DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

Juillet 1990 - N° 23 / 24 Vol. 3, n° 7/8

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.





Sommaire


  • L'article du Maître



  • Editorial


  • Signes des temps


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Citation




L'article du Maître

Home Le moment de servir

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme
 
Depuis de nombreuses années, Maitreya s’efforce d’influencer les leaders mondiaux de façon que leurs décisions rendent un conflit mondial dans l’avenir non seulement impossible, mais impensable. Lentement mais sûrement, les différentes puissances se sont mises à trouver des solutions basées sur le compromis, ce qui est de bon augure pour l’avenir de l’humanité. Bien des négociations ont lieu en coulisses, loin des yeux du public, qui, une fois menées à bien, garantiront la future paix mondiale et répondront enfin au désir de toutes les nations.
 
Les hommes peuvent désormais, avec une confiance retrouvée, entreprendre les tâches de transformation politique, économique et sociale, qui occuperont leurs meilleurs esprits et exigeront tous leurs efforts pendant de nombreuses années. Pendant trop longtemps, ils se sont épuisés sous la menace de la guerre. Pendant trop longtemps, cette menace a détourné les énergies et la richesse des nations, grandes et petites. Le moment est enfin venu où les peuples peuvent envisager l’avenir avec l’espoir et la certitude que tout ira bien, que plus jamais la fine fleur de leur jeunesse ne sera inutilement sacrifiée.
 
Le chemin le plus court
 
Maitreya a déclaré que chacun est important, que nul n’est trop jeune ou trop faible pour servir. En conséquence, il n’est qu’un seul sentier qui vaille – le sentier qui, par le service, mène à Dieu. Dans l’ère qui vient, nombreux sont ceux qui le considéreront comme le chemin le plus court menant à la Source et comme le but de leur incarnation.
 
Maitreya attend l’engagement de tous ceux qui veulent transformer le monde, car « les choses ne se font pas toutes seules, l’homme doit agir pour accomplir sa volonté ». Libérés de la menace et du fardeau de la guerre, ceux qui souhaitent servir le monde doivent maintenant entrer dans l’arène et livrer bataille contre l’injustice, la pauvreté et la souffrance.
 
Le changement
 
Rétrospectivement, l’histoire présente le tableau de changements ordonnés et logiques. Tout semble inévitable, progressif, guidé par une main invisible. En réalité, les changements ont souvent été rapides et soudains, mettant à rude épreuve la faculté d’adaptation de l’humanité. A ce moment crucial de leur longue histoire, les hommes sont témoins de changements à la fois soudains et radicaux, mais qui suscitent l’enthousiasme par leur portée immense et leurs promesses rayonnantes. C’est le moment pour chacun, plus que jamais auparavant, de saisir l’occasion de servir d’une façon ou d’une autre, d’influer sur le cours des événements et de permettre ainsi la création d’un monde juste et stable.
 
Les fondations
 
Maitreya indique la voie, mais c’est aux hommes eux-mêmes qu’il appartient de visualiser l’avenir et de poser les fondations sur lesquelles il pourra s’édifier dans toute sa splendeur. Nous, les Frères aînés, sommes prêts à apporter notre concours à ce travail de préparation, à veiller à ce que les besoins de tous soient reconnus et acceptés, à ce que la Loi de Fraternité soit le fondement de tous les projets.

Lorsque, aux yeux de tous, nous entrerons dans la vie des hommes, notre tâche sera double : inspirer une acceptation de bon gré de tous les changements qui garantiront que la Volonté de Dieu continuera de s’exprimer, et guider l’humanité dans la mise en œuvre des étapes pratiques qui permettront au Plan de Dieu de se réaliser. Nous sommes ici pour servir, et, si vous y êtes disposés, nous transformerons le monde ensemble.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international





Home Imprécision de la méthode de datation au carbone 14

Des scientifiques estiment que certaines datations basées sur l’utilisation du carbone 14 peuvent comporter une marge d’erreur allant jusqu’à 3 500 ans. Des chercheurs de l’Université de Columbia mentionnent, dans la revue britannique Nature, que le rapport uranium sur thorium dans un échantillon est vraisemblablement un indice de mesure plus précis que la classique datation au carbone 14. Le Docteur Alan Zindler, membre de cette équipe de recherche, a déclaré que les différentes estimations, utilisant les deux méthodes, différaient peu pour des objets de moins de 9 000 ans. Par contre, il existe des différences substantielles, a-t-il souligné, lorsque les échantillons sont plus anciens. Le plus grand désaccord entre les deux méthodes provient de mesures effectuées sur des objets vieux de plus de 20 000 ans.





Editorial

Home Sagesse et liberté

Pendant des années, les peuples d’Europe de l’Est ont aspiré à retrouver la liberté qui leur était refusée par des régimes communistes répressifs. Beaucoup assimilaient liberté et capitalisme. Il en est résulté l’apparition en Europe de l’Est d’importants mouvements en faveur de la mise en place d’une société nouvelle contrôlée par les forces du marché, bâtie sur les ruines des anciennes économies centralisées et planifiées.

Ceci explique que le Président des États-Unis, Georges Bush, ait récemment promis de soutenir les Soviétiques dans leur programme de réformes. Il n’envisage cependant pas une aide financière, mais plutôt de transmettre aux Soviétiques la « sagesse », ainsi qu’il la lui-même appelée, que son pays a acquis progressivement comme société libre et capitaliste.

Il est vrai que les États-Unis – davantage que la plupart des autres pays – profitent des bienfaits de la libre entreprise. La plupart des Américains bénéficient d’un niveau de vie élevé, quasiment d’un luxe sans égal, et sont moins soumis aux effets restrictifs de la loi et de la réglementation que la plupart des autres peuples.

Mais les États-Unis détiennent-ils le monopole de la sagesse, comme G. Bush aime à le croire ? Il semble négliger un certain nombre de faits qui, nous le craignons, rendent dans une certaine mesure moins désirable le type de liberté qu’il souhaite tant exporter vers le monde entier.

Pour quelle raison, dans une société aussi empreinte de sagesse, plus de deux millions de citoyens consomment-ils de la cocaïne au moins une fois par semaine ? Pourquoi les États-Unis ont-ils le taux de criminalité le plus élevé du monde industrialisé ? Pourquoi un enfant américain sur cinq vit-il au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté ? Pourquoi, sur cette terre d’abondance, 500 000 enfants sont-ils sous-alimentés ?

Face à la précipitation de certains pays de l’Est à se convertir à la doctrine capitaliste, ces faits devraient procurer matière à réflexion. Le pluralisme politique, le respect des droits civiques, l’encouragement de l’initiative individuelle, sont chacun des manifestations de la liberté qui devraient être garanties dans chaque pays. Cependant, accueillir ces libertés ne revient pas à adopter brusquement les forces du marché comme guide absolu.

Dans tous les domaines, y compris l’économie, la liberté est un art, un savoir-faire qui doit être appris. Cet art consiste en un contrôle de soi intelligent et volontairement consenti, en une acceptation des règles qui assurent le respect des droits de tous, et particulièrement de ceux des membres les plus fragiles de la société, en une juste appréciation des intérêts de chaque individu face à ceux du groupe auquel il appartient. Sans cette volonté de respecter les droits et la liberté d’autrui, la liberté ne constitue rien du plus qu’un prétexte à l’irresponsabilité.

Le capitalisme pur et dur tend souvent à ignorer ces aspects et, ainsi, augmente le risque que des millions de personnes, incapables de s’insérer physiquement ou mentalement, soient abandonnées en marge de la société.

La Pologne, qui a adopté plus radicalement que ses voisins l’exemple occidental, commence à s’apercevoir que tout n’est pas rose dans le capitalisme. Maintenant que l’État s’est retiré de son rôle de pourvoyeur d’emploi et de protecteur des travailleurs, le nombre des chômeurs s’élève à un rythme effrayant. En conséquence, la Pologne connaît actuellement une forte explosion de la criminalité et de la toxicomanie. Cette situation n’est pas pour surprendre puisqu’en Occident également, pour beaucoup, l’absence d’emploi conduit directement au crime.

La perestroïka

Les premières expériences de la Pologne ont refroidi encore un peu plus l’enthousiasme déjà vacillant des Soviétiques pour la perestroïka de Gorbatchev. Sceptique depuis le début sur la possibilité de la voir réussir, une grande majorité semble maintenant en avoir manifestement assez d’avoir à fournir des efforts dans cette direction. Que la transformation en économie de marché ait pour première conséquence un chômage massif et l’élimination des subsides alimentaires, n’est évidemment guère de nature à soulever l’enthousiasme.

Ainsi les syndicats, un groupe de pression à prendre en compte avec 140 millions de membres estimés, exigent que le droit au travail soit maintenu, et prédisent de graves tensions sociales au cas où les responsables politiques opteraient pour un choix différent. En l’état actuel des choses, il est difficile de prévoir l’issue des négociations, étant donné la confusion d’une situation où se mêlent argumentations et conflits de nature économique, nationaliste et ethnique.

En fin de compte, ce conflit d’intérêts pourrait aboutir à la prise de conscience que l’importation intégrale du capitalisme, avec ses principes et ses méthodes, dans une société contrôlée jusqu’à présent par l’État, ne constitue pas une solution. Une liberté sans limite dans des pays accoutumés à la planification et au contrôle étatique – aussi mal organisés et aussi médiocrement performants fussent-ils – ne peut conduire qu’au chaos.

La sagesse, en fait, ne consiste pas plus à tenter d’éviter les forces du marché, comme le préconisaient autrefois les pays de l’Est, qu’à ouvrir toutes grandes les portes à ces mêmes forces, sans aucun contrôle. Il existe, comme toujours, une voie médiane à préférer à ces deux extrêmes. Le compromis réside dans une utilisation délibérée et contrôlée des forces du marché, grâce à une politique de non intervention lorsque cela est possible, et de contrôle lorsque c’est nécessaire.

Les conditions d’un juste compromis entre la liberté et la responsabilité semblent réunies pour les deux Allemagne. En Allemagne de l’Est, où le droit au travail est garanti par la constitution et où la population craint le chômage plus que toute autre chose, le nombre des chômeurs a triplé en six semaines. Et la crainte demeure qu’après l’unification avec l’Allemagne de l’Ouest, une armée de millions de chômeurs ne se constitue. Passée la première euphorie du moment où le mur de Berlin tant exécré fut abattu, on commence à réaliser en Allemagne de l’Est que le prix à payer est déraisonnablement élevé et que l’ancienne société disposait au moins d’un actif important : la protection sociale, aussi branlants qu’aient pu être ses fondements.

La République Fédérale d’Allemagne prendra probablement conscience qu’il est essentiel d’aboutir à un juste compromis avec les Allemands de l’Est sur ces questions. La création de la nouvelle Allemagne, unifiée, pourrait bien conduire à une véritable sagesse économique, c’est-à-dire au développement d’une économie sociale de marché.

Un tel système économique repose en fait sur la libre expression de la créativité de tous ses membres. Cette créativité, toutefois, ne sera pas mise en œuvre en priorité pour l’accroissement de la richesse de chacun, mais sera dirigée vers la recherche du bien être de tous. Ce n’est qu’au sein d’une telle économie sociale de marché, dans un futur qu’on peut espérer proche, que la véritable liberté pourra fleurir, une liberté qui permettrait à chacun de poursuivre son développement spirituel, sans que ses efforts ne soient gênés ni par la pauvreté ni par l’excès de biens matériels.

La société qui saura procurer cette liberté à ses citoyens pourra alors, à juste titre, être qualifiée de sage.





Signes des temps

Home Des empreintes circulaires apparaissent dans des champs de céréales

Source : The Sunday Telegraph, 27 mai et 8 juin 1990

Dans le sud de l’Angleterre, il est apparu cette année davantage d’empreintes circulaires dans des champs de céréales que jamais auparavant (on se reportera à l’article paru en anglais dans Share International en avril 1990). L’émission de télévision de la BBC, Daytime Live, programmée en milieu de matinée, a diffusé des photos de ces cercles et a encouragé tous les témoins à faire part de leurs connaissances de ce phénomène.

Comme en réponse aux sceptiques qui déclaraient que ces cercles étaient le fruit d’orages de poussière, un cercle s’est formé en mai à Cheesefoot Head, près de Winchester, accompagné de quatre formes rectangulaires, chacune de six mètres sur deux. L’écrivain Pat Delgado a déclaré à ce sujet : « C’est assez fantastique. La physique officielle n’a aucune réponse à proposer pour ce phénomène. » Les critiques ont cependant fait rapidement connaître leur opinion face à ce nouveau défi : Le Docteur Terence Meaden, auteur d’un livre intitulé L’effet de cercles, qui cherche à trouver une explication rationnelle à ce phénomène, a déclaré qu’ils étaient le résultat de mouvements atmosphériques soudains, et que des hippies pouvaient avoir ajouté les rectangles. La première conférence internationale concernant les cercles apparaissant dans les champs de céréales, s’est tenue en juin à Oxford, en Angleterre. Elle était organisée par le TORRO, Organisme de Recherche sur les Tornades et les Orages, qui appuie la théorie du Docteur Meaden selon laquelle ces cercles sont créés par des colonnes d’air en mouvement tourbillonnant.





Le point de vue de Maitreya

Home L'énergie de la conscience

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Un journaliste de télévision

21 mai 1990

Des visites d’Êtres venus de l’espace – La nouvelle énergie rend les peuples de Russie, de Chine et d’Europe de l’Est conscients de leur héritage et de leur liberté, mais aussi du fait que la vie existe non seulement sur Terre mais également dans d’autres parties de l’univers. Ils ont fait l’expérience de nombreuses rencontres d’Êtres venus de l’espace et issus de civilisations plus avancées. Ce phénomène sera de plus en plus ouvertement débattu dans le monde entier.

Le Moyen-Orient – Bien que la nouvelle énergie rende les hommes conscients, son action se trouve entravée par l’attitude des politiciens qui se cramponnent au passé. Ce blocage est alors balayé dans une vague de destruction, a déclaré le collaborateur de Maitreya.
Les chefs politiques et religieux restent aujourd’hui confondus par les événements. Mais de cette confusion, naîtra une conscience qui frappera les hommes et fera naître en eux une aura d’espérance. Ces individus se mettront alors à chercher une direction, des conseils, une compréhension.

L’Afrique du Sud – En Afrique du Sud également, l’énergie d’équilibre qui se répand actuellement dans le monde est bloquée, les différents groupes ne parvenant pas à abandonner leur pouvoir. Une fois encore, des tueries et des pillages se produiront. L’énergie négative, résultat de ce comportement humain, trouvera finalement une voie d’expression dans la nature, et le pays connaîtra des tremblements de terre.

L’Union soviétique – M. Gorbatchev est aidé, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Bientôt, les États baltes obtiendront leur indépendance, mais accepteront que la défense et l’économie restent contrôlées par le gouvernement central.

