DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2004

Extraits de la revue
Partage international

December 2004 - N° 196



Questions / Réponses


Q. En tant que citoyen américain, je suis profondément inquiet de la réélection de George W. Bush. Lorsque je lis le commentaire de votre Maître transmis par Benjamin Creme, mon inquiétude grandit encore davantage :
« Q. Qu’arrivera-t-il sur la scène internationale si le président Bush reste à la Maison blanche ?
R.. Comme le dit mon Maître dans son article : l’alternative à une victoire de Kerry, de la raison et de la paix est trop terrible pour s’y attarder. » [PI novembre 2004]
Dans l’un de ses articles, paru il y a plusieurs années, votre Maître assure que la Lumière prévaudra et il dit ceci : « Il n’y a aucune raison de céder à la peur dans le conflit actuel » et « cela étant, rien ne peut modifier le plan de réhabilitation du monde. »
 
La réélection de Bush a-t-elle créé quelque chose qui a modifié le grand Plan dont il est question ? « Trop terrible pour s’y attarder » sonne bien différemment de « rien ne peut modifier le plan de réhabilitation du monde. »
Je vous remercie de consacrer votre temps et tant de dévouement à relever le défi de cette époque particulièrement cruciale.

R. Non. Le Plan se met en place en dépit des difficultés qui surgissent sur le plan physique.  Les Américains réaliseront l’erreur qu’ils ont commise et reviendront au sens des réalités – mais je crains qu’ils ne doivent auparavant souffrir un peu. J. Kerry a en fait gagné les élections ; c’est la tricherie et le truquage des votes par ses adversaires qui lui ont volé la victoire, et ceux-ci sont toujours là et ils ne renonceront pas.



Q. [1] Le résultat final de l'élection présidentielle américaine représente-t-il exactement la préférence de ceux qui ont voté, ou [2] y a-t-il eu une forme ou une autre de corruption ou de manipulation qui pourrait avoir changé les résultats ? Si oui, [3] quel camp a triché le plus ? [4] Si les résultats ont été « truqués », quelles méthodes ont été utilisées ?

R. [1] Non. D'après mes informations il y a eu beaucoup de tricherie. [2] Oui, J. Kerry aurait pu gagner de justesse l'Ohio et la Floride et la présidence. Je crains que cela ait été la même vieille histoire, jouée cette fois de façon plus experte. [3] Les républicains. Il semblerait que la tricherie effectuée par les démocrates ait été minime et seulement à un niveau personnel, mais la tricherie des républicains a été programmée et largement répandue, notamment au moyen des nouvelles machines électroniques. [4] Des systèmes de vote électronique préprogrammés et diverses autres méthodes, plus rudimentaires mais tout aussi efficaces – retard des votes par correspondance, double vote, votes non comptés, entre autres. Naturellement les Etats à majorité indécise comme la Floride et l'Ohio furent particulièrement ciblés et les machines furent programmées pour changer un vote sur cinq en faveur de Kerry en un vote en faveur de Bush. Cependant même sans compter les votes « volés », Bush, comme Gore la dernière fois, a en fait gagné de manière décisive le vote populaire qui à mon avis représente le mieux l'opinion publique.



Q. Dans l'Ohio, le chômage est en progression et il existe de sérieuses raisons de mécontentement chez les électeurs ; pourriez-vous aider un Européen à comprendre les résultats ? Il paraît incroyable et illogique de voter pour un gouvernement qui cause des difficultés dans son propre pays et le chaos à l'étranger !

R. D'après mes informations, il s'agit à nouveau d'une élection très peu fiable. Il ne semble guère possible que l'Ohio n'ait pas fait le maximum pour assurer une victoire démocrate.



Q. Au vu des résultats très suspects des élections américaines, votre Maître pourrait-il indiquer combien de votes démocrates ont été illégalement bloqués d'une manière ou d'une autre ?

R. 2,5 %.



Q. La victoire de Bush peut-elle en fait hâter l'émergence publique de Maitreya, en provoquant un krach économique en raison de la politique économique destructrice du président américain ?

R. Non, je ne le pense pas.



Q. [1] La victoire de G. Bush rapproche-t-elle le monde du « bord de l'abîme » mentionné par Maitreya ? [2] Savez-vous pendant combien de temps encore nous devrons trébucher au bord de cet abîme avant de reprendre nos esprits ? Ou d'autres facteurs, par exemple une crise financière, nous ramèneront-ils à la raison ?

R. [1] Non. Le Plan se met en place. [2] Des changements sont déjà en cours. Regardez bien et comme le dit Maitreya : « N'ayez aucune crainte ! »



Q. Pouvons-nous espérer que Maitreya accordera sa première interview plus tôt qu'il ne l'avait peut-être prévu avant les élections américaines ?

