DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2009

Extraits de la revue
Partage international

Septembre 2009 - N° 253

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Les insuffisances du G8 face au problème de la faim par Anuradha Mittal


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation


  • La voix des peuples


  • Courrier des lecteurs


  • Compte rendu de lecture


  • Interviews


  • Rayons
    • Quelques personnalités et leurs rayons


  • Compilation




L'article du Maître

Home Le blasphème de la guerre

par le Maître –

par l’entremise de Benjamin Creme, le 15 juillet 2009

Par deux fois, au siècle dernier, le monde a connu les convulsions d’une guerre totale et atroce qui a coûté la vie à des millions et des millions d’êtres humains. Chacune des deux phases de cette guerre était censée « mettre à jamais fin à la guerre » ; pourtant il se trouve aujourd’hui encore des gens pour fomenter et projeter une nouvelle épreuve de force, avec des armes encore plus destructrices. Combien de temps faudra-t-il aux hommes pour se rendre compte que la guerre ne résout rien, ne prouve rien, et ne fait qu’occasionner pertes et souffrances aux peuples de la Terre ? Telle est notre question.

L’une des raisons principales du retour des Maîtres dans le monde des hommes est, précisément, de leur rappeler cela, et d’exercer sur leur pensée une influence telle qu’ils se détournent à jamais de la guerre. Tant de nations possèdent aujourd’hui la bombe nucléaire, arme la plus destructrice jamais conçue et fabriquée, qu’une guerre à grande échelle constituerait l’horreur absolue : la destruction complète de la vie sur la planète Terre. Pour des millions et des millions d’années, la Terre deviendrait une planète morte, un déchet toxique. Les hommes, quant à eux, devraient s’incarner sur un monde sombre, éloigné de tout, et recommencer leur long, long voyage vers la lumière.

Les conseils de Maitreya

Vous pouvez être certains que quand Maitreya entamera sa mission au grand jour, ce qui est imminent, il confrontera les hommes à ce problème et à ses conséquences, et leur offrira sa solution et ses conseils. La guerre, leur dira-t-il, est un blasphème, une abomination et un crime perpétré contre tous les hommes, qu’ils y soient ou non impliqués. La guerre, soulignera-t-il, doit être ainsi considérée si l’humanité et les règnes inférieurs doivent survivre.

Seuls le partage et la justice, ajoutera-t-il, assureront l’avenir des hommes. Faites tout pour parvenir à l’unité et à la coopération, car les hommes de la Terre sont un. « Considérez votre frère comme vous-même », et faites le premier pas vers votre divinité. « Faites que votre action soit à la mesure des besoins de votre frère, et résolvez les problèmes du monde. Il n’y a pas d’autre voie. »

Les habitants de la Terre

Ainsi Maitreya parlera-t-il aux habitants de la Terre. Ainsi s’efforcera-t-il de réorienter leurs pensées.

L’écouteront-ils, suivront-ils ses conseils ? L’esprit des hommes est plein de crainte et d’appréhension : les vieilles habitudes de pensée ont la vie dure et abhorrent le changement.

Pourtant, de plus en plus, les problèmes et les privations qui découlent de l’effondrement économique actuel incitent les hommes à se mettre en quête de nouvelles manières de vivre, à se tourner vers le partage, la création d’un monde plus juste et plus généreux. Ainsi, beaucoup sont prêts à répondre à l’appel de Maitreya.

Bien sûr, nombreux sont ceux qui ne sont pas prêts au changement. Beaucoup se satisfont de la situation actuelle, dans l’attente d’une reprise prochaine des marchés qui leur permettra de recommencer à faire de l’argent avec du vent, pour leurs entreprises et pour eux-mêmes. Nombreux aussi, dans le monde religieux, sont ceux qui ne verront pas d’un bon œil l’apparition de l’Instructeur. Coupés de la connaissance, ils se cramponnent à des dogmes fabriqués par l’homme et verront en Maitreya, Seigneur de l’Amour, l’abomination du mal qu’ils redoutent. Mais il n’en ira pas ainsi pour tous. Beaucoup de groupes religieux de par le monde ont vu et entendu Maitreya dans le passé, quoique sous un autre aspect. Ils se rappelleront l’Instructeur qui leur est apparu et a semé dans leur esprit les graines du partage et de la justice, tout en bénissant leurs terres des eaux de Vie du Verseau.

Au fil du temps, si forte se fera la pression de ceux qui veulent un monde meilleur, plus juste et plus sûr, que même les plus sectaires se joindront au concert des revendications, réclamant haut et fort le changement. Ainsi en sera-t-il.





Home Pollués avant de naître

par Céleste Perron

Perchlorate, diphénylethers polybromés (PBDE), acide perfluorooctanoïque (PFOA) font partie de la longue liste de produits chimiques trouvés par l’ONG environnementale de Washington Environmental Working Group (EWG) dans le sang de dix Etasuniens. On pourrait penser qu’il s’agit de gens ayant travaillé dans des usines de produits chimiques, ou vécu près d’une décharge de produits toxiques, ou de personnes âgées ayant accumulé ces substances au fil des ans. Mais en réalité, le sang a été prélevé sur les cordons ombilicaux de dix nourrissons choisis au hasard et nés en 2004.

L’étude montre que les enfants d’aujourd’hui commencent leur vie « pré-pollués » par les toxines contenues dans l’environnement d’une manière que n’ont pas connue les générations précédentes. Cette découverte a été faite dans le cadre du « Projet 10 Etasuniens », mis en place par EWG pour rechercher la présence de 413 produits chimiques dans le sang du cordon ombilical, tel que des pesticides, des plastifiants et des métaux utilisés dans l’industrie et les biens de consommations. « Nous avons trouvé en moyenne 200 de ces substances dans chaque nourrisson, une moyenne dont aucun ne s’est éloigné de beaucoup (en plus ou en moins), ce qui permet de se poser des questions sur ce qui arrive à nos bébés en général, commente Anila Jacob, scientifique à EWG. On a beau avoir ancré en nous depuis longtemps l’idée que le placenta protège le fœtus de tout ce qui circule dans le sang de la mère, on s’est aperçu depuis quelques dizaines d’années que ce n’est pas le cas, bien au contraire. »

Conséquence logique, avant leur premier cri, les bébés d’aujourd’hui sont saturés des produits que leurs mères absorbent par l’air, la nourriture, l’eau, les produits sanitaires et les substances responsables de troubles de la mémoire, pour ne pas mentionner les malformations congénitales, les altérations de comportements, la baisse de la fertilité spermatique, et le cancer. Le PFOA, élément essentiel dans les ustensiles non attachants (genre tefal) et les tissus résistants à l’acier et à l’eau ou ceux étanches utilisés pour les vêtements et les meubles, a des effets cancérigènes, et semble lié à l’infertilité et aux problèmes d’accouchement et de malformations natales.

Voici un petit échantillon de ces produits et de leurs méfaits sur le corps humain. Le perchlorate, sous-produit du carburant des fusées, contamine la nourriture et l’eau de boisson et s’avère avoir des répercussions négatives sur l’hormone thyroïdienne chez les femmes et les enfants, hormone qui joue un rôle clé dans le développement cérébral. L’expérimentation animale a montré que le PBDE (retardataire de flamme), utilisé dans les meubles, les matelas, les intérieurs de voiture et nombre d’appareils électroniques, est à l’origine d’une longue liste de pathologies, dont les problèmes d’apprentissage et de mémoire, les malformations fœtales, les altérations du comportement, pour ne pas parler d’une diminution de fertilité du sperme et du cancer. Quant au PFOA, ingrédient omniprésent dans les ustensiles de cuisines non-attachants, les tissus étanches et résistants aux taches, utilisés dans la confection de vêtements et les meubles, des expériences ont montré son côté cancérigène ainsi que son lien avec l’infertilité et les malformations de naissance. On estime qu’il est présent dans 96 % de la population mondiale, y compris chez les ours polaires du cercle arctique.

A. Jacob note que, tandis que les études passées avaient démontré la présence dans les cordons de produits individuels, « c’est la première fois qu’on a pu mettre en évidence la présence d’autant de substances toxiques à la fois, ce qu’on appelle une « exposition concomitante ». On a bien réuni quelques informations sur les effets de produits singuliers, mais on n’a aucune idée de ceux qu’ils pourraient avoir ensemble. »

Sur les produits trouvés dans le corps des bébés, 134 sont cancérigènes, 151 produisent des anomalies congénitales, 154 des perturbations hormonales, 186 ont une incidence directe sur la fertilité, 130 sur le système immunitaire et 158 ont des conséquences neurotoxiques (nombre de ces produits tombant souvent dans plusieurs catégories pathologiques à la fois). « Nous sommes incapables de dire que l’exposition au produit A conduit au cancer B, car cela ne faisait pas partie de notre projet de recherche, précise Jacob. Par contre, nous savons qu’il existe une augmentation dans la variété et le nombre des problèmes de santé publique, et nous soupçonnons que l’exposition aux produits toxiques n’y est pas étrangère. »

Voici une liste succincte des questions de santé aux Etats-Unis que EWG et d’autres spécialistes en santé environnementale ont mis en évidence et qui pourraient être liés à cette exposition chimique :

– le cancer du cerveau chez l’enfant a augmenté de 40 % entre 1973 et 1994 ;

– la leucémie lymphocytaire aiguë s’est accrue de 62 % entre 1973 et 1999 ;

– un enfant sur 150 souffre aujourd’hui d’une forme ou d’une autre d’autisme ;

– une femme sur 7 est atteinte d’un cancer du sein ;

– un nouveau-né sur 125 est affecté d’une déformation du pénis (hypospadias), un chiffre qui a doublé entre 1968 et 1993 ;

– augmentation générale de l’infertilité ;

– précocité croissante dans l’apparition des signes liés à la puberté chez les filles (taille des seins, etc.).

Vu cette situation alarmante, et le rôle que pourrait y tenir les produits toxiques, on pourrait croire que le gouvernement américain se montrerait plus actif pour mieux cerner leur degré de toxicité, mais il semble tout simplement s’en laver les mains. Sa seule initiative a été de faire passer en 1976 une vague loi portant sur la régulation des produits chimiques, intitulée the Toxic Substances Control Act (loi sur le contrôle des substances toxiques, TCSA). Cette loi ne requiert aucune étude sur l’impact sanitaire de ces produits avant leur mise sur le marché – effarant, quand on sait que seules 120 études sont programmées sur les nouveaux pesticides ! Résultat inévitable, évidemment, 80 % des nouveaux produits chimiques reçoivent en trois semaines chrono leur autorisation de mise sur le marché par l’Agence de protection de l’environnement US (EPA). Celle-ci a déjà accordé son feu vert à 62 000 substances sans autre examen, n’étant revenue sur sa décision que pour 200 d’entre elles. Illustration plus qu’éclairante du manque de sérieux de ce système de contrôle : seuls cinq produits ont été interdits depuis l’entrée en vigueur de cette loi, en 1976, et l’EPA n’a même pas été en mesure d’interdire l’amiante, condamnée par la loi !

Face à cette situation, EWG a décidé de pousser la pression à son maximum pour faire passer un projet de loi au Congrès sous le nom de Kid-Safe Chemicals Act (loi pour la protection des enfants contre les produits toxiques), afin d’obliger les autorités à s’assurer du caractère non toxique de toute substance utilisée pour les produits destinés aux enfants et aux populations vulnérables, ainsi que pour toutes celles en usage aujourd’hui et éventuellement dangereuses, quitte à les interdire à titre du principe de précaution.

Ce projet a été présenté en 2008 par Frank Lautenberg, sénateur du New Jersey, et les représentants de Californie Henry Waxman et Hilda Solis. Même si ce projet de loi n’a pas été soumis au vote durant la session parlementaire, « nous avons bon espoir, déclare A. Jacob, qu’il le soit avant la fin de l’année (2009) ». Pour les avocats, qui font montre d’un optimisme plus prudent, ce projet a d’autant plus de chances de passer maintenant que les démocrates contrôlent les deux assemblées et sont aux commandes à la Maison Blanche.

