

PS – Je lis Share International qui m’inspire beaucoup et m’informe. J’ai lu avec grand plaisir les trois tomes de la Mission de Maitreya. De loin la meilleure lecture Merci !

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que « l’homme grand » était le Maître Jésus.


Home Un réglage spirituel

Cher Monsieur,

En 2009, une de mes cousines me remit un exemplaire de La Mission de Maitreya, tome II, me demandant de le lire parce qu’il semblait apporter des éclaircissements au sujet d’une pratique de bouddhisme laïque que nous avions entreprise ensemble.

Je fus impressionnée par le contenu du livre mais je préférais considérer Benjamin Creme comme un « doux dingue », et me rassurer moi-même sur ma santé mentale.

Mais au cours des mois qui suivirent, d’autres sources vinrent recouper les informations contenues dans La Mission de Maitreya, tome II, au point que je relus le livre, envisageant sérieusement que cela puisse être vrai.

Le doute devenant insupportable, j’invoquai le Boddhisattva Maitreya en récitant le soutra du Lotus du Merveilleux Dharma où son nom apparaît, afin de recevoir un signe attestant ou non la véracité des faits avancés par B. Creme.

Je commençai un jeudi. Le vendredi de la semaine suivante, alors que je montai dans ma voiture et allumai la radio programmée sur ma station favorite, celle-ci se dérégla. Elle balaya toute la bande FM pour s’arrêter sur Radio Ici et Maintenant où Benjamin Creme donnait une interview pendant laquelle était annoncée la conférence annuelle qu’il allait donner le lendemain à Paris, en mars 2010.

La radio a-t-elle été réglée par une main invisible ? Etait-ce le signe que j’attendais ?

A. M. T., Paris, France

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un signe de Maitreya.


Home Bénédiction à l’église

Cher Monsieur,

Le 20 février, jour des obsèques de ma mère, je demandais à Maitreya de me donner la force de mieux maîtriser mes émotions, car lors de l’enterrement de mon père, j’avais été confrontée à une crise de larmes incontrôlable qui m’avait empêchée d’assister à la cérémonie, provoquant en moi de la culpabilité.

Il faisait froid mais le soleil brillait, mon chagrin disparut, laissant place à une sorte de joie intérieure. Lors de la cérémonie à l’église je profitais pleinement de la beauté des lieux et de la pureté des chants de la petite chorale. A l’invitation du prêtre à se recueillir, reconnaissante, je remerciai Maitreya, en mon for intérieur, de me procurer cette sorte d’allégresse et dis la Grande Invocation.

Au cours de la cérémonie, j’aperçus un vieil homme tout courbé qui marchait silencieusement dans l’allée gauche proche de moi, se dirigeant vers le chœur. Il était vêtu d’un imperméable beige et d’un chapeau. Arrivé devant le chœur, je crus apercevoir qu’il s’agenouillait puis se prosternait face contre terre, les bras en croix. Il resta quelques temps dans cette position puis se releva, refit une génuflexion et repris la même allée. Arrivé à ma hauteur, il s’assit sur une des chaises disposées le long de l’allée. Il était pratiquement caché derrière une colonne, mais je pouvais apercevoir la manche de son imperméable.

Lorsque nous sortîmes de l’église pour reprendre notre voiture, je le vis sortir à son tour par la porte latérale. Et alors je m’aperçus que ce monsieur qui semblait si âgé avait une magnifique chevelure d’un noir de jais, coiffé en un petit chignon à la manière péruvienne.

A aucun moment je n’ai vu son visage. Mon mari et mon frère l’ont aussi aperçu et nous nous sommes demandé s’il ne s’agissait pas de Maitreya ou du Maître Jésus.

R. G., Etampes, France

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.


Home Changement de vie

Cher Monsieur,

Le dimanche 27 octobre 2012, vers 15 h, mes enfants, L. et M., ma mère et moi-même, nous trouvions au croisement de la rue de la Victoire et de la rue de l’Hôtel des monnaies, à Saint-Gilles, Bruxelles, lorsqu’une dame âgée aux cheveux courts d’un blanc très pur nous accosta. Elle était assez grande, les épaules voûtées. Elle était vêtue d’un pantalon beige et d’un pull-over dans les tons bleus et elle tenait un énorme parapluie de plusieurs couleurs. Elle nous demanda le chemin d’un magasin de bricolage situé plus haut. Elle avait, me semble-t-il, un accent d’un pays de l’est de l’Europe. Je lui indiquai comment s’y rendre. Lorsque nos regards se croisèrent, quelque chose se passa : son regard était si profond et tellement plein d’amour. Puis elle me remercia, alors mon fils Matteo lui donna une explication complémentaire et elle lui répondit : « Merci mon chéri », d’une voix forte, pleine de douceur et d’amour. Je lui proposai de l’accompagner, mais elle répondit : « Non merci, je connais. » Alors qu’elle s’éloignait je dis à mes enfants : « C’était Maitreya. » Me tournant vers ma mère, je lui dis : « C’était le Christ. » Je me retournai, la dame remontait la rue de la Victoire, puis elle demanda quelque chose à un couple. Convaincu au fond de moi que c’était Maitreya, je décidai de la suivre. Arrivé à sa hauteur, je lui dis : « Si vous voulez, je vous accompagne. » Mais elle répondit à nouveau : « Non merci, je connais » puis repartit. Ensuite, je rejoignis ma mère et mes enfants.

Cette dame était-elle vraiment Maitreya ? Depuis ce jour, ma vie a changé, le mal-être qui me rongeait a disparu. Mes souffrances se sont atténuées et je sais enfin où je vais et ce que je dois faire. Depuis ce jour mon cœur s’est illuminé. Mes enfants sont plus calmes. Merci mille fois.

R. C., Bruxelles (Belgique)

Le Maître de B. Creme a indiqué que la dame était le Maître Jésus.


Home L’« étoile » de Maitreya

Cher Monsieur,

Le 11 février 2013, je rentrai d’une séance de méditation de transmission à Valence (Espagne). De ma voiture, je vis, dans le ciel, une lumière rouge immobile, planant au-dessus du Monte Picayo. Tout d’abord j’ai pensé que c’était un avion puis je réalisai qu’elle ne bougeait pas et comme je continuai ma route, la lumière demeurait là. Quand je fus arrivée chez moi, la lumière était toujours au-dessus de la colline. J’aimerais savoir si cette lumière était l’« étoile » de Maitreya ou un vaisseau spatial.

Identité non communiquée, Valence, Espagne

Le Maître de B. Creme a indiqué qu’il s’agisstait de l’« étoile » de Maitreya.