R. Non je ne pense pas, mais de toute manière d'après mes informations nous n'aurons pas longtemps à attendre.



Q. [1] Y a-t-il quelque chose que chacun puisse faire, notamment au sein des groupes liés à l'Emergence, aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde, pour favoriser l'émergence de Maitreya ? [2] Est-il plus impératif que jamais de faire connaître votre information aussi largement que possible ?

R. [1] Faire connaître la présence de Maitreya ! [2] Oui.



Q. Le résultat des élections américaines va-t-il encore davantage polariser la société aux Etats-Unis et ailleurs ?

R. Oui, pendant un certain temps. Mais dans un avenir relativement proche, la main de Maitreya et certaines énergies, spécialement celles de l'Esprit de Paix et d'Equilibre, feront sentir plus fortement leur présence et des changements inattendus et bienvenus prendront place dans le monde entier. Ce n'est pas la fin du monde.



Q. Je connais plusieurs personnes apparemment plutôt empreintes de compassion, sincères, intelligentes, mais qui néanmoins soutiennent du fond du cœur G. Bush et croient, semble-t-il, que lui-même et son gouvernement agissent dans l'intérêt des Etats-Unis et du reste du monde. Comment cela est-il possible ? Pourriez-vous apporter quelque lumière sur ce paradoxe apparent ?

R. Les supporters de M. Bush, la moitié de l'électorat américain, doivent compter parmi eux de nombreuses personnes sincères, intelligentes et raisonnablement empreintes de compassion (ne serait-ce que sur un front restreint). Ce qu'elles semblent partager est une extraordinaire naïveté politique qui leur permet de redonner le pouvoir à un homme qui leur a menti, les a conduit à une guerre désastreuse, a détruit leur bien-être économique et limité leurs libertés traditionnelles au nom d'une vaine « guerre contre le terrorisme ». Je crois que c'est le résultat de l'aveuglement destructeur de la personnalité américaine de sixième rayon, autrement dit du mirage, de l'illusion et de la peur.



Q. Est-il vrai que George W. Bush avait un récepteur dans l'oreille pendant les débats électoraux ?

R. Il semblerait que ce soit le cas. Personnellement je le crois. Si quelqu'un a besoin de quelqu'un d'autre qui pense pour lui, c'est bien M. Bush, et nous devons en tenir compte.



Q. Oussama ben Laden est apparu le 29 octobre 2004 dans une vidéo où il explique les attentats du 11 septembre et ce qu'il pense de la sécurité et de l'administration Bush. Même s'il a fondé une organisation terroriste, je trouve qu'il fait preuve d'une certaine logique. [1] Il semble assumer une part de responsabilité dans les attentats du 11 septembre même s'il n'y était pas directement impliqué. Agit-il ainsi parce qu'il souhaite continuer à garder son influence sur les musulmans et ne pas perdre le « poids » que ces attentats lui ont donné ? [2] Il existe à mon avis une différence entre accepter des excuses pour des actions criminelles et le fait d'en écouter les raisons. Dans le dernier cas, il s'agit d'essayer de comprendre « la cause et l'effet », ce qui est de toute évidence une ligne de conduite à suivre. Ben Laden semble clairement nous donner certaines raisons (cause) expliquant pourquoi les attentats du 11 septembre (effet) ont eu lieu et pourtant, ce qui n'est pas surprenant, l'administration Bush a tout simplement rejeté ses paroles et affirmé qu'il haïssait la liberté. Les membres de cette administration savent-il qu'en réalité certains des arguments de Ben Laden sont valables ? [3] Le sénateur Kerry le sait-il ? [4] Ben Laden a affirmé que G. W. Bush, lorsqu'il avait visité les pays musulmans avec son père il y a de nombreuses années, avait été pris dans le mirage et le pouvoir des dirigeants de différents pays musulmans. Cela a-t-il réellement eu un effet sur lui ?

R. [1] Aux yeux des Américains, oui. [2] Oui, sûrement. [3] Je l'espère et le suppose. [4] Oui.



Q. Pensez-vous qu'Oussama ben Laden ait choisi ce moment pour communiquer sa vidéo car cela sert ses projets d'avoir G. W. Bush à la présidence ?

R. Oui.



Q. [1] Si l'on en juge par la « victoire » de G. W. Bush, pouvons-nous supposer qu'au moins la moitié des Américains sont morts d'inquiétude ? [2] Pouvons-nous également supposer que leur gouvernement actuel a réussi à les effrayer au point de leur faire littéralement perdre la raison ?

