DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2011

Extraits de la revue
Partage international

Mars 2011 - N° 271

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Un appel à l’indignation par Ignacio Ramonet


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Dossier


  • La voix de la raison


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs




L'article du Maître

Home La voix du peuple se fait entendre

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 13 février 2011

Pendant dix-huit jours mémorables, l’attention du monde s’est fixée sur une seule et même place, au cœur d’une ville très ancienne. Par milliers, par dizaines de milliers les habitants du Caire, tous âges confondus, ont bravé tanks et canons à eau, maîtrisant vite l’art de reprendre leur souffle entre deux tirs de gaz lacrymogènes.

Dans un élan fraternel et pacifique ils ont pris possession de la place Tahrir, dont le nom s’ajoute désormais à tous ceux qui ont fait la gloire d’une Egypte au passé illustre.

D’une même voix

Pendant dix-huit jours ils ont défié la police et les représentants d’un régime usé et corrompu, réclamant d’une même voix, ferme et pacifique à la fois, le changement, la justice, l’emploi, la liberté, le respect de la loi. Les musulmans faisaient leur prière aux heures rituelles, tandis que leurs camarades montaient la garde pour les protéger d’une attaque. La fraternité fleurissait et une énergie spirituelle d’une exceptionnelle densité était palpable, sur la place et dans la ville tout entière.

A quoi cela était-il dû ? Chaque jour, pendant dix-huit jours, Maitreya a passé de longues heures au Caire, principalement sur la place. Il œuvrait sous de nombreux visages différents, réconfortant les blessés et s’occupant des nombreux martyrs qui avaient sacrifié leur vie pour la liberté et la justice. Le Grand Seigneur encourageait les gens, les guidait et les bénissait pour leur ardeur et leur retenue, et un profond sentiment d’amour et d’unité emplissait le cœur et l’esprit de tous. Les journalistes étrangers s’étonnaient de la joie qui éclatait sur le visage des habitants, jeunes et vieux, riches et pauvres, malades et bien-portants. Baignés des énergies et de l’amour de Maitreya, ils vivaient une nouvelle naissance.

Les pays voisins

Les despotes et « hommes forts » des pays voisins suivaient ces événements jour après jour à la télévision, horrifiés et incrédules, s’attendant à une réaction ferme et décisive du pouvoir en place qui mette fin à cette folie. Cette folie était la voix de l’ère nouvelle, ère de justice et de partage, de liberté et d’amour.

Elle n’est autre que la voix du peuple, un peuple qui a pris conscience de son unité et de sa puissance. Quant aux vieux tyrans, leurs jours sont comptés.





Home Le pouvoir du peuple

Nous publions ci-dessous des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

MA PRESENCE se fait sentir dans le monde entier. Mon énergie d’Amour, le don que j’apporte, crée parmi les hommes un réservoir de joie. Imprégnez-vous profondément d’elle, mes amis, et, resplendissants de la Lumière de l’Amour, émergez dans un Jour Nouveau. Mes Maîtres travaillent à tracer pour vous les grandes lignes de l’avenir. Gardez-les bien à l’esprit. Le roc sur lequel sera bâti cet avenir glorieux est l’Amour, la Justice et le Partage. Mes amis, que votre but soit de vous unir à ceux pour qui ces aspects sont divins. Créez entre vous un mur de Lumière contre lequel le monde frappera en vain. Mon armée est en marche. Mes lieutenants connaissent le résultat de la bataille et le plan d’action. Cette action vous concerne tous, car c’est par votre intermédiaire, mes amis et frères, que doit se construire le nouveau monde. Alors, prenez part à ce vaillant travail et montrez votre courage. Mon Amour vous soutiendra. Ma Loi vous guidera. Mon cœur vous enveloppe en permanence. Mes amis, n’ayez pas peur, vous n’avez rien à craindre si ce n’est votre propre peur. [Message n° 45 (Maitreya)]

TOUT COMME le simple perce-neige se fraie un chemin vers la lumière pour saluer l’arrivée du printemps, partout les hommes se dressent pour revendiquer la justice et la paix, et la fin d’un long hiver de servitude et de tyrannie. La voix du peuple monte, bien décidée à se faire entendre. C’est le signe avant-coureur des temps nouveaux, de la nouvelle civilisation qui se bat pour voir le jour. En dépit, voire même en raison, des projets et des actes de certains individus dangereux, les hommes secouent leur joug séculaire et exigent le droit d’être entendus. Cette confiance nouvelle et l’urgence des temps multiplient la portée de leurs revendications. La puissance de la voix du peuple brise le carcan d’un asservissement ancestral et indique la voie de l’avenir. Les hommes prennent de plus en plus conscience que le rôle des gouvernements est de pourvoir aux besoins de tous, et qu’il n’existe aucun problème, aucune difficulté, dont la guerre soit l’unique solution. La voix aigre des dirigeants avides de pouvoir peut, dans l’immédiat, séduire les craintifs et les imprudents, mais leur temps est compté et touche à sa fin.[…]Lorsque Maitreya apparaîtra au grand jour, il s’efforcera de canaliser l’aspiration des multitudes qui perçoivent ces vérités mais ne peuvent les exprimer. En lui, elles trouveront un porte-parole, éloquent et grave, comme l’exigent les circonstances, quelqu’un qui fera connaître leurs besoins, leur aspiration à un monde de justice et de paix.
Ce processus est déjà en cours. Partout où l’on marche et manifeste pour réclamer justice, paix et bon sens, Maitreya est présent, sous une apparence ou une autre, mêlé à la foule et parlant en son nom. Son énergie d’amour imprègne ces rassemblements de justes, leur insufflant le désir de persévérer. Sa force devient la leur, ils y puisent résolution et assurance. Ainsi le Seigneur de l’Amour renverse-t-il le courant de la haine et stimule-t-il l’ardeur des multitudes ; ainsi constate-t-il que les hommes de la Terre sont conscients de leur destinée et cherchent les moyens de réaliser les désirs qu’ils portent au fond de leur cœur. [La fin de l’asservissement (Maître –)]

MES FRERES ET SŒURS sont en train de s’éveiller à ma présence et choisissent eux-mêmes une nouvelle direction.
Ceci est vraiment encourageant car, malgré mes plans, l’humanité conserve son libre arbitre. C’est pourquoi, lorsque je suis témoin de la réponse de l’homme, grande est ma joie. Mon enseignement est simple : comme vous le savez, l’amour, la justice et un partage convenable sont nécessaires à l’homme pour vivre. [Message n° 83 (Maitreya)]

L’HUMANITE est une gigantesque force de bien, et les changements se feront lorsque les peuples feront entendre leur voix. Inspirée par Maitreya, conduite par Maitreya, mise en marche par Maitreya, la voix des peuples de toutes les nations se lèvera, que les gens sachent qu’il est Maitreya ou non. La voix unie des peuples contraindra les gouvernements à changer. [L’Eveil de l’humanité (B. Creme)]

PEU DE TEMPS s’écoulera avant que vous ne voyiez mon visage. Reconnaissez-le comme le visage de votre ami et frère, qui vient à nouveau pour vous aider. Prenez-moi dans votre cœur comme je vous ai pris dans le mien, mes chers frères et sœurs et, travaillant ensemble, refaisons le monde. Changeons tout ce qui est corrompu et inutile dans vos structures, tout ce qui entrave la manifestation de votre divinité. Ensemble, montrons la Voie aux tout petits et préservons le monde pour eux. [Message n° 50 (Maitreya)]

DEJA, les signes de l’action de Maitreya se manifestent aux yeux de tous. Les dogmes anciens disparaissent. La vieille garde s’accroche, mais une nouvelle force de vérité monte à l’assaut de ses murailles submergées qui commencent à s’écrouler. Elles ne sauraient résister longtemps à cette force nouvelle au service du droit et de la justice. [L’Emergence de Maitreya (Maître –)]

BIENTOT, une nouvelle vague d’intérêt pour la Vérité sera évoquée de la part de l’homme, et sur cette vague, on verra mon visage. Comptez-vous parmi mes amis, et travaillez avec moi. Reconnaissez-vous comme mes partenaires, et aidez le monde. Révélez-vous comme mes disciples, et créez le monde nouveau. [Message n° 102 (Maitreya)]

AU COURS DE L’HISTOIRE, le « peuple » a fréquemment souffert de la succession d’invasions, de pillages et de cruautés perpétrés par les armées d’individus avides de conquête, sans pouvoir faire quoi que ce soit.
Aujourd’hui un phénomène nouveau est apparu. Partout les gens ont le sentiment de leur pouvoir collectif et exigent un monde libre et juste, leur revenant de droit en tant que membres d’une humanité une. Ceci, à mon avis, est tout à fait nouveau et se manifestera en tant qu’opinion publique mondiale avec une voix si puissante et si unie qu’aucun gouvernement ne pourra y résister. [B. Creme, PI, mars 2005]

MA TACHE est simple : vous montrer la voie. A vous, mes amis, incombe la tâche ardue de bâtir un nouveau monde, une nouvelle vérité ; mais, ensemble, nous triompherons […] Nombreux sont ceux qui trouveront ce chemin difficile ; mais plus nombreux encore, sont ceux qui l’aborderont avec joie devant la légèreté de leur fardeau, rejetant ce qui est ancien, périmé et inutile. Entrant dans une fraternité partagée et une joyeuse communion avec tout ce qui est, ce groupe qui va croissant héritera de la conscience du Soi. [Message n° 15 (Maitreya)]

LES GOUVERNEMENTS finiront par réaliser, grâce à la volonté manifestée par le peuple, que leur tâche est de veiller à satisfaire les besoins de celui-ci. Cela se produira dans tous les pays, car tel est effectivement le rôle du gouvernement. Certains gouvernements le font dans une faible mesure, d’autres davantage. Certains sont plus démocratiques et la participation de leurs citoyens est plus grande, mais d’autres sont extrêmement dictatoriaux et le peuple n’a guère la parole. Tout cela cessera. [L’Instructeur mondial pour toute l’humanité (B. Creme)]

MA TACHE CONSISTE à être le porte-parole de tous les hommes, en tous lieux, d’exprimer pour eux leurs espoirs et leur désir d’une vie meilleure et plus saine, d’une réorganisation des structures qui font obstacle à la manifestation de la véritable divinité de l’homme. Telle est ma tâche, mes chers amis, et je l’assume volontiers et avec joie. Avec votre aide, elle s’accomplira. [Message n° 59 (Maitreya)]

AINSI les paroles simples de Maitreya résonnent-elles à travers le monde. Ainsi suscitent-elles chez les hommes l’espoir du renouveau. Lorsqu’en nombre suffisant ils seront éveillés et prêts pour le changement, Maitreya augmentera le tempo et l’énergie de ses déclarations pour galvaniser les multitudes et les inciter à agir pour leur propre compte. Les hommes doivent comprendre que c’est à eux qu’il incombe d’agir, faute de quoi il ne se produira rien de nouveau. Quand ils prendront conscience de cela, ils passeront à l’action spontanément, le cœur embrasé d’espoir. Ainsi les hommes accompliront-ils leur destinée en bâtissant des structures dignes du Nouvel Age. [Les hommes s’éveillent à Maitreya (Maître –)]

SOUVENEZ-VOUS que les hommes sont uns, enfants du Père unique. Distribuez en toute confiance les biens de la Terre à tous ceux qui sont dans le besoin. Faites ceci maintenant et sauvez le monde. Ainsi parlerai-je. Tel sera mon appel. Et, lorsque l’humanité aura accepté cette Loi, je me révélerai. Nombreux sont ceux qui ont envie de partager, qui aspirent à la fraternité, mais n’agissent pas. Les choses ne se font pas d’elles-mêmes. L’homme doit agir et accomplir sa volonté. [Message n° 31 (Maitreya)]

REJOIGNEZ des groupes et travaillez à faire entendre la « voix du peuple ». Ajoutez votre voix à celle des autres – les gens ordinaires qui n’occupent pas une position leur donnant l’illusion du pouvoir et de la sagesse. Ajoutez votre poids en participant aux manifestations qui sont organisées. Aidez à développer le concept de « la voix du peuple » – qui, pour finir, sera la force la plus puissante dans le monde lorsqu’elle aura été imprégnée par les idées de Maitreya, focalisée par lui, et à même d’aborder les différents problèmes de l’humanité d’une manière réaliste. Ceci construira la force la plus puissante : celle d’une opinion publique mondiale éduquée, focalisée – une force à laquelle aucun gouvernement ne pourra résister. Ajoutez votre voix à celle de millions d’autres.
Le 15 février 2003, 12,5 millions de personnes dans le monde ont manifesté contre la guerre en Irak et en faveur de la justice et de la liberté. Près de 2 millions d’entre elles (1 800 000) se trouvaient à Londres et parmi elles Maitreya. Maitreya pense qu’il vaut la peine de participer à des manifestations et il l’a fait lui-même un peu partout dans le monde. Faites entendre votre voix. Si vous croyez à la justice et à la liberté pour tous – dites-le. Ecrivez des articles, envoyez-les aux journaux. Donnez votre avis, contribuez ainsi à libérer l’humanité de l’ancienne servitude du mirage, de l’illusion et de l’oppression. [B. Creme, PI, jan./fév. 2004]

