DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information
 
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

June 1990 - N 22 Vol. 3, n 6



Questions / Réponses


Q. Maitreya est-il un être humain normal, né de la manière habituelle ?

R. Non. Le corps dans lequel il vit n’est pas passé par le processus de la naissance, mais a été auto-engendré. Pendant les années qui ont précédé juillet 77, Il s’est occupé à rassembler de la matière des plans mentaux, astraux et physique-éthériques. Avec cette matière, il a créé le fac-similé d’un corps humain (ce que techniquement on appelle un mayavirupa, dont la traduction littérale est un « corps d’illusions »). Sa conscience, en tant que Christ, a pénétré cette forme créée le 7 juillet 1977. Son corps de lumière (ressuscité et ascensionné) se trouve maintenant, ainsi qu’il l’a affirmé, au repos dans son centre himalayen.



Q. Lorsque Maitreya se fera connaître, le niveau de ma conscience s'accroîtra-t-il automatiquement ? Y a-t-il une pratique particulière à observer ?

R. L’accroissement de la conscience et de la vigilance dépendra entièrement de la capacité de réponse de chacun à l’énergie et à l’enseignement de Maitreya. Rien n’est « automatique ». Maitreya a affirmé que l’essentiel est la connaissance du « Soi », et que la manière la plus facile d’y parvenir est d’observer l’honnêteté du mental, la sincérité de l’esprit et le détachement. Il a transmis au monde une prière pour le Nouvel Age afin de favoriser ce processus.



Q. Les enfants entendront-ils l'appel de Maitreya le Jour de la Déclaration ? Et le comprendront-ils ?

R. L'information dont je dispose est que chaque individu de plus de 14 ans entendra (intérieurement) le message de Maitreya. Jusqu'à l'âge de 14 ans, l'enfant est en général peu ou pas focalisé mentalement, de sorte qu'en dessous de cet âge l'enfant ne comprendra pas ce qu'il sera en train d'entendre. Mais naturellement, chacun, quel que soit son âge, entendra (ou non) selon son niveau de développement.



Q. Que devrions-nous faire avec ou pour les jeunes enfants le Jour de la Déclaration ?

R. Question très pratique ! Des millions d'entre eux seront endormis, et il conviendra de les laisser dormir. D'autres seront tranquillement (!) en train de jouer. Mais pour ceux qui demanderaient l'attention de leurs parents... je n'ai pas de réponse (publiable). Il est plus que probable qu'ils répondront à l'énergie de Maitreya — le Principe christique — et expérimenteront à leur manière ce grand événement.



Q. Lors des précédentes apparitions du Christ, il fut persécuté et mis à mort. Ses enseignements ne furent pas répandus correctement. Qu'en sera-t-il avec Maitreya ?

R. Cette fois ci, Maitreya se manifeste lui-même, et non par l'intermédiaire d'un disciple (Jésus). Il occupe un corps (auto-engendré) qui est indestructible. Il pourrait être persécuté (mais j'en doute) mais il ne peut être tué. Comment pourriez-vous tuer quelqu'un qui peut apparaître et disparaître à volonté, et est capable de se fabriquer un nouveau corps ? Jusqu'à maintenant, chaque Instructeur a eu besoin de prêtres pour interpréter (ou mal interpréter) son enseignement. Cette fois-ci, Maitreya parlera directement au monde entier par l'intermédiaire de la radio et de la télévision. Aucune distorsion des enseignements ne sera donc possible.



Q. Pouvez-vous nous donner quelque idée des transformations économiques qui vont s'opérer dans nos vies ?

R. Au cœur de la crise économique et, évidemment, spirituelle qui règne sur le monde aujourd'hui, se situe le problème de la redistribution des ressources. Le point de convergence de cette crise spirituelle se trouve être la scène politique et économique mondiale. C'est pour cela que Maitreya vient, en premier lieu, comme Instructeur politique et économique.

Bien que son enseignement ne soit pas de nature religieuse, il traite de la vie spirituelle et de l'établissement de justes relations entre les êtres humains. Lorsque nous commencerons à partager les ressources de la planète, nous aurons accompli le premier pas vers la résolution des maux de ce monde et vers notre propre divinité.