L’Union européenne est, sur cette question, très en avance sur les Etats-Unis. Elle a, en effet, créé en 2005 un ensemble de règles appelé REACH (Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances chimiques), qui est entré en vigueur en 2007 en dépit des vociférations de l’Administration Bush et de l’industrie chimique américaine. Selon cet accord européen, toute substance manufacturée ou importée en Europe en quantité significative doit faire l’objet d’une évaluation quant à sa toxicité ou non en matière de santé humaine (« principe de précaution ») et les coûts de cette vérification sont à la charge du producteur ou de l’importateur. Il fait également obligation de créer une liste « des produits chimiques hautement sensibles », dont les industriels se verront interdire l’usage sauf autorisation spéciale, et qui devront être remplacés par des produits alternatifs moins dangereux. Même s’il est loin d’être parfait – il fera l’objet d’une révision dans une dizaine d’années – les écologistes ont considéré REACH comme une victoire importante.

Mais l’aspect de REACH qui pourrait avoir à terme le plus d’impact au niveau planétaire, c’est qu’il mettra à la disposition de tous les citoyens cette information sur ces substances potentiellement toxiques. Selon un article paru dans The Washington Post du 12 juin 2008, « grâce à la Toile, les données disponibles sur les produits à risques seront accessibles pour la première fois aux consommateurs, aux législateurs et aux plaignants potentiels de la planète. Jusqu’à maintenant, une bonne partie de cette information n’existait pas, ou était soigneusement tenue secrète par les entreprises. » Armés de cette information de plus en plus détaillée sur les effets sanitaires des produits chimiques courants, les consommateurs pourront se servir de leur porte-monnaie pour amener le changement, que leurs gouvernements agissent ou non.

Le pouvoir du consommateur apparaît on ne peut plus clairement dans le cas du Bisphénol-A (BPA), composé chimique présent dans les plastiques durs tels que les biberons ou le revêtement des casseroles en étain et en aluminium. Face à l’accumulation de preuves mettant en évidence des liens entre le BPA et la pré-puberté, le cancer du sein, les troubles de la prostate et du comportement, le Canada a annoncé en avril 2008 qu’il interdisait l’utilisation de produits chimiques pour les biberons et l’ensemble des matériaux d’emballage contenant des objets destinés aux enfants. De même, un nombre croissant de fabricants de biberons étasuniens ont pris l’initiative de retirer le BPA de leurs produits. Wal-Mart [la principale chaîne de magasins américains] a elle aussi annoncé qu’elle cesserait de proposer des biberons contenant du BPA dès début 2009, contre des bouteilles en verre. Quant à Coca-Cola et aux autres marques d’aliments et de boissons en conserve, la pression devient telle qu’ils devraient bientôt suivre le mouvement.

EWG emploie tous les moyens à sa disposition pour faire déboucher son combat, allant du militantisme des associations de consommateurs à la publication de guides à l’intention de ces derniers, portant notamment sur les produits cosmétiques, les biberons, les crèmes solaires, etc. Mais pour A. Jacob, rien de sérieux ne se passera tant que le gouvernement n’aura pas conscience du problème et pris les mesures législatives et institutionnelles qui garantiront un contrôle optimal de l’utilisation des substances chimiques.

Informations : ewg.org





Signes des temps

Home L’étoile qui annonce l’émergence de Maitreya

« Dans un avenir très proche, les gens auront partout l’opportunité d’observer un signe extraordinaire et d’une grande portée. L’unique occasion, au fil de l’histoire, où un signe semblable se soit manifesté, a été la naissance de Jésus. Selon la tradition chrétienne, dans les cieux est alors apparue une étoile qui a guidé trois mages venus d’Orient jusqu’à son berceau. Bientôt, une fois encore, on verra autour du monde une source de lumière d’un puissant éclat, ressemblant à une étoile. » [Le Maître de Benjamin Creme, La première interview de Maitreya, Partage international, janvier-février 2009]

Le 12 décembre 2008, Partage international a diffusé un communiqué de presse annonçant que dans un avenir très proche, une grande étoile particulièrement brillante allait apparaître dans le ciel, visible partout dans le monde, de jour comme de nuit, annonçant l’apparition imminente de Maitreya dans sa première interview sur l’une des plus grandes chaînes de télévision des Etats-Unis. Depuis début janvier 2009, cette étoile est apparue dans le monde entier et des centaines de témoignages ont été adressés à notre rédaction. Nous publions ici une sélection de témoignages parus dans les médias, de lecteurs et d’images provenant de YouTube. Le Maître de B. Creme a confirmé qu’il s’agit de l’« étoile ».
 


Quatre séquences d’une vidéo de l’« étoile » de Maitreya au dessus de Berlin (Allemagne), prises le 5 août 2009, à quelques secondes d’intervalle, et montrant les couleurs qui changent constamment. (YouTube : Danicanto 1)

•    Reportage sur l’étoile à la télévision
Boca Raton, Floride, Etats-Unis, 6 juillet 2009. Selon un témoin : « Il y avait une lumière verte dans le ciel, mais elle était trop proche pour être une étoile. Elle se balançait d’un côté à l’autre et ne ressemblait à rien que j’ai pu voir auparavant [...]  C’était un objet vert brillant en forme de diamant, flottant à environ 30 mètres au-dessus de nous ». WPTV, une chaîne de télévision locale, a relaté l’histoire et montré une vidéo. (YouTube ; examiner.com)
[Voir  photographie dans la version imprimée de la revue Partage international n° 253 de septembre 2009, page 13.]


Deux des quatre « luminaires en forme d’étoile » vus ensemble, Italie, juin 2009 (YouTube : daisenpiQudtom)
 


Photographie envoyée par G. L., Barcelone, Espagne, qui explique : « l’étoile apparaît à l’est-sud-est, vers 23 h, et se dirige vers l’ouest, dans la partie sud du ciel, en prenant de l’altitude. Elle se déplace assez vite. Cette photo a été prise à Vilassar de Mar, dans la province de Barcelone (Espagne). […] La séquence prise au caméscope montre des « pulsations », des variations dans la taille et l’éclat de l’étoile, alors même que je ne touchais pas le zoom. »



Photographie prise à Hullbridge, Essex, (Grande-Bretagne) par C. E., à 3 h 30 du matin, le 17 juillet 2009.



Quatre « étoiles » vues au-dessus de Leyland, Lancashire (G.-B.), le 7 février 2009, filmées par Mike Gregory. Il raconte avoir vu « quatre ovnis extrêmement brillants s’approcher et passer au-dessus des maisons. Ils se trouvaient à très basse altitude et ils volaient en formation décalée, d’une manière parfaitement contrôlée qui ne devait rien au hasard, et il ne pouvait en aucune manière s’agir de lanternes chinoises. » (You Tube : ufohomebase).
Dans le numéro de juillet-août 2009 de Partage international, lire un courrier de Dan Dougherty qui a également vu les quatre « étoiles » ensemble.



Le 6 juillet, à 4 h 30 du matin, j’espérais voir « l’étoile » dans la direction du nord-est, après avoir lu le dernier numéro de Partage international.  Je regardai par la fenêtre de ma chambre et elle était là, seule étoile encore visible. Le ciel s’éclaircissait rapidement, l’étoile perdait peu à peu de son éclat et à 5 h 30 elle avait disparu. Il ne fait aucun doute pour moi que toutes les histoires racontées dans Partage international sont vraies. Mais on peut voir celle-ci de ses propres yeux ! C’est si merveilleux que je dois le partager. M. Z., Amsterdam, Pays-Bas



A Chengdu, le 2 juillet 2009, à 20 h 30, des milliers de personnes ont vu un ovni et selon l’agence de presse gouvernementale Xinhua, ils se précipitèrent, même en pyjamas, pour voir le vaisseau spatial, décrit comme un objet lumineux tour à tour bleu ou rouge. Zhang Yang, directeur de l’association bouddhiste de Chengdu, a déclaré que c’était un « Corps céleste » et qu’il ne pouvait s’agir d’une lanterne chinoise, ni d’un ballon météorologique ou d’un cerf-volant.
« Il semble qu’il y ait un grand nombre d’apparitions d’ovnis dans toute la Chine en ce moment » selon to disclose.tv, qui a signalé que les mêmes ovnis avaient stupéfié des milliers d’habitants de Xi’an la nuit précédente, ce qui avait provoqué une saturation des lignes téléphoniques. » [Sources : allnewsweb.com ; YouTube]



Berlin, le 27 juin 2009, photographie prise depuis la terrasse de son appartement par T. W.



Slough, Grande Bretagne, le 9 août 2009. (YouTube : paulchi69)



Nord du Kentucky, États-Unis, le 6 juin 2009 : « A première vue cela ressemble à une étoile anormalement grosse et très brillante. Lorsque l’on regarde de plus près, on peut voir une sorte de lumières clignotantes au sommet. Comme une lumière stroboscopique avec des flashs rouges, bleus et verts » a déclaré le témoin. » (YouTube : TriangleinTheSky).


Une conférence sur Maitreya et « l’étoile », faite par un groupe de co-workers de Partage international à Biel, Suisse, en juin 2009, a été suivie par une chaîne locale de télévision, TeleBilingue, qui en a donné un compte rendu positif (24 juin). La chaîne diffusa une interview d’un témoin ayant pris en vidéo un objet brillant au-dessus de Biel qui avait soudain disparu, ainsi que de nombreuses photos et vidéos montrées lors de la conférence. Cette chaîne franco-allemande est regardée par plus de 100 000 spectateurs et diffuse les mêmes programmes toutes les heures.
 




Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (2)

Cher Monsieur,

Le dimanche 9 août 2009, à 0 h 30, en sortant du cinéma, nous marchions en direction du nord-ouest lorsque nous vîmes clignoter au loin une étoile brillante. La nuit était parfaitement claire. Les autres étoiles ne clignotaient pas. Cette étoile changeait rapidement de couleurs. Nous la vîmes passer du rouge au vert, puis au violet, au bleu et au blanc. Mais en plus de cela, le rythme des pulsations changeait. Par moments elle clignotait, puis la minute suivante plus tellement et soudain elle devenait à nouveau très brillante. Elle s’éloignait lentement de nous. Tout d’abord c’était une étoile assez grosse, mais vers 1 h 10 ce n’était plus qu’un point clignotant au loin. Etait-ce « l’étoile » ?

M. V., Breda, Pays-Bas


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait de « l’étoile » annonçant l’émergence de Maitreya.


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (3)

Cher Monsieur,

Lors d’un récent voyage en Sardaigne, le samedi 4 juillet, à 5 h du matin, je vis une brillante étoile en direction de l’ouest. C’était la seule étoile visible dans le ciel à ce moment-là. Etait-ce « l’étoile » ?

A. S. et C. P., Edimbourg, Ecosse


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que c’était « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (4)

Cher Monsieur,

J’habite à Wemb, un petit village allemand près de la frontière hollandaise. Le 7 août 2009, à 5 h du matin, j’ai vu une grande étoile isolée d’un jaune éclatant dans la direction de l’est et je me suis demandé si c’était « l’étoile ». Au bout de quelques instants elle commença à se déplacer de haut en bas et de gauche à droite. Intérieurement je demandai à plusieurs reprises que l’étoile se déplace à nouveau, ce qu’elle fit, mais pas immédiatement. Je n’ai pas de caméra, mais avec mes jumelles j’ai vu une forme ronde assez floue avec des points scintillants. Cela n’était certainement pas un avion ni une étoile ordinaire. Je l’observai environ une heure, puis elle devint plus petite, mais elle continuait à se déplacer. Ai-je réellement vu « l’étoile » ?

