DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2004

Extraits de la revue
Partage international

July 2004 - N° 191 / 192



Questions / Réponses


Q. [1] L'autorisation de torturer, ou la création d'un climat laissant le champ libre à la torture et à la violation des droits de l'homme, vient-elle des échelons supérieurs du gouvernement américain ? [2] Est-ce que G. W. Bush, D. Cheney, D. Rumsfeld, C. Powell, C. Rice, et autres aux Etats-Unis, ainsi que Tony Blair en Grande-Bretagne, étaient au courant de la torture ? [3] Etait-ce également le cas du gouvernement britannique ou d'officiers supérieurs ?

R. [1] Il est certain qu'un climat dans lequel les mauvais traitements étaient acceptables avait été créé. [2] G. W. Bush et D. Rumsfeld savaient qu'une politique très dure, incluant la torture, était en place. [3] Non.



Q. Au moment où les révélations sur les mauvais traitements infligés aux prisonniers en Irak faisaient la une des médias, fut diffusée sur Internet une vidéo montrant apparemment la décapitation d'un Américain, Nick Berg. Selon certaines rumeurs, il était déjà mort lorsqu'il fut décapité. Le compteur vidéo sur le film montre un montage et des suppressions ; par ailleurs, le corps ne manifeste pas les réactions involontaires habituelles normalement associées à la décapitation. On a dit également que les hommes se tenant derrière N. Berg n'étaient pas des musulmans, mais peut-être des mercenaires russes. [1] S'agit-il d'une mise en scène ? [2] Si oui, qui a tué N. Berg ?

R. [1] Oui. [2] Des Irakiens baasistes.



Q. Le prophète Mahomet était-il lui-même un activiste ?

R. Non, au contraire. Il était, en toute occasion, un homme de paix.



Q. Le concept de jihad est généralement interprété comme signifiant une guerre sainte contre les non croyants, mais n'est-ce pas une interprétation trop littérale ? Le Jihad ne devrait-il pas être considéré comme le symbole de la lutte en soi-même du « supérieur » contre « l'inférieur », tout comme chez les chrétiens on parle de la lutte contre le mal – à vaincre en soi-même ? Pourriez-vous donner votre avis ?

R. Non, le jihad n'est pas un symbole de lutte intérieure, il signifie bien la guerre contre ceux qui ne croient pas à l'islam. L'idée ne vient pas de Mahomet, elle fut introduite plus tard dans les enseignements par des musulmans fanatiques. Lorsque l'islam s'est répandu et a acquis du pouvoir, tout comme le christianisme sous l'action des mêmes pressions et des mêmes ambitions politiques, l'enseignement a été déformé par des éléments fanatiques et adapté à des fins politiques.



Q. Dans quelle proportion l'islam moderne est-il fidèle à l'islam original, tel qu'il a été présenté par le Prophète ?

R. A soixante-dix pour cent environ.



Q. Les écritures saintes ont-elles reçu une certaine « protection » au cours des siècles pour éviter dans la mesure du possible qu'elles soient mal interprétées ou affadies ?

R. Non. Les textes sacrés de toutes les religions ont été déformés dans une mesure plus ou moins grande. L'essentiel est resté.



Q. Maitreya a-t-il utilisé les célébrations du D-Day et le flot général de gratitude qui s'est manifesté à l'égard des vétérans du débarquement de Normandie pour envoyer une bénédiction spirituelle dans le monde ?

R. Non. Sa bénédiction spirituelle se déverse dans le monde de manière quotidienne.



Q. Dans le numéro de mai de Partage international il y avait une photographie de votre adombrement par Maitreya à l'occasion d'une conférence à Amsterdam. Est-il possible qu'un autre visage – celui de votre Maître – soit visible entre votre visage et celui de Maitreya ?

R. Non.



Q. Ayant consulté votre site Internet que je trouve très intéressant, je me suis demandé pourquoi Maitreya et le Maître Jésus figurent si souvent dans les témoignages de vos lecteurs. Il y a sûrement d'autres Maîtres qui agissent dans le monde. Si oui, pourriez-vous indiquer leurs noms ?

R. Oui, il y a actuellement quatorze Maîtres dans le monde, en plus de Maitreya (pour finir, ils seront quarante) mais ils ne sont pas tous impliqués dans les apparitions quotidiennes que nous sommes en mesure de faire connaître. Maitreya et le Maître Jésus semblent le plus souvent concernés, bien que le Maître de Tokyo (dont le nom n'est jamais donné) apparaisse souvent aux Japonais. Voici quelques noms de Maîtres dont les gens devraient guetter la présence en dehors de Maitreya et du Maître Jésus : le Maître Morya, le Maître Koot Hoomi, le Maître Hilarion, le Maître Sérapis et le Maître Rakoczi.



Q. On raconte beaucoup sur Internet que Jésus était marié, qu'il avait des enfants et que ses descendants prêchent maintenant les véritables enseignements de Jésus. Est-ce exact ou est-ce le fruit de l'imagination de quelqu'un ?

R. A mon sens, rien de tout cela n'est vrai. Jésus n'était pas marié et n'avait pas d'enfants. En tant qu'initié du quatrième degré, il avait un rôle important et tragique à jouer dans la venue du Christ il y a 2000 ans. Un homme marié ayant des enfants aurait eu une tâche encore plus difficile pour accomplir ce grand sacrifice.



Q. [1] Pourriez-vous donner un avis sur le film La Passion du Christ qui est présenté actuellement sur les écrans ? [2] Cela correspond-il à ce que Notre Seigneur Jésus a réellement enduré ?

