DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1990

Extraits de la revue
Partage international

February 1990 - N 17 / 18 Vol. 3, n 1/2



Questions / Réponses


Q. Acceptez-vous l'interprétation selon laquelle Lucifer serait l'ange déchu du mal ?

R. >Non, je ne suis pas d’accord avec cette interprétation. Il s’agit là, selon moi, dans l’enseignement chrétien, d’une incompréhension totale de ce qu’est Lucifer. Le terme « Lucifer » signifie littéralement « lumière ». Le mot provient de la racine latine : lux, lucis, la lumière, et fer, ferre, apporter. Il signifie donc « celui qui apporte la lumière ». C’est le nom de la planète Vénus, l’étoile du matin.

Il s’agit de pure lumière et c’est donc loin d’être mauvais. Dans l’enseignement ésotérique, Lucifer est le nom donné à la grande Entité angélique qui, sur le plan de l’âme, incarne le règne humain. En tant qu’âmes, nous sommes, chacun d’entre nous, une partie individualisée de cette sur-âme. Même si cette notion peut nous paraître difficile à saisir, il n’existe en vérité pas d’âme séparée. Cela n’existe pas. L’enseignement chrétien soutient que Lucifer – assimilé à Satan, le chef des anges rebelles – a été expulsé du paradis pour avoir été trop frondeur et s’être querellé avec Dieu. Cette explication est vraiment simpliste et révèle une méconnaissance complète de la réalité. Elle est en outre bien évidemment symbolique. C’est le symbole d’un tournant tout à fait significatif pris dans l’évolution de l’humanité il y a 18,5 millions d’années. A cette époque, le premier homme-animal avait atteint le stade où l’énergie du Mental allait pouvoir être insufflée dans son mental naissant. L’homme-animal n’avait pas encore de corps mental. L’énergie du Mental, provenant de la planète Vénus, fut dirigée sur l’homme-animal. Ce processus stimula le mental de ces êtres presque humains à un point tel que les âmes humaines, qui attendaient sur le plan de l’âme, purent venir en incarnation pour la première fois. Le premier homme-animal était si peu développé que l’énergie du mental, et au moins le noyau d’un corps mental, devaient être présents avant que cette incarnation puisse avoir lieu.

Pour la première fois, les âmes humaines furent individualisées. L’âme étant parfaite, le plan de l’âme est une sorte de paradis. Le mythe d’Adam et Eve symbolise cette descente du paradis vers l’incarnation. L’âme n’étant capable de se manifester que de manière imparfaite au moyen des véhicules inférieurs que sont le mental, l’astral et le physique, l’incarnation est en quelque sorte une descente dans l’imperfection, ou le « mal », ainsi qu’on le dénomme dans la Bible. Il ne s’agit pas d’un mal dans un sens manichéen du terme – le mal contre le bien – mais dans le sens d’une imperfection relative en comparaison avec le niveau de l’âme. Pour les Maîtres, il n’y a que perfection et imperfection. Il n’existe rien qui puisse être appelé péché. Ce que nous appelons péché n’est qu’une imperfection relative. Mais les groupes chrétiens ont tout focalisé sur les notions de péché, de bien et de mal.

La descente de l’âme dans la matière physique conduisit à une expression imparfaite de cette âme. Le voyage de l’évolution se poursuit bien entendu jusqu’à ce que les véhicules physiques soient suffisamment affinés pour permettre la manifestation parfaite de l’âme en incarnation. C’est le processus de retour. L’involution est la descente de l’âme dans la matière (la rébellion au paradis). L’évolution est le voyage de retour.



Q. Que ressent une personne qui est adombrée ? Dans votre cas, M. Creme, quittez-vous votre corps, restez-vous pleinement conscient, gardez-vous le souvenir de l'adombrement ?

R. On ne peut répondre de manière générale à cette question. L'expérience de chacun est (plus ou moins) différente. Nous n'avons aucun témoignage sur ce que fut l'expérience de Jésus, qui était profondément adombré par le Christ. Quant à Krishnamurti, qui appelait cela « le processus », l'expérience lui provoquait une forte douleur et des maux de tête faisant penser à une migraine. Il avait un corps physique de rayon et de sous-rayon 7, hyper sensible, ni très adaptable ni très résistant. Telle fut la raison, me semble-t-il, de son expérience douloureuse.

Je semble avoir la chance, pour ce qui me concerne, de disposer d'un corps physique plutôt résistant, qui s'adapte rapidement et sans trop de problème à l'afflux des hautes vibrations provenant de Maitreya. Toute douleur — et il en apparaît au niveau de certains centres de la tête, ainsi qu'au niveau du cou et des épaules — disparaît rapidement quand l'adombrement cesse. Je ne quitte jamais mon corps, je suis toujours totalement conscient et, bien entendu, je me souviens de tout ce que j'expérimente, vois ou entends durant l'adombrement.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018