DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2012

Extraits de la revue
Partage international

Décembre 2012 - N° 292

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • La cause de Malala est la nôtre par Gordon Brown


  • Signes des temps


  • Tendances


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Compilation


  • S.O.P. — Sauvons notre planète




L'article du Maître

Home Réflexions sur le travail de groupe

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, 5 novembre 2012

Le sage est celui qui examine tous les aspects d’un problème ou d’une situation avant de tirer des conclusions et de s’engager dans des actions qu’il risquerait de regretter cruellement par la suite. L’écervelé procède différemment. On pense immédiatement aux personnes qui sont promptes à s’enthousiasmer et, malheureusement, tout aussi promptes à se déjuger et à rejeter. Elles manquent de patience et d’esprit de suite. Très imbues d’elles-mêmes et de leur valeur, elles jugent sévèrement les autres et ne se rendent en général absolument pas compte combien leurs actions et leurs décisions sont marquées au sceau du mirage.

Les individus de ce type ne sont pas intrinsèquement inutiles au groupe. Si les événements vont dans leur sens, ils peuvent même être des co-workers (collaborateurs) utiles à bien des égards. Toutefois, quand les événements vont à l’encontre de leurs attentes, ils peuvent s’avérer très destructeurs et ingérables. Ce type de personnalité abonde dans les groupes de par le monde, et il constitue une menace pour leur précieuse unité.

L’un des problèmes qui se pose fréquemment est celui des personnes qui participent très peu aux activités du groupe et qui, pour cette raison même, accablent celui-ci de critiques incessantes. Elles sont mécontentes et envient ceux qui travaillent davantage et plus utilement, mais ne sont pas disposées pour autant à sacrifier leur temps pour faire de même. Même si elles n’en ont guère conscience, le flot ininterrompu de leurs critiques a un impact profondément destructeur sur l’unité et l’atmosphère du groupe.

Et puis il y a ceux qui font des promesses pour, bien souvent, s’apercevoir qu’ils n’ont finalement ni l’énergie ni le temps pour les tenir. Nombreux sont les stratagèmes dont usent ces tièdes à l’implication incertaine, qui risquent un pied timide dans les eaux austères du véritable travail de groupe. Dans l’idéal, l’engagement vient de l’âme et, dès lors que l’âme est concernée, le travail, pour ardu qu’il soit, est accueilli avec enthousiasme. Il n’est jamais un fardeau ni un sacrifice, mais un simple acte de service accompli avec joie.





Home Enseignements de la Sagesse éternelle : les éléments fondamentaux

L’émergence d’un Instructeur d’envergure planétaire n’est pas un événement isolé. Pour essayer d’apporter un éclairage sur les événements actuels, nous décrirons ici quelques-uns des éléments fondamentaux des Enseignements de la Sagesse éternelle.

L’ésotérisme peut se définir comme la philosophie du processus évolutif, aussi bien de l’homme que des règnes inférieurs de la nature. Il n’est ni tout-à-fait un art, ni une science ni une religion, mais il tient un peu de tout cela. L’ésotérisme est la science de la sagesse accumulée au fil des âges, une science dynamique plutôt qu’académique, car elle s’applique à notre vie de tous les jours.

La venue de l’Instructeur mondial n’est pas un événement isolé, elle est partie intégrante du processus évolutif.

Il existe un plan de développement planétaire guidé et stimulé par les gardiens de ce plan, les Maîtres de Sagesse.

Chaque règne a évolué à partir du précédent ; la prochaine étape pour l’humanité est le développement de son plein potentiel, la réalisation de sa divinité essentielle.

Collectivement, l’humanité progresse vers un niveau supérieur de conscience qui englobe progressivement une réalité plus large.

L’ésotérisme postule que l’homme est par nature un Esprit, une « Monade », qui s’exprime à différents niveaux par le biais de ses véhicules : l’âme ou moi supérieur qui s’exprime lui-même à travers une personne telle que nous la connaissons. Cet homme ou cette femme « de tous les jours », cette personnalité, possède un corps physique (y compris éthérique), mais aussi un « corps » mental et un « corps » émotionnel/astral.

Par la réincarnation, vie après vie, nous progressons vers un but précis. Nous continuons à nous réincarner aussi longtemps que notre vie engendre des effets qui activent la loi de Renaissance. Ce processus est appelé la loi de Cause à effet ou loi du Karma.

Il existe une hiérarchie au sein de tous les règnes. La vie s’étend des formes primitives les moins évoluées jusqu’aux grand êtres les plus avancés comme le Christ, et au-delà.

Les Maîtres de Sagesse sont des êtres réalisés qui, au cours de nombreuses vies, sont passés par une succession d’expériences intérieures, ou expansions de conscience, et sont parvenus à la maîtrise d’eux-mêmes et de tous les plans de conscience. Ils sont au service de l’humanité, comme guides et gardiens de la race.

La révélation divine s’opère de façon cyclique, comme tout dans la nature. A la fin de chaque âge ou civilisation, un grand Instructeur apparaît pour ouvrir la voie à une ère nouvelle. Krishna, Bouddha, le Christ figurent parmi ces grands Maîtres. Il y a eu beaucoup d’autres avatars.

Toute vie est influencée par les énergies spécifiques à chaque époque de l’histoire. Nous quittons maintenant l’ère des Poissons pour entrer dans celle du Verseau, conditionnée par les nouvelles énergies de Synthèse. Cette situation nous met face à de nouveaux défis et ouvre de nouvelles possibilités.

L’Instructeur mondial et les Maîtres viennent maintenant pour nous accompagner dans le nouvel âge et pour déployer et diriger vers la planète les nouvelles énergies de Synthèse. Notre réaction à ces énergies permettra de créer notre nouvelle civilisation.

– « Le terme « spirituel » ne se rapporte pas à ce que l’on appelle les questions religieuses. Toute activité qui fait aller l’être humain de l’avant, vers quelque forme de développement – physique, émotionnel, intuitionnel, social – si elle est plus avancée que son état présent, est essentiellement de nature spirituelle ». [Education dans le Nouvel Age, Alice A. Bailey]

Les Enseignements de la Sagesse éternelle ont toujours été connus des initiés dans le monde. Ils ont récemment été rendus plus accessibles au grand public par le Maître Djwhal Khul à travers les écrits d’Helena P. Blavatsky au XIXe siècle, et à travers les livres d’Alice A. Bailey au XXe siècle.

Si l’on observe les événements mondiaux actuels, il est évident que des changements profonds et définitifs ont eu lieu ces dernières années. Bien que ces changements puissent s’expliquer en termes économiques ou politiques, « en dernière analyse, l’histoire est l’enregistrement des effets que ces énergies ou radiations (en d’autres termes : ces rayons) ont produit sur l’humanité tout au long de son évolution. » [La Destinée des Nations, Alice A. Bailey]

L’humanité, au cours des âges, a répondu à des degrés divers à ces énergies, ce qui a créé les diverses cultures et civilisations.

L’Occident n’a jamais vraiment retenu l’idée d’une succession de cycles ou d’âges différents. Pourtant, ce n’est pas un hasard si le signe des poissons a été très tôt associé au christianisme. En Palestine, il y a 2 000 ans, l’ère des Poissons a été inaugurée par le Christ. Auparavant, on voit des références au culte du taureau, qui correspond à l’âge du Taureau. Chaque période a eu ses caractéristiques bien précises, elle a développé certains champs d’activité et a produit une civilisation qui lui est propre, toutes ces formes et manifestations extérieures n’étant que l’expression de forces intérieures.

Nous entrons dans une nouvelle ère, celle du Verseau, qui est gouvernée et conditionnée par l’énergie de Synthèse. La crise et tous les problèmes actuels sont en partie dus au « conflit » entre les anciennes énergies qui se retirent progressivement et les nouvelles énergies de synthèse qui les remplacent. La vitalité des forces nouvelles provoque l’effondrement des vieilles structures, ce qui crée la situation d’extrême polarisation que l’on observe actuellement dans le monde.


[Publié initialement dans Share International en juin 1982]




Home Un médecin vit une expérience de mort provisoire et affirme que le paradis existe

Source : thedailybeast.com

Sous le titre Le paradis existe : l’expérience d’un médecin avec l’au-delà, le dernier livre d’Eben Alexander a récemment fait la couverture du magazine Newsweek. Neurochirurgien universitaire ayant notamment enseigné à la faculté de médecine d’Harvard, E. Alexander croyait qu’on trouverait une explication scientifique aux expériences de mort provisoire décrites par de nombreuses personnes. Bien qu’il se considère chrétien, il ne croyait pas vraiment en l’existence de Dieu.

Mais, en 2008, E. Alexander a passé sept jours dans le coma, une grande partie de son cerveau ayant cessé de fonctionner. Et il a vécu une profonde expérience de mort provisoire qui lui a donné une raison scientifique de croire en l’existence de Dieu, ainsi qu’à l’existence de la conscience après la mort.

Un matin de l’automne 2008, il ressentit un intense mal de tête au réveil et se trouva pratiquement paralysé en quelques minutes. Il fut transporté immédiatement aux services d’urgence, et en quelques heures l’ensemble de son cortex – la partie du cerveau qui contrôle la pensée et les émotions – avait cessé de fonctionner. Les médecins de l’hôpital de Lynchburg (Virginie) – hôpital où il travaillait en tant que neurochirurgien – ont diagnostiqué une forme rare de méningite bactérienne.

Ses chances de survie étaient pratiquement nulles. Pendant sept jours, il s’est trouvé dans un coma profond, le corps sans réaction, et les fonctions cérébrales supérieures totalement absentes. Au bout de sept jours, alors que ses médecins allaient décider d’arrêter le traitement, il a soudainement ouvert les yeux.

E. Alexander écrit : « Alors que les neurones de mon cortex étaient réduits à une inactivité complète par l’attaque des bactéries, ma conscience libérée du cerveau voyageait dans une dimension supérieure de l’univers : une dimension dont je n’avais jamais rêvé l’existence et que le vieux moi d’avant le coma se serait réjoui d’expliquer que c’était simplement impossible.

Mais cette dimension essentiellement la même que celle décrite par les innombrables personnes ayant vécu une expérience de mort provisoire et d’autres états mystiques existe, et ce que j’ai vu et appris là-bas m’a littéralement projeté dans un nouveau monde, où nous sommes beaucoup plus que nos cerveaux et nos corps, et où la mort n’est pas la fin de la conscience, mais plutôt le chapitre d’un vaste voyage infiniment positif. »

E. Alexander affirme que son expérience se distingue des autres expériences au seuil de la mort : personne, à sa connaissance, n’a jamais vécu une telle expérience en ayant la majeure partie du cerveau complètement arrêtée, et simultanément le corps sous observation médicale la plus rigoureuse.

Les arguments scientifiques qui s’opposent à la réalité des expériences au seuil de la mort suggèrent qu’elles résultent d’un dysfonctionnement du cortex. L’expérience d’E. Alexander, cependant, n’a pas eu lieu alors que son cortex était défectueux, mais alors qu’il était totalement inopérant. Cette absence d’activité cérébrale a été confirmée par la gravité et la durée de la méningite, ainsi que par les scanners du cerveau et des examens neurologiques.

Il explique : « Selon la compréhension du cerveau et de l’esprit par la médecine actuelle, il n’y a absolument aucun moyen que je puisse avoir vécu le moindre état de conscience, même le plus léger et limité au cours de mon coma, et encore moins l’odyssée hyper-vivante et totalement cohérente que j’ai éprouvée. »

E. Alexander décrit son expérience de mort imminente en détail : «... une volée d’êtres transparents et chatoyants en arc de cercle dans le ciel, laissant de longues lignes vaporeuses derrière eux. Oiseaux ? Anges ? Mots enregistrés plus tard, quand j’ai noté mes souvenirs. Mais aucun de ces mots ne rend justice à ces êtres, qui étaient tout simplement différents de tout ce que j’ai connu sur cette planète. Ils étaient plus avancés. De formes supérieures. »

E. Alexander fut accompagné pendant la plus grande partie de son voyage par un être angélique de forme féminine : « Elle me parla, sans utiliser de mots, le message passait à travers moi comme un souffle, et j’ai tout de suite compris que c’était vrai. J’ai su ainsi de la même manière que le monde autour de nous n’était pas une création passagère et inconsistante. Le message comportait trois parties : « Vous êtes aimés et chéris, profondément, pour toujours. Vous n’avez rien à craindre. Il n’y a rien que vous puissiez faire mal. » « [...] Nous allons vous montrer beaucoup de choses ici, mais finalement, vous repartirez. »

E. Alexander est effectivement revenu dans son corps physique, et il lui a fallu des mois pour accepter son expérience. Afin de décrire pleinement ce qu’il a vécu, il a écrit un livre : Preuve du paradis : voyage d’un neurochirurgien dans l’au-delà (octobre 2012). Il déclare : « J’ai l’intention de passer le reste de ma vie à enquêter sur la véritable nature de la conscience et de rendre aussi clair que possible, à la fois à mes collègues scientifiques et au public en général, le fait que nous sommes beaucoup plus que nos cerveaux physiques. [...] La vérité est que l’image matérialiste du corps et du cerveau en tant que producteurs, plutôt que véhicules, de la conscience humaine est condamnée. A sa place, une nouvelle vision de l’esprit et du corps vont émerger, et c’est en fait déjà le cas. Ce point de vue est scientifique autant que spirituel et va mettre en évidence ce que les plus grands scientifiques ont toujours apprécié par-dessus tout : la vérité. »




Home Le commerce et la dette dans les relations entre pays riches et pauvres

par Patricia Pitchon

Après le krach économique de 2008, les gens ont d’abord pensé que l’effet serait limité aux banques, mais nous comprenons maintenant que tous les pays, riches ou pauvres, sont touchés par la spéculation sur la dette souveraine.

