DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2005

Extraits de la revue
Partage international

April 2005 - N° 200



Questions / Réponses


Q. De nombreux Libanais sont actuellement enthousiasmés par ce qui ressemble à une nouvelle manifestation du pouvoir du peuple - « la révolution du cèdre », comme on l'appelle déjà. La situation semble très complexe - Israël et les Etats-Unis, la Syrie, le Hezbollah et peut-être d'autres étant concernés. [1] A votre avis, comment tout ceci va-t-il finir ? [2] Qui a tué Rafik Hariri ?

R. La crise au Liban est à la fois complexe et manipulée. La « révolution du cèdre » est un exemple de plus du « pouvoir du peuple » qui a un impact sur les événements. Mais la réalité libano-syrienne ne devrait pas être trop simplifiée. La politique actuelle des Etats-Unis exerce le maximum de pression sur la Syrie et d'après mes informations, c'est la CIA qui a assassiné Rafik Hariri, déclenchant ainsi l'appel au retrait des troupes syriennes du Liban, en sous-entendant et en lançant la rumeur que Rafik Hariri a été tué par la Syrie, en dépit du fait que cela n'aurait pas été dans l'intérêt de celle-ci d'agir ainsi. Il existe une interdépendance de longue date entre les deux voisins : le Liban a besoin de la Syrie pour le protéger d'une invasion d'Israël et la Syrie a besoin des facilités financières modernes du Liban pour commercer avec l'étranger. Il existe une authentique interdépendance qui est naturellement menacée par les événements récents. Il faudrait comprendre que la Syrie ne possède pas d'armes de destruction massive. Elle soutient le Hezbollah et le considère comme une force arabe légitime, se battant, pour aider ses pauvres frères palestiniens oppressés, contre un régime israélien agressif.



Q. Israël attribue maintenant à la Syrie la responsabilité d'un attentat à Tel Aviv - s'agit-il d'opportunisme, faire de la Syrie le bouc émissaire créant des prétextes pour éventuellement l'attaquer par la suite ?

R. Oui.



Q. La mort de Nicola Calipari, agent des services secrets italiens qui escortait en Irak la journaliste libérée Giuliana Sgrena, est-elle un accident - ou fut-elle planifiée ?

R. Giuliana Sgrena est reporter du journal Il Manifesto, un quotidien italien de gauche, communiste. On peut supposer que les autorités américaines de Bagdad n'appréciaient guère les reportages que la journaliste envoyait en Italie, notamment ses récentes enquêtes sur les sévices de la prison d'Abu Ghraib. Les soldats américains du check-point avaient reçu des instructions visant à ne pas la laisser quitter Bagdad et ils les ont interprétées de la manière la plus extrême. Elle a eu la chance d'en sortir vivante, grâce à la protection de Nicola Calipari qui, malheureusement, a été tué.



Q. Si Maitreya a l'intention d'utiliser une opportunité pour apparaître à la télévision prochainement, sur quoi serait-il le plus utile que les groupes se concentrent à l'occasion de salons, de conférences, ou autres moyens d'information ? Je présume que Maitreya fera du partage la seule solution durable pour vaincre l'injustice et le terrorisme. Si ceci est exact, nous conseilleriez-vous de nous concentrer sur les questions sociales et avant tout sur le partage en tant que clé pour résoudre les problèmes ?

R. Oui, et sur l'urgence de faire connaître l'information.



Q. Je me souviens d'avoir lu dans Partage international que le pape actuel serait le dernier, car sa place serait prise par le Maître Jésus. [1] Espère-t-on que le pape vivra au moins jusqu'à ce que le Maître Jésus soit connu dans le monde et prenne sa place à la tête de l'Eglise catholique ? [2] Ne pensez-vous pas que ceci pourrait déboucher sur une scission au sein de l'Eglise, avec la possibilité que beaucoup soient incapables d'accepter le Maître Jésus comme leur Jésus-Christ bien aimé ?

R. [1] Oui. [2] Oui.



Q. J'ai une question à poser sur Make Poverty History (Faire de la pauvreté une chose appartenant au passé), cette immense campagne réunissant des individus, des groupes, des organisations qui veulent abolir la pauvreté. C'est un mouvement très diversifié et très vaste. Pensez-vous qu'il possède le potentiel d'accélérer les choses en manifestant la volonté du peuple ?

R. Make Poverty History est un exemple parmi d'autres de la « voix du peuple » qui s'élève à travers le monde, rassemblant des individus au niveau mondial, utilisant Internet et les autres moyens de communication, ce qui auparavant n'était pas possible, afin de renforcer et de rendre plus clair et plus puissant leur appel en faveur de la justice. Tout ce qui va dans ce sens aide, c'est un pas vers l'instauration de la justice et chaque pas accompli dans cette direction permet une avancée plus rapide de Maitreya dans le monde quotidien.



Q. Cette année est-elle particulièrement significative pour la Grande-Bretagne du fait qu'elle accueille les rencontres du G8 et qu'elle détient également la présidence de l'Union européenne ?