H. H., Wemb, Allemagne


Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait de « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (1)


 

Cher Monsieur,

Il y a quelques jours, alors que ma famille rentrait de vacances au bord de la mer, je remarquai dans le ciel un objet incroyablement brillant, non loin de la lune. Ce n’est que plus tard qu’il me vint à l’esprit que j’avais peut-être vu « l’étoile ». Cela fait trois soirs que je vois le même objet dans le ciel et je l’ai pris en photo et filmé. En revoyant mes photos, je réalise maintenant que la position de l’objet s’est nettement modifiée depuis la première fois que je l’ai vu.

Chose intéressante, il y a environ une semaine j’ai appris qu’un ami avait « appelé l’étoile » et qu’il l’avait alors vue. Aussi avais-je mentalement invité « l’étoile » à me rendre visite. L’objet que je vois est-il « l’étoile » ?

E. G., Cotati, Californie, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait bien de « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (5)

Cher Monsieur,

Le 10 juillet 2009, entre 3 h 30 et 4 h du matin, je regardai par hasard par la fenêtre de ma chambre et je vis une énorme étoile très brillante. Elle devait avoir environ six fois la grandeur d’une étoile « moyenne ». Je fus si stupéfaite que j’appelai un ami pour qu’il soit témoin du phénomène. Etait-ce l’étoile ou Vénus ?

A. L., Goudhurst, Kent, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que c’était « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (6)

Cher Monsieur,

Le 2 mai 2009, de bonne heure le matin, j’ai vu un objet brillant haut dans le ciel. C’était le seul objet lumineux, toutes les étoiles ayant disparu. Il était blanc et rond. A un moment donné, sa luminosité décrut comme s’il allait disparaître, puis il reprit sa taille et son éclat. Ensuite des nuages sont apparus et je n’ai pu le voir plus longtemps. Lorsque les nuages se sont dissipé j’ai vu que l’objet avait disparu, mais au bout d’un moment je l’ai revu à un autre endroit, plus bas dans le ciel, puis il disparut à nouveau derrière les nuages. Etait-ce un ovni ou « l’étoile » ?

Y. A., Abidjan, Côte d’Ivoire

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (8)

Cher Monsieur,

La semaine dernière je me suis réveillée à 4 h et j’ai eu besoin de sortir pour aller récupérer dans ma voiture un morceau de sucre candi en raison d’un malaise dû à une insuffisance de sucre dans le sang. Par-dessus mon épaule, je réalisais qu’il y avait une lumière très brillante, mais je ne voyais pas ce que c’était. Lorsque que mon problème fut réglé, je retournai dehors pour regarder à nouveau et je vis à l’est, très haut dans le ciel, un bel objet d’une taille impressionnante qui étincelait et clignotait. Il était immense et très coloré. J’ai commencé une veille à l’aube avec la magnifique « étoile ». Je me réveille presque tous les matins à 4 h 30 pour jeter un coup d’œil sur l’étoile et je médite avec elle – elle semble faire partie de ma famille ! Je reste souvent avec elle jusqu’à ce qu’elle soit haut dans le ciel dans le jour nouveau et toujours très visible !

J’ai commencé à voir « l’étoile » à la fin décembre 2008, puis elle disparut soudain au solstice de printemps. J’espère que ceci est son retour.

G. C., Alabama, Etats-Unis

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait de « l’étoile ».


Home Courriers de lecteurs concernant l’étoile (7)

Cher Monsieur,

Je me rendais avec un collègue à Mackay dans le Queensland (Australie) de très bonne heure le matin. Alors que le soleil se levait sur une longue route à des kilomètres de nulle part, nous vîmes ce qui ressemblait exactement à « l’étoile » et nous nous arrêtâmes sur le bas côté pour l’observer avec un télescope que nous avions dans notre véhicule. L’étoile pouvait se déplacer d’une extrémité à l’autre du ciel en un clin d’œil, c’était stupéfiant. Elle se retourna et l’on put voir une couleur d’argile rouge et du rouge feu à l’intérieur. Lorsque le soleil se montra, elle disparut. C’était fou – absolument époustouflant de voir ce que nous avons vu.

A. S., Brisbane, Australie


Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait de l’étoile.



Tendances

Home L’extraction des métaux rares

Source : Nikkei Weekly, Japon

Dans l’eau de mer et dans les déchets se trouvent de nombreux métaux rares. Leur prix élevé en rend l’extraction et le recyclage très avantageux.

En recherchant une solution pratique, l’Université de Kyoto, au Japon, a découvert qu’en modifiant génétiquement des cellules de levure, on arrive à extraire des métaux rares tels que le molybdène, même à des concentrations très faibles.

La modification génétique de la levure produit une protéine ayant des propriétés « adhésives » : elle peut s’attacher à la surface des métaux, permettant leur collecte. Les métaux attachés aux cellules de levure tombent au fond des réservoirs d’eaux usées ; ils sont alors transférés dans une autre solution puis concentrés. On ajuste alors les niveaux d’acidité de la solution, permettant ainsi aux protéines de se détacher des métaux, et ces derniers peuvent finalement être extraits.




Home Les grosses têtes iront ailleurs qu’à Wall Street

Source : wired.com

 « La domination de Wall Street a pris fin. Selon le reporter Daniel Roth,cet effondrement est porteur d’espoir pour l’avenir. Personne ne souhaite voir la mort d’une industrie, mais il y a un côté bénéfique : des rescapés brillants de ces secteurs poursuivront ailleurs leurs rêves d’entrepreneurs, déclenchant des vagues d’innovation dans d’autres domaines. »

Les fabuleuses « valeurs papier » de Wall Street attiraient des diplômés à l’esprit scientifique : 15 % des anciens étudiants d’Harvard en 1990 sont allés travailler à Wall Street, contre 5 % en 1970 (où l’on gagnait davantage dans l’industrie que dans la finance). « Au lieu de passer leur temps à concevoir des montages financiers, certains de ces magiciens auraient pu découvrir des médicaments, créer des logiciels ou résoudre les problèmes énergétiques », affirme D. Roth.

Maintenant, de nouvelles entreprises peuvent s’offrir les étudiants brillants qui auraient été accaparés par Lehman et Goldman Sachs. A la bourse aux emplois 2009 du Massachusetts Institute of Technology, on a vu arriver des employeurs absents jusque-là : jeunes associations de bénévolat, hôpitaux, et agences gouvernementales. « Les embauches d’aujourd’hui pourraient générer un millier d’innovations, bien loin de Wall Street et de l’industrie financière. »




Home L’extension de l’alliance bancaire sud-américaine

Source : Nikkei Weekly, Japon

Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes se sont souvent trouvés pris au piège de la lutte sans merci que se livraient les super puissances d’alors (Union soviétique et Etats-Unis), chacune essayant d’agrandir sa sphère d’influence. Mais depuis la fin de la Guerre froide, la stabilité sociale et économique s’est accrue, permettant l’intégration régionale et une grande indépendance.

La Banco del Sur (Banque du Sud), une banque de développement régionale pour l’Amérique latine et les Caraïbes, dont la création a été proposée par le président du Venezuela, Hugo Chavez, doit ouvrir ses portes en 2010. Elle facilitera le développement économique et favorisera l’indépendance économique par rapport aux pays du Nord et aux organisations comme le Fonds monétaire international. Elle se consacrera au financement de projets de développement et accordera des prêts d’urgence en cas de crise économique.

Par ailleurs, afin de contrebalancer l’influence de la Zone de libre-échange des Amériques, soutenue par les Etats-Unis, H. Chavez a initié l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (Alba) et invité des pays comme le Nicaragua et Cuba à s’y joindre. En juin 2009, trois nouveaux pays sont devenus membres de l’Alba.




Home La récession mondiale a pour cause la cupidité

Source : The Guardian, G.-B. ; city-wire.co.uk

Selon le pape Benoît XVI, la cupidité et une fascination amorale pour le progrès technologique sont à l’origine de la récession mondiale : « La conviction que l’économie doit rester une sphère autonome, préservée des « influences » de la morale, a conduit à dévoyer les processus économiques d’une manière totalement destructive. A long terme, ces convictions ont conduit à l’établissement de systèmes économiques, sociaux et politiques qui bafouent les libertés personnelles et collectives, et sont ainsi incapables de mettre en place la justice qu’ils promettent. »

Dans sa lettre encyclique, Caritas in Veritate (la charité dans la vérité), communiquée aux évêques catholiques en juillet 2009, le pape appelle à la réorganisation des marchés financiers mondiaux en plaçant les valeurs éthiques sociales telles que « la transparence, l’honnêteté et la responsabilité » fermement au centre de la finance mondiale.

Il écrit : « L’économie et la finance en tant qu’instruments peuvent être mal utilisés lorsque ceux qui en tiennent les rênes ont des motivations purement égoïstes. Des outils intrinsèquement bons peuvent ainsi devenir nuisibles. Ce sont les motivations douteuses des hommes qui amènent cela, pas les instruments. En conséquence, on ne doit pas tenir les instruments pour responsables mais les hommes, leur conscience morale et leur responsabilité personnelle et sociale. »

Le souverain pontife recommande vivement une réforme des Nations unies, proposant « une réelle autorité politique mondiale qui serait reconnue universellement et dotée du pouvoir incontesté d’assurer la sécurité pour tous, le respect de la justice et des droits de tous. Ses responsabilités comprendraient la gestion de l’économie mondiale, le désarmement, la sécurité de l’alimentation et la paix. Elle devrait aussi garantir la protection de l’environnement et la régulation de l’immigration. »





Les priorités de Maitreya

Home Le HCR reçoit le prix Terre e Pace

Source : UNHCR ; Reuters

Le Bureau du haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) vient d’être récompensé par le prix de la paix italien Terre e Pace, en reconnaissance de son travail en faveur des demandeurs d’asile en Italie. La cérémonie qui se déroulait à Rome a coïncidé avec le 64e anniversaire du bombardement d’Hiroshima. Le comité de sélection a déclaré que son choix a été motivé par les efforts déployés pour protéger les droits des réfugiés qui pour la plupart arrivent en Italie après un voyage périlleux sur des bateaux surpeuplés.

Le travail du HCR est récemment devenu plus difficile en raison de mesures restrictives adoptées par les gouvernements d’Italie et d’autres pays européens. Dans le passé, l’Italie a accueilli et sauvé des milliers de demandeurs d’asile mais en mai 2009, une nouvelle politique de « retour » a été instaurée dont la conséquence a été le « rapatriement » d’au moins 900 réfugiés : en d’autres termes, ils ont été renvoyés dans les pays où ils avaient embarqué, notamment la Libye.

Le HCR s’est montré critique envers cette politique connue sous le nom de « refoulement », qui ne garantit aucune protection ou sécurité adéquate pour les réfugiés et qui ébranle le principe international du non refoulement. Les principes internationaux de droit d’asile et de droit à la protection sont bafoués.




Home Forte augmentation de la faim dans le monde

Source : Communiqué de presse d’ActionAid, G.-B.

Selon l’organisation britannique Action-Aid, qui a réagi au dernier rapport de la FAO sur la faim dans le monde, l’inaction du G8 contribue à la spirale de la famine dans le monde. Les nouveaux chiffres montrent que l’accroissement du nombre de personnes qui souffrent de faim chronique est supérieur à la population combinée de l’Italie et du Canada.

Si les dirigeants du G8 ne mettent pas davantage d’argent sur la table, la situation pourrait s’aggraver au cours des six prochains mois, en ajoutant l’équivalent de la population de la Grande-Bretagne, de la Grèce, de la Belgique, du Portugal et de l’Irlande au nombre d’affamés.

