DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1989

Extraits de la revue
Partage international

Octobre 1989 - N° 14 Vol. 2, n° 10

Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

Pour recevoir notre lettre d'information mensuelle et rester informé de la mise en ligne des dernières parutions :

 

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire


  • L'article du Maître


  • Editorial


  • Tendances


  • Le point de vue de Maitreya


  • Faits et prévisions




L'article du Maître

Home L'Ere de la justice

par le Maître –

par l'entremise de Benjamin Creme
 
Avec le temps, les hommes finiront par réaliser l’importance et la valeur de la période de transition actuelle où de profonds changements balaient la planète. Ils comprendront également que les traumatismes liés à ces changements sont inévitables, temporaires et salutaires.
 
Ils annoncent une ère où un nouvel équilibre sera trouvé entre les besoins de liberté individuelle et d’expression personnelle d’une part et l’ordre et la discipline nécessaires à la vie des groupes et des nations d’autre part. L’esprit de compétition du passé a abouti à des conditions d’extrême tension dans les relations entre individu et société qui n’ont cessé de provoquer des flambées de protestations et des révolutions violentes, accompagnées de répressions inévitables et souvent brutales.
 
Dans le monde entier aujourd’hui, les individus exigent, bien souvent pour la première fois, le droit de donner leur avis sur la façon dont leur pays sera gouverné et dont il sera décidé de leur destin. Les vieilles pratiques sont remises en question et, on assiste partout à un rejet de la corruption ancestrale qui est de moins en moins tolérée.
 
Le privilège
 
Naturellement, cette saine réaction des masses n’est dans aucun pays perçue favorablement par les centres de pouvoirs, car c’est leur monopole des privilèges et du prestige qui s’en trouve menacé. Cependant, un monde nouveau se construit sur les injustices du passé et rien ne pourra résister longtemps à cette marée montante de changement. Les énergies libérées par Maitreya et ses collaborateurs éveillent les hommes à une nouvelle conscience d’eux-mêmes et de leur potentiel, ainsi qu’à une confiance grandissante dans leur capacité à construire l’avenir qu’ils imaginent pour leurs enfants.
 
Il leur manque pour l’instant quelqu’un qui les guide et les inspire à l’échelle mondiale, quelqu’un qui exprime et canalise leurs exigences en termes logiques et constructifs, leur permettant ainsi de mettre en œuvre les changements nécessaires avec le minimum de clivages et de souffrances. Maitreya est venu pour prendre sa juste place à la tête de cette vaste armée, pour soutenir les démunis du monde entier et parler en leur nom. Son appel reprendra leurs demandes d’aide et de justice. Ses propositions prendront en compte tous leurs besoins.
 
Une nouvelle lumière
 
L’idée commence enfin à faire son chemin dans la race des hommes que l’avenir n’est pas aussi sombre qu’elle le supposait et le craignait. Une nouvelle lumière, la lumière de Maitreya, a redonné espoir à l’humanité, lui permettant ainsi de jeter un regard neuf sur les vieilles divisions et de les aborder dans un esprit de coopération et de confiance mutuelle.
 
Ce nouvel esprit gagne rapidement du terrain, et, malgré les efforts des forces destructrices de la Terre qui saisissent toutes les occasions de semer le désordre, un changement majeur a eu lieu, un point capital a été marqué.

Le temps est proche où les désirs des hommes recevront une réponse, où leurs besoins seront pris en considération, où leurs aspirations pourront s’exprimer. Bientôt, les hommes du monde entier reconnaîtront que leurs Frères aînés sont parmi eux, que leur leader est présent lui aussi, qu’il émane d’eux une lumière que rien ne peut éteindre, et qu’en dépit de toutes les apparences la nouvelle ère de la Justice est en train de naître aujourd’hui.


 Cette traduction est celle publiée dans l’ouvrage Un Maître parle (Partage Publication, 2007), et non celle figurant originellement dans la revue Partage international.





Editorial

Home La loi du plus fort tend à avoir moins d'impact

 

Bien plus que par le respect des lois, pendant des siècles les relations internationales ont été dictées par la loi du plus fort. Aujourd'hui encore, de nombreuses nations ont tendance à contourner les lois et les règlements afin d'atteindre leurs objectifs.

A l'échelle de la planète, les intérêts nationaux pèsent plus lourds que la justice, comme le révèle l'autorité fort limitée de la Cour Internationale de Justice. Cette Cour porte des jugements, émet des déclarations relatives aux conflits juridiques internationaux, et joue un rôle consultatif, mais n'a pas le pouvoir d'imposer l'application de ses suggestions.

Depuis 1946, date à laquelle elle succéda à la Cour Permanente Internationale de Justice, cette institution a connu de grandes difficultés pour faire respecter ses avis, particulièrement avec les grandes puissances. Au moment décisif, c'est toujours la force brutale qui a tendance à s'imposer, plutôt que le respect des lois.

A l'origine, c'est essentiellement l'Union Soviétique qui, périodiquement, ne tenait aucun compte des avis de la Cour. Au cours des dernières années, les Etats-Unis ont suivi ce mauvais exemple: appelés à justifier le blocus des ports nicaraguayens, et prévoyant qu'un jugement serait rendu en faveur du Nicaragua, les Etats-Unis ont d'emblée fait savoir qu'ils ne reconnaîtraient pas les résolutions de la Cour.