La maladie de la vache folle – Ce sont les forces du marché qui sont à l’origine de la maladie de la vache folle, causant actuellement la mort de milliers de vaches au Royaume-Uni. Nourrir le bétail avec des aliments contaminés et lui injecter des produits chimiques artificiels ne peut que provoquer la dégradation du lait et engendrer des difficultés. Cette maladie affecte déjà les êtres humains, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Les symptômes sont des pertes de mémoire, de conscience et de connaissance.

Le végétarisme – Le végétarisme est le régime alimentaire futur des êtres humains. Manger des viandes rouges, indigestes, engendre des habitudes autodestructrices en accentuant l’instinct animal. Adopter un régime plus léger, constitué de légumes, mais qui peut aussi inclure des œufs, du fromage et du poisson, augmente la conscience de soi de l’individu. Observez les États-Unis, le pays le plus gros consommateur de viande au monde, a souligné le collaborateur de Maitreya. Ils connaissent un grave problème de criminalité et sont obsédés par les armes.

Des gouvernements fédéraux  – Dans le futur, tous les pays, toutes les nations, seront dirigés par des gouvernements fédéraux. Nous aurons par exemple les États Fédéraux d’Europe, au sein desquels 70 % de toutes les principales décisions seront centralisées. Les principaux domaines de la politique, tels que l’environnement, l’éducation, l’aide sociale et la recherche scientifique, seront contrôlés par le gouvernement fédéral. En Europe, le siège de ce gouvernement sera probablement Paris.

La technologie de la Lumière – La technologie de la lumière progressant, nous en connaîtrons bientôt les bénéfices. Elle supprimera toute possibilité pour un pays d’en menacer un autre, la sécurité de la planète pouvant être assurée depuis l’espace. Nous aurons de moins en moins besoin d’hôpitaux car cette technologie permettra de traiter les patients dans des cliniques locales, proches de leur domicile.
La planète deviendra très vibrante, a déclaré le collaborateur de Maitreya, produisant de la nourriture en abondance pour tous, et offrant une atmosphère claire. Les conditions de vie s’amélioreront pour tous, et les hommes trouveront un sens à leur vie. La criminalité diminuera, et les êtres humains pourront apprécier la vie. Ils comprendront qu’elle ne consiste pas simplement à travailler, travailler, travailler, a-t-il encore ajouté.

6 juin 1990

Le Moyen-Orient – Un vide a été créé, dans lequel aucune idéologie ne pourra se développer. Dans cette situation, la conscience publique deviendra prédominante. A l’avenir, toutes les politiques devront être fondées sur la reconnaissance de ce fait.

L’URSS et l’Europe de l’Est – Le style présidentiel de M. Gorbatchev prendra fin. Le public ne l’acceptera pas. Dorénavant, la voix du peuple dictera l’attitude des politiciens et reflétera les particularités du pays qu’ils représentent. M. Gorbatchev devra renoncer à son penchant pour le style occidental. Ce n’est pas ce que son peuple attend de lui, a déclaré le collaborateur de Maitreya.
La liberté constitue un droit pour chaque individu. Si la liberté est mise en péril au nom des forces du marché, cette aliénation n’engendrera que des problèmes. Les forces de marché seront dorénavant contrôlées par le peuple, et non par les politiciens.

Les forces armées – Dans le monde entier, des soldats qui ont combattu et tué sont maintenant déroutés. Ils se tournent vers les politiciens qui leur ont ordonné ces actes et leur demandent : « Et maintenant, que va-t-il se passer ? » a déclaré le collaborateur de Maitreya. Mais leurs chefs n’ont pas de réponse. C’est la fin du chemin.
Un sentiment de frustration et de trahison s’élève aujourd’hui au sein des forces armées de nombreux pays, alors qu’elles sont confrontées à la perspective du chômage. Ce sentiment devient un sujet d’inquiétude pour les politiciens, qui réalisent qu’il constitue une énorme menace à laquelle ils devront faire face.
Afin de repousser cette menace le plus longtemps possible, nombreux sont les leaders qui créent de fausses guerres, a déclaré le collaborateur de Maitreya. Mais ces tentatives échoueront, car le temps approche rapidement où des forces armées si importantes ne seront plus nécessaires dans le monde.

La Chine – La Chine poursuit son processus d’émergence au premier plan de la scène internationale et commence, de différents côtés, à être traitée avec égards. Dans le même temps, l’Union Soviétique s’inquiète et tente de faire apparaître la Chine comme une force mystérieuse menaçante. Mais cette tactique n’aura pas de succès, a déclaré le collaborateur de Maitreya.

La religion – Les chefs religieux, les gurus et les saints du monde entier prennent conscience du doigt accusateur que Maitreya pointe vers eux, leur demandant : « Qu’avez-vous fait, à déformer ainsi la vérité ? »

Ils n’ont aucune réponse à apporter à cette accusation, a déclaré le collaborateur de Maitreya, car ils ont constamment trompé le peuple à propos des vérités contenues dans la Bible, le Coran et la Bhagavad Gita. Ils ont utilisé leur idéologie afin de satisfaire leurs maîtres, les hommes politiques et ceux qui contrôlent les forces du marché. Le message de Maitreya à leur intention est le suivant : « Soyez ce que vous êtes et ne trompez pas les autres. »
Son message aux personnes ordinaires est simple : « Regardez en vous, et vous trouverez le véritable maître dans votre cœur. Ignorez les préjugés émotionnels engendrés par les prétendus chefs spirituels. Ils ne vous conduiront nulle part, sinon à l’autodestruction. »
« Personne n’a le droit de tuer au nom de la spiritualité » a déclaré Maitreya. « Me connaître, c’est me réaliser. Cela n’implique aucun sacrifice d’aucune sorte. »

La Grande-Bretagne – De nombreux cadavres dorment dans les placards du parti conservateur. La mise au grand jour de ces scandales entraînera des révélations fracassantes. Bientôt, un certain nombre de personnalités importantes du parti conservateur verront leurs noms s’étaler à la une des journaux, a prévenu le collaborateur de Maitreya. Ils seront impliqués dans des scandales financiers et sexuels.

Les tremblements de terre – Le tremblement de terre qui a récemment frappé la Roumanie et secoué toute l’Europe de l’Est, n’est pas terminé. Ses effets continueront à être ressentis à travers le monde, alors que son énergie se propage à partir de son centre situé dans les profondeurs de la terre. C’est comme un « acte de Dieu » a déclaré le collaborateur de Maitreya. Finalement, il engendrera une nouvelle conscience de l’environnement. Une nouvelle végétation naîtra, qui compensera les désastres écologiques créés par l’homme.




Home Maintenir l'équilibre

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

24 mai 1990

Que veut dire Maitreya lorsqu’il déclare : « C’est votre héritage que de vous asseoir à la droite du Tout-Puissant. » ? Nous pouvons comprendre cette déclaration de la manière suivante : la création représente 70 %, et l’Être suprême 30 %. Dans ces 30 %, dans lesquels il n’existe pas de relations comme il en existe dans la création, se tient le Soi. Ces 30 % sont le royaume du Tout-Puissant. Ainsi, le Soi se situe dans le domaine des 30 %, observant la création, les 70 % restants.
Dans la création, les choses évoluent. Il y a le « haut et le bas », le « bien et le mal ». La création se situe dans les 70 %. Il n’y a pas de création dans les 30 %. Le Soi, installé dans ces 30 %, n’est pas soumis aux phénomènes cycliques de la création.
Si vous approchez la création à partir du Soi, vous pouvez la considérer du point de vue du Tout-Puissant, car à l’intérieur du domaine des 30 %, vous demeurez comme le Tout-Puissant, c’est-à-dire non-participant. Dans ce domaine existent la grâce, la béatitude, le bonheur.
Tous les « ismes » relèvent du domaine des 70 %. Dans les 30 %, vous êtes libres de tous les « ismes » .
Les gurus, les saints, les scientifiques mettent à jour les comment, les quand et les où du domaine des 70 %. Aussi sont-ils confrontés aux problèmes et aux mystères de la vie, aux attachements. Vous décidez par exemple que vous aimez tel domaine, et vous ne voulez plus le quitter.
Maitreya a déclaré : « Lorsque vous essayez d’être ce que vous êtes, vous commencez à être assis près du Tout-Puissant. Là, il n’y a pas de création, mais une fenêtre par laquelle observer la création. Le « troisième œil » est une fenêtre entre la création et l’Être suprême. »

Éveillé et endormi – Lorsque vous êtes profondément endormis, des montagnes, des rivières, des gens au travail, etc., apparaissent. Quelqu’un observe ce phénomène. Le temps viendra où votre Soi sera capable d’accomplir cela de façon consciente. Le Soi sera capable de voir au travers du troisième œil.

Dans la création est le mouvement – Dans la création, tout est mouvement. Ne pénétrez pas dans la création. Observez là, considérez là, avec la claire compréhension que tout appartient au Tout-Puissant.

Dans la création est la lumière – Certains individus ont vécu l’expérience consistant à quitter leur corps physique. Ils déclarent s’être engagés dans un tunnel, un trou obscur, car ce que ce que nous appelons l’obscurité est situé dans l’Être suprême. Lorsque le Soi retourne dans son domaine des 30 %, la sensation éprouvée est celle d’un mouvement de la lumière vers l’obscurité. Il en va ainsi car là où réside le Soi, il n’existe aucun mouvement.
Dès qu’il y a lumière, il y a création. Sans lumière, il n’y a pas de création. De nombreux scientifiques parlent d’un big-bang. A ce moment-là, la lumière a surgi. Grâce aux couleurs, aux vibrations et aux sons, la création est apparue.

La liberté est mouvement – La liberté, de même que la connaissance et la sagesse, relèvent du domaine de la création. La liberté est un mouvement d’un point à un autre. Vous ne désirez pas rester immobile. Dans le cas contraire, vous vous apercevriez que les énergies vous débordent, vous poussant dans des directions différentes. Afin de vous guider à travers les obstacles, vous devez croire en quelque chose et vous battre pour cela.
Dans la création, la liberté n’est jamais absolue.

Les entraves de la vie – Les valeurs inculquées aux enfants par le système éducatif ne doivent jamais être imposées au nom des traditions, des philosophies, des religions, etc. Sinon, les enfants se trouvent comme entravés dans leur vie, et deviennent au bout d’un certain temps des bombes à retardement, ce qui signifie qu’ils peuvent « exploser ».

Conscience et conscience suprême – Dans le domaine de la création, se trouve la conscience. Dans le domaine de l’Être suprême, se trouvent l’omniprésence, l’omnipotence et, tout simplement, la conscience suprême. Les gurus, les saints et les rishis savent que tous les éléments de la création peuvent être maîtrisés, mais que le domaine de l’Être suprême ne peut jamais l’être.

Pourquoi vous devriez être détachés – Maitreya affirme : « Dans la création, tout est important pour le Seigneur. Qui êtes-vous pour prétendre que vous vous situez au-dessus de quelqu’un ou qu’un autre se trouve plus bas que vous ? Un maître peut devenir serviteur, un serviteur peut devenir maître. Les rôles peuvent se modifier. Aussi, soyez détachés. »

Le bonheur – Les être humains recherchent un bonheur analogue à celui qu’ils ont connu dans le sein de leur mère. Vous trouverez le bonheur lorsque vous comprendrez que le Tout-Puissant est avec vous en permanence, 24 h sur 24. Ainsi, vous connaîtrez la liberté intérieure. Il n’y a alors plus de place pour le chagrin, l’avidité et la colère.

L’équilibre – En l’absence d’équilibre, surviennent guerres, famines et catastrophes naturelles. En situation d’équilibre, la même énergie peut engendrer le bonheur, favorisant la vie commune et le partage.

Époux et nations – Qu’est-ce qui maintient l’équilibre entre les époux ? La confiance. La confiance est un processus qui apporte le bonheur. Lorsque la confiance règne entre les nations, la paix existe.
La confiance ne peut exister que là où se trouvent l’honnêteté, la sincérité et le détachement.
Si vous êtes honnêtes envers vous-mêmes, sincères avec vous-mêmes et détachés, vous pouvez faire confiance à la personne à qui vous prêtez une somme importante, car vous êtes détachés du prêt lui-même.

Les forces du marché – Le credo auquel on adhère actuellement au niveau international est celui des forces du marché. Maitreya affirme : « Les forces du marché impliquent la soumission d’une personne. Le Soi est contraint de s’abandonner aux forces inconnues de la vie, dans un objectif d’optimisation des profits. Les forces du marché engendrent la possessivité. La possessivité ne peut être alimentée que par l’attachement. L’attachement ne peut être maintenu que par les passions.
« L’essence même des forces du marché sont l’avidité et le séparatisme. Plus une personne est attachée à ces forces, plus ces dernières engendrent intérieurement des prisons qui conduisent à la faillite spirituelle et au déséquilibre mental.
« Le corps mental, la structure, est contrôlé sur le plan physique par le cerveau. Lorsque le corps mental subit un déséquilibre, le cerveau en est affecté et ne peut plus contrôler les organes physiques. »
Faisant référence à la « maladie de la vache folle » qui affecte actuellement le cheptel britannique, il a par ailleurs ajouté : « Au nom des forces du marché, les pauvres vaches sont nourries avec des produits chimiques afin de produire de plus en plus de viande. Ceci provoque un déséquilibre dans le corps mental des vaches et affecte leur cerveau. Il en résulte que de nombreux organes physiques ne peuvent plus fonctionner. »
Le même principe s’applique aux êtres humains. Le lait constitue la nourriture naturelle du bébé, mais lorsque les enfants se mettent à fréquenter l’école, les forces du marché vont jusqu’à influencer leur régime. Des filles de 12 ou 13 ans paraissent physiquement mûres, mais leur corps mental se trouve souvent en situation de déséquilibre. La même chose s’applique aux jeunes hommes. Par la suite, cet état de déséquilibre continuel engendre un certain nombre de difficultés. Pour échapper à ce déséquilibre, les individus ont recours à la drogue, accentuant ainsi le déséquilibre.
Maitreya affirme : « Les forces du marché, en Occident, génèrent des richesses au dépend de millions de personnes qui meurent de maladies provoquées par les produits chimiques contenus dans la nourriture. »
Maitreya ne permettra pas aux forces du marché, déchaînées, de prédominer parmi les nations.
Le marché continuera d’exister, mais sera contrebalancé par la social-démocratie. Marché et social-démocratie maintiendront l’équilibre.

