DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2010

Extraits de la revue
Partage international

Février 2010 - N° 257 / 258

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Pas d’avenir durable sans l’éradication de la faim par José Graziano da Silva


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • Faire le lien


  • Faits et prévisions


  • Dossier


  • Citation


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Interviews


  • Compilation




L'article du Maître

Home Une glorieuse entreprise

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 10 janvier 2010

Quand les hommes verront Maitreya, qu’ils le reconnaissent ou non, ils se sentiront obligés de le soutenir ou de le rejeter, lui et tout ce qu’il représente : le partage, la justice et la paix. Ainsi se scinderont-ils en deux groupes clairement identifiés. Ainsi l’Epée de clivage remplira-t-elle l’office qui lui est assigné, et ainsi Maitreya saura-t-il si les hommes sont prêts pour le changement. En leur apparaissant comme l’un des leurs, le Grand Seigneur s’assure qu’ils le suivront et le soutiendront pour la justesse et le bien-fondé de ses idées, plutôt que pour son statut. Toutefois, peu importe qu’ils le reconnaissent comme Maitreya, comme le Christ, ou simplement comme un homme dont la sagesse répond à leur propre aspiration à la justice, à la paix, et à un monde meilleur pour tous.

Celui qu’ils attendent

On peut supposer que, peu à peu, les hommes commenceront à voir en Maitreya celui qui est attendu par toutes les traditions religieuses, quel que soit le nom qu’elles lui donnent. Certains diront : « Ce doit être le Mahdi », tandis que d’autres affirmeront : « Krishna est revenu, la loi est accomplie ! ». D’autres s’exclameront : « C’est sûrement le Messie qui arrive enfin ! », tandis que d’autres encore verront en lui le Christ ou le Bouddha Maitreya. Tous verront en lui celui qu’ils attendent, celui qui répondra à leurs espoirs et satisfera leurs besoins. Maitreya se gardera de confirmer ou d’infirmer leurs dires, et il est souhaitable que ceux qui œuvrent pour son émergence et pensent l’avoir reconnu fassent de même. C’est seulement le Jour de Déclaration que Maitreya reconnaîtra son identité et son statut véritables.

En ce jour glorieux tous les hommes sauront, sans l’ombre d’un doute, que leur longue attente n’a pas été vaine, que le secours est vraiment à portée de main, que l’Instructeur se tient prêt à aider et guider ; qu’il vient comme Frère aîné plutôt que comme Sauveur, prêt à montrer le chemin aux hommes pour sauver la planète, et à leur permettre de restaurer eux-mêmes l’équilibre et l’harmonie dans leurs actions et dans leur vie.

La résolution de nos problèmes

Maitreya montrera que si nos difficultés sont nombreuses, elles ne sont pas insurmontables ; que la solution à tous nos problèmes est déjà entre nos mains. Que le simple fait de partager a le pouvoir, à lui seul, de transformer en mieux la vie sur Terre. En tant que Frère aîné il demandera aux hommes de s’en remettre à lui, avec l’assurance qu’il ne les conduira nulle part ailleurs que sur le sentier d’harmonie et d’amour qui leur est destiné ; qu’ils n’ont rien à craindre d’autre que leur peur elle-même ; que l’avenir qui les attend est déjà marqué au sceau du divin.

Maitreya ayant ainsi ouvert la voie, l’humanité pourra se lancer dans des transformations d’une portée gigantesque, impliquant tous les hommes et femmes de par le monde. Ces transformations marqueront, pour la race humaine, le commencement d’une glorieuse entreprise : la restauration de notre Terre à sa place légitime parmi ses planètes sœurs dans notre système.





Home Maitreya se fait connaître

par Benjamin Creme

L’« étoile » annonciatrice a préparé la voie à Maitreya,
l’Instructeur mondial, qui a donné récemment
sa première interview télévisée aux Etats-Unis.
Des millions de personnes l’ont entendu parler,
que ce soit à la télévision ou sur internet.

Sa mission au grand jour a commencé.

Il n’a pas été présenté en tant que Maitreya,
Instructeur mondial et chef de notre Hiérarchie spirituelle,
mais simplement comme un homme parmi d’autres.
Il s’assure ainsi que
« les hommes le suivront
et le soutiendront pour la justesse
et le bien-fondé de ses idées,
plutôt que pour son statut ».

Il a parlé avec gravité de la nécessité de la paix,
à laquelle on ne peut parvenir
que par la création d’un monde juste,
dont les ressources seront partagées.

Cette interview est la première.

Bien d’autres suivront aux Etats-Unis,
au Japon, en Europe et ailleurs,
qui transmettront au monde son message d’espoir.

Benjamin Creme, le 14 janvier 2010




Home Des visiteurs de Jupiter

Une photographie a été prise par un touriste, dans la vallée de Sagrado Urubamba, près de Cuzco (ancienne cité inca) au Pérou, le 16 février 1989, entre 9 h 30 et 10 h 30. Ni les personnes présentes, ni le photographe n’ont vu cette forme dans le ciel. Cependant, elle est apparue sur deux clichés pris à deux endroits plus ou moins élevés de la montagne.

Le Maitre de Benjamin Creme a identifié cet étrange objet comme étant un vaisseau spatial en matière éthérique , venant de Jupiter, dont l’image projeta l’image sur le film. Il transportait quelque 500 personnes. Il existe dans les Andes une base très fréquentée par les Frères de l’espace qui nous rendent visite.


Home L' « étoile » qui annonce l'émergence de Maitreya

Le 12 décembre 2008, Partage international a émis un communiqué de presse annonçant que, dans un avenir très proche, une grande étoile particulièrement brillante allait apparaître dans le ciel, visible partout dans le monde, de jour comme de nuit. Ce communiqué précisait qu’environ une semaine plus tard Maitreya donnerait sa première interview sur l’une des plus grandes chaînes de télévision des Etats-Unis. Depuis début janvier 2009, cette étoile est apparue dans le monde entier et nous recevons chaque jour des témoignages de plus en plus nombreux à son sujet.  

Partage international a également reçu de nombreux témoignages qui, selon le Maître de Benjamin Creme, ne concernent pas « l’étoile » mais la planète Vénus. Mais même si parfois ils s’avèrent erronés, nous sommes heureux de recevoir ces témoignages. Cela montre que des personnes de plus en plus nombreuses s’intéressent aux informations que nous publions.

Nous publions ici une sélection de photographies que nous avons reçues, ainsi que d’images provenant de YouTube. Le Maître de B. Creme a confirmé qu’il s’agissait de l’étoile qui annonce l’émergence de Maitreya.


Waterloo Rd, New Jersey (Etats-Unis), le 12 septembre 2009. Désignée comme une boule de plama
(YouTube : mikie8865)
 


Montréal (Canada), le 21 décembre 2009. Photo envoyée par A. T.
 


Samnanger (Norvège), en direction du sud, le 10 janvier 2010 à 0 h15



Samnanger (Norvège), en direction du sud-est, le 29 décembre 2009 à 23 h 30



Nuremberg (Allemagne), le 20 novembre 2009 par K. M.



Berlin (Allemagne), près du port de Langenscheidt, le 5 septembre 2009 à 21 h 25.
« A environ 120°vers l'est. On voit des changements de taille et de couleur surprenants. Selon les carte du ciel, ça pourrait être Jupiter mais je n'ai jamais entendu parler d'effets tels que eux qu'on voit sur la vidéo. La caméra est une Panasonic SDR-H80 acec un zoom optique de 70 et un zoom numérique de 3 500. Avec ce bon zoom optique, il est probable que le film donne une bonne image de ce qu'est l'objet. » (YouTube : weisskopfseeadler3)



Bucaramanga (Santander) (Colombie), 31 décembre 2009 à 17 h. (YouTube : 63724016421150)


Melun (France), le 11 novembre 2009, à 18 h, en direction du Sud. Décrit comme une " sorte d'objet rond, avec un cercle à l'intérieur de couleur rose et un cercle extérieur vert. Quand on regarde le ciel, ça ressemble à une grosse étoile. » (YouTube : 10000Helena).

 

 

 





Signes des temps

Home Une marque en forme de croix sur le front d’un veau

Source : Daily Mail, G.-B. ; Norwich Bulletin, E.-U. ; WFSB.com

Moïse, un veau mi Jersey, mi Holstein, de couleur marron, est né dans une ferme de la famille Davis, à Sterling (Connecticut), le 1er décembre 2009, avec une tache en forme de croix sur le front. Le propriétaire de la ferme, Brad Davis, découvrit cela avec stupéfaction.Le veau séjourne dans la ferme voisine de Buttercup dont Davis est copropriétaire avec Megan Johnson. Cette dernière est certaine que la croix est un miracle : « Je travaille dans l’élevage, je m’y connais en reproduction et en génétique et je pense que cela ne se reproduira plus avec un million de vaches. Je pense qu’il s’agit d’une intervention divine. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un miracle manifesté par le Maître Jésus.


Home l’« étoile » qui annonce l’émergence de Maitreya

Spirale au-dessus de la Norvège

L’énorme spirale de lumière d’un blanc éclatant en son centre, aperçue au nord de la Norvège, le 9 décembre 2009 pendant presque 15 minutes, a attiré l’attention de différents médias dans le monde entier.

Dans un récent communiqué de presse (n° 91), Share International a confirmé que cette manifestation extraordinaire était « ce luminaire ressemblant à une étoile » observé depuis décembre 2008 à travers le monde ‑ le signe qui annonce l’apparition imminente de Maitreya, l’Instructeur mondial, pour son premier entretien télévisé aux Etats-Unis. Ce communiqué indique également que « d’autres manifestations de ce type sont prévues dans un avenir proche ».

Dans les heures qui suivirent la diffusion des photographies et des reportages sur la spirale norvégienne, on affirma qu’elle avait été provoquée par un missile russe.


[La version imprimée de la revue Partage international n° 257-258 de janvier-février 2010 propose une photographie page 24 et de plus amples informations dans la rubrique Questions-Réponses.]

Le Maître de B. Creme confirme que l’« étoile » (l’un des quatre immenses vaisseaux spatiaux qui apparaissent en différentes parties du monde), était véritablement à l’origine de cette manifestation en forme de spirale, et que la théorie d’un missile russe n’avait aucun fondement.


Home Une mère et son bébé se rétablissent miraculeusement

Source : Associated Press, CNN.com

Dans le Colorado, une femme frappée par une crise cardiaque apparemment fatale pendant son accouchement, revint inexplicablement à la vie quelques minutes plus tard et puis se rétablit complètement. Son bébé, presque inanimé, fut réanimé à l’hôpital.

Tracy Hermanstorfer, une femme âgée de 33 ans sans problèmes cardiaques connus, cessa soudainement de respirer et fit un arrêt cardiaque pendant son accouchement le soir de Noël 2009, à l’hôpital Memorial de Colorado Springs. Stephanie Martin, une médecin qui assista Tracy, a déclaré : « Elle ne donnait pas signe de vie, son cœur ne battait plus, elle n’avait plus de tension et ne respirait plus. » Les docteurs et les infirmières tentèrent en vain de la ranimer par des massages cardiaques et une aide respiratoire. Quatre minutes plus tard, craignant pour la vie du bébé, ils pratiquèrent une césarienne en urgence sans anesthésie. « Le bébé, a déclaré Stephanie Martin, était presque sans vie et son cœur battait très lentement. »

Quelques minutes après la naissance, Tracy se remit inexplicablement à respirer et son pouls se rétablit. Le bébé revint à la vie grâce au travail intense du personnel de l’hôpital. Stephanie Martin déclara qu’elle n’avait pas d’explication pour l’arrêt cardiaque de la mère ni pour son rétablissement. « Nous avons étudié ce cas en profondeur et n’avons pas pu trouver d’explication. » Mike, le mari de Tracy, a déclaré que « la main de Dieu était intervenue. Nous sommes tous les deux croyants, mais ce qui vient de se passer là ‑  expliquez-moi comment c’est possible. Il n’y a pas d’autre explication. »

Le Maître de B. Creme a indiqué que la mère et son enfant se sont rétablis grâce à l’intervention du Maître Jésus


Home Une réaction en chaîne

Source : NBC Philadelphia

En décembre 2009, NBC Philadelphia a raconté l’histoire d’un couple mystérieux dont la générosité avait déclenché une réaction en chaîne « magique » dans un restaurant. Les employés de l’Aramingo Diner, à Port Richmond, ont raconté qu’un homme et une femme avaient déclenché cette réaction de générosité en payant le prix double, non seulement pour leurs propres petits déjeuners, mais également pour ceux des autres clients qu’ils ne connaissaient pas.

« C’était magique. J’en avais les larmes aux yeux. Je travaille ici depuis dix ans et je n’ai jamais rien vu de tel, a déclaré Lynn Willard, une des serveuses, en précisant que le couple leur avait demandé de ne rien dire avant qu’ils n’aient quitté l’établissement.

Pendant les cinq heures suivantes, des dizaines de clients, apprenant que leur addition avait été réglée par des étrangers, ont poursuivi cet élan de générosité en payant l’addition des autres clients. Le responsable du restaurant a déclaré que personne ne se souciait du montant de l’addition, qui allait de 12 à 30 dollars, et que les gens donnaient volontiers un pourboire aux serveuses. NBC trouva remarquable la manière dont un petit geste de bonté puisse créer une telle magie.

.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya et la femme le Maître Jésus


Home Reportages sur l’« étoile » dans les médias

L’« étoile » au Canada

Source : Nanaimo Daily News, Canada

 On a pu lire dans le Nanaimo Daily News que le jour de Noël 2009, Chris Ansell et Kathleen Kirby de Nanaimo, Vancouver Island, en Colombie britannique (Canada), se trouvaient sur la terrasse dans le jardin des parents d'Ansell. à 20 h 29 quand ils ont vu quatre lumières orange de la taille d’une étoile traverser rapidement le ciel de quatre directions différentes pour se rejoindre au-dessus du Mont Benson.

Ces « lumières ont zigzagué, puis se sont transformées en boules vertes rougeoyantes et ensuite, elles ont disparu vers le haut », a raconté Ansell. L’apparition a duré moins de 40 secondes, mais le couple a pu prendre trois photos.

Le Maître de B. Creme confirme qu’il s’agissait bien des quatre « étoiles »


Home Motif dans la neige à Berne

Ce motif complexe est apparu dans la neige au Kornhaus Bridge, à Berne (Suisse), le 15 décembre 2008, Il a été manifesté par les Frères de l'espace et présente une similitude avec les agroglyphes que l’on voit en Grande-Bretagne, ainsi qu'avec la « spirale  norvègienne ».  Photographie envoyée par F. W.




Home Reportages sur l’« étoile » dans les médias

L’« étoile » aux Etats-Unis

Source : Canadian National Newspaper, Exopolitics News, Canada

 Le 24 novembre 2009, un pilote civil du Tennessee, avec huit années d’expérience, regardait un avion décoller à l’aéroport international de Memphis, quand il a aperçu un ovni triangulaire avec de faibles lumières blanches. Il a raconté que ses lumières ne clignotaient pas, qu’il était silencieux, et qu’il se déplaçait à Mach 1 ou Mach 1 5. En comparant l’objet avec d’autres aéronefs dans le ciel à ce moment-là, le pilote a évalué la taille de l’objet comme étant « celle d’un terrain de football ».

L’apparition a été ajoutée à la base de données du Mutual UFO Network (Mufon), qui reçoit de plus en plus de récits d’apparitions de gros ovnis triangulaires se déplaçant près du sol.

Le Maître de B. Creme confirme que l’objet était l’« étoile », mais qu’il avait cinq fois la taille d’un terrain de football.


Home Reportages sur l’« étoile » dans les médias

L’« étoile » en Bulgarie

Source : BNT, Novinar Daily, Bulgarie

La télévision bulgare a diffusé un reportage dans lequel des centaines de fêtards célébrant le nouvel an 2010 à Sofia, la capitale bulgare, ont aperçu un objet en forme de diamant qui s’est déplacé de façon irrégulière dans le ciel avant de disparaître. Dans le reportage, certains des témoins ont déclaré qu’ils sentaient que l’ovni n’était pas de ce monde. L’un d’eux a réussi à le filmer.

Les apparitions d’ovnis sont communes en Bulgarie. A la suite d’une étude récente approfondie sur les agroglyphes, l’agence spatiale nationale bulgare a fait connaître ses conclusions : des êtres extraterrestres contactent la Terre et communiquent avec les humains à travers les agroglyphes.

« Ils sont partout, et ils nous observent en permanence », a déclaré Lachezar Filipov, sous-directeur de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie des sciences bulgare. « Ils ne nous sont pas hostiles ; au contraire, ils veulent nous aider mais nous ne sommes pas assez évolués pour établir un contact direct avec eux. Ils sont prêts à nous aider mais nous ne saurions pas quoi leur demander ».


Le Maître de Benjamin Creme confirme que le reportage de la télévision concernait bien l’« étoile ».


Home Reportages sur l’« étoile » dans les médias

Quelques-uns des nombreux commentaires sur YouTube

New York, E.-U., novembre 2009
« Pendant plusieurs semaines j’ai vu dans le ciel nocturne de New-York cette étoile (?) très brillante qui semblait changer de couleur (j’habite au centre-ville et je regarde vers l’Est)... Et elle est toujours là, chaque nuit. » (YouTube : Brianne1326)
 
Berkshire, R.-U., 4 janvier 2010
« [Observé] du champ près de chez moi : au début je pensais qu’il s’agissait d’une étoile… Après l’avoir observée un moment avec attention j’ai remarqué qu’elle semblait palpiter ; j’ai décidé de marcher presque un kilomètre vers le bas de la route pour me rapprocher. C’est alors qu’elle a commencé à bouger vers le sud-est au-dessus de moi, en changeant ses lumières, et j’ai commencé à filmer. Dites-moi, s’il-vous-plaît, quelle sorte d’avion peut ainsi rester immobile dans le ciel pendant 20 minutes en ressemblant à une étoile blanche très brillante ? Et puis… elle faisait aussi un bruit bizarre… jamais entendu rien de pareil, un peu comme un crépitement aigu. » (YouTube : angeldeath616)
 
Oakland, E.-U., 12 novembre 2009
« Cet objet est apparu dans le ciel à l’ouest et au sud juste après la tombée de la nuit, pendant une heure. Il bouge constamment mais très lentement vers le haut jusqu’à ce qu’il disparaisse. Ce n’est pas une étoile parce ça bouge. Mais si on ne fait pas attention, ça peut passer pour une grosse étoile. Je ne crois pas que ce soit un satellite parce que sa forme varie. On dirait une sorte de boule d’énergie. Une autre fois, j’en ai vu deux ensemble, comme en formation. Avec ma caméra et son zoom 60x, j’ai pu observer ça de plus près. » (YouTube : pjmenez)





Tendances

Home Méditation contre troubles cardiaques

Source : www.medicalnewstoday.com ; BBC, G.-B

Il ressort d’une étude récente que les personnes souffrant de troubles cardiaques coronariens qui pratiquent la Méditation transcendantale présentent un taux de mortalité sensiblement inférieur à celui des personnes atteintes des mêmes troubles et ayant seulement modifié leur style de vie. Cette étude, menée par le Medical College du Wisconsin et l’Université Maharishi de l’Iowa (E.-U), portait sur 201 Afro-américains souffrant d’un rétrécissement des artères dans le cœur. Certains d’entre eux avaient modifié leur mode de vie, incluant changements de régime alimentaire et exercices physiques, tandis que d’autres pratiquaient la Méditation transcendantale. Après neuf ans, le groupe des méditants avait 47 % de morts, de crises et attaques cardiaques de moins que l’autre groupe. Le groupe des méditants présentait aussi une amélioration significative de la tension artérielle, et un sous-groupe ayant un niveau de stress élevé voyait diminuer de manière significative son stress psychologique. .




Home L’arrivée d’un convoi humanitaire en Palestine

Source : Al Jazeera ; Viva Palestina

Un mois après son départ du Royaume-Uni, un convoi d’aide humanitaire a finalement traversé la frontière égyptienne à Rafah, pour parvenir à la ville de Gaza le 6 janvier 2010. C’est le troisième convoi de ce type organisé par l’organisation humanitaire Viva Palestina, basée en Grande-Bretagne. Ce convoi international de près de 200 véhicules transportait une grande quantité de produits de première nécessité – nourriture, fournitures médicales et scolaires – pour la population victime de l’attaque israélienne destructrice de janvier 2009 et de l’actuel blocus du territoire.