« C’est une honte pour le G8, cela représente des millions de décès d’enfants, ainsi qu’une importante réduction de la productivité à mesure que les gens deviennent trop faibles pour gagner leur vie, a déclaré Otive Igbuzor, responsable des campagnes à ActionAid. Avec 100 millions de personnes de plus poussées vers la faim depuis 2008, le G8 doit veiller à établir le financement d’un plan alimentaire mondial. Les dirigeants du G8 doivent faire face aux effets de la crise financière et agir maintenant afin d’empêcher que davantage de personnes ne soient atteintes par la famine. Cela signifie l’instauration d’urgence de mesures de protection sociale pour les personnes souffrant de la faim et des investissements massifs dans l’agriculture de proximité pour améliorer la sécurité alimentaire. »

Jusqu’à présent, le G8 n’a versé qu’une petite partie des dix milliards de dollars promis en 2008 pour lutter contre la crise alimentaire ; de plus, la plupart des fonds ont été fournis dans le cadre de programmes à court terme plutôt que dans celui des investissements à long terme nécessaires pour relancer l’agriculture.

Les petits agriculteurs sont parmi ceux qui souffrent le plus, en raison notamment des agrocarburants, du changement climatique et des saisies de terres. Beaucoup sont également touchés par la hausse continue des prix des denrées alimentaires de base dans les pays en développement, même si les prix alimentaires mondiaux ont chuté depuis leurs sommets de 2008.

Ban Van Tuan, 28 ans, de la province de Hoa Binh au Vietnam, cultive du maïs et du riz sur un petit lopin de terre, mais sa production est trop faible pour nourrir son épouse, ses deux filles et lui-même ; de plus, il ne peut pas se permettre d’acheter des aliments de base au marché local. B. Tuan et sa famille récoltent des herbes pour gagner un peu d’argent. Il craint que ses filles ne soient forcées d’abandonner l’école car il ne peut pas se permettre de couvrir leurs frais de nourriture : « Nous avons appris à vivre sans viande, huile et autres articles nécessaires. Ma famille croit qu’elle ne peut jamais sortir de la pauvreté », a-t-il confié.





Faits et prévisions

Home L’alliance mondiale pour l’environnement

Notre tâche essentielle consiste à protéger notre environnement. Cela deviendra la responsabilité de tous. [Maitreya, Les lois de la vie]

Tck, tck, tck – c’est le bruit du temps qui court et qu’il nous reste encore pour sauver notre planète. C’est aussi le nom d’une nouvelle campagne en faveur du climat : les écologistes, les militants, les citoyens conscients, les habitants des basses terres côtières et de nombreuses personnalités attendent des mesures concrètes de la Conférence sur le climat qui se tiendra à Copenhague en décembre 2009.

La campagne de l’alliance mondiale exhorte chacun à devenir un « allié du climat », à faire pression sur les dirigeants du monde pour parvenir à un accord juste et contraignant à l’occasion de la conférence de l’Onu sur les changements climatiques de Copenhague et à prendre des mesures concrètes pour aboutir à une « justice climatique » qui se base sur le concept que la pollution a un prix et que le pollueur doit payer. Ce sont généralement les plus pauvres du monde et les plus vulnérables qui ressentent le plus durement les impacts des changements climatiques et qui ont le plus lourd tribut à payer pour un problème créé ailleurs par d’autres.

« Grâce aux journalistes participant aux Earth Journalism Awards (Prix du journalisme environnemental), nous pouvons contribuer à renforcer la pression du public pour assurer le succès de la conférence de Copenhague, a déclaré Kumi Naidoo, président de tcktcktck. Nous devons nous unir pour la justice climatique et veiller à ce que les dirigeants aboutissent à un accord équitable, ambitieux et contraignant. »

« Le changement climatique n’est pas seulement un problème environnemental, mais une menace immédiate pour la survie et les droits humains dans le monde », a déclaré de son côté Mary Robinson, présidente de Realizing Rights : The Ethical Globalization Initiative (initiative pour une mondialisation éthique), un partenaire de tcktcktck.


[Pour de plus amples renseignements et pour s’inscrire en ligne pour la campagne, visiter : tcktcktck.org




Home Nouveau record de plantations d’arbres au Pakistan

Source : PNUE

Malgré les troubles et les problèmes auxquels est confronté ce pays, il s’est vu décerné la première place par le Livre Guinness des records, avec un record incroyable de 541 176 arbres plantés en 24 heures. Les jeunes arbres ont été plantés dans les vastes zones humides du delta de l’Indus par environ 300 bénévoles, sans l’aide d’équipement mécanique.

Le Pakistan s’est engagé à planter 120 millions d’arbres dans le cadre de la campagne de plantation du Programme des Nations unies pour l’environnement. La région choisie est une réserve naturelle créée en 2002 comme lieu d’intérêt spécial et de grande diversité biologique. Ce record, organisé par le ministère de l’Environnement du Pakistan, fait partie des activités organisées dans le pays à l’occasion de l’année nationale de la protection de l’environnement.

Le Pakistan s’est fixé un objectif d’un million d’hectares de nouvelles forêts d’ici à 2015. Pour ce faire, cinq énormes projets forestiers ont été lancés. En outre, 50 millions de jeunes arbres seront plantés au cours de la période de la mousson de cette année – 70 millions avaient déjà été plantés au printemps 2009.

« Le record du monde du Pakistan contribuera à notre nouvel objectif de planter sept milliards d’arbres – un pour chaque habitant de la planète – à l’occasion de la convention sur le climat des Nations unies de Copenhague. Je suis toujours plus convaincu que ce record peut être atteint et ainsi inciter les gouvernements à aboutir à un accord en décembre », a ajouté M. Steiner, directeur général du Programme des Nations unies pour l’environnement.





Citation

Home Extrait du message n° 61

par Maitreya

« Comme un frère parmi ses frères, je parlerai pour vous tous, ma voix exprimera vos aspirations et vos espoirs. Faites connaître le désir de tous les hommes de vivre dans un monde de paix, de manifester un juste et noble empressement à partager, de créer une société fondée sur la liberté et l’amour. Par l’énonciation que je ferai de ces principes, vous me connaîtrez et me découvrirez. » 

 





La voix des peuples

Home Autonomie pour les indigènes boliviens

Source : El País, Espagne ; La Jornada, Bolivie ; BBC, UK ; csmonitor.com

Dans une charte considérée par beaucoup comme un évènement mondial marquant pour les droits de l’homme, l’autonomie a été accordée aux peuples indigènes de Bolivie.

Le président bolivien, Evo Morales, premier président du continent Sud amé-ricain d’origine indigène, a longtemps défendu les droits des indigènes boliviens. Marginalisés depuis la conquête espagnole il y a 500 ans, et ne disposant du droit de vote que depuis 1952, ils forment la grande majorité des pauvres dans le pays le plus pauvre du continent.

Cette nouvelle charte est entrée en vigueur en février 2009 à l’issue d’un référendum approuvant les changements constitutionnels, malgré l’opposition farouche de l’élite traditionnelle du pays, d’origine européenne. Au centre des 411 articles de la nouvelle Constitution bolivienne se trouve un chapitre entier sur les droits des indigènes, et sur la « décolonisation » de la société bolivienne.

La charte reconnaît 36 groupes indigènes distincts et leur assure une représentation au Congrès ; elle rend « indigène » l’une des quatre nouvelles régions décentralisées autonomes du gouvernement national ; elle donne aux systèmes indigènes de justice un statut équivalent au système légal existant ; et elle garantit la liberté de religion, étendant une reconnaissance égale au dieu andin Pachamama, dieu de la Terre des Andes, et au dieu des chrétiens.

Parmi d’autres changements importants : l’élection des juges plutôt que leur nomination par le Congrès ; le contrôle de l’Etat sur les réserves de gaz naturel du pays ; et une limitation à 5 000 hectares des possibilités d’achats de terre à titre privé.

Bien que fortement critiquée par le parti de l’opposition, la nouvelle constitution a été accueillie avec enthousiasme par la majorité des Boliviens et des communautés indigènes. « Avec mon humble voix, je crée un peu d’espoir pour mes enfants », raconte Ismael Pocoaca, un travailleur du bâtiment qui a voté dans les bidonvilles de la capitale bolivienne La Paz. « Finalement nous regagnons notre dignité », témoigne Maria Laure, vendeuse de savon, qui a également voté pour la nouvelle Constitution.

Flaviano Iglesias, coordinateur des Populations indigènes de Panama, qualifie ce projet de loi de « la fin de la dépendance ».

« Ce processus de référendum réussi constitue un précédent dans l’émancipation des indigènes à travers le monde, analyse Robert Albro, expert des mouvements indigènes et sociaux d’Améri-que latine à l’Université de Washington (Etats-Unis). C’est vraiment un moment incroyable dans l’histoire de la Bolivie. »

 





Courrier des lecteurs

Home La « main » de Maitreya sur un écran d’ordinateur



Cher Monsieur,

Le jeudi 23 juillet 2009, nous avions prévu une rencontre de groupe chez nous avec M. Creme et sa femme.

Juste avant la rencontre, Benjamin Creme devait donner une interview téléphonique et je préparai mon bureau à cet effet. Je suis éditeur de vidéos et je voulais montrer à Benjamin Creme quelques spots publicitaires réalisés par les groupes américains pour promouvoir la tournée de conférences et également un spot annonçant l’arrivée de « l’étoile ».

Mon système d’édition comporte deux moniteurs vidéo et deux moniteurs d’ordinateur. L’un de mes moniteurs d’ordinateur est tombé en panne il y a deux mois et je ne l’ai pas remplacé. Il est donc toujours éteint. En m’asseyant je remarquai quelque chose du coin de l’œil : il y avait une empreinte de main sur l’écran du moniteur hors d’usage.

Ma première réaction fut : « Qui a posé sa main sur mon moniteur ? » Je prends grand soin de mon équipement et garde mes moniteurs propres. En observant l’empreinte de main, mon cœur commença à battre rapidement et je ressentis des picotements dans tout le corps. Je commençai par me demander qui pouvait avoir fait cela. Cela ne pouvait être mon fils (ses mains sont trop petites). Et personne d’autre que moi ne vient dans le bureau.

Je plaçai ma main devant l’empreinte sans la toucher et je vis qu’elle était plus grande. Et de plus, en raison de sa forme il semblait que l’empreinte de la main venait de l’intérieur du moniteur. J’appelais ma femme et un ami. Ils vinrent dans mon bureau et ils eurent le souffle coupé dès qu’ils virent l’empreinte. Benjamin Creme devait arriver une demi-heure plus tard, nous l’attendîmes patiemment. Lorsqu’il vit l’empreinte, il consulta son Maître et celui-ci confirma que cette empreinte avait été manifestée par le Seigneur Maitreya.

Inutile de dire que ce fut très excitant. Tous les membres du groupe qui assistèrent à la rencontre furent à même de profiter des énergies et du don qui nous était offert. L’empreinte est toujours là. C’est très agréable d’avoir la « main » à l’endroit où je travaille. C’est un don merveilleux. Je suis reconnaissant et je persévère dans notre travail. L’amour et l’énergie de Maitreya sont présents avec nous et bientôt nous verrons plus que sa « main ».

M. S., New-York, Etats-Unis




Home La nécessité de la foi

Cher Monsieur,

Le 25 juin 2009, tard dans la soirée, à Egmond-aan-zee (Pays-Bas), nous marchions le long de la promenade longeant la mer et juste au moment où nous parlions de l’importance de la foi en général et de la foi en la vie quelles que soient les circonstances, nous levâmes les yeux et vîmes une grosse boule orange qui semblait très proche de nous, presque au-dessus de nos têtes. (Quelques minutes avant notre promenade nous avions lu un chapitre sur la foi dans Cosmic Philosophy de G. Adamski et nous en avions discuté ; Adamski explique que l’opposé de la foi est la peur qui est basée sur le souci de la personnalité, alors que la foi est enracinée dans le sentiment de l’éternel.)

Nous avons tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’un hélicoptère, mais comme l’objet était silencieux, nous nous sommes arrêtés et nous l’avons observé tandis qu’il se déplaçait parallèlement à la côte (il ne semblait pas planer, mais se mouvoir en utilisant sa propre énergie). Il suivit le bord de l’eau, puis il s’éleva de manière régulière et on avait l’impression qu’il se trouvait au-dessus de la lune. Pour finir il s’éloigna vers la mer en direction du sud. [1] Etait-ce le Vaisseau de Lumière de Maitreya ? [2] Etait-ce un vaisseau spatial venant d’une autre planète ? [3] Cette apparition était-elle destinée à mettre l’accent sur l’importance de la foi ?

