DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

Décembre 1990 - N° 28 Vol. 3, n° 12

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.





Sommaire


  • L'article du Maître



  • Editorial


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home Le rêve de fraternité

par le Maître –


par l'entremise de Benjamin Creme

Avant peu, il deviendra évident pour tous, sauf pour ceux qui refusent de voir, qu’un profond changement s’est produit dans les affaires des hommes. Partout dans le monde, on observe les signes de l’extraordinaire transformation qui s’est progressivement opérée dans l’esprit et la manière d’agir des hommes et des nations. Chaque semaine révèle une situation nouvelle, chaque jour apporte son lot de changements. Tout cela peut-il avoir un caractère fortuit, être simplement le fruit du hasard ?

Les plus intuitifs verront dans les transformations qui ont lieu un schéma, un mouvement logique de convergence vers un but préétabli, le remplacement progressif de la division et de l’affrontement par l’analyse mesurée et le sage compromis.

 De nouvelles relations
 
L’accélération des changements se manifeste particulièrement dans le domaine politique où des relations totalement nouvelles s’établissent. Fini le temps où les hommes attendaient avec angoisse un holocauste inévitable qui mettrait fin à jamais au règne peu glorieux de l’humanité. De nouveaux horizons se dégagent, de nouveaux espoirs et de nouvelles réconciliations sont dans l’air du temps, et, en dépit des crises et des difficultés passagères, la marche en avant de l’humanité semble maintenant assurée. Spontanément, les hommes commencent à percevoir la nécessité d’agir ensemble et les avantages qu’ils ont à y gagner. Avec précaution, petit à petit, ils tâtent l’eau de la coopération et la trouvent à leur convenance.
 
Ainsi les hommes approchent-ils du moment où ils pourront, tous ensemble, manifester leur compréhension du Plan qui les amène en incarnation et leur offre l’opportunité de servir, dans le temps et dans l’espace, la vision de leur Créateur.
 
Depuis des siècles, l’humanité rêve de fraternité. Cette aspiration profonde et persistante a été dans le passé à l’origine de maintes aberrations et atrocités. Cependant, jamais les hommes n’ont renoncé à cet idéal. Au contraire, en dépit de tous les échecs et de tous les découragements, ils ont toujours gardé l’espoir de le voir finalement se réaliser. Maintenant, enfin, commencent à se dessiner les premières esquisses encore vagues des structures nécessaires, tandis que les hommes se dirigent vers la prochaine étape de leur voyage dans la grande aventure de la vie.
 
L'inspiration
 
Grâce à l’inspiration et aux conseils de Maitreya et de son groupe de Maîtres, les hommes se découvriront de plus en plus aptes à prendre les bonnes décisions et à agir en conformité avec le Plan. Cette prise de conscience mènera inévitablement à un sentiment croissant de fraternité, à la compréhension que les hommes ne peuvent progresser qu’en avançant tous ensemble.
 
Il ne manque plus que la volonté politique. Les peuples de la Terre sont prêts à accepter, dans leur manière de vivre, les réajustements nécessaires qui annonceront l’âge de la fraternité, et ils n’attendent que les directives et les conseils de Maitreya. Alors les peuples établiront-ils en leur sein de justes relations, et accepteront-ils de prendre leur part de responsabilité dans la direction du monde.

Dans un avenir proche, l’espoir renaîtra dans le cœur de l’humanité que le rêve de fraternité n’est ni une chimère, ni une aspiration stérile, mais une réalité qui doit se manifester ici et maintenant.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international





Home Rayons de différents pays d'Asie

Après la publication dans le numéro d’octobre des rayons des pays d’Europe, nous complétons ici les informations transmises par le Maître Djwhal Khul, par l’intermédiaire d’Alice Bailey. Le Maître de Benjamin Creme vient de révéler les rayons d’un grand nombre de pays d’Asie.

On remarquera que le Bangladesh est une jeune nation, et que son rayon de la personnalité est encore en cours de formation. Au moment présent, le sixième rayon exerce l’influence la plus grande, mais il est possible que cette situation se modifie.

Les rayons récemment indiqués par le Maître de B. Creme sont imprimés en caractère gras. Le chiffre de gauche indique le rayon de l’âme du pays concerné, celui de droite celui de la personnalité.

Afghanistan                            6          4

Bangladesh                            7          6

Bhoutan                                  6          2

Birmanie                                 4          6

Cambodge                              6          2

Chine                                      1          3

Corée                                      6          4

Inde                                         1          4

Indonésie                                6          2

Japon                                      6          4

Laos                                        4          6

Malaisie                                  3          3

Mongolie                                 3          6

Népal                                      6          3

Pakistan                                  6          4

Philippines                              6          2

Sri Lanka                                6          4

Thaïlande                               7          6

Tibet                                       7          4

Union Soviétique                    7          6

Vietnam                                  4          6

Asie dans son ensemble        6          4


Nous recommandons aux lecteurs peu familiers avec la science des rayons d’étudier les livres d’Alice Bailey. On se reportera également au livre de B. Creme : La Mission de Maitreya.




Home Le « rêve » de Saddam Hussein

Il y a quelques semaines, les médias occidentaux ont publié divers comptes rendus d’un « rêve » de Saddam Hussein dans lequel le Prophète Mahomet lui serait apparu, l’informant que ses missiles étaient orientés dans la mauvaise direction. Cette information provenait d’un article paru dans le journal koweitien Al-Siassah. Le quotidien argentin, La Nacion, a cité plusieurs autres journaux arabes, dont certains rapportaient que Saddam Hussein aurait reçu de Mahomet l’ordre de retirer ses troupes du Koweit. Cette version se rapproche davantage du récit du Maître de Benjamin Creme sur ce qui s’est réellement passé : Maitreya apparut à Hussein en personne et non en rêve, et lui conseilla de rappeler ses troupes en Irak. (On se reportera à la rubrique Questions-Réponses pour obtenir de plus amples informations.) Nous publions ici une sélection de différentes publications concernant ce « rêve ».

