DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2002

Extraits de la revue
Partage international

Mai 2002 - N° 165

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.





Sommaire


  • L'article du Maître



  • Point de vue
    • Sida : chaque jour est un 11 septembre par Paula Donovan


  • Signes des temps


  • Tendances


  • Les priorités de Maitreya


  • Les enseignements de Maitreya


  • Faits et prévisions


  • Brève


  • Citation


  • Courrier des lecteurs


  • Interviews
    • Mondialisation : la terreur au quotidien - Interview de Jean Ziegler par Hannes Koch




L'article du Maître

Home L’heure de la décision

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme

Le monde est plongé dans une crise grave, engendrée pour l’essentiel par la réaction du président des Etats-Unis aux attentats terroristes du 11 septembre dernier. La guerre en Afghanistan, la récente recrudescence de sauvagerie de la part d’Israël, et les plans américains d’attaque de l’Irak ne sont pas sans liens entre eux. De vieux règlements de comptes sont à l’origine de tout cela. Un tel comportement a quelque chose d’enfantin, et les méthodes employées pour faire face aux événements qui menacent le bien-être du monde sont à la fois indignes et irresponsables. Nous, les Maîtres, ne sommes pas en faveur des concessions à l’égard des terroristes, mais le mode d’action adopté en Afghanistan et au Moyen-Orient n’a pas notre assentiment. Il ne prend pas en compte les causes du terrorisme – la misère, la frustration, l’humiliation et le désespoir – et ne fait que perpétuer la sauvagerie et la violence.

Les mirages de l'Amérique

Egarée dans les mirages de l’apitoiement sur soi-même et de la blessure d’amour-propre, l’Amérique a perdu sa sagesse, sa prudence et son sens de la mesure.

Dans le même temps, Israël, en réaction aux attentats-suicides, agit comme toujours de façon disproportionnée, et prend prétexte de la « guerre contre le terrorisme » pour imposer sa volonté. Ses dirigeants et son armée n’ont pas à s’enorgueillir des persécutions et des humiliations sans vergogne qu’ils font subir à M. Arafat. Le peuple d’Israël, plus que tout autre, devrait comprendre le martyre des opprimés.

Quand donc ces hommes apprendront-ils que le monde appartient à tous ? Qu’ils ne sont ni des souverains ni des gendarmes, à qui leur richesse et leur puissance conféreraient le pouvoir sur autrui ? Quand ils se décideront à partager leur richesse pour le bien de tous, ils connaîtront la fin du terrorisme et n’en dormiront que mieux la nuit. Ces hommes de pouvoir, qui cherchent à dominer le monde au profit d’une minorité, s’enivrent de la puissance dont ils disposent sans l’avoir méritée.

Une parole plus sage

Il devient de plus en plus clair que le monde a besoin d’une parole plus sage, à laquelle de toutes parts on prêtera attention. Cette voix, celle de Maitreya, se fera bientôt entendre, par dessus les appels à la vengeance et à la haine. Bientôt on s’apercevra de sa présence parmi nous, et le Grand Choix sera présenté aux hommes. Ainsi traversons-nous une époque de mise à l’épreuve majeure pour l’humanité. Ainsi l’heure de la décision est-elle venue, en un temps sans précédent.

Quand les hommes comprendront cela, ils se rallieront à l’étendard de Maitreya et feront entendre leurs revendications de justice et de liberté. Ils se montreront prêts à partager et à servir, et à refaire ainsi ce monde.

Ainsi en sera-t-il, ainsi les hommes renoueront-ils avec leur promesse de jadis, et reprendront-ils leur chemin vers la divinité.


Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Home Roumanie : les chances d'une vie normale

par Andrea Bistrich

Quand il s'agit de la lutte contre la pauvreté, les associations caritatives roumaines n'attendent plus après le gouvernement. Elles prennent elles-mêmes les initiatives. Un projet intitulé « Les enfants des rues peignent des icônes », témoigne de l'ampleur de leur succès et de leur créativité.

Une étude de l'Unicef a évalué à environ 8 000 le nombre des enfants des rues en Roumanie, en 2001. Ce chiffre inclut les enfants ayant perdu tout contact avec leur famille et qui vivent en permanence dans les rues, ainsi que ceux qui vivent en partie chez eux. Ils dorment dans des parcs, sur des dépôts d'ordures, dans des gares ferroviaires ou dans le réseau des « canaux », ces conduits d'entretien sombres et étouffants du système de chauffage de Bucarest. Beaucoup ne savent pas où ils dormiront la nuit suivante ni quand ils prendront leur prochain repas.

Le tournant de 1989

Ce n'est qu'après la révolution de 1989 que le monde prit connaissance de ce que le régime de Ceaucescu avait fait du peuple roumain. Parmi ses victimes, 150 000 enfants grandissaient dans des foyers de l'Etat, dans des conditions d'extrêmes privations, dégradantes et inhumaines. Ils y végétaient sans pratiquement aucun soins médicaux, sans éducation, affamés, certains vêtus de guenilles, d'autres complètement nus. Toutefois, 1989 fut un tournant dans la vie de ces enfants des foyers, et beaucoup s'enfuirent. Certains gagnèrent les villes, préférant l'incertitude de la vie dans les rues et la liberté à l'enfermement à vie.

Irina Dragoi se souvient bien de cette époque :« J'ai vu la misère dans laquelle vivaient ces enfants et j'ai su qu'il fallait faire quelque chose. Nous devions nous occuper de notre jeune génération. » Pendant 30 ans, elle avait travaillé comme ingénieur dans des usines qui élaboraient des médicaments, des peintures et des produits chimiques. Elle éprouva un irrésistible désir d'aider et, avec l'aide de deux amies, elle tenta une expérience. « Abordant plusieurs de ces enfants des rues qui étaient en train d'inhaler des émanations de peinture, nous leur avons demandé s'ils aimeraient nous parler, manger quelque chose et peut-être aussi faire un peu de peinture. » C'était en 1993. Après un temps d'hésitation, les enfants s'enthousiasmèrent et c'est à ce moment-là que le projet démarra.

Des initiatives porteuses d'espoir

« Nous voulons donner aux enfants de Bucarest une chance de mener une vie normale et empêcher ceux des familles les plus pauvres de s'enfuir pour gagner la rue », nous explique Irina. Depuis le début de 1993, la petite équipe dévouée s'est régulièrement étoffée et compte maintenant 40 bénévoles permanents. Ils ont appelé leur organisation non gouvernementale et chrétienne « Sankt Stelian », Stelian étant le saint protecteur des enfants. « Je n'ai plus le temps de penser à moi, et quand cela m'arrive, j'ai honte. » Tel est le sentiment d'Irina.

Les bénévoles parcourent les rues, bavardent avec les enfants, leur donnent à manger et s'occupent d'eux. C'est ainsi que plus de 400 enfants ont été pris en charge. Depuis l'an dernier, la « cantine sociale » a servi 875 repas hebdomadaires, 65 enfants bénéficient d'un complément d'instruction et huit jeunes issus de familles socialement fragiles d'une formation dans la coiffure et dans le cadre d'un programme d'apprentissage. Plus de 120 familles dans le dénuement sont l'objet de visites régulières et reçoivent une aide sous forme de nourriture, de vêtements et de soins médicaux. Ces projets sont financés par des dons provenant en majorité de l'étranger. Ces dernières années, quoique avec une certaine lenteur, l'Etat cherche à coopérer avec les groupes de bénévoles, reconnaissant que le problème ne peut être résolu que dans l'union.

Les enfants des rues peignent des icônes

L'un des projets qui touche Irina de très près est la peinture d'icônes. Tous les samedis, cette femme énergique invite les enfants des familles pauvres, et ceux qui vivent dans les rues, à peindre des icônes. « Les résultats sont extrêmement gratifiants. » Installés dans les lumineuses salles de la cantine
sociale, les enfants ont l'occasion de créer seuls quelque chose qui s'harmonise avec leur sens de la couleur et offre une compensation à leur dure existence. « Les enfants doivent se sentir tout à fait bien ici. Ils doivent avoir un temps pour les loisirs sans avoir à se soucier constamment de leur survie », insiste Irina. A la fin de chaque séance de peinture, on leur sert un repas chaud.

On a fait don des premières icônes peintes sur verre à des familles trop pauvres pour en acheter une vraie. En Roumanie, il existe une longue tradition en matière d'icônes. Des paysans de Siebenbuergen fabriquent des images peintes sur verre depuis le XVIIIe siècle. Il est important pour chaque famille de posséder une icône parce que, comme l'explique Irina : « Dieu est présent à travers les icônes. »

Les valeurs et la nouvelle orientation

« Souvent, le destin personnel des enfants se reflète dans leurs icônes. » Irina décrit comment Christian, six ans, qui peignait pour la première fois, a recouvert les couleurs éclatantes de sa peinture d'une épaisse couche d'une triste peinture grise. « Il paraissait très fragile et trop petit pour son âge. » Plus tard, elle l'emmena avec elle à Zürich où à Gross Münster, se tenait la première exposition de peinture sur verre de St Stelian. « Le public a été impressionné. Quand quelqu'un lui a demandé s'il était un enfant des rues, Christian a répondu d'une voix radieuse : « Non, je suis un artiste. » Irina explique qu'elle aime raconter cette histoire car elle témoigne de la transformation positive des enfants et de la confiance en eux qu'ils acquièrent grâce à la peinture.