MON BESOIN MAJEUR est que ceux qui partagent ma vision acceptent la responsabilité de l’action. Ils sont des millions à connaître les besoins des hommes, à avoir cette vision, mais à ignorer l’urgence du moment. Je compte sur ceux qui ont la connaissance des besoins de leurs frères, la compassion à l’égard de tous ceux qui souffrent, et la volonté de changer tout cela. [Message n° 46 (Maitreya)]

DEJA, le culte de l’argent et de la cupidité commence à être remis en cause à sa source même : les adorateurs du marché se posent des questions face à la hauteur vertigineuse des gains réalisés à leurs jeux de hasard. Quant à l’homme de la rue, il commence à s’apercevoir de l’insécurité dans laquelle le placent les bouleversements économiques, et à prendre conscience de la tromperie par laquelle on les lui a fait accepter.
Dans les nations pauvres, la demande de justice prend de l’ampleur, et se fait entendre avec une urgence nouvelle. Les millions de démunis ne continueront pas longtemps de supporter leur sort en silence. Plus que quiconque, ils feront bon accueil à l’appel à la justice et au partage de Maitreya et verront en lui leur porte-parole. Le moment venu les hommes se lèveront et, d’une seule voix, demanderont que Maitreya soit reconnu comme leur Instructeur, Mentor et Guide, venu leur montrer la voie des temps nouveaux. Ainsi Maitreya canalisera-t-il l’énergie et les aspirations des hommes dans une direction nouvelle et plus juste, qui permettra l’accomplissement du plan divin et de la destinée humaine. [La réponse de l’humanité (Maître –)]

LES PROBLEMES de l’humanité peuvent être résolus. La solution est à votre portée. Faites que votre action soit à la mesure des besoins de votre frère, et résolvez les problèmes du monde. Il n’y a pas d’autre possibilité. [Message n° 52 (Maitreya)]

MAITREYA est déterminé à commencer son travail public, mais l’humanité doit manifester, appeler au partage qui est la seule façon d’apporter la justice et la paix. Les gouvernements ne feront rien tant que l’humanité ne les y forcera pas. Et lorsque cela se produira, ce sera sous l’inspiration de Maitreya qui éduquera l’humanité comme un tout, la galvanisera et l’éclairera. Aucune nation ne peut ignorer une opinion publique aussi massive. C’est cela qui amènera la transformation du monde. C’est à nous de le faire. [B. Creme, PI mai 2003]

QUAND, en réponse à l’appel de Maitreya, les peuples du monde exprimeront leur désir de justice et de paix, les murs d’ignorance et de cupidité qui séparent aujourd’hui les nations s’écrouleront. Elevant la voix à l’unisson, les peuples attaqueront les anciens bastions des privilèges et du pouvoir et les réduiront en poussière. Ainsi en sera-t-il. Ainsi la pensée nouvelle émergera-t-elle du confinement d’un passé vermoulu. [La réalisation du Plan (Maître –)]

OU QUE JE REGARDE, je vois les miens, ceux sur qui je compte, briller comme autant de points de lumière. Ces signaux de lumière conduiront tous les hommes vers moi et, ainsi, le Plan s’accomplira. Puissiez-vous vous rassembler autour de moi, de telle manière que ma lumière attise votre flamme et qu’ensemble, nous puissions transformer ce monde. [Message n° 85 (Maitreya)]

SI VOUS VOULEZ LA DEMOCRATIE, vous devez participer. La participation, c’est l’action. Il faut faire les choses vous-même. Plus vous agissez au niveau local, plus vous êtes efficace. Il est très difficile pour une personne d’influencer les décisions d’un gouvernement, mais il n’est pas impossible pour une seule personne d’avoir un puissant impact sur un groupe au niveau local. Des gens qui ont quelque chose à dire, des idées que la communauté considère comme bonnes et réalistes, sont en train de changer la vie, dans tous les pays du monde. [L’Instructeur mondial pour toute l’humanité (B. Creme)]

UU MONDE NOUVEAU prend forme, qui nécessite la participation de tous, et nul ne doit se sentir trop jeune ou trop âgé pour formuler ses aspirations à voix haute. [La voix de Maitreya (Maître –)]

LA VOIX DU PEUPLE ne cesse de monter en puissance ainsi que les capacités des groupes qui travaillent à travers elle. Il existe une capacité croissante des groupes à travailler ensemble, à trouver des moyens de contact et d’action. Ceci va prendre de l’ampleur et très bientôt quelque chose de vraiment extraordinaire se produira, qui va au-delà de vos attentes, quelque chose qui tout d’abord surprendra, car les gens assourdis par le bruit du mal n’attendent plus rien de bon. [B. Creme, PI, avril 2005]

QUE LES GOUVERNEMENTS le comprennent : la voix du peuple est celle de la sagesse. Il s’agit d’un appel au réalisme et à la vérité, aux seules décisions susceptibles d’amener un monde meilleur et plus sensé. Les gouvernements qui ignoreront cette voix sont condamnés, car ils perdront leur autorité et la confiance de leur peuple. [Les ténèbres se dissipent (Maître –)]

LES PEUPLES de la Terre commencent seulement à réaliser qu’ils ont une voix – et donc le pouvoir de se faire entendre – et ils doivent être encouragés à manifester sans cesse jusqu’à ce que les gouvernements les écoutent. Cela fait partie de la tâche de Maitreya de stimuler et d’éduquer les gens afin qu’ils exigent leurs droits.
On me demande souvent : « Que puis-je faire à mon petit niveau individuel ? » Vous n’êtes pas seul. Vous êtes un parmi des millions de personnes de bonne volonté à la pensée juste. Regroupez-vous. L’humanité est une immense force de bien et les changements prendront place grâce à la voix du peuple. [B. Creme, PI, nov. 2003]

LES PEUPLES du monde ont désormais une vision de liberté, de justice et de paix, et ne l’abandonneront pas. Ce sont eux, plus que leurs leaders, qui dessineront les contours de l’avenir et le façonneront selon leurs besoins. [Les conseils de Maitreya (Maître –)]

J’AI POUR PROJET de révéler prochainement ma présence à une bien plus grande échelle, et de montrer aux hommes que le nouvel âge est en train de naître, que la clé du changement est le Partage, la Fraternité, la Justice et l’Amour. [Message n° 97 (Maitreya)]




Home La communauté Awramba : une lueur d’espoir

Source : france24.com ; africa news.com ; awraamba.com; writethisdownfilms .com

Bien que l’Ethiopie soit l’un des pays les plus pauvres du monde, il s’y trouve des communautés exemplaires riches d’espoir. Dans le nord du pays existe une société remarquable exprimant une pensée progressiste, l’égalité pour tous et un esprit de cohésion.

Zumra Nuru est le fondateur et le leader de la communauté Awramba, à 635 km au nord-ouest d’Addis Abeba, dans la région d’Amhara, entre Bahir Dar et Gonder. Cette communauté compte 403 membres répartis entre 109 foyers, et obéit à quatre règles fondamentales : égalité des sexes ; droits des enfants ; principe de secours aux plus faibles, aux malades et aux anciens ; principe visant à décourager la malhonnêteté, le mensonge, le meurtre et le vol. La communauté croit avant tout à l’honnêteté, au respect et à l’amour pour tous les êtres humains. Les enfants et les femmes sont respectés et vivent sur un pied d’égalité avec les hommes.

A l’âge de quatre ans, Zumra a décidé qu’il était injuste que sa mère soit en permanence épuisée par le travail et abusée par son mari, et que les chrétiens et les musulmans soient divisés par leurs croyances. Dans un rêve fait en 1964, il se voyait en train de créer une communauté unique. Au début, ses idées étaient mal vues par la société éthiopienne traditionnelle, patriarcale et profondément religieuse. Pendant trente ans, il a voyagé de ville en ville à la recherche d’un endroit où établir la communauté de ses rêves. Et il créa Awramba en 1993.

 « Tous ceux à qui je pose la question me répondent que l’humanité a une même racine – certains affirment que cela a commencé avec Adam et Eve, et d’autres préfèrent parler d’Adam et d’Hawa, raconte Zumra. J’ai alors décidé d’ignorer ces idées qui créent des différences entre les êtres humains et d’instituer la vision d’un paradis où chacun trouverait sa place. J’ai toujours rêvé de voir des femmes comme ma mère libérées de la lourde charge de l’entretien d’une famille. Ma vision est celle d’une société qui n’exploite pas la capacité de travail des enfants et qui prend soin des anciens. Et c’est ce j’ai réalisé avec Awramba. »

Un aspect particulier de cette communauté est qu’aucun de ses membres n’appartient à une religion. Elle n’a ni église ni temple. La communauté croit en un être supérieur qui a rendu possible la vie sur Terre. Lorsque Zumra, qui est illettré, est interrogé sur son appartenance ethnique ou religieuse, il répond simplement : « Nous appartenons à tous les groupes ethniques. Après tout, nous sommes tous les créatures d’un Dieu (quel que soit son nom), et nous avons le même père. Comment pourrions-nous en choisir un alors que nous pouvons l’avoir tout entier ? » L’accent est mis sur la façon dont les gens vivent au quotidien, non sur leur appartenance religieuse.

Awramba (ou Awra Amba, qui veut dire le sommet de la colline) possède sa propre école, une maison de retraite pour les anciens et les handicapés, un centre d’accueil pour les enfants, une petite fabrique de confection de vêtements, un moulin, une ferme produisant de la nourriture pour la communauté. Le tissage est l’une des principales activités de la communauté. Des métiers à tisser produisent chemises, robes, écharpes, nappes, couvertures qui sont vendues en magasin ; les bénéfices sont partagés au sein de la communauté. Une maison de thé constitue le centre de la communauté. Des villageois venus d’ailleurs apportent leurs céréales pour les faire moudre dans les moulins d’Awra Amba car ils respectent la communauté pour son honnêteté. Des comités élus gèrent au jour le jour les affaires courantes du village d’Awramba.

L’école se trouve dans un bâtiment dont les murs portent des slogans incitant les élèves à être honnêtes dans tous leurs rapports avec leur prochain. Elle promeut aussi une solide éthique de travail.

La communauté dispose d’une résidence destinée aux anciens, qui leur fournit trois repas par jour, et des volontaires s’occupent des soins quotidiens. Des mères avec de jeunes enfants reçoivent une aide gratuite de garde des enfants afin qu’elles puissent vaquer à leurs tâches habituelles après la naissance. Une personne qualifiée s’occupe des jeunes enfants dont les parents travaillent.

Des gens viennent de loin afin d’étudier la communauté, par exemple des étudiants, des fonctionnaires et des leaders religieux. Awra Amba a fait l’objet d’un documentaire tourné par Paulina Tervo, cinéaste finnoise de Write This Down Films, qui a été attirée par l’atmosphère calme et pacifique de ce village où hommes et femmes de diverses origines ethniques travaillent ensemble à cette expérience unique, fondée par un fermier illettré, qui rejette les normes culturelles et religieuses de la région pour embrasser une fraternité universelle.





Signes des temps

Home L’ « étoile » de Maitreya au-dessus de Jérusalem

Source : channel4.com; Israelnationalnews.com, youtube.com



Le 28 janvier 2011, vers une heure du matin, plusieurs témoins ont vu et filmé un brillant ovni au-dessus du Dôme du Rocher sur le Mont du Temple à Jérusalem. Le Dôme du Rocher est un important sanctuaire islamique situé sur le Mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem. Deux témoins qui se trouvaient à Armon Hanatziv, d’où l’on a une vue panoramique sur le Mont Sion et le Mont du Temple à Jérusalem, ont filmé ce qui pourrait être l’un des plus intéressants clips d’ovni jamais saisi. Depuis lors quatre vidéo- clips ont été mis sur You Tube – chacun pris indépendamment des autres et sous différents angles mais corroborant tous le même phénomène.

Tout d’abord un objet très brillant en forme d’étoile semble suspendu immobile au-dessus de la ville de Jérusalem ; au bout de quelque temps il plonge verticalement vers l’est et se tient à nouveau immobile juste au-dessus de l’horizon. Quelques minutes plus tard il y a une brillante explosion de lumière et l’ovni s’élève tout droit dans le ciel nocturne avant de disparaître. Au moment où la brillante lumière s’évanouit plusieurs boules rouge orangé prennent sa place et se déplacent dans le ciel en différentes formations.

Le Sydney Morning Herald a publié le commentaire suivant : « Encore plus étrange peut-être est le fait qu’il a été filmé sous plusieurs angles de façon apparemment synchrone, en particulier au moment où l’objet s’envole verticalement à grande vitesse. »  La chaîne d’informations Channel 4 au Royaume-Uni a précisé que les vidéos semblent montrer « exactement la même boule de lumière » et que « le mystère reste entier car tout survol étant interdit au-dessus de la ville sainte, la lumière ne peut provenir d’un avion ».

Selon le Maître de B. Creme, l’ovni au-dessus de Jérusalem est l’une des quatre « étoiles » observées dans le monde depuis décembre 2008, annonçant l’émergence au grand jour de Maitreya. Les boules de lumière rouge orangé étaient des vaisseaux plus petits au service de l’« étoile ».