La plupart des journaux occidentaux ont publié une traduction de la version d’Al-Siassah, journal du gouvernement koweitien évincé. Selon cette version, Mahomet serait apparu devant Hussein enveloppé d’un vêtement blanc, visiblement préoccupé par quelque chose. Suit alors la citation des paroles de Saddam Hussein : « O Prophète du Seigneur, lui ai-je dit, que veux-tu de moi ? » Et il répondit : « Je suis venu, Saddam, pour attirer ton attention sur une grave erreur ». « De quoi s’agit-il, ô Prophète ? » demandai-je, et il répondit : « Je vois tes roquettes mal déployées ». « Comment cela ? » ai-je demandé, et il dit : « Elles ne sont pas orientées dans la bonne direction ». « Quelle est donc la bonne direction, ô Prophète du Seigneur » demandai-je, et il répondit : « Tu connais la bonne direction, et tu dois la corriger. »

Bien que cette histoire ne soit pas confirmée, le bruit court qu’elle a été délibérément répandue dans Bagdad par les services de sécurité dans le but de préparer psychologiquement les Irakiens à un retrait du Koweit.

La Nacion, important quotidien argentin, a cité de nombreux journaux arabes dans un article paru le 23 octobre 1990. Le journal de Bahrein, par exemple, Al-Ayyam, rapporte que des soldats irakiens stationnés au Koweit ont distribué des brochures décrivant la façon dont Mahomet « a rendu visite à Saddam Hussein en rêve » et lui a donné l’ordre de se retirer de l’Émirat (du Koweit), tout en « lui conseillant de conserver certains îlots stratégiques ».

Cette version, identique à celles de nombreux autres journaux du Golfe Persique, est donc différente de celle du journal Al-Siassah.

De son côté, Al Khaleej, journal publié à Sharja (un des Émirats Arabes Unis), signala par la suite un « important mouvement de tanks se retirant de nuit vers le nord du Koweit ». Un autre journal, Akhbar Al Khaleej, publié à Bahrein, a affirmé que des réfugiés venant du Koweit avaient remarqué qu’il n’y avait aucun soldat irakien présent entre la frontière avec l’Arabie Saoudite et une région du sud de la capitale.

Par contre, le journal irakien Al-Iraq, a dénoncé les « rumeurs selon lesquelles aurait eu lieu un retrait partiel des irakiens stationnés au Koweit », ajoutant que « l’Émirat est irakien, tout comme Bagdad ou les provinces de Suleimanyeh, Kerbala ou Bassora ».


« Il [Saddam Hussein] a été averti que le fait d’envahir un autre pays va à l’encontre de la loi sacrée. Il lui a été dit qu’il devait quitter le Koweit sans occasionner de nouvelles destructions. Il devra remettre le Koweit aux mains du peuple ». (Le collaborateur de Maitreya, 9 septembre 1990)





Editorial

Home Le rideau de papier

Durant des dizaines d’années, l’occident démocratique a fait étalage de supériorité morale en dénonçant les lacunes des systèmes en vigueur en Europe de l’Est et en soutenant tous les dissidents ou groupes d’opposition.

Ce dont l’Est avait besoin, c’était la liberté : d’organisation politique, religieuse, la liberté de la presse et la liberté de voyager ou d’aller vivre à l’étranger. De ce fait, les réactions furent évidemment euphoriques lorsque l’année passée, en l’espace de six mois à peine, les peuples opprimés de l’Europe de l’Est renversèrent le pouvoir communiste lors d’une extraordinaire succession de « révolutions douces ». Le rideau de fer fut renversé, le mur de Berlin abattu. Désormais, le paradis à l’occidentale allait enfin pouvoir s’épanouir également en Europe de l’Est.

Bien entendu, tout n’est pas aussi simple que cela. Le collaborateur de Maitreya l’avait déjà annoncé lorsqu’à la veille des révolutions en l’Europe de l’Est, il avait déclaré que « remplacer le communisme par le capitalisme ne suffirait pas à résoudre les problèmes. » (Déclaration du 27 avril 1989. Cf. Partage International Vol.2, n° 5). Les Européens de l’Est sont en train de découvrir à quel point il avait raison. Les avantages tant espérés des réformes économiques se font attendre, tandis que les inconvénients sont évidents : chaque jour voit apparaître des milliers de nouveaux chômeurs. Les nouveaux leaders, voyant déjà leur popularité décliner, demandent à l’occident une aide économique en faveur de leurs fragiles démocraties naissantes. Mais en vain. Le monde des affaires occidental compte sur le développement de nouveaux marchés lucratifs, les gouvernements se frottent joyeusement les mains devant l’effondrement du Pacte de Varsovie, mais quant à une aide active, c’est une autre question.

Les leaders polonais, tchèques et hongrois se voient encensés et couverts d’éloges, pour aussitôt découvrir qu’ils se heurtent à des portes closes dès qu’il s’agit d’obtenir une aide financière concrète. L’Union soviétique, qui cherche désespérément à éviter une débâcle économique totale, subit le même sort : une aide économique fantôme. Les efforts de Gorbatchev lui attirent des paroles aimables, mais lorsqu’il demande des injections de capitaux dans l’économie soviétique, il ne reçoit guère plus que de vagues promesses.

Est-il toutefois réellement nécessaire que les Européens de l’Est fassent appel à l’aide étrangère ? Les Allemands de l’Ouest n’ont-ils pas, dans les années 50 et 60, réussi à créer un miracle économique, le Wirtschaftswunder, qui s’est épanoui sur les cendres de la guerre ? C’est exact, mais seulement après qu’ils aient été largement libérés du poids de leur dette extérieure, sans parler de l’immense apport de capitaux occidentaux dans leur reconstruction industrielle. Un tel esprit d’accommodement est de nos jours totalement absent de l’occident, entièrement dominé par les implacables lois commerciales.

