DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

Septembre 1990 - N° 25 Vol. 3, n° 9

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.





Sommaire


  • L'article du Maître


  • Editorial


  • Signes des temps


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home Une vie abondante

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

De temps à autre, il devient évident pour beaucoup que l’histoire de la race humaine atteint un point critique. Tel est le cas aujourd’hui. Rarement, au cours de la longue expérience des hommes, cela n’a été aussi clair. De tous côtés apparaissent des indices de changements majeurs qui créent une atmosphère d’attente presque tangible tellement elle est intense. Partout, de nouvelles idées voient le jour, de nouveaux modèles sont créés, des conceptions nouvelles et plus saines de la vie sont mises en avant. Tout ceci indique que l’humanité est prête à faire un grand pas en avant, qui est lui-même la réponse à une expansion de conscience. L’homme prend de l’envergure chaque jour.
 
En dépit des apparences, malgré les horreurs et les cruautés qui abondent, la divinité intérieure de l’homme se fait jour peu à peu et réjouit le cœur de ceux d’entre nous qui travaillent du côté intérieur de la vie.
 
 Une époque nouvelle
 
Bientôt, les hommes se rendront compte que des temps nouveaux arrivent, qu’une nouvelle époque commence, qu’un changement fondamental est en train de s’accomplir dans la conscience humaine.
 
Multiples sont les signes qui vont dans ce sens, nombreux les indices témoignant que l’homme se trouve désormais au seuil d’une grande aventure, aventure qui le conduira aux pieds de Dieu lui-même. Lorsque les hommes comprendront l’importance de cette époque, ils remercieront Dieu de l’opportunité qui leur est ainsi offerte et de la grâce salutaire qui leur est accordée. Ainsi en sera-t-il. Ainsi les hommes seront-ils amenés à connaître leur rôle dans le Grand Dessein jusqu’à maintenant soigneusement gardé dans le Mental du Logos qui veille.
 
Ils prendront également conscience de leur responsabilité dans la réalisation de ce Plan, et plieront leur volonté à sa mise en œuvre. Ils se connaîtront pour ce qu’ils sont, des êtres immortels, et s’emploieront à créer une civilisation qui démontrera cette divinité.
 
Les Frères Aînés
 
Proche est l’heure de l’émergence des Maîtres, les Frères aînés de la race humaine. Pendant longtemps nous avons vécu retirés du monde, attendant le jour de notre retour. Bientôt le monde saura que nous existons, que notre vigilance salutaire garantit la survie et l’évolution de la race des hommes. D’ici peu, les hommes accepteront nos conseils et bénéficieront de notre expérience. Nous avons beaucoup à donner et serons heureux de partager nos connaissances avec vous et de vous guider. Nous montrerons aux hommes la voie qui mène à Dieu, sentier que nous connaissons bien et sur lequel nous guiderons leurs pas. Nous leur inspirerons la création d’une nouvelle culture qui leur apportera les dons de Dieu. Ainsi travaillerons-nous ensemble à la formation d’une nouvelle civilisation. Ainsi servirons-nous le Plan du Créateur.

Les hommes attendent une nouvelle manifestation de la Divinité. Pour apparaître parmi eux, cette Divinité attend une invitation des hommes. Ainsi les hommes se tiennent-ils au seuil d’un nouveau commencement, d’un nouvel éveil, prêts à recevoir le don d’une vie abondante de la Source de Vie elle-même.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Editorial

Home Le mystère des médias

par Peter Liefhebber

Au mois d’avril, peu de temps après la conférence de Maitreya à Londres, j’ai reçu un coup de téléphone. La femme que j’avais à l’autre bout du fil m’annonça qu’elle avait une question à me poser, puis aussitôt commença à me régaler d’une explication approfondie de l’univers, explication qui n’appelait en fait aucune question.

En bref, tout se réduisait à ceci : une fois encore, nous avions été menés en bateau par Benjamin Creme. Car, m’affirma-t-elle, les médias ne travaillent pas de la manière dont B. Creme l’a exposé. Voici comment ils fonctionnent réellement : un rédacteur en chef envoie un journaliste quelque part en mission, ce journaliste écrit ensuite un article ou fait un programme radiotélévisé sur le sujet, puis cela paraît dans les journaux, à la radio ou à la télévision. Cela est évident, voyez-vous, car ces gens ne vont tout de même pas envoyer leur personnel à l’extérieur pour rien. Si des dizaines de journalistes avaient été présents à la conférence de Maitreya, une vaste campagne de publicité autour de l’événement en aurait automatiquement découlé. Le fait que cette campagne n’ait pas encore eu lieu ne peut logiquement impliquer qu’une seule conséquence, m’annonça-t-elle : c’est qu’il n’y a jamais eu une telle conférence.

Étant journaliste depuis bientôt trente ans, j’ai pensé que je pouvais avoir quelque chose à dire sur ce sujet. Mais cette femme ne semblait pas particulièrement apprécier une telle idée. Elle était bien consciente que je travaillais pour un journal, me déclara-t-elle, une raison supplémentaire selon elle pour laquelle je devais être prêt à admettre qu’elle avait raison. Si mon patron m’avait envoyé en mission, j’aurais fait un rapport sur mes impressions et mon article aurait été publié, point final.

Je rassemblai tout mon courage et commençai avec précaution à discuter avec cette femme. Je fus immédiatement récompensé de mon attitude puisque, quasiment écumant de rage, elle raccrocha le téléphone.

Chaque correspondant qui exprime une opinion, que ce soit par téléphone ou par lettre, représentant selon le dogme journalistique un beaucoup plus grand nombre de lecteurs ayant des idées similaires, j’ai bien peur que cette dame en colère ne soit pas la seule dont les notions concernant le fonctionnement des médias ne soient fondées sur des idées simplistes ou à partir de feuilletons télévisés à thème journalistique. La réalité est quelque peu plus complexe.

