DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1988

Extraits de la revue
Partage international

September 1988 - N 1 Vol. 1, n 1



Questions / Réponses


Q. Pourriez-vous dire à quel âge Mozart passa la troisième initiation ?

R. A l'âge de 30 ans.



Q. Serait-il possible d'avancer dans l'évolution spirituelle au service de l'humanité sans être intéressé par l'ésotérisme et ainsi de suite ?

R. Oui, bien entendu. Les prétendus groupes ésotériques et occultes s’imaginent qu’ils sont les plus avancés de tous les groupes. Ce n’est pas vrai, ceci n’est que leur mirage. Les initiés de haut rang travaillent souvent aujourd’hui dans d’autres domaines. C’est au niveau politique, économique et social que les changements réels sont arrêtés. Les personnes qui se disent du « Nouvel Age », lisant des ouvrages d’ésotérisme, croient être des ésotéristes. Ce n’est pas nécessairement vrai. L’ésotérisme n’est pas une matière où l’on passe des examens. C’est un état d’Être. Ou plutôt : la science, ou la philosophie, de l’Être. Croyez-vous que Mao Tse-Tung avait une quelconque connaissance ésotérique ? Ou Churchill, ou Roosevelt ? Non, pas du tout. Ils auraient certainement été des chefs d’état beaucoup moins efficaces s’il en avait été ainsi. Mao Tse-Tung était pourtant un initié du troisième degré. De même que Churchill. Roosevelt était un initié de degré 2,7. Ils n’ont probablement jamais entendu parler du Nouvel Age, mais ils accomplissaient le véritable travail.



Q. (1) L'ouverture des chakras peut-elle être forcée ? (2) Les guérisseurs (comme beaucoup l'affirment) peuvent-ils ouvrir les chakras ? (3) Les Gurus ouvrent-ils les chakras ? (4) Quel est le procédé correct ? (5) La Terre a-t-elle des chakras ?

R. (1) Non. Les chakras ne peuvent être « ouverts », dans le sens occulte du terme, que lorsque l’évolution de l’individu le rend possible. Une telle ouverture est le résultat de l’expérience de la vie, ainsi que de la méditation et du service. Tout procédé tendant à accélérer le processus (techniques de respiration, hatha yoga, etc.) peut stimuler l’activité du chakra (souvent d’une manière préjudiciable et déséquilibrée), mais c’est un processus différent de celui de l’ouverture occulte. (2) Non. (3) Oui, selon le guru et l’empressement de l’individu. (4) Un éveil équilibré des chakras se produit naturellement si l’individu garde un style de vie correct. Des relations justes, une méditation juste et un service juste assurent l’ouverture correcte des chakras dans l’ordre approprié. (5) Oui. Il existe cinq centres majeurs où afflue l’énergie spirituelle : New York, Londres, Genève, Darjeeling et Tokyo. Moscou et Rome sont deux centres mineurs. Il existe également beaucoup d’autres centres mineurs, certains étant situés à l’emplacement de grandes villes du monde.



Q. Dans le numéro de janvier-février 1987 de Share International, vous déclarez que le septième rayon est le rayon du centre sexuel. Pourtant, Alice Bailey écrit, dans le volume II de Psychologie ésotérique, que le centre sexuel est relié au cinquième rayon. Qui a raison ?

R. Nous avons tous deux « raison ». Comme toujours en ésotérisme, tout dépend de l'angle sous lequel on aborde la question. D'où les nombreux paradoxes (que certains esprits « ordonnés » trouvent très désagréables) que l'on trouve dans l'enseignement ésotérique. Il est exact que, d'un certain point de vue, le centre sexuel est relié au cinquième rayon, mais il est encore plus juste de le relier au septième rayon, qui agit par l'intermédiaire du centre de la base de la colonne vertébrale et du centre sacré et, dans le corps physique dense, à travers les gonades.



Q. Vous nous avez dit qu'il y a déjà dans le monde des initiés de haut rang dans une position leur permettant de contribuer à la restructuration future, etc. De tels individus sont-ils actuellement présents (1) au Parlement britannique ? (2) dans le gouvernement conservateur ?

R. (1) Oui. (2) Non.



Q. Dans les livres d’Alice Bailey, les affirmations suivantes — je cite de mémoire — sont faites à différents endroits. Pouvez-vous dire si elles sont ou non exactes ?
(a) L’œil humain commence à développer une sensibilité à la lumière ultra-violette. (b) La Hiérarchie retarde ce développement parce que nous avons été épouvantablement cruels envers les animaux, et ils ne veulent pas que nous soyons capables de voir des créatures éthériques. (c) Le corps éthérique est le lieu où siègent les maladies et la guérison des maladies dépend de la reconnaissance de ce fait. (d) Lors de la mort, le corps éthérique et (probablement) les corps plus subtils quittent avec lui le corps physique dense à travers l’un des chakras. (e) A la fin de ce siècle, nous aurons une preuve photographique de la survivance après la mort, et ceci débarrassera l’humanité de la peur de la mort. (f) En rassemblant ces éléments, il me semble qu’il devrait être possible de photographier ou de filmer les corps éthériques des morts (des fantômes) en lumière ultra-violette. Est-ce là l’idée du Maître D. K. ? (g) De combien faudrait-il aller dans l’ultra-violet ? Une octave de lumière suffirait-elle ?