Home Une agréable rencontre

Cher Monsieur,

A la mi-janvier 2013, à la bibliothèque Shanti de Puttaparthi (Inde), dans l’ashram de Saï Baba, j’attendais pour tester le matériel afin de diffuser deux vidéos de Benjamin Creme. Un homme grand entra et demanda où était la salle de méditation. Trois hommes très vieux l’accompagnaient dont deux s’aidaient de cannes pour marcher. Je leur montrai le chemin. Alors que j’ouvrais la grille menant à la salle de méditation, l’homme de grande taille me demanda d’où j’étais. Je lui répondis que j’étais allemande et il me dit en substance ceci : « Vous savez, l’Allemagne et l’Inde ont une longue histoire en commun. » Je répondis : « Peut-être, parce qu’elles ont la même structure de rayon mais inversée. » Puis les trois autres hommes passèrent devant moi, levèrent la main et dirent : « Saï Ram. » Ils me regardèrent intensément et le deuxième homme m’adressa un large sourire me montrant quelques dents. Leurs gestes témoignaient une profonde gratitude.

Cette scène reste gravée dans mon esprit. S’agissait-il de Maîtres ou de personnes ordinaires ?

D. C., Berlin, Allemagne

Le Maître de B. Creme a indiqué que « l’homme de grande taille » était le Maître Jésus et les trois autres des disciples.


Home Un jeune homme très pressé

Cher Monsieur,

En rentrant d’une séance de méditation de transmission, il était tard et il faisait très froid. Je pensai aux nouvelles du jour commentées et analysées en direct par des experts à la télévision. Le pape Benoît XVI avait annoncé sa démission ! Je me demandais si la légende ou prophétie disant que ce serait le dernier pape pourrait se réaliser. Et si cette démission inattendue pouvait permettre à Maitreya de se faire connaître très rapidement au monde entier. Peut-être que le jour de déclaration était imminent et pourrait avoir lieu dans quelques mois ? Et comme si j’essayais d’accélérer son émergence, je me mis à l’acclamer comme le ferait un supporter sportif et déclamai intérieurement Maii-tree-yaa ! Maii-tree-yaa ! Maii-tree-yaa ! sur le rythme de mes pas. Après cette transmission j’étais surexcité et plein d’entrain.

Je traversai la rue pour consulter le thermomètre de la pharmacie en face. Au moment même où je me glissai entre les voitures, un homme jeune vint à ma rencontre. Je dus reculer légèrement pour le laisser passer. Il semblait très pressé et ce qui me frappa ce fut ses mouvements aisés, fluides, son pas léger. Au cours de ce bref instant, je remarquai son visage expressif et ses beaux yeux foncés irradiants et étincelants. Il portait un chapeau rouge en laine et un blouson d’hiver blanc. Il souriait à tout le monde en murmurant une excuse. Et avant que je m’en rende compte, il s’était éloigné d’un bon pas et j’avais du mal à le distinguer dans le noir. Cette brève rencontre occupait encore mon esprit le lendemain. Etait-ce Maitreya ?

A. B., Munich, Allemagne

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l « homme jeune » était le Maître Jésus.


Home Du bon travail

Cher Monsieur,

Le 30 septembre 2012, ma mère et moi nous rendîmes à l’exposition végétarienne de Christchurch. Sur la route, nous avons signé une pétition contre la vente de notre patrimoine national par le gouvernement. Sur le chemin du retour un homme âgé nous arrêta et nous demanda de signer sa pétition. Ma mère répondit que nous en avions déjà signé une à l’aller mais qu’il faisait vraiment du bon travail. Comme nous repartions il cria à notre intention : « Vous faites aussi vraiment du bon travail. » L’homme irradiait une énergie très spéciale. Se pourrait-il que ce fût l’un des Maîtres ?

B. P., Amberley, Nouvelle Zélande

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’« homme âgé » était le Maître Jésus.



Compte rendu de lecture

Home Un livre de Benjamin Creme : la mission de Maitreya, tome II

Toute cause a un effet

par Carmen Font

En 1993, nombre de citoyens, inquiets, cherchaient des réponses, car ils étaient stupéfaits des changements majeurs qui se produisaient dans les domaines politique et économique : chute du mur de Berlin, éclatement des anciennes républiques soviétiques, fin de l’apartheid, début d’un krach économique de grande ampleur qui avait démarré un peu plus tôt au Japon.

La Mission de Maitreya, tome II (MMII), a non seulement répondu aux questions des lecteurs préoccupés par les événements, mais leur a fourni de surcroît un cadre et un contexte leur permettant de comprendre clairement les causes profondes de ces événements. Si l’on devait résumer en une phrase l’esprit des quelque sept cents pages que compte cet ouvrage, on pourrait dire : « Toute cause a un effet. »

A une époque riche de nouvelles fracassantes, peu avant qu’Internet et les outils de communication instantanée ne commencent à traiter et à diffuser l’information, les lecteurs de La Mission de Maitreya, tome II se sont vu offrir des descriptions approfondies de l’état du monde et de nos relations avec ces événements. Dans ce second tome de La Mission de Maitreya, les lecteurs sont pris à témoin du fait que les préoccupations et les priorités de Maitreya sont d’une portée mondiale. Les événements exotériques qui font la une des médias répondent aux nouvelles énergies du Verseau et du Plan d’évolution. L’immédiateté et la transcendance de ces événements dépasse leur nature factuelle ou historique et deviennent des exemples frappants du but sous-jacent de la vie sur la planète Terre.

Le livre aborde trois grands thèmes. La première partie, « Maitreya et l’Emergence », relate les événements qui ont marqué le processus d’extériorisation de Maitreya et de la Hiérarchie, à une époque où des journalistes sincères exprimaient leur vif intérêt. On nous rappelle la conférence historique d’avril 1990 lors de laquelle Maitreya, qui « s’est déjà fait connaître à un vaste groupe de personnes influentes dans de nombreux pays » (p. 27), rencontre trente journalistes et leur donne de grandes expériences spirituelles. Douze d’entre eux tentent alors de faire part de leur expérience aux responsables de leurs rédactions, mais se heurtent à une totale incompréhension de leur part (p. 29). Quelle frustration pour le lecteur qui s’aperçoit que Maitreya ne s’impose pas et ne porte pas atteinte à notre libre arbitre, alors même que nous avons la « vérité aveuglante » sous les yeux ! Mais, en même temps, la lecture des développements ultérieurs, début 1993, nous montre les pas en avant gigantesques accomplis par la Hiérarchie dans son processus d’extériorisation et nous donne une idée de l’amour et de la confiance dont elle fait preuve à l’égard de l’humanité. La frustration n’est donc pas de mise quand il est question de l’Extériorisation. Si la Hiérarchie n’était pas certaine de la capacité de l’humanité à changer le monde, Maitreya ne se serait pas engagé dans ce processus d’apparition publique. Au lieu de se plaindre du fait que « l’Emergence prend si longtemps », l’humanité ferait mieux d’adopter une attitude consciente et dynamique devant la complexité de pareil événement. En d’autres termes, nous devrions nous rendre compte que la Hiérarchie nous fait un honneur en nous offrant l’opportunité de reconnaître sa présence et de réaliser les transformations nécessaires dans le monde. Pour ceux qui ont lu les livres ultérieurs de Benjamin Creme et la revue mensuelle Partage international ou qui ont consulté le site web PartageInternational.org, le crescendo du processus d’émergence et des contacts sans cesse plus étroits de Maitreya avec l’humanité apparaît clairement dans la deuxième partie de MMII : communiqués de presse, miracles et signes (p. 66) et surtout prédictions de Maitreya quant aux changement politiques correspondant à la « nouvelle énergie [qui] se répand sur la planète » (p. 108).

