DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1991

Extraits de la revue
Partage international

September 1991 - N 37 Vol. 4, n 7



Questions / Réponses


Q. Suite à l'article sur les sept rayons publié dans le numéro de juillet/août de Share International, je me suis demandé s'il était possible de déterminer la structure de rayons d'un individu à partir de son horoscope. La présence de Mars dans le signe du Scorpion, par exemple, indique-t-elle qu'un rayon donné gouverne tel ou tel corps ? Ceci supposerait que seules sept des planètes déterminent la structure de nos rayons, en relation avec quelques-unes seulement des constellations du Zodiaque.

R. Beaucoup de gens essaient de déterminer leur structure de rayons à partir de leur thème de naissance - et sont souvent persuadés d'y réussir. Certains essaient même de trouver leurs rayons à l'aide d'un pendule. Mon Maître affirme pourtant qu'il est impossible de déterminer ses rayons par l'astrologie, la radiesthésie ou toute autre technique, le seul moyen d'y parvenir étant d'acquérir une vision pénétrante de son propre caractère et d'étudier les qualités propres à chaque rayon.



Q. Vous affirmez que l'une des premières leçons que nous donnera le Christ aura trait au karma, à la loi de cause et d'effet. Dans la mesure où tout ce qui nous arrive résulte de nos actions antérieures, comment les gens qui souffrent de la faim ont-ils pu en arriver là ?

R. Selon Maitreya, ils ont eu « la malchance de naître dans une partie du monde plutôt que dans une autre ». Personne ne vient en incarnation pour souffrir de la faim. La loi de la vie, du plus humble vermisseau jusqu'à l'homme, est de manger pour nourrir le corps et de prolonger ainsi cette vie. Cette loi est gravée dans l'instinct de toutes les créatures - il ne peut y avoir de nécessité karmique de souffrir de la faim.

Si l'on est un mystique quelque peu enclin au fanatisme, on peut bien sûr imposer à son corps physique toutes sortes de privations, comme de nombreux ascètes l'ont fait à travers les âges et continuent de le faire aujourd'hui. On peut se priver de nourriture de manière délibérée, on peut même se laisser mourir de faim, mais personne ne vient en incarnation avec la nécessité karmique de souffrir de la faim.

Ce n'est donc pas une nécessité karmique qui fait aujourd'hui souffrir de la faim des millions de gens dans le tiers monde, mais le fait qu'ils s'incarnent en tant que groupe dans une région donnée : ce n'est donc pas un problème karmique mais un problème « géographique ».

La grande majorité des individus vient en incarnation en formation de groupe, dans des groupes très vastes aussi bien que des groupes familiaux, dans lesquels ils se réincarnent dans des relations mutuelles toujours changeantes. La vie crée les nœuds karmiques qui lient les uns aux autres les membres de ces groupes, et la loi de cause et d'effet les entraîne, de façon toujours renouvelée, dans les mêmes situations.

Pendant des milliers d'années, les habitants des pays où l'on souffre aujourd'hui de la faim ont mené leur vie comme partout ailleurs sur la planète, se nourrissant de ce que leur offrait la nature. Cependant, la plupart de ces pays ont subi la colonisation, et cet héritage colonial est responsable de l'indigence, de la misère qui les frappent.

Le tiers monde produit une grande partie des matières premières de notre planète, mais c'est nous, dans le monde développé, qui en contrôlons les marchés. Nous sommes donc les créateurs de l'effet karmique de leur sous-alimentation. Pour notre part, nous avons eu la chance de nous incarner dans un pays moderne et développé, même si la faim n'y est pas un phénomène inconnu - il y a aujourd'hui des personnes sous-alimentées dans les rues mêmes de Londres. Nombre d'entre elles ont faim, non en raison de quelque faute commise dans une vie antérieure, mais parce que le reste d'entre nous fait preuve d'avidité et d'égoïsme et parce que nous avons porté au pouvoir des gouvernements créateurs de structures fondées sur les forces du marché, appelées par Maitreya « forces du mal ». Ces problèmes résultent du fait que sept pays industrialisés, ceux qu'il est convenu d'appeler le « G7 », s'efforcent de gouverner la planète à leur profit et selon leurs seuls intérêts, tandis que le reste du monde n'a plus qu'à se faire oublier.



Q. Pourquoi la Grande Invocation ne s'adresse-t-elle qu'au Christ ? En passant sous silence de grands instructeurs spirituels comme le Bouddha, ne semble-t-elle pas s'opposer à l'idée même d'une religion universelle synthétique ?

R. Sans vouloir vous contredire, la Grande Invocation ne s'adresse pas seulement au Christ. La toute première ligne : « Du point de Lumière... » fait spécifiquement référence au Bouddha, Incarnation de Lumière ou de Sagesse sur cette planète, dont elle invoque l'énergie, l'aspect sagesse du 2e rayon.