Il ne s’agit pas simplement d’un problème de contagion alimenté par des institutions financières internationales ou des gouvernements qui s’acharnent à s’endetter de plus en plus pour soutenir le système financier. Il s’agit aussi d’un système ayant besoin de réformes urgentes, et si quelques-unes commencent à prendre forme, c’est avec beaucoup de difficultés et l’opposition de ceux qui croient pouvoir encore tirer profit du statu quo.

Il est largement admis qu’autoriser un niveau élevé de spéculation conduit à accentuer la volatilité et le risque de krachs. L’avidité de quelques-uns peut provoquer et provoque effectivement la misère du plus grand nombre.

Avant les années 1980, environ 20 % de l’argent circulant dans le monde était spéculatif, et environ 80 % était investi dans des projets réels. Après la déréglementation des années 1980, le rapport entre la spéculation et l’investissement s’est inversé, environ 20 % de cet argent étant effectivement investi et 80 % étant dédié à la spéculation. C’est un facteur qui appauvrit en fin de compte les gens et les nations.

Freiner la spéculation

Prenons pour exemple la spéculation sur les matières premières : ce qui constitue un « jeu » pour certains peut en conduire d’autres à ne plus pouvoir se nourrir convenablement, et en particulier ceux qui dépendent de ces produits. De plus, les gens ne sont pas en mesure de se constituer une épargne suffisante pour faire face aux énormes fluctuations de prix dues à une telle spéculation.

Les gouvernements ne sont pas sans défense. Ils peuvent se concerter, élaborer et mettre en œuvre des lois pour freiner la spéculation, ils peuvent réduire la volatilité des marchés de multiples façons. Ils peuvent limiter le pouvoir des acteurs majeurs du secteur privé, en particulier lorsque ces activités comportent un risque élevé : comme la création et l’utilisation mal comprise d’instruments financiers à risque, où les rendements et les pertes peuvent être élevés. L’idée selon laquelle tout doit être laissé au « libre marché » s’est avérée opportuniste et superficielle. Elle profite à quelques-uns au détriment du plus grand nombre et ne s’accorde guère avec une gouvernance responsable.

Partout, les gouvernements, même lorsqu’ils n’assument pas d’autres responsabilités, ont le devoir de garantir l’accès de tous à la nourriture et à un abri, aux soins de santé et à l’éducation.

Ces quatre besoins fondamentaux sont des droits essentiels de l’homme, et y répondre est compatible avec les différents systèmes politiques et économiques. A la base de cette approche, il y a le respect de la vie humaine, et la conviction que nous ne pouvons pas souhaiter pour nous-mêmes ce que nous voulons refuser aux autres.

Comment et pourquoi le libre-échange n’est pas libre

Le libre-échange est une expression importante de la pensée libérale, mais dans la pratique, les accords commerciaux entre pays riches et pauvres se font souvent au détriment des pays pauvres. Par exemple, en regardant en arrière les relations commerciales entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique dans l’Accord de libre échange nord-américain (Alena) de 1994, Joseph Stiglitz et Andrew Charlton, dans leur livre Commerce équitable pour tous, concluent que les Etats-Unis ont conservé leurs subventions agricoles, et « ont affronté avec leur secteur agroalimentaire fortement subventionné les paysans producteurs et les exploitations familiales du Mexique ». Les Etats-Unis se sont aussi protégés de certains produits du Mexique en utilisant des barrières non-tarifaires. Les agriculteurs américains ont exporté de nombreux produits « à des coûts très inférieurs à ceux du marché local, entraînant une baisse des prix pour les agriculteurs locaux » ; et cela dans un pays où un cinquième des actifs travaillait dans l’agriculture et dans les zones rurales, et où environ 75 % de la population était pauvre. A la fin de la première décennie de libre-échange, les exportations mexicaines avaient augmenté de 10 % par an, mais les salaires réels moyens avaient diminué, et la situation des plus pauvres avait empiré.

Comment faire face à la dette : un tribunal de la dette

Même si le financement productif et l’investissement peuvent jouer un rôle, lorsque les pays les plus pauvres comptent trop sur les financements étrangers au lieu de mobiliser leurs propres ressources, ils se retrouvent avec une dette élevée impossible à rembourser. Mobiliser les ressources signifie, par exemple, collecter des impôts et lutter contre la fraude et l’évasion fiscales, ainsi que la fuite des capitaux. C’est ce que préconise la Campagne pour l’annulation de la dette dans un récent rapport de Tim Jones, L’état de la dette. Il faut aussi faire preuve d’une plus grande transparence et surveiller les flux entrant et sortant des pays. Cependant, dans certains pays, les dirigeants ont imprudemment emprunté ce qu’ils ne pourraient jamais rembourser et la génération actuelle en subit les conséquences. Les prêteurs imprudents doivent aussi assumer une certaine responsabilité.

Dans ce rapport figure une proposition intéressante, dont le temps est sans doute venu après des années de campagne, c’est la création d’un tribunal de la dette, indépendant des créanciers et des débiteurs, où les Etats souverains peuvent demander l’annulation de leurs dettes lorsque celles-ci sont trop élevées, au moyen d’un mécanisme d’arbitrage juste et transparent. Le tribunal peut entendre les arguments de l’Etat en question ainsi que ceux d’autres participants, y compris la société civile. Pendant cet appel à la cour, un moratoire sur les remboursements de la dette est instauré. Les prêts peuvent être annulés s’ils ont été, par exemple, contractés d’une manière odieuse ou illégitime (par auto-enrichissement des dirigeants ou sans le consentement des gouvernés ou bien par des prêteurs imprudents ou ceux qui offrent des conditions de prêt délibérément trompeuses et obscures). La dette restante est réduite pour permettre au pays de protéger les droits et les besoins humains fondamentaux. Le rapport préfère cette solution aux habituels prêts d’urgence du FMI, qui impliquent d’emprunter encore plus d’argent pour payer des créances douteuses.

Le commerce de la dette : les fonds vautours

Les menaces de la dette sont maintenant de retour dans le monde en développement (l’Ethiopie en est un bon exemple), en partie à cause de certains aspects des politiques de prêt de la Banque mondiale et du FMI, qui font souvent que le pays en développement endetté a du mal à faire face aux échéances de sa dette, ce qui l’empêche de se développer réellement. Il est donc particulièrement important de réduire les activités des fonds vautours souvent secrets. Un de ces fonds, FG Hemisphere, a acheté une dette de la République démocratique du Congo (contractée par la société minière d’Etat dans les années 1980 sous le général Mobutu) pour 3 millions de dollars et a poursuivi la RDC dans un procès intenté à Jersey pour 100 millions de dollars. De tels exemples ont provoqué le dégoût du public. En 2010, le Royaume-Uni a adopté une loi limitant le montant du crédit de certains pays pauvres. A Jersey, en tant que « dépendance de la Couronne », le Conseil privé du Royaume-Uni a rendu son jugement en 2012, et s’est prononcé contre le fonds vautour FG Hemisphere.

Il est clair que beaucoup reste encore à faire, mais avec des politiques plus équitables de commerce et de prêt, une limitation de la spéculation et l’annulation de la dette par le biais d’un processus transparent et équitable, on peut contribuer à une plus grande stabilité et un meilleur développement des pays les plus pauvres.




Home La jeunesse à la barre

Mettre sa propre souffrance au service d’autrui

Source : Childrenspeaceprize.org

Kesz, un jeune Philippin de 13 ans, s’est vu attribuer le Prix international 2012 de la paix pour les enfants. Desmond Tutu, lui-même Prix Nobel de la Paix, le lui a remis à La Haye, en septembre 2012. Le jeune garçon a alors déclaré : « Mon message pour les enfants du monde est de ne pas perdre espoir. »

Kesz a reçu cette distinction pour récompenser ses efforts en vue de l’amélioration des droits des enfants des rues aux Philippines. Ce qui est extraordinaire dans son parcours, c’est qu’il a été abusé, exploité, et forcé à fouiller dans les ordures dès l’âge de deux ans, mais qu’il a transmué sa souffrance en un dévouement infatigable aux autres enfants pauvres.

Plus de 246 000 enfants des rues font l’objet d’exploitation et de violences et sont contraints au travail. Beaucoup sont malades. A l’âge de quatre ans, Kesz a été gravement brûlé lors d’un accident dans une décharge. Il décida de s’enfuir de chez lui et de chercher de l’aide. Maintenant, il incite les autres enfants des rues à changer de vie. « Mon message à tous les enfants du monde est le suivant : notre santé est notre richesse. Etre en bonne santé vous permettra de jouer, d’avoir des pensées claires, de vous lever, d’aller à l’école, d’aimer les gens autour de vous, de bien des manières possibles. A chacun dans le monde, rappelez que chaque jour 6 000 enfants meurent de maladies associées à une mauvaise hygiène, de mauvaises conditions sanitaires, et qu’il est possible de faire quelque chose pour y remédier. Merci de me rejoindre, et d’aider les enfants des rues à avoir une meilleure santé, et une meilleure vie. »

Il a été recueilli par quelqu’un qui est devenu son tuteur. A l’âge de sept ans, il a décidé de ne plus recevoir de cadeaux. Au contraire, c’est lui qui fait des cadeaux aux autres enfants, des « cadeaux de l’espoir ». Un peu plus tard, cette même année, Kesz a démarré sa propre entreprise, un comité de soutien aux enfants des rues, ayant pour but de donner de l’espoir aux enfants des rues, en leur montrant que leur avenir est entre leurs mains. Chaque semaine, lui et ses amis se rendent auprès de communautés défavorisées pour enseigner aux enfants l’hygiène, des principes d’alimentation, et le droit des enfants. Il va même encore plus loin en enseignant aux enfants à s’éduquer les uns les autres. A ce jour, il a aidé plus de 10 000 enfants dans sa région.

Kesz a reçu le prix des mains de Desmond Tutu, grand défenseur des droits des enfants. Selon Desmond Tutu, Kesz est un bel exemple d’une « voix pour ceux qui n’en ont pas ! » Au cours de la cérémonie, on pouvait admirer dans ses bras, le Nkosi, une sculpture qui montre comment un enfant peut actionner le monde. Cette sculpture symbolise l’impact du Prix international de la paix pour les enfants : au cours de ces dernières années, des millions de personnes ont eu connaissance de ce prix, ce qui offre à Kesz une plateforme mondiale pour faire entendre sa voix, et raconter sa courageuse histoire.

La cérémonie a pris fin sur une annonce spéciale de Mayra, titulaire de ce prix en 2008. Un message vidéo a lancé le Mouvement du souvenir 2015, une initiative du « Droit des enfants » pour insuffler une nouvelle vie aux Objectifs du millénaire 2015 pour les enfants.

On peut voir sur YouTube une vidéo montrant Kesz, son histoire et son travail au profit des enfants : Winner of the International Children’s Peace Prize 2012, Kesz.




Home Les escrocs de la Banque

par Ignacio Ramonet Source : IPS

Paris (France)

Au cas où certains ne s’en seraient pas encore rendu compte, la crise actuelle démontre sans l’ombre d’un doute que les marchés financiers se trouvent au premier rang des responsables de la situation économique européenne. Le pouvoir a échappé aux politiciens pour passer entre les mains des spéculateurs et des banquiers escrocs.

Chaque jour, les marchés voient transiter une quantité d’argent stupéfiante. Par exemple, selon la Banque centrale européenne, sept milliards d’euros pour la dette des seuls Etats de la zone euro. Les décisions collectives de ces marchés peuvent chaque jour renverser des gouvernements, dicter leur politique, et assujettir des populations entières.