L’éducation et la foi – Dans de nombreux pays, des conflits apparaissent en raison des désaccords existant entre les représentants des différentes religions. Ces désaccords provoquent des crises au sein des systèmes éducatifs.
Maitreya demande à chaque mère et à chaque père : « Observez votre jardin. Admirez les belles fleurs. Le jardin n’est beau que dans la diversité. Dans la création, il existe sept couleurs. S’il en manque une, il n’y a pas de lumière. Vous n’êtes pas ici pour adopter ou rejeter des croyances. Vous êtes ici pour expérimenter chacune des sept couleurs différentes. C’est ainsi que votre connaissance et votre sagesse s’accroîtront.
« Si vous ne comprenez pas la Chrétienté, comment pouvez-vous critiquer l’Islam, l’Hindouisme, le Judaïsme ou d’autres religions ? »
Maitreya déclare : « Vu sous un certain angle, les parents ont raison. Les jeunes enfants dépendent d’eux pour s’orienter. Mais par la suite, l’école est largement responsable de leur développement. Et là, il ne faudrait pas imposer de religion ni d’idéologie. Ce n’est que lorsqu’un individu a la possibilité de faire usage de sa liberté qu’il peut choisir sa direction. Jusque là, il ne faut pas se couper des autres couleurs de la vie.
Ne prenez pas de décisions au sujet des six autres couleurs. »
D’après Maitreya, les enseignants ne peuvent maîtriser leurs salles de classe car leurs leaders eux-mêmes sont incapables de comprendre quel est le sens de la vie. Ils ne sont capables que de libérer les forces du marché et à transformer les gens en robots pour servir les chaînes de fabrication.
Dorénavant, des intellectuels responsables vont émerger, et supplanter ceux qui ne savent pas comment vivre et qui se laissent mener par les scrutins électoraux et les idéologies.

La Chine – La Chine deviendra la force dominante en Orient. Elle est dotée de discipline, de philosophie, de science et de traditions. En Chine, la population abandonne rapidement toute idéologie. Ce processus de prise de conscience se répand si rapidement qu’en général, les médias ne peuvent pas suivre. Mais lorsque cette réalité sera mise en évidence, la Chine occupera une position dominante en Asie.

Le Japon – Les forces du marché ont dévoré le Japon. Dans les systèmes gouvernés par les forces du marché, il n’y a pas de justice. Maitreya a déclaré : « La bourse est l’âme des forces du marché au Japon. Le jour où elle disparaîtra, l’édifice s’effondrera. » Au Japon et à Hong-Kong, qui se sont soumis aux forces du marché, de nombreuses personnes sont spirituellement en faillite. Les forces du marché y ont ruiné la vie familiale. Même les mères de famille y jouent à des jeux d’argent.
Lorsque dans la vie, vous êtes enchaînés de cette manière, l’énergie vous aiguillonne jusqu’à un point de rupture. Les arts martiaux représentent la seule soupape existante. Mais le rythme de vie au Japon et à Hong-Kong est presque suicidaire.

Le Moyen-Orient – D’après Maitreya, la raison pour laquelle l’Arabie Saoudite a conclu un énorme marché d’armement avec la Grande-Bretagne en 1988, est que les dirigeants voulaient effrayer la population locale. Maitreya affirme : « Vous ne pouvez pas faire de telles choses. Les peuples deviennent conscients. La conscience est une force si puissante qu’elle pourrait même faire disparaître la création. C’est le destin de l’individu que de recevoir de Dieu ce pouvoir de la conscience. Aucun politicien, aucun responsable religieux, ne peut contrôler ce pouvoir. »
En Israël, les politiciens essaient de gagner le soutien des masses en suscitant des sentiments de peur. Beaucoup de personnes âgées, qui ont beaucoup vécu, ne veulent pas que cette situation se poursuive. Les mères ne veulent pas que leurs fils soient tués à la guerre. Maitreya déclare à Shamir : « Quoi que vous ayez manigancé, vous serez évincé. »
Quoiqu’il arrive au Moyen-Orient, quels que soient ceux qui en sont à l’origine, Arabes ou Juifs, il leur faudra en payer le prix.

Les Juifs soviétiques – C’est une illusion de croire que des centaines de milliers de Juifs soviétiques iront s’installer en Israël. La plupart des Juifs soviétiques resteront en URSS.
Quelques intellectuels partiront, car Israël a besoin d’intellectuels pour guider la nation. Si Israël désavoue ses politiciens qui engendrent aujourd’hui le chaos, le pays connaîtra la prospérité. Chaque peuple disposera d’une nation et d’une terre. Ceci est également valable pour les Palestiniens.

Les Frères de l’Espace – Au Canada, des Frères de l’Espace ont atterri dans le grand Nord et des pêcheurs en ont été les témoins. Les gouvernements sont maintenant poussés à révéler ce qu’ils savent. Les individus témoigneront également plus ouvertement.




Home Une nouvelle énergie se répand sur la planète

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya

En avril 1988, un proche collaborateur de Maitreya, établi depuis longtemps dans la communauté asiatique de Londres, contactait Patricia Pitchon, une journaliste indépendante. Une série d'entretiens démarrait alors, au cours desquels ce collaborateur transmettait certains des enseignements de Maitreya, ainsi que des prévisions à propos d'événements qui, selon Maitreya, sont attendus dans le monde. L'objectif était que ces informations soient publiées dans la revue Share International, et mises à la disposition de la presse du monde entier. Ultérieurement, ce collaborateur entrait également en contact avec un autre journaliste, qui reçut des informations complémentaires. Maitreya prodigue son enseignement oralement et son collaborateur le transmet ensuite aux journalistes. Ainsi que les lecteurs assidus de cette revue ont pu le constater, chaque article peut traiter les thèmes les plus variés, allant d'une inondation survenue au Bangladesh jusqu'à un enseignement sur la réalisation du Soi. Bon nombre des sujets abordés reviennent régulièrement, complétés au fur et à mesure par de nouvelles informations transmises par Maitreya. Dans le souci d'une plus grande clarté, nous publions ici des extraits de ces articles, de sorte que les enseignements concernant un sujet donné soient regroupés et puissent ainsi paraître en une seule fois. En transmettant ces informations, Maitreya a pour dessein de préparer davantage l'humanité à son émergence et de nous aider à comprendre les lois spirituelles gouvernant notre vie. Les nombreuses prévisions concernant des d'événements mondiaux contenues dans ces interviews, ont été présentées essentiellement afin d'éclairer l'une des plus importantes de ces lois spirituelles : la loi de Cause et d'Effet. Ce n'est qu'en la comprenant et en travaillant dans le cadre de cette loi, affirme Maitreya, qu'on pourra résoudre la crise sociale, politique, économique et écologique actuelle.

Une nouvelle énergie se répand maintenant sur la planète. En termes scientifiques, cette énergie permet de créer un équilibre entre les courants positifs et négatifs. Lorsque des tels courants se rencontrent, de la lumière est produite, ce qui énergétise toute vie et engendre l’harmonie. Nous verrons un nouvel équilibre s’instaurer dans la nature. Aussi bien les êtres humains que la nature répondront de manière constructive. Symboliquement parlant, le soleil a été « rapproché de la terre ». En d’autres termes, son rayonnement s’est accru, et il en résultera une énergétisation de la planète.

Cette énergie d’équilibre affecte tout autant les affaires des hommes que le monde de la nature. Maitreya l’utilise afin de susciter en l’homme le désir d’une plus grande harmonie entre lui et ses semblables ainsi qu’entre lui et la nature. Avant que cet équilibre puisse être atteint, nous connaîtrons inévitablement une période d’ajustement, accompagnée des difficultés inhérentes aux périodes de transition. C’est grâce à ce processus cependant, que la crise spirituelle mondiale actuelle pourra être résolue, nous enseigne Maitreya. Alors, comme il l’a déclaré, « cette planète se rapprochera du Seigneur. »

Les nations du monde entier, ont été imprégnées de cette nouvelle forme d’énergie, et de plus en plus d’individus y réagissent, effectuant des prises de conscience, percevant une vie nouvelle et se libérant. Lorsque l’énergie d’équilibre entre en action, rien ne peut demeurer à l’écart des transformations qu’elle engendre.

Tous les changements qui se produisent actuellement dans le monde accroissent la conscience des individus : ils ont décidé qu’ils en avaient assez. Ils revendiquent le droit d’être libres et de jouir de la vie. Ils n’acceptent plus d’être conditionnés par la politique, la religion ou le mercantilisme. La nouvelle génération expérimente aujourd’hui les effets de cette nouvelle énergie, qui donne aux jeunes la force de transformer les anciens systèmes qui ont emprisonné les peuples. La voix du réalisme se fait aujourd’hui entendre parmi la jeune génération, libérée de l’emprise des idéologies, des philosophies et des théories. Les jeunes envisagent la vie de façon réaliste, et la prennent comme elle vient.

La politique de l’harmonie

La réponse à cette énergie d’équilibre sera de plus en plus constructive.

Les conflits existant entre les gouvernements et les forces de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître, et les personnes concernées se rendront à la table des négociations. Les gouvernements autoritaires disparaîtront. Les hommes politiques deviendront les serviteurs et non plus les maîtres du peuple. Les gouvernements consacreront désormais un budget plus important pour le bien-être des personnes, au travers de programmes sociaux, éducatifs, médicaux et de loisirs, plutôt qu’en achat d’armes destructrices. Le rôle des monarchies va maintenant se modifier dans le monde entier et, selon les paroles même de Maitreya, les monarchies seront dorénavant « réellement actives, et de manière positive. »

Ces changements ne sont pas le fait d’un ou de plusieurs pays en particulier. Les politiques sont aujourd’hui définies à l’échelle planétaire. Ainsi que l’a déclaré Maitreya : « L’histoire ne se répétera pas. »

Les systèmes judiciaires des différents pays connaissent partout des transformations rapides. La lutte idéologique sévissant entre l’Est et l’Ouest commence à décroître. Ce même processus s’observera également entre le Nord et le Sud. L’hypocrisie des gouvernements est actuellement remise en question sur l’ensemble de la planète. Dans ce processus de « décomposition », des éléments jusque là cachés au public vont être ramenés à la surface.

Dans le monde entier, les systèmes politiques perdent actuellement de leur crédibilité et de leur puissance, et donneront finalement naissance à de nouveaux systèmes de gouvernement beaucoup plus représentatifs. Dans cette ère nouvelle, c’est l’individu qui aura la prééminence. Les individus feront connaître leurs besoins dans tous les domaines, sociaux, politiques, religieux et éducatifs. Ils s’exprimeront, et manifesteront leur compassion à travers l’assistance qu’ils apporteront aux autres. Les citoyens ordinaires, les intellectuels, les éducateurs, ainsi que des individus de toutes les couches de la société, s’apercevront qu’ils ont désormais réellement voix au pouvoir de décision.

Aucun politicien ne pourra plus répéter l’histoire passée. L’ancienne politique, consistant à diviser pour régner, touche à son terme. L’art politique de la division est terminé, et une nouvelle politique qui respectera l’harmonie, va bientôt lui succéder. Les nouvelles politiques ne seront désormais plus façonnées par les « ismes », tels que le capitalisme ou le socialisme, mais créées à partir du respect de soi, tant chez les individus que dans les nations.

Les nouveaux politiciens seront des intellectuels, des personnes expérimentées, connaissant les lois de l’évolution et sachant guider sagement leurs semblables.

Le processus consistant à inculquer, à imposer des idéologies dans le mental des individus, commence à se dissiper dans le monde entier, tant dans le domaine religieux que dans le domaine politique. Le consensus le remplacera. La voix du peuple se fait déjà entendre, et une forme de gouvernement représentatif remplacera l’actuel contrôle des masses par l’idéologie. Tout va maintenant si vite que les hommes politiques ne peuvent plus contrôler les événements.

Une nouvelle ère politique a commencé, dans laquelle la conscience informe chaque homme de ses droits fondamentaux d’être humain, de ses libertés et de ses responsabilités envers lui-même et envers les autres. La constitution de chaque pays sera, en dernière analyse, basée sur les trois principes de liberté intérieure, de liberté nationale et de salut. La liberté intérieure s’applique à l’individu. La liberté de la nation concerne la société, le pays. Le salut relève du niveau spirituel. L’interdépendance planétaire, qui est une réalité, deviendra finalement une évidence clairement établie dans notre conscience. Alors, le fait que « tous les hommes sont frères » s’exprimera de plus en plus dans des structures et dans des programmes d’action pratique reflétant cette réalité. Les nations peuvent connaître – et expérimenteront en effet – la fraternité, des buts communs et des aspirations communes.

Les gouvernements nationaux persisteront encore longtemps, mais la responsabilité des affaires mondiales sera de plus en plus assurée par les Nations unies, qui deviendront la plus puissante force politique du monde. C’est à travers elles que tous les problèmes internationaux importants seront réglés. L’ONU exercera un contrôle réellement efficace, s’assurant que les armes et les munitions ne se répandent pas sur la planète, ce qui aurait pour conséquence d’aggraver les conflits. Elle agira en tant qu’observateur et organisme de surveillance. L’ONU devient maintenant un centre puissant et n’est plus réduit à n’être qu’un « sigle ».

Tous ces changements prennent les individus par surprise. C’est une époque historique, et l’existence d’une nouvelle prise de conscience devient chaque jour plus évidente. Les gens vont se mettre à parler de la paix, de la possibilité de vivre ensemble de façon harmonieuse. Nous vivons un tournant dans l’histoire de l’humanité.




Home Une nouvelle énergie se répand sur la planète

Effets sur l’environnement

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya

En avril 1988, un proche collaborateur de Maitreya, établi depuis longtemps dans la communauté asiatique de Londres, contactait Patricia Pitchon, une journaliste indépendante. Une série d'entretiens démarrait alors, au cours desquels ce collaborateur transmettait certains des enseignements de Maitreya, ainsi que des prévisions à propos d'événements qui, selon Maitreya, sont attendus dans le monde. L'objectif était que ces informations soient publiées dans la revue Share International, et mises à la disposition de la presse du monde entier. Ultérieurement, ce collaborateur entrait également en contact avec un autre journaliste, qui reçut des informations complémentaires. Maitreya prodigue son enseignement oralement et son collaborateur le transmet ensuite aux journalistes. Ainsi que les lecteurs assidus de cette revue ont pu le constater, chaque article peut traiter les thèmes les plus variés, allant d'une inondation survenue au Bangladesh jusqu'à un enseignement sur la réalisation du Soi. Bon nombre des sujets abordés reviennent régulièrement, complétés au fur et à mesure par de nouvelles informations transmises par Maitreya. Dans le souci d'une plus grande clarté, nous publions ici des extraits de ces articles, de sorte que les enseignements concernant un sujet donné soient regroupés et puissent ainsi paraître en une seule fois. En transmettant ces informations, Maitreya a pour dessein de préparer davantage l'humanité à son émergence et de nous aider à comprendre les lois spirituelles gouvernant notre vie. Les nombreuses prévisions concernant des d'événements mondiaux contenues dans ces interviews, ont été présentées essentiellement afin d'éclairer l'une des plus importantes de ces lois spirituelles : la loi de Cause et d'Effet. Ce n'est qu'en la comprenant et en travaillant dans le cadre de cette loi, affirme Maitreya, qu'on pourra résoudre la crise sociale, politique, économique et écologique actuelle.