La Bande de Gaza est en situation de siège virtuel depuis la prise de pouvoir du Hamas en 2007. Israël et l’Egypte empêchent tous les produits, à l’exception des produits vraiment de base, de pénétrer sur le territoire.

Les Malaisiens ont fait don de quatre camions d’aide humanitaire et d’une ambulance d’une valeur de 100 000 £ à l’hôpital Elwafa de Gaza. Le Dr Khamis Elessi, directeur des Services de rééducation de cet hôpital, a vivement remercié les Malaisiens : « Les Palestiniens de Gaza ont besoin de milliers de tonnes d’aide médicale. Ce genre de dons aidera de nombreuses personnes à recouvrer la santé et améliorera leur vie pendant cette horrible période de misère ! »

Ce troisième convoi a démarré son voyage en Angleterre le 6 décembre 2009 avec 60 véhicules, des ambulances et des camions chargés de colis d’aide humanitaire. Il a traversé l’Europe par un temps hivernal et a rejoint un contingent turc de 70 véhicules, composé de bénévoles turcs, malaisiens et d’autres nationalités, portant le total à 450 bénévoles et 198 véhicules. L’organisme humanitaire turc IHH était accompagné par une délégation de cinq parlementaires dont Muran Margan, président du comité aux Affaires étrangères du Parlement turc.

Il y eut un différent avec les autorités égyptiennes, qui interdirent au convoi d’accéder au Sinaï égyptien en traversant la Mer Rouge par ferry en provenance de Jordanie. Cela l’obligea à remonter vers le nord jusqu’au port syrien de Latakia, et à gagner ensuite en bateau le port égyptien d’El Arish en Méditerranée. Cela retarda le convoi d’une semaine et engendra un surcoût de 300 000 $, pris en charge par des organisations humanitaires turques et des donateurs des pays du Golfe. Le passage des frontières à El Arish et à Rafah a fait l’objet de divers autres problèmes, et 59 véhicules se virent refuser l’accès à la bande de Gaza, provoquant des actes de violence entre les forces de sécurité égyptiennes, les Palestiniens et certains membres du convoi.

Le parlementaire britannique, George Galloway, initiateur et directeur du convoi, a déclaré que cette mission représentait « une goutte d’eau dans l’océan » tant que le siège de Gaza se poursuivrait. « Ce ne sont pas des convois de ce type, même en grand nombre, qui peuvent résoudre de tels problèmes, a-t-ildéclaré au micro d’Al Jazeera. Aussi, ne cherchons-nous pas à apporter une aide qui serait véritablement efficace, mais à attirer l’attention mondiale sur le fait qu’ici, les gens sont assiégés ! »




Home Ghana : une touche de lumière pour recouvrer la vue

Source : touchoflight.org. G.-B.

Quand elle a entendu dire que le seul ophtalmologiste d’une région de trois millions d’habitants était décédé, Cathy Asante, une sœur infirmière à l’hôpital Western Eye de Marylebone à Londres, a décidé de créer l’œuvre de charité Une Touche de lumière. Son but est de financer des voyages au Ghana pour sauver la vue de centaines de Ghanéens souffrant de la cataracte.

La cataracte est la cause d’environ un tiers des six millions de cas de cécité en Afrique. Seules 100 personnes sur un million sont opérées de la cataracte chaque année.

Cathy Asante a raconté les débuts de son projet : « J’ai évoqué mon projet à mes collègues et elles étaient si enthousiastes que j’ai éclaté en sanglots. »

Une équipe de spécialistes londoniens de l’Imperial College Healthcare Trust et de l’hôpital Moorfields Eye s’est envolée pour le Ghana et a opéré gratuitement de la cataracte plus de 200 patients en deux semaines, à l’Hôpital régional Ho, en Volta.

L’équipe était conduite par Ali Mearza, chirurgien en ophtalmologie du centre de santé de l’Imperial College. « Sauver la vue d’un si grand nombre de personnes a été une expérience merveilleuse et gratifiante », a-t-il témoigné.





Les priorités de Maitreya

Home La mortalité maternelle

Source : Amnesty International

Chaque minute, une femme meurt des suites de complications liées à la grossesse et à l’accouchement ; c’est plus d’un demi-million de femmes chaque année. La plupart des décès sont évitables : les complications pouvant survenir pourraient être traitées.

La majorité des femmes qui meurent en accouchant vivent dans les pays en développement et sont pauvres. A titre de comparaison, dans les pays d’Europe occidentale, le taux de décès lors d’un accouchement est de 1 sur 25 000 ; en Afrique sub-saharienne, la mortalité maternelle est de 1 sur 26, et atteint même 1 cas sur 7 dans certains pays. Dans les pays riches, les femmes issues de milieux défavorisés meurent plus souvent lors d’un accouchement que celles des classes aisées.

Bien que cette situation constitue une urgence sanitaire mondiale, elle correspond à une violation des droits de l’homme. Les statistiques indiquent que la pauvreté, la discrimination entre les sexes et l’injustice menacent le droit des femmes à la vie.

Des soins de santé adéquats, de meilleures installations obstétricales, plus d’hôpitaux et de cliniques, des contrôles pour suivre les grossesses, des médicaments abordables et plus largement disponibles, une meilleure éducation, des soins préventifs, un changement d’attitude à l’égard des femmes et des filles, tous ces éléments sont indispensables si nous voulons améliorer la situation.

Les femmes dans les pays pauvres subissent les effets d’une mauvaise nutrition depuis l’enfance parce que les garçons sont favorisés et, partant, mieux nourris.

La mortalité maternelle apporte avec elle de nouvelles sources de misère : lorsque les mères décèdent, elles laissent derrière elles des familles qui luttent pour survivre. Ces familles tombent souvent encore davantage dans la pauvreté. Plus d’un million d’enfants se retrouvent orphelins chaque année et le cycle de la pauvreté se perpétue.

Des Objectifs du millénaire ont été fixés au niveau international pour réduire la pauvreté ; ils visent à faire baisser, d’ici 2025, la mortalité maternelle de 75 % par rapport au niveau de 1990. Cependant, très peu de pays sont en bonne voie pour atteindre cet objectif. En Afrique sub-saharienne, où le problème est le plus aigu, les progrès ont été insignifiants.




Home Revirement en matière de dépistage et de traitement du sida

Associated Press

Dans un revirement radical de sa politique de santé, l’Afrique du Sud a annoncé que le pays allait traiter tous ses bébés séropositifs avec des médicaments antirétroviraux et élargir le dépistage du sida.

Jacob Zuma, président d’Afrique du Sud, a déclaré dans un discours diffusé à l’échelle nationale qu’à partir d’avril 2010, la nouvelle politique de santé assurera un traitement pour tous les enfants séropositifs de moins d’un an, et un traitement plus précoce pour les patients infectés à la fois par le virus du sida et par la tuberculose, ainsi que pour les femmes enceintes séropositives. Le président Zuma a déclaré que tous les établissements de santé, et pas seulement les centres spécialisés, fourniront des conseils, des tests de dépistages et des traitements.

L’Afrique du Sud, avec une population d’environ 50 millions d’habitants, a 5,7 millions de personnes infectées par le sida, plus que toute autre nation. Le ministre de la Santé du gouvernement précédent se méfiait des médicaments et promouvait les traitements à base d’ail.

Le gouvernement du président Zuma s’est fixé comme objectif d’ici 2011 de pouvoir fournir les médicaments contre le sida à 80 % de ceux qui en ont besoin. Le gouvernement des Etats-Unis a annoncé qu’il accorderait 120 millions de dollars à l’Afrique du Sud au cours des deux prochaines années pour les médicaments contre le sida.




Home Chine : les trop grands écarts de richesse posent problème

Source : China Daily, Chine

Une étude publiée par l’Académie des sciences sociales du Zhejiang montre que 70 % des personnes interrogées en Chine ressentent qu’il existe « un large fossé » entre les riches et les pauvres, et que plus de la moitié de ces personnes pensent que ce fossé se creusera davantage. L’étude, basée sur des questionnaires distribués à dix catégories sociales différentes telles que les fonctionnaires, les indépendants et les agriculteurs, a été lancée dans la première moitié de 2009. Elle montre également que 96 % du public chinois éprouve du ressentiment envers les riches.

Zhao Yi, fonctionnaire de la province de Guangdong, donne les raisons de sa rancœur : « La plupart d’entre eux s’enrichissent aux dépens des pauvres. Prenez ces spéculateurs dans l’immobilier. Ils contrôlent le marché et favorisent la hausse des prix, ce qui leur permet de dégager des profits considérables. L’augmentation des prix est inacceptable. N’est-ce pas injuste pour la majorité de ceux qui sont incapables de se payer un appartement, même en regroupant les économies de trois générations ? »

Un sondage du magazine Forbes en décembre 2009 met en évidence la part du logement dans le budget des ménages, beaucoup plus élevée en Chine : 61,1 % à Pékin et 48,8 % à Shanghai, contre 13,9 à Tokyo ou 8,8 % à Hong Kong.

Selon le journal Global Times, l’annonce selon laquelle le produit intérieur brut (PIB) de la Chine devrait atteindre 4 000 dollars par habitant d’ici la fin de 2010 a déclenché un intense débat public. Selon un sondage publié par Huanqiu.com, plus de la moitié des personnes interrogées sur Internet considèrent que ce chiffre ne reflète pas vraiment leur niveau de vie réel. Certains utilisateurs en ligne ont fait observer que la situation économique d’un pays ne peut être uniquement jugée en fonction du PIB par habitant. Par ailleurs, d’autres ont suggéré que le PIB par habitant ne devrait pas se calculer globalement, mais selon une ventilation par province, région et secteur professionnel, afin de donner une image plus précise.

La population rurale présente un tout autre tableau. A la fin de 2008, la Chine comptait 40 millions de personnes vivant en dessous du seuil officiel de pauvreté, ce qui représente 4,2 % de la population rurale totale.

Au total, la population vivant sous le seuil de pauvreté s’élève à 150 millions de personnes si on se réfère à la norme internationale d’un dollar de revenu par jour et par personne. La définition du seuil de pauvreté en Chine n’a pas changé depuis 20 ans. La Chine a fixé ce seuil à 206 yuans par an en 1986, ce qui correspondait à environ 50 dollars et à la moitié du revenu annuel d’un agriculteur. De nos jours, 1 196 yuans (soit 175 dollars) correspondent à peine à 25 % du revenu annuel moyen de la population rurale du pays.

Par ailleurs, la Chine est déjà le deuxième marché pour les produits de luxe et ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne dépasse le Japon, affirme le China Daily. Selon le rapport de l’Association mondiale des produits de luxe, la consommation en Chine a atteint 8,6 milliards de dollars, soit 25 % du total mondial. L’Association des marques de Chine estime que les consommateurs de marques de haut niveau représentent 13 % de la population chinoise, soit 170 millions de personnes.





Faire le lien

Home Les réfugiés climatiques

Source : UNHCR ; IPS

Il n’est pas très difficile de définir le mot réfugié. Selon les statuts des Nations unies, le terme réfugié s’applique à la victime de violence ou de persécution. Cette personne a le droit de demander asile à un autre pays. Mais quel est le statut de ceux qui sont forcés de fuir à cause du changement climatique ? Le nombre des réfugiés climatiques augmente car les conditions climatiques – sécheresse, inondations, élévation du niveau de la mer, désertification, etc. – rendent leur vie intenable.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime entre 200 et 250 millions le nombre de réfugiés écologiques qui seront « déplacés de façon permanente » avant la moitié du siècle.

L’un des problèmes est la complexité d’un sujet qui englobe de nombreux facteurs, rendant la définition d’un réfugié climatique extrêmement difficile. Par exemple, une suite d’inondations désastreuses fait-elle partie d’un cycle naturel, est-elle due au réchauffement climatique ou à la mauvaise gestion des réseaux hydrographiques, aux barrages, aux constructions dans des plaines inondables ? Quelles qu’en soient les causes, quels seront ensuite les pays devant donner asile à ces réfugiés écologiques ? Et pour combien de temps ? Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la Terre à l’Université de Colombia (New York), pense que le Darfour est un exemple de région déjà sévèrement touchée conduite à la ruine par le changement climatique.

« Actuellement, il n’y a aucune obligation d’accepter des personnes fuyant la pauvreté », précise Jean-François Durieux, en charge du changement climatique au Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (UNHCR). Selon lui, il existe une conspiration du silence et la question de l’accueil des réfugiés climatiques « reste tabou ».

Il y a maintenant trois types de réfugiés sur la planète : politiques, économiques et environnementaux. Les accords internationaux, les gouvernements et le public en général reconnaissent la validité des plaintes du deuxième groupe – sans parler de celle du troisième groupe !

J.-F. Durieux explique que l’UNHCR s’occupe attentivement de ce sujet, face aux complexités juridiques quant à la définition du statut de réfugié climatique et devant l’ampleur que provoquerait l’obligation d’accorder asile à des millions de personnes. Il espère qu’un nouveau traité mondial pourrait « établir un climat de confiance » entre les 192 pays membres de la Convention des Nations unies sur le changement climatique. L’UNHCR espère arrêter un ensemble de propositions au cours de l’année.




Home Le bouleversement climatique menace la santé humaine

Source : worldwatch.org

La dégradation des sols, du climat et des écosystèmes mettent en danger la santé de centaines de millions, peut-être même des milliards de personnes. Cela représente le plus grand défi de santé publique du 21e siècle. Ces bouleversements s’attaquent à ce qui préserve les fonctions vitales et ils affaiblissent la santé des populations les plus saines de la planète.

Ce sont les conclusions d’un nouveau rapport, Changement environnemental mondial : une menace pour la santé humaine, publié par le Worldwatch Institute et la Fondation des Nations unies. Ce rapport observe déjà des modifications dans la répartition de la malaria, de la bilharziose, et autres maladies infectieuses dans de nombreuses régions. Il conclue que les populations pauvres, surtout dans les pays en voie de développement, sont les plus vulnérables à ces changements environnementaux, bien qu’elles en soient les moins responsables.

« Il est de plus en plus apparent que l’étendue et la profondeur des changements que nous infligeons à l’environnement mettent en danger de nombreuses espèces avec lesquelles nous partageons l’écosystème, ainsi que la santé et le bien-être de notre propre espèce », écrit l’auteur du rapport, le Dr Samuel Myers, professeur à l’Ecole de médecine de Harvard et chercheur au Centre Universitaire de Harvard pour l’environnement.

Ce rapport expose brièvement une série de menaces pour la santé publique – la rareté de la nourriture et de l’eau, le changement de distribution des maladies infectieuses, l’augmentation de la pollution atmosphérique, les désastres naturels et le déplacement des populations – cela menace collectivement de grandes parties de la population humaine. Mais la plupart des décès et des maladies dus à ces menaces sont fondamentalement évitables, écrit le Dr Myers, si les politiciens se mobilisent pour une action forte et concertée. Le rapport souligne la nécessité des suivis au niveau national, afin d’identifier les principales menaces en différentes régions, ainsi que d’une assistance technique et financière accrue de la part de la communauté internationale pour aider les pays en voie de développement à s’adapter aux effets sur la santé de l’accélération des changements environnementaux.

En fin de compte, le rapport soutien que l’humanité aura besoin de trouver de nouvelles façons de générer une croissance économique qui ne sape pas l’environnement, ou les progrès réalisés en matière de santé, de nutrition et de réduction de la pauvreté.

« Les grands changements environnementaux sont provoqués par l’homme et tout cela s’accélère, affirme le Dr S. Myers. Pour réduire la souffrance humaine inévitable qui en résultera, nous devons redoubler d’efforts pour ralentir le rythme des changements environnementaux, réduire le taux de croissance de la population humaine, et réduire la vulnérabilité de ceux qui sont menacés. »

En préface du rapport, Gro Harlem Brundtland, ancienne première ministre de Norvège et envoyée spéciale pour le changement climatique auprès de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, décrit ce document comme « un appel à l’action. Savoir que nous sommes en mesure de changer les choses doit nous rendre responsables. En combattant l’ignorance, l’inaction et les inégalités, nous pouvons créer les conditions permettant d’écarter les menaces pour la santé. Nous devons agir collectivement et de façon ciblée afin de réduire la vulnérabilité des plus pauvres face aux menaces dont ils ne sont guère à l’origine. »





Faits et prévisions

Home La Terre en unité de soins intensifs

Source : truthout.org

« Peu à peu, les décideurs se rendent compte que le temps ne joue pas en faveur de ceux qui pillent et polluent la planète, que les ressources ne sont pas illimitées, et que la nature ne supporte pas l’exploitation et l’agression. On prend de plus en plus conscience que seule une action prudente et concertée à l’échelle mondiale peut remédier aux nombreuses atteintes à l’ordre naturel. » [Le Maître de B. Creme, Eveil à la responsabilité]

Selon le Dr Helen Caldicott, militante antinucléaire en Australie et aux Etats-Unis : « Le réchauffement climatique constitue le plus grand cadeau que l’industrie nucléaire ait jamais reçu. »

H. Caldicott appartient à plusieurs groupes écologistes progressistes qui luttent pour empêcher que l’énergie nucléaire soit présentée comme une « solution » au réchauffement climatique. Tous les projets de loi présentés au Congrès américain sur le climat contiennent des clauses en faveur du nucléaire. En outre, cette industrie a le soutien de l’Autorité de sureté nucléaire américaine qui reçoit elle-même des honoraires versés par les centrales nucléaires. Il faudrait probablement qu’un réacteur flanche pour endiguer cette tendance pro-nucléaire, craint H. Caldicott.

Elle s’inquiète également de ce que les écologistes et autres groupes de pression n’adoptent pas une position publique plus ferme face aux dangers du nucléaire. Bien qu’ils ne la défendent pas, ils ne s’y opposent pas vraiment non plus.

La passion et l’engagement de H. Caldicott transparaissent dans le bref discours qu’elle a prononcé devant 100 000 manifestants lors du Sommet sur le Climat de Copenhague en décembre 2009 :

« La Terre est en unité de soins intensifs, elle est gravement malade. Nous sommes tous désormais des médecins au chevet d’une planète qui se meurt. L’industrie nucléaire tire parti du réchauffement climatique pour affirmer qu’elle détient « la réponse ». Tout l’argent distribué à cette filière, soit 15 milliards de dollars par centrale, est détourné des vraies solutions pour guérir la Terre – le solaire, l’énergie hydro-électrique, la géothermie, la préservation de la nature.

L’industrie du nucléaire est inique. Elle a été créée par les fabricants de la bombe – les deux choses n’en font qu’une. Les centrales nucléaires sont des usines à fabriquer la bombe. Elles produisent du plutonium qui a une durée de vie de 250 000 ans – à raison de 250 kg par an,   Il n’en faut que 5 kg pour fabriquer une bombe atomique. Tout pays doté d’une centrale nucléaire dispose en fait d’une usine à fabriquer la bombe.

Si la Seconde Guerre mondiale s’était déroulée à notre époque, aucun d’entre vous ne serait ici. L’Europe serait une terre radioactive dévastée car toutes les centrales nucléaires seraient entrées en fusion, comme à Tchernobyl. La guerre est désormais impossible en Europe. Les politiciens comprennent-ils cela ?

L’énergie nucléaire produit des quantités massives de déchets radioactifs, par centaines de milliers de tonnes, qui s’infiltrent dans l’eau, se diffusent dans le poisson, le lait, la nourriture, le lait maternel, et finalement les fœtus, les bébés et les enfants. L’iode radioactif provoque le cancer de la thyroïde. En Biélorussie, 12 000 personnes ont contracté le cancer de la thyroïde. Le strontium 90 radioactif, qui entraîne le cancer des os et la leucémie, a une durée de vie de 600 ans. Le césium 137, responsable du cancer du cerveau, se retrouve désormais partout en Europe – chez les rennes, dans le sol, dans la nourriture. Il a également une durée de vie de 600 ans. Le plutonium, la substance la plus dangereuse sur Terre – un millionième de gramme provoque le cancer – persiste pendant 250 000 ans. Il engendre le cancer des poumons, du foie, des testicules et endommage les fœtus qui naissent avec des malformations.