Ce n’est pas tout : ces nouveaux « Seigneurs de la Terre » n’ont pas le moindre souci du bien commun. La solidarité est un concept qu’ils ignorent, et ils se préoccupent encore moins du maintien des aides sociales. Seule la cupidité motive leurs actes. Poussés par l’appât du gain, les spéculateurs et les banquiers jouissent d’une totale impunité et, tels des oiseaux de proie, fondent inlassablement sur leurs victimes successives.

Depuis le début de la crise en 2008, aucune réforme sérieuse n’a été imposée, ni pour réguler les marchés, ni pour contrôler les banquiers. Certes, les banques jouent un rôle dans le système économique, et leurs activités traditionnelles – encourager l’épargne, prêter aux particuliers, financer les entreprises, encourager le commerce – sont constructives. Mais, depuis l’avènement, dans les années 1980, de la « banque universelle », qui a ajouté la spéculation et les investissements aux fonctions énumérées ci-dessus, les risques encourus par les épargnants ont augmenté de façon spectaculaire, en même temps que les scandales et les fraudes.

L’affaire Goldman Sachs

L’un des forfaits les plus honteux fut perpétré par Goldman Sachs, qui domine aujourd’hui l’univers de la finance. En 2001, cette banque a aidé la Grèce à falsifier ses comptes afin qu’Athènes puisse satisfaire aux exigences d’entrée dans la zone euro. Moins de sept ans plus tard, la découverte de cette escroquerie fit l’effet d’une bombe. En conséquence, une crise de la dette engouffra presque tout un continent. La Grèce fut pillée, mise à genoux. Elle fut frappée de récession et de chômage massif ; les salariés virent leur pouvoir d’achat se réduire comme peau de chagrin ; des restructurations et de sévères réductions d’effectifs dans les services sociaux semèrent la misère, et entraînèrent la mise en œuvre de programmes d’ajustements structurels.

Comment furent punis les auteurs de cette escroquerie dévastatrice ? L’ex-vice président de Goldman Sachs en Europe, Mario Draghi, qui était au courant de presque tous les tenants et aboutissants de cette arnaque, fut nommé président de la Banque centrale européenne. Et Goldman se fit payer 600 millions d’euros la falsification des comptes de la Grèce. La morale de cette histoire est claire : lorsque les banques se rendent coupables d’arnaques, elles sont assurées de l’impunité.

Pour confirmer cette règle, il suffit de citer les milliers d’épargnants espagnols qui achetèrent des actions de Bankia le jour même où cet établissement entrait en bourse. Tout le monde avait entendu dire que cette banque n’était aucunement crédible, et les agences de notation accordaient à ses actions une valeur quasiment nulle. Mais les déposants préférèrent croire Rodrigo Rato, alors président de Bankia et ancien directeur général du Fonds monétaire international. Le 2 mai 2012 (cinq jours avant que la pression des marchés l’obligent à démissionner, et juste avant que le gouvernement espagnol se voie dans l’obligation de sauver Bankia en lui injectant 23 milliards d’euros) Rodrigo Rato avait déclaré : « Que ce soit en termes de liquidités ou de solvabilité, notre position est très solide. »

Or, un an auparavant, en juillet 2011, Bankia avait passé avec succès le « test de résistance » imposé par l’Autorité bancaire européenne (ABE) aux 91 plus grandes entreprises financières d’Europe. Cela donne une idée de l’incompétence et de l’ineptie de l’ABE, l’agence européenne chargée de garantir la bonne santé de nos banques.

Les scandales se multiplient

Mais les scandales ne se sont pas arrêtés là. Ces derniers mois, de nouvelles fraudes bancaires ont été révélées. HSBC fut accusée de blanchiment d’argent au bénéfice de narcotrafiquants mexicains. Suite à des spéculations massives et des prises de risques sans précédent, J.P. Morgan a perdu 7,5 milliards d’euros et mené à la ruine des dizaines de ses clients. Quant à Knight Capital, une erreur dans la programmation de ses transactions automatiques lui a fait perdre plus de 323 millions d’euros en une seule nuit.

Mais, à l’échelle mondiale, le scandale le plus exaspérant est celui du Libor, le taux d’intérêt du crédit interbancaire, publié chaque jour à Londres par l’Association des banquiers britanniques, et calculé par l’agence de presse financière Reuters en faisant la moyenne des taux d’intérêt des emprunts obtenus par les 16 plus grandes banques. Le Libor constitue donc pour le système financier mondial un point de référence fondamental. En particulier, on l’utilise pour calculer les taux d’intérêt des crédits immobiliers. A travers le globe, le Libor influence donc quelque 350 000 milliards d’euros de crédits, et toute variation de ce taux peut avoir des conséquences colossales. Quel fut le mécanisme de cette escroquerie ? Certaines des 91 plus grandes banques mondiales s’entendirent pour mentir sur les taux qu’elles obtenaient, manipulant ainsi non seulement le Libor, mais aussi tous les contrats dérivés et les taux d’intérêts imposés autant aux familles qu’aux entreprises. Cela dura des années. L’enquête a montré qu’au moins 11 grandes banques internationales avaient participé à cette escroquerie : Barclays, Citigroup, JP Morgan Chase, Bank of America, Deutsche Bank, HSBC, Crédit Suisse, UBS, Société Générale, Crédit Agricole et la Banque Royale d’Ecosse. Cela prouve que les comportements malhonnêtes infectent le cœur même de l’industrie financière : en l’occurrence, des millions de familles ont eu à payer des taux de crédit incorrects. Beaucoup ont dû quitter leur domicile. D’autres ont été expulsés pour n’avoir pu payer des taux d’intérêt manipulés. Et, une fois encore, les autorités chargées de superviser les opérations des marchés ont volontairement ignoré ce crime. Personne n’a été puni, à l’exception de quatre spéculateurs.

Les démocraties pourront-elles continuer longtemps à accorder une telle impunité ?





Signes des temps

Home Des miracles inondent le monde

Motifs de lumière

Motifs de lumière sur la façade de l'hôtel où se tenait une présentation vidéo sur l'Émergence et une méditation de transmission à Munich, en octobre 2012.


Voir la photographie d'A. de B.de Munich dans la version imprimée de la revue Partage international n° 292 de décembre 2012, page 13.

Le Maître de B. Creme a indiqué que ces motifs lumineux ont été créés pat Maitreya en association avec les Frères de l’espace.


Home Des miracles inondent le monde

Ovni à Krasnodar

Ovni photographié par E. S. à Krasnodar (Russie), en juillet 2012.


Voir la photographie dans la version imprimée de la revue Partage international n° 292 de décembre 2012, page 13.

Le Maître de B. Creme a indiqué qu'il s'agit d un vaisseau spatial martien.


Home Des miracles inondent le monde

Croix de lumière à Krasnodar

   
 

Deux croix de lumière photographiées par E. S., dans la maison de son père, sur la porte de la cuisine et de la chambre, à Krasnodar (Russie), en août 2012.

Le Maître de B. Creme a indiqué que ces croix de lumière ont été manifestées par Maitreya.


Home Des miracles inondent le monde

Ovnis sur la frontière entre l’Inde et la Chine

Source : indianexpress.com ; ibtimes.co.in

Des centaines d’observations d’ovnis ont été relatés entre août et octobre 2012, au nord-ouest de la frontière entre l’Inde et la Chine. L’armée indienne et la police de la frontière indo-tibétaine (ITBP) stationnées dans la région contestée de Jammu et Kashmir ont décrit ce qu’ils ont vu comme « des objets lumineux non-identifiés ». L’ITBP a envoyé un rapport à ses dirigeants de Delhi et au bureau du premier ministre donnant des détails sur les observations.

Les fonctionnaires de l’Armée, après avoir étudié les photographies, ont déclaré : « Ce ne sont pas des véhicules aériens automatiques, des drones ou même des satellites de basse altitude. » Les rapports ont décrit des sphères tirant sur le jaune, décollant de l’horizon du côté chinois et se déplaçant lentement dans le ciel pendant trois ou cinq heures avant de disparaître.

L’armée a envoyé sur place un radar mobile terrestre et un analyseur de spectre afin de vérifier l’identité des objets, dont certains pensaient qu’il pourrait s’agir d’un équipement de surveillance chinois. Mais ils ne purent détecter les objets observés visuellement, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas métalliques.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les ovnis étaient des vaisseaux spatiaux, pour la plupart martiens.


Home Des miracles inondent le monde

Un signe de Saï Baba


 

Le 11 août 2012, lors d’un séminaire sur l’éducation dans les valeurs humaines selon Saï Baba, qui s’est déroulé au Sasana Budaya Hall, Saï Ganesha, à Sunggal (Indonésie), l’un des employés prit une photo et y découvrit une silhouette éclatante de lumière. Le directeur du Centre la reconnut immédiatement en tant que corps subtil de Sri Sathya Saï Baba et tous furent ravis de la visite de Swami.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait d’une authentique apparition de Saï Baba.


Home Des miracles inondent le monde

Des images de Jésus et de la Vierge à Kuala Lumpur

Source : asiaone.com ; AFP

Une image de la Vierge est apparue sur la fenêtre d’un hôpital de la banlieue de Kuala Lumpur (Malaisie), début novembre 2012. Des centaines de catholiques se sont réunis au Centre médical Sime Darby pour voir l’image sur la fenêtre du 7e étage. Certains ont parcouru de longues distances pour se joindre à la foule, allumant des bougies, chantant des hymnes et récitant des prières, et ils ont déclaré qu’ils avaient également vu Jésus se refléter deux fenêtres plus loin.

« Nous croyons que Marie, mère de Dieu, a un message pour nous car elle pose son regard sur nous et sur le drapeau malais. Nous avons aussi vu Jésus bouger : les images ne sont pas statiques », explique Eunice Fernandez qui habite à proximité.

« Nous devons nous assurer qu’ils ne sont pas imaginaires mais qu’il s’agit de réelles apparitions », précise le père Lawrence Andrew, éditeur du bulletin d’information malais catholique The Herald. La Malaisie est principalement musulmane, mais il s’y trouve une minorité assez importante de catholiques.

Le Maître de B. Creme a indiqué que ces deux images sont des miracles manifestés par le Maître Jésus.


Home Des miracles inondent le monde

Une statue de la Vierge verse des larmes de sang près de Delhi

Source : CBCINews


 

On a découvert du sang provenant des deux yeux d’une statue de la Vierge, dans la chapelle du monastère de Marie Immaculée, Marianagar, à Ghaziabad, près de Delhi (Inde). Le miracle s’est produit durant trois jours consécutifs à partir du 14 juillet 2012.

L’événement a tout d’abord été remarqué par une jeune fille nommée Sunita, le samedi vers 11 h 30, lorsqu’elle vint nettoyer la chapelle. Sunita raconte : « Lorsque je suis allée nettoyer la statue de Mère Marie avec un chiffon, j’ai vu des larmes de sang couler de ses yeux. J’ai pleuré très fort. Je ne pouvais en croire mes yeux, aussi j’ai essuyé le sang mais il a continué de couler. »

La nouvelle s’est répandue rapidement et des personnes ont commencé à affluer dans la chapelle. Dans la soirée, environ 3 000 personnes s’étaient recueillies devant la statue.

Le père Kizhakkayil, en charge du monastère, est venu à la chapelle pour célébrer une messe. « Maintenant, le flux est abondant et le sang coule sur la table où repose la statue », a-t-il précisé.

Des échantillons du sang ont été prélevés pour être expertisés à l’hôpital local St Joseph. Les résultats ont montré que le sang était du groupe B+.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ce miracle a été manifesté par le Maître qui fut la Vierge Marie.


Home Des miracles inondent le monde

Une croix au-dessus de Medjugorje

Source : www.medjugorje-today.tv

Le 15 août 2012, une immense croix s’est formée dans le ciel au-dessus de Medjugorje (Bosnie Herzégovine), pendant une messe en plein air. La croix, qui est restée dans le ciel pendant au moins 30 mn, a été observée par des milliers de personnes. Des photographies montrent des nuages formant la barre verticale de la croix, graduellement rejoints par des nuages formant la barre horizontale. Depuis 1981, Medjugorje est devenu un lieu de pèlerinage catholique suite aux visions de la Vierge reçues par six témoins. Le 15 août, fête de l’Assomption, est le jour où, selon les catholiques, la Vierge s’est élevée au ciel.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la croix a été manifestée par Maitreya.


Home Des miracles inondent le monde

Une statue de la Vierge miraculée

Source : Wall Street Journal, Etats-Unis


 

Le 30 octobre 2012, une statue de la Vierge a été miraculeusement épargnée par l’ouragan Sandy, à Breezy Point, dans le Queens, à New York (Etats-Unis). Une impressionnante photo de la statue, entourée de bâtiments rasés et se consumant, a été publiée dans le Wall Street Journal, et a été très vite reprise par d’autres médias comme Fox, CNN et NBC, et sur internet. Surnommée La Vierge de Breezy Point, la statue épargnée par le feu et l’inondation est considérée comme un symbole d’espoir pour la communauté traumatisée.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la statue avait été protégée par une intervention délibérée du Maître qui fut la Vierge Marie.