« Du point d'amour... », dans la deuxième strophe, se réfère effectivement au Christ, qui incarne l'aspect amour du 2e rayon. La dernière ligne de cette strophe, « Puisse le Christ revenir sur Terre », a invoqué et continue d'invoquer le Christ, Maitreya, dans le monde de tous les jours, afin qu'il y poursuive sa mission. Le Bouddha n'a pas pour intention de revenir en manifestation sur le plan physique.

La troisième strophe invoque l'énergie de Shamballa, le « Centre où la Volonté (le dessein, le Plan) de Dieu est connue ».



Q. S’il est vrai que Maitreya a pour mission d’instaurer la synthèse de toutes les religions et la religion mondiale, la prédominance des informations émanant de sources chrétiennes dans les publications de Maitreya n’est-elle pas en contradiction avec cet objectif ?

R. A mon sens, la mission de Maitreya ne consiste pas à « instaurer la synthèse de toutes les religions ». Il a dit lui-même qu’il n’était pas venu pour fonder une nouvelle religion, mais pour enseigner l’art de la réalisation du Soi. Selon lui, chacun doit continuer à évoluer dans le cadre de sa propre tradition. La nouvelle religion mondiale sera fondée sur cette voie scientifique d’accès à la divinité qu’est l’Initiation, dont les Maîtres sont les gardiens. Elle attirera à elle ceux qui y sont prêts, venus de toutes les religions (ainsi que hors de tout contexte religieux : le chemin de la religion est seulement l’une des nombreuses voies qui mènent à Dieu). Par ailleurs, je ne suis pas d’accord quant à l’existence d’une prédominance d’informations émanant de sources chrétiennes dans les « publications de Maitreya » (autrement dit dans les enseignements qui émanent effectivement de lui).



Q. En répondant aux questions, vous employez des expressions telles que : selon mes sources, d'après ce que je comprends, selon mes informations, etc. De telles expressions peuvent donner l'impression au lecteur que vous pourriez ne pas être totalement convaincu de ce que vous avancez. Comment peut-il demeurer un doute quelconque, si Maitreya lui-même (parfois), ou votre Maître (en permanence), vous adombre lorsque vous répondez aux questions ?

R. Tout d'abord, en aucun cas Maitreya ne m'adombre lorsque je réponds aux questions pour Share International. Par contre, mon Maître m'adombre à chaque fois. Les Maîtres eux-mêmes ne prétendent pas être infaillibles. Et puisqu'il en est ainsi, il ne conviendrait pas qu'un humble disciple comme moi prétende à l'infaillibilité, même lorsque j'écris quelque chose en toute certitude, et en étant parfaitement convaincu de ce que j'avance. Cette attitude est pour moi une manière de reconnaître que d'autres peuvent avoir un point de vue différent.



Q. Le Plan prévoit-il une langue mondiale unique ? Dans le cas contraire, cette possibilité n'est-elle envisageable que par la seule intervention humaine ? Si, dans un cas ou dans l'autre, la réponse est positive, en quelle année approximativement cela est-il susceptible de se produire ? Comment cette langue se nommera-t-elle ?

R. Le Maître D. K. (par l'intermédiaire d'Alice Bailey) a prédit que le langage unique mondial sera une forme simplifiée de l'anglais. Cette langue ne sera pas inaugurée officiellement, à une quelconque date. Le processus est déjà bien amorcé, comme on le constate dans le domaine de la science, des affaires, ou du commerce international. Cette langue ne supplantera pas l'ensemble des langues existantes, mais viendra en complément.



Q. Avant sa mort, il y a quelques années, Swami Muktananda a évoqué l'arrivée sur cette planète d'un grand Etre, connu en Hindi sous le nom de Dharma Purusha. On disait que s'il survenait une guerre nucléaire, le Dharma Purusha changerait les bombes en eau. Qui est ce grand Etre ? S'agit-il de Maitreya ?

R. Oui.



Q. Mon épouse et moi-même ne désirons plus avoir d'enfant, et j'ai pensé subir une vasectomie. Comment les Maîtres considèrent-ils la vasectomie ? Retarde-t-elle le progrès spirituel de l'individu ? Est-ce considéré avec mépris ? Je suis très troublé par ce problème.

R. Les Maîtres ne considèrent pas plus la vasectomie avec mépris qu'avec approbation, et la subir ne retarde en rien le progrès spirituel d'un individu. Dans le cas où une grossesse pourrait entraîner des risques pour la femme, la vasectomie peut même être indiquée en tant que méthode de contrôle quasi-infaillible (mais pas absolument infaillible). Cependant, les Maîtres avertissent effectivement que dans certains cas, (lorsqu'il existe une prédisposition à cette maladie), la vasectomie peut entraîner un état cancéreux ou pré-cancéreux.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR

 | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.