DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1991

Extraits de la revue
Partage international

June 1991 - N 34 Vol. 4, n 5



Questions / Réponses


Q. Vous avez affirmé que Maitreya attendait que l'humanité l'invite à se faire connaître au grand jour et que, personnellement, vous ne pensiez pas que les efforts de ceux qui se réunissent pour prier dans de vastes groupes puissent favoriser cette émergence. Qu'est-il donc attendu de nous pour l'appeler à se manifester ?

R. Faites savoir aux médias toute l'importance que vous accordez à sa présence. Ce sont mes expériences qui m'en ont convaincu, et je me suis efforcé de les partager avec vous. J'espère que si vous prenez tout cela au sérieux, vous serez poussés à agir pour le faire connaître. Plus nombreux seront ceux qui savent qu'il est dans le monde et le font savoir, plus tôt les médias l'inviteront à se manifester ouvertement. Les médias représentent l'humanité et c'est donc de l'humanité que dépend leur réponse. Les directeurs de la presse écrite et des réseaux de radio et de télévision sont comme les politiciens : ils veulent que vous lisiez leurs journaux, que vous assistiez à leurs émissions et pour cela, ils doivent faire ce que vous leur demandez. Si vous voulez que les médias invitent Maitreya à se faire connaître au monde, adressez-vous aux plus hauts responsables des médias de votre pays et faites pression sur eux jusqu'à ce qu'ils décident de le faire. Personne - ni vous, ni moi, ni Maitreya lui-même - ne peut s'adresser au monde par l'entremise des réseaux de diffusion télévisuelle sans y être invité. Si Maitreya le faisait, Il enfreindrait notre libre arbitre.

Les gens croient que le Christ est Dieu, et qu'avec Dieu tout est possible. Ils pensent que si Maitreya veut utiliser les médias, il le peut et se demandent même pourquoi nous aurions besoin des médias... La réalité est toute autre. Apparaître sans y être invité constituerait de sa part une transgression totale de notre libre arbitre. Il souhaite que nous le voyions comme un homme, comme l'un des nôtres. C'est bien sûr un homme extraordinaire, un homme divin selon nos critères, mais il a révélé cette divinité par le processus de l'évolution, exactement comme nous le faisons nous-mêmes progressivement. Il n'y a qu'une seule divinité. Elle est la même en lui et en tout un chacun, mais à des niveaux de manifestation différents. Il exprime plus pleinement que nous cette divinité et c'est ce qui fait de lui le Christ. Mais il doit obéir aux lois qui régissent notre nature.



Q. Cette question du libre arbitre signifie-t-elle qu'il devra être invité par tous les médias, ou par à un pourcentage élevé d'entre eux ?

R. En fait, il faudra que parmi les grands réseaux médiatiques du monde, il y en ait un certain nombre qui se mettent d'accord pour organiser, par exemple, une conférence de presse à laquelle Maitreya révélerait son identité et prouverait qu'il est ce que je dis à son sujet (ce n'est pas lui qui le dit, mais moi). Cela déboucherait sur une liaison télévisée à l'échelle mondiale, lui permettant de parler directement à tous les hommes et d'être vu de tous. Pour l'instant, nous en sommes encore au point où les gens commencent seulement à se rendre compte qu'il est ici.



Q. Maitreya a affirmé que, selon la foi islamique, on ne doit pas réclamer d'intérêts sur un emprunt. On sait que les économies occidentales survivent grâce à ce système d'intérêts. Faut-il donc que l'Occident renonce à son système économique ?

R. Pour l'essentiel, oui. Il s'agit d'un système complètement irrationnel, qui nous a conduits au bord du précipice. Les forces du marché, qui sont à la base du système économique occidental avec l'avidité qui les caractérise, sont appelées « forces du mal » par Maitreya. Il dit qu'il n'y a rien de plus destructeur qu'une soumission aveugle aux forces du marché, et que les nations qui s'y livrent s'exposent à la destruction. La philosophie des forces du marché présuppose que tout le monde se trouve au même niveau, avec la même quantité d'argent et les mêmes besoins. En réalité, l'écart qui sépare le monde développé du tiers monde s'accroît de jour en jour. On attend des nations du tiers monde qu'elles se conforment aux forces du marché, et lorsqu'elles se tournent vers la Banque mondiale ou le FMI pour recevoir de l'aide, ces institutions ne la leur accordent qu'à la condition qu'elles restructurent leur économie pour prendre davantage en compte les forces du marché. Cela engendre une telle destruction de ces économies qu'en 1989, par exemple, les pays du tiers monde ont versé 40 milliards de dollars de plus en intérêts et en remboursement de leurs anciennes dettes qu'ils n'ont reçu des pays industrialisés sous la forme de nouveaux prêts. On ne peut pas appeler cela de l'aide : c'est plutôt de l'usure !