Cependant, des signes évidents apparaissent aujourd'hui révélant que le règne de la force brutale a fait son temps. En 1987, le Président Gorbatchev, d'Union Soviétique, a donné une nouvelle orientation à la politique de son pays en appelant la communauté internationale à accorder un rôle beaucoup plus important à la Cour de Justice dans les affaires mondiales.

En août de cette année, l'Union Soviétique et les Etats-Unis ont conclu un accord reconnaissant les jugements rendus par la Cour comme des obligations légales dans un certain nombre de cas spécifiques. Si un litige vient à surgir à propos de l'interprétation ou de l'application des différents traités relatifs au terrorisme et au trafic de drogue, ces deux pays sont d'accord pour recourir à l'arbitrage de la Cour et pour s'en tenir à ses décisions. Ce modeste pas en avant ne sera probablement pas le dernier. Les USA et l'URSS étudient maintenant la possibilité d'étendre cet accord afin de couvrir d'autres traités internationaux dont la teneur sera décidée à une date ultérieure.

Reprenant toutefois les schémas anciens, ces deux pays ont émis une réserve importante, déclarant qu'aucun d'eux n'a l'intention de reconnaître comme une obligation juridique un éventuel arbitrage concernant des questions de "sécurité intérieure", comme dans le cas de conflits armés par exemple. Cette restriction est bien évidemment regrettable. Elle repose sur une idée fausse, qui sera certainement rectifiée dans le futur, consistant à penser que la sécurité nationale peut exister indépendamment de la sécurité internationale, et qu'elle ne nécessite donc pas l'acceptation et le respect des lois et des principes internationaux.

Comme on peut s'y attendre, les pays dans lesquels les idées nouvelles concernant l'arbitrage international se répandent le moins aisément sont ceux qui, de par leur puissance économique ou militaire, ont été habitués, si besoin est, à fouler au pied les notions les plus élémentaires de justice. Cependant, les Etats-Unis, au Vietnam par exemple, et l'URSS, en Afganistan, découvrent actuellement qu'il existe des limites à l'utilisation de la force, et que dans le monde d'aujourd'hui il peut être plus efficace de négocier et de conclure des traités que d'adopter une politique agressive et de faire la guerre.

L'augmentation constante de la charge de travail de la Cour Internationale de Justice, qui est plus occupée que jamais, montre bien qu'il s'agit là d'une tendance mondiale. C'est là un des nombreux signes révélant une aspiration à l'instauration d'un nouvel ordre international. Et si le point de vue des pays non alignés a une quelconque influence, cette nouvelle tendance sera considérablement renforcée.

Le mouvement des pays non alignés, créé en 1961 par l'Inde, la Yougoslavie et l'Egypte, et qui regroupe maintenant cent un pays, a soumis une proposition préconisant un renforcement important du rôle et du prestige de la Cour Internationale de Justice. Lors d'une récente réunion, ces pays ont déclaré que le respect des avis de la Cour serait la meilleure garantie contre la guerre, l'exploitation, la mauvaise utilisation de l'énergie atomique et la destruction de l'environnement. Ils ont également promis de s'en tenir à toutes les décisions de la Cour, et ont appelé les autres nations à faire de même. Baptisant les dix années à venir "la décennie de la justice internationale", ils se sont prononcés en faveur d'un renforcement et d'un élargissement importants des pouvoirs de la Cour Internationale de Justice.

Ces déclarations justifient un certain optimisme et amènent à penser que la Cour Internationale de Justice pourrait, dans le futur, devenir la plus haute instance juridique mondiale. Cette évolution n'atteindra son terme logique et inévitable que dans la mesure où la Cour se verra attribuer un rôle de décision sur toutes les questions de justice internationale, et si la sécurité, l'environnement, et les autres questions qui dépassent les limites des frontières des états, ne sont plus soumis aux intérêts et aux caprices des nations, mais sont placés sous la juridiction incontestée et clairement acceptée de la Cour Internationale de Justice. L'accord américano-soviétique et l'appel lancé par les pays non alignés révèlent que, dans ce domaine également, le monde fait actuellement preuve d'un changement d'état de conscience.





Tendances

Home En bref

- Les Etats-Unis et l’Union soviétique ont, pour la première fois, présenté une résolution en commun. Les délégués des deux nations se sont mis d’accord sur une question qui jusqu’alors prêtait à la controverse. Dans cette résolution, ils ont exprimé leur horreur du terrorisme, de la prise d’otages politiques et de la torture. Jusqu’à présent, tous les efforts pour obtenir le soutien de l’URSS sur de telles questions avaient échoué.

- Des négociateurs russes et américains ont approuvé les grandes lignes d’un projet visant à l’élimination graduelle, sur une période de dix ans, des stocks d’armes chimiques et de leurs installations. Les deux pays se sont mis également d’accord sur la façon dont on pourrait contrôler ces installations lorsque l’emploi des armes chimiques sera officiellement proscrit.

- Les Etats-Unis et l’URSS ont bien voulu permettre à la Cour Suprême Mondiale de résoudre les dissensions qui les opposent quant à l’interprétation de plusieurs textes concernant le terrorisme et le trafic de drogue. L’URSS avait précédemment refusé de reconnaître la juridiction de la Cours Mondiale sur ces points.

Les Etats-Unis ont également confirmé leur présence au sein de la Cours Mondiale lors du procès que leur intente l’Iran à cause d’un de leur avion civile abattu l’année passée. Cette décision indique qu’un changement de politique est intervenu depuis 1986 lorsque les Etats-Unis avaient refusé de participer à un procès intenté contre eux par le Nicaragua. Ils avaient à l’époque formellement refusé d’accepter la juridiction de la Cours Mondiale sur certaines dissensions internationales.