Non seulement les réticences de l’Ouest à coopérer ont un effet négatif sur les chances de développement économique de l’Europe de l’Est, mais la liberté elle-même — acquise avec tant de difficultés — est jugée de peu de valeur par l’occident. A peine les Européens de l’Est avaient-ils finalement acquis le droit de faire des achats dans les paradis de consommation que sont l’Autriche, l’Allemagne et la Hollande, que l’Ouest a aussitôt élevé des barrières contre une invasion d’indésirables. Le coût exorbitant des visas, les formalités interminables pour les obtenir et des dizaines d’obstacles bureaucratiques ont fait qu’espère-t-on, ils ne viendront pas rendre visite à leurs riches voisins. Bien sûr, ils doivent être libres — mais, semble-t-il, pas aussi libres que cela. Le rideau de fer est tombé, mais un rideau de papier, tout aussi efficace, l’a remplacé.

Les Juifs soviétiques ont dû affronter une situation analogue. Pendant des années, on a prêché, surtout aux États-Unis, que les Juifs devaient avoir le droit d’émigrer et d’aller vivre ailleurs. A peine avaient-ils acquis leur liberté que la politique d’immigration des États-Unis devenait restrictive, si bien que les Juifs soviétiques se sont trouvés, par tous les moyens possibles, contraints d’aller s’installer en Israël. La fameuse liberté occidentale a donc ses limites, ainsi qu’ont pu le constater plusieurs millions de réfugiés politiques du Mexique, du Sri Lanka, du Maroc et d’autres pays.

Ce type de politique est dominé par une seule question : quel profit pouvons-nous faire aujourd’hui ? L’effet à long terme d’une telle politique est rapidement escamoté. Toutefois, dans le cas de l’Europe de l’Est, les enjeux sont énormes : il en va de la stabilité politique de toute cette région. Il n’existe pas l’ombre d’une chance pour que les fragiles économies postcommunistes puissent se relever sans aide extérieure. Le malaise causé par cette situation constitue un dangereux stimulant pour les groupes ethniques ou religieux antagonistes, pour les idéaux nationalistes et les mouvements séparatistes qui partout prolifèrent et remontent à la surface maintenant que le couvercle des dictatures répressives a été levé. Les traditions démocratiques étant aussi délicates que les économies naissantes (certaines sont encore à naître), nous devons bien nous rendre compte que des guerres civiles et l’émergence d’opportunistes politiques populistes sont une réalité possible.

Bien évidemment, de telles éventualités ne se concrétiseront pas nécessairement, à la condition toutefois que l’occident assume la responsabilité d’apporter non seulement ses conseils mais aussi une aide pratique et concrète à ces pays. L’investissement de capitaux, l’abolition de droits d’exploitation exorbitants, la coopération technologique, le retrait des barrières commerciales, voilà le genre d’aide dont l’Europe de l’Est a besoin. Il est également vital que la montagne des dettes soit annulée, ce qui a également une portée pragmatique. Il est en effet impossible que les 50 milliards de dollars prêtés à la Pologne et les 20 milliards de dollars prêtés à la Hongrie soient jamais remboursés.

Actuellement, l’occident ne semble pas prêt à prendre une telle décision. Pourtant, un grand changement est en train de se produire — une lente mais profonde altération des perceptions. Il y a quelques années seulement, l’idée d’effacer une dette était considérée comme irresponsable et inacceptable. Pourtant, des propositions de ce genre sont aujourd’hui à l’ordre du jour au niveau international. Des appels venant de France et des Pays-Bas pour annuler les dettes de tous les pays les plus pauvres sont encore considérées comme trop radicales, mais il aurait été récemment encore impensable qu’un pays comme la Grande Bretagne préconise l’annulation des deux tiers de ces dettes.

L’humanité a fait des progrès depuis la chute du rideau de fer. Aujourd’hui il est temps d’effacer le rideau de papier, moins aisément perceptible, derrière lequel l’occident se protège des requêtes justifiées du reste du monde.





Le point de vue de Maitreya

Home Le détachement conduit au salut

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

29 Octobre l990

Sans détachement, pas de salut — Maitreya a déclaré : « Ce que vous avez aujourd’hui pourrait vous être ôté dans l’instant. C’est la raison pour laquelle le détachement est très important. Celui qui pratique l’attachement ne peut atteindre le salut. »

L’attachement aux pouvoirs spirituels — De nombreux yogis sont attachés aux pouvoirs spirituels. Une crise survient alors : les yogis, en méditation profonde, ouvrent des fenêtres du mental et de l’esprit. Ils peuvent voir la création dans le mental et l’esprit. Mais si le yogi ne peut fermer à nouveau ces fenêtres, il « déraille ». Personne ne peut supporter la dimension cosmique dans le mental et l’esprit. C’est au delà de la capacité humaine que d’être témoin d’un tel phénomène.
C’est pourquoi Maitreya a déclaré : « N’essayez jamais d’être ce que Je suis. Soyez ce que vous êtes. Je suis avec vous. Ma relation avec vous est celle d’une mère avec son bébé. Le bébé ne veut pas être la mère, mais sa destinée est de devenir parent un jour. »
Maitreya affirme : « Un jour, vous serez ce que Je suis. »

Évoluez à un rythme naturel — Qu’arrivera-t-il si, comme c’est le cas de certains yogis et de certains saints, vous essayez de forcer le rythme d’évolution ? Vous ne pourrez pas supporter la dimension cosmique du Seigneur. Le même phénomène se produit avec un bébé. L’évolution doit être naturelle. Le bébé sera un jour parent, sans agitation ni conflit, s’il évolue de manière naturelle.

Les possessions — Rien ne vous appartient. Tout appartient au Seigneur.
Si vous êtes honnêtes avec vous-même, vous êtes honnêtes avec le Seigneur. Si vous êtes sincères avec vous-même, vous êtes sincères avec le Seigneur.

