DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2010

Extraits de la revue
Partage international

Décembre 2010 - N° 268

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Faits et prévisions


  • Citation


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Compilation




L'article du Maître

Home Les besoins des hommes

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 13 novembre 2010

Quand ils font le bilan de la situation actuelle, les hommes ne peuvent aboutir qu’à une seule conclusion : les méthodes employées dans le passé, fût-il récent, ne fonctionnent plus. En tous domaines, mais plus particulièrement dans le secteur financier et économique, le chaos perdure et s’aggrave. Des « experts » sont convoqués par les gouvernements en déroute dans une vaine tentative de reprise en main : les méthodes anciennes et éprouvées refusent de se plier à la volonté des dirigeants, si expérimentés soient-ils.

Que doivent-ils donc faire, les gouvernements du monde ? Que peuvent-ils faire ? Pour un temps encore, ils peuvent continuer à manipuler les anciennes structures en espérant que les choses « se tasseront » et que les schémas du passé survivront : pareil espoir est totalement illusoire. D’une manière générale et dans la majorité des pays, les gouvernants se pensent investis du rôle de protecteurs et de défenseurs du statu quo. Cette croyance repose sur l’idée erronée que la vie est statique et que, en conséquence, tout changement est indésirable car synonyme de rébellion.

L’attitude des gouvernements

Telle est l’attitude de la plupart des gouvernements, qu’ils soient de droite ou de gauche, capitalistes ou socialistes. Dans un cas comme dans l’autre ils ignorent l’aspiration des peuples au changement, leur besoin d’une nouvelle conception de la vie qui leur donnerait l’assurance que chacun peut élever sa famille dans la paix, la sécurité et le bien-être. L’échec de ces gouvernements réside dans leur incapacité à voir que leur véritable rôle consiste à veiller au bien-être du peuple. Prisonniers qu’ils sont de la compétition et de leur soumission aux « forces du marché », ils ont pour la plupart perdu tout contact avec les besoins de ceux qu’ils prétendent représenter. Le mirage du pouvoir et de l’autorité prime le plus souvent sur leur désir de servir. Coupés des véritables besoins des gens, ils se réfugient dans l’idéologie et la doctrine. En cela, ils ne sont pas entièrement condamnables : leur complète ignorance des puissances auxquelles ils sont confrontés fait d’eux une proie facile pour les forces destructrices du passé.

 Un représentant énergique

Pendant ce temps les gens souffrent, attendent et prient, ignorant pour la plupart que celui qu’ils appellent à l’aide est déjà parmi eux, prêt à leur porter secours et impatient d’adoucir leur sort. Les hommes connaissent la vraie nature de leurs besoins, mais il leur faut un représentant énergique et déterminé comme porte-parole. Un tel représentant est déjà parmi eux : tranquillement, Maitreya poursuit son œuvre et continue d’influer sur le cours des événements. Bientôt il parlera d’un ton plus ferme, et trouvera de nombreux hommes prêts à répondre à son appel. Ainsi le Plan accomplit-il le dessein bénéfique qui est le sien d’assurer l’avenir de tous les hommes.





Home Lifeline Energy maintenant accessible à des millions de personnes

par Carol Erickson

Lorsque le secteur du développement écarta l’idée de Kristine Pearson de fournir une éducation à distance via la radio à des jeunes filles, des femmes et des enfants vivant une « vie vouée à l’échec », elle persévéra et fonda Lifeline Energy. Et depuis 2003, plus de 215 000 postes de radios Lifeline ont été distribués, utilisés par au moins 10 millions d’auditeurs, en majorité des femmes. K. Pearson consacre sa vie à rendre leur pouvoir aux femmes et jeunes filles d’Afrique, grâce à des technologies appropriées.

Durant ces douze dernières années, Lifeline Energy a offert des postes de radio et des lampes LED alimentées grâce à l’énergie solaire ou par manivelle, à ceux qui en avaient le plus besoin.

Lifeline Energy travaille essentiellement en Afrique sub-saharienne, où seulement 15 % de la population dispose d’un accès fiable à l’énergie moderne, et où la radio reste sans égal comme moyen de communication. Dans des pays comme le Rwanda, Lifeline Energy a aidé des groupes en difficulté en distribuant des milliers de postes de radio Lifeline pour leur assurer un accès fiable aux informations vitales.

Cela aide les femmes dans leurs choix pour elles-mêmes et leurs familles. Elles ont ainsi un accès continu aux programmes sur la sexualité, la médecine reproductive, la violence, la paix, la conciliation, ou le développement économique. Les programmes locaux et internationaux sont diffusés en Kinyarwanda, la langue locale, ce qui aide les femmes à se sentir reliées aux autres communautés.

A titre d’exemple, un groupe de femmes de Musanze, au Rwanda, veuves principalement en raison du génocide de 1994, a reçu récemment une radio. Cette association de 50 femmes, appelée Dukundumuriko (Nous aimons le travail), tissent des tapis et des paniers à partir de sacs de riz non utilisés dans un centre communautaire, cinq matinées par semaine. Elles disent le plus grand bien de leur nouvelle radio et de l’accès à l’information qu’elle procure.

« Avant la radio nous étions ignorantes, explique Chantal, membre de Dukundumuriko. Nous ne savions pas grand-chose. Lorsque nous nous réunissions, nous chantions seulement, nous bavardions et spéculions sur ce qui se passait. Maintenant nous sommes plus dégourdies et pouvons discuter des problèmes concernant nos droits, nos corps et notre pays.

Les femmes de Dukundumuriko sont aussi bien Hutu que Tutsi, mais avant nous laissions planer beaucoup de non-dits. Après avoir écouté la radio nous parlons et discutons des sujets plus honnêtement ; nous voulons la paix pour notre pays et nos enfants. Mais nous savons que chaque Rwandais doit d’abord trouver la paix en lui. Nos enfants vont à l’école et ils ne pensent plus que leurs mères sont stupides. Nous connaissons nos droits. Nous sommes avides d’apprendre plus et de développer nos talents. Nous pensons qu’en tant que femmes, nous sommes l’avenir, et c’est ce que nous disons à nos filles. »

Lifeline Energy vérifie le pouvoir et les limitations de la radio grâce aux études conduites sur un grand nombre d’enfants chargés de familles, et de femmes telles que les membres du groupe de Chantal. Ceci a conduit au développement du dernier produit de Lifeline Energy : un lecteur MP3 avec radio incorporée.

Sorti en septembre 2010, ce lecteur combine les technologies d’un lecteur média, radio, internet et téléphone portable, et est alimenté par les énergies solaires et humaines (à remontoir). Il peut être préchargé de 64 gigabits de contenu éducatif ou informatif qui peut être arrêté et répété aussi souvent que nécessaire.

« Cet appareil offre aux femmes et aux jeunes filles des options sans précédent pour un accès si rare à l’éducation et à l’information pratique, ce qui également augmente leur confiance et leur estime de soi, explique K. Pearson. On dit souvent que la connaissance est le pouvoir, et nous croyons que plus les femmes sauront, plus les choses changeront, et plus elles exerceront leur pouvoir personnel dans leurs familles et leurs communautés. »

En dépit d’un scepticisme initial sur cette technologie, le concept de la radio Lifeline a valu à Kristine Pearson de nombreuses récompenses comme le premier prix de l’Innovation Tech Museum en 2001. Elle a été nommée membre de la Fondation Schwab du Forum mondial économique, et membre à vie du Réseau mondial de technologie. Elle reçut le Prix humanitaire James C. Morgan, et fut reconnue par le magazine Time comme un Héro de l’environnement.

Plus d’information sur lifelineenergy.org




Home Les germes de la pauvreté

Source : The New York Times, Etats-Unis

Il est reconnu depuis longtemps que la pauvreté engendre la pauvreté, que les enfants des pauvres ont tendance à devenir parents d’enfants qui grandiront dans la pauvreté. Et ainsi de suite – à moins qu’un événement permette de briser le cycle.

Depuis peu, des recherches montrent que la pauvreté est un piège et qu’elle agit comme un poison. Des travaux effectués par des spécialistes en neurosciences, et présentés en février 2008 à l’Association américaine pour l’avancement des sciences, indiquent que « de nombreux enfants qui grandissent dans des familles très pauvres, à faible statut social, présentent des niveaux élevés d’hormones de stress, ce qui compromet leur développement neurologique ». Il en résulte une dégradation de développement du langage et de la mémoire, ce qui rend l’apprentissage difficile et ce qui, à son tour, diminue les chances d’échapper à la pauvreté.

Dans son article, La pauvreté est un poison, paru dans le New York Times, Paul Krugman fait remarquer qu’en 2006, 17,4 % des enfants aux Etats-Unis vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Il ajoute que ces chiffres sous-estiment probablement la « vraie dimension de la misère des enfants ».

P. Krugman parle de l’aliénation due à la pauvreté et du fait qu’elle transforme les pauvres en parias dans leur propre communauté. « L’écart entre les pauvres et le reste d’entre nous est beaucoup plus grand qu’il ne l’était, il y a quarante ans, car les revenus de la plupart des Américains ont augmenté, en termes réels, tandis que la définition officielle du seuil de pauvreté n’a pas évolué. Etre pauvre en Amérique aujourd’hui, plus encore que par le passé, c’est être un paria dans notre propre pays. Et cela, nous disent les spécialistes des neurosciences, empoisonne littéralement le cerveau d’un enfant. »

Paul Krugman, économiste américain et auteur, est professeur d’économie et de questions internationales à l’Université de Princeton ; il est également chroniqueur pour le New York Times.

Paul Krugman cite une recherche récente qui suggère que « les enfants américains nés de parents dans le quartile inférieur de la distribution des revenus ont presque 50 % de chances d’y rester et quasiment deux chances sur trois s’ils sont Noirs ».

La pauvreté n’est pas une fatalité, affirme P. Krugman, qui exhorte son pays à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter d’anéantir des vies dès l’enfance.





Home « Les extraterrestres sont nos frères ; ils sont ici pour nous aider. »

par Gerard Aartsen Source : The Independent, Royaume Uni ; AOL News, Etats-Unis

Suite à une série d’événements révélant un empressement sans précédent de la part des médias et des scientifiques pour considérer sérieusement la possibilité de découvrir des extraterrestres, l’astrophysicien britannique David Whitehouse analyse la façon dont les principales religions peuvent considérer ce nouvel engouement.

Dans un article publié par The Independent au Royaume Uni, D. White-house écrit que son intérêt principal n’est pas de découvrir l’existence des extraterrestres, mais plutôt de savoir ce qui les rend différents de nous : Comment ont-ils évolué ? A quoi ressemblent-ils ? Comment est organisée leur société ? Ont-ils une morale, le sens du bien et du mal ? Et surtout, pensent-ils avoir une âme ? Ont-ils un Dieu ?

Après avoir étudié la position des différentes religions au regard des extra-terrestres, D. Whitehouse conclut que « l’Islam les accueillera à bras ouverts. De fait, le Coran aborde la question de la vie dans le cosmos et divers auteurs musulmans affirment que ce serait le comble de la vanité que de supposer que Dieu aurait créé l’immensité de l’univers juste pour nous, alors que nous n’en connaîtrons jamais qu’une infime partie. » D. Whitehouse pense que les bouddhistes et les hindous, grâce à leur philosophie unitariste, « n’auront aucune difficulté à les accepter, les considérant comme un autre élément d’une fraternité cosmique de consciences ».