Bientôt vingt ans se sont écoulés depuis la publication dans MMII de ces prédictions annonçant l’effondrement du système économique fondé sur les forces du marché et la marchandisation, de nouveaux scénarios politiques – dans lesquels les pays d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique ont un plus grand poids géopolitique et économique – et des développements sociaux et scientifiques dans les domaines de l’éducation et de la technologie de la lumière. Ces prédictions permettent ainsi au lecteur de constater que la mission de Maitreya s’accomplit comme prévu et à belle allure. Evidemment, rien ne va jamais assez vite quand il s’agit de la souffrance de millions d’individus, mais on est tout de même obligé de reconnaître que les choses avancent vraiment sérieusement quand on apprend que Maitreya est déjà apparu à la télévision plusieurs dizaines de fois aux Etats-Unis, au Mexique, au Brésil et en Russie, et quand on voit les développements qui ont eu lieu ces derniers temps au Moyen-Orient. MMII est un ouvrage central dans l’œuvre de Benjamin Creme, car il marque un tournant dans notre compréhension de la façon dont l’émergence de Maitreya se réalise sur le plan physique et des événements qui nous rapprochent chaque jour davantage d’une « aube nouvelle pour l’humanité ».

D’un autre point de vue, MMII a aussi une valeur toute particulière car il rassemble les enseignements de Maitreya sur les pratiques de l’honnêteté mentale, de la sincérité de cœur et du détachement, qui ont eu un impact si profond sur notre travail intérieur et notre cheminement vers une conscience toujours plus éveillée.

Poursuivant dans cette voie, la troisième partie de MMII traite en profondeur les sujets fondamentaux du discipulat et du service. La conférence de Benjamin Creme « Se libérer de la peur » fait aujourd’huiréférence, elle est devenue un classique dans l’art qui consiste à se libérer du mirage de la peur pour faire l’expérience du Soi : « Je pense qu’il est possible [de se libérer de la peur] si l’on parvient à établir une relation avec notre Soi en tant que Soi, et non avec cette accumulation d’expériences que nous appelons « moi », où la peur est inévitable parce qu’elle est créée par la pensée » (p. 316). Ce chapitre, tout comme le chapitre XI, « L’évolution », et le chapitre XII, « L’expansion de la conscience », sont une lecture incontournable pour ceux qui s’intéressent à l’évolution de la conscience et recherchent des suggestions concrètes à ce sujet : « La qualité de votre expérience dépend entièrement du degré d’éveil de votre conscience, qui dépend à son tour de la qualité des instruments de la conscience : vos véhicules physique, émotionnel et mental » (p. 383). C’est ainsi que la pratique de l’honnêteté, de la sincérité et du détachement, telle qu’elle est proposée par B. Creme, devient la lumière qui éclaire le sentier du disciple.

Le chapitre XIII, consacré aux sept rayons, est devenu une lecture de référence pour quiconque s’intéresse à l’étude des qualités des rayons et à la façon dont ces qualités s’expriment dans les individus en fonction de leur niveau d’évolution. Dans le chapitre XIV sur la méditation de transmission, B. Creme met l’accent sur les aspects service et développement du disciple : « Le disciple est une personne qui a conscience qu’il y a un but et qui fait tous ses efforts pour favoriser sa propre évolution de manière parfaitement consciente. Le but qu’il recherche est bien entendu la perfection » (p. 516).

La méditation de transmission nous aide dans la recherche de ce but car elle nous permet de nous entraîner à focaliser notre attention tout en participant à une activité de service. Les lecteurs qui ont l’habitude de cette interaction entre méditation et service trouveront eux aussi un grand intérêt à faire une nouvelle fois dans ce chapitre l’exploration des mécanismes de la conscience du Soi. Ils y trouveront une longue série de questions et réponses sur la relation et l’importance de l’innocuité dans le processus par lequel l’homme se reconnaît lui-même en tant qu’âme.

Les deux derniers chapitres concluent ce voyage dans la conscience de l’âme en mettant en lumière le travail qui attend tous ceux qui visent à l’initiation de groupe. Benjamin Creme nous y rappelle que ce travail ne peut pas être le résultat d’un ensemble de méthodes et de règles, mais d’une attitude d’amour et de motivation : « Quand le groupe voit le but et va de l’avant en s’absorbant totalement dans ce but, alors toutes les autres questions [les conflits de groupe] se règlent d’elles-mêmes » (p. 654).

Le livre se termine en apothéose par la conférence « L’appel au service », dans laquelle B. Creme se penche sur la motivation et la ténacité, qui sont les deux forces principales soutenant le disciple dans son service et dans l’impact qu’il a sur le travail de groupe et le monde extérieur.

Il y a dans MMII une qualité fondamentale et spécifique qui, dans chaque chapitre, enchante et inspire le lecteur. Il s’agit, dans l’œuvre de B. Creme, d’un livre central au vrai sens du terme, qui contient une somme considérable d’informations historiques et ésotériques précieuses pour le disciple comme pour le lecteur occasionnel. On y trouve un ton et une énergie uniques qui donnent envie de passer à l’action et de participer à la Mission de Maitreya.


Benjamin Creme, La Mission de Maitreya, tome II, deuxième édition, Partage publication, 2001.





Interviews

Home Les glaciers : des canaris dans la mine de charbon

Interview de James Balog par Jason Francis

James Balog est un chef de file dans la photographie, la compréhension et l’interprétation du milieu naturel depuis trois décennies. Il a un diplôme d’études supérieures en géographie et géomorphologie et est un alpiniste passionné. Pour mettre en évidence l’impact du changement climatique, J. Balog a fondé en 2007 l’Extreme Ice Survey (EIS) (Etude glace extrême, EGE), l’étude photographique au sol des glaciers la plus importante jamais réalisée. Le projet est présenté dans le fameux documentaire Chasing Ice (A la poursuite de la glace), qui a remporté de nombreux prix dans le monde entier. J. Balog est également l’auteur de huit livres, dont le dernier Glace : Portraits des glaciers en disparition, a été publié à l’automne 2012. Jason Francis a interviewé James Balog pour Partage international.

