DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1992

Extraits de la revue
Partage international

April 1992 - N 44 Vol. 5, n 3



Questions / Réponses


Q. Maitreya est-il apparu à nouveau depuis le 26 janvier ? Si oui, à quel endroit ?

R. Oui. Le dimanche 1er mars, Il est (miraculeusement) apparu devant quelques 600 personnes en Russie, lors d'un rassemblement de croyants russes orthodoxes. Il s'est exprimé (en russe naturellement) pendant 37 minutes, expliquant ses plans et ses objectifs. Puis Il a disparu. Environ 500 personnes sur les 600 dans l'assemblée estiment avoir véritablement vu le Christ. Maitreya fut photographié et quelques médias (locaux) furent informés de l'événement.



Q. Les personnes qui meurent de faim ne doivent-elles pas leur sort à des méfaits commis au cours d'une incarnation antérieure ?

R. Non. Personne ne s'incarne pour mourir de faim. Cela irait à l'encontre de la loi de la vie. Maitreya affirme que « ces personnes meurent en raison de leur simple malchance d'être nées dans une partie du monde plutôt que dans une autre ».



Q. En observant ce que produit la Conscience christique qui se déverse dans le monde, voyez-vous, ou sentez-vous, qu'il existera un jour une « terre d'utopie », où les énergies destructrices qui prévalent aujourd'hui n'existeraient pas, et si vous considérez cet aboutissement comme une utopie, comment pouvons-nous savoir que cette utopie, ce « Jardin d'Eden », ne constitue pas seulement le produit d'un désir du mental ?

R. Vous répondez vous-même, dans la seconde partie de votre question. Personnellement, je ne crois pas à l'utopie. Je crois à l'évolution, mais je ne crois pas que l'évolution constitue une utopie. Nous sommes parvenus depuis l'homme préhistorique, animal, jusqu'au point où nous nous trouvons aujourd'hui. Comparés aux premiers hommes, nous sommes extraordinairement évolués, mais nous sommes très loin de ce que nous serons lorsque nous serons tous des Maîtres.

Si nous étions tous des initiés du 3e degré — c'est-à-dire si nous avions au moins accompli les trois cinquièmes du chemin qui conduit à la Maîtrise — le monde serait totalement différent, mais néanmoins, pas encore parfait dans le sens de l'utopie. Je ne crois pas à l'utopie car je crois que l'évolution est un processus créatif, et non pas statique. Il existe un schéma pour cette perfection, mais cette perfection elle-même n'est pas figée. L'évolution s'effectue selon la Loi de Cause et d'Effet, et se manifeste à travers cette Loi. Il s'agit d'une donnée fondamentale qui se trouve à l'origine même de la responsabilité que nous avons, puisque toute pensée et toute action que nous engendrons produit une cause. Ceux qui sont destructifs attirent la destruction sur eux-mêmes, mais aussi, temporairement, sur ceux qui les entourent.

Ce processus sera de mieux en mieux maîtrisé au fur et à mesure que l'humanité se considérera davantage comme Une, qu'elle créera des structures — politiques, économiques, religieuses, sociales, scientifiques — qui manifesteront cette unicité intérieure. Nous serons ainsi débarrassés de beaucoup des tendances séparatives qui divisent aujourd'hui le monde.

L'humanité se compose toujours d'éléments de différents niveaux. Certaines personnes, qui entrent maintenant en incarnation, sont de véritables débutants au regard de l'humanité moderne. Elles se situent en bas de l'échelle de l'évolution et ont un très long chemin à parcourir. Mais l'humanité change rapidement. Tout concourt à accélérer le rythme des changements, et cette croissance sera de plus en plus forte. La perfection n'existera pas tant que nous ne serons pas tous des Maîtres, c'est-à-dire parfaits. Ainsi, ce que vous entendez ici par l'utopie (tel que je comprends la question — c'est-à-dire un état dans lequel il n'y aurait aucune manifestation d'énergie négative ou destructrice) ne se produira pas avant la fin de l'ensemble du processus de l'évolution, soit dans des millions d'années, ce qui rend ces considérations sans objet.



Q. Il y a maintenant un certain temps que nous pratiquons la méditation de transmission, mais il ne semble pas que nous l'ayons fait correctement (c'est-à-dire en étant alignés). N'avons-nous pas effectué de réel service ?

R. Je connais des gens très contents et très fiers d’appartenir à un groupe de méditation de transmission. Ils en parlent, le disent à leurs amis et m’écrivent parfois à ce sujet. Je découvre alors qu’ils y consacrent peut-être une heure, voire même une demi-heure par semaine. Avant de commencer la méditation, ils discutent d’un thème, font quelques exercices, tiennent des séances de guérison, etc. Après la méditation, ils prennent le café et des gâteaux et bavardent entre amis. Dans l’intervalle, ils casent une demi-heure ou une heure de transmission, et pensent ainsi servir le Plan. Il s’agit véritablement d’un énorme mirage. Si vous êtes alignés réellement cinq minutes par heure (c’est la moyenne), ce n’est vraiment pas beaucoup. Cinq minutes, une fois par semaine, n’est guère « servir le plan de l’évolution ». C’est prétendre servir le plan d’évolution. Et encore, je suis gentil, car je sais que beaucoup participent à la transmission de façon très occasionnelle : pas même une fois par semaine, mais peut-être une semaine sur deux, ou sur trois, ou quatre… Et pourtant, ils considèrent qu’ils pratiquent la méditation de transmission. Voilà leur activité de service : une fois par semaine, ou une fois par mois, pour une période d’une heure ou deux au maximum, au cours desquelles ils sont peut-être alignés (et donc transmettent effectivement) pendant cinq minutes.