Pour ce qui est des chrétiens, le commentaire de D. Whitehouse montre qu’il semble ignorer la rencontre du pape Jean XXIII avec un extraterrestre dans le jardin de son palais d’été en 1961 et les commentaires qu’il fit alors : « Les fils de Dieu sont partout. Parfois nous avons des difficultés à reconnaître nos propres frères ». Il suppose que les chrétiens pourraient être ceux qui auront le plus de difficulté à accepter l’existence des extraterrestres. Il cite pourtant le père José Gabriel Funes, directeur de l’Observatoire du Vatican, qui déclara en 2008 : « L’extraterrestre est mon frère. »

D. Whitehouse théorise ensuite extensivement sur le plan d’évolution en prenant pour base les enseignements ésotériques : « Nous pourrions découvrir des formes de vie remarquables, des rois-philosophes, des créatures qui se sont libérées des limites de la biologie, de vastes empires et des inventions incroyables. Nous pourrions profiter de la sagesse de ces êtres et devenir des demi-dieux nous-mêmes. » Et bien que niant catégoriquement que nous puissions trouver des hommes, il demande : « Si nous sommes faits à l’image de Dieu, est-ce que les créatures du fin fond de l’espace qui ne nous ressemblent en rien biologiquement sont aussi faites à son image ? »

Pendant ce temps, AOL News cite le conseiller de la Nasa Richard C. Hoagland qui affirme que certaines photographies orbitales de la Lune montrent des ruines anciennes, et que des photographies de surface prises par les astronautes montrent des exemples remarquables d’anomalies qui selon lui ne peuvent être que les restes de civilisations avancées1.

Dans son livre Dark Mission : The Secret History of NASA, R. Hoagland affirme que des photographies des astronautes d’Apollo visibles sur les sites Internet de la Nasa montrent des effets de prisme ou d’arc-en-ciel qui ne peuvent s’expliquer que par la présence de dômes et d’énormes tours de verre sur la Lune.

L’ancien astronaute Edgar Mitchell qui, en 1971, fut le sixième homme à marcher sur la Lune et qui a récemment fait la une des médias en révélant sa conviction que nous ne sommes pas seuls dans l’univers, doute de l’existence de telles choses sur la Lune : « C’est ridicule ! Mais cela ne veut pas dire que des extraterrestres n’ont pas utilisé la Lune ou Mars. Ces types se trouvent quelque part dans l’espace. Ils peuvent très bien se cacher derrière la Lune. »

Pour ce qui est de la présence d’extraterrestres dans notre système, E. Mitchell affirme : « Pour moi les preuves sont indiscutables. Plus j’étudie la question, plus je réalise qu’il y a longtemps qu’ils sont parmi nous, bien plus longtemps qu’aucun de nous pourrait l’imaginer. »

E. Mitchell avance aussi une possible raison de la présence extraterrestre quand il dit : « Certains d’entre eux semblent être ici pour nous aider et nous dire : « Hé, vous êtes sur le point de vous détruire et de détruire votre civilisation avec votre façon de vivre. »


 

 

1. Voir la réponse de Benjamin Creme dans notre rubrique Questions-Réponses





Home En finir avec le nucléaire

Interview de John Loretz par Jason Francis

L´Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW) rassemble des organisations de 62 pays dans lesquelles militent médecins, étudiants en médecine, personnels de santé et autres citoyens concernés. Fondée en 1980, l’IPPNW a reçu le Prix Nobel de la paix en 1985. Elle est la seule organisation médicale internationale engagée dans la lutte pour le désarmement nucléaire. John Loretz est directeur des programmes de l’IPPNW et rédacteur en chef de son journal, Medicine and Global Survival. Jason Francis l’a interviewé pour Share International.
 
Share International : Qu’est-ce qui a inspiré la création de l´IPPNW ?
John Loretz : Bernard Lown et Eugini Chazov, tous deux cardiologues, se sont rencontrés sur un congrès de cardiologie en 1980, au début de l’administration Reagan et en pleine guerre froide. Ils ont pensé qu’en tant que médecins ils avaient l’obligation d’empêcher la plus grande catastrophe humanitaire, une guerre nucléaire entre leurs deux pays. Ils ont créé une organisation de médecins américains et russes et ont commencé à faire pression auprès de leurs gouvernements pour apaiser leurs relations diplomatiques et les amener à préparer l’élimination de leurs armes nucléaires au lieu d’envisager de les utiliser l’un contre l’autre.
 
SI. De quelle façon travaillez-vous pour abolir l’usage des armes nucléaires ?
JL. Nous avons réuni deux façons d’aborder cette question : la perspective médicale et environnementale, et le message moral. Sur la base des informations dont nous disposons actuellement quant aux effets dévastateurs des armes nucléaires sur la vie humaine, sur l’environnement, nous autres médecins sommes arrivés à la conclusion que nous serions totalement démunis pour faire face à la catastrophe humanitaire qui serait provoquée par une guerre nucléaire.
Ceci étant clair, la prochaine étape est politique : il faut se débarrasser des armes nucléaires à l’échelle mondiale. Nous proposons leur suppression par une Convention sur les armes nucléaires, un accord international sur l’élimination définitive des armes nucléaires et l’interdiction de leur conception, de leur fabrication et l’interdiction de tout test nucléaire.
Nous organisons aussi souvent que nous le pouvons des présentations à l’intention des décideurs politiques. Nous avons des représentants dans le monde entier – en particulier dans les Etats qui possèdent l’arme nucléaire – qui font pression sur les gouvernements pour qu’ils acceptent de négocier la Convention sur les armes nucléaires, en essayant de les convaincre qu’un tel traité peut être appliqué, et qu’il est possible de contrôler son application de façon adéquate. Nos amis encouragent aussi les gouvernements à établir des parallèles entre un traité d’abolition du nucléaire et des traités sur les produits chimiques, les armes biologiques, ainsi que la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel, traités qui ont déjà été négociés avec succès. L’aspect médical du message appuie ce travail et lui confère toute son urgence. Nous essayons de convaincre la communauté internationale de prendre au sérieux l’idée de ce traité.
 
SI. Qu’en est-il du traité actuel sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) ?
JL. Le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires a été signé en 1968 et est entré en vigueur en 1970. C’est le traité de base sur le désarmement et la non-prolifération. Avec 188 pays signataires, c’est celui qui bénéficie de la plus large adhésion.
Ce traité comprend trois parties importantes. Dans l’article 6, les Etats nucléarisés – les Etats-Unis, l’Union soviétique (aujourd’hui la Russie), le Royaume-Uni, la France et la Chine – s’engagent à mener et conclure des négociations sur l’élimination de leurs arsenaux nucléaires. L’article 2 du TNP est une promesse des pays qui n’étaient pas encore nucléarisés à cette époque de ne pas acquérir d’armes nucléaires et de ne pas donner à leur programme nucléaire civil une orientation qui pourrait laisser suspecter une tentative de développer un programme d’armes nucléaires. De plus, les Etats nucléarisés ont accepté de ne jamais aider d’autres Etats à acquérir des armes nucléaires.
La troisième partie du traité souligne que tout pays ne possédant pas d’armes nucléaires et qui respecterait ses obligations conformément au traité, se verrait accordée une aide technique pour développer son programme nucléaire civil s’il le souhaite.
Ces trente dernières années, la mise en application et le contrôle du respect de ce traité a été la source de problèmes sans fin. Depuis la signature du traité, l’Inde et le Pakistan ont développé des armes nucléaires. Ils ne sont pas signataires du traité et donc ne l’ont pas violé, mais nous avons maintenant deux pays importants qui sont nucléarisés, hors traité. Le troisième Etat hors traité est Israël. Il est de notoriété publique qu’Israël est un Etat nucléarisé bien qu’il ait toujours refusé de le reconnaître1.
Le TNP n’impose pas non plus de délai ou de chronologie pour parvenir à l’élimination des armes nucléaires. On voit que ce traité important, fondamental, possède de sérieuses limites. Nous sommes arrivés à la conclusion que la seule façon de satisfaire aux obligations qui sont clairement définies dans le TNP, c’est de voter la Convention sur les armes nucléaires, qui est un traité d’abolition engageant tous les pays du monde.
 
SI. Que faudra-t-il pour que tous les pays arrivent à s’entendre sur un traité global de suppression des armes nucléaires comme celui que vous proposez ?
JL. Pendant les quelques mois qui ont précédé la dernière Conférence de révision du traité de non-prolifération, après la fin du mandat de George Bush – une époque véritablement terrible –, nous avons vu des signes de progrès. Davantage de pays non-nucléarisés réclament une convention sur les armes nucléaires, ou quelque chose de semblable, ce qui ne s’était jamais vu dans le passé. L’IPPNW et des centaines d’autres organisations qui travaillent pour l’abolition des armes nucléaires ont participé à la Conférence de révision du traité de non-prolifération en mai 2010, en affichant une grande détermination.
Lors de cette conférence, les 116 pays du mouvement des non-alignés et 28 autres pays ont exprimé leur support à une Convention sur les armes nucléaires – une adhésion sans précédent. L’IPPNW et l’ICAN (Campagne internationale pour l’abolition de l’arme nucléaire) collaborent maintenant avec ces pays pour convaincre d’autres pays de les rejoindre.
Signalons aussi que certains pays nucléarisés, sans s’être encore ralliés sous la bannière de la Convention sur les armes nucléaires, se positionnent clairement en faveur du désarmement. Le Royaume-Uni réduit ses plans de renouvellement de Trident, son dernier système d’armes nucléaires stratégiques. Les Etats-Unis et la Russie discutent étroitement de ce sujet et réduisent en permanence le nombre de leurs armes nucléaires. Nous avons de bonnes raisons d’être optimistes.
Le problème est que les armes nucléaires font partie intégrante de toutes les politiques de sécurité et sont étroitement liées au concept de dissuasion, et il est difficile de convaincre les gouvernements de l’intérêt de s’associer à un plan global pour se débarrasser de ces armes. Et jusqu’à ce qu’ils l’acceptent, il ne peut y avoir de progrès dans ce sens.
 
SI. Etant donné que les réacteurs nucléaires produisent le matériau nécessaire pour fabriquer les armes nucléaires, faut-il supprimer complètement l’énergie nucléaire ?
JL. On ne peut abolir efficacement les armes nucléaires sans supprimer le nucléaire civil. Chaque réacteur nucléaire utilise du carburant et des sous-produits qui permettent aussi d’enrichir l’uranium et le plutonium nécessaire à la production d’armes nucléaires. Mais l’énergie nucléaire est une mauvaise idée pour beaucoup d’autres raisons. Économiquement, par exemple, cette technologie n’est ni efficace ni rentable. J’ai un collègue qui appelle cela « une technologie obsolète du 20e siècle pour faire bouillir de l’eau2 ».
L’IPPNW et la plupart des ONG favorables à l’abolition sont d’accord là-dessus, mais il s’agit effectivement d’un point d’achoppement pour la plupart des gouvernements. Le lobby du nucléaire a parfaitement su leur vendre l’idée du « progrès grâce au nucléaire », et ils ne sont pas très ouverts à la possibilité de se débarrasser à la fois des armes nucléaires et de l’énergie nucléaire.
L’armement nucléaire est notre priorité. La question de l’énergie nucléaire relève d’un autre contexte. Mais je suis d’accord, il faut abandonner les deux.
 