Marian Negoe est un autre exemple du grand succès de ce projet. Désespéré et sous- alimenté, il errait dans les rues de Budapest à la recherche de nourriture. Mais il eut la chance d'être recueilli par un vieux couple qui l'avait trouvé. C'est en peignant des icônes à St Stelian qu'il découvrit son talent pour la peinture. Aujourd'hui, Marian a un diplôme. Il est professeur d'arts plastiques et enseigne aux enfants de St Stelian qui veulent tout savoir. La composition des peintures ou certaines techniques de peinture sont pour eux plus importantes que le choix des couleurs, nous explique Marian tout en longeant les rangées de tables de la cantine sociale converties en atelier de peinture. « Pour les enfants, les images saintes sont un idéal qui leur montre la façon dont ils veulent vivre. » Il s'arrête devant Ionut, huit ans. Totalement absorbé par sa tâche, le petit garçon fluet mélange des peintures à l'huile bleues avec du blanc sur une palette de bois, trempe son pinceau avec soin dans la peinture fraîche et peint sur le verre les contours de saint Nicolas.


Pour de plus amples renseignements, contacter : Association Sankt Stelian   <http : //home.tpp24.net/peter.fettich/SFS/default.htm>


La pauvreté en Roumanie

– En 1996, quatre millions de Roumains vivaient officiellement dans la pauvreté absolue (20 % de la population). En 1997, on atteignait sept millions (31 %).

– Un enfant sur cinq est naturel et la stabilité des relations familiales existe rarement.

– En 1993, le taux de mères ayant un faible niveau d'instruction était de 45,7 %. Il est passé à 57,2 % en 1998.

– Le chômage touche principalement les femmes et les jeunes entre 15 et  24 ans. En 1998, 45 % des jeunes Roumains étaient enregistrés comme chômeurs.

– Les taux de criminalité montent : 40 % des délits sont commis par des jeunes. Sur l'ensemble des condamnations prononcées, deux sur cinq concernent des 18-29 ans. La misère, le chômage et le manque d'éducation sont considérés comme étant à l'origine de cette situation.




Home Une feuille de papier en guise de lit

Source : BBC : News Online

Voici la triste histoire de Linda (c'est un pseudonyme), âgée de 14 ans, Angolaise, forcée par des rebelles de l'Unita à abandonner sa maison et à fuir avec sa famille.

Après deux semaines de marche et après avoir évité de justesse une embuscade, Linda et sa famille ont rejoint un camp de réfugiés dans la ville portuaire de Lobito, où ils vivent depuis l'année dernière. L'histoire de Linda illustre les effets réels des privations qui affligent la vie des enfants dans les pays en voie de développement. Cette adolescente vit dans une misère où l'eau potable est rare et où elle se contente de se vêtir de « guenilles crasseuses ».

Elle décrit une existence de souffrances indicibles : « Nous sommes tous sales. Si on trouve de l'eau, elle est souillée, et je dors mal ici. Nous devons étendre des feuilles de papier sur le sol pour nous coucher dessus. Parfois, le papier est inutilisable à cause de la pluie qui traverse le toit. »

La pauvreté de Linda a eu des effets sur son éducation. Avant d'être obligée de fuir de chez elle, elle allait à l'école, mais maintenant elle passe son temps à préparer les repas, à nettoyer son abri et à s'occuper de ses six frères et sœurs. Les occasions d'apprendre sont rares. Linda explique : « Si vous arrivez à trouver du travail, vous ne gagnez pratiquement rien et vous ne pouvez pas vous permettre d'acheter des vêtements et des chaussures parce que c'est trop cher. »

De l'eau potable, des vêtements et un endroit où dormir, ce que la plupart des gens considèrent comme normal, restent hors de portée pour les enfants qui ont eu la malchance de naître au mauvais moment et au mauvais endroit. Linda est pessimiste quant à son avenir : « J'aimerais pouvoir rentrer à la maison, mais je ne pense pas que cela soit possible pour le moment. Je crois que nous allons rester ici longtemps. »




Home Messages de l'eau : découvertes dans des cristaux de glace

Messages from Water est le titre d'un ouvrage de Masaru Emoto, docteur en médecine alternative au Japon. Ce livre captivant contient des dizaines de photographies extraordinaires de cristaux de glace, compte rendu photographique d'une recherche d'avant-garde impliquant à la fois une démarche scientifique et un travail d'interprétation.

Chi, un terme faisant référence à l'énergie subtile, devenu familier en Occident, est connu en japonais sous le nom hado. Le Dr Emoto s'est demandé si le hado ou le chi de l'eau pouvait être perçu ou mesuré, et ceci l'a dirigé vers le domaine de recherche qui est actuellement le sien.

Les quelques photographies* rassemblées sur ces deux pages donnent au lecteur un aperçu fascinant du monde de l'énergie subtile et de l'effet sur l'eau de phénomènes tels que la pollution ou le son.

Cette recherche prend place au moment où, partout dans le monde, on s'éveille à la nécessité de relations différentes avec la nature. Alors que des millions d'individus sont dans l'obligation de se contenter de faibles quantités d'eau ou même d'une eau très rare, cette denrée précieuse continue à être polluée.

Et même si les experts chargés de la purification de l'eau affirment, preuves à l'appui, que l'eau destinée à la consommation courante dans les grandes cités du monde est propre et ne présente aucun danger pour la santé, les recherches du docteur Masaru Emoto mettent en évidence de nouvelles données qui contredisent ces affirmations.

Le docteur Emoto débuta ses recherches en 1994. Il eut l'idée de geler de l'eau et de photographier les cristaux de glace. Des échantillons d'eau furent gelés puis photographiés à grande vitesse, sous un microscope, le plus rapidement possible avant qu'ils ne commencent à fondre. Le laboratoire était maintenu à une température de –5 degrés Celsius.

Est-il possible de montrer l'impact de la pollution sur l'énergie subtile d'un cristal de glace ? Les photographies prises « avant et après » (page 10) indiquent une nette détérioration et donnent matière à réflexion.

L'équipe remarqua bientôt que, bien que les cristaux eussent tous une structure hexagonale, il existait des différences nettement perceptibles entre eux.

Le Dr Masaru Emoto élabora progressivement une théorie selon laquelle lorsqu'un cristal n'atteint pas une structure hexagonale complète, c'est le signe d'une faiblesse ou d'un problème tel qu'une contamination due à la pollution, ou à un autre facteur d'origine naturelle ou humaine, comme un tremblement de terre ou l'exposition à de la musique trop forte ou discordante.

Les quelques photographies présentées ici sont extraites de l'ouvrage du docteur Masaru Emoto intitulé Messages from Water (Messages de l'eau). Elles montrent les changements profonds causés par la pollution sur la structure même de notre monde et combien nous devons prendre au sérieux notre impact sur l'environnement.


L'ouvrage du Dr Masaru Emoto (publié chez Hado Kyoikusha Co. Ltd.,Tokyo, 1999. ISBN 4-939098-00-1) a été traduit en anglais sous le titre Messages from Water.


Voir photographies dans la version imprimée de la revue Partage International  n°165  de mai 2002, page 10 et 11

 





Signes des temps

Home Une huile miraculeuse au parfum de rose

Source : San José Mercury News, E.-U.

Des milliers de personnes se sont rendues chez Cora Lorenzo, à Union City, en Californie, pour voir et sentir l'huile au parfum de rose qui suinte de multiples objets religieux appartenant à la famille. Certaines affirment que cette huile les a guéries de leurs maladies.

Cora Lorenzo a déclaré que l'huile avait commencé à couler d'un bénitier, une petite tasse accrochée à la porte d'entrée, utilisée pour mettre de l'eau bénite et achetée en France, lors d'un pèlerinage à Lourdes en 1991.

Un soir de novembre 1995, elle remarqua que l'eau de Lourdes avait séché. Le matin suivant, elle toucha l'intérieur du bénitier et sentit un liquide huileux et parfumé. Elle pensa que son mari Tito, ou son fils âgé de vingt-quatre ans, y avait mis de l'huile. Ils déclarèrent n'en avoir rien fait. « Je savais que c'était un don de Dieu, dit Cora. Mais comment en parler ? Personne ne me croirait. »

La nouvelle se répandit et maintenant des personnes du monde entier se rendent chez Cora Lorenzo. Les visiteurs déposent régulièrement leurs propres objets religieux, enveloppés dans des sacs de plastique pour recueillir l'huile, car selon la rumeur, d'autres figurines saintes laissées dans la maison auraient également commencé à exsuder de l'huile. Des piles de lettres adressées à Cora décrivent comment l'huile a guéri les maux de tête, les urticaires, les maux d'oreilles, les allergies et l'arthrite. Une correspondante a déclaré que l'huile avait fait disparaître sa tumeur.

Patricia Wu de Daly City, en Californie, a affirmé que lorsqu'elle avait frictionné son fils âgé de quatre ans avec l'huile, les mystérieux boutons rouges qui lui couvraient le corps avaient presque aussitôt commencé à disparaître. Ellen Hartog, d'Union City, est juste venue respirer le parfum de l'huile et apprécier ses propriétés miraculeuses. « L'atmosphère est réconfortante ici, a-t-elle déclaré. Je me sens toujours un peu étourdie. »

Cora Lorenzo n'accepte pas d'argent de ses visiteurs, et affirme que l'huile est là pour être partagée. « Si je dis oui à une personne, il est naturel que je dise oui à toutes », déclare-t-elle.

