DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

March 1990 - N 19 Vol. 3, n 3



Questions / Réponses


Q. Dans les livres d'Alice Bailey, le Maître D. K. fait souvent référence à « la ligne de moindre résistance ». Qu'entend t-il par là ? S'agit-il de la structure de rayons ? Pourriez-vous expliquer la signification de cette expression ?

R. La « ligne de moindre résistance » est la direction dans laquelle un flux d'énergie donné trouve le moins d'obstruction. Selon les circonstances, les effets de cette ligne de moindre résistance peuvent être soit constructeurs soit destructeurs.

Si l’on met cette notion en rapport avec la structure de rayons, on s'apercevra par exemple qu'une une âme du 2rayon trouvera dans une personnalité du 2e rayon une telle ligne de moindre résistance, et pourra ainsi l’influencer plus facilement, alors que cette même âme du 2e rayon pourrait trouver dans une personnalité du 1er rayon un obstacle majeur à son expression. De la même manière, un mental du 3e rayon trouvera peu de résistance à l’utilisation d'un corps physique, et donc d'un cerveau, du 3e rayon.Des rayons semblables produisent donc une ligne de moindre résistance à leur expression.

Cependant, sur le plan personnel ou psychologique, la ligne de moindre résistance, si elle est adoptée, peut fort bien ne pas engendrer la friction et l’effort nécessaires à un accomplissement et à un progrès véritables. Ce facteur est important dans le choix du travail ou du service d'une vie, et requiert une connaissance plutôt avancée de l’art de vivre.



Q. Concernant Saï Baba, est-il vrai : (a) qu'il est un Asura – un être du niveau de la Hiérarchie des Archaï, ces êtres situés au-dessus des anges et des archanges, selon la terminologie de R. Steiner – qui s'est détourné de la Hiérarchie, de Dieu, car il voulait lui-même être Dieu, être le « premier » ?
(b) qu'il est venu sur terre parce qu'il veut obtenir du genre humain ce qu'il n'a plus lui-même, c'est-à-dire l’amour ?
(c) qu'il irradie l'amour que tous les individus concentrent sur lui, sur sa forme, et lui donnent, ce qui explique sa déclaration : « Je n'ai pas besoin de votre argent, je ne veux que votre amour » ? D'autres déclarations émanant de lui indiquent qu'il prétend être lui-même le créateur de l’univers, l'être unique qui pénètre tout et toutes choses. Il a également déclaré : « Vous êtes comme des marionnettes dans les mains de Dieu », ce qui ne laisse aucune place au libre arbitre de L’homme.
(d) En tant qu'être d'un rang aussi élevé, il a d'infinies capacités à duper les individus, car tout son enseignement et tous ses actes sont exacts, mis à part quelques points où sa véritable intention se révèle.
(e) En raison de son influence positive en Inde et dans d'autres pays, la Hiérarchie lui a offert de prendre à nouveau place en son sein, et d'accepter le fait qu'il existe des êtres qui lui sont supérieurs. Il a rejeté cette offre.
(f)La Hiérarchie a maintenant décidé de parler publiquement de lui afin de limiter son influence.
(g) Des êtres déchus d'un rang aussi élevé sont considérés par la Hiérarchie comme étant malades sur un plan très élevé, et ont donc besoin de notre amour, et non de notre haine, pour leur permette d’être libérés.


R. (a) Non. (b) Non. (c) Non. (d) Non. (e) Non. (f) Non. (g) Non.

Je ne sais qui a écrit ces idioties. Concernant Saï Baba, il semble que personne ne soit capable de rester neutre, impersonnel. Pour ses disciples, il est l’incarnation de tout être et de toutes choses. Pour ses détracteurs, plus ignorants encore, il est ou bien jugé dans des termes du genre de ceux qui précèdent, ou bien il apparaît comme un charlatan, ou un illusionniste, à la recherche d'un profit personnel. Un jour, la magnifique et simple vérité concernant Saï Baba sera connue, et ceux qui le dénigrent actuellement se trouveront couverts de honte. L'amour qu'il irradie n'est pas la réflexion du nôtre. Il s'écoule au contraire du cœur de Dieu lui-même. Sans cet amour, notre monde serait incommensurablement plus pauvre.



Q. Le phénomène de réincarnation se déroule-t-il dans le temps de manière séquentielle, ou bien pouvons-nous avoir vécu dans le futur, par exemple en l'an 2000 ?