- Deux protocoles de la Convention de Genève datant de 1977, destinés à renforcer la protection des civiles en cas de guerre civiles ou internationales ont été ratifié par l’Union Soviétique. Précédemment, l’URSS avait affirmé qu’elle ne ratifierait pas ces protocoles avant que les Etats-Unis n’aient fait de même. L’URSS a décidé de le faire, bien que les Etats-Unis n’aient pas agi dans ce sens, contrairement à la recommandation unanime de 102 pays. (Source: New York Times)

- Les Philippines sont arrivées à un accord avec les banques de l’ouest sur de nouveaux arrangements concernant le remboursement de leur dette. L’accord porte sur une réduction de la dette actuelle qui s’élève à 28 milliard de dollars.

- Le Département américain de la Défense, en collaboration avec une agence scientifique du gouvernement et un groupe d’universitaires ont mis en place un réseau de postes d’écoute sismique en URSS. C’est la première fois qu’un tel projet, officiellement reconnu par les deux pays, a pu être réalisé en URSS. En échange les Russes recevront des informations sismiques provenant de cinq lieux des États-Unis, ayant d’autre part l’autorisation de mettre en place des postes d’écoute sismiques en deux autres lieux. Les installations sismiques sont couramment considérées comme le meilleur moyen de détecter les tests nucléaires souterrains; ils seront utilisés si un traité futur était signé, limitant le nombre ou l’importance des explosions nucléaires.

- Deux avions « jet fighters » soviétiques et un avion de ravitaillement ont atterri pour faire le plein sur une base de l’armée de l’air américaine, en route vers le Canada pour un salon d’aéronautique. C’est la première fois qu’un avion militaire soviétique se pose sur le sol américain.

- Selon des douaniers, qui se sont eux-mêmes échappés, les autorités d’Allemagne de l’Est auraient donné l’ordre de ne pas tirer sur les personnes essayant de passer à l’Ouest.

- Des criminologues ouest allemands ont préconisé la formation d’une puissante police spécialisée dans les problèmes d’environnement. Le Concile évangélique des Églises ouest allemandes a demandé des mesures radicales pour la protection de l’environnement et, parmi celles-ci, la cessation de l’utilisation de l’énergie nucléaire.

- Le Président Bush et les leaders du Sénat américain ont ratifié une nouvelle législation qui protégera de toute discrimination environ 37 millions d’handicapés américains, y compris les personnes atteintes du SIDA. Cette loi qui devrait être signée à la fin de l’année est une extension de la législation des droits civiles de 1964 ayant pour but la suppression des barrières psychologiques aussi bien que physiques accompagnant les préjugés et l’ignorance. « C’est, depuis 25 ans, l’une des décisions les plus humaines concernant les droits civiles », dit Ralph G. Neas, directeur de la Leadership Conference on Civil rights, organisation qui, aux États-Unis, réunit 180 organisations. (Source: New York Times)

- Mikhaël Gorbatchev a fait don à un hôpital d’enfants de Sibérie des droits reçu de son livre Perestroïka (350 000 $).

- L’armée hongroise a commencé a démanteler une brigade de tanks. Quelques-uns seront utilisés pour l’agriculture et la sylviculture, les autres seront recyclés.

- Le Frelimo, le parti le plus important du Mozambique, a accepté un nouveau programme dans lequel son idéologie marxiste-léniniste a été officiellement abandonnée. Le cinquième congrès du partie a donné son soutien aux efforts du gouvernement dans sa recherche d’une solution pacifique à la guerre civile.

- Pour la première fois depuis la guerre des Malouines, il y a cinq ans, la Grande-Bretagne et l’Argentine ont eu des pourparlers directs pour tenter de renouer des relations diplomatiques.
Les premières rencontres se sont bien passées et ces deux pays vont reprendre leurs discussions en octobre, cette fois, d’une manière plus officielle. Les thèmes des discussions porteront sur le rétablissement des liens aériens et maritimes et des relations commerciales.





Le point de vue de Maitreya

Home Une importante rencontre d’asiatiques

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Patricia Pitchon

Du 25 au 28 août, des dizaines de milliers d’asiatiques se sont rassemblés dans la ville de Milton Keynes, près de Londres, en Grande-Bretagne. Des swamis venus du monde entier ainsi que des dirigeants d’associations locales se sont intéressés, tant en termes pratiques que spirituels, à diverses questions ayant directement trait au bien-être des individus. D’une manière générale, les thèmes abordés touchaient au fait de vivre de manière équilibrée, « juste », et ont traité de l’éducation, de la nutrition, de la vie de famille, etc.

Lors d’une brève interview, j’ai demandé au collaborateur de Maitreya de bien vouloir me donner les raisons d’une rencontre aussi importante. Il a déclaré qu’à partir de maintenant, de telles rencontres auront lieu dans le monde entier, en accord avec la culture de chaque pays. A ces rencontres participeront des professionnels, des intellectuels, des religieux et des personnes orientées spirituellement, des scientifiques, des responsables d’institutions charitables, ainsi que de nombreuses autres personnes. Ces rencontres aborderont les principales questions affectant notre vie quotidienne. Il en résultera un accroissement du nombre des initiatives ainsi qu’une meilleure organisation et une plus grande communication.