 

 

 

Le Maître de B. Creme a indiqué que l'huile était manifestée par le Maître Jésus.


Home Du miel miraculeux

Source : skyboom.com

Des miracles et des cas de guérisons sont rapportés par des personnes méditant sur le Sri Murthi, l'icône de Sri Mukteswara Bhagavan. Des photographies de l'un de ces miracles ont été prises à Milipitas (Californie), le 23 janvier 1999.

Du miel a commencé à couler des mains de l'icône, et des personnes sont venues de très loin pour voir ce miracle et pour goûter le miel. Certains déclarent avoir expérimenté des états d'amour inconditionnel, de profonde paix intérieure et de béatitude en regardant l'icône. D'autres prétendent avoir été guéris ou avoir reçu des réponses à leurs prières ou des solutions immédiates et miraculeuses à leurs problèmes et à leurs souffrances.


 

 

 

Le Maître de Benjamin Creme indique que ces guérisons sont dues à Sri Mukteswara Bhagavan, un Maître.


Home Compassion

Dans une émission télévisée racontant la lutte d'un soldat de l'armée britannique pour se libérer de ses traumatismes de prisonnier de guerre (Home Ground BBC2-tv, 14 septembre 2000), il est question d'une rencontre très inhabituelle qu'il fit.

Arthur Dodd, fervent méthodiste, fut retenu pendant 14 mois comme prisonnier de guerre dans le camp allemand d'Auschwitz, où il assista à de terribles atrocités au cours de ses travaux forcés à côté de prisonniers juifs du camp de concentration. Lorsque Auschwitz fut libéré, il marcha plus de mille kilomètres à travers l'Europe afin de retourner en Angleterre, où il constata que les gens ne voulaient pas croire son histoire. Il tomba dans une profonde dépression, refusant de parler davantage de ses expériences et passant ses journées à errer dans la campagne du Cheshire.

Un jour, raconte-t-il, un événement changea tout. Alors qu'il marchait, il tomba sur deux cygnes sauvages qui lissaient leurs plumes au soleil, sur un lac. Frappé par leur beauté, il s'assit dans l'herbe afin de les observer. L'un d'entre eux sortit de l'eau, monta sur la berge, se dirigea vers lui et posa son bec sur son épaule. Au début il eut peur de bouger, « au cas où il m'aurait arraché l'oreille ». Mais une pensée lui traversa l'esprit : que faisait-il de sa vie ? Il était vivant et il y avait toute cette beauté, là, juste devant lui. « Je fondis en larmes, se rappelle-t-il. Cela me fit un bien immense et le cygne resta immobile avec son bec posé sur mon épaule. Il resta bien quatre ou cinq minutes alors que je ne faisais que pleurer et pleurer. Il donnait l'impression de savoir ce que j'étais en train de traverser. De toute ma vie, je n'ai jamais rien ressenti de tel que le sentiment qui m'envahit alors que j'étais assis là avec la tête du cygne posée sur mon épaule. »

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ce cygne a été manifesté par Maitreya.


Home Une statue miraculeuse au Texas

Source : American-Statesman, E.-U

Austin, au Texas (Etats-Unis), une statuette en céramique de 30 centimètres représentant la Vierge attire des milliers de visiteurs. Cette statuette, qui se trouve dans le modeste appartement de Candy et Victor Gonzalez, au nord-est d'Austin, verserait des larmes de sang. Le phénomène apparut début août 2000, alors que Candy Gonzalez réaménageait la chambre du bébé de sa fille. Elle prit la statuette qui se trouvait sous un crucifix peint montrant les traces de sang s'écoulant de la tête, du flanc, des pieds et des mains de Jésus. Mme Gonzalez remarqua qu'un œil de la statuette portait une tache de couleur rouge mais elle se contenta de l'essuyer. « Je n'y prêtai pas attention », confit-elle. Mais lorsqu'elle regarda la statuette de nouveau, elle eut l'impression de voir du sang couler de l'œil de la Vierge.

« Je sentis des frissons me parcourir l'épine dorsale, raconte-t-elle. Je me précipitai dans la cuisine et je la plaçai devant une fenêtre donnant sur l'extérieur. » Mme Gonzalez courut chez une voisine. « Dépêchez-vous, venez voir les larmes de sang couler de l'œil de ma Vierge. » La voisine vint et remarqua : « Regardez, du sang commence à couler de l'autre œil également. »

Mme Gonzalez raconte que depuis ce moment-là les larmes coulent par intermittence sans qu'il soit possible de prédire à quel moment. Au début, la famille Gonzalez essaya de ne pas ébruiter la nouvelle mais à partir du moment où les amis, la famille et les voisins furent au courant, des gens affluèrent chez eux de toute cette région du Texas. Les visiteurs sonnaient à leur porte à toute heure du jour et de la nuit et les Gonzalez trouvaient difficile de ne pas les laisser entrer.

Vicente Alonzo raconte que lorsqu'il vint chez les Gonzalez, il vit la main de la Vierge bouger : « Elle bougea très lentement comme dans un mouvement au ralenti. Je regardai la main deux fois et la troisième fois j'inclinai la tête et me mis à prier. »

Il y eut tant de passages chez les Gonzalez que les voisins finirent par se plaindre et la famille Gonzalez décida d'exposer la statuette dans l'église catholique locale. Selon les estimations, en l'espace de deux jours, quelques 10 000 personnes se sont rendues dans l'église afin de voir la statuette. Après cela, Candy et Victor Gonzalez la reprirent. « Je pense qu'elle sera plus en sécurité chez nous », déclara Candy Gonzalez. Le révérend Robert Becker, pasteur de l'église et conseiller spirituel de la famille Gonzalez, expliqua que cette statuette défiait toute logique : « Ce que j'ai vu était une substance de couleur rouge, ressemblant à du sang, qui s'écoulait des yeux et ruisselait le long du visage », a-t-il déclaré. Lorsque la statue pleure, Candy Gonzalez affirme qu'un « miracle se produit » chez les personnes qui touchent les larmes encore humides. Le dos d'une femme a été guéri et la vue déficiente d'une autre s'est rétablie, assure-t-elle.

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le Maître qui fut la Vierge était à l'origine de ce miracle.


Home « Lumière venant du ciel » : apparitions de la Vierge en Egypte

Source : ABC News, Etats-Unis

Des milliers de personnes se sont rendues dans la ville d'Assiut, au sud de l'Egypte, attirées par de nombreux reportages sur des apparitions de la Vierge.

Des témoins racontent que les apparitions se produisent à l'église St Marc de bonne heure le matin. « J'ai vu Marie, elle était magnifique, elle portait un voile bleu, raconte Sarwat Hani Marzouk. De la lumière émanait de ses mains, puis des colombes aussi grosses que des canards se sont envolées. » D'autres ont simplement expliqué qu'ils avaient vu des lumières stroboscopiques et de grosses colombes voler autour des tours de l'église.

Chaque nuit, à l'extérieur de l'église, des pèlerins entonnent des cantiques, tels que : « Viens Marie, viens », ou « Ta lumière est sur la croix », implorant la Vierge d'apparaître entre les deux tours de l'église, comme elle l'a fait, affirment-ils, les nuits précédentes. Les musulmans révèrent Marie en tant que mère de Jésus, lui-même étant considéré comme un prophète dans l'Islam.

Les gens vivant aux alentours de l'église Saint Marc ont commencé à parler de ces apparitions en août 2000. « Nous avons entendu parler pour la première fois d'une apparition de la Vierge le 17 août, a déclaré un résident du quartier. Nous n'y avons pas attaché trop d'importance pensant qu'il s'agissait d'un cas isolé ». Mais il affirme que le lendemain « davantage de personnes ont raconté la même chose, puis des centaines et des milliers ». Le père Labib, du monastère copte orthodoxe de Dronka, situé à proximité, a déclaré : « Si vous cherchez la source de cette lumière, vous ne la trouverez pas. Cette lumière vient du ciel. »

L'évêque Mina Hanna, secrétaire du Conseil des Eglises d'Assiut, a déclaré que la Vierge avait choisi d'apparaître dans la ville d'Assiut car elle y était déjà venue lors de l'exil de la Sainte Famille sous le règne d'Hérode. Les chrétiens coptes, qui composent la majorité des six millions de chrétiens d'Egypte, croient que la Sainte Famille s'est arrêtée à Assiut, en retournant vers la Palestine. Environ un quart de la population d'Assiut est chrétienne. L'évêque Hanna a déclaré : « C'est à la fois une bénédiction pour les musulmans et pour les chrétiens. C'est une bénédiction pour l'Egypte. »

Les sceptiques affirment que les apparitions coïncident avec les efforts faits par le gouvernement pour promouvoir le tourisme religieux dans la région, après le massacre de cinquante-huit touristes en 1997, sur le site très populaire de Luxor. Assiut, ainsi que d'autres villes situées au bord du Nil, fut coupée du monde extérieur pour des raisons de sécurité.

Le principal hebdomadaire égyptien, Rosa el Youef, a qualifié les apparitions de « légende ». Mais les journalistes britanniques et égyptiens qui se sont rendus à Assiut ont raconté qu'ils avaient vu soudain dans le ciel des flashs de lumière dont ils ne purent trouver l'origine.