Home Des miracles inondent le monde

Un miracle de la Vierge à Río Seco

Source : CNN ; Cadena 3, Argentine

Des milliers de personnes se rendent en foule à l’église de Villa de María de Río Seco, dans la province de Córdoba, pour voir ce que beaucoup considèrent comme une apparition miraculeuse de la Vierge Marie. Cette image est apparue dans l’espace laissé libre par une statue de la Vierge « Captive » qui avait été enlevée pour être utilisée dans un spectacle lors des festivités d’octobre 2012.

Maintenant, une lumière bleu clair ayant la forme de la vierge apparait dans la niche au- dessus de l’autel. Le prêtre de la paroisse a déclaré : « On la voit, même quand la chapelle est dans l’obscurité : on voit l’image de la Vierge à l’emplacement où auparavant il y avait la statue. Des miracles se produisent tous les jours ; ces manifestations ont lieu quand Dieu et la Vierge souhaitent apparaitre. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agit d’un miracle authentique.


Home Des miracles inondent le monde

Des ovnis filmés sur un volcan mexicain

Source : Televisa, Mexique ; YouTube

Le 25 octobre 2012, la caméra fixe d’un grand réseau de télévision mexicain, placée près du volcan Popocatépetl, a enregistré une forte éruption. Peu après, la vidéo a montré un étrange objet entrant dans le cratère à grande vitesse. Le journaliste de télévision l’a présenté comme une chose qu’il ne pouvait expliquer, et la station a contacté divers spécialistes qui ont conclu que l’objet devait avoir environ un kilomètre de long et 200 m de large. Personne ne sait d’où il provenait, mais il semble entrer dans le cratère à une vitesse supérieure à celle d’un avion. Il était de forme cylindrique, très brillant sur le devant, avec une ombre à l’arrière.

La station a interrogé Margarita Rosado, astronome à l’Université nationale autonome du Mexique et membre de l’Union internationale d’astronomie. Elle s’est d’abord demandé si l’objet pouvait être un matériau retombé après avoir été expulsé du volcan, ou une météorite, mais il n’y avait aucune traînée lumineuse derrière l’objet comme on aurait pu s’y attendre. L’objet a attiré l’attention d’autres astronomes : il avait des bords définis et brillants, de couleurs différentes, mais par-dessus tout, il ne semblait pas interagir avec l’atmosphère ou les gaz volcaniques. Mme Rosado a indiqué que la chute d’un objet aussi immense aurait normalement dû interagir à la fois avec l’atmosphère, et avec les matériaux et les gaz expulsés par le volcan, en provoquant un phénomène explosif, avec gaz, fumées, couleurs variées et sons. Cependant, rien de tout cela n’apparaît sur la vidéo. Tandis que certains pensent à un canular, Mme Rosado a conclu à un événement intéressant nécessitant une étude scientifique plus approfondie.

Dans un autre reportage sur le volcan et à partir de la même caméra, en date du 8 novembre 2012, un objet non identifié, plus petit, rond, argenté a été filmé en train de voler au-dessus du sommet.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le gros objet cylindrique était un immense vaisseau spatial provenant de Jupiter qui est entré dans le cratère afin de vérifier la possibilité d’une éruption, ce qui adviendra dans un futur proche. L’objet plus petit, rond et argenté était un vaisseau spatial martien.



Tendances

Home La Journée du monde de demain : assurer un avenir pour tous

Source : www.schule-des-lebens.at ; mercopress.com

Marion Spielmann, fondatrice de Schule des Lebens – l’Ecole de vie, en Autriche, qui œuvre à la promotion d’un avenir durable et pacifique – a contacté l’Unesco dans le but de lancer la Journée du monde de demain qui débuterait le 21 décembre 2012. Cette date a été choisie délibérément pour mettre un terme au scénario catastrophe débridé élaboré suite à une interprétation dénaturée du fameux calendrier maya, mais surtout pour mettre en lumière le besoin urgent pour le monde de réaliser que les changements sont incontournables si nous voulons assurer un avenir pour tous.

Le gouvernement bolivien du président Evo Morales a annoncé qu’il invite les chefs d’Etat et les dirigeants indigènes du monde le 21 décembre 2012 en Bolivie, au moment du solstice d’été en Amérique du Sud. Le président Morales espère que cette journée célèbrera « la fin du capitalisme » et le début d’un temps « d’amour » et de « culture de vie ». David Choquehuanca, ministre des Affaires étrangères qui a lancé l’invitation, a déclaré que cette date avait été choisie car elle marque la « fin du calendrier maya », et qu’une cérémonie présidée par E. Morales se tiendrait sur Isla del Sol (l’Ile du Soleil) sur le lac Titicaca. Selon D. Choquehuanca, « le 21 décembre 2012 marque la fin de l’égoïsme et des divisions ». Il ajoute que plutôt que la fin du monde cette date signifie « la fin de la haine et le début de l’amour ».

Mme Spielmann espère que la Journée du monde de demain deviendra un évènement annuel, mais mettra également un accent particulier sur le besoin de changement. « Cela concerne la survie de l’humanité… nous devons développer une nouvelle « culture mentale », une nouvelle façon de penser ; nous devons remplacer l’égoïsme par l’altruisme. La spiritualité, selon moi, c’est quand notre vie de tous les jours est unifiée dans l’harmonie des lois universelles de la nature. »




Home Diagnostic des troubles du développement

Source : Nikkei Weekly, Japon

Trouble envahissant du développement (TED) est un terme qui se réfère à l’autisme, au syndrome d’Asperger et autres caractéristiques associées. Les symptômes communs à ces troubles sont, entre autres, des difficultés de communication et de relations sociales. Souvent méconnus et mal diagnostiqués, ces troubles du développement peuvent conduire à une large gamme de problèmes tant au sein de la famille que de la société de manière générale.

Le Japon compte à lui seul plus d’un million de personnes atteintes par ce syndrome. Un défaut de diagnostic ou un diagnostic erroné ont pour conséquence le traumatisme ultérieur de l’individu concerné, aliénation et rejet. Tant pour le patient que pour sa famille, les parents en particulier, la reconnaissance et l’identification du TED apportent un grand soulagement.

Le Dr Kikuchi, de l’Université Kanazawa au Japon, a formulé une triple approche simultanée du TED, à savoir le développement de méthodes de diagnostic, un traitement médical et une thérapie sociale.

Dans cette université, le Dr Kikuchi étudie le comportement de plus de cent jeunes enfants entre trois et cinq ans en train de jouer ; ils portent des moniteurs permettant de recueillir des données comparatives. Il espère pouvoir, au cours de cette année, être en mesure d’utiliser ces données pour un diagnostic précoce du TED.

Dans le même temps, son collègue, le Dr Higashida, qui travaille dans le domaine du traitement médical, poursuit une étude génétique indiquant qu’un gêne, le CD38, joue un rôle capital dans l’apprentissage des comportements sociaux. C’est lui qui cause la sécrétion de l’hormone ocytocine. On a remarqué chez la souris que toute mutation marquée de ce gène entraînait une diminution de son comportement social interactif.

Le Pr. Munesue explore de son côté la théorie selon laquelle chez les autistes, il existerait un gène qui ferait obstacle à la production de l’ocytocine. Cela pourrait aboutir à la mise en place d’un traitement médical à base de compléments d’ocytocine. Cependant, on ne sait pas à ce jour s’il serait prudent d’administrer de l’ocytocine à de jeunes enfants.

Cette recherche et son processus de développement sont ardus, mais les efforts menés par les équipes comme celle de l’Université Kanazawa laissent entrevoir une lumière au bout de ce tunnel difficile que représente le TED.





La voix des peuples

Home Occupy : le rachat des dettes du peuple par le peuple

Source : guardian.co.uk

Simple, élégant, efficace, le mouvement Occupy a refait surface avec une idée brillante : « Un mouvement génial », c’est ainsi que Charles Eisenstein décrit dans The Guardian le Rolling Jubilee, une nouvelle initiative de Strike Debt (née d’une coalition des groupes Occupy).

Le site web Rolling Jubilee indique : « Nous croyons que les gens ne devraient pas avoir à s’endetter pour des besoins essentiels comme l’éducation, la santé et le logement... Notre réseau a pour objectif de créer un vaste mouvement offrant des moyens efficaces de résister à la dette, avec pour but ultime de créer une économie alternative profitant à tout le monde et pas seulement aux 1 %. »

Rolling Jubilee utilise les dons qu’il reçoit pour racheter les dettes auprès des prêteurs à des « prix réduits », comme le font les agences de recouvrement de dettes. Cependant, contrairement à ces agences qui traquent les débiteurs, il s’agit ici tout simplement d’annuler les dettes. On espère que les anciens débiteurs, une fois débarrassés de leur dette, contribueront à leur tour à alimenter les dons, permettant au système de perdurer.

Le concept ancien de « jubilé » apparaît dans de nombreuses traditions, comme le judaïsme, le christianisme et l’islam, et se réfère à une époque où toutes les dettes seront effacées. C. Eisenstein donne l’exemple d’une sorte de jubilé en Islande, lors de la crise de 2008 : les Islandais ont décidé non pas de renflouer leurs banques mais d’annuler un certain pourcentage des dettes hypothécaires. « Les dettes ne sont qu’une promesse qui peut – et devrait – être renégociée ou annulée lorsque les circonstances le justifient. Strike Debt estime que le temps est venu d’un jubilé pour les 99 % », écrit C. Eisenstein.

Les implications pour le monde de la finance, les politiques et la société en général sont énormes et potentiellement transformatrices. « L’annulation de la dette, qu’il s’agisse d’un rachat de dettes par la population ou d’une mesure prise par le gouvernement, n’est qu’une partie de la solution à nos déboires économiques, affirme C. Eisenstein. De profondes réformes sont nécessaires, surtout en raison du fait que notre système dépend de la croissance, alors que la taille de la planète est finie.


Plus d’informations : rollingjubilee.org




Home La Banque d’Angleterre fait l’éloge du mouvement Occupy

Source : The Guardian, Grande-Bretagne

Lors d’un événement organisé récemment par Occupy Economics, Andy Haldane, directeur de la stabilité financière de la Banque d’Angleterre, a brisé plusieurs stéréotypes. Il a affirmé au cours d’un discours énergique que le mouvement Occupy, connu pour ses rassemblements protestataires dans la City de Londres et à Wall Street, devrait être félicité pour avoir déclenché une refonte du secteur financier, « une réforme de la finance ». Il a déclaré qu’en dépit des critiques contre le fait que ses objectifs étaient quelque peu vagues, Occupy avait en fait agi comme levier sur les politiques. A. Haldane est l’un des plus anciens inspirateurs de la politique financière de Grande-Bretagne et certains estiment qu’il pourrait devenir le futur gouverneur de la Banque d’Angleterre. Il a déclaré que les protestataires d’Occupy avaient parlé haut et clair et qu’ils avaient bien fait de mettre l’accent sur les inégalités comme principale raison du krach économique de 2008. « Au cœur de la crise financière mondiale résident des problèmes liés à des inégalités profondes et croissantes... Nous avons vu la première crise induite par les inégalités, et plus récemment, des inégalités induites par la crise », explique-t-il. Cela fait suite à des études montrant que c’était l’accumulation d’énormes fortunes alimentées par la dette qui était directement responsable de l’effet domino ayant conduit à l’effondrement du système bancaire en 2008.

Lors du débat d’Occupy Economics à Londres, le 29 octobre 2012, devant une vaste audience, A. Haldane a déclaré que des règles limitant l’utilisation du crédit permettraient de réduire la possibilité d’accumuler d’énormes biens et d’immenses fortunes. Les inégalités ont été alimentées par les banques prêtant des fonds destinés à spéculer sur les biens et autres actifs, ce qui a conduit à enrichir une petite minorité, les infâmes 1 %, aux dépens de tous les autres.

Ces paroles ne sont guère réconfortantes pour le secteur financier opérant dans la City de Londres, qui souhaite que le crédit bancaire retrouve son niveau d’avant la crise, comme si le krach ne s’était jamais produit. L’année prochaine, la Banque d’Angleterre imposera aux banques des règles plus strictes sur les prêts lorsqu’elle reprendra en main le contrôle de l’industrie actuellement exercé par l’Autorité britannique de régulation du secteur financier.