R. [1] Ce fut pour Jésus l'expérience de l'initiation appelée en Occident la Crucifixion et en Orient la Grande Renonciation, où l'on renonce à tout pour accéder à la vie spirituelle d'un Maître. Naturellement, nous ne sommes pas crucifiés lorsque nous passons cette initiation. Jésus l'a symbolisée pour nous. [2] Oui. Jésus a ressenti les souffrances cruelles ayant précédé sa crucifixion, mais pendant la crucifixion même, il ne ressentit aucune douleur ; il fut anesthésié par Maitreya.



Q. En plus de la méditation de transmission et de la tentative de répandre le message concernant Maitreya, existe-t-il quelque chose de particulier qu'un psychologue entraîné puisse faire pour servir le Plan ?

R. Accroître ses efforts pour répandre le message et éveiller l'espoir de l'humanité. Si votre éducation en tant que psychologue inclut l'expérience de l'âme, et la foi en elle, et si vous le faîtes savoir, vous pouvez aider nombre de personnes à comprendre la nature de la réalité dont elles font partie. Si vous en avez vraiment envie, je suis certain que vous en trouverez le moyen.



Q. Depuis un certain nombre d'années déjà, votre Maître a confirmé l'authenticité de croix de lumière apparaissant sur les fenêtres de certaines maisons ainsi que de motifs de lumière se réfléchissant sur des immeubles ou dans des rues. On a pu voir récemment des photographies de motifs particuliers de lumière apparaissant sur des fenêtres au Japon et aux Pays-Bas. Ces motifs sur les fenêtres viennent-ils s'ajouter au magnifique éventail de signes d'espoir donnés par Maitreya ?

R. Oui.



Q. Dans le tableau « Signs of Christ » (Signes du Christ)(1924) de Nicholas Roerich, on peut voir deux personnages regardant trois symboles. Le symbole sur la gauche ressemble à une empreinte de pied, le symbole sur la droite à une main et celui qui se trouve au milieu à la barre verticale brillante que l'on peut souvent voir au centre d'un cercle de lumière. Détail intéressant, la silhouette à droite ressemble à Maitreya tel qu'il est apparu à Nairobi, le 11 juin 1988. [1] Ces similitudes avec ce que nous savons maintenant être des signes de la présence de Maitreya sont-elles une coïncidence ? [2] Cette peinture a-t-elle été faite sous l'inspiration de Maitreya ?

R. [1] Le personnage assis avec un bâton dans la main représente Maitreya. Il est en train de montrer (au disciple vêtu d'une robe) au moyen d'un dessin dans le sable, comment le Nouvel Age doit être construit : « par la main humaine et le pied humain » (Agni Yoga, l'Appel). La barre verticale ne fait pas référence à un cercle de lumière mais à la « droiture » de la structure du Nouvel Age. [2] Non.



Q. Dans ses enseignements, Maitreya déclare : « Appréciez la douceur du climat, le printemps précoce et la vie qui s'épanouit autour de vous. Cette douceur climatique n'a rien à voir avec les trous dans la couche d'ozone ou l'effet de serre. Ce changement climatique est dû à une diminution de la vitesse de rotation de la Terre ainsi qu'à un rapprochement de la Terre du Soleil. Ce phénomène s'est produit afin qu'une plus grande quantité de végétation puisse se développer pour nourrir le monde. » Etant donné que l'effet de serre et le réchauffement de la planète sont considérés comme de sérieux problèmes à l'échelle mondiale, pourquoi cette citation des enseignements de Maitreya laisse-t-elle supposer que le réchauffement de la planète est quelque chose de positif ?

R. Il s'agit d'une question de degré. Le ralentissement de la rotation de la Terre est contrôlé et il obéit à la Loi – ses effets sont prévisibles et limités. L'effet de serre et le réchauffement de la planète, résultant de la pollution, échappent, au contraire, à tout contrôle (à moins de mettre un terme à la pollution) et créent des menaces qui sont, dans une certaine mesure, imprévisibles et irréversibles.



Q. En réponse à une question sur le suicide, vous avez déclaré que, bien qu'inutile car la personne impliquée se réincarnera et sera une fois encore confrontée à la nécessité d'accomplir le dessein de son âme, le suicide est néanmoins un droit individuel. On a pu voir à la télévision un « médium » qui a affirmé que, lorsqu'il était contacté par des personnes qui s'étaient suicidées, celles-ci disaient souvent avoir le sentiment d'être toujours en vie après l'acte ayant provoqué leur mort physique. C'était comme si elles étaient toujours « attachées » à ce moment précis. Ces personnes semblent traverser une expérience dans laquelle elles ressentent l'angoisse de leurs proches après leur mort, une expérience qui se répéterait sans cesse. [1] Ces expériences sont-elles généralement authentiques ? [2] Si le suicide est un droit de la personne, pourquoi les personnes qui se suicident connaissent-elles apparemment de tels tourments ? [3] Est-ce dû au karma de leurs actions qui, que ce soit le droit ou non de la personne de se suicider, n'en restent pas moins négatives ? [4] Les conditions que la personne a voulu fuir dans cette vie seront-elles encore plus difficiles dans la vie suivante ? [5] Combien de temps une personne qui s'est suicidée reste-t-elle hors d'incarnation, si toutefois ce facteur a une incidence quelconque sur le temps qui s'écoule entre deux incarnations ?

R. [1] Non. [2] Les suicidés ne traversent pas de tels tourments. [3] Non. [4] Non, pas nécessairement. Cela dépend du niveau de conscience auquel la personne est parvenue. [5] Le fait de se suicider ne joue pratiquement aucun rôle dans le moment du retour en incarnation.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.