Un ralentissement de la vitesse de rotation de la terre améliore le climat

La nouvelle énergie s’écoulant dans le monde rendra la terre plus fertile. Les êtres humains connaîtront une meilleure santé, et nous verrons de nombreuses maladies commencer à disparaître. Un des effets de cette nouvelle énergie d’équilibre sera de permettre aux individus de vivre en rapport plus étroit avec la nature. Une plus grande harmonie régnera entre les règnes végétaux, animaux et humains. Les forces destructrices, qui sont le résultat du comportement humain, sont en train d’être inversées, de sorte qu’elles vont devenir constructrices. En raison de la plus grande harmonie régnant entre l’homme et la nature, les individus seront plus heureux : bouleverser l’environnement revient à bouleverser sa propre nature.

Maitreya a énergétisé la planète, et a engendré de la chaleur, afin que soit cultivé suffisamment de nourriture pour répondre aux besoins en aliments naturels. Des changements dans la structure climatique sont déjà en train de se manifester, et se poursuivront en raison du réchauffement de la terre. Les jours et les nuits deviendront plus chauds sur l’ensemble de la planète. Les êtres humains passeront plus de temps à se reposer, moins de temps à travailler, et cette évolution se traduira par des modifications dans leur comportement. Ils disposeront de plus de temps pour des activités récréatives.

Les règnes végétaux et animaux seront également touchés, et un certain nombre d’espèces disparaîtront. La société se mettra à percevoir les problèmes en termes planétaires. Les choix politiques seront élaborés à l’échelle mondiale. Les individus se rapprocheront les uns des autres, apprenant à partager et à vivre ensemble en harmonie. « Même le mental, l’esprit et le corps en seront modifiés, » nous déclare Maitreya.

La nature répondra de façon positive à cette nouvelle énergie, produisant une nouvelle végétation. La terre produira de la nourriture en abondance, mais personne ne pourra totalement expliquer comment ce phénomène a été rendu possible. Ce qui est nécessaire à la vie sera à portée de main.

Dans le monde entier, l’environnement deviendra la priorité « numéro un ». Il y a seulement quelques années, aucun homme politique ne prenait l’écologie au sérieux. Maintenant, tout le monde se sent concerné. Cette préoccupation grandissante pour notre environnement est le résultat d’un accroissement de la conscience du Soi. Un lien existe, affirme Maitreya, entre notre espace intérieur et notre environnement extérieur. A partir du moment où on devient conscient de soi, l’espace qui se trouve dans notre mental, notre esprit et notre corps peut alors être contrôlé. Cette prise de conscience nous conduit alors à nous préoccuper de l’environnement extérieur.

Un changement décisif, affirme Maitreya, s’est produit dans la vitesse de rotation de la terre. La terre a ralenti son rythme de révolution, ce qui a eu pour conséquence l’affaiblissement des forces entourant la planète. Ces forces ne sont pas « aveugles » mais sont le résultat de l’activité des hommes.

Des changements décisifs

Cet événement considérable s’est produit à la fin du mois de juillet 1988. Des changements décisifs dans l’atmosphère de la terre, dans l’air, sur le sol et dans la mer en résulteront, à la fois à long et à court terme. Certains de ces changements sont déjà amorcés. Cet événement peut, en quelque sorte, être assimilé à un « tour de roue » marquant la fin d’un âge (ici l’ère des Poissons) et le commencement d’un âge nouveau (l’ère du Verseau). « La roue gouverne toute la création. Quand elle tourne, personne ne peut échapper au changement. » Ce processus se déroulera bien entendu de façon graduelle, s’étendant à tout le cycle du Verseau, mais certains changements sont toutefois imminents et peuvent, dès à présent, être perçus.

Cette « fin d’un âge » engendre inévitablement un certain nombre de catastrophes naturelles, telles que des inondations et des tremblements de terre, et nous pouvons actuellement assister à une augmentation spectaculaire du nombre des catastrophes à travers le monde. Toute cette énergie a été libérée en raison de l’inhumanité de l’homme envers l’homme. L’avidité de ceux qui détiennent le pouvoir a condamné leurs frères et la nature elle-même. L’environnement a été pollué, et la nature a réagi. Maitreya a déclaré : « La dernière fois que je suis venu, en tant que Jésus, il fut écrit dans la Bible que lorsqu’à nouveau je me manifesterais, les éléments naturels eux-mêmes seraient perturbés. »

La souffrance humaine, durant ce processus d’ajustement, est inévitable car c’est dans la souffrance que les forces destructrices sont libérées de leurs structures naturelles et sont ainsi dissipées. Dorénavant, tout ce qui agira par la contrainte ou par la force ne survivra pas.

Cependant, cette époque ne sera pas marquée par une destruction cataclysmique. Il faut savoir garder ici le sens de la mesure, et les présages de malheur habituellement avancés sont en fait exagérés. Lorsqu’une catastrophe de dimension internationale se produit, les êtres humains attendent un deuxième avènement du Messie. Mais, souligne Maitreya « le Seigneur est ici depuis le début des temps. Lorsque je suis avec vous, il n’est pas question d’un deuxième, d’un troisième ou d’un quatrième avènement. » Lorsqu’un désastre se produit, poursuit-il, le Seigneur se trouve toujours avec l’âme. Il lui donne en même temps force, réconfort et félicité, quoique dans notre mental nous ne percevions que la souffrance. En temps de crise, les gens se rapprochent les uns des autres et s’entraident. Nous pouvons diminuer la douleur grâce à notre libre arbitre, en répondant avec empressement aux besoins des hommes.

A la période de catastrophes fera suite une période d’accalmie – la violence et la destruction prendront fin. Lorsque la conscience des individus s’élargira, leur culpabilité s’atténuera et ils pourront alors réaliser que ce n’est pas le Soi qui est à l’origine de toute cette dévastation. Une telle situation a été créée par une force extérieure d’énergie destructrice, qui les a aspirés dans la tempête du chaos et de la confusion. La sensation qu’on éprouvera dans ce nouvel état de conscience pourra être comparée à celle d’un lever aux premières heures du jour, lorsqu’on est entouré d’une atmosphère de calme et de tranquillité.

Maitreya souligne qu’il ne s’agit pas là de prédictions, mais de l’accomplissement de la loi.




Home Une nouvelle énergie se répand sur la planète

La Loi de Cause et d’Effet

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya

En avril 1988, un proche collaborateur de Maitreya, établi depuis longtemps dans la communauté asiatique de Londres, contactait Patricia Pitchon, une journaliste indépendante. Une série d'entretiens démarrait alors, au cours desquels ce collaborateur transmettait certains des enseignements de Maitreya, ainsi que des prévisions à propos d'événements qui, selon Maitreya, sont attendus dans le monde. L'objectif était que ces informations soient publiées dans la revue Share International, et mises à la disposition de la presse du monde entier. Ultérieurement, ce collaborateur entrait également en contact avec un autre journaliste, qui reçut des informations complémentaires. Maitreya prodigue son enseignement oralement et son collaborateur le transmet ensuite aux journalistes. Ainsi que les lecteurs assidus de cette revue ont pu le constater, chaque article peut traiter les thèmes les plus variés, allant d'une inondation survenue au Bangladesh jusqu'à un enseignement sur la réalisation du Soi. Bon nombre des sujets abordés reviennent régulièrement, complétés au fur et à mesure par de nouvelles informations transmises par Maitreya. Dans le souci d'une plus grande clarté, nous publions ici des extraits de ces articles, de sorte que les enseignements concernant un sujet donné soient regroupés et puissent ainsi paraître en une seule fois. En transmettant ces informations, Maitreya a pour dessein de préparer davantage l'humanité à son émergence et de nous aider à comprendre les lois spirituelles gouvernant notre vie. Les nombreuses prévisions concernant des d'événements mondiaux contenues dans ces interviews, ont été présentées essentiellement afin d'éclairer l'une des plus importantes de ces lois spirituelles : la loi de Cause et d'Effet. Ce n'est qu'en la comprenant et en travaillant dans le cadre de cette loi, affirme Maitreya, qu'on pourra résoudre la crise sociale, politique, économique et écologique actuelle.

L’une des premières préoccupations de Maitreya est d’éclairer la nature de la crise spirituelle de notre temps. Mais nous ne pourrons comprendre cette crise, déclare-t-il, si nous ne prenons pas clairement en considération les causes sous-jacentes et leurs effets.

Le principe de cause et d’effet est une expression essentielle de la loi spirituelle, qui s’en trouvera éclairée pour nous dans la mesure où nous apprendrons à reconnaître et à appliquer ce principe. Il est donc important, à cet égard, de s’entraîner à en percevoir les structures et les lignes directrices. On s’apercevra par exemple que, lorsqu’un avion de ligne civil est abattu, un ou deux avions s’écrasent sans raison apparente. C’est là une application de la loi de cause et d’effet, et en constitue une structure. La nature, comme le reste de la création, est composée d’atomes. Puisque les objets manufacturés, tels que les avions, sont eux aussi composés d’une structure atomique, lorsqu’on s’immisce dans cette structure, les accidents sont inévitables.

De la même manière, certaines structures naturelles doivent elles aussi être respectées. Si vous perturbez ces structures, les éléments naturels, les cycles climatiques et les êtres humains eux-mêmes seront perturbés. La faillite spirituelle dans le monde est source de souffrance par maladies, alors que les catastrophes sur le plan physique telles que les tremblements de terre, les explosions ou les meurtres, proviennent de dérèglements existant sur le plan mental. La vie est constituée du mental, de l’esprit et du corps. Si l’évolution naturelle de ces corps est retardée ou entravée par des lois humaines, il s’ensuit toujours des conséquences désastreuses.

Si le corps physique est affamé, il s’affaiblit et devient malade. Si le corps spirituel est affamé, la personne s’étiole et meurt. Si le véhicule mental est affamé, l’individu ne sait plus quelle direction prendre dans la vie.

Les individus dont l’équilibre du mental, de l’esprit et du corps est fragile peuvent être poussés dans leurs derniers retranchements par la perturbation des structures atomiques. « Des meurtres gratuits » et des psychoses soudaines en sont la conséquence. L’une des premières causes de notre crise spirituelle, enseigne Maitreya, est la complaisance, source de tout mal dans le monde.

« Là où règnent la complaisance, l’autosatisfaction, » déclare-t-il, « germent les graines de la corruption, du chaos, de la confusion, et finalement de la destruction. »

La complaisance est une forme de corruption qui n’est pas « extérieure » mais intérieure, une mentalité qui pourrait être résumée par la phrase suivante : « Tout va très bien pour moi, merci ».

Cette mentalité conduit aussi bien les individus que les institutions à se détacher et à être déconnectés des réalités de la vie. Dans de telles conditions, on ne peut plus voir ces réalités, et on ne trouve que des solutions inefficaces. Lorsque l’on se meut dans cette atmosphère mentale de complaisance, on est fondamentalement coupé de son moi réel, et l’on tombe dans une routine monotone, « toujours la bonne vieille et même chose », jours après jours. La vie est mouvement, mais les personnes ancrées dans la complaisance se trouvent figées dans un véritable état d’immobilisme. Face à un tel état, le mental cherche de nouvelles expériences, qui peuvent à leur tour engendrer différentes formes de corruptions et de perversions, ce qui se produit souvent. La complaisance est donc un processus autodestructeur, et des sociétés entières peuvent être détruites par elle.

Suivent ici quelques exemples montrant comment les êtres humains mettent en mouvement certaines énergies qui, en raison de la Loi de Cause et d’Effet, engendrent les conséquences sociales, politiques et économiques, destructrices que nous connaissons aujourd’hui.

Le nombre des guerres et des conflits armés à travers le monde a diminué au cours des deux ou trois dernières années, les superpuissances ayant remis en question leur politique de fourniture d’armes destinées à servir leurs objectifs et leurs intérêts à l’étranger. L’énergie qui entraînait les soldats sur les champs de bataille et aboutissait à l’occupation de l’espace aérien par des avions militaires, ne s’écoule plus à l’heure actuelle.

Cependant, affirme Maitreya, cette énergie ne peut pas simplement disparaître. Il lui faut s’évacuer quelque part. Elle a tout d’abord erré de par le monde, puis a soudain trouvé un nouveau terrain d’expression dans le phénomène du mercantilisme, engendré par les forces du marché. Les forces du marché sont les forces du mal, de la confusion et du chaos. Ses enfants s’appellent compétition et comparaison. La liberté ne peut être trouvée dans le libre jeu des forces du marché. Les forces du marché « n’ont pas d’yeux ». Elles sont aveugles et donc sataniques, conduisant inévitablement à la possessivité et à l’avidité. C’est un cycle sans fin. Les forces du marché conduiront cette civilisation, telle que nous l’avons connue, au bord de l’abîme.

Les forces du marché ont provoqué des ravages dans le corps social et dans la nature. Des personnes ont été littéralement condamnées à mort au nom des « pertes et profits ». Des hôpitaux ont été fermés parce qu’ils n’étaient pas rentables. Certaines écoles ont grand mal à rester ouvertes. Ces institutions sont pourtant essentielles à la santé et au bien-être de la société.

L’économie est devenue le nouveau credo des superpuissances. Ce nouveau credo est l’âme, le moteur de la mercantilisation. Il représente véritablement une nouvelle menace pour le monde, avertit Maitreya, et pourrait même mettre en péril l’existence de l’homme. La mercantilisation est plus destructrice que n’importe quelle bombe nucléaire.

L’avidité, la cupidité sont les traits dominants de la mercantilisation qui, selon Maitreya, est un processus visant à faire de l’argent tandis qu’une partie de l’humanité meurt de faim. Ce phénomène touchera toutes les nations. L’énergie négative, qui s’est retirée des champs de bataille, peut engendrer un monde où régnera une grande hostilité. C’est le mental des hommes qui a créé cette force, et c’est une prise de conscience des hommes qui pourra la transformer. Seul Maitreya, toutefois, a le pouvoir de transformer cette énergie destructrice en force créatrice.

La mercantilisation, dans le monde entier, fait partie de tout un processus qui conduira à l’effondrement des marchés boursiers, le krach prenant naissance au Japon. Après ce krach, le premier devoir des gouvernements sera de nourrir la population avec une nourriture équilibrée. Leur second devoir sera de lui garantir un logement adéquat. La santé et l’éducation seront les priorités suivantes. En dernier lieu, arrivera la défense. En bref, ce krach boursier conduira à un réordonnancement des priorités.