Q. Je fais partie d’un groupe de transmission et mon travail, en milieu industriel, m’expose chaque jour à un bruit et à des vibrations considérables. Cela peut-il nuire au corps éthérique et à la qualité de la méditation de transmission ? Si oui, pouvez-vous m’indiquer un moyen de m’en protéger (j’ai essayé de maintenir mon attention au centre ajna pendant mon travail) ?

R. Le fait d’être exposé durablement à un bruit intense peut certainement avoir une influence négative sur le corps éthérique, mais je ne pense pas que cela puisse nuire à la qualité de la méditation de transmission. Je ne connais aucun moyen de vous en protéger, si ce n’est d’apprendre à « se laisser porter avec » le bruit, plutôt que de lui résister.



Q. Un dossier de la médecine du travail allemande, intitulé « L'informatique met-elle notre santé en péril ? », indique que si l'on connaît mal les effets des ordinateurs, des écrans et des imprimantes, ceux-ci semblent présenter peu de risques pour l'utilisateur. Pouvez-vous nous donner votre avis à ce sujet, et éventuellement quelques conseils pour nous en prémunir ?

R. Il est certain que les ordinateurs émettent un flux d'ions positifs, qu'on peut réduire à l'aide d'un système de filtrage. Il est également conseillé d'utiliser un ionisateur de bonne qualité. D'une manière générale, je pense que les ordinateurs présentent peu de dangers pour la santé.



Q. Ne s'agit-il pas là du message de Karl Marx sur les failles du système capitaliste et, s'il en est ainsi, ne faudrait-il pas que les gens s'engagent davantage politiquement ?

R. Il ne s’agit pas simplement de Karl Marx, ni d’opposer le communisme au capitalisme. Le communisme sans le capitalisme ne mène à rien, comme les Soviétiques s’en sont aperçus. Le communisme manque d’adaptabilité face aux besoins du monde moderne, c’est pourquoi il a échoué et traverse une phase de chaos en Union soviétique. Le capitalisme sans le socialisme est une sorte de grand requin qui dévore tout ce qui passe à sa portée, sans conscience de groupe ni responsabilité sociale. Il nous faut donc retenir le meilleur de chacun de ces systèmes, et les rassembler. Selon Maitreya, l’unification de l’Allemagne en est le symbole. L’union des deux Allemagnes représente aujourd’hui la réconciliation de deux systèmes opposés, le capitalisme et le communisme. Maitreya affirme qu’il en résultera une forme de démocratie sociale qui opérera la fusion des meilleurs aspects de chacun de ces systèmes et ne pourra être assimilée ni à l’un, ni à l’autre. Ils sont tous les deux nécessaires : l’Occident a besoin de développer le sens de la justice, de la fraternité et de la protection sociale, mais dans les pays du bloc socialiste, la liberté individuelle de pensée, d’expression et de mouvement est tout aussi nécessaire. Selon Maitreya, ce nouveau système social est appelé à gagner progressivement toute l’Europe et, avec le temps, le monde entier.



Q. Si vraiment nous voulons convaincre les médias de la présence de Maitreya dans le monde, n'est-il pas préjudiciable de leur adresser des prédictions qui ne se réalisent pas ?