La voix — Le ton d’une voix peut donner une indication du niveau d’attachement ou du degré de sincérité. Un timbre nasal est différent de celui d’une voix qui s’élève du cœur. Un ton nasal indique des attachements. Une résonance profonde est différente de celle d’un son transitant par la gorge et le nez. Ce dernier indique de fortes émotions.

Les voix dans le mental — Parfois, à un âge tendre, un enfant entend des voix dans le mental. Certains médecins seraient tentés de ne pas s’en embarrasser et diagnostiqueraient un schizophrénie. Ce qui se passe, c’est que, parfois, du fait de certaines activités conditionnées (karmas), les fenêtres du mental s’ouvrent. Si l’entité en incarnation n’est pas assez mûre pour contrôler ces voix et ces images circulant dans le mental, alors elle est sous la domination de ces forces dont les vibrations sont dans le mental.
Maitreya a déclaré : « Ne dites pas qu’il n’y a qu’une voix en vous, la voix dont vous devenez conscient. Il existe des voix et des images très variées dans le mental. » Certains jivas (entités incarnées) sont capables d’en faire l’expérience en étant très jeunes.
« En injectant des drogues dans le mental, l’esprit et le corps, vous ne résolvez pas les problèmes. Temporairement, la personne est engourdie. Mais elle n’est pas guérie.
La seule manière de fermer ces fenêtres du mental et de l’esprit est de devenir conscient de qui vous êtes et de ce que vous êtes. Laissez le soi individuel devenir conscient de qui il ou elle est. Dès que le Soi devient détaché, les fenêtres commencent à se fermer. Telles sont les réalités de la vie. La société humaine doit apprendre à les respecter. »

La juste place — N’accélérez jamais le rythme de la conscience. Même si vous savez comment accélérer la conscience d’un bébé, vous ne devriez pas le faire. Laissez la croissance naturelle se réaliser, et le mental se trouvera dans un état d’équilibre.
Un cri, commun et universel, existe dans le mental et l’esprit des hommes dans le monde. Le conditionnement est tel que les hommes ont tendance à perdre foi et confiance dans la vie. Le mental a été conditionné par les combats idéologiques, par les échecs des différents gurus et dirigeants.

Ne possédez pas la connaissance — Lorsque certaines personnes paralysées furent mises en présence de Jésus, elles furent énergétisées par un simple contact et elles furent délivrées de la douleur.
Lorsque Saï Baba est présent, les personnes qui l’approchent sont transformées.
Dans ces situations, il n’existe aucun « comment, pourquoi, quoi, quand, où ? » Vous pouvez vous attacher à ces questions qui deviennent alors des germes de confusion. Si ces questions sont envisagées avec l’esprit de possession, les personnes qui les posent s’accaparent de la connaissance et de la sagesse avec l’illusion qu’elles leur appartiennent. Elles créent leurs propres sociétés secrètes et commencent à diriger les hommes qui les entourent. Ceux qui ont acquis quelque connaissance particulière la rendent ésotérique et créent une attente. Cette attente à son tour engendre l’attachement. C’est ainsi que ces personnes exigent le respect et une position de leader par rapport à leurs adeptes. »
Maitreya a déclaré :
« Tous les cadeaux proviennent du Seigneur. Rien n’est secret. Si vous êtes moins qu’une personne, vous êtes moins que moi. Une nature saine naît de l’honnêteté, de la sincérité et du détachement.
« Quelles questions devraient être posées ? Vous possédez des yeux physiques. Vous pouvez voir ce qui est bon et ce qui est mauvais, ce qui est agréable ou douloureux. Lorsque vous pratiquez l’honnêteté, la sincérité et le détachement, la conscience grandit. Vous pouvez alors connaître la paix, la grâce, la joie et la sérénité. Il en va ainsi même si tout autour de vous est totalement négatif.
De même qu’une pomme de terre pourrie peut en pourrir d’autres autour d’elle, une personne illuminée peut en illuminer d’autres qui l’entourent. Les individus qui côtoient cette personne seront énergétisés. »

Le chemin de la conscience — La déclaration de Jésus : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne peut aller au Père sans me connaître » signifie que nous ne pouvons atteindre le Tout-Puissant qu’à travers la conscience. Dans la tradition chrétienne, cette vérité est personnifiée en Jésus. Si vous « dépersonnifiez » cette vérité, elle peut être comprise comme le principe de la conscience. Le point de vue de Maitreya est que l’on ne peut atteindre le Tout-Puissant uniquement par la connaissance et la sagesse. Ce chemin peut vous conduire à des déités, qui sont avant tout des créations du mental. En cela n’existe aucun salut.
C’est pourquoi le chemin vers le Père passe « seulement par Jésus », c’est-à-dire la conscience, parce que dans la conscience ne réside ni attachement ni désir. Dans la conscience il n’existe ni temps ni espace.
Selon Maitreya, on ne devrait effectuer aucune tentative consciente de trouver Dieu, parce que si nous sommes honnêtes, sincère et détachés, la porte s’ouvre.
Maitreya a déclaré :
« Vous évoluez par la conscience. Seul le seigneur peut accélérer le rythme.
Tout ce qui vous est donné est à vous. Ne permettez pas que cela soit perturbé. La conscience est divine tant qu’elle ne subit pas d’interférence. Mais dès qu’on la manipule, elle n’est plus divine. Vous n’avez pas à me faire plaisir. Rendez votre Soi heureux, et je serai content de vous.




