DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2007

Extraits de la revue
Partage international

December 2007 - N° 232



Questions / Réponses


Q. Un sondage récent de la BBC, effectué sur 22 000 personnes dans vingt et un pays différents, a montré que quatre personnes sur cinq se disent prêtes à changer leur mode de vie pour réduire le réchauffement planétaire et commencer à sauver la planète. Maitreya pourrait-il considérer ceci comme suffisamment significatif pour l'autoriser à donner la première interview prévue ?

R. Oui, celle-ci aura lieu dès que possible.



Q. Quelle est la manière la plus efficace d'éliminer la pollution du sol (souvent contaminé par du cadmium, du plomb et de nombreux autres produits chimiques) ?

R. Pour une solution définitive, parfaite, nous devons attendre les conseils des Maîtres, mais nous pouvons faire beaucoup par nous-mêmes, avant tout en cessant d'utiliser le sol, les rivières et les océans comme des poubelles destinées à recevoir les rebus de notre besoin avide de croissance.



Q. Les agrocarburants sont largement promus comme une alternative viable. Mais les agrocarburants sont cultivés aux dépends de la population locale et de ses récoltes, au dépends des forêts et de la vie des animaux et des oiseaux qui s'y trouvent, de l'air, du sol et des ressources en eau. Il semble que nous soyons pris dans un désastreux dilemme. Qu'en pensez-vous ?

R. Encore une décision erronée de l'humanité, influencée comme la plupart de nos décisions d'aujourd'hui par les forces de marché (les forces du mal comme les appelle Maitreya), dans notre avidité à trouver une alternative à la dépendance du pétrole. Seul Maitreya pourra nous indiquer la direction vers une attitude plus saine.



Q. [1] Lorsque les marchés boursiers mondiaux s'effondreront, les pays seront-ils libérés de leurs dettes vis-à-vis d'autres pays, de la Banque mondiale, etc. ? [2] Et les dettes individuelles seront-elles également effacées ? De nombreuses personnes ont d'énormes dettes personnelles et vivent grâce au crédit.

R. [1] Non. [2] Non, pas du tout.



Q. On a pensé jusqu'à une période récente que l'humanité avait encore une décennie pour prévenir un réchauffement climatique excessif. Cependant, selon le professeur Tim Flannery, des données récentes montrent que les polluants à l'origine du réchauffement climatique ont franchi un seuil dangereux en 2005. [1] Selon Maitreya et les Maîtres ceci est-il exact ? [2] Si l'humanité embrasse les valeurs du partage et de la justice, les dangereux aspects du réchauffement climatique seront-ils réversibles ? [3] Ou bien Maitreya et les Maîtres pensent-ils plutôt que l'humanité sera capable de s'adapter au monde transformé par le réchauffement climatique ?

R. [1] Non. [2] Oui. [3] Non.



Q. Pourriez-vous expliquer ce que vous entendez par de « justes relations humaines » ?

R. J'aurais cru que la réponse était connue de tous. Dans chaque conférence que j'ai donnée, dans chaque livre que j'ai écrit, j'ai mis l'accent sur la nécessité de relations humaines justes et sur ce qui empêche leur instauration. Nous aurions des relations humaines justes si nous avions une justice et une liberté universelles, si la guerre et le terrorisme cessaient, si chaque individu jouissait pleinement des droits de l'homme inscrits dans la charte des Nations unies, avait suffisamment de nourriture, un logis, un travail, un accès aux soins de santé et à l'éducation, si tout ceci était un droit, non parce que nous pouvons nous permettre de payer pour tout cela, mais parce que nous sommes des êtres humains.



Q. Je viens de commencer la méditation de transmission. Je me suis rendu dans un certain nombre de groupes pour voir celui que je préfère. Ce que j'ai remarqué, c'est que ces groupes ne sont pas aussi chaleureux ou accueillants que de nombreux autres groupes new age – pour quelle raison ?

R. Je ne suis pas convaincu que cela soit le cas, mais si c'est exact, c'est parce que la méditation de transmission est un service donné au monde dans son ensemble. Ses participants ont donc tendance à être des gens sérieux, objectifs, qui s'efforcent d'accomplir au mieux le travail de transmission lorsqu'ils se rencontrent, plutôt que de se complaire dans des relations sociales. Je ne pense pas que les personnes impliquées soient moins« chaleureuses » et sociables que dans les autres groupes ; c'est simplement qu'elles ont un objectif différent.



Q. Pendant la méditation de transmission mon intuition me fait parfois sentir que je devrais me concentrer sur le chakra du cœur ou de la gorge ou de différents autres centres. Quelqu'un m'a dit que je ne devrais pas le faire ; puis-je réellement me tromper si je sens ceci de manière intuitive ?

R. La question est de savoir si vous « sentez intuitivement » ou si c'est simplement votre mental « trompeur » qui vous dit que vous avez le droit d'ignorer les instructions venant de la Hiérarchie (des Maîtres) en ce qui concerne la pratique de la méditation de transmission. Maintenez votre attention sur le centre ajna comme le préconisent les Maîtres scientifiques qui ont donné la méditation de transmission ... ou ne la pratiquez pas du tout.