Home Des échos de la voix du peuple tout autour du monde

Source : diverses (voir en fin d'article)

Italie Des milliers d’Italiens sont descendus dans la rue, à Rome, pour protester contre les sévères mesures d’austérité prises récemment par le gouvernement du premier ministre Mario Monti. Les manifestants, qui représentaient un échantillonnage représentatif de la société italienne, avec des syndicalistes, des étudiants, des représentants de mouvements politiques et des chômeurs, ont participé à une manifestation intitulée La journée sans Monti. Entourés d’une forte présence policière, les manifestants brandissaient des bannières : « Réductions, rien que des réductions ! », et « Monti, dehors ! » Certains manifestants portaient des masques du premier ministre, tandis que d’autres brandissaient des marionnettes représentant Silvio Berlusconi et Angela Merkel.
Le premier ministre italien a récemment promulgué une série de mesures d’austérité, comprenant des hausses d’impôts, et des réductions des dépenses qui, selon les Italiens, lèsent les travailleurs et les pauvres. La récession continuelle, dans le troisième Etat de la zone euro, touche durement les Italiens qui ont vu l’instauration de nombreuses mesures d’austérité budgétaire et une augmentation des charges sur le revenu des retraites. Un autre facteur que les Italiens déplorent est que leur premier ministre, comme son homologue grec, n’a pas été élu par le peuple, mais nommé. Avant de devenir premier ministre, il présidait le ministère de l’Economie et des Finances, au moment même de l’aggravation de la crise financière !

Argentine Le 8 novembre 2012, des foules entières ont protesté contre la politique du gouvernement. Cette marche massive était la dernière d’une série de protestations dites cacerolazos en raison des ustensiles de cuisine que les manifestants brandissent et frappent pour attirer l’attention sur les problèmes qui s’aggravent dans ce pays d’Amérique latine, comme le taux de criminalité, l’inflation et la corruption.
De nombreux manifestants sont descendus dans la rue pour que la présidente, Cristina Fernandez de Kirchner, ne puisse pas modifier la Constitution du pays et se présenter à la réélection. « Le peuple est vraiment fatigué des mensonges du gouvernement », déclare Arturo Feldman, étudiant de 23 ans. Les manifestations se sont massées sur l’avenue centrale de la ville, en brandissant des drapeaux argentins et des banderoles : « Assez d’insécurité », « Non à la réélection » et « Stop à la corruption ». La scène qui se joue à Buenos Aires s’est répandue dans le monde. Le 8 novembre, le son des casseroles a résonné à Miami, New York, Londres, Madrid, Paris, Rome et Sydney.
A Miami, les manifestants agitaient des bannières : « Nous ne voulons pas d’une Argentine communiste. » « Nous sommes ici juste pour soutenir tous les Argentins » a déclaré à CNN l’organisateur, Christian Ferreyra. Une autre manifestante, Romina Daviani, a avancé de multiples raisons de descendre dans la rue par solidarité, à savoir notamment le taux élevé de criminalité et l’inflation en Argentine.
Par le passé, les manifestations étaient non partisanes. Mais, cette fois, certains leaders de l’opposition ont fait connaître leur opinion. Rosendo Fraga, analyste politique installé à Buenos Aires affirme que les « concerts de casseroles » affecteront l’avenir politique du pays. « Sans aucun doute, ils affecteront les élections de mi-mandat. Il reste encore du temps avant ces élections, explique-t-il, mais cela offre une occasion à l’opposition. »

Grèce Le Bureau grec des statistiques a annoncé un taux de 25 % de chômage en août 2012, record atteint après trois ans d’une hausse incessante. Un nouveau rapport de l’Elstat (Autorité hellénique de la statistique), montre que le taux de chômage du pays a encore augmenté depuis les 24,8 % de juillet 2012. Cela représente deux fois le taux de chômage (11,5 %) des autres pays de la zone euro. Un chiffre record de 1,27 million de personnes sans emploi en août ! Le taux de chômage a plus que triplé depuis le début de la crise économique, il y a cinq ans, et maintenant, il est à 58 % pour les jeunes de 15 à 24 ans. Selon Eurostat (direction générale de la Commission européenne chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire), c’est l’Espagne et la Grèce qui connaissent le taux le plus élevé de chômage avec 25,5 % des Espagnols dans l’impossibilité de trouver du travail.
Le gouvernement grec a voté d’autres mesures de rigueur, faisant naître des protestations dans tout le pays, provoquant la colère de la population, désespérée par les réductions des budgets et les hausses d’impôts. Des réductions similaires ont attisé l’agitation sociale et des protestations massives dans de nombreux pays européens. Les prospectives du chômage dans la zone euro montrent que le taux de chômage dans les pays membres atteindra un nouveau point culminant d’environ 12 % l’année prochaine.
L’Espagne et la Grèce sont supposées rester en récession l’année prochaine. La France, deuxième pays en importance de l’Union européenne, risque aussi de ne pas atteindre son objectif l’année prochaine pour ce qui concerne le déficit. L’insolvabilité menace maintenant des pays lourdement endettés comme la Grèce, le Portugal, l’Italie, l’Irlande et l’Espagne.

Chine Alors que le 18e Congrès du Parti s’est tenu à Pékin, un groupe d’activistes à Hong Kong a exigé le changement. Les manifestants ont marché sur le Bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong, en demandant au parti communiste d’opérer des réformes politiques et humanitaires.
« Il n’y a pas du tout de réformes politiques. Nous ne voyons que de la régression concernant les droits humains, nous ne voyons que de la régression dans la démocratie. Et nous estimons que ce parti communiste à l’heure actuelle ne fait que diminuer les droits humains, que diminuer le droit à la parole. Et nous demandons la fin du régime dictatorial d’un parti unique », a déclaré M. Lee Cheuk-Yan, un législateur pro-démocratie.
Ces manifestants demandaient aussi la mise en liberté du Prix Nobel de la Paix, Liu Xiabo. Patrick Poon, militant pour les droits humains, a déclaré : « J’espère que le gouvernement verra qu’il n’y a pas que Liu Xiabo pour faire ces demandes ! »

Tibet De nouveaux cas d’auto-immolation ont été rapportés, alors que le Congrès du parti communiste s’ouvrait à Pékin. En deux jours, trois jeunes moines et deux autres Tibétains se sont jetés dans le feu, ont rapporté les militants. Les moines, âgés de 15 et 16 ans, sont les plus jeunes à s’être immolés. Cette protestation désespérée a eu lieu devant les locaux de la police dans la province sud-ouest du Sichuan. Les moines demandaient la liberté du Tibet et le retour de leur chef spirituel, le dalaï-lama.
Depuis mars 2011, des dizaines de Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet, en protestation contre ce que les militants appellent la lourde mainmise de la Chine sur leur pays. Ces protestations deviennent plus fréquentes à l’heure actuelle. Elles ont pour but de lancer à la nouvelle génération chinoise un signal clair que les Tibétains continueront de lutter pour leurs libertés, malgré les efforts de la Chine pour les éliminer et les intimider, a déclaré dans un rapport Stephanie Brigden, directrice de l’Organisation Tibet libre.
Une jeune femme, nomade tibétaine de vingt-trois ans, s’est aussi immolée par le feu, dans une autre zone tibétaine de la province occidentale du Quing hai. Jinpa Gyatso, nomade tibétaine originaire de la même région, était la cinquième en deux jours à se jeter dans le feu.

Afrique du Sud En novembre 2012, des vignobles de la région viticole la plus importante du pays ont été incendiés par des manifestants qui réclamaient un meilleur salaire. Cinquante hectares de vigne ont été brûlés à 140 km au nord-est du Cap. Cette zone est le plus gros producteur de raisins de table, l’Afrique du Sud étant le plus gros producteur de ce fruit du continent.
Les manifestants demandent un meilleur salaire et de meilleures conditions de vie, a déclaré le Congrès des syndicats d’Afrique du Sud, le syndicat le plus important du pays. L’agitation des travailleurs dans les mines et les industries manufacturières de l’Afrique du Sud ont ces derniers temps attiré l’attention des médias internationaux. Un quart de la main-d’œuvre sud-africaine est au chômage et presque un tiers de la population, qui s’élève à 51,8 millions de personnes, reçoit de l’aide sociale.


La Nación, El Clarín, Argentine ; CNN, bloomberg.com, E.-U. ; Presstv.ir ; oston.com





Courrier des lecteurs

Home Pluie d’étoiles

Cher Monsieur,

Le jeudi 30 décembre 2011, j’étais dans un camping-car avec ma famille, à Corvada en Italie, dans les Dolomites. Nous attendions la neige avec impatience, et dans l’après-midi, à notre grande joie, il commença à neiger. Avec mon fils âgé de trois ans nous allâmes faire de la luge sur une colline des environs. Je portais des gants noirs, et je remarquai bientôt les flocons qui commençaient à tenir dessus. Les flocons de neige n’étaient pas comme d’habitude mais formaient de parfaites étoiles à cinq branches et, au milieu, ils étaient complètement blancs. Je les vis aussi sur les vêtements de mon fils. 

Au début, j’y prêtai peu d’attention et nous continuâmes à faire de la luge, bientôt rejoint par un ami âgé de 10 ans. Quand ce fut son tour de dévaler la colline, il s’arrêta et regarda ses gants. Je lui demandai s’il avait lui aussi remarqué les flocons de neige particuliers. Il dit oui et continua à les observer. Pendant quelques temps tous trois nous regardâmes le ciel pour attraper avec joie ces étoiles. Certains flocons étaient vraiment énormes et ne fondaient pas tout de suite.

Cela me réchauffa le cœur. Je pensais : « Une pluie d’étoiles, que le monde est beau, chaque chose est à sa place, tout est parfait. » En même temps je ressentis ma petitesse et la sublimité de l’univers, mon cœur débordant de joie et de bonheur. Je courus au camping-car montrer les flocons à ma fille plus âgée. Elle aussi n’avait jamais vu de tels flocons auparavant.

Cette pluie d’étoiles à cinq branches étaient-elles quelque chose de spécial ?

A. R., Maribor, Slovénie

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la « pluie d’étoiles » a été manifestée par Maitreya.


Home Adaptabilité


 

Cher Monsieur,

Le 8 octobre 2012, je me suis rendue à un atelier de méditation de transmission, à Paris. En rentrant chez moi, juste après 23 h, je sortis de ma voiture sous une pluie froide, tête baissée, la capuche relevée. Un peu plus tôt, je pensai aux nombreux miracles qui arrivaient aux gens qui méditent régulièrement et me suis fait cette réflexion : « Peu importe si Maitreya ou le Maître Jésus était là, apparaissant sous la forme d’un familier, je ne pourrais même pas le voir parce que je marche tête baissée, ma capuche relevée. » Mais ce soir-là, comme je rentrai chez moi, je découvris soudain un magnifique cœur dessiné sur l’asphalte (voir photo).

Ce cœur est toujours là aujourd’hui, on dirait qu’il est fait de ciment. Je voudrais signaler qu’il n’y avait pas de travaux sur la chaussée dans les environs et il n’y avait pas d’autre marque de ciment sur le sol à proximité.

Cela me remplit d’enthousiasme d’avoir découvert cette empreinte, spécialement car j’ai étudié assidûment Un Cours en miracles. La leçon de ce jour était la 327e : « En cas de besoin je demande et vous me répondrez. » Je dois admettre que je me suis demandée toute la journée de quelle façon il me répondrait. Pourriez-vous, s’il vous plait, me dire qui a manifesté ce cœur ?

K. L., Vaires-sur-Marne, France

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le cœur a été manifesté par le Maître Jésus.


Home Une plaisanterie par procuration

Cher Monsieur,

A la fin du séminaire de Dallas, notre groupe se rendit à Sausalito pour le dîner. Nous avions quelques instants à perdre, aussi nous flânâmes jusqu’à la plage et nous nous assîmes sur des bancs. J’étais encore un peu « dans » la méditation de transmission qui suivit le séminaire, quand un sans-abri, musicien des rues, s’assit près de moi avec son petit chien que je pris pour le caresser. L’homme était bavard.

Puis, je posais le chien à terre et nous partîmes. Sur le trajet du restaurant deux voitures avec le groupe d’Atlanta s’arrêtèrent et plutôt que de faire signe ou dire bonjour, une grosse voix sortit de moi en disant : « Qu’avez-vous fumé ? » aux personnes dans les deux voitures. Je fus choquée et très embarrassée par ce débordement soudain ! Que m’est-il arrivé ?

N. McC., Dallas, Texas, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était le Maître Jésus et la grosse voix qui est sortie de vous a été manifestée par lui. Il s’agissait d’une plaisanterie.