Partage international : Qu’est-ce qui vous a incité à étudier l’évolution du climat de la planète alors que vous étiez un sceptique du changement climatique ?
James Balog : J’étais sceptique car je pensais que la science était basée sur des modèles informatiques. Je pensais que la question avait peut-être été montée de toutes pièces comme une cause militante. Et, troisièmement, je n’avais pas réalisé que l’homme était capable de changer la chimie et la physique de cette planète. Je connais ce domaine assez bien, mais à l’époque, il y a quinze ou vingt ans, l’idée de changements systémiques anthropogéniques massifs n’était pas réellement comprise. Et je ne comprenais pas.
J’ai donc pris le temps d’étudier les enregistrements du climat ancien conservés dans les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique. J’ai réalisé qu’en fait, il existait des preuves empiriques de la façon dont les climats ont changé au fil du temps et à quel point le climat actuel diffère de ce qu’il devrait être. Après avoir constaté qu’il existait un enregistrement précis, concret et empirique du climat dans les calottes glaciaires, j’ai compris que beaucoup de mon précédent réflexe de scepticisme était erroné et n’avait rien à voir avec les modèles informatiques. En fait, les hommes changent la chimie de base de la planète et j’avais besoin de revoir ma façon de penser. C’était à la fin des années 1990. Ensuite, j’ai cherché à comprendre comment moi, en tant que photographe concerné par l’environnement, je pourrais réaliser une étude photographique sur le sujet. Et je ne cessais de revenir à la glace. Je ne voyais pas d’autre moyen de le faire, que de photographier la glace.
Un jour, j’ai reçu un appel du magazine The New Yorker qui me proposait une mission en Islande. J’ai eu la chance de la transformer en une mission pour le National Geographic qui devint soudain beaucoup plus importante. Tout cela nous a conduit à EGE, et le reste appartient à l’histoire.

Du sceptique à l’avocat

PI. Quelles techniques présentées dans votre documentaire sont utilisées pour étudier les glaciers en voie de disparition ?
JB. Le film est une étude cinématique de ce que mon équipe et moi avons fait dans le projet EGE. EGE est une étude multi-continentale de la façon dont la glace se retire en raison du changement climatique. Nous avons déployé en Alaska, Canada, Groenland, Islande et au Népal vers le mont Everest, des appareils photos qui utilisent la technique du time-lapse. Ceux-ci prennent une photo toutes les 20, 30 ou 60 mn, produisant un enregistrement de la façon dont le paysage change.
L’équipe de tournage du documentaire a commencé à filmer dès le début du projet et nous a suivi pendant deux ans et demi à trois ans sur le terrain. Elle nous a observé et a enregistré nos diverses aventures, aussi bien techniques qu’humaines. Le film creuse dans l’histoire des gens et montre comment sont affectés ma vie de famille et ma santé. Il rend vivant l’expérience de l’équipe, son histoire et les glaciers. Les personnages principaux sont les glaciers, le paysage, mais ils travaillent en tandem avec l’histoire humaine. C’est une combinaison de l’histoire du paysage et de l’histoire humaine que beaucoup de gens trouvent assez convaincante.

PI. Combien d’endroits EGE a-t-il visité pour étudier le recul des glaciers ?
JB. Les glaciers sont éparpillés autant dans les hautes montagnes que dans les régions polaires. Nous ne pouvons suivre que quelques sites. Je ne prétends pas faire une étude exhaustive encyclopédique du comportement de toutes les régions du monde, sans parler de tous les glaciers. Mais les visualisations que nous créons s’appuient sur la masse des données scientifiques compilées par des chercheurs du monde entier, faites sur le terrain et à partir des observations satellitaires. On sait que dans la grande majorité des lieux situés en dehors de l’Antarctique oriental, les glaciers reculent. Les glaciers avancent un peu dans la chaîne du Karakoram au Pakistan et dans les chaînes montagneuses de l’Asie centrale, mais dans la plupart des cas, la glace se réduit de manière spectaculaire dans le monde entier et c’est une conséquence de l’évolution des températures et des précipitations.

PI. Pourquoi les glaciers sont-ils importants ?
JB. Les glaciers sont des canaris au fond de la mine de charbon de la planète. Ils sont une manifestation visible du climat en trois dimensions. Ils réagissent sur une base horaire, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle aux conditions environnementales qui les entourent. C’est un endroit où vous pouvez voir en action les effets du changement climatique. De nombreux changements climatiques se passant autour de nous s’expriment d’une manière difficile à saisir pour le public. Est-ce qu’il pleut plus fort en ce moment qu’avant, quand une tempête se lève sur la côte est des Etats-Unis ? Fait-il plus sec ce mois de juillet dans l’Utah à cause du changement climatique ? Ces questions sont basées sur des mesures. Vous ne pouvez pas le voir, mais dans la glace, vous pouvez voir comment un changement de temps et de climat affecte quelque chose en trois dimensions. Tout enfant comprend lorsque la glace fond. Vous mettez un glaçon dans la main d’un bébé d’un an et il comprend la relation entre la chaleur du corps et de la fonte de ce cube de glace.

PI. Dans le passé, les glaciers ont reculé et sont revenus. En quoi la perte de glace aujourd’hui indique-t-elle quelque chose de plus permanent ?
JB. C’est lié à une augmentation extrême et radicale du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. En fait, depuis les mille dernières années, la Terre se refroidissait. Si l’air répondait aux rythmes naturels, on sait à partir des enregistrements de la température de la calotte glaciaire que nous devrions glisser vers une nouvelle ère glaciaire.
En fait, les températures ont commencé à s’inverser et augmenter de plus en plus au cours du siècle passé, en particulier au cours des quarante ou cinquante dernières années. Cela est directement lié aux gaz à effet de serre dans l’atmosphère comme l’atteste un très grand nombre d’études scientifiques.

Un effet réciproque

PI. Dans quelle mesure la perte de glace a-t-elle également un effet sur l’aggravation du réchauffement climatique ?
JB. Il y a plusieurs problèmes posés dans cette question. L’un d’eux est la perte de la glace de la mer arctique. Lorsque vous perdez la couverture de glace de mer dans l’Arctique, vous modifiez la caractéristique de réflexion d’une grande partie de la Terre. Vous commencez à absorber plus de chaleur dans l’eau de l’océan. Ce qui à son tour modifie la circulation de l’atmosphère et change le comportement des systèmes météorologiques de l’hémisphère nord. C’est d’un type de relation réciproque dont vous parlez.
Le point suivant est que si les glaciers continentaux fondent, ils déversent de l’eau dans les océans, et le niveau de la mer monte. Comme le niveau de la mer monte, vous vous retrouvez avec une plus grande capacité à absorber la chaleur dans l’océan. L’augmentation de la chaleur absorbée dans l’océan rend l’atmosphère plus violente. Troisièmement, l’élévation du niveau des mers se traduit par des tempêtes côtières où les ouragans et les Nor’easters [puissantes tempêtes le long de la côte nord-est des Etats-Unis et du Canada] ont un impact beaucoup plus important sur les zones basses que lorsque le niveau de la mer était quelques centimètres plus bas.