Il m’expliqua que ces rencontres se déroulent en réponse à l’énergie que Maitreya a libéré dans le monde, et me surprit en affirmant que « même les voleurs se rassembleront ».

Lors d’une discussion que j’ai eue avec Benjamin Creme, le Maître de M. Creme m’a aimablement transmis l’information selon laquelle cette énergie est en fait le Principe Christique. Cette énergie atteindra les individus de différentes manières, en fonction de leurs motivations, de leur orientation spirituelle ou de leur manque d’orientation spirituelle, etc. Je remarquai en plaisantant que, si ce principe est équitable et que la qualité des effets produits doit être évaluée conformément au niveau d’évolution de la personne concernée, nous pouvons également nous attendre à ce que les voleurs s’organisent en syndicats du crime d’une manière de plus en plus efficace !

M. Creme a alors indiqué que les actions des hommes, en réponse à cette énergie, mettront clairement en évidence les polarisations existant aujourd’hui dans le monde.

Les individus feront le point sur les principales questions touchant à l’environnement, à la santé, à l’éducation, à la corruption, ainsi qu’à d’autres sujets. La corruption continuera à apparaître au grand jour, cette tendance étant de plus en plus évidente aujourd’hui. Elle est le résultat de l’énergie, qui tend à élargir la conscience et à opérer une purification progressive.

Selon le collaborateur de Maitreya, les individus, les familles, les nations et les peuples se rassembleront afin de faire le meilleur usage possible des moyens mis à leur disposition en vue du bien-être des individus.

La rencontre de Milton Keynes sera soigneusement évaluée par Maitreya, ainsi que la réaction des médias à cette réunion. D’une certaine manière, la réaction des médias à cette rencontre, ainsi qu’à d’autres rencontres du même type tenues dans le monde entier, donnera des indications quant à la date exacte de la conférence de presse — tant attendue — que Maitreya doit tenir. Cette rencontre peut être comprise comme une étape préparatoire, un tremplin, pour cette conférence de presse. La date de cette conférence de presse dépend (et a toujours dépendu) en partie de nos propres réactions et de notre empressement à voir un tel événement se réaliser.

L’énergie du Principe Christique est une cause. Des individus qui marchent ensemble d’un même pas, qui parlent ensemble, qui travaillent ensemble en sont des effets.

Le collaborateur de Maitreya a également indiqué que nous pouvons nous attendre à voir des religieux se rassembler en Israël. Il a mis à nouveau l’accent sur les dangers auxquels les nations ont à faire face lorsqu’elles essaient simplement de copier les manières de faire en vigueur dans d’autres pays. Cette mise en garde fait référence, de manière explicite, aux difficultés que la Pologne doit aujourd’hui affronter. Il mentionna également la corruption en Inde, qui est inévitablement apparue au grand jour, et la confusion qui s’en est suivi. Cette révélation de la corruption doit être comprise comme faisant partie d’un processus qui se développe dans le monde entier, engendrant des situations de crise dans les domaines financiers, économiques et politiques dans de nombreux pays, ainsi que des bouleversements sociaux découlant inévitablement de ces situations.

La prise de conscience grandissante que nous pouvons aujourd’hui observer de la part des individus, ainsi que l’implication croissante des êtres humains dans les questions d’actualité, engendreront des changements structurels profonds. L’émergence soudaine et totalement inattendue des femmes au premier plan de la vie politique japonaise est un exemple des changements de grande ampleur qui sont en train de se produire dans le monde entier en ce moment.




Home Bref rapport du proche collaborateur de Maitreya

Interview de Un des proches collaborateurs de Maitreya par Un journaliste de télévision

31 août 1989

Margaret Thatcher — Elle est désormais devenue extrêmement silencieuse. Elle est vidée de tout pouvoir, elle n’a plus d’énergie. Elle vit comme quelqu’un qui a perdu son chemin. « Si vous vous efforcez toute votre vie d’atteindre ce que vous croyez être juste et, qu’à un moment donné, vous réalisez que le but que vous poursuivez est vain, vous rendez l’âme » a déclaré le collaborateur de Maitreya. « Elle sera remplacée par quelqu’un de très modéré, qui pourra rassembler les partis » a-t-il ajouté.

De nombreux politiciens, dans le monde entier, éprouvent aujourd’hui certaines difficultés. Observez M. Gorbatchev : lui aussi est devenu silencieux. Quant à M. Ghandi, en Inde, il est en réelle difficulté.

Israël — Le gouvernement israélien a récemment envoyé son aviation bombarder les Palestiniens au Liban. Selon le collaborateur de Maitreya, deux avions se sont écrasés, « ayant perdu leur énergie ». Par ailleurs, lorsque les autres avions tentèrent de lâcher leurs bombes, seules quelques unes furent lancées, les autres semblant apparemment bloquées. Les autorités militaires en attribuèrent la responsabilité à un défaut du matériel.