SI. Si les armes conventionnelles ne peuvent pas détruire le monde, elles causent des destructions importantes et beaucoup de souffrance. Pourriez-vous nous parler de la Campagne de prévention de la guerre nucléaire organisée par l’IPPNW, et de son lien avec l’Alliance pour la prévention de la violence créée par l’Organisation mondiale de la santé et les Nations unies ?
JL. Cette partie du travail de l’IPPNW remonte au milieu des années 1990 alors que nous participions activement à la Campagne internationale pour l’interdiction des mines antipersonnel [voir Partage international, juillet/août 2007]. Lorsque la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel a été signée en 1997, certains de nos groupes associés, particulièrement en Afrique et en Asie du Sud, ont continué le travail de recherche des mines antipersonnel mais cette activité a cessé de faire partie d’une campagne mondiale de la part de l’IPPNW. Le nucléaire est notre préoccupation majeure, en particulier les armes nucléaires.
Nous avons décidé de porter notre action sur la pandémie du trafic d’armes dans le monde. En 2001 nous avons commencé une campagne appelée Rechercher la prévention, grâce à laquelle nous avons pu révéler l’impact des armes légères sur la santé publique. Avec les années, cette campagne a évolué pour englober tous les problèmes posés par la violence armée. En 2003, on a commencé à travailler avec IANSA (Réseau international d’action sur les armes légères) et nous avons développé avec eux le Réseau santé publique afin que des médecins et des chercheurs travaillent ensemble pour mettre en évidence que le problème n’est pas simplement le commerce des armes, mais qu’il possède aussi une dimension touchant à la santé publique.
Ces deux dernières années, nous avons travaillé en étroite collaboration avec l’Alliance mondiale pour la prévention de la violence de l’OMS, non seulement sur les problèmes de santé engendrés par la violence armée, mais aussi pour essayer de créer un modèle écologique pour aborder ces problèmes. Cela nécessite que nous abordions la solution des problèmes de violence armée dans le monde de façon concrète, basée sur des faits clairement établis. Nous faisons un excellent travail avec l’OMS et d’autres organisations qui partagent cet objectif.
 
SI. Quel est l’impact économique et social de la fabrication et de la possession d’armes de destruction massive – nucléaire, chimique et biologique – et des arsenaux d’armes conventionnelles ?
JL. Entretenir ces arsenaux énormes coûte beaucoup d’argent. Depuis le début de l’ère nucléaire, l’arsenal nucléaire américain et les infrastructures associées ont coûté au moins 5 milliards de dollars selon Stephen Schwartz [dans Atomic Audit, Brookings Institution Press]. J’imagine que les résultats seraient comparables pour la Russie/Union soviétique, mais je ne connais pas d’autre étude sur le sujet.
Selon le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute), les dépenses mondiales en armement s’élevaient à 1 464 milliards de dollars en 2008. La part des Etats-Unis est de 607 milliards de dollars – 41,5 % du total. La Banque mondiale a évalué que 40 à 60 milliards de dollars par an seraient suffisants pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement, d’ici 2015. C’est moins de 3 % de ce que le monde dépense pour acheter des armes et faire la guerre. Il faut ajouter à ces coûts les pertes humaines, les destructions matérielles et l’impact économique direct de ces conflits.
On mendie de l’argent pour les programmes concernant la santé, l’assainissement, l’éducation, le logement, le développement économique, la protection de l’environnement, et les nations du monde répètent que l’argent n’est pas disponible. Pourtant, le genre humain dépense plus de mille milliards de dollars chaque année pour acheter des armes. Et il n’y a pas d’argent pour tout ce qui pourrait assurer aux peuples du monde une véritable sécurité : la santé, l’éducation, la protection de l’environnement. Voilà le coût réel et la tragédie de notre addiction à la guerre et aux dépenses militaires.
L’IPPNW a toujours eu un discours très simple : nous n’avons plus beaucoup de temps. Les peuples se sont toujours fait la guerre, mais c’est seulement avec l’apparition des armes nucléaires que l’humanité a acquis la capacité de tout détruire en quelques heures. Nous le disions déjà dans les années 1980 au plus fort de la guerre froide. Et même si nous n’en parlons plus autant aujourd’hui, le risque est toujours présent, que cette catastrophe se produise par accident, ou par l’effet d’un acte délibéré. Nous pensons que le genre humain et les armes nucléaires sont incompatibles. Pour l’IPPNW, la question se résume simplement à savoir qui va disparaître en premier : les armes nucléaires ou nous. Nous devons supprimer ces armes au plus vite. Tant que nous n’y parviendrons pas, l’humanité vivra en sursis.
 

Pour en savoir plus : www.ippnw.org


 
1. Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le nombre des pays qui possèdent des armes de destruction massive est bien plus élevé que les chiffres officiels. Benjamin Creme a déclaré dans son livre le Rassemblement des forces de lumière (traduction française en cours) que 24 pays possèdent des bombes nucléaires).
 
2. Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les radiations émanant des installations nucléaires sur les plans éthériques sont responsables de nombre des maladies de notre époque, dont la maladie d’Alzheimer qui augmente fortement, et l’autisme. Ceci constitue la plus grave menace pesant sur la vie humaine sur la planète.





Point de vue

Home Le Brésil à l’heure de la continuité et de l’accélération

par Dilma Rousseff Source : IPS

Brasilia, Brésil

Le Brésil a atteint, bien avant l’échéance des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) visant à réduire l’extrême pauvreté, l’un des huit objectifs adoptés en septembre 2000 par les 170 chefs d’Etat réunis lors d’un sommet des Nations unies à New York. La date butoir prévue dans l’accord était 2015. Au cours des huit dernières années, le Brésil a intensifié la mise en œuvre d’un ensemble de politiques publiques conçues pour éradiquer l’extrême pauvreté dans le pays, dans le cadre d’un plan plus vaste destiné à assurer à la fois le développement économique et l’inclusion sociale.

La croissance économique et la répartition des revenus sont de plus en plus interdépendants pour la première fois depuis des décennies dans notre pays de 192 millions d’habitants et aujourd’hui, grâce à ces politiques, 28 millions de personnes ont pu quitter les rangs de l’extrême pauvreté et, conjointement, 29 autres millions ont amélioré leur situation économique, réussissant ainsi à rejoindre la classe moyenne.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire. Nous reconnaissons sans l’ombre d’un doute que l’accession au statut de nation développée exige l’élimination de l’extrême pauvreté, et l’accès pour tous les Brésiliens à des conditions de vie leur assurant à la fois dignité et citoyenneté.

Libérer le monde des fléaux historiques de la pauvreté et des inégalités requiert une coordination internationale des forces les plus favorables à un tel changement. C’est pourquoi nous sommes convaincus que les nouvelles relations politiques internationales établies par le Brésil ont contribué aux transformations sociales que le pays a connues ces dernières années. Aujourd’hui le Brésil est membre du G20, le club des pays les plus économiquement puissants du monde, créé en 1999 ; du groupe des pays BRIC, (Brésil, Russie, Inde et Chine) ; et du forum de dialogue IBAS (Inde, Brésil, Afrique du Sud).

Notre engagement à œuvrer à l’éradication de l’extrême pauvreté demeurera une priorité majeure dans les années à venir. Une nouvelle géopolitique mondiale doit se concentrer sur les grands enjeux internationaux de notre époque : dont deux des plus fondamentaux sont l’abolition de la pauvreté et des inégalités, et l’élaboration d’un type de développement écologiquement durable.

Nous sommes également pleinement conscients du fait qu’il ne peut y avoir de paix sans développement économique et social. Le Brésil, en raison de ses récents succès et de la position qu’il occupe aujourd’hui dans le monde, sait qu’il a une énorme contribution à apporter à l’avenir de la planète, et ce sur de nombreux plans.





Signes des temps

Home Autres apparitions d’ovnis

Ovnis en Turquie

Source : YouTube : commonsense909

Un objet en forme de V a été filmé dans le ciel nocturne en Turquie le 5 novembre 2010. La séquence montre très clairement une formation de lumières en V se déplaçant lentement dans le ciel.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de vaisseaux spatiaux martiens.


Home Autres apparitions d’ovnis

Le gouvernement brésilien met un terme au secret entourant les ovnis

Source : Source : AOL.News

Afin de mettre un terme au secret entourant les ovnis, le gouvernement brésilien a annoncé qu’il enregistrerait tous les témoignages et rendrait l’information disponible aux chercheurs s’intéressant au paranormal.

Un décret publié en août 2010 et signé par Juniti Saito, commandant en chef de l’Armée de l’Air brésilienne, ordonne aux pilotes brésiliens militaires et civils, ainsi qu’aux contrôleurs aériens, de transmettre tous les témoignages, vidéos et photographies concernant les ovnis auprès du commandement de la Défense aérospatiale du Brésil. Ces documents seront déposés aux archives nationales de Rio de Janeiro et seront à la disposition de quiconque désire faire des recherches sur la vie extraterrestre.

Le décret indique clairement que l’Armée de l’Air se contentera d’enregistrer les témoignages, sans mener d’enquête : « Le commandement de l’Armée de l’Air n’a pas de service spécialisé pour mener des expériences scientifiques sur ces phénomènes et il se limitera à enregistrer chaque événement. »

Les membres du gouvernement brésilien pensent que le phénomène est assez courant et qu’il devrait être étudié ouvertement. Selon l’Agence France-Presse, un contrôleur militaire du trafic aérien dont le nom n’est pas mentionné a déclaré au journal brésilien O Dia : « Il existe des témoignages de ministres, et même d’un président, qui ont vu un ovni. »




Home Ovnis à New York

Source : myfoxny.com, cbsnews.com, examiner.com, New York Daily News, Russia Today

New York – Dans la journée du 13 octobre 2010, dans le centre de Manhattan, des passants ont observé des sphères brillantes flotter dans le ciel en grand nombre. Un témoin a raconté qu’il avait vu, vers 9 h 30, 50 petites «  étoiles faisant toutes la même chose, et se regroupant en formation ». Une femme a raconté qu’elle avait vu des lumières apparaître et disparaître. Des dizaines de personnes se sont rassemblées à l’angle de la 23e Rue et de la Huitième Avenue pour observer une petite sphère argentée qui planait dans le ciel. « Elle est restée là un certain temps, a déclaré Joseph Torres de Brooklyn. Je suis perplexe. Ceci n’est pas ordinaire. Il se passe quelque chose. » Une vidéo obtenue par CBS News a montré trois sphères brillantes se déplaçant ensemble rapidement dans le ciel et deux autres planant au-dessus d’elles.

Un lien a été fait entre ces apparitions et la récente publication de la troisième édition du livre de Stanley A. Fulham, Challenges of Change. Dans son ouvrage, S. Fulham, officier de l’US Air Force à la retraite, a prédit qu’il y aurait « un déploiement massif d’ovnis au-dessus des villes principales du monde », le 13 octobre 2010. S. Fulham dit également dans son livre que « cet événement serait l’interaction initiale dans un processus conduisant l’humanité à accepter la réalité des extraterrestres et des technologies visant à faire disparaître en 2015, au plus tard, les gaz qui empoisonnent l’atmosphère terrestre. »

Le Maître de B. Creme a indiqué que les lumières étaient des vaisseaux spatiaux martiens.


Home Autres apparitions d’ovnis

Ovnis à Moscou

Source : YouTube : olegen77

Deux ovnis se déplaçant au-dessus de Moscou en clignotant et en changeant de couleurs ont été filmés le 23 octobre 2010. La séquence a été mise sur YouTube.
 
 
 

 

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d'ovnis martiens.


Home Ovnis à El Paso

Source : El Paso Channel 9 News, Etats-Unis ; YouTube : cris 0631

El Paso, Texas – Un groupe d’ovnis est apparu dans le ciel au dessus d’El Paso (Texas), le 15 octobre 2010. Une vidéo prise par un cameraman pour El Paso Channel 9 News montre une lumière qui semble tomber dans le ciel nocturne. Cette lumière se sépare en deux, puis en trois lumières distinctes. Elles se déplacent dans le ciel en formant un motif triangulaire ressemblant à celui observé à Manhattan deux jours auparavant. Dans l’apparition d’El Paso, une quatrième lumière apparaît finalement, et les quatre lumières se déplacent ensemble avant de disparaître.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les lumières étaient les quatre « étoiles » annonçant l’émergence de Maitreya.