 

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que c'est le Maître qui fut la Vierge Marie qui est à l'origine de ce miracle, et qui a matérialisé les colombes.



Tendances

Home Engagements financiers en faveur du développement

Source : Agence de presse des Nations unies

La conférence internationale qui s'est déroulée en mars 2002, à Monterrey (Mexique) s'est montrée prometteuse. De hauts dirigeants, dont 51 chefs d'Etat et de nombreux représentants d'institutions financières et commerciales internationales, ainsi que du monde des affaires et de la société civile, ont tenu des tables rondes pour la première fois dans l'Histoire, et ont débattu de questions financières d'une importance capitale pour le développement international.

Avant le sommet de Monterrey, le président des Etats-Unis, George W. Bush, avait annoncé un programme d'assistance au développement mondial, de cinq milliards de dollars sur trois ans, destiné à aider les pays en développement qui respectent les droits de l'homme, combattent la corruption, assurent l'éducation de leurs populations et ouvrent leurs marchés. Il s'agit en fait d'un complément aux programmes américains existants déjà, qui doit être soumis à l'approbation du Congrès. L'Union européenne a déclaré pour sa part que ses quinze membres augmenteraient leur contribution à l'aide internationale d'au moins quatre milliards de dollars par an d'ici 2006, pour atteindre une moyenne de 0,39 % du Produit national brut.

Les participants ont adopté par acclamation un document intitulé le Consensus de Monterrey, décrit comme « un catalyseur des actions futures » en faveur d'une réduction de la pauvreté mondiale, d'un développement durable, et d'une aide officielle au développement (ODA). Ce Consensus reconnaît « qu'une augmentation substantielle de l'ODA et des autres budgets d'aide sera nécessaire pour que les pays en développement atteignent les objectifs fixés en matière de développement ». Mais il ne prend pas d'engagements précis en ce sens, en dépit des appels lancés par le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan et le président de la Banque mondiale James Wolfensohn pour faire passer l'ODA de 50 milliards à 100 milliards par an.

Certaines organisations non gouvernementales, des syndicats et quelques pays ont exprimé des réserves à l'égard du Consensus. Les ONG ont insisté sur la nécessité d'une approche centrée sur les peuples plutôt que sur les marchés. Ils ont déploré le peu d'engagement visant à libérer les pays les plus pauvres du fardeau de la dette, l'absence de constatation du lien entre le développement et les droits de l'homme, et également l'absence de mesures d'urgence visant à une réforme structurelle des marchés financiers internationaux.

Le sommet mondial sur le développement durable, prévu en août et septembre 2002 à Johannesburg, en Afrique du Sud, essaiera de mettre en route les propositions pour un développement durable faites à Monterrey et lors des conférences sur le développement organisées précédemment par les Nations unies.

 

 




Home Sur la piste de la « Planète X »

Source : Nexus, France.

Notre système solaire comprend-il une dixième planète ? Les astronomes sont suffisamment convaincus de son existence pour lui avoir donné un nom : la planète X, « X » comme dixième.

La théorie de la planète X prit son essor en 1978 lorsque Robert Harrington et Tom van Flandern, de l'US Naval Observatory de Washington, purent établir que les orbites d'Uranus et de Neptune avaient subi des perturbations qui ne pouvaient s'expliquer que par l'attraction d'un corps céleste non identifié, à l'orbite très excentrique, fortement inclinée par rapport à l'écliptique, et de très longue périodicité. En 1982, la Nasa admit l'hypothèse de l'existence de cette lointaine transplutonienne.

L'année suivante, le satellite IRAS (spécialisé pour l'observation dans l'infrarouge) observait ce que Gerry Neugebauer, du Jet Propulsion Laboratory, décrivait comme « un corps céleste de la taille de Jupiter, appartenant au système solaire, et se trouvant dans la direction de la constellation d'Orion ». Depuis, les recherches ont continué, jusqu'à ce qu'en 1987, la Nasa reconnaisse officiellement que ce corps mystérieux était bien une planète. Enfin, en 2001, une équipe internationale observa l'étrange parcours d'une comète découverte cette même année, qu'elle attribua à l'attraction d'un corps massif, probablement de la taille de Mars et située dans la ceinture de Kuyper (formée de débris cométaires et planétaires), qui est trois fois plus éloignée que Pluton.

Comme on le voit, l'existence de cette planète X ne fait plus de doute. Mais les difficultés ne font que commencer, comme le suggèrent les propos de l'astronome Harold F. Levison : « De toute évidence, un corps massif a mis la pagaille dans la ceinture de Kuyper. La question est de savoir s'il s'y trouve encore ! »




Home L'art de passer le temps

Source : Echo, Pays-Bas

En pali, ancienne langue de l'Inde, vipassana signifie « voir les choses telles qu'elles sont ». Kiran Bedi, première femme directeur général des prisons en Inde, a décidé de faire participer les détenus à un nouveau programme de réhabilitation. Elle a lancé un programme de méditation Vipassana pour les prisonniers auteurs des crimes les plus odieux. Le cours consiste en une formation intensive de dix jours dans les pratiques et les techniques de méditation. On enseigne aux prisonniers des techniques visant à produire une purification mentale et spirituelle par l'auto-observation. Ce faisant, ils voient progressivement des changements se mettre en place en eux et finalement, cela mène à un processus de transformation. Ils affirment expérimenter ainsi une réelle paix intérieure. Un film documentaire, Vipassana, ou l'art de passer le temps, a été réalisé sur cette formation de réhabilitation peu banale.





Les priorités de Maitreya

Home Inquiétante élévation du niveau des océans

Source : Source : Environment News Service

Le niveau des océans pourrait s'élever de 15 cm à 30 cm vers la fin de ce siècle – plus du double de ce qui avait été prédit l'an dernier par le Panel intergouvernemental sur les changements climatiques, ceci en raison d'une révision à la hausse des estimations sur la fonte des glaciers.

En effet, Mark Meier, professeur en géologie à l'Université du Colorado (Etats-Unis) et son équipe, ont recueilli de nouvelles données montrant que les glaciers et les calottes glacières dans le monde entier ont perdu d'énormes quantités de glace au cours du XXe siècle, avec une accélération du processus depuis 1988. « Cette perte contribue pour au moins 20 % à l'élévation du niveau des mers observée, a déclaré le professeur Meier. Certains glaciers sont à présent plus petits qu'ils ne l'ont jamais été au cours des derniers millénaires. Le taux de perte glacière a plus que doublé depuis 1988.

Une élévation de 30 cm du niveau des océans va provoquer un retrait des lignes côtières de 300 m ou plus, ce qui pourrait entraîner d'importantes répercussions sociales et économiques. » Aux Etats-Unis, certaines grandes cités côtières, comme Houston, au Texas, ne se situent pas tellement au-dessus du niveau de la mer. Le professeur M. Meier a mis en garde sur le fait que des nations insulaires, comme les Seychelles, au large de l'Afrique, et Kiribati, au sud-ouest de Hawaï, sont déjà en passe d'être submergées. Au Bangladesh, une élévation d'un mètre du niveau de l'eau provoquerait la submersion de la moitié du pays, et plus de 100 millions de déplacés.




Home Des photos satellite révèlent l'ampleur de la pollution

Source : CNN, Etats-Unis

Le satellite Terra de la Nasa vient de fournir l'aperçu le plus complet de la pollution de l'air que nous ayons à ce jour, en mettant en évidence d'énormes nuages de smog à la dérive à travers les continents et les océans. En permettant de suivre l'évolution du taux de monoxyde de carbone, les photos de Terra illustrent bien le fait que la pollution ne connaît pas les frontières. C'est ainsi que de fortes concentrations de fumées provenant des forêts en feu d'Afrique ou d'Amérique du Sud finissent par toucher l'Australie, et que les nuages de pollution provenant d'usines d'Asie du Sud-Est aboutissent en Amérique du Nord.

John Gille, chercheur associé au programme Terra pour le Centre national de recherche atmosphérique, affirme que ces nouvelles observations illustrent clairement le fait que la pollution atmosphérique est bien plus qu'un problème local, qu'il s'agit en fait d'une question qui se pose à l'échelle de la Terre entière.

Terra mesure la concentration de monoxyde de carbone dans la troposphère, la couche d'air comprise entre 3 200 et 4 800 mètres au-dessus du sol. A ce niveau, les agents polluants interagissent avec d'autres gaz pour former le smog qui monte dans l'atmosphère ou redescend vers le sol où il peut atteindre les voies respiratoires des êtres vivants.

Les images produites par Terra sont codées à l'aide de couleurs ; elles mettent en évidence des surfaces d'un rouge profond (caractéristique des plus hautes concentrations de monoxyde de carbone) dans des régions chaudes telles que l'Afrique, l'Amazonie, l'Asie du Sud-Est et, à l'occasion, dans certaines contrées d'Amérique du Nord et d'Europe. Dans ces régions, les industries et les incendies (naturels ou provoqués par l'homme), engendrent d'immenses nuées de monoxyde de carbone qui s'étendent sur des océans entiers. Les photos montrent également que la plus grande partie de l'hémisphère nord semble prise dans un brouillard verdâtre persistant qui met bien en évidence une pollution permanente au monoxyde de carbone.