Q. Pourquoi tous les groupes qui travaillent avec vous sont-ils incapables ou ne veulent pas donner un peu d'encouragement ? Je pense que chacun travaillerait davantage et avec plus d'enthousiasme s'il recevait parfois quelques félicitations ou même des remerciements.

R. Les personnes qui travaillent avec moi travaillent (ou sont supposées travailler) au service du monde. Ce désir de servir vient de l'âme, à travers le cœur, et il est l'expression naturelle du contact avec l'âme. Ces personnes accomplissent le travail, le service, d'elles-mêmes. Il ne s'agirait pas de service véritable si elles agissaient dans le but de recevoir des encouragements, des félicitations ou des remerciements. Ce genre de chose n'a pas sa place ici et en fait cela créerait un embarras.



Q. Les questions suivantes concernent les empreintes de la main de Maitreya qui sont apparues au Japon et dans le Wisconsin (Etats-Unis). [1] Les photographies de ces nouvelles empreintes peuvent-elles être utilisées pour contacter Maitreya en utilisant la même méthode que pour la première empreinte publiée dans le numéro d'octobre 2001 de Partage international ? [2] Ces nouvelles empreintes de mains ont-elles des empreintes digitales identiques ? [3] S'agit-il du miracle mondial devant précéder l'émergence de Maitreya auquel il a été fait allusion, un miracle similaire au miracle mondial des statues de Ganesh buvant du lait ?

R. [1] Oui. [2] Elles ont toutes les mêmes empreintes digitales. [3] Non.



Q. Un bâtiment situé en face de la Basilique Saint Jean-Baptiste à Rome (Saint-Jean-de-Latran) possède un escalier réputé provenir du palais de Ponce Pilate et avoir été utilisé par le Christ après son jugement. Une chapelle au sommet renferme une peinture sur bois du Christ datant du VIe ou du VIIe siècle, dite être un acheiropoeton, « une peinture qui n'a pas été peinte par une main humaine ». Selon la tradition, la peinture fut commencée par saint Luc et terminée par un ange et elle serait arrivée miraculeusement à Rome en 325. Au cours des siècles, elle a été restaurée à maintes reprises et embellie d'argenture. [1] Existe-t-il un semblant de vérité dans les affirmations concernant l'escalier ? [2] La peinture représentant le Christ a-t-elle une origine surnaturelle ? [3] La peinture restaurée ressemble-t-elle à l'original ?

R. [1] Non. [2] Non. [3] Très peu. La peinture originale fut réalisée par saint Luc.



Q. En faisant des recherches biographiques sur Rolf Alexander M. D., l'auteur de The Power of Mind (Le pouvoir de la pensée) (1956), qui fut, selon les informations données par son éditeur, entraîné au Tibet par « un abbé parlant anglais d'une lamaserie près de Shigatze », tout ce que j'ai trouvé c'est une allégation selon laquelle c'était un escroc faisant le commerce de faux remèdes et un criminel avéré dont le véritable nom était Alexander Stirling. Etant donné qu’il s’agit d’un initié de degré 1,8 et que vous avez fait référence à son livre à plusieurs occasions, je présume que l’auteur était impliqué dans un travail pour les Maîtres.

[1] Rolf Alexander était-il en fait un nom de plume et, si c’est le cas, votre Maître pourrait-il donner le nom réel de l’auteur.

[2] S’il était Alexander Stirling fut-il réellement condamné pour des actions criminelles ?

[3] Y a-t-il une autre raison pour qu’aucune information ne semble disponible concernant cet auteur ?

[4] Est-il né en Nouvelle-Zélande, comme son éditeur l’affirme, ou était-il canadien comme il est indiqué dans le numéro de juillet-août 2004 de Partageinternational ?

[5] L’abbé parlant anglais et vivant à Shigatze était-il le Maître Djwhal Khul ?

[6] ou la lamaserie où l’auteur fut entraîné était-elle celle où le Maître Djwhal Khul était l’un des abbés ?

[7] Est-ce la même lamaserie que celle où Helena Blavatsky et Murdo Macdonald-Bayne ont étudié ?

R. [1] Non. [2] Il n'était pas Alexander Stirling et ne fut condamné pour aucune action criminelle. [3] La confusion de son nom avec celui d'Alexander Stirling semble avoir conduit la recherche sur Rolf Alexander sur une fausse piste. [4] Il est né en Nouvelle-Zélande mais, enfant, il partit pour le Canada avec ses parents. [5] Oui. [6] Oui. [7] Oui.



Q. Dans son premier livre, The Doctor Alone Can't Cure You (Le médecin ne peut vous guérir tout seul) (1949), publié à nouveau par la suite sous le titre The Healing Power of the Mind (Le pouvoir de guérison de la pensée), dans lequel il propose une « nouvelle hypothèse de vie » et s'efforce de réconcilier la médecine occidentale rationnelle et la « connaissance intuitive », Rolf Alexander commence chaque chapitre par une citation tirée de The Book of Right Feeling (Le livre du sentiment juste). S'agit-il de la traduction anglaise de l'un des ouvrages d'enseignements tibétains qu'il étudia pendant son entraînement à la lamaserie du Tibet ?

R. Oui.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.