Un certain nombre de grèves éclatent en ce moment, parce que les individus commencent à remettre en question le rapport traditionnel existant entre patrons et employés. Cette remise en question se fait jour parce que la nouvelle énergie est déjà en train de disloquer et de balayer le rapport maître-serviteur sous-tendant fortement les forces du marché. On ne pourra résoudre les problèmes du monde, souligne Maitreya, que par une approche réaliste, non obscurcie par l’idéologie ou les forces du marché. « Les hommes politiques qui ont les forces du marché pour seul credo, » affirme Maitreya, « vont se rendre compte que leur temps est fini. » Le capitalisme, dans sa forme la plus pure, touche à sa fin dans les pays d’Europe. Il n’a aucun avenir possible. A sa place, les nations établiront leur gouvernement sur la base d’un socialisme démocratique. Progressivement, ce type de gouvernement sera reconnu par l’ensemble des nations comme étant le moyen le plus sûr pour faire réellement entendre la voix et la volonté du peuple. Dans les nouveaux systèmes, déclare Maitreya, même les forces du marché seront soumises à la conscience sociale. Les forces du marché ne dirigeront plus la conscience sociale. C’est la conscience sociale qui guidera les forces du marché.

La violence, le crime et la drogue

La société dans son ensemble tente aujourd’hui de se libérer de la servitude, ce qui aboutit inévitablement, dans un premier temps, à une poussée de violence, de crimes, de toxicomanie et de corruption. En cas de crimes violents, le Soi réalise qu’il est emprisonné dans la toile d’araignée du mental au point que plus aucun but de vie ne lui est laissé. Les vibrations du mental, de l’esprit et du corps sont perturbées, et des crimes sont alors commis. Ce n’est pas le Soi qui est l’auteur de ces crimes. L’auteur est le mental, rempli de confusion, qui l’a emporté sur le Soi.

Prenons comme exemple le viol d’un enfant. Dans de nombreux cas, une pensée puissante et unique, à l’exclusion de toute autre, s’est emparée du mental, ce qui est destructeur. Il est nécessaire, pour aider la personne à se détacher de cette pensée, de la conduire à la conscience du Soi, « l’observateur », « le spectateur ». Le Soi n’est pas le mental. Un tel détachement créera un espace à l’intérieur de cette personne, et lui permettra de se libérer. Ce processus ne comporte aucun raccourci. Il fait en réalité partie d’une méthode incluant également des techniques respiratoires bénéfiques. Maitreya entraîne actuellement certaines personnes, aptes à ce genre de travail, à ces techniques. Cet entraînement approprié produira des résultats. Par ailleurs, on découvrira des médicaments inoffensifs qui aideront à calmer les nerfs.

Les villes, affirme Maitreya, sont les lieux de prédilection de l’explosion de la criminalité, là où les êtres humains sont dépendants des drogues, de la violence sexuelle, du meurtre et d’autres crimes. Ce processus explosif permet à la boue de remonter à la surface. Cependant, ni la police ni l’armée ne seront en mesure de maîtriser cette extension de la criminalité de manière adéquate. Face aux criminels violents et dangereux, la prison est la seule solution préconisée actuellement. Mais on ne peut réellement endiguer cette violence en condamnant les individus à des peines d’emprisonnement. Par ailleurs, souligne Maitreya, tous les individus emprisonnés ne le sont pas en raison de crimes violents. Bon nombre des prisonniers ne sont même pas des criminels.

Quant à l’extension de la toxicomanie, la contribution des politiciens à la résolution de ce problème consiste à promouvoir des campagnes publicitaires télévisées afin de tenter d’infléchir cette tendance.Pourtant, affirme Maitreya, les politiciens sont seuls responsables du désespoir de ces êtres. Si les hommes vivent tellement dans la gêne qu’ils n’arrivent même plus à manger correctement, ils mènent alors une vie de désespoir. Ils en viennent à vendre leur corps, à voler, et se retrouvent en prison. Si on prive un homme de tout avenir, si on le prive de nourriture, il finira par prendre de la drogue pour tenter d’oublier son désespoir. Il n’y a alors qu’un pas à franchir vers le crime, voir même le meurtre.

La terrible menace que fait peser la drogue ne peut être levée par la crainte de la loi. Une action policière d’importance sera nécessaire afin de pouvoir démanteler les gangs de trafiquants de drogues, mais ceci n’est pas une solution pour celui qui se drogue. Les toxicomanes souffrent d’une famine spirituelle, d’une auto-aliénation extrême. La vie de ces affamés devient dépourvue de sens et de but. Ils veulent y mettre un terme et commettent un lent suicide au moyen de la drogue. Si la vie n’a plus de sens, alors c’est un « sens » qui doit lui être redonné. Pour que ceci puisse se produire, la personne doit apprendre à se connaître elle-même de manière différente, elle doit faire l’expérience de sa propre valeur. Lorsque c’est le cas, la conscience du Soi grandit.

Comment y parvenir ? Sûrement pas en utilisant la crainte de la loi, ni en prêchant des idéologies. Pas plus qu’en restreignant la liberté des individus, ni en augmentant les forces de police ou le nombre des prisons. La seule réponse, déclare Maitreya, consiste à développer le détachement dans le mental, l’esprit et le corps. Vous devez vous libérer de tout « isme », de toute idéologie, car c’est là la drogue la plus terrible. Elle agit à la manière d’une éponge, absorbant les illusions comme s’il s’agissait d’eau, et submergeant le Soi. Un tel problème ne peut trouver de solution que lorsque le respect de soi est accordé au Soi.

Si vous voulez aider des toxicomanes, il est inutile de leur conseiller de ne pas prendre de drogues, ou bien de leur envoyer la police pour les mettre en état d’arrestation. La seule manière de transformer leur vie consiste à leur enseigner à « être ce qu’ils sont ».

On devrait leur enseigner à pratiquer le détachement, même lorsqu’ils utilisent encore de la drogue. Lorsqu’ils consommeront à nouveau de la drogue, ils seront un petit peu moins disposés à prolonger cette habitude, jusqu’à finalement réaliser que c’est le corps qui reçoit les injections de drogue, et non le Soi.

Grâce au développement de la conscience et au détachement, des habitudes de toute sorte s’estompent, s’envolant comme feuilles en automne.

Le pouvoir de l’environnement devrait également être utilisé afin d’engendrer la conscience du Soi. Lorsqu’un individu entre dans une église, il ressent paix et tranquillité. Le Soi en fait l’expérience, et le mental n’est plus ni confus, ni agité. Si par contre, la personne vit dans un H.L.M. déprimant, sombre et dégradé, son mental sera désespéré et se tournera vers la drogue pour échapper à la réalité. C’est la raison pour laquelle l’environnement devrait être une priorité pour les gouvernements. « Nettoyez votre environnement, et vous nettoyez votre vie » déclare le collaborateur de Maitreya. S’il n’existe aucun stress dans votre environnement, la nécessité de prendre des drogues ne se fait pas sentir, car le corps humain est doté de la drogue la plus puissante qui soit : le détachement.

Une énergie a été libérée dans le monde qui neutralisera ces forces négatives. Finalement, certaines réformes judiciaires prendront place. Les délits mineurs ou les petites infractions n’entraîneront plus de peines de prison. Lorsque la tension mondiale commencera à décroître, lorsque le principe du partage commencera à être appliqué à travers diverses réformes sociales, économiques et politiques, les hommes se sentiront moins menacés et, alors, la criminalité décroîtra.




Home La science et la technologie à l’ère de la Lumière

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya

Nous entrons maintenant dans l’ère de la Lumière. La Hiérarchie forme actuellement des scientifiques, en leur fournissant l’expérience des pouvoirs paranormaux, afin de leur montrer l’utilisation de la science de la lumière qui permet d’accomplir transportations, matérialisations et dématérialisations, et qui permet aussi la communication.

Toutes les cellules vivantes sont intimement liées entre elles par l’intermédiaire de la Lumière. Chaque atome est étroitement lié aux autres par l’intermédiaire de la Lumière. Le temps viendra où nous pourrons transformer cette lumière. Alors, nous pourrons dématérialiser le corps. Les Adeptes et les Maîtres peuvent accomplir cette transformation, et un jour, affirme Maitreya, nous pourrons faire de même. La matière peut être transportée d’un point à un autre par l’intermédiaire de la lumière. C’est ainsi que le corps astral d’un défunt peut se matérialiser. Dès à présent, grâce à la technologie de la lumière, certains scientifiques apprennent l’art de la matérialisation, afin de permettre la translocation d’un objet d’une partie du monde à une autre. Cette technologie, qui utilise la couleur, les sons et la vibration, sera la science du 21e siècle. Elle rendra la société plus prospère et plus heureuse. Les êtres humains apprécieront davantage la vie. De nombreuses maladies se trouveront guéries instantanément. Tel est le pouvoir de la lumière.

Avec le temps, les hommes de science seront en mesure d’appréhender ces processus, de comprendre ces lois de la nature. Lorsqu’on devient conscient, vigilant et détaché, enseigne Maitreya, on peut manipuler ces lois à des fins qui ne sont pas égoïstes.

La technologie de la Lumière répondra à tous nos besoins énergétiques au cours du 21e siècle . « Elle ne nécessitera pas d’énormes budgets, car elle sera conçue et contrôlée par des intellectuels qui ne rechercheront pas à gagner des milliards pour leur satisfaction personnelle, » a expliqué le collaborateur de Maitreya. Une fois mise en place, cette technologie durera 2 500 ans, « jusqu’au prochain cycle d’évolution ».

L’environnement et l’énergie seront les deux priorités de l’ère nouvelle. La défense viendra en dernier, « car il n’y aura plus rien à défendre. » Point n’est besoin d’armes et de munitions quand on maîtrise la lumière.

Le temps approche rapidement où l’on aura plus besoin de prisons, car les êtres humains pourront être contrôlés depuis l’espace. Le terrorisme disparaîtra, car les terroristes ne trouveront plus d’endroits où se cacher.

L’ambition des hommes politiques se tourne maintenant vers l’espace, à partir duquel peuvent être contrôlées toutes les activités se déroulant sur la terre. Toutefois, Maitreya nous prévient que si les hommes politiques se jouent de la science de la lumière et en abusent, cette science les détruira.

Les êtres humains ont naïvement cru qu’ils étaient les seuls êtres vivant dans l’espace. En fait, d’autres êtres très évolués y vivent, qui depuis toujours ont veillé sur nous, affirme-t-il, et nous ont appris à respecter autrui, à ne pas tuer, et à atteindre le bonheur et la liberté. Ils ont depuis toujours protégé l’humanité, et ils ne lui permettront pas de se détruire en exploitant la science dans l’espace.

Ces « Frères de l’Espace » ont enseigné à des scientifiques américains et soviétiques une technologie permettant de surveiller tout mouvement se déroulant sur la Terre – que ce soit le mouvement d’une armée, celui d’un tank, d’un avion ou même d’un sous-marin en plongée. Il existe donc de bonnes raisons à l’origine des appels confiants des Soviétiques et des Américains à un désarmement de grande ampleur. Car non seulement cette technologie, qui est un prolongement sophistiqué du concept de la guerre des étoiles, rend possible une surveillance d’une extrême précision, mais elle peut également être utilisée afin de contrôler des hommes et des machines. Par exemple, si la présence d’un terroriste était localisée dans un avion situé à plusieurs milliers de mètres d’altitude, menaçant les passagers d’un fusil ou d’une bombe, ce dernier pourrait être « gelé » avant qu’il puisse commettre son acte terroriste. Un sous-marin en plongée pourrait, de la même manière, être vidé de son énergie et rendu impuissant.

Le message que Maitreya adresse aux leaders politiques du monde est clair : affecter des sommes d’argent considérables à des programmes d’armement à l’échelle planétaire constitue un véritable gaspillage, car aucune guerre ne peut désormais être gagnée. Notre tâche essentielle consiste aujourd’hui à protéger notre environnement. Telle sera la responsabilité de chaque individu, fût-il politicien, guru, saint ou scientifique. Nous dépenserons désormais nos énergies à l’assainir. Lorsque cette tâche aura été accomplie, la souffrance, les maladies et la pauvreté diminueront.

Les Frères de l’Espace enseignent également à des scientifiques l’art de produire de l’énergie grâce à la lumière. Les effets de l’amoindrissement de la couche d’ozone disparaîtront, mais les changements climatiques déjà amorcés ne peuvent manquer de se produire. De nombreuses expériences concernant la technologie de la lumière sont actuellement entreprises en Union soviétique, les Frères de l’Espace ayant installé une base dans ce pays il y a quinze ans. L’URSS fut choisie en raison de l’absence, dans une société aussi fermée, de pressions commerciales susceptibles d’influencer la recherche scientifique. Les Soviétiques, affirme Maitreya, sont aujourd’hui largement en avance sur le reste du monde dans ce domaine. C’est la raison pour laquelle l’Union soviétique indique la direction à suivre en appelant à une réduction de l’armement.

Les dangers de la recherche actuelle

Les scientifiques effectuent aujourd’hui des recherches sur le mécanisme des forces de l’évolution, et manipulent ces forces. Ils ne savent pas où elles conduisent, mais finiront sans aucun doute par entr’apercevoir le bout du chemin. S’ils continuent leurs expériences de génie biogénétique, ils deviendront capables de créer des êtres mi-humains, mi-animaux.

Mais bien que ces scientifiques interfèrent avec le phénomène naturel de la mutation, ils ne pourront jamais le comprendre, car il est au-delà de la connaissance et de la sagesse.

« Dieu seul comprend le phénomène de la mutation, » affirme Maitreya, et lorsque les scientifiques utilisent leurs connaissances pour ‘jouer à Dieu’, c’est dangereux. « Vous pouvez faire certaines choses, » note-t-Il, « mais vous ne devriez pas les faire. Pourquoi ne dépensez vous pas l’argent de manière juste, afin que les êtres humains puissent avoir une alimentation appropriée, qu’ils puissent mourir de mort naturelle ? »

Les scientifiques pourraient également être à l’origine de ravages dans l’univers avec les sondes spatiales à propulsion nucléaire. Selon Maitreya, certains points de l’univers contrôlent les énergies de la création. S’ils subissaient des perturbations, cela équivaudrait à libérer les atomes de leurs liens nucléaires. Une telle situation pourrait entraîner des catastrophes, telles que des tremblements de terre ou des inondations. Les planètes lointaines possèdent leur propre force gravitationnelle, qui les maintient en place et préserve leur structure d’évolution. Les sondes spatiales à propulsion nucléaire peuvent provoquer un déséquilibre et engendrer des conséquences désastreuses.