En premier lieu, les rédacteurs en chef ne jouent pas toujours un rôle dans la prise de décision d’envoyer tel journaliste à tel endroit. Mais, même lorsque c’est le cas, le journaliste concerné, particulièrement s’il est chevronné, a toujours une certaine liberté de décider s’il rédigera ou non l’article en question. S’il produit effectivement un article, il n’existe aucune garantie que la publication suive, cette publication dépendant de toutes sortes de facteurs différents et aussi banaux que l’espace d’impression disponible, les autres nouvelles à couvrir, le statut du journaliste lui-même ainsi que celui du service dans lequel il travaille, le degré d’actualité et de popularité du sujet traité, etc., etc.

Au travers des nombreuses vicissitudes d’une vie de journaliste, une chose est, presque par définition, certaine : la production des articles excède toujours l’espace d’impression disponible. Mis à part ces heureux collègues qui sont esclaves de leurs propres colonnes, les autres journalistes doivent participer à la « guerre à l’espace disponible » – l’espace de la colonne – qui souvent s’avère un combat pour quelques millimètres.

J’ai mentionné jusqu’ici la routine habituelle, les contraintes quotidiennes de la publication des articles. La situation devient plus complexe lorsque le sujet couvert traite de politique ou d’une autre matière sensible. Dans de tels domaines, les journalistes, plus fréquemment que le grand public ne l’imagine, sont sujets à certaines restrictions ou, particulièrement en Occident, pratiquent eux-mêmes une forme d’autocensure semi-volontaire. Dans la plupart des pays par exemple, et spécialement en Grande-Bretagne qui compte de nombreux clubs et réseaux d’anciens camarades, tout ce qui concerne la « sécurité de l’État » est traité avec beaucoup de précaution par les médias. Tout récemment, j’ai lu que la BBC a laissé des rangées et des rangées de films dormir sous la poussière des étagères de ses salles d’archives. Pour des raisons touchant à la « sécurité de l’État », ils n’ont jamais été diffusés.

Les précieux centimètres

Aussi ai-je moi-même été un journaliste plutôt chanceux dans ces années de bataille pour les précieux centimètres de ma colonne. Seuls quelques uns de mes articles ne sont pas allés jusqu’à la ligne d’arrivée. Dans les dix dernières années, trois seulement de mes articles connurent une fin prématurée. Le premier ne fut pas publié parce que la personne que j’avais interviewée utilisait un langage cassant et blessant pour la direction du journal (une possibilité dont la dame en colère ne semblait pas être consciente).

Le deuxième était un article sur une conférence de Krishnamurti, la dernière réunion publique qu’il a tenue à Saanen, en Suisse.

Le troisième concernait les vues et les intuitions ésotériques des Indiens péruviens.

Les deux derniers cas sont particulièrement révélateurs, non seulement par leur sujet, mais aussi en raison de la manière dont ils furent tous deux traités. Les médias occidentaux se sentent plutôt mal à l’aise face à tout sujet ayant un rapport, de près ou de loin, avec les « sectes », sauf si un scandale financier ou sexuel peut bien entendu leur être attribué. Mais les articles qui ne recherchent pas le sensationnel, concernant une foi ou une philosophie non-chrétienne, ont tendance à tomber aux oubliettes. Les rédacteurs responsables de la publication ont en général peur de se brûler les doigts. Ils ne peuvent aisément mesurer la réaction ni de leurs supérieurs ni des lecteurs, et choisissent donc de confier ces histoires confuses aux archives les plus vastes disponibles dans tout journal : les corbeilles à papier.

La façon dont cela se passe est souvent tout à fait révélatrice. Krishnamurti et la philosophie ésotérique des Indiens péruviens connurent le même sort : les deux articles furent discrètement envoyés à un département rédactionnel autre que celui auquel je les avais soumis en premier lieu et finirent sur une liste d’attente à « progression lente » où ils furent stratégiquement placés pour devenir les victimes du vieillissement. Au bout d’un mois environ, le personnel concerné put prétendre – poussant un secret soupir de soulagement – que ces étranges articles avaient « vieillis » et pouvaient donc sans difficulté disparaître. Personne ne déclara explicitement que l’article ne serait pas publié ou que la place faisait défaut, personne n’eut à prendre de décision – pas de controverses déplaisantes, s’il vous plaît, simplement une solution propre et nette. Ce jeu subtil de codes et de non-dits conduit, en pratique, à la constitution d’une liste de priorités de publication dans laquelle les reportages sur la Coupe du Monde, les grossesses princières, les scandales liés à la drogue et au sexe, les crimes et les rivalités politiques (plus ou moins dans cet ordre) obtiennent toujours la primauté. Les thèmes qui, par contre, ne sont pas conformes aux préjugés et à l’opinion générale, sont systématiquement rejetés aux calendes grecques. Aucun journaliste, aucun rédacteur en chef même, n’oserait de son propre chef prendre l’initiative de publier une telle histoire. Dans le milieu journalistique, comme dans d’autres professions, une mauvaise décision est préjudiciable à votre réputation, et il est donc moins dangereux d’écarter que d’être écarté.

J’aurais vraiment souhaité expliquer tout ceci à la dame en colère. Mais elle avait déjà raccroché.





Signes des temps

Home Les forces aériennes belges observent des ovnis

D’innombrables témoignages sont arrivés sur les apparitions d’ovnis ayant eu lieu fin mars en Belgique. Selon l’hebdomadaire belge HUMO, l’armée de l’air a établi un rapport « franchement sensationnel ». Selon ce rapport, trois stations de détection sol/air et deux avions de chasse F 16 ont observé simultanément des objets volants se déplaçant à très grande vitesse. HUMO poursuit : « L’armée de l’air exclut toute possibilité d’une illusion optique ou d’une confusion avec des avions espions. Leur rapport affirment qu’il ne pouvait s’agir ni de montgolfières, ni de ballon-sonde, de perturbations atmosphériques ou de projections holographiques au laser ».