De ce fait, l’énergie nucléaire signifie des déchets nucléaires pour toutes les générations futures. Il en résultera des épidémies de cancer chez les jeunes enfants qui y sont très sensibles. Il faut s’attendre aussi à des maladies génétiques et des déformations congénitales. L’énergie nucléaire signifie la maladie et la mort. Elle sera responsable du pire péril sanitaire que le monde ait jamais connu et pour l’éternité. Nous devons arrêter tous les réacteurs nucléaires du monde entier. »




Home Banques : les affaires d’abord

Source : rtlz.nl E.-U. ; de Volkskrant, Pays-Bas

« Sous peu, toutes les structures amorceront un processus de changement, à commencer par les marchés financiers, qui disparaîtront sous leur forme actuelle. Ainsi les gouvernements ne seront plus soumis aux pressions dues à la spéculation sur les devises, et un système plus équitable d’échanges internationaux pourra se développer. » [Le Maître de B. Creme, La Réalisation du Plan]

Pour les géants de Wall Street, la fin de l’année 2009 ressemble à un nouveau départ : grâce aux immenses profits qu’elles ont engrangés l’an passé, les grandes banques remboursent les prêts sans précédent qu’elles ont reçus des gouvernements pour survivre à l’effondrement survenu en 2008. Dans le même temps, des pays développés procèdent à des coupes brutales dans les dépenses publiques pour éviter la faillite immédiate. C’est le cas de l’Islande, l’Irlande, l’Espagne et la Grèce, et bien d’autres qui doivent supporter une dette écrasante, la plus élevée depuis des décennies.

Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, les géants de la banque rescapés de la crise sont tombés sur un véritable filon de bonus de fin d’année. Tandis que onze Etats américains sont techniquement en faillite, comme la Californie, réduite à signer des reconnaissances de dettes à ses fournisseurs, et l’Illinois dont les écoles primaires ne sont plus en mesure d’honorer leurs factures. Le nombre des faillites personnelles aux Etats Unis a augmenté de 32 % pour atteindre 1,4 million d’individus en un cours laps de temps.

Afin de mettre un visage humain sur la souffrance qui se fait également sentir désormais dans ce qu’on appelle encore les pays « riches », l’International Herald Tribune (édition internationale du New York Times) a publié récemment l’histoire de trois personnes frappées par la déchéance économique. Il y a peu, ces récits seraient passés inaperçus au milieu des courbes enchanteresses des récents rebonds de la Bourse.

L’Espagne est l’un des pays européens où l’effondrement économique est le plus visible. Le chômage chez les jeunes de 16-24 ans est passé de 17,5 % en 2007 à 42,9 % en janvier 2010. Jesús Pesquero Peñas, un jeune de vingt cinq ans, est considéré comme faisant partie d’une génération perdue. Il a quitté l’école lorsque l’économie semblait en pleine expansion. Père d’une petite fille de cinq ans, il « se mord les doigts » de n’avoir aucune qualification et peu de bagages. Les années de  boom économique ont non seulement poussé les jeunes à arrêter leurs études en Espagne et dans d’autres pays européens, mais elles ont également attiré des millions de jeunes immigrés dont la présence exacerbe les tensions sur le marché du travail.

De l’autre côté de l’Atlantique, en Floride, Isabel Bermudez, quarante deux ans, raconte : « Avant je gagnais 180 000 dollars, et maintenant  j’en suis rendue à compter sur les coupons alimentaires. » Sans cette aide du gouvernement, elle serait incapable de nourrir ses enfants. Six millions d’Américains bénéficient des coupons alimentaires et ne disposent d’aucun revenu pécunier. Le journal rapporte que le nombre des bénéficiaires a explosé de 50 % en deux ans. Plus d’un enfant américain sur trois se trouve tributaire des coupons pour assurer ses repas quotidiens.

Au Japon, Atsushi Nakashini, un habitant de Tokyo de quarante ans qui vivait de petits boulots malgré les études d’économie qu’il avait suivies, est sans travail depuis Noël. Il a été contraint de quitter l’appartement qu’il occupait pour s’en aller dans l’un des hôtels « capsule » de la ville. Ces couchettes de deux mètres de long sur 1,5 m de large étaient à l’origine louées à des salariés sortis le soir pour boire et ayant manqué le dernier train pour rentrer chez eux. Mais elles servent de plus en plus de refuge aux chômeurs qui peuvent encore payer ce modique loyer. Dans un pays où la pauvreté touche 15,7 % de la population, le taux le plus élevé des pays industrialisés, A. Nakashini se considère relativement chanceux, mais il ignore pour combien de temps encore il pourra s’offrir cette couchette capsule.

Le même article décrit également le cas de M. Iwaya, ancien pêcheur de thon de quarante deux ans, qui vivait dans un autre hôtel « capsule » jusqu’à ce que ses économies soient pratiquement épuisées. Au moment de son interview, il venait juste d’intégrer un centre d’hébergement pour le week-end, mais après il n’avait nulle part où aller.





Dossier

Home Séminaire 2009 - Les ovnis : leur mission spirituelle

Conférence d’ouverture

par Benjamin Creme

Cet article est la transcription d’une conférence donnée par Benjamin Creme à l’occasion de la rencontre des groupes de méditation de transmission américains qui s’est tenue près de San Francisco, Etats-Unis, en août 2009.

Les ovnis ont fait l’objet d’une énorme quantité de communications et de publications de toutes sortes dont certaines sont authentiques et parfaitement conformes à la réalité, mais dont l’immense majorité est totalement infondée et fantaisiste. Il s’agit d’un sujet gigantesque et capital. Je l’aborderai avec un article de mon Maître qui présente très clairement les enjeux [Voir l’article ci-dessous].

A la fin des années quarante et au début des années cinquante, les pilotes – parfois même les passagers – de toutes sortes d’appareils ont commencé à faire état d’objets en forme de soucoupe renversée munis de dômes et de hublots circulaires qui les accompagnaient quelque temps dans leur vol avant de disparaître à une vitesse vertigineuse.

Ces témoignages devinrent de plus en plus fréquents et finirent par faire la une de divers journaux. Lorsque j’en entendis parler pour la première fois, je supposai comme beaucoup que ces objets étaient de nouveaux engins fabriqués par les Etats-Unis, l’URSS ou l’Allemagne. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les armées alliées s’étaient installées en Allemagne. Dans le sud du pays, on découvrit des preuves irréfutables que les Allemands avaient procédé à des expériences secrètes dans le domaine de l’anti-gravité pendant la guerre. Dans le même temps, les Américains et les Soviétiques menaient eux aussi des expériences secrètes sur le même sujet. Tout le monde était frénétiquement engagé dans la recherche d’applications de l’anti-gravité au transport aérien, ce qui était entièrement nouveau.

En 1953, un Anglais du nom de Desmond Leslie écrivit un livre, Les soucoupes volantes ont atterri1. Homme aux multiples talents, compositeur, auteur de pièces de théâtre et de romans, D. Leslie était le neveu de Winston Churchill. Après avoir écrit son livre, il entendit parler d’un personnage extraordinaire vivant aux Etats-Unis, George Adamski, qui avait publié un article dans lequel il affirmait être en contact avec des extraterrestres. Ce même Adamski disait disposer d’un groupe de témoins prêts à certifier qu’il avait rencontré un Vénusien.

Un certain jour de novembre 1952, Adamski s’était rendu dans le désert californien, près de Desert Centre. Un groupe d’observateurs postés à quelques centaines de mètres observaient la scène à la jumelle. Un appareil avait atterri, du type de ceux qui accompagnaient les avions de ligne pendant les années quarante et cinquante. D’après Adamski, un homme était sorti du vaisseau spatial revêtu d’une combinaison une pièce. Il s’était adressé à Adamski sans parler, du moins dans l’immédiat, mais lui avait fait comprendre ce qu’il avait à dire. En fait, les deux hommes étaient entrés en contact télépathique. L’homme, qui disait venir de Vénus, avait des chaussures dont la semelle était coupée de façon à laisser des marques nettes et profondes dans le sable du désert, marques qui furent photographiées plus tard par le groupe d’observateurs.

La nouvelle se répandit qu’un homme de Vénus avait atterri dans un vaisseau de l’espace. Leslie entendit parler de l’incident et écrivit à Adamski, lui proposant d’ajouter son récit de la scène dans le désert au livre qu’il avait lui-même déjà écrit sur l’histoire des soucoupes volantes à travers les âges. Le livre de Leslie soutenait que des soucoupes volantes provenant d’autres planètes visitaient la Terre depuis des milliers d’années, et qu’il existait de nombreuses descriptions de ces appareils ainsi que des artefacts pour appuyer cette thèse. Leslie et Adamski publièrent donc ensemble en 1957 Les soucoupes volantes ont atterri, qui devint un best-seller. Des milliers d’exemplaires se vendirent dans le monde entier. Le livre fut repris à grand bruit – particulièrement aux Etats-Unis – par le mouvement dit du « Nouvel Age », ce qui constitua parfois un avantage, parfois un inconvénient. Adamski devint célèbre dans de nombreux pays et effectua des tournées de conférences aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Europe et ailleurs.

En 1955, Adamski publia un autre livre beaucoup plus long, A l’intérieur des vaisseaux de l’espace2. Il y décrivit son voyage dans une petite navette, sorte de soucoupe volante munie d’un dôme, jusqu’à un immense vaisseau-mère à l’intérieur duquel il fut mis en présence d’êtres extraordinaires et reçut de merveilleux enseignements de la part d’une personnalité éminente du vaisseau, un instructeur de Vénus. Enseignements si profonds qu’ils transformèrent la pensée de milliers de personnes qui lurent le livre à l’époque. Ce résultat était dû non seulement à la source de l’enseignement, mais aussi au fait que celui-ci était très proche des enseignements délivrés dans notre monde par de grands instructeurs tels que Krishna, le Bouddha, le Christ et Mahomet. Les enseignements de toutes les grandes religions semblent s’appuyer sur celui de ce Vénusien. Cet enseignement a une action profondément transformatrice.

Un enseignement universel

En termes peut-être un peu différents, cet enseignement ressemble à celui de Maitreya lorsqu’il parle de la nature de l’humanité en tant que règne, de l’unicité du monde, de la nécessité du partage, de la justice, de relations justes et, par-dessus tout, de l’abolition totale de la guerre, point qui revient comme un leitmotiv chez Maitreya comme chez l’instructeur vénusien. Adamski, qui était un homme honnête et affable, rapporta cet enseignement de son voyage et le fit connaître.

Il est en parfaite harmonie avec le cœur de l’enseignement du nouvel âge dispensé par Helena Petrovna Blavatsky, Helena Roerich et Alice A. Bailey, qui donna à l’humanité une vision totalement différente au sortir de la guerre, dont les effets se faisaient encore très fortement sentir en Europe, au Japon et en Russie. Les hommes, qui commençaient à peine à reprendre contact avec la civilisation, avaient besoin de but, de sens et d’inspiration pour reconstruire le monde.

Les Nations unies furent créées, et l’idéal des droits de l’homme et de la femme fut proclamé partout dans le monde (Déclaration universelle des droits de l’homme). Les nations durent petit à petit faire face aux problèmes consécutifs à la guerre – pauvreté de l’Allemagne, qui avait été absolument dévastée par les Alliés, extraordinaires destructions matérielles et humaines en URSS, qui ôtèrent au peuple russe toute envie de créer une nouvelle société après la terrible bataille contre le nazisme.

Après la guerre, les Etats-Unis mirent en œuvre le plan Marshall, leur plus grande réalisation pendant des décennies, qui transforma l’industrie européenne en fournissant aux pays du vieux continent, et spécialement à l’Allemagne de l’Ouest, les technologies les plus nouvelles et les plus brillantes que l’Amérique, malgré le conflit, avait pu produire pendant toutes les années de guerre.

L’aide des Frères de l’espace pendant la crise

Puis survinrent deux traumatismes majeurs. Berlin fut divisée en quatre zones, qui furent réparties entre l’URSS, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. En 1961, les Soviétiques bloquèrent leur zone, rendant impossible la libre circulation entre les parties Est et Ouest de Berlin. Les Etats-Unis et l’URSS, qui avaient été alliés pendant la guerre contre le nazisme de 1939 à 1945, devinrent ennemis de la plus extraordinaire des façons. L’Amérique se cramponna à son idée, si inaboutie qu’elle fût, de démocratie, et la Russie à son idée, si inaccomplie qu’elle fût, de communisme. Chacun s’accrocha si fanatiquement à son idée que le monde frôla une troisième guerre mondiale.

Ces deux grandes puissances, qui venaient de sortir de la seconde partie des deux grandes guerres du XXe siècle, étaient à couteaux tirés en 1961. Ce que peu de gens savent, c’est que ce ne fut pas le président Kennedy qui amena la cessation des hostilités entre l’URSS et les Etats-Unis à l’époque, mais les Frères de l’espace de notre système solaire, essentiellement ceux de Mars et de Vénus. Avec leur maîtrise de l’énergie, qui leur permet de se déplacer à volonté dans l’espace et dont nous sommes incapables de nous faire la moindre idée, ils réussirent à dissiper la tension entre les Américains et les Soviétiques.

Un agent vénusien vivant sur Terre conseilla au président Kennedy de prendre contact avec les Russes d’une certaine manière. Kennedy le fit, dans une certaine mesure, en bon Américain qu’il était, mais il le fit. Dans le même temps, les Frères de l’espace dissipèrent toute l’énergie accumulée dans la situation et la crise cessa. Jamais depuis la fin de la guerre le monde n’était passé aussi près d’un troisième conflit mondial. Il ne fut évité que grâce à l’intervention des seuls Frères de l’espace, qui eurent besoin de toute leur maîtrise de l’énergie, jetèrent toutes leurs forces dans la bataille et durent même faire appel à tous les agents de Vénus, Mars, Jupiter et autres planètes, qui vivaient parmi nous en tant que citoyens ordinaires.

En octobre 1962, il y eut un autre point de tension pendant lequel le monde frôla une troisième guerre mondiale. En septembre 1962, le gouvernement soviétique avait livré en secret des missiles nucléaires à Cuba. Lorsque les services de renseignements américains s’aperçurent de leur présence, le gouvernement américain fit tout ce qui était en son pouvoir pour obtenir leur retrait. Mais, en octobre, les Russes décidèrent de mettre les Américains au pied du mur pour tester leur réaction, et envoyèrent de l’autre côté de l’Atlantique un navire chargé de missiles destinés à être installés à Cuba, c’est-à-dire à deux pas des Etats-Unis. Cette fois, les Soviétiques ne cherchèrent même pas à cacher quoi que ce soit, et tout le monde pouvait constater qu’il s’agissait de missiles.

C’était une réponse à l’Amérique, une réponse en forme de provocation de la part de l’URSS, signifiant : « Vous avez entouré la Russie de missiles de l’Alaska au Pakistan », ce qui était la vérité et l’est toujours. Le Pakistan est une base américaine depuis des années. De là-bas, de même que depuis la frontière Sud de l’URSS jusqu’à l’Alaska, la Russie est menacée de toutes parts par les missiles américains, et ce, depuis les années soixante.

Le président Kennedy fit alors une deuxième déclaration. Les Frères de l’espace, par l’intermédiaire d’un agent du service diplomatique américain, lui avaient communiqué ce qu’il devait déclarer. Il dit donc plus ou moins ce qu’on lui avait demandé de dire, mais, une fois de plus, à sa façon, et non de la manière qui lui avait été conseillée.

De la même façon qu’à l’époque de la Crise de Berlin, on demanda de nouveau au président Kennedy de s’adresser aux Soviétiques avec respect et compréhension, en disant qu’il comprenait très bien leurs préoccupations et ferait tous ses efforts pour apaiser leurs craintes.

Au lieu de cela, il ne mâcha pas ses mots et défia l’URSS. Je ne crois pas que les Russes avaient la moindre intention de mener à bien cette livraison de missiles à Cuba. Je ne crois pas qu’ils étaient à ce point insensés, manquaient à ce point de clairvoyance pour penser qu’ils pouvaient faire cela sans qu’on les arrête. Ce qui est certain, c’est que les Cubains n’avaient aucune envie de se faire rayer de la surface de la Terre. Le navire fit donc demi-tour, comme la Russie – j’en suis persuadé – avait prévu de le faire de toute façon.

Ce fut la deuxième fois que les Frères de l’espace durent intervenir puissamment pour mettre un terme à une animosité. Ils font cela par la manipulation des énergies, en dissolvant les forces négatives, en apaisant les craintes des gens et en amenant un semblant de trêve, une situation où les choses peuvent évoluer. C’est ainsi que les Frères de l’espace ont toujours travaillé.

Ils ne croient pas à la confrontation. Leur conseil aux peuples de la Terre est de résoudre tous les conflits par la coopération plutôt que par la confrontation, en comprenant le point de vue de l’autre et en empruntant le sentier spirituel plutôt que le sentier de la guerre. Telle est la nature des Frères de l’espace. Voilà pourquoi ils sont si évolués, disposent de cette extraordinaire technologie tellement en avance sur la nôtre et ne connaissent jamais la guerre. Ils sont bien au-dessus de ça et n’apportent que paix et bonne volonté à l’humanité.

L’humanité n’existe pas seulement dans ce système solaire, elle se trouve partout dans le cosmos. Il n’est aucun endroit du cosmos où l’on ne rencontre pas d’êtres humains.

Le système solaire et le plan

Toutes les planètes font partie d’un plan qui concerne aussi la Terre. La plupart des gens sur la Terre ne sont même pas au courant de l’existence de ce plan. Il s’agit d’un plan d’évolution pour notre système solaire, lequel fonctionne en tant qu’unité.

Nous pensons à la Terre, au soleil et à la lune, mais, en dehors des exploits de la Nasa et des Soviétiques, nous ne prêtons que très peu attention aux autres planètes de notre système solaire. Toutes les planètes ont leur plan. Elles font toutes partie de notre système solaire et évoluent en même temps que lui.

Toutes les planètes ne sont pas au même point d’évolution. Certaines sont très peu avancées.

D’autres, comme la Terre, sont environ au milieu du chemin. De même qu’il nous faut des centaines de milliers de vies pour passer de l’état d’homme animal primitif à celui de Maître, de même une planète connaît sept expressions ou rondes, dont chacune dure des millions d’années. Certaines planètes en ont terminé avec ce cycle et sont devenues invisibles – tout en étant toujours présentes en énergie éthérique.

D’autres, comme Vénus, en sont à leur dernière ronde. Vénus est l’alter ego, l’aspect supérieur, de la Terre.

La Terre se trouve environ à mi-chemin, au milieu de sa quatrième ronde. Arrivée à ce niveau, une planète commence à trouver sa voie, sa destinée. Ses habitants commencent à s’éveiller. C’est ce qui se passe aujourd’hui dans le monde. L’humanité s’éveille d’un long sommeil pendant lequel elle a perdu contact avec la réalité, avec le dessein et le sens de la vie sur Terre. Elle s’est enfoncée dans un profond matérialisme dont elle est encore prisonnière à ce jour.

La mission des Frères de l’espace

Maitreya est venu pour éveiller l’humanité. Les Frères de l’espace sont venus eux aussi pour aider et sauver l’humanité. Ils ont été décrits, particulièrement par le gouvernement américain, comme des êtres cruels qui tuent et abandonnent les cadavres dans les plaines et les déserts d’Amérique, qui enlèvent des gens dans leurs vaisseaux de l’espace, leur font subir des opérations, et leur implantent des puces électroniques qui leur permettent de prendre le pouvoir pour toujours sur leur conscience avant de les renvoyer sur Terre. Tout cela est complètement faux.

Si une chose apparaît clairement dans les enseignements qu’Adamski a reçus du Maître vénusien, dans ceux de mon Maître et, comme vous pourrez le constater, dans ceux de Maitreya, c’est que les Frères de l’espace ne menacent aucunement l’espèce humaine. En fait, s’ils sont ici, c’est parce qu’ils ont une mission spirituelle. Ils viennent sauver l’humanité de la souffrance qui, sans eux, aurait été la sienne depuis la découverte de la fission nucléaire.

Depuis cette époque, nous ne cessons de déverser dans notre atmosphère de l’énergie nucléaire que les scientifiques ne sont pas à même de mesurer. Ils ne disposent pas de la technologie nécessaire pour analyser les plans de la matière situés au-dessus des gaz, à savoir les plans éthériques, où s’accumulent les radiations nucléaires, qui constituent le réservoir d’énergie le plus meurtrier qui ait jamais existé sur Terre.