Faits et prévisions

Home Analyse financière de la bourse japonaise :

Une dernière hausse avant l'effondrement

« La série d’événements qui a conduit au krach boursier de l’année dernière est en train de se reproduire actuellement au Japon, ce qui entraînera un nouveau krach boursier. » — déclaration publiée dans Partage international en décembre 1988

Dans plusieurs publications, différents analystes financiers envisagent la possibilité d’un krach boursier de grande ampleur au Japon. Un rapport confidentiel établi à Zürich en mai 1989 évoque cette possibilité en ces termes : « Nous croyons que le marché boursier japonais ignorera l’affaire Recruit comme il l’a fait pour la mort de l’empereur Hirohito. En dépit de l’aspect fortement surévalué de ce marché, nous nous attendons à une dernière hausse avant qu’il ne s’effondre. » Dans la revue Prédictions, le Dr Hans Sennholz, professeur d’économie, prétend qu’une récession générale commencera par le marché japonais pour affecter ensuite le monde entier. « Les premières manifestations de la prochaine récession commenceront probablement à Tokyo. Lorsque la banque du Japon élèvera son taux de l’escompte, le marché boursier de ce pays peut fort bien dégringoler de sa superbe hauteur, et toutes les autres places finan cières suivront alors. »

Une opinion inattendue émane des Japonais eux-mêmes à ce propos. Le magazine Fortune rapporte qu’une banque japonaise estime qu’un tremblement de terre de grande ampleur à Tokyo pourrait entraîner un effondrement financier général. Selon le scénario de cette banque, un tel tremblement de terre causerait environ 570 milliards de dollars de dommages. De ce fait, le Japon se verrait contraint de cesser d’exporter ses capitaux. Cette situation, à son tour, entraînerait une récession aux États-Unis, ce qui provoquerait une récession mondiale.


Note : Des scandales occasionnés par la mise à jour d’un certain nombre de « délits d’initiés » aux USA précédèrent immédiatement le krach d’octobre 1987.




Home Début de négociations en Afrique du Sud

« En Afrique du Sud, la confrontation cèdera finalement la place au consensus » — déclaration publiée dans Share International en juin 1988

« Bien qu’extérieurement les affrontements et les opinions divergentes prévalent toujours, intérieurement un processus se développe aujourd’hui en Afrique du Sud, qui amènera les leaders noirs et blancs à la table des négociations. Il est possible que nous assistions à l’amorce de cette évolution dans quelques mois. » — déclaration publiée dans Partage international en septembre 1988

Un nouveau parti politique sud-africain, le Parti Démocratique, gagne actuellement du terrain aussi bien chez les Afrikaners que chez les électeurs anglophones. Ce parti prône l’ouverture de négociations avec les sud-africains noirs ainsi que l’abolition de l’apartheid. Dans le même temps, le Président par intérim, M. Frederik de Klerk, qui continue de réprimer les manifestants anti-apartheid dans son pays, a rencontré les dirigeants africains de Zambie, du Mozambique, du Lesotho et du Zaïre, dans ce qui fut jugé comme des entretiens très positifs. En Zambie, M. de Klerk s’est entretenu pendant trois heures avec Kenneth Kaunda, le Président de la Zambie, un des détracteurs les plus virulents du régime sud-africain. Ces rencontres aidèrent au rétablissement du cessez-le-feu en Angola. Elles ont également donné plus de poids à l’hypothèse selon laquelle M. de Klerk, malgré les différents démentis, aurait la volonté d’entamer des pourparlers avec l’ANC, le Congrès National Africain, dont le siège se trouve en Zambie




Home Diminution des conflits entre gouvernements et guérillas

« Les conflits existant entre les gouvernements et les forces de guérilla à travers le monde vont commencer à décroître. Les personnes concernées se rendront à la table des négociations. On remarquera, en particulier, la mise en place de ce processus au Soudan, en Éthiopie et au Nicaragua. » — déclaration publiée dans Partage international en novembre 1988

Nicaragua — Roberto Ferrey, l’un des responsables de la Contra, est rentré au Nicaragua après six ans d’exil. Il a déclaré : « Je suis ici pour m’insérer dans le processus électoral. » C’est le deuxième dirigeant de la Contra à rentrer au Nicaragua depuis quelques mois.

Édouard Chévardnadzé, le ministre soviétique des Affaires étrangères, préconise de réduire ou même de mettre définitivement un terme à l’exportation d’armes en Amérique Centrale. M. Chévardnadzé a déclaré : « Les Présidents des cinq états d’Amérique Centrale ayant signé un accord visant à mettre un terme à la guerre civile régnant au Nicaragua, les USA et l’URSS devraient certainement être en mesure d’interrompre leurs envois d’armes dans cette région. » L’Union Soviétique prétend, quant à elle, qu’elle a déjà cessé ses livraisons d’armes au Nicaragua depuis le mois de mai.

Éthiopie — L’ancien Président américain Jimmy Carter sera présent en tant qu’observateur aux pourparlers de paix qui se tiendront entre le gouvernement éthiopien et le front de libération de l’Érythrée.

Soudan — Les premiers pourparlers de paix au Soudan n’ont abouti à aucun résultat. Le nouveau gouvernement (militaire), tout comme le précédent gouvernement, insiste sur l’instauration de la charia, le code de loi islamique, dans l’ensemble du pays. Cependant, ce gouvernement semble prêt à accepter la création d’une fédération entre le Nord musulman et le Sud chrétien, devenu indépendant. Les Soudanais musulmans considèrent l’unité religieuse comme plus importante que l’unité nationale ou économique.

El Salvador — Le mouvement de guérilla du Salvador, le FMLN, a proposé d’entamer des négociations de paix directement avec le gouvernement.




Home Moins d'argent pour les armes destructrices

« Dans le monde entier, les gouvernements dépenseront désormais plus d’argent pour le bien-être des personnes, au lieu de dépenser cet argent en armes destructrices. » — déclaration publiée dans Partage international en octobre 1988

Allemagne de l’Ouest — Le gouvernement ouest-allemand examine actuellement la possibilité de réaliser des réductions dans ses dépenses de défense. A première vue, l’idée serait de restreindre les acquisitions d’armes nouvelles.