Home Autres apparitions d’ovnis

Ovnis à Newport, Kentucky/Ohio

Source : YouTube : jjarocewicz ; 4202zoomtowncom

 A Newport (Kentucky) et dans la ville voisine de Cincinnati (Ohio), des témoins ont filmé en vidéo plusieurs lumières clignotantes qui se déplaçaient dans le ciel le 22 octobre 2010. La séquence a été mise sur YouTube.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de vaisseaux spatiaux martiens.


Home Autres apparitions d’ovnis

Ovnis en Pennsylvanie

Source : Source : YouTube : visionufologly

Des témoins ont observé un grand nombre d’ovnis dans le ciel dans la nuit du 23 octobre 2010. L’un d’eux a déclaré : « Ma femme et moi nous trouvions sur la Route 41 à New Garden Township, et nous avons vu au moins neuf objets volants venir au-dessus de la route. Il y avait environ cinquante voitures arrêtées. La circulation était interrompue. Cela s’est passé vers 19 h 15 . C’était incroyable. Nous avons vu des objets circulaires avec des lumières. Puis deux autres sont venus de l’ouest juste au-dessus de nos têtes. Ils se déplaçaient en silence, à grande vitesse. »
 

Le Maître de B. Creme a indiqué qu’il s’agissait de vaisseaux spatiaux martiens


Home Un ovnis au-dessus du Pacifique

Source : CBS News ; The Guardian, Grande-Bretagne ; BBC News

Sous le titre « Un mystérieux missile illumine le ciel au-dessus du Pacifique », CBS News a relaté le 8 novembre 2010 qu’un spectaculaire lancement de missile, ayant laissé une grande traînée de condensation, avait été filmé par un de ses hélicoptères. Cela s’est produit au-dessus du Pacifique, à 35 miles à l’ouest de Los Angeles, au nord de l’île Catalina.

Lorsque la journaliste de CBS, Marcella Lee, voulut en savoir davantage, elle découvrit que le lancement avait été un total mystère pour le Département de la Défense. Le colonel David Lapan, porte-parole du Pentagone, a déclaré : « Aucune des personnes que nous avons contactées au sein du Département de la Défense n’a été capable d’expliquer ce qu’était cette traînée de condensation, ni d’où elle provenait. » Il a également déclaré qu’il n’était pas plausible qu’un exercice militaire ait été mené si près de Los Angeles. Normalement, le lancement d’un missile américain requiert différentes autorisations et notifications, mais il semble que dans ce cas il n’y en ait aucune trace.

La journaliste de CBS s’adressa également à Robert Ellsworth, ancien ambassadeur des Etats-Unis à l’Otan, et ancien secrétaire adjoint de la Défense. Il déclara qu’il se posait des questions, mais après avoir vu la vidéo, il pensait que cela pourrait être le tir d’essai d’un missile balistique intercontinental lancé depuis un sous-marin en plongée et que les Etats-Unis étaient probablement en train de montrer leur force militaire à l’Asie, au moment où le président Obama était en visite dans la région. L’ambassadeur Ellsworth a également déclaré que dans le passé ce genre d’activité s’était déjà produit dans l’Atlantique pour montrer le pouvoir de l’Amérique aux Soviétiques, mais il pensait que ceci ne s’était jamais produit au-dessus du Pacifique.

D’autres personnalités ont mis en doute l’hypothèse d’un missile. Le physicien Michio Kaku de l’Université de New York, s’exprimant sur CNN le 10 novembre 2010, a déclaré que l’analyse de la séquence de CBS lui donnait l’impression qu’il s’agissait d’un avion. Il a affirmé que l’objet qui avait laissé une traînée se déplaçait à une vitesse constante et changeait de direction alors que les fusées accélèrent en quittant le sol et se déplacent en droite ligne. Il semblerait qu’en dépit de la réponse officielle du Département de la Défense et des nombreuses autres spéculations émanant de différents experts, le mystère n’est toujours pas résolu.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un vaisseau spatial martien qui a été lancé sous l’eau.


Home Ovni au-dessus d'Houston

Source : ouTube: 4x4JEEP100)

Séquence prise sur YouTube montrant un OVNI avec trois anneaux filmé au-dessus d'Houston, au Texas, le 4 octobre 2010.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l'ovni était un vaisseau spatial martien.


Home Canada : une croix exsude de l’huile

Source : CNN Networks ; thirdage.com

Dans une église de Winnipeg (Manitoba), une croix d’acier exsude de l’huile. La substance huileuse a commencé à suinter de la croix placée derrière la tombe de l’évêque catholique Vasae, dans l’église ukrainienne St Joseph. « Il se passe quelque chose, mais pour l’instant nous ne pouvons vraiment pas l’expliquer », a déclaré Mary Jane Kalenchuk, la gardienne. Des gens de partout dans le monde visitent l’église pour voir le phénomène miraculeux.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un miracle manifesté par le Maître Jésus.


Home L'« étoile » en Allemagne

Source : YouTube:KlangTaktik

L'« étoile » de Maitreya filmée en Allemagne le 13 octobre de 2010.




Home L'« étoile » à Samnanger

      

Samnanger, Norvège  - Photographies de l'« étoile » de Maitreya dans le ciel à l'est, filmées à quelques secondes d'intervalle, le 13 novembre 2010 à 7 h 20  par T. W.




Home L'« étoile » aux Etats-Unis

Source : YouTube: gualluyo.


Etats-Unis -  L'« étoile de Maitreya. filmée en novembre 2010. «  Une brillante étoile  changeant de forme et de couleur. »  




Home L'« étoile » à Auckland

Source : YouTube:TonalVibrations

Auckland, Nouvelle-Zélande - L'« étoile » de Maitreya  filmée le 4 septembre 2010.





Tendances

Home Rapport 2010 sur le développement humain

Les pays pauvres progressent plus rapidement

Source : Programme des Nations unies pour le Développement

Ces dernières décennies, la plupart des pays en développement ont fait des progrès spectaculaires, mais souvent sous-estimés, dans les domaines de la santé, de l’éducation de base et du niveau de vie.

Un bon nombre des pays les plus pauvres affichent les progrès les plus importants ; c’est ce qui apparaît d’une nouvelle analyse portant sur une période de quarante ans parue dans le Rapport 2010 sur le développement humain (RDH 2010) publié par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

Pourtant, les résultats varient grandement, notamment pour certains pays qui perdent du terrain depuis 1970. Avec l’introduction de trois nouveaux indices, l’édition du 20e anniversaire de ce rapport décrit les grandes inégalités au sein et entre les pays, de profondes disparités hommes/femmes sur un large éventail d’indicateurs de développement, et l’importance de la pauvreté extrême en Asie du Sud et en Afrique sub-saharienne.

Ce Rapport 2010, intitulé La vraie richesse des nations : les voies du développement humain, a été lancé par Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Onu, Helen Clark, administratrice du Pnud, et Amartya Sen, lauréat du prix Nobel, qui, avec feu-Mahbub ul Haq, l’initiateur de cette série de rapports, a aidé à concevoir l’Indice de développement humain (IDH) pour la première édition du rapport, en 1990.

Les RDH et l’IDH ont permis de remettre en cause les mesures purement économiques en matière de développement et ont contribué à poser les bases conceptuelles des Objectifs du millénaire pour le développement en appelant à un suivi permanent et global des progrès enregistrés en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie.

D’après Ban Ki-moon : « Les rapports sur le développement humain ont changé notre façon de voir le monde. Nous avons appris que, bien que la croissance économique soit très importante, ce qui compte finalement, c’est d’utiliser le revenu national pour donner à tous une chance d’une vie plus longue, plus saine et plus productive. »

L’examen des tendances à long terme analysées dans le rapport 2010 – qui reprend les indicateurs de l’IDH pour la plupart des pays à partir de 1970 – montre qu’il n’y a pas de corrélation systématique entre la performance économique nationale et les réalisations dans les domaines de l’IDH telles que la santé et l’éducation qui ne dépendent pas des revenus.

D’après Helen Clark : « Le rapport montre que les gens aujourd’hui sont en meilleure santé, plus riches et plus instruits que jamais. Bien que toutes les tendances ne soient pas positives, les pays peuvent faire beaucoup pour améliorer la vie des gens, même dans des conditions défavorables. Cela nécessite un leadership courageux au niveau local ainsi que l’engagement continu de la communauté internationale. »

Globalement, comme le montre l’analyse pour l’ensemble des pays, l’espérance de vie est passée de 59 ans en 1970 à 70 en 2010, le taux de scolarisation des enfants pour les niveaux primaires et secondaires est passé de 55 % à 70 %, et le PIB par habitant a doublé à plus de 10 000 dollars. Les gens dans toutes les régions ont profité de ce progrès, mais à des degrés divers.

L’espérance de vie, par exemple, a augmenté de 18 ans dans les pays arabes entre 1970 et 2010, comparativement à huit ans en Afrique sub-saharienne. Les 135 pays étudiés couvrent 92 % de la population mondiale.

« Nos résultats confirment, avec de nouvelles données et de nouvelles analyses, deux arguments centraux repris dès le départ dans le RDH : à savoir que le développement humain est différent de la croissance économique, et des progrès substantiels sont possibles même sans croissance rapide, a déclaré Jeni Klugman, l’auteur principal. Nous avons également acquis de nouvelles connaissances sur les pays qui ont obtenu les meilleurs résultats, et sur les différentes formes de progrès. »

Les membres du Top 10 du rapport 2010 – à savoir les pays parmi les 135 qui se sont le plus améliorés en termes d’IDH au cours des quarante dernières années – est mené par l’Oman, qui a investi durant ces dernières décennies les revenus provenant de l’énergie dans les domaines de l’éducation et de la santé publique ; viennent ensuite la Chine, le Népal, l’Indonésie, l’Arabie Saoudite, le Laos, la Tunisie, la Corée du Sud, l’Algérie et le Maroc. Fait remarquable, la Chine est le seul pays du Top 10 grâce uniquement à ses performances économiques.

L’amélioration de l’IDH se fait principalement dans les domaines de la santé et de l’éducation. Les autres membres du Top 10 incluent de nombreux pays à bas revenu qui ne sont pas généralement repris comme des Success stories ; on y retrouve entre autres, l’Ethiopie, le Cambodge et le Bénin ; tous ces pays ont fait de grands progrès en matière d’éducation et de santé publique.

L’Extrême-Orient avec des pays comme la Chine et l’Indonésie est la région connaissant les progrès les plus rapides depuis 1970. Les pays arabes ont aussi enregistré des avancées majeures et comprennent huit des 20 pays qui ont fait le plus de progrès ces quarante dernières années.

De nombreux pays d’Afrique sub-saharienne et de l’ancienne Union soviétique sont à la traîne cependant, en raison de l’impact du sida, des conflits, des bouleversements économiques et d’autres facteurs.

L’espérance de vie a en fait diminué au cours des quarante dernières années dans trois pays de l’ex-Union soviétique – le Bélarus, l’Ukraine et la Fédération de Russie – et dans six pays de l’Afrique sub-saharienne : la République démocratique du Congo, le Lesotho, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe.

La tendance dominante en matière d’espérance de vie est globalement convergente, avec une espérance de vie moyenne dans la plupart des pays pauvres de plus en plus proche de celles des pays développés.

En matière de revenu cependant, la tendance reste à la divergence, la plupart des pays riches continuent à devenir plus riches, tandis qu’une croissance soutenue est hors de portée pour de nombreux pays pauvres.

D’après les auteurs du rapport : « Nous observons de grands progrès, mais les changements au cours des dernières décennies sont loin d’avoir été entièrement positifs. Certains pays ont subi de sérieux revers, en particulier en matière de santé, parfois en perdant en quelques années les gains accumulés depuis plusieurs décennies.