J. K. et F. E., Pays-Bas

Réponse du Maître de B. Creme : [1] Oui. [2] Non. [3] Oui


Home Qui est qui ?

Cher Monsieur, 

Lors de la conférence de Benjamin Creme à Tokyo en mai 2009, j’étais chargée du stand des livres. Un jeune homme s’approcha et me demanda : « Qui est Maitreya ? » Je lui demandai : « Que voulez-vous savoir exactement ? Sous quel angle envisagez-vous cette question ? » Il répondit : « M. Creme est-il Maitreya ? Je répondis : « Maitreya et M. Creme sont deux personnes différentes. » Il demanda alors : « Maitreya est-il un messie ? » « On peut effectivement l’appeler ainsi », répondis-je. Il dit alors : « Maitreya est-il le Christ ? » « On peut également dire cela », répliquai-je. L’homme dit : « OK je comprends », puis il se dirigea vers un autre stand. Etait-ce un Maître ?

N. Y, Tokyo, Japon

Le Maître de B. Creme a indiqué que le jeune homme était le Maître Jésus.


Home Un échange équitable

Cher Monsieur,

Lorsque la séance de questions-réponses fut terminée à la conférence de Benjamin Creme, à Tokyo, en mai 2009, les gens commencèrent à affluer autour du stand des livres. Un homme portant un certain nombre de livres et de DVD qu’il avait déjà achetés se présenta à notre table. Il semblait un peu nerveux et il regardait les cassettes audio. Au bout d’un moment, il demanda à échanger les DVD pour des cassettes. Je trouvais étrange d’échanger des DVD pour des cassettes, mais je procédai à l’échange et calculai la différence de prix. Il demanda alors d’échanger les cassettes pour des CD, ce que je fis, tout en trouvant cela de plus en plus étrange. Lorsque l’homme s’éloigna, je réalisai soudain que je l’avais déjà rencontré auparavant. Il m’avait adressé la parole lorsque je posais des affiches pour la conférence. Il avait alors dit avec emphase : « Je viendrai sûrement. » Cet homme était-il un Maître ?

N. Y., Tokyo, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était le Maître Jésus.


Home Une conversation directe

Cher Monsieur,

Lors de la conférence de Benjamin Creme à Osaka le 16 mai 2009, j’étais chargée du stand des livres. Un homme âgé s’approcha de moi avec un large sourire et me demanda (dans un dialecte d’Osaka) ; « Qui est Maitreya ? » Je fus un peu déconcertée par cette question directe et je commençai à lui répondre avec hésitation : « Il est le frère aîné de l’humanité et il vient de notre évolution humaine. » L’homme dit alors avec un sourire chaleureux : « Vous voulez dire que c’est un éducateur qui guidera l’humanité ? » « Oui, c’est l’Instructeur mondial », répondis-je. Cet échange me fit ressentir avec acuité l’importance de parler sans détour du fond du cœur. Cet homme était-il Maitreya ?

Y. H., Osaka, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que l’homme était Maitreya.


Home La jeunesse du cœur

Cher Monsieur,           

Je voudrais avoir votre avis au sujet d’un homme que j’ai rencontré à la conférence de Benjamin Creme à Tokyo en mai 2009. J’étais chargée du stand d’information. Un homme d’environ soixante-dix ans, portant une chemise bleue, s’arrêta devant moi et déclara : « Je suis chrétien, même si je n’ai pas apporté une Bible avec moi aujourd’hui. » Je trouvai cela étrange, car auparavant j’avais entendu un autre homme dire : « Benjamin Creme a parlé du Christ, mais c’est assez différent de la religion. »

L’homme à la chemise bleue déclara : « Je veux demander au Christ la prochaine fois que je le verrai si ce que contient la Bible est vrai. » En moi-même je me demandais : « Quand cet homme verra-t-il le Christ – après sa mort peut-être ? Il dit alors : « Je vais vivre jusqu’à deux cents ans. » Je souris et dis : « C’est magnifique. » Qui était cet homme ?

Y. I., Tokyo, Japon

Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.


Home Une longue vie

Cher Monsieur,

Lors de la conférence de Benjamin Creme à Tokyo en mai 2009, je me reposais sur une chaise dans le hall pendant l’entracte avant la séance de questions-réponses. Un homme âgé de soixante-dix à quatre-vingt ans vint s’asseoir en souriant sur une chaise près de moi. Il était petit et légèrement voûté. Il portait une chemise bleue. « Puis-je vous poser une question ? » demanda-t-il soudain. « D’accord », répondis-je. « Jusqu’à quel âge souhaitez-vous vivre ? » demanda-t-il. « Jusqu’à quel âge je souhaite vivre ? Peut-être jusqu’à l’âge de quatre-vingt ans », dis-je. « La question suivante est : vivez-vous heureuse chaque jour ? » dit-il. Après avoir réfléchi pendant un moment je répondis : « Oui, je vis heureuse chaque jour. » « Réellement ? Pour ma part, je souhaite vivre jusqu’à l’âge de deux cents ans », dit l’homme. « Certains de mes amis disent qu’ils souhaitent vivre jusqu’à l’âge de trois cents ans.

Si l’on vit heureux chaque jour, on voudrait vivre jusqu’à l’âge de trois cents ans. » « Dans ce cas, je souhaite vivre jusqu’à l’âge de trois cents ans », dis-je.

L’homme s’en alla avec un sourire. Etait-ce un Maître ?

S. Y., Tokyo, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’homme était Maitreya.



Compte rendu de lecture

Home Un livre de Daniel Goleman

L’intelligence écologique

par Cher Gilmore

Dans son dernier livre, Ecological Intelligence, Daniel Goleman présente une nouvelle approche pour résoudre le conflit historique entre la recherche de profit par l’entreprise et le bien-être de la population. Le sous-titre de l’ouvrage résume le sujet : « Comment la connaissance des impacts induits par ce que nous achetons peut tout changer. »

D. Goleman, psychologue, est journaliste scientifique et auteur de best-sellers internationaux comme Emotional Intelligence1, et Social Intelligence. Il considère que les informations sur l’impact non visible des produits que nous achetons – sur la planète, sur notre santé et sur les personnes qui les fabriquent – font défaut dans le système du marché libre. Et il démontre que des consommateurs informés apporteraient des changements positifs dans les pratiques commerciales, changeraient l’équilibre des forces entre les entreprises et les individus, ce qui transformerait notre monde pour le meilleur.

Aujourd’hui, ceux d’entre nous qui souhaiteraient acheter exclusivement des produits écologiquement sains manqueraient d’informations pour faire leur choix. Les informations sur les myriades d’impacts générés par la plupart des produits sont soit inexistantes, soit incomplètes ou difficiles à trouver.

D’autres facteurs sont à prendre en compte – comme notre tendance à voir les produits comme étant soit « verts », soit « non verts ». D. Goleman précise qu’en réalité il existe un continuum d’impacts meilleurs ou pires selon de multiples facteurs, depuis l’extraction des composants élémentaires jusqu’à la fabrication, au transport, à l’utilisation et enfin à l’élimination des déchets. Malheureusement, beaucoup d’entreprises exploitent cette manière de penser manichéenne – mettant en exergue une ou deux caractéristiques positives et passant sous silence les impacts négatifs d’un produit dans le but de le présenter sous un jour favorable. Ainsi, Dunkin’ Donuts, une chaîne mondiale de magasins, vend des doghnuts comme un produit sain « exempt de graisses trans », alors même qu’il s’agit d’un mélange malsain de graisse, de sucre et de farine blanche. Nous sommes bernés par la fausse allégation de produit sain qui nous conforte dans notre choix.

Selon D. Goleman, le recyclage contribue au mensonge, qui nous fait croire que nous en faisons assez pour protéger l’environnement. En réalité, il réduit de façon minime les immenses dommages causés par ce que nous achetons et consommons.

Idéalement, chaque élément d’un produit devrait être biodégradable ou recyclable. Ce suivi des produits tout au long de leur cycle de vie serait un grand progrès. Aujourd’hui les produits sont jetés dans des décharges où ils émettent des toxines ou créent d’autres désastres environnementaux, comme le montre la récente découverte que certains ingrédients présents dans les écrans solaires qui tuent les coraux.

La plupart de nos procédés industriels ont été développés à une époque où nous ne pensions pas aux conséquences de nos actes. Mais nous ne pouvons plus nous permettre le luxe de l’ignorance, affirme D. Goleman.

A mesure que nous prenons conscience de la fragilité de notre planète et de notre impact délétère sur elle, de nouvelles disciplines comme l’écologie industrielle ont vu le jour. Alliant la chimie, la physique et l’ingénierie avec l’écologie, l’industrie écologique quantifie l’impact des objets produits par l’homme sur la nature. Reconnaître et comprendre le réseau des interconnections entre les activités humaines et les systèmes naturels peut être considéré comme de l’intelligence écologique.

La nécessité d’une réponse collective

Aujourd’hui cependant, l’étendue de nos problèmes écologiques exige non seulement une intelligence individuelle mais collective. Nous devons être capables, en tant qu’espèce, d’harmoniser et de coordonner nos efforts afin de collaborer et de partager les informations à grande échelle. D. Goleman cite trois principes de collaboration qui, s’ils sont suivis par suffisamment de gens, pourraient devenir des facteurs de progrès importants : a) connaître nos impacts ; b) favoriser les améliorations ; c) partager nos connaissances. Un effort commun en ce sens permettrait une amélioration progressive de notre intelligence écologique collective, engendrant des changements et la diffusion du message afin que d’autres en fassent autant.

Mais comment se fait-il que nous ne disposons pas d’informations comparatives sur les impacts écologiques ? D. Goleman blâme notre addiction culturelle programmée pour le meilleur marché et le plus rapide. Nous voulons les choses immédiatement, et pour le prix le plus bas possible. Le marché répond par une course vers le bas. Lorsque la réduction des coûts – par l’utilisation de matériaux de qualité inférieure ou du travail des enfants, par exemple – rapporte davantage d’argent, le producteur est peu enclin à en parler. Ce qui conduit à un déséquilibre de l’information – une inégalité entre les consommateurs et les entreprises. L’ignorance des consommateurs nuit à l’impartialité et à l’efficacité du marché ; des données précises permettraient aux acheteurs de faire de meilleurs choix.

La solution, déclare D. Goleman, est une transparence radicale, où les acheteurs se voient offrir un tableau clair et complet de l’ensemble des conséquences cachées tout au long du cycle de vie des produits, de sorte qu’ils aient peu d’efforts à fournir. Correctement informés, ils seront ainsi à même de choisir aisément les produits ayant le plus petit impact négatif, et les entreprises qui investissent dans l’amélioration de leurs pratiques seront récompensées. Tout le monde sera gagnant.

Des aides à la prise de décision des consommateurs

Lancé en avril 2008 par Dara O’Rourke, industriel écologiste et visionnaire, GoodGuide a pour objectif de fournir sur les sites de vente des informations précises sur des produits et des entreprises. Son logiciel intègre des centaines de banques de données complexes et résume les informations en quelques secondes. Il peut déterminer l’impact environnemental spécifique d’un produit tout au long de son cycle de vie – manufacture, transport, utilisation et recyclage ou mise au rebut – et peut pointer un produit chimique parmi un bouquet d’ingrédients. A l’échelon le plus large, il peut comparer différentes entreprises dans un domaine spécifique au plan environne-mental, sanitaire et social ; déterminer quelle marque ou entreprise s’est améliorée ; et évaluer la politique d’une entreprise, la transparence de ses informations et finalement son impact sur les consommateurs, les travailleurs et l’environnement.