Maitreya procurera un certain nombre d’expériences à des scientifiques afin de les amener à prendre conscience du danger de leurs recherches. Le Maître affirme : « A partir du moment où vous vous approcherez des pouvoirs de la création, vous êtes tentés de les employer. Si vous ne savez comment les manipuler, ils vous détruiront. Certains yogis peuvent approcher ces pouvoirs, mais avec détachement. C’est la raison pour laquelle ces pouvoirs ne leur causent pas de dommages. Les scientifiques, quant à eux, ne connaissent pas ce détachement. »

Les scientifiques jouent également à un jeu dangereux dans un autre domaine. Ils cherchent à percer les secrets de la conscience. Ils pratiquent aujourd’hui un certain nombre d’expériences sur des animaux, en manipulant les gènes afin de découvrir d’où provient l’énergie de la conscience, et où elle s’en va après la mort. Un si grand nombre d’expériences sont réalisées en secret dans les laboratoires que, si un jour le public venait à en être informé, cela soulèverait un tollé général et l’opinion publique exigerait qu’il soit mis un terme à ces expérimentations. « Les scientifiques sont en train de jouer avec les forces de la vie. »

Cependant, lorsque les scientifiques approfondiront leur compréhension des lois de la vie et du mental, il se développera une meilleure compréhension de l’interdépendance. L’interdépendance est le ciment qui soutient la création.


La pratique médicale

La technologie de la Lumière transformera également la pratique médicale. Nous n’aurons plus besoin de médicaments et de chirurgie. Des médecins sont actuellement formés à l’utilisation de cette technologie en matière de guérison. Des scientifiques, en Union Soviétique et aux États-Unis, effectuent déjà des expériences d’ingénierie génétique, et ces expériences se développeront jusqu’à ce qu’ils puissent transmettre une information génétique à un organe malade afin de le régénérer sans avoir à utiliser la chirurgie. Finalement, le besoin actuel de disposer d’un si grand nombre d’hôpitaux diminuera, les patients pouvant bénéficier d’un traitement en quelques heures, même dans les cas les plus graves.

Les scientifiques, apprenant à développer leur connaissance de la lumière, pourront avoir accès non seulement au cerveau physique mais également au mental lui-même. Les Frères de l’Espace ont déjà enseigné à certains scientifiques la manière d’utiliser la technologie de la lumière afin de libérer les individus de leur toxicomanie en agissant sur des zones bien précises du cerveau. Fondamentalement, l’effet des rayons de la lumière est de dissoudre les facteurs de conditionnement du mental, qui prennent au piège la personnalité. Ces méthodes ont déjà cours dans des hôpitaux, en Chine et à Hong-Kong, où la toxicomanie est devenue un problème de grande ampleur.

La technologie du futur ne sera rien d’autre que la Lumière. Elle évoluera grâce à la connaissance et à l’utilisation des sept couleurs. On guérira le mental, l’esprit et le corps. L’art de guérir se développant, à long terme, moins d’emplois seront consacrés au secteur médical tel que nous le connaissons aujourd’hui. On enseignera l’art de mourir.




Home Enseignements sur la religion

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya

Selon Maitreya, toutes les religions sont responsables de la souffrance du monde. Au lieu d’enseigner le salut, les religions créent des sphères d’emprisonnement. Les religions ont engendré des conflits et ont conditionné les hommes. Cette situation touche à son terme. Dorénavant, les écoles, les collèges et les universités aideront les hommes à découvrir d’où proviennent les pensées et les idées, à percevoir que nous sommes tous reliés au Tout-Puissant et que nous n’avons pas besoin des écritures pour expérimenter notre Soi véritable.

Ceux qui sont supposés répandre mon message, affirme Maitreya, et qui se trouvent en situation de servir le peuple, ont en fait utilisé leur position afin d’obtenir un bien-être personnel. La compétition pour devenir évêque, ou détenir une quelconque position d’influence dans une hiérarchie religieuse, doit prendre fin, affirme-t-il : « Ne dites pas que vous devenez évêques au nom de Jésus, quand vous le faites en réalité pour vous-mêmes. Puisque vous ne le faites pas pour le Seigneur, le Seigneur ne peut être avec vous. »

« Ceux qui me sont le plus proche, qui sont le plus cher à mon cœur, » affirme Maitreya, « sont ceux qui effectuent mon travail de manière désintéressée. Ce qui est également le cas du voleur, car lui aussi fait son travail sans en connaître le résultat. Il lui faut satisfaire ses besoins essentiels et, pour cela, il agit de la seule manière qu’il connaisse. Il n’a pas pour intention de faire du mal à qui que ce soit. Il ne m’implore pas non plus à grand cri. Les plus éloignés de moi sont les saints et les gurus qui ont renoncé à tous les devoirs et responsabilités de la vie. Ils ont fermé leur mental aux réalités de la vie et, jours et nuits, sont à la recherche de Dieu, désirant le connaître, découvrir le lieu où il vit, quelque part dans le ciel. Extérieurement, ils donnent l’apparence d’être sensés et paisibles. Intérieurement, ils éprouvent le chaos, pleurant en silence dans leur recherche désespérée de Dieu. »

Les hommes politiques sont déconcertés car ils ne réussissent plus à contrôler le peuple avec des idéologies. Cependant, les personnes les plus attachées au pouvoir sont les autorités religieuses, qui croient qu’il n’existe « qu’un seul chemin menant au paradis ». Mais comment ces chefs religieux vivent-ils ? Quel est leur style de vie ? Peut-être bien celui de rois : des palais, des avions, des voitures blindées. Krishna vivait dans une hutte. Telle est la véritable divinité. De nos jours, Saï Baba en donne lui aussi un exemple. Il dort dans un modeste lit, dans une petite chambre.

Les faux prophètes, déclare Maitreya, sont ceux qui, entourés de pompe et de faste, protégés par des gardes du corps, s’interdisent tout contact avec le peuple. Une vie simple, parmi le peuple, rendrait ces apparats inutiles au messager de Dieu. Les vrais messagers sont ceux qui travaillent sur le terrain, au contact des gens, mangent avec eux, les guérissent et les aident. Les autres se sont éloignés de l’exemple de Jésus.

Cependant, de nombreux chefs religieux prennent actuellement position en faveur du peuple. Ils mettent les politiciens au défi de prendre en compte la dimension morale et spirituelle, qui ne peut être éludée par quiconque détient le pouvoir. Si cette dimension n’est pas prise en compte, une crise s’ensuit nécessairement. Ce que les chefs religieux « n’ont pas voulu faire, ils vont devoir le faire maintenant, » affirme Maitreya. Dans le monde entier, ils quitteront finalement leurs palais afin de vivre dans un environnement plus simple, car la simplicité est un facteur important qui permet de « demeurer avec le Seigneur dans son cœur ». La tendance à une plus grande simplicité s’observera également chez un grand nombre de gens riches, qui partageront avec le peuple ce qu’ils ont en excès.

Le Maître attire l’attention sur les églises vides et a fait observer que les jeunes, aujourd’hui, ne s’intéressent pas aux vieilles idéologies de leurs aînés.

Les générations qui nous ont précédés ont reçu l’enseignement suivant : « Venez au temple. Faites un don et vous serez libérés. » Afin d’engendrer et de nourrir la foi, les religions leur ont également appris la peur. Aujourd’hui, cependant, les enfants ne vont souvent pas à l’église. Pourquoi en est-il ainsi ? Selon Maitreya, les enfants ne courent pas après Dieu. Ils ont conscience de la présence « en eux du Seigneur » : « Si vous voulez éprouver la véracité de quelque chose, allez parler avec un enfant ». « N’engendrez pas la peur dans le mental d’enfants innocents, » exhorte Maitreya. « La peur est un poison. »

L’intégrisme et le dogmatisme sont en voie d’extinction rapide. Maitreya enseigne qu’à partir du moment où une personne renonce à ses différentes croyances personnelles, à ses « ismes », elle est libérée. « Vous vous apercevrez alors que je suis en vous, car je suis libre de toute idéologie. Je suis venu vous enseigner à ne pas m’implorer à cor et à cri. Les gurus et les religieux fanatiques m’implorent sans cesse, mais le résultat final est qu’ils ne me connaissent jamais » déclare Maitreya. « Vous n’êtes pas né dans le péché, en dépit de ce qu’on vous répète avec insistance. Car je suis avec vous et vous êtes avec moi. »

Bien que Dieu soit en réalité partout, on commence à prendre conscience qu’il est possible de percevoir le Seigneur dans son cœur. « Dieu ne se trouve pas dans le ciel » enseigne Maitreya, « Dieu réside dans le cœur ». Quand le mental est au repos, libre de toute opinion dogmatique, il absorbe la vérité. « La réalisation du Soi est la réalisation de Dieu. » L’enseignement du Maître vous inspire à chercher en vous. Ce n’est pas de la religion. Ce n’est pas de la politique. Ce n’est pas de l’idéologie.

Si vous utilisez ce miroir pour observer les différentes religions du monde, vous vous apercevrez qu’elles sont fondées sur les expériences personnelles de prophètes, de gurus, de saints, etc. Cependant, quand des individus les suivent, ils connaissent forcément la souffrance, puisqu’ils ne suivent pas leur propre Soi. Si vous fermez les yeux et permettez à quelqu’un d’autre de vous guider, vous trébuchez forcément. Tout individu dispose du libre arbitre. Lorsque ce libre arbitre n’est pas utilisé ou est détourné, affirme Maitreya, « Le Seigneur intervient ».

Beaucoup d’instructeurs et de gurus ont chuté à cause d’un attachement à des pouvoirs qui se sont manifestés à travers eux en raison d’un développement naturel ou par la grâce du Seigneur. Selon Maitreya, cette chute s’est produite car, dès qu’un individu cherche à réclamer quelque chose pour lui-même, dès qu’il s’identifie avec ces pouvoirs au lieu de comprendre qu’il est le Soi immortel et que les pouvoirs appartiennent au Seigneur, il est perdu.

C’est là un test difficile et, même à l’heure actuelle, de nombreux disciples qui se sont identifiés à leur guru ou à leur instructeur ont vu leur vie bouleversée lorsque ce dernier, oubliant le Soi intérieur, s’est attaché aux pouvoirs matériels, mentaux ou spirituels. Certains commencent alors à accumuler des richesses, d’autres font mauvais usage de la pensée et emprisonnent mentalement d’autres êtres humains, créant l’intolérance et la division au lieu de respecter la liberté de chaque individu, d’autres encore deviennent attachés aux pouvoirs et en font mauvais usage. Ainsi que Maitreya le déclare : « Même lorsque vous avez atteint un niveau d’évolution très élevé, vous ne pouvez pas dire « Je suis le Seigneur ». Vous pouvez simplement dire, « Je suis un messager du Seigneur. »

La vie de Jésus

Même Jésus fut confronté au problème de l’attachement aux pouvoirs spirituels et à leurs expériences, affirme Maitreya. Les expériences que le Seigneur accorda à Jésus sont maintenant accordées à certains disciples. Mais dans le cas de Jésus, son mental s’empara dans un premier temps de ces expériences. Le mental essaya d’utiliser ces pouvoirs spirituels afin d’atteindre certains buts.

Jésus était préoccupé par la disparité existant entre les riches et les pauvres, et il commença à prêcher que « personne n’est ni riche ni pauvre aux yeux du Seigneur ». Il aurait dû, en fait, aider les gens à réaliser le Soi, car c’est alors qu’on utilise ce dont on a besoin et qu’on donne ce qu’on a en excès. A ce moment-là, affirme Maitreya, voilà ce que Jésus aurait dû enseigner : « N’ayez d’attachement ni pour la richesse ni pour la pauvreté. » Lorsque vous essayez de prêcher, vous ne créez rien d’autre que la limitation. Le véritable enseignement est celui-ci : « Je suis avec vous si vous êtes honnêtes, sincères, détachés. »

Lorsque les prêtres mirent Jésus au défi, lui demandant : « Pouvez-vous vous libérer, si vous êtes un Dieu ? », Jésus ne put alors rien faire. Puis lorsqu’il fut sur la croix et demanda, « Seigneur, Seigneur, pourquoi m’as-Tu abandonné ? », une vision lui fut accordée et la prière, transmise par Maitreya dans cet enseignement, lui fut alors révélée. Il lui fut alors enseigné que toute la création appartient au Seigneur. « Rien n’a lieu sans la volonté du Seigneur, » enseigne Maitreya. A ce moment-là, il comprit que le mental ne doit pas courir après les pouvoirs spirituels.

Ayant eu cette vision, Jésus dit : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Lorsque vous êtes libre de tout attachement, comme l’était le Bouddha, il vous est accordé la vision de l’absolu (le nirvana).

Jésus, lui, était attaché à ce qu’il voulait atteindre (la justice, un équilibre entre les riches et les pauvres). Son enseignement étant relatif, puisqu’il était submergé par les contraires, le Seigneur lui donna une vision de la Lumière. Jésus comprit alors dans son mental, dans son esprit et dans son corps que le relatif et l’absolu sont deux faces de la même lumière. Le silence prévalut. Il était satisfait.

En tant qu’individu, en tant qu’entité distincte, Jésus expérimenta la valeur nutritive, le soutien du Tout-Puissant. C’est ce que les êtres humains, affirme Maitreya, commencent maintenant à expérimenter dans le monde entier. Quels en seront les signes ? Les êtres humains pourront expliquer, avec des mots simples, ce que Jésus expérimenta à travers le Christ. Lorsque vous faites l’expérience de celui qui vous nourrit, de celui qui est la source de toute création, vous savez que sans lui rien ne peut exister. Lors d’une telle expérience, le Soi est indifférent à tout ce qui se passe autour de lui. C’est la raison pour laquelle Jésus déclara : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Vous pouvez atteindre cet état lorsque vous êtes sincère, honnête et détaché.

La dernière tentation du Christ

Dans le cours de cet enseignement, Maitreya évoqua brièvement avec un groupe de swamis le film de Martin Scorsese, La dernière tentation du Christ. Nombreux sont ceux qui dans différents pays s’opposèrent à la diffusion de ce film, car il dépeint Jésus tenté de s’engager dans une relation sexuelle.

Commentant la question des tentations, Maitreya déclara que les désirs du mental, de l’esprit et du corps contraignent le Soi à agir contre la volonté du Soi véritable. Il expliqua que Jésus était passé par ces étapes, et qu’il fut donc lui aussi tenté. Personne n’est en mesure de savoir avec exactitude, souligne Maitreya, ce que fit réellement Jésus. Toutefois, que Jésus ait eu ou non des rapports sexuels dans sa vie, on ne peut de toute manière pas dire que « la sexualité aille contre le Seigneur ».