Le Parti social-démocrate ouest-allemand, quant à lui, a déjà proposé certaines diminutions précises et radicales : il prévoit d’affecter des milliards de dollars chaque année à l’emploi, à l’élaboration de projets nationaux ainsi qu’à l’aide au tiers monde.

Union Soviétique — L’URSS intensifie actuellement ses efforts afin d’exporter des avions commerciaux, au détriment même de sa production militaire. Alors qu’on estime à vingt pour cent la baisse des commandes d’avions militaires soviétiques dans les deux dernières années, l’Union Soviétique espère doubler ses revenus d’ici 1995 grâce à la vente d’avions commerciaux. Les bureaux d’étude militaires, très influents en URSS, consacrent de plus en plus d’énergie à l’élaboration de projets civils. (Source : Wall Street Journal)

Le Cesi — Certains experts militaires du Centre européen pour la Sécurité Internationale (le CESI), basé en RFA, estiment que les armées de l’Est comme de l’Ouest pourraient jouer un rôle assez différent de celui qui est le leur aujourd’hui. Selon le CESI, elles pourraient exécuter différentes activités civiles, telles que l’organisation des secours en cas de catastrophe, la mise en application de mesures de protection de l’environnement, ainsi que des opérations au profit du tiers monde. Pour illustrer ce dernier point, le CESI affirme que les militaires pourraient faire œuvre utile dans les pays en voie de développement en mettant en place, par exemple, des moyens de transport et de communication, des systèmes d’irrigation et des dispensaires de soins médicaux. Ces propositions sont extraites d’un rapport rédigé par un conseil spécial du CESI où figurent des noms aussi prestigieux que ceux de l’ancien ministre de la Défense américain, Robert McNamara, de l’ancien adjoint du Commandant de l’OTAN, le général Gerd Schmückle, ainsi que celui du sous-directeur de l’Institut soviétique des études américaines, Andreï Kokoshin.

Belgique — Le gouvernement belge a décidé de réduire ses dépenses militaires de deux pour cent l’année prochaine. L’OTAN, auquel la Belgique appartient, demande par contre à ses membres de procéder à une augmentation annuelle de trois pour cent de leurs dépenses militaires.

Tiers Monde — Les dépenses militaires du tiers monde ont diminué d’environ dix pour cent. Les USA et l’URSS restent les plus gros producteurs d’armes destinées au tiers monde. Les exportations militaires en provenance d’Union Soviétique ont néanmoins diminué de près de la moitié l’an passé, se limitant à 9,9 milliards de dollars. Les exportations militaires américaines, quant à elles, sont passées de 5,75 milliards de dollars à 9,2 milliards de dollars, de telle sorte que ces deux nations équilibrent aujourd’hui leurs forces.

Le montant total de l’argent consacré aux forces armées de la planète se monte encore à près de 5,5 pour cent de tous les biens et services produits par l’humanité. Cependant, en 1987, selon un rapport de l’Agence américaine pour le Contrôle des Armes et le Désarmement, pour la première fois depuis 1971 (c’est-à-dire alors que la guerre du Vietnam touchait à sa fin), les dépenses militaires mondiales n’ont pas augmenté.

 




Home Incendie et inondations en Chine

« Un important tremblement de terre — qui sera plus important que la catastrophe d’Arménie — secouera bientôt la Chine. » — déclaration publiée dans Partage international dans le numéro de juillet/août 1989, information reçue le 14 juin

« Viendra tout d’abord le feu, qui provoquera l’incendie de maisons et de forêts. Suivront ensuite de soudaines trombes d’eau, qui entraîneront des glissements de terrain. L’aboutissement inévitable de cette série de catastrophes sera un tremblement de terre. » — déclaration publiée dans Partage international en septembre 1989, information reçue le 14 juillet

Au cours de l’été, la sécheresse a touché une grande partie de la Chine, depuis la province de Sichuan dans le sud-ouest, jusqu’aux villes de Pékin et Tiensin dans le nord, menaçant les réserves d’eau potable et les récoltes. Des innondations et des averses de grêle ont également causé de sévères dégâts aux cultures dans toute la Chine.

Dans le port de Qingdao, un gigantesque incendie dans les réserves de pétrole a fait rage pendant deux jours au mois d’août, coûtant la vie à une douzaine de personnes.




Home Manifestations en Inde

« Ce qui commence à se produire en Inde et en Union Soviétique est le reflet de ce qui se passe actuellement en Chine. Jusqu’à présent, les manifestations et les émeutes qui se déroulent dans ces deux pays n’ont fait que quelques lignes dans les journaux. Cependant, bientôt, nous en entendrons parler bien davantage. » — déclaration publiée dans Partage international dans le numéro de juillet/août 1989, information reçue le 7 juin

« M. Gandhi ne contrôle pas la situation politique. Il est devenu silencieux car de nombreuses affaires de corruption sont en train de faire surface. » — déclaration publiée dans Partage international en septembre 1989, information reçue le 14 juillet

En août, un appel à la grève générale a été lancé sur tout le territoire indien afin d’obtenir la démission du premier ministre, M. Gandhi. La police a procédé à plus de 100 000 arrestations à travers tout le pays, et près de cent personnes ont été tuées ou blessées dans des affrontements entre des groupes pro et anti Gandhi. Les transports, le commerce et les écoles ont vu leurs activités complètement arrêtées dans les villes de New Delhi, Calcutta, Madras et, dans une moindre mesure, à Bombay. L’appel à la grève a été lancé en protestation contre l’implication présumée du premier ministre dans une affaire de corruption politique et de trafic d’armes d’un montant de 1,4 milliards de dollars.