R. Ça le serait en effet s'il y en avait tellement que c'en devienne ridicule, mais tel n'est pas le cas. Parmi les nombreuses prédictions qui ont été faites la grande majorité s'est réalisée de la manière la plus inattendue, comme le reconnaissent de nombreux journalistes. Les journalistes eux-mêmes, quand ils en parlent, mettent toujours en avant les quelques prédictions qui ne se sont pas encore réalisées : ils reparlent à l'envi de Terry Waite, toujours retenu en otage, par exemple. Personne ne prend en compte l'importance du libre arbitre humain. Dans le cas de Terry Waite, sa libération était imminente lorsque la prédiction a été faite. C'est à ce moment-là qu'un navire de guerre américain a abattu un avion civil iranien, ce qui a entraîné un durcissement de l'attitude des Iraniens envers l'Occident. Ensuite il y a eu l'affaire Salman Rushdie, de sorte que le malheureux Terry Waite a été condamné à se morfondre quelques années de plus en captivité. Actuellement, nous ne savons pas quand il sera libéré mais, selon Maitreya, il ne fait aucun doute qu'il le sera.

Bien sûr, certaines prédictions ne se sont pas encore réalisées, mais il s'agit là d'une infime minorité. Nul ne peut lire ces prédictions depuis le début et examiner avec ouverture d'esprit les événements qui s'en sont suivis, sans en conclure qu'elles sont les plus extraordinaires qui aient jamais été transmises au monde.



Q. Si Gorbatchev quitte le pouvoir, cela compromettra-t-il le rapprochement entre l'Occident et l'Union soviétique ?

R. Il y a aux Etats-Unis comme en URSS des forces qui pourraient chercher à profiter d'une telle situation pour opérer un retour à l'état d'esprit de la guerre froide, mais je ne pense pas qu'elles y réussiront. Au départ de Gorbatchev, l'avenir des relations avec l'Occident reposera en grande partie sur l'attitude et les qualités de son successeur, quel qu'il soit.



Q. Vous avez précédemment mentionné l'ashram de Maitreya, situé près de Mysore. Comment l'appelle-t-on en Inde ?

R. Maitreya. Parfois Swami, ou Swamiji, bien qu'il ne soit pas réellement un Swami.



Q. Vous avez affirmé que Maitreya est l'Instructeur du Monde depuis 2 600 ans. Cela coïncide-t-il avec la venue de Gautama Bouddha ?

R. Oui. Le Bouddha, qui s'est manifesté à travers le prince Gautama, était le précédent Instructeur du Monde.



Q. Comment peut-on allier le spirituel avec la vie quotidienne ?

R. C'est là précisément le rôle des disciples, ce qui le rend d'autant plus difficile à assumer. Cela exige de rester focalisé dans la réalité spirituelle, d'être en contact d'instant en instant, si on le peut, avec sa nature divine et en même temps, de vivre la vie ordinaire d'une personne parmi d'autres dans le monde. C'est pourquoi il n'est pas facile d'être un disciple - c'est aussi la raison pour laquelle il n'y a pas tant de disciples que ça parmi nous. Sur les six milliards d'hommes actuellement en incarnation, 800 000 seulement ont passé la première initiation, environ 240 000 la deuxième, 2 000 à 3 000 seulement la troisième, et il n'y en a pas plus de 450 qui aient passé la quatrième initiation.

Mais avec la transformation positive du monde et son évolution vers une meilleure prise en compte des valeurs spirituelles de justice et de partage, la tâche des disciples deviendra plus aisée et leur nombre augmentera considérablement.



Q. Les Maîtres se répartiront-ils équitablement dans le monde ? Il semblerait qu'à présent l'Inde en ait le monopole.

R. L'Inde a eu le monopole des Maîtres ayant travaillé plus ouvertement (bien qu'il ne s'agisse pas toujours de Maîtres). Un Maître est un initié qui a passé la cinquième initiation, qui n'a plus l'obligation de s'incarner dans le monde, et qui a atteint la perfection, la réalisation de Dieu. Il existe, en Inde ou ailleurs, nombre de gurus et d'instructeurs qui sont fort loin d'approcher ce niveau. Le Mahatma Gandhi, qui fut révéré comme un grand Maître – Mahatma signifie grande âme – n'était qu'un initié du second degré. Finalement, en dehors des quatorze Maîtres qui se trouvent déjà en incarnation, il se présentera un Maître, ou un initié de degré élevé, dans la plupart des pays.

