DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2003

Extraits de la revue
Partage international

June 2003 - N° 178



Questions / Réponses


Q. Pourquoi les Américains détestent-ils les Nations unies, en apparence tout au moins ?

R. De très nombreuses personnes aux Etats-Unis ne détestent pas les Nations unies. Au contraire, elles fondent sur elles leur espoir de voir régner la paix et le bon sens. Cependant nombreux sont ceux qui, principalement dans les rangs conservateurs, ne font pas confiance à l'Onu et craignent son pouvoir et sa capacité d'agir quelquefois contre ce qu'ils considèrent comme les intérêts américains. De nombreux groupes fondamentalistes chrétiens craignent l'Onu en tant que gouvernement mondial potentiel sur lequel les Etats-Unis n'auraient aucun contrôle. L'Amérique est un pays jeune, puissant et plein de suffisance qui, pour l'instant, n'a guère le sens de l'interdépendance des peuples et des nations. Les choses finiront par changer, mais ce n'est qu'au prix de beaucoup de souffrance – « l'expérience du désert » – que les Etats-Unis acquerront le sens des réalités.



Q. Dans quelle mesure les forces menées par les Etats-Unis et l'administration américaine étaient-elles au courant de la mort de Saddam Hussein ? Elles ont certainement appris, ou tout au moins été en mesure de supposer, qu'il n'avait pas survécu aux premiers bombardements sur Bagdad ? Si elles étaient au courant de cette mort au début de leur attaque sur l'Irak, pourquoi ont-elles poursuivi leur invasion ?

R. Il n'existe guère de preuve montrant que l'administration américaine sait de façon certaine que Saddam Hussein est mort. Elle vient seulement (25 avril) d'en suggérer l'éventualité. J'ai moi-même parlé de la mort de Saddam Hussein dans le numéro de mai 2003 de Partage international et dans un communiqué de presse adressé aux médias et aux instances gouvernementales le 8 avril. Il est possible que ceci ait été à l'origine de la récente suggestion d'une telle éventualité par l'administration américaine. Il est d'une importance capitale pour les Etats-Unis que Saddam Hussein soit mort ou capturé, étant donné que, par ailleurs, ils n'ont toujours pas la moindre idée de l'endroit où se trouve Oussama ben Laden.



Q. Le président Bush et le premier ministre Tony Blair prétendent que le monde est un endroit plus sûr depuis leur invasion unilatérale de l'Irak. Est-ce exact ?

R. Je ne le crois pas. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, par cette invasion irresponsable, ont attisé de nombreux dangers pour eux-mêmes et pour les autres. Le monde est soudain devenu plus instable qu'il ne l'avait été depuis de nombreuses années. Mais, avec la présence de Maitreya, la sécurité à long terme et l'équilibre seront assurés.



Q. Est-ce de la paranoïa ou une réaction exagérée de craindre que les Etats-Unis n'interviennent dans d'autres pays, [1] au Moyen Orient et [2] ailleurs, par exemple en Corée du Nord ?

R. [1] Non. [2] Non. Ils ont ouvertement menacé la Syrie, l'Iran, la Corée du Nord. Cela ne signifie pas nécessairement que les Etats-Unis vont envahir ces pays maintenant ou dans un avenir proche. Je ne doute pas cependant que leurs plans soient prêts face à toute éventualité.



Q. Ariel Sharon pousse-t-il les Etats-Unis à faire preuve de rigueur à l'encontre de la Syrie ? Pour quelle raison ? Des menaces ou des pressions à l'encontre de ce pays seraient-elles justifiées ?

R. Des menaces et des pressions à l'encontre de la Syrie ne seraient certainement pas justifiées. Mais cela ne change rien si les Etats-Unis croient que la Syrie donne refuge à des personnalités irakiennes importantes, en particulier à Saddam Hussein qu'ils soupçonnent d'y avoir des alliés. Il y a également le soutien de la Syrie au Hezbollah qui est farouchement anti-israélien. Cela conviendrait très bien à Ariel Sharon si les Etats-Unis s'attaquaient à la Syrie, ce qui soulagerait la frontière nord d'Israël et réglerait en même temps le problème du Hezbollah.