Quoique Terra ne décèle pas les sources de pollution isolées, il permet de distinguer la pollution atmosphérique de certaines zones métropolitaines et de régions forestières. Les chercheurs de la Nasa affirment que les activités humaines sont à l'origine d'environ 50 % des émissions de monoxyde de carbone.





Les enseignements de Maitreya

Home Le respect de soi et la réalisation du Soi

par Un collaborateur de Maitreya

Entre 1988 et 1993, Maitreya, l’Instructeur mondial, a communiqué des fragments de ses enseignements. L’un de ses plus proches collaborateurs, de la communauté de Londres, les a transmis à Partage international pour publication et diffusion sous forme de communiqués de presse aux médias du monde entier. Exprimés dans les termes de ce collaborateur, les enseignements spirituels de Maitreya sont ici regroupés par thèmes, dans le but d’en faciliter l’étude et leur application dans la vie quotidienne.

Le respect de soi est la graine de la conscience. [Share International, juin 1988]

Le message adressé à chacun et à tous est de générer le respect de soi. Les temples les plus importants dans la vie sont l'esprit qui doit être nourri de sincérité, le mental qui doit être nourri d'honnêteté et le corps qui doit être nourri d'une nourriture saine. Ceci créera l'harmonie dans le mental, le corps et l'esprit. [SI, juin 1988]

Le Seigneur Maitreya inspire à chacun le développement, à travers le mental, l'esprit et le corps, du respect de soi avant tout, d'où émergeront les bienfaits du salut qui rendront la vie pleine de sens pour tout un chacun. [SI, juin 1988]

Quel que puisse être la gravité de votre crime, vous pouvez cultiver le respect de vous-même en pratiquant la sincérité de l'esprit, l'honnêteté du mental et en nourrissant votre corps d'une nourriture saine. Tel est votre héritage naturel. Utilisez-le. [SI, juin 1988]

Le respect de soi est la pierre angulaire du renouveau social, et sans lui rien ne peut être construit. [SI, juillet/août 1988]

Maitreya déclare : « Rien ne sera imposé de l'extérieur. Tout fleurira de l'intérieur. » [SI, juillet/août 1988]

Un processus intérieur de développement du respect de soi et la conscience qui en résulte sont le prélude nécessaire au succès. [SI, juillet/août 1988]

Il est impossible de se substituer à une autre personne pour ce qui touche à son univers intérieur. Si sa vie n'a pas de sens, alors ce « sens » doit être restauré. Pour que cela soit possible, il est nécessaire que la personne ait une autre perception d'elle-même, qu'elle fasse l'expérience du sentiment de sa propre valeur. Lorsque cela arrive, elle peut développer la conscience du Soi. [SI, juillet 1988]

Maitreya déclare : « Soyez ce que vous êtes. N'abandonnez pas le respect de vous-même, ne livrez pas votre dignité aux autres. Lorsque vous vous abandonnez à un autre soi, vous devenez un zombie. Ne permettez pas même à une ombre de vous posséder. Votre destin est d'être libre. » [PI, octobre 1988]

Lorsqu'une résistance est créée dans le mental, dans l'esprit et dans le corps, la vie perd son sens. Pour échapper à cette situation, certains individus prennent de la drogue et en deviennent dépendants. C'est uniquement lorsque le Soi est libéré de ces tumeurs que sont les « ismes » que ce problème peut être résolu. Un tel problème ne peut trouver de solution que lorsque le respect de soi est accordé au Soi. L'art de la communication joue une part importante dans ce processus. [PI, juillet/août 1989]

Si vous respectez votre Soi, vous respectez la création tout entière. Il n'y a alors ni « ami », ni « ennemi ». Les disputes entre individus ne se produisent pas dans le Soi, mais dans le mental, l'esprit et le corps. Ce qui compte, c'est le Soi, l'étincelle du Tout-Puissant. Maitreya a déclaré : « Si vous êtes un voleur, je suis avec vous. Si vous êtes un roi, je suis avec vous. » [PI, janvier/février 1990]

Toute souffrance est provoquée par un manque de respect pour le Soi. Dès que vous respectez vraiment le Soi, vous goûtez à la liberté et au bonheur. Dès que vous manifestez les principes d'honnêteté, de sincérité et de détachement, la vie cesse d'être une lutte. [PI, mars 1991]

Maitreya déclare : « Ne trichez pas avec vous-même. Respectez-vous. » [PI, mai 1990]

La réalisation du Soi

La réalisation du Soi est la réalisation de Dieu. Réaliser le Soi n'a rien à voir avec la religion, la politique, ou une quelconque forme d'idéologie. [PI, septembre 1988]

La réalisation du Soi, qui est un processus graduel entraînant la non identification à la colère et aux autres idées et émotions destructrices, conduit à l'équilibre dans le mental, l'esprit et le corps. [PI, janvier/février 1991]

Chacun, à n'importe quel moment, peut apprendre l'art de la réalisation du Soi et se rendre compte qu'il aime la vie. Ceci doit être fait avec détachement. [PI, septembre 1989]

Chacun a sa propre richesse, que personne ne peut lui prendre. Cette richesse, c'est la réalisation du Soi. [PI, septembre 1989]

La prise de conscience de l'environnement est le premier pas vers la réalisation du Soi. [PI, septembre 1989]

Maitreya déclare : « Je ne suis pas venu pour fonder une nouvelle religion. Chacun d'entre vous devrait poursuivre son développement au sein de sa propre tradition religieuse. Je ne suis pas venu pour créer des disciples. Même lorsque vous me verrez, ne courrez pas après moi. Si vous courrez après moi, vous me perdrez. »
Il ajoute : « Je suis venu pour enseigner l'art de la réalisation du Soi. » Il souligne qu'il ne s'agit ni d'une idéologie, ni de religion, et que cette réalisation profitera aux adeptes de toutes les religions ainsi qu'à ceux qui n'en ont pas. C'est la raison pour laquelle il déclare : « J'appartiens à tous. » [PI, décembre 1988]

Ceux qui apprennent l'art de la réalisation du Soi dans le mental, l'esprit et le corps expérimenteront que tout ce qui se trouve en nous et autour de nous provient d'une seule source que nous appelons Dieu. [PI, sept. 1990]

Maitreya déclare : « Tout ce qui est créé au nom de la réalisation du Soi durera éternellement. » [SI, juillet/août 1988]





Faits et prévisions

Home De nouvelles manières d'explorer la spiritualité

Source : BBC News Online, G.-B

« La plupart des scientifiques contemporains remettraient certainement en cause le concept de l'âme. La scission entre la science et la religion a conduit à nier l'existence d'une notion aussi supraterrestre que l'âme ou le Soi supra personnel. Mais cela évolue. Un groupe de scientifiques, à travers le monde, se focalise sur cette question de l'existence du soi supra personnel. » [ la Mission de Maitreya, tome II, page 386.]

Des recherches menées sur les états de conscience en méditation, auprès d'un panel de moines bouddhistes, démontrent que les parties généralement actives du cerveau entrent en veille tandis que les zones habituellement au repos sont stimulées. Andrew Newberg, radiologue à l'Université de Pennsylvanie, déclare : « Je pense que nous nous situons à une époque merveilleuse de notre Histoire qui nous permet d'explorer la religion et la spiritualité comme on n'aurait jamais pu l'envisager auparavant. »

En ayant recours aux techniques d'imagerie par marquage radioactif, A. Newberg et son équipe ont étudié un groupe de moines tibétains durant une méditation d'environ une heure. Lorsque les méditants eurent atteint un état transcendantal élevé, il leur fut demandé de tirer la corde d'un cerf-volant, ce qui provoqua l'injection d'un traceur radioactif dans leur système sanguin. Ainsi, les scientifiques furent en mesure de visionner le circuit parcouru par le colorant à travers les parties actives du cerveau des méditants. Une fois la méditation achevée, les zones repérées furent traduites en image et l'état de méditation put être comparé avec l'état de veille normal.

Ces photographies scanner ont ainsi fourni de remarquables indices sur le fonctionnement du cerveau pendant la méditation. Le docteur Newberg explique : « Au cours de la méditation, les gens perdent le sens de leur identité et font souvent l'expérience de la sensation d'une vacuité d'espace et de temps, et c'est exactement ce que nous avons observé. » L'interaction complexe entre les différentes zones du cerveau présente également des similarités avec l'activité qui caractérise d'autres expériences dites mystiques ou spirituelles.

Les études précédentes du docteur Newberg avaient mis en évidence l'activité du cerveau de sœurs franciscaines au cours d'une prière spécifique dite de « centrage ». Cette prière étant prononcée à voix haute, elle active également d'autres parties du cerveau, mais le docteur Newberg a également découvert qu'elle « éveillait la zone d'attention et réduisait l'activité dans la zone d'orientation ».

L'étude scientifique des mondes physique et intérieur, inhérents à l'expérience humaine sont, d'après le docteur Newberg, d'un bénéfice équivalent. « Lorsqu'une personne connaît une expérience mystique, elle développe un sens de la réalité bien plus vaste et plus clair que notre sens commun habituel, explique-t-il. Comme le sens de la réalité spirituelle est plus puissant et plus clair, il se peut que cette dimension soit plus juste que le sens commun de la réalité perçue par la science. »

.