Il n’est pas exact, a-t-il déclaré, que « pour connaître le Seigneur, on doive renoncer à la sexualité. Je n’établis pas de telles règles. » Le Seigneur déclare : « Ne condamnez pas la sexualité. Si vous la condamnez, vous ne saurez jamais qui je suis. » Si vous condamnez la sexualité, vous feriez bien de vous demander comment vous êtes nés. D’où venez-vous ? Le Seigneur ne demande pas « d’abandonner sa femme et ses enfants ». Fait-on tout un tas d’histoires à propos de la naissance et de la mort ? Qui n’est pas né d’un acte sexuel ? Ne prêchez pas que la sexualité est quelque chose de sale. La sexualité est naturelle et n’a pas besoin d’être enseignée. Elle se développe avec les forces évolutives de la vie. Le véritable Maître est la conscience, qui enseigne au bon moment. Éduquer en matière de sexualité de façon prématurée n’est pas non plus recommandable. On doit laisser les choses évoluer de façon naturelle.

« Vous vous apercevrez que l’acte sexuel, accompli avec sincérité de l’esprit, honnêteté du mental et détachement, devient divin. S’il est divin, il ne se fixe ni au mental, ni à l’esprit, ni au corps. Même à ce moment-là, vous demeurez libre. On connaît les résultats de l’acte sexuel accompli avec possessivité et attachement. L’appétit grandit, l’individu peut devenir obsédé par la sexualité et finalement commettre des crimes sexuels, qu’il exécutera avec un mental malhonnête, avec un esprit dépourvu de sincérité et avec attachement. Tout acte réalisé de cette manière devient destructeur. »

Commentant ce film, La dernière tentation du Christ, Maitreya mit en contraste l’attitude des prêtres et des cinéastes vis-à-vis de la religion. Les religieux, déclara-t-il, abandonnent tout parce qu’ils courent après le Christ. Le Seigneur leur accorde certaines expériences afin d’apaiser leur mental. Ces hommes prescrivent alors d’abandonner ce qu’ils ont eux-mêmes abandonné pour pouvoir atteindre le niveau qu’ils ont atteint, c’est-à-dire afin de pouvoir bénéficier de ces expériences.

Cependant, beaucoup de chefs religieux fuient en fait les réalités de la vie. Les cinéastes, quant à eux, traitent cette question avec un « mental inquisiteur ». Le mental veut découvrir des choses, mais la curiosité à elle seule crée la division. Le détachement et la sincérité de l’esprit auraient produit un autre film.

Une autre œuvre d’art, le livre de Salman Rushdie, Les versets sataniques, engendra une division religieuse encore plus sérieuse. Maitreya commente ainsi cette question : lorsqu’un bébé pleure pour avoir une sucette et qu’il ne l’obtient pas, il est désorienté, se met en colère et finit par injurier sa mère. C’est ce qui s’est produit pour Salman Rushdie. Il cherchait, par le biais de la religion, à connaître des expériences divines. Sa quête se soldant par un échec, il a fini par écrire ses problèmes et sa désillusion. Mais son incapacité à parvenir à quelque expérience divine que ce soit n’implique pas la négation de l’existence de la divinité, car celle-ci n’existe pas dans l’évolution. Elle n’existe que dans l’Être Suprême.

Un écrivain ou un poète échouent, affirme Maitreya, parce qu’ils recherchent l’absolu. Mais cette finalité ne peut être trouvée dans la vie – au sein de l’évolution. De sorte que, lorsqu’ils échouent dans leur quête de l’absolu, ils se lancent dans la création de religions ou de philosophies. Ils commencent par émettre des doutes concernant l’existence de Dieu. Ces écrivains n’ont ni tort ni raison de rechercher de nouveaux buts et de nouvelles expériences. Mais lorsqu’ils sèment le trouble par leurs écrits, ceux qui les lisent sont pris de panique car ils ne veulent pas perdre leurs certitudes. Salman Rushdie et les musulmans fervents sont logés à la même enseigne. Ils se cramponnent à leurs croyances et ont peur de les perdre.

Maitreya déclare qu’il est venu pour nous aider à le connaître dans notre cœur. Cette connaissance ne peut se produire dans le mental, l’esprit ou le corps, car leur existence est liée à l’évolution alors que la Divinité est pure et éternelle. Le Soi existe dans le cœur, et c’est là que vous faites l’expérience de Dieu.

La religion dans le nouvel âge

Toutes les grandes religions connaissent actuellement des changements rapides. On note en Chine les signes d’une plus large fréquentation des églises et des temples. Un processus identique se déroule également en Union Soviétique. La chrétienté connaît des divisions, et les gens questionnent, contestent. De même que les autres religions, la chrétienté subit actuellement un processus de purification et, pour la première fois, les êtres humains vont ressentir que la divinité n’est pas « extérieure », mais qu’elle réside « simultanément » et dans le cœur et dans l’univers, dans toute la création.

Le Soi va maintenant commencer à expérimenter sa propre identité, son identité véritable. Celui qui nourrit le Soi et le rend conscient ne peut être limité. Il est universel. « Nul ne peut s’approprier le Christ. » Le message du Seigneur est indivisible et s’applique à tous : « Partout où vous me servez, Je suis. »

En fait, aucune contradiction n’existe entre les différentes religions. Les religions ont été prises au piège des mots et des slogans, les amenant à rivaliser entre elles. Cette compétition disparaîtra, et l’essentiel demeurera. Les hindous, les chrétiens, les musulmans, les juifs et les bouddhistes expérimenteront tous l’Unité. Les individus qui se cramponnent aux formes anciennes vont créer division sur division. Ces formes anciennes finiront toutefois par disparaître. Ce processus est inévitable. Les églises, les mosquées et les temples deviendront des lieux de rencontre, ainsi que des centres où ceux qui en ont besoin recevront d’autrui l’aide qui leur est nécessaire.

Une conscience religieuse plus inclusive caractérisera le 21e siècle. Le Président Arap Moi, du Kenya, posera à Kajadio la première pierre d’un temple convenant à ce nouveau type de conscience. Les symboles de toutes les grandes religions y seront représentés, et ce temple deviendra un lieu de pèlerinage pour les populations des pays voisins. « le Kenya sera pour l’Afrique, » affirme Maitreya, « ce que la Mecque est à l’Islam. » Les fidèles de toutes les religions s’y rassembleront pour prier.

De tels types de temples, dédiés aux religions du nouvel âge, seront également ouverts à Montréal, à Londres et en Inde. Il ne s’agit pas là de la constitution d’une nouvelle religion, mais plutôt de la création de structures adaptées à notre compréhension croissante de la fraternité.


Une prière pour le Nouvel Age

Je suis le créateur de l’univers.
Je suis le père et la mère de l’univers.
Tout est venu de moi.
Tout retournera à moi.
Le mental, l’esprit et le corps sont mes temples,
pour que le Soi réalise en eux
mon Être suprême et mon devenir.





Faits et prévisions

Home La technologie de la lumière

« La technologie de la lumière, qui utilise la couleur, les sons et la vibration, sera la science du 21e siècle. » (Partage international, janvier/février 1990)

« Des scientifiques des laboratoires Bell ont présenté hier une machine expérimentale utilisant des vibrations lumineuses au lieu du courant électrique pour effectuer des calculs. Bien que cette machine soit extrêmement rudimentaire, des versions plus sophistiquées pourraient augmenter la puissance des ordinateurs de manière spectaculaire. D’ici quelques années, ces nouveaux appareils, appelés ordinateurs optiques, pourraient atteindre des vitesses 1 000 fois supérieures aux ordinateurs traditionnels les plus performants. » (Extrait du San Fransisco Chronicle)

Des chercheurs américains ont breveté une méthode permettant de stocker des données informatiques sous forme d’images sur des particules de cristal sensibles à la lumière. Selon les chercheurs, cette technique permettrait de travailler 10 000 fois plus rapidement qu’avec un classique disque dur, et pourrait même être encore plus performante que les nouveaux disques optiques qui stockent l’information sous forme de signaux lumineux. Les inventeurs de cette nouvelle méthode déclarent toutefois qu’un appareil commercialisable ne sera pas disponible avant plusieurs années.




Home Le brouillard de la méfiance se dissipe

« Dans le monde entier, les gouvernements dépenseront désormais plus d’argent pour le bien-être des personnes, au lieu de dépenser cet argent en armes destructrices. » (Partage international, octobre 1988)

Le sommet des superpuissances – Au cours du récent sommet des superpuissances, les Présidents Bush et Gorbatchev ont conclu les termes principaux d’un accord destiné à réduire sensiblement le nombre des missiles stratégiques à ogives nucléaires. Ils ont mis en place des systèmes garantissant la conformité de limitation des essais nucléaires. Ils ont également convenu de détruire la majorité de leurs armes chimiques, se déclarant par ailleurs favorables à une interdiction planétaire de toutes armes chimiques et gaz empoisonnés.

Selon une déclaration conjointe des Présidents Bush et Gorbatchev, ce prochain traité, que les deux pays espèrent ratifier pour la fin de l’année, « comprendra les dispositions de vérification les plus minutieuses et innovatrices jamais négociées, entraînant un degré de transparence dans le domaine militaire qui aurait été impensable il y a encore peu de temps. »

Le Président Gorbatchev a déclaré que « les murs qui ont séparé les peuples pendant des années, s’effondrent maintenant. Les tranchées de la guerre froide disparaissent. Le brouillard des préjugés, de la méfiance et de l’animosité s’évapore. »

Les depenses militaires – L’année dernière, le monde a moins dépensé en fournitures militaires, tandis que le nombre de guerres et des conflits régionaux a chuté de 35 à 32. C’est ce qu’a annoncé dans son rapport annuel l’Institut International pour les Études sur la Paix (le Sipri), qui fait autorité en la matière. Mais le Sipri a jugé décevante la réduction de 2 % des dépenses militaires en regard des nombreux contrats d’armement conclus récemment. Il s’est par ailleurs inquiété qu’au même moment, vingt six pays en voie de développement aient acquis des fusées capables de porter des ogives nucléaires, biologiques ou chimiques. En 1989, les plus grands exportateurs d’armes ont à nouveau été l’Union Soviétique (11,6 milliards de dollars) et les États-Unis (10,7 milliards de dollars). L’Inde est le plus grand importateur, suivi du Japon.

Union Sovietique – L’Union Soviétique a annoncé qu’elle retirerait unilatéralement soixante rampes de lancement de missiles nucléaires tactiques, de même que 250 pièces d’artillerie nucléaire, et 1 500 des ses quelques 8 000 pièces d’artillerie nucléaire estimées présentes en Europe centrale.




Home L’OTAN

« L’OTAN, tel que nous le connaissons, disparaîtra. » (juillet/août 1989) « L’OTAN et toutes les organisations militaires stratégiques sont en train de s’effondrer. Les armées retournent maintenant dans leur propre pays. » (avril 1990)

L’OTAN n’encourage plus ses membres à accroître leur budget de la défense de 3 % par an. Les ministres de la Défense des pays membres de l’OTAN ont également décidé de réduire considérablement le nombre des exercices militaires. Ils ont également décidé de réviser la stratégie militaire de l’alliance, car l’OTAN n’envisage désormais plus une attaque surprise massive de la part du Pacte de Varsovie.

En fait, au cours du mois de juin, le Pacte de Varsovie a plus ou moins cessé d’exister en tant qu’organisation militaire, bien que d’une façon non encore formelle. Lors d’une conférence au sommet à Moscou, les chefs d’État des sept pays du Pacte de Varsovie ont appelé à une transformation de cette alliance en un groupement politique d’États « fondés sur des principes démocratiques ». Les participants à la conférence ont déclaré qu’ils étaient disposés à consulter les pays de l’OTAN, ainsi que le mouvement des pays non alignés et les pays neutres, afin de travailler de concert à l’établissement d’une stabilité européenne et à la conclusion de traités de désarmement. Les responsables ont également signé l’accord de principe d’un avant-projet destiné à fusionner le Pacte de Varsovie et l’OTAN en un seul système de sécurité européen. « Les participants à la conférence se prononcent en faveur de la formation d’un nouveau système de sécurité pour l’Europe entière, ainsi que la création d’une seule Europe de paix et de coopération. »

Les nouvelles relations au sein du Pacte de Varsovie ont conduit, à leur tour, à une intensification des discussions sur la place future de l’OTAN. Une réunion des ministres de l’OTAN s’est terminée par une série de propos conciliants à l’égard de Moscou, et par la promesse de donner la priorité absolue à un traité global sur la réduction des armes conventionnelles.

De surcroît, les neuf ministres des Affaires étrangères de l’OTAN ont adopté une proposition américaine visant à établir une « notion élargie de sécurité » pour toute l’Europe. Ce projet inclut une poursuite de la présence des troupes soviétiques en Allemagne de l’Est pendant une période de transition, l’arrêt de l’expansion des forces de l’OTAN à l’intérieur des frontières ouest-allemandes actuelles, et l’assurance de l’Allemagne de l’Ouest d’honorer les engagements économiques de l’Allemagne de l’Est à l’égard de l’Union Soviétique. Cet accord a été conclu afin d’assurer à l’Union soviétique qu’une Allemagne unifiée, membre de l’OTAN, ne constituerait pas une menace pour sa sécurité.




Home Révoltes de la population carcérale

« La population carcérale s’accroît, et se révoltera. » (juin 1988) « Finalement, certaines réformes de l’appareil judiciaire seront mises place. Les délits mineurs ou les petites infractions n’entraîneront plus de peines de prison. » (juin 1988)

Allemagne – Une révolte de cinq jours a fait rage dans une prison de la ville allemande de Fühlsbüttel, près de Hambourg. L’insurrection a débuté par la manifestation de 250 détenus contre le comportement des gardiens et l’exigence de la fermeture des cellules d’isolement. La police a finalement mis fin à la révolte.

HongrieDes prisonniers se sont révoltés dans plusieurs prisons hongroises, exigeant une amnistie générale. (Source : DELO, quotidien de Liubliana)

États-Unis – La surpopulation des prisons américaines atteignant un point critique, on propose de plus en plus des punitions de remplacement, telles que les camps disciplinaires, la détention à domicile, les travaux d’utilité publique, la liberté surveillée et les contraventions. L’une des peines de substitution les plus intéressantes, et dont le succès croît rapidement, est le service civique, dans lequel les contrevenants sont contraints de réaliser des travaux allant du nettoyage des rues à l’assistance aux sans abris.

Dans certaines formes de service civique, les peines des condamnés ont pour but de sensibiliser les criminels à la nature réelle et aux effets de leurs actes, la peine ayant ainsi un rapport avec le crime qui a été commis. Le conducteur ivre doit par exemple donner des conférences dans des lycées où il exprime ce qu’il ressent après avoir tué une personne alors qu’il conduisait en état d’ivresse. Ou bien l’adolescent qui a enduit un bâtiment public de graffitis, est contraint à nettoyer de longues heures durant les murs endommagés des bâtiments ou du métro. On exige des meurtriers qu’ils rencontrent les familles de leurs victimes afin d’exprimer leurs excuses et de réparer leur faute.

Bien que le débat soit encore très ouvert pour savoir si oui ou non ces peines constituent réellement une sanction, la crise dans les prisons garantit que de telles alternatives continueront d’être explorées.