Q. Il est certainement temps pour le monde d'aller de l'avant et, sans oublier les horreurs de la Seconde Guerre mondiale mais au contraire en les reconnaissant pleinement, de nous libérer de l'emprise que la culpabilité maintient sur la communauté mondiale. Est-il incorrect de dire que le monde est vulnérable au chantage émotionnel et a, par conséquent, tendance à rester aveugle devant l'injustice des exigences israéliennes ? Est-ce la raison pour laquelle il existe deux poids deux mesures en ce qui concerne Israël d'une part et le monde arabe d'autre part ? Cette attitude injuste est pour le monde arabe une source de colère et de frustration et n'est-ce pas le fondement du terrorisme ?

R. Oui, je pense que ceci est vrai dans une large mesure.



Q. Si des armes de destruction massive en état de fonctionnement étaient découvertes en Irak ou en Syrie, serait-il raisonnable de supposer qu'elles ont été mises là pour prouver que l'invasion était justifiée ?

R. Non, je ne le pense pas. A moins que ces armes ne soient vérifiées par des scientifiques impartiaux (par exemple envoyés par les Nations unies) les Américains savent qu'on les soupçonnerait de les avoir introduites eux-mêmes et il est vraisemblable qu'ils feront dûment constater chaque découverte éventuelle. On peut s'attendre bien sûr à ce qu'ils fassent état de la moindre boîte d'allumettes trouvée !



Q. Le 29 avril 2003, à 5 heures, un tremblement de terre de magnitude 4,9 sur l'échelle de Richter a été enregistré au sud-est des Etats-Unis, le long de la frontière entre la Géorgie et l'Alabama. La secousse a été ressentie à Atlanta, en Géorgie, et jusqu'en Caroline du Nord. Il s'agit d'un événement inhabituel pour cette région qui ne fait pas partie d'une zone sismique. S'agit-il d'un tremblement de terre naturel ou existe-t-il des raisons karmiques ?

R. Des raisons karmiques – qui ont trait au mauvais usage du pouvoir américain.



Q. J'ai entendu parler pour la première fois de Maitreya au début des années 1980 par une annonce dans la presse intitulée : Il n'y aura pas de troisième guerre mondiale. Je n'ai jamais douté de la présence de Maitreya et de son émergence et je me suis joint aux manifestations en faveur de la paix, mais je me demande maintenant si l'affirmation de ce journal n'était pas un peu trop optimiste.

R. Il est vrai que beaucoup de gens craignent toujours une troisième guerre mondiale, et la récente invasion de l'Irak, décidée de manière unilatérale et préventive, par les Américains et les Britanniques, a considérablement accru la tension mondiale. Les ambitions à long terme des Etats-Unis qui ont été exprimées ouvertement par leurs leaders « faucons » n'aident pas à construire des relations harmonieuses et coopératives. Cependant, en dépit de ces problèmes bien réels, la Hiérarchie ne doute pas d'être en mesure d'inspirer finalement la justice et par conséquent la paix. Maitreya, vous pouvez en être assurés, n'est pas venu dans le monde pour assister à sa destruction. La paix n'est plus aujourd'hui une option, mais une nécessité absolue pour la survie de l'humanité. Les choses étant ainsi, vous pouvez être certains que Maitreya utilisera tous les moyens à sa disposition pour assurer le succès de son plan.



