DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2004

Extraits de la revue
Partage international

May 2004 - N° 189



Questions / Réponses


Q. Votre Maître pourrait-il nous dire combien de millions de personnes ont manifesté dans le monde, le 20 mars 2004 – premier anniversaire de l'offensive américano-britannique en Irak ?

R. Quinze millions.



Q. [1] Maitreya et/ou l'un des Maîtres se sont-ils joints aux manifestations ? [2] Avez-vous reçu des lettres ou des comptes rendus de personnes les ayant vus ou leur ayant parlé ?

R. [1] Oui. Maitreya a manifesté à Londres, Amsterdam, Paris, Berlin, Dusseldorf, Rome, Madrid et New York. [2] Pas encore.



Q. Le 11 mars 2004, à Madrid, en Espagne, il y a eu plusieurs attentats terroristes sur des trains de banlieue qui ont fait au moins 200 morts et plus de 1 200 blessés. C'est le plus grave attentat terroriste survenu dans un pays européen en temps de paix. Cet attentat a-t-il été perpétré par le groupe séparatiste basque ETA, ou par un groupe islamiste en raison de l'implication espagnole dans la guerre contre l'Irak ?

R. D'après mes informations il s'agirait d'un groupe appartenant à une frange de l'ETA. C'est la raison pour laquelle le groupe principal de l'ETA a dénié toute responsabilité.



Q. Si l'ETA est responsable de l'attentat de Madrid, [1] ses membres ont-ils planifié cet attentat tout seuls ? [2] L'ont-ils commis eux-mêmes ou ont-ils été aidés par d'autres groupes (Al-Qaïda, groupes islamistes radicaux, mercenaires payés, ou autres) ? [3] Pourquoi l'attentat n'a-t-il pas été revendiqué par le groupe principal du mouvement séparatiste basque ?

R. [1] Oui. [2] Eux-mêmes, mais il s'agissait de membres appartenant à une frange extrémiste. L'ETA n'a aucun lien avec Al-Qaïda. [3] Le groupe principal n'avait pas organisé cet attentat et le peuple espagnol s'est montré extrêmement choqué lorsque le gouvernement espagnol en a tout d'abord attribué la responsabilité à l'ETA. Ils n'avaient jamais commis d'attentat à une aussi grande échelle auparavant.



Q. Les revendications d'Al-Qaïda dans la responsabilité de l'attentat sont-elles authentiques, au sens où cette organisation terroriste serait également impliquée, ou l'utilise-t-elle comme une opportunité de semer la terreur un peu partout ?

R. Il s'agit d'une revendication purement opportuniste.



Q. Des démentis ont été donnés par un porte-parole de la branche politique de l'ETA et par l'ETA elle-même en ce qui concerne une éventuelle implication dans l'attentat de Madrid. Etant donné que l'ETA est actuellement affaiblie à la suite de la mise en détention de son précédent dirigeant, est-il possible que l'attentat ait été perpétré par une branche radicale de l'ETA sans que l'autre partie de l'organisation ait été au courant ?

R. C'est précisément le cas. Une frange radicale, faisant preuve d'impatience à l'encontre de la direction générale de l'ETA, a décidé d'aller plus loin que l'ETA ne l'avait jamais fait auparavant en perpétrant un attentat à grande échelle, particulièrement destructeur et spectaculaire. Le gouvernement espagnol avait donc raison de déclarer que l'attentat portait « l'empreinte » de l'ETA. Les Espagnols cependant étaient très en colère à l'idée que le gouvernement puisse essayer de masquer une attaque d'Al-Qaïda (en raison de l'implication du gouvernement espagnol en Irak) en suggérant que l'ETA était responsable. Immédiatement, le gouvernement Bush demanda au gouvernement espagnol de laisser tomber toute référence à l'ETA et d'annoncer que les coupables étaient des terroristes musulmans, appartenant sans doute à Al-Qaïda. Ce qui a été fait. Un certain nombre de musulmans, dont certains originaires du Maroc, ont été arrêtés. Ils ne sont pas coupables de cette action tragique. La CIA, comme d'habitude, s'est arrangée pour fournir des « preuves » – un sac avec un Coran à l'intérieur ! Attribuer tout attentat terroriste à Al-Qaïda, qu'elle en soit ou non responsable, est bien sûr un bon moyen d'agir en faveur de la réélection du président Bush.