Ces énergies portent gravement atteinte à la santé de l’humanité et des règnes inférieurs en affaiblissant notre système immunitaire et, par conséquent, en nous exposant à toutes sortes de maladies qui autrement nous épargneraient. C’est pourquoi nous sommes soumis à des vagues successives de grippes et autres affections auxquelles nous sommes de moins en moins capables de faire face. Le développement de la maladie d’Alzheimer, qui fait des victimes de plus en plus jeunes dans le monde entier, est le résultat direct de la haute concentration sur les niveaux éthériques supérieurs d’énergie nucléaire non détectée par les instruments des scientifiques d’aujourd’hui. Cette énergie affecte le cerveau humain, causant de plus en plus d’Alzheimer, de perte de mémoire, de désorientation, et de détérioration progressive du système de défense du corps physique.

Les Frères de l’espace, essentiellement ceux de Mars et de Vénus, sont engagés dans une mission spirituelle de neutralisation de ces radiations nucléaires. Ils ne sont pas autorisés à neutraliser la totalité des radiations qui subsistent mais agissent dans les limites de la loi karmique en utilisant divers procédés d’implosion. Ils neutralisent les radiations que nous déversons dans l’atmosphère à partir de toutes les centrales et de toutes les explosions nucléaires sans exception. Nous ne cessons de fabriquer des bombes de plus en plus nombreuses et ingénieuses, qui sont à chaque fois plus meurtrières que les précédentes. Toutes ces expériences laissent dans notre atmosphère des nuages de radiations nucléaires à propos desquelles nous ne savons rien. Comme nous ne savons pas les mesurer, nous en nions l’existence.

Nos savants atomistes croient qu’ils ont le contrôle total de l’énergie nucléaire, alors que manifestement il n’en est rien. Ils n’ont pas conscience des quatre plans éthériques de la matière qui se situent au-dessus des plans solide, liquide et gazeux, et n’ont par conséquent qu’une connaissance limitée de ce qu’ils appellent énergie nucléaire. Il s’agit en fait de matière physique éthérique que nous ne devrions pas utiliser. L’énergie nucléaire, comme il est dit dans la Bible, est « installée là où elle ne doit pas être ». La fission nucléaire ne devrait pas être utilisée. Elle est mortelle et porte de plus en plus atteinte à la santé des habitants de cette planète.

Les habitants des autres planètes passent leur temps à nettoyer cette énergie et, dans le même temps, à créer sur le plan physique dense une réplique du champ magnétique de notre Terre. Celui-ci est constitué de lignes de force qui s’entrecroisent, formant des vortex aux points de croisement. Les Frères de l’espace ont fait sur le plan physique dense des répliques de ces vortex, qui feront partie d’une nouvelle grille électrique que Maitreya appelle la science de la lumière. Cette grille électrique, mise en relation avec l’énergie électrique provenant directement du soleil, nous donnera la nouvelle science de la lumière telle qu’elle a été prédite par Maitreya. Elle donnera à cette planète, comme elle l’a fait pour d’autres, une électricité sans danger dans toutes ses utilisations, en quantité illimitée, selon des procédures qui empêcheront qu’elle soit accaparée et achetée par qui que ce soit.

Pour des raisons qui tombent sous le sens, cette technologie ne sera pas donnée tant que nous n’aurons pas abandonné la guerre à jamais. Le point essentiel aujourd’hui est que nous abandonnions la guerre pour toujours, qu’intervienne entre les peuples un accord général de coopération qui relègue la guerre parmi les choses du passé. Ceci constituera le point fondamental des premiers enseignements de Maitreya, qui ne cessera de répéter que nous devons faire la paix. Qu’il n’y a que la paix qui vaille, parce que nous pouvons aujourd’hui détruire toute vie, humaine comme subhumaine, sur la planète Terre. Maitreya et les Maîtres viennent en partie pour faire en sorte que nous ne détruisions pas notre planète.

Car si nous détruisions cette planète, cela aurait des conséquences irrémédiables sur le reste du système solaire, et l’avenir de l’humanité serait épouvantable. Nous n’aurions plus de planète sur laquelle vivre, et aurions perpétré un crime terrible contre nous-mêmes et les autres planètes. Nous en serions réduits à nous incarner sur une planète éloignée, sombre, pas du tout évoluée. Nous serions obligés de tout recommencer depuis le début, là où nous en étions il y a des millions d’années, et de refaire notre long et lent chemin vers le haut. Ce serait infiniment pénible et notre évolution s’en trouverait limitée pendant des milliers, voire des millions d’années. Pourquoi choisir cette voie ? Oui, pourquoi choisir une telle fin ?

Une approche subtile

Les Frères de l’espace viennent pour servir. C’est leur nature d’aider. Ils font des sacrifices colossaux. Ils sont venus par milliers, et consacrent tout leur temps et toute leur énergie à nous aider autant qu’ils le peuvent. Ils créent des vortex qui sont visibles sous forme d’agroglyphes, c’est certain, mais d’autres qui sont invisibles dans le monde entier. Les agroglyphes ne sont qu’un signe extérieur secondaire de leur présence. Si vous avez des yeux pour voir, ce signe vous indique que quelqu’un d’une intelligence, d’un talent, d’un tact et d’une discrétion formidables a touché le bord de votre vêtement, et vous a dit : « Nous sommes là. »

Ils pourraient atterrir, faire grand bruit et nous dire qu’ils sont là, mais ne le font pas. Ils prennent contact tranquillement, sagement, de façon à ne pas déclencher la panique parmi nous. S’ils atterrissent, que les gens paniquent et sont terrifiés, les Frères de l’espace s’en vont. Si les gens ne sont pas terrifiés, s’ils ne paniquent pas, alors des choses peuvent se produire. Il peut arriver que les Frères de l’espace se présentent – ils l’ont déjà fait, ils se sont présentés à des milliers de gens sur cette Terre. Ces individus, à ce jour, n’ont jamais fait état de leur rencontre avec un vaisseau spatial ni avec les gens de l’espace qui en sont sortis, qui ont parlé avec eux sans sembler parler, mais leur ont fait comprendre qu’ils étaient des visiteurs de lointaines planètes venus en paix pour les aider. Les gens qui ont été contactés ont eu peur de parler, peur du ridicule.

Nous ridiculisons ceux qui parlent. Nous ridiculisons ceux qui disent la vérité, même quand nous admettons la vérité. Nous avons tendance à rejeter la vérité, parce que la vérité implique un changement en nous-mêmes, un changement dans notre façon de penser, de sentir, d’agir et de réagir. Cela implique un changement psychologique réel, c’est pourquoi c’est difficile. Il est donc plus facile de nier que d’affirmer.

Même quand les gens pourraient être affirmatifs parce qu’ils croient plus ou moins ce qu’ils ont lu sur les Frères de l’espace ou sur la Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, ils ont tendance à rejeter la vérité. Ils tendent à trouver des raisons pour la nier. Même quand ils ne la nient pas complètement, ils trouvent des raisons pour la diminuer ou exiger des preuves qui ne viendront que le Jour de Déclaration. Ils veulent des preuves qui ne viendront que quand les Frères de l’espace atterriront, ouvriront les portes de leurs vaisseaux, sortiront et diront : « Bonjour ! » Dans ces conditions, ils accepteraient de croire, parce que tout le monde les verrait et qu’il serait facile de croire. Mais quand les Frères de l’espace prennent des contacts de la manière tranquille, calme et douce qui est la leur, ceux qui sont contactés n’ont pas le courage de dire : « J’ai vu cela de mes yeux, et je ne peux pas dire le contraire. »

L’ambivalence gouvernementale

Au milieu des années cinquante, je me suis rendu, en compagnie de quelques amis, au ministère de l’Air à Londres et leur ai demandé quelle était leur position sur les soucoupes volantes. On nous fit entrer dans un bureau tout en longueur. Il y avait un long pupitre, et, derrière, des étagères bourrées de livres comportant le mot « Classifié » en gros caractères sur la tranche. Nous fîmes la connaissance d’un charmant jeune homme qui, en sa qualité de porte-parole du ministère de l’Air, pouvait s’entretenir avec le public.

Nous lui demandâmes : « Que pensez-vous des soucoupes volantes ? Quelle est la position officielle sur les soucoupes volantes ? » Il répondit : « Eh bien, nous avons beaucoup de livres. Ils contiennent tous des informations classifiées. Je ne peux pas vous les montrer, mais je vous garantis qu’ils sont pleins de témoignages de pilotes, de policiers, etc., de centaines de témoignages sur les soucoupes volantes. Il ne s’agit pas de preuves, mais de témoignages. Notre position sur les soucoupes volantes est qu’elles ne constituent pas une menace pour la sécurité du pays [la Grande-Bretagne]. »

« Donc, elles existent vraiment, mais sont inoffensives. Elles ne constituent pas une menace. »

« Oh, non. Nous ne disons pas qu’elles existent. Nous disons qu’elles ne constituent pas une menace pour la sécurité du pays. »

« Il vous serait difficile de dire cela – comme de ne pas le dire – si elles n’existaient pas. »

« Nous ne disons pas qu’elles n’existent pas, mais nous ne disons pas qu’elles existent. Tout ce que nous disons, c’est qu’elles ne constituent pas une menace pour ce pays. »

Le téléphone sonna et il dit quelques mots dans le combiné. Puis, il ajouta : « Veuillez m’excuser, je dois m’absenter. J’en ai pour une dizaine de minutes. » Il sortit, et, bien sûr, nous nous précipitâmes immédiatement sur les livres, lisant toutes les informations classifiées ! Il resta parti une quinzaine de minutes. Je pense qu’il s’était fait appeler de façon à nous permettre de regarder les livres. Il nous avait indiqué ce qu’ils contenaient, nous nous en donnâmes donc à cœur joie. Quand nous l’entendîmes revenir, nous abandonnâmes les livres.

« Je suis désolé », dit-il en entrant. « Je n’ai plus de temps à vous consacrer. J’ai du travail. »

Nous partîmes, très heureux de ne pas l’avoir entendu traiter les extraterrestres de démons maléfiques et dangereux qui veulent dévorer les gens.

L’« étoile » de Maitreya

Il est devenu évident aujourd’hui que le sud de l’Angleterre est le terrain de prédilection des agroglyphes. Année après année, ce sont davantage d’agroglyphes qui apparaissent en Angleterre du sud, principalement dans le Wiltshire, mais aussi dans les comtés environnants. C’est de cette région que viennent les meilleures photos.

Un Anglais du nom de Steve Alexander loue des hélicoptères et prend les agroglyphes en photo dès leur apparition. Cette année, environ deux ou trois semaines avant la période habituelle de floraison, le premier agroglyphe qui est apparu avait la forme d’une « étoile ». Il avait la forme d’une étoile – un cercle, avec des lignes irradiant dans toutes les directions – à cause de l’« étoile » de Maitreya. Pour nous, c’est le signe que les Frères de l’espace sont engagés dans ce qui se passe dans le monde.

L’« étoile » de Maitreya n’est bien entendu pas une étoile. Elle est ce que mon Maître appelle « une source de lumière d’un puissant éclat, ressemblant à une étoile ». Elle est l’un des quatre vaisseaux de Mars, Vénus, Jupiter et d’une autre planète dont le nom n’a pas été révélé. Ces quatre vaisseaux se tiennent aux quatre coins de la Terre – nord, est, sud, ouest – et deviennent visibles jour et nuit. Ils sont visibles pendant un certain temps, puis doivent aller recharger leurs batteries, ce qu’ils font directement à partir du soleil. Puis ils reviennent prendre leur position. Ils vibrent, partent dans tous les sens, en haut, en bas et sur le côté, se tortillent et tournent, toutes choses tout à fait contraires aux mouvements des planètes ou des étoiles. Ils sont d’une couleur brillante qui ne cesse de changer, passant sans cesse du bleu au rouge, au vert, au jaune, au violet et au blanc. De cette manière, ils agissent en tant qu’annonciateurs de l’émergence de Maitreya au grand jour et de sa première interview télévisée aux Etats-Unis, qui ne saurait tarder.

Les Frères de l’espace sont totalement impliqués dans l’émergence de Maitreya. Il a été fait appel spécialement à ces quatre vaisseaux. Ils sont énormes, chacun faisant à peu près la taille de cinq terrains de football réunis. C’est pour cette raison qu’ils semblent gros comparés à une étoile qui scintille. Leur taille apparente est plus proche de celle d’une grosse planète comme Vénus ou Jupiter. Il est arrivé que des gens voient Vénus ou Jupiter et croient qu’il pourrait s’agir de l’« étoile ». D’autres fois, ils ont vu l’« étoile », et ceux qui se croient mieux informés, comme les astronomes, ou ceux qui sont consultés par les médias, leur disent qu’il s’agit probablement de Vénus, d’Arcturus, de Sirius, ou de quelque autre étoile ou planète brillante. Ces « étoiles » fabriquées par les Frères de l’espace resteront en place jusqu’au Jour de Déclaration.

Maitreya va émerger très bientôt. Le Jour de Déclaration pourrait avoir lieu dans un délai d’un an à deux ou trois ans après sa première interview télévisée. Les Maîtres et Maitreya lui-même semblent penser que, relativement, les choses vont aller très vite. Mais quel que soit le calendrier, ces trois vaisseaux de l’espace resteront dans le ciel et de plus en plus de gens les verront. Il est à espérer que les médias mondiaux hésiteront de moins en moins à faire des reportages sur ces « étoiles ».

Déjà, on assiste à un frémissement dans les médias. Outre les nombreuses vidéos sur YouTube, il y a eu un petit reportage en Norvège et quelques reportages au Mexique. Récemment, on a pu voir sur la chaîne nationale japonaise un reportage d’une minute quarante-sept, ce qui est beaucoup à la télévision. On y voyait un vaisseau partir dans tous les sens avant de se mettre à tourner. Le journaliste disait : « Mais qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça peut être ? » L’homme qui a pris la séquence vidéo est interviewé et il semble parfaitement honnête, l’événement est donc un « mystère intéressant ». Nous avons besoin de davantage de mystères intéressants de ce type dans les médias pour qu’ils soient pris au sérieux.

En attendant, il s’est produit un extraordinaire rassemblement des Forces de Lumière de cette planète : la Hiérarchie des Maîtres et des initiés a été rejointe par nos frères planétaires du reste du système solaire qui sont venus par milliers. Là où, il y a quelques années, on voyait peut-être un ovni, on en verra dix ou douze aujourd’hui ; là où on en voyait vingt, on en verra cent ; là où, à l’occasion, on en voyait des centaines, on en verra des milliers. L’année dernière, il a été fait état de véritables armadas de vaisseaux spatiaux traversant doucement le ciel en Amérique du Sud, au Moyen-Orient et en Europe.

Très récemment, à deux pas de ma résidence, une quinzaine de vaisseaux de l’espace a été vue traversant le ciel du nord de Londres. Les gens se sont arrêtés et sont sortis de leur voiture pour regarder. Cela a fait grand bruit dans les journaux pendant une édition, puis plus rien.

Le nombre d’ovnis aperçus va continuer d’augmenter. De plus en plus de gens entreront en contact avec les Frères de l’espace, auront des expériences avec eux et seront encouragés à parler. Dans le monde entier, c’est par milliers que des hommes et des femmes ont eu des contacts avec des soucoupes volantes. Mais, pour la plupart, ils sont trop timides ou ont trop peur du ridicule pour parler.

Voilà trente-cinq ans que je prépare la voie pour la réapparition de Maitreya, le leader de la Hiérarchie spirituelle sur cette planète. Il existe une hiérarchie du même type sur toutes les planètes. Sur Vénus, qui est si évoluée, il y a des Maîtres qui ressemblent à des dieux. En fait, ce sont des dieux.

Ma première mission pour la Hiérarchie spirituelle n’avait rien à voir avec la Réapparition du Christ et des Maîtres de sagesse en soi, mais avec les Frères de l’espace. A l’époque, à ma connaissance, je ne préparais pas la voie pour le retour de la Hiérarchie dans le monde, à ceci près que mon travail pour les Frères de l’espace était en partie la même chose. Eux aussi préparent la voie pour la manifestation de Maitreya. Ils travaillent avec lui tous les jours, à toute heure, à chaque instant.

Aujourd’hui, nous avons la preuve que les Frères de l’espace sont sur la Terre. Les agroglyphes gagnent en beauté et en complexité d’année en année. Le ministère de l’Air britannique, celui-là même qui a déclaré qu’il ne considérait pas que les soucoupes volantes représentaient une menace pour la sécurité de la Grande-Bretagne, n’en soudoie pas moins les fermiers du sud de l’Angleterre pour qu’ils détruisent les récoltes dès que des agro-glyphes apparaissent dans leurs champs.

J’ai parlé un jour avec un agriculteur qui était debout dans un agroplyphe. Il m’a dit : « Ils ont essayé de m’acheter mais j’ai refusé. Jamais je n’accepterai leur argent. Je trouve ça affreux. Honnêtement, je ne sais pas ce que ça veut dire. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a là-dessous quelque chose de très, très important. Ma famille et moi n’avons jamais eu le moindre ennui du fait de la présence de ces agroglyphes sur mes terres, et je ne céderai jamais à la corruption. »

D’autres agriculteurs ont pris l’argent et continuent probablement de le faire, ce qui nous fait perdre quelques agroglyphes. Mais cela montre que le ministère de l’Air n’est pas vraiment honnête dans sa position par rapport aux Frères de l’espace. Il a toujours fait tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher que le public soit informé.

Un jour, alors que je parlais des Frères de l’espace, quelqu’un a dit : « Ça n’est pas que je n’y croie pas. J’y croirais si je voyais une soucoupe volante. » « Vraiment ? » « Oui, si je pouvais en voir une, j’y croirais. » – « Très bien. »

A l’époque, il m’arrivait très souvent de demander à une soucoupe volante de se manifester. Je disais : « S’il y en a une dans les parages, pourriez-vous vous montrer ? » Et ils s’exécutaient. Je disais : « Voilà un vaisseau spatial. Vous le voyez ? » Je me souviens d’en avoir montré un à des amis, dans ma rue, à Chelsea. Ils l’ont regardé traverser la rue, passer au-dessus des immeubles en face, et ils ont dit : « Un vaisseau spatial. » On aurait dit une lumière qui se déplaçait lentement, très doucement.

Quand j’en ai vu un pour la première fois de ma vie, j’étais assis à l’intérieur et j’ai eu brusquement l’impression que j’étais en contact avec le pilote d’un vaisseau spatial dont le vaisseau remontait au-dessus de la Tamise. Chelsea est traversé par la Tamise. Je le sentais remonter le fleuve. Bien que n’ayant aucune raison de penser cela, je me dis : « Ils remontent le fleuve, et si je sors, je le verrai peut-être. » Je sortis me poster au coin de la rue et vis un vaisseau spatial arriver vers moi très lentement, avec une lumière allumée qui bougeait légèrement de bas en haut, comme s’il flottait. Il était de forme ovale diffuse. Il monta doucement et passa au-delà des maisons dans le silence le plus total. C’était le premier que je voyais, et la scène était d’une clarté limpide. Je me dis : « C’est le pilote qui m’a parlé. » Mais ce n’était pas le pilote. C’était mon Maître qui m’avait donné la pensée que le pilote remontait le fleuve.

Une autre fois, je me trouvais dans le nord du Pays de Galles avec ma femme et une amie. Nous faisions une promenade sur un grand terrain découvert, pas loin de l’hôtel, lorsque notre amie dit : « Oh, j’aimerais tant voir un ovni. » « Si tu en voyais un, tu y croirais ? », répondis-je. « Oui, j’y croirais. Si j’en voyais un de mes propres yeux, bien sûr que j’y croirais. » « Attends un instant. » Je lançai un appel intérieur, demandant aux Frères de l’espace de se montrer, s’ils avaient un vaisseau dans les parages. En une seconde à peine, une scène fantastique eut lieu. Un objet volant arriva de ma droite. On aurait dit le soleil, mais en plus petit. Il brillait comme le soleil, d’un jaune doré éclatant. Il traversa le ciel au-dessus de nous à une vitesse fantastique, à environ six cents mètres d’altitude, survola les arbres et disparut à l’horizon. Notre amie en resta bouche bée. Elle n’avait jamais rien vu de pareil. C’était extraordinaire.

