DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2018

Extraits de la revue
Partage international

October 2018 - N 362



Questions / Réponses


Q. Pouvez-vous expliquer ce que signifie l’Emergence des Maîtres de Sagesse ? (Munich, 2008)

R. C’est un événement historique : pour la première fois en 98 000 ans, les Maîtres reviennent dans le monde de tous les jours. Pour la première fois, nous pourrons les entendre à la radio, les voir à la télévision, les aborder dans la rue et leur dire : « Bonjour, Maître, pourriez-vous me donner l’heure, s’il vous plaît ? », ou bien : « Pourrais-je avoir un autographe ? » Le Plan prévoit que quarante Maîtres vont venir travailler dans le monde.

Le fait est que les Maîtres veulent travailler à chaque instant en coopération avec l’humanité, dans un effort commun avec ceux qui font partie de cette humanité et également avec le groupe de ceux qui font déjà partie de la Hiérarchie spirituelle – ceux qui ont déjà « un pied » dans la Hiérarchie. Ce sont des hommes et des femmes qui font partie de la Hiérarchie parce qu’ils sont initiés d’un degré ou d’un autre. Nombreux sont ceux qui ont déjà pris le premier degré de ces grandes expansions de conscience que nous appelons initiations. Aujourd’hui, quatre ou cinq millions de personnes se tiennent au seuil de la première initiation, qui les fera entrer dans la Hiérarchie spirituelle. Quand cela aura lieu, le monde en sera profondément et inéluctablement transformé.



Q. Pourquoi Maitreya revient-il dans le monde ? (Munich, 2008)

R. Il vient pour aider l’humanité à voir la vie d’une façon réaliste – et non avec les lunettes roses des flambeurs et parieurs des marchés financiers, et de l’illusion dans laquelle ils baignent tous. Tout ce à quoi nous avons assisté sur les marchés financiers est le résultat de l’illusion. Maitreya considère les places boursières du monde comme des casinos – ce qu’elles sont, en réalité. Elles n’ont rien à voir avec le monde réel et la vraie économie. Elles ne sont que le terrain de jeu de la spéculation sur le prix et la valeur des monnaies. Et tout cela doit disparaître. La principale – et gravissime – maladie de l’humanité est son besoin de faire toujours plus d’argent sur l’argent qu’elle possède déjà, et d’en vouloir toujours davantage. Outre sa propension à la spéculation boursière, l’humanité est obsédée par la compétition, qui est l’exact opposé de ce dont le monde a besoin.



Q. Mais une certaine dose de compétition n’est-elle pas bonne pour nous pousser à faire des efforts ?

R. La compétition sépare, et pour les Maîtres, la séparation est le seul péché. Tout le reste est de la non-perfection. La compétition elle-même sépare l’humanité de ses propres besoins, de sa propre aspiration à l’amélioration. Elle dresse un pays contre l’autre, en général un grand pays contre les autres. Grand contre petit. Et qui gagne ? Les grands pays l’emportent, c’est ainsi qu’aujourd’hui le monde est dominé par les nations du G7 et deux ou trois nations d’Extrême-Orient qui entrent progressivement dans la course. Les nations du G7 s’occupent des nations du G7. Elles mènent le monde, et le monde est séparé en deux : les riches, et les démunis. Et le fossé qui les sépare est un danger majeur pour la société.

Des millions d’hommes, par ignorance, croient que la spéculation et la compétition sont les meilleures choses au monde. Qu’elles suscitent ce qu’il y a de meilleur dans l’individu. Pour Maitreya, elles font appel à ce qu’il y a de pire dans chacun d’entre nous. Elles font ressortir toute la séparativité, la malveillance, l’avidité, le désir de gagner. Elles séparent les hommes parce qu’elles inhibent l’aspiration de l’humanité à une vie meilleure, et nous mènent à une super-commercialisation qui est en train de détruire toute vie aujourd’hui. La commercialisation réduit les individus à l’état de pions sur un échiquier, pions qui deviennent inutiles dès qu’ils cessent d’augmenter les profits de la société qui les emploie. L’un des Maîtres a écrit que la commercialisation tient l’humanité à la gorge et élimine tout ce qu’il y a de raisonnable et d’estimable en l’homme. Il en résulte que nous vivons tous dans la jungle. Nous nous battons les uns contre les autres dans la jungle.



Q. Mais alors, quelle est la solution ? (Munich 2008)

R. Maitreya lancera un appel à l’instauration de la confiance. Il n’y a aucune confiance entre les nations. Personne ne fait confiance à personne. En conséquence, personne ne peut rien faire. Les banques ne prêtent plus comme elles le faisaient autrefois. Maitreya parlera de la nécessité de la confiance. Il expliquera que, sans elle, rien de bon ne peut se produire dans le monde. La compétition, bien entendu, détruit la confiance. Elle en est l’opposé. Ce qu’il faut à l’humanité, c’est la coopération. Nous sommes tous accrochés à la cupidité et à la compétition – vous en voyez le résultat, vous le vivez chaque jour. Dès que vous allumez votre télévision, vous n’entendez parler que de firmes en cessation d’activité, de banques qui ne prêtent plus, etc. C’est cela, le résultat de la compétition et de l’avidité, et c’est une folie ! La seule solution est le partage.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2019