Q. Est-il cynique de soupçonner une ingérence des Etats-Unis ?

R. Les Etats-Unis sont effectivement intervenus pour faire porter la culpabilité de l'attentat à Al-Qaïda.



Q. Si le gouvernement américain est impliqué dans la « modification des faits » [1] comment a-t-il procédé ? Dans quel but ? [2] les soi-disant « preuves » étaient-elles authentiques ?

R. [1] En faisant pression sur le gouvernement espagnol. [2] Elles n'étaient pas authentiques, mais on leur a fait beaucoup de publicité tandis que tout autre possibilité, notamment celle d'une responsabilité de l'ETA, fut rapidement abandonnée.



Q. [1] Je ne suis certainement pas le seul à penser que si le gouvernement américain pensait pouvoir continuer à berner le public, il exhiberait le soi-disant Saddam Hussein dans le but de gagner des voix pour les futures élections. En fait, nous n'entendons plus parler du pauvre double de Saddam Hussein. [2] Est-il toujours en vie ? [3] Où est-il détenu ?

R. [1] Oui, sans doute. Les dirigeants américains réalisent qu'une exposition publique conduirait à une grande suspicion quant à l'identité de leur captif. Ils considèrent probablement qu'il a servi leur but immédiat [2] Oui. [3] Aux Etats-Unis.



Q. Parmi les prisonniers détenus à Guantanamo, quel est le pourcentage de ceux qui ont été impliqués dans des activités terroristes ?

R. Environ un quart – 25 %.



Q. Je suis abonné à Share International depuis plus de dix ans. J'ai fait des dons, assisté à des méditations, lu certains des ouvrages, consulté régulièrement le site internet et vu Benjamin Creme en personne à Los Angeles et à Londres. En fait, j'ai même programmé un séjour à Londres avec ma famille dans le but d'assister à une conférence. Je suis suffisamment sensible pour ressentir le pouvoir spirituel qui entoure Benjamin Creme ; ceci a préservé mon écoute. Cependant, alors que je trouve l'aspect spirituel enrichissant, l'aspect politique me semble souvent mal inspiré. Je lis en particulier, chaque mois, avec la plus grande attention, les « Questions-réponses » de votre revue et je suis de plus en plus consterné par l'orientation politique de Benjamin Creme et de Share International. Cela m'a empêché de participer de manière plus approfondie à votre mouvement. Etant donné que l'on trouve sous cette rubrique de nombreuses assertions outrageantes et irresponsables qui ne s'appuient sur aucune autre source, j'ai commencé à douter du reste du programme. Je ne vous demande pas de cacher votre orientation. Il est bon que vous l'exposiez aussi ouvertement. Cependant, cela limite votre crédibilité pour moi et peut-être pour d'autres. Avec mes meilleures pensées.

R. Je suis certain que l'auteur de cette lettre n'est pas le seul à être insatisfait du contenu politique et économique de Share International. Je peux comprendre sa consternation devant ce qu'il considère comme un empiètement de plus en plus grand de l'aspect purement « politique » sur l'aspect « spirituel ». Etant donné que nous nous montrons très critiques à l'encontre du gouvernement américain actuel et de sa contribution massive au chaos, à la peur et au stress qui règnent dans le monde, et que notre correspondant est américain et porte un regard différent sur les actions américaines, ce doit être pour lui douloureux, vexant et embarrassant. C'est la même chose pour de nombreuses personnes, ici en Grande-Bretagne, lorsque nous voyons notre gouvernement mentir et dissimuler dans son soutien à l'action américaine. Il ne faudrait pas oublier que notre approche n'est jamais celle d'une politique partisane et que les questions émanent de lecteurs qui sans aucun doute cherchent des réponses honnêtes qu'ils ne trouvent pas ailleurs. Il est certain que tous ne considèrent pas nos réponses comme des « assertions outrageantes et irresponsables » mais comme des déclarations qui ont réellement le soutien de la Hiérarchie. L'intention déclarée de Share International est de réunir les deux directions majeures de la pensée du nouvel âge – l'aspect politique et l'aspect spirituel – afin de montrer la synthèse sous-jacente aux changements politiques, sociaux, économiques et spirituels qui se produisent actuellement à l'échelle mondiale. Pour Share International, tout ce qui rend la vie meilleure pour l'humanité est spirituel, que ce soit sur le plan physique, mental ou à proprement parler « spirituel ». Pourquoi Maitreya manifeste-t-il avec les millions de protestataires qui appellent à l'action politique afin de mettre un terme à la guerre et à l'injustice ? La crise spirituelle si douloureuse que nous traversons tous est aujourd'hui focalisée dans les domaines politiques et économiques. Ce n'est que dans ces domaines qu'elle peut être résolue, ce qui ouvrirait la voie à l'instauration de justes relations humaines.