R. Hors de notre cerveau physique, le temps tel que nous le connaissons n'existe pas. Le passé, le présent et le futur sont un. Cependant, notre incarnation physique touche à notre expérience du temps physique. On ne peut avoir vécu, c'est-à-dire avoir été, incarné, dans un « temps » encore à venir.



Q. Il est peu fait mention du Maître Sérapis dans les livres d'Alice Bailey. Dans la Mission de Maitreya, il est précisé qu'il est en incarnation et qu'il travaille principalement à l'évolution des dévas, ou des anges, et qu'il est aidé dans sa tâche par le Maître qui, autrefois, fut Mozart. Pourriez-vous donner de plus amples informations à son sujet, sur ses vies précédentes sur terre, sa structure de rayon, etc. ?

R. D'après le Maître D. K. (dans Initiation humaine et solaire, d'Alice Bailey, Lucis Press) le Maître Sérapis est : « ...le Maître sur le quatrième rayon; les grands mouvements artistiques dans le monde, l'évolution de la musique, celles de la peinture et de l’art dramatique, reçoivent de lui une impulsion énergétique. En ce moment, il consacre la majeure partie de son temps et de son attention au travail des dévas, ou des anges, et à leur évolution, jusqu'à ce que par leur entremise il soit possible au monde, et dans un avenir immédiat, de recevoir une grande révélation dans les domaines de la musique et de la peinture. On ne peut pour le moment en révéler davantage sur lui, et l’endroit où il vit ne peut être divulgué. »

Un autre Maître du 4e rayon, qui travaille exclusivement à l'évolution des dévas, est le Maître qui fut le grand peintre flamand Pierre Paul Rubens.





Q. (1) Quel est le point de vue ésotérique concernent le suicide et l'euthanasie ? De tels actes sont-ils parfois légitimes, comme par exemple lorsqu'ils sont destinés à mettre un terme aux souffrances d'un malade en phase terminale ? (2) Quelles sont les conséquences karmiques de tels actes ? (3) Dépendent-elles des motivations de l'acte, ou bien de l'acte lui-même, sans prendre en considération ce qui l'a motivé ?

R. Le suicide et l’euthanasie sont deux actes différents, et il faut savoir qu’ils n’ont pas les mêmes conséquences karmiques. Dans des cas d’extrême souffrance, lors de ce qui apparaît d’évidence comme une maladie en phase terminale (encore que personne ne puisse affirmer en toute certitude qu’une maladie soit arrivée en phase terminale), l’euthanasie peut être considérée comme un geste de miséricorde, et les médecins, aujourd’hui, rendent fréquemment – et discrètement – ce « service » à leurs patients. Néanmoins, d’un point de vue ésotérique, ce geste consiste tout de même à interrompre la vie, et les risques d’un usage abusif d’un tel acte sont tels qu’il n’est pas à recommander.

D’un point de vue ésotérique, la principale objection tant au suicide qu’à l’euthanasie, est que ces actes se substituent au dessein de l’âme. C’est l’âme qui, pour se mettre au service du Plan divin, s’incarne, et c’est l’âme qui décide de mettre fin à l’incarnation. La douleur et la souffrance, ainsi que la plupart des maladies, résultent de la friction produite sur les plans physiques (astral et mental compris) par l’inaptitude de l’âme à exprimer sa nature et son but de manière efficace, sans engendrer de résistance, par l’intermédiaire de la personnalité qui est son reflet. La douleur, la souffrance et la maladie ont donc une raison d’être, et représentent « le revers de la médaille » de la perfection de l’âme. Le suicide n’est vraiment d’aucune utilité, puisque la personne en question reviendra au même point, c’est-à-dire à la même nécessité de remplir le dessein de l’âme dans une incarnation ultérieure. Le suicide n’est pas ce terrible péché contre la vie, comme l’ont prétendu les générations précédentes, mais il représente une ingérence majeure dans les plans de l’âme, et comporte donc des conséquences karmiques en raison du retard apporté à l’évolution de l’âme.



Q. Si, comme le suggère l'enseignement ésotérique, il n'existe aucune entité ni aucun Logos au delà duquel il ne soit plus nécessaire d'évoluer, cela n'implique-t-il pas que tous les êtres sur la chaîne sans fin des êtres - et par conséquent tous les règnes - revêtent une importance égale, et qu'en conséquence, franchir l'étape qui s'étend devant nous ne représente rien de plus qu'être « ici et maintenant » ?