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, un colonel de l’armée de l’air belge a présenté des photos des observations radar. Selon TROUW, un quotidien hollandais, le colonel explique que les deux pilotes des chasseurs, sans avoir en fait vu les ovnis, essayèrent de suivre les « objets » par contact radar pendant trois quart d’heure. Néanmoins, chaque fois que les « objets » étaient localisés sur le radar, ils changeaient de direction et de vitesse. A un certain moment, dit-il, un de ces ovnis accéléra en quelques secondes de 230 km/h à 1 760 km/h.




Home Des cercles dans les champs — vrais et faux

Cet été, près de 300 cercles sont apparus dans des champs au sud de l’Angleterre, attirant à la fois toute l’attention des médias et du public.

En juin, une conférence internationale s’est tenue à Oxford, cherchant à établir que ces cercles étaient naturellement formés par des colonnes descendantes d’air tournant, avec la probable formation de charges électriques entraînant des « tourbillons de plasma ». C’est alors que des rectangles, des demi-cercles et diverses allées commencèrent à apparaître au milieu des cultures, augmentant la difficulté des scientifiques à expliquer l’énigme.

Une surveillance de trois semaines a été organisée en juillet, 24h/24h, par des équipes de prises de vues anglaise, japonaise, allemande, canadienne et américaine, dans l’espoir d’être témoin de la façon dont étaient créés ces cercles et de fixer ces faits sur pellicule. Après cinq jours de cette surveillance, les observateurs furent enthousiasmés de voir des lumières oranges au-dessus de l’un des champs et, lorsque le jour revint, de nouveaux cercles étaient apparus. Mais ils avaient été dupés. Un oui-ja et des croix de bois avaient été laissés dans les cercles qui étaient de grossières copies aux lignes mal définies, sans aucun rapport avec les originaux si complexes et clairement tracés. Colin Andrews, co-auteur du Livre Circular Evidence (voir la critique dans Share International d’avril 1990) fut écœuré par cette mystification qui a effectivement troublé le grand public faisant croire que tous ces cercles étaient des canulars.


Pour de plus amples informations concernant le mystère des cercles dans les champs, se reporter à la page des questions et réponses de Benjamin Creme.





Le point de vue de Maitreya

Home Comprendre la liberté et le salut

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

Le 21 juin 1990

La stérilité – Selon Maitreya, la naissance tout comme la mort est conditionnée. Toutes deux sont la conséquence de la Loi de Cause à d’Effet (le karma). La souffrance également est soumise à cette Loi.
La stérilité signifie qu’une femme ne peut donner naissance à un enfant. Selon Maitreya, la stérilité n’est ni une maladie ni une déficience physique. Au lieu de cela, il est important de comprendre la raison pour laquelle une femme est fertile et une autre stérile. Les différences sont ici naturelles car, à mesure que l’évolution se poursuit étape par étape, le Soi devient de plus en plus indépendant, libre de tout engagement.
Lorsque vous vous trouvez au seuil du salut, tout vous abandonne. Dans le cas d’une femme stérile, la nature a créé autour d’elle les opportunités lui permettant d’apprendre à s’intérioriser. Maitreya dit : « Regardez les saints. Lorsqu’ils se trouvent près du Seigneur, ils doivent tout laisser derrière eux. Ils quittent la vie mondaine. Cela est fait par l’individu. Mais lorsque la nature vous place dans ces conditions, celles-ci sont naturelles. Ce sont des bénédictions du Seigneur ». Cela ne signifie nullement que les femmes fertiles ne se trouvent pas sur le chemin du salut mais que, dans le cycle de vies et de morts, chaque âme arrivera au même stade.

La folie – Une personne vivant et se conduisant comme un enfant n’est pas folle. Une personne physiquement et mentalement libre, non conditionnée et capable de s’exprimer, est souvent considérée comme folle. Prise dans ce sens, la folie n’est pas une maladie. Maitreya dit : « Regardez un saint. Que lui trouvez-vous ? Il ne se laisse pas conditionner. Il a l’esprit et le cœur d’un enfant. Pourtant, on ne le considère pas comme un fou car il a pris une aura de sainteté. Cependant, une personne qui elle n’a pas pris cette aura mais, cependant, se conduit comme un enfant, est également libre du processus automatique du conditionnement. Cette personne est également proche du salut. Le conditionnement n’a pas lieu au niveau du mental, de l’esprit et du corps, et le Soi peut librement se mouvoir. Ce sont des qualités naturelles données à la naissance. Quiconque manifeste ces qualités dès la naissance se trouve près du salut ».