Q. Que pensez-vous, vous et votre Maître, de l'assassinat de Cheik Yassin, dirigeant spirituel du Hamas ? Quelles en seront les conséquences ?

R. C'est du terrorisme sous son aspect le plus criant, le plus irresponsable et le plus impitoyable, et cela montre le mépris et l'opposition d'Ariel Sharon envers le processus de paix. Cela ne fera qu'enflammer le Moyen Orient et prolonger la lutte en faveur de la justice pour le peuple palestinien.



Q. Ariel Sharon déclare qu'il veut supprimer certaines des colonies israéliennes. S'agit-il simplement d'une ruse ? Qu'est-ce qui se cache derrière ce genre de déclaration ?

R. J'ai bien peur que les déclarations d'Ariel Sharon soient dénuées de toute valeur vu son action à l'encontre des droits du peuple palestinien. Il n'a aucune intention de céder du territoire.



Q. [1] Quel est l'avis de la Hiérarchie au sujet de la proposition de paix de Genève ? [2] Les Palestiniens devraient-ils l'accepter ?

R. [1] Elle est injuste et ne respecte pas les droits des Palestiniens. [2] Evidemment non. Seul un accord juste et équitable est susceptible de durer.



Q. [1] Ben Laden a-t-il été capturé ? [2] Pourquoi le gouvernement américain désire-t-il tant le capturer maintenant ?

R. [1] Non. [2] Le gouvernement américain et le public sont convaincus qu'il est responsable des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Sa capture serait un énorme succès pour le gouvernement Bush avant les élections.



Q. Après l'attentat du 11 septembre, vous avez déclaré dans Partage international, en réponse à une question posée, que le gouvernement Bush avait ignoré les avertissements concernant la possibilité d'un attentat terroriste. Peut-être s'agit-il de paranoïa de ma part, mais est-il possible qu'il n'ait pas pris sérieusement en compte ces avertissements car si un attentat se produisait, cela lui donnerait une raison d'attaquer l'Irak ?

R. Je ne pense pas qu'il ait fait ce postulat à ce moment-là, mais dès que l'attentat a eu lieu il s'est empressé de lier l'Irak et Saddam Hussein à cet événement.



Q. L'Histoire montre que les empires présument de leurs forces et sont souvent occupés sur trop de fronts à la fois à combattre des ennemis réels, imaginaires ou purement inventés. [1] L'empire américain est-il entré dans la phase finale de son existence ? [2] Qu'est-ce qui peut ramener les Américains à la raison ?

R. [1] Oui. [2] Un grave effondrement économique.



Q. Il est chaque jour plus évident que les Etats-Unis, à travers des agences comme la CIA, imposent leur volonté et manipulent à leur profit ce qui relève de la souveraineté d'autres pays (les élections par exemple). Ceci a-t-il toujours existé même si ce n'est que maintenant que nous voyons la corruption venir à la surface, comme Maitreya l'a prédit ? Ou la corruption politique a-t-elle atteint une profondeur nouvelle avec le gouvernement américain actuel ?

R. Les Etats-Unis sont un pays jeune dominé en tant que personnalité par les aspects inférieurs du sixième rayon d'idéalisme ou de dévotion. Ils souffrent par conséquent de tous les vices de ce rayon : la dévotion à ses propres intérêts, la suspicion aux motivations des autres, la combativité et l'affirmation de soi, l'aveuglement quant à ses propres motivations, etc. Les tactiques tyranniques de ce pays sont endémiques et durent depuis longtemps. Ses habitants et ses gouvernements successifs croient répandre la liberté et la justice dans le monde, alors qu'en fait ils servent leurs propres intérêts. L'aveuglement est l'une des principales caractéristiques du sixième rayon. La corruption politique a donc toujours existé, mais avec le gouvernement actuel, mené par des extrémistes fondamentalistes, elle prend des proportions plus importantes que jamais. Le monde, comme l'a écrit Djwhal Khul, par l'intermédiaire d'Alice Bailey, attend que l'âme de deuxième rayon des Etats-Unis se manifeste, comme elle l'a fait à travers le Plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale.



