DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2012

Extraits de la revue
Partage international

March 2012 - N° 283



Questions / Réponses


Q. [1] Combien d’interviews Maitreya a-t-il données depuis le numéro de janvier/février de Partage international ? [2] Ces interviews ont-elles toutes eu lieu au Brésil ?

R. [1] Quatre, ce qui fait un total de cinquante-six interviews au 11 février 2012. [2] Il y en a eu vingt-neuf aux Etats-Unis, quatorze au Mexique et treize au Brésil.



Q. Combien de personnes ont-elles aujourd’hui entendu votre annonce et combien y croient ?

R. Environ trente-six millions de personnes ont entendu le message ; douze millions y croient totalement ; douze millions le rejettent immédiatement ; douze millions restent ouverts et attendent la suite des événements.



Q. Maitreya prévoit-il toujours de se faire interviewer au Japon ?

R. Oui, le moment venu.



Q. Où est Maitreya aujourd’hui ? Le verrons-nous cette année le 21 décembre 2012 ?

R. Maitreya réside à Londres mais apparaît à la télévision au Brésil. Comme il peut se trouver n’importe où à tout moment, il est difficile de répondre à votre question. La date où vous le verrez dépend de vous et du reste de l’humanité, selon la façon dont vous lui ouvrirez la voie en acceptant les principes de partage et de justice pour tous.



Q. Selon votre site internet, la plupart des endroits où Maitreya est apparu semblent ne couvrir que l’Amérique du Nord et du Sud, l’Europe et l’Asie. Est-il allé en Afrique ?

R. Les seules photographies que nous avons de Maitreya sont celles qui ont été prises à Nairobi, Kenya, devant six mille personnes le 11 juin 1988.



Q. Que doit-on faire pour arrêter les violences et les massacres impressionnants qui ont lieu aujourd’hui en Syrie ?

R. Les Nations unies doivent prendre leurs responsabilités et agir.



Q. Il y a environ quatre ou cinq ans, vous avez déclaré que les Palestiniens auraient leur propre pays ou obtiendraient un accord dans les quatre ans à venir. J’imagine qu’avec l’importance et le nombre des forces en présence et la situation politique qui ne cesse d’évoluer, il est pratiquement impossible de prédire quand des événements vont se produire. Si l’on considère la situation actuelle et les événements qui se passent en coulisse tels que l’extériorisation de Maitreya, dans combien d’années peut-on espérer voir intervenir un règlement de la crise israélo-palestinienne avec une solution à deux Etats ?

R. Je ne pense pas avoir fait pareille prédiction, mais si je l’ai faite, cela a été de façon informelle et improvisée  une réflexion personnelle. Personne ne peut faire, avec le moindre espoir de succès, ce genre de prophétie catégorique dont le public semble si friand.



Q. Il nous a été récemment suggéré de faire davantage de méditation de transmission pour « aider » à résoudre les diverses crises qui ont éclaté dans le monde. Conseillez-vous aux groupes de transmettre davantage pour aider à résoudre la crise syrienne qui fait rage aujourd’hui ?

R. Je n’ai jamais demandé que l’on fasse davantage de méditation de transmission pour ces raisons, mais je ne vois pas non plus de raison pour que l’on ne transmette pas davantage.



Q. Que pensez-vous des mesures d’austérité terribles qui, dans de nombreux pays, ont été imposées aux couches de la population qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts ?

R. Elles sont très difficiles à supporter pour les plus pauvres, et il n’y a aucun accord général quant à leur réussite future. Mais c’est une façon de considérer le problème, et il faut faire quelque chose  pas nécessairement cette austérité. On pourrait par exemple injecter d’importantes masses monétaires dans l’économie pour stimuler l’activité. Mais ces méthodes ne sont ni l’une, ni l’autre assurées à cent pour cent de réussir. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les anciennes méthodes seront rapidement insuffisantes à elles toutes seules. L’humanité inaugure une nouvelle manière de vivre, et de nouveaux principes, comme par exemple la justice sociale par le partage, doivent être instaurés. C’est pourquoi toutes les solutions envisagées aujourd’hui ne peuvent être que provisoires.