Home « Il est ici, et voici son message »

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Un journaliste de télévision

25 octobre 1990

La crise du Golfe — Depuis le début, Maitreya a clairement indiqué qu’il n’y aurait pas de guerre. Maintenant, tout le monde parle d’un règlement politique.
Les pays partisans d’une ligne dure, tels que les États-Unis et la Grande-Bretagne, en raison de son coût démesuré vont réaliser la futilité d’une guerre. Il serait plus utile de consacrer cet argent au bien être de leurs peuples.
Les politiciens occidentaux parlent de défendre la démocratie, mais il n’en existe aucune au Moyen-Orient, qui n’est composé que d’états totalitaires dirigés par des rois et des cheikhs. Les Saoudiens et les Koweitiens commencent à avoir des doutes. Ils réalisent en effet les conséquences d’une guerre avec l’Irak. En termes simples, il n’y aurait plus ni roi ni cheikh. Ils doivent au contraire s’asseoir et penser à la manière d’utiliser leur richesse pour le bien de leur peuple.
Maitreya apparaît actuellement à de nombreuses personnes influentes au Moyen-Orient afin de les inspirer. Il en résulte que des voix puissantes s’élèveront en faveur d’une solution pacifique. Les Nations Unies ne doivent pas être utilisées afin de colmater les brèches au sein de l’alliance. Elles ne devraient pas devenir un outil politique. Leur rôle est de veiller au bien-être des peuples du monde.
Bientôt, vous verrez au nom d’Allah les Saoudiens serrer la main de leurs voisins arabes, Jordaniens, Iraniens et Irakiens. Les États-Unis doivent comprendre que le Koweit n’est pas un nouveau Vietnam. C’est une solution totalement différente qui doit s’y appliquer. Nul ne peut se permettre une guerre au Moyen-Orient.

Israël — Les Israéliens commencent à devenir conscients de leurs erreurs et à réaliser qu’ils doivent se concerter avec les Palestiniens et négocier avec eux la création d’un territoire palestinien indépendant. Les politiciens de l’aile droite de la Knesset voient des changements profonds prendre place en leurs rangs. Ils pourraient même disparaître de la scène politique. Le peuple israélien en a assez des guerres sans fin et ne voit pas d’avenir dans un tel mode de vie.

Les États-Unis  et La Grande-Bretagne — L’heure est venue pour les responsables de rappeler leurs armées, et de satisfaire les besoins et les exigences de leurs peuples. Fondamentalement, ce sont des exigences de paix, de bonheur et de sécurité.
La voix du peuple fera valoir son droit et deviendra la base des politiques futures, même en Irlande du Nord, en dépit des tragiques apparences du contraire à l’heure actuelle.
Toutes les nations sont interdépendantes, tous les individus sont comme frères et sœurs, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Les anciennes politiques, consistant à diviser pour régner, prennent fin.

L’Union Soviétique — L’Union Soviétique connaît d’énormes problèmes internes. Si les responsables ne résolvent pas ces problèmes, ils devront faire face à des révoltes massives dans leur pays. Elles aboutiraient à la création d’états dans l’État. Le chaos règnerait, le fort dominerait et persécuterait le faible. Le pays ressemblerait à un Far West sauvage et sans loi, où la seule loi serait celle du fusil et la parole de l’homme riche.

La paix — Bien que la plupart des hommes politiques ne parlent que de guerre, soudainement, à l’étonnement général, nous verrons les nations s’asseoir à la même table pour discuter de solutions pacifiques.
Des changements se produisent très rapidement à travers le monde, non seulement mois après mois, ou semaine après semaine, mais aussi heure après heure. Bientôt, quelqu’un dira au monde : « Il est ici, et voici son message. »





Faits et prévisions

Home Gorbatchev sera remplacé

« M. Gorbatchev ne s’attendait pas à ce que sa politique libère son pays du carcan des vieilles méthodes répressives. Les événements qui se préparent en URSS vont ébranler la société soviétique et il sera très difficile à M. Gorbatchev de conserver son poste. » (9 novembre 1989)

A Moscou, le comité central semble de plus en plus perdre de son emprise sur l’Union Soviétique. Quotidiennement, les différends et les problèmes nationalistes, ethniques et économiques rendent la situation plus confuse et incertaine. Le Président Gorbatchev a averti que l’Union Soviétique risquait de voir un gouvernement répressif s’emparer du pouvoir. Les citoyens soviétiques perdent toute la confiance qu’ils pouvaient placer dans l’avenir de leur pays. Selon le bureau national d’études d’opinion, moins de deux pour cent de la population croit encore en l’avenir.




Home Forte expansion de la végétation dans le monde entier

« Appréciez la douceur du climat, le printemps précoce et la vie qui s’épanouit autour de vous. Ce changement climatique n’a rien à voir avec les trous dans la couche d’ozone ou l’effet « de serre ». Il est dû à une diminution de la vitesse de rotation de la terre ainsi qu’à un rapprochement de la terre du soleil. Ce phénomène est intervenu afin de favoriser le développement de la végétation nécessaire pour nourrir le monde. Cette chaleur et cette floraison se poursuivant, les êtres humains apprendront à ouvrir leur cœur aux éléments naturels et commenceront à prendre soin les uns des autres. » (mai 1989)

Certains scientifiques estiment qu’ils peuvent déjà détecter les prémisses d’une forte expansion mondiale de la végétation. Ils pensent qu’elle serait due aux concentrations croissantes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et ils ont établi que le doublement des concentrations de ce gaz aurait des effets surprenants sur la croissance de nombreux types de plantes, ce qui contribuerait fortement à accroître les taux de la photosynthèse et les productions agricoles. (Source: New York Times)

La surface de l’hémisphère nord couverte par la neige a diminué lors des trois dernières années. Elle couvre actuellement la superficie la plus faible depuis que les scientifiques ont commencé a effectuer des observations fiables (par satellite) en l972. Les scientifiques discutent pour savoir si cette diminution de la couche neigeuse en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, est le résultat de variations climatiques ou de l’effet de serre.




Home Le processus consistant à imposer des idéologies tend à disparaître

« Le processus consistant à inculquer, à imposer des idéologies dans le mental des individus, commence à disparaître dans le monde entier, tant dans le domaine religieux que dans le domaine politique. » (12 octobre 1988)

Angola Le parti politique au pouvoir en Angola a accepté de voter un amendement constitutionnel lors de la prochaine session du parlement. Cet amendement permettra la création d’un pluralisme politique dans ce pays, pour la première fois depuis que l’Angola s’est libéré de l’autorité portugaise en l975. Cette loi, autorisant le multipartisme politique, doit entrer en vigueur en avril. D’autre part, la révision complète de la constitution s’achèvera a la fin de l’année prochaine.