Home « Obama sera réélu » – Maitreya

Cher Monsieur,

Fin septembre 2012, lors d’une conférence à New York, pendant la pause, un Afro-américain d’environ cinquante ans s’approcha du stand des livres. Il posa une trentaine de questions à un co-worker. Nous avions du mal à le comprendre en raison de son fort accent et d’une élocution très rapide. Il expliqua qu’il était Nigérian, et avait vécu 18 ans à New York, dans le Queens. Il nous donna son adresse e-mail afin qu’on le tienne au courant. Après la conférence, nous lui donnâmes une brochure, ce qu’il semblait attendre. Alors qu’il nous avait posé des questions pendant la pause, il semblait, cette fois, très direct. Il nous demanda si nous pensions qu’Obama serait réélu. Nous répondîmes que nous espérions qu’il le fut. Il déclara alors : « Maitreya sait qu’Obama sera réélu, et Obama le savait déjà dès sa première élection. »

L’information essentielle sur laquelle notre visiteur insista avec le plus d’empathie, est que nous devions atteindre les jeunes qui sont plus « ouverts » car ils ont moins de préjugés que notre public habituel, ce que nous n’avions pas vraiment fait, car notre message ne leur est pas spécialement destiné – les jeunes sont les acteurs du futur et c’est donc à eux que nous devons essentiellement nous adresser. Il insista fortement sur ce point. Il le répéta même trois fois à un co-worker en quittant la salle de conférence. Il voulait aussi faire ressortir que nous devions rester simples dans notre activité et ne pas compliquer notre message. Pourriez-vous me dire qui était cet homme ?

C. T., New York, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le « visiteur » était Maitreya.


Home Une perspective divine

Cher Monsieur,

Le 23 septembre 2012, près de mon hôtel à Houston (Texas), je fumais une cigarette et buvais un cappuccino tout en lisant le nouveau livre de Benjamin Creme, L’Unité dans la diversité, quand un homme s’approcha de moi. C’était un Afro-américain très poli et courtois, qui me dit : « Excusez-moi, Monsieur, de vous déranger. Je répondis : « OK, c’est à quel sujet. » Il se présenta et m’expliqua qu’il était dans une très mauvaise passe. Il avait travaillé de nombreuses années à ABC, mais était maintenant au chômage et quand il se présentait pour un travail, on lui disait qu’il était trop qualifié, que les diplômés d’aujourd’hui acceptaient d’être beaucoup moins payés et qu’il n’avait pas de chance. Il ajouta que, le matin même, son propriétaire lui avait annoncé que s’il ne lui versait pas 42 dollars avant midi, alors, lui, sa femme et ses deux enfants seraient expulsés.

Mon cœur s’emplit du même sentiment d’amour que je ressens au cours d’un adombrement pendant les conférences de Benjamin Creme à la Friends House. Je fus submergé par l’émotion et ne pus parler facilement mais je lui dis que j’étais personnel naviguant de passage à Houston pour 24 heures, que j’avais deux enfants et que j’avais du mal à joindre les deux bouts, mais que nous avions quelques économies en Grande-Bretagne. Lorsque je lui donnai 60 dollars, il ne put en croire ses yeux. Il fut si soulagé qu’il baissa la tête et adressa une petite prière à Jésus. Nous eûmes une longue étreinte et je lui donnai aussi mon exemplaire du livre de Benjamin Creme. Je lui dis de ne pas perdre espoir et que bientôt cette période sombre laisserait place à une période plus heureuse de notre vie, que quelque chose de merveilleux s’annonçait. Je lui roulais une cigarette, il me remercia et continua son chemin. Je restai là à penser combien la vie est horrible pour beaucoup de gens et quelle chance j’avais d’être à la bonne place au bon moment pour lui offrir une petite aide.

Aussi, si c’était Maitreya qui me donnait l’opportunité d’être généreux et de témoigner de l’amour à un étranger alors je suis béni et reconnaissant et si ce n’est pas lui alors je suis béni d’avoir pu aider cet homme charmant, de toute façon je suis content. M. Creme, j’assiste à vos conférences depuis plus de 25 ans. Vous écouter est pour moi le point culminant du mois et de savoir que parfois Maitreya lui-même est dans l’assistance est une bénédiction indicible et me remplit de joie et d’admiration. De tout mon cœur, merci pour votre vie et votre œuvre merveilleuses.

K. F. G., Surrey, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était le Maître Jésus.


Home Prière bien reçue – à vous, terminé !

Cher Monsieur,

Mi 2012, la femme de chambre de ma mère étant tombée malade, elle retourna dans son village dans une autre région, pour être avec sa mère. Je voulus lui envoyer une photo de la « main » de Maitreya mais je me suis souvenu qu’elle n’y croyait pas ; alors j’eus l’intention de lui envoyer une photo de Saï Baba. Puis il me vint à l’esprit qu’une personne ordinaire comme elle, connaissait généralement le secret de la foi, et qu’elle n’avait pas besoin de la photo de la « main » de Maitreya, mais plutôt d’argent. Je ne suis pas très riche, aussi je priai la « main » de pouvoir lui envoyer de l’argent.

Quelques jours plus tard, je reçus en roupies l’équivalent de 450 dollars par mois. Je lui envoyai 250 dollars. J’étais content de pouvoir enfin lui faire ce don.

Cette rentrée d’argent mensuelle est-elle le résultat de ma prière sur la « main » de Maitreya ?

G. S., Jakarta, Indonésie

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que oui, c’était le résultat de la prière sur la « main » de Maitreya.


Home Conte de Noël

Cher Monsieur,

En 2008, alors que je travaillais à Scarborough (Grande-Bretagne). Quelques jours avant Noël, mon ami indien et moi nous rendîmes en ville. Il y avait vraiment beaucoup de monde qui quémandaient de l’argent pour les malades, les personnes âgées, les enfants etc. A cette époque, j’avais beaucoup d’argent et j’étais très content de le donner. Soudain, mon ami me dit : « Regarde cet homme si grand, c’est extraordinaire. » Il était vraiment très grand, mesurant peut-être deux mètres, il portait un habit de père Noël et il y avait un récipient sur le sol pour recueillir de l’argent. Je voulus seulement me rapprocher de lui et admirer ses yeux car je ressentais une énergie « intéressante ». Je m’approchai mais ne fis que passer devant lui. C’était comme si mon corps faisait tout à fait l’opposé de ce que je voulais.

Mon ami et moi en parlons encore et avons un sentiment différent. Était-ce Maitreya ?

N. M., République Tchèque

Le Maître de B. Creme a confirmé que l’homme était Maitreya.


Home Un os à moelle !

Cher Monsieur,

L’été dernier, en 2011, j’étais dans mon arrière-cour et regardai une étoile et pensai qu’il se passait quelque chose de bizarre. Puis elle grandit de cinq fois sa taille ou plus. Était-ce un vaisseau spatial ?

De plus, ma femme et moi emmenâmes notre plus cher ami, notre chien Jake, à la clinique vétérinaire en raison de complications diabétiques. J’ai demandé au Seigneur Maitreya et au Maître Jésus si nous pouvions le garder encore quelques années. Il ne mangeait plus et le docteur nous suggéra de lui acheter de la viande en conserve. Devant l’épicerie, assis sur un banc, se tenait un homme avec une barbe qui avait l’air d’un indigent. Nous nous regardâmes mutuellement et je pensai que c’était peut-être le Maître Jésus. Quand je sortis du magasin, il avait disparu. Était-ce quelqu’un de spécial ?

A. A., Crowlye, Texas, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’étoile était l’« étoile » de Maitreya. L’homme que vous avez rencontré était effectivement le Maître Jésus.



Compilation

Home La confiance

Nous publions ci-dessous des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Lorsque vous me verrez, vous saurez que l’heure du changement est arrivée. Le monde attend la proclamation des dates cosmiques. Les nations se préparent pour une nouvelle donne et, dans la confiance et la fraternité, tous les hommes partageront. Mes Maîtres se manifestent maintenant plus rapidement que prévu ; ce stimulus apportera beaucoup de bienfaits au monde car ils transmettent l’Amour de Dieu. Mes Maîtres vous aideront à manifester cet Amour divin, vous montreront la voie simple de la Vérité, la bénédiction de la Confiance. [Message n° 36 (Maitreya)]

Quand les hommes verront le Christ en personne, ils adopteront rapidement une nouvelle attitude face à la vie et ses problèmes. Ils comprendront que les problèmes sont le fait de l’homme lui-même, qu’ils existent en lui, et que la faute n’en incombe ni à un Dieu insensible ni à un hasard indifférent. Un nouveau sens de leurs responsabilités poussera les hommes à agir pour le bien de tous. Coopération, sollicitude et confiance remplaceront bientôt l’égocentrisme actuel, et une nouvelle phase s’ouvrira dans l’évolution humaine. [Son nom est Amour (Maître –)]

Maitreya montrera que si nos difficultés sont nombreuses, elles ne sont pas insurmontables ; que la solution à tous nos problèmes est déjà entre nos mains. Que le simple fait de partager a le pouvoir, à lui seul, de transformer en mieux la vie sur Terre. En tant que Frère aîné il demandera aux hommes de s’en remettre à lui, avec l’assurance qu’il ne les conduira nulle part ailleurs que sur le sentier d’harmonie et d’amour qui leur est destiné ; qu’ils n’ont rien à craindre d’autre que leur peur elle-même ; que l’avenir qui les attend est déjà marqué au sceau du divin. [Une glorieuse entreprise, PI janvier/février 2010 (Maître –)]

Je suis maintenant parmi vous. Je vois vos rêves de confiance et d’amour. Je ressens votre aspiration et vos espoirs. Je les prendrai en mon cœur et les accomplirai pour vous. Je suis votre mentor. Je suis votre désir le plus noble. Je suis votre lumière la plus claire. Je suis l’amour dans votre cœur. Je vous amènerai dans ce pays béni que j’appelle l’Amour. Je vous montrerai Dieu qui y demeure, et j’évoquerai en vous cette divinité. [Message n° 80 (Maitreya)]

Quand nous partagerons la production mondiale plus équitablement, nous reléguerons d’un coup la guerre et le terrorisme dans les oubliettes du passé. Nous créerons les conditions de la confiance. Une fois que la confiance sera établie, nous pourrons nous asseoir autour d’une table et trouver les solutions à tous nos problèmes. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Les Maîtres préparent le moment où ils seront reconnus comme tels, et travailleront au grand jour. Leur présence donnera aux hommes l’assurance que les changements qui s’imposent dans notre vie sociale seront vraiment bénéfiques, et que la nécessité s’en fait sentir de longue date. L’objectif est que Maîtres et hommes travaillent ensemble en tous domaines, ce qui hâtera le processus de transformation.
La première des priorités est que la guerre soit abandonnée à jamais, de manière totale et absolue. Cela nécessite un degré de confiance à ce jour inconnu dans le monde. Comme on finira par le découvrir, seul le partage engendrera une telle confiance et permettra l’instauration de la justice dans le monde entier. Tant que ne régnera pas la justice, il n’y aura pas de véritable paix. Pas à pas, les hommes en viendront à saisir la logique de cette approche, et comprendront alors qu’il n’y a pas d’alternative. S’ils veulent vivre et prospérer, il leur faut abandonner l’injustice et la guerre. [Les hommes répondront à l’appel, PI décembre 2009 (Maître –)]

Lorsque vous partagez vous créez de la confiance, car vous avez exprimé de l’amour. Le partage est l’expression de l’amour. Dans une famille, on partage les ressources en fonction des besoins de chacun. Le sentiment d’appartenir à une seule famille fait vraiment défaut dans ce monde. En partageant vous créez la confiance qui vous permet de faire confiance aux autres. Si vous faites preuve de confiance, on vous fait confiance.
C’est en partageant avec autrui ce que vous possédez que vous créerez la confiance sans laquelle aucune décision majeure ne pourra jamais être prise. Sans confiance il n’y aura jamais de consensus sur les principaux problèmes auxquels le monde est confronté et qui ne peuvent être abordés que sur le plan international. En fait, Maitreya a déclaré que chacun, homme, femme et enfant, doit réaliser que la sauvegarde de la planète est la première des priorités. Tous doivent y prendre part […]
Lorsque vous avez confiance vous pouvez faire n’importe quoi. La principale source de conflit dans les groupes est la critique, car la critique détériore la confiance. De même que vous pouvez changer le monde par le partage, et instaurer la confiance, si la confiance fait défaut dans un groupe il ne peut y avoir d’unité. C’est impossible. La critique détruit la confiance et par conséquent l’unité. [L’Art de la coopération (B. Creme)]