Q. Il y a dans l'ouvrage d'Alice Bailey, les Rayons et les Initiations, deuxième partie, pp. 428-430, un passage extraordinaire qui a été écrit en 1947, mais qui semble s'appliquer à l'époque actuelle. Le Maître DK dit ceci : « La tension dans le monde d'aujourd'hui est telle, en particulier dans la Hiérarchie, qu'elle va engendrer une autre crise mondiale, peut-être la dernière, ou bien une telle accélération de la vie spirituelle de notre planète, que l'apparition des conditions du nouvel âge, longuement attendue, sera étonnamment hâtée [...] L'égoïsme des Etats-Unis est dû aussi à la jeunesse, mais il cédera finalement à l'expérience et à la souffrance; heureusement pour l'âme de ce grand peuple, l'avenir lui réserve beaucoup de souffrances [...] La destinée du disciple mondial, l'humanité, est entre les mains des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la Russie et aussi de la France. L'humanité est passée par des épreuves préparatoires à la première initiation ; elles ont été dures et cruelles, et ne sont pas entièrement terminées. Les Seigneurs du karma (au nombre de quatre) travaillent aujourd'hui par l'intermédiaire de ces quatre grandes puissances ; c'est néanmoins un karma qui cherche à libérer, comme tout karma. Dans la crise qui s'approche, une vraie vision, une liberté nouvelle et un horizon spirituel plus large peuvent être atteints. Cette crise, si elle est correctement gérée, n'atteindra pas forcément la même horreur [...] Les juifs (note de l'éditeur : les sionistes) ont de nouveau partiellement ouvert la porte aux forces du mal qui, à l'origine, ont travaillé par l'intermédiaire d'Hitler et son gang pervers. La porte n'avait pas été complètement « scellée », et c'est le rôle de la sagesse que de le découvrir à temps. Ces forces du mal travaillent dans un triangle du mal dont un sommet se trouve aux Etats-Unis dans le mouvement sioniste, un autre en Europe centrale et le troisième en Palestine (note de l'éditeur : aujourd'hui Israël) [...] Sur les cartes existant dans les archives de la Hiérarchie spirituelle, toute la région du Proche-Orient et de l'Europe – Grèce, Yougoslavie, Turquie, Palestine, Etats arabes, Egypte et Russie – est surmontée d'un lourd nuage. Ce nuage peut-il être dissipé par la pensée juste et les plans élaborés par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la majorité des Nations unies ou va-t-il se déchaîner en un désastre mondial ? » [1] Cette « dernière crise mondiale » est-elle toujours à venir ? [2] Y sommes-nous plongés ou sommes-nous au premier stade. [3] A-t-elle été atténuée par l'évolution et les changements rapides qui se sont produits au cours des cinquante dernières années ?

R. [1] Non. [2] Nous en sommes au premier stade. [3] Elle a été atténuée dans une certaine mesure.



Q. [1] La « crise à venir » était-elle la guerre froide et la menace nucléaire ? [2] Pourrait-il s'agir également de la crise économique actuelle ? [3] La « souffrance à venir » pour les Etats-Unis fait-elle référence à un éventuel remords concernant la guerre en Irak et/ou [4] d'autres expéditions militaires, ou [5] aux effets d'un krach économique ?

R. [1] Oui. [2] Oui. [3] Pas au remords, mais aux conséquences de cette action unilatérale et du non-respect de la loi des Nations unies. [4] Oui. [5] Oui.



Q. Est-il exact de dire que le Conseil de sécurité des Nations unies a été un point focal pour les Seigneurs du karma au cours des cinquante dernières années ? [2] Les Seigneurs du karma sont-ils concernés par la crise des Nations unies au sujet de l'Irak, et la crise du Moyen Orient en général ?

R. [1] Oui. [2] Les Seigneurs du karma sont concernés par toutes nos actions.



Q. [1] « Le triangle du mal » opère-t-il encore de la façon décrite par le Maître DK ? [2] Est-il exact de dire que ce triangle opère plus puissamment et plus ouvertement aujourd'hui qu'au cours des cinquante dernières années ? [3] Le Maître DK veut-il dire que si l'épais nuage qui recouvre le Proche Orient et l'Europe est exploité par le « triangle du mal », il y aura une tragédie mondiale ?