R. En effet, dans le plan de l'évolution, tous les règnes revêtent une importance identique, et leurs différents niveaux de manifestation sont des reflets, plus ou moins complexes, du Créateur. Cependant, la personne qui a posé la question oublie de mentionner ce facteur qu'est la conscience. C'est en effet grâce à des expansions de conscience éveillée que procède l'évolution. La différence de conscience éveillée est révélatrice de la différence de radiation, et donc d'habilité à servir le plan de l'évolution, existant entre une pierre, une rose, un être humain, un Maître, un Logos solaire, et ainsi de suite à l'infini.



Q. A l’âge d’environ sept ans, je vivais à la campagne et lorsque, la nuit, je fixais du regard certaines étoiles, je ressentais comme un effluve de douceur, d’amour et de beauté, semblant provenir de l’étoile que je regardais. Depuis que je suis devenu adulte, cette expérience ne s’est pas reproduite. Sauriez-vous si les enfants sont réceptifs à certaines influences provenant des étoiles et, dans l’affirmative, de quelle nature sont ces influences ?

R. « Soyez comme de petits enfants » ! Oui, en effet, les étoiles irradient bien des énergies extrêmement bénéfiques – d’amour, de synthèse et de beauté – et beaucoup d’enfants, ainsi bien entendu que quelques adultes, sont sensibles à cette « poussière d’étoile ».

La plupart des gens, qui vivent dans des villes, ne peuvent même pas voir les étoiles, en raison de l’éclairage urbain. Ceux qui ont la chance de vivre dans des régions où ils peuvent faire l’expérience des énergies en provenance des étoiles devraient tirer profit de ces hautes radiations — et accélérer leur propre progression vers ces mêmes étoiles. Levez les yeux et acceptez, comme un cadeau des dieux, la radiation provenant des Saintes Pléiades.



Q. (1) Lorsque l'humanité saura faire preuve d'amour, de justice et de partage, quel effet en résultera-t-il sur le temps ? (2) Le climat est-il affecté par les attitudes que nous adoptons dans la vie ?

R. Ce n'est pas tant le climat (c'est à dire le fait qu'une contrée soit relativement chaude ou froide) mais le temps qu'il fait qui est affecté par nos attitudes. Lorsque règne la dysharmonie, accompagnée d'une grande confusion, de la guerre, d'une extrême inégalité entre les conditions de vie, lorsque des millions d'individus meurent de faim sans raison, et lorsque plus encore vivent dans l'angoisse permanente et le besoin, nous mettons en place des forces destructrices qui, inévitablement, affectent les vies élémentales dont l'activité consiste à engendrer le temps qu'il fait sur la planète. Ces élémentaux réagissent alors de manière dysharmonieuse, et il en résulte des séismes, des ouragans, des inondations, etc. Lorsque nous atteindrons un certain équilibre, les élémentaux et le temps deviendront alors plus facilement prévisibles et plus « normaux ».



Q. Un article sur Saï Baba, paru dans le Sunday Correspondent du 10 décembre 1989, semblait attirer l'attention sur les « tours de passe-passe », tels que la matérialisation de vibuthi, de bagues, ou de babioles offertes au public. Le portrait journalistique qui s'en dégageait semblait être celui d'un « cirque Saï Baba ». Quel est le but réel de ces cadeaux ? N'y a-t-il pas le risque que la croyance des individus ne devienne dépendante de ces « tours » invraisemblables ? Pourquoi cette « preuve » est-elle nécessaire ?

R. Je crois qu'il convient tout d'abord de comprendre que Saï Baba n'accomplit pas ces « tours », tels que les matérialisations, dans le but de fournir une « preuve » de quoi que ce soit. Il ne cherche pas à prouver mais à susciter l'intérêt. Il a déclaré qu'il créait ces babioles et les distribuait aux gens (ceux-ci les réclament et les vénèrent) afin que ces personnes désirent ce qu'il souhaite leur donner, à savoir un sens de Dieu, de leur propre divinité, et non de la sienne. Il ne cherche pas à en appeler à la croyance des individus, mais à leur faire prendre conscience de leur divinité. Aussi n'existe-t-il aucun risque de dépendance vis-à-vis de ces matérialisations. Que ceci puisse souffrir exception n'est pas le fait de Saï Baba, mais des personnes concernées.



Q. Si les disciples de Babaji sont tous des initiés de degré quatre à sept, comme vous l'indiquez, la plupart d'entre eux sont vraisemblablement des Maîtres et, n'étant pas disciples de Maitreya, ne doivent pas faire partie des 64 Maîtres qui, selon vous, résident actuellement sur Terre. Cela ne suggère-t-il pas qu'il pourrait en fait y avoir un nombre indéterminé de « Maîtres » sur cette planète, appartenant à des hiérarchies différentes ?