Cuba Le vice-président cubain, Carlos Rafael Rodriguez, a déclaré que son gouvernement avait entamé des pourparlers avec des groupes de Cubains modérés, en exil aux États-Unis. Ces groupes préconisent, à Cuba, la mise en place d’une période de transition vers la démocratie ainsi qu’un remplacement sans remous du président Fidel Castro. Bien que certains groupes en exil aient réagi avec prudence aux propositions de C. Rodriguez, il semble que pour la première fois le gouvernement a officiellement reconnu l’existence d’un dialogue avec ces groupes américains.

Nepal — Le roi Birendra a formellement accepté de se soumettre à la nouvelle constitution démocratique népalaise, qui limite son pouvoir absolu. Le roi avait donné son accord de principe à cette constitution, à la suite d’un soulèvement populaire en février 1990. On s’attend à ce que des élections se tiennent au mois d’avril l’année prochaine.

Yougoslavie Les six républiques yougoslaves seront bientôt autorisées à décider de leur statut: soit continuer à former une seule nation, soit être divisées en plusieurs états. Le chef de la présidence collégiale de Yougoslavie a déclaré qu’un référendum serait bientôt tenu afin de déterminer la structure future de la nation. Il a affirmé que les républiques s’étaient entendues afin que « quiconque n’accepterait pas le futur système constitutionnel yougoslave serait autorisé a faire sécession. »

Congo Le parti Travailliste congolais a mis fin à son monopole politique, tenant ainsi sa promesse faite plusieurs mois auparavant. La direction du parti a présenté un système multipartite, aussitôt mis en application, début octobre.

Cote d’Ivoire Pour la première fois de son histoire, des élections démocratiques se sont tenues en Côte d’Ivoire. Le président en exercice, Félix Houphouët-Boigny, a largement devancé l’opposition récemment reconnue. Cependant, de l’avis de beaucoup d’observateurs, ces élections ont été truquées.

Gabon Au Gabon également, des élections législatives démocratiques se sont tenues pour la première fois. Le parti dirigeant du président Omar Bongo l’a emporté avec une très faible avance.




Home Diminution des conflits entre les gouvernements et les guérillas

 « Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. Les personnes concernées se rendront à la table des négociations. » (4 octobre 1988)

Mozambique — Selon des sources diplomatiques kenyanes, les rebelles du Mozambique ont abandonné leurs conditions préliminaires à la reprise de pourparlers de paix avec le gouvernement. Le Kenya, qui a joué un rôle de médiateur dans ce conflit, aurait persuadé les rebelles d'abandonner leur exigence que les troupes gouvernementales annulent tout d'abord leur possible offensive contre les forces rebelles.

Philippines — Le Front Démocratique National, dirigé par les communistes, a appelé à un dialogue national entre toutes les forces politiques et a exhorté la Présidente, Corazon Aquino, à entamer des discussions de paix.

Ethiopie — Dans un effort pour ranimer les discussions de paix stoppées il y a un an, deux hauts fonctionnaires de l'Administration américaine ont rencontré séparément le gouvernement éthiopien et la guérilla séparatiste de l'Erythrée. Ces rencontres pourraient constituer un prélude à une action commune des Etats-Unis et de l'Union Soviétique en vue d'un règlement du conflit entre le gouvernement et les forces de guérilla.

El Salvador — Le Congrès américain a voté une mesure diminuant l'aide militaire au Salvador de 50 pour cent, dans l'espoir de donner une impulsion à un règlement négocié de la guerre civile qui y sévit. Bien que le Président Bush s'oppose à cette loi, dont il pourrait empêcher la promulgation, cette action du Congrès représente le plus important changement dans la politique des Etats-Unis a l'égard du Salvador depuis plus de dix ans.

Maroc/Sahara — Les négociations entre le Maroc et le mouvement de libération du Sahara Occidental connaissent une reprise, alors qu'elles étaient depuis longtemps dans l'impasse. Le secrétaire général de l'ONU, M. Perez de Cuellar, a déclaré qu'il espère une solution dans un temps « pas trop éloigné ». Les discussions s'articulent autour des conditions d'un référendum qui permettrait au peuple du Sahara Occidental de choisir leur affiliation ou leur séparation du Maroc.




Home L'OTAN et les organisations militaires

« L’OTAN et toutes les organisations militaires stratégiques sont en train de s’effondrer. Les armées retournent maintenant dans leur propre pays. » (15 février 1990)

Lors de discussions avec des hauts fonctionnaires de l’OTAN, le responsable de l’état-major des forces armées soviétiques, le général Mikhaïl Moïseyev, a suggéré l’installation d’une ligne téléphonique directe entre l’OTAN et les postes de commandement soviétiques. Il a également proposé la création d’une liaison permanente entre les groupes de chefs d’états major de l’OTAN et de l’Union Soviétique.

Selon un fonctionnaire du gouvernement hongrois, le Pacte de Varsovie en tant qu’alliance militaire, sera dissout l’année prochaine. Le Pacte continuera toutefois d’exister comme alliance de coopération politique.




Home La défense n'est plus une priorité essentielle

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (mai 1989)

USA — Le budget militaire récemment voté alloue 296 milliards de dollars pour l’année prochaine, soit 10 milliards de dollars de moins que les dépenses de cette année. L’élaboration d’un plan visant à réaliser de plus amples réductions dans les années à venir est déjà en cours de préparation.
Le Congrès américain a voté une loi limitant l’assistance secrète accordée par la CIA aux conflits datant de la ‘guerre froide’, en Angola, au Cambodge et en Afghanistan. Ce projet supprimerait l’affectation de 30 millions de dollars destinés à des ventes indirectes d’armes aux rebelles de l’UNITA en Angola, à condition que le gouvernement angolais convienne d’un cessez-le-feu et d’élections libres. L’Union Soviétique devrait également cesser de fournir ses propres armes au gouvernement. Cette loi met également fin aux 13 millions de dollars d’aide américaine officieuse accordée aux rebelles anti-communistes combattant le gouvernement cambodgien soutenu par Moscou. Elle convertit cette aide en un programme ouvert d’assistance humanitaire aux rebelles et aux autres ressortissants cambodgiens. L’aide secrète américaine destinée aux rebelles Moudjahidines d’Afghanistan sera réduite à 250 millions de dollars. Le président Bush réclamait 300 millions de dollars. Des négociations devant mettre fin aux conflits dans chacun de ces trois pays seraient sur le point d’aboutir.