La croissance économique a été très inégale, tant entre les pays qu’entre les différents groupes qui constituent chaque pays. Et les écarts de développement humain à travers le monde, tout en diminuant, restent énormes. »




Home Rapport 2010 sur le développement humain

Nouveaux indices

Source : Programme des Nations unies pour le Développement

Le rapport de cette année inclut de nouveaux classements et des adaptations de plusieurs indicateurs clés. Les dix premiers pays du classement RDH 2010 sont la Norvège, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis, l’Irlande, le Lichtenstein, les Pays-Bas, le Canada, la Suède et l’Allemagne. Au bas du classement des 169 pays se retrouvent dans l’ordre : le Mali, le Burkina Faso, le Libéria, le Tchad, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Burundi, le Niger, la République démocratique du Congo et le Zimbabwe. Les changements de classement dans l’IDH sont maintenant repris sur une période de cinq ans plutôt que sur une base annuelle afin de mieux refléter les tendances du développement à long terme.

L’édition 2010 du RDH continue la tradition d’innovation en matière de mesure de l’IDH. Il introduit de nouveaux indices qui portent sur les facteurs cruciaux de développement qui ne sont pas directement reflétés dans l’IDH :

– l’IDH ajusté en matière d’inégalité reprend les données de l’IDH à travers le prisme de l’inégalité, en ajustant les réalisations en matière d’IDH pour tenir compte des disparités dans le revenu, la santé et l’éducation ;

– l’indice d’inégalité entre les genres calcule des pertes d’IDH suite aux inégalités entre hommes et femmes ; depuis les Pays-Bas (le moins d’inégalité) jusqu’au Yémen (le plus d’inégalité) ;

– l’indice de pauvreté multidimensionnelle examine de multiples facteurs au niveau des ménages, depuis les standards de base jusqu’à l’accès à l’éducation, à l’eau potable et aux soins de santé.

Amartya Sen a écrit dans son introduction au nouveau rapport : « Vingt ans après l’apparition du premier Rapport sur le développement humain, il y a beaucoup à célébrer du côté des réalisations. Mais nous devons aussi être conscients de la nécessité de trouver de nouveaux moyens d’améliorer l’évaluation des obstacles au développement et de reconnaître les nouvelles menaces qui mettent en danger le bien-être et la liberté. »




Home Instantanés : un film primé met en avant les priorités de Maitreya

Source : www.momentaufnahme.at

Avec 352 œuvres en compétition provenant de 27 pays, le premier Festival de Cannes des films d’entreprise, de productions diffusées sur Internet et d’œuvres télévisuelles, organisé en octobre par Filmservice International, a remporté un vif succès. Les films étaient classés dans de nombreuses catégories, comme environnement et écologie, science et savoir, et histoire et civilisation.

L’un des films – autrichien – était un documentaire de 16 minutes ayant pour objectif « d’éveiller les consciences sur la nécessité d’un véritable programme mondial ». Dans ce film, intitulé Momentaufnahme ou Instantanés, le réalisateur de documentaires Michael Stoeger présente les priorités de Maitreya avec un sens très convaincant de l’urgence.

Instantanés, dans lequel figure le prix Nobel de l’écologie, Vandana Shiva, a reçu le 14 octobre le Dauphin d’argent dans la catégorie « Questions environnementales et intérêts industriels ».

Ce film aidera sans doute à changer les mentalités : allons-nous continuer à tolérer la misère, la faim, l’effondrement des écosystèmes, l’exploitation et les dangereuses spéculations financières ? Le simple énoncé des faits et des chiffres masque souvent la réalité de la vie de millions de personnes sur cette planète. Alors qu’Instantanés montre les vrais gens au-delà des statistiques.

De plus, il met au défi notre complaisance et inspire des débats de fond en soulevant les questions vitales que pose la survie de la planète Terre. Et il assure que les choses peuvent changer. « C’est nous qui devons choisir – et personne d’autre », indique le sous-titre du film.

Cette œuvre est un excellent matériel d’enseignement et de prise de conscience destiné aux citoyens de toutes les nations : décideurs, écoles, ONG, institutions internationales, personnes intéressées et individus responsables de tous les secteurs d’activité. Le ministère autrichien de l’Education a récemment approuvé la diffusion de ce film dans toutes les écoles secondaires d’Autriche.

Ce film est disponible en huit langues (allemand, anglais, français, espagnol, portugais, italien, russe et kiswahili) et d’autres versions sont prévues.

Pour davantage d’informations :  www.momentaufnahme.at




Home Un nouveau vaccin antipolio obtient des résultats spectaculaires

Source : BBC, Reuters

Les scientifiques pensent qu’un nouveau vaccin oral pourrait complètement éradiquer la poliomyélite de la surface de la planète.

En Inde, 830 nouveau-nés ont reçu soit le nouveau vaccin, soit l’un des deux vaccins utilisés couramment. Selon les analyses effectuées ensuite, le nouveau vaccin offre une protection de 30 % supérieure à celle des vaccins actuels.

Ce nouveau vaccin a déjà servi en Inde et au Nigéria dans des campagnes d’immunisation, et les résultats se sont avérés spectaculaires. En Inde, il n’y a eu que 39 cas de poliomyélite au cours des dix premiers mois de l’année 2010, contre 499 cas en 2009, au cours de la même période. Au Nigéria, la diminution a même été de 95 %.

Un chercheur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), principal auteur de l’étude menée en Inde, a déclaré : « Ce (nouveau) vaccin pourrait bien nous permettre d’éradiquer prochainement la maladie.
La baisse spectaculaire des cas de contamination en Inde et au Nigéria doit être attribuée à ce nouveau vaccin et à des campagnes de vaccination plus exhaustives. »

Depuis que l’OMS et ses partenaires ont entrepris de mettre en œuvre le Plan mondial d’éradication de la poliomyélite, en 1988, le nombre de pays où cette maladie est endémique (constamment présente) est passé de 125 à quatre aujourd’hui, et le nombre de cas annuel de 350 000 à 1 604.

Cependant, les chercheurs Jim Buttery et Nigel Crawford affirment que les programmes d’immunisation à l’échelle mondiale ne pourront pas atteindre leur objectif d’éradiquer cette maladie sans moyens financiers suffisants : « Le plan d’éradication de la polio – grâce principalement au nouveau vaccin – n’est financé qu’à 50 % pour la période 2010-2012 », écrivent-ils. Ils reconnaissent que le nouveau vaccin est « un pas en avant important », mais ajoutent que « l’effort final doit être concerté, à la fois à l’échelle locale et planétaire » si l’on veut réussir à éradiquer enfin ce virus.





Faits et prévisions

Home Congestion cérébrale et cellules souches

Source : Metro ; Channel 4 News, G.-B.

« Grâce aux progrès de notre technologie dans la génétique actuelle, des organes pourront être reconstitués. Au lieu d’aller à l’hôpital pour avoir recours à une ablation ou à une greffe d’organe, nous pourrons obtenir la reconstitution de cet organe par cette technologie. » [La mission de Maitreya, tome III]

Pour la toute première fois, des cellules souches ont été injectées dans le cerveau d’une victime de congestion cérébrale au moyen d’une procédure novatrice mise au point à l’Université de Glasgow (Ecosse).

Les médecins espèrent que ces cellules se multiplieront et remplaceront les cellules endommagées.

Une douzaine de patients recevront progressivement de plus hautes doses de cellules souches dans les douze prochains mois. Les médecins pourront rapidement évaluer tout progrès ou, sinon, toute aggravation de leur maladie.

Le professeur Keith Muir de l’Institut de neuroscience et de psychologie de l’Université de Glasgow, directeur de l’équipe, a précisé qu’il était satisfait du succès, pour l’instant, de la première opération. « Nous espérons que dans l’avenir cela conduira à des études plus approfondies afin de déterminer les effets des cellules souches sur les maladies résultant d’une congestion cérébrale. »




Home Cellules souches : nouvelle technique prometteuse

Source : BBC News, G.-B.

Des chercheurs américains ont découvert une nouvelle technique prometteuse pour régénérer les articulations brisées ou malades, notamment celles des hanches, des épaules ou des genoux.

Ils sont parvenus à faire repousser l’articulation d’une patte antérieure d’un lapin en utilisant ses propres cellules souches. Cette recherche a été conduite sur dix lapins dont un membre avait été retiré et remplacé par un membre artificiel au préalable placé dans un bain de produits chimiques attirant des cellules souche d’os et de cartilage. Au bout de quatre semaines, les articulations s’étaient reconstituées et les lapins pouvaient se mouvoir normalement.

Selon le professeur Molly Stevens de l’Imperial College (G.-B.) : « Faire croître de grandes surfaces de tissus constitue un objectif clinique très important. Il s’agit de la plus récente étude montrant qu’il existe des cellules souches dans le corps qui peuvent être amenées à recréer de l’os et du tissu pour peu qu’on leur donne les bons signaux. »




Home La vie des plantes en péril

Source : The Ecologist, G.-B.

« L’environnement deviendra la préoccupation majeure dans le monde entier. » [Un collaborateur de Maitreya, Les lois de la vie]

Un projet dénommé le Sampled Red List Index for Plants (liste rouge des plantes) a été lancé par Kew Gardens, le Musée d’histoire naturelle de Londres et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Il s’agit d’une évaluation globale des risques d’extinction des plantes dans le monde, qui établit une base de travail concernant les menaces qui pèsent sur les quelque 380 000 espèces de plantes dans le monde. Le résultat de l’analyse montre qu’un cinquième de toutes les espèces de plantes sont menacées d’extinction. Cette découverte choquante a été examinée à Nagoya (Japon), en octobre 2010, lors du Sommet des Nations unies sur la biodiversité au cours duquel les gouvernements ont fixé de nouveaux objectifs de biodiversité pour 2020. A ce jour, aucun des 219 signataires de la précédente Convention de 1992 sur la diversité biologique n’a atteint les objectifs fixés pour 2010.

Le professeur Stephen Hopper, directeur des Jardins botaniques royaux de Kew (G.-B.), a déclaré au sujet de cette étude : « Pour la première fois nous disposons d’un tableau global clair sur les risques d’extinction des plantes connues dans le monde. Ce rapport montre les menaces les plus urgentes et les régions les plus menacées. Cette étude confirme ce que nous suspections, à savoir que les plantes sont menacées et que la raison en est la réduction de leur habitat due aux activités humaines. »

Il a ajouté : « L’objectif de biodiversité pour 2020 discuté à Nagoya est ambitieux, mais en cette période de perte accrue de biodiversité, il est tout à fait approprié d’intensifier nos efforts. Les plantes sont le fondement de la biodiversité et leur importance à notre époque d’incertitude climatique, économique et politique a été beaucoup trop longtemps négligée.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder nos espèces végétales disparaître – les plantes sont à la base de toute vie sur Terre. Elles nous fournissent de l’air frais, de l’eau, de la nourriture et du carburant. Toutes les vies animales et les oiseaux dépendent d’elles, nous y compris. Nous disposons aujourd’hui des outils et des connaissances nécessaires pour combattre la perte de la biodiversité, qui est plus importante que jamais. »

Les données fournies par la liste rouge des plantes permettent de mesurer la vitesse à laquelle les espèces disparaissent, pour quelles raisons et ce que nous pouvons faire pour l’éviter. Le groupe de plantes les plus menacées sont les conifères, l’habitat le plus menacé est la forêt humide tropicale (la destruction de ces forêts compte pour 20 % des émissions mondiales de carbone), et le plus grand nombre d’espèces menacées pousse sous les tropiques.

Pour aider la survie des espèces végétales, la Banque des semences du millénaire mène depuis de nombreuses années des campagnes telles que « Adoptez une semence » et « Sauvez une espèce ».