Home Canada : une statue verse des larmes d’huile

The Windsor Star, Canada

Des centaines de personnes se sont rendues dans le jardin d’une maison de Windsor (Ontario), pour voir une statue de la Vierge qui sourit le jour et verse des larmes d’huile la nuit. La propriétaire de la maison, Fadia Ibrahim, a déclaré que le phénomène est un miracle, et affirme que la Vierge lui a demandée, il y a six mois, de construire un oratoire devant sa maison.

L’huile est visible sur le visage et les mains de la statue et on peut souvent la voir couler de son menton. Certains visiteurs ont décrit des guérisons extraordinaires. Carmela Montilla raconte que sa petite fille, qui souffre de leucémie, avait été ointe avec l’huile de la statue. Peu de temps après, son bilan sanguin était redevenu normal et elle pouvait retourner à l’école. Fadia Ibrahim affirme que ses propres mains secrètent souvent de l’huile ayant un pouvoir de guérison, notamment lorsqu’elle parle de la Vierge.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un miracle manifesté par le Maître Jésus.


Home Le cavalier sur un cheval blanc



Un vidéo-clip montrant une silhouette éthérée vêtue de blanc chevauchant un cheval blanc au milieu de la foule rassemblée sur la place Tahrir a été diffusé sur Euronews, le 3 février 2011.

Cette séquence du cavalier blanc chevauchant un destrier blanc a été également diffusée sur MSNBC, CNN, et chargée une dizaine de fois sur le site populaire de partage YouTube. La silhouette est très droite, le cheval semble porter un harnachement médiéval et le cavalier ainsi que le cheval semblent se frayer assez rapidement un chemin à travers la foule avant de s’élever et de flotter au-dessus de la tête des manifestants. Tous deux ont été aperçus par quelques personnes dans la foule.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le cavalier était Maitreya. Son apparition était une bénédiction sur la foule et une approbation des événements qui se déroulaient sur la place.

Maitreya est apparu à de nombreuses reprises sous les traits de l’Avatar Kalki sur son cheval blanc – un symbole immémorial de l’Avatar à venir. Il est apparu plusieurs fois sous les traits d’un cavalier sur un cheval blanc dans le passé.

Cette apparition n’a rien à voir avec les «  quatre cavaliers de l’Apocalypse ». C’est un signe de Maitreya pour montrer l’immense importance de ce qu’est en train de faire le peuple égyptien et souligner qu’il est avec lui dans sa lutte pour la justice, la paix et la liberté.




Home Ovnis au-dessus de l'Utah

Source : www.abc4.com

Plusieurs personnes dans les villes d’American Fork et Highland, ont raconté qu’elles avaient vu dans le ciel trois lumières rouges dans la soirée du 26 janvier 2011. Des témoins ont déclaré que de brillants rayons de lumière blanche émanaient des ovnis silencieux et se déplaçaient lentement.

L’un d’entre eux, Mike Galbraith, ancien membre de l’Armée de l’Air américaine, a déclaré que les ovnis ne ressemblaient à aucun avion ou hélicoptère et que les traînées de lumière blanche qui en sortaient n’étaient pas des fusées éclairantes. « Ils semblaient voler en formation parfaite et les lumières qui en sortaient étaient d’un éclat flamboyant », a-t-il déclaré. Selon les témoins, les ovnis « s’éloignèrent »  au bout de 15 minutes.

Le Maître de B. Creme a indiqué qu’il s’agissait de vaisseaux spatiaux martiens.


Home Photographie d’un dispositif technique de vaisseau spatial



Cette photographie a été prise le 19 février 2010, vers 16 h 30, aux environs de Bâle (Suisse). Alors qu’ils se trouvaient stationnés sur une aire de repos, le photographe et sa fille aperçurent dans le ciel une « masse brumeuse », comme un gros nuage sombre, qui descendit vers le sol tout en prenant une forme plus distincte. Ils prirent une photo de ce qui apparaît comme un objet tubulaire vertical, d’une très grande hauteur. A l’extrémité inférieure de la colonne se trouvait, selon leur témoignage, une grosse bulle située juste au-dessus du sol. Au-dessus de la structure tubulaire, non visible dans le cadre de la photo, se trouvait un immense dôme, d’environ 50 mètres d’épaisseur. L’événement ne dura que quelques secondes au total.

Benjamin Creme a donné l’explication suivante : « On a montré aux témoins de ce phénomène une sorte de photographie aux rayons-x de la structure interne d’un vaste vaisseau. La colonne ressemblant à un tube vertical est une réplique d’un appareillage présent sur la plupart des ovnis, permettant à l’équipage d’inverser la gravité. Il occupe une place centrale, depuis le dôme au sommet du vaisseau jusqu’à sa base. C’est le mécanisme qui permet d’inverser la gravité à l’aide d’un simple commutateur – lequel est actionné par la pensée. Dès que le « commutateur » est actionné, le véhicule se trouve libéré de l’attraction gravitationnelle et s’élève automatiquement.
Certains pays, comme les E.-U., la Grande-Bretagne, la Russie et l’Allemagne, sont à la recherche de cette technologie antigravitationnelle depuis de nombreuses années. Les Frères de l’espace la leur ont également montrée. A Bâle, les témoins ont en outre observé le retour graduel du vaisseau spatial à sa forme normale (invisible pour nous) de matière éthérique. »

Le Maître de B. Creme indique que cet objet en forme de dôme avec cette colonne était un vaisseau martien.


Home ​L'« étoile » au-dessus de Beverungen



​L'« étoile » photographiée au-dessus de Beverungen (Allemagne), le 13 Décembre 2010. Envoyé par H. H.




Home Ovnis au Mexique

Source : Tercer Milenio

Yohanan Diaz Vargas, ufologue et producteur de Tercer Milenio, un programme de télévision consacré aux ovnis, a raconté que deux apparitions majeures d’ovnis avaient eu lieu au Mexique le 29 janvier 2011, le lendemain de l’apparition d’un ovni au-dessus du Dôme du Rocher, à Jérusalem.

Selon Diaz Vargas, un grand groupe d’ovnis est apparu ce jour-là, à 21 h 30, au-dessus de la ville de Los Mochis, au nord-ouest de l’Etat de Sinaloa. Diaz Vargas raconte : « Le samedi 29 janvier 2011, une grande activité d’ovnis a été observée dans le nord du Mexique par des dizaines de personnes. Deux apparitions dans deux villes très importantes ont notamment été signalées sur Twitter.

Dans la première apparition, on a signalé la présence d’étranges lumières dans le ciel, se déplaçant en formation, très lentement, à 23 h 30, au-dessus de Los Mochis, Sinaloa. Un témoin, V., a pu filmer avec son iPhone une flottille d’ovnis où l’on voit des zones blanches entourées d’un halo rougeâtre se détachant parfaitement sur le ciel noir [...] la flottille d’ovnis était silencieuse. » 

Le Maître de B. Creme a indiqué qu’il s’agissait de vaisseaux martiens.


Home Bénédiction émanant de la main de Sai Baba.



Cette photographie a été prise en 2008 pendant le darshan à l'ashram de Sai Baba à Puttaparthi.(Note de la rédaction: Nous avons le regret que nous avons été incapables de retrouver le nom du photographe.)

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la lumière est une bénédiction émanant de la main de Sai Baba.


Home ​L'« étoile » au Mexique (suite)

Source : www.examiner.com


L'« étoile » montrée à la télévision mexicaine, au-dessus de Cerro de la Silla, Monterrey, (Mexique), le 29 Janvier 2011.(YouTube: FutbolxOnlineTV)

Environ trente minutes plus tard, selon Diaz Vargas, « des dizaines de message sont parvenus venant de personnes habitant la ville de Monterrey, Nuevo León, au nord-est du Mexique, affirmant de manière catégorique la présence dans le ciel d’un brillant ovni qui émettait par intermittence des flashs de lumière, mais qui demeura stationnaire pendant plus de trois heures à côté du célèbre Cerro de la Silla (Colline de la Selle). »

Cette apparition d’ovni « a fait sensation », selon Diaz Vargas, lorsqu’ Ernesto Chavanne, lors d’une émission sportive télévisée, diffusa des images vidéo de l’ovni dans son programme.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de ​l'« étoile » de Maitreya


Home Bénédiction du Maître Jésus

Bénédiction de lumière du Maître Jésus, sur cette photographie montrant M. K. avec son bébé, dans le bus, allant de la Slovénie à Munich afin d'assister à la conférence de Benjamin Creme, le 23 Octobre 2010. Photo envoyée par H. K.





Tendances

Home Sylviculture durable au Mexique

Source : The New York Times, E.-U.

Les Indiens Zapotèques d’Ixtlan, dans la province méridionale d’Oaxaca, gèrent leur forêt selon un système communautaire dont la viabilité est reconnue dans le monde entier. Il y a trente ans encore, l’Etat mexicain exploitait ces zones, mais les Zapotèques se sont battus pour obtenir le droit de gérer communautairement les 24 000 ha de forêts de la région.

Ils ont ensuite créé leur propre système d’exploitation sylvicole tout en veillant à protéger les forêts. Ils emploient 300 personnes qui coupent le bois, fabriquent des meubles et entretiennent les forêts. Leur système d’exploitation satisfait aux critères les plus exigeants. Il a en outre obtenu la certification du Conseil d’exploitation des forêts, basé en Allemagne, qui évalue la durabilité des systèmes d’exploitation sylvicoles.

outes les décisions concernant la forêt et les entreprises travaillant en lien avec elle sont prises par une assemblée de 390 habitants de la ville. Les bénéfices des exploitations sont consacrés en majorité à la préservation des forêts ; le reste revient aux employés et à la commune qui les convertit en retraites, en crédits à faibles taux d’intérêt, et en logements pour les étudiants de la capitale.




Home Inde : production d’électricité à partir de balle de riz

Source : The New York Times, E.-U.

Une petite société indienne a créé un système transformant la balle de riz en électricité à bas prix destinée aux communautés pauvres de la région où elle est implantée. Husk Power Systems est basée au Bihâr, l’Etat le plus pauvre de l’Inde, où 85 % des 80 millions d’habitants n’ont pas l’électricité. Pour cuisiner et s’éclairer, ils utilisent des combustibles fossiles, onéreux, polluants et présentant des risques d’incendie. On estime à 2 millions le nombre de personnes dans le monde qui meurent prématurément chaque année d’une maladie pulmonaire due à l’utilisation de combustibles fossiles pour cuisiner et s’éclairer.

Husk Power utilise la balle de riz rejetée par les minoteries et a créé un système qui, en brûlant 50 kg de balle de riz par heure, génère 32 kW d’électricité – assez pour subvenir aux besoins de 500 foyers, au prix de 2 dollars par mois. Husk Power se compose de 65 unités de production approvisionnant en tout 30 000 foyers. Husk Power met en service 2 ou 3 unités par semaine avec pour objectif d’atteindre 2 014 unités et d’approvisionner plus d’un million de clients à la fin de 2014. Afin de réduire les coûts, elle recrute de la main d’œuvre locale considérée comme inemployable par la plupart des entreprises.

L’impact de cette production d’électricité propre, sans danger, efficace et à un prix abordable, va bien au-delà des foyers concernés.




Home Le président Assad s’intéressait aux ovnis

Source : Time magazine

Dans une interview parue dans le magazine Time du 20 octobre 1986, le défunt président syrien Hafez al-Assad (1930-2000) parlait de son « intérêt de longue date pour les ovnis », qu’il prenait « très au sérieux ». A la grande surprise des journalistes, alors qu’il débattait des relations américano-soviétiques, le président Assad suggéra que « seule une puissance extraterrestre pourrait faire la paix entre les deux superpuissances ». Lorsqu’on lui demanda ce qu’il souhaiterait que fasse une puissance extraterrestre si elle s’efforçait de résoudre les problèmes du Moyen-Orient, Assad, président syrien de 1971 à 2000, affirma qu’il s’attendait à ce qu’elle soit impartiale. « Il s’agirait nécessairement d’une grande puissance, et nous pensons qu’elle serait impartiale… Elle ne devrait ni agrandir, ni réduire Israël ; elle devrait offrir ses conseils aux deux camps, et ne fournir ni armes, ni avions. »




Home Japon : grande avancée dans le traitement du cancer

Source : The Nikkei Weekly, Japon

L’Institut national des sciences radiologiques (INSR) du Japon, qui a mis au point un nouveau traitement du cancer utilisant des particules ioniques lourdes, s’efforce à présent de l’optimiser en perfectionnant un système permettant de cibler la tumeur avec une précision bien plus grande, ce qui évitera d’endommager les tissus sains au voisinage de la tumeur et permettra de traiter un plus grand nombre de patients, la durée du traitement étant raccourcie.

L’INSR espère utiliser cette nouvelle procédure dès le printemps 2011 ; de plus, un nouveau centre de traitement par radiation d’ions lourds sera créé à Tosu et sera opérationnel en 2013.

Cette méthode présente l’avantage de projeter les ions lourds par l’intermédiaire d’un fin rayon que l’on peut courber et diriger à l’aide d’un scanner, ce qui permet une précision extrême. On appelle cette méthode le scanning en 3D avec un « pinceau de lumière ». Les ions carbones sont accélérés par un énorme synchrotron circulaire, puis extraits en un rayon très fin auquel on donne la forme de la tumeur. [Un synchrotron est une sorte d’accélérateur cyclique de particules où le champ magnétique qui fait mouvoir les particules et le champ électrique qui les accélère sont synchronisés avec le rayon qui les transporte. Quand la tumeur diminue, il faut reformer le rayon pour qu’il corresponde à la masse cancéreuse restante.