R. [1] Oui. [2] Oui. [3] Oui.



Q. En résolvant le conflit actuel, l'humanité atteindra-t-elle la libération, la vraie vision, la liberté nouvelle et l'horizon spirituel plus large dont parle le Maître DK ?

R. Oui.



Q. « La pensée juste et les plans élaborés par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la majorité des Nations unies » font-ils référence [1] à la reconstruction économique et au développement de conditions démocratiques dans des endroits comme la Bosnie, le Kosovo, l'Afghanistan et l'Irak, [2] au règlement du conflit israélo-palestinien, [3] à une représentation démocratique pour les musulmans du Moyen Orient ?

R. [1] Oui. [2] Oui. C'est le problème le plus important. [3] Oui.



Q. Ceci pourrait-il être une des raisons pour lesquelles Maitreya, qui représente toute l'humanité, a choisi d'apparaître au monde en tant que musulman, comme sur la photographie de Nairobi ?

R. Non. Maitreya n'est ni musulman, ni bouddhiste, ni hindou, ni athée. Il est apparu à Nairobi à un groupe de chrétiens sous une forme qu'ils puissent reconnaître ; ils l'ont immédiatement reconnu comme le Christ. Lorsqu'il apparaît devant des groupes religieux, il le fait sous une apparence qui corresponde à l'idée qu'ils se font de « celui qu'ils attendent ».



Q. Pourquoi Maitreya met-il si longtemps à se manifester publiquement ?

R. Maitreya semble mettre longtemps. De notre point de vue, cela paraît long effectivement, mais du point de vue des Maîtres, il en est tout autrement. Ce que Maitreya a attendu avant tout jusqu'ici, c'est un effondrement réel du système économique mondial, la chute des Bourses dans le monde entier. Celles-ci symbolisent la grande maladie de l'humanité – la spéculation. Les hommes spéculent sans arrêt afin de devenir plus riches – nous sommes focalisés sur l'idée de richesse. Nous sommes descendus dans une profondeur de matérialité qui est désormais dangereuse pour notre survie et celle du monde. Maitreya appelle cela l'asservissement aveugle aux forces de marché. Selon lui, les forces de marché ont leur rôle à jouer, mais les suivre aveuglément ne peut mener qu'à la destruction. Il appelle les forces de marché les « forces du mal », car elles portent en elles la division, la séparation, l'inégalité. Elles profitent à un petit nombre de riches au détriment de la majorité.



Q. Il semblerait que les problèmes des pays pauvres soient causés par les guerres civiles ; Maitreya pourrait-il aider les gens de ces pays à faire la paix en eux-mêmes ?

R. Ce ne sont pas des pays africains, par exemple le Kenya ou l'Ouganda, qui ont attaqué l'Irak, mais la puissance la plus riche et la plus puissante dans le monde, les Etats-Unis, et naturellement la Grande-Bretagne. Les problèmes que connaissent le Kenya, l'Ouganda, ou n'importe lequel des pays pauvres, ne sont pas seulement la faute de leurs dirigeants, même si ceux-ci, naturellement, ont leurs propres problèmes. La faute en incombe aux pays occidentaux qui dominent l'économie mondiale, aux forces de marché qui gouvernent la distribution des ressources. Si les Etats-Unis, l'Europe et le Japon avaient ne serait-ce que la moitié de la compassion que vous attendez du monde en développement, ils distribueraient les ressources mondiales de manière plus équitable. Des millions de personnes ne mourraient pas littéralement de faim chaque jour, privés d'une nourriture qui pourrit dans les entrepôts des pays développés. Ce n'est pas simplement la faute des dirigeants des pays pauvres, car ils sont prisonniers d'un système qui leur est imposé. Ils n'ont pas le choix.



Q. En 1988, j'avais une quarantaine d'années et je n'ai jamais entendu parler des prévisions de Maitreya auxquelles vous faites allusion ; où pouvait-on en entendre parler ?

R. Nous avons publié chacune des prévisions que nous avons reçues dans Partage international, et nous les avons transmises aux médias sous forme de communiqués de presse.