Il viendra un temps où l’homme se remémorera notre époque particulièrement difficile comme une période de redécouverte du sens et du but de la vie au sein d’un chaos de fausses valeurs. Depuis les temps les plus reculés, les hommes n’ont cessé de rêver de richesses et de pouvoir, de prestige et de renommée. Les arts plus subtils de la connaissance spirituelle et de la sagesse n’ont attiré que peu de monde et l’humanité n’a eu d’autre choix que de fouler le chemin mouvementé de la guerre, de l’ignorance et de la peur.
Aujourd’hui enfin, une lumière nouvelle amène les hommes à prendre conscience de leur gloire à venir en tant que collaborateurs de Dieu et co-créateurs. Nombreuses sont les épreuves qui les attendent sur le chemin de leur destinée, mais jamais auparavant ils n’ont été aussi disposés et préparés à relever pareil défi. Contre toute attente et en dépit de toutes les apparences, l’humanité est sur le point d’émerger de sa chrysalide de ténèbres, d’impuissance et de peur. Avec une hardiesse et une assurance sans cesse croissantes, les hommes dirigent leur pas vers l’unité et la justice, la coopération et le partage, la simplicité et la confiance.
Que la confiance soit nécessaire, cela ne fait aucun doute. Rien ne peut être réalisé tant que des rapports de confiance ne sont pas établis. Jusqu’à présent, l’absence de confiance a fait obstacle aux plus hautes aspirations humaines, divisant les nations et mettant en péril l’avenir de la race des hommes. [Que la confiance règne (Maître –)]

Les réponses à vos problèmes sont simples, en vérité. De nombreuses fois je vous ai dit que la volonté de partager doit gouverner votre vie. Une fois encore, je le répète : sans le Partage et la Justice, mes frères et sœurs, l’homme ne connaîtra pas la paix. Alors, tenez compte de mon conseil. Adoptez la seule voie qui s’offre à vous et faites confiance au partage pour remédier à l’agonie du monde. [Message n° 133 (Maitreya)]

Les gouvernements ne connaissent que les méthodes du passé, et celles-ci ne sont plus valables. C’est la raison pour laquelle il n’y a aujourd’hui aucun gouvernement dans le monde qui soit véritablement capable de gouverner. Ils font de leur mieux et tous échouent parce que, fondamentalement, ils utilisent des méthodes dépassées. La seule solution pour sortir de l’impasse dans laquelle ils se trouvent est la dernière qui leur viendra à l’esprit : ils doivent inaugurer un système de partage.
Dès qu’ils le feront, ils créeront du même coup la confiance qui leur permettra de traiter tous les autres problèmes dans un esprit de coopération. Seule la coopération permet de résoudre les problèmes. On ne peut imposer des solutions aux nations qui n’en veulent pas.
Les problèmes ne pourront être résolus que par la coopération, lorsque la confiance engendrée par le partage sera présente et permettra de procéder à des changements. La bonne volonté générée par la confiance permettra de résoudre des problèmes qui semblent aujourd’hui insolubles. [Unity in Diversity (B. Creme)]

La liberté et la justice sont essentielles pour tous, en tous lieux et sans exception, et l’on ne peut y parvenir que par la confiance. Seul le partage peut créer cette confiance, et mettre les hommes sur la voie de leur divinité.
Pour être heureux, les hommes doivent vivre selon les Lois de la vie : les lois de Cause et d’Effet, de Renaissance, d’Innocuité et de Sacrifice. Ces lois fondamentales sont les balises qui depuis toujours protègent l’homme de l’autodestruction et du remords qui s’ensuivrait. Quand Maitreya se présentera aux yeux de tous, elles vous seront à nouveau présentées car elles constituent la base de tout son enseignement, et celle de toute vie sur la planète Terre. [La destinée de l’homme, PI, octobre 2008 (Maître –)]

Mes Maîtres vous montreront qu’il est peu de choses que vous ne puissiez entreprendre, à condition d’essayer. Tout est possible à l’homme. Tout ce dont l’homme a besoin lui est fourni par sa Source. Le Grand Pourvoyeur se souvient de ses enfants. Alors, ne regardez pas l’avenir avec méfiance, mais accueillez-le avec joie, sachant que la fraternité et la confiance deviendront la norme. [Message n° 86 (Maitreya)]

L’appel [de Maitreya], résonnant dans le monde entier, fera surgir le meilleur chez tous ceux qui trouveront en lui un écho au besoin de justice, de liberté et d’amour qu’ils ressentent au fond de leur cœur. Et, avec une force sans cesse croissante, un appel s’élèvera de chaque nation pour la satisfaction de ces exigences fondamentales. Ainsi en sera-t-il. Ainsi le Christ focalisera-t-il la volonté et deviendra-t-il le porte-parole d’une multitude d’âmes et de leurs aspirations.
Sa voix ne sera pas la seule à se faire entendre. Partout dans le monde, dans chaque pays, des groupes attendent l’occasion de s’exprimer. Préparés et entraînés, ils attendent dans les coulisses, prêts à servir dès que l’appel résonnera. Ils connaissent les nécessités de l’époque et les solutions aux problèmes qui accablent l’humanité aujourd’hui. Peu à peu, ces problèmes seront résolus et un nouveau chapitre s’ouvrira dans l’évolution de l’espèce humaine. Bientôt, ces sages s’avanceront et se mettront à la disposition du monde. Leur altruisme plaidera en leur faveur et leur sûreté de jugement gagnera la confiance de tous. [Ils ne seront pas déçus (Maître –)]

Mes Maîtres vous montreront comment vivre bien et simplement, dans un bonheur complet. Ils ont parcouru le chemin avant vous et le connaissent bien. Tels des enfants entièrement confiants, laissez-leur vous montrer ce chemin ; laissez-les vous diriger pas à pas à travers le labyrinthe. Et lorsque vous serez prêts, vous serez amenés devant ma Splendeur et, à travers moi, vous verrez le visage de Dieu. Faites le bon choix, mes amis ; faites-le maintenant. Prenez place aux côtés de ceux qui désirent partager et aimer, de ceux pour qui la Justice est divine. Faites votre choix maintenant, faites briller votre lumière et rendez ainsi mon chemin plus aisé. [Message n° 18 (Maitreya)]

Lorsqu’il existe en nous une totale confiance, une totale acceptation de la vie que nous avons vécue et que nous vivons aujourd’hui, la crainte, et la compétition qui en découle, ne se manifesteront pas. Nous nous montrons tels que nous sommes, en bien ou en mal. Si nous agissons en tant qu’âme en incarnation, inévitablement et quelque soit notre niveau d’évolution, la coopération qui est une qualité de l’âme se manifestera. [L’Art de la coopération (B. Creme)]

Mon enseignement est à deux niveaux : il concerne la nature physique de l’homme, les nécessités de la vie ; il traite également de la nature des relations de l’homme avec cet Etre divin que nous appelons Dieu. Dans mon langage, ils ne font qu’un, car ce n’est que lorsque l’homme établit une relation correcte avec l’homme qu’il peut alors s’apparenter à Dieu. Mon but est de vous montrer ceci, de vous enseigner que lorsque l’homme découvre en lui-même la capacité de partager, d’aimer, de faire confiance, à partir de ce moment, il commence son ascension vers Dieu. Cela a toujours été ainsi et il en sera toujours de même. [Message n° 29 (Maitreya)]

Préparez-vous à me voir très bientôt. Préparez-vous à me reconnaître, à me faire confiance, à m’aimer et à travailler avec moi, car je viens vous enseigner la voie qui conduit à la Source de votre être, à son cœur même.
Lorsque vous me connaîtrez, vous comprendrez que je suis depuis toujours dans votre cœur. Depuis longtemps vous entendez mon appel, et vous êtes ici en réponse à cet appel. Sachant cela, relevez le défi que je vous présente et aidez-moi à servir vos frères. Prenez garde de ne pas manquer à me reconnaître. Soyez vigilants, mes amis, et réjouissez-vous à cette perspective. En souriant, tournez votre regard vers l’avenir. En riant, tournez le dos au passé. Avec gratitude, recevez la bénédiction de l’Amour de Dieu et rétablissez le Plan. Soyez prompts à me suivre. Soyez prompts à me reconnaître. Enseignez triomphalement, et connaissez la joie du service. Mon amour vous accompagne tous. [Message n° 104 (Maitreya)]

Ayez donc confiance dans le Plan et sachez que rien ne peut retarder bien longtemps sa réalisation. Sachez que les Grands Etres, dans leur sagesse, prévoient tous les besoins. Sachez aussi que tous peuvent faire acte de service et partager le fardeau de la tâche. Une opportunité unique se présente aujourd’hui. Rarement, peut-être même jamais, il n’y en a eu de semblable. Prenez place au premier rang et inscrivez votre nom sur la liste des serviteurs de Dieu. [Les bienfaiteurs (Maître –)]

L’émergence de Maitreya et des Maîtres de Sagesse est l’événement le plus important de l’histoire du monde à ce jour. Des choses gigantesques vont en découler, une transformation complète du monde comme jamais vous n’en avez rêvé, comme jamais vous n’en avez imaginé malgré toute la science-fiction dont vous êtes nourris. Vous ne pouvez pas imaginer ce que sera le monde dans vingt-cinq ans. C’est pourquoi, quand Maitreya déclare que vous êtes venus dans le monde pour faire ce travail, je crois qu’il veut dire vraiment, précisément et simplement ce qu’il dit. Vous êtes venus dans le monde pour faire ce travail. Eh bien, faites-le. C’est aussi simple que cela. Faites-le ! [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Pourquoi attendre de me voir pour agir alors que, par vous-mêmes, en confiance, vous pouvez faire beaucoup ?
Faites preuve de foi, mes amis, et agissez aujourd’hui comme les guerriers d’antan, n’attendant pas de confirmation, mais heureux d’être à l’avant-garde. Faites connaître à tous le fait de ma présence et venez joyeusement à mes côtés. Faites connaître le besoin de partage et de justice, et sonnez l’appel à la liberté.
Faites savoir, mes amis et frères, que vous vous tenez aux côtés de votre Frère. Prenez vos frères par la main, et conduisez-les jusqu’à moi. [Message n° 109 (Maitreya)]

Nous sommes ensemble, vous et moi, pour le même dessein. Vous êtes ici, mes amis, parce qu’en votre cœur, vous aimez tous les hommes, vous vous sentez responsables pour le monde, vous répondez aux besoins des hommes et aspirez à servir. C’est également mon but aujourd’hui. Moi aussi, je ressens les besoins de l’homme, le besoin de tous les hommes, où qu’ils se trouvent, de vivre et de travailler dans la dignité et la confiance. La nécessité de servir conditionne mon existence. L’amour en mon cœur m’attire à vous. C’est pourquoi nous sommes ensemble, vous et moi, pour servir. Sachant cela, saisissez l’opportunité de servir le monde d’une façon unique, mes amis, et avancez plus loin sur le Chemin. Pourquoi se croiser les bras et attendre mon apparition quand le monde a besoin de votre appui ? Je vous demande donc de travailler avec moi, de me préparer la voie auprès des hommes, et de contribuer quelque peu à la création du climat d’espoir dans lequel je pourrai être aisément reconnu. [Message n° 102 (Maitreya)]

La confiance est une conviction. C’est la conviction que les choses se passeront de telle ou telle façon, que, par exemple, tout ira bien – ce qui, avec le temps, se vérifiera. Cela signifie-t-il qu’en attendant nous devions rester bien au chaud, contents de nous-mêmes, et dire : « Ça m’est égal, peu m’importe que des millions de gens meurent de faim dans le monde. Je sais qu’une infime partie seulement de la population est informée de la présence de Maitreya et que je pourrais faire quelque chose pour qu’elle augmente, mais à quoi bon ? Tout ira bien. » C’est ce que j’appelle autosatisfaction. Mais ce n’est pas de la confiance. Il s’agit de deux choses différentes.
Quand un Maître dit « Tout ira bien », il vise à éliminer la peur. La peur fait obstacle à l’action, et quand on a la conviction que tout ira bien, on peut travailler sans que la peur vienne se mette en travers de notre route. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas travailler, bien au contraire. Plus nous avons confiance et sommes libérés de la peur, plus notre action gagne en ampleur et en efficacité. Confiance et autosatisfaction n’ont rien à voir. Quand on a confiance, on ne peut pas faire d’autosatisfaction. Si on est autosatisfait, alors on n’a pas confiance. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Nombreux sont ceux qui, dans leur cœur, renoncent aujourd’hui à l’iniquité du matérialisme qui imprègne la planète. Aspirant à la justice et à la paix, ils descendent dans la rue pour les voir instaurées. De plus en plus, les peuples du monde prennent conscience qu’en s’unissant ils ont le pouvoir de changer l’action des puissants. Ainsi Maitreya fait-il confiance au peuple, et se fait-il l’écho de ses revendications. Ainsi se joint-il à ses manifestations pour y faire entendre sa voix. [La fin des ténèbres (Maître –)]