Cette technique facilite le traitement des cancers « difficiles », bien qu’elle ne convienne pas à tous les types de cancers. Elle n’est pas douloureuse et, dans certains cas, une seule séance suffit.




Home Les rats aident à détecter la tuberculose

Source : http://www.sciencenews.org

Ce qu’un homme met un jour entier à examiner au microscope, un rat correctement dressé peut le détecter en sept minutes. Les pays en voie de développement qui s’efforcent de contrôler la tuberculose peuvent obtenir une aide inattendue de la part de rats géants d’Afrique ! On peut entraîner ces animaux à flairer la tuberculose, avec plus d’exactitude que ne le fait l’examen au microscope. Les rats africains géants sont natifs de la plupart des pays d’Afrique et ils sont aussi capables de flairer les mines antipersonnel.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la bactérie de la tuberculose infecte une personne sur trois et présente les taux les plus élevés en Afrique.

On pratique en laboratoire des tests onéreux et compliqués, et l’OMS a récemment cautionné une machine qui donne des résultats précis en moins de deux heures. Mais l’installation coûte 17 000 dollars et chaque test nécessite une cartouche coûtant 17 dollars.

Actuellement, la méthode de détection la plus communément utilisée dans les pays en voie de développement est l’examen de frottis au microscope. Cette technique, vieille de cent ans, implique que l’on recueille des crachats et qu’on les colore avec une substance qui se fixe seulement sur le mycobacterium tuberculosis, germe de la tuberculose, puis on observe l’échantillon au microscope. Cette technique n’est pas très fine. A moins d’une forte concentration de bacilles, ils peuvent passer inaperçus et 60 à 80 % des cas positifs ne sont pas diagnostiqués.

Un rapport paru en décembre 2010 dans l’American Journal of Tropical Medicine and Hygiene révèle que les rats ont détecté des centaines de cas qu’un test classique au microscope n’avait pas révélés au premier examen.

C’est le Dr Alan Poling, professeur de psychologie et expert du dressage des animaux à la Western Michigan University, qui a réalisé l’étude sur la plus large échelle pratiquée à ce jour. En liaison avec une équipe de Tanzanie qui a recueilli des échantillons de crachat sur plus de 10 000 personnes, il les a testés à l’aide d’un microscope standard et a déterminé qu’environ 1 400 personnes étaient porteuses de la maladie. Ces échantillons avaient été rendus non infectieux pour prévenir la transmission du bacille actif. Quand les rats ont flairé les mêmes échantillons, ils ont identifié correctement plus de 90 % de ceux qui ont été trouvés positifs au laboratoire, plus ceux de 1 400 autres personnes. Quand ces échantillons supplémentaires ont été analysés une seconde fois en laboratoire, il a été déterminé que les résultats de 620 d’entre eux étaient positifs. Les 780 personnes restantes ne présentaient pas ce caractère.

Le Dr Poling et son équipe utilisent le nouveau test ADN pour contrôler l’examen au microscope classique, et le test des rats. Mais le Dr Poling fait remarquer que le test ADN revient actuellement à 20 dollars par échantillon, ce qui est inabordable pour les pays en voie de développement. Pour l’instant, on n’a pas encore évalué commercialement le coût des rats par échantillon. Mais une fois entraînés, les rats sont capables de traiter douze échantillons en moins d’une minute.




Home Scanner cérébral : une aide à la santé mentale

Source : The Nikkei Weekly, Japon

Des chercheurs japonais utilisent l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) en l’appliquant au cas de patients présentant des troubles de santé mentale tels que la dépression.

A l’Institut des sciences du cerveau de l’Université de Tamagawa, un programme de recherche est en cours. Les patients, allongés, ont placé leur tête à l’intérieur d’un caisson d’IRMf. Ainsi, leurs réactions cérébrales peuvent être scannées pendant la projection d’images dans des lunettes qu’ils portent sur les yeux. Si l’image projetée est celle d’un accident de la route par exemple, le cerveau réagit, et la réaction qui s’enregistre peut être de la tristesse. L’IRMf montre le changement physiologique qui se produit.

Le Dr Tetsuya Matsuda, professeur associé, met au point un nouveau traitement de la dépression qui entraîne les patients à contrôler leurs réactions en regardant des images IRMf.

De la même façon, des personnes souffrant de sévères migraines reçoivent la consigne de faire jouer leurs muscles, tout en regardant un moniteur montrant des signaux électriques en provenance de leur cerveau.

Une glande de la taille d’une amande, l’amygdale cérébrale, profondément enfouie dans le cerveau, contrôle les émotions et les sautes d’humeur. Par exemple, quand quelqu’un éprouve de la peur, l’amygdale présente des signes d’activité accrue, visibles sur l’IRMf. T. Matsuda pense que les patients sont capables de s’auto-influencer et de parvenir à un état plus équilibré en regardant les images de l’activité de leur amygdale. L’avantage de l’entraînement par IRMf, c’est que les gens peuvent observer leur activité cérébrale et les changements qui s’y produisent. T. Matsuda et son équipe ont également mis en relief de cette manière que, lorsqu’une personne en bonne santé essaie de ressentir une émotion comme la tristesse, le scanner révèle une activité cérébrale associée à la tristesse ou à la dépression.





Dossier

Home Séminaire 2010 : vers l’initiation de groupe

Questions et réponses (première partie)

par Benjamin Creme

L’initiation de groupe a constitué le thème de la conférence donnée par Benjamin Creme lors des réunions des groupes de méditation de transmission américains et européens en 2010. Une transcription de cette conférence est parue dans le numéro de janvier/février 2011 de Partage international. On trouvera ci-dessous la première partie des questions et réponses provenant de ces deux réunions.
 
Q. L’initiation de groupe inclut-elle également une initiation des individus en même temps ?
R. C’est cela, l’initiation de groupe : une initiation des individus en formation de groupe. Ils ne prennent pas tous nécessairement la même initiation, mais ils prennent tous l’initiation ensemble, à peu près au même moment. L’initiation de groupe a lieu en groupe, mais pour l’individu, c’est une expérience individuelle.
 
Q. Quel est l’impact de l’initiation de groupe sur la vie collective de l’humanité ?
R. Vous voulez dire : » Quel sera l’impact ? » , car elle n’a encore jamais eu lieu.
L’impact sera gigantesque. Il fera avancer l’humanité à une vitesse absolument sans précédent dans le monde. Dès que l’initiation de groupe se réalisera, la transformation du monde s’opérera à un rythme jusqu’alors inconnu dans l’histoire de l’humanité.
 
Q. Quel rôle le 7e rayon jouera-t-il dans l’initiation de groupe ?
R. Le 7rayon a un rôle très important à jouer dans l’initiation de groupe. Les énergies du Verseau ne peuvent se manifester que par l’entremise des groupes. Elles ne peuvent pas être utilisées par des individus qui travaillent seuls. C’est dire l’importance du travail de groupe, mais aussi de l’initiation de groupe qui fera partie de ce travail dans les 2 500 ans à venir.
 
Q. Quand l’initiation de groupe aura lieu, cela signifie-t-il que deux membres du groupe initiés, l’un de niveau 1,1 et l’autre de niveau 1,8 par exemple, prendront la deuxième initiation à peu près au même moment ?
R. Non, ce n’est pas cela. Celui qui est au niveau 1,1 prendra la deuxième initiation le moment venu. Quelqu’un qui est au niveau 1,9 prendra la deuxième initiation, mais pas au même moment. Il faut être tout près de l’initiation, de sorte que ceux qui sont prêts pour la première prendront la première, ceux qui sont prêts pour la seconde prendront la seconde et ainsi de suite, tous en même temps.
 
L’utilisation constructive et destructive des forces
 
Q. Comment les plans manasique, buddhique et atmique interagissent-ils, et comment s’expriment-ils au travers du groupe ?
R. Les plans manasique, buddhique et atmique correspondent aux trois niveaux de conscience au-dessus du plan mental concret. Le premier à se développer chez le disciple orienté spirituellement est le plan manasique, celui de la conscience mentale. Manas signifie mental. C’est le niveau le plus bas.
Le deuxième à se développer est le plan buddhique, l’aspect amour/sagesse. Il n’a rien à voir avec le bouddhisme, mais est dans un sens lié avec le Bouddha. Amour et sagesse sont légèrement différents ; la différence est celle qui existe entre le Christ et le Bouddha qui, aujourd’hui, partagent leur conscience. Le Bouddha met sa conscience buddhique à la disposition de Maitreya. Maitreya exprime l’aspect amour. Le Bouddha exprime l’aspect sagesse. Il y a entre les deux aspects une différence de qualité, mais il n’y a pas de différence de niveau.
A mesure que le disciple avance, il peut manifester un certain niveau de l’aspect manasique, puis de l’aspect buddique, et enfin de l’aspect atmique. L’action de l’aspect atmique synthétise le fonctionnement de ces trois différents aspects. Quand les trois aspects (Atma, Buddhi et Manas) s’épanouissent et qu’Atma les synthétise, l’état de Maître est atteint. Un Maître est un être chez qui l’aspect atmique synthétise les trois plans spirituels.
Ces trois plans ne sont différents qu’en apparence. Ce sont des aspects différents qui proviennent tous de la même source. Tout vient de cette source unique. Il n’y a qu’une source et une seule.
 
Q. Pourriez-vous nous parler de l’utilisation de la volonté ? Peut-on utiliser sur soi-même l’aspect constructif des forces destructrices ?
R. Il ne s’agit pas de votre volonté. Il s’agit de l’aspect volonté, le plus élevé des trois plans spirituels. Le plan atmique est l’aspect volonté ou dessein, ainsi que l’aspect destructeur. La mise en œuvre de cet aspect détruit ce qui fait obstacle à la croissance spirituelle.
Si, par exemple, un individu commence à progresser vers l’expression de l’aspect amour alors que l’aspect mental/intellectuel a toujours été le point de focalisation principal de sa vie jusqu’à ce moment, il se peut qu’il ait besoin d’invoquer le pouvoir de la volonté spirituelle pour faire tomber les obstacles. L’incapacité à aimer est un obstacle. Nous pourrions tous aimer. L’amour est une qualité innée chez tous les êtres. Mais du fait d’une éducation incorrecte et de conditionnements de toutes natures, l’amour est inhibé dans son expression. C’est vrai chez la plupart d’entre nous. Il faut alors que l’aspect volonté ou dessein soit invoqué, ce qui peut provoquer la destruction de ce qui fait obstacle à l’expression de l’aspect amour. Il peut arriver que cet obstacle soit une importance exagérée accordée à l’activité mentale.
La plupart des gens, qu’ils le reconnaissent ou non, pensent que leur cerveau est leur organe le plus important. C’est inexact. Le cerveau n’est qu’un ordinateur. C’est le plus merveilleux ordinateur qui ait été inventé (même si l’homme n’y est pour rien !), et il permet d’amener les expériences dans la conscience et de les mettre sous une forme utilisable par l’individu. Le cerveau est un organe du plan physique. Ça n’est qu’un outil qui permet d’enregistrer, de manipuler, de faire passer sur le plan physique ce qui se passe sur des plans plus subtils. Il est très important que vous ne vous identifiiez pas à votre cerveau et que vous ne le considériez pas comme l’aspect le plus important de vous-même. Le cerveau est fait pour résoudre certains problèmes et vous donner des réponses, mais il ne vous donne pas l’expérience de la vie intérieure. Et c’est justement de l’expérience de la vie intérieure que nous sommes en train de parler.
 