Q. Le National Health Service [sécurité sociale] britannique qui faisait autrefois l’envie du monde entier est gravement touché par les mesures désespérées de réduction des dépenses du gouvernement de coalition. Est-ce la conséquence de la marchandisation ? Et qu’est-ce que les gens peuvent faire pour protéger ce type d’institution ? C’est comme si l’on était en train de détruire le tissu même de la vie et la cohésion sociale.

R. C’est exact. La marchandisation est en train de porter gravement atteinte à la qualité de la vie dans tous les domaines. Que peut-on faire ? Résister à la marchandisation sans cesse croissante des institutions publiques par toutes les mesures légales possibles.



Q. Dans quelle mesure est-il possible de pratiquer la méditation de transmission avec succès depuis des années en étant correctement aligné, etc., sans néanmoins beaucoup progresser parce l’on n’est pas intérieurement vraiment motivé par le service ?

R. Si vous pratiquez la méditation de transmission depuis des années avec succès, vous ferez sans aucun doute des progrès. Vous ne pouvez pas juger vous-même de vos progrès, mais les Maîtres le peuvent.



Q. Dans la rubrique Questions-réponses du numéro de novembre 2011 de Partage international, une information extraordinaire a été donnée sur le niveau d’évolution à la naissance et à la mort de quelques initiés célèbres. L’un d’entre eux, Pablo Picasso, semble avoir fait un grand bond en avant, en progressant de 1,5 à 2,4 en une incarnation. Comment a-t-il pu accomplir cela ?

R. Cela n’est vraiment pas aussi extraordinaire que vous voulez bien le croire. En tant que peintre, Picasso avait manifestement une capacité de concentration exceptionnelle. De plus, le travail ne lui faisait pas peur. Comme il l’a dit lui-même : « Le cheval n’entre pas tout seul dans les brancards. Mais l’homme doit travailler. »



Q. [1] Pour se faire une idée de la façon dont des disciples peuvent progresser spirituellement par d’autres méthodes que la méditation de transmission, on peut comparer les progrès de Picasso et de Rœrich. Picasso a commencé à 1,5 pour arriver à 2,4, alors que Rœrich a fait moins bien (2,1) après être parti de plus haut (1,6). On aurait attendu davantage de progrès de la part de Rœrich que de Picasso, d’autant plus qu’il était marié avec une initiée de quatrième degré et avait peut-être rencontré les Maîtres, alors que la cruauté de Picasso envers ses femmes et sa famille était de notoriété publique. Tous les deux ont beaucoup travaillé. Mais, en dehors de la peinture, Rœrich s’est engagé dans des œuvres de bienfaisance, alors que Picasso a dit-on mené une vie de bohème. Rœrich n’a probablement pas touché à l’alcool de sa vie et a fait tout ce qu’il a pu pour être végétarien ; Picasso n’a jamais évité la viande. Rœrich était au courant des objectifs et des méthodes de la méditation et était peut-être conscient de l’inspiration que les Maîtres lui donnaient quand il peignait. Picasso ne savait rien  ou pas grand-chose  de la méditation, et (probablement) encore moins des Maîtres ; je ne crois pas qu’il ait beaucoup participé à des œuvres de bienfaisance. Pourtant, apparemment, Picasso a servi davantage, ou, pour formuler les choses autrement, a mieux construit son antahkarana. La différence entre les deux hommes est-elle due au seul fait que Picasso a vécu dix-neuf ans de plus que Rœrich, ou l’explication se trouve-t-elle ailleurs ? Quel élément fondamental peut-on trouver dans la nature même des activités ou du comportement de Picasso au sens large du terme, que Rœrich n’avait pas, et qui explique que Picasso ait davantage progressé ? Comment Picasso a-t-il pu autant servir ? [2] La motivation intérieure de Picasso était-elle vraiment de servir ? En d’autres termes, peignait-il de tout son cœur et de toute son âme, ce qui expliquerait son évolution rapide ?