Home La Suisse rejoint les Nations unies

Source : Berne Zeitung, Suisse

La qualité de l'énergie du Verseau est la synthèse qui mènera l'humanité à vivre l'expérience de l'unité, de la fusion. » [la Mission de Maitreya, tome III, p. 141]

Par une majorité courte mais significative, la Suisse est devenue le 190e membre des Nations unies. Lors du précédent référendum de 1986, la proposition d'adhésion avait été rejetée par 75,7 % des votes. L'ensemble des cantons s'était prononcé contre toute implication dans l'ONU, dont nombre d'agences ont pourtant leur siège social à Genève.

Traditionnellement, la Suisse neutre a dépassé ses réticences à s'amarrer à de grandes organisations, lors d'un double référendum particulièrement difficile exigeant la double majorité : celle de la population et celle des cantons.

 




Home La Suède renonce à sa neutralité

Source : Aftenposten, Norvège

Après 50 ans de neutralité, la Suède vient de renoncer à sa doctrine, grâce à un large consensus politique.

Après la Seconde Guerre mondiale et en 1992, la neutralité de la Suède était exprimée en termes concis : « Libre de toute alliance en temps de paix, afin de préserver sa neutralité en cas de guerre. » Cette philosophie était une conséquence de la guerre froide.

En 1992, après l'effondrement de l'Union soviétique et la chute du mur de Berlin, le monde est devenu plus complexe et la phrase s'est allongée : « Libre de toute alliance militaire, afin de revendiquer la possibilité d'une neutralité de notre pays en cas de guerre dans la région. »

La nouvelle formulation de la doctrine suédoise stipule que le pays reste libre de toute alliance militaire, mais la neutralité en cas de guerre entre pays voisins n'y figure plus. Aux phrases courtes du passé, se substitue désormais une longue justification, reflet du compromis politique ayant permis cette rédaction. La nouvelle déclaration revendique que le choix de la neutralité fut bénéfique à la Suède, mais affirme à présent que  la « coopération et l'action conjointe avec d'autres pays, et en particulier avec l'ONU et une Europe unifiée, constitue la meilleure réponse aux menaces pour la sécurité ».




Home La télépathie est une réalité, affirme un prix Nobel de physique

Source : The Observer, Grande-Bretagne

« Durant l'ère du Verseau, l'humanité connaîtra des changements de conscience d'une telle ampleur que l'usage de la parole disparaîtra progressivement ; nous ferons appel à la télépathie. Il s'agit d'une faculté que nous possédons tous de façon naturelle et finalement, la communication télépathique deviendra la norme » [ Benjamin Creme, Le Grand Retour, p. 267 ]

« Je pense que la télépathie existe et que la physique quantique nous aidera à mieux la comprendre », a affirmé le professeur Brian Josephson, lauréat d'un prix Nobel, dont les propos ont entraîné la Poste royale britannique dans une controverse scientifique. Dans une brochure accompagnant une série de timbres édités pour la commémoration du 100e anniversaire du Prix Nobel, le professeur Josephson affirme que les développements des théories de l'information et des théories quantiques permettront d'aboutir à l'explication de certains processus, tels que la télépathie, qui ne sont toujours pas expliqués dans le cadre de la science conventionnelle.

Furieux, certains scientifiques rétorquent, comme David Deutsch, expert en physique quantique à l'Université d'Oxford (Grande-Bretagne), que « cela est complètement stupide et que la télépathie n'existe tout simplement pas. »

A l'origine de cette controverse, la Poste royale avait demandé à des lauréats britanniques de chacune des catégories de prix Nobel d'écrire un court article sur leurs recherches et d'en mentionner les applications pratiques. Le professeur Josephson a été récompensé par le prix Nobel de physique en 1973, pour avoir apporté la preuve que certains matériaux sont capables de se comporter comme des interrupteurs pouvant fonctionner à des vitesses proches de celle de la lumière. Cette découverte serait susceptible de révolutionner l'industrie informatique ainsi que la distribution d'énergie. Il affirme qu'il a délibérément fait référence à la télépathie dans la brochure, afin de rétablir le déséquilibre de communication flagrant que subissent les recherches dans le domaine paranormal. « Je pense que des revues telles que Nature ou Science censurent de telles recherches. Il y a de nombreux témoignages en faveur de la télépathie, par exemple, mais les travaux sur ce sujet sont rejetés de façon injuste. »

 

 




Home Une végétation planétaire plus dense

Source : Nasa

La nouvelle énergie qui balaye notre monde rendra la terre plus fertile. Maitreya a énergétisé la planète et généré de la chaleur afin que de la nourriture en quantité suffisante puisse être produite, pour satisfaire l'augmentation de la demande de produits naturels. La nature répondra positivement en termes de nouvelles végétations. » [la Mission de Maitreya , tome II]

Les dernières recherches basées sur des observations satellites de la Nasa (Agence spatiale américaine) montrent que depuis plus de 20 ans, la végétation de l'hémisphère Nord devient graduellement plus luxuriante.

Les chercheurs expliquent que la vie végétale observée au-dessus du 40e degré de latitude Nord, matérialisé par une ligne New York, Madrid, Beijing, connaît une croissance plus vigoureuse depuis 1981. Une des causes possibles serait l'élévation des températures, probablement en lien avec l'accroissement des gaz à effet de serre dans l'atmosphère terrestre.

La zone de végétation du nord ne s'est pas précisément étendue, mais elle a augmenté en densité. Les périodes de croissance se sont également allongées de plusieurs jours. En outre, l'Eurasie semble s'être reverdie davantage que l'Amérique du Nord, avec plus de luxuriance et sur de plus longues périodes.

« Quand nous avons observé les températures et les données satellites sur la végétation, nous avons remarqué que d'années en années, les changements dans la croissance et dans la durée de ces périodes de croissance étaient en corrélation avec les variations de température », déclare Liming Zhou de l'Université de Boston.

Vingt ans d'observations satellitaires révèlent de très nets changements dans le déroulement du scénario de l'apparition et de la chute des feuilles. En Eurasie, les chercheurs constatent une saison de pousse plus longue qu'auparavant, de presque 18 jours. Le printemps arrive avec une semaine d'avance et l'automne est décalé de dix jours. En Amérique du Nord, la saison de pousse s'est étendue de plus de 12 jours. Les scientifiques pensent que ces résultats indiquent une végétation planétaire plus dense. La tendance au verdoiement révélé par cette recherche fournit une pièce importante au puzzle du changement climatique mondial et aidera les scientifiques à préciser les prévisions sur la façon dont les gaz à effet de serre affecteront le climat planétaire dans les décennies à venir.




Home Perfectionner l'énergie éolienne

Source : The Guardian, G.-B.

« L'environnement deviendra la préoccupation majeure dans le monde entier » [Maitreya, PI, juin 1989]

Le Danemark envisage de construire une série de vastes centrales éoliennes en bord de mer, afin d'y produire la moitié de l'électricité du pays d'ici l'an 2008. Les Danois sont des pionniers en ce domaine. Ils possèdent des centrales expérimentales d'éoliennes en mer, et ont récemment pris la décision de construire 2 000 moulins à vent géants (armés de pales de 60 mètres), suite à des essais fructueux au-delà de toute espérance. L'énergie éolienne devrait générer autant d'énergie que six centrales thermiques de capacité moyenne. Ce projet permettra aux Danois de se conformer aux normes de l'Union européenne, en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre de 8 %. Svend Auken, ministre de l'Environnement et de l'énergie, a déclaré : « Nous avons consacré beaucoup de temps à développer cette technologie. L'énergie éolienne côtière est aussi économique que l'énergie d'une centrale thermique neuve. Elle est comparable au gaz, moins les émissions de dioxyde de carbone. Et bien sûr, elle coûte beaucoup moins cher que l'énergie nucléaire. »

Il n'existe pas de centrale nucléaire au Danemark, le public s'y opposant. Et compte tenu des incitations fiscales, les particuliers ont déjà investi dans la construction de 5 000 moulins à vent à travers tout le pays.





Brève

Home Un million d'enfants oubliés

Source : de Volkskrant, Pays-Bas

Plus d'un million d'enfants en Europe de l'Est et dans l'ex-Union soviétique vivent dans des foyers pour enfants, soit un quart de plus qu'il y a dix ans. La plupart de ces enfants ont encore leurs parents, mais ces derniers sont souvent trop pauvres pour subvenir à leur besoins.

Les foyers sont surpeuplés et les enfants vivent dans des conditions désastreuses, comme l'a rappelé l'Unicef, à Budapest, au cours d'un colloque ayant réuni des représentants de gouvernement, des experts et des organisations d'aide de tous les pays de la région.

En dehors des foyers officiels, des centaines de milliers d'enfants vivent séparés de leurs parents, souvent dans les rues. Les trois-quarts des enfants des rues ont vécu dans un foyer à un moment donné.

L'Unicef affirme que le nombre croissant « d'enfants oubliés » illustre le déclin économique de l'ancien bloc de l'Est.

Beaucoup d'enfants dans les foyers vivent dans des immeubles délabrés, sans chauffage, avec une nourriture insuffisante et de mauvaise qualité, sans eau ni médicaments, et n'ont pratiquement personne pour veiller sur eux.

En Moldavie, pays extrêmement pauvre, la moitié des foyers d'enfants sont qualifiés d'« inadéquats », et l'autre moitié de désastreux. Les enfants vivent principalement de pain et de gruau. La moitié ont des poux, un tiers ont la gale et un sur dix souffrent d'helminthiases (infections par les vers).