R. Il existe 63 (et non 64) Maîtres (les trois Grands Seigneurs que sont le Manou, le Christ et le Mahachohan inclus) travaillant en relation avec l'évolution humaine. Il existe en effet de nombreux autres Maîtres, qui travaillent avec les évolutions sub-humaines ou déviques. Le groupe de Maîtres qui entourent Babaji (qui sont aussi des disciples de Maitreya) est constitué de Maîtres appartenant à tous les départements de la Hiérarchie. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un groupe plutôt restreint.



Q. Lorsque Gurjieff parle d'un homme « quatre » ou « cinq », s'agit-il d'un adepte et d'un Maître, comme vous les décrivez, ou d'un autre état, comme celui d'une personnalité intégrée et de ce que vous appelez un disciple ?

R. A ce que je comprends, un homme « quatre » est quelqu'un qui travaille toujours exclusivement avec le quaternaire inférieur, c'est-à-dire la personnalité et ses véhicules, mental, émotionnel et physique. L'homme « cinq » est celui qui a étendu sa conscience pour y intégrer un certain degré de conscience de l'âme. C'est un disciple.



Q. (1) Lorsque, par exemple sur la place Tienanmen en Chine, des personnes sacrifient leur vie pour la liberté, s'agit-il d'une décision consciente de leur âme ? (2) Quelle en est la conséquence sur leur niveau d'évolution ? Augmente-t-il, ou reste-il identique à celui atteint au moment de la mort ?

R. (1) Oui. (2) Il reste le même, mais il peut en résulter un bénéfice karmique (c'est-à-dire l'extinction d'un ancien karma) qui facilitera la progression future.



Q. Si Maitreya nous libère de dettes karmiques qui, sans cela, seraient assez lourdes à payer, est-il possible qu'à un certain moment, dans un futur lointain, des membres de l'humanité actuelle aient à faire face à des désastres et à des difficultés qu'il aurait temporairement écartés de notre chemin ?

R. Je n'ai pas conscience, dans tout ce que j'ai pu dire ou écrire, d'avoir indiqué que Maitreya « nous libère de dettes karmiques qui, sans cela, seraient assez lourdes à payer ». J'ai indiqué qu'agissant comme agent de l'intervention divine, il réduit les effets des catastrophes naturelles telles que les séismes qui, sans cela, causeraient beaucoup plus de dommages. Dans tous les cas, la réponse à la question est négative.



Q. Vous prétendez que Maitreya n'enfreint jamais le libre arbitre de l'humanité. Cependant, si le Jour de la Déclaration, il communique télépathiquement avec l'humanité toute entière, cette communication constituera une atteinte au libre arbitre de l'homme. Cela paraît donc contradictoire.

R. Sans vouloir vous contredire, il n'y a pas là contradiction. Le Jour de la Déclaration, Maitreya ne communiquera télépathiquement qu'en réponse à notre invitation à le faire, par l'intermédiaire de nos représentants, c'est-à-dire les médias. C'est l'absence de cette invitation qui, depuis mai 1982, a constamment reporté le Jour de la Déclaration. C'est également pour cette raison que le Jour de la Déclaration sera précédé d'une conférence de presse à Londres, à laquelle assisteront toutes les nations, représentées par leurs médias ou par des personnes qui ont déjà fait l'expérience de Maitreya.



Q. [1] Dans une réponse publiée en octobre 1988, vous indiquiez que la prière pour le nouvel âge, transmise par Maitreya, constitue une affirmation : « En affirmant que je suis le créateur de l’univers je peux devenir finalement conscient que je suis Dieu, la véritable réalité. » Vous avez par ailleurs nié le fait que Saï Baba soit le créateur de l’univers. Cela me paraît constituer une contradiction flagrante, puisque vous reconnaissez que Saï Baba a réalisé la divinité et expérimente le fait d’être Dieu. Si cela est bien le cas, il n’est pas tellement étrange de sa part d’affirmer être le créateur de l’univers. Si vous niez cette affirmation, personne ne peut plus prétendre être le créateur de l’univers, quand bien même cette personne prendrait conscience qu’elle est Dieu, la véritable réalité. Il me semble donc que l’idée sous-tendant cette prière mondiale n’est pas logique. [2] Ne vaut-il pas mieux que nous utilisions cette prière mondiale en étant motivés par l’idée que Saï Baba a créé l’univers avec un seul mot du OM ? Ainsi finirons-nous par pénétrer dans la conscience divine, et expérimenterons-nous que chacun d’entre nous est le créateur de l’univers et pourrons-nous l’affirmer.