J’insiste particulièrement, car il est très important de réaliser que si vous n’êtes pas alignés, vous ne transmettez pas. Les énergies proviennent du niveau de l’âme et vous devez être alignés avec votre âme. C’est pourquoi vous devez maintenir votre attention au centre ajna. A défaut, si vous regardez alentour ou si vous pensez à ce que vous avez mangé au dîner et combien cela vous alourdit l’estomac, alors vous n’êtes vraisemblablement pas alignés du tout. La plupart des gens ont une attention très médiocre et il en va donc de même pour leur alignement. Ajoutons, cependant, que ce qui nous sauve, c’est que la méditation de transmission est si puissante, si scientifique, que même ces quelques minutes ont plus de valeur pour le service et la croissance personnelle, que tout ce que vous pourriez faire par ailleurs.

Je dois dire que les groupes japonais ont une attitude complètement différente envers la méditation de transmission et le service en général. Cela est probablement dû à l’âme du Japon, qui est du 6rayon, et à la longue tradition de méditation des Japonais. Ils se mettent à la méditation de transmission comme les canards se jettent à l’eau, comme on dit. Ils aiment cela, y sont très performants et détiennent le record du monde d’alignement en cours de transmission, et donc de transmission elle-même. La durée moyenne d’alignement dans le monde est d’environ cinq à six minutes par heure. Certains, naturellement, font beaucoup plus. Au Japon, certains tiennent 55 minutes par heure, et la plupart sont alignés pendant 10 minutes par heure. La moyenne au Japon est d’environ 15 à 20 minutes par heure. C’est véritablement de la transmission.



Q. (1) En quoi les transmissions de 24 heures sont-elles différentes des transmissions habituelles ? (2) N'est-il pas préférable de se concentrer réellement et de transmettre correctement pendant dix, cinq ou trois heures par exemple, à dix ou vingt personnes, plutôt que 24 heures avec parfois seulement trois personnes présentes ?

R. [1] Ces méditations sont beaucoup plus longues. Elles sont aussi moins fréquentes. Elles se produisent en général seulement trois fois par an, lors des Grandes Fêtes de Printemps : les Fêtes de Pâques, du Wesak et de l’Humanité. ­

[2] La réponse est oui, assurément. Cependant, les trois Grandes Fêtes de Printemps fournissent aux groupes dans le monde entier une opportunité exceptionnelle d’établir ensemble un rythme puissant. Pendant 24 heures, la Hiérarchie peut relier tous les groupes de travail au réseau planétaire de lumière qu’elle crée et alimente en permanence. La célébration de ces fêtes favorise également une stimulation de l’aspiration et du service, et constitue par là un facteur psychologique important.



Q. Plus d'une femme sur huit aux Etats-Unis contracte un cancer du sein. C'est une des premières causes de mortalité chez les femmes. (1) Pourquoi tant de femmes en sont-elles atteintes ? (2) La pollution en est-elle responsable ? (3) Y a-t-il quelque chose qu'une femme puisse faire pour s'en protéger ?

R. (1) C'est essentiellement héréditaire. Personne n'est victime d'un cancer du sein en l'absence de prédispositions, généralement héritées.

(2) Les produits chimiques de toutes sortes, additifs ou engrais chimiques, que nous trouvons dans notre alimentation, sont des facteurs contribuants mais qui ne peuvent qu'accélérer la manifestation de la maladie. La radioactivité, même infime, joue un rôle. Celle-ci peut provenir d'expériences nucléaires en surface ou souterraines, d'accidents comme ceux de Tchernobyl et de Three Mile Island, et de l'augmentation constante du nombre des centrales nucléaires dans le monde. Le stress vient s'ajouter à ces facteurs, car il s'est considérablement accru depuis l'entrée massive des femmes dans le monde du travail, et il constitue probablement aujourd'hui le facteur le plus important dans le développement de cette maladie.

(3) Apprenez à mener une vie détendue, consciente et sans crainte. La peur de contracter la maladie crée le stress et peut en induire les symptômes. Préconisez la crémation comme seul moyen hygiénique de disposer des cadavres.



Q. Quel est l'avenir de la méthode d'éducation de Rudolf Steiner ?

R. Rudolf Steiner était un initié du deuxième degré. Il fut d’abord membre de la Société théosophique, puis s’en sépara et créa l’Anthroposophie. Personnellement, je me trouve en désaccord avec une grande partie de son enseignement, particulièrement en ce qui concerne la réapparition du Christ. Mais j’admire sa méthode d’éducation. Je pense qu’elle est profonde, et pour le temps présent, probablement la mieux « adaptée » aux besoins de l’enfant.

Pour l’avenir, la voie consiste à comprendre que nous sommes chacun une âme en incarnation. Nous ne sommes pas cette personnalité, qui n’est que le véhicule, sur le plan physique, d’une grande entité spirituelle – notre propre âme, un reflet du Divin, de l’Absolu – qui est parfaite.

L’âme en incarnation poursuit son perfectionnement jusqu’à pouvoir imprégner son véhicule de ses propres qualités et de sa propre nature.

Lorsqu’on considérera l’enfant en tant qu’âme, on pourra adapter l’éducation à chaque individu, de manière précise. Pour le moment, d’une manière théorique et idéaliste, c’est ce qu’essaient de faire les écoles Steiner. Cela ne veut pas dire qu’elles y parviennent, mais ce sont les seules écoles qui s’y essaient. Parmi toutes les expériences éducatives qui se développent aujourd’hui dans le monde – et elles sont nombreuses – c’est probablement la méthode qui se rapproche le plus de l’idéal. Je n’ai aucun doute sur le fait que les écoles Steiner répondront à l’avènement des Maîtres et à l’impulsion que ceux-ci donneront à l’éducation à tous les niveaux, et qu’elles affineront et élargiront leurs méthodes.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.