Au début du mois d’août, des conflits ethniques dans l’état fédéral d’Assam ont coûté la vie à plusieurs centaines de personnes. Le gouvernement du Jammu-Kashmir a conseillé aux touristes d’éviter la ville bouddhiste de Leh, où des extrémistes avaient fomenté des troubles. L’explosion d’une bombe dans un autobus a tué 15 passagers et en a blessé 25 autres.

Dans le même temps, la corruption régnant au plus haut niveau des milieux politiques, industriels et policiers, est de plus en plus clairement révélée au grand jour. Un article révélateur publié dans le Guardian portait récemment le titre suivant : « Une corruption impénitente qui fait tache d’huile ».




Home Les Palestiniens auront leur propre pays

Source : New York Times

« Les Palestiniens auront leur propre pays. » — déclaration publiée dans Share International en juin 1988

« Maitreya est apparu à des milliers de personnes en Israël, y compris à un certain nombre de rabbins… Selon Maitreya, ces rabbins vont se mettre à jouer un rôle similaire à celui exercé par la chambre des Lords en Grande-Bretagne. Ils surveilleront les hommes politiques de telle sorte que ces derniers ne détruisent pas le tissu social. Ils défendront également la voix du peuple. » — déclaration publiée dans Partage international en décembre 1988

L’un des plus éminents chefs religieux israéliens, le rabbin Ovadia Yosef, a déclaré que la loi juive autorise, et même impose, qu’Israël se retire de territoires occupés au nom de la préservation des vies humaines. Ses déclarations ont engendré une vive controverse en Israël au sein de la communauté des religieux conservateurs, qui a jusqu’à présent soutenu l’occupation des territoires conquis lors de la guerre des six jours en 1967.

Le rabbin Yosef, leader politique et spirituel du troisième plus grand parti israélien, le parti Shas, a cité « pikuah nefesh », le principe talmudique de sauvegarde des vies humaines, afin d’étayer ses vues. Un député israélien a qualifié le nouveau point de vue du rabbin Yosef « d’événement religieux le plus important de notre génération ».

Un autre chef religieux influent a également soutenu publiquement le point de vue du rabbin Yosef. Le rabbin Eliazer Shach, chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Degal HaTorah, qui a deux députés à la Knesset, a déclaré lors d’un discours public, cité par le San Francisco Examiner : « Sur la terre d’Israël, il doit exister un peuple d’Israël… Nous ne devons considérer cette question qu’à la lumière de ‘pikuah nefesh’. Il est interdit de verser une goutte de sang afin de contrôler un territoire. »

En dépit de la controverse engendrée au sein des communautés religieuse et politique, le rabbin Yosef a organisé une tournée du pays en hélicoptère afin de faire connaître son point de vue. Les analystes politiques émettent des opinions divergentes quant à l’influence que le rabbin Yosef a sur ses partisans, mais confirment que le débat actuel concernant « pikuah nefesh »  pourrait bien être déterminant dans la délimitation des frontières futures de l’état d’Israël.

Des juifs libéraux américains ont formé un groupe de pression afin de persuader le Congrès et l’administration Bush qu’Israël devrait négocier avec l’OLP et accepter la création d’un état palestinien indépendant.

Ce nouveau groupe de pression se prononce en faveur de la création d’un état palestinien, mais déclare que ce futur état ne devrait pas disposer d’armes sophistiquées. Il lutte également pour faire cesser l’occupation israélienne sur la rive gauche du Jourdain et sur la bande de Gaza, et affirme qu’Israël devrait faire preuve d’un plus grand respect pour les « libertés civiles et les droits de l’homme » des Palestiniens.




Home Echec du missile Trident

« Observez ce qui est arrivé au missile Trident qui a explosé récemment. Ce missile avait coûté 14 millions de livres. Maitreya nous avertit que d’autres démonstrations de cette sorte se produiront si les politiciens se refusent à comprendre. » — déclaration publiée dans Partage international en mai 1989

Deux des trois premiers essais sous-marins du Trident 2, le plus gros missile nucléaire de l’US Navy, ont échoué. Les porte-parole de la Marine américaine ont déclaré que ces échecs étaient dus à un défaut fondamental de conception du missile et qu’il en résulterait un retard d’au moins plusieurs mois dans le déploiement du Trident 2. Le 15 août, alors que le troisième essai s’avérait être aussi un échec, l’US Air Force annulait la deuxième série d’essais en vol du bombardier B2, déjà par ailleurs controversé, en raison d’une défaillance de son système auxiliaire de propulsion.




Home Les Soviétiques au Moyen-Orient

« Les Soviétiques seront impliqués au Moyen-Orient de manière constructive. » — déclaration publiée dans Partage international en mai 1989

Vers la fin du mois d’août, un émissaire soviétique stationné au Liban est entré en action afin de persuader les parties impliquées dans le conflit de conclure un accord de paix. L’émissaire soviétique, Genadi Tarasov, a appelé à un cessez-le-feu et à la levée de tous les barrages. « Nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de solution militaire, mais seulement politique », a déclaré M. Tarasov.