Citation

Home Extrait du message n° 73

par Maitreya

« Les hommes pensent que mes Frères et moi-même, nous vivons dans l’isolement. Ceci, mes amis, est loin de la vérité. Chaque tressaillement d’amour ressenti dans votre cœur est enregistré dans le mien. Voilà la simple vérité de notre relation. Sachez alors, mes amis, combien grande est ma joie lorsque je perçois votre espérance, votre affranchissement de la peur et que je ressens votre confiance. On prépare ma voie. Faites vôtre, mes frères et sœurs, la tâche de partager ce fardeau. Créez autour de vous l’atmosphère d’espoir et de confiance dans laquelle je pourrai bientôt entrer. Croyez-moi, mes amis, c’est vraiment un travail important. Beaucoup dépend de la création de cette source de confiance, de cette atmosphère d’espoir. »





La voix des peuples

Home Le point sur l’activisme politique : pas de frein au pouvoir des peuples

Si les dirigeants sont élus par les peuples pour servir les peuples, pourquoi ces derniers sont-ils tenus à l’écart, à des kilomètres de l’endroit où se prennent chaque année des décisions qui ont un impact direct sur la vie du « citoyen ordinaire », par exemple lors des sommets du G20 ou du G7 ?

Un règlement de sécurité veut que tout rassemblement et manifestation soit interdit à moins de 20 km de l’endroit où se tient le G20. A Séoul (Corée du Sud), où s’est réuni le dernier sommet du G20, des fortifications ont été construites autour des lieux clés de ces rencontres. Au nombre de 60 000, policiers et personnels chargés du maintien de l’ordre ont été déployés, en vue d’éloigner les manifestants. Des barrières de sécurité mobiles de 2,2 m de haut ont été placées autour des lieux de réunion, sur un périmètre de 1,6 km.

A chaque nouveau sommet international, les mesures de protection des dirigeants du monde s’accroissent, tandis qu’augmente la détermination des opposants et leur conviction dans la nécessité de stratégies à long terme. Phénomène relativement nouveau, la solidarité internationale est devenue la norme et les manifestants de divers pays se retrouvent à chaque sommet important. Un réseau mondial d’activistes s’est maintenant constitué et grossit. Ceux qui ont manifesté dans l’un des sommets transmettent leur expérience et leur ressenti via Internet. Ce qui s’est mal passé au sommet de Toronto par exemple offre matière à leçon pour les actions à venir. A l’occasion du lancement d’un téléthon le 11 novembre (pour rassembler des fonds en vue du soutien juridique des activistes incarcérés lors de la débâcle du G20 à Toronto), la journaliste et écrivain Naomi Klein a mentionné la tactique oppressive et l’attitude des gouvernements conservateurs. Elle a fait allusion à l’incapacité des dirigeants à traiter les vrais sujets. « Au cours des précédents sommets du G20, ces dirigeants n’ont pas bouché le trou de l’évasion fiscale, ils n’ont pas imposé de réglementations bancaires coordonnées, ils n’ont pas démembré les grandes banques, ils ont refusé d’appliquer une taxe bancaire, et même d’appliquer une minuscule taxe financière sur les transactions. Ils n’ont pas éliminé les subventions fossiles accordées aux producteurs de pétrole, et ont bien sûr décidé de poursuivre les guerres… Comment alors équilibrer le Trésor public, et couvrir les baisses de recettes fiscales faisant suite aux licenciements et aux faillites ? En prenant sur les programmes sociaux, bien sûr. Or, le rapport final de Toronto a sommé les gouvernements de diminuer de moitié leurs déficits d’ici 2013.

C’est énorme, choquant, et nous savons tous qui en paiera le prix :

– les étudiants, qui voient se détériorer l’éducation publique et augmenter leurs frais de scolarité. C’est pour cela qu’on les a vus dans les rues de Londres, occuper le siège du parti tory !

– les futurs retraités qui perdent des avantages durement acquis, ce pourquoi on a pu les voir dans les rues de France pendant plusieurs semaines !

– les employés du secteur public dont les postes de travail sont supprimés, raison pour laquelle on a vu de nombreuses grèves en Italie et en Espagne.

La liste est loin d’être exhaustive ! »

Naomi Klein déclare ensuite que la gamme des revendications est étendue et inclut les mesures environnementales liées au réchauffement climatique après l’échec de la conférence de Copenhague.

 « Nous sommes en droit de défendre nos services sociaux durement acquis et la maigre protection dont jouissent les réfugiés, remis en cause par des politiciens en faillite morale ! Il est de notre devoir de défendre nos forêts boréales et la salubrité de nos eaux menacées par la pollution pétrolière. Et pour remplir ces devoirs, nous savons qu’il y a des coûts. Mais nous refusons d’être traités de criminels et de brader nos droits comme l’ont fait les Canadiens à Toronto. C’est l’enjeu de la lutte pour la justice dans le cadre du G20 et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre ce combat…

Nous ne nous laisserons pas impressionner par la méfiance qu’ont engendrée les medias à notre égard et nous ne nous laisserons pas être divisés. Même si nous exprimons notre désaccord, nous le ferons avec respect et nous refusons d’être catalogués en deux groupes, les bons et les mauvais activistes. »




Home Séoul : « Le peuple d’abord ! »

A Séoul, syndicalistes et autres groupes défendant les droits civiques ont investi les rues pour une marche sous le mot d’ordre de « Le peuple d’abord, c’est la réponse du peuple coréen au G20 ». Cette coalition de 83 groupes civiques avait le soutien d’autres groupements politiques, lycéens, militants des droits de l’homme et mouvements thématiques divers. Les manifestants demandaient que les pays non représentés au G20 disposent de plus d’une voix. Les revendications étaient les suivantes : stabilité de l’emploi, juste distribution des richesses, abandon des accords de libre échange (FTA), retrait des troupes sud-coréennes d’Afghanistan…

« L’erreur de Sarkozy », tel était le titre d’un article d’Ignacio Ramonet, directeur de l’édition espagnole du Monde diplomatique, pour l’agence Inter Press Service. Dans cet article, I. Ramonet mettait en garde contre l’énorme frustration engendrée chez les Français par les récentes décisions du gouvernement Sarkozy.

 « Les manifestations sont la cristallisation d’un profond malaise social et découlent d’une accumulation de problèmes : chômage, précarité, pauvreté (huit millions de pauvres en France), difficultés de la vie quotidienne. Ce n’est pas seulement l’affaire des retraites, mais la recherche d’un autre modèle social.

Le plus important, c’est qu’une assez forte majorité des Français (60 à 70 %) soutient les revendications. Comment est-il possible que la France de 1945, ravagée par la Seconde Guerre mondiale, ait pu s’engager dans une politique de bien-être social, et que la France d’aujourd’hui, cinquième puissance économique du monde, ne le puisse plus ? Jamais avant on n’avait vu une telle richesse !

En 2009, les cinq plus grosses banques françaises enregistraient des profits de 11 milliards d’euros, tandis que les 40 plus grosses sociétés dégageaient 47 milliards d’euros ! Pourquoi ne pas taxer ces sommes colossales au bénéfice des retraités ? La Commission européenne estime qu’une petite taxe sur les transactions financières rapporterait aux gouvernements de l’Union européenne entre 145 et 372 milliards d’euros par an, certainement assez pour remettre à flot le système des retraites. Mais le dogme néo-libéral exige que le capital ne doive pas être taxé, et que les impôts retombent au contraire sur le revenu individuel.

D’où l’atmosphère actuelle en France. Le sentiment général est qu’aucune des forces de l’opposition ne peut aboutir. Les unions, animées par une vague de fond de radicalisation, ne restent unies que quelques mois après leur formation.

N. Sarkozy a le soutien de l’Union européenne, du FMI et des secteurs bancaires et financiers européens qui craignent que « l’étincelle française » ne mette le feu au continent entier. L’échec de ses réformes aboutirait à sa défaite aux urnes en 2012. L’histoire sociale de la France enseigne que quand le mécontentement atteint le niveau actuel, il ne reculera pas, il gagnera ! »




Home Nouvelles stratégies

Source : The Nation.com ; IPS

La conférence des Nations unies sur le climat, prévue à Cancun (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre 2010, devra tenir compte du changement de stratégie de l’activisme politique. Les activistes du monde entier travaillent depuis des mois à la mise au point d’une planification bien pesée pour que leurs revendications soient prises en compte dans la prochaine conférence. Les militants des questions climatiques sont persuadés que les politiques n’y arriveront pas. Il faudra s’appuyer sur un mouvement populaire, disent-ils.

Aux précédents sommets, les peuples s’en remettaient à leurs dirigeants. Mais maintenant, même si c’est en dehors de la conférence, ils font appel à la base pour persuader les gouvernements d’arrêter les émissions de carbone et de procéder à des changements radicaux.

Un mouvement paysan international (La Via Campesina) organise une marche qui démarrera à San Luis Potosi, Guadalajara, Acapulco, Oaxaca, et Chiapas pour converger sur Cancun.

Les organisateurs préparent un Forum mondial alternatif « Pour la justice sociale et environnementale », pendant les derniers jours de la Conférence sur le Climat. L’action va bien au-delà de la présente Conférence, déclarent-ils. Ils prévoient des milliers de « Cancuns » d’un jour, dans le monde entier, pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme de mauvaises solutions climatiques.




Home Le « train d’enfer »

Source : Reuters, Deutsche Welle

Début novembre 2010, plus de 50 000 personnes ont tenté d’arrêter un train transportant des déchets nucléaires de France en Allemagne. Pendant ce voyage de trois jours, des manifestants se sont enchaînés aux rails et ont mis en œuvre d’autres moyens d’action pour arrêter ce train de 14 wagons, chargé de 123 tonnes de déchets nucléaires. Les manifestants avaient le soutien d’une centaine d’agriculteurs allemands sur leurs tracteurs, qui bloquaient les routes pour empêcher la police d’atteindre la voie de chemin de fer. Mais la police a fait évacuer la voie ferrée et le train est finalement parvenu à sa destination. Les manifestations se sont poursuivies après l’arrivée du train, pour faire obstacle au transport par camions des déchets, jusqu’au lieu du stockage.

Ces déchets, produits dans les centrales nucléaires allemandes, avaient été retraités dans une usine française pour stockage ultérieur dans une vaste zone au nord de l’Allemagne. Le réseau français Sortir du nucléaire a déclaré que la radioactivité des déchets transportés était deux fois plus élevée que celle générée en 1986 par le désastre de Tchernobyl. Ce train a été surnommé « le train d’enfer ». Greenpeace et d’autres associations anti- nucléaires estiment que le lieu prévu pour le stockage, une ancienne mine de sel, ne présentera pas les garanties de sécurité suffisantes sur le long terme. Le transport de déchets nucléaires de France en Allemagne a lieu presque chaque année, mais ce transport a occasionné cette fois-ci une colère particulière de la part du public, après la récente décision de l’Allemagne de prolonger jusqu’en 2033 l’activité des centrales nucléaires du pays.





Courrier des lecteurs

Home Consolation

Cher Monsieur,

L’un de mes quatre fils s’est suicidé en octobre 1989. Quelques jours après les funérailles civiles, son plus jeune frère, âgé alors de quatorze ans, s’éveilla dans un état anxieux, ne cessant de répéter que nous n’avions pas fait les funérailles qu’il fallait. Il ne cessait d’insister sur le fait qu’il avait besoin d’eau bénite et j’acceptai finalement de l’emmener dans une église catholique où il pourrait obtenir l’eau bénite qu’il réclamait.

Je savais que l’église catholique (à cette époque-là) ne montrait guère de compréhension ni de compassion pour le suicide, aussi restai-je dans la voiture en priant pour que mon fils rencontre un prêtre bienveillant, ce qui fut le cas. Le prêtre passa beaucoup de temps avec mon fils, remplit son pot d’eau bénite et lui suggéra de lire certains psaumes alors que l’eau bénite serait versée sur la tombe.