Q. Comment pouvons-nous utiliser la destruction – et non plus l’opposition vaine et stérile – de façon à faire un usage constructif des forces de destruction ? Comment savoir si nous sommes constructifs ou destructifs quand nous utilisons les forces de destruction ?
R. Dans la règle XI* il est question de la capacité à utiliser les forces de destruction de façon constructive. Nous devons apprendre à utiliser les forces de destruction de façon constructive.
Cela signifie en fait que le groupe doit apprendre à utiliser le plan atmique. Le « mécanisme » de tension spirituelle est si tendu, que cela invoque Atma. Les forces atmiques de destruction interviennent et se débarrassent de tout ce qui est vieux, inutile, négatif, et le groupe est libéré par les forces de destruction de manière positive et constructrice.
Comment réaliser cela ? La question n’est pas aussi simple et il m’est impossible de vous dire que faire. Il n’y a pas de règles. C’est une affaire de sensibilité, de réceptivité quand on travaille en groupe. Il faut utiliser l’âme plutôt que le cerveau. La question posée provient du cerveau. Quand on demande : « Comment faire telle chose ? », c’est toujours une question du cerveau. Le Maître ne dit pas toujours tout. S’il existait des réponses simples aux questions de votre cerveau, il les donnerait.
Nous essayons de devenir l’âme et d’utiliser davantage l’énergie de l’âme. C’est ce que nous appelons l’intuition. Il s’agit d’un processus intuitif qui n’est décrit dans aucun livre. A mesure que votre conscience s’éveille et que vous devenez plus sensible, vous commencez à faire preuve de davantage de sensibilité dans votre travail avec vos collègues du groupe, à savoir comment vous comporter les uns avec les autres. C’est une question de sensibilité spirituelle. Il n’y a pas de règle écrite qu’il suffirait d’appliquer. La vie ne fonctionne pas ainsi. Il s’agit d’apprendre à vivre de façon plus réceptive, davantage en relation avec les autres – c’est-à-dire en entretenant des relations humaines justes avec les membres du groupe et le monde.
 Certains ont une attitude plus correcte à l’égard du monde qu’à l’égard des membres de leur groupe parce qu’ils connaissent ces derniers. Ils ne connaissent pas le monde. Il est facile d’aimer le monde, car vous ne le rencontrez jamais. Mais vous rencontrez les membres du groupe. Comment pouvez-vous les aimer ?
Je ne peux pas donner de réponses aux questions concernant votre vie. Je ne peux que vous dire de devenir plus perceptifs, plus détachés, plus éveillés spirituellement, c’est-à-dire spirituellement détachés. Etre détaché ne signifie pas être séparé, le détachement n’a rien à voir avec la séparation. Par contre, le détachement est lié à l’indifférence. Qu’est-ce que l’indifférence spirituelle ? C’est être détaché. Qu’est-ce que le détachement ? L’indifférence spirituelle. Il s’agit d’une seule et même chose.
C’est la capacité de travailler avec n’importe qui. Cela ne signifie pas que l’on aime tout le monde, que l’on aime tout le monde de la même façon, ou que l’on ne peut supporter personne, mais que l’on doit vivre et travailler avec tout le monde. Il faut comprendre que les autres ont eux aussi leur point de vue. C’est une question de tolérance. Plus on est capable de tolérance, plus on est spirituellement indifférent. Si l’on est spirituellement indifférent, on deviendra tolérant. On ne peut pas faire autrement. C’est ainsi que l’indifférence spirituelle s’exprime, par la tolérance et l’éveil de la conscience.
L’éveil de la conscience est vraiment la réponse à tous nos problèmes. Plus notre conscience est éveillée, moins nous nous posons de problèmes et de questions. Si des questions se posent, c’est parce que nous devons satisfaire à quatre conditions pour l’initiation de groupe. Demandez-vous : « Comment suis-je vraiment dans notre groupe quand nous nous rencontrons ? Comment est-ce que je me comporte ? Qu’en pensent les autres ? Disent-ils. « Si seulement elle pouvait changer de groupe ! »  ou « Il est intolérant et étroit d’esprit » ? »  Il y a toutes sortes de gens dans tous les groupes, et toutes ces qualités sont en nous également.
Donc au lieu de me demander des tuyaux sur les diverses manières de devenir ceci ou cela, sur la façon de satisfaire à telle ou telle condition de l’initiation de groupe, il vaudrait mieux vous demander : « Suis-je à la hauteur ? Ces quatre conditions [de la règle XI] sont fondamentales. Puis-je dire que je fais de mon mieux pour y satisfaire ? Non. Soyons honnêtes. Je n’y satisfais pas. »  Cela n’a rien à voir avec le fait de savoir ceci ou cela. Ce qui compte, c’est de savoir ce que vous êtes. Comment êtes-vous, en réalité ? Etes-vous honnête ? Etes-vous sincère ? Vos paroles viennent-elles du fond de votre cœur ?
On n’apprend ces choses-là que dans la vie, et l’initiation, c’est la vie. C’est le résultat d’une vie menée correctement. Quand on vit correctement de ce point de vue, l’initiation vient d’elle-même. On n’a rien à faire. Elle vient. On devient initié sans le vouloir. On ne s’en rend même pas compte.
Vous demandez : « Est-ce que je fais des progrès ? Est-ce que j’avance ? »  Les choses ne se passent pas ainsi. Un jour, vous vous réveillez, et vous êtes initié. « Qu’est-ce que j’ai fait pour cela ? Je n’ai rien fait. »  Vous avez dû faire ce qu’il faut, mais ce qu’il faut dans la vie. Ce qu’il faut, en tant qu’individu en relation avec les autres. Voilà ce que les Maîtres entendent par relations humaines justes, celles qui, le moment venu, conduisent à l’initiation, qu’il s’agisse de l’initiation individuelle ou de l’initiation de groupe.
 
La tension spirituelle
 
Q. Pourriez-vous expliquer ce que vous voulez dire par tension spirituelle ?
R. Par tension spirituelle, je veux dire l’état de tension d’un système à ressort comme celui d’un réveil lorsque la clé a été tournée à fond. Le réveil est remonté, ce qui signifie qu’il va indiquer l’heure exacte pendant vingt-quatre heures ou sept jours.
Quand la focalisation spirituelle des groupes est maintenue à un tel point de tension et ne faiblit pas, cette tension prépare le prochain pas en avant.
Ce point de tension exige toujours une résolution. Dans l’exemple du réveil, cette résolution vient du mouvement du pendule, qui vide le réveil de son énergie. Nous lançons cette énergie en faisant tourner la clé – par l’expérience de la vie et la vie elle-même, ainsi que la prise de conscience de la nature spirituelle de cette vie. Vivre est une expérience spirituelle parce que nous vivons dans un univers spirituel.
Quand notre sensibilité est correctement réglée, que nous faisons ce qu’il faut par rapport à cet univers et à ses exigences, nous réglons notre propre petit réveil intérieur en fonction de celui de l’univers. Cela génère une tension qui, le moment venu, atteint une intensité maximale, explose, ce qui permet que le pas suivant soit fait sur le chemin.
 
Q. Vous dites que de nombreux groupes dans le monde n’ont pas encore réussi à atteindre la tension spirituelle nécessaire pour établir un lien correct avec les ashrams intérieurs. Pourquoi en est-il ainsi ?
R. Chaque individu alimente la tension spirituelle par son détachement. C’est le détachement qui crée la tension spirituelle. Si l’on n’est pas détaché, on ne peut pas contribuer à la tension spirituelle. Ceci est vrai de tous les groupes dans le monde. Plus une personne est détachée, plus elle pratique l’indifférence spirituelle, plus la tension spirituelle sera grande. Cette attitude remonte au maximum le réveil de tension spirituelle, au point que son ressort est prêt à céder. Une fois que la tension a atteint un niveau suffisamment élevé, il se produit une grande explosion. Cette explosion invoque la volonté spirituelle, et un nouveau niveau est ainsi atteint.
Les forces de destruction détruisent ce qui fait obstacle à l’écoulement de l’activité mentale, de l’amour ou du dessein de l’individu et donc du groupe. La tension spirituelle est le moteur de tout changement. Quand elle est suffisamment puissante, quand elle est comme un réveil remonté au maximum, elle doit avoir un exutoire. Elle explose et produit un changement, elle invoque les forces de destruction qui dégageront le terrain pour permettre une compréhension plus élevée.
 
Le rôle de l’initié de 4e degré dans l’initiation de groupe
 
Q. A propos de l’initiation de groupe, pourriez-vous nous en dire davantage sur le rôle de l’initié de 4degré ainsi que sur celui de Maitreya ?
R. L’un des points fondamentaux de la Règle XI est la capacité à travailler en tant que Hiérarchie en miniature. Lors de l’initiation de groupe, cette Hiérarchie en miniature est constituée de Maitreya, qui assure le rôle de l’initié du 4e degré. Un initié du 4e degré est nécessaire. Il faut également une personne qui est en contact avec la Hiérarchie, avec un Maître : c’est là ma fonction. Les groupes en tant que tout ont besoin d’un groupe de personnes qui fassent partie d’un groupe particulier sur le plan intérieur – ou soient en relation avec lui – et qui cherchent à créer un ashram similaire sur les plans extérieurs, de sorte que ce qui existe sur le plan intérieur s’extériorise. Il ne s’agit pas seulement de l’apparition physique des Maîtres dans le monde. La tension spirituelle de l’ashram intérieur doit être reproduite et maintenue sur le plan extérieur. Telle est la clé de la réalisation de l’initiation de groupe.
L’initié de 4e degré est sur le point de connaître – ou vient de connaître – l’expérience de la crucifixion ou renonciation. C’est là le sens de la quatrième initiation. C’est essentiel, parce que l’initié de 4e degré renonce à tout ce qui se dresse entre lui et la liberté du Maître. Le Maître passe la cinquième initiation et en est complètement transformé.
Avant la première initiation, quand un individu est assez proche de son âme pour prendre conscience d’elle, travailler avec elle, et donc faire l’expérience de l’énergie de l’âme, un processus de purification et de réalignement commence sur le plan physique. Ce processus prend fin à la cinquième initiation. Chaque expérience de l’âme dans ses incarnations successives confère au corps de son reflet, l’homme ou la femme sur le plan physique, un certain quota de lumière – si la tension spirituelle est maintenue tout au long de cette vie et qu’il n’y a pas de relâchement grave. Ce quota de lumière transforme la substance atomique du corps en substance subatomique.
Tous nos véhicules sont constitués de minuscules vies élémentales. Sur le plan physique, il s’agit de l’élémental physique. Sur le plan émotionnel, c’est l’élémental astral, et sur le plan mental, c’est l’élémental mental. Il s’agit de minuscules vies élementales ou dévas, dont le travail est de constituer la substance de nos corps. S’ils ne faisaient pas ce travail, nous n’aurions pas nos véhicules physique, astral et mental.
Nos trois véhicules sont destinés à l’âme : ils constituent l’équipement que l’âme va utiliser dans son voyage en incarnation vers la perfection. L’âme est parfaite, mais l’âme en incarnation passe par un processus. Ce processus est le perfectionnement progressif des véhicules de ses reflets successifs sur le plan physique.
L’âme ne cessant de revenir en incarnation, ses nouveaux véhicules sont chaque fois dotés de davantage de lumière. Ainsi, la personne devient de plus en plus un corps de lumière – sur les plans physique, émotionnel et mental. A terme, ces trois véhicules finissent par vibrer au même taux ; ils sont synthétisés par le corps mental. C’est par l’intermédiaire du corps mental que l’âme peut contrôler ses véhicules et investir de plus en plus d’énergie dans son équipement, qu’elle a créé dans ce but.
Dès lors que l’homme ou la femme est un initié de troisième degré, ces trois véhicules sont synthétisés – ou en cours de synthétisation – pour que l’âme puisse les utiliser. Lorsqu’une personne atteint la quatrième initiation, l’initiation de la renonciation, les trois-quarts du corps sont vraiment constitués de lumière – qui est la substance même de l’âme. Le corps est composé aux trois-quarts de lumière subatomique, et pour un quart seulement de lumière atomique. En fin de parcours, la personne renonce à ce dernier quart. C’est pourquoi cette initiation est appelée renonciation.
La tension spirituelle monte a un point tel que le Soi, la monade, peut retirer complètement l’âme du corps, parce que l’âme n’est plus nécessaire en tant qu’intermédiaire entre le supérieur et l’inférieur. L’inférieur à été élevé jusqu’au supérieur. L’initié renonce à l’inférieur, il renonce aux ultimes résidus humains de structure atomique, pour accéder à la vie plus élevée du Maître. Il est passé par la crucifixion – en termes chrétiens – c’est-à-dire par la renonciation qui précède la résurrection.
L’initiation de groupe a besoin de l’apport de la renonciation telle quelle est accomplie par un initié de 4degré. C’est dans ce but que Maitreya assure le rôle de l’initié du 4e degré, ce qu’il n’est pas, bien entendu. Il est d’un niveau bien supérieur à celui d’un initié du quatrième degré, mais il remplit cette fonction.
 
L’initiation de groupe et les groupes de méditation de transmission
 
Q. J’ai toujours nourri l’espoir que l’initiation de groupe se réaliserait par l’entremise d’un groupe ésotérique. S’il est possible à un disciple qui ne connaît rien à l’ésotérisme de prendre l’initiation, est-il possible à un groupe qui ne connaît rien à l’ésotérisme de prendre l’initiation de groupe ?
R. Il ne fait aucun doute qu’ils peuvent prendre l’initiation, mais l’initiation de groupe est une tout autre affaire. Pour la Hiérarchie spirituelle, l’initiation de groupe a toujours été l’objectif le plus difficile à atteindre. Les Maîtres ont eu beau essayer à de nombreuses reprises, ils n’ont jamais réussi, même dans les périodes où les nouvelles énergies et les enseignements nouveaux ont afflué sur la Terre par l’entremise de Mme Blavatsky, de la Société Théosophique, d’Helena Rœrich et d’Alice Bailey, par exemple.
Ce ne fut que lorsque Maitreya décida en 1945 de lancer son gigantesque projet d’extériorisation de la Hiérarchie tout en remettant la méditation de transmission entre les mains d’un vaste groupe humain, que l’initiation de groupe commença à devenir envisageable. La méditation de transmission est un lien entre les Maîtres, la Hiérarchie et les groupes dans le monde. Le retour du Christ et des Maîtres est une idée puissante et magnétique capable de mobiliser un groupe dispersé dans le monde et de rassembler des individus qui ne se connaissent pas et travaillent dans des groupes et des conditions différentes, mais qui sont tous d’une certaine manière en alignement avec la Réapparition et l’extériorisation de la Hiérarchie.
La réapparition du Christ est réellement l’extériorisation des ashrams des Maîtres sur le plan physique, avec conservation du lien occulte ésotérique avec les ashrams dont les groupes proviennent. C’est un processus nouveau qui, même s’il n’offre pas pour autant une garantie de succès, permet d’envisager l’initiation de groupe pour la première fois dans l’histoire.
 