La schizophrénie et la dépression – Selon Maitreya, la schizophrénie et la dépression sont des phases du déconditionnement du mental, de l’esprit et du corps. Ces processus ont lieu, non à la naissance, mais sont causé par certains événements de la vie. La schizophrénie et la dépression se manifestent, non dans le Soi, mais dans nos organes gouverneurs d’énergie. Si le Soi n’est pas libre de se mouvoir dans le mental, l’esprit et le corps, lorsqu’il fait l’expérience de plusieurs « personnalités », alors, le Soi manifeste des doutes, de la suspicion et de la confusion. Par contre, lorsque la conscience s’élargit, englobant le Soi, cette prise de conscience amène le Soi à réaliser que ces personnalités se manifestant sur la scène de la vie sont naturelles : ce sont les manifestations des « ismes ».
Lorsque commence le processus du détachement et de l’élargissement de conscience, le Soi peut commencer à équilibrer ces différentes personnalités en une seule personne. C’est cela l’équilibre.
Pour comprendre la différence entre le Soi et la personnalité, pensez au serpent. La lumière se trouve dans le serpent. Ici, la lumière est la « personnalité » du serpent. Cette « personnalité » peut se manifester dans le mental, l’esprit et le corps, parce que la création existe dans le mental, l’esprit et le corps. Si le Soi est « pris » dans des « poches de lumière », Il peut faire l’expérience de la matérialisation soudaine – du serpent, par exemple – dans le mental, l’esprit et le corps. Ce sont des illusions, des hallucinations.
On peut comprendre, aussi bien scientifiquement que religieusement, que la création est venue de la lumière (le son, la couleur et la vibration). Dans la création se trouve la totalité : le physique a des contreparties mentales et spirituelles. Maitreya dit : « Lorsque, consciemment, le Soi est capable de se mouvoir avec détachement dans le mental, l’esprit et le corps, Il ne peut être pris dans le spectre de la lumière. La lumière est le spectre de toute la création. Lorsque le Soi suivra la lumière, Il sera stimulé par le spectre de la création – et par le cycle de l’évolution – jusqu’à ce que le Soi puisse consciemment se libérer ».

Les émotions – Qu’est-ce la haine ? En réalité, le Soi n’aime pas le fardeau de tout le conditionnement accumulé dans le corps mental. L’esprit incite alors le Soi aux karmas (les comportements conditionnés). Le Soi perd alors direction, équilibre, conscience et détachement. Le Soi « vieillit » dans cet état de conditionnement connu comme la naissance et la mort. Au moment de la mort, le Soi se libère tout à coup du corps physique, ensuite du corps mental, et demeure dans une certaine forme du corps spirituel. Ce cycle de la naissance et de la mort se poursuit jusqu’à ce que le Seigneur lui-même « ouvre la porte du ciel ».
Maitreya dit : « Il n’existe pas de ciel dans le mental, l’esprit et le corps. Le ciel se trouve au-delà du mental, de l’esprit et du corps. Il se trouve dans l’Être suprême ».
Dans le contexte de cette enseignement de base, on peut comprendre que, dans la création, tout ce qui est prédestiné est, en réalité, pré-conditionné. (Maitreya fait ici référence à la grande Loi du Karma : les effets suivent invariablement les causes qui ont été mis en mouvement, et rien dans la création ne se trouve en-dehors de cette loi.)

La paix – Qu’est-ce que la paix ? Maitreya dit : « Dans la création, la paix signifie le non-conditionnement. Qu’est-ce la guerre ? La guerre veut dire conditionnement ».
Nous pouvons comprendre que lorsque des personnes essaient d’imposer des idéologies, elles subissent en fin de compte un processus d’auto-défaite, parce que le Soi est en guerre. Maitreya dit : « Les graines de la destruction se trouve dans le conditionnement. Les graines de la paix dans le non-conditionnement ». Le conseil de Maitreya est : « Soyez ce que vous êtes, afin d’être libre du conditionnement, afin d’approcher tout ce qui vous arrive avec un esprit ouvert, afin de ne pas tomber dans des processus destructifs ».

L’adoration du pouvoir – Selon Maitreya, lorsque le Soi passe d’une étape de la vie à l’autre, toutes expériences de création sont emmagasinées dans la conscience. Cette conscience devient le creuset de l’éveil. Plus l’on s’approche de l’Être suprême, plus la conscience se développe autour du Soi. Alors, le Soi fait l’expérience des pouvoirs divins, de la présence divine et de celle des déités. Maitreya dit : « Si vous adorez ces déités, en fait, vous adorez le pouvoir. Que se passe-t-il si vous adorez ces pouvoirs ? Vous essayez de créer la conscience autour du pouvoir, et parfois vous pouvez utiliser le pouvoir pour transmuer, etc., mais cela amènera-t-il le salut ? Non ». C’est ce pourquoi Maitreya dit : « On ne doit pas poursuivre mes pouvoirs, mais les respecter avec un profond sentiment de détachement ». Une fois ce processus accompli, même avec des pouvoirs divins, spirituels, alors le Seigneur ouvre la porte, et le Soi « s’assied aux côtés du Seigneur » – c’est-à-dire dans l’Être suprême.

La vie, la lumière et la création – Au niveau humain, il est très difficile de comprendre la création, car à ce niveau tout est conditionné. Seuls des âmes très évoluées, conscientes et détachées, peuvent guider l’humanité vers la liberté et le salut. C’est pourquoi Maitreya enseigne l’honnêteté, la sincérité et le détachement, car ces trois qualités, si elles sont mises en pratique, génèrent la conscience et l’équilibre dans le mental, l’esprit et le corps.
Dans la lumière se trouve toute la création. La lumière est la mère de la création. Le « commencement » et la « fin » se trouvent dans la lumière. Mais la Vie se trouve au-delà de la lumière. La source de la vie est l’Être suprême.
Néanmoins, la création qui nous entoure est pour nous importante. Maitreya dit : « Rien n’est en-dehors de nous. Tout se trouve dans le mental, l’esprit et le corps. Ceux qui apprennent l’art de la réalisation du Soi dans le mental, l’esprit et le corps expérimenteront que tout ce qui se trouve en nous et autour de nous provient d’une seule source que nous appelons Dieu.
En fait, tout appartient au Seigneur. Une fois que ce sentiment est développé dans le corps mental, alors le corps spirituel suivra le même schéma et le Soi sera à même d’exprimer l’équilibre et le détachement. Les « ismes » de désir tel que «  le mien » et « le tien » se placeront dans une juste perspective. Le Soi n’est ni le mental, ni l’esprit, ni le corps. Le Soi est immortel. Le mental, l’esprit et le corps sont les habits donnés par le Seigneur à la naissance et qui sont abandonnés à la mort. C’est la Vie qui est expérience qui devient la source d’énergie. L’expérience est très importante pour permettre au Soi de se mouvoir dans le mental, l’esprit et le corps et d’instaurer la maîtrise. Lorsque cela est réalisé, alors la création est maîtrisée.