Mon fils insista ensuite pour que nous passions prendre l’amie de son frère décédé et que nous allions au cimetière. Je restai dans la voiture pendant qu’ils se rendaient sur la tombe. Lorsqu’ils revinrent ils étaient bouleversés.

Mon fils m’expliqua qu’il avait versé le pot entier d’eau bénite sur la tombe et que le pot s’était immédiatement rempli à nouveau. Il me demanda ce qu’à mon avis cela voulait dire. Je lui répondis que peut-être son frère le bénissait.

M. H., Dallas, Texas, E.-U.

Le Maître de B. Creme a indiqué que le pot a été rempli par le Maître Jésus.


Home A titre exceptionnel

Cher Monsieur,

En juin 2010, après de nombreuses années où j’avais espéré rencontrer Benjamin Creme, j’ai pris la décision d’en savoir un peu plus. Mon voyage à Londres m’a donné l’opportunité d’assister à une des conférences publiques de B. Creme à Easton Road et de visiter les agroglyphes du sud de l’Angleterre. Ce fut une expérience étonnante. A mon retour au Canada, j’ai accru mon temps de méditation (personnelle et de transmission) ce qui stimula bon nombre d’aspirations.

Puis, le 11 juillet 2010, environ trois semaines après mon voyage en Angleterre, j’étais en train de méditer sur une lithographie de Benjamin Creme « l’infusion de l’âme », lorsque soudain une pensée très claire me vint à l’esprit. Je dois donner immédiatement un peu de lait à mon Bouddha de pierre et si je le fais il le boira. Je n’avais aucun sentiment de doute et j’agis aussitôt. Je mis un peu de lait de riz dans un bol, je sortis et j’approchai une cuillerée de lait des lèvres du Bouddha. Le lait disparut lentement de la cuiller et les lèvres du Bouddha étaient sèches lorsque je retirai la cuiller. J’étais bouleversée et je tremblai d’excitation et de ferveur. Souhaitant partager mon expérience incroyable, j’appelai un ami proche qui dit qu’il allait venir filmer cet événement miraculeux. Lorsqu’il arriva, j’essayai à plusieurs reprises de faire à nouveau boire le Bouddha mais le lait coula sur son menton.

[1] Est-ce Maitreya qui a accompli ce miracle ? [2] Cela est arrivé seulement une fois et n’a pas voulu se répéter. Qu’est-ce que cela signifie ?

H. C., Edmonton, Canada

Réponse du Maître de B Creme : [1] Oui, c’est Maitreya qui a accompli ce miracle. [2] Il ne s’agissait pas d’une répétition du « miracle du lait » qui s’est produit dans le monde entier en septembre 1995. C’était un cadeau individuel, personnel.


Home Un imitateur

Cher Monsieur,

Le 14 octobre 2010, je me rendais en bicyclette au centre d’information de Share Nederland à Amsterdam. La chanson bien connue de Joan Baez « Donna, Donna » me vint à l’esprit et je la chantonnai pour moi-même tout en pédalant.

En entrant dans le centre d’information, je vis qu’il y avait un message sur le répondeur et j’appuyai sur le bouton pour l’écouter. A ma grande surprise j’entendis quelqu’un chanter cette même chanson « Donna, Donna ». Cela me rendit très heureux. Malheureusement j’effaçai le message sans y penser. J’aimerais vous demander s’il s’agit d’une coïncidence ou si Maitreya, ou le Maître Jésus, m’a imité.

J. K., Amsterdam, Pays-Bas


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le chanteur était le Maître Jésus.


Home Les pouces levés

Cher Monsieur,

Le 4 novembre 2010, au centre d’information d’Amsterdam, nous parlions de l’initiation de groupe, lorsque nous vîmes un homme semblant intéressé par les informations concernant l’émergence de Maitreya présentées dans la vitrine du centre.

Soudain il nous regarda ; certains d’entre nous lui sourirent et lui firent même un signe de la main. Il avait un visage très chaleureux et une allure énergique, il était d’âge moyen (comme nous). Juste avant de s’éloigner il leva les pouces en arborant un large sourire. Qui était cet homme chaleureux ?

M. N., Pays-Bas


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était le Maître Jésus.


Home Une force cachée

Cher Monsieur,

En 2003, ma mère se cassa le pied. L’orthopédiste lui avait posé un plâtre et je l’avais laissée dans un fauteuil roulant dans le hall pour aller chercher la voiture. Le bâtiment est situé en haut d’une côte assez raide. Avant d’arriver à la porte, je vis que ma mère était sortie, avait perdu le contrôle de son fauteuil et commençait à dévaler la pente, affolée. Tout à coup une femme saisit le fauteuil, l’arrêta et le ramena en arrière, en sécurité. Un peu plus tard ma mère me dit que cette femme était assise dans le hall. J’allai vers elle, lui pris la main et la remerciai avec effusion. Sa main était très fragile. Elle n’avait plus que la peau et les os. Je me demandai comment elle avait eu la force d’attraper le fauteuil roulant.

Après que j’eus installé ma mère dans la voiture, nous fîmes demi-tour en passant devant le bâtiment. La femme sautillait en m’envoyant des baisers de manière très spectaculaire. En me penchant par la portière pour lui renvoyer ses baisers, je me dis que son attitude était un signe. Etait-ce Maitreya ?

B. W., Dallas, Texas, Etats-Unis


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que la « femme » était Maitreya.


Home Bienvenue

En 2007, le groupe de Dallas a diffusé la vidéo de la conférence de Benjamin Creme au Japon, à Half Price Books. Un homme de type mexicain se présenta. Il portait un chapeau blanc de cowboy, un jean flambant neuf et une chemise à carreaux. Il tenait un livre à la main. On ne l’entendait pas mais il faisait des mouvements comme un « aboyeur » dans un cirque – au-dessus du chapiteau. Il marchait en levant les genoux très haut, tenant son livre en l’air, invitant silencieusement les gens à venir à la présentation, semblait-il. Il traversa le magasin, puis revint à la porte et regarda l’écran où l’on voyait Benjamin Creme parler et il fit un énorme sourire tout en hochant vigoureusement la tête pour approuver. Puis il marcha ça et là pendant un quart d’heure. Lorsque nous commençâmes la présentation il avait disparu.

Qui était cet homme charmant qui nous apporta une aide silencieuse ?

B W, Dallas, Texas, Etats-Unis.


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.


Home Des visiteurs distingués

Cher Monsieur,

Le 22 septembre 2010, avant la conférence de Benjamin Creme au théâtre Meervaart, à Amsterdam, et pendant l’entracte, j’ai remarqué deux messieurs vêtus de manière si stricte que, d’une certaine façon, ils n’avaient pas l’air d’être à leur place. Je me souviens de m’être demandé : « Comment ces deux personnes ont-elles pu venir à la conférence ? Qui leur en a parlé ? » Qui étaient ces deux hommes ?

A. N., Pays-Bas


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’un d’eux était Maitreya et l’autre le Maître Jésus.


Home Bras dessus, bras dessous

Cher Monsieur,

Le 22 septembre 2010, à Amsterdam, avant la conférence de Benjamin Creme, les gens faisaient la queue pour entrer dans la salle, lorsque nous entendîmes une voix féminine demander : « Pour Maitreya est-ce ici ? » Nous vîmes alors une grande femme de type oriental, vêtue d’une longue robe blanche. Nous répondîmes par l’affirmative. Elle alla se joindre à la queue, en bavardant avec une autre femme plus petite qu’elle tenait par le bras. Qui étaient ces deux femmes ?

A. N., et M. L., Pays-Bas


Le Maître de B. Creme a indiqué que la grande femme était Maitreya et la plus petite le Maître Jésus.


Home Quelqu'un de spécial

Cher Monsieur,

Lors de la méditation de transmission à Munich, le 24 octobre 2010, j’ai remarqué une personne qui me semblait inhabituelle. Une femme, grande, vêtue de manière démodée, avec une casquette tournée à l’envers. Pendant la méditation elle quitta sa place à plusieurs reprises. Une fois, alors qu’elle revenait, je la regardai et je croisai son regard perçant, très pénétrant. A la fin de la méditation, voulant prendre une photo de Benjamin Creme, je me retournai et je vis que la chaise de cette femme était vide, bien que je ne l’aie pas vue partir. Qui était-elle ?

H. K., Slovénie


Le Maître de B. Creme a indiqué que la « femme » était le Maître Jésus.



Compilation

Home La simplicité (deuxième partie)

Nous publions ci-dessous des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

N’ayez nulle crainte pour l’avenir de la Terre. A l’ignorance actuelle succédera une nouvelle et meilleure gestion des affaires humaines, et une plus grande stabilité s’ensuivra. Des joies plus simples et plus vraies s’empareront du cœur des hommes, dissipant l’actuel sentiment de malaise. Les hommes en viendront à se connaître tous en tant que frères et, par un partage équitable, à transformer la vie humaine. Ainsi en sera-t-il, ainsi les hommes connaîtront-ils les secrets de l’univers et, s’élançant vers les étoiles, prendront-ils possession de leur héritage en tant que Fils de Dieu. [L’heure fixée par le destin (Maître –)]

La tendance actuelle est de rejeter ce qui est simple, de s’attacher à ce qui est complexe, érudit et vague ; mais tout ce qui procède de la vérité, mes amis, se révélera être vraiment simple. Ainsi, je suis un homme simple. Lorsque vous me verrez, vous le saurez et, avec le sourire, vous m’accueillerez en frère. [Message n° 67 (Maitreya)]

Afin d’aider les hommes dans leur tâche, le Christ a énoncé certaines priorités qui, lorsqu’elles seront mises en œuvre, établiront l’ordre et l’équilibre, créant ainsi l’harmonie dont dépendent le bien-être et la paix. Bien que simples et évidentes en soi, ces priorités ne sont pourtant vraiment appliquées nulle part. Elles couvrent les besoins essentiels de chaque homme, de chaque femme, de chaque enfant : d’abord une nourriture saine et suffisante, ensuite un logement décent pour tous, enfin la reconnaissance universelle du droit de chacun aux soins médicaux et à l’éducation.
Telles sont les conditions minimales qui garantiront un monde plus stable et dont la mise en œuvre deviendra la première tâche des gouvernements. En dépit de leur simplicité, ces mesures auront des effets d’une portée considérable et inaugureront une nouvelle ère pour cette Terre. [Le réajustement des priorités (Maître –)]

Le Christ sera le porte-parole de tous ces groupes, à l’échelle la plus vaste, indiquant les réponses aux problèmes qui se posent dans tous les domaines, à un niveau universel. Il fera preuve de tant d’amour et d’une telle largeur de vue, il aura une telle capacité de lire dans la pensée des différents types d’individus, il s’exprimera avec une simplicité telle, dans des termes de tous les jours, que tous les hommes le comprendront. Cherchez cet homme. Vous verrez qu’il attirera à lui, partout dans le monde, des hommes et des femmes qui partagent ces croyances. Ils se rassembleront autour de lui et il travaillera à travers eux [La Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse (B. Creme)]