Q. Les groupes de méditation de transmission sont-ils les seuls à être prêts pour l’initiation de groupe, ou d’autres groupes y sont-ils prêts également ?
R. Il y a d’autres groupes qui ne font pas de méditation de transmission et qui ne travaillent pas pour la réapparition du Christ de façon consciente, bien qu’ils puissent très bien travailler pour la réhabilitation de la vie de l’humanité. C’est là le reflet de la nouvelle civilisation dont la réapparition de la Hiérarchie dans le monde marque le début. Nous participons tous à une entreprise hiérarchique. Tous les groupes sont engagés dans ce processus – les groupes que nous connaissons, les groupes que nous ne connaissons pas, les groupes qui se sont constitués pour toutes sortes de raisons, dont la principale reste cependant le travail pour le bien de l’humanité tout entière.
 
Q. Il existe donc dans le monde d’autres groupes que les groupes de méditation de transmission qui travaillent en vue de l’initiation de groupe ?
R. Oui, par exemple les membres du Nouveau Groupe des serviteurs du monde – quatre ou cinq millions de personnes – qui travaillent pour le bien du monde. Nombre n’ont jamais entendu parler de la Hiérarchie et ne s’intéressent pas à l’ésotérisme. Ils n’ont jamais ouvert un livre d’A. Bailey ou de H. Blavatsky, mais travaillent de tout leur cœur, de toute leur âme, pour le bien du monde. Ils sont engagés dans le processus d’initiation de groupe, mais ils ne procèdent pas de la même manière que nous. Ils ne pratiquent pas la méditation de transmission, mais cela revient au même.
Ils font partie d’un ashram intérieur. L’extériorisation de la Hiérarchie ne se réduit pas à la venue dans le monde de Maitreya et d’un certain nombre de Maîtres – processus qui est en cours et qui fait partie de l’extériorisation de la Hiérarchie. Il s’agit de la création sur le plan extérieur physique de groupes de personnes capables de maintenir leur tension spirituelle au même niveau que dans les ashrams intérieurs, de façon que les ashrams extérieurs soient le reflet des ashrams intérieurs.
La méditation de transmission et le magnétisme de l’idée du retour du Christ ont pour la première fois créé les conditions nécessaires à l’initiation de groupe, parce que la méditation de transmission existe au niveau mondial. La première chose que j’ai faite dans ce travail a été de former un groupe de méditation de transmission. Avant la formation du groupe pour la Réapparition, il existait déjà un groupe de méditation de transmission.
Partout où je suis allé, j’ai reçu pour instruction de susciter la formation de groupes de méditation de transmission. Aujourd’hui, il y a des groupes qui travaillent avec la Hiérarchie et transmettent ses énergies partout dans le monde. C’est un fait totalement nouveau qui a donné une nouvelle dimension au travail. C’est ainsi que s’est créé un réseau mondial solide et sans cesse croissant, dont la résonance spirituelle est plus en accord avec celle des groupes des plan intérieurs et s’en rapproche, même si elle n’est pas encore suffisante. A terme, les groupes dans le monde seront un reflet des ashrams intérieurs eux-mêmes, ils seront au même niveau, pas moins. Tel est le but : maintenir cette essence spirituelle au même niveau sur le plan physique. C’est cela qu’il est si difficile de réaliser.
Quand vous dormez et vous trouvez dans l’ashram intérieur en tant qu’âme, vous êtes des personnes complètement différentes, mais vous ne le savez pas. C’est cela, la différence entre l’intérieur et l’extérieur. A l’extérieur, toutes sortes de choses voilent le cerveau et le mental, inhibant la tension spirituelle. Et maintenir
la tension spirituelle, c’est l’essence même.
L’évolution procède par cycles d’accumulation et de libération de tension spirituelle. La libération est une explosion qui ramène les énergies en provenance des niveaux spirituels – manasique, buddhique et atmique. Ces énergies prennent leur place petit à petit dans la vie du disciple.
Quand on prend la première initiation, on commence à maîtriser quelque peu son corps physique, qui est moins sous le contrôle des élémentaux déviques. On maîtrise les élémentaux physiques, avant de maîtriser à terme les élémentaux astraux et mentaux. Pour la plupart des gens, le plus difficile est de maîtriser le corps astral, parce qu’il est le véhicule le plus puissant. Nous l’avons construit pendant dix-huit millions et demi d’années. Nous lui avons vraiment consacré beaucoup de travail, c’est pourquoi il est le plus puissant de nos véhicules.
Du point de vue du disciple, il vaut mieux que le corps astral soit tenu à l’écart. C’est lui, plus que tout autre, qu’il nous faut contrôler, parce qu’il est lié à l’illusion. Le plan astral est le plan de l’illusion. Bien que tout soit illusion sur le plan astral, c’est cependant ce plan qui est le plus puissant dans la conscience de la masse de l’humanité. C’est à mi-chemin entre la première et la deuxième initiation, aux alentours de 1,5-1,6, que commence le contrôle mental.
 
Q. Est-il possible de savoir, pour ce qui est de cette initiation de groupe, combien de personnes environ sont concernées ?
R. C’est possible. Je peux vous donner un nombre approximatif : aux alentours de 4 000 personnes, peut-être 4 500.
 
Q. Les disciples de Jésus faisaient-ils partie d’une expérience en matière d’initiation de groupe ?
R. Non.
 
L’ashram intérieur
 
Q. L’ashram intérieur existe-t-il sur le plan de l’âme ou sur les autres plans aussi ? Dans ce groupe, faisons-nous tous partie du même ashram intérieur ?
R. L’ashram intérieur est la source de la nature spirituelle du groupe. Chaque individu est une âme ; dans le royaume des âmes, qui est la Hiérarchie spirituelle, il existe des ashrams à tous les niveaux – de premier degré, de deuxième degré, etc. – et sept lignes de force, suivant les sept rayons ; donc quarante-neuf ashrams au total. Les ashrams travaillent tous ensemble selon les besoins, individuellement en termes de rayons, mais aussi collectivement.
Tout le monde dans ce groupe fait-il partie du même ashram intérieur ? En essence, les ashrams constituent un tout. Les Maîtres travaillent en groupe. Pour le travail actuel, ils travaillent tous sous la supervision de mon Maître, même s’ils sont de rayons différents.
 
Q. Faites-vous référence au rayon de l’âme ?
R. Oui. Chaque individu est relié à un ashram particulier correspondant au rayon de son âme. Il y a l’ashram de premier rayon, l’ashram de deuxième rayon, de troisième, de quatrième rayons, et ainsi de suite. Vous appartenez à l’un ou à l’autre, suivant le rayon de votre âme, mais l’ashram en tant que tout, l’ashram spirituel, est une unité. L’enseignement est plus ou moins le même dans tous les ashrams.
 
Q. Est-il vrai, même si beaucoup d’entre nous n’appartiennent pas nécessairement à l’ashram du deuxième rayon, que nous travaillons en tant que groupe sous la guidance de votre Maître ?
R. Oui. Mon Maître a pris en charge un certain travail concernant l’extériorisation de la Hiérarchie. Tous les Maîtres ne sont pas engagés dans ce type de travail, même s’ils appartiennent à la Hiérarchie en tant que tout. Ce que je veux dire, c’est que même si la Hiérarchie est constituée de sept lignes de force, tout groupe – ce groupe, par exemple – peut travailler sous la direction d’un ou plusieurs Maîtres. Les Maîtres de niveau plus élevé travaillent par l’entremise de Maîtres de niveau inférieur de même rayon, ainsi que par l’intermédiaire de leurs initiés de degrés divers.
Imaginez cela un peu comme un maillage très serré avec différentes lignes de forces correspondant aux sept rayons. Les rayons de certains Maîtres dominent. Les Maîtres de 5e degré seront chargés des niveaux inférieurs et les Maîtres de 6e degré des disciples plus avancés sur ces lignes de force, et ainsi de suite.

Tout ceci est évidemment très intéressant pour de nombreuses personnes, mais, pour le disciple qui travaille dans le monde, il vaut mieux qu’il sache mais n’attache pas trop d’importance à sa position dans la Hiérarchie.


La seconde partie des questions et réponses sera publiée dans le prochain numéro de Partage international.

*. Voir Alice A. Bailey, Les rayons et les initiations.)


Les quatre conditions fondamentales données dans la règle XI sont :

1. L’établissement de relations de groupe non sentimentales ;

2. L’utilisation constructive des forces de destruction ;

3. La capacité de travailler en tant que Hiérarchie en miniature et, en tant que groupe, de démontrer l’unité dans la diversité ;

4. L’utilisation de la puissance du silence occulte.





La voix de la raison

Home Ban Ki-moon réclame une révolution verte

un.org

Lors du Forum économique mondial de janvier 2011, à Davos (Suisse), le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a réclamé une « action révolutionnaire » en vue d’atteindre un développement durable.

Qualifiant la consommation irréfléchie des ressources au siècle dernier de « pacte de suicide mondial », il a averti : « Nous n’avons plus de temps à perdre : ni pour nous attaquer au problème du climat ; ni pour adopter un mode de développement compatible avec la préservation de l’environnement et du climat ; ni pour mener une révolution vers une énergie propre. »

Souhaitant que le programme de croissance pour le 21e siècle soit un programme de développement durable, il a insisté sur la folie des méthodes utilisées pour alimenter l’économie au siècle dernier : « Nous avons sabordé la possibilité de poursuivre la croissance et la prospérité. Nous avons cru à une consommation sans conséquences. Ce temps est révolu. Au 21e siècle, les ressources s’amenuisent et le thermostat mondial s’élève. Le changement climatique nous montre que le vieux modèle est obsolète et extrêmement dangereux. Ce modèle nous a mené droit à la catastrophe. C’est un pacte de suicide mondial. »

S’adressant à une réunion de dirigeants politiques, financiers et économiques Ban Ki-moon a poursuivi : « Il peut paraître étrange de parler de révolution, mais c’est ce dont nous avons actuellement besoin. Nous avons besoin d’une révolution. De pensées révolutionnaires, d’action révolutionnaire. Une révolution de marché libre en faveur d’un monde viable. Il est facile d’évoquer le développement durable, mais pour l’instaurer nous devons nous préparer à réaliser des changements majeurs – dans nos modes de vie, dans nos modèles économiques, notre organisation sociale, et notre vie politique. Nous devons faire le lien entre le changement climatique et notre gestion de l’eau, de l’énergie et de la nourriture, notre organisation sociale, et notre vie politique. »

Ban Ki-moon a appelé les dirigeants économiques à rejoindre le Pacte mondial des Nations unies, qui existe depuis onze ans, engageant les entreprises à aligner leurs opérations et leurs stratégies avec les dix principes mondialement reconnus dans les domaines des droits de l’homme, du travail, de l’environnement et de l’anti-corruption. Il a également exhorté les gouvernements à s’engager clairement dans la création d’une économie verte.

« Ensemble, cessons de séparer le programme visant au développement et celui visant à préserver le climat, a-t-il déclaré. D’une manière curieuse, nous sommes en train de parler d’un retour vers le futur. Les anciens ne voyaient aucune séparation entre eux et le monde de la nature. Ils comprenaient comment vivre en harmonie avec le monde autour d’eux. Il est temps de retrouver ce sens d’une vie harmonieuse pour notre économie et notre société. Non pas repartir dans un passé imaginaire, mais sauter avec confiance dans le futur avec des technologies tranchantes, le meilleur que puisse nous offrir la science et l’entreprise, afin de construire un monde plus sûr, plus propre, plus écologique et plus prospère pour chacun. Il n’y a pas de temps à perdre. »





La voix des peuples

Home L’union de chrétiens et de musulmans place Tahrir

Reuters, G.-B

Pendant les manifestations du Caire, en Egypte, les musulmans et chrétiens de la place Tahrir (place de la Libération) se sont protégés les uns les autres pendant que l’autre communauté priait. Le vendredi 4 février les chrétiens coptes se sont unis pour former un cordon de protection autour des musulmans alors qu’ils faisaient leurs prières du vendredi. Le dimanche 6 février, des hymnes étaient chantés sur la place tandis que les musulmans formaient un anneau de protection autour d’eux. « Au nom de Jésus et Mohammed, nous avons unis nos rangs », a déclaré le révérend Ihab Al-Kharat dans son sermon à la foule. Certains fidèles se sont mis à pleurer lorsque l’assemblée a chanté : « Bénis notre pays, écoute les cris de nos cœurs. » Après le service, la foule des musulmans et des chrétiens scandait « une main » – ce qui signifie « nous sommes unis » – et a tenu un Coran et une croix. La scène était d’autant plus émouvante qu’elle se tenait peu après que 23 chrétiens coptes aient été tués par une bombe alors qu’ils assistaient à un service religieux à Alexandrie à l’occasion de la Saint-Sylvestre 2010.




