DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

July 1990 - N 23 / 24 Vol. 3, n 7/8



Questions / Réponses


Q. Pourquoi la technologie de la lumière a-t-elle été donnée à des gouvernements qui pourraient en faire mauvais usage plutôt qu’aux Nations unies ?

R. Parce que cette technologie ne peut être comprise que par des scientifiques et qu’il n’en existe pas qui dépendent de la juridiction des Nations unies. Les scientifiques travaillent pour leur pays et seules les deux superpuissances, les États-Unis et l’U.R.S.S., ont reçu cette technologie car elles possèdent le plus grand arsenal d’armes nucléaires (que cette technologie rend caduc) et, quelle que soit la direction qu’elles prennent, les autres ne peuvent que suivre. Si elles déclaraient : « Notre arsenal nucléaire est caduc ». Quelle valeur auraient alors les bombes britanniques, françaises, chinoises, indiennes, pakistanaises ou israéliennes. Par la suite, cette nouvelle technologie de la lumière viendra effectivement sous la juridiction des Nations unies.



Q. Il est dit dans la Bible : « Je reviendrais à la tête d'une armée céleste ». La venue par avion de Maitreya, ainsi que vous le dites, ne correspond pas à cette prédiction. Pouvez-vous l'expliquer ?

R. Les Chrétiens prenant, en général, les citations symboliques de la Bible à la lettre, ont tendance à voir le retour du Christ comme une chose soudaine, quelque chose se produisant tout à coup, comme le résultat d'« un coup de baguette magique ». Ils cherchent une grande manifestation dans « le ciel » dont le Christ descendra dans un « nuage de gloire » entouré de « myriades d'anges ». La réalité est quelque peu différente mais se réfère néanmoins à ces citations symboliques : il est un jour où il est venu, par avion, dans le monde moderne (le 19 juillet 1977, en Grande-Bretagne). Cependant, il est venu comme il a dit lui-même qu'il le ferait, « tel un voleur dans la nuit ».

Il vient, en effet, avec «une armée céleste» qui, en grande partie, sera invisible de la majorité des hommes pour encore très longtemps. Des anges nombreux et puissants — les dévas — assistent le Christ et accomplissent ses plans. Leur travail à l'égard de l'humanité sera constructif et portera ses fruits mais, dans cette vie, le chrétien moyen connaîtra sûrement peu de choses ou même rien en ce qui concerne leur travail.



Q. Je voudrais savoir si, maintenant que Maitreya est dans le monde, la Bible est encore utile ?

R. Très certainement. La Bible chrétienne renferme un profond enseignement et des prophéties exprimées symboliquement et allégoriquement. On ne devrait pas la prendre littéralement car, dans ce cas, cela mène à l'actuelle confusion des chrétiens fondamentalistes et orthodoxes liée à la réapparition du Christ. Ce n'est pas, comme les chrétiens aiment le croire, le seul livre de révélation divine, mais, pour longtemps encore, elle servira à bien des millions de chrétiens — lorsque, par la présence physique du Christ, Maitreya, et celle du Maître Jésus, qui s'occupe des Eglises Chrétiennes, sa véritable signification et son dessein seront révélés. Libérés des dogmes et des doctrines fabriqués par l'homme, la Bible chrétienne trouvera un regain de vie, dans la démonstration de l'histoire très ancienne de l'initiation, à travers l'Evangile de la vie de Jésus, et comme un constant rappel de l'interaction de Dieu et de l'homme pendant le long voyage de l'homme vers la divinité.



Q. Les enseignements bouddhistes disent que, presque toutes les personnes, après avoir passé cette vie humaine sur terre, renaîtront sous la forme d'un animal, ou en enfer, ou encore dans une entité avide. Que pense Maitreya de cela ?

R. A ma connaissance, Maitreya n'a rien dit à ce sujet mais, sans vouloir parler pour lui, je pense qu'il sourirait à une telle perspective. Cela ne concorde aucunement avec ma compréhension des enseignements du Bouddha. Nous ne revenons ni sous la forme d'un animal, ni comme des « entités avides », ni même en enfer — si ce n'est celui que nous fabriquons. Nous renaissons maintes et maintes fois en tant qu'humain jusqu'à ce que nous ne fassions plus aucun karma personnel et soyons libérés — comme Maîtres — de la nécessité de renaître sur cette planète.