La simplicité a un rôle à jouer. Quand on regarde le sentier de l’évolution, on s’aperçoit qu’au début l’unique préoccupation des créatures est de se nourrir. Puis à mesure que les organismes deviennent plus complexes, leurs besoins deviennent également plus complexes. Viennent ensuite les êtres humains, 6,5 milliards aujourd’hui, qui se compliquent la vie à l’extrême en créant une quantité infinie de marchandises de toutes sortes, utilisables ou non, utiles ou inutiles, qui remplissent les boutiques et les entrepôts du monde. Sans parler des millions de tonnes d’armement inutile qui encombrent et menacent la planète.
Promenez-vous le long d’une des avenues principales de Tokyo par exemple, et rendez-vous dans le quartier où l’on trouve du matériel technologique de toutes sortes, téléphones mobiles, appareils photos, télévisions ou ordinateurs. Vous pouvez en acheter des millions. Chaque immeuble est plein comme un œuf, rempli du premier au vingtième étage de gadgets de communication de toutes sortes.
Les choses vont-elles se simplifier ? La simplicité fait-elle partie de l’art de vivre ? Je dirais que la simplicité est étroitement liée à l’art de vivre. D’après mon expérience, à mesure que l’humanité s’accroît et que la vie devient de plus en plus encombrée d’objets, de technologie, elle devient de moins en moins simple et s’éloigne de ce que nous appelons l’art de vivre. Nous ne savons pas vivre. Ce n’est pas une façon de vivre que de remplir des entrepôts de téléphones cellulaires et d’ordinateurs. Ils devraient être distribués s’ils sont utiles, ou ne pas être fabriqués s’ils sont inutiles. Notre société mercantile a perdu la tête.
Lorsque nous aurons avancé sur le chemin de l’évolution, lorsque l’art de vivre se développera au sein de l’humanité et que nous serons prêts à renoncer en partie à cette surproduction compliquée, nous découvrirons que la simplicité est la clé.
La simplicité, c’est utiliser le minimum dont nous ayons besoin pour jouir le plus pleinement possible de la vie. La vie la mieux remplie peut être vécue comme un art, mais cela demande de la simplicité.
Ainsi, lorsque nous entrerons vraiment dans l’ère nouvelle, lorsque l’art de vivre sera pris au sérieux, reconnu et développé par l’humanité, lorsque l’innocuité et la loi de sacrifice en seront les piliers, alors la simplicité se fera de plus en plus grande. L’expérience du « désert » montrera à l’humanité la nécessité de la simplicité. Et plus la vie est complexe, comme aux Etats-Unis aujourd’hui, plus il peut être difficile d’accepter la simplicité du futur. Mais ce sera une époque plus heureuse, car on peut trouver beaucoup de bonheur dans la simplicité. [L’Art de vivre (B. Creme)]

Je suis un homme simple et, avec simplicité, je vous adresse mon appel : accordez-moi votre confiance, suivez-moi et laissez-moi vous guider vers un avenir fondé sur l’Amour, fondé sur le Partage, fondé sur la Fraternité. Permettez-moi de vous montrer comment accéder à cet état de simple interdépendance, de justice, d’alignement correct avec votre Source et avec vos frères. Beaucoup m’écouteront, mais pas tous. Néanmoins, le succès de mon Armée de Lumière est assuré. Beaucoup me verront bientôt et ne me connaîtront pas. Beaucoup me verront et me reconnaîtront. Ils forment mon peuple. Puissiez-vous être l’un d’entre eux. Mon cœur déborde d’amour pour vous tous. [Message n° 4 (Maitreya)]

La méditation de transmission est simple. Cela ne l’empêche pas d’avoir des effets et des modes d’action multiples et essentiels. En premier lieu, c’est un acte de service. Je ne connais aucune autre façon de servir le monde avec tant de puissance, de valeur, d’importance et de façon si conforme à la ligne d’évolution du Plan, mais qui soit en même temps si simple et si facile. Devenir un saint est d’une difficulté extrême. S’occuper des millions d’affamés et des miséreux de Calcutta est une entreprise démesurée – comme le sait si bien Mère Teresa. Nous ne sommes pas tous des « Mère Teresa ». Mais tous, nous pouvons consacrer quelques heures par semaine à nous asseoir tranquillement pour absorber et transmettre l’énergie de la Hiérarchie.
C’est très simple et pourtant je ne saurais assez souligner la valeur de ces quelques heures. Cela aide le monde bien plus que nous ne pouvons l’imaginer, et c’est en même temps un moyen de progrès personnel. Je ne connais aucune autre méthode de service qui permette une croissance spirituelle intérieure aussi rapide et d’une telle envergure. C’est un yoga et un champ de service « apportés sur un plateau » [La Mission de Maitreya, tome I (Benjamin Creme)]

Quand Maitreya apparaîtra aux yeux de tous, les gens se rendront compte qu’ils l’ont déjà connu dans le passé et que son enseignement n’a rien d’étrange, rien qui dépasse leur entendement. Il s’exprimera si simplement que tous le comprendront. En vérité, cette simplicité même suscitera l’étonnement.
Toutefois, il apparaîtra aussi que la plupart des gens recevront ses paroles d’une façon nouvelle et y trouveront la lumière naissante d’une vérité insoupçonnée qui les touchera en profondeur. Si simples que puissent être ses idées, elles trouveront une résonance dans les cœurs et les feront vibrer d’une vie nouvelle. Ainsi en sera-t-il. Ainsi Maitreya touchera-t-il le cœur des hommes, les exhortant à s’aider eux-mêmes en aidant leurs frères et sœurs à travers le monde. Ses paroles susciteront de profondes réflexions, et l’on se sentira étrangement ému à l’écoute de propos bien connus. Les hommes répondront par le cœur comme jamais auparavant, et une compréhension nouvelle de l’urgence de la situation donnera force à cette réponse. [Les premiers pas (Maître –)]

Mes enseignements sont simples, mes paroles également. Tout ce que je dis se comprend vite. Il n’y a rien de difficile dans la Vérité de Dieu. La Vérité de Dieu, mes frères, réside dans le cœur de tous les hommes. Cette simplicité, il vous appartient de la révéler. Moi, votre Guide, je vous montrerai la voie. [Message n° 95 (Maitreya)]

Si vous lisez les messages de Maitreya1, je pense que vous les comprendrez sans difficulté, et il en sera de même le jour de la Déclaration. Il s’exprimera dans les termes les plus simples, ne parlera pas d’ésotérisme ; il se peut qu’il mentionne brièvement le sentier de l’initiation en tant que phase finale de la vie sur cette planète, mais de façon très simple. Il parlera de la nécessité de réviser notre point de vue sur la nature de la vie, son sens et son but, sur les raisons de notre présence dans ce monde, dans des termes accessibles à tous. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Le moment viendra bientôt où l’humanité devra prendre une importante décision. Déchirée comme elle l’est de toutes parts par les divisions et les clivages, elle doit aborder d’une manière nouvelle les nombreux problèmes qui l’assaillent. Sinon, il ne fait guère de doute que c’est un avenir lourd de menaces qui l’attend.
La situation sur Terre à l’heure actuelle est sans précédent. Jamais auparavant autant d’âmes n’ont coexisté sur la planète. Rarement les divisions entre les groupes ont été si cruelles et profondes. Jamais l’homme n’a disposé de forces de destruction aussi puissantes que celles d’aujourd’hui, qui lui donnent le pouvoir de détruire la vie dans tous les règnes. Devant la menace de pareille destruction, l’homme doit faire le bilan de la situation et inventer de nouvelles manières de procéder.
De toutes les techniques possibles, une seule n’a jamais été essayée. Pendant toute son histoire une réponse simple a échappé à la conscience de l’humanité, le principe du partage. Il est le seul qui puisse répondre à ses besoins et résoudre ses nombreux problèmes car c’est un principe fondamental du Plan de Dieu lui-même.
Par l’absence de partage, l’homme renie sa divinité et se prépare un avenir fait de tous les malheurs. L’absence de partage, c’est le règne d’un chaos infernal qui interdit à l’homme la justice qui lui revient de droit. Seul le partage fournit à l’homme l’opportunité de mettre en œuvre le Plan divin de Fraternité et d’extirper à jamais du monde l’hérésie de la séparation.
Sans partage, comment l’homme pourrait-il poursuivre sa route ? Comment, sans partage, pourrait-il espérer survivre ? Si grands sont les dangers inhérents au déséquilibre actuel entre les nations qu’il ne peut compter sur la seule chance pour se tirer d’affaire. Une maladie mortelle – la séparativité et la cupidité  – fait rage sur la Terre et exige des mesures draconiennes si l’humanité veut guérir.
Malgré le chaos extérieur, la guérison très simple est à portée de main. Les épreuves endurées depuis si longtemps par l’humanité touchent à leur fin. Mobilisée contre les forces qui tiennent encore l’homme en esclavage, la Hiérarchie de Lumière, réunie sous la bannière de la Vérité, reprend le chemin de la Terre. [Plaidoyer pour le partage (Maître –)]

L’un des buts de cette civilisation sera de créer une économie plus simple et naturelle, fondée sur la satisfaction des besoins. Les systèmes économiques actuels sont basés sur la contrainte du mercantilisme et des forces du marché. Tous les pays développés produisent ou surproduisent les mêmes biens ; ils ne peuvent les vendre sur leurs marchés intérieurs largement saturés, ce qui les oblige à se tourner vers les pays du tiers monde. Mais comme nous ne leur achetons pas leurs produits à des prix équitables (en faussant le cours des marchés), ils n’ont pas les moyens de nous acheter nos biens.
Les Maîtres nous montreront qu’il existe un mode de vie créatif et satisfaisant, riche et épanouissant, mais plus simple, utilisant les ressources planétaires d’une manière viable. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

 Mes Maîtres préparent leurs groupes pour qu’ils montrent la voie, afin de répondre aux besoins des hommes. De cette mise en œuvre résultera tout le bien du monde. Mes Maîtres connaissent les problèmes qui assaillent aujourd’hui les hommes ; mais ils savent également comment les résoudre. Permettez-leur de vous guider, mes amis, et de vous montrer le chemin simple de la Joie, de la Simplicité et de la Vérité. [Message n° 43 (Maitreya)]

Bien que Maitreya et les Maîtres soient des êtres spirituels parfaits par rapport à nous, vous vous apercevrez qu’ils sont simples, directs et parfaitement respectueux dans leurs relations avec l’humanité. Ils ne se comportent pas, et ne se comporteront jamais, comme les dieux anciens de l’imagination populaire. Ce sont des hommes, comme nous, mais des hommes sans défaut. Toujours prêts à faire de l’humour, ils abordent les problèmes simplement et connaissent mieux que nous la nature spirituelle intérieure de tous les hommes.
Maitreya est le Seigneur de l’Amour, la Hiérarchie spirituelle est le centre planétaire où s’exprime l’Amour de Dieu : voilà qui illustre leur comportement avec nous. Leur amour est inconditionnel. [L’Eveil de l’humanité (B. Creme]

C’est une nouvelle simplicité que le Christ proposera aux hommes, leur permettant de tout partager comme des frères. La coopération sera la note clé de cette vie simple, le partage des ressources l’ordre du jour. Ainsi la divinité humaine pourra-t-elle s’exprimer et le Plan être mené à bien par l’intermédiaire des hommes.
Maintenant commence pour l’humanité une grande aventure qui la conduira jusqu’aux sommets les plus élevés. Dans la simplicité, les hommes connaîtront la plénitude d’une vie nouvelle dont ils comprendront enfin le sens et le but. Des « Eaux de Vie » du Verseau s’écoulera l’abondance spirituelle à laquelle tous les hommes aspirent au fond de leurs cœurs. Ainsi naîtra une nouvelle manière d’aborder les problèmes d’argent et de pouvoir, de privilège et de prestige. Le désir de servir remplacera le désir de profit, et l’aspiration à la justice supplantera la cupidité qui divise les hommes. Chacun est partie prenante dans l’instauration de cette liberté nouvelle. Il incombe à tous ceux qui ont une perception des événements à venir de bien jouer leur rôle. [La nouvelle simplicité (Maître –)] 

Mes moyens, comme vous le savez, sont simples. Je n’ai besoin d’autres outils que l’amour dans le cœur des hommes. Cet amour, mes amis, qui vous est dispensé par ce dont vous êtes issus, conduira les hommes à la Source même de l’Amour. Manifestez-le, mes frères, et entrez dans nos rangs. [Message n° 70 (Maitreya)]


1. Messages de Maitreya, le Christ, Partage publication.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.