Home L’Egypte se trouve une voix

Ahdaf Soueif, auteur et journaliste égyptien écrit dans The Guardian : « Le monde a suivi avec attention cette lutte entre un gouvernement tenace, brutal et corrompu, et un grand rassemblement de citoyens armés avec rien d’autre que des mots, de la musique, de la légitimité et de l’espoir. Nous avons senti avec force et clarté le soutien du monde extérieur, et ce qui s’est passé ici au cours de ces deux dernières semaines renforcera la voix et le pouvoir des citoyens partout dans le monde. »
 
Les bulletins de A. Soueif à la BBC décrivent le ressenti du peuple égyptien : « Ce qui se passe dans les rues en Egypte est tout simplement extraordinaire, il s’agit de millions de gens qui arrivent à faire réentendre leur voix et à l’utiliser à nouveau […] L’ambiance sur la place Tahrir est comme une foire, où les produits mis en valeur seraient la politique, l’économie, le gouvernement, l’histoire, ainsi que la loi […] Les gens portent leurs propres banderoles avec leurs propres messages. Le plus courant est « rhal ! » (partez !).
« Chaque personne qui arrive sur la place apporte quelque chose : des médicaments pour les cliniques de plein air qui soignent encore les personnes blessées par la police de Moubarak et par les milices sauvages, des couvertures pour les milliers de personnes qui dorment dehors la nuit, des packs d’eau, des biscuits… »
« Tahrir est devenu notre espace d’expression civique où des gens de gauche, des libéraux ainsi que les Frères musulmans discutent, chantent et dansent ensemble… Et une chose que Tahrir nous a déjà donné, c’est une sorte d’identité… »
« Ils nous accusaient d’être divisés, extrémistes, ignorants, fanatiques – eh bien ici nous sommes dans la diversité, inclusifs, accueillants, généreux, raffinés, créatifs, spirituels…
Cette grande révolution dont nos rues et nos foyers sont le théâtre est celle du peuple égyptien qui réclame son Etat, son héritage, sa voix, sa personnalité. Soyez avec nous. »
 
Quelle était l’ambiance sur la place après la démission de H. Moubarak ?
« Le vendredi soir, l’Egypte était en liesse. Des chants, des bruits de tambours et des cris de joie résonnaient d’Alexandrie jusqu’à Assouan. Lorsque l’on faisait référence au régime défunt, c’était pour dire : « qu’on nous rende notre argent ». Sinon les trois chants suivants dominaient. Le premier disait : « Levez votre tête bien haute, vous êtes Egyptiens », en réponse aux quatre décennies d’humiliations, de désespoir que dut subir le peuple égyptien sous l’ancien régime. Le second disait : « Nous nous marierons, nous aurons des enfants », et reflétait les espoirs des millions qui avaient désespérément besoin de travail et de logements et qui pour cela devaient risquer leurs vies pour traverser illégalement la mer pour se rendre en Europe ou le désert pour rejoindre la Libye. Le troisième chant disait : « Que tous ceux qui aiment l’Egypte viennent et aident à la reconstruction du pays. » Et le samedi, ils joignirent le geste à la parole : ils vinrent et nettoyèrent la place après leur révolution.
« Je sens que je dois rester concentré sur ce bébé, cette révolution qui vient juste de naître. Je dois la garder chaque seconde en sécurité dans mon esprit et mon cœur jusqu’à ce qu’elle grandisse et se stabilise un peu. Quatre-vingts millions d’entre nous ressentent la même chose en ce moment même. »
[Sources : The Guardian, BBC, G.-B.]
 
Le journaliste de New York Thomas Friedman décrit des scènes qui ont lieu sur la place :
« Sur la place Tahrir un homme barbu court dans tous les sens en hurlant à en perdre la voix :« Je me sens libre ! Je me sens libre ! »
Hosam Khalaf, un ingénieur, place Tahrir avec sa femme et sa fille, déclare : « Lorsque nous nous trouverons face à Dieu, nous pourrons au moins dire que nous avons tenté quelque chose. »
Ce n’est pas un événement d’ordre religieux et les Frères musulmans ne mènent pas la danse. Il s’agit d’un événement égyptien. Vous voyez des filles laïques côtoyer des femmes voilées. Vous voyez des parents qui portent leurs bébés en arborant des insignes où l’on voit écrit : « Moubarak doit partir ». Vous voyez des étudiants en jeans côtoyer des paysans en robes. Ce qui les unit tous est un grand désir de pouvoir contrôler leur avenir […]
Tout en marchant, mon cerveau me disait : « Calme-toi – ce genre d’histoire n’a jamais de fin heureuse. Ce sont toujours les méchants qui gagnent ici. Et mes yeux me disaient : « Regarde ce qui se passe et prends des notes. C’est complètement nouveau. »
[Sources : International Herald Tribune, New York Times, E.-U.]
 
Le Dr Ismail Serageldin, directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, qui fut protégée par un cordon formé par le personnel de la bibliothèque ainsi que par des manifestants pendant les 18 jours de protestation, a déclaré :
« Le pouvoir moral de la non-violence n’a jamais été si bien employé afin d’obtenir plus de liberté, plus de justice et poser les fondations de lendemains meilleurs […] Au cours de ces 18 jours qui secouèrent le monde, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des musulmans et des chrétiens, des riches et des pauvres se rassemblèrent comme jamais auparavant. L’armée n’a jamais rien tenté contre les millions de manifestants. Tous se sont unis et ont montré la véritable nature du peuple […]
 Je salue la jeunesse d’Egypte qui mena la révolution égyptienne du 25 janvier 2011. Alors que nous honorons la mémoire de ceux qui perdirent la vie, que nous saluons le sacrifice des blessés et célébrons la détermination de ceux qui sont restés jusqu’au bout, créons la nouvelle Egypte en étant inspirés par la vision d’une société à visage humain où il y aurait, si l’on s’en tient aux paroles immortelles [citation de Gandhi, NdlR] : Pas de politique sans principes ; pas de richesse sans travail ; pas de commerce sans moralité ; pas de plaisir sans conscience ; pas d’éducation sans caractère ; pas de science sans humanité […] ».
 « Une vision où l’on jugerait les gens sur la qualité de vie des plus pauvres d’entre eux et non sur la taille de leurs armées ou la hauteur de leurs immeubles. Oui ! Vous avez changé l’Egypte pour toujours, et maintenant nous suivrons votre leadership et nous nous joindrons à vous dans la tâche qui consiste à bâtir la nouvelle Egypte. »
[Source : bibalex.org, Egypte]




Home Des messages du monde entier

Des bloggeurs du monde entier ont manifesté leur soutien, par exemple sur abuhasanchan.blogspot :

– « Félicitations à l’Egypte ! Je suis un Juif américain, j’espère que nous pourrons avoir des contacts culturels et personnels meilleurs avec les Egyptiens ordinaires […] Je respecte beaucoup et j’admire la méthode non violente que vous avez appliquée pour créer une Egypte plus démocratique – Mazel Tov ! »

– « Vous y êtes arrivés ! Vous faites briller la lumière pour tous ceux qui désirent la liberté mais se sentent démunis. Vous montrez à tous que l’espoir peut vaincre, que la non-violence mène à de grandes victoires, que l’avenir appartient à ceux qui représentent quelque chose. »

– « Aujourd’hui, ce n’est pas la fin de la lutte pour la démocratie, c’est une étape importante pour le commencement de la renaissance égyptienne. Aujourd’hui, il y a de la joie dans l’air. Nous sommes tous fiers. » (Colorado, E.-U.)

– « Ce qui s’est passé en Egypte est un grand changement pour l’humanité […] Le monde vous a vus vous occuper les uns des autres et risquer vos vies pour un monde meilleur. J’espère que votre exemple sera source de lumière pour éclairer le chemin vers un monde où règne la paix. » (Elizabeth Berry, Dallas, E.-U.)

– Martin Luther King Jr. a déclaré : « La justice où qu’elle soit est une menace pour l’injustice partout. » Il règne une grande justice en Egypte sur la place Tahrir. Aujourd’hui, le monde est devenu plus juste pour nous tous. » (Tom Lucas)




Home Le parfum de la Révolution du jasmin et l’effet Egypte

Source : Liberation.com ; Ouest France, France ; msnbc.com

Depuis la mi-décembre 2010, un accroissement sans précédent de protestations politiques et de troubles sociaux a balayé les Etats arabes autoritaires.

Le mouvement a été déclenché le 17 décembre par l’auto-immolation publique d’un jeune tunisien, Mohammed Bouazizi, après que la police ait confisqué la marchandise qu’il essayait de vendre dans les rues. Jeune diplômé, Mohammed n’arrivait pas à trouver du travail, une situation commune pour la jeunesse dans ce pays d’Afrique du Nord. Il en était réduit à vendre ce qu’il pouvait dans les rues pour gagner sa vie et faire vivre sa famille. Submergé par le désespoir il s’est immolé par le feu et mourut peu après. Ce drame a été le signal qui a déclenché un vaste mouvement de protestations ; à plusieurs reprises, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les grandes villes de Tunisie pour protester contre le coût de la vie, le manque d’emplois, de perspective pour les jeunes, et le régime autoritaire du président Ben Ali, despote au pouvoir depuis 1987. Ben Ali a été l’un des instigateurs du coup d’Etat qui a abouti au retrait de l’ancien leader politique charismatique Habib Bourguiba dont l’état de santé était devenu un sérieux obstacle à sa capacité à gouverner. Dès lors, Ben Ali et son parti politique (CPD) régnèrent sur la Tunisie, en instaurant un régime dictatorial, bien connu pour sa police politique répressive, le musellement de l’opposition et le contrôle des médias.

Malgré les efforts déployés par le président Ben Ali pour calmer l’insurrection, comme la promesse de la création de 300 000 emplois et la révocation de son gouvernement, la population frustrée et en colère est restée dans les rues en affrontant la police. Des dizaines de manifestants ont été tués par la police, mais cela n’a pas empêché la « Révolution du jasmin » ; l’armée s’est ralliée à la population contre le président qui a dû fuir le pays pour l’Arabie Saoudite le 14 janvier. Dans les jours qui suivirent, les miliciens de Ben Ali ont essayé de créer le chaos par des attaques, mais la population s’est organisée en comités d’autodéfense en utilisant les téléphones mobiles pour avertir les voisins des dangers. Une chaîne extraordinaire de résistance et de solidarité s’est organisée pour aider l’armée à lutter contre les miliciens. Finalement, tous les membres de l’ancien gouvernement, sauf le premier ministre ont été contraints de démissionner. Les anciens opposants politiques en exil ont été autorisés à revenir en Tunisie et il y a de l’espoir pour un futur processus démocratique et pour un changement de constitution qui permettra une transition vers la démocratie.

L’exemple de la Tunisie a inspiré les gens au Yémen, en Jordanie, au Maroc, en Algérie, en Egypte et en Syrie pour exprimer leur mécontentement à l’encontre des gouvernements autocratiques. En Egypte, des millions de manifestants ont provoqué le renversement d’un régime répressif au pouvoir depuis trente ans et ce, après seulement 18 jours de protestations essentiellement pacifiques, courageuses, tenaces, réfléchies et dignes. Ce faisant, ils ont changé le monde arable en profondeur en réécrivant l’histoire du Moyen-Orient et en forçant les pays occidentaux à revoir leur politique.

Partout dans les pays arabes, des émeutes et des manifestations similaires ont secoué les régimes autocratiques. Au Koweït, le cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah a pris des mesures préventives en demandant au Parlement d’adopter une loi permettant de donner à chaque Koweïtien une somme de 1 000 dinars (3 580 dollars) en espèces, ainsi que la fourniture gratuite des denrées alimentaires de base jusqu’au 12 mars 2012.

En Jordanie, le roi Abdallah II a limogé le premier ministre Samir Rifai et son cabinet à la suite de manifestations contre les prix élevés des produits de base tels que la nourriture et les carburants. Rifai a été critiqué pour l’adoption de mesures économiques qui ont conduit à cette hausse des prix des produits de base.

Au Yémen, le président Abdullah Al Saleh, âgé de 68 ans, a annoncé le 2 février qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat en 2013. Il a également promis de ne pas passer le pouvoir à son fils. Cependant, des dizaines de milliers de manifestants marchaient dans les rues de Sanaa et dans différentes villes du Yémen le 3 février, en exigeant que le président parte immédiatement. L’agence Associated Press a signalé que des troupes ont battu des manifestants anti-gouvernementaux. Inspirés par le soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak en Egypte, les manifestants scandaient : « Après Moubarak, c’est au tour d’Ali » et « Une révolution yéménite, après la révolution égyptienne. »

En Libye, Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, a annoncé l’annulation des droits d’importation et autres taxes sur tous les aliments de base et sur le lait pour les enfants.

En Algérie, le président Bouteflika, âgé de 73 ans et président de l’Algérie depuis 1999, a affirmé qu’il allait lever l’état d’urgence en vigueur depuis 1992.

Au Bahreïn, le roi Hamad bin Isa Al Khalifa a accordé à chaque famille l’équivalent de près de 2 700 dollars dans une tentative de calmer les tensions.

Partout dans le monde arabe, les anciens dirigeants autocratiques sont remis en cause par la volonté déterminée de la population, en particulier la jeune génération sensible aux développements technologiques et qui revendique le droit à la justice économique et politique et réclame d’être entendue et respectée.