En Russie, on estime que 450 000 enfants vivent dans des foyers et que 300 000 autres vivent avec des parents ou des voisins. Environ un demi million d'enfants vivent dans les rues.





Citation

Home Extrait du message n° 131

par Maitreya

« Je soutiendrai tous ceux qui appellent à la paix,
à la justice et à l'amour fraternel.
J'appellerai à mes côtés tous ceux qui aiment leurs frères.
De tous les partis et de toutes les nations, ils viendront,
se rassemblant autour de moi.
J'emplirai leur cœur d'espoir et d'amour
et, en nombre croissant, ils conquerront le monde. »





Courrier des lecteurs

Home La bicyclette disparue

Cher Monsieur,

Le 25 mai 1998, mon mari et moi revenions d'une méditation de transmission. Nous nous sentions comblés. Cependant, lorsque nous sommes descendus à la gare de Kunitachi, nous avons été incapables de retrouver la bicyclette que mon mari y avait parquée le matin même. Nous souvenant alors d'une lettre, intitulée « Le voleur de bicyclette », qu'un lecteur avait adressée à Partage international, nous nous sommes dit en plaisantant qu'un Maître nous faisait peut-être signe. Néanmoins, nous espérions que cette bicyclette ne tarderait pas à réapparaître, car nous en avions vraiment besoin à l'époque.

Le lendemain, tandis que je gagnais la gare à pied pour me rendre à une réunion, je pensais à la conférence que Benjamin Creme avait donnée la semaine précédente, et aux expériences qu'avaient faites à cette occasion certains membres du groupe. Je me sentais débordante de joie. Soudain, je me souvins de la bicyclette perdue et j'eus l'impression qu'elle se trouvait tout près. Je regardai autour de moi et aperçus la bicyclette de mon mari. Tout cela est-il dû au hasard ?

N. S., Tokyo, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que c'était Maitreya qui avait emprunté la bicyclette et l'avait ensuite restituée.


Home Un rire entendu

Cher Monsieur,

Le 12 mai 1999, après une méditation de transmission à Kyiobashi, trois membres du groupe et moi-même sommes allés réserver la salle prévue pour la méditation avec Benjamin Creme quelques jours plus tard. En sortant nous remarquâmes un homme âgé d'environ soixante-dix ans qui regardait avec attention la grande affiche à l'entrée du bâtiment annonçant la conférence de Benjamin Creme. C'était un homme ordinaire de petite taille, pauvrement vêtu. Il présentait la particularité de porter sur les épaules une corde en plastique usée à laquelle étaient attachés quatre ou cinq sacs de plastique, remplis de centaines d'autres sacs, qui se balançaient devant et derrière lui. Je lui dis en passant : « Venez à la conférence si cela vous fait plaisir » et je commençai à suivre les autres en direction de la gare. Soudain je l'entendis rire très fort et de bon cœur. Cet homme était-il un vagabond ordinaire ?

F. N., Osaka, Japon 

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l'homme était Maitreya.


Home Rappel

Cher Monsieur,

En février 2001, je téléphonai à un ami à qui je n'avais pas parlé depuis douze ans. Nous avions beaucoup de choses à échanger, notamment les nouvelles concernant Maitreya et Share International que je ne recevais plus depuis décembre 1994.

Le lendemain, ma fille et moi-même nous rendîmes à York et nous étions assises sur la place du marché en train de finir de déjeuner. Je venais d'ouvrir mon sac à main et m'apprêtais à le refermer lorsque s'avança vers moi un jeune homme, habillé de manière particulière, veste et pantalon trop larges et chapeau de sport en lainage. Il me dit : « Voyons, je ne vais pas vous voler votre sac à main ou autre chose », car j'étais en train de fermer mon sac à main. Je lui répondis en riant : « Je n'ai aucune inquiétude à ce sujet. » Il s'accroupit alors devant moi en disant : « Je suis désespéré. Mon portable ne marche pas et je n'ai pas d'argent pour téléphoner chez moi, à Selby, et demander que quelqu'un vienne me chercher. Pourriez-vous me donner 50 pences pour téléphoner, c'est vital pour moi. » Je lui dis en riant : « Bon, d'accord. » Il avait de beaux yeux bruns qui me regardaient sans ciller. Ma fille me dit : « Il est en train de t'arnaquer. » Je lui répondis : « Il doit avoir besoin de 50 pences pour une raison ou une autre. » Ma fille se leva pour observer ce qu'il faisait. Il se dirigea effectivement vers la cabine téléphonique et je me sentis apaisée et heureuse. Je ne sais s'il s'agissait de Maitreya ou tout simplement de quelqu'un que j'ai eu l'occasion d'aider, mais cela semble une coïncidence surprenante que ceci soit arrivé le lendemain de ma conversation téléphonique.

S. N., York, Grande-Bretagne

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le « jeune homme » était Maitreya.


Home Une simple question

Cher Monsieur,

Le 15 mai 1999, avant la conférence de Benjamin Creme à Osaka, je distribuai une liste d'ouvrages aux personnes qui entraient. Je vis arriver un homme grand, de type caucasien, portant barbe et moustache, coiffé d'un chapeau de chasseur. Jugeant qu'il n'était pas utile de lui donner le prospectus car il était écrit en japonais, je dis : « Je suis désolée, je n'ai que des prospectus en japonais. » Il haussa les épaules et leva les sourcils, comme pour dire : « C'est dommage. » Puis il me dépassa et essaya de regarder l'exposition de lithographies de Benjamin Creme derrière la foule de visiteurs. Je lui dis en me retournant légèrement : « Nous avons également quelques ouvrages en anglais. Vous pourriez y jeter un coup d'œil plus tard. » Il fit demi-tour et commença à me parler. « Je possède plusieurs ouvrages de Benjamin Creme, dit-il. Je suis allé à sa conférence à Londres il y a six ans. Lui et moi sommes amis, je suis artiste moi aussi et je vis à Londres. » Il ajouta quelque chose d'autre que je ne pus saisir, mon anglais étant trop pauvre. Par ailleurs mes souvenirs sont un peu flous. Il passa à nouveau devant moi un peu plus tard et me demanda : « Où se trouve l'entrée de la salle ? »

Il avait la cinquantaine, l'allure d'un artiste et de beaux yeux gris bleu. S'agissait-il d'un Maître ?

K. H., Osaka, Japon

 

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l'homme en question était Maitreya.


Home Les yeux de mon père

Cher Monsieur,

Le 7 novembre 1999, vers 11 h, je marchais dans le centre de Lyon. En tournant au coin d'une rue je vis un homme assis en train de mendier. Spontanément attirée par lui je lui donnai un peu d'argent. En me dirigeant vers lui, je fus frappée par quelque chose de très spécial qui émanait de lui et en m'approchant, je vis ses yeux bleus très profonds. Il me remercia chaleureusement et me souhaita une bonne journée.

Lorsque je passai à nouveau près de lui à mon retour, il me fit un signe de tête auquel je répondis. L'image et l'énergie de ce « mendiant rayonnant » sont restées présentes en moi. Peu de temps après, il me sembla que les yeux du mendiant et ceux de mon père étaient presque identiques. Mon père m'avait toujours dit que, pendant la seconde guerre mondiale, Jésus lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises en lui disant de se coucher sur le sol, alors que les obus volaient au-dessus de sa tête.

Le 5 février 2000 je revis le mendiant, tout à coup, au même endroit, comme dans une vision. Ce fut pour moi un tel choc que j'entrai dans une boutique. Lorsque je sortis le « mendiant » avait disparu. Cet homme était-il le Maître Jésus ?

L.  B., Lyon, France

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le « mendiant » était le Maître Jésus.


Home Un médecin de l'amour

Cher Monsieur,

En 1999, avant Noël, j'étais fâchée avec mon ami et je demandai au Seigneur Maitreya de m'aider à résoudre la situation. Je décidai d'appeler mon ami et alors que j'étais au téléphone on sonna à la porte d'entrée. J'ouvris la porte, toujours en communication. Je vis alors un homme vêtu d'une chemise bleu clair et d'un pantalon blanc. Il portait un badge d'identité que je ne pus voir clairement. Je dis à mon ami qu'on avait sonné à la porte et il patienta. Montrant une photographie de Maitreya à Nairobi, le visiteur me demanda : « Est-ce le Seigneur Maitreya ? » Je dis : « Oui, c'est lui. » Je lui expliquai que j'étais actuellement très occupée et il s'en alla en disant : « Que la lumière soit avec vous. » Je trouvai étrange qu'il ne porte pas de manteau par cette froide soirée de décembre. Mon ami et moi nous sommes réconciliés après cette apparition. Etait-ce le Seigneur Maitreya ?

L. S., Hove, Sussex, G.-B.

Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu'il s'agissait de Maitreya.


Home Sentir son cœur

Cher Monsieur,

J'ai assisté à la conférence de Michiko Ishikawa à Hiroshima le 5 décembre 1999. Dans le prospectus que j'avais eu en main il était question du livre intitulé Le porteur de l'eau de vie. A l'époque j'étais très intéressé par l'eau et curieux de savoir ce que l'on dirait de « l'eau de vie ». Je me rendis à la conférence et fus surpris de son contenu inattendu, mais totalement captivé et profondément ému. Après la conférence je me levai avec un sentiment de lucidité et de réconfort. J'avais enfin trouvé la vérité, après toutes ces années de recherche et d'interrogation. J'achetai un livre et plusieurs revues et rentrai chez moi avec mon ami, tout en parlant de la conférence. Mme Ishikawa s'était exprimée avec calme et simplicité mais il y avait tant de mots qui ne m'étaient pas familiers et de concepts nouveaux que je commençais à être perdu. Quelques jours plus tard je reçus une carte postale du groupe qui avait organisé la conférence pour nous inviter à une méditation de transmission publique.