Le taux de perte

PI. A quel rythme la glace des glaciers est-elle en train de disparaître ? Peut-on perdre complètement les glaciers du monde ?
JB. On entend souvent les gens dire : « Eh bien, si la calotte de l’Antarctique fond, le niveau des mers s’élèvera de 82 m », ou de cet ordre. Ce n’est vraiment pas la question. Nous sommes en train de perdre en ce moment une énorme quantité de glace dans les montagnes du monde, en Alaska, dans l’ouest du Canada, les Alpes, les Andes et l’Himalaya. Les glaciers reculent. Les glaciers vont probablement, dans certains cas, dans un avenir relativement proche, se transformer en quelques fractions de ce qu’ils étaient. Ici, aux Etats-Unis, nous disposons d’un parc national appelé parc national des Glaciers dans le Montana. Il est généralement admis que les glaces y auront disparu dans quarante ou cinquante ans en raison de la récession glaciaire.
Les grandes calottes glaciaires sont une autre histoire. Ce serait une situation apocalyptique si nous perdions la calotte glaciaire du Groenland. Si nous n’avons pas de glace au Groenland, nous aurons un effet de serre qui sera si catastrophique que nous ne serons probablement plus en mesure de vivre ici en Amérique du Nord. Ce serait une situation folle et je ne pense pas que quiconque puisse prédire cela. Je ne prévois certainement pas cela. De même avec l’Antarctique. Il faudrait des changements apocalyptiques dans le monde pour provoquer la fonte des glaces de l’Antarctique. Mais parmi les glaciers relativement petits – ce ne sont pas de petits glaciers, les glaciers de l’Alaska et des Alpes sont de grands glaciers – nous pourrions en perdre des portions importantes au cours des prochaines décennies et siècles.

Le monde change

PI. La fonte des glaciers est-elle la vraie question ou bien indique-t-elle quelque chose de plus important ?
JB. La question fondamentale n’est pas la fonte des glaciers. La question fondamentale est que les glaciers sont en train de nous dire que le monde autour de nous change. C’est une manière de penser et de parler des systèmes météorologiques changeants, qui a beaucoup à voir avec les risques naturels comme les tempêtes, les ouragans, les typhons ou les inondations. C’est une manière de réfléchir à la sécheresse. Toutes ces choses sont liées aux questions sur l’approvisionnement alimentaire et de l’eau. C’est la relation entre les circonstances qui est essentiel dans notre réflexion. L’autre grand facteur qui inquiète profondément l’armée américaine, c’est que les changements climatiques tendent en général à déstabiliser les situations déjà précaires dans diverses parties du monde. Toutes ces choses sont reliées entre elles et ont des conséquences immenses pour beaucoup de gens et des coûts énormes lorsque vous commencez à réfléchir à l’approvisionnement en eau et nourriture, et aux impacts des aléas naturels.

Réduire notre empreinte carbone

PI. Quel rôle les gouvernements jouent-ils pour limiter le réchauffement climatique et que peuvent-ils faire ?
JB. C’est un problème causé par l’homme avec des solutions venant de l’homme. Nous savons comment faire face à cela. Les solutions touchent à l’ingénierie économique et technologique et l’ingénierie des politiques publiques. Au cours des dix dernières années, d’innombrables innovations se sont produites dans tous ces secteurs. Nous savons ce qu’il faut faire, mais en général, les systèmes financiers, économiques et politiques favorisent le statu quo et pas le changement.
Pourtant en même temps, les gouvernements, en particulier en Europe et dans une certaine mesure, en Chine, font des choses formidables pour réduire l’empreinte carbone de leurs sociétés. Aux Etats-Unis, nous avons également fait de grandes choses. Il y a un an [2012] l’administration Obama a insisté pour que l’on modifie les normes à venir sur les carburants automobiles. Les gens avaient essayé de renforcer les normes sur la consommation des voitures vendues aux Etats-Unis pendant un quart de siècle et personne n’avait réussi à obtenir gain de cause contre les intérêts de Detroit. Cette administration l’a fait par l’intermédiaire d’une réglementation de l’EPA [Agence de protection de l’environnement]. Doubler les normes de consommation des véhicules permettra de réduire considérablement l’empreinte carbone. C’est un événement extrêmement important.
Une forte majorité de l’opinion publique américaine comprend qu’il y a une cause humaine derrière le changement climatique. Les sondages le montrent. Mais dans cette communauté, certains disent : « Regardez, je le comprends, mais il est trop tard. Je suis pessimiste. Je ne pense pas qu’on puisse faire quelque chose. Tout est terrible. C’est la pagaille. » Croyez-moi, je peux tomber dans ce genre de réflexion comme tout le monde quand je suis dans un mauvais jour. Mais je ne pense pas que nous disposons du droit moral de revenir à ce genre de pessimisme. Nous nous devons, pour l’intégrité de notre époque et de l’avenir, pour les générations à venir, de rester optimiste et de relever le défi. Nous devons faire face et arrêter de grogner et de pleurnicher en disant : « Nous ne pouvons pas. »

Sensibiliser le public

PI.Chasing Ice prend la notion abstraite du changement climatique et en produit une image tangible. Quel effet peut avoir le film pour ouvrir les esprits sur la réalité du changement climatique et de ses causes liées à l’homme ?
JB. Il y certainement beaucoup de gens dans le public qui ont évolué vers une position moins sceptique, notamment les personnes qui ont travaillé pour l’industrie pétrolière et gazière. Nous avons également inspiré et motivé les gens qui ne savaient pas, et ceux qui ayant déjà compris, se sentaient déconcertés. Les gens se sentent inspirés de voir que notre équipe a tout sacrifié pour raconter cette histoire.

PI. Etes-vous optimiste quant à l’avenir ?
JB.  J’aime à penser que nous sommes fondamentalement un animal intelligent qui s’intéresse à la survie de sa propre espèce. Si nous pouvons voir le changement climatique en ces termes, alors je dois rester optimiste.


Pour plus d’informations : www.extremeicesurvey.org ; earthvisiontrust.org ; chasingice.com ; jamesbalog.com





Compilation

Home Faites-le savoir

Nous publions ci-dessous des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Faites savoir à tous que je suis ici et aplanissez mon chemin. Mon dessein est de répandre dans le monde un certain enseignement, qui montrera aux hommes qu’il existe une autre approche de la vie, une voie nouvelle vers l’avenir. Puissiez-vous être parmi les premiers à me reconnaître, et à travers vous je pourrai travailler. Acceptez cette tâche. Il n’en est pas de plus grande que vous puissiez accomplir dans cette vie. Consacrez-vous à ce travail et servez vos frères. [Message n° 5 (Maitreya)]

Dites à tous ceux qui veulent l’entendre que celui qu’ils attendent est là, prêt à entreprendre publiquement sa mission. Qu’il compte sur les hommes et femmes de bonne volonté pour travailler avec lui pour la paix et la justice, la liberté et l’amour. Dites-le-leur. Dites-leur que Maitreya a la réponse aux malheurs du monde, que cette réponse est simple. Que le partage engendrera la confiance qui ouvrira la voie, et le cœur des hommes, à une paix bénie. Vous verrez alors l’esprit de l’homme s’épanouir dans la fraternité et la coopération. Vous verrez les problèmes et les obstacles s’effacer d’eux-mêmes, engloutis par une immense vague de bonne volonté. [En finir avec la guerre (Maître –)]