Home Belgique : Mobiliser les gens

Source : dailycaller.com; Ouest France

En utilisant leurs téléphones mobiles et une campagne sur Facebook, un groupe de cinq jeunes âgés de 20 à 27  ans a réussi à rassembler 40 000 personnes dans les rues de Bruxelles le 23  janvier  2011.

La foule a manifesté dans la capitale belge pour demander que les politiciens flamands et wallons retournent à la table des négociations. Inspirés par la révolution tunisienne, ils ont créé une page sur Facebook et, en un jour, ils avaient déjà 1  600 personnes prêtes à les rejoindre. Lors de la manifestation, une foule de 40 000 personnes a défilé pacifiquement dans les rues en portant une bannière sur laquelle ils avaient écrit « Shame » (honte), exigeant que les partis politiques forment une coalition après sept mois sans gouvernement. Les organisateurs ont déclaré que la marche avait pour but de promouvoir la solidarité entre les communautés francophone et néerlandophone du pays. Thomas Decreus, l’un des organisateurs, a déclaré : « Les gens peuvent agir là où les politiciens ont échoué, c’est-à-dire travailler ensemble au-delà de la barrière de la langue. »




Home Basta – Assez !

Source : Herald de Paris, France ; BBC, G.-B.

Le 13 février 2011, c’est sur la Piazza del Popolo (la place du peuple) que des milliers d’Italiennes se sont rassemblées pour protester contre le dénigrement et le rôle limité des femmes dans la société italienne et pour demander la démission de Silvio Berlusconi.

Le public est de plus en plus pressant pour réclamer la démission de S. Berlus-coni suite à des accusations d’abus de pouvoir et de relations sexuelles avec une prostituée mineure. Des manifestations ont eu lieu dans 200 villes, de Naples à Venise, appelant à la dignité et à davantage de droits. Des hommes se sont joints aux manifestations. L’événement était organisé par un groupe apolitique de femmes dont les membres se présentent sur leur page Facebook comme « ni désespérées, ni femmes au foyer ».

« Les femmes dans ce pays sont dénigrées par la présentation répétée, indécente et ostentatoire de la femme comme un objet sexuel dans les journaux, les télévisions et la publicité, a déclaré l’organisatrice de la manifestation Ida Poletto, gérante d’hôtel mariée et mère de deux fils. C’est intolérable. »

Selon le dernier rapport sur l’écart entre les sexes publié par le Forum économique mondial, l’Italie est classée 74e sur 134 pays sondés – 33 places en-dessous du Kazakhstan. Elle est particulièrement mal placée au niveau de la participation à la vie économique et par rapport aux opportunités de carrière. Moins de la moitié des Italiennes ont un emploi et l’idée qu’elles ne doivent pas reprendre un travail rémunéré après avoir eu un enfant est encore très répandue.

 Nous demandons à toutes les femmes de défendre notre dignité, et nous demandons aux hommes, si ce n’est pas maintenant, alors quand ? », ont indiqué les organisatrices sur le site Web de la manifestation. En défilant à Naples, le maire, Rosa Russo Iervolino, a déclaré : « L’important dans cette manifestation est la participation commune des hommes et des femmes, des jeunes et des personnes âgées, des intellectuels et des travailleurs. »





Courrier des lecteurs

Home Vêtus de manière à attirer le regard

Cher Monsieur,

Depuis quelque temps je me sentais découragée et déprimée. J’utilisais la « main » de Maitreya et j’écoutais les messages, mais rien ne soulevait le poids qui m’oppressait.

Le 3 février 2011, le soleil brillait, ce qui me remonta le moral. Je longeais Finchley Road (Londres) lorsque je vis venir dans ma direction un couple portant des vêtements si colorés que je ne pus m’empêcher de m’exclamer : « Vous êtes magnifiques !  » L’homme portait une chemise rose, une veste marron clair, et un chapeau désinvolte avec un motif de feuille. La femme était enveloppée de tissus légers turquoise vif, bleu et pourpre avec une encolure décolletée, un spectacle tout à fait inhabituel au milieu de l’hiver.

L’homme poussait une voiture d’enfant avec un bébé endormi ; la poussette était basse et tournée vers l’avant. Faisant référence au bébé, je dis : « Félicitations, pas étonnant que vous portiez vos vêtements de fête. » En passant près de moi la femme me toucha le bras et dit avec un sourire : « Et vous retrouvez votre joie de vivre ! » Je me retournai pour voir où ils allaient, mais ils avaient disparu !

C. C., Londres, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya, la femme le Maître Jésus et le bébé un disciple du Maître Jésus.


Home Sages paroles

Cher Monsieur,

J’avais une intense journée de travail avec plusieurs problèmes et des contretemps à résoudre. Il était 15 h et je n’avais pas encore déjeuné, aussi me rendis-je dans un café.

J’étais assise seule à une table, lorsqu’un homme me demanda s’il pouvait s’asseoir en face de moi, ce qui n’est pas inhabituel lorsqu’il y a beaucoup de monde. Il buvait une boisson fruitée. Il avait une attitude amicale et décontractée. Il me demanda comment j’allai. Je lui répondis et lui demandai à mon tour comment il allait. Il me répondit : « Parfaitement bien ! » Je fus frappé par la manière joyeuse avec laquelle il dit cela. Il me regardait en souriant.

Finalement, après une longue pause, il me demanda s’il y avait quelque chose que je voulais lui dire. La question me laissa plutôt perplexe. La première chose à laquelle je pensais fut de lui dire que le Christ est dans le monde, mais j’eus alors immédiatement l’impression que la personne assise en face de moi n’était pas quelqu’un d’ordinaire, mais pourrait bien être le Christ lui-même. Si c’était le cas, avais-je besoin de lui dire cela ? Je finis par dire : « Personne ne m’a jamais dit cela. » Il répondit : « Peut-être les gens devraient-ils dire ce genre de chose plus souvent. » Je lui demandai son nom et il me dit qu’il s’appelait Luke. Nous nous serrâmes la main.

Après cela une conversation intéressante et quelquefois maladroite s’engagea entre nous. Je dis une conversation maladroite car je savais à qui je parlais, ou pensais parler et cela me rendait timide et me faisait perdre le fil de ma pensée. Il m’était parfois difficile de finir ce que j’étais en train de dire. Je dis aussi que cette conversation était intéressante, car ce qu’il disait était intéressant et tout à fait dans la ligne de ce qu’aurait dit Maitreya. Son attitude était très inhabituelle. Il était gentil, agréable et patient, lorsque je m’efforçai d’exprimer ma pensée. Il ne cessa de me regarder avec un regard très direct, aimant, qui semblait dire « je suis heureux d’être avec vous », sans jamais devenir trop insistant.

Il était grand, mince et donnait l’impression d’avoir une ascendance italienne, il avait des cheveux bruns avec une raie au milieu et il n’était pas très bien rasé. Il portait un sweater jaune clair avec de grands motifs en forme de losange, un jean et des chaussures marron. Il semblait approcher de la quarantaine. Le plus remarquable, c’était ses yeux : bruns avec une pupille entourée d’un cercle doré – comme une éclipse solaire. Je lui demandai s’il y avait quelque chose qu’il souhaitait me dire. Il répondit : « Simplement que seul l’instant existe, que tout est là. Et de ne pas respirer l’air, mais laisser l’air vous respirer. N’essayez pas de contrôler la vie, mais laissez-la vous contrôler », ou quelque chose de ce genre.

Nous avons passé beaucoup de temps à nous regarder tout simplement en souriant. Il me faisait penser à la manière dont un parent regarde son jeune enfant. C’est ce que je ressentais.

Lorsque je lui dis que je devais retourner travailler, il dit OK et il resta assis à me regarder. Il ne bougea pas du tout, mais il m’observa tandis que je mettais mon chapeau et mon manteau. Alors que je m’apprêtais à partir il ajouta : « Une dernière chose. Vous êtes toujours aimée de manière inconditionnelle. » Ou quelque chose de ce genre. Je le remerciai sincèrement et je m’en allai.

Lorsque je retournai travailler, les problèmes et les soucis s’étaient éclaircis. Qui était cet homme ?

C. L., New York, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.


Home Le seigneur de la danse

Cher Monsieur,

Le samedi 5 février 2011, vers 16h30, ma femme et moi rentrions à la maison en bus. Le bus venant du centre de Londres traverse Oxford Street, une rue remplie de boutiques et de passants. Au milieu de ce tourbillon de consommation, nous avons vu par la vitre du bus un personnage identique à celui apparu pendant une des grandes manifestations en faveur de la paix à Londres (confirmé comme étant Maitreya dans le numéro de janvier-février 2009 de Partage international). Cette fois il était en train d’installer une grande affiche sur un stand et s’apprêtait à faire sa « danse ». Sur l’affiche on pouvait lire : « Le Christ dirigera bientôt le monde depuis Jérusalem, pour 1 000 ans comme le dit la Bible. » Et au bas de l’affiche il avait signé « Le Prêtre dansant ». Il était vêtu exactement de la même façon que dans les apparitions précédentes et comme il était petit, il ressemblait à un lutin irlandais. Son accoutrement était inhabituel – des tons brun clair et vert, avec un kilt court et un chapeau « Robin des bois ». Dans les apparitions précédentes ses posters faisaient référence à un marathon de danse de 24 heures, le lien avec la danse était donc là une fois de plus. C’était un spectacle extraordinaire, qui rompit notre humeur quelque peu négative. Cet homme était-il Maitreya ?

D. G., Londres, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que l’homme était Maitreya.


Home L’« étoile » de Maitreya en Finlande

Cher Monsieur,

J’aimerais avoir votre avis concernant une étoile que nous avons vue mon mari et moi à Vantaa (Finlande). Mon mari l’a vue une première fois le 18 octobre 2010, puis nous l’avons vue ensemble à deux reprises, la même semaine et la semaine suivante. Nous avons vu cette étoile le matin en direction du sud. Elle était très brillante, clignotait et présentait différentes couleurs, notamment du vert et du rouge. Elle se déplaçait de temps en temps en formant un cercle. Etait-ce l’étoile de Maitreya ?

S. H. V, Finlande


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que c’était bien l’« étoile ».


Home Bienvenue !

En juin 1994 je dus quitter San Francisco pour venir sur la côte de l’Oregon, Etats-Unis, afin de m’occuper de mes parents. Cela signifiait quitter le groupe avec lequel j’avais travaillé pendant de nombreuses années pour la Réapparition, mon travail, mon intérêt pour la mise en scène, la danse et l’art, ainsi que les gens que j’aimais. Je me sentais seule, abandonnée et comme en exil, même si je savais ce qui devait être fait et pourquoi.

Les premières semaines, après mon arrivée, occupée à régler les affaires courantes et réalisant que pour des raisons financières je devais trouver du travail à temps partiel tant que c’était encore possible, je me rendis dans le quartier, près de la plage, où se trouvent plusieurs hôtels, restaurants et bars, pour chercher un emploi. Ma voiture était garée sur un parking. Lorsque je revins il y avait un numéro du journal l’Emergence sous l’essuie-glace. J’étais abasourdie ! Je marchai le long des autres voitures pour voir s’il y avait des numéros de l’Emergence sur leur pare-brise, mais il n’y en avait pas. Je regardai autour de moi et je ne vis personne, et d’ailleurs j’étais sûre qu’il n’y avait personne d’autre activement impliqué dans le travail concernant la Réapparition dans la région (ce qui s’avéra être effectivement le cas). Je réalisai alors que c’était un message pour moi : « Vous n’êtes pas seule, courage ! »

V. (F.) S., Newport, E.-U.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le Maître Jésus avait posé le journal l’Emergence sur le pare-brise.


Home Une lumière blanche

Cher Monsieur,

[1] Le 30 septembre 2010 à 19 h 30, je rentrais chez moi en voiture après la méditation de transmission. Lorsque j’arrivai à Pobrezje, je vis une lumière blanche très brillante sur la route. Elle venait de la droite, du champ à côté de la route. J’eus peur qu’une voiture avec un seul phare vienne me heurter. La lumière me suivit à droite puis elle passa devant ma voiture et continua à se déplacer sur la route devant moi. Il n’y avait aucun bruit et j’étais étonnée et inquiète, mais alors la pensée que ceci avait un lien avec les Maîtres me vint à l’esprit et ma crainte s’évanouit et je me sentis heureuse et en paix. Qu’était cette lumière ?

I. K., Ptuj, Slovénie

Le Maître de B. Creme a indiqué que la lumière venait de l’« étoile ».


Home Deux étoiles

Le 27 octobre 2010, après notre méditation de transmission, nous observions une étoile, grande et très visible dans le ciel nocturne, lorsqu’une autre lumière blanche brillante, de la même taille et de la même forme, apparut à côté de la première. Elle se déplaçait en s’approchant de plus en plus de l’autre étoile et lorsqu’elle fut juste au-dessus elle s’arrêta un moment. Leur forme et leur taille étaient totalement identiques. Puis l’étoile qui se trouvait au-dessus de la première commença à se déplacer à nouveau et elle devint de plus en plus petite avant de disparaître. Etaient-ce des ovnis ou les « étoiles » de Maitreya ?

I. K., Ptuj, Slovénie


Le Maître de B. Creme a confirmé que les deux étoiles étaient les Messagers ou les « étoiles » de Maitreya.




Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.