La méthode de partage, telle que je la comprends, sera une forme sophistiquée de troc dans lequel les nations mettront en commun leurs ressources excédentaires et les redistribueront équitablement et loyalement selon les besoins. Rien ne sera imposé. C'est à nous d'accomplir cette tâche, et beaucoup d'idées différentes seront lancées. Le but minimal est de pourvoir à une alimentation correcte et suffisante, au logement, aux soins médicaux et à l'éducation, reconnus comme des droits universels.



Q. Au sujet du lien qui sera établi simultanément entre Maitreya et chacun d'entre nous, le Jour de la Déclaration, je me demande si l'horaire pourrait être fixé d'après le soleil, plutôt que d'après l'heure légale ? Ainsi, si la cérémonie devait commencer à, disons, 10 heures le 2 juin, les Japonais verraient l'expérience commencer à 10 heures au Japon. Puis, avec la rotation de la Terre, l'Inde connaîtrait l'expérience, puis l'Afrique, l'Europe et l'Amérique, en fonction de leur longitude. Ainsi, l'heure serait-elle également favorable pour chacun, et l'heure de l'événement la même partout. Cela se produirait de manière simultanée, d'après le soleil, mais pas nécessairement d'après l'heure légale.

R. Cela paraît très clair et bien ordonné, et certainement pratique pour tous — sauf pour Maitreya ! Un tel arrangement nécessiterait un adombrement constant de millions de gens, fuseau horaire après fuseau horaire, pendant 12 heures de suite. Un tel acte n'est probablement pas impossible à Maitreya, mais quel gaspillage d'énergie alors qu'il suffit à chacun, dans le monde entier, de régler son réveil à l'heure dite.



Q. La fête du Wesak a lieu pendant la pleine lune du mois de mai. Que se passe-t-il exactement ?

R. La fête du Wesak (qu'on prononce ouéssac) se déroule, sur le plan étherique, dans une vallée himalayenne, et c'est un événement tout à fait extraordinaire. Il y a dans cette vallée, une pierre imposante sur laquelle est positionné un grand bol de cristal rempli d'eau. Les membres de la Hiérarchie spirituelle, placés selon leurs différents degrés d'initiation — les trois Grands Seigneurs, les Chohans, les Maîtres et les Initiés, exécutent des gestes rituels aux formes complexes. Puis parallèlement au lever de la lune au-dessus de l'horizon, le Bouddha vient depuis Shamballa (centre éthérique situé dans le désert de Gobi) planer au dessus du vaisseau de cristal afin de dynamiser l'eau. Le Bouddha libère les énergies de la force de Shamballa vers les trois Grands Seigneurs — le Christ, le Manou et le Mahachohan. Il s'agit de la puissante énergie du premier rayon, le rayon de Volonté et de But. Cette énergie circule parmi les trois Grands Seigneurs qui l'emmagasinent et la libèrent progressivement dans le monde pendant le reste de l'année. C'est le moment où le Bouddha s'approche du plus près qu'il peut du monde terrestre. Il est très intimement lié à la venue de Maitreya. Lui et Maitreya sont frères et ont été préparés pour leurs missions dans le monde depuis la nuit des temps.



Q. Une de mes patientes (je suis psychothérapeute) a subi des abus sexuels rituels. Elle pense que cette pratique se transmet dans sa famille depuis des générations. Elle croit également que de tels abus sont répandus dans le monde entier et pratiqués par de nombreuses personnalités influentes. D’autres informations concernant le viol rituel me sont parvenues, mais le public éprouve les plus grandes difficultés à aborder ce sujet. Mes questions sont les suivantes :
(1) Cette pratique fait-elle partie de ce qui est sous-entendu dans la phrase « sceller la porte de la demeure du mal » ?
(2) Appartient-elle à la couche la plus profonde de la noirceur humaine qui s’apprête à faire surface au cours des années 90 ?
(3) Dans quelle mesure cette pratique est-elle répandue ?
(4) Depuis quand existe-t-elle ?
(5) S’agit-il d’un rituel satanique ?
(6) Certains prétendent que de nombreux enfants sont enlevés et exécutés dans ce but. Est-ce exact ?