Beaucoup, aujourd’hui, se réjouissent de la promesse que ma présence apporte, mais beaucoup plus encore attendent toujours cette heureuse nouvelle. Chargez-vous de cette tâche, mes amis. Faites savoir que je suis ici et embrassez ma cause. Travaillez ainsi pour vos frères, et connaissez la joie du service. [Message n° 115 (Maitreya)]

Maitreya a affirmé que la chose la plus importante que vous puissiez faire, était de faire connaître sa présence. C’est la priorité absolue pour tous les groupes spirituels qui y croient, à quelque degré que ce soit – qu’ils en aient une conviction totale ou seulement à cinq pour cent. Si vous faites connaître sa présence, vous aidez Maitreya, et effectivement, vous favorisez votre propre évolution : tout acte de nature spirituelle que vous puissiez accomplir entraîne inévitablement un bénéfice karmique. [PI sept. 1993 (B. Creme)]

Il reste peu de temps avant que Maitreya apparaisse. Que cela vous encourage à redoubler d’efforts pour le servir. Faites savoir qu’il est parmi vous, et touchez le cœur de ceux qui ignorent cette bonne nouvelle. Accomplissez ainsi votre but et honorez votre promesse de jadis. [Un prodige se prépare (Maître –)]

L’opportunité de travailler pour la transformation du monde, pour la sauvegarde de l’humanité et des règnes inférieurs, pour le Plan de l’évolution, est une grâce, une opportunité jamais offerte auparavant à un si grand nombre d’individus. Je sais qu’il est plus facile de croire que d’agir selon ses convictions, mais si vous croyez tant soit peu à cette émergence, faites-le savoir dans la mesure de votre conviction personnelle. C’est l’unique opportunité qui vous sera donnée de le faire. Lorsque Maitreya se présentera, des millions de gens se rassembleront autour de lui et le monde se transformera assez rapidement, mais vous avez la chance de le savoir à l’avance et la possibilité de créer le climat d’espoir et d’attente qui est nécessaire. [PI nov. 1999 (B. Creme)]

Faites vôtre la tâche de dire aux hommes que je suis ici, que je travaille pour eux, pour leur avenir, pour l’avenir de tous les hommes et de toutes choses en ce monde. Faites connaître ma présence parmi vous, et soyez délivrés de tout ce que le passé a produit d’inutile. Faites connaître ma présence, et soyez assurés que mon amour se déversera à travers vous et éclairera le chemin qui s’ouvrira devant vous, pour vos frères et sœurs. Faites ce travail et aidez-les tout en m’aidant. Ma tâche ne fait que commencer. Lorsqu’elle sera achevée, je me souviendrai de ce temps comme de celui où la Lumière s’est allumée dans le cœur du petit nombre de ceux qui ont cherché à servir leurs frères. [Message n° 6 (Maitreya)]

Nombreuses sont les manières de servir, mais il en est une aujourd’hui qui est prioritaire entre toutes : le Christ a besoin de votre bonne volonté. Faites part au monde de sa présence et de son émergence toute proche, ainsi vous l’aiderez mieux que vous ne sauriez l’imaginer. Façonnez ensemble la forme-pensée de cet événement et créez un climat d’espérance. Plus que toute autre chose, cela lui permettra de revenir sans heurts dans un monde en proie à l’inquiétude et au chaos. [La voix des peuples (Maître –)]

Nous vivons des temps mémorables ; je ne saurais trop insister là-dessus. C’est une époque comme il n’en a jamais existé auparavant. Je doute qu’une telle opportunité de service se soit jamais présentée à un groupe. A maintes reprises, dans ses messages, Maitreya a affirmé : « C’est une opportunité de service comme on n’en a jamais vu auparavant. » S’il le dit, vous pouvez être sûr que c’est la réalité. Jamais auparavant, tant de gens n’ont eu une telle opportunité de service, l’opportunité d’accomplir, à leur niveau, quelque chose d’une importance capitale. C’est la raison pour laquelle des groupes comme celui-ci devraient reconnaître le privilège qui leur est accordé, faire le maximum pour se montrer à la hauteur de l’opportunité qui se présente et ne pas la gaspiller dans un esprit de compétition ou d’égoïsme, ou dans une simple contemplation de soi, à laquelle chacun peut se complaire parfois mais qui, avec le dévouement au travail, devrait être de plus en plus rare. [L’Art de la coopération (B. Creme)]

J’ai pour projet que vous me voyiez bientôt. Avec votre aide, il peut en être ainsi. J’ai besoin que se crée un climat de confiance, d’attente et d’espoir. De cette façon, la force ne sera pas nécessaire. Ma Loi s’oppose à son usage. Par conséquent, mes amis, il vous appartient d’accomplir cette tâche. Faites savoir que je suis parmi vous et créez le climat qui permettra de me voir sous peu. Ce ne sera pas aussi difficile que vous pouvez le penser, car l’humanité, aujourd’hui, est sur le point de recevoir la révélation de sa véritable nature et de sa valeur. Ma présence parmi vous le rend possible. Vos frères vous remercieront pour le travail que vous faites. [Message n° 58 (Maitreya)]

Nombreux sont ceux qui croient à la présence du Christ dans le monde et sont impatients d’assister à son émergence publique mais se contentent d’attendre et d’espérer, laissant à d’autres le travail de préparation. Comment ne pas s’attrister qu’ils gaspillent l’opportunité qui leur est offerte de servir de manière unique en cette époque unique – comme il n’en a jamais existé et n’en existera jamais.
Pour ceux-là, je forme sincèrement le vœu suivant : qu’ils saisissent cette opportunité de se mettre au service du Christ et de leurs frères et sœurs qui ne savent pas encore qu’il est parmi nous. Dites-leur ce que vous croyez : que le Grand Seigneur est ici ; que Maitreya frappe fort à la porte. Il ne vous reste que très peu de temps pour le faire, et pour les préparer à cette précieuse expérience. Mettez ce temps à profit, et agissez. [Les exigences de l’avenir (Maître –)]

C’est avec prudence et selon la Loi que je montre mon visage. Rien n’entrave la progression de mon émergence si ce n’est la création d’un réservoir d’espoir, d’un climat d’attente. Créez cela, mes amis, et aidez ma cause.
Faites connaître ma présence à tous ceux qui veulent écouter, et réjouissez-vous de la venue des temps nouveaux.
Trouvez, pour vous-mêmes, la confirmation de mon retour parmi vous, et commencez à construire le monde nouveau. Je vous invite à partager avec moi cette tâche vitale et à prendre part au service le plus élevé. Beaucoup, parmi vous, ont peur de parler. Beaucoup espèrent que ma présence est une réalité, mais craignent le rire de leurs frères. Mes amis, vos frères ont besoin de l’espoir qu’apporte ce message pour réintégrer la voie de la lumière. N’épargnez pas les efforts que vous faites en mon nom, et partagez avec vos frères ce à quoi vous croyez. Il n’est pas de plus grand travail que vous puissiez faire pour moi. [Message n° 125 (Maitreya)]