R. [1] Le but visé par l’emploi de la prière pour le nouvel âge est de déplacer vers le Soi l’identification portée sur les véhicules (mental, astral et physique), afin de faire l’expérience de soi-même en tant que Soi, c’est-à-dire en tant que Dieu. Le but ne consiste pas à pouvoir prétendre être le « créateur de l’univers ». Naturellement, étant un Etre qui a réalisé Dieu, Saï Baba peut sans aucun doute faire l’expérience de lui-même comme « créateur de l’univers », mais je suis certain qu’il ne revendique pas cela pour lui personnellement. Lorsque j’ai affirmé que Saï Baba n’était pas le créateur de l’univers (si ce n’est dans le sens où, en tant que Soi, nous le sommes tous), c’était en réponse à une question concernant son statut. Les gens sont obsédés par le statut, et cherchent à savoir si leur gourou est plus avancé qu’un autre. Dans l’affirmative, ils en déduisent qu’ils sont eux-mêmes plus évolués. Ma réponse avait pour objet d’ôter leurs illusions aux dévots, de dissiper leurs mirages, non de dévaloriser Saï Baba. Il n’attend ni mon soutien, ni mes critiques. [2] A mon avis, il est préférable d’employer cette prière sans motif aucun. Pourquoi y impliquer Saï Baba ou qui que ce soit d’autre ? En tant que personnalité, il n’a pas créé l’univers avec un (ou plusieurs) mot du OM. C’est le Créateur qui a créé l’univers. Le fait qu’en tant que Soi, Saï Baba, vous, moi et quiconque sommes identiques avec le créateur, n’est pas remis en question.



Q. Je crois comprendre que M. Creme ne révèle pas le nom de son Maître afin d'éviter que des individus n'attirent son attention (et donc son énergie) pour satisfaire leur égoïsme, ce qui conduirait à une mauvaise utilisation de son temps et de son énergie. S'il en va ainsi, cette remarque ne peut-elle également s'appliquer à Maitreya ? A l'heure actuelle, beaucoup s'attachent au nom de Maitreya et attendent son Jour de la Déclaration. Ils attirent son énergie pour leur propre ego. Cela ne conduit-il pas à une mauvaise utilisation du temps et de l'énergie de Maitreya ?

R. Les deux situations sont complètement différentes. Maitreya incarne ce que nous appelons le principe ou la conscience christique. Cette énergie est librement accessible à tous, au degré ou à la puissance que chacun peut absorber et utiliser. Lorsque nous manifestons cette énergie dans une activité de service, nous attirons automatiquement une plus grande quantité de cette énergie provenant de Maitreya.
C'est de cette manière, par notre action, qu'il peut transformer le monde. Aucune approche purement émotionnelle, ou dévotionnelle, de Maitreya ne peut affecter sa fonction de Christ. Je ne suis pas certain de ce que vous entendez par « Ils attirent son énergie pour leur propre ego ».



Q. Comment puis-je faire connaître autour de moi cette histoire extraordinaire concernant la présence de Maitreya ? Comment et par où commencer ?

R. Il existe, bien entendu, de nombreuses manières de relater cette histoire, selon votre connaissance et votre niveau de compréhension du sujet. La meilleure, me semble-t-il, consiste à la présenter comme quelque chose dont vous avez entendu parler, trouvé digne d'intérêt, et qui pourrait être véridique. La moins bonne consiste à l'asséner avec fanatisme à vos interlocuteurs. La plupart des êtres humains ont faim de lumière et de connaissance. Faites observer les changements, les événements extraordinaires se produisant actuellement dans le monde, et demandez s'ils auraient pu être le fait d'une simple coïncidence ? Expliquez, simplement, ce qu'est la Hiérarchie, Maitreya étant à sa tête, et mentionnez son retour accompagné des Maîtres. Présentez-le, non en termes religieux, mais comme un instructeur venu indiquer à l'humanité la route à suivre. Vous pourriez être surpris par la réaction de votre interlocuteur.



Q. Maitreya s'est-il engagé dans cette incarnation grâce au processus de la naissance que nous utilisons ?

R. Non. Le corps dans lequel Il apparaît actuellement (et dont il peut changer l'apparence à volonté) a été auto-engendré. Au cours des cinq ou six années qui ont précédé juillet 1977, Il a progressivement amalgamé de la substance mentale, astrale et physique, afin de créer un mayavirupa qui lui permet de vivre sur notre plan tout en disposant de sa pleine conscience de Christ. Il demeurera dans ce corps pendant les 2500 prochaines années.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.