DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2011

Extraits de la revue
Partage international

September 2011 - N° 277



Questions / Réponses


Q. Combien d’interviews Maitreya a-t-il données aux Etats-Unis et au Mexique à ce jour ?

R. 39 [au 15 août 2011].



Q. Apparaît-il maintenant comme seul invité ?

R. Oui.



Q. [1] Maitreya revêt-il le même aspect pendant les manifestations que pendant ses interviews ? [2] Cela a-t-il été le cas Place Tahrir, au Caire ? [3] Cela se produira-t-il dans l’avenir ? [4] Si les Américains commencent à manifester comme dans les pays arabes, Maitreya se joindra-t-il à eux en empruntant le même aspect qu’à la télévision ?

R. [1] Non. [2] Non. [3] Non, il y a peu de chances. [4] Maitreya utilise une multitude d’aspects, en fonction des situations. S’il en était autrement, comment pourrait-il conserver son anonymat ?



Q. La situation économique mondiale semble plus instable et précaire que jamais. Que peut-on dire de la crise actuelle ?

R. Cette crise économique est mondiale, et elle est inévitable. Elle est un symptôme du fait que les principes économiques anciens, qui sont en vigueur depuis des siècles, ne fonctionnent plus. Le monde a changé, le cœur et le mental des hommes ont changé partout – plus ou moins – et les pays qui constituent cet ensemble sont à des niveaux économiques trop différents pour que la cohésion économique indispensable à la stabilité soit possible. Cette situation, prédite par Maitreya il y a longtemps, est le signe incontestable que seuls le partage et la justice mondiale peuvent mettre l’humanité sur la bonne voie pour l’avenir.



Q. [1] Le relèvement du plafond de la dette américaine permettra-t-il d’éviter l’effondrement économique des États-Unis ? [2] Pensez-vous qu’il ne s’agit que d’une mesure de rafistolage ?

R. [1] S’il y parvient, ce ne sera que temporaire. [2] Absolument.



Q. Pensez-vous que la Grèce devrait faire défaut sur sa dette ?

R. La question n’est pas de savoir si elle « devrait », mais quand elle le fera.



Q. Qu’y a-t-il derrière l’explosion de violence qui s’est produite dans de nombreuses villes britanniques début août 2011 ?

R. L’injustice sociale. Le fossé de plus en plus large qui se creuse entre les plus riches et les plus pauvres. Le mal-logement, le chômage, les coupes sombres dans les allocations sociales et les services publics.
Ce soulèvement social, qui peut reprendre à tout moment, a explosé lorsque la police a abattu un jeune homme qui était apparemment armé. (Après avoir déclaré que le jeune homme avait tiré sur les agents, la police a reconnu plus tard que son pistolet n’avait pas servi.) Les gens n’ont plus confiance dans la police, ils n’ont plus confiance dans le parlement et ont le sentiment qu’ils n’ont plus rien à perdre. C’est pourquoi ils se sont mis – à mon sens, à tort – à brûler et à détruire leurs propres quartiers et d’autres.



Q. S’agit-il simplement d’une criminalité de circonstance ?

R. Il y a eu de cela, dans la frénésie de destruction générale.



Q. Pourriez-vous nous dire dans quelle mesure les émeutiers sont de simples « fauteurs de trouble » et dans quelle mesure ce sont des gens qui ont des griefs sincères – conscients ou inconscients – devant le chômage, l’absence d’avenir, les extrêmes de pauvreté et de richesse, l’injustice sociale et économique en général ?

R. Comme je l’ai déjà dit, c’est un mélange des deux.



Q. Dans pareille situation, quelles sont les solutions ?

R. Comme toujours : partage et justice.



Q. Fin juillet 2011, plus de cent mille Israéliens sont descendus dans la rue pour protester contre l’injustice sociale et le coût de la vie en Israël. Votre Maître pourrait-il indiquer s’il s’agit du commencement d’un « printemps israélien » et si cela mènera à une société plus juste en Israël, tout comme – à terme  – en Palestine ?

R. C’est un premier pas qui va dans la bonne direction.



Q. Il y a plus d’un an, l’« incident Raj Patel » a enflammé les médias, prouvant ainsi que des milliers de personnes de par le monde guettent l’apparition de toute personne susceptible d’être Maitreya, incognito ou non. Depuis, malgré cette vigilance sans faille, personne – à tort ou à raison – n’a émergé qui fasse l’affaire. Si un asiatique polyglotte (« l’un d’entre nous ») avait participé à au moins trente-neuf émissions télévisées suivies d’énormes audiences sur une période de dix-huit mois, il aurait déjà été repéré ! Donc, pourquoi n’y a-t-il absolument rien sur lui dans les médias ? Je sais que vous en avez assez de toutes ces questions, mais s’il est impossible de trouver la moindre trace de l’une de ses apparitions même incognito, comment peut-on espérer une réponse de l’humanité à ses idées ? Je suis d’accord avec vos objectifs et voudrais soutenir le travail de Partage international, mais nous avons besoin de réponses plus satisfaisantes à ces préoccupations légitimes si nous voulons contribuer à construire le consensus que vous recherchez.