Pour ma part je suis convaincu à 100 %, en raison des expériences qu’il m’a été donné de vivre au fil de nombreuses années, mais même si vous êtes seulement certains à 5 % de la véracité de ce que j’avance, faites ce que je fais, faites-le savoir au mieux de vos capacités, parlez aux gens, parlez aux médias, écrivez des articles, organisez des rencontres ! Dites à tous ceux qui vous écouteront que cet événement est imminent. Dites simplement ce que vous savez, ou ce que vous croyez. Si vous êtes quelque peu convaincu (peu importe si vous ne savez pas répondre à toutes les questions qui vous seront posées, dites simplement que vous ne savez pas) dites ce à quoi vous croyez. De cette manière vous porterez témoignage et les gens vous écouteront. Ils ne seront pas nécessairement convaincus mais ils auront reçu l’information. Leur esprit s’ouvrira davantage à cette éventualité. C’est cela qui est important. [PI sept. 2003 (Benjamin Creme)

Si vous voulez me servir et servir le monde, faites savoir, mes amis, que je suis ici. Ainsi pourrez-vous ériger le mur solide de l’espoir, contre lequel les vagues de la peur viendront déferler en vain. [Message n° 69 (Maitreya)]

Toute l’importance du fait de vivre à notre époque tient à l’opportunité offerte à tous de servir le Plan et la planète comme jamais auparavant. Tous les hommes, aujourd’hui, si modeste ou limitative que soit leur situation, doivent se sentir concernés par cette occasion unique, – car la planète appartient à tous, et tous sont impliqués par le Plan. [C’est aux hommes de choisir (Maître –)]

A vous, mes amis, s’offre une opportunité unique de servir. Vous êtes en possession d’un message d’espoir, d’une affirmation de la vérité, et de votre jugement dépend votre avenir. Vous pouvez choisir le chemin de l’inaction stérile ; tel est votre droit. Toutefois, pourquoi renoncer à une opportunité de servir d’une manière très puissante ? Faites connaître le fait de ma présence et voyez la lumière de la joie s’éveiller dans les yeux de vos frères. Permettez-leur, à eux aussi, de participer à cette manifestation d’espoir et de promesse pour le monde, et prenez place à mes côtés. Bientôt, vous me verrez. Bientôt, vous saurez que celui que le monde attend est arrivé, qu’il est revenu pour servir, pour guider l’homme, s’il le veut, vers une ère nouvelle et bénie. Je remercie ceux qui, déjà, servent ma cause. Devenez l’un de ces êtres courageux et participez à cette sainte tâche. [Message n° 68 (Maitreya)]

C’est la plus grande histoire du monde. Il s’agit de l’événement le plus important de l’histoire du monde à ce jour. Des choses gigantesques vont en découler, une transformation complète du monde comme jamais vous n’en avez imaginé. Vous ne pouvez pas imaginer ce que sera le monde dans vingt-cinq ans. C’est pourquoi, quand Maitreya déclare que vous êtes venus dans le monde pour faire ce travail, je crois qu’il veut dire vraiment, précisément et simplement ce qu’il dit. Vous êtes venus dans le monde pour faire ce travail. Eh bien, faites-le ! [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Pourquoi attendre de me voir pour agir ? Faites preuve de foi et agissez comme les guerriers d’antan, n’attendant pas de confirmation, mais heureux d’être à l’avant-garde. Faites connaître à tous le fait de ma présence et venez joyeusement à mes côtés. Faites connaître le besoin de partage et de justice, et sonnez l’appel à la liberté. [Message n° 109 (Maitreya)]

Il ne reste donc que peu de temps pour préparer la voie à Maitreya, pour dire aux hommes que l’Instructeur est là, prêt à s’adresser aux peuples. Intensifiez vos efforts. Hâtez-vous d’informer ceux qui sont disposés à vous entendre que l’heure fixée par le destin a sonné, que bientôt l’humanité se réjouira de la présence de l’Instructeur. Suscitez en eux espoir et courage. Beaucoup écouteront, qui ne l’auraient pas fait naguère : l’angoisse et la peur ont ébranlé les certitudes. Jamais auparavant dans l’histoire les hommes n’avaient été si nombreux à pressentir les changements à venir et à comprendre leur nécessité. Ainsi, c’est dans un monde préparé et attentif que Maitreya émergera, avec l’assurance que sa présence est ardemment espérée. [Les priorités de Maitreya (Maître –)]

J’ai grand besoin de disciples qui réalisent l’importance des dangers de cette époque. J’ai également besoin de ceux qui ressentent ma présence pour faire connaître la promesse que cette ère apporte à leurs frères. Tous ceux qui partagent l’espoir que l’humanité puisse vivre en paix travaillent pour moi. La paix, le partage et la justice sont la base de mon enseignement. Partout où la lumière de ces vérités brille, je tourne mon regard et, par le canal de cette lumière, j’envoie mon amour. C’est ainsi que je travaille ; c’est ainsi, qu’à travers vous, je transforme le monde. [Message n° 92 (Maitreya)]

Si vous y croyez vraiment, dites à tous ceux qui vous écouteront, que vous croyez que le Christ est dans le monde. Cela dépend de celui à qui vous parlez : si vous parlez à un juif, vous lui parlerez du Messie. Si vous parlez à un chrétien, vous lui parlerez du Christ. A un hindou, vous parlerez de l’Avatar Kalki ; à un bouddhiste, du Seigneur Maitreya ; à un musulman, de l’Imam Madhi. Présentez les choses sous une forme accessible à la personne à qui vous vous adressez et parlez-lui aussi simplement que possible. Déclarez seulement que vous y croyez. Que bien sûr, vous ne pouvez rien prouver. Plus ceux qui y croiront seront nombreux et le communiqueront, plus les gens seront inspirés par l’espoir que cela engendre. Le fait de savoir que le Christ est présent accroîtra l’espoir de l’humanité, comme rien d’autre ne pourrait le faire. Vous ne pouvez rien faire de mieux que de dire : « J’y crois. »  [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

Maitreya est l’Instructeur mondial, chef de la Hiérarchie, et il entend remplir ce rôle pendant tout le prochain cycle mondial. Son impact sur l’humanité défie l’imagination. Sa venue est un événement d’importance capitale qui nécessite une vraie préparation, et doit être convenablement présenté aux hommes de toutes conditions.
Les grands médias sont dans la position idéale pour faire connaître aux hommes ce qui se passe véritablement. C’est vers eux que se tournent les multitudes qui ont soif de vérité, de savoir et d’espoir, pour obtenir des informations et, souvent, pour trouver leur chemin. Il incombe aux hommes et femmes de bonne volonté qui ont des responsabilités dans le monde médiatique de se mettre au courant, si nécessaire, des informations touchant à l’Emergence, et de servir le public en les lui présentant avec sérieux. Ils verront alors Maitreya apparaître au grand jour, prêt à nous montrer à tous comment restaurer l’équilibre du monde. [Appel aux médias (Maître –)]