R. (1) Non. La ligne extraite de la Grande Invocation, « Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal », fait référence au fait de sceller dans leur propre domaine (qui est de maintenir l’aspect matière de la planète) les Seigneurs de la matérialité, qu’on appelle également le mal. Cet objectif peut être atteint en hissant l’humanité au-dessus du niveau où elle peut être utilisée par ces forces.

(2) Oui, mais pas exclusivement au cours de la prochaine décennie. Ses racines sont profondes, et ces rituels se pratiqueront encore pendant longtemps.

(3) Mon information est que ce phénomène s’observe pratiquement dans le monde entier.

(4) A des degrés différents et sous de nombreuses formes rituelles variées, depuis d’innombrables milliers d’années, depuis la « nuit des temps », selon l’expression consacrée.

(5) Tout dépend de ce que vous entendez par « satanique ». Nombre de ces pratiques rituelles remontent à d’anciennes religions (qui ont encore des fidèles à travers le monde), et bien qu’impliquant souvent des pratiques sexuelles, elles ne comportent pas toujours viol ou torture. Un grand nombre impliquent en effet des enfants (habituellement, mais pas exclusivement, des filles, vierges) pour leur « pureté » supposée. Les cultes sont exercés en famille et (souvent) dans des communautés isolées d’Europe et d’Amérique du Nord, d’où l’implication des enfants. Cela n’est pas perçu comme un viol par les fidèles mais comme l’implication naturelle de la famille entière dans sa pratique religieuse. Il ne faut pas oublier que la flagellation fut une pratique acceptée du culte chrétien pendant des siècles.
Beaucoup de ces rituels trouvent leur origine dans la période atlantéenne, et sont par conséquent profondément ancrés. Avec l’arrivée du septième rayon de l’Ordre Cérémonial ou du Rituel, la manifestation de certaines de ces anciennes pratiques est à nouveau stimulée.
Certaines pratiques impliquent en effet la magie sexuelle, reflet de l’ancienne magie atlantéenne. Certaines, également, sont en effet ce que nous pourrions appeler de la « magie noire », l’invocation consciente du mal, des « forces sataniques », et ces dernières tendent à se répandre. Le Christ faisant son apparition et son influence dans le monde s’accroissant, il est inévitable que les forces de la matérialité cherchent à contrer son travail. Elles essaient, mais ne réussiront pas.

(6) Non. La plupart des enfants impliqués dans ces rituels sont membres de familles profondément impliquées dans leurs pratiques religieuses anciennes.
En répondant de cette manière, je cherche à expliciter, mais en aucun cas à excuser ces activités, ni à suggérer qu’elles sont inoffensives. Certaines, rares, peuvent en effet l’être peut-être, mais dans de nombreux cas, je suis certain que beaucoup de tort est occasionné aux participants, particulièrement aux enfants.



Q. Selon l'enseignement ésotérique, notre existence a pour objet de servir l'évolution de notre âme. Selon l'enseignement du yoga, l'Atman est omnipotent. Pourquoi l'âme a-t-elle donc besoin de nous créer ? Shankara a affirmé qu'il n'existe rien d'autre que l'âme et des miroirs.

R. Cela revient à se demander pour quelle raison Dieu a-t-il créé l'univers. Seul Dieu lui-même connaît la réponse ultime à cette question. Notre existence a pour objet de servir l'évolution de notre âme en incarnation. Si l'Atman est absolue et totale unité, cette unité ne peut être connue qu'à travers sa diversité. Tels des miroirs, nous sommes les reflets de l'Atman dans le temps et l'espace. C'est ainsi que l'Atman observe le processus de son devenir.



Q. Pourriez-vous indiquer les rayons, d'âme et de personnalité, gouvernant Israël ?

R. Ame 3 ; Personnalité 6. Le troisième rayon de l'âme est responsable de l'intelligence et de la créativité marquées du peuple juif, de son adaptabilité aux circonstances (ce qui a assuré sa survie sur plusieurs milliers d'années) ainsi que de son penchant matérialiste. Le sixième rayon de la personnalité s'exprime dans son dogmatisme et sa séparativité opiniâtres, dans son sentiment d'avoir toujours raison, ainsi que dans sa quête religieuse et mystique marquée (qui ne s'exprime pas nécessairement de manière réellement spirituelle).






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Paris mars 2018