« Tu l’as eue, ta soucoupe volante », dis-je. « C’était ça ? », dit-elle. « Oui. » « Ce n’était pas un avion. Je n’ai jamais rien vu de pareil. »  « Non. C’était une soucoupe volante. Voilà à quoi elles ressemblent. » « Il y a des gens, dedans ? » « Oui. » « Tu peux les contacter comme tu veux ? » « Oui, quelquefois. »

Nous regagnâmes l’hôtel. Passant devant nous, elle se précipita dans le bar de l’hôtel, où se trouvaient les propriétaires et cria : « J’ai vu une soucoupe volante ! J’ai vu une soucoupe volante ! En tout cas, Ben a dit que c’était une soucoupe volante. Mais ça n’est pas possible. Ça ne pouvait pas être une soucoupe volante. Non, c’est impossible. Non. »

Elle venait d’assister à une chose extraordinaire et n’y croyait pas. Quant à moi, je n’avais jamais rien vu de pareil. Il lui fallut cinq à dix minutes pour se remettre à parler : « Ça n’est pas possible. » « Ça ressemblait à quoi ? » « C’était comme un soleil. » « C’était un avion ? » « Non, pas un avion. » « C’était un ballon ? » « Non, pas à pareille vitesse. » « Ça ressemblait à une soucoupe volante. » « Non, pas une soucoupe volante, cela n’est pas possible. »

C’est une histoire incroyable, mais elle est absolument véridique.

Aujourd’hui, nous avons les agroglyphes, les préparatifs de la science de la lumière, et nous avons l’« étoile », le héraut de Maitreya. Nous avons aussi les motifs lumineux qui apparaissent sur des bâtiments dans le monde entier. Il semble que nous entrions dans une nouvelle phase dans laquelle les occupants des soucoupes répondent à la pensée et à la demande humaine. Si vous voyez des soucoupes volantes et leur demandez de changer de direction pour prouver qu’elles sont bien des soucoupes volantes, par exemple, la plupart du temps elles s’exécutent. Elles répondent aux appels, aux demandes. Essayez.

Elles recherchent des gens qui n’ont pas peur. Pour une raison ou pour une autre, beaucoup de gens ont peur. Ils croient les histoires des journaux sur les « monstres » des soucoupes volantes qui sont prêts à les tailler en pièces, à leur implanter des puces électroniques dans le bras et à faire des expériences chirurgicales sur eux. C’est triste, car à cause de cela, nous avons peur de ces êtres inoffensifs.

Nos Frères aînés

Les occupants des soucoupes sont d’une innocuité dont nous ne pouvons que souhaiter qu’elle devienne celle des humains. Nous ne cessons d’envahir la vie privée des autres. Nous ne faisons preuve d’aucune réserve. Quand nous avons besoin d’eux, ils sont là. Quand nous ne voulons pas d’eux, ils ne se mêlent de rien. Ils ne se mettent pas en avant. Ils sont réservés, calmes, polis, toutes choses dont nous sommes, pour la plupart, incapables.

Vivre en paix ensemble – voilà ce que Maitreya vient nous enseigner. C’est ainsi que vivent les Frères de l’espace – dans l’innocuité, le tact, le respect. Ils sont nos Frères Aînés, comme le sont Maitreya et la Hiérarchie des Maîtres. Nous appartenons au même système solaire. Nous sommes tous engagés ensemble dans le voyage vers la perfection. Nous nous situons à différents niveaux, certains arrivent au bout du chemin, d’autres, après des millions d’années, ont du mal à trouver un sentier menant à la juste voie.

Les Frères de l’espace sont ici pour aider. Grâce à leur aide, les forces du mal seront détruites, ces forces qui partout empêchent les gens de vivre ensemble dans la paix, la justice et les relations justes. Les relations justes sont le prochain pas en avant dans la destinée de l’humanité, et, avec l’aide des Frères de l’espace et l’émergence de notre Hiérarchie de Maîtres, ce pas sera vite accompli.

Les Frères de l’espace nous apportent les bienfaits de leur connaissance de la science de la lumière, cette nouvelle science qui nous fournira une énergie illimitée pour satisfaire tous nos besoins. Ils détiennent cette science, et la mettront à notre disposition quand nous démontrerons que nous sommes capables de vivre ensemble dans la paix, le partage et les relations justes, dès que nous renoncerons à la guerre pour toujours. Alors, oui, nous saurons qu’ils sont vraiment nos frères.


L’heure de la révélation

par le Maître —, par l’entremise de Benjamin Creme, le 14 juin 2009

Pendant de longues années, dans la plupart des pays, les peuples se sont soumis plus ou moins docilement aux décrets de leurs législateurs, les hommes politiques. Tel a été le plus souvent le cas, que le système législatif fût ou non démocratique. Aujourd’hui cet état de choses commence à changer. Dans de nombreux pays, loin d’accepter sans broncher des lois impopulaires, les peuples manifestent et réclament le changement. Excepté dans les pays que l’armée dirige d’une main de fer, les gens exigent de plus en plus qu’on les écoute, que leurs besoins soient pris en compte, et que les lois injustes soient modifiées.

A mesure que les énergies bénéfiques du Verseau gagneront en intensité, la voix du peuple se fera entendre toujours plus haut, au point de devenir la plus puissante de la Terre. A telle enseigne que d’ores et déjà, les gouvernements de toute nature sont contraints de prendre en compte les réactions du peuple face aux lois qui ont une incidence directe sur son bien-être : il leur devient de plus en plus difficile de promouvoir les intérêts exclusifs d’un petit groupe.

Une bonne partie de l’activité des gouvernements est de nature secrète, obscure, et se déroule « dans les coulisses », à l’insu du peuple. Mais en général, au moins dans le monde soi-disant « démocratique », ils veillent à ne pas susciter la colère ou le mécontentement des populations.

Il existe pourtant un sujet d’envergure sur lequel ils n’ont pris aucune précaution. Pendant plus de soixante ans, les gouvernements du monde entier ont dissimulé à la population la réalité des « ovnis » ou « soucoupes volantes ». Qui plus est, ils ont fait feu de tout bois pour dénigrer les occupants de ces vaisseaux spatiaux, nos visiteurs, et les ont fait passer pour des envahisseurs mal intentionnés et hostiles aux peuples de la Terre. Pour garder le contrôle des populations et éviter les réactions de « panique », ils ont nié l’expérience de centaines de milliers de citoyens intelligents et sans préjugés.

Ils ont ainsi créé un formidable mythe : « Les soucoupes volantes n’existent pas, mais elles représentent une grave menace pour les Terriens » ! De même, ils ont inculqué au public l’idée qu’il était grotesque de vouloir établir un lien entre les agroglyphes et de prétendus vaisseaux spatiaux. Pourtant, tous les gouvernements disposent de preuves irréfutables de l’existence et de la créativité des visiteurs en provenance de planètes-sœurs au sein de notre système solaire ; tous les savent inoffensifs, courageux, et dotés d’une technologie d’un ordre supérieur. Seule notre profonde ignorance des plans subtils de la matière a permis aux principaux gouvernements de la planète d’entretenir si longtemps cette imposture.

L’heure de la révélation est enfin arrivée. Bientôt les officines gouvernementales ne cacheront plus la vérité aux hommes de la Terre : leur fraternité avec les habitants des planètes de notre système solaire, si éloignées soient-elles. Déjà la « source de lumière ressemblant à une étoile », annonciatrice de l’émergence de Maitreya, montre aux hommes du monde entier que depuis des années leurs gouvernements les trompent. Vous pouvez être certains que Maitreya révélera la vérité de notre relation avec les autres planètes, et de la coopération qui nous lie depuis longtemps. Voici venue l’heure de la révélation !


[1] Traduction française disponible en poche.
[2] Michel Moutet éditeur, 1979. Version originale : Inside the Space Ships, Abelard-Schuman, Inc1 La Colombe, 1954. Deuxième édition : J’ai lu, n° A 260, 1971. Version originale : Flying., 1955, USA.





Citation

Home Extrait du message n° 37

par Maitreya

« Bientôt, je serai parmi vous d’une manière indubitable pour vos cœurs préparés. Ainsi me connaîtrez-vous : à ma lumière qui brille à travers vous, vous éveillant au service et à l’amour. Ainsi me connaîtrez-vous : à mon appel à la justice et à la raison. Ainsi me connaîtrez-vous : à mon travail parmi vos frères, ceux qui ont besoin de mon aide. Mon appel se fera entendre de la manière suivante : « Sauvez le monde, aidez ceux qui souffrent et meurent dans le besoin. » Ma voix résonnera : « Corrigez les erreurs du passé et renouvelez l’esprit de l’homme ; ouvrez votre cœur à l’Amour et voyez Dieu. » Ainsi parlerai-je, mes amis, et ainsi me connaîtrez-vous. »





La voix des peuples

Home Appel de la presse mondiale en faveur du climat

Source : The Guardian, G.-B. ; Libération, le Monde, France ; etc.

A la veille de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de décembre, à Copenhague, 56 journaux dans 44 pays ont effectué un geste sans précédent : ils ont publié un éditorial commun, réclamant une action énergique contre le changement climatique. « Nous avons pris cette décision, précisait l’éditorial, car l’humanité est confrontée à une situation d’extrême urgence. »

Le texte a été traduit en 20 langues. « A moins d’adopter ensemble des mesures décisives, le changement climatique ravagera notre planète, nuisant à notre prospérité et à notre sécurité », est-il écrit.

Cet article appelle à une action globale équitable pour tous les pays, spécialement pour ceux du monde en développement : « La justice sociale exige que le monde industrialisé aide financièrement les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique, et leur apporte les technologies propres qui leur permettront de développer leurs économies sans augmenter leurs émissions. L’architecture d’un futur traité doit également être mise au point – avec contrôle multilatéral rigoureux, compensations équitables pour la protection des forêts et évaluation crédible des « émissions exportées » de sorte que la charge puisse être équitablement partagée entre ceux qui fabriquent des produits polluants et ceux qui les consomment. Et la justice voudrait que le poids supporté par les pays développés tienne compte de leur capacité. Ainsi les nouveaux membres de l’Union européenne, souvent beaucoup moins riches que ceux de la « vieille Europe », ne devraient pas souffrir plus que leurs partenaires plus riches.

 « La transformation sera onéreuse, mais beaucoup moins que le renflouement de la finance mondiale et beaucoup moins que le coût de l’inaction.

 « Beaucoup d’entre nous, particulièrement dans le monde développé, devront changer leur mode de vie. L’époque où un trajet en avion revient moins cher qu’une course en taxi jusqu’à l’aéroport touche à sa fin. Nous allons devoir acheter, manger et voyager de façon plus intelligente. Nous allons devoir payer davantage pour notre énergie et en consommer moins. »

L’éditorial conclut avec un appel à l’action : « Réduire nos émissions de carbone en quelques courtes décennies exigera des évolutions technologiques majeures. Mais si l’envoi d’un homme sur la lune ou la fission nucléaire résultent du conflit et de la compétition, la course au carbone doit être conduite dans un effort de collaboration visant à sauver la collectivité.

« Surmonter le changement climatique exigera la primauté de l’optimisme sur le pessimisme, du long terme sur le court terme, de ce qu’Abraham Lincoln appelait « les meilleurs côtés de notre nature ».

« C’est dans cet esprit que 56 journaux dans le monde se sont unis dans cet éditorial. Si nous, avec nos réalités nationales et politiques si différentes, pouvons nous accorder sur ce qui doit être fait, nos dirigeants devraient parvenir à en faire autant.

« Les politiciens ont le pouvoir de déterminer le jugement de l’histoire sur notre génération : sera-ce une génération qui a perçu le défi et qui l’a relevé, ou une génération si stupide qu’elle a vu la catastrophe qui approchait mais n’a rien fait pour l’éviter. Nous les implorons de faire le bon choix. »




Home La plus grande manifestation écologiste de tous les temps

Source : NYDailyNews.com ; The Telegraph, The Guardian. UK, etc.

En décembre dernier, dans le monde entier, des foules sont descendues dans les rues afin d’exiger de leurs dirigeants qu’ils prennent les mesures nécessaires lors de la conférence sur le changement climatique de Copenhague.

La capitale danoise a vu défiler la plus grande manifestation écologiste de l’histoire. Quelque 100 000 personnes venues du monde entier ont participé à cette marche pacifique.

L’Archevêque Desmond Tutu, la musicienne Angélique Kidjo ainsi que Mary Robinson, ancienne haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, se trouvaient parmi les orateurs soutenant le mouvement. « Le changement climatique est en train de mettre en péril les droits humains d’une manière jamais vue », a affirmé Mary Robinson. Selon la loi internationale sur les droits humains « en aucun cas un peuple ne peut être privé de ses moyens de subsistance. Pourtant, à cause des excès d’émissions de carbone, surtout dans les pays industrialisés, les droits de millions de gens parmi les plus pauvres sont quotidiennement violés. C’est une grande injustice mondiale. » L’archevêque Desmond Tutu, prix Nobel, a parlé des effets du changement climatique dans son propre pays, l’Afrique du Sud. « Je suis moi aussi devant vous en tant que témoin. J’ai vu de mes yeux les changements dans mon pays… La région du Cap est en train de traverser la sécheresse la plus grave de mémoire d’homme. Il n’y a pas assez de nourriture. Il y a trop peu d’eau. La situation devient de plus en plus désespérée », a-t-il déclaré.

Des marcheurs au nombre de 100 000 selon les organisateurs ont participé dans les villes de toute l’Australie à une Marche contre le réchauffement » dont 40 000 rien qu’à Melbourne. Aux Philippines, quelques centaines de militants ont organisé un rallye festif à Manille. En Italie, dans une centaine de villes, des manifestants demandaient aux passants de signer une pétition.

Une semaine de manifestations s’est déroulée à Johannesburg (Afrique du Sud), conclue par un cortège de 1 000 marcheurs simulant un enterrement avec comme message : « Nous ici en Afrique n’allons pas mourir sans rien faire. Nous exigeons une justice pour le climat, maintenant ! »

A Londres, quelque 50 000 personnes se sont rassemblées pour une marche appelée la Vague. Sur leurs bannières ont pouvait lire : « La marée monte, et nous aussi », « Justice pour le climat, maintenant » et « Protégez les plus pauvres ». Phil Thornhill, de la Campagne contre le changement climatique, a déclaré : « D’un côté, les politiciens n’arrivent pas à trouver la volonté collective de surmonter leur inertie, les rivalités internationales et le pouvoir envahissant des investisseurs en capital. De l’autre, dans le monde entier les gens ordinaires exigent des actes concrets immédiats et non pas reportés à plus tard, quand le sort de milliards d’habitants aura déjà été scellé et que la catastrophe sera devenue inévitable. »

L’actrice Helen Baxendale s’est également exprimée en ces termes : « Je pense qu’il est important que les gens viennent se faire entendre. Je pense que c’est ce qui provoquera un véritable changement positif. »

Environ 10 000 marcheurs à Paris, 15 000 à Bruxelles, 5 000 à Madrid, 5 000 à New Delhi. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses manifestations de gens ordinaires à travers le monde, rassemblés pour exiger de leurs dirigeants des actes concrets et décisifs.





Courrier des lecteurs

Home Une fenêtre d’opportunité

Cher Monsieur,

Le 22 novembre 2009, je tenais un stand sur l’« étoile » et l’émergence de Maitreya au salon Parapsy de San Jose, en Californie. Un homme d’âge moyen au regard intense s’approcha et dit qu’il était allé écouter Benjamin Creme au Masonic Auditorium de San Francisco. Il déclara également qu’il avait regardé des vidéos de l’« étoile » sur YouTube. Je mentionnai le fait que certaines personnes pensaient que Maitreya pourrait apparaître à la télévision le mois prochain. Il me répondit : « Il existe une fenêtre d’opportunité entre Thanksgiving et Noël. »

Plus tard, en parcourant la Mission de Maitreya, tome III, dans le chapitre l’Art de l’Attente, j’arrivai à une section intitulée : Des moments opportuns. Benjamin Creme y parle de la nature illusoire du temps et de la manière dont les Maîtres voient le déploiement du Plan en termes de « fenêtres d’opportunité ». Il dit que Maitreya lui-même ne connaît pas la date exacte de sa première apparition à la télévision. Il considère que l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité pour son émergence dépend de nombreux facteurs, notamment des énergies cosmiques et de la manière dont l’humanité y répond. A côté de la situation actuelle du monde, Benjamin Creme mentionne un autre facteur, l’activité des Seigneurs de la matérialité, les forces du chaos, qui, sachant que leur temps est compté, cherchent à empêcher l’émergence de Maitreya en exerçant leur influence sur certains groupes politiques et religieux réactionnaires, des hommes politiques, des industriels, des militaires, des magnas des médias et des financiers.

Si l’on considère la crise mondiale dans le domaine de l’environnement et de l’économie, ainsi que la guerre en Afghanistan et la manière dont l’humanité réagit à tout ceci, ai-je raison de penser que ce visiteur était peut-être quelqu’un de particulier attirant notre attention sur l’ouverture d’une « fenêtre d’opportunité » pour l’émergence de Maitreya ?

R. T., San Francisco, Etats-Unis

La réponse à la question est : OUI. Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.


Home L’année du Tigre

Cher Monsieur,

Le 23 décembre 2009, je me trouvais à Takadanobaba, Tokyo, en train de distribuer des prospectus au sujet de la lumière en forme de spirale apparue au-dessus de la Norvège. Je voulais traverser la route pour continuer ma distribution. Lorsque je m’apprêtais à traverser la voie ferrée, la barrière commença à descendre. Je m’arrêtai pour attendre que le train passe. Je réalisai alors qu’un homme ivre d’une quarantaine d’années arrivait derrière moi sur sa bicyclette. Il me tapa sur l’épaule en disant à haute voix : « C’est un tigre ! Un tigre ! » Puis il pointa la barrière qui était peinte avec des rayures noires et blanches et je commençai à rire en constatant son sens de l’humour. Je lui répondis : « Oui c’est vraiment un tigre ». Il continua alors à dire d’une voix forte : « C’est un tigre ! Un tigre ! Cela va être l’année du Tigre ! Vous savez il y a les bons jeux et les mauvais jeux. La loterie, c’est bien ! Le tiercé, c’est bien, mais pas le Pachinko ! (un jeu japonais de machine à sous) » Je ne me souviens pas du contenu exact de notre conversation, mais cela ressemblait à cela. Puis il me tapa sur l’épaule et pointa à nouveau du doigt la barrière du passage à niveau en disant très fort : « Tigre ! Tigre ! » Les gens nous regardaient d’un drôle d’air, mais j’éprouvais un certain plaisir à parler avec cet homme ivre. Le train passa et la barrière se leva. Lorsque l’homme passa près de moi je lui dis en souriant : « Bonne chance au jeu ! » Il me fit un signe affirmatif de la main droite. Pourriez-vous me dire qui était cet homme ?

N. T., Tokyo, Japon


Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était Maitreya. L’année 2010 est l’année du Tigre pour les Chinois.


Home Bonne année !

Cher Monsieur,

Juste après minuit, la veille du nouvel an, je regardais avec ma famille les feux d’artifice du centre de Londres depuis les fenêtres du grenier de notre maison. Nous remarquâmes une quinzaine d’objets lumineux de couleur rouge orangé qui émergeaient un par un dans la lueur des feux d’artifice. Ils se déplaçaient l’un derrière l’autre, en ligne droite, à intervalles réguliers, en direction de notre banlieue, Wimbledon, à environ 11 kilomètres du centre de Londres. Nous avons tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’une flotte d’hélicoptères commerciaux observant les feux d’artifice depuis les airs. Puis nous réalisâmes qu’il n’y avait pas de lumières clignotantes blanches et rouges et que les objets ne faisaient aucun bruit lorsqu’ils s’approchèrent et passèrent juste au-dessus de notre maison. Ils firent ensuite demi-tour et semblèrent disparaître un à un dans les nuages bas. Etaient-ce des ovnis ?

D. E., Londres, G.-B.


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les objets étaient des vaisseaux spatiaux martiens et que c’était une façon de « saluer » la nouvelle année.


Home De bon augure

Le dimanche 3 janvier 2010, à 17 h 30, mon mari et moi promenions nos chiens dans Richmond Park, à Londres. En sortant du parc nous vîmes une grande sphère de lumière d’un orange éclatant traverser le ciel nocturne au niveau du sommet des tours voisines. Elle se déplaçait de manière silencieuse et régulière, au-dessus de Richmond Park. Au bout de quelques instants la sphère de lumière orange s’arrêta et « clignota » avant de rétrécir lentement jusqu’à devenir un point minuscule, puis elle disparut complètement. Etait-ce un ovni ?

D. E., Londres, G.-B.


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la « sphère orange » était le Vaisseau de Lumière de Maitreya.