Home Détection des sous-marins

Source : The Guardian

« Personne ne pourra désormais soutenir que la défense est une priorité essentielle. Cette déclaration ne représente ni une idéologie ni une opinion. La nouvelle technologie de la lumière rend caducs les be-soins de défense actuels. » — déclaration publiée dans Partage international en mai 1989

Les sous-marins des forces nucléaires de dissuasion occidentales, qui étaient supposé être invulnérables en raison de la profondeur des océans où ils peuvent se cacher, pourraient maintenant être repérés grâce à la technologie des radars et du laser, qui rend les océans de plus en plus « transparents ». Les radars qui fonctionnent à des fréquences de 2 000 impulsions par seconde peuvent détecter un sillage créé en surface par un sous-marin évoluant à plusieurs centaines de mètres sous la mer. De plus, des rayons laser ont été utilisés afin de pénétrer les profondeurs de l’océan et de détecter aussi bien des sous-marins que des mines par le biais d’ondes sonores rémanentes.

L’Union Soviétique a poursuivi l’étude de ces techniques de détection utilisant la lumière car les sous-marins occidentaux sont relativement silencieux et ne sont pas repérables par détection acoustique. Elle s’est équipée de deux satellites (Cosmos 1870 et Cosmos 1500) qui sont sensés être en mesure de détecter des perturbations à la surface de l’eau. Cette évolution contribuera à rendre vulnérable la flotte britannique des Polaris et des Trident, et obligera le gouvernement anglais à revoir toute sa stratégie de dissuasion nucléaire.


Note de la rédaction : Bien que ces nouvelles techniques représentent un pas dans la bonne direction, elles ne doivent toutefois pas être assimilées à la Technologie de la Lumière, transmise par les Frères de l’Espace, dont a parlé Maitreya.

Note de la rédaction: Bien que ces nouvelles techniques représentent un pas dans la bonne direction, elles ne doivent toutefois pas être assimilées à la Technologie de la Lumière, transmise par les Frères de l'Espace, dont a parlé Maitreya


Home L'environnement deviendra la priorité numéro un

« L’environnement deviendra la priorité numéro un dans le monde entier. » — déclaration publiée dans Partage international en juin 1989

« Dans le monde entier, les hommes et les femmes ordinaires s’inquiétent de voir leurs enfants hériter d’un monde de plus en plus épuisé », a déclaré le directeur général de l’UNEP, Mostafa Tolba. « Les masses considèrent, en majorité, que leurs gouvernements ne font même pas le minimum nécessaire afin de protéger leur environnement. Et de manière plus significative encore, un sondage révèle qu’un pourcentage étonnamment élevé d’individus estime que des sacrifices à court terme — incluant une majoration de l’impôt — seront nécessaires afin de mettre un terme à la destruction de nos ressources vitales ».

L’enquête, menée par l’Institut Louis Harris auprès du public et des dirigeants d’Allemagne de l’Ouest, d’Arabie Saoudite, de Chine, de Hongrie, d’Inde, de la Jamaïque, du Japon, du Kenya, du Mexique, du Nigéria, de Norvège, du Sénégal et du Zimbabwe, a révélé l’existence, à l’échelle planétaire, d’une préoccupation concernant la qualité de l’eau potable, la pollution chimique de l’air, des lacs et des rivières, la destruction des forêts et des terres agricoles et le stockage des déchets toxiques. Dans chaque pays, les personnes interrogées ont déclaré qu’elles pensaient que la pollution s’aggraverait encore avant de s’améliorer.

Dans chaque pays où a été réalisé ce sondage, plus de 75 pour cent des gens estiment que des mesures plus fermes sont nécessaires de la part de leur gouvernement afin de se protéger contre les méfaits de la pollution. Une majorité des personnes interrogées pense également que « les organisations internationales telles que l’ONU » doivent jouer un rôle prépondérant.

Dans un numéro récent du magazine Scientific American, William Ruckelshaus, ancien chef de l’Agence américaine pour la Protection de l’Environnement a déclaré que si l’on veut traiter la crise mondiale de l’environnement, qui va actuellement en s’aggravant, « un bouleversement de société sera nécessaire, comparable en importance à seulement deux autres changements : la révolution agricole de la fin du Néolithique et la révolution industrielle des deux derniers siècles ». William Ruckelshaus affirme qu’une telle révolution en matière d’environnement « devra être une action pleinement consciente » et nécessitera un effort « absolument unique depuis les débuts de l’humanité sur la terre ».




Home Augmentation des précipitations dans les zones désertiques

Source : journalToday

« On constatera que la terre se met à produire des récoltes en Ethiopie. Les pays ayant souffert auparavant de la sécheresse auront dorénavant de l’eau. » — déclaration publiée dans Partage international en septembre 1988

Les déserts se transformeront en verts pâturages et l’ensemble des récoltes augmentera de 50 pour cent. Le Sahara pourrait devenir une terre idéale pour l’élevage, et la production agricole pourrait s’accroître énormément au Canada et en Asie Centrale. Telles sont les déclarations du scientifique soviétique Mikhaïl Budyko qui, dans une volte-face étonnante, après son scénario de « sécheresse ou d’inondation » élaboré il y a vingt ans, affirme maintenant que le climat sera dorénavant beaucoup plus clément. Il s’attend à une colossale augmentation des précipitations dans les zones désertiques ainsi qu’en Asie Centrale.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2017