Q. Au Salvador, le candidat de droite soutenu par les Etats-Unis, Tony Saca, a facilement remporté les récentes élections nationales, battant ainsi l'ancien leader de la guérilla, Schafik Handal. Le gouvernement Bush a été accusé par certaines personnes de se mêler des élections en soutenant publiquement Tony Saca. La CIA est-elle réellement intervenue dans le processus électoral ? Si oui, de quelle manière ?

R. Oui. En orchestrant une intimidation des supporters de l'opposition, et en payant des votes. Des menaces d'effets négatifs sur les relations et le commerce entre le Salvador et les Etats-Unis si la gauche remportait les élections furent proférées publiquement par des responsables américains avant les élections. Le mois dernier, le sous-secrétaire d'Etat, Roger Noriega, a demandé aux votants de « considérer quel genre de relations ils souhaitaient qu'un nouveau gouvernement ait avec les Etats-Unis ». Ceci a incité vingt-huit membres du Congrès à adresser une lettre au secrétaire d'Etat Colin Powell pour l'avertir que les remarques de Noriega étaient perçues comme « une ingérence dans les élections salvadoriennes. » L'un des signataires de la lettre, Dennis Kucinich, a déclaré : «  Malheureusement, ce qui se passe au Salvador est représentatif de la politique latino-américaine qui ne cherche pas à promouvoir des démocraties saines, mais vise à tout faire pour que les pays d'Amérique latine se plient aux intérêts commerciaux des Etats-Unis. »



Q. Le président et le vice-président de Taïwan ont apparemment été victimes de coups de feu, au cours d'une parade préélectorale. Le président n'a pas réagi tout d'abord. Mais, peu de temps après, les écrans de télévision du monde entier ont diffusé les images de l'abdomen des deux hommes – montrant ce qui était supposé être des blessures par balle. [1] Cette tentative de meurtre est-elle authentique et a-t-elle été perpétrée par des rivaux ? [2] Ne peut-il s'agir d'une mise en scène visant à gagner quelques votes de sympathie ? [3] La Chine a-t-elle une certaine mainmise sur la situation actuelle à Taïwan ?

R. [1] Oui. [2] Non. Mais, naturellement, cette tentative d'assassinat a été utilisée au maximum. [3] La Chine n'accepte pas l'autonomie de Taïwan et, par conséquent, elle y a ses propres agents.



Q. Un engin explosif a été trouvé sur les rails de la ligne Séville-Madrid, le 2 avril 2004. A-t-il été placé par un groupe de l'ETA ou par des fondamentalistes islamistes, ou par d'autres ?

R. Par un groupe islamiste.



Q. On a dit qu'à Luganés (Madrid) quatre terroristes islamistes s'étaient fait sauter à la suite d'une descente de police dans un immeuble. Se sont-ils suicidés, s'agit-il d'un accident, ou ont-ils été tués ?

R. Il s'agit d'un accident.



Q. Un fax en arabe émanant d'Europe Ansar Al-Qaïda et adressé à ABC News a averti que l'Espagne connaîtrait l'enfer si ses troupes n'étaient pas retirées de l'Irak et de l'Afghanistan avant le dimanche 4 avril. Le fax brandit la menace d'attentats encore plus meurtriers. [Source : El Mundo] [1] S'agit-il d'une plaisanterie stupide ? [2] Sinon, qui a envoyé ce fax ?

R. [1] Ce n'est pas une plaisanterie. [2] Un groupe islamiste.



Q. La police française vient de découvrir une vaste cache de munitions et d'explosifs au Pays basque français, près de la frontière espagnole. [1] Ce matériel de fabrication de bombes est supposé appartenir à l'ETA. [2] Ceci a-t-il un lien avec l'attentat de Madrid ?

R. [1] Oui, il appartient effectivement à l'ETA. [2] Oui.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.