La dernière version de GoodGuide permet à ses utilisateurs de pointer leur téléphone cellulaire sur le code barre de presque n’importe quel produit et d’obtenir une estimation de ce produit en rouge, jaune ou vert, selon l’impact de son cycle de vie environnemental, sanitaire et social. Pour obtenir des détails sur cette évaluation, l’acheteur peut se rendre sur le site GoodGuide.com. De plus, un système permet à l’acheteur d’envoyer directement un message concernant le produit, ce qui permet de le gérer selon des données de marketing utiles.

La révolution digitale offre bien d’autres moyens de partager l’information – YouTube, Facebook, My-Space, ainsi que des systèmes instantanés de messages tels que Twitter. Et la nouvelle génération de jeunes est totalement informée de ces technologies. En outre, les centaines de réseaux de militants s’occupant de santé, d’écologie et de droits humains vont probablement adopter le système GoodGuide et partager leurs connaissances.

Malgré les questions qui restent à résoudre – comme la manière d’inciter les gens à devenir plus conscients en faisant leurs achats, comment accroître la crédibilité de GoodGuide, et comment inciter un plus grand nombre de consommateurs à l’utiliser pour le rendre efficace – on ne peut pas arrêter une idée qui progresse avec son temps.


1. Daniel Goleman, l’Intelligence émotionnelle : comment transformer ses émotions en intelligence, 1997, R. Laffont.





Interviews

Home Se dresser contre l’injustice en Palestine (deuxième partie)

Interview de Dries van Agt par Erik Hutter

Dans la première partie de cet interview, Dries van Agt a évoqué l’historique du conflit et de la situation prévalant avant l’élection de B. Obama. Cette deuxième partie aborde les solutions possibles.

Partage international : Vous avez décrit Ismail Haniye, le premier ministre du Hamas, comme un homme modéré, de même que des leaders comme Khaled Meshal. L’Europe devrait-elle les prendre comme interlocuteurs ?
Dries van Agt : Sans aucun doute. Heureusement, de plus en plus de responsables dans divers domaines commencent à reprendre à leur comptes les récents propos de l’ONG pacifiste néerlandaise IKV Pax Christi, tenus dans un rapport intitulé Conversations avec le Hamas. Cela montre que l’opinion publique de ce pays commence à bouger, mais c’est lent et tardif.

PI. Que peut-on faire, individuellement ?
DvA. C’est incroyablement difficile. Cette question revient toujours dans les nombreuses conférences que je donne. Et je réponds invariablement que la seule chose que l’on puisse faire, c’est de ruer dans les brancards de son parti politique ; de pousser fort en tapant dur pour faire comprendre à ses dirigeants que si tant d’injustice se perpétue, c’est à cause de leur passivité, voire pire. Lisez-leur le Riot Act  [Loi du Parlement britannique votée en 1714, permettant aux autorités de déclarer hors-la-loi tout rassemblement de plus de douze personnes], histoire de leur dire, une fois pour toutes, que c’est quelque chose que nous ne supportons plus » [cette interdiction du droit de rassemblement]. Faisons ce qu’on a fait pour éliminer l’Apartheid.

PI. Le boycott économique mené à l’encontre de l’Afrique du Sud n’a pas posé de problèmes, alors que la situation actuelle en Israël et dans les Territoires palestiniens, du point de vue de sa gravité et des Droits de l’Homme, est sans commune mesure avec celle qui prévalait alors dans ce pays...
DvA. C’est précisément ce que dit Desmond Tutu, et il sait de quoi il parle...

PI. Nous en revenons encore et toujours à la question du « deux poids, deux mesures », le fil conducteur de toute l’histoire...
DvA. Absolument ! C’est absurde. Il suffit de voir le leitmotiv des politiciens de tous poils : « Nous ne pouvons pas permettre à d’autres pays ce que nous permettons à Israël. » Et, en plus, c’est exactement ce qu’ils font. La seule façon de les faire sortir de leur cécité, c’est qu’une partie la plus importante possible de leurs partisans les bousculent et fassent entendre leur mécontentement. Seul problème, c’est que les gens ne sont pas encore sortis de leur léthargie.

PI. Parce que ça ne les touche pas personnellement ?
DvA. C’était aussi le cas avec l’Afrique du Sud ; n’empêche qu’ils ont été jusqu’au bout de leur boycott. Et, naturellement, c’est aussi lié à l’Holocauste. Beaucoup sont terrifiés à l’idée d’être accusés d’antisémitisme.

PI. Quelle est la meilleure solution ?Vous continuez à défendre celle de deux Etats, mais elle semble de plus en plus difficile à mesure que les années passent.
DvA. Je défends cette solution car il n’y en a pas de meilleure. Elle est loin d’être idéale ; en fait, elle est même injuste, dans la mesure où les Palestiniens ne garderont qu’un cinquième de ce qui fut leur pays pendant des siècles. Mais ils devraient en tout cas avoir ces 20 % dans le cadre d’une solution définitive. On ne peut plus compter sur l’Etat israélien pour qu’il démantèle ses colonies. Car il est en train de planifier la formation d’un chapelet de « bantoustans », de petits îlots à l’intérieur même de son propre territoire, îlots que les Palestiniens pourraient relier entre eux et appeler « notre Etat ». A mon avis, Israël a déjà rendu impossible la création d’un Etat palestinien réellement viable sur le cinquième du Territoire et continue, par sa politique de colonisation intensive, à faire que cela le soit de moins en moins. Une absurdité parmi bien d’autres : alors même que se tenaient les négociations prétendument de paix d’Annapolis, les constructions de colonies se poursuivaient de plus belle dans une indifférence totale de la « communauté internationale ».

PI. Sur la Cisjordanie et autour de Jérusalem ?
DvA. Spécialement à Jérusalem, mais même en Cisjordanie. Chaque jour, cette solution des deux Etats devient de plus en plus irréaliste, pour ne pas dire surréaliste. Que reste-t-il alors ? C’est, naturellement, ce que les Israéliens redoutent par-dessus tout, ce qu’on appelle la solution de l’Etat unique. D’une manière intéressante, il semble que ce soit une sortie du conflit à laquelle des gens de haute moralité, comme la philosophe juive Hannah Arendt, ont appelé dès les années 1940. J’ai récemment découvert, au cours de mes recherches, qu’avec Einstein, tous deux vivant alors aux Etats-Unis, ils avaient mis en garde l’Administration d’alors contre les personnalités principales du Likoud (alors appelé le Herut), qu’ils estimaient porteuses d’une idéologie dangereuse.
La solution d’un Etat unique est logiquement la seule qui reste, mais elle sonnerait le glas de l’Etat juif, sinon tout de suite, du moins à court terme.

PI. Il est remarquable que le premier ministre Olmert ait également appelé à accepter la mise en place d’une solution à deux Etats...
DvA. Oui, après qu’on a su qu’il était sur le point de quitter son poste, il a dit, dans une interview plutôt étrange : « Il faudrait abandonner l’ensemble de la Cisjordanie aux Palestiniens, faute de quoi les choses iront de mal en pis pour nous et nous devrons vivre dans un Etat commun », ce qui serait la fin du sionisme.

PI. On aurait pu s’attendre à voir cette constatation reprise ailleurs en Israël, mais ce ne fut pas le cas.
DvA. Cela n’a pas été le cas. Rien ne s’est passé. Si M. Olmert a pu le dire alors, c’est qu’il y avait réfléchi avant !

PI. Israël a-t-il le droit d’exister ?
DvA. Je le pense. Je ne remets pas en question le droit d’exister d’Israël. Mais il faudrait que ce soit un Etat qui se comporte décemment, en conformité avec le droit international actuel.
Regardez ce que fait Israël avec le Mur de séparation et son comportement envers la Cour internationale de justice. En 2002-2003, le pays a pris la décision suivante : « Nous allons construire le Mur, dont la plus grande partie passera à travers les terres palestiniennes. » Il s’agit ni plus ni moins d’une annexion. Cette décision a provoqué une levée de boucliers chez les Palestiniens. Un certain nombre de personnes sensées ont fait le forcing pour convaincre les autorités palestiniennes de trouver une solution pacifique : en se tournant vers la plus haute cour de justice de la planète. Ce qu’elles ont fait. Mais la veille du jour où la Cour de justice internationale allait statuer, Israël a fait savoir par le truchement d’un de ses ministres à la TV, « qu’il ignorerait purement et simplement la décision de la Cour, au motif que celle-ci serait incompétente, que son avis n’était que consultatif et qu’il n’avait aucune valeur contraignante ».
Selon les statuts de la Cour, sa décision tombe de fait dans la catégorie des avis consultatifs. Il ne pouvait en être autrement, pour la raison que le cas n’avait pas été soumis à la Cour par les deux parties. Si cela avait été le cas, la décision de la Cour aurait été contraignante. Un avis consultatif, donc ? Dans ce cas, la compétence de la Cour au regard du droit international est formulée sans équivoque. La Cour ne fait pas la loi, elle énonce le droit international. Si l’on s’en réfère à ses statuts fondateurs et au droit, cet avis est bien « consultatif ».

PI. Israël a aussi ignoré toutes les résolutions émises par le Conseil de sécurité (Onu), alors que le rejet par l’Irak de sanctions le concernant a servi de prétexte pour l’entrée en guerre de la coalition internationale. Encore un cas de « deux poids, deux mesures ?
DvA. Oui, il en a été question au Parlement néerlandais : Saddam Hussein avait ignoré quatre résolutions du Conseil, Israël des dizaines.

PI. Si je me souviens bien, il en a rejeté environ soixante.
DvA. On ne peut plus les compter. On s’y perd.

PI. Vous avez parlé du Hamas. Sur votre site, vous mentionnez un rapport révélateur de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, selon lequel les Etats-Unis ont employé tous les moyens pour opposer le Fatah et le Hamas. Pourriez-vous apporter quelques précisions ?
DvA. Oui. Immédiatement après que le Hamas eut gagné les élections, Washington décida, en particulier les membres du cercle des néo-conservateurs rassemblés autour de G. W. Bush, de réduire cette victoire à néant en créant un climat d’extrême hostilité entre les Palestiniens. Il fallait attiser les tisons qui couvaient déjà. Et il en fallut peu pour les transformer en un feu dévorant. Cela s’est passé à Washington sous la direction d’Elliott Abrams, représentant et conseiller de G. Bush à la National Security Agency (NSA). Ils ont fait des plans pour doter M. Abbas d’un corps de sécurité renforcé, pour lui permettre de reprendre le pouvoir. Ses troupes seraient formées en Egypte et en Jordanie et son armement fourni gratuitement par les Etats-Unis. Mais les rapports ont fuités, en particulier dans un journal jordanien. Le Hamas s’était, bien entendu, aperçu très tôt de ces machinations. J’ai même lu dans The International Spectator que les troupes armées, entraînées en Jordanie, furent accompagnées jusqu’à Ramallah par l’armée d’occupation israélienne. Ce qui fut un cas de pure collaboration. L’opération a dévasté le Hamas. Je ne suis pas d’accord avec tout ce que dit et fait cette organisation, mais il faut de temps en temps contrebalancer la tendance à la considérer comme le mal absolu.

PI. Il y avait, il n’y a pas si longtemps, M. Arafat, un leader dont le charisme et la stature a pu maintenir ensemble les diverses sensibilités palestiniennes. Sitôt rendu son dernier soupir, elles se sont concrétisées en factions que leurs ennemis pouvaient opposer les unes aux autres pour servir leurs desseins.
DvA. C’est là que se trouve la cause structurelle du problème. On peut y ajouter que nous n’avons pas encore pris réellement conscience que cette nation vit sous occupation depuis 41 ans ! C’est un pays avec une forte population de jeunes qui ont toujours vécus dans un Territoire occupé. Difficile d’imaginer l’influence que cela peut exercer sur l’état d’esprit d’un peuple, à quel point cela peut induire en permanence une attitude de sauve qui peut, de « chacun pour soi ». Et c’est encore plus vrai sur la question de la collaboration : on ne peut imaginer le nombre de fois où elle a existé au cours de ces 41 années d’occupation, en particulier au sein des couches les plus miséreuses de la population qui voyait circuler parmi elles les services de sécurité israéliens chargés de sacs bourrés de billets pour recruter sans vergogne des délateurs. Les Territoires grouillent de collabos, d’espions, grassement payés pour leurs services. Tout cela mine à la base la cause palestinienne. A mon avis, il y a davantage de collabos dans les cercles du Fatah, notoirement corrompu, que dans le camp du Hamas, même s’il en existe là aussi. C’est un facteur important, qui ne fait que rendre la situation encore plus triste.