R. J'espère que 2005 sera une année très significative. Elle le sera en ce sens qu'elle succède à l'année 2004 qui fut l'une des plus pauvres d'un certain point de vue, même si en 2004 de grands pas en avant ont été franchis vers ce qui sera plus pleinement réalisé en 2005. La « voix du peuple » ne cesse de monter en puissance ainsi que les capacités des groupes qui travaillent à travers elle. En définitive cette voix est la leur. Il existe une capacité croissante des groupes à travailler ensemble, à trouver des moyens de contact et d'action. Ceci va prendre de l'ampleur et très bientôt quelque chose de vraiment extraordinaire se produira, quelque chose qui va au-delà de vos attentes, quelque chose qui tout d'abord surprendra, car d'une manière générale les gens assourdis par le bruit du mal n'attendent plus rien de bon.



Q. Pourquoi personne ne parle des causes du terrorisme ?

R. Parce que la cause n'est pas comprise. Je n'en suis pas surpris car il faut une certaine profondeur de vue pour réaliser qu'il existe une cause derrière le terrorisme. Les gens ont terriblement peur du terrorisme, spécialement aux Etats-Unis depuis l'attentat du 11 septembre sur le World Trade Center. Les Américains ont été très profondément choqués sur le plan psychologique. Cet attentat a modifié leur manière de penser et leurs sentiments plus que n'importe quel autre événement depuis la Seconde Guerre mondiale. C'est comme si quelque chose de terrible, d'absolument insupportable, un affront à leur ascendant, à leur invincibilité, était arrivé - au lieu de dire : « C'était une attaque terroriste et nous devons construire nos défenses contre le terrorisme » et de passer à autre chose. Pas à une vengeance sur les Afghans, qui n'étaient pas, dans leur ensemble, des terroristes, ni sur les Irakiens qui n'étaient nullement des terroristes et n'avaient attaqué personne depuis une décennie (et à l'époque, ils n'avaient pas attaqué les Etats-Unis, mais leurs voisins). Un concept très difficile à saisir pour les gens, est celui qu'il existe une cause au terrorisme, qu'il est lié à l'injustice qui prévaut dans le monde. L'idée que la justice a une importance aussi réelle que la liberté est un concept très difficile à accepter, avant tout pour les Américains, mais même pour des gens d'autres pays.



Q. Pourriez-vous parler des catastrophes naturelles - existe-t-il une raison sous-jacente ou s'agit-il seulement de l'action des forces de la nature ?

R. Cela peut être l'un ou l'autre. Mais bon nombre d'inondations, de séismes, d'éruptions volcaniques, de nombreuses catastrophes en tous genres, sont le résultat des formes-pensées destructrices de l'humanité. Nous pensons de manière destructrice, nous créons des guerres et des famines. Nous créons des conditions telles qu'une partie de l'humanité vit dans le luxe tandis que l'autre meurt dans la misère et le besoin. C'est destructeur et ce caractère destructeur renverse l'équilibre de l'humanité. Cela renverse l'équilibre des forces élémentales dont la tâche est de réguler le climat dans le monde. Ces forces sont des élémentaux déviques ou angéliques. Elles peuvent être gigantesques, parcourir toute la gamme depuis les élémentaux aveugles travaillant sous l'impulsion d'un grand être angélique. Les Maîtres peuvent utiliser ces forces. Lorsqu'ils veulent faire certaines choses, ils font appel aux élémentaux déviques et aux anges et ils travaillent tous ensemble. Les gens parlent des anges, mais ils ne savent pas ce que sont les anges. Les anges sont une évolution séparée de l'humanité, mais ils ont une relation avec nous. Il existe des milliards et des milliards d'anges et ils couvrent toute la gamme depuis le simple élémental aveugle jusqu'aux forces gigantesques, aux grands anges qui, par exemple, contrôlent la manière dont les rayons du Soleil agissent sur la Terre. Tout est sous contrôle. L'humanité ignore totalement combien ses formes-pensées sont destructrices.



Q. Pourquoi êtes-vous certain que le raz de marée dans l'Océan indien est quelque chose de naturel ? C'est certainement un acte de Dieu, ou de ce que nous nommons Dieu ?

R. Ce n'est pas un acte de Dieu. Nous l'appelons un acte de Dieu, mais nous ne savons pas ce qu'est Dieu. C'est le résultat de la vie de notre planète. Notre planète est une entité vivante qui respire. Elle évolue par elle-même, elle est remplie de gaz et de forces énergétiques qui font éclater la croûte terrestre pour sortir, et lorsque cela arrive, il y a un tremblement de terre. Lorsque ces forces sont inactives, nous avons une planète tranquille et agréable, mais ce n'est pas toujours le cas. Il en a toujours été ainsi. Nous devons avoir une vision différente de la mort. Nous ne devons pas en avoir peur, car vivant sur la planète Terre nous devons accepter sa relative instabilité.



Q. Au Japon, en 2004, il y a eu un nombre record de typhons. Cela signifie-t-il que les Japonais ont tellement de pensées négatives et destructrices que Dieu les fait souffrir ?

R. Les Japonais n'ont pas des pensées plus destructrices que les autres. Ils vivent dans une région qui est sujette aux séismes, tout comme l'Océan indien. On n'y peut rien, cela continuera pendant des milliers d'années. Cela fait partie des caractéristiques de la région. Tout l'Océan Pacifique est bordé d'îles qui étaient autrefois de vastes terres, mais qui sont devenues des îles en raison de l'activité sismique. Cette bordure du Pacifique est une zone sismique et on n'y peut rien. Si ce n'est prier Maitreya d'agir en tant qu'agent de la divine intervention - ce qu'il fait parfois lorsque la loi le permet.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.