DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1994

Extraits de la revue
Partage international

December 1994 - N 76



Questions / Réponses


Q. Maitreya est-il apparu en public depuis le précédent numéro de Partage international ?

R. Le dimanche 6 novembre, Maitreya est apparu devant 600 chrétiens intégristes au Canada ; il s'est exprimé pendant 16 minutes. Il avait auparavant magnétisé une source dans les environs. Le 9 octobre, Maitreya était apparu à Athènes, en Grèce.



Q. [1] Maitreya est apparu à travers le monde, à des groupes ou à des individus. Pourquoi n'est-il pas apparu aux Pays-Bas ? [2] Y a-t-il un Maître à Amsterdam ?

R. [1] Je ne le sais pas. Maitreya a ses propres priorités. On peut remarquer qu'il existe de nombreux pays où il n'est pas (encore) apparu. [2] Non.



Q. A propos de la réincarnation, pourquoi tous les enfants du monde doivent-ils apprendre leur langue maternelle, s'ils la connaissaient déjà dans une vie précédente ?

R. Ils ne connaissaient pas nécessairement la langue du pays où ils sont nés aujourd'hui - vous pouvez avoir été Français dans votre dernière vie et vous retrouver Anglais dans celle-ci, ou vice versa. Presque tout le monde a oublié les circonstances de sa vie précédente, et commence chaque nouvelle vie avec un nouveau cerveau. Un enfant doit apprendre parce que son cerveau n'est pas développé ; il lui faut donc apprendre la langue du pays où il se trouve. Nous devons tous le faire, même si nous vivions dans le même pays au cours de notre incarnation précédente - cependant, dans ce cas, cela devrait être un peu plus facile.



Q. Comment l'histoire de Noé s'insère-t-elle dans la tradition ésotérique ?

R. L’histoire de Noé remonte à quinze mille cinq cents ans, à l’époque du déluge relaté dans la Bible, quand l’île de Poséidon fut submergée, à l’exception des montagnes qui forment actuellement les îles des Açores. ­L’Afrique du Nord et l’Espagne, qui étaient jadis réunies, furent séparées par les flots et la Méditerranée fut créée. « Quarante jours de pluie » est une expression purement symbolique. Noé ne construisit pas d’« arche » pour recueillir un couple de chaque espèce animale ; cela aussi est une affirmation symbolique. Noé était un Maître qui, sachant ce qui allait se produire, avertit les gens pour qu’ils emmènent leur famille et leurs animaux sur les hauteurs, afin d’échapper au déluge. La zone du Moyen-Orient et du Bassin méditerranéen fut touchée, mais ailleurs, il y eut de vastes étendues de terres épargnées.



Q. Pensez-vous que l'Union européenne soit un changement politique bénéfique ?

R. Tout ce qui va dans le sens de l'unité est une bonne chose à long terme, mais tout dépend de ce sur quoi cette union est fondée. S'il s'agit d'un club d'hommes d'affaires, comme cela semble être le cas pour beaucoup, en Grande-Bretagne par exemple, alors je ne pense pas que cela soit d'une grande valeur. Si c'est un moyen d'unir la Grande-Bretagne et les autres pays européens, en particulier l'Allemagne et la France, qui ont été en guerre à maintes reprises pendant un siècle, et si c'est une garantie de paix pour l'Europe, alors cela peut être bénéfique. Mais le principe du partage doit être appliqué ; en l'état actuel des choses, l'Union européenne n'est d'aucune valeur pour le reste du monde. Le profit et l'égoïsme y règnent ; on y produit des montagnes de beurre, de fromage et de viande, en accordant d'énormes subventions aux fermiers français, néerlandais et danois, mais cela n'apporte rien aux populations du Bangladesh, du Rwanda ou de la Somalie. L'Union européenne n'a rien fait pour la Bosnie. Si elle avait agi en tant qu'union politique, et pas seulement économique, les horreurs en Bosnie n'auraient pas eu lieu : les centaines de milliers de morts et de viols, les déplacements de population, les millions de réfugiés maintenant disséminés dans toute l'Europe. L'Union européenne n'a eu aucune influence à cet égard.