R. Vous parlez pour vous. Mais en ce qui nous concerne, moi et les nombreuses, très nombreuses personnes qui travaillent d’arrache-pied pour informer le public de la présence de Maitreya et des Maîtres, nous n’avons pas besoin de reconnaître un individu, réel ou non, qui « fasse l’affaire ». Mon Maître m’informe qu’il y a dans le monde trente-sept millions de personnes qui ont entendu ces informations d’une manière ou d’une autre. Sur ce total, environ un tiers – c’est-à-dire douze millions d’individus – y croient fermement. Des milliers d’entre eux travaillent avec moi partout dans le monde pour faire connaître et comprendre l’histoire. Environ un tiers, autrement dit douze millions, n’y croient absolument pas, et un troisième tiers, les douze millions restants  dont vous faites partie  sont indécis et attendent que quelqu’un soit reconnu en tant que Maitreya. Ne pensez-vous pas que si Maitreya souhaite, comme c’est le cas aujourd’hui, rester incognito, il est assez intelligent pour savoir ce qu’il fait ? Il n’annoncera sa vraie identité qu’au Jour de Déclaration. Nous n’en sommes pas encore là. Je vous conseille d’attendre.



Q. Il y a une crise économique générale qui prend différentes formes suivant les régions du monde, et les leaders actuels semblent à court d’idées. D’un côté ils font marcher la planche à billets, et de l’autre ils prennent des mesures d’austérité. Les organisations financières telles que les banques et les grands groupes restent encore excessivement puissants. Quelles mesures d’urgence conviendrait-il de prendre ?

R. Il n’y a qu’une manière de résoudre nos problèmes politiques et sociaux : apporter la paix et la prospérité à tous.
Seules l’acceptation du fait que l’humanité est Une et la mise en œuvre du partage et de la justice sociale généreront la confiance nécessaire à l’instauration de la paix.
Nous aurons beau nous livrer à toutes les manipulations financières du monde, rien ne nous apportera la paix nécessaire à la survie si nous ne mettons pas en œuvre le partage et la justice.



Q. Ma question est la suivante : les changements sont souvent annoncés pour « très bientôt », et présentés comme « imminents ». Je vais avoir soixante-cinq ans cette année. Ai-je une chance de voir quelques-unes des transformations promises ?

R. Oui.



Q. Dans son numéro de juin/juillet 2011, Partage international a publié la photographie d’un hélicoptère militaire russe transportant un ovni. [1] Cet ovni s’est-il « crashé » délibérément ? [2] L’appareil a-t-il été maintenu sur le plan physique dense pour que les scientifiques terriens aient l’occasion de l’étudier et de s’instruire ?

R. [1] Oui. [2] Oui.



Q. [1] L’ovni qui a été retrouvé en Sibérie après s’être prétendument « crashé » avait-il un rapport avec l’ovni transporté par l’hélicoptère ? [2] On dit qu’un extraterrestre a été trouvé mort dans la neige près d’un ovni qui s’était apparemment écrasé. Est-ce exact ?

R. [1] Non. [2] Non.



Q. [1] Si la fission nucléaire est dangereuse, pourquoi l’humanité a-t-elle été autorisée à développer cette technologie ? [2] La Hiérarchie et les Frères de l’espace ne pourraient-ils pas donner aux scientifiques terriens l’inspiration ou l’aide nécessaire pour leur permettre de développer une énergie basée sur la fusion plutôt que sur la fission ?

R. [1] En 1942, Les Alliés et les puissances de l’Axe (essentiellement les Allemands de Hitler) étaient coude à coude dans la course à la découverte des secrets de la fission nucléaire. La Hiérarchie en appela à Sanat Kumara, le Seigneur du monde à Shamballa, pour qu’il autorise que ce secret soit donné aux forces alliées (derrière lesquelles se tenait la Hiérarchie). Cela permit à celles-ci de découvrir la fission nucléaire avant les Nazis, ce qui accéléra la fin de la guerre. [2] La Hiérarchie et les Frères de l’espace ont aidé les scientifiques de la Terre à développer la fusion nucléaire, mais cette aide n’a pas été prise en compte, en grande partie à cause de notre engagement vis-à-vis du pétrole et de l’industrie nucléaire actuelle dans le monde entier.



Q. Dans une interview avec le chercheur Neil Gould, l’ingénieur en électronique et agent secret français Philippe de la Messuzière explique que feu le docteur Michael Wolf, son ami et ancien associé pendant cinq ans, rencontra chaque jour dans son travail des extraterrestres avec lesquels il partageait le même logement. En une occasion, alors que P. de la Messuzière et M. Wolf étaient ensemble dans une pièce, ils furent rejoints pendant quelques minutes par deux extraterrestres dont l’un s’appelait « Kolta ». D’après M. Wolf, ils travaillaient sur le même projet que lui. Avant sa mort en septembre 2000, M. Wolf décrivit aussi ses expériences et la philosophie des êtres de l’espace dans son livre The Catchers of Heaven (Les attrapeurs du ciel, 1996) que ses employeurs du Conseil national de sécurité ne lui permirent de publier qu’à condition qu’il le fasse passer pour une œuvre de fiction. S’agissait-il vraiment de l’expérience d’un scientifique recevant l’enseignement des Frères de l’espace, comme cela nous est révélé dans Les Lois de la Vie ?

R. Oui.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL

| RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.