La méditation – Maitreya interroge : « si vous méditez sur la lumière, l’alpha et l’oméga de la création, où irez-vous ? Dans la création. Vous pouvez faire l’expérience des pouvoirs psychique, spirituel et mental. Cela vous amène-t-il à la liberté et au salut ? Non. Pourquoi nul ne parle ainsi ? Parce que ceux qui ont médité sur la lumière ont ensuite besoin d’être entouré de personnes, de disciples. Lorsque vous cherchez la liberté et le salut, pourquoi méditez sur la lumière ? Par le mental, vous arriverez à la technologie de la lumière. Par l’esprit, vous développerez des pouvoirs spirituels. Vous pourrez même faire des choses miraculeuses. Mais, cette fois, Je suis venu vous apprendre la liberté et le salut ».




Home L’Euro-culture – une bombe à retardement

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Un journaliste de télévision

Le 27 juin 1990

L’Union Soviétique – Les états obtiendront la liberté de diriger leur commerce intérieur ; la défense et l’économie seront seules laissées entre les mains du gouvernement central. M. Gorbatchev abandonnera son idée de copier l’approche occidentale pour trouver une solution à ses problèmes.

La Chine, le Japon, l’Union Soviétique et l’Europe de l’Est subissent de rapides transformations qui créeront stabilité et sécurité dans le monde.

Le Moyen-Orient – Les juifs de l’Union Soviétique, tentant de s’installer dans différentes parties du Moyen-Orient ne doivent pas perturber l’équilibre des forces ou créer une autre bombe à retardement entre juifs et arabes. On fait actuellement comprendre aux politiciens israéliens ces dangers et ils sont en train de modifier leur politique pour s’assurer du maintien de la paix dans leur pays et les états voisins.
Le dogmatisme religieux, tout particulièrement en Iran, perdra son pouvoir sur le peuple. Nombreux sont ceux dans ces pays qui interrogent les chefs religieux les ayant inspirés à faire une guerre au nom de leur religion : « Pourquoi nos soi-disant ennemis nous aident-ils à sortir de la crise dû au tremblement de terre ? Quel sorte de gouvernement nous avez-vous donné ? »
Des transformations profondes et rapides commencent à balayer les états islamiques tandis que le peuple devient conscient et réalise que les ordres qui leur viennent d’en-haut sont erronés et trompeurs.
Maitreya dit : « Me connaître ne demande aucun sacrifice. L’on doit seulement faire l’expérience de ce qu’est la création. Me comprendre et me ressentir est le destin de tous. Les gourous, les saints et les chefs religieux qui parlent de sacrifice pour réaliser le Seigneur n’expriment pas la Vérité. Me connaître n’est pas se sacrifier. Me connaître c’est se réaliser ».
Ces chefs religieux du Moyen-Orient qui disent de tuer, tuer, tuer au nom d’Allah trompent complètement leur peuple, dit l’associé. Dieu n’a pas besoin de sacrifice. Il n’a nul besoin qu’on lui fasse plaisir, pas plus que de charité ou de compassion. Il n’a pas besoin que les êtres soient « bons ». Dieu dit : « Je ne suis ni bon ni mauvais, ni ceci ni cela. Je suis toute chose. Pourquoi avoir le ciel et l’enfer ? Cela suffit comme cela ».

L’Afrique – Des transformations politiques radicales ont lieu sur ce continent. Les gouvernements idéologiques tel le marxisme disparaîtront. Il y aura maintenant un gouvernement pour le peuple, par le peuple. Pour la première fois, les Nations unies « feront le gendarme », afin d’empêcher les pays influents de fournir des armes pour des guerres idéologiques sur le contient africain.

L’Environnement – Tandis que l’éveil public et politique continue de se développer dans ce domaine, les ressources de la terre seront mieux utilisées afin que pour tous le niveau de vie devienne plus simple, plus propre et plus sain.

L’Amérique – Les promesses non tenues du Président Bush de ne pas augmenter les impôts entraîneront des conflits nationaux qui aboutiront à plus de chômage et de problèmes de drogue. Les gouverneurs feront pression pour être libérés du contrôle du gouvernement central.

Le monde occidental – Des transformations ont lieu qui amèneront les hommes à changer leur style de vie pour moins de travail, plus de loisirs et de détente. Les sports se développeront et, à mesure que les hommes deviendront plus sains, la liste des personnes en attente d’hospitalisation diminuera. Les institutions éducatives occidentales changeront leur curriculum pour une approche plus pratique, plus utile de la vie quotidienne. Les êtres seront plus conscients des progrès technologiques. L’enseignement religieux perdra son côté ambigu et mystique, remplacé par une philosophie de la réalisation humaine. Maitreya dit qu’il faut aimer la vie, dit l’associé.