Q. Que dirait Maitreya à propos de la consommation de viande ?

R. Il dirait que si vous mangez de la viande, vous n'avez pas vraiment une relation correcte avec le règne animal. Mais si tout le monde devait renoncer à consommer de la viande par obligation légale - certaines personnes vont jusqu'à préconiser des mesures législatives en ce sens - alors des peuples entiers, tels que les esquimaux, disparaîtraient. Pourtant, pour l'initié qui progresse, la consommation de viande n'est vraiment pas recommandée, car elle entrave son évolution. Aussi Maitreya dirait-il probablement : cela dépend de votre niveau d'évolution. Pour la moyenne de l'humanité, cela n'entraîne pas de préjudice particulier, mais dès que vous entrez sur le sentier du discipulat, et plus tard de l'initiation, alors le fait de consommer de la viande freine votre évolution. Les vibrations de la viande, en particulier du sang, réduisent la qualité de vos vibrations, alors que vous essayez (ou devriez essayer) de l'élever. Mais vous vous apercevrez que Maitreya est la personne la moins fanatique qui soit ; aucun Maître n'est fanatique. C'est le fanatisme qui est dangereux.



Q. Combien de vie faut-il en moyenne pour devenir un Maître ?

R. Il faut des centaines de milliers d'incarnations pour arriver à la première initiation, la première des cinq. Habituellement, une moyenne de sept ou huit incarnations est nécessaire entre la première et la seconde. Entre le seconde et la troisième le processus s'accélère, et la troisième peut être passée dans la même vie que la seconde, si cette dernière est passée suffisamment tôt ; puis la quatrième et la cinquième seront probablement passées dans les deux ou trois vies suivantes. Ainsi y a-t-il très peu de vies dans la dernière phase du processus initiatique, mais jusqu'à la première initiation, il y a littéralement des centaines de milliers d'incarnations.



Q. Maitreya a-t-il quelque chose à communiquer sur le problème de la population mondiale, à la lumière du sommet du Caire ?

R. Le problème central est celui de la pauvreté, qui est à l'origine des problèmes démographiques actuels, notamment dans le tiers monde. Alors que le nombre moyen d'enfants par couples, dans les pays développés, est d'environ 2,3, il est le plus souvent de 5 ou 6 dans les pays du tiers monde. On compte même des familles, parmi les plus pauvres et par conséquent parmi les moins en mesure de les élever correctement, qui ont jusqu'à 12 ou 14 enfants. Pourquoi ? Parce que les parents savent que s'ils veulent compter sur 2 ou 3 enfants dans leur vieil âge, il leur faut en avoir un grand nombre, du fait de la mortalité infantile élevée. Pour eux, famille nombreuse égale sécurité. La raison fondamentale qui se cache derrière le taux élevé de familles nombreuses est donc la pauvreté. A quoi s'ajoutent d'autres facteurs, tels que l'ignorance de la contraception et le poids d'une longue tradition. A partir du moment où ce climat d'insécurité a pris fin, où le pays a rejoint le camp des nations développées et qu'il offre à leur population travail, sécurité et protection sociale, le besoin de famille nombreuse disparaît et chute, en une seule génération, de 2,3 à 2,5 enfants par couple. Quel que soit le pays. Ce qui montre bien que la lutte contre la pauvreté est le véritable remède à la croissance démographique actuelle.



Q. Quel est le point de vue de Maitreya sur la contraception et l'avortement ?

R. Les Maîtres sont pour la vie ; néanmoins, sur cette question, ils considèrent chaque cas individuellement, et ils estiment souvent, dans les cas de naissance accidentelle d'un enfant non désiré et non aimé, que l'avortement est un moindre mal, pourvu qu'il soit pratiqué à temps : c'est-à-dire, avant la quatrième ou cinquième semaine. Car c'est à ce moment que l'âme « s'empare » de son véhicule et fixe le fil de conscience. L'avortement n'est donc pas conseillé après cette période - sauf, bien entendu, dans le cas où une situation clinique met en danger non seulement la vie du fœtus, mais celle de la mère. Mais la vraie solution, c'est de mettre fin à la pauvreté du tiers monde. Et, dans l'immédiat, d'organiser la distribution de contraceptifs bon marché et accessibles à tous, avec des indications détaillées sur la façon de les utiliser ; ce qui est souvent omis dans les expériences en cours, comme en Inde, par exemple. Il faut donc mettre en place un vaste programme éducatif.