Home Négociations en Afrique du Sud

« Bien qu’extérieurement les affrontements et les opinions divergentes prévalent toujours, intérieurement se développe aujourd’hui en Afrique du Sud un processus qui conduira les leaders noirs et blancs à la table des négociations. Il est possible que nous assistions à l’amorce de cette évolution dans quelques mois. » (septembre 1988)

Le Président sud-africain, F. W. de Klerk, a levé l’état d’urgence mis en place il y a 4 ans, sauf dans la province du Natal où la violence règne encore. Dans un discours prononcé lors d’une séance conjointe du Parlement, M. de Klerk a également annoncé la libération de 48 prisonniers politiques et la révision, au début de l’année prochaine, de deux lois discriminatoires, concernant la propriété foncière et les zones d’habitation réservées. M. de Klerk a déclaré que la levée de l’état d’urgence enlevait l’une des « principales pierres d’achoppement » au développement de négociations sur une large échelle avec le Congrès National Africain.

Effectuant un nouveau pas vers l’abolition de l’apartheid, le gouvernement sud-africain a voté une nouvelle loi supprimant le décret d’Aménagements Séparés de 1953, qui exigeait des fonctionnaires locaux la réservation des lieux publics appartenant aux municipalités – des toilettes aux bibliothèques – pour les seuls blancs. Cette nouvelle loi doit entrer en vigueur le 15 octobre.

Les chefs du Congrès National Africain et les officiers vétérans de l’armée sud-africaine, dirigée par les blancs, ont tenu une conférence sans précédant de 5 jours à Lusaka, en Zambie. Dans une déclaration commune, les deux parties ont promis de travailler pour la paix, déclarant qu’un « arrêt commun des hostilités » devrait être mis en place dès que possible.

Des discussions entre le Congrès National Africain (l’ANC) et l’industrie sud-africaine ont conduit, fin mai, à ce qui fut décrit comme une « percée » dans leur compréhension mutuelle. Les deux parties ont exprimé leur stupéfaction de voir le très grand nombre de points sur lesquels elles semblaient s’accorder. Les représentants de l’industrie ont déclaré que le « combat sans merci » entre le capitalisme et le socialisme était terminé, et que chacun s’efforce dorénavant de s’orienter vers une économie mixte.




Home Révoltes contre le service militaire

« Dans le monde entier, la situation des forces armées ressemble à une bombe à retardement. Les hommes se révolteront contre le service militaire. » (juillet/août 1988)

En Union Soviétique, l’enthousiasme pour le service militaire a décru fortement ces dernières années. Selon le spécialiste militaire des Izvestia, W. Izgarchev, bon nombre des appelés au service militaire ne répondent pas à l’appel. L’an passé, 6 647 hommes ont refusé de rejoindre l’armée, contre 1 000 seulement l’année précédente. M. Izgarchev note même que « des méthodes manifestement illégales sont utilisées pour éviter d’être appelé dans l’armée » et déplore le manque de règlements prévus par le gouvernement.

Certaines nouvelles recrues de l’armée vietnamienne, l’une des forces armées les plus grandes du monde, ont récemment été consignées et placées en observation, en raison des désertions massives observées. Selon Radio Vietnam, la cause en serait les « connaissances politiques erronées » des recrues.




Home Négociations entre les gouvernements et les mouvements de guérilla

« Les conflits existant entre les gouvernements et les mouvements de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. Les personnes concernées se rendront à la table des négociations. » (novembre 1988)

Guatemala – Les guérilleros guatémaltèques ont accepté une trêve partielle à l’occasion de la campagne électorale en vue des élections législatives de novembre. Les rebelles ont déclaré qu’ils cesseraient leur sabotage des routes, des ponts, des moyens de communication et autres cibles, mais qu’ils ne mettraient pas forcément fin à l’attaque des troupes gouvernementales. Les cinq jours de pourparlers entre les représentants du gouvernement et les guérilleros ont abouti à un accord portant sur la nécessité de changer la constitution et sur l’obligation des institutions gouvernementales de préserver les droits de l’homme. « Cet accord n’est pas le signe de la paix, mais le premier pas d’un processus, » a déclaré l’archevêque Rodolfo Quezada, chef du comité délégué par le gouvernement afin de participer aux négociations. Monseigneur Quezada a déclaré que tous les participants étaient convaincus que « la paix n’est pas simplement la fin de la guerre mais la fin de la pauvreté et de l’injustice. »

El Salvador – Le gouvernement du Salvador et le mouvement de guérilla FMLN se sont mis d’accord sur le calendrier des pourparlers de paix. Le premier objectif est d’aboutir à un cessez-le-feu au plus tard pour la mi-septembre. La guerre civile a fait rage pendant 10 ans dans ce pays, et a entraîné la mort d’approximativement 75 000 personnes.




Home Recrudescence des catastrophes naturelles

« Après les vents, les inondations et les ouragans, viendront les tremblements de terre. » (avril 1990, information reçue le 27 février)

Selon la chronique syndicale du Earthweek, l’activité sismique mondiale s’est dramatiquement accrue dans les zones habitées. Le 30 mai, de violents tremblements de terre ont secoué une vaste zone située entre la Baltique et la Mer Noire pendant 45 secondes, causant la mort de 8 personnes en Roumanie et des destructions de Bucarest à Moscou. Des dégâts ont également été signalés à Istanbul, ainsi que dans certaines régions de la Grèce et de la Méditerranée. Bien qu’elle n’ait causé que des dégâts mineurs, un fort séisme a également secoué le Mexique, de la capitale à Acapulco.

Un violent séisme a tué plus de 100 personnes au Pérou et occasionné des glissements de terrain qui ont bloqué l’arrivée des secours. Des secousses sismiques ont également été ressenties dans l’ouest de l’Iran, au Portugal, en Allemagne de l’Ouest, au sud du Soudan, en Arménie soviétique, dans l’île de Kodiak et autour de Tokyo. (A l’heure où nous mettions sous presse, un violent séisme ravageait le nord de l’Iran.)

L’Union Soviétique a elle aussi été éprouvée par des catastrophes naturelles. La Pravda a signalé un tremblement de terre dans l’île Sakhaline, l’inondation de villes et de villages en Bachirie, des orages dans la région de Bourjatia et de vastes incendies de forêt près du lac Baïkal, dans la région d’Irkoutsk. De nombreuses personnes y ont perdu la vie, et ces catastrophes ont occasionné des dommages étendus. Les Izvestia ont également signalé une inondation inhabituellement forte dans le delta du fleuve Oural.




Home La rigidité politique et religieuse disparaîtra

« Le processus consistant à inculquer, à imposer des idéologies dans le mental des individus, commence à disparaître dans le monde entier, tant dans le domaine religieux que dans le domaine politique. » (décembre 1988)

Europe de l’Est – Le Soviet Suprême a accepté de formuler des propositions législatives en vue d’établir un système multipartite. En pratique, plusieurs partis politiques se sont déjà constitués, mais le cadre légal n’a pas encore été mis en place.

La Roumanie, la Bulgarie et la Tchécoslovaquie ont connu des élections libres, rejoignant ainsi la Hongrie, l’Allemagne de l’Est et la Pologne dans le processus de démocratisation.

Afrique – Un éditorial du New York Times prétend qu’un « vent frais » souffle sur l’Afrique : « Les tyrannies militaires et les ‘libérateurs à vie’ bien en place sont ébranlés par le mécontentement populaire. La passivité fait place à la protestation, encouragée par la détresse économique et l’exemple de l’Europe de l’Est. Cette situation fait peser un nouveau fardeau sur les pays les plus riches, afin de maintenir cet acquis par des politiques d’aide plus larges et plus généreuses. »




Home Le président Gorbatchev sera remplacé

« Gorbatchev se trouve dans une position délicate et sera finalement remplacé. » (octobre 1988)

Lesrécentssuccèsduleadersoviétique. M. Gorbatchev, aux États-Unis, où le président Bush lui a concédé un traité commercial en guise de cadeau d’adieu, ne peuvent occulter le fait que sa situation devient chaque jour de plus en plus compliquée dans son propre pays. L’élection de Boris Eltsine au poste de Président de la république de Russie ne fait qu’ajouter une pierre à l’édifice. B. Eltsine, qui désapprouve presque tout ce en quoi Gorbatchev croit, est devenu l’homme le plus influent de la principale république de l’Union soviétique. L’une des priorités de M. Eltsine est d’accroître la souveraineté de la Russie à un degré tel qu’il s’agit virtuellement d’une déclaration d’indépendance. Sa première proposition allant dans cette direction a été acceptée par le parlement russe : la législation russe aura désormais prééminence sur la législation de l’Union soviétique. Les républiques baltes avaient auparavant adopté une décision similaire, et la Moldavie et l’Ukraine, envisagent d’agir également dans ce sens. D’autres problèmes se posent encore à Gorbatchev : le conflit ethnique en Asie centrale, dans la république de Kirghizie, a conduit à des relations tendues avec sa voisine, l’Ouzbekistan.




Home Manifestations en Grande-Bretagne

« Des événements spectaculaires se produiront en Grande-Bretagne. Le peuple, tout comme en Chine, descendra massivement dans les rues d’un certain nombre de villes – telles que Londres, Birmingham, Manchester, Édimbourg, etc. – afin de protester contre la nouvelle taxation sur l’habitat. » (juillet/août 1989)

Faisant suite à l’opposition violente à la nouvelle taxe d’habitation, la « Poll Tax », un boycott silencieux entre maintenant en action : les Britanniques refusent en grand nombre de répondre aux relances de paiement de la taxe. L’administration locale et les fonctionnaires de police affirment que le recouvrement de cet impôt local va engendrer des problèmes insurmontables. Des milliers de sommations ont déjà été envoyées aux non payeurs, et on estime que ces derniers seront bientôt plusieurs millions. Selon un sondage réalisé pour The Independent on Sunday, « un adulte sur huit n’a aucune intention de payer la taxe ». Birmingham, le plus grand centre de collecte de la taxe d’habitation en Grande-Bretagne, rapporte que plus de la moitié des contribuables assujettis n’ont pas payé. Sur l’île de Wight, la première action engagée par la justice contre les mauvais payeurs a été un échec total.




Home Ouvertures en Chine

« Les portes s’ouvrent petit à petit en Chine, encourageant les individus à exprimer leurs désirs de plus grande liberté et de démocratie. » (juin 1990)

Selon l’agence de presse Nouvelle Chine, le premier ministre Li Peng a promis que les étudiants chinois expatriés qui avaient critiqué ouvertement la conduite de leur gouvernement l’année dernière, lors des manifestations d’étudiants, n’ont rien à craindre à leur retour en Chine. Li Peng garantit un accueil chaleureux à ces étudiants et affirme que des financements seront mis à leur disposition afin qu’ils terminent leurs études et qu’ils trouvent du travail.




Home Scandale de l’Irangate

« Le scandale de l’Irangate a déjà éclaté. Le monde saura bien assez tôt ce que le Président Bush essaie de garder caché. » (juillet/août 1989)

Unenouvelleenquête fédérale a été ouverte à propos du scandale de l’Irangate. Cette enquête est spécialement destinée à déterminer les rôles joués par l’ancien président Reagan et le vice-président d’alors, Georges Bush, dans cette affaire. Alors que cette enquête progresse, un article rédigé par un journaliste américain chevronné, Seymour Hersh, a fortement attiré l’attention. Dans cet article, Hersh affirme que, pour des raisons politiques, le Congrès n’a jamais enquêté en profondeur sur les rôles du président et du vice-président dans ce scandale.




Home Krach boursier au Japon

« Ainsi que nous l’avons déjà annoncé (dans le numéro de décembre 1988), un krach boursier prendra naissance au Japon, pour s’étendre ensuite dans le monde entier. La situation est identique à celle d’une bulle de savon sur le point d’éclater. » (mai 1989)

Le 29 mai, le titre suivant est apparu dans le journal américain Seattle Time : « La bulle de savon éclatera-t-elle ? » Cet article de l’Associated Press, qui occupait près d’une page, envisageait un scénario détaillé dans lequel les prix des terrains, qui connaissent une forte hausse au Japon, chutaient soudainement. Cette baisse provoquerait une onde de choc affectant toute la communauté mondiale.

« Les économistes de Tokyo admettent, » poursuit l’article, « qu’une chute soudaine des prix aurait un impact désastreux sur la bourse, les banques et autres prêteurs. L’intégration de l’économie japonaise à l’échelle mondiale assure qu’un tel choc frapperait également les marchés financiers étrangers. »

Les experts japonais cités dans l’article montrent que les marchés financiers japonais sont fondés sur la confiance dans les prix des terrains, car la terre est utilisée comme nantissement pour les emprunts effectués en vue d’acheter les actions sur le marché national et à l’étranger. Si les prix des terrains chutent, les grandes banques et sociétés de crédit japonaises encourront des dettes massives. Comme les nantissements se seront évaporés, de nombreuses institutions financières se retireront des marchés étrangers.




Home Les Palestiniens auront leur propre pays

« Les Palestiniens auront leur propre pays. » (juin 1988)

L’évêque présidant l’Église Épiscopale américaine a déclaré, dans une lettre adressée au président Bush, que les États-Unis devraient envisager de cesser leur assistance à Israël, jusqu’à ce que cet État arrête de « violer les droits de l’homme fondamentaux chez un peuple occupé. » L’évêque Edmond Browning a également affirmé à G. Bush : « Je vous exhorte d’informer le gouvernement d’Israël qu’il doit se conformer plus justement aux codes internationaux des droits de l’homme, qu’il doit s’abstenir d’allouer des ressources à l’expansion par la force dans les territoires occupés et qu’il doit démontrer activement sa volonté d’engager des négociations de paix ou risquer de voir l’aide américaine diminuer. »

Cette lettre témoigne d’une érosion continuelle du soutien à Israël chez les chefs de l’Église américaine, qui ont critiqué la réticence d’Israël à prendre part au processus de paix au Moyen-Orient.





Citation

Home Citation du Professeur Gertrud Höhler

Source : Hamburger Morgenpost

« Pendant des siècles, nous avons traité le cosmos comme si nous pouvions, sans dommage, cueillir les fruits qu’offre la nature sans accepter de considérer ses lois et ses équilibres. L’impressionnante révolte de la nature intervient tardivement. Notre futur doit laisser l’avidité derrière lui, ou perdre espoir de tout lendemain. »




Home Extrait du message n° 137

par Maitreya

« Nombreux sont ceux qui voient le chemin, tiennent devant les hommes la lumière de la vérité, leur enseignant le partage, l’amour, à chérir et à faire confiance. Beaucoup sont maintenant éveillés à ces divins aspects et réclament la restructuration de votre monde. Ma force est derrière eux. Mon amour les inspire. Ma volonté les guide. C’est ainsi que je vous conduis vers ce nouveau. »






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.