Je pense que les gens de ces groupes oublient généralement l’immensité de l’événement auquel nous travaillons. Nous considérons l’Histoire en pensant : « Eh bien, le Bouddha est venu, et Jésus est venu, puis Mahomet ; c’est assez simple. » Mais c’est tout sauf simple… Votre vie ne pourrait pas être mieux utilisée qu’en vous consacrant au progrès du Plan d’extériorisation des ashrams de la Hiérarchie et à la présence du Christ, Maitreya, dans le monde. Un tel événement est si grand, si important au niveau planétaire, qu’il ne m’est pas possible de l’exprimer. C’est une question de vie ou de mort pour la planète. Plus nous travaillons et plus nous le faisons savoir, plus nous aidons à créer cette ouverture, en favorisant l’un des facteurs essentiels : la préparation de l’humanité à cet événement. [PI juillet/août 1997 (Benjamin Creme)

Lorsque vous me verrez, vous verrez un ami, un frère, qui vous a aimés à travers les âges, qui vous a déjà montré le chemin, et qui vient pour vous conduire vers votre demeure. Ne craignez pas d’agir en mon nom. Ayez confiance en ma présence et faites part de cette nouvelle à vos frères. Faites connaître le besoin de justice et la nécessité de manifester la Loi de Dieu, et assistez au commencement d’une ère nouvelle et resplendissante. [Message n° 111 (Maitreya)]

Si l’on vous demande « Que nous réserve l’avenir ? », répondez qu’une étoile brillante a renoncé à sa place légitime dans les cieux pour marcher parmi les hommes, et apporter sur Terre des dons surpassant tout ce qu’ils peuvent concevoir. Cette étoile bénie a pour nom Maitreya. Il montrera aux hommes la voie du devenir qui peut être le leur. Il leur indiquera la porte secrète qui mène au cœur de Dieu, et les aidera à en franchir le seuil. Il marchera aux côtés des hommes et des anges, et tissera entre eux des liens étroits. Par son exemple et son enseignement. Il régénérera le monde, et le rajeunira. [Celui qui frappe à la porte (Maître –)]

Vous tenez entre vos mains la clé de cette apparition. Faites connaître le fait de ma présence parmi vous, et hâtez mon émergence. Faites connaître cette vérité aux quatre coins du monde et rassemblez autour de moi vos frères et sœurs. Lorsque vous me verrez et m’entendrez, vous réaliserez que, depuis longtemps, vous connaissez les vérités que j’énonce. En votre cœur, demeurent les vérités de Dieu. Ces vérités simples, mes amis, sous-tendent toute existence. Partage et Justice, Fraternité et Liberté ne sont pas des concepts nouveaux. Depuis la nuit des temps, l’humanité a lié son aspiration à ces étoiles lui faisant signe. Maintenant, mes amis, nous devons les ancrer dans le monde. [Message n° 105 (Maitreya)]

Maitreya se tient sur le seuil, la main levée pour frapper à la porte. Les signes de sa présence gagnent en intensité. Faites-lui bon accueil dans votre cœur et facilitez son arrivée ; permettez-lui d’œuvrer à travers vous La onzième heure a sonné. Le moment fixé par le destin est arrivé. Cette époque n’est semblable à nulle autre. Les cohortes angéliques frémissent à l’approche du combat. Les guerriers de la Vérité resserrent leur ceinturon et se rassemblent derrière Maitreya. [Maitreya se tient sur le seuil (Maître –)]

Lorsque vous me verrez, vous saurez que j’ai toujours été avec vous, jamais très loin de votre cœur éveillé. Je serai toujours avec vous, jusqu’à la fin de cet âge. Il ne reste guère de temps jusqu’au jour du triomphe de Dieu. Je vous invite à faire savoir que moi, le Seigneur de l’Amour, je vis maintenant parmi vous. Mes amis, le temps presse. De nombreuses mains et de nombreuses voix sont nécessaires pour transmettre cette vérité. Je connais déjà ceux sur qui je peux compter. Un dernier effort, mes amis, et tout s’accomplira comme je l’ai promis. [Message n° 137 (Maitreya)]





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home La plus grande manifestation pour le climat de l’histoire américaine

Source : grist.org ; 350.org

Près de 50 000 personnes se sont rassemblées à Washington le 17 février 2013 pour ce que les organisateurs ont appelé la plus grande manifestation contre le changement climatique de l’histoire américaine. Les manifestants ont appelé à mettre fin à la l’utilisation de la fracturation hydraulique, des centrale à charbon, aux élevages industriels, et surtout, à rejeter Keystone XL, l’oléoduc qui devrait transporter d’énormes quantités de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers le golfe du Mexique.

Bill McKibben, fondateur du groupe 350.org, l’un des principaux organisateurs de la manifestation, a décrit ses impressions dans un article intitulé Un grand jour pour le Mouvement Climat : « Aujourd’hui, c’était le jour. Le mouvement pour arrêter le changement climatique s’est enfin constitué puissamment, de façon décisive. Ce fut le plus grand rassemblement contre le changement climatique de l’histoire américaine. Selon nos estimations, 50 000 personnes se sont rassemblées au Monument de Washington, puis ont défilé devant la Maison Blanche, en exigeant que le président Obama bloque le pipeline Keystone XL et s’engage en faveur de l’action climatique.

Il y a eu de nombreux moments forts : Lorsque Van Jones [ancien conseiller aux emplois verts du président Obama] a déclaré que Keystone sera la seule décision présidentielle dont on se souviendra dans vingt ans ; lorsque l’investisseur milliardaire Tom Steyer a expliqué pourquoi c’est un mauvais investissement lorsque le chef Jackie Thomas [chef de l’une des nations premières les plus pauvres de Colombie-britannique] a expliqué les ravages que les sables bitumineux causent aux riverains, et a assuré qu’ils ne permettraient jamais la construction d’un pipeline pour les sables bitumineux à l’ouest vers le Pacifique.

Mais le véritable évènement, c’était vous. Ces manifestations ne s’appuient pas sur des chefs de file. Ces manifestations reposent sur chacun d’entre nous qui avons pris de notre temps, car nous comprenons que l’avenir est en jeu. Voir autant de gens en faire une priorité, un jour où il aurait été beaucoup plus facile (et plus confortable) de rester à l’intérieur, en dit long.

Nous faisons des plans pour utiliser l’impulsion donnée par cette journée historique, et vous entendrez très bientôt parler de nous. Mais pour l’instant, je veux juste dire merci à tous ceux qui sont venus à Washington, tous ceux qui se sont réunis au cours des actions de solidarité à travers le pays, et tous ceux qui ont envoyé leurs bons vœux et leurs prières. Vous êtes le mouvement, et le mouvement est notre meilleure chance de faire une différence sur le changement climatique. »






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017
Grande conference Bruxelles octobre 2017