R. (a) Vrai. (b) Faux. (c) Vrai. (d) Vrai. A travers le chakra coronal. (e) Vrai. (f) Oui. (g) Non. Quatre octaves supplémentaires sont nécessaires.



Q. Le livre A Course in Miracles fut-il dicté par Maitreya et est-il destiné à préparer les gens à la première initiation?

R. Cette question a déjà été traitée dans cette rubrique. Mon information est que ce livre contient les idées et l’enseignement, non pas de Maitreya, mais du Maître Jésus. Il « transmit » ces idées à un disciple sur les plans intérieurs (non incarné) qui les « transmit » lui-même à Hélène Schucman, un médium inconscient (c’est à dire qu’elle n’avait pas conscience d’être médium). A mon avis, ces enseignements représentent — s’ils sont mis en pratique — une approche du problème de la dissipation du mirage et sont donc plus probablement destinés à préparer les individus à la seconde initiation.



Q. L'énergie du Christ, autant que vous puissiez la comprendre, est-elle universelle, provenant du rayon galactique de toutes les galaxies de l'univers ?

R. Ma compréhension est que l'énergie du Christ, ou son rayon, le deuxième rayon d'Amour-Sagesse, est universelle. C'est la force de cohésion magnétique qui maintient l'union de toutes les particules du cosmos.



Q. Pourquoi le Christ s'intéresse-t-il tant aux problèmes physiques, alors que ce sont probablement les difficultés mentales et spirituelles qui sont à l'origine même des problèmes physiques ?

R. Sans vouloir vous contredire, on ne peut pas dire que le Christ ne s'intéresse qu'aux problèmes physiques. Pour lui, ces problèmes ne sont que les effets d'un profond malaise mental et spirituel. Mais si vous mourez de faim — comme c'est le cas de millions d'êtres humains aujourd'hui — alors ce problème physique est plus réel pour vous que sa cause — notre maladie spirituelle qui lui permet d'exister. Une étude des idées et des enseignements de Maitreya, tels qu'ils ont pu être publiés dans Share International depuis juin 1988 par exemple, montre que son approche traite principalement des causes spirituelles et psychologiques et que les problèmes physiques en sont des effets.



Q. (1) Si quelqu'un ayant une maladie congénitale, telles que la paralysie cérébrale infantile ou la myopathie par exemple, venait à Londres pour être guéri, Maitreya accéderait-il à sa demande ? (2) Peut-il opérer des guérisons par l'imposition des mains, et le fera-t-il, ainsi que Jésus le fit il y a 2 000 ans comme nous le dit la Bible ?

R. (1) Peut-être, mais pas obligatoirement. Le malade aurait d'abord à le trouver, bien sûr, mais quant à savoir s'il le guérirait ou non, cela dépendrait du Karma. Maitreya saurait ou non s'il doit s'immiscer dans la situation karmique.
(2) Je ne doute pas qu'il puisse guérir de cette manière, mais un simple regard de sa part suffit s'il a l'intention d'opérer une guérison.



Q. Lorsque Maitreya apparaît à des personnalités dans le monde entier, comme il l’a fait récemment, leur apparaît-il comme Maitreya, l’Instructeur mondial, comme le Christ, comme le Maître Jésus, ou encore d’une autre manière ?

R. Lorsqu'il apparaît à des êtres (qu'ils soient seuls, dans un groupe de quelques personnes, ou de plusieurs milliers, comme à Nairobi au mois de juin), il le fait selon les formes-pensées des gens à qui il apparaît. Quatre personnes âgées en Israël l'ont immédiatement reconnu comme le Messie. A Nairobi, les gens l'ont perçu comme Jésus-Christ ; à d'autres, Il est apparu comme Maitreya Bouddha, etc. Cela dépend des antécédents et des attentes des individus.



Q. Quelle différence existe-t-il entre ceux qui répandent la nouvelle de la présence de Maitreya et les fondamentalistes chrétiens qui tentent de « répandre la parole ». Ces deux groupes ne cherchent-ils pas tous deux à ce que les gens adhérent à leurs affirmations ?

R. Répandre la nouvelle de la présence de Maitreya consiste à donner une information (avec l'espoir qu'elle ne sera pas transmise de façon dogmatique) à propos d'un événement mondial, avant qu'il ne soit connu d'une manière générale. Cela crée un sentiment d'espoir et d'attente qui permet à Maitreya d'entrer dans nos vies sans enfreindre notre libre arbitre. Il n'est demandé à personne de changer ses croyances ni d'adopter un quelconque dogme religieux. Les fondamentalistes chrétiens, de leur côté, se perçoivent comme des évangélisateurs dont le devoir est « d'amener chacun à Jésus ». Cela implique nécessairement, selon eux, l'acceptation de leurs dogmes et de leurs doctrines — dogmes et doctrines créés par l'homme.



Q. Comment pouvez-vous affirmer que le Christ ne fit jamais aucune erreur, et continuer à prétendre qu'il est humain comme nous ? Etant enseignant, je sais qu'il n'est pas possible d'apprendre sans faire d'erreurs.

R. Il ne fit jamais aucune erreur majeure, et avança plus vite qu'aucune autre âme. Il eut toutefois la chance d'avoir le meilleur des instructeurs : la Mère du Monde.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.