Des écoles des mystères – préparatoires et supérieures – seront fondées dans de nombreux pays, couvrant ainsi la quasi totalité du globe. Il y aura, par exemple, une école préparatoire au Japon, une école supérieure en Chine ; une école préparatoire en Ecosse, une école supérieure en Irlande ; une école préparatoire au centre-ouest des Etats-Unis, une école supérieure en Californie ; une école préparatoire en Nouvelle-Zélande, une école supérieure en Australie ; une école préparatoire en Grèce, une école supérieure en Egypte ; une école préparatoire en Suède, une école supérieure en Russie ; une école préparatoire en France et une école supérieure en Italie.

Ainsi, dans le monde entier, les disciples disposés à se préparer à l'initiation pourront-ils recevoir l'enseignement approprié.



Q. Comment interprétez-vous le phénomène des formes circulaires qui apparaissent dans des champs de céréales ?

R. Selon mes informations, ces formes sont créées par ce qu'on appelle communément des ovnis.

Les ovnis viennent principalement de Mars et de Vénus, et non pas d'un autre système solaire. Toutes les planètes de notre système sont peuplées, bien que si vous alliez sur Mars ou sur Vénus, vous ne verriez personne – leurs civilisations étant entièrement constituées de matière éthérique des plus hauts niveaux. Le phénomène des ovnis se trouve en rapport étroit avec la réapparition du Christ et la divulgation du travail de la Hiérarchie. Nous leur devons énormément. Ils surveillent l'ensemble de la planète, et le monde en tire un bénéfice énergétique énorme. Par ces cercles dans les champs de céréales, les Frères de l'Espace recréent sur le plan physique, en quelque sorte, le « réseau » du champ magnétique de notre terre. Chacun de ces cercles représente un chakra, pour ainsi dire, un vortex d'énergie magnétique.

Apparu initialement en Grande Bretagne, le phénomène se répand maintenant dans le monde entier. Au départ, comme toujours, les sceptiques rejetèrent le phénomène. Il me serait égal qu'ils l'écartent comme un mystère insoluble, mais l'écarter en prétendant que ces cercles sont provoqués par un « caprice du vent » relève de la pure stupidité, et insulte l'intelligence humaine. N'importe quelle intelligence moyenne concevrait l'impossibilité d'une origine météorologique – il suffit d'inspecter les cercles en question pour en être convaincu. Mais, afin de s'assurer que cette explication erronée ne se répande pas, les Frères de l'Espace ont désormais commencé à former, en sus des cercles, des rectangles – et aucun vent ne fonctionne en rectangle, en triangle, ou en configurations complexes comme celles qui apparaissent maintenant. Chacune de ces formes représente un idéogramme, et vous en reconnaîtriez certains si vous étiez familier de l'idéographie de l'ancienne Atlantide. Ces formes n'ont pas pour vocation d'être comprises, mais de laisser entendre qu'elles ont bien une signification, ce que beaucoup pressentiront. Elles remémorent nos anciennes relations avec les Frères de l'Espace.



Q. Est-il préférable de parcourir le monde et de vivre à l'étranger, ou de demeurer dans sa région natale ?

R. Cela dépend du karma et de la destinée individuelle. Actuellement, la plupart des personnes avancées travaillent en groupe, et ces groupes sont souvent composés de personnes venant de toutes les régions du monde, rassemblées en un (nouveau) lieu.



Q. Pensez-vous que la décennie d'évangélisation menée par les églises chrétiennes ait un rapport avec Maitreya ?

R. Tout à fait. Comme tout un chacun, les églises chrétiennes répondent aux énergies nouvelles diffusées par Maitreya et son groupe de Maîtres. Ces énergies ont entraîné deux types de réactions : d'un côté un accroissement de la conscience du fondement spirituel de la vie qui se focalise, exclusivement pour ces chrétiens, sur Jésus et sur les écritures bibliques ; et d'un autre côté, un sentiment d'être les seuls détenteurs des valeurs spirituelles face à une décomposition des valeurs morales. Cela a produit les croisades d'évangélisation dogmatiques menées par les groupes chrétiens les plus actifs. Ceux-ci, se sentant menacés par la nouveauté, par les changements de la société moderne, en deviennent fondamentalistes – retour à la Bible, aux Ecritures, interprétant de manière littérale ce qui constitue en fait des symboles.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.