Home Vœux de nouvel an

Cher Monsieur,

Après avoir passé la soirée du nouvel an avec des amis dans le nord de Londres, nous étions trois à prendre le chemin du retour à 1 h 30 du matin le 1er janvier 2010. C’est alors que nous vîmes une brillante sphère orange qui semblait glisser sans bruit, avant de disparaître dans un nuage. Il en émanait une impression de calme et d’immobilité. Il ne s’agissait ni d’un hélicoptère ni d’un avion, étant donné la manière inhabituelle dont elle semblait se déplacer, et ce ne pouvait être non plus une lanterne chinoise étant donné sa vitesse et la précision de sa trajectoire. Etait-ce un ovni ?

C. G., Londres, Grande-Bretagne

 

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la sphère orange était le Vaisseau de Lumière de Maitreya.


Home Une rencontre animée

Cher Monsieur,

Nous avons donné une séance vidéo le 9 août 2009, à Chiba. Au milieu de la projection, deux hommes et une femme sont arrivés ensemble en disant : « C’est ici que la vidéo de la conférence de Benjamin Creme est projetée. » L’un des deux hommes était de teint clair, grand, robuste, âgé d’une cinquantaine d’années et portant des lunettes. L’autre avait une quarantaine d’années et il était un peu plus petit. Le plus grand se présenta comme un cultivateur originaire d’Onjuku. La femme, âgée d’une trentaine d’années, était mince et jolie. Elle avait des cheveux qui lui arrivaient aux épaules et elle portait des vêtements blancs avec une jupe bouffante. Elle dit être guérisseuse.

Lorsque la séance de questions-réponses commença, une femme dans le public se mit à émettre des critiques, déclarant que tout cela ressemblait à une religion, que si Maitreya était un sauveur pourquoi n’apparaissait-il pas pour sauver ce monde en triste état, et elle demanda ce que nous faisions, nous qui avions organisé cette réunion, pour aider le monde, etc. Puis déclarant que le contenu de la vidéo avait été totalement différent de ce qu’elle avait espéré et qu’elle se sentait déçue, elle partit indignée.

Après son départ, le plus grand déclara, comme pour apaiser l’atmosphère, qu’il aurait pu écouter l’opinion de cette femme indignée plus longtemps. Puis il commença à nous poser différentes questions : « Qui est Benjamin Creme ? Pourquoi donne-t-il cette conférence ? Pour quelle raison croyez-vous à cette histoire ? L’un de vous a-t-il déjà rencontré Maitreya ou les Maîtres ? Comment l’« étoile » est-elle liée à l’émergence de Maitreya ? Si les étoiles viennent de Vénus ou de Mars, y a-t-il des marques sur elles indiquant qu’elles sont fabriquées sur Vénus ou sur Mars ? » Sur toutes ces questions les membres du groupe exprimèrent leur propre opinion et les auditeurs firent part de leurs impressions et/ou de leurs opinions, ce qui rendit la séance vidéo vivante et intéressante.

Après la rencontre nous fîmes le point en prenant une tasse de thé. Avant de rentrer chez elle, Chica, une co-worker, rencontra l’homme qui avait posé de si nombreuses questions. Il s’approcha d’elle avec un sourire en disant qu’il pensait que c’était une très bonne rencontre et qu’il comprenait tout à fait que les membres du groupe aient chacun leur propre opinion, différente de celle des autres. Puis il lui montra une carte où l’on pouvait lire Le Réseau de Lumière et il lui demanda : « Qu’est-ce que cela a à voir avec votre groupe ? » Il s’avéra que c’était une carte que l’un des nouveaux membres de notre groupe lui avait donné. En y repensant, il semblait que cet homme avait émis un bon nombre de remarques à prendre en considération et nous avait enseigné à être mieux préparés pour nos séances vidéo.

Plus tard, un autre co-worker le rencontra dans un train, accompagné de la jeune femme, et il déclara qu’il avait déjà fait l’expérience d’un ovni à l’âge de dix-huit ans, qu’il connaissait déjà cette histoire, qu’il recevait des enseignements mais pas à partir de livres, qu’il essayait de raconter cette histoire à d’autres mais qu’on le prenait pour un fou, qu’il regrettait d’avoir posé de telles questions lors de la rencontre, que ceux qui assistaient à la rencontre avaient beaucoup de chance, que ce qu’il voulait connaître lors de la rencontre c’était notre expérience des miracles, que nous devions créer une atmosphère plus agréable lors des rencontres, choisir une approche plus focalisée pour disséminer l’information, que les choses changent, mais que pourtant les gens sont attirés par elles, que les gens n’éprouvent pas de gratitude pour la nourriture.

Qui étaient ces trois personnes arrivées en retard à notre séance vidéo ?

M. N., Chiba, Japon


Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme petit était Maitreya, le plus grand le Maître Jésus et la femme son disciple.


Home Une aide secrète

Cher Monsieur,

J’ai subi une opération du cœur au Centre hospitalier universitaire de Nagasaki le 31 mars 2009, à la suite d’une rupture d’anévrisme de l’aorte. Mes chances de survie étaient d’une sur deux et l’opération dura huit heures. Elle fut menée par une équipe de jeunes médecins, âgés de trente à quarante ans. Ma femme, mes enfants, ma sœur et son mari suivirent l’opération sur l’ordinateur dans une pièce séparée. Chose étrange, ils virent un médecin âgé aux cheveux blancs diriger l’opération. Ma famille vit ce médecin à deux reprises. Plus tard ma femme demanda au principal médecin s’occupant de moi s’il y avait un médecin âgé participant à l’opération et il déclara que non.

Un homme âgé a-t-il joué un rôle dans mon opération ? Si oui, qui était-ce ?

N. M., Nagasaki, Japon


Le Maître de B. Creme a indiqué que le médecin âgé qui avait dirigé l’opération était le Maître Jésus. Il voulait s’assurer que l’opération soit un succès.


Home Courriers de lecteurs concernant l’« étoile »

L’« étoile » à Amsterdam

Cher Monsieur,

Le 19 octobre 2009, en rentrant de mon travail à bicyclette, je me demandais si je pouvais ‑ ou devais ‑ communiquer à l’un de mes collègues le lien internet d’une annonce au sujet de l’« étoile ».

Parvenu à mi-chemin, je remarquai une vive lumière dans le ciel. Je me dis qu’il devait s’agir de l’objet céleste que j’observais depuis des mois, sous un angle différent, et que je supposais être Jupiter. Soudain, j’aperçus une lumière tout aussi brillante, mais, cette fois, de l’endroit où je me trouvais, je la voyais sous un angle de 90 degrés plus à l’est. Je m’assurai par un coup d’œil en arrière que l’étoile que j’estimais être Jupiter était bien toujours là. Mais, devant moi, légèrement sur ma droite, il y avait cette autre lumière vive. Il ne pouvait s’agir d’un avion, car elle était aussi vive et stationnaire que Jupiter, presque comme son reflet dans un miroir. Je parcourus encore quelques centaines de mètres, lorsque cette lumière disparut aussi soudainement qu’elle était apparue, sans qu’il y ait la moindre progression dans sa disparition ‑  comme si quelqu’un venait de couper le courant. Je me sentis heureux et joyeux en pensant que j’avais peut-être vu l’« étoile » de Maitreya.

G. A., Amsterdam, Pays Bas


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait de l’« étoile ». L’autre objet céleste brillant était Vénus.


Home Courriers de lecteurs concernant l’« étoile »

L’« étoile » au Japon

Cher Monsieur,

Très récemment, j’ai vu danser l’« étoile ». Le 6 novembre 2009, vers 4 h du matin, en regardant par la fenêtre de ma chambre, j’ai vu une brillante étoile blanche dans le ciel septentrional. Elle se mit à effectuer différents petits déplacements, soit de haut et en bas, soit circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre, ou en sens inverse. Puis elle se déplaça un peu vers l’est, et répéta ces petits déplacements pendant environ 20 minutes.

Le 19 novembre 2009, vers 2 h 50 du matin, je vis la même étoile brillante depuis la fenêtre de ma chambre, dans la partie septentrionale du ciel. Elle se mit à tournoyer dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, puis dans l’autre sens, avant d’exécuter un mouvement régulier de balancier, comme si elle dansait ! Cette danse me rendit heureux et je me mis à rire. Je lui dis mentalement « au revoir », et sa lumière s’affaiblit, comme si elle se mettait en veilleuse. Etait-ce l’« étoile » ?

Identité non communiquée, Chiba-ken, Japon


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait de l’« étoile »


Home Courriers de lecteurs concernant l’« étoile »

L’« étoile » à Kranjska Gora (Slovénie)

Cher Monsieur,

Le 5 septembre 2009, ma femme, ma fille et moi nous promenions à Kranjska Gora (Slovénie). A 21 h 30, nous remarquâmes une source lumineuse circulaire dans le ciel, juste au-dessus de nous. Elle changeait constamment de forme, comme s’il s’agissait d’un feu ardent auréolé d’un halo de lumière jaune aux reflets orangés ‑ mais sans le moindre signe de flammes ou de fumée. Sa taille était environ deux fois moins grande que celle de la lune qui s’élevait à ce moment-là dans le ciel. Elle se dirigeait vers l’ouest en faisant quelques écarts et en marquant des arrêts de temps en temps. Elle changeait lentement de forme, mais d’une manière continue. Enfin, cette source lumineuse se fit de plus en plus petite et nous eûmes l’impression qu’elle allait disparaître, lorsque ma femme remarqua vers l’Ouest, à l’horizon, une petite lueur bleue qui semblait se coucher.

Cette source de lumière symbolisait-elle l’arrivée de Maitreya ?

Z., J. et T., Slovénie


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de l’« étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’« étoile »

L’« étoile » à Regensburg

Cher Monsieur,

Le 20 octobre je rentrai chez moi en voiture de Munich à Regensburg. Nous étions quatre et nous rentrions d’une rencontre spirituelle. Vers 22 h de nombreuses étoiles étaient visibles. J’avais parlé de l’« étoile » à la femme assise près de moi, et je me demandais si c’était la même étoile que celle que nous avions vue chaque soir vers 22 h et que j’avais supposé être Jupiter. La femme me demanda si c’était l’« étoile ». Je répondis que je ne le pensais pas et que cela devait être Jupiter. Soudain l’étoile commença à grossir ! Elle devint de plus en plus grosse et de plus en plus brillante en l’espace de quelques secondes. Maintenant je suis certaine que c’était l’« étoile » annonçant Maitreya.

Au bout d’un moment l’« étoile » commença à s’élever dans le ciel. Elle clignota puis changea de forme, comme un objet volant avec deux parties ou même davantage. Nous pouvions voir nettement des lumières rouges et vertes qui clignotaient. L’objet semblait assez près, plus près que des avions. Les lumières clignotantes semblèrent s’arrêter, puis l’objet disparut au-dessus de notre voiture. Tout cela était très impressionnant, spécialement pour la femme assise à côté de moi. Elle souhaita en apprendre davantage sur notre histoire pendant tout le trajet de retour.

[1] Etait-ce l’« étoile » ? [2] Je suis un peu perplexe au sujet de l’« étoile » que je vois tous les soirs en face de notre appartement à Regensburg et que j’avais toujours supposé être Jupiter ?

D. M., Regensberg, Allemagne

Le Maître de B. Creme a indiqué que [1] c’est l’« étoile » que vous avez tous vue le 20 octobre. [2] C’est parfois Jupiter, mais le plus souvent c’est l’« étoile » de Maitreya


Home Courriers de lecteurs concernant l’« étoile »

L’« étoile » à New York

Cher Monsieur,

Le 8 octobre 2009, à 1 h 30 du matin, je me suis éveillée et j’ai regardé par la fenêtre comme je le fais toujours et j’ai vu une grande étoile brillante dans le ciel de New York, en direction du sud-ouest. Je l’ai trouvé d’une grosseur inhabituelle et elle était seule dans le ciel clair. Je saisis mes jumelles pour avoir une meilleure vue et je demandai si c’était l’« étoile ». L’étoile commença alors à se déplacer à une vitesse incroyable. C’était comme si j’avais un spectacle de lumière pour moi toute seule. Lorsque j’enlevai les jumelles l’étoile prit un aspect normal. C’est seulement lorsque j’utilisai les jumelles que le « spectacle » recommençait. C’était très agréable à regarder.

Etait-ce l’« étoile » ?

Y. S., New York, Etats-Unis


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que c’était l’« étoile » annonçant la présence de Maitreya.



Interviews

Home Révolution dans la production d’énergie

Interview de Jeane Manning par Chester Ptasinski

Jeane Manning est une auteure canadienne plusieurs fois primée. En 1981, elle a entendu parler d’un réseau d’inventeurs, ingénieurs et scientifiques tourné vers la recherche de sources innovantes d’énergie propre. Depuis 1986, elle enchaîne les conférences et les entretiens pour promouvoir des alternatives au tout nucléaire.

Son dernier ouvrage, publié en 2009 en collaboration avec le scientifique et industriel Joel Garbon, a reçu la médaille d’argent de l’Association internationale des éditeurs indépendants. Il s’intitule Breakthrough Power : how quantum-leap new energy inventions can transform our world (Une énergie révolutionnaire : comment trouver de nouvelles sources d’énergie et transformer notre monde). Chester Ptasinski l’a interviewée pour Partage international.

Partage international : Pourquoi ce  sous-titre ? Comment trouver de nouvelles sources d’énergie » ?
Jeane Manning : C’est une façon de souligner le fait que les implications des inventions révolutionnaires pour la production d’énergie dépassent de loin le cadre même de la science : elles sont révolutionnaires pour les gens, les écosystèmes et l’économie. Elles engendreront des changements majeurs et radicaux. C’est pourquoi ce sous-titre se réfère à des transformations tous azimuts : sociales, économiques, culturelles, financières et, bien entendu, environnementales.
Transformation, dans ce contexte, signifie démocratisation de l’exploration et de la création scientifique. Il existe aujourd’hui sur Terre un apartheid énergétique. Les nantis peuvent à volonté alimenter leurs appareils électroniques, leurs systèmes électriques domestiques, leurs serres et leurs ateliers, acheter du combustible pour leurs transports, tandis que les indigents n’y ont pas accès ou ne peuvent pas se le payer.
Mais on peut éliminer cette disparité en se tournant vers des sources d’énergie radicalement autres. Les dispositifs expérimentaux montrent que l’on peut d’ores et déjà puiser dans la réserve d’énergie ambiante ou à d’autres sources pour obtenir une énergie propre, abondante et peu chère. Des perspectives qui laissent espérer qu’on pourra créer de nouveaux systèmes énergétiques facilement accessibles à tous.
Qui plus est, les progrès scientifiques dans le domaine de l’énergie laissent entrevoir l’arrivée de nouvelles technologies en matière d’alimentation énergétique et de transports, et qui peuvent s’appliquer également dans d’autres secteurs, allant de l’architecture à la santé. Toute avancée dans la compréhension de l’énergie de l’univers élèvera nos connaissances d’une manière inimaginable aujourd’hui.
Quand mon co-auteur ou nos collègues utilisent cette expression pour décrire une invention ou un domaine de recherche, cela renvoie à un saut, un progrès radical dans notre science de l’énergie qui nous permettra de puiser celle-ci dans une source propre et abondante – généralement une source qu’on ne connaissait pas auparavant. Pour le Mouvement nouvelle énergie [NEW Energy Movement – NEM], cette expression désigne une catégorie de systèmes énergétiques innovants, peu chers, propres, décentralisés et d’une haute efficacité qui incluent un ensemble d’inventions révolutionnaires [quantum-leap : qui sont de la nature d’un saut quantique]. Ces systèmes permettront à terme de remplacer les technologies polluantes d’aujourd’hui et de nettoyer la Terre. Ils sont tout ce qu’il y a de pratiques et ils n’exigent pas d’investissements massifs dans la recherche et le développement ; ce qui ne les a pas empêchés d’échapper jusqu’à maintenant à l’attention de l’establishment scientifique et médiatique.
La nouvelle énergie n’a rien à voir avec l’amélioration technique de technologies existantes. On ne parle pas de solaire, d’éolien ou de géothermie, bien que nous encouragions leur utilisation. On ne parle pas non plus des technologies standards de l’industrie, de la pile à combustible alimentée en hydrogène. Les alternatives énergiques standards sont coûteuses, intermittentes ou difficiles à transporter, comparées à ce qu’on peut attendre de celles, non conventionnelles, de la nouvelle énergie.
Le NEM est en total désaccord avec la propagande des industriels qui font de la fission nucléaire une technologie de production d’énergie nouvelle et propre. C’est une présentation malhonnête, et entendre vanter ses avantages mensongers me fait tout simplement grimper aux rideaux. On n’a toujours pas résolu le problème de la gestion des déchets, par exemple. D’autre part, la construction d’une centrale est très chère et repose sur des technologies du XIXe siècle, à savoir consommer du combustible pour produire de la vapeur qui ira faire tourner des turbines. Il n’y a rien de neuf là-dedans !
Alors que maintenant, on a la possibilité d’avancer vers des techniques de production d’énergie sans combustibles. Les preuves expérimentales s’accumulent chaque jour, montrant que la possibilité de productions propres et locales n’a rien d’utopique. Les meilleures techniques fonctionnent toujours en harmonie avec la nature. Malheureusement, le gros de la recherche se traîne dans des laboratoires trop chichement dotés.
Pour rester simple, je ne mentionnerai qu’une petite partie des nombreuses innovations présentées dans notre ouvrage :
– des convertisseurs d’énergie qui produisent de l’électricité d’une manière totalement innovante à partir de champs magnétiques ;
– des convertisseurs à cristal, qui transforment l’énergie ambiante [ou diffuse – background energy] en électricité sans piles ;
– l’utilisation de l’eau comme combustible : on fait résonner ses molécules pour en libérer l’hydrogène d’une manière si efficace qu’il est déjà pratiquement prêt à produire de l’électricité ;
– diverses techniques de fusion froide, connues aujourd’hui sous le nom de réactions nucléaires à basse énergie ;
– les appareils électroniques à semi-conducteurs, sans composants mobiles, dont les matériaux résonnent avec l’énergie de fond cosmique ;
– la sonofusion (ou sonoluminescence), qui utilise des fréquences sonores pour créer de miniscules bulles qui, en explosant, libèrent un surcroît d’énergie ;
– la technologie des tourbillons – qui fonctionne en harmonie plutôt qu’à l’encontre des mouvements dans la nature.

PI. La fusion froide a-t-elle été rangée dans les sciences de pacotille ?
JM. Les expérimentations les plus cotées sur ce qu’on a appelé la « fusion à froid », il y a vingt ans, sont peut-être différentes de celles sur la fusion classique des noyaux atomiques, mais ce n’est en aucun cas de la science de bazar.
Quelle que soit la façon dont on les a baptisées, ces expériences ont été reproduites dans des laboratoires du monde entier, ce qui constitue en soi un succès. Mais qui est loin d’être aussi grand que celui qu’a obtenu la campagne de désinformation contre ce domaine de recherche. Donc oui, il est écarté par les physiciens de l’establishment qui comptent sur les millions de dollars qu’on leur verse collectivement pour travailler sur leurs accélérateurs à particules hors de prix. Ils s’attendent à ce qu’une fusion produite dans une structure métallique (le palladium) se comporte exactement de la même façon que celle produite dans les plasmas à très haute température et que, donc, elle libère de la radioactivité comme dans leurs accélérateurs. Ce qui n’a aucun sens !
Ailleurs, des scientifiques tenaces continuent leurs recherches sur la fusion froide. On trouve les programmes les plus avancés au Japon, en Israël et en Italie, il y en a d’autres en Russie, en France, en Corée du Sud et en Inde. Ils obtiennent déjà des surproductions d’énergie (production qui dépasse l’énergie présente et consommée au départ et pendant la réaction), ce qui est loin d’être le cas pour les immenses accélérateurs de particules. Une différence de taille, si on peut dire…
D’ailleurs, on peut observer une transmutation des éléments dans certaines de ces expériences. On pourra peut-être s’en servir pour régler le problème des déchets nucléaires. On n’a pas d’idées très précises sur le rapport coût/efficacité de ce genre de technique future, car aucun des chercheurs en « nouvelle énergie » n’a pu obtenir de fonds pour poursuivre ce travail. On préfère investir massivement dans les conteneurs en verre ou dans d’autres techniques aussi innovantes !