Les hommes, les nations et les cultures – Les politiciens sont assis sur une bombe à retardement à essayer de créer une euro-culture liée aux forces du marché. Chaque individu, chaque nation et chaque culture devrait garder sa propre identité, dit l’associé.
Maitreya dit que, si au nom des forces du marché, l’identité d’un pays ou d’une personnalité est compromise ou sacrifiée, cela n’aboutira qu’au chaos, à la destruction, et même à la guerre. Les politiciens sont en train de jouer avec de dangereuses forces noires, dit l’associé. Cela pourrait semer les graines d’une IIIe guerre mondiale, si cela devenait incontrôlé.
Demandez à n’importe quel politicien s’il est prêt à sacrifier sa propre identité au nom des Français, des Allemands ou de n’importe quelle autre personnalité internationale. Bien sûr que non. Pourquoi alors attire-t-il les nations dans un cartel international au dépend de leur culture ?
Les politiciens n’auront pas les mains libres dans l’orientation de la destinée des nations, dit l’associé. Ces mêmes forces peuvent écarter une personne d’un chemin bien connu. Maitreya dit : « Lorsque les races ne peuvent elles-mêmes s’entendre, comment pouvez-vous obliger les nations à s’entendre ? »

Le long été chaud – Ce n’est pas l’épuisement de la couche d’ozone qui est responsable des journées ensoleillées tant appréciées en Angleterre et ailleurs, mais la Nature, dit l’associé. Lorsque les scientifiques deviennent deviennent intelligents pour jouer avec les gênes et les géniteurs, ils pensent pouvoir jouer avec la Nature. Pourtant la Nature contrôle la création et aucun scientifique n’aura ce pouvoir. Les hommes peuvent apprendre à comprendre les lois de l’évolution, et les utiliser d’une manière créatrice, mais ils ne peuvent contrôler la destinée de la création.
Les jours continueront à être ensoleillés. L’environnement est en train de se transformer et nous pouvons nous attendre à ce que certaines espèces de la vie animale et végétale disparaissent. Les plus vulnérables sont les oiseaux migrateurs particulièrement affectés par les conditions climatiques qui changent, et par le temps.
Une plus grande quantité de nourriture sera produite pour la population de la terre et les hommes deviendront plus sains. Nous verrons moins de crime, de chaos et de conflit dans la société, aussi bien sur le plan physique que psychologique. De rapides transformations ont lieu depuis que la planète s’est rapprochée du soleil.
Les politiciens n’ont aucune idée de ce qui se passe, dit l’associé. Ils ne pourront faire que la chose juste s’ils écoutent la voix du peuple.

La politique – Les anciennes formes de politiques polarisées vont disparaître. Les concepts de démocratie et de capitalisme vont changer. Il n’y pas de place pour le communisme car il signifiait la perte de la liberté. La démocratie ne signifiait liberté que pour les nantis et les riches, dit l’associé.





Faits et prévisions

Home Ils ne sont plus des adversaires

L'OTAN

« L'OTAN, tel que nous le connaissons, disparaîtra.» (juillet/août 1989)
« L'OTAN et toutes les organisations militaires stratégiques sont en train de s'effondrer. Les armées retournent maintenant dans leur propre pays.» (Partage International, avril 1990)

OTAN/Pacte de Varsovie — Les relations entre l'OTAN et le Pacte de Varsovie ont atteint un niveau de compréhension mutuelle et de cordialité sans précédent. La conférence au sommet de l'OTAN, qui s'est tenue à Londres au début du mois de juillet, a constitué une nouvelle étape dans une série d'événements récents qualifiés par le Premier ministre britannique, Mme Thatcher, de « tournant dans l'histoire de l'Europe». Les dirigeants de l'OTAN ont ratifié un accord de non agression, ont convenu de négociations ultérieures en vue de réduire l'armement conventionnel et les effectifs des troupes. Ils se sont également engagés à n'utiliser l'arme nucléaire qu'en dernier ressort. De plus, l'OTAN a convié le leader soviétique, M. Gorbatchev, à visiter le quartier général de l'OTAN à Bruxelles et a proposé au Pacte de Varsovie de publier une déclaration commune affirmant que ces deux alliances ne se considèrent plus désormais comme adversaires.

La main de l'amitie — Deux semaines après que les dirigeants de l'OTAN aient tendu la « main de l'amitié » à leurs anciens adversaires d'Europe de l'Est, l'URSS et la Hongrie ont accepté une proposition visant à l'établissement de liens diplomatiques avec l'OTAN.

Allemagne — L'empressement de l'OTAN à entamer des négociations concernant la puissance militaire de l'Allemagne réunifiée a une grande portée psychologique. Ce fut le signal attendu par l'Union Soviétique lui permettant d'annuler son veto à l'appartenance de la nouvelle Allemagne à l'OTAN. Quelques jours plus tard, les pourparlers entre Monsieur Gorbatchev et le chancelier ouest allemand, Helmut Kohl, aboutissaient à un accord autorisant l'Allemagne à décider par elle-même de son éventuelle adhésion à l'OTAN.

La fin d'un pacte militaire — Peu avant la conférence au sommet de l'OTAN, sept ministres du Pacte de Varsovie ont signé un protocole affirmant que l'alliance ne sera désormais plus militaire, mais de nature politique.




Home La rigidité politique et religieuse disparaîtra

« Le processus consistant à inculquer, à imposer des idéologies dans le mental des individus, commence à disparaître dans le monde entier, tant dans le domaine religieux que dans le domaine politique. » (décembre 1988)

Angola – Il y a deux mois, le gouvernement marxiste de l’Angola promettait des ‘réformes’, mais la formation d’un système multipartite était renvoyée à plus tard. Aujourd’hui cependant, l’Angola se prépare à mettre en place un système multipartite. Cette mise en place supprimera l’un des obstacles majeurs aux pourparlers de paix entamés avec l’organisation rebelle UNITA.

Congo – Le Congo a rejoint les rangs des nations africaines qui souhaitent introduire un système de gouvernement multipartite. Le Parti Travailliste dirigeant a annoncé son intention de se transformer en un « parti de masse », auquel chaque individu pourra adhérer quelque soit son opinion idéologique.

Zaire – Le parlement zaïrois, à parti unique, a voté la création d’un système multipartite limité. Cette nouvelle législation, proposée par le Président Mobutu, autorise l’existence de trois partis politiques légalement reconnus, qui pourront tous participer aux élections présidentielles et parlementaires en 1991.