Q. Pourquoi vous référez-vous au Christ d'une manière qui symbolise un état très spécifiquement matériel et non pas universel ?

R. La conception du Christ comme Principe universel, plutôt que simplement en tant qu’homme, se répand dans les groupes chrétiens et les Eglises aux idées plus sophistiquées depuis le tournant de ce siècle. Et je serais d’accord sur le fait que cela démontre une plus grande et meilleure compréhension de la nature du Christ. De nombreux groupes voient, en effet, le « retour » du Christ comme la manifestation du principe christique dans l’humanité : ils pensent que le « Christ » sera revenu lorsque ce principe sera assez largement exprimé en nous. Alors, la « seconde venue » aura eu lieu. Je ne puis être en désaccord avec cela, mais ce n’est selon moi qu’une des trois formes de sa réapparition. Lorsqu’en juin 1945, Maitreya a annoncé son intention de revenir, il a indiqué que cela se passerait de trois manières : par l’adombrement de l’esprit des disciples les plus actifs – principalement en ce qui concerne les leaders des nations, dans le domaine politique – qui pourraient ainsi être influencés au niveau mental ; par le flux du principe christique à travers les cœurs de l’humanité en général, et par sa présence physique dans le monde.

Si je mets l’accent sur sa présence physique, c’est parce que cela fait partie de mon expérience ; l’humanité a, quant à elle, besoin de le connaître et de le reconnaître comme l’Instructeur mondial ; parler du « principe christique » est trop vague et trop « facile » alors que l’humanité a un long chemin à parcourir avant de pouvoir manifester ce principe.

En tout cas, je ne pense pas que ma présentation du retour de Maitreya dans la vie physique de l’humanité écarte la possibilité qu’il soit considéré comme l’Incarnation du principe christique (universel). C’est là la mesure de son accomplissement.



Q. Maitreya, en tant qu'Instructeur mondial, va-t-il nous libérer de notre karma ?

R. Pour être bref non. La Loi du Karma est la Loi de Cause et d'Effet qui gouverne totalement notre vie sur cette planète. Maitreya ne peut de ce fait interférer avec le schéma karmique personnel que nous créons nous-mêmes à chaque instant, avec chaque pensée, chaque action. Néanmoins, comme nous pouvons répondre à son enseignement et le mettre en œuvre dans nos vies, nous pouvons changer pour le mieux la nature de ce schéma. Comme il est également l'Agent de l'intervention divine, Il peut épargner à l'humanité bien des souffrances, et il le fait.



Q. Rudolf Steiner (1861-1925) a-t-il eu des intuitions en ce qui concerne la réapparition du Christ ?

R. Rudolf Steiner était un théosophe qui se détacha de la théosophie pour fonder l’anthroposophie. C’était un homme remarquable, un initié du degré 2,2, ayant eu des intuitions fascinantes et de grande valeur dans de nombreux domaines tels que l’agriculture, l’éducation et la médecine. Néanmoins, en ce qui concerne la réapparition du Christ il avait, je crois, une lacune. Même s’il était théosophe et se disait un ésotériste, il n’était pas selon moi un véritable ésotériste mais un mystique chrétien. D’une manière ou d’une autre, son mysticisme chrétien a entravé sa compréhension du lien existant entre le Christ et la Hiérarchie. Même si, théoriquement, il devait savoir que le Christ se tient à la tête de notre Hiérarchie, il le voyait d’une manière plutôt mystique, et il a soutenu que le Christ ne pouvait revenir dans un corps physique, mais seulement au niveau éthérique (qu’il appelait le royaume spirituel).