Q. [1] Dans la nouvelle société, le principe de partage, une fois entré dans les mœurs, ne remettra-t-il pas en cause la nécessité d'instaurer un système hiérarchique (comme celui qui semble exister, selon la tradition ésotérique, sur le plan où se trouve votre Maître) ? [2] Comment le conciliera-t-on avec l'inégalité ?

R. La Hiérarchie, dont les Maîtres et leurs disciples font partie, se fonde sur l'évolution spirituelle, et non pas sur l'autorité ou le privilège. Pour les Maîtres, tous les êtres sont égaux, mais se trouvent à des étapes différentes dans l'expression de la divinité. Celle-ci est une et indivisible. Dans le nouveau système économico-politique, quel qu'il soit, il appartiendra à l'humanité, et à elle seule, de décider du degré de participation et de démocratie qui lui semblera nécessaire et juste. Tout repose entre nos mains. La Hiérarchie des Maîtres ne nous imposera jamais aucun système.



Q. Chaque être humain diffère des autres pour des raisons génétiques. Le nouvel ordre prévoit-il d'intervenir à ce niveau pour « fabriquer » un nouvel être ?

R. La génétique n'est responsable que des différences physiques ; mais le caractère unique des êtres humains vient de ce que chaque personne est l'incarnation d'une âme individualisée. Aucune manipulation génétique, aussi importante soit-elle, ne saurait toucher à cette réalité spirituelle (sauf dans les films de science-fiction).



Q. A quelle époque le monde a-t-il quitté le droit chemin ?

R. Le monde a quitté le « droit chemin » à l'époque de l'Atlantide. Plus précisément, il y a environ 95 000 ou 100 000 ans, vers la fin de cette longue civilisation (qui a duré près de 12 millions d'années), une série de guerres commença entre la Hiérarchie de Lumière (les Maîtres de Sagesse) et les Seigneurs de la matérialité - ou « forces du mal », comme nous les appelons - chacun des protagonistes cherchant à s'assurer la collaboration de l'humanité, les premiers pour le bien, le long du sentier évolutif, les seconds pour entraver son progrès et l'emprisonner. Cette guerre atteignit son point culminant dans la destruction de cette civilisation, une grande partie du continent où elle s'était épanouie s'enfonçant sous l'océan (l'Océan atlantique actuel). La guerre continua, cependant, sur les plans astraux, ou émotionnels, et se manifesta à nouveaux sur le plan physique au moment de la première guerre mondiale, en 1914. En fait, les deux guerres n'en font qu'une : en 1918, elle prit un cours souterrain, et ressurgit en 1939, où Hitler et ses associés, opérant en Allemagne, au Japon et en Italie, la précipitèrent dans toute son intensité sur le plan physique. Leur capitulation devant les Alliés marqua aussi la défaite, mais non la destruction, des forces de la matérialité.



Q. Avons-nous passé le point de non-retour, en ce qui concerne la pollution de la planète ?

R. Je ne le pense pas. Je crois que la planète peut-être sauvée. Comme l'homme, elle est d'une constitution très résistante, et si nous nous y prenons à temps - c'est-à-dire maintenant, et pendant les 20 ou 30 prochaines années - et avec suffisamment d'énergie, nous pourrons lui rendre la santé. Du fait que la Hiérarchie travaille ouvertement dans le monde (sans Maitreya et les Maîtres, nous ne prendrions peut-être pas les mesures nécessaires, ou alors de manière si hésitante que nous ne gagnerions pas ce combat), et avec l'aide de la Hiérarchie des autres planètes (qui a toujours été présente), je n'ai pas le moindre doute, non seulement que cette Terre sera sauvée, mais qu'elle deviendra le jardin du système solaire, ce qu'elle est en fait.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.