Après avoir regardé une vidéo d'une interview de Benjamin Creme sur la méditation de transmission, nous commençâmes la méditation. Vers la fin de celle-ci, je sentis mon ventre se gonfler très fortement de l'intérieur, cependant c'était très agréable. Après cela j'éprouvai un sentiment de bien-être et de réconfort. Je peux encore retrouver la sensation que je ressentis sur le coup. Puis mon travail de transmission continua.

Deux mois plus tard, le 13 février 2000, j'étais en train de regarder à nouveau la vidéo avec une personne qui était venue pour la première fois. Vers la fin de l'enregistrement, je sentis soudain une douleur dans le côté gauche de la poitrine et je posai instinctivement la main à cet endroit tout en regardant la vidéo. Soudain quelque chose de tout à fait inattendu se produisit. Je sentis un fort battement de cœur sous mes doigts ! Cela ne m'était jamais arrivé auparavant. J'avais participé plusieurs années auparavant à un atelier de guérison et mon cœur était alors impossible à déceler dans ma poitrine.

Ai-je vécu des expériences de guérison ? C'était ma 19e méditation de transmission et le jour de mes soixante-dix-neuf ans. Je conserverai toujours un sentiment de gratitude et je continuerai à informer le plus de personnes possibles sur la méditation de transmission.

T. S., Hiroshima, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu'il s'agissait effectivement d'expériences de guérison données par Maitreya.


Home Service de réparation

Cher Monsieur,

J'aimerais mentionner un petit incident concernant notre pendule, un coucou. Je l'ai cassée, il y a huit ans, et portée à réparer, mais en vain. Nous l'avons laissée sur le mur à titre décoratif, mais soudain le 29 décembre 1997 elle s'est remise à fonctionner. Qui plus est, des appareils ménagers hors d'usage se sont également remis à fonctionner !

Ces heureux incidents sont-ils dus à une quelconque intervention des Maîtres ?

Y. T., Yamanashiken, Japon

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que Maitreya était à l'origine de ces « heureux incidents ».


Home Un sauvetage miraculeux

Cher Monsieur,

Le 10 août 1998, à 10 heures du soir, ma belle-mère a été victime d'un terrible accident de voiture dans la banlieue de Vancouver. Elle ne se souvient de rien et pense qu'elle a dû s'endormir au volant. Sa roue avant droite a heurté le bord du trottoir, et la voiture est allée percuter par l'avant un lampadaire de l'autre côté de la rue, avant d'achever sa course sur la pelouse d'une maison. Lorsque ma belle-mère revint à elle, elle ne put sortir, car la roue avant gauche bloquait la porte. La voiture n'était plus qu'un tas de ferrailles, mais ma belle-mère avait à peine une égratignure, ce qui paraissait incroyable. Personne n'est parvenu à comprendre comment elle avait pu s'en sortir si bien. A t-elle été aidée ou sauvée par un Maître, ou était-ce seulement de la chance ?

K. F., Frushling, Vancouver, Canada

 

Le Maître de B. Creme a confirmé que cette dame a été sauvée par le Maître Jésus.


Home De l'argent qui se transforme en or

Cher Monsieur,

En 1996, j'ai visité à plusieurs reprises, dans la Nouvelle Eglise d'Amsterdam, une exposition sur les Bouddhas du Siam. A l'une de ces occasions, une petite statue du Bouddha en argent attira mon attention à travers deux autres vitrines, tant son énergie était puissante.

Je ressentis le besoin impérieux de me procurer une statuette du Bouddha. Je décidai d'en acheter une et je me rendis à la boutique. Lorsque je me trouvai là, je fus complètement submergé par l'énergie provenant de deux statuettes plus grandes et il me fut très difficile de faire un choix. Lorsque je me décidai enfin, je choisis une petite statuette en argent d'environ 15 cm de hauteur.

J'ai remarqué depuis un étrange processus : mon petit Bouddha d'argent se transforme en or. Sur la photo il est nettement visible que la statue est de deux couleurs. Savez-vous pourquoi cela se produit et qui est à l'origine de ce phénomène ?

Un lecteur de Hollansche Rading, Pays-Bas

 



Voir photographie de la statuette  dans la version imprimée de la revue Partage international n°165, année 2002, page 19

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que Maitreya était à l'origine de cette transformation – un miracle de plus.


Home En passant

Monsieur,

En 2001, quelques jours avant Noël, ma femme et moi nous sommes rendus à la méditation de transmission à Barcelone. Ayant quelques courses à faire, nous sommes descendus du métro dans le centre ville, à Ramblas. La rue piétonne était remplie d’une foule de gens faisant leurs achats de Noël. A notre grande surprise, à quelques mètres de nous il y avait sur le trottoir un espace vide assez grand, au milieu duquel se trouvait une vieille mendiante. Vêtue de noir des pieds à la tête, elle était enveloppée dans un châle également noir. Son corps était entièrement courbé et son torse était parallèle au sol, si bien qu’elle ne mesurait pas plus de 75 cm. Elle était appuyée sur un bâton qu’elle tenait de la main droite, et elle tendait l’autre main. Elle marchait devant nous. Elle semblait souffrir d’un grand handicap physique, chaque pas lui coûtant de gros efforts, à tel point que son petit corps était parcouru de tremblements incroyables.

Ce qui nous choqua et nous étonna le plus fut que tout le monde faisait un détour pour éviter tout contact avec elle. Personne n’osait venir dans l’espace vide autour d’elle, et chacun feignait d’ignorer sa présence et ses difficultés.

Sans nous soucier de l’attitude de la foule, nous nous dirigeâmes vers la vieille femme et pénétrâmes dans l’espace vide autour d’elle. Nous déposâmes, en passant à sa gauche, quelques pièces dans sa petite main. Elle ne dit rien et nous ne pûmes voir son visage recouvert par le grand châle. Nous la dépassâmes et poursuivîmes notre route.

Cet incident n’a pas quitté notre esprit depuis et nous aimerions savoir si cette vieille mendiante était, ou non, une personne ordinaire.

H. L. et C. F., Barcelone, Espagne

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la « vieille femme » était Maitreya.


Home Pas Saï Baba mais…

Cher Monsieur,

Le 26 décembre 1998, je me trouvais avec mes deux sœurs dans un centre commercial à Stockport. Nous étions à l’extérieur et le temps était abominable, un froid piquant et des rafales de vent de plus en plus violentes. Tandis que nous nous hâtions, une de mes sœurs me dit : « Regarde, c’est Saï Baba ! » Je feignis d’ignorer ce que je pris pour une référence indirecte aux vidéos sur Saï Baba que j’avais passées au cours des jours précédents. Ma sœur répéta avec plus d’insistance : « Regarde, c’est Saï Baba ! » Levant la tête, je vis un homme de type asiatique. Il portait un vêtement léger, pas une robe orange comme on pourrait s’y attendre mais une sorte de longue tunique. Il semblait être insensible au froid piquant. J’eus le sentiment qu’il s’agissait de quelqu’un d’un niveau spirituel élevé pour faire preuve de tant de calme et de sérénité dans de telles circonstances.

Il posa sur moi un regard rayonnant d’amour et de compassion. Je détournai les yeux en disant : « Saï Ram. » Je me sentis alors entouré d’une puissante énergie. Je continuai à marcher en gardant le silence sur cette expérience. Le lendemain j’abordai la question et je demandai à ma sœur pourquoi elle avait  fait un rapprochement entre cet homme et Saï Baba. Elle n’avait pas la moindre idée de ce dont je parlais. J’eus beau insister, elle n’avait aucun souvenir de l’incident.

S. M., Richmond, Surrey, Grande-Bretagne

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l'homme était Maitreya.


Home Ils étaient si comiques

Cher Monsieur,

Je vis à Atlanta, Géorgie (Etats-Unis), et pendant les Jeux Olympiques de 1996, il n’était pas rare de croiser des étrangers dans l’épicerie. Un jour, au détour d’un rayon, je vis deux hommes dont un habillé à la manière moyen-orientale. Mon cœur fit un bond et je me dis : « Ce sont eux ! » Puis-je pensai : « Bah ! » Ils étaient si comiques : l’un deux était maigre et sautillait pour attraper des articles dans les rayons. Celui qui poussait le caddie était petit et gras avec de grands yeux étonnés. Son turban était si grand qu’il lui tombait sur le front et sur l’œil droit, qui paraissait plus grand encore. Il me regarda en passant à côté de moi. Lorsque j’arrivai au bout du rayon, je me sentis comme ma chatte lorsque je la caresse et qu’elle ronronne tellement l’énergie qui courait le long de ma colonne vertébrale me remplissait de bien-être. Je passais au rayon suivant, puis revint sur mes pas pour les revoir, mais ils n’étaient plus là. Etaient-ce des Maîtres ?

D. C., Atlanta, E.-U

Le Maître de B. Creme a indiqué que les deux hommes étaient Maitreya et le Maître Jésus.




Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017