Mongolie – Pour la première fois depuis la création de la République socialiste de Mongolie, en 1924, plusieurs partis politiques ont pris part aux élections législatives. Lors de ces premières élections libres, le parti communiste dirigeant a emporté la majorité absolue, mais a invité les partis d’opposition à se joindre au nouveau gouvernement.

Zimbabwe – Le gouvernement du Zimbabwé a annoncé qu’il allait abolir l’état d’urgence, instauré depuis 25 ans et maintenu par quatre gouvernements différents.




Home Négociations entre gouvernements et mouvements de guérilla

« Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. Les personnes concernées se rendront à la table des négociations. » (novembre 1988)

Nicaragua – Le processus de conciliation à l’œuvre au Nicaragua a symboliquement atteint son apogée fin juin, lorsque le chef de la Contra Galeano fut le dernier à rendre les armes à la Présidente démocratiquement élue, Violeta Chamorro. Ce geste pourrait signifier la fin d’une guerre civile de neuf ans, qui a coûté la vie à plus de 30 000 personnes et entraîné 16 milliards de dollars de dommages.

Mozambique – A Rome, des représentants du gouvernement du Mozambique et des forces rebelles, ont tenu leurs premières discussions de paix directes. Ils se sont engagés à tenter de mettre un terme à la guerre civile qui dure depuis quinze ans. Une déclaration commune publiée à l’issue de la première réunion stipulait que les deux parties « étaient prêtes à s’engager pleinement à tenter d’établir un programme commun de travail destiné à mettre un terme à la guerre, dans un esprit de respect mutuel et de compréhension. »

El Salvador – Les négociateurs du gouvernement et des forces rebelles ont conclu un nouvel accord concernant les droits de l’homme. Cet accord demande aux Nations unies d’envoyer au Salvador une mission qui « bénéficiera de pouvoirs étendus en vue d’adopter toute initiative qu’elle estimerait appropriée afin de promouvoir et de défendre les droits de l’homme. » Cette mission pourra commencer son travail dès que les deux parties auront conclu un cessez-le-feu.




Home Révoltes de la population carcérale

« La population carcérale s’accroît, et se révoltera. » (juin 1988)

Près de 2 000 prisonniers se sont révoltés dans la prison de Dniepropetrovsk en Ukraine, l’une des plus grandes d’Europe. Dans cette prison, sont détenus aussi bien des criminels reconnus que des personnes en détention provisoire, dont des femmes et des adolescentes. La révolte aurait débuté après que certaines femmes emprisonnées aient crié avoir été battues.




Home Annulation de la dette des pays du tiers monde

« La dette des pays du tiers monde sera annulée. L’argent qui a jusqu’ici été consacré à la défense permettra de résoudre ce problème. » (mai 1989)

Nations unies – Un rapport spécial des Nations Unies exhorte le monde industrialisé à prendre des mesures immédiates afin d’aider les pays endettés du tiers monde. Les recommandations de ce rapport incluent un accroissement de l’aide officielle, l’annulation du paiement de la dette ou son rééchelonnement sur trente ou quarante ans, ainsi que la signature d’accords commerciaux libres entre les pays développés et leurs voisins en voie de développement. Ce rapport, qui a été rédigé sous la conduite de l’ancien Premier ministre italien, Bettino Craxi, affirme « qu’il est inacceptable que 70 % du revenu mondial soit ‘produit et consommé’ par seulement 15 % de la population planétaire. »

Usa/Amerique Latine – Le Président américain, Georges Bush, s’est engagé à reconsidérer partiellement la dette contractée par les pays d’Amérique Latine. Sa promesse s’inscrit dans un vaste plan économique dont le but est de créer une large zone commerciale libre sur le continent américain.

France/Madagascar – La France a officiellement annulé la dette de 700 000 dollars contractée auprès d’elle par Madagascar. Cette décision s’inscrit dans la résolution adoptée par la France, en 1988, de reconsidérer les dettes contractées par trente neuf des pays les plus pauvres. La France poursuit sa tentative visant à persuader d’autres pays à soutenir son initiative. L’intérêt des nouveaux prêts consentis à plusieurs pays africains a été réduit de 10 à 5 %.

Suisse – Près de 250 000 Suisses ont signé une pétition lancée par six organisations humanitaires réclamant un règlement du problème de la dette. Selon cette pétition, la Suisse devrait elle-même participer à cette action par la mise à disposition, l’année prochaine, d’un fonds de 700 millions de francs suisses (soit 500 millions de dollars) à l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération.

Zambie – Les pays industrialisés occidentaux ont annulé un quart de la dette de la Zambie.




Home La défense ne constitue plus une priorité essentielle

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense constitue une priorité essentielle. » (mai 1989)

Grande-Bretagne – La Grande-Bretagne envisage de réduire les effectifs de son armée de 25 % en cinq ans. Cette mesure signifie que 60 000 hommes ne seront pas remplacés ou devront trouver un autre travail. En particulier, les effectifs de l’armée britannique stationnés en Allemagne seront réduits de moitié.

Allemagne – L’Allemagne de l’Est, va réduire ses dépenses militaires courantes de 15 %. A l’opposé, le budget de l’environnement sera augmenté. Dans le journal allemand Die Zeit, le théologien Hans-Eckehard Bahr propose de transformer les armées actuelles de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est, réunies en une grande organisation de service civil écologique.

Suisse – La plus grande usine d’armement suisse, Oerlikon-Böhrle, sera contrainte de s’adapter à ce qui s’avère aujourd’hui des temps difficiles pour les fabricants d’équipement militaire. Cette société a ouvert une unité de production commercialisant des équipements utilisant la technologie civile du laser.