Les hommes redeviendront des enfants. Nous verrons le monde tel que les enfants le voient, avec la même grâce, la même joie, le même émerveillement et la même simplicité dans l’acceptation, la même confiancedans toutes nos relations. Ce sentiment de confiance grandira dans l’humanité pour la première fois depuis des millénaires. Aujourd’hui, personne ne fait suffisamment confiance à la vie. Nous sommes tous endurcis et avons l’impression qu’il nous faut nous endurcir à cause de la mercantilisation, de la lutte qu’il nous faut mener pour gagner notre vie dans une société où seul compte le marché. La compétition est au cœur de la vie. Mais la nature de la vie, pour l’humanité, c’est la coopération. Lorsque l’homme connaît sa vraie nature intérieure en tant qu’âme, l’esprit de compétition se retire de lui-même, et avec lui, le mensonge de la mercantilisation. Tous les êtres humains sans exception sont divins. [Le Rassemblement des Forces de lumière (B. Creme)]

Guidés et aidés par la Hiérarchie, les hommes ne tarderont pas à voir les avantages du changement et ils feront confiance à la sagesse de leurs Frères aînés pour les guider d’une main sûre pendant la période de transition. Ainsi en sera-t-il. Ainsi les hommes retrouveront-ils la divinité qu’ils semblent aujourd’hui avoir perdue. Ils mettront enfin de côté leurs talents pour la guerre et le conflit. Apprenant à partager, ils inaugureront l’ère de la confiance. Dans la confiance et la coopération, ils résoudront les nombreux problèmes auxquels ils sont aujourd’hui confrontés et, suivant avec reconnaissance l’exemple des Maîtres, ils s’éveilleront à l’amour qui a toujours été présent, même s’ils n’en avaient pas conscience. [Le Verseau, dispensateur d’unité (Maître –)]

Saisissez cette occasion de servir et grandissez en servant, mes amis, car nul homme ne s’est vu présenter opportunité plus grande. Saisissez cette occasion de servir et vous verrez le visage de Celui que nous appelons Dieu. Mes bras sont tendus vers vous, mes amis, demandant votre confiance, faisant appel à votre aide pour refaire votre monde. [Message n° 26 (Maitreya)]





S.O.P. — Sauvons notre planète

Home Lettre ouverte aux journalistes :

« Alertez le public sur l’urgence du problème climatique. »

Source : thephoenix.com

Un journaliste américain qui milite contre le changement climatique a lancé un appel à ses collègues afin qu’ils couvrent la question du changement climatique comme une crise d’ampleur mondiale.

Wen Stephenson, journaliste du Boston Globe, du magazine The Atlantic, et de la chaîne de télévision Public Broadcasting Service (PBS), s’est senti de plus en plus concerné par l’absence d’action sur le changement climatique après l’échec des négociations mondiales à Copenhague en 2009 et l’inaction du gouvernement américain depuis 2010. Au cours de l’été 2010, il a démissionné de son poste à la National Public Radio pour devenir un militant du changement climatique.

Dans un long article paru dans le Boston Phoenix, W. Stephenson adresse une lettre ouverte à ses anciens collègues des médias traditionnels pour leur demander de couvrir la question du changement climatique comme une urgence mondiale. Voici quelques extraits de sa lettre :

« ... Nos spécialistes du climat les plus éminents, comme James Hansen de la Nasa et Kerry Emanuel du MIT, ainsi que des experts mondiaux de l’énergie comme Fatih Birol, économiste en chef à l’Agence internationale de l’énergie, insistent de plus en plus sur ce point : nous serons très rapidement à court de temps pour répondre d’une manière efficace au changement climatique et ainsi éviter le risque d’une catastrophe climatique mondiale avec la souffrance incalculable qui en résultera.

Face à cette situation, je suis désolé de constater que vous ne vous montrez pas à la hauteur. Votre soi-disant « objectivité », votre totale impartialité, ne constituent que des excuses commodes pour ce qui s’avèrera une erreur inexcusable, à savoir : ne pas faire connaître l’urgence extrême à laquelle nous devons faire face. Que je sois clair : le problème n’est pas simplement une question d’équilibre ; pour la plupart d’entre vous, ce débat est quasiment terminé, et vous n’êtes plus confronté à la question de devoir respecter un équilibre entre le vaste consensus scientifique et les points de vue des lobbies défendant les intérêts pétroliers. Non, ce dont je parle, c’est de votre incapacité à couvrir la crise climatique comme une véritable crise – celle dans laquelle des millions, voire des milliards, de vies sont en jeu.

[...] Comme Kerry Emanuel et d’autres le font remarquer, en raison de l’inertie inhérente du système climatique de la planète et de l’énorme quantité de CO2 déjà présente dans l’atmosphère, la fenêtre d’opportunité qui devrait nous permettre d’éviter un réchauffement catastrophique est extrêmement étroite. Il se peut même qu’elle se soit déjà fermée, nous n’en savons rien. Selon le Giec, les émissions mondiales doivent baisser d’au moins 25 % d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990 – donc d’ici huit ans – et d’au moins 80 % d’ici 2050, si nous voulons avoir une chance de maintenir un climat vivable.

Cependant, tandis que les climatologues sont de plus en plus alarmés, cette question est quasiment absente des médias traditionnels.

Ce qu’il faut maintenant, c’est une couverture médiatique correspondant à celle d’une crise majeure. Et vous, vous savez comment couvrir une crise. Au cours des semaines et des mois et même des années qui ont suivi le 11 Septembre, toutes sortes de récit ont fait les premières pages et les titres des journaux alors que sans cette crise, on n’en aurait pas parlé. Il en fut de même avant et après l’invasion de l’Irak, ainsi que durant les mois qui ont suivi la crise financière de 2008.

En temps de crise, les critères pour les gros titres sont revus ; ce qui compte ce sont les histoires en relation avec la crise. En cas de crise, les journaux partent du principe que le public veut en savoir autant que possible et pour ce faire, vous inondez les lecteurs, vous réorientez les ressources et vous sacrifiez certains autres sujets.

La crise climatique est la question la plus importante pour cette génération et même les autres, alors pourquoi ne la traitez-vous pas comme telle en la reprenant en première page et dans les journaux télévisés, tous les jours ou au moins une fois par semaine ? Pourquoi n’enquêtez-vous pas sur la manière dont le changement climatique touche tous les sujets et pas seulement l’environnement et les questions d’énergie ?

Et pourtant, je suis moins inquiet par les pages d’actualités (là, les journalistes semblent se réveiller lentement), que par les éditoriaux, des magazines, des commentateurs et des blogs traditionnels des leaders d’opinion, ces gens très importants qui forment la sagesse conventionnelle et les sujets considérés comme sérieux. Car à ce niveau, pratiquement aucun débat ne reflète l’ampleur et l’urgence de la crise [...]

En bout de course, je pense que nous sommes d’accord pour dire que la responsabilité ultime d’un journaliste est vis-à-vis de son public. Et pourtant, selon ce critère, vous ne vous montrez pas à la hauteur. Vous ne parvenez pas à parler de la plus grande difficulté qu’ait jamais connue l’humanité comme d’une crise, ce qu’elle est réellement. Pourquoi ?

Contrairement à la plupart de ceux qui vous critiquent, je vous connais : vous n’êtes pas que des noms sur une page ou un écran pour moi : vous êtes vivants, vous respirez, vous avez une famille. J’ai partagé le stress et les angoisses des journalistes contemporains. Je sais à quel point vous travaillez dur, et la façon dont la plupart d’entre vous êtes relativement mal payés. Je connais l’insécurité de votre emploi. Et je sais que votre travail – même le meilleur – est le plus souvent ingrat. Croyez-moi, je le sais.

Je sais aussi que vous prenez au sérieux votre responsabilité en tant que journaliste. Comment se fait-il, alors, que vous échouiez sur ce sujet très important ? Je peux me tromper, mais je crois que je comprends ; je crains que cela soit en rapport avec l’image que vous vous faites de vous-même et l’autocensure.

Rien n’est plus important pour moi en tant que journaliste que mon indépendance. Oui, je suis toujours un journaliste. Et je suis aussi indépendant que je ne l’ai jamais été, encore plus que ce que vous pouvez imaginer. En abandonnant ma carrière de journaliste traditionnel, j’ai pu me libérer et j’ai pu parler et écrire sur le climat d’une manière qui était pratiquement impossible à l’intérieur de la bulle des médias traditionnels où je devais me soucier de l’impression que je donnais, du fait de conserver mon emploi, et du danger d’être considéré par mes pairs et mes supérieurs comme partial. Dieu m’en préserve.

En bref, je suis libéré d’une forme insidieuse d’autocensure basée sur une fausse image de moi trop commune parmi les médias grand public, dans lequel les journalistes, y compris les plus importants, sont censés rester au-dessus de la mêlée et perpétuellement perplexes pour être pris au sérieux. Une fois que vous vous êtes fait l’avocat d’une cause et que vous avez pris une position morale non ambigüe, alors votre honnêteté intellectuelle est considérée comme compromise.

Quand je suis devenu journaliste, je n’ai pas abandonné ma conscience, ma nationalité et mon humanité. De même, lorsque je suis devenu un défenseur actif de la cause climatique, je n’ai pas sacrifié mon honnêteté intellectuelle, au contraire, j’ai pu ainsi la préserver.

Il est temps de mettre fin à l’autocensure et de tordre le cou à l’idée que les journalistes sont en quelque sorte au-dessus de la mêlée. Vous n’êtes pas au-dessus de la mêlée. Si vous êtes un être humain, vous faites partie de la masse que cela vous plaise ou non – car nous sommes vraiment tous concernés par la question climatique. Et en minimisant et en ignorant la gravité de la crise, ou tout simplement en ne la comprenant pas, vous abdiquez votre responsabilité vis-à-vis de vos frères humains.

Finalement, tout ceci se résume à la question suivante : de quel côté êtes-vous ?

Si vous êtes du côté de vos frères humains, de vos propres enfants et petits-enfants, alors il est temps pour vous d’informer le public sur la gravité, l’ampleur et l’urgence de la crise que nous connaissons [...]

A l’occasion d’autres grandes crises morales, comme la lutte pour les droits civiques, la guerre du Vietnam, la longue lutte contre l’apartheid, et bien d’autres, les journalistes ont dû faire face à leur conscience. Alors voici les questions difficiles que j’ai pour vous, les mêmes questions que je me pose : En tant qu’individus conscients, quelle sera votre position ? Si vous n’avez pas le courage d’informer le public de la situation dans laquelle nous sommes, et de ses conséquences, alors que faites-vous dans ce métier ? Pourquoi êtes-vous journaliste ? Comment pouvez-vous vous lever le matin et vous regarder dans le miroir ? Comment pouvez-vous regarder dans les yeux vos propres enfants, petits-enfants ou n’importe quel enfant ? »


Alors que l'ouragan Sandy approche de leur ville, les New-Yorkais se rassemblent à Times Square, envoyant un message à leurs politicien et à leurs médias : Arrêtez de cacher ce qui concerne le climat. ll est temps de faire le lien entre les catastrophes naturelles et le changement climatique. [Source : 350 org]
Voir la photographie dans la version imprimée de la revue Partage international n° 292 de décembre 2012, page 12.




Home L’agriculture verte dans un package

Source : backpackfarm.com ; seedinit.org

Mais que contient ce package ? Un moyen de production alimentaire renouvelable et écologique. Et ce n’est pas tout. Le Package agricole permet aux femmes de générer des revenus en leur apprenant à se servir de nouveaux modèles de nutrition, en leur donnant des compétences sur des méthodes de conservation et des techniques de gestion de l’eau et en les responsabilisant. Une des premières conséquences en est la sécurité alimentaire pour les familles et les communautés locales.

Le package contient des graines certifiées, un guide du fermier, un kit d’irrigation et plus encore. Il inclut aussi un programme complet en cinq étapes qui permet aux fermiers d’améliorer leurs récoltes et leur qualité de vie.

Grâce à ces techniques d’exploitation agricoles écologiques à un coût abordable, les rendements des cultures sont améliorés. Ceci à son tour améliore le revenu des communautés rurales, notamment pour les femmes qui assurent 80 % de la production alimentaire en Afrique de l’Est. Les fermiers sont également formés à l’utilisation de systèmes d’irrigation et à la gestion de l’eau dans les zones arides.

Un autre avantage est la réduction du temps passé à entretenir et irriguer les céréales, ce qui permet aux femmes et aux filles de se consacrer davantage à leur formation et à leur éducation.

Le Package agricole a remporté le prix SEED en 2010. L’initiative SEED est un partenariat mondial ayant pour vocation le développement durable et l’économie verte.

SEED a été fondé en 2002, lors du Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg par le Programme des Nations unies pour l’environnement, le programme des Nations unies pour le développement, ainsi que l’Union internationale pour la conservation de la nature.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.