PI. Vous faites état de tout un spectre de recherche. Quels sont les points communs entre ces inventions ?
JM. Elles font toutes partie d’un domaine de création particulièrement exaltant, qui est de nature évolutive, contrairement à la science matérialiste, réductionniste. Pour nous, elle est l’œuvre d’un mental supérieur. Beaucoup de ces nouvelles approches se basent sur une étude de la façon dont l’univers fonctionne. Par exemple, le travail de Nassim Haramein [voir The resonanceProject.org] et la redécouverte de concepts d’anciens penseurs comme Walter Russel et John Worrell Keely qui était peut-être en avance de 200 ans sur son temps avec sa « physique de vibration sympathique »1.
La révolution énergétique fera finalement partie de celle de la conscience. Le vieux paradigme, encore vivace, est centré sur la compétition et la croyance en la rareté des sources d’énergie. Le nouveau, sur la coopération. La nouvelle vision du monde devra mettre fin à l’ère du conflit physique. Ça peut être la plus grande révolution dans la conscience humaine qui se soit jamais produite : le passage de la guerre à la sollicitude. J’espère que la science nouvelle révèlera l’interrelation intime qui lie entre elles toutes les formes de vie, que la compréhension formera la base de la nouvelle histoire de l’humanité.
L’abondance des ressources en énergies peut constituer un puissant outil pour construire une civilisation nouvelle. Ce n’est pas une panacée, mais un levier qui arrive à notre disposition au moment précis où il est nécessaire. Est-ce que ça a l’air trop utopique dans un temps de violence croissante ? Considérez ceci : notre époque change rapidement, et c’est pendant que tout est en mouvement qu’on a l’occasion de changer de direction. On ne peut pas faire tourner une voiture garée sans la pousser, la soulever, etc. ; mais quand elle avance, une simple pression sur le volant peut suffire à changer complètement de destination.

PI. La physique quantique parle du « point zéro », ou « énergie du vide ». Faut-il y voir le point de départ de la révolution énergétique ?
JM. Les expériences sur l’énergie du point zéro portent parfois sur une force qu’on appelle l’effet Casimir, c’est-à-dire une force attractive active à des dimensions de l’ordre du nanomètre (un millième de millimètre). Mais nous avons du mal à voir dans ces dispositifs, de par la petitesse de leurs tailles, la base de la prochaine révolution énergétique.
On réduit généralement l’énergie du point zéro à quelque chose comme « l’énergie vibratoire conservée par les molécules même à la température du zéro absolu ». On ne peut pas dire que ce soit très inspirant, juste le mouvement saccadé d’atomes, et cette définition ne couvre pas la source inconnue de puissance supplémentaire qui se déverse dans certains appareils expérimentaux. Car peut-être cette énergie du point zéro renvoie-t-elle à quelque chose de plus grand – un champ primordial et plus puissant sous-jacent à la réalité physique.

PI. Dans ce cas, comment l’appeler ?
JM. C’est une question qui reste en suspens. Dans notre livre, nous donnons la liste de trente propositions émanant de chercheurs pour décrire cette énergie inépuisable qui interpénètre la matière.
Le premier inventeur que j’ai rencontré, en 1981, cherchait à comprendre ce qui renouvelait en permanence la force de puissants aimants permanents dont il se servait pour le moteur/générateur magnétique sur lequel il travaillait. Il faisait de la notion orientale de prana la source de la puissance magnétique ; il avait d’ailleurs baptisé son entreprise PranTechnology. Ce qui montre bien que les choix terminologiques des chercheurs dépendent du paradigme auquel ils adhèrent : celui de la vieille science mécaniste/réductionniste ou celui qui envisage le monde en termes holistiques/vitalistes [life-oriented].
Peut-être existe-t-il un continuum d’énergies subtiles et la recherche sur la « nouvelle énergie » jettera-t-elle quelque lumière sur les modalités holistiques de la santé.
On a également proposé la notion d’orgone. Le mot a été forgé par Wilhelm Reich. Mon itinéraire intellectuel m’a conduite à étudier cette science marginale qu’on appelle orgonomie. Dans les années 1980, un spécialiste particulièrement tenace de ce domaine me harcelait de coups de téléphone pour m’informer de ses recherches. Quand il me dit qu’un jour, les émissions des centrales nucléaires contamineraient, vicieraient la force vitale contenue dans l’atmosphère, j’ai senti avec mes tripes qu’il avait raison.
Je prédis que dans l’avenir, les scientifiques vitalistes reconnaîtront la réalité d’une telle force vitale et les effets négatifs que les technologies radiatives d’aujourd’hui ont sur elle. Peut-être le modèle des mouvements de cette force présente dans l’atmosphère – que celle-ci soit stagnante ou qu’elle ait été vitalisée – proposé par les orgonomistes est-il correct, et explique-t-il comment la météo et le climat en sont affectés.
J’ai commencé par m’intéresser aux inventions destinées à puiser dans l’orgone, mais je me suis vite aperçue que les implications de ce domaine d’étude dépassent de loin le moteur à orgone. Le site aethero-metry.com, de ce point de vue, vaut d’être consulté.

PI. Parmi ces inventions hors des sentiers battus, y en a-t-il de « durables », au sens des écologistes ?
JM. Les environnementalistes accomplissent un travail extraordinaire, mais ils ont, sous certains aspects, une vision limitée, qui laisse de côté des pans entiers du monde réel. Pour nous, il existe des façons plus satisfaisantes de répondre aux besoins du monde en énergie que les douceurs fades qu’on nous présente habituellement.
Investir de l’argent ou son image dans les technologies standard comme les biocarburants n’est qu’une manière parmi d’autres de détourner l’attention des leaders écologistes des approches véritablement révolutionnaires. Il y a, également, la peur d’être tourné en ridicule par l’establishment scientifique, la peur du changement ou d’être considéré comme un fanatique de la technologie – ce qui n’a aucun sens, mais cette peur et ce politiquement correct existent. Un haut-fonctionnaire du ministère canadien de l’Environnement m’a un jour déclaré qu’il était « contre les solutions technologiques ».
En ce qui concerne la durabilité, la communauté écologiste ignore que les avancées révolutionnaires dans le domaine de l’énergie offrent la possibilité d’aller plus loin que le durable, de restaurer la nature. Il existe des dispositifs marchant à l’eau qui pourraient dépolluer les rivières tout en produisant de l’électricité. Les systèmes de nouvelle énergie à haute densité de puissance pourraient aussi permettre le recyclage sur une grande échelle. Actuellement, le recyclage de certains métaux est extrêmement énergivore.
Lorsque les humains partageront une énergie propre produite en abondance, leur ingéniosité, leur énergie et leur temps libre augmenteront en proportion, prêts à être mis au service de projets comme la reforestation de la planète.

PI. Quel est le secteur qui se montre le plus intéressé par les révolutions énergétiques – les militaires ?
JM. Hélas, oui, les activités militaires sont de grandes consommatrices de combustible fossile, et l’armée tente par tous les moyens de s’approprier les percées dans le domaine de l’énergie. Ils suivent de près les dépôts de brevets. Les inventeurs, pour leur part, sont souvent mus par des sentiments patriotiques, et quand ils décrivent leurs inventions, ils dressent la liste des applications militaires possibles.
En ce qui nous concerne, nous insistons toujours sur l’idée que les avancées de la « nouvelle technologie » sont destinées au bien commun, non au bénéfice d’une institution ou d’une autre. La bonne nouvelle, c’est que l’esprit de partage grandit parmi les chercheurs de ce domaine, qu’ils sont de plus en plus persuadés que la science, la technologie et les autres formes de connaissance et de culture sont destinées à l’usage de tous, où qu’on vive sur cette planète.

PI. En quoi ces inventions révolutionnaires transformeront-elles l’économie ?
JM. Le problème que posent le prix élevé des carburants, les guerres pour le pétrole et le vieillissement des réseaux électriques disparaîtra sitôt adoptés les nouveaux systèmes d’énergie.
Au cours des dernières décennies, on n’a eu de cesse d’avertir les inventeurs de la « nouvelle énergie » que la gratuité de l’énergie ruinerait l’économie ; mais les gens s’aperçoivent que les économies, que ce soit au niveau national ou municipal, sont plus que fragilisées par l’absence de ces technologies « perturbatrices ».
Il est vrai que l’arrivée de systèmes d’énergie (production et distribution) révolutionnaires pourrait causer une sorte de choc pour la société, c’est pourquoi il faudrait les introduire progressivement, en faisant en sorte que personne ne soit laissé de côté ni forcé de s’en servir. Un tel changement ne se produirait naturellement pas en une nuit, en raison de l’inertie née de nos habitudes à la vie dure.

PI. Vous dites que les gens peuvent agir et peser sur les choix en matière d’énergie. Comment ?
JM. Il faut d’abord s’informer et apprendre à s’ouvrir à de nouvelles idées. Mettre en question le statu quo et rester vigilant sur la manière dont les médias présentent ces énergies. Reconnaître que les intérêts financiers impliqués ont tout avantage à ce l’on reste dans la confusion, l’apathie ou que l’on cède à la peur du ridicule.
Après avoir lu un livre de vulgarisation comme Breakthrough Power ou mené vos propres recherches, parlez-en chaque fois que vous en aurez l’occasion. Ecrivez aux rédacteurs en chefs, prenez contact avec vos responsables politiques. Montrez que les gens veulent davantage que ce que les géants de l’énergie leur offrent. Dites aux politiciens qu’ils doivent suivre de près les avancées révolutionnaires dans la production d’énergie, qu’ils cessent de se satisfaire de quelques améliorations techniques de procédés existants. La famille humaine est assiégée par toute une série de crises graves ; elle a besoin de progresser beaucoup plus vite que ces procédés éculés ne le lui permettraient.
Les gens pèseront d’autant plus dans les choix énergétiques qu’ils prendront plus conscience que l’effervescence qui accompagne la recherche sur les nouvelles énergies n’est qu’un élément parmi d’autres d’un tableau bien plus vaste.

PI. Pouvez-vous nous donner une idée de « ce tableau bien plus vaste » ?
JM. J’ai eu souvent l’occasion de constater que la famille humaine aspire à devenir plus que ce qu’elle est maintenant. Et quiconque est quelque peu ouvert à l’inspiration sait intuitivement que l’instauration d’une civilisation supérieure sur Terre est possible. Je m’attends à la voir fleurir d’abord sous forme de justice énergétique – le fait que tous auront un accès peu cher au chauffage et à l’air conditionné, à l’eau potable, à la technologie des communications et à l’ensemble des perspectives qu’ouvre l’éducation.
De cette abondance de l’énergie et de sa répartition équitable pourront naître un monde plus pacifique. L’augmentation du temps libre libérera d’une manière difficilement imaginable aujourd’hui la créativité dans les arts et les sciences. Un nouveau type d’éducation pourra commencer, où la connaissance des énergies subtiles et de la manière de vivre en harmonie avec la nature occupera un rôle central.
On assistera également à une révolution dans l’architecture, avec l’introduction de nouveaux matériaux nés de recherches comme celles sur l’hydrogène fractionné. Partout sur la planète, les villes pourraient se transformer en centres culturels esthétiques, sillonnées de rues calmes – sans voitures bruyantes et polluantes – avec de superbes bâtiments translucides.
Enfin délivrés de la lutte pour la survie, les humains auront enfin une chance de découvrir qui ils sont réellement – leur vie durant, un processus éminemment gratifiant.


1. Helena Blavatsky discute de la signification occulte de la pensée de Keely dans le premier volume de La Doctrine secrète (1888). (NdE)

 




Home Rendre le bien pour le mal

Interview de Deux anciens enfants soldats par Felicity Eliot

C’est sur fond de guerre, d’enlèvements et de violence que les enfants de Sierra Leone doivent apprendre à devenir adultes. Une partie d’entre eux errent encore, traumatisés et déracinés, dans les villes du pays, vivant de délinquance, de prostitution et de trafic de drogue. Il y en a d’autres, cependant, qui, grâce à leur force de caractère, à une foi inébranlable et ayant eu la chance d’avoir été aidés, ont pu transformer leurs traumatismes en espoir pour les plus jeunes, et sont devenus des modèles de survie. Partage international a recueilli les témoignages de deux d’entre eux, deux frères, Charles et Bamine Charlie Boye.

La Sierra Leone a subi près de dix ans de guerre.Charles et Bamine Boye ont passé leurs premières années dans une ferme du nord du pays, au sein d’une famille nombreuse. Leur père était pasteur baptiste. Ils étaient tout jeunes quand les hostilités commencèrent, en 1991, mettant fin au monde heureux de leur enfance.

Devant l’escalade du conflit, de nombreuses familles fuirent leurs villages. A la fin de la guerre, on dénombrera 4,5 millions de déplacés de force. Le pays s’enfonçait chaque jour dans un chaos plus grand, qui ouvrit laporte aux pires atrocités1. En 1995, les forces rebelles attaquèrent le village natal des Boye. La famille s’enfuit dans la brousse.

Charles Boye : En Sierra Leone, tous les enfants de 10-11 ans doivent passer un grand examen. Le jour prévu, tous étaient donc rassemblés dans une immense salle quand soudain, il y eut du bruit, des gens se mirent à crier, à courir et à tirer. Les troupes rebelles avaient pris d’assaut le bâtiment et commencé à s’emparer des enfants principalement pour s’en faire des boucliers, les forces gouvernementales ayant ordre de ne pas tirer sur nous.

Nombreux parmi nous moururent avant même d’arriver dans la brousse. Il faut dire que le chemin était long et pénible pour de jeunes enfants qui n’avaient pas l’habitude de ce genre de situation. Grâce à Dieu, et aussi à la foi et aux prières de nos parents, mon frère et moi avons tenu bon tout au long de notre séjour forcé dans la forêt avec les rebelles.

Partage international : Comment ça se passait, dans la forêt ? Comment étiez-vous traités ?
CB. Vous savez, quand on vous ordonne de faire des choses terribles et que vous n’avez que 10 ans, vous n’y arrivez pas sans qu’on vous drogue.

PI. C’est ce qui vous est arrivé ?
CB. Oui, on nous donnait des drogues dures. Oui, je les ai prises parce que c’était la seule façon d’exécuter leurs ordres. Sinon, ils pouvaient vous tuer ou vous battre sauvagement. J’étais devenu dépendant des drogues. Je pouvais donc faire ce qu’ils me demandaient. Ils m’ont aussi battu. J’ai été témoin de choses horribles. De plein de choses insupportables, d’atrocités.

PI. Je n’arrive pas à imaginer ce que ça a dû être…
Charles répond sans la moindre trace de pitié de soi. Ses manières sont naturelles, on ne retrouve pas ce côté abattu qui caractérise beaucoup de ceux qui ont subi des traumatismes sévères. Il essaie même de m’épargner les histoires trop pénibles.
CB. Oui, ça a été une période extrêmement difficile pour tous les enfants. Elle a eu de graves conséquences sur nombre d’entre nous.
Bamine Boye : Je suis resté avec les rebelles dans la forêt plusieurs mois. Je leur servais d’espion.

PI. Que deviez-vous faire ?
BB. Avant d’entrer dans un village, les rebelles devaient réunir le maximum d’informations possible : comment vivaient les villageois, où se trouvaient les troupes gouvernementales, y avait-il beaucoup d’hommes, d’enfants, y avait-il des armes ?... Ils devaient répondre à ce genre de question avant de lancer leurs attaques. C’est pourquoi ils envoyaient des enfants se renseigner pour eux, car ils paraissaient inoffensifs et passaient relativement inaperçus.

Quand j’ai demandé à Charles comment il s’y était pris pour vivre avec un tel vécu et ses effets post-traumatiques, il m’a simplement déclaré qu’il s’en était débarrassé, comme d’un coup d’épaule. Quand j’ai un peu insisté, il m’a expliqué que, peu avant la fin de la guerre, lui et son jeune frère se sont débrouillés pour retrouver le chemin de la maison de leurs parents. Et que c’est grâce à leur soutien et à l’aide d’un organisme créé par le gouvernement (Children’s Forum Network – CFN) qu’ils ont pu retourner progressivement à la vie normale.

CB. Ils nous ont aidés. Quelques temps après la fin de la guerre, mon frère et moi avons rejoint le CFN et, voyant que nous étions capables et intelligents, ils nous ont aidés à progresser au sein de cet organisme. Ils nous ont confié la responsabilité d’enfants qui avaient subi les mêmes épreuves que nous. Nous savions ce que c’était. Nous avons peu à peu commencé à donner notre avis sur la façon de les aider ; nous nous sommes faits leurs porte-parole. Un certain nombre de ces anciens enfants soldats, enfants esclaves et espions vivent encore ‑ même maintenant, alors qu’ils sont adultes, dans la rue.

PI. Qu’est-ce qui vous a poussé à transformer votre souffrance en quelque chose de positif ?
CB. Pour nous, c’est quelque chose de naturel. Si nous, qui sommes passés par là, n’aidons pas, qui le fera ? Nous savons ce que nous avons vécu et fait et ce qui se passe dans les guerres ‑ spécialement en ce qui concerne les enfants. Qui donc peut mieux que nous les aider ? La plupart des gens n’ont aucune idée de ce que c’est qu’être un enfant pris dans une guerre ; même aujourd’hui, des hommes et des femmes jeunes, de mon âge [Charles a une vingtaine d’années] qui ont connu des épreuves semblables à celles que mon frère et moi avons traversées, continuent à vivre jour et nuit dans les rues, à se prostituer, à mendier et à voler. C’est pourquoi le travail de réhabilitation et de réunion des familles est crucial.

BB. Saviez-vous que la Sierra Leone est l’un des pays les plus mal classés en ce qui concerne le traitement qu’il réserve à ses jeunes ? Ils doivent faire face à des problèmes sans nombre. C’est pour ça que nous nous efforçons d’être leurs porte-parole. La scolarisation, surtout celle des filles, les soins médicaux, l’eau, l’hygiène sont à un niveau déplorable. Le pays peut bien avoir des diamants et d’autres ressources naturelles [ces diamants (« les diamants du sang », comme on les appelait) et les autres ressources naturelles ont d’ailleurs été une des causes du déclenchement du conflit], il n’empêche qu’il connaît un taux de mortalité maternelle et infantile très élevé. On croit que les problèmes ont disparu avec la fin de la guerre, mais ce n’est pas vrai. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous.

Depuis la fin des hostilités en 2002, la Sierra Leone a continué à pâtir d’un écheveau complexe de problèmes. Fait particulièrement dérangeant, le trafic d’enfants s’est poursuivi et a même pris de l’ampleur depuis – que ce soit à l’intérieur du pays (des villages aux villes) ou à l’extérieur, notamment en direction de pays voisins. Selon l’Unicef, ce trafic vise à fournir, véritable esclavage moderne, une main d’œuvre pour les mines, la pêche, l’agriculture et les tâches domestiques. Et, bien sûr, le sexe et la délinquance.

BB. Nous nous sommes servis de notre position dans CFN pour attirer l’attention des dirigeants et de quiconque voulait bien nous écouter sur la nécessité de garantir par tous les moyens, dont la loi, protection et bien-être aux enfants.

CB. Nous avons participé à la mise en place en 2007 du Child Right Act (Loi sur les droits de l’enfant ‑ CRA). Cette question de la protection de l’enfant nous passionne, et pas seulement pour notre pays.

BB. Il y a des millions d’enfants qui souffrent, pas seulement en Afrique, c’est pour ça qu’il est vital de légiférer.

Charles a servi dans diverses organisations de promotion des droits de l’enfant. Son travail de défenseur des enfants lui a valu d’être nommé en 2005 par The Children of Sierra Leone « Outstanding Child Advocate » (Défenseur extraordinaire des enfants). Il représente la jeunesse de son pays au forum créé autour de la Cour spéciale pour la Sierra Leone et l’a représentée aux Pays-Bas lors du procès de Charles Taylor2. Fort de son expérience, il a obtenu un diplôme de Paix et résolution des conflits.

Bamine, quant à lui, a joué un rôle déterminant dans l’adoption du Child Right Act. Il a également travaillé pour l’Unicef et pour l’ONG britannique Save the Children, Care… En 2007, il a représenté son pays en tant qu’expert auprès de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pour la mise en place d’une politique de l’enfant. Il a depuis obtenu un diplôme de Développement des communautés et collectivités.

CB. En 2007, nous avons lancé le Children’s Agenda-International, dans le but de promouvoir un changement politique en ce qui concerne la population jeune dans notre pays et en Afrique. Toute aide est la bienvenue. Nous travaillons et collaborons à de multiples projets, que ce soit dans l’éducation, l’eau, les questions de santé, etc.

BB. Pour nous, il est indispensable de mettre en place le plus vite possible un ordre du jour au bénéfice des millions d’enfants laissés pour compte, violés et exploités. Il faut unir nos forces pour renverser la tendance, et remplacer l’exploitation et les viols en assurant amour, sollicitude et protection à tous les enfants.