France – L’année prochaine, les dépenses militaires françaises augmenteront moins qu’à l’habitude : au cours des années passées, le budget de la défense augmentait annuellement de 5,4 % en moyenne. L’année prochaine, il augmentera de 2,5 %, soit un niveau sensiblement identique à l’inflation. Le Président français, F. Mitterrand, a décidé de réduire la durée du service militaire obligatoire de un an à dix mois.

Belgique – La Belgique gèle tout investissement militaire pour 1990 et 1991. L’armée sera réduite de 5 % grâce à l’arrêt du recrutement et le raccourcissement du temps de service militaire.

Amérique Centrale – La Présidente du Nicaragua, Violeta Chamorro, a annoncé qu’elle allait diminuer les effectifs de l’armée nationale de moitié, et a exhorté les autres Présidents d’Amérique Centrale à faire de même. Au Honduras, le Président Rafael Callejas a annoncé une réduction du budget militaire de 10 %.

OTAN/Pacte de Varsovie – Lors des négociations sur l’armement à Vienne, l’OTAN et le Pacte de Varsovie se sont mis d’accord sur le nombre maximum de chars et de véhicules blindés que les alliances seront autorisées à conserver. Selon l’hebdomadaire ouest-allemand Der Spiegel, Moscou serait favorable à la tenue d’exercices militaires communs entre l’OTAN et le Pacte de Varsovie.

Usa – Le secrétaire américain à la Défense, Dick Cheney, espère voir les effectifs des unités militaires américaines réduits de 442 000 hommes pour 1995. La Chambre des Représentants propose même une réduction de 800 000 hommes, et le Sénat de 560 000 hommes. Dick Cheney a annulé les tests prévus pour une nouvelle arme chimique et se prépare à arrêter la production de toutes les installations d’armes chimiques américaines. M. Cheney a également annoncé que le gouvernement retirerait sa demande de fonds de 141 millions de dollars pour la production d’ogives chimiques, et qu’il va limiter le programme de développement des armes chimiques à la seule recherche.

Union Sovietique – Moscou accélère le retrait total de ses troupes de Mongolie. Initialement, il était prévu qu’à la fin de cette année, les trois quart de l’armée soviétique stationnée dans ce pays auraient quitté la Mongolie. Cet objectif a été atteint dès le mois de juillet.

Pays-Bas – Aux Pays Bas, le nombre d’objecteurs de conscience augmente de manière spectaculaire. Cette année, près de 10 % des jeunes hommes refuseront d’effectuer leur service militaire. A la lumière des événements mondiaux actuels, nombre d’entre eux doutent de l’utilité de maintenir une armée. D’autres remettent en cause les dommages causés à l’environnement par les activités militaires.




Home Le bien-être des enfants

« Le bien-être des enfants constituera de plus en plus une préoccupation des gouvernements. La voix des enfants se fera même entendre dans les parlements. (janvier/février 1990)

Un sommet mondial pour les enfants – Le Président Bush et les dirigeants des six autres grandes démocraties industrielles ont décidé, lors de leur récente réunion aux États-Unis, de faire leur maximum pour participer au « sommet mondial pour les enfants » prévu les 29 et 30 septembre aux Nations unies. Ce sommet, qui sera présidé par le Premier ministre canadien, Brian Mulroney, aura pour objectif de sauver la vie des 40 000 enfants qui, chaque jour, meurent sur terre de malnutrition ou de maladies qui auraient pu être évitées.

Ameliorer la qualite de la vie – Aux États-Unis, un récent sondage a montré que la majorité des Américains serait favorable à une augmentation des impôts afin d’améliorer la qualité de la vie des enfants, particulièrement de ceux qui manquent des soins appropriés. L’enquête a également montré que 60 % des Américains estiment que les conditions de vie des enfants se sont dégradées au cours des récentes années.

Des enfants sans foyer – Au Brésil, les enfants des rues ont constitué le Mouvement National Brésilien des Garçons et des Filles de la Rue et ont présenté leur cause à la Chambre sénatoriale du pays. Devant les législateurs et les caméras de nombreux pays, 800 des 24 millions d’enfants sans abri ont occupé la Chambre et ont exigé le droit à la santé, à l’éducation, à la protection contre la violence ainsi que le respect des principaux droits de l’homme. Le gouvernement vient officiellement de reconnaître ce mouvement et a mis en place une législation assurant aux enfants de la rue brésiliens leurs droits fondamentaux de citoyens.




Home krach boursier au Japon

« La série d’événements qui a conduit au krach boursier de l’année dernière est en train de se reproduire au Japon, ce qui entraînera un nouveau krach boursier. » (décembre 1988)

Un nouveau scandale boursier vient d’éclater au Japon. Quatre anciens cadres supérieurs d’une grande société ont été arrêtés, accusés d’avoir utilisés des informations confidentielles lors du rachat d’une société.




Home Catastrophes naturelles

« Maitreya a déclaré : La dernière fois que je suis venu, en tant que Jésus, il fut écrit dans la Bible que lorsqu’à nouveau je me manifesterais, les éléments naturels eux-mêmes seraient perturbés. Toute cette énergie a été libérée parce que l’homme a bouleversé la nature. » (avril 1990)

Dans le domaine des catastrophes naturelles, le printemps 1990 fut l’un des plus dévastateurs que nous ayons connu récemment. Des typhons meurtriers se sont produits en Chine et aux Philippines. Bombay a connu les plus fortes pluies depuis le début des enregistrements météorologiques, il y a plus d’un siècle. Paris a été inondé. Des tremblements de terre ont secoué le Mexique, le Pérou, la Chine, la Grande-Bretagne, l’Europe de l’Est et les Philippines, le séisme le plus violent entraînant la mort de 40 000 personnes en Iran.





Citation

Home L'unité

par Baghavan Sri Sathya Saï Baba

« L’unité peut exister sans uniformité. »






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.