R. [1] Oui. [2] Oui.



Q. Le président Poutine a félicité le peuple américain de « ne pas avoir cédé à la terreur ». [1] Suis-je insensé de penser que c'est exactement le contraire – qu'il a cédé à la peur et au « croquemitaine » de la terreur. [2] Il ne fait aucun doute que nous pouvons nous attendre à davantage de traumatismes aussi bien pour les Tchétchènes que pour les citoyens russes.

R. [1] C'est tout à fait vrai. Les attentats du 11 septembre ont complètement traumatisé le peuple américain dont la peur a été manipulée et entretenue par l'administration Bush. [2] J'en ai bien peur, mais cela aurait été la même chose si J. Kerry avait été élu.



Q. Je suis tombé sur un compte rendu du journal russe La Pravda qui affirme que Saddam Hussein est mourant, qu'il est probablement traité pour un cancer de la prostate, mais que c'est impossible à affirmer car il refuse de subir une biopsie. Le compte rendu affirme également que les efforts de ses avocats pour le rencontrer se heurtent à une obstruction. Ceci est très intéressant par rapport à votre information concernant l'imposteur, le sosie du véritable Saddam Hussein décédé. [1] Les avocats sont-ils écartés délibérément ? [2] Le fait que Saddam Hussein et son sosie (qui sont apparentés) aient été tous deux atteints d'un cancer est-il une coïncidence génétique, ou s'agit-il de rumeurs concernant des faits médicaux transposés du véritable Saddam Hussein à son double en attendant un procès ? [3] Pensez-vous que l'information concernant cette ruse monumentale pourrait éclater et contribuer à un renversement de George W. Bush ?

R. [1] Oui. Il affirme maintenant ne pas être Saddam Hussein. [2] C'est le résultat de la confusion dans les informations détenues par les Russes. Ils savent que Saddam Hussein était supposé atteint d'un cancer, mais ils ne savent pas qu'il a déjà trouvé la mort dans le bombardement de son palais le 20 mars 2003. Son double, un cousin, actuellement en détention, n'est nullement malade, et il est apparemment prêt à « confesser » qu'il n'est pas Saddam Hussein. [3] C'est possible.



Q. Une étude faite par des chercheurs de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, à Baltimore (Etats-Unis), et publiée dans le journal médical The Lancet a montré une augmentation croissante du nombre de décès parmi les civils irakiens depuis l'invasion américano/britannique de mars 2003. La plupart des morts sont des femmes et des enfants, et la majorité d'entre eux a péri de mort violente – la plupart au cours des frappes aériennes de la coalition. L'étude estime à 100 000 le nombre de décès dus à la guerre dans la population civile. Jack Straw, ministre britannique des Affaires étrangères, a, pour sa part, estimé ce nombre à 10 000 et le Irak Body Count basé en Grande-Bretagne situe ce nombre entre 14 000 et 16 000. Dans le numéro de septembre 2004 de Partage international, vous avez donné le chiffre de 25 000 au 29 juin 2004 ? [1] Le chiffre actuel de 100 000 donné par les chercheurs américains est-il exact ? [2] Leurs méthodes de recherche sont-elles fiables ?

R. [1] Approximativement. D'après mes informations on atteint maintenant le chiffre de 88 000 civils tués en Irak. [2] Oui, la méthode de recherche est la plus exacte disponible mais elle a couvert seulement 350 petites agglomérations réparties dans presque tout l'Irak. Si davantage d'agglomérations pouvaient être couvertes sans danger par cette étude cela ajouterait à son exactitude.



Q. Quelle va être à votre avis la réaction à la victoire de Bush dans des pays comme la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie et la Palestine ?

R. L'inquiétude. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour eux. Il est probable que G. W. Bush va continuer à se rengorger de façon arrogante et à maintenir sa rhétorique creuse à l'encontre de ces Etats, mais tant que l'Irak est plongé dans l'anarchie, je pense qu'il essaiera de les influencer davantage par la diplomatie, les menaces et l'intimidation plutôt que par une véritable attaque. La Syrie semble la plus vulnérable en cas d'attaque.



Q. Que pouvons-nous attendre de la part d'Israël après la soi-disant victoire de G. W. Bush ? Quel effet celle-ci va-t-elle avoir sur la politique israélienne ?

R. Elle va rester plus ou moins la même. Les Israéliens vont être contents. Cela va renforcer leur pouvoir et leur action répressive, mais M. Bush est obligé de traiter le problème israélo-palestinien et il a parlé de la nécessité d'une terre palestinienne « viable ». Les Israéliens devront donc faire des compromis.