Pour effectuer des dons : www.childrensagendainternational.org


En mai 2000, l’Assemblée générale des Nations Unies a fait du 12 février la « Journée de la Main rouge », pour rappeler l’existence des enfants soldats.
C’est un élément du Protocole optionnel sur la Convention relative aux droits de l’enfant, qui a été ratifié à ce jour par 194 pays, à l’exception des Etats-Unis et de la Somalie (qui s’est engagée à le faire bientôt). B. Obama a qualifié la position de son pays d’« embarrassante » et a promis d’y remédier.


1. Caractéristique particulièrement macabre de cette guerre, un grand nombre de victimes, enfants et adultes, ont été amputées d’une de leurs mains ou de leurs pieds, voire d’un membre par les forces rebelles dans le but de terroriser les populations et tuer dans l’œuf toute velléité d’opposition.
2. Charles Taylor est un ancien dirigeant et seigneur de guerre du Libéria, actuellement détenu, après une longue et laborieuse campagne internationale, par les Nations unies et jugé par la Cour spéciale pour la Sierra Leone.





Compilation

Home L’art de la réalisation du Soi

Nous publions ci-dessous une sélection de citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

« Soyez vous-mêmes. Ne vous imitez pas les uns les autres. Si vous pratiquez l’honnêteté mentale, la sincérité d’esprit et le détachement, vous connaîtrez votre Soi, vous me connaîtrez, vous connaîtrez le Seigneur. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Maitreya affirme qu’il est venu enseigner à l’humanité l’art de la réalisation du Soi. Il assimile l’humanité au Soi et le Soi à Dieu. Il dit : « Vous êtes le Soi, un Etre immortel. Notre douleur, notre souffrance, nos problèmes, sont dus au fait que nous nous identifions à toutes sortes de choses excepté au Soi, l’Etre immortel dont nous sommes la pâle réflexion sur le plan physique. » « Posez-vous la question : Qui suis-je ? » dit-il. Vous réaliserez alors que vous vous identifiez à votre corps physique. Nous nous regardons dans un miroir et disons : « C’est moi. » Et ainsi nous sommes assujettis à toutes les limitations du corps physique. Celui-ci est mortel et nous devons nous réincarner dans un nouveau corps. Nous ne pouvons donc pas être le corps physique ; il n’est qu’un véhicule.
Nous pouvons aussi nous identifier à nos sentiments, nos sensations, nos énergies et nos émotions. Mais nous ne sommes pas cela ; tout cela n’existait pas hier, et aura peut-être disparu demain. Tous ces phénomènes sont instables, changeants. Si nous sommes des êtres immortels, nous ne pouvons être limités à nos émotions. Nous pouvons également nous identifier à notre mental et ses créations, ou à nos souvenirs. Nous pensons que nous sommes M. ou Mme Untel, ayant un certain nombre d’enfants. Mais nous ne sommes pas cela non plus ; il s’agit de mémoire, de création mentale. Ainsi, nous nous affirmons chrétien, musulman ou bouddhiste. Nous ne sommes pas cela. Il s’agit de croyance, d’idéologie. Nous sommes des êtres immortels et, par conséquent, nous ne pouvons être assujettis aux limitations du corps physique, du corps émotionnel ou du mental. Ces identifications sont toutes des constructions mentales. Nous sommes, au-delà de toutes ces croyances transitoires, un être immortel.
Comment devenir cet être immortel ici et maintenant, sur le plan physique ? Maitreya affirme que la voie qu’il préconise est la plus directe, celle du développement de la conscience. Elle implique la pratique de trois attitudes. Tout d’abord, l’honnêteté du mental. Presque personne ne fait preuve de cette honnêteté du mental. Il ne s’agit pas seulement d’être honnête et de ne pas voler le bien d’autrui. Tous, nous pensons une chose, en disons une autre et en faisons une autre encore. Si nous pratiquions l’honnêteté du mental, il devrait exister une ligne directe entre nos pensées, nos affirmations et nos actes. La deuxième attitude à adopter est la sincérité de l’esprit : être soi-même, de manière distincte et individuelle. Ne pas essayer de ressembler à qui que ce soit, ne pas imiter les autres, mais s’exprimer du fond du cœur. Ne pas essayer de donner par nos paroles une fausse idée de nous-mêmes aux autres, de les manipuler afin d’en être admirés ou aimés. Il s’agit d’être honnête avec soi-même, sincère. Peu de gens sont vraiment, profondément sincères. La troisième attitude à pratiquer est le détachement. Le détachement est la prise de conscience du fait que nous ne sommes ni notre corps, ni nos sentiments, ni notre mental : le renoncement progressif à ce genre d’identification. Si nous sommes attachés à nos émotions, par exemple, et que quelqu’un nous offense, si nous réagissons par une forte indignation et de la colère, c’est que nous ne sommes pas détachés. Si nous l’étions, un affront ne provoquerait de notre part ni indignation ni colère.
En adoptant ces trois attitudes, nous nous rendons compte qu’elles se renforcent mutuellement. Plus nous devenons conscients, plus nous devenons honnêtes et sincères. Plus notre sincérité augmente, plus nous parvenons à être honnête. Plus nous sommes sincères et honnêtes, plus nous sommes détachés. Plus notre détachement augmente, plus nous devenons sincères et honnêtes. Ces trois qualités vont de pair, elles réagissent l’une sur l’autre comme un levain.
Lorsque Maitreya prodiguera ses enseignements ouvertement dans le monde, qu’il se sera manifesté publiquement et aura commencé à nous stimuler et à nous guider dans les domaines politiques et économiques, il enseignera également à l’humanité l’art de la réalisation du Soi. Plus nous pratiquerons l’honnêteté du mental, la sincérité de l’esprit et le détachement, plus la conscience du Soi se développera. Plus la conscience du Soi augmentera, plus la réalisation du Soi deviendra possible. La conscience du Soi mène à la réalisation du Soi. Qu’est-ce que la réalisation du Soi ? Il s’agit du but de la vie qui fait de nous un Maître. Tous les Maîtres sont des êtres réalisés. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

« Votre destinée est la liberté. Nul ne « naît dans le péché ». Le Soi est assujetti au conditionnement tout au long du processus d’évolution. Ce processus d’évolution est le Devenir. Si vous respectez les trois principes d’honnêteté mentale, de sincérité d’esprit et de détachement, l’évolution s’effectuera naturellement. La mise en pratique de ces trois principes vous libérera du conditionnement. Nul n’est « condamné » au conditionnement. »
«Je vous en prie, ne préjugez pas. Cela revient à faire « un atterrissage en douceur » qui satisfait le mental. Les « ismes » sont comme des pilules qui permettent au mental de faire des pauses dans la vie. Le mental, l’esprit et le corps se sentent alors un peu plus « remontés », un peu plus heureux. Mais les « ismes » ne permettront jamais d’appréhender les réalités de la vie qui ne peuvent être connues que par l’expérience. L’expérience et la vision vont de pair. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

La plupart des gens pensent une chose, en disent une autre et en font une troisième encore différente. Il n’y a pas de ligne directe entre leurs pensées et leurs actions. Cela n’a rien à voir avec l’honnêteté mentale. L’honnêteté mentale mène à un discours et à une action honnêtes. La paix et le bonheur peuvent être trouvés grâce à cette harmonie.
Faire preuve de sincérité d’esprit signifie ne pas imiter autrui, ne pas faire semblant, ne pas tenter d’apparaître différent de ce que l’on est. La sincérité d’esprit consiste à ne pas se revêtir des « habits » d’autrui, à ne pas imiter par exemple son acteur ou son chanteur préféré. Il s’agit simplement d’être soi-même.
Si vous êtes artiste, musicien, écrivain ou poète, ce que vous pouvez faire de mieux c’est d’être vous-même, pas le reflet de quelqu’un d’autre. L’imitation en art et en musique est méprisée. L’imitation dans la vie l’est moins, mais elle est tout aussi déconseillée. L’art, la musique et la littérature font partie de l’expression de la vie. La vie individuelle est tout aussi valable et personnelle, elle doit être originale. Chaque personne est unique. Vous devez exprimer ce caractère unique.
Lorsque vous verrez Maitreya, vous constaterez qu’il parle du fond du cœur et s’adresse au cœur de chacun. Votre centre cardiaque entrera en résonnance avec ses paroles. Ce qu’il dira paraîtra si pur, si absolu, si essentiel, si vrai que vous n’aurez aucune difficulté à l’accepter. Ses paroles pénétreront jusqu’au cœur de votre être. C’est la raison pour laquelle on peut croire qu’une fois qu’il aura parlé ouvertement dans le monde, le jour de sa Déclaration ne tardera pas. [Le Grand Retour (B. Creme)]

« Le mental, l’esprit et le corps vous ont été donnés, déclare Maitreya, afin que vous exprimiez mon Etre et mon Devenir, en pensées, paroles et actions. Toute action accomplie avec un mental dépourvu d’honnêteté, un esprit non sincère et avec attachement, est destructrice. Examinons l’expression : « Avoir une conversation à cœur ouvert » avec quelqu’un, répond Maitreya. Quelle est la signification de cette expression ? Elle signifie que vous vous exprimez alors tel que vous êtes réellement, que vous communiquez à partir de votre centre, c’est-à-dire le Soi. Pratiquez cette attitude. Elle vous transformera, vous et votre entourage.
Le Cœur est le siège de l’âme. Il ne peut être terni ni même atteint. C’est le mental qui nous égare. La paix, la félicité, le bonheur et la grâce sont des qualités du cœur qui vous feront faire l’expérience de l’innocence naturelle de votre enfance. Ne cherchez pas à « visualiser » le cœur. Cela ne serait alors que l’œuvre du mental essayant de découvrir la source de la lumière à l’aide d’une torche. » [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

Honnêteté, sincérité et détachement, permettent de faire l’expérience de l’unité avec Dieu. Mais cette unité est trop souvent interprétée comme un isolement redouté. Cependant, ce sentiment de solitude n’est qu’un déguisement de la bénédiction suprême, car il montre que la personne approche de l’unité avec le Seigneur. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Le Soi est un Etre spirituel immortel. Il se reflète en tant qu’âme humaine, laquelle à son tour se reflète en tant que personnalité humaine. Le sentier de l’évolution mène à la réunification de la personnalité et de l’âme, ne formant plus qu’une seule entité avec la Divine étincelle, le Soi divin. Plus vous vous détachez, plus ce processus peut s’accomplir. Maitreya dit : « Lorsque vous êtes détaché, tout devient possible. Lorsque vous êtes attaché, vous ne pouvez me connaître. Je ne peux être présent. Mais lorsque vous êtes détaché je suis toujours avec vous. »
La pratique sérieuse et régulière de ces trois disciplines, l’honnêteté mentale, la sincérité d’esprit et le détachement, jointe à la prière pour le nouvel âge, permet à chacun de parvenir rapidement à une nouvelle compréhension et une nouvelle expérience de lui-même ; une liberté, une spontanéité et une franchise nouvelles, ainsi qu’une absence grandissante de peur et de conflit se feront progressivement sentir. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Le détachement signifie vous détacher de votre identification au corps, au mental et à l’esprit. Il ne s’agit pas de se dire : « Je ne dois pas ressentir d’émotions. » Beaucoup de gens répriment leurs émotions.
Il est aussi mauvais de les réprimer que de s’y complaire. Ce que vous devez apprendre à faire est d’observer vos émotions, sans vous y complaire ni les réprimer. Il faut simplement les regarder sans les réprimer, ne pas vous identifier à elles ; et si vous ne vous identifiez pas à elles, vous vous en détachez. C’est comme si vous établissiez un espace entre vous et vos émotions.
La plupart des gens s’identifient immédiatement à leurs émotions quelles qu’elles soient. C’est ce qu’ils ont fait toute leur vie, et ils pensent que c’est normal. Ils ressentent toutes les émotions négatives et pensent que c’est leur droit d’en faire l’expérience. En fait, certains pensent même que c’est leur devoir et je soupçonne de nombreux psychologues de dire à leurs patients qu’il est de leur devoir de ressentir les émotions. Le problème est que vous devez être détachés, non pas en vous détachant de la vie, mais en étant très conscients, en observant très sérieusement ce qui se passe, mais sans vous y identifier. C’est difficile, car cela requiert déjà un certain détachement pour y parvenir. Vous devez être déjà dans le détachement avant d’y parvenir ! Il faut en fait un tout petit espace pour créer un espace plus grand.
Je pense que la meilleure manière d’y parvenir serait d’étudier Krishnamurti. Si vous mettez en pratique ce que vous lisez, au moment où vous le lisez, vous établissez cet espace, ce recul. Examinez ce que vous ressentez, laissez-vous le ressentir, mais ne vous y complaisez pas et n’essayez pas de le réprimer ou de vous en débarrasser. Si vous luttez, c’est comme pour les travaux d’Hercule : chaque fois qu’il tranche une tête de l’hydre, deux autres repoussent. C’est ce que provoque la répression. Ce que vous avez à faire est d’élever le problème, tout comme Hercule le fit, à la lumière du jour (la lumière de l’âme). Et l’hydre mourut d’elle-même.
Regardezsimplement l’émotion et dites : « Ce n’est pas moi. Elle n’était pas là hier, elle ne sera plus là demain, elle n’est pas moi » et l’émotion s’évanouira. Chaque fois que vous faites cela, vous l’affaiblissez en lui retirant sa nourriture. Chaque fois que vous vous focalisez sur elle, votre énergie y afflue et vous la renforcez. Inversez le processus et, non alimentée, l’émotion s’éteindra naturellement.
Le détachement est le moyen d’instaurer l’honnêteté du mental et la sincérité de l’esprit que Maitreya enseigne. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

Si vous vous attachez aux pas des autres au lieu d’être vous-même, vous perdez votre étincelle ; vous ne pouvez plus refléter la lumière de l’individualité. Sans cette lumière, aucun progrès n’est possible dans la vie. Par contre, lorsque vous faites l’expérience du Soi intérieur et que vous commencez à reconnaître que vous êtes une entité immortelle, totalement distincte du mental, de l’esprit et du corps, vous apprenez à utiliser ces temples du Seigneur de manière créative, en toute conscience. Des guérisons en découlent automatiquement. C’est la raison pour laquelle Maitreya a déclaré que même des individus atteints du sida seront guéris grâce à la prière et à la pratique de l’honnêteté mentale, de la sincérité d’esprit et du détachement. Sans détachement, il n’y a pas de salut. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Maitreya parlera d’honnêteté mentale, de sincérité de cœur et de détachement. Ce sont les trois points fondamentaux. Il les considère comme étant trois forces d’évolution très puissantes. Elles sont essentielles parce que ce n’est qu’en progressant sur la voie du détachement que l’on avance vers la réalisation du Soi. La vie est une question de détachement. Sans lui, vous ne pourrez avancer sur le sentier de l’évolution. Un détachement croissant vous libère de l’identification avec votre corps, vos émotions, vos concepts mentaux. [L’éveil de l’humanité (B. Creme)]

Si vous avez le mental et l’esprit d’un bébé, où que vous alliez vous attirerez les gens. Le Soi d’un bébé est détaché. Son innocence attire. Un bébé vous sourit, même s’il ne vous a jamais vu auparavant. Pourquoi ? Parce qu’il exprime sa joie naturelle. Pourquoi les adultes agissent-ils différemment ? Parce que leur mental, leur esprit et leur corps sont préoccupés en permanence. Le Soi ne connaît que conditionnement dans le mental, l’esprit et le corps. Mon enseignement, c’est la vie. Si vous pratiquez l’honnêteté mentale, la sincérité d’esprit et le détachement pendant votre existence, vous pouvez embrasser ma totalité en une seule vie. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Ces centres [éducatifs] enseigneront à des jeunes les premiers pas qui conduisent à la réalisation du Soi. Comme vous le savez, de nombreux jeunes manquent aujourd’hui d’orientation, de motivation et d’emploi intéressant. Chez certains d’entre eux, cette situation conduit au vandalisme et à la criminalité. Il leur sera offert la possibilité d’apprendre qui ils sont réellement et d’atteindre la conscience du Soi. Maitreya déclare que le premier pas conduisant à la conscience du Soi, qui amène elle-même à la réalisation du Soi, est le respect de soi et la conscience de sa propre valeur. Ces jeunes seront rééduqués, et on leur apprendra les techniques permettant d’atteindre la conscience du Soi, qui conduit à la réalisation du Soi, but de l’humanité.
Des personnes seront choisies et entraînées afin de surveiller ce processus de rééducation. Une technique très simple de respiration fera partie de ce processus. Elle consiste à stabiliser sa respiration et à retenir, à un certain moment, son souffle pendant quatre temps. Pendant l’instant où la personne retient sa respiration, elle devient, de manière temporaire mais immédiate, consciente du Soi. Et à cet instant, Maitreya peut, en quelque sorte, intervenir afin de stimuler le niveau déjà atteint. Cette méthode permettra de rééduquer des milliers et peut-être des millions de jeunes, victimes d’aliénation. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

La tâche à venir est claire : ouvrir les fenêtres de l’âme et laisser sa lumière illuminer vos vies. Permettre à la sagesse de votre âme de bannir toute illusion et de devenir une lumière pour vos frères. Telle est la tâche de tous ceux qui désirent fouler le Sentier de Lumière. Eveiller l’intuition et avoir une vision claire du Plan ; éveiller l’intuition et dissoudre l’obscurité ; éveiller l’intuition et rejeter toute crainte. [Raison et intuition (Maître –)]

Rien ne vous appartient. Tout appartient au Seigneur. Si vous êtes honnête avec vous-même, vous êtes honnête avec le Seigneur. Si vous êtes sincère avec vous-même, vous êtes sincère avec le Seigneur. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Le Soi, la conscience n’ont pas de limites. Le mental, l’esprit et le corps ont un commencement et une fin. Dans le détachement, le Soi peut faire des expériences dans le mental, l’esprit et le corps, mais il ne s’attache pas aux pouvoirs miraculeux dont ils sont capables.
Les lois de la création se trouvent dans le mental. L’énergie universelle se trouve dans l’esprit, et le centre où la création se matérialise est le corps physique. Lorsque le Soi observe les pouvoirs de Dieu, c’est le détachement qui le préserve de l’emprisonnement dans les liens de la vie.
Le détachement est le « médicament » le plus puissant. Il est tellement efficace qu’il immunise le Soi contre les processus et événements qui se déroulent dans le mental, l’esprit et le corps. Apprendre le détachement est tout un art. Dans le détachement, le scientifique apprendra les lois de la physique et de la chimie (les lois de la création) et les appliquera, participant ainsi par ses créations à l’œuvre de Dieu. Dans le détachement, l’artiste réussira à décrire Dieu à travers ses propres expériences.
La destinée de chacun est d’être un jour libéré du mental, de l’esprit et du corps. C’est là que réside le salut. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Pas à pas, siècle après siècle, l’homme construira une civilisation où il démontrera sa divinité toujours davantage ; une culture au sein de laquelle la beauté de la création divine s’exprimera sous tous ses aspects ; un miroir dans lequel l’Idée divine se reflétera dans toute sa gloire. Ainsi le rêve de divinité de l’homme sera-t-il accompli, son potentiel réalisé, son destin consommé. [La nouvelle civilisation (Maître –)]


La prière pour le nouvel âge

Je suis le créateur de l'univers.
Je suis le père et la mère de l’univers
Tout vient de moi.
Tout retournera à moi.
Le mental, le cœur et le corps sont mes temples,
Pour que le Soi réalise en eux
Mon Être suprême et mon Devenir.

La prière pour le nouvel âge, donnée par Maitreya, l'Instructeur mondial, est un grand mantra, une affirmation ayant un effet invocatoire. Elle deviendra un puissant instrument nous permettant de reconnaître que Dieu et l'homme sont Un, qu'il n'existe aucune séparation. Le « Je » est le principe divin sous-jacent à toute la création. Le Soi émane de ce principe divin et lui est identique.
La manière la plus efficace d'utiliser ce mantra est de prononcer, ou de penser, les paroles avec une volonté soutenue, tout en maintenant l'attention sur le centre ajna entre les sourcils. Lorsque le mental saisit la signification des concepts et que, simultanément, la volonté est sollicitée, ces concepts sont activés et le mantra fonctionne. Si cette prière est dite sérieusement chaque jour, elle fera croître en vous la conscience de votre Soi véritable. [Les lois de la vie (Maitreya)]






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.