URSS — Le vice-ministre des Affaires étrangères soviétique, Vladimir Petrovsky, a suggéré d’organiser un référendum planétaire sur les tests nucléaires. Dans un discours prononcé devant le comité sur la politique et la sécurité de l’Assemblée Générale des Nations Unies, M. Petrovsky a déclaré qu’il fallait instaurer une interdiction de ces tests afin de stopper la prolifération des armes stratégiques.

Nicaragua Le chef des forces armées du Nicaragua a déclaré que l’armée nationale, qui fut la plus importante en Amérique Centrale, sera réduite a moins de 30 000 hommes.

Ventes d’armes Du fait des relations plus étroites établies entre l’Est et l’Ouest, l’industrie d’armement connaît une période difficile. L’Institut International pour les Études sur la Paix, à Stockholm, prévoit que l’industrie d’armement des pays de l’Europe de l’Ouest va supprimer 1,4 millions d’emplois dans les cinq ans à venir. Selon le SIPRI, les commandes d’armes en provenance du tiers monde diminuent également.

 




Home Changements fondamentaux au Liban

« Tous les pays impliqués au Liban retourneront chez eux. » (24 mai 1989)

« Les chrétiens et les musulmans libanais se réveilleront un matin face à un ciel serein, un ciel de paix, et se serreront la main comme des frères et des sœurs. » (7 juin 1989)

Avec la défaite sanglante des forces du général Michel Aoun à Beyrouth, le long processus de démilitarisation et de réconciliation pourrait bien avoir réellement commencé au Liban. Presqu’aussitôt, les bulldozers du gouvernement ont commencé à démanteler la Ligne Verte de Beyrouth, qui avait divisé la ville en secteurs musulmans et chrétiens depuis le début de la guerre civile il y a 15 ans. Ce démantèlement constitue le premier pas vers le but fixé, qui est de créer un « Grand Beyrouth » sans milice. Faisant suite a ce démantèlement, deux factions musulmanes chiites rivales, qui combattaient depuis trois ans pour le contrôle du Sud-Liban, ont conclu un cessez le feu et s’attachent à normaliser leurs relations. La milice Amal, ainsi que le Hezbollah pro-iranien, ont conclu un accord sous les auspices de leurs supporters respectifs, la Syrie et l’Iran. Lors de pourparlers tenus à Damas entre le président libanais Elias Hrawi et le président syrien Hafez El Assad, des plans ont été établis afin de dissoudre officiellement les milices rivales, de former un nouveau gouvernement et d’obtenir la libération des otages occidentaux.




Home Expériences d’ingénierie génétique

« Des scientifiques, en Union Soviétique et aux États-Unis, effectuent déjà des expériences d’ingénierie génétique, et ces expériences se développeront jusqu’à ce qu’ils puissent transmettre une information génétique à un organe malade afin de le régénérer sans avoir à utiliser la chirurgie. » (3 juin 1989)

En insérant des gènes normaux dans des cellules humaines, des scientifiques américains ont pu inverser, en laboratoire, les effets fatals de la mucoviscidose. Ces découvertes offrent finalement l’espoir d’une guérison de la maladie par le traitement génétique ou par un traitement traditionnel par les médicaments.




Home Négociations en Afrique du Sud

« Bien qu’extérieurement les affrontements et les opinions divergentes prévalent toujours, intérieurement se développe aujourd’hui en Afrique du Sud un processus qui conduira les leaders noirs et blancs à la table des négociations. » (septembre 1988)

Une série impressionnante de développements positifs s’est produite en Afrique du Sud au cours des semaines passées.

- L’Acte des Équipements Collectifs Séparés a pris fin. Votée à l’origine en 1953, cette loi fournissait une base légale à la ségrégation des équipements publics tels que les piscines, les bibliothèques, les toilettes publiques et les parcs. Bien que persistent encore des résistances à ce changement, particulièrement dans les zones rurales conservatrices, l’abolition de cette loi de ségrégation, incluant le retrait des panneaux « blancs uniquement » dans tout le pays, est considérée comme un important pas en avant.

- Dans un retournement stupéfiant de la politique de l’ANC, Nelson Mandela s’est déclaré prêt à rencontrer Gatsha Buthelezi, le chef de l’organisation zoulou Inkatha, dans l’espoir de mettre fin à la violence dans les municipalités noires.

- Le président De Klerk a fait un pas en avant en prenant des mesures exigées par l’ANC comme conditions préliminaires à toute négociation de fond sur l’apartheid : il a levé l’état d’urgence dans la province de Natal, il a annoncé que les exilés politiques pourraient commencer à demander l’autorisation d’un retour en Afrique du Sud, il a fait libérer 21 prisonniers politiques et réitéré sa promesse de libérer tous les autres avant la fin du mois d’avril l991.

- Le Parti National d’Afrique du Sud, actuellement au pouvoir, a approuvé une proposition visant à ouvrir ses rangs à toutes les races, après 76 ans d’accès réservé aux seuls membres blancs. On espère que les adhésions seront officiellement ouvertes au début de l’année prochaine.

- Le gouvernement a présenté le modèle d’un nouveau système politique pour l’Afrique du Sud. Celui-ci inclut un parlement à deux chambres, octroyant un certain pouvoir aux noirs tout en préservant un pouvoir considérable pour la minorité blanche. Ce rapport, établi par le Parti National, est considéré comme une possible base de négociation dans les discussions à venir à propos d’une nouvelle constitution.