Q. De nombreuses personnes dans les médias semblent croire que la politique de « retrait » de Gaza menée par A. Sharon constitue un mouvement authentique en direction de la paix. Qu'en pensez-vous ?

R. Je ne partage pas cet avis. Je pense que l'exode des 8 000 Israéliens de Gaza est considéré par Israël comme un marché donnant donnant, en échange du maintien de centaines de milliers d'Israéliens dans les colonies énormes et s'agrandissant sans cesse de Cisjordanie, alors que celle-ci devait être la terre des Palestiniens. Maintenant, seule une fraction de la Cisjordanie reste disponible comme territoire valable pour les Palestiniens et aucune limite n'a été imposée sur la construction de colonies israéliennes.



Q. Qu'arrive-t-il aux kamikazes après qu'ils aient perpétré un attentat ?

R. La même chose que ce qui arrive à n'importe qui mourant dans un accident. Tout dépend de leur karma personnel.



Q. Brent Scowcroft, conseiller en matière de sécurité nationale du premier président Bush, a déclaré récemment que l'actuel président Bush est dans une large mesure influencé par le premier ministre israélien Ariel Sharon. « Sharon fait de lui ce qu'il veut », aurait déclaré M. Scowcroft dans une interview accordée au journal britannique Financial Times. Il aurait également déclaré que le président américain était « hypnotisé » par le premier ministre israélien. [1] Cela a-t-il quelque chose à voir avec le fait que le premier ministre Sharon manie certaines forces noires très puissantes ? [2] Le président Bush est de toute évidence également influencé par ces forces, mais A. Sharon est-il « sous leur emprise maléfique » pourrait-on dire ?

R. Israël est le point central du triangle Israël, Etats-Unis, Etats de l'Europe de l'Est, et M. Sharon est le plus puissant agent des forces néfastes qui sont utilisées et potentialisées par ce triangle. Il s'ensuit par conséquent qu'il a beaucoup d'influence sur G. W. Bush et son entourage.



Q. Contrairement aux agents actuels des forces du mal sur la planète, Hitler était directement possédé par les seigneurs de la matérialité. Certaines personnes autour du leader nazi affirmaient qu'il avait une influence de type démoniaque sur son entourage – presque une influence hypnotique. Est-ce à dire que l'influence des seigneurs de la matérialité ajoutaient leur propre poids « démoniaque » à sa personnalité mauvaise ? Pourriez-vous donner quelques explications ?

R. Hitler avait de toute évidence une personnalité ambitieuse et destructrice, sinon il n'aurait pas visé à la domination du monde. C'était un initié du second degré et par conséquent il possédait un pouvoir personnel considérable qui pouvait être potentialisé lorsqu'il était possédé par les seigneurs de la matérialité, ce qui ajoutait comme le dit notre correspondant un poids démoniaque de mal à sa puissante volonté personnelle.



Q. Pensez-vous que l'idée de partage et le lien avec la frustration, la colère et le terrorisme commence à voir le jour dans l'esprit des gens ?

R. Oui, dans une certaine mesure. J'en ai vu de nombreux exemples dans des articles d'une grande profondeur parus dans des journaux britanniques et à la télévision.



Q. L'Amérique du Sud a réussi à élire trois dirigeants de gauche, contrairement aux Etats-Unis. Pensez-vous que cela pourrait conduire à une coopération réellement utile et à un nouveau chapitre en ce qui concerne les réformes sociales et l'amélioration du niveau de vie en Amérique du Sud ?

R. Oui, de profonds changements se mettent en place et vont se poursuivre en Amérique du Sud et ailleurs, et ils sont totalement séparés et distincts de ce qui se passe aux Etats-Unis. Ils modifieront le sens et l'apparence du « leadership du monde libre » par les Etats-Unis qui sera considéré de plus en plus comme traitant uniquement de vieux problèmes avec de vieilles méthodes. A moins que les Etats-Unis ne saisissent le défi du changement dans un monde qui évolue rapidement, ils seront dépassés et laissés en arrière par des pays subissant de leur côté des changements positifs et laissant les Etats-Unis isolés et forts – mais impuissants.



Q. Les scientifiques qui travaillent au programme SETI, recherchant des signes de vie dans l'espace, croient qu'un signal venu de l'espace et capté à trois reprises par le radiotélescope Arecibo à Porto Rico peut être un « message d'un autre monde ». Ce signal désigné sous le nom de SHGbo2+14a, et localisé entre la constellation des Poissons et celle du Bélier, est-il une communication délibérée, un signal émis par un objet astronomique ou bien une interférence radio ou une erreur du système ?

R. Une communication délibérée venant d'un « autre monde ».






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.