Comme nous le savons, Maitreya prit, en 1945, la décision de revenir le plus tôt possible, à la fois sur les plans physique, astral et mental. Steiner étant décédé en 1925 ne connaissait pas cet aspect du Plan, pourtant, en tant que théosophe, il aurait du savoir que c’était dans les cartes, et c’était le cas depuis au moins 1922 lorsque le premier livre d’Alice Bailey – dicté par le Maître D. K. – Initiation humaine et solaire, fut publié. Dans le Retour du Christ, le Maître D. K. souligne bien le fait qu’il parle de la réapparition physique du Christ dans le monde. Ceci est, dit-il, l’une des choses les plus importantes de ce livre. Le Christ, souligne-t-il, se manifestera dans un corps physique, visible de tous.

Ceci entra quelque peu en conflit avec le mysticisme chrétien de Steiner. Il continua à soutenir que le Christ ne pouvait venir qu’au niveau éthérique. Par la suite, il écrivit que, dans l’ère à venir, les hommes développeraient la vision éthérique – ce qui est exact – et que, l’un après l’autre, ils reconnaîtraient le Christ au niveau éthérique. Selon moi, c’est une conception totalement erronée. C’est le dogmatisme chrétien qui a fait que Steiner continua à soutenir que le Christ ne pouvait venir dans un corps physique. Comme si, le faisant, le Christ s’en trouverait en quelque sorte « rabaissé », ramené à un niveau trop bas. Nombre de chrétiens pensent cela. En limitant son rôle à un principe, ils ne le voient pas comme un homme incarnant ce principe, et qui peut travailler sur tous les plans, y compris le plan physique.



Q. Il est dit dans La Guérison ésotérique, d'Alice Bailey, (Ed. Lucis, p. 311 de la version anglaise), que le diabète qui est si répandu de nos jours est le résultat de « mauvais désirs » pouvant trouver leur origine dans cette vie ou étant l'héritage d'une vie précédente. Pouvez-vous expliquer le sens de « mauvais désirs » ?

R. Alors que toutes les maladies peuvent être attribuées à la mauvaise utilisation de l'énergie (particulièrement l'énergie de l'âme) et, par conséquent, à la sur-stimulation du véhicule astral (focalisation du principe de désir), le diabète semble, quant à lui, être le résultat d'un aspect assez spécifique de ce problème global : un désir inassouvi de pouvoir ou de domination ; le désir d'attirer sur soi l'attention en étant malade et, dans certains cas, le désir intériorisé de mourir résultant de l'incapacité ressenti d'assumer les problèmes de la vie.



Q. Les précédentes manifestations d'un Instructeur mondial n'ont eu lieu que devant un groupe très limité de personnes. Pourquoi ? Quels furent les critères utilisés pour sélectionner le groupe ?

R. Dans chaque cas, le niveau d’évolution atteint par les disciples sélectionnés. Dans le passé, le nombre des disciples avancés était minime. Le Maître D. K. (à travers Alice Bailey) a écrit que, pour le Christ en tant que Jésus, le problème était qu’il n’y avait pas suffisamment de disciples à travers qui il pouvait travailler ou qui pouvaient lui ouvrir la voie. Ce sont les disciples qui, en abaissant les enseignements par leur compréhension plus limitée que celle du Maître, peuvent les diffuser à un niveau acceptable par la masse des hommes. Bien sûr, au-delà de ces considérations, l’absence de ces moyens de communication que nous considérons maintenant comme allant de soi, faisait que le petit groupe était le seul véhicule disponible pour l’Instructeur.



Q. Si j'ai bien compris, l'Instructeur mondial actuel se déclarera simultanément partout dans le monde. Comment contactera-t-il les races « non civilisées ». Je pense notamment aux Indiens Yanomami et à d'autres tribus semblables qui ont vécu pendant des siècles dans les forêts tropicales avec peu de communication extérieure. Et quel message y aura-t-il pour les millions de nomades et pour les peuples qui meurent de faim et n'ont rien à partager ?

R. Le jour de la Déclaration, Maitreya donnera mentalement, c’est-à-dire télépathiquement, son message à chaque adulte, homme et femme, de cette planète. Chacun l’entendra dans sa propre langue et chacun réagira sur la base de sa propre compréhension et de son intuition. Selon moi, aucune disposition spéciale ne sera prise pour faciliter la compréhension des peuples soi-disant primitifs. Ceux qui se trouveront isolés dans la jungle et les forêts tropicales écouteront peut-être avec étonnement et une totale incompréhension, mais ils feront l’expérience de l’énergie du Christ qui s’écoulera à travers eux, comme à travers tous les autres.