R. [1] A mon avis, la différence d’évolution entre les deux hommes n’est pas si importante que cela. Tout dépend du dynamisme de la vie et du potentiel de l’individu. Picasso, au début comme à la fin de sa vie, était un bien plus grand artiste que Rœrich, d’où son don pour la découverte et la créativité. Tout dépend de ce qu’une personne met dans sa vie. Peut-être Rœrich était-il intimidé du fait que sa femme Helena était plus avancée ! [2] Oui. L’art même de Picasso était son service à l’humanité. Il a consacré sa vie entière au service de son art pour le bien de l’humanité. C’était un homme profondément sérieux, une grande âme.



Q. Si l’on en croît la rumeur, il existerait un énorme fonds en fidéicommis qui pourrait être utilisé pour le remboursement universel de la dette, les travaux publics mondiaux et autres projets d’intérêt collectif. Maitreya est-il le bénéficiaire de ce fonds et, si oui, quand pouvons-nous espérer qu’il commencera à l’utiliser pour la restauration du monde ? Merci pour votre travail pendant toutes ces années. J’apprécie particulièrement votre humour.

R. Maitreya n’est le bénéficiaire d’aucun fonds, et je n’ai pas connaissance de l’existence de quoi que ce soit de ce genre. Merci pour vos mots aimables.



Q. Puisque la loi du karma s’applique à toutes nos pensées et actions, nos pensées (les bonnes comme les mauvaises) génèrent-elles un karma plus important que nos actions ? Nos pensées ayant leur existence sur le plan mental qui est plus élevé que le plan physique dense, cela pourrait-il signifier que nos pensées ont plus d’influence en bien ou en mal que nos actions.

R. Toute action est le résultat de la pensée. En conséquence, la pensée et l’action conjointement ont plus de poids que la pensée seule. Tout dépend cependant de l’intensité de la pensée.



Q. Dans quelle mesure le rayon de l’âme influence-t-il ceux qui ont pris la première initiation mais sont toujours polarisés astralement ? A-t-il une réelle influence à ce stade limité ?

R. Oui, mais il est impossible d’évaluer et de généraliser.



Q. Les habitants de différentes parties du monde rapportent un nouveau phénomène intriguant : ils ont entendu un bruit étrange qui, pour certains, semble venir du ciel, alors que pour d’autres, il viendrait de la planète. Le bruit va et vient, il ressemble au bruit d’un train ou d’une grosse machine. On trouve sur YouTube de nombreux clips qui affirment être des enregistrements de ce bruit mystérieux. Certains d’entre eux semblent être des canulars. Ce bruit est-il réel ? Si oui, quelle en est la cause ?

R. Les gens sont « tendus comme des cordes à violon ». Tous les systèmes nerveux du monde sont mis à rude épreuve par l’arrivée des nouvelles énergies. C’est cet afflux qui est la cause de cette illusion. Pour nombre de personnes, le stress et la tension de la vie quotidienne aujourd’hui exacerbent la situation.



Q. Le microcrédit est l’objet de beaucoup de critiques aujourd’hui. Récemment, dans une émission télévisée, il a été dit que de nombreuses personnes dans les pays en voie de développement ont des difficultés financières parce que les banques locales qui leur accordent des crédits exigent aussi que ces crédits soient remboursés avant la fin du premier mois. Les banques forcent les gens à vendre leur maison et leurs biens, les faisant ainsi tomber entre les griffes des usuriers, ce qui ne fait qu’aggraver le problème. Aujourd’hui, je ne sais plus que penser du microcrédit et j’aimerais connaître votre opinion à ce sujet.

R. Il est incontestable que cette corruption existe, mais, pour l’immense majorité de ceux qui en bénéficient, le microcrédit constitue une aide précieuse.



Q. Que se passe-t-il dans le cas de siamois qui partagent un corps et passent leur vie entière dans cet état ? Ont-ils une âme commune ?

R. Pas nécessairement.



Q. Que deviennent les bébés mort-nés ?

R. Ils se réincarnent le moment venu dans un autre corps.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.