Compilation

Home La paix

Nous publions ci-dessous des citations de Maitreya (Messages de Maitreya le Christ et Enseignements de Maitreya : les lois de la vie), du Maître de Benjamin Creme (Un Maître parle) et de Benjamin Creme (divers ouvrages).

Mes amis, je suis ici avec vous pour vous montrer la voie qui conduit à la paix, celle qui mène aussi à Dieu. La simple application de la justice vous y conduira. Sachez cela et créez autour de vous justice et amour. Sachez cela et soyez prêts à me suivre. Mon enseignement, comme toujours, est simple, en vérité. Les hommes doivent partager ou périr. C’est à contrecœur que je dis cela, mais telle est la vérité, et nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, le savent. S’organisant eux-mêmes en groupes, des hommes de bonne volonté clameront bien haut leurs espoirs et leurs rêves de justice et de paix. Cette clameur allumera la torche de la vérité parmi les nations et, en son centre, on pourra me trouver. [Message n° 135 (Maitreya)]

La paix ne surviendra que quand la justice régnera, quand le partage aura ouvert le cœur des hommes et y aura fait naître la confiance. Ainsi les hommes doivent-ils travailler et se prononcer haut et fort pour la justice et le partage, seuls susceptibles de mettre fin à leurs souffrances, au terrorisme et à la guerre. Nous, vos Frères aînés, sommes prêts à jouer notre rôle. Nous potentialiserons toutes les actions entreprises en faveur du bien commun.
Nous n’attendons que l’opportunité de manifester notre force ; de vous aider à corriger les erreurs du passé ; de montrer aux hommes l’inutilité de la guerre. Nous prenons l’engagement de soutenir tous ceux qui réclameront la fin de la guerre, le retour de la raison et de l’équilibre dans les affaires humaines, la création de la justice et de la liberté pour tous.
Aidez-nous à vous aider. Aidez-nous à jouer notre rôle. Il nous tarde d’agir, comme toujours, en faveur du bien commun qui, à nos yeux, représente les meilleurs intérêts de tous les hommes. C’est pourquoi nous recommandons le partage ; c’est pourquoi nous conseillons la justice ; c’est pourquoi nous voyons dans la liberté et la paix le couronnement du partage et de la justice.
Travaillons ensemble pour sauver ce monde. Oublions nos différends dans l’intérêt de la race humaine. Faisons triompher le bon sens et amenons les hommes à comprendre qu’ils ont tous besoin de paix et de guérir un monde souffrant.
Beaucoup envisagent l’avenir avec appréhension, craignant que l’homme se soit égaré et qu’il soit trop tard pour trouver le chemin de la paix. Nous recommandons une autre attitude. Nous savons que le sentier de la paix est facile à trouver, car il ne requiert que la création de la justice et de la confiance. Nous savons que seul le partage engendrera cette confiance et amènera l’homme à abandonner le terrorisme et la guerre. Ainsi en sera-t-il, et ainsi les hommes répondront-ils au message de fraternité et de justice de Maitreya, enfin libérés des mirages de la peur et de la méfiance, prêts à façonner un avenir de joie. [L’engagement des Maîtres (Maître –)]

La prochaine étape prévue pour l’humanité est l’instauration de justes relations entre les hommes. Il nous faut donc démontrer notre capacité à vivre en paix. Si nous ne pouvons pas vivre en paix, nous ne pourrons plus vivre du tout, car aujourd’hui une guerre à grande échelle conduirait à la destruction de toute vie. Ainsi, la première étape vers l’établissement de justes relations humaines est la mise en place des conditions de la paix. Maitreya affirme que c’est simple, mais qu’il n’existe qu’une seule manière de parvenir à la paix : instaurer la justice dans le monde. Sans justice, il n’y aura jamais de paix et sans paix, il n’y aura plus de monde. Comment obtiendrons-nous la justice ? En partageant les ressources. Il y a plus de ressources qu’il n’en faut pour l’ensemble de la population mondiale. Lorsque nous partageons, déclare Maitreya, nous faisons le premier pas vers notre divinité. Le partage est divin, la liberté est divine, la justice est divine. « Pour manifester sa divinité, l’homme doit les faire siens tous trois. » [Le Grand Retour (B. Creme)]

Lorsque l’homme acceptera le fait que l’humanité est une et que les hommes sont frères, quand il traduira ces vérités en actes, toutes choses pourront en toute sécurité lui appartenir. Ainsi les hommes devront-ils apporter la preuve qu’ils sont prêts pour la paix, prêts à pénétrer ensemble dans l’avenir, sans effusion de sang ni compétition. Ils devront se réjouir de partager et de travailler en harmonie pour le bien de tous. Quand les hommes, d’eux-mêmes, seront dans ces dispositions, ils en appelleront à Maitreya (quel que soit le nom sous lequel ils le connaîtront) pour leur montrer le chemin, les faire sortir du chaos, et les conduire vers une ère de paix. Alors, le Grand Seigneur leur répondra. Il se tournera vers l’armée de ceux qui l’aident, rassemblés au fil des années. De tous les pays viendra ce groupe d’hommes de bonne volonté, dévoués à leur tâche, formés aux nouvelles méthodes et procédures. Ainsi l’homme, disciple mis à l’épreuve, émergera-t-il comme un Fils de Dieu en devenir, ainsi héritera-t-il de son véritable rôle et de ses vrais pouvoirs. [L’héritage de l’homme (Maître –)]

J’ai grand besoin de disciples qui réalisent l’importance des dangers de cette époque. J’ai également besoin de ceux qui ressentent ma présence pour faire connaître la promesse que cette ère apporte à leurs frères. Tous ceux qui partagent l’espoir que l’humanité puisse vivre en paix travaillent pour moi.
La paix, le partage et la justice sont la base de mon enseignement. Partout où la lumière de ces vérités brille, je tourne mon regard et, par le canal de cette lumière, j’envoie mon amour. C’est ainsi que je travaille ; c’est ainsi, qu’à travers vous, je transforme le monde. [Message n° 92 (Maitreya)] 

Qu’est-ce que la paix ? « Dans la création, la paix signifie non-conditionnement. Qu’est-ce la guerre ? La guerre signifie conditionnement. » Il apparaît clairement que lorsque des individus tentent d’imposer des idéologies, ils finissent par subir un processus d’autodestruction parce que le Soi est en guerre. « Les graines de la destruction se trouvent dans le conditionnement. Les graines de la paix dans le non-conditionnement. » « Soyez vous-même, c’est ainsi que vous échapperez au conditionnement, que vous aborderez tout ce qui se présente avec un esprit ouvert, que vous éviterez de tomber dans des processus destructeurs. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Quand l’humanité comprendra enfin que sa fascination actuelle pour la violence et la guerre est pure folie et qu’elle renoncera aux moyens de toute nature qui lui permettent de perpétrer cette violence, elle subira une remarquable transformation. Les premiers signes de ce changement éminemment souhaitable du comportement humain se remarquent déjà dans les manifestations de dénonciation de la guerre et les appels à la paix et la justice qui réunissent des millions de personnes. Ces manifestations spontanées à travers le monde indiquent sans l’ombre d’un doute que l’humanité est prête à renoncer au passé et, quand elle sera convenablement guidée, à changer de direction. Ce moment approche à grands pas. [Le choix ultime (Maître –)]

Beaucoup de ce qui est aimé doit être abandonné. Ne vous accrochez pas aux formes anciennes. Beaucoup dépendra de l’aptitude de l’homme à renoncer aux structures désuètes, et à créer un monde nouveau et plus simple. N’oubliez pas que je viens pour changer toutes choses. Ma venue amène la paix. De même, ma présence engendre des divisions. Mon glaive, cet Amour que je suis, séparera les hommes, distinguera la vérité du mensonge, dégagera la voie pour la Lumière nouvelle que j’apporte. Puissiez-vous supporter ces changements et accepter ma Lumière. [Message n° 74 (Maitreya)]

Le problème essentiel en attente de résolution est celui de l’instauration d’une paix juste et durable. Sans paix, il n’y aurait aucun avenir pour la race humaine. Déjà, les nations se rapprochent lentement de ce but, mais certaines exigences fondamentales doivent être satisfaites avant qu’une paix réelle puisse être assurée.
La véritable paix repose sur la confiance, laquelle ne peut exister que lorsque la Loi de Justice est respectée. L’immense écart, qui se creuse chaque jour davantage, entre le mode de vie des riches et des pauvres, au plan national mais aussi entre les différentes nations, est aujourd’hui le principal obstacle à l’instauration de la paix. Les idéologies divergentes jouent en faveur de la division, mais ce facteur ne cesse de perdre de l’importance. Bien plus graves sont l’autosatisfaction et l’avidité profondément enracinées du monde développé. La paix résulte d’un équilibre dont l’absence garantit le conflit et la guerre. Cet équilibre, pour être atteint, exige la reconnaissance de l’interdépendance des peuples et des nations, et l’acceptation du fait que les besoins de tous peuvent être satisfaits par un juste partage. Tant que cette prise de conscience n’aura pas commencé à se manifester, et n’aura pas été suivie d’effet, nous connaîtrons un monde instable. Tant que la moitié des habitants de la planète souffre de la faim et que des millions d’entre eux meurent chaque année, une vraie paix ne peut être qu’un rêve. [La nécessité d’agir (Maître –)]

Si vous pensez une chose, en exprimez une autre et en faites une troisième, vous êtes perdu. L’honnêteté mentale conduit à un discours et à des actes honnêtes. Cette harmonie conduit à la paix et au bonheur.
[…]Le cœur n’est jamais terni ni atteint, il est le siège de l’âme. C’est le mental qui nous égare. Les qualités du cœur sont la paix, la félicité, le bonheur et la grâce. « En vous mettant à l’unisson des « sentiments du cœur », vous ferez l’expérience de l’innocence que vous aviez lorsque vous étiez enfant. Ne cherchez pas à « visualiser » le cœur. Ce serait comme si le mental cherchait à découvrir la source de la lumière à l’aide d’une torche. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Chaque enfant, à quelque niveau que ce soit, vient au monde avec ses propres objectifs. Un objectif important consiste à apprendre à vivre en paix et en harmonie avec autrui, ainsi qu’en bon rapport avec son propre environnement. La probabilité qu’une telle situation se produise est très faible. Les inégalités de chance et de niveau d’éducation sont si grandes, que bien peu se trouvent dans une situation où leur véritable valeur et leurs besoins peuvent être considérés et satisfaits. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

« Le dessein, le but et le rôle des Nations unies est et doit être de servir la cause de l’humanité et non pas de devenir une force politique contrôlée par les puissants. Ni les Etats-Unis, ni l’Union so-viétique ne pourront jamais dominer le monde entier. » « Les Nations unies sont en train de devenir une institution puissante qui sera capable de veiller au bien-être du monde. » « Soyez forts : défendez le véritable bien-être de votre nation et de votre pays avec honnêteté, sincérité et détachement. Vous serez les témoins d’événements miraculeux. Les nations seront alors en paix. Ceux qui veulent la guerre disparaîtront. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Peu à peu, d’un pas hésitant et mal assuré, les Nations unies réalisent leur destinée et, acceptant leur responsabilité, prennent en main le sceptre de l’autorité. Elles constituent le point de ralliement des aspirations les plus élevées de l’humanité dans sa quête de paix et de justice, et doivent être disposées à agir pour les défendre. Rien de moins ne saurait fournir la garantie d’un avenir dégagé de la menace des conflits fratricides. La guerre doit aujourd’hui être considérée comme illégale, et ses instigateurs être tenus pour responsables devant la Loi. Les nations doivent être prêtes à faire respecter la loi, et à en payer le prix. Tant que la paix ne sera pas établie de manière sûre et durable, la seule solution restera de faire la police dans le monde. [Le sceptre de l’autorité (Maître –)]