- Une société secrète Afrikaner, qui fut une des forces contribuant à la création et au maintien de l’apartheid depuis 1948, soutient désormais le programme du président De Klerk visant à démanteler les politiques de ségrégation raciale. Le Broederbond (l’association des Frères), une force influente chez les hommes politiques blancs, a proposé une nouvelle constitution qui donnerait des droits égaux aux noirs ainsi qu’aux autres Sud Africains, tout en protégeant la population Afrikaner minoritaire.

- La première des écoles publiques d’Afrique du Sud à être consultée, a voté à une majorité écrasante en faveur de l’admission des étudiants noirs l’année prochaine.




Home Révoltes contre le service militaire

« Dans le monde entier, la situation des forces armées est devenue semblable à une ‘bombe à retardement’. Les hommes se révolteront contre le service militaire. » (mai 1988)

Le magazine allemand Bunte a cité un juriste soviétique, défenseur des droits de l’homme, qui affirme qu’environ 700 soldats de l’Armée Rouge ont déserté leur base en Allemagne de l’Est.




Home Tremblements de terre en Chine

« Les tremblements de terre qui ont récemment secoué la Chine annoncent une ouverture de ce pays, politiquement et socialement. C'est la même énergie qui agit. Le peuple réclamera la liberté. Cette force naturelle transformera à la fois les individus et la nation. » (juin 1990)
« Les portes s'ouvrent petit à petit en Chine, encourageant les individus à exprimer leurs désirs de démocratie et d'une plus grande liberté. Certains politiciens, industriels et diplomates étrangers sont invités à venir s'entretenir avec les responsables chinois. Tout ceci se déroule sans aucune publicité.» (juin 1990)

Le Premier ministre chinois, Li Peng, a surpris les hommes d'affaires occidentaux à Pékin en annonçant des réformes économiques substantielles. Li Peng a promis une expansion massive du secteur privé dans les villes comme dans les campagnes. Les observateurs estiment que ces réformes sont les plus audacieuses que la Chine ait connues depuis dix ans.

Contre toute attente, le gouvernement chinois a libéré Wang Ruo-Wang, dissident et écrivain éminent, qui était détenu depuis près d'un an et demi. Wang, essayiste et critique social très respecté, avait été accusé de soutenir le mouvement pour la démocratie de 1989. Le gouvernement n'a pas fait savoir pourquoi il avait choisi de le libérer à cette période précise.

L'ambassadeur chinois aux Etats-Unis a déclaré à un auditoire, à San Fransisco : « Suite au mois de juin dernier, certaines personnes ont prédit que la Chine abandonnerait sa politique de réformes et d'ouvertures au monde extérieur. Mais nous ne l'abandonnerons jamais. Nous la poursuivrons même avec une énergie et une vigueur plus grande. »




Home Il existe d'autres alternatives en Irak

 « ...Les Américains, quant à eux, étaient là uniquement afin de préserver leurs approvisionnements en pétrole. Un général américain de haut rang fut soudainement rendu conscient de cette situation, et commença à penser que cette guerre, si elle survenait, n'entraînerait ni le bonheur nila paix mais seulement la destruction. Il commença à parler à ses officiers subalternes et à ses hommes. Il déclara que, dans l'intérêt de l'humanité, ils devaient agir de manière judicieuse et ne pas se précipiter...» (9 septembre 1990)

Le chef des forces armées américaines faisant face à l'Irak a déclaré que son armée pouvait battre les troupes de Saddam Hussein, mais que la destruction totale de l'Irak pourrait bien ne pas être dans  « l'intérêt de l'équilibre des pouvoirs à long terme dans la région. »

Le général H. Norman Schwarzkopf a déclaré :  « Le Président Bush a répété maintes et maintes fois que notre conflit ne concerne pas la population irakienne, et cette guerre causerait des milliers et des milliers de victimes innocentes. Je pense sincèrement qu'il existe d'autres alternatives que de marcher sur Bagdad et de littéralement déloger les leaders baassistes et les détruire afin de ramener la paix et la stabilité dans cette région.»




Home Annulation de la dette des pays du tiers monde

« La dette des pays du tiers monde sera annulée. Aucune autre solution n'est possible. » (4 avril 1989)

Stephen Lewis, ancien ambassadeur du Canada aux Nations Unies, soutient que si les gouvernements occidentaux annulaient la dette des pays du tiers monde, ce non recouvrement n'entraînerait pas un manque pour les économies occidentales. Il affirme que lors du krach d'octobre 1987,  « le quadruple de la totalité de la dette africaine disparut sur le marché financier en un seul jour. » (Source: Vancouver Sun)

« M. Gorbatchev ne s'attendait pas à ce que sa politique libère son pays du carcan des vieilles méthodes répressives. Les événements qui se préparent en URSS vont ébranler la société soviétique et il sera très difficile à M. Gorbatchev de conserver son poste. » (9 novembre 1989)

A Moscou, le comité central semble de plus en plus perdre de son emprise sur l'Union Soviétique. Quotidiennement, les différends et les problèmes nationalistes, ethniques et économiques rendent la situation plus confuse et incertaine. Le Président Gorbatchev a averti que l'Union Soviétique risquait de voir un gouvernement répressif s'emparer du pouvoir. Les citoyens soviétiques perdent toute la confiance qu'ils pouvaient placer dans l'avenir de leur pays. Selon le bureau national d'études d'opinion, moins de deux pour cent de la population croit encore en l'avenir.





Citation

Home Une nouvelle société

par Stanislas Menchikov

« Le monde est en train de connaître de profonds changements. Tout le monde a les yeux tournés vers l’Union soviétique et l’Europe de l’Est, mais à mon avis c’est la planète tout entière qui change, y compris l’Europe de l’Ouest. Une nouvelle société est en train de naître. »






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017
Grande conference Bruxelles octobre 2017