Quant à ceux qui meurent de faim et aux déshérités, le message de Maitreya, appelant à la paix par la justice et le partage, ne peut être que la réponse à leurs prières et à leur désespoir. Ils n’ont nul besoin d’un « message ». Ils n’ont besoin que d’être aidés.



Q. [1] L’encéphalopathie spongiforme bovine ou « maladie de la vache folle » peut-elle se transmettre à l’homme comme les symptômes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob le laisseraient entendre ? [2] Combien de personnes sont-elles mortes en Grande-Bretagne de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ? [3] Les médecins qui conduisent des expériences sur ceux qui, pense-t-on, sont morts de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, risquent-ils d’être affectés ? [4] Est-il dangereux de continuer à manger du bœuf anglais ?

R. [1] Oui. [2] Jusqu’à présent, 18. [3] Oui. [4] Oui ; naturellement, toute la viande de bœuf n’est pas contaminée, probablement seule une petite minorité des troupeaux est touchée. Le problème est qu’il est impossible de dire ce qui est sans danger et ce qui ne l’est pas.



Q. Est-il exact qu'une future école ésotérique soit actuellement en cours d'élaboration dans le sud de la France ? Dans l'affirmative, est-elle située en bord de mer, et pourrait-il s'agir du Bonfin, près de Fréjus ?

R. Mon information est que tel n'est pas le cas.



Q. Quelle sera l'orientation future des syndicats ?

R. Le mouvement travailliste, socialiste, fut créé au 19e siècle par le Maître connu simplement comme le Maître Anglais. Il s'est maintenant répandu à travers le monde et poursuit sur sa lancée grâce à son propre élan énergétique.

A l'heure actuelle, le type de relations existant entre les syndicats et les directions (cela varie naturellement d'un pays à l'autre) est une relation de confrontation et de compétition. Le gouvernement britannique actuel, sous la direction de Madame Thatcher, par exemple, a vraiment fait de la confrontation, une partie de sa politique, le but visé étant de mettre un frein à la puissance des syndicats.

Nécessairement, afin de protéger l'emploi de ses membres, les syndicats ont adopté un grand nombre de règles : fermeture des magasins, nombreuses pratiques restrictives et procédures de vote, que les employeurs d'aujourd'hui trouvent contraignantes et préjudiciables face à la concurrence régissant les échanges internationaux à notre époque. Les syndicalistes reconnaissent maintenant eux-mêmes que certaines de ces pratiques restrictives vont à l'encontre de leurs efforts pour accéder à de meilleures conditions de vie, et les abandonnent volontairement.

La tendance future de la politique, partout, sera de se tourner vers une plus grande coopération, vers le concensus, et les syndicats devront nécessairement suivre cette tendance. Ceci implique de renoncer à la confrontation en cas de conflit, d'accepter l'arbitrage à la fois des directions et des syndicats, et par dessus tout, une plus grande participation aux décisions et aux méthodes de travail par les syndiqués en général. Les robots commençant à assurer une plus grande part de la production, l'acceptation de licenciements inévitables et de la rééducation à la fois à un nouveau travail et à des loisirs inhabituels deviendra nécessaire.

S'ils peuvent mettre de côté leurs préjugés et leurs sentiments de classe, les chefs des syndicats, grâce à leurs associations internationales, peuvent jouer un rôle majeur dans la structuration de la nouvelle société selon des principes sains et acceptables de coopération et d'interdépendance.



Q. Il a été dit que Maitreya a fait en sorte que les journées et les nuits soient plus chaudes (en rapprochant la Terre du Soleil) afin que davantage de nourriture puisse être disponible. D'un autre côté, la Terre se réchauffe de par l'effet de serre. Pourquoi alors Maitreya trouve-t-il nécessaire de réchauffer la Terre encore davantage ?

R. Parce que l'effet de serre n'a qu'un effet temporaire qui peut être inversé.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL

| RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.