DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1989

Extraits de la revue
Partage international

December 1989 - N 16 Vol. 2, n 12



Questions / Réponses


Q. (1) Quelle a été la réaction des médias, en Angleterre et ailleurs, devant l'important rassemblement d'Asiatiques, à Milton Keynes, en août dernier ? (2) Quel regard Maitreya porte-t-il sur ce meeting, ainsi que sur les réactions des medias ?

R. (1) Je ne peux rien dire de ce qui a été publié hors de Grande-Bretagne, mais au moins deux des principaux journaux britanniques ont publié un compte-rendu de cette conférence, photos à l'appui. Comme on pouvait s'y attendre, la presse asiatique de ce pays a consacré une large place à l'événement. (2) Apparemment, Maitreya s'est montré assez satisfait des efforts accomplis dans les domaines éducatif et social à l'occasion de cette conférence et, dans des contextes différents, espère que de telles rencontres se renouvelleront dans le monde entier.



Q. Si je comprends bien, Maitreya attend maintenant pour se faire connaître publiquement qu'un krach boursier se soit produit à l'échelle mondiale. Puis, lorsque cet événement aura eu lieu, il convoquera à une conférence de presse les journalistes qu'il a préparé. (1) Est-ce exact, ou bien attend-il que d'autres événements se produisent, ou même que certaines énergies négatives soient libérées sous forme de catastrophes comme celles que nous venons de connaître récemment à l'occasion d'inondations, de tremblements de terre, etc ? (2) Attendra-t-il pour se faire connaître que les gouvernements aient réorienté leurs priorités ?

R. A ce qu'il m'est donné de comprendre, Maitreya attend uniquement que le krach boursier engendre les conditions propices à son apparition. Après un tel choc, le conseil qu'il prodiguera à l'humanité n'en prendra qu'une signification plus grande, et les gouvernements seront davantage enclins à répondre aux principes du partage et de la coopération. (2) La réorientation des priorités des gouvernements surviendra comme conséquence non seulement de l'effondrement financier des marchés boursiers, mais également en raison de la prise de conscience engendrée par la présence publique de Maitreya et par ses conseils.



Q. Il a été avancé que, si Maitreya n'obtenait pas la coopération des médias, il devrait finalement adombrer l'humanité sans avoir recours aux chaînes de radios et de télévision du monde entier. Un tel risque existe-t-il ?

R. Non, un tel risque n'existe pas, Maitreya ne fera jamais cela. Ce serait enfreindre notre libre arbitre. Maitreya compte entièrement sur la coopération des médias, ne serait-ce qu'en réponse à la demande et à l'intérêt manifestés par le public après la conférence de presse qui doit précéder le Jour de la Déclaration.



Q. L'émergence de Maitreya paraissant maintenant tellement proche, est-il toujours nécessaire d'attirer l'attention des médias et du public par l'intermédiaire de communiqués de presse, de brochures, etc ?

R. Oui, vraiment oui. Tout l'intérêt de ce travail auprès de la presse et du public est de créer un climat d'attente favorable à l'émergence de l'Instructeur mondial. Ce travail permet à Maitreya d'entrer dans nos vies sans enfreindre notre libre arbitre.



Q. Vous avez affirmé dans Partage international que « lorsqu'un [événement] en particulier se sera produit, il se fera connaître publiquement au monde », cet événement étant probablement le krach boursier. Cela signifie-t-il que Maitreya se fera connaître grâce à la conférence de presse, suivie par le Jour de la Déclaration, ou plus simplement qu'il étendra son enseignement à Londres à une plus large audience, mais que nous devrions alors attendre encore la conférence de presse et le Jour de la Déclaration ?

R. A ce qu'il m'est donné de comprendre, il se fera connaître au public grâce à la conférence de presse. Le monde entier connaîtra alors son existence, et il sera ainsi à même de conseiller les gouvernements sur la juste voie à prendre face à la débâcle engendrée par l'effondrement du marché financier.



Q. Vous avez affirmé que nous verrons Maitreya « très bientôt ». Devrons-nous encore attendre des semaines, des mois ou des années ?