L’Onu prend peu à peu le rôle qui est le sien, celui de maintenir la paix dans le monde. Aujourd’hui, cette organisation répugne à jouer ce rôle de gendarme du monde, autant que l’ensemble des gouvernements à le financer. Pourtant, tant que la paix mondiale ne sera pas assurée par le partage et la mise en œuvre des principes de justice, une telle responsabilité doit être acceptée. Son rôle futur est de devenir non pas un gouvernement mondial, mais un parlement mondial, où les problèmes seront discutés et résolus pacifiquement.
[…] Il nous faut reconsidérer qui nous sommes, notamment dans notre relation à autrui. La première étape à franchir pour résoudre ces problèmes est de comprendre que nous formons un tout, que nous sommes frères et sœurs d’une humanité unique. Nous devons acquérir ce sens de la globalité, le sentiment que nous ne formons qu’un peuple, qu’un groupe ; de ce fait, la nourriture, les matières premières, l’énergie, le savoir faire scientifique et l’accès à l’éducation appartiennent à tous. Ces ressources sont fournies pour que tous les peuples puissent évoluer correctement, en accord avec le plan qui soutient notre processus évolutif. Par conséquent, nous devons partager ces ressources plus équitablement. Selon Maitreya, lorsque nous partagerons, nous créerons un monde juste et alors, seulement, la paix pourra régner. Il est venu pour nous montrer comment créer les conditions de la paix. Si nous n’acceptons pas le processus qui mène à la paix, le monde n’existera plus, car nous avons maintenant les moyens de détruire, plusieurs fois, toute vie sur cette planète. Nous disposons de l’arsenal nucléaire suffisant pour cela. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Depuis de nombreuses années déjà, Maitreya a focalisé sur le monde l’énergie de l’Esprit de paix et d’équilibre. Sous nos yeux, ce puissant avatar cosmique transforme la vie des hommes. Par son énergie bénéfique, ce qui autrefois détruisait et déchirait est rendu inoffensif et bienfaisant ; ce qui sépare et divise cherche maintenant à réconcilier et à rassembler. En proportions égales, dans l’équilibre des opposés, Action et Réaction imposent au monde leur rythme restaurateur, et lui apportent l’harmonie. [Le bien commun (Maître –)]

L’évolution qui se développe aujourd’hui dans la conscience est encore plus profonde que ne le laissent supposer les changements dans le monde. Evidemment, ceux-ci sont nécessaires, mais ils ne sont qu’extérieurs. Cependant, ce qui est extérieur est toujours le reflet de ce qui est intérieur. Si nous sommes profondément angoissés, si nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes, notre environnement, nos amis ou notre famille, ce que nous exprimons, ce que nous manifestons à chaque instant, les situations que nous créons autour de nous, tout cela sera dysharmonieux ; nous n’entretiendrons pas ce climat d’aisance, dépourvu d’agressivité qui, dans notre vie relationnelle, est le signe de l’équilibre. Plus nous sommes équilibrés, plus notre environnement le sera. C’est la base même de la nécessité de l’innocuité, dont la pratique nous évite de créer du karma négatif. C’est précisément le poids de notre karma individuel qui retarde l’expansion de notre conscience. Tout ce qui permet d’alléger notre karma représente une aide pour la poursuite de notre voyage vers la perfection. [La Mission de Maitreya, tome II (B. Creme)]

Maitreya dit : « Observez la situation dans le monde d’aujourd’hui. Au nom de la religion, de la politique, de la civilisation, tout le monde est devenu victime des idéologies. Ce genre de vie vaut-il la peine d’être vécu ? Le monde a été pollué par les idéologies. Si la race humaine ne suit pas le sentier de la justice, de la paix, du bonheur, de la grâce, la nature explosera. Si les êtres humains (ainsi que les nations et les pays) ne se respectent pas les uns les autres, les énergies qui incitent les nations et les pays à se battre, et qui vibrent intensément dans la nature, s’exprimeront sous forme de désastres majeurs, qui nous guettent aujourd’hui au coin de la rue. Vous serez témoins de séismes importants, d’inondations, d’éruptions volcaniques, d’explosions d’avion. Tout ce que vous voyez se produire dans le monde est entièrement le fait de l’homme. »  [Les lois de la vie (Maitreya)]

La plupart des gens souffrent du stress et en meurent. Vous pouvez imaginer que, lorsque les ressources mondiales seront partagées, qu’il n’y aura plus de guerres et que le monde vivra en harmonie et en paix, les gens seront plus détendus et leur santé s’améliorera. [La Mission de Mai-treya, tome III (B. Creme)]

Le message de Maitreya est : « Soyez ce que vous êtes. La création tout entière est un Devenir de l’Etre suprême du Seigneur. Tout Lui appartient. C’est l’héritage de chacun que de profiter des bienfaits de la vie, qui sont la liberté dans la création et le salut dans l’Etre suprême. »
Les nations et les peuples sont aussi interdépendants que les membres d’une même famille. Les nations et les gouvernements doivent mener des politiques essentiellement orientées vers l’équilibre et l’équité, qui produiront paix, harmonie et bonheur. Aucun pays, aucune nation, n’est supérieur ou inférieur à un autre. C’est le devoir du gouvernement de protéger et de promouvoir le bien-être de la nation, et c’est le devoir de chacun d’être ce qu’il est. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Dès que nous créerons les structures qui démontreront l’unité véritable de l’humanité, dès que les hommes accepteront les enseignements de Maitreya, adhéreront à ses conseils et instaureront le partage, la justice et la paix dans le monde, il naîtra une harmonie qui, pour l’instant, fait hélas cruellement défaut. C’est une harmonie entre l’extérieur et l’intérieur qui crée les conditions dans lesquelles le temps disparaît. Cette harmonie, cette liberté, est l’état d’être d’un esprit créatif. Et c’est cet état d’esprit harmonieux que chaque artiste, ou toute autre personne créative recherche. S’il existe un blocage à la créativité, c’est que cet état d’harmonie n’existe pas. Il faut, bien sûr, des périodes de régénération, afin de réanimer le feu de la créativité ; ce sont des périodes d’inaction. [La Mission de Maitreya, tome III (B. Creme)]

Les activités humaines conditionnées, connues sous le nom de « karma », sont soumises aux lois de cause et d’effet. « Quand on ne pratique pas le détachement dans ses activités, on rencontre des obstacles, on connaît la stagnation et l’emprisonnement. La vie devient cyclique (c’est-à-dire répétitive) et reste enchaînée aux lois de cause et d’effet. Il n’y a alors ni paix, ni grâce, ni bonheur, ni liberté, ni salut. C’est pourquoi le détachement constitue une discipline si importante dans la vie. » [Les lois de la vie (Maitreya)]

Le jour où il annonça sa décision de revenir dans le monde moderne, en juin 1945, Maitreya était adombré par l’Esprit de Paix ou d’Equilibre, d’une manière très similaire à celle avec laquelle il avait adombré Jésus et travaillé par son intermédiaire. Il l’est encore aujourd’hui. L’Esprit de Paix est un Avatar extra-planétaire, et c’est son énergie d’Equilibre qui, ainsi que Maitreya l’a déclaré récemment, entraîne une nouvelle stabilité dans le monde, un nouveau « consensus » en matière politique dans le monde entier. Cet Etre cosmique utilise la loi de l’Action et de la Réaction qui, comme vous le savez, sont opposées et de forces égales. L’énergie d’Equilibre provenant de cet Avatar transforme, en proportion égale, le désordre, la violence, la haine et la méfiance actuels en leurs opposés. Sous l’influence de cette énergie, nous allons entrer dans une ère de paix et de coopération, une ère d’équilibre et de calme mental et émotionel, en proportion exacte de la discorde et des querelles actuelles. [PI, mai 1989(B. Creme)]

Tout ce qui nous entoure a été créé par la nature, mais les catastrophes, la destruction, la dépression et la maladie sont d’origine humaine. C’est à ceux qui vous gouvernent qu’il vous faut demander des comptes, ce sont eux qui vous ont conditionnés, vous empêchant de faire l’expérience d’une vie de paix et de bonheur. Spirituellement et mentalement, de nombreuses personnes ont abdiqué. Qu’est-ce qui maintient l’équilibre entre les époux ? La confiance. La confiance est un processus qui apporte le bonheur. Lorsque la confiance règne entre les nations, la paix existe. [Les lois de la vie (Maitreya)]

Même si cela suscite de l’incrédulité ou semble relever de l’utopie, du point de vue de vos Frères aînés d’importants changements sont en cours qui améliorent l’état du monde. Nous voyons se renforcer le courant qui mène à l’unité et à la justice, et se développer la prise de conscience que la paix doit régner, qu’elle est une absolue nécessité si l’humanité doit poursuivre son chemin évolutif. Ainsi la menace d’autodestruction s’éloigne-t-elle considérablement.
Nombreux sont ceux qui continuent à concevoir et perfectionner des engins de guerre, s’assurant richesse et puissance par ce commerce de mort. Pourtant les gens s’éveillent ; un nouveau tambour bat un rythme différent, auquel répondent les peuples. Dans presque tous les pays les hommes sentent la présence d’une lumière nouvelle, d’une pensée plus vive, d’un espoir qui monte. Ils commencent à percevoir la liberté, la justice et la paix comme plus proches, plus réelles et à portée de main que jamais auparavant. Les communications globales leur donnent un sens nouveau d’eux-mêmes en tant que membres de l’humanité une. Bien entendu cet éveil de la conscience n’est ni total ni parfait, mais nous voyons clairement se dessiner une tendance pleine de promesses qui nous réjouit le cœur car elle laisse présager une réponse correcte de l’homme aux énergies des temps nouveaux.
Quand Maitreya se fera connaître et commencera sa mission au grand jour, cette tendance s’amplifiera, inspirant aux hommes et femmes de bonne volonté leurs projets et leur buts dans tous les pays du monde. On comprendra de mieux en mieux que, malgré leurs différences de couleur, de race et de religion, les hommes et femmes du monde ne font qu’un, qu’ils ont tous besoin d’une justice et d’une liberté dont certains pensent qu’elles n’appartiennent qu’à eux seuls, et de plein droit. Maitreya insistera sur l’absolue nécessité de la paix, et montrera que l’abandon définitif de la guerre ne peut être obtenu que par la confiance. Il soutiendra que seul le partage est susceptible d’engendrer cette confiance. [Le peuple s’éveille (Maître –)]

Cherchez-moi, mes amis, comme un homme simple parmi les hommes, prenant en considération, pour cette époque, les espoirs et les craintes des hommes. Je viens pour vous montrer, mes amis, que l’ère des séparations se termine, le temps des divisions s’achève. Dès maintenant, mes amis, mes frères, vous serez témoins d’une plus grande détente dans le climat du monde : une douce atmosphère d’espoir s’inscrira dans les affaires des hommes, un nouvel appel à la justice s’élèvera de toutes parts et, au sein de cette clameur, vous me trouverez. Je soutiendrai tous ceux qui appellent à la paix, à la justice et à l’amour fraternel. J’appellerai à mes côtés tous ceux qui aiment leurs frères. De tous les partis et de toutes les nations, ils viendront, se rassemblant autour de moi.
J’emplirai leur cœur d’espoir et d’amour et, en nombre croissant, ils conquerront le monde. Ce processus a débuté. On peut déjà entendre la voix des peuples. De plus en plus fort, ils réclament la justice, la paix pour toujours. Un espoir renouvelé s’empare de l’humanité et cela me réjouit le cœur. [Message n° 131 (Maitreya)]






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.