Q. Pouvons-nous communiquer à n'importe qui vos informations concernant Maitreya ?

R. A n'importe qui ! A tous ceux qui voudront bien vous écouter ! Même si vous y croyez seulement un peu, un tout petit peu, dites ce que vous croyez. Si vous êtes pleinement convaincus, faites-le savoir. Dites-le aux autres. Vous créerez ainsi un climat d'espoir et d'attente qui permettra à Maitreya de pénétrer dans nos vies sans enfreindre notre libre arbitre. C'est la chose la plus importante que vous puissiez faire aujourd'hui.



Q. Pourquoi ne parlez-vous pas des autres Maîtres, ceux qui se trouvent en Inde par exemple, qui sont des êtres réalisés et qui vivent dans un corps physique afin d'aider les gens à évoluer ?

R. Parce que vous les connaissez ! Je parle de ce que vous ignorez. Ces Maîtres ne m'ont pas demandé de faire connaître leur présence ; je fais ce qu'il m'a été demandé de faire.



Q. Quelle est la quantité d'eau de Nordenau conseillée par jour ? Une tasse par jour est-elle recommandée ? A Nordenau, en Allemagne, là où jaillit la source énergétisée par Maitreya, on recommande d'en boire un verre par jour.

R. Un demi-verre, ou une tasse, est généralement une quantité suffisante.



Q. J'ai une question à vous poser sur l'utilisation de la carte de la main de Maitreya : [1] Est-il possible d'utiliser cette carte de manière abusive ? Doit-on éviter, par exemple, de l'utiliser pendant plus de vingt minutes par jour ? [2] Y a-t-il lieu de l'utiliser lorsqu'on n'est pas malade ? [3] Lorsque l'on reçoit des énergies de guérison, ou que l'on prend des tablettes de Tlacote, utiliser la carte est-il déconseillé, ou dépourvu de nécessité ? [4] La carte semble plus puissante que les autres méthodes de guérison : est-ce effectivement le cas ? [5] Certaines personnes utilisent la carte de différentes façons, par exemple la tiennent dans la main, s'assoient même dessus (!), ou encore la posent sur leurs genoux, pendant la méditation de transmission ; est-ce une bonne chose ? [6] Je ne ressens aucun changement, ni énergie particulière, lorsque je prends des tablettes de Tlacote – agissent-elles quand même ?

R. [1] Non, mais lorsque l'aide a été invoquée, il n'est pas nécessaire de répéter l'invocation toutes les cinq minutes. [2] Oui, la guérison n'est pas la seule aide qui puisse être invoquée. Mais cette aide est liée à la loi karmique. [3] Pas déconseillé, mais peut-être dépourvu de nécessité. [4] Non. Maitreya peut élargir les restrictions karmiques. [5] Non. La carte n'est pas le réceptacle de l'énergie. Elle attire simplement l'attention de Maitreya sur le fait que son aide est invoquée. [6] Oui.



Q. De plus en plus de jeunes aujourd'hui sont plongés dans la dépression et la drogue. Comment les aider ?

R. C'est un terrible problème. Selon Maitreya ils souffrent de famine spirituelle. Il faut les aider à retrouver un but et un sens à leur vie. Ils se suicident lentement en prenant de la drogue. Ils ne connaissent rien de Maitreya, rien de la transformation de l'humanité qui est inévitable et qui restaurera la vie – la vraie vie – en eux. La manière de les aider actuellement est de leur parler de l'existence de Maitreya, de leur montrer l'espoir qu'elle apporte au monde, la transformation du monde, et également de renforcer leur respect d'eux-mêmes. Ils ont perdu le respect d'eux-mêmes, ils ont perdu l'espoir, et lorsque vous perdez l'espoir et le respect de vous-même vous sombrez. Ils ont besoin de l'aide de personnes qui en savent davantage et qui peuvent les aider d'une manière qui leur soit accessible. Vous devez transmettre l'aide que vous recevez.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018