R. Il ne s'agit certainement pas « d'années ». Je ne pense pas non plus qu'il s'agisse de « semaines ». Je pense que c'est une question de mois, mais ne restez pas fixés à cette hypothèse ! Je pense que même Maitreya lui-même ne connait pas la date exacte. Il travaille jour après jour. Il observe la scène mondiale, attendant que certains événements interviennent, tels le krach boursier dont nous avons parlé dans cette rubrique précédemment. A la lumière de ces événements et de notre réaction pour y faire face, il se fera connaître exactement lorsque le moment opportun sera venu.



Q. La toute dernière alerte sur les marchés boursiers s'est produite un vendredi treize, le « vendredi noir », ainsi qu'on l'a appelé. S'agissait-il d'une pure coïncidence, ou bien existe-t-il un fondement à cette superstition traditionnelle concernant le vendredi treize et le chiffre treize ?

R. Le fait que la chute spectaculaire des marchés boursiers se soit récemment produite un vendredi treize octobre n'est qu'une pure coïncidence. L'effondrement tout aussi spectaculaire de 1987 a eu lieu un lundi, également en octobre. L'élément réellement déterminant fut le niveau record atteint par l'indice Dow Jones en août 1987 ainsi qu'en août 1989. Certains numérologistes seront peut-être en désaccord avec moi, mais je suis convaincu que cette croyance selon laquelle le vendredi treize ou le chiffre treize seraient signes de malchance n'est qu'une superstition. Bon nombre de personnes pensent que le chiffre treize leur est favorable. Quoique vous pensiez, si vous le pensez avec suffisamment de force, d'une manière ou d'une autre vous le ferez arriver.



Q. La corruption sévit aujourd'hui à grande échelle dans le monde entier, probablement dans tous les pays. Elle est responsable de beaucoup de souffrances totalement inutiles. De grandes quantités de nourriture (ou autres formes d'aide) sont envoyées aux pays du tiers monde, mais ne parviennent jamais à ceux qui en ont besoin. Après le Jour de la Déclaration, quand le principe du partage aura été mis en place et qu'un programme d'aide d'urgence aura été lancé en faveur de ces millions de personnes qui meurent de faim, comment pourra-t-on être sûr que ce seront bien ceux qui en ont besoin qui recevront l'aide et qu'elle ne sera pas détournée au profit de certains ?

R. Une nouvelle agence des Nations unies, qui ne s'occupera que de distribution et de redistribution, sera mise en place afin de traiter ce genre de problèmes. Un Maître, ou au moins un initié du troisième degré, la dirigera. La distribution équitable de la nourriture entre ceux qui en ont besoin sera placée sous sa responsabilité.



Q. Plusieurs impressionnants compte-rendus d'apparitions d'ovnis ont récemment été publiés en Union soviétique. Le premier compte-rendu bénéficia d'une couverture médiatique mondiale, mais le second fut également très intéressant : des centaines de personnes, dont des pilotes d'avion, virent un objet se déplacer très rapidement au-dessus de la ville d'Omsk, alors qu'il n'était enregistré sur aucun écran radar militaire. Mon journal, l'Algemeen Dagblad, cite l'interview d'un commandant de l'armée soviétique, qui a déclaré à un journal soviétique : « Le disque lumineux comportant quatre projecteurs, que j'observai pendant cinq minutes, paraissait survoler l'aérodrome lorsque les projecteurs s'éteignirent. L'air situé autour de l'engin fut alors rempli de turbulences, et l'appareil s'éloigna à très grande vitesse vers l'est ». Maitreya ayant mentionné à plusieurs reprises les « Frères de l'Espace », je souhaite vous poser plusieurs questions.

(1) S’agit-il bien de l’apparition de véhicules cosmiques ? (2) D’où venaient-ils ? (3) Quel est le but ou la raison de leur présence ? (4) Pourquoi ne se montrent-ils qu’un court instant, et non pas de manière concluante et définitive ? (5) Les affirmations des témoins de la première apparition sont-elles exactes, à savoir que trois êtres sortirent du vaisseau ? (6) L’humanité aura-t-elle bientôt l’assurance, sans l’ombre d’un doute, que les « Frères de l’Espace » existent bel et bien ?



R. (1) Oui. (2) De Mars, de Vénus, et d'autres planètes de notre système solaire. Toutes les planètes sont porteuses de vie, mais sur le plan physique éthérique. (3) Les raisons sont variées. Ils aident (dans le cadre de la loi du karma) à préserver la stabilité écologique de la planète. Ils neutralisent également la radioactivité provenant entre autre des essais nucléaires. (4) Afin de ne pas enfreindre notre libre arbitre, ainsi que pour ne pas provoquer d'inquiétude. (5) Oui, si ce n'est qu'ils étaient d'une taille normale. (6) Oui. Maitreya abordera la question, et soulignera l'existence d'échanges intervenant (à des niveaux hiérarchiques) entre les planètes. Nous les connaîtrons finalement et les accepterons commes des amis et des mentors.



Q. (1) Maitreya présentera-t-il ses Maîtres longtemps après le Jour de la Déclaration ? (2) Les Maîtres délivreront-Ils leur enseignement directement au public ? Certaines personnes seront-elles formées directement par eux, par exemple à de nouvelles formes de guérison, etc ?

R. (1) Non. Maitreya introduira certainement l'idée que les Maîtres sont ses disciples, durant l'adombrement, le Jour de la Déclaration. Je m'attends à ce que, peu après, certains Maîtres soient présentés au monde, comme le Maître Jésus par exemple. (2) Tout d'abord, les Maîtres délivreront leur enseignement par l'intermédiaire de disciples actuellement présents dans le monde. Finalement, Ils travailleront plus directement au contact du public et quelques-uns d'entre eux, peu nombreux, prendront leur poste en tant que conseillers et guides dans les affaires publiques.



Q. Vous avez récemment indiqué la structure de rayons et le niveau d'évolution de Mikhaël Aïvanhov, fondateur de la Fraternité Blanche Universelle. Comment a-t-il obtenu l'information qui lui a permis de répandre son enseignement ? Etait-il en relation avec un Maître ?

R. J'ai l'impression, en France, d'avoir dérangé un nid de vipères en indiquant que le niveau d'évolution d'Aïvanhov n'était que de 2,4. La plupart de ses disciples le considèrent en effet comme un Maître. A vrai dire, des lettres provenant de certains lecteurs français affirment que ma crédibilité à propos de Maitreya lui-même dépend de la correction que j'apporterais à cette information. J'en suis désolé, mais l'information de mon Maître est que le niveau d'évolution indiqué — 2,4 — est exact, et que celui de son instructeur, Peter Deunov, duquel il reçut son enseignement et son entraînement, était de 3,2. Ce sont là des niveaux élevés sur l'échelle de l'évolution, et je ne comprends vraiment pas pourquoi certaines personnes y trouvent matière à controverse. Je dois dire qu'à la lecture des livres de Mikhaël Aïvanhov dans leur traduction anglaise, je n'ai aucune hésitation à le placer quelque part entre la deuxième et la troisième initiation. Il semble inévitable que les adeptes et les dévots d'un instructeur ou d'un guru aient tendance à surestimer son niveau. Cette attitude se retrouve aussi bien chez les disciples de Maharishi que chez ceux de Rajneesh ou de Maharaji. Ces gurus sont manifestement tellement plus avancés que le dévot moyen, qu'ils sont perçus par leurs disciples comme des Maîtres ou même Dieu en personne. L'instructeur, s'il est sage, devrait bien évidemment contribuer à aider le dévot à se débarasser de ce mirage. Il semblerait, au contraire, que beaucoup l'entretiennent.



Q. (a) L'âme qui fut Krishnamurti s'est-elle incarnée à nouveau ? (b) Dans l'affirmative, dans quel pays ? (c) Sinon, reviendra-t-elle vers la fin